Version classiqueVersion mobile

Le Paléolithique supérieur de l’abri Pataud (Dordogne)

 | 
Harvey M. Bricker

Introduction

J.‑Ph. Rigaud

Texte intégral

1La chronostratigraphie du Paléolithique supérieur périgourdin fut établie dans ses grandes lignes par D. Peyrony en se fondant essentiellement sur ses fouilles au Moustier, à La Ferrassie, à Laugerie‑Haute et à La Madeleine. Au Moustier où, faisant suite à une longue séquence moustérienne, un niveau castelperronien partiellement perturbé et un niveau aurignacien représentent le passage du Paléolithique moyen au Paléolithique supérieur ; à La Ferrassie où, au‑dessus du Moustérien et du Castelperronien, commence une séquence détaillée de l’Aurignacien et du Périgordien supérieur ; à Laugerie‑Haute où les niveaux périgordiens et aurignaciens sont surmontés par une séquence détaillée du Solutréen et du début du Magdalénien dont les stades terminaux ont été définis à La Madeleine. Ces quatre gisements représentent globalement un enregistrement plus ou moins continu et constant de plus de 30 000 ans de variations environnementales et de peuplements préhistoriques.

2Ce cadre chronostratigraphique comportait toutefois quelques faiblesses, notamment pour la période correspondant à la fin de l’Aurignacien et au début du Périgordien supérieur. En effet, les derniers niveaux périgordiens de La Ferrassie n’ont pas d’équivalents typologiques à la base de Laugerie‑Haute où le Périgordien III (qui deviendra par la suite le Périgordien VI de D. de Sonneville‑Bordes) ne représentait pour D. Peyrony qu’un stade moyen du Périgordien antérieur au Périgordien IV de La Gravette. C’est la stratigraphie de l’abri Pataud qui établit, de façon incontestable, la séquence des stades IV à VII du Gravettien.

3C’est également à Pataud (fig. 1) que sera décrite l’industrie du Périgordien IV connue jusque‑là à travers des séries d’origine stratigraphique douteuse ou mal interprétée. De même, la position chronostratigraphique du Périgordien VI (ex‑Périgordien III de D. Peyrony) sus‑jacente au Périgordien V s’est vue confirmée, établissant ainsi la continuité entre la séquence de La Ferrassie et celle de Laugerie‑Haute. La stratigraphie de l’abri Pataud a donc, pour ces raisons, une importance primordiale dans l’établissement du cadre chronostratigraphique du Paléolithique supérieur en Europe de l’Ouest.

FIG. 1 – Localisation des Eyzies, où se trouve l’abri Pataud, dans le département de la Dordogne

V.T. del./dAf

4Entre 1958 et 1968, à l’occasion des fouilles, H. L. Movius et ses collaborateurs ont mis en œuvre des techniques et des méthodes novatrices ou d’un usage peu systématique : méthode de fouille, analyse d’attributs, analyse technologique, gîtologie des matières premières, catalogue documentaire, etc. Qu’elles aient été contestées ou d’un usage courant, abandonnées ou adaptées à une nouvelle problématique, ces méthodes ont contribué néanmoins à une meilleure connaissance des cultures matérielles du Paléolithique supérieur européen, de leur chronologie et de leur environnement.

5L’exploitation des données recueillies pendant les fouilles exigeait une connaissance détaillée des recherches et des travaux anciens en Périgord. Pour ce faire, H. L. Moviuset ses collaborateurs avaient réalisé un inventaire archéologique et bibliographique exemplaire des sites aurignaciens et périgordiens, accompagné d’une analyse critique, précise et rigoureuse. Considérant l’intérêt de ce travail pour la communauté scientifique, j’ai estimé que cet inventaire devait être associé, dans ce volume, aux études consacrées à l’abri Pataud.

6En 1966‑1967, alors qu’avaient lieu les dernières campagnes à l’abri Pataud, j’entreprenais des fouilles au Flageolet. Le parallélisme chronologique de ces deux gisements et des relations de bon voisinage me conduisirent à de fréquentes rencontres avec H. L. Movius et ses collaborateurs, et si nous n’avions pas toujours le même avis sur le Noaillien, nos discussions ont toujours été marquées d’une grande cordialité ; aussi lorsqu’on 1983 je demandai à H. L. Movius et son équipe d’envisager une publication en français des principaux résultats de leurs travaux dans l’abri Pataud, leur réponse fut immédiatement favorable. D’un commun accord, ils confièrent à Harvey Bricker le soin de coordonner le projet. Malheureusement, Hallam L. Movius ne devait pas voir l’aboutissement de cette entreprise ; terrassé par une longue et cruelle maladie, il nous quittait le 30 mai 1987.

7Après plusieurs années d’abandon du site, le Muséum national d’histoire naturelle, propriétaire de l’abri Pataud, à l’instigation de H. de Lumley, entreprit en 1985 des travaux de protection et d’aménagement avec la participation du conseil général de la Dordogne et du ministère de la Culture (direction du Patrimoine). La création d’un musée de site et la construction d’une nouvelle protection sur le gisement ne se firent pas sans difficultés et la direction régionale des Antiquités préhistoriques dut, à plusieurs reprises entre 1985 et 1988, pratiquer des fouilles de sauvetage à la suite de l’intervention intempestive et brutale de pelles mécaniques. À cette occasion, nous avons pu réaliser quelques observations complémentaires.

8Actuellement, le visiteur peut voir les témoins des fouilles aménagés et judicieusement commentés ainsi qu’une exposition consacrée au site et à la présentation des résultats des recherches pluridisciplinaires qui y furent réalisées.

9Le présent ouvrage est une contribution à la mise en valeur de l’abri Pataud et à l’œuvre de H. L. Movius. C’est aussi l’expression de la gratitude de ses collègues préhistoriens.

10Bordeaux, 1994

Table des illustrations

Légende FIG. 1 – Localisation des Eyzies, où se trouve l’abri Pataud, dans le département de la Dordogne
Crédits V.T. del./dAf
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/41003/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 32k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search