Version classiqueVersion mobile

Le match de football

 | 
Christian Bromberger

III Le public des stades : une théâtralisation expressive des appartenances sociales

La répartition des spectateurs : au-delà du prix des places, des territoires

Texte intégral

1Qu’ils soient de tradition britannique (c’est-à-dire rectangulaires) ou de tradition latine (c’est-à-dire ovales, rappelant les amphithéâtres), les gradins offrent, par leur structure compartimentée, un support à l’inscription et à la théâtralisation d’appartenances sociales hiérarchisées. Dans tous les stades existe un grand partage entre les tribunes latérales, couvertes et équipées de sièges individuels, et les ends, curve, virages, ouverts au vent, au soleil et à la pluie, aux gradins sommairement aménagés, où les corps des spectateurs se fondent, a fortiori s’ils se tiennent debout pour mieux encourager leur équipe. La distribution du public dans le stade ne reflète cependant pas de simples mécanismes de ségrégation par le prix des places (variant, à Marseille, en 1987, de un à sept, sans prendre en compte les coûteuses locations de loges et de boxes) mais s’organise selon une combinaison complexe de critères (âge, profession, quartier), si bien que chaque espace compartimenté (virages, quarts-de-virage, avancées, sections de tribune) constitue une sorte de territoire symbolisant une appartenance distincte. Ces processus d’appropriation apparaissent clairement quand on compare les populations des deux virages ou des deux tribunes, où les prix respectifs des places sont cependant égaux ou voisins. Dans tous les grands stades un des virages ou ends regroupe les jeunes supporters les plus démonstratifs et organisés : le Kop d’Anfield Road à Liverpool, de Boulogne au parc des Princes à Paris, le virage sud au Stade vélodrome de Marseille, la curva B au San Paolo de Naples... A ces contrastes fondés sur l’ardeur belliqueuse se superposent des différences sociales ou résidentielles : à Naples, on l’a dit, la curva A regroupe des jeunes issus des banlieues ouvrières et des quartiers populaires de la ville, la curva B un public tout aussi juvénile, socialement plus diversifié où l’on compte bon nombre d’étudiants et de lycéens. Quand deux équipes locales se partagent les faveurs des supporters, comme à Turin, les deux virages reflètent, lors des derbies, cette opposition, symbolisant chacun un univers culturel distinct.

  • 18 Suétone, Auguste, XLIV, 1-5.

2Ces formes de territorialisation, ce sens aigu de la topophilie (l’attachement sentimental à un espace) se sont accentués à des rythmes divers selon les pays (depuis les années 1960 en Angleterre, les années 1970 en Italie, les années 1980 en France), consacrant l’autonomisation de la jeunesse qui a fait des virages ses fiefs, naguère occupés par un public de tous âges d’origine populaire. Dans l’enceinte du stade, un des rares lieux où la société se donne en spectacle, s’affichent ainsi l’ordre qui la façonne et les mutations sensibles qui s’y opèrent. Nul système prescriptif n’assigne aux uns et aux autres un emplacement particulier, comme lors des jeux antiques quand Auguste faisait décréter par le sénat que « le premier rang de banquettes devait être réservé aux sénateurs », que « les soldats devaient être séparés du peuple » et que « les plébéiens mariés » devaient occuper « des gradins spéciaux18 ». Une société cependant se reforme, avec ses principes d’agrégation, ses protocoles, combinant les hiérarchies ordinaires et l’ordre propre au monde du football.

3A Marseille, un trait frappe d’emblée quand on examine la répartition des spectateurs : la géographie sociale de la cité se projette grosso modo sur celle du stade, offrant une carte vivante et en modèle réduit de la ville. Les virages nord et sud, d’une part, les tribunes ouest (Jean Bouin) et est (Ganay) de l’autre, forment des univers sociaux nettement contrastés.

4Première grande division, celle entre les deux virages. Au nord, se regroupe en forte proportion, un public issu des quartiers nord de la ville (13e, 14e, 15e et 16e arrondissements), au sud, des spectateurs dont bon nombre réside au sud de la cité (8e, 9e et 10e arrondissements). Ainsi se reproduit dans les gradins le grand partage – géographique et social – qui façonne la cité (fig. 8). Cette opposition saisissante (dont on aurait tort de rendre compte par de fausses raisons pratiques : venant du nord de l’agglomération on se dirigerait vers les entrées situées au nord pour s’épargner quelques mètres de marche !) s’est à la fois infléchie et enrichie de nouvelles variables au fil des dix dernières années. En 1985, outre l’origine résidentielle, la profession et l’âge distinguaient nettement les populations des deux virages : au nord une majorité de « cols bleus » et une très forte proportion de jeunes (81 % de quinze-trente-neuf ans), au sud une majorité de « cols blancs » nettement plus âgés (55 % seulement de quinze-trente-neuf ans). Le nord était sensiblement plus fidèle et passionné que le sud : là 42 % des spectateurs venaient assister à tous les matchs, ici 25 %. A leur origine, en 1984, les Ultras avaient naturellement choisi pour fief une partie du virage nord, où se concentrait le public le plus jeune et le plus enthousiaste. Au début de la saison 19861987, ils décidèrent cependant d’investir le virage sud et d’y établir leur territoire. Cette migration dans l’espace du stade fut l’objet d’âpres discussions et vécue par certains d’entre eux comme un arrachement : « Ça m’a fait mal. Je suis de La Rose – un quartier du nord-est de Marseille – et depuis que je suis tout petit je viens aux virages nord. Depuis le début de cette saison, quelque chose s’est cassé », commentait alors un des membres du noyau fondateur. Mais la plupart d’entre eux avaient peu d’attaches dans les quartiers nord de la ville et souhaitaient, par ce transfert, disposer de plus d’espace, se démarquer d’une jeunesse pluriethnique et indisciplinée, rééquilibrer enfin l’animation du stade. D’abord cantonné dans le haut du virage sud (ill. 45), le commando et ses jeunes sympathisants en occupèrent rapidement la totalité, repoussant les spectateurs plus âgés vers les quarts-de-virage ou les avancées. L’enquête de 1987 enregistre cette mutation : désormais les deux virages sont aussi « juvéniles » l’un que l’autre, le sud comportant une plus forte proportion de moins de dix-sept ans, le nord regroupant plus de dix-sept-vingt-quatre ans. L’origine sociale et résidentielle du virage sud s’est sans doute diversifiée mais conserve, à quelques retouches près sur lesquelles nous reviendrons, une forte assise dans les quartiers méridionaux ou péricentraux et dans les couches moyennes de la population : en 1987, 47 % des jeunes scolarisés du virage nord étaient fils d’ouvriers ou de petits employés, 20 % seulement dans le virage sud où dominent (60 %) les fils de cadres moyens ou supérieurs et de commerçants. Ainsi les deux virages demeurent des univers fortement différenciés que symbolisent des clubs de supporters rivaux (voir infra p. 247 sq.).

8. Répartition des spectateurs dans le stade d’après leur origine résidentielle

8. Répartition des spectateurs dans le stade d’après leur origine résidentielle

D’après l’enquête réalisée le 22 mai 1987

45. Le virage sud au début de la saison 1986-1987. On notera le contraste entre les attitudes des Ultras, nichés en haut des gradins, et celles de spectateurs plus âgés, installés en contrebas. (Marseille, août 1986. photo C. B.)

5Cette partition est profondément ressentie par les jeunes militants qui rejoignent « leur » virage à l’exclusion de l’autre pour lequel ils affichent distance, condescendance, voire franche hostilité. Une anecdote, parmi tant d’autres, montre l’intensité de cet attachement territorial : lors de la saison 1985-1986 les responsables avaient interdit l’accès aux « avancées nord » distantes de quelques mètres seulement de la pelouse ; c’est de là, en effet, que fusaient régulièrement les ustensiles les plus divers à destination de l’arbitre ou des joueurs de l’équipe adverse. On aurait pu penser que le public turbulent des « avancées nord » allait rapidement s’installer dans les « avancées sud » tout aussi proches de la pelouse et tout aussi commodes pour ces interventions illicites. Il n’en fut rien. Ces jeunes supporters se replièrent dans le virage nord, situé à une distance respectueuse de la pelouse mais faisant partie de leur territoire.

  • 19 Extrait de l’argumentation publicitaire éditée par l’OM.

6Autre grand partage, celui entre les tribunes Jean Bouin et Ganay. La première est la plus prestigieuse, regroupant, en forte proportion, des cadres supérieurs, des chefs d’entreprise, des commerçants, un public d’âge mûr résidant dans les quartiers chic du sud de la ville. Au centre, les 224 places de la tribune officielle (ou présidentielle) sont réparties, selon une stricte hiérarchie, entre les détenteurs du pouvoir politique (maire, adjoints...) et leurs invités, du pouvoir sportif (membres de la direction du club, présidents de ligues, etc.) et des spectateurs huppés en quête de cette flatteuse proximité. A côté de la tribune officielle, celle de la presse, autre grand pouvoir, flanquée de boxes loués à l’année par des entreprises comme le sont les loges, plus prestigieuses, surplombant l’ensemble. Construites en avancées, visibles de tous les emplacements du stade, elles dominent, comme dans un théâtre classique, le parterre et la scène. S’y retrouvent les détenteurs du pouvoir économique, leurs cadres dirigeants et leurs salariés méritants, ainsi que les clients que les entreprises souhaitent séduire. Indice de la faiblesse du tissu industriel local, ce sont surtout des sociétés de service et de distribution (le Crédit agricole, le Loto sportif, les publicitaires Giraudy et Eurosud, Volvo, Mercedes, etc.) qui louent fort cher (de 240 000 à 378 000 F, par exemple, pour la saison 1989-1990) ces espaces de relations publiques pouvant accueillir jusqu’à une quinzaine d’invités. Les entreprises industrielles (Ricard, les Œufs du Mas d’Auge, l’Union des Brasseries, etc.) sont plus faiblement représentées. De cette présence ostentatoire au stade (leur nom blasonne le balcon de leur loge), ces sociétés attendent publicité et promotion (« Une loge à l’om, c’est une année de communication à travers le premier média du sud de la France19 ») et le club, outre des recettes substantielles, une alliance durable avec les milieux économiques régionaux. Ces prétentions butent cependant sur les aléas de la compétition et de l’histoire, qui se prêtent mal à la promotion permanente d’entreprises. Protocole et aménagements des loges signalent, sur un mode quasi caricatural, le statut privilégié de ceux qui y prennent place : parking particulier, ascenseurs privés évitant de se confondre avec la foule, protection assurée par des vigiles, réception par des hôtesses, restauration sous la tutelle d’un maître d’hôtel, espaces équipés de téléphones et de vidéos. La présence de ces loges, construites en 1986-1987, à la demande de B. Tapie avec des crédits municipaux, a accusé la partition sociale et spatiale du stade et, partant, de l’image de la ville.

7Les spectateurs des autres tribunes n’aiment guère ceux de Jean Bouin, dont ils dénoncent volontiers le manque d’enthousiasme et de ferveur ; on les trouve guindés, « moins marseillais », « parlant pointu » (c’est-à-dire avec l’accent parisien, suprême insulte à Marseille). « Ils ne comprennent rien au ballon », ajoute-t-on, assertion partiellement vérifiée par les données de l’enquête : c’est dans les loges et dans les avancées Jean Bouin que les spectateurs ont le moins pratiqué le football.

8Le contraste avec la tribune opposée (Ganay) est, sur tous les plans, saisissant. « Ganay, c’est les vrais », dit-on sous la forme d’un hommage à un supporterisme avisé. Il s’agit, en effet, d’un public connaisseur, exigeant, commentant chaque phase de jeu au point qu’une rumeur permanente accompagne le déroulement de la partie. 70 % des spectateurs ont ici joué dans un club de football (contre 50 % en moyenne dans l’ensemble du stade). Par son recrutement social, Ganay apparaît comme le refuge du « Marseille profond » : c’est là que se regroupent en plus forte proportion les artisans, commerçants, petits patrons, cadres moyens mais également les ouvriers de métier, cette aristocratie des professions manuelles, issue principalement à Marseille de l’activité industrialo-portuaire. Il s’agit d’un public plus âgé que dans le reste du stade : les quarante-cinquante-neuf ans y sont fortement représentés et portent volontiers la casquette, cet emblème marseillais de l’âge mûr chez les commerçants, artisans et ouvriers qualifiés.

9Flanquant la tribune, les quarts-de-virage nord Ganay en apparaissent comme l’antichambre : le public y est tout aussi fidèle (85 % des spectateurs dans les deux cas disent assister à tous les matchs, contre 60 % dans l’ensemble du stade), connaisseur, mais sensiblement plus jeune et la présence ouvrière y est plus affirmée. A l’âge mûr et mieux installés dans la vie, les spectateurs des « quarts » Ganay gagnent, en général, la tribune.

10Chaque grande étape de la biographie d’un supporter se traduit, en effet, par un mode différencié d’occupation de l’espace du stade. Tel jeune garçon des quartiers nord a ainsi commencé sa « carrière » sous les panneaux d’affichage du virage nord ; fiancé, il s’est installé dans les quarts-de-virage Ganay nord ; marié, devenu artisan, il s’est définitivement fixé dans la tribune voisine. Tel autre. Maître P. par exemple, a suivi un itinéraire symétrique dans l’autre partie du stade ; enfant des quartiers bourgeois, il a d’abord assisté aux matchs dans le virage sud puis, au fil des promotions, il a rejoint la première série Jean Bouin. Ce sont là les trajets les plus fréquents menant, selon les origines et au rythme des âges de la vie, du nord vers l’est et du sud vers l’ouest. Des itinéraires biographiques complexes, faits de promotions successives, entraînent des parcours plus inattendus : du nord vers l’est puis, consécration suprême, vers l’ouest, comme si l’anneau du stade matérialisait la boucle de la vie.

11Ces macro-espaces, où s’affichent, se lisent et s’entendent différences de statut, d’âge et de résidence, se décomposent en unités plus restreintes, tantôt façonnées par des liens de sociabilité, tantôt modelées par la hiérarchie des groupes de supporters. Dans les tribunes et les quarts-de-virage le mode d’agrégation le plus fréquent est le réseau (vicinal, amical, professionnel) préconstitué à l’extérieur du stade : se rejoignent et se regroupent les habitués d’un même bar, des camarades de travail, des salariés d’une société dont les places sont partiellement ou totalement payées à l’année par le comité d’entreprise. Ici, dans la tribune Ganay, plusieurs dizaines de dockers se retrouvent match après match dans la même travée ; là, dans les quarts-de-virage Jean-Bouin nord, 150 salariés de l’aérospatiale de Marignane ; ailleurs, dans les quarts-de-virage Ganay nord, une centaine d’employés de la Caisse primaire d’assurance-maladie, ou encore, ici et là, des salariés de Shell-Chimie (Berre), de banques, d’hôpitaux, de grandes surfaces, etc. Ces regroupements s’opèrent parfois par affinités d’origine : ainsi les pieds-noirs, résidant dans différents quartiers de la ville, se retrouvent volontiers dans certaines travées des « avancées nord » ou des « avancées Ganay ». Avant les aménagements du stade en 1986-1987, un groupe d’entre eux, venus des quatre coins des Bouches-du-Rhône, s’était constitué un petit territoire dans le virage sud : ils s’installaient sur des balançoires suspendues au grillage bordant la piste incurvée de l’ancien vélodrome ou sur des tabourets qui en épousaient la forme. Ce n’est qu’après avoir devisé et consommé ensemble des merguez qu’ils commençaient à s’intéresser au match.

12Dans les virages la répartition des jeunes spectateurs n’est plus seulement fondée sur des affinités extra-sportives mais, comme en Italie, sur la hiérarchie entre groupes de supporters. Ceux-ci se répartissent, on l’a dit, du centre vers les marges du virage en fonction de leur importance relative. Les tribulations du commando ultra dans le secteur sud illustrent ces processus de compétition territoriale. Jusqu’à la saison 1991-1992, ce groupe fondateur occupait le centre du virage, flanqué des Fanatics et des South Winners, de création plus récente. En contrebas, et en position quelque peu marginale, se regroupaient les has been (les plus de vingt-cinq ans), la vieille garde, à l’instar des vecchie guardie qui, dans les stades italiens, occupent un emplacement marginal similaire. La croissance, l’autonomisation progressives des Fanatics et surtout des Winners, les divergences, scissions, rivalités entre ces groupes se sont traduites par des recompositions successives et incertaines de l’espace (cf. infra pp. 253255) : ainsi les Ultras se sont installés dans les « avancées » pour se démarquer de leurs rivaux, occupant le centre du virage, etc.

13Bref, alors que jusqu’en 1987, la distribution des spectateurs, y compris dans les virages, était fondée sur des critères extra-sportifs, elle repose aujourd’hui sur des rapports de force démonstrative entre groupes de supporters. Cette évolution à l’italienne traduit l’émergence d’une (contre ?) société footballistique, dotée de ses propres lois, qui se démarque progressivement des hiérarchies ordinaires.

Notes

18 Suétone, Auguste, XLIV, 1-5.

19 Extrait de l’argumentation publicitaire éditée par l’OM.

Table des illustrations

Titre 8. Répartition des spectateurs dans le stade d’après leur origine résidentielle
Légende D’après l’enquête réalisée le 22 mai 1987
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4098/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 692k
Légende 45. Le virage sud au début de la saison 1986-1987. On notera le contraste entre les attitudes des Ultras, nichés en haut des gradins, et celles de spectateurs plus âgés, installés en contrebas. (Marseille, août 1986. photo C. B.)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4098/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 491k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search