Version classiqueVersion mobile

Le match de football

 | 
Christian Bromberger

III Le public des stades : une théâtralisation expressive des appartenances sociales

Qui sont les spectateurs ?

Texte intégral

1Du public des stades on dit volontiers qu’il est « populaire », « ouvrier » ou encore issu des « couches dominées, subalternes, exploitées » (Brohm 1993 : 35). Quant aux Ultras et autres militants belliqueux qui occupent les virages, on les présente souvent comme des jeunes à la dérive, appartenant au sous-prolétariat et victimes du chômage. Ces images conventionnelles masquent une réalité beaucoup plus complexe, non seulement à Marseille, Naples et Turin mais aussi là où l’on s’y attendrait le moins, dans les stades britanniques. Une récente étude (Malcom, Walsh et al. 1993) consacrée aux publics des clubs d’Aston Villa (Birmingham) et d’Arsenal (Londres) montre ainsi qu’environ la moitié des spectateurs, dans le premier cas, les deux tiers, dans le second, sont des employés ou issus des classes moyennes et des professions libérales. « Nos résultats n’indiquent pas, concluent les auteurs de cette recherche, une prédominance ouvrière dans la composition de la foule » (Ibid. : 11). Les Ultras, pour leur part, forment – on l’a déjà entrevu – un univers hétérogène, irréductible à un portrait type ; ce sont, le plus souvent, des jeunes gens sociologiquement très ordinaires.

  • 9 J.-C. Trotel (s. d.: 9-12). L’enquête a été réalisée pendant la saison 1985-1986.
  • 10 Selon les résultats de l’enquête menée par V. Bigeon, J.-P. Goron et L. Lesage, cités par J.-C. Tr (...)
  • 11 Une enquête réalisée par la Juventus de Turin en 1985 fait apparaître que, parmi la population act (...)
  • 12 Voir supra note 15, p. 47.
  • 13 Mason (1981 : 150, 167) et supra pp. 173-176.

2Arrêtons-nous plus précisément sur la composition du public de 1’om. Ventilés par catégories socioprofessionnelles, les spectateurs marseillais offrent un miroir relativement fidèle de la population active de la ville, non sans quelques déformations significatives cependant. Dans les gradins, les cadres supérieurs, les professions libérales, les chefs d’entreprise, les artisans et les commerçants, les professions dites intermédiaires (nouvelle dénomination des cadres moyens) sont à peu près autant représentés que dans la cité. Les ouvriers sont proportionnellement nettement moins nombreux que dans la ville, tandis que les employés sont fortement surreprésentés, formant sans conteste le groupe dominant dans le stade (fig. 4). Ainsi le recrutement social du public est très diversifié et accuse un net gonflement dans les tranches moyennes de la population, comme à Saint-Étienne (Charroin 1992 : 307), Rennes9, Laval10, Turin11, Naples ou Milan12 – pour ne citer que quelques cas qui ont fait l’objet d’études similaires –. S’affirme donc une tendance inverse de celle qui prévalut quand le spectacle des matchs de football prit corps dans l’Angleterre victorienne : jusqu’au milieu des années 1880 le public était surtout composé de représentants des classes moyennes avant que les ouvriers qualifiés en devinssent l’élément dominant13. Faut-il pour autant en conclure qu’il ne s’agit plus aujourd’hui d’un spectacle « populaire » ? A l’évidence, non. Si, à Marseille, l’engouement pour l’om est un phénomène socialement généralisé, les employés et les ouvriers forment plus de 55 % de la population active présente dans le stade, une proportion égale à leur poids démographique dans la ville ; par ailleurs, ces employés, surreprésentés dans les gradins, s’ils se rapprochent des classes moyennes par leurs modes de vie de « cols blancs », ont des revenus médians voisins de ceux des ouvriers ; enfin, le « match de ballon », comme l’on dit à Marseille, demeure le spectacle – sportif ou autre – qui draine le plus fort pourcentage d’individus issus des milieux populaires et ceux-ci impriment fortement leur marque à l’atmosphère qui règne dans les gradins.

4. Public de l’OM et population active masculine d’Aix-Marseille par catégories socioprofessionnelles

4. Public de l’OM et population active masculine d’Aix-Marseille par catégories socioprofessionnelles

D’après l’enquête réalisée le 22 mai 1987 à l’occasion du match OM-Lens.

5. Origine résidentielle du public de Marseille

5. Origine résidentielle du public de Marseille

D’après l’enquête réalisée le 15 déc. 1985 à l’occasion du match OM -PSG.
On notera que la population des quartiers sud (plus chics) est légèrement surreprésentée dans l’enceinte du stade.

6. Public de l’OM et population d’Aix-Marseille par tranches d’âge

6. Public de l’OM et population d’Aix-Marseille par tranches d’âge

3Ventilé par origine résidentielle, le public du stade offre un calque fidèle de la structure spatiale de la cité (fig. 5) : les différents quartiers sont représentés à proportion de leur importance démographique respective. L’équation est parfaite pour les quartiers nord de l’agglomération, représentant, dans la ville comme dans les gradins, 30 % de la population urbaine ; les beaux quartiers, ceux du sud, sont, en revanche, légèrement surreprésentés au stade : 27,4 % des spectateurs marseillais en viennent alors que seulement 23,7 % de la population de la cité y résident. Cette donnée vient une nouvelle fois mettre à mal l’idée d’un public quasi exclusivement populaire.

4Même lors d’une saison moyenne, l’aire d’attraction du Stade vélodrome ne se limite pas à l’agglomération marseillaise où habitent 60 % des spectateurs. 20 % viennent de zones industrielles situées dans un rayon de 50 km autour de l’agglomération : le bassin minier de Gardanne, Aubagne, La Ciotat mais surtout la région de l’étang de Berre où se sont implantés dans les années 1950-1960 d’importants complexes pétrochimiques et sidérurgiques drainant de nombreux ouvriers marseillais ; pour ces « exilés », comme pour ceux qui ont quitté la ville pour s’installer dans des communes limitrophes, « venir à l’om » constitue une sorte de pèlerinage, un retour aux origines. Mais le recrutement du public ne s’amortit pas aux limites du département des Bouches-du-Rhône. Si neuf spectateurs sur dix y résident, une minorité non négligeable de fidèles vient du Vaucluse, du Var, des Alpes-de-Haute-Provence, bref des départements dont le territoire constituait l’ancienne Provence.

5Ainsi le public du stade reflète, dans ses grandes lignes, la diversité, professionnelle et résidentielle, de la population de la ville et de sa proche région. Il s’en démarque cependant par deux traits, et de façon spectaculaire : le sexe et l’âge.

  • 14 Pour ces données, voir J.-C. Trotel (s. d. : 6).
  • 15 La première enquête (1985), menée auprès des « leaders » des groupes (d’amis, de parents), arrivan (...)

6Le match de football demeure – faut-il le souligner ? – un spectacle essentiellement masculin ; dans les stades français et italiens, les femmes représentent rarement plus de 10 % des spectateurs : 7,5 % à Rennes, 6 % à Laval, 10 % à Auxerre14, 10 % à Turin, 11,2 % à Milan (Dal Lago et Moscati 1992 : 37), 14 % à Marseille en 1987, cette différence, traduisant une timide évolution15, étant sans doute due ici au style spectaculaire imprimé à l’événement par B. Tapie (animation musicale, écran géant, lancer de feux d’artifice après le match, etc.). Si l’on rencontre dans les gradins d’authentiques passionnées, rares sont les femmes qui se rendent au stade de leur propre chef : elles accompagnent un père, un frère, un « flirt », un mari et cette complicité, ou cette concession, est souvent éphémère. C’est à l’adolescence que cette sortie est le plus prisée : à Turin les femmes représentent 18 % des spectateurs de moins de 24 ans (alors qu’elles ne forment que 10 % de l’ensemble du public) ; au Stade vélodrome 50 % des spectatrices sont collégiennes, lycéennes ou étudiantes ; elles prennent volontiers place dans les virages pour participer, avec leurs compagnons, aux rites de leur classe d’âge. A l’inverse les femmes adultes, et en particulier les femmes au foyer, fréquentent très peu le stade. Seules les plus fortunées rejoignent volontiers une loge pour un rite essentiellement mondain. On s’attardera plus loin (p. 285 sq.) sur le sens de ces différences d’attitude et sur la césure entre les sexes qu’entérine et accentue – sans doute plus que tout autre – ce genre de spectacle sportif.

7Seconde caractéristique saillante de ce public, son extrême jeunesse, un trait qui s’est sans doute fortement accusé depuis une trentaine d’années. Quand on observe, à défaut de statistiques, des photos de stades prises entre les deux guerres et jusque dans les années 1960-1970, on est frappé par la prédominance massive, dans les tribunes et les virages, d’hommes adultes, éventuellement accompagnés de leurs enfants. Cette juvénilisation du public apparaît de façon éloquente à travers les chiffres (fig. 6) : à Marseille 83 % des spectateurs ont moins de trente-neuf ans (contre 55 % dans la population de la ville), 19 % moins de dix-sept ans (un pourcentage important si l’on considère que les tout jeunes enfants ne viennent pas au stade), 30 % entre dix-sept et vingt-quatre ans, un chiffre considérable et symptomatique de cet engouement juvénile, cette tranche d’âge ne représentant que 11 % de la population urbaine ou départementale. De quarante à cinquante-neuf ans l’assiduité décline (14 % de spectateurs contre 24 % dans la ville), au-delà de soixante ans elle s’effondre (3 % du public contre 21 %). Les données collectées dans d’autres stades confirment cette prédominance juvénile – dont-nous prendrons plus loin l’exacte mesure sémantique : les moins de trente-cinq ans constituent 68 % du public de Bordeaux (Bournac et Guépéroux 1987 : 160), les seize-trente ans 42,5 % de celui d’Aston Villa (Malcom et Walsh 1993 : 10), les quatorze-trente-cinq ans 54 % de celui de Milan (Dal Lago et Moscati 1992 : 37), les moins de vingt-cinq ans forment 39 % des spectateurs réunis au stade Geoffroy-Guichard de Saint-Étienne, un chiffre légèrement inférieur à celui relevé à Marseille ou ailleurs, sans doute caractéristique d’une vieille cité ouvrière encline à la nostalgie, où se retrouve dans les gradins un public sensiblement plus âgé (Charroin 1992 : 306).

  • 16 Dans les années 1880, en Angleterre, avant la popularisation massive du jeu et du spectacle, « the (...)

8Quelles que soient ces nuances, l’écrasante majorité du public est faite d’hommes jeunes, même si toutes les classes d’âge sont représentées dans le stade et si se dessine une timide féminisation qui renouerait avec les origines plus bourgeoises du spectacle16.

« Le supporter solitaire, écrit P. Sansot (1984 : 326), n’est jamais tout à fait heureux. Il cherche à reconnaître d’autres camarades, il regrette de ne pas être à leurs côtés ».

9A en juger par les chiffres, il y a peu de supporters malheureux, le match de football étant bien une occasion privilégiée d’actualiser des liens de sociabilité. 70 % des spectateurs viennent au stade en groupe, le plus souvent (pour les deux tiers d’entre eux) avec des amis (deux ou trois, plus rarement cinq ou six) ; c’est chez les jeunes que cette tendance est la plus accusée, l’arrivée en bande étant un rite obligé ; dans le dernier tiers des cas le groupe est familial et plus restreint, composé d’un adulte et d’un ou deux enfants, dépassant exceptionnellement quatre personnes. Est-ce à dire que les spectateurs venus seuls (30 % de l’ensemble) le demeurent dans les gradins ? Le plus souvent, comme M. G., ils retrouvent des habitués des mêmes travées ou engagent le dialogue avec leur voisin, dans cet espace où la parole circule et où l’on « rentre dans la conversation » encore plus facilement qu’au café. Au total, ceux qui restent muets et solitaires, cantonnés dans leur quant-à-soi, forment une infime proportion du public.

7. Les spectateurs d’origine maghrébine
D’après l’enquête réalisée le 22 mai 1987 à l’occasion du match OM-Lens. L’intensité des symboles traduit le gradient d’intensité du phénomène. Le contraste est net entre le nord et le sud et entre l’est et l’ouest. Taux minimal : 0 % ; maximal : 19,1 %.

  • 17 Jeunes gens issus de l’immigration maghrébine (le mot, devenu conventionnel en français, est assez (...)

10Dernier indicateur à prendre en compte pour camper la morphologie sociale du stade, l’origine « nationale » ou « ethnique » des spectateurs. Si l’on prend pour critères les lieux de naissance des interviewés et de leurs parents, les Italiens et les Espagnols – dont on a dit le poids dans l’histoire démographique de la ville – apparaissent peu ; la plupart se sont fondus dans la ville et dans le stade au cours des générations précédentes. Deux groupes d’immigration récente sont, en revanche, fortement représentés : les pieds-noirs (10,2 % du public) et les Maghrébins toutes nationalités confondues (algérienne, marocaine, tunisienne et française), principalement issus de la vague migratoire des années 1960. En 1987 ces derniers formaient 6,6 % du public, un chiffre reflétant quasi parfaitement leur importance démographique dans la ville. Si les plus de quarante ans fréquentent peu le stade, leurs fils sont, en revanche, nombreux dans les gradins (7,9 % des moins de dix-sept ans sont des beurs)17. Venus des quartiers nord et de leurs grandes cités (La Castellane, Les Flamands, La Solidarité, La Busserine, Bellevue, etc.), ils se regroupent, pour la plupart, sous les panneaux d’affichage et l’écran géant qui surmontent le virage nord (fig. 7). Au fil des ans, cette présence, d’abord juvénile et très localisée, s’est timidement diffusée vers les autres secteurs du stade, et notamment vers la tribune Ganay qui regroupe un public plus âgé, issu des couches populaires et moyennes. Ainsi se dessine une trajectoire, spatiale et sociale, dont on vérifiera plus loin la fréquence pour d’autres catégories de la population : les jeunes des quartiers nord sont massivement présents dans les virages et les avancées nord, leurs aînés relativement nombreux dans la tribune Ganay. Cette fréquentation assidue du Stade vélodrome par les beurs est un phénomène assez récent qui s’est amplifié à partir des années 1980, correspondant à l’irruption d’une génération d’adolescents nés en France. Elle peut s’interpréter comme un rite d’intégration à la société et à la citoyenneté locales, rite que n’avaient pas accompli les générations antérieures habitées par la perspective du retour. Chez ces beurs l’identification à l’om et à la ville est très forte mais leur insertion institutionnelle demeure faible : ils participent peu à la gestion et aux activités des associations de jeunes supporters.

Notes

9 J.-C. Trotel (s. d.: 9-12). L’enquête a été réalisée pendant la saison 1985-1986.

10 Selon les résultats de l’enquête menée par V. Bigeon, J.-P. Goron et L. Lesage, cités par J.-C. Trotel (Ibid. : 10).

11 Une enquête réalisée par la Juventus de Turin en 1985 fait apparaître que, parmi la population active du Stadio comunale, 69 % sont des travailleurs « indépendants » (chefs d’entreprise, artisans, cadres, employés, professions intermédiaires), 31  % des travailleurs « dépendants » (c’est-à-dire des ouvriers). Dans la ville la première catégorie représente 52,5 % des actifs, la seconde 47,5 %.

12 Voir supra note 15, p. 47.

13 Mason (1981 : 150, 167) et supra pp. 173-176.

14 Pour ces données, voir J.-C. Trotel (s. d. : 6).

15 La première enquête (1985), menée auprès des « leaders » des groupes (d’amis, de parents), arrivant au stade, faisait apparaître que 96 % des spectateurs étaient des hommes. La seconde, intégrant les accompagnateurs, a sensiblement corrigé ce résultat : 86,3 % d’hommes, chiffre qui rectifie sans doute le précédent mais qui traduit aussi une légère augmentation de la présence féminine (en 1985, 96 % des « leaders » étaient des hommes, en 1987, 92,8 %).

16 Dans les années 1880, en Angleterre, avant la popularisation massive du jeu et du spectacle, « the fair sex were present in every part of the ground » (« le beau sexe était présent à tous les emplacements autour du terrain » (voir Mason 1981 : 152-153).

17 Jeunes gens issus de l’immigration maghrébine (le mot, devenu conventionnel en français, est assez peu employé à Marseille).

Table des illustrations

Titre 4. Public de l’OM et population active masculine d’Aix-Marseille par catégories socioprofessionnelles
Légende D’après l’enquête réalisée le 22 mai 1987 à l’occasion du match OM-Lens.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4097/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 287k
Titre 5. Origine résidentielle du public de Marseille
Légende D’après l’enquête réalisée le 15 déc. 1985 à l’occasion du match OM -PSG.On notera que la population des quartiers sud (plus chics) est légèrement surreprésentée dans l’enceinte du stade.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4097/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 317k
Titre 6. Public de l’OM et population d’Aix-Marseille par tranches d’âge
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4097/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 241k
Légende 7. Les spectateurs d’origine maghrébineD’après l’enquête réalisée le 22 mai 1987 à l’occasion du match OM-Lens. L’intensité des symboles traduit le gradient d’intensité du phénomène. Le contraste est net entre le nord et le sud et entre l’est et l’ouest. Taux minimal : 0 % ; maximal : 19,1 %.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4097/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 291k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search