Version classiqueVersion mobile

Le match de football

 | 
Christian Bromberger

III Le public des stades : une théâtralisation expressive des appartenances sociales

Les foules sportives : ni anges ni bêtes

Texte intégral

  • 1 Selon l’expression de M. Serres, citée par A. Ehrenberg (1986 : 52) qui oppose et critique ces deu (...)
  • 2 Littéralement « la foule porcine », stigmatisée par Burke.

1Quand on évoque spectateurs et supporters réunis dans les gradins, deux images se télescopent dans la tradition interprétative comme dans les commentaires quotidiens : l’une, festive et rousseauiste, exaltant « une de nos ultimes manières d’être ensemble1 », l’autre, terrifiante et diabolique, dénonçant la horde et la meute, « l’animal social qui a rompu sa laisse » (Moscovici 1985 : 13), « the swinish multitude2 ». Si opposées soient-elles, ces deux conceptions postulent que les comportements en masse possèdent leur logique propre, transcendent, voire abolissent le psychisme et la conscience individuels, en instaurant « un état d’égalité absolue » (Canetti 1966 : 27). G. Le Bon et G. Tarde, tenants de la version diabolique, ont jeté les bases de cette « psychologie des foules », un outil essentiel, selon eux et leurs continuateurs (S. Freud, E. Canetti, S. Moscovici, P. Yonnet...), pour comprendre les sociétés contemporaines : ne sommes-nous pas entrés, depuis la Révolution française, dans « l’âge des foules » devenues des « acteurs » majeurs de l’histoire ?

  • 3 Voir S. Moscovici (1985) qui dresse un excellent panorama de l’œuvre de G. Le Bon et de ses contin (...)

2Au fondement de cette « science des masses », trois idées directrices3 :

  • Une foule n’est pas un simple agrégat d’individus mais une « unité psychologique » où s’estompent, par fusion et contagion, les différences de personnalités et où une volonté collective s’impose aux vouloirs particuliers. « Chacun se sent emporté sans résistance possible dans la conviction de tous » ; les individus, devenus égaux, anonymes et semblables, « ne forment plus qu’un seul corps et une seule âme4 ».
  • Réunis en masse, des individus habituellement logiques, rationnels, raisonnables se transforment en êtres illogiques, irrationnels, déraisonnables ; la conscience s’évanouit, la vie psychique régresse, laissant émerger les « immenses montagnes sous-marines5 » de l’inconscient collectif. « Du moment qu’ils sont en foule, l’ignorant et le savant deviennent également incapables d’observation » (Le Bon 1963 : 20) et prompts à passer à l’acte violent si les événements ne se conforment pas à leurs désirs.
  • Fondus dans la foule, les individus sont comme en état d’hypnose, obéissant aux suggestions, aux mots d’ordre, aux influences que propagent les meneurs dont l’image et la parole séduisantes s’offrent à la fois comme des modèles et comme « le ciment qui tient ensemble l’édifice de la masse » (Moscovici 1985 : 14).

3Dans cette optique, les foules sont, par essence, dangereuses et leur destin inévitablement tragique ; emprisonnées dans l’illusion, elles semblent régner mais ne gouvernent jamais, embrigadées par des leaders prompts à accaparer le pouvoir, à instaurer la subordination, à imposer l’uniformité. Le totalitarisme nazi, stalinien ou maoïste, et, sur un autre mode, la culture de masse propagée par les médias n’illustrent-ils pas ce processus d’aliénation ? Et l’affoulement sportif n’est-il pas la version contemporaine, par excellence, de cette fusion où les individus agissent et parlent dans « un état second » ?

4La « masse en anneau » (Canetti 1966 : 26) réunie dans un stade semble bien, en effet, correspondre point par point au portrait dressé par G. Le Bon : une foule unanime scande les mêmes slogans à l’unisson, sous les ordres de meneurs (les chefs supporters) ; les mots, parfois les actes, sont empreints de violence ; la conscience et la raison semblent soudain abdiquer : « Au stade, nous confiait un supporter, je suis raciste et sexiste, mais cela n’a rien à voir avec mes opinions et mes pratiques de tous les jours. »

5Que les comportements des spectateurs en foule s’affranchissent des règles de la vie ordinaire, favorisent l’expression de valeurs proscrites dans le quotidien, engendrent et exacerbent un sentiment de communauté, voire de communion, suscitent le débridement de paroles, d’actes sous l’influence de meneurs, de dirigeants, de médias, l’observation des tribunes comme les propos des supporters en convainquent. Tous – y compris les moins exaltés – disent éprouver cette modification transitoire de leur être quand, du haut des gradins, ils découvrent la pelouse, la foule chamarrée et entendent résonner les vivats et les chœurs. Peut-on pour autant réduire ces comportements collectifs à une inversion de l’ordre ordinaire, poser que le public des stades forme une masse invertébrée, unanime et anonyme, où la conscience se dissiperait dans la joie festive d’être ensemble et dans la mobilisation consensuelle contre un adversaire ? L’observation de l’intérieur nuance fortement, voire dément, ce que suggère une vision superficielle.

6Des foules unanimes et anonymes ? Par sa forme en anneau compartimenté, où s’inscrivent et s’affichent les hiérarchies (des virages aux tribunes centrales), le stade s’offre comme un des rares espaces où, à l’échelle des temps modernes, une société se donne une image sensible certes de son unité mais aussi des contrastes qui la façonnent. Ces cloisonnements n’échappent pas à la sagacité des supporters. Il arrive que ceux des virages, conscients de leur appartenance, conspuent ceux des tribunes, soutenant pourtant la même équipe, qu’ils jugent guindés et trop peu enthousiastes. « Jean Bouin, enc... », hurle-t-on du virage sud du Stade vélodrome de Marseille, à l’adresse du public de la prestigieuse tribune, qui interrompt, par son apathie, un mouvement d’ensemble. De telles constatations, parmi tant d’autres sur les différences d’attitudes au cœur de la masse, viennent fortement pondérer les verdicts sur l’unanimisme du comportement des foules, sur la contagion, la fusion qui s’opéreraient quasi mécaniquement lors de tels rassemblements. Chaque secteur, voire chaque travée du stade, forme, on va y revenir, une sorte de territoire où s’ancre une conscience d’appartenance commune qui s’exprime, plutôt qu’elle ne se dissout, dans l’effervescence collective.

7Des slogans dictés par les forces obscures de l’inconscient ? Il est vrai que dans l’enceinte du stade se réveillent et s’affichent des schèmes symboliques (la guerre, le sexe, la mort), assoupis ou tus dans le quotidien. Mais les supporters ne sont pas dupes de l’outrance des paroles qu’ils hurlent : des clins d’œil facétieux ponctuent parfois les insultes les plus ordurières, et la surenchère dans l’invective ne témoigne pas tant d’un défoulement que du souci concerté de peser sur l’issue de la rencontre, en déstabilisant l’adversaire par tous les moyens rhétoriques disponibles.

8Des supporters qui, tel Dr Jekyll et Mr Hyde, mèneraient deux vies parallèles, l’une, honorable, dans la cité, l’autre, diabolique, au stade ? Si l’effervescence collective arrache, en effet, aux routines et aux rôles quotidiens, elle ne les gomme pas pour autant ; l’engouement démonstratif pour une équipe n’est pas seulement une rupture par rapport à la vie ordinaire, elle en est aussi, par bien des aspects, le prolongement. La biographie des supporters témoigne de cette continuité, de cette intrication entre une histoire – personnelle, familiale, professionnelle – et une vie militante dans les gradins. Ces interférences n’échappent pas à la conscience des passionnés, parfois diserts jusqu’à l’excès, l’aton assez montré ? sur le sens de leur engagement.

9Des meneurs qui manipuleraient le public ? Si les chefs supporters quadrillent les virages et dirigent avec autorité les manifestations de soutien, ils sont aussi parfois brocardés par leurs troupes où règne une joyeuse indiscipline et une attention à éclipse. Match après match, ils déplorent, comme des adjudants ou des instituteurs, cet esprit frondeur, cette désobéissance, à cent lieues de l’hypnose, qui nuisent à l’exécution d’un programme minutieusement préparé.

  • 6 Voir infra pp. 242 sq. et 264 sq.

10Bref, rien qui s’apparente ici à une meute ou à une horde sauvage, où s’aboliraient brutalement la conscience, les hiérarchies et les appartenances ordinaires, la distance critique vis-à-vis de soi et vis-à-vis des autres. Et même les débordements violents ne s’expliquent que subsidiairement en termes de régression ou de panique contagieuses6.

11A vrai dire, deux logiques façonnent simultanément les foules sportives ; l’une reproduit, voire accuse, l’ordre social quotidien ; l’autre s’en départ, instaurant temporairement de nouvelles formes de relations et affranchissant les individus des normes habituelles. Autrement dit un gouffre ne sépare pas l’homme-masse de l’homme ordinaire mais un pont suspendu les relie, penchant vers l’une ou l’autre rive, selon les individus, les groupes, les enjeux, les contextes. Entre ces extrêmes, la foule sportive a un statut mixte, hybride, intervallaire, balançant entre l’affirmation d’une volonté collective et l’appréhension lucide d’appartenances singulières, entre la conscience aiguë de ce qui se dit et se fait et le débridement des émotions. A méconnaître ces propriétés contradictoires, on verse, comme la « psychologie des foules » et plus tard l’école de Francfort, dans une vision caricaturale des masses, réduites à des agglomérats homogènes, inconscients et impulsifs. La réalité du terrain infirme cette image, lui opposant celle d’une foule structurée qui parle de ce qui la cimente et la compartimente et où le débridement des affects est le plus souvent contrôlé.

  • 7 Sur cette distinction, voir J. O’Connor (1993 : 104) qui, en introduction à la traduction anglaise (...)
  • 8 Pour une présentation de ces enquêtes, voir supra note 42, p. 167.

12Quelle est la composition de ce public, terme que l’on préférera désormais à celui de foule7 ? Selon quels critères les spectateurs se répartissent-ils dans cette enceinte cloisonnée en virages, quarts-de-virage et tribunes centrales ? Comment se différencient-ils par leurs comportements et leurs modes d’agrégation ? Les observations, au fil des matchs, travée par travée, et deux enquêtes systématiques menées auprès du public du Stade vélodrome de Marseille8 permettent d’appréhender les règles de composition et d’organisation de cet espace singulier.

Notes

1 Selon l’expression de M. Serres, citée par A. Ehrenberg (1986 : 52) qui oppose et critique ces deux visions, angélique et diabolique, des foules sportives.

2 Littéralement « la foule porcine », stigmatisée par Burke.

3 Voir S. Moscovici (1985) qui dresse un excellent panorama de l’œuvre de G. Le Bon et de ses continuateurs.

4 M. Mauss (1973 : 126) pour qui, contrairement à G. Le Bon, cette fusion n’entraîne pas l’abdication mais la convergence des consciences.

5 Selon les mots de G. Le Bon (1911 : 36).

6 Voir infra pp. 242 sq. et 264 sq.

7 Sur cette distinction, voir J. O’Connor (1993 : 104) qui, en introduction à la traduction anglaise d’un de nos articles (C. Bromberger. A. Hayot, J.-M. Mariottini, 1987), fait justement remarquer que « public » s’oppose à « foule » comme la conscience à l’inconscience, l’organisé au grégaire, le comportement de la société dans son ensemble à celui d’une classe particulière.

8 Pour une présentation de ces enquêtes, voir supra note 42, p. 167.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search