Version classiqueVersion mobile

Le match de football

 | 
Christian Bromberger

II Le football comme métaphore

Les joueurs : des figures emblématiques des identités sociales

Texte intégral

1Si l’équipe, dans son ensemble, offre, à travers son style et sa composition, un support expressif à l’affirmation d’une identité collective, chaque joueur suscite plus ou moins de faveurs auprès des différentes fractions du public selon les qualités spécifiques qu’il met en œuvre. L’engouement pour une équipe est ainsi à la fois objet de consensus et support de différenciation, chaque catégorie de spectateurs s’identifiant préférentiellement à tel ou tel joueur, en fonction de caractéristiques sportives, d’un trajet biographique singulier qui apparaissent comme des métaphores d’un univers social et professionnel.

2Dans un article pénétrant, J.-S. Leite Lopes et S. Maresca analysent les obsèques, en 1983, de Garrincha qui fut, à côté de Pelé, une des gloires du football brésilien de 1955 à 1965. Ce joueur exceptionnel aurait pu être inhumé dans un cimetière chic de Rio mais, conformément à ses dernières volontés, il fut enterré à Pau Grande, une banlieue ouvrière où il avait grandi. Une foule immense suivit les funérailles de celui qui était surnommé l’alegria do povo (la joie du peuple). Par son apparence, son style de jeu, une vie dramatique, interrompue prématurément par l’alcoolisme, Garrincha incarnait « une certaine culture des classes populaires » qui éprouvaient pour lui une affection particulière. Joueur noir, aux jambes arquées, il « affichait dans son corps et son allure tous les stéréotypes du pauvre brésilien » (Leite Lopes et Maresca 1989 : 28-29) ; son jeu comique, inspiré, aux dribbles déconcertants, prolongeait celui pratiqué dans « les peladas, c’est-à-dire lors de ces matchs de quartier disputés sur n’importe quel terrain, souvent pieds nus » (Ibid. : 26) et dans les clubs d’entreprise, où il débuta : l’indiscipline, la liberté, le « jeu pour le jeu » étaient les caractéristiques les plus saillantes du style de ces équipes, paradoxalement en un sens dans « un monde de domination patronale » (Ibid. : 29). A l’opposé du roi Pelé, ayant géré sa carrière et ses lendemains à la façon d’un grand professionnel, Garrincha conserva, même au faîte de sa gloire, une culture de pauvre ; épicurien, imprévoyant, déballant sans vergogne les différends et les drames de sa vie privée, il aimait revenir du Maracanà, le plus grand stade du monde, d’une capacité de 200 000 spectateurs, dans le camion de ses supporters et fêter les victoires du Botafogo dans les bars de Pau Grande où il continuait de vivre. Face au roi Pelé, Garrincha symbolisait donc le peuple.

3Les enquêtes à grande échelle et les entretiens menés à Marseille, Naples et Turin ont fait ressortir de semblables processus d’identification. Au-delà de préférences communes pour des vedettes incontestées, chaque catégorie de spectateurs affiche une inclination particulière pour tel ou tel type de joueur. Rappelons-nous les palmarès établis par les trois principaux leaders de la tifoseria napolitaine. Le président de la puissante Associazione Italiana Napoli Club, regroupant des supporters d’âge mûr, place, au-dessus de tous les autres joueurs, Alemao, un remarquable organisateur distribuant avec précision les ballons aux attaquants ; Palummella, le capo carismatico du commando ultra, a pour idole Maradona, pauvre devenu riche mais fidèle à ses origines, un destin idéal que le leader de la curva B, devenu vedette, tente de s’approprier, à sa mesure et à sa façon, dans les gradins ; Bombo, le chef des Blue Tigers de la curva A, ne nourrit ni illusion ni ambition de ce genre ; le symbole de son inlassable activité au service des jeunes, et son joueur préféré, c’est Bagni, un milieu de terrain, pugnace et infatigable, faisant preuve d’un extraordinaire esprit de corps et dont la mère règle, comme il se doit, les affaires sentimentales : n’avait-elle pas livré à la vindicte des supporters de Pérouse tel mannequin dont son fils s’était amouraché ?

4En 1990, Jean-Pierre Papin est incontestablement le joueur préféré par le public marseillais, devançant, de très loin, une autre vedette, Chris Waddle. Cependant un certain nombre de supporters place E. Francescoli, un remarquable technicien uruguayen au jeu léché et élégant, en tête de leur palmarès. Ainsi, Maître P., que nous avons rencontré dans les premières pages de ce volume, voue une admiration particulière à ce fin tacticien aux déviations et aux contrôles impeccables. Il le préfère à JeanPierre Papin dont le style débridé lui plaît moins. Ce verdict est partagé par d’autres amateurs du travail bien fait, qui n’appartiennent pas à la même catégorie sociale que Maître P. M. F. est technicien d’entretien à la sncf et réputé, parmi ses collègues de travail, pour son perfectionnisme. Le jeu méticuleux de Francescoli et, dans une moindre mesure, de Vercruysse, le séduit plus que les chevauchées de Papin.

5Même contraste à Turin où, en 19841985, beaucoup de jeunes et d’ouvriers préféraient l’avant-centre Boniek, « le cheval fou », fonceur et baroudeur, peu avare de ses efforts, à Platini, le stratège, le meneur de jeu et d’hommes, calculateur et évitant les gestes inutiles, qui recueillait davantage les faveurs des cadres. Quant aux migrants fraîchement arrivés de Calabre ou de Sicile ils vouaient une tendresse particulière à Mauro dont on a campé plus haut le destin emblématique.

  • 42 La première s’est déroulée le 15 décembre 1985 à l’occasion du match OM-PSG, la seconde le 22 mai (...)

6Les deux enquêtes menées dans le Stade vélodrome de Marseille42 auprès d’un large échantillon de spectateurs permettent d’appréhender plus systématiquement ce jeu d’affinités. En 19851986 José Anigo est le seul rescapé de l’équipe des Minots qui a permis la remontée de l’om en première division en 1984. « José », on l’a dit, occupe la quatrième place au hit-parade des spectateurs derrière Bell, Diallo et Bonnevay. Cet arrière latéral ne doit pas tant sa popularité à la qualité technique de son jeu – congédié par l’om en 1987 il rejoindra le club de Nîmes, en deuxième division, puis celui d’Endoume, en troisième division – mais à sa pugnacité et à sa personnalité. Fils des quartiers nord, José demeure fidèle à ses origines : n’a-t-il pas fait construire, avec ses gains de joueur, une maison dans les quartiers nord de Marseille, ces mêmes quartiers que se dépêchent de quitter les jeunes dès qu’ils en ont les moyens ? Sur le terrain Anigo « mouille le maillot », se « défonce » pour sa ville et son club, est parfois brutal et a de nombreux démêlés avec les arbitres (dont il ne comprend pas, en toute bonne foi, les remontrances, nous confiait l’un d’entre eux). Il a conservé le style des équipes des quartiers nord, réputées, à l’inverse de celles du sud, pour leur jeu dur. C’est là qu’il a débuté, dans un club corporatif, avant d’être remarqué par les recruteurs de l’om. De façon significative, cette figure du Marseille populaire obtient ses meilleurs scores auprès des ouvriers, des petits employés, et des jeunes des quartiers nord qui s’entassent dans levirage nord du stade. En cette même année, l’om comptait dans ses rangs une « vedette étrangère » au style résolument opposé à celui de J. Anigo : Kenneth Brylle, un Danois, qui ne fit pas de miracle. Au moins devaiton reconnaître à ce joueur de la courtoisie sur le terrain, de l’élégance dans le geste et une certaine finesse technique qui se révéla, au demeurant, rarement efficace. Brylle, s’il ne recueillait guère de suffrages (4,4 % de l’ensemble des spectateurs interrogés) obtenait des résultats (11 %) supérieurs à la moyenne dans la tribune ouest qui regroupe le public le plus huppé. L’équipe avait alors pour capitaine Jacky Bonnevay, un libero réputé pour sa sobriété, le sérieux de son jeu et son sens de l’organisation ; il était plus prisé par les chefs d’entreprise, les commerçants et artisans, les cadres supérieurs et moyens que par les ouvriers et les petits employés. C’est, de façon très parlante (fig. 3a) dans la tribune est du stade, regroupant surtout un public d’âge mûr d’artisans et de cadres moyens que ce « petit patron » sur le terrain réalise son meilleur score.

3. La population relative dans le stade de trois joueurs de l’OM

7Le stade se décompose en espaces cloisonnés : deux tribunes Jean Bouin (ouest) et Ganay (est), divisées chacune en 2e série (vers l’extérieur) (celle de Jean Bouin a été transformée en loges en 1986-1987), 1re série (au centre), avancées (vers la pelouse) ; quatre quarts-de-virage de part et d’autre des tribunes ; quatre secondes et deux virages (ces séparations ont été depuis supprimées) dans l’axe des buts ; derrière les buts les populaires.

a) Où appréciait-on Bonnevay ?
D’après l’enquête effectuée le 15 déc. 1985 à l’occasion du match om-psg.
En décembre 1985, ce sont, comme souvent dans l’histoire de l’om, deux joueurs étrangers, en l’occurrence Joseph-Antoine Bell et Abdoulaye Diallo, qui sont les plus populaires. Loin derrière vient Jacky Bonnevay qui est particulièrement prisé dans la tribune est (Ganay). On notera que ce joueur était plus apprécié dans le virage sud, qui regroupait alors un public populaire d’âge mûr, que dans le virage nord où se concentrait la majorité des jeunes supporters.
Taux de préférence minimal : 0 % ; maximal : 20 %.

b) Où appréciait-on Bell ?
D’après l’enquête effectuée le 22 mai 1987 à l’occasion du match om-Lens. Bell jouit d’une aura maximum dans le virage nord ; son panache est aussi apprécié par le public huppé de la première série (au centre) de la tribune ouest (Jean Bouin). Taux de préférence minimal : 15 % ; maximal : 34.1 %.

c) Où appréciait-on Giresse ?
La carte de popularité d’Alain Giresse est, pour ainsi dire, le négatif de celle de Joseph-Antoine Bell. « Gigi » est particulièrement prisé dans les tribunes, où se regoupent les spectateurs adultes. Taux de préférence minimal : 16,7 % ; maximal : 46,4 %.
Figures réalisées avec le concours d’A. Chatelain et J.D. Gronoff (ehess Marseille). L’intensité des symboles traduit le gradient d’intensité du phénomène.

8Ces différences dans les goûts et les identifications apparaissent encore plus nettement quand on compare les distributions des cotes de popularité des deux vedettes de l’om en 1987, Joseph-Antoine Bell et Alain Giresse. On peut ici parler de véritables systèmes d’opposition que mettent en évidence les cartes et l’analyse matricielle. Il est vrai qu’il s’agit là de deux joueurs au comportement profondément différent. Bell, on l’a dit, est un goal facétieux, virtuose, spectaculaire ; camerounais, il symbolise le cosmopolitisme idéal de la cité. Giresse, international à la veille d’une retraite définitive, est avant tout un organisateur, doué d’un extraordinaire sens tactique, plutôt qu’un amateur d’exploits fantasques et virevoltants. Bell jouit d’une aura maximum dans les virages (fig. 3b) où s’entasse un public jeune, amateur de « numéros », et singulièrement dans le secteur nord où se regroupent des spectateurs résidant dans le nord de l’agglomération, dont bon nombre sont des fils d’immigrés. Ne symbolise-t-il pas, pour ces jeunes, la trajectoire idéale d’une intégration réussie ? De façon symptomatique, lors de son dernier match sous les couleurs de l’om à la fin de la saison 1987-1988 une banderole portant « Joseph reste avec nous » était brandie par les supporters du virage nord. La carte de popularité d’Alain Giresse est, pour ainsi dire, le négatif de celle de Joseph-Antoine Bell. « Gigi » recueille ses meilleurs taux de suffrages dans les tribunes centrales (fig. 3c) où se regroupe un public plus âgé que dans les virages. Les artisans, commerçants et chefs d’entreprise, les cadres supérieurs et moyens, les ouvriers et employés hautement qualifiés lui accordent particulièrement leurs faveurs. Cet organisateur n’exhibe-t-il pas, sur le terrain, des qualités similaires à celles que prisent, dans leur univers professionnel, ces différentes catégories de spectateurs ? De façon significative, c’est dans le virage nord, jeune, bruyant, désordonné, qu’Alain Giresse réalise son plus faible score.

9L’âge est donc un des critères décisifs pour rendre compte de ces variations de goût. Parmi les très jeunes spectateurs (moins de dix-sept ans) 32 % placent Bell en première position, 15,7 % Giresse ; chez les dix-sept/vingt-quatre ans l’écart se resserre (25,3 % pour Bell, et 22,4 % pour Giresse) ; la hiérarchie s’inverse dans la tranche d’âge comprise entre vingt-cinq et trente-neuf ans : Giresse recueille 35,9 % des suffrages, Bell 21,6 % seulement. Cet écart se maintient grosso modo chez les spectateurs âgés de quarante à cinquante-neuf ans (34,2 % pour Giresse, 26,1 % pour Bell) puis se creuse dans le public des plus de soixante ans (42,9 % pour Giresse, 25,8 % pour Bell). Corroborant ces données, le profil du joueur arrivant en troisième position dans ce palmarès : dans les trois premières tranches d’âge (jusqu’à trente-neuf ans) c’est Sliskovic, un dribbleur yougoslave donnant, dans ses bons jours, le tournis à ses adversaires ; dans les deux dernières, c’est Forster, un stoppeur allemand à la technique impeccable. Chez les jeunes (moins de vingt-quatre ans) Sliskovic recueille plus de 14 % des suffrages ; dans le public de plus de soixante ans, 2,9 %. Forster n’apparaît pas dans le hitparade des très jeunes (moins de dix-sept ans) ; il réalise en revanche, un fort bon score (14,3 %) auprès des spectateurs âgés de plus de soixante ans.

10Au total, les « systèmes » Bell et Giresse se différencient par une série de traits étroitement corrélés : les supporters du premier sont, en majorité, des jeunes de moins de vingt-quatre ans, résidant dans les quartiers nord de la ville, où ils poursuivent des études, sont ouvriers, employés ou chômeurs ; on compte parmi eux une bonne proportion de fils d’immigrés, maghrébins notamment. Les supporters de Giresse ont un profil opposé : ils sont, en majorité, âgés de plus de quarante ans, appartiennent aux classes moyenne ou supérieure, résident plutôt dans les quartiers sud...

11Ainsi, les préférences pour tel ou tel joueur se modulent-elles en fonction de l’appartenance sociale, du style de vie et de comportement des différentes catégories de spectateurs. Vus sous cet aspect, les joueurs, dans leur diversité, apparaissent comme des figures emblématiques des identités sociales. Nuançons cependant le propos ; d’une part, ce sont des vedettes au type de jeu bien tranché qui suscitent des réactions aussi contrastées ; d’autre part les mécanismes identificatoires ne suivent pas toujours le chemin de l’homologie. Certains spectateurs affichent des préférences pour des joueurs qui, loin de cristalliser l’idéal socio-sportif de leur moi, paraissent plutôt comme des figures inversées de ce qu’ils sont dans le quotidien. Le statut symbolique des vedettes oscille ainsi entre deux registres, celui de l’ « imitable » dans la vie quotidienne et celui de l’inaccessible, entre la légende et le « mythe ».

Notes

42 La première s’est déroulée le 15 décembre 1985 à l’occasion du match OM-PSG, la seconde le 22 mai 1987 à l’occasion du match OM-Lens. Vingt enquêteurs étaient répartis aux entrées des tribunes, quarts-de-virage, « secondes », virages, « populaires », de telle sorte que l’échantillon des interviewés fût proportionnel à la population des divers secteurs du stade. Le questionnaire fut soumis à 920 spectateurs lors de la première enquête, à 640 lors de la seconde. Les questions portaient sur l’âge, le sexe, le mode d’arrivée au stade (seul, en groupe, en famille, avec des amis), l’activité, le lieu de travail, la résidence, le lieu de naissance, le lieu de naissance des parents, l’assiduité au stade (nombre de matchs vus pendant l’année), les liens entre pratique et spectacle (l’interviewé jouait-il, ou avait-il joué, dans un club de football ?), les joueurs préférés dans l’équipe actuelle de l’OM et dans les équipes passées. Lors de la seconde enquête des questions complémentaires furent introduites sur la composition du groupe accompagnant l’interviewé (nombre, âge, liens familiaux, amicaux... des individus entre eux).

Table des illustrations

Légende a) Où appréciait-on Bonnevay ?D’après l’enquête effectuée le 15 déc. 1985 à l’occasion du match om-psg.En décembre 1985, ce sont, comme souvent dans l’histoire de l’om, deux joueurs étrangers, en l’occurrence Joseph-Antoine Bell et Abdoulaye Diallo, qui sont les plus populaires. Loin derrière vient Jacky Bonnevay qui est particulièrement prisé dans la tribune est (Ganay). On notera que ce joueur était plus apprécié dans le virage sud, qui regroupait alors un public populaire d’âge mûr, que dans le virage nord où se concentrait la majorité des jeunes supporters.Taux de préférence minimal : 0 % ; maximal : 20 %.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4092/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 303k
Légende b) Où appréciait-on Bell ?D’après l’enquête effectuée le 22 mai 1987 à l’occasion du match om-Lens. Bell jouit d’une aura maximum dans le virage nord ; son panache est aussi apprécié par le public huppé de la première série (au centre) de la tribune ouest (Jean Bouin). Taux de préférence minimal : 15 % ; maximal : 34.1 %.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4092/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende c) Où appréciait-on Giresse ?La carte de popularité d’Alain Giresse est, pour ainsi dire, le négatif de celle de Joseph-Antoine Bell. « Gigi » est particulièrement prisé dans les tribunes, où se regoupent les spectateurs adultes. Taux de préférence minimal : 16,7 % ; maximal : 46,4 %.Figures réalisées avec le concours d’A. Chatelain et J.D. Gronoff (ehess Marseille). L’intensité des symboles traduit le gradient d’intensité du phénomène.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4092/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 308k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search