Version classiqueVersion mobile

Le match de football

 | 
Christian Bromberger

II Le football comme métaphore

La composition de l’équipe comme parabole d’un destin collectif

Texte intégral

  • 35 Seuls Guido Buchwald et le remplaçant Pierre Littbarski introduisaient une légère dissonance dans u (...)

1Qui voudrait se donner une vision exemplaire et rapide du melting-pot à la française, de la tradition républicaine d’intégration n’aurait de meilleur moyen que de consulter la composition des équipes nationales ayant rendu célèbre le « football-champagne ». L’équipe qui rencontrait par exemple, la Yougoslavie le 16 décembre 1985 « était emmenée par Michel Platini, petit-fils d’Italien. Elle comprenait dans ses lignes arrière, Battiston (petit-fils d’Italien aussi), Manuel Amoros (fils d’Espagnol), William Ayache (pied-noir venu d’Algérie). En milieu de terrain, à part Platini, on trouvait Giresse (fils d’immigré espagnol par sa mère), Tigana (né au Mali, arrivé enfant à Marseille), Luis Fernandez (né en Espagne et immigré en France avec sa famille). La ligne d’avants comptait José Touré (fils d’un immigré malien lui aussi), Yannick Stopyra (petit-fils de Polonais). Sur le banc de touche, Bellone et Ferreri tous deux d’origine italienne » (Beaud et Noiriel 1990 : 83). Contrepoint à cette équipe aux origines composites, la formation allemande qui remporta le championnat du monde en 1990, illustration quasi parfaite35 d’une nation fondée sur une communauté de sang.

  • 36 Voir Bale (1990 : 8). Cette tendance s’est infléchie en 1994, les clubs britanniques ayant recruté (...)
  • 37 En 1987 on comptait 87 joueurs étrangers dans les 20 clubs de première division : 29 étaient origin (...)

2Baromètres tout aussi sensibles des conceptions idéales de l’intégration, les acquisitions, par les clubs, de joueurs étrangers : ceux-ci représentaient, en 1987, 1,9 % de l’effectif professionnel de la League anglaise36 ; en France, en 1990, ils formaient presque le quart (24,5 %) des footballeurs de première division37. Les esprits sarcastiques arguëront que le niveau du football français nécessite le renfort de joueurs étrangers (760 ont été recrutés par les clubs de 1947 à 1985). Cependant, même les plus alarmistes conviendront que les différences qualitatives entre les footballs des deux pays ne justifient pas un écart statistique d’une telle ampleur. Et que dire des préférences pour les joueurs de telle ou telle origine sinon qu’elles révèlent souvent des choix ou des affinités qui échappent à la seule docimologie sportive ? Les clubs anglais acquièrent surtout des Hollandais, des Yougoslaves, des Danois, des Norvégiens ; les clubs français recrutent aussi des Yougoslaves mais, en grand nombre, des joueurs d’Afrique noire. Plus généralement, l’Europe du Sud est friande de talents étrangers, l’Europe du Nord y est plus rétive et recrute parmi les nations proches. Et ni les possibilités économiques des clubs ni les niveaux relatifs des joueurs autochtones ne peuvent rendre compte à eux seuls de ce contraste. Se profilent sous des choix qui semblent dictés par la seule recherche de l’efficacité sportive et économique, des conceptions profondes de l’identité. Parfois, celles-ci s’affichent ; souvent « elles se pensent dans la tête » des responsables « à leur insu » (Lévi-Strauss 1964 : 20) et pèsent néanmoins fortement sur des décisions justifiées en termes uniquement sportifs. Au premier registre – celui où l’appartenance du joueur est un critère décisoire et explicite de recrutement – se rattachent quelques exemples fameux : celui de Glasgow est éloquent. Les supporters partagent leur ferveur entre le Celtic, représentant les immigrés irlandais catholiques, et les Rangers, symbole de la Couronne et de la communauté protestante. En juillet 1989 le recrutement, par les Rangers, de Maurice Johnston, un joueur catholique, a déclenché une très vive polémique. Les supporters ont déposé une couronne dans le stade, en signe de deuil, et leur président déclarait : « C’est un triste jour pour les Rangers. Cela me noue la gorge et il y a beaucoup de gens qui vont résilier leur abonnement » (Moorehouse 1989 : 2). Depuis quatre-vingts ans aucun joueur catholique n’avait joué dans l’équipe. Mais, dans la plupart des cas, les choix épousent un cheminement plus complexe où l’on peut lire cependant l’obscur travail d’un imaginaire enraciné dans la durée.

3Voilà donc le paradoxe : de clubs fortunés on attend qu’ils recrutent les meilleurs sur des critères exclusivement sportifs dans les limites qu’imposent les règlements des fédérations et des lois du marché. Cette recherche d’une efficacité maximum se combine en fait avec la quête symbolique d’une équipe qui refléterait, sur un mode idéal, la population dont elle est le porte-étendard. L’om, la Juve et le Napoli fournissent des raccourcis, plus ou moins nuancés ou caricaturaux, d’histoires et de destins collectifs singuliers.

  • 38 Minots : jeunes garçons en français régional.
  • 39 L’Équipe, 27-28 juillet 1991 (p. 9).

4La composition de l’équipe de l’om a balancé, au cours du temps, entre deux formules extrêmes, symbolisant les contradictions de l’identité de la ville. D’un côté, l’appel à des joueurs locaux, de l’autre, formule plus prisée, le recrutement de vedettes étrangères. A une seule période, de 1981 à 1984, la ville s’est véritablement identifiée à une équipe composée uniquement de joueurs du cru, quand les Minots38, issus du centre de formation du club, permirent à l’om de remonter en première division. 286 000 spectateurs assistèrent aux matchs au Stade vélodrome en 1983-1984 : « une moyenne de 16 000 spectateurs par match. Du jamais vu en seconde division » (Grimaud et Pécheral 1984 : 321). Pour certains, l’aventure « héroïque » des Minots symbolisait une formule idéale : « Pour défendre avec la foi et le courage indispensables un club et une ville, il faut l’aimer et pour cela le plus simple est encore d’y être né. » La popularité de ces jeunes joueurs tenait largement à leur autochtonie, que l’on se plaît à rappeler : « Caminiti était de Saint-Antoine, De Falco du Canet, Flos de Sainte-Marthe, Anigo de Saint-Louis », autant de quartiers du nord de l’agglomération, véritables fiefs du patriotisme marseillais. Faut-il souligner – la consonance même de leurs noms l’évoque – que ces « purs Marseillais » sont eux-mêmes issus de vagues migratoires (italiennes, espagnoles) constitutives de l’identité de la ville ? Mais ce cas de figure – la représentation de soi par soi –, objet d’un consensus fugitif, s’efface dans l’histoire du football à Marseille derrière la formule opposée, la représentation de soi par l’autre. Sans doute apprécie-t-on que l’équipe compte quelques joueurs du cru, garants de l’identité locale (ce rôle de symbole de l’autochtonie fut assuré, quand, de 1987 à 1994, l’om ne compta plus de jeunes Marseillais dans ses rangs, par le club d’Endoume, un quartier du centre de la ville, qui avait récupéré plusieurs « Minots historiques » et jouissait ainsi d’une forte popularité dans toute l’agglomération). Mais ceux qui à travers le temps recueillent le plus de faveurs sont incontestablement les vedettes étrangères qui, après avoir donné des gages publics de leur « adoption » (déclarations valorisant Marseille, pèlerinage ostentatoire à Notre-Dame de la Garde), ont pour mission de « faire honneur à la ville ». Un surnom, l’emploi de leur prénom pour les encourager ou s’y référer consacrent cette intégration : la Foudre pour Kohut, el Jaguar pour Vasconcellos, Josip pour Skoblar, Roger pour Magnusson, Baka pour Sliskovic, etc. 3 septembre 1985 : Bell, recruté deux mois auparavant et qui deviendra l’idole du stade, est désormais interpellé par son prénom, signe de son « adoption ». Ces joueurs s’intègrent vite dans le tissu social de la ville où ils nouent des amitiés, sont facilement invités, ce qui n’est pas le cas à Lyon, par exemple, où ils restent isolés en dépit de leur notoriété. « C’est dur de s’implanter à Lyon », commentait R. Domenech, l’entraîneur du club de la ville. « Ceux qui arrivent au club doivent être encore plus forts que les autres. Il existe une forme d’exclusion propre aux Lyonnais. La plupart des stars, ici, étaient de la région... et on ne raffole pas des vedettes étrangères spectaculaires. Le Lyonnais n’aime ni l’esbroufe ni le clinquant39 ». Et il est vrai que de grands joueurs comme Bourderbala et Cabanas ne suscitaient pas alors l’enthousiasme des supporters.

5Des chiffres donnent une idée précise de la prédilection marseillaise pour les joueurs étrangers. De 1945 à 1974 l’équipe de Reims, qui a dominé le football français à la fin des années cinquante, comptait en moyenne 7 % d’étrangers dans ses effectifs ; Saint-Étienne le club phare des années 1970, 12,3 % ; l’om, pendant la même période, 18 %. Dès ses origines, mais surtout à partir des débuts du professionnalisme en 1932, l’om pratique, en effet, une politique de recrutement de talents étrangers, associant des joueurs d’Europe centrale et d’Afrique du Nord pour former une équipe spectaculaire. Puis ce sont des vedettes suédoises, yougoslaves, brésiliennes, d’Afrique noire, britanniques... qui ont fortement marqué l’histoire et la mémoire du club. Il est remarquable que des joueurs français qui ont pourtant tenu un rôle majeur dans le succès de l’équipe (Bonnel, Bosquier, Carnus, dans les vingt-cinq dernières années par exemple) soient moins présents dans les souvenirs des supporters. On arguëra que les vedettes étrangères furent, pour la plupart, des attaquants et que c’est à ce titre qu’ils doivent leur supplément de popularité dans une ville où l’on aime le football spectaculaire. Mais cet argument n’emporte pas la conviction : d’une part, parmi les « oubliés », on compte bon nombre de joueurs français (Zatelli, Dard, Pironti...) qui occupent une excellente place dans le palmarès des buteurs de l’équipe ; d’autre part, c’est un goal, mais étranger, qui, en 1985-1986, recueillait le plus de faveurs auprès des supporters. En fait, à qualités égales, le joueur étranger possède invariablement une aura supérieure à celle du joueur indigène.

6A quoi rime cette fascination pour la vedette étrangère ? Que nous dit-elle de l’identité de la ville ?

7Cette prédilection pour les gloires venues d’ailleurs porte sans doute une double signification. Faire célébrer sa propre identité par des étrangers, c’est à la fois affirmer symboliquement sa force d’attraction face au dédain ambiant et répéter, sur un mode idéal, une histoire façonnée par de puissants mouvements migratoires. A la stigmatisation de l’autre proche, genre dont la ville est aussi championne, l’équipe, dans sa diversité, oppose une facette complémentaire de l’imaginaire urbain, celle, on l’a dit, d’un cosmopolitisme valorisé. A la xénophobie au quotidien pour le nouveau venu, surtout s’il est pauvre, répond la xénophilie dans la longue durée quand la ville s’arrête sur son passé, se raconte et se rêve. Au fond sur le terrain se rejoue la parabole d’un destin collectif, aux origines mêmes de la cité. Faut-il rappeler que, selon la légende, la ville a été fondée par Protis, navigateur phocéen, qui avait épousé Gyptis, la fille du roi local ? La médaille que portent certains supporters de l’om représente ce couple fondateur dont l’effigie a longtemps orné les cahiers des élèves de l’école primaire. Au-delà du mythe fondateur, l’histoire de cette ville-port a été modelée, on l’a souligné plus haut, par des vagues migratoires successives qui se sont amplifiées à l’époque contemporaine. La trajectoire des vedettes étrangères adoptées offre une sorte de raccourci expressif et idéalisé de cette fusion dans la cité. Les faveurs réservées aux dirigeants étrangers à la ville, s’ils réussissent, relèvent aussi de cette prédilection pour l’aventure migratoire couronnée de succès et participe de cette xénophilie qui s’affiche quand l’Autre devient le chantre de sa terre d’adoption. Sous cet aspect, le destin de Bernard Tapie est exemplaire : aventurier, parti de rien, homme nouveau sur le plan local, il a incarné la figure du démiurge, porteur de richesses matérielles et symboliques, dispensateur d’honneur, venu clamer très fort les mérites de la ville « injustement décriée ».

44. Le XXVe centenaire de la fondation de Marseille. Affiche de D. Dellepiane (1899) représentant l’alliance de Protis et de Gyptis. 1899 est aussi la date de la création de l’OM. Le nom du club fait écho à la « renaissance des Jeux olympiques en cette fin de siècle ». (Musée d’histoire de Marseille)

  • 40 Jus soli : citoyenneté par la naissance sur le sol ; jus sanguinis : citoyenneté par l’ascendance g (...)
  • 41 F. Sieburg, Dieu est-il français ?, Paris, Grasset, 1930 (p. 76).

8Plus profondément, ce culte de la vedette étrangère témoigne, à sa façon, des conceptions locales de la citoyenneté. Il exprime, sur un mode emphatique, la prédominance du jus soli sur le jus sanguinis40 dans cette frange latine de l’Europe ; il rappelle que l’on peut devenir marseillais, voire provençal, sans exciper, comme dans d’autres sociétés, d’une longue généalogie autochtone, ou, pour paraphraser l’admirable formule que F. Sieburg a appliquée à un autre contexte, que l’on peut devenir membre de cette collectivité « comme l’on se fait baptiser »41.

9En matière d’adoption, l’Italie est aussi bonne mère. D’une part, elle accorde un statut très favorable aux oriundi (originaires émigrés) pour recouvrer leurs droits de citoyens et de joueurs. En deuxième lieu, la conception italienne de la nation est proche de la conception française et reconnaît largement le droit du sol. En troisième lieu, le football, importé ici, comme en France, par les Anglais, baigne, dès ses origines, dans le cosmopolitisme ; enfin, les clubs de la péninsule sont les plus riches du monde et peuvent donner libre cours à leur appétit de vedettes étrangères. A l’exception de l’époque fasciste (où l’on valorisait les joueurs nationaux et les oriundi, glorieux témoins de l’expansion de l’Italie en dehors de son territoire) et d’une période protectionniste (de 1964 à 1980) pour endiguer les excès, le contexte idéologique et économique a été favorable à une politique de transfert de joueurs étrangers. Mais les services, autres que proprement sportifs, que l’on attend de cette présence étrangère ne recouvrent pas les mêmes significations qu’à Marseille (la France est un pays d’immigration, l’Italie d’émigration) et se modulent sensiblement de Naples à Turin. Talents étrangers et joueurs italiens sont associés, du Sud victime au Nord prospère, selon des formules distinctes.

10Écrasée sous le poids de sa mauvaise réputation, la population napolitaine aime les recrutements spectaculaires de vedettes étrangères. Comme à Marseille, de tels coups d’éclat ont un parfum de revanche symbolique. Engager Sivori, Kröl, Dirceu, Maradona, Careca, etc., leur faire proclamer leur attachement à la ville, n’est-ce pas affirmer symboliquement la force d’attraction d’une cité injustement méprisée, opposer au dédain le renom ? La plupart de ces vedettes étrangères furent ici, on l’a dit, sud-américaines, souvent oriundi, à l’image de ces Italiens du Sud ayant été contraints à l’émigration. Des enfants prodigues, parés de gloire, s’offrant comme paraboles d’un destin accompli. C’est par « doublettes » que ces vedettes sud-américaines ont fortement marqué l’histoire et la mémoire du club : Pesaola-Vinicio dans les années 1950, Sivori-Altafini, pendant la décennie suivante, Maradona-Careca dans les années 1980. Le symbole de l’adoption est ici aussi la sur-nomination ou la prénomination que les Napolitains réservent aux vedettes qui, par leurs déclarations, leur style de jeu, se sont ostensiblement identifiés à la ville. Les autres, qui affichent plus de distance, sont interpellés ou désignés par leur simple patronyme, tel Jeppson dont on a exposé plus haut le transfert record et les difficultés d’adaptation à la manière napolitaine. C’est qu’ici on attend des étrangers, outre de l’efficacité dans le jeu, une fusion dans la cité. Et l’on éprouve une fierté particulière à évoquer les vedettes qui se marièrent, demeurèrent ou revinrent dans la ville après leur carrière : Vinicio (’o Lione), dont les noces furent célébrées en grande pompe, Achille Lauro soi-même tenant le rôle de témoin, Jarbas (Cané) qui se remaria aussi à Naples et y demeura, Sivori qui s’y établit définitivement... Cette même soif de revanche symbolique rend particulièrement délectable le succès, à Naples, de joueurs étrangers qui ont échoué ou ont connu des problèmes dans les métropoles septentrionales de l’Italie : tel fut le cas, on l’a dit, de Sivori mais aussi d’Altafini qui était traité de « femmelette » par son entraîneur à Milan et s’épanouit dans le club napolitain. La vedette étrangère est enfin le truchement des défis les plus ostentatoires que se plaît à jeter la ville à la face des autres pour affirmer sa grandeur et sa singularité. Le Napoli fut le premier club italien à recruter un joueur noir, La Paz, en 1946 ; et il battit, une nouvelle fois, en 1984, le record absolu en matière de transfert, en engageant Maradona, pour soixante-quinze millions de francs.

11De la vedette étrangère, Naples attend donc qu’elle s’identifie à la ville pour lui apporter honneur et reconnaissance mais elle s’identifie elle-même volontiers à l’étranger, incarnation de son propre destin en Italie. Ce mouvement pendulaire entre quête d’italianité et affirmation parodique et altière de son irréductible singularité se lit à travers inscriptions et slogans qui consacrèrent les titres de champion en 1987 et 1990 : d’un côté, « Napoli campione onore della nazione » (« Naples champion honneur de la nation »), de l’autre, « Napoli campione ’n culo alla nazione » (« Naples champion dans le cul de la nation »).

12Si, dans le temps long de l’histoire du club, les vedettes étrangères incarnent le rêve d’une grandeur déniée, l’équipe a connu, à l’échelle des vingt dernières années, de sensibles modifications qui traduisent, à leur façon, des changements dans les représentations du destin de la ville. Jusque dans les années 1970, Naples recrutait surtout ses joueurs italiens dans les clubs du Nord, symboles d’un pays prospère où l’on voyait le seul recours possible ; « Nemo proheta in patria » (« Nul n’est prophète en son pays »), disait-on pour illustrer cette vision désabusée d’un présent et d’un avenir irrémédiablement dépendants. Au tournant des années 1980 a pris corps une conception plus optimiste et volontariste du destin de la ville, symbolisée par la présence dans l’équipe de plusieurs joueurs du Mezzogiorno (tels, ces dernières années, Ferrara, de Napoli, Mauro, etc.), comme si l’on attendait désormais aussi de soi un retournement du destin.

13L’équipe de la Juventus représente un tout autre idéal. Aux vedettes sud-américaines de Naples elle oppose ses joueurs de très haut standing international originaires d’Europe du Nord. A une seule période, le début des années 1930, la Juve a fondé sa gloire sur les exploits d’oriundi sud-américains quand Orsi, Cesarini et Monti lui permirent de réaliser il grande quinquennio (le grand quinquennat : cinq titres successifs de champion d’Italie). Mais une constante significative dans l’histoire du club est le recrutement préférentiel de grandes vedettes d’Europe centrale et septentrionale, symboles d’un professionnalisme rigoureux : dans les années 1920 les Hongrois Hirzer et Karoby, après guerre les Danois Hansen et Praest, au tournant des années 1960 Charles, le Gallois, dans les années 1980, l’Irlandais Brady, le Polonais Boniek et le Français Platini dont on scandait le prénom et le nom à la française, comme pour mieux souligner son statut de star internationale. Ici, en effet, on n’est guère porté à l’adoption définitive (au demeurant, aucune vedette étrangère ne s’est fixée dans la ville au terme de sa carrière). On attend exclusivement de ces aristocrates un comportement exemplaire et efficace, garant de réussite sportive et du rayonnement universel du club et de la firme industrielle.

14A côté de ces vedettes étrangères, l’équipe compte régulièrement dans ses rangs, au moins depuis les années 1970, des joueurs originaires du Mezzogiorno, comme le sont, on l’a dit, de nombreux ouvriers de l’entreprise : ainsi, dans les deux dernières décennies, Anastasi, Causio, Brio, Caricola, Mauro... Ce dernier, surnommé par les observateurs il popolo della Juve (le peuple de la Juventus), apparaissait, lorsqu’il jouait à Turin, comme une figure emblématique et caricaturale tout à la fois du destin de ces immigrés d’Italie du Sud venus chercher fortune dans la cité piémontaise : né à Catanzaro, orphelin de père et de mère, il devait subvenir aux besoins de ses nombreux frères restés au pays. Platini, Mauro, deux symboles complémentaires que condense l’imaginaire du club : d’un côté le « grand seigneur » qui s’affranchit, à l’instar de la firme, des barrières nationales et régionales, de l’autre des générations de migrants ayant conservé des attaches au pays. Il est, enfin, symptomatique qu’il n’y ait, dans cette nébuleuse de joueurs plus ou moins titrés, aucun Turinois d’origine, référence mineure dans l’histoire de la Juve, majeure, à l’inverse, on l’a dit, dans celle du Toro.

Notes

35 Seuls Guido Buchwald et le remplaçant Pierre Littbarski introduisaient une légère dissonance dans un ensemble homogène.

36 Voir Bale (1990 : 8). Cette tendance s’est infléchie en 1994, les clubs britanniques ayant recruté un nombre plus important de joueurs étrangers que par le passé mais cette proportion demeure loin de celle que l’on connaît en France ou en Italie.

37 En 1987 on comptait 87 joueurs étrangers dans les 20 clubs de première division : 29 étaient originaires d’Europe de l’Ouest (six Britanniques, cinq Hollandais, quatre Allemands, quatre Belges, trois Danois, deux Suisses, deux Portugais, un Suédois, un Espagnol, un Luxembourgeois) ; 19 venaient d’Europe de l’Est (quinze Yougoslaves, deux Hongrois, un Polonais, un Roumain) : 18 étaient d’Afrique de l’Ouest (huit Sénégalais, quatre Ivoiriens, deux Zaïrois, un Libérien, un Ghanéen, un Béninois, un Camerounais) ; 13 étaient sud-américains (huit Argentins, deux Paraguayens, deux Uruguayens, un Brésilien) ; 7 étaient d’Afrique du Nord (quatre Algériens, trois Marocains) ; un, enfin, était australien. Sur ces données et, plus généralement, sur la figure de l’étranger dans les clubs de football, voir Bromberger (1994).

38 Minots : jeunes garçons en français régional.

39 L’Équipe, 27-28 juillet 1991 (p. 9).

40 Jus soli : citoyenneté par la naissance sur le sol ; jus sanguinis : citoyenneté par l’ascendance généalogique. Sur ces deux conceptions de l’appartenance, voir, entre autres, D. Schnapper (1991 : 51-70).

41 F. Sieburg, Dieu est-il français ?, Paris, Grasset, 1930 (p. 76).

Table des illustrations

Légende 44. Le XXVe centenaire de la fondation de Marseille. Affiche de D. Dellepiane (1899) représentant l’alliance de Protis et de Gyptis. 1899 est aussi la date de la création de l’OM. Le nom du club fait écho à la « renaissance des Jeux olympiques en cette fin de siècle ». (Musée d’histoire de Marseille)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4091/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1012k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search