Version classiqueVersion mobile

Le match de football

 | 
Christian Bromberger

II Le football comme métaphore

Les lois du genre

Texte intégral

1Dans le système des jeux et des sports, le football occupe une place singulière, peut-être unique, en raison de la variété des qualités que requiert sa pratique et met en œuvre son spectacle. Il ne se laisse enfermer dans aucune des classes d’activités ludiques ou sportives qu’ont dégagées, chacun à leur façon, R. Caillois (Caillois 1985, rééd.) et C. Pociello (Pociello 1981 : 171-238). Il est avant tout agôn (jeu de compétition), mais l’alea (le hasard) y tient une place déterminante, nous y reviendrons. Il combine des schèmes (corporels et intellectuels : la force, la grâce, l’énergie, les réflexes...) que d’autres pratiques valorisent isolément. Bref, il condense des propriétés – athlétiques, ludiques, dramatiques – souvent exclusives dans d’autres jeux au profil étroitement spécialisé, voire dans d’autres sports d’équipe, de contact et de compétition avec lesquels il partage pourtant un certain nombre d’affinités.

2A l’image de la société industrielle dont il est historiquement le produit, le football est fondé sur une rigoureuse alliance entre la division des tâches et la planification collective. Les joueurs sont répartis par postes complémentaires mettant leurs qualités individuelles au service d’un travail d’équipe selon une tactique ou un système de jeu visant un maximum d’efficacité. La diversité des rôles est telle que la pratique de ce sport n’exige pas de caractéristiques morpho-structurales uniformes (contrairement, par exemple, au volley ou au basket, où mieux vaut être grand) ; de Giresse (1,62 m), milieu de terrain offensif de l’om de 1986 à 1988, à Brio, l’immense stoppeur de la Juve – que sa mère emmenait chez le médecin pour trouver un remède qui l’empêchat de grandir ! –, chacun trouve ici sa place en fonction des qualités spécifiques que requiert chaque poste : la force (du libero ou du stoppeur qui « sait se faire respecter »), l’endurance (des milieux de terrain, « poumons de l’équipe »), la finesse (des ailiers « dribblant dans un mouchoir de poche »), le sens tactique de l’organisation (la fameuse « vision périphérique du jeu », marque du joueur de grande classe, tel M. Platini), la prise de risque du buteur. Chacun peut trouver sur ce terrain-là matière à exprimer – s’il joue – ou à reconnaître – s’il est spectateur – les qualités propres à l’univers culturel dont il participe.

3Les ressorts de la réussite en football – ce qui se joue conceptuellement sur le terrain – puisent à plusieurs registres qui forment la matrice profonde du jeu. Pour gagner il faut à fois du mérite individuel (de la force, de l’adresse, de la clairvoyance, du courage...), faire preuve de solidarité (participer à la relance, venir prêter main forte à ses défenseurs, préférer une passe efficace au feu de paille d’un exploit individuel...). Il faut aussi savoir mettre en œuvre, à bon escient, la ruse et la duperie, à la fois dans la pratique du jeu et pour contourner ou faire appliquer en sa faveur les règles du jeu. Sous sa première forme, la ruse participe du mérite : elle consiste à tromper régulièrement l’adversaire par le dribble ou la feinte, avec ses variantes plus ou moins sophistiquées (le crochet, le rateau, le petit pont, le grand pont, le lobe, etc.). C’est là un des schèmes fondamentaux de la pratique, notamment dans le jeu d’attaque. Sous sa seconde forme, la ruse participe de la tricherie, un élément important de la réussite au football. Ce sport est sans doute un de ceux où la latitude dans l’interprétation des règlements est la plus grande (quand il s’agit d’apprécier, par exemple, si une main est volontaire ou involontaire, un tackle régulier ou irrégulier) et, partant, le rôle dévolu à l’arbitre le plus écrasant. Un tel champ d’incertitudes fournit un terrain de choix au simulacre et à la dissimulation. Un sprinter, fût-il le filou le plus madré, ne pourra guère mettre en œuvre sur la piste son penchant pour la duperie. A l’inverse, un footballeur, oublieux du fair-play, pourra multiplier les artifices pour peser sur l’issue du match et sur les décisions de l’arbitre : en retenant un joueur par le maillot, en s’effondrant dans la surface de réparation terrassé par un coup qu’il n’a pas reçu, voire en profitant d’une situation confuse pour propulser du poing le ballon dans le but adverse, à la barbe des arbitres (« L’important est de marquer », dira lapidairement Maradona après son but de la main – « la main de Dieu », commenteront les exégètes – lors de la rencontre décisive Argentine-Angleterre du Mundial mexicain en 1986). Au demeurant, jusqu’à de récentes modifications réglementaires, inégalement appliquées aujourd’hui, la sanction d’une tricherie n’était pas, dans bien des cas, proportionnelle au risque qu’elle avait permis d’écarter. Mieux valait retenir un joueur qui filait seul vers la surface de réparation, et être sanctionné d’un coup franc, que de le laisser poursuivre son action. A l’inverse, au rugby, le coup de pied de pénalité a, en général, des conséquences beaucoup plus lourdes sur le résultat que Faction qui a fait l’objet de la faute sanctionnée.

1. Image corticale de la motricité volontaire chez l’homme

1. Image corticale de la motricité volontaire chez l’homme

(Leroi-Gourhan 1964 : 120). On remarque la réduction du pied et l’énorme importance de la main et des organes de la phonation.

4Autre caractéristique structurelle du genre, sans doute plus accentuée au football que dans les autres sports, la place considérable que tiennent l’aléatoire, l’incertitude dans le déroulement de la plupart des matchs.

  • 5 Dans L’Entraîneur français (1982, n° 182). Certes tous les gestes sportifs font l’objet d’un appre (...)

5L’imprévisible, la « chance » font ainsi trébucher, semaine après semaine, les amateurs de loto sportif et de totocalcio. A quoi tient la singulière incertitude de ce type de confrontation ? Sans doute à l’égalité relative des compétiteurs – regroupés par divisions homo- gènes – mais surtout à la complexité technique de ce jeu fondé sur l’utilisation anormale du pied, de la tête et du torse ? On sait que le pied a mauvaise réputation et pas seulement à tort si l'on considère la quantité de neurones qui lui correspondent, dérisoire si on la compare à celle qui gouverne les organes de la préhension et de l’articulation (fig. 1). Or, commente A. Leroi-Gourhan, « la quantité de neurones affectés à chaque région du corps est proportionnelle à la finesse du jeu à en tirer » (Leroi-Gourhan 1964 : 119). On conçoit sans peine l’incertitude de la maîtrise d’un objet avec un organe si défavorisé, caractéristique que G. Boulogne, l’ancien sélectionneur de l’équipe de France, souligne à sa façon quand il écrit : « Le football n’est pas un jeu naturel ; le football est un jeu technique difficile5. » A ces verdicts savants font écho les commentaires des supporters dans les gradins : le prodige, le temps d’une partie, est précisément celui dont on dit : « C’est pas possible, il a une main à la place du pied ! »

6Le caractère aléatoire d’un match, ou d’une phase de jeu, est encore rehaussé par la diversité des paramètres à maîtriser pour mener une action victorieuse, à savoir la position et les intentions des partenaires et des adversaires. Cette complexité structurale de la situation doit être appréciée instantanément et ne peut faire l’objet, comme aux échecs, d’une longue réflexion préalable.

7Ces facteurs intrinsèques d’incertitude engendrent des épisodes inattendus qui émaillent chaque match de football : tel avant-centre réputé pourra rater une « occasion immanquable », parce qu’il aura mal « contrôlé » la balle ; tel arrière chevronné pourra faire « une superbe toile » « marquant contre son camp » (un cas de figure propre au football). Un faux rebond peut dérégler la stratégie la mieux élaborée et, à rebours, comble de l’aléatoire, un tir raté peut se révéler plus efficace, parce qu’imprévisible, qu’une frappe techniquement parfaite, « comme à l’entraînement ». La partitissima Napoli-Juventus nous a fourni plusieurs exemples de ces épisodes où le hasard vient épauler ou contrarier le mérite individuel et collectif.

  • 6 « Un joueur est en position de hors-jeu s’il est plus près de la ligne de but adverse que le ballo (...)

8L’incertitude du dénouement d’un match est encore accrue par le rôle déterminant de l’arbitre et de ses assesseurs qui doivent sanctionner immédiatement des infractions souvent difficiles à percevoir (le hors-jeu de position6, par exemple) et des fautes intentionnelles contre des adversaires, dont l’intentionnalité est précisément difficile à établir. Le résultat final tient parfois à ces appréciations incertaines et sans appel (but refusé pour hors-jeu, penalty sanctionnant une main jugée volontaire) qui font basculer l’histoire d’un match. Des facteurs imprévisibles, extérieurs au jeu, peuvent aussi peser sur le déroule ment de la rencontre : le vent, la pluie, le soleil... peuvent perturber les schémas tactiques les mieux rodés et les actions les mieux engagées. Un détail mineur, à l’importance insoupçonnée, peut se révéler déterminant. On se rappelle qu’en 1976 la face de l’Europe footballistique aurait peut-être été changée si les barres transversales des buts du terrain de Glasgow (où se déroulait la finale de la Coupe d’Europe des clubs champions) avaient été de section circulaire et non carrée ; le ballon, tiré par un joueur de Saint-Étienne et ayant heurté la barre, serait alors retombé au-delà, et non en deçà, de la ligne de but.

9La trame sémantique profonde d’un match de football réunit donc trois principes opposés dont la conjonction forme, nous y reviendrons, le canevas d’une vision contradictoire mais cohérente de l’ordre du monde : l’exaltation du mérite sous la forme d’une compétition consacrant les meilleurs, l’importance de la tricherie sur le chemin de la réussite, le rôle souvent déterminant de la « chance » pour parvenir au succès. Or la tricherie et la chance sont, chacune à leur façon, des dérisions insolentes du mérite.

10Comme dans les autres sports de compétition, le déroulement d’une partie est soumis à un ensemble de règles (les xvii Lois du Jeu) que l’arbitre et les juges de touche sont chargés d’appliquer. Ils sont vêtus de noir, « couleur de l’autorité, prise dans sa double fonction de police et de justice » (Pastoureau 1990 : 15), signalent les infractions à l’aide d’accessoires ( drapeaux, sifflet, carton rouge, couleur traditionnelle de la faute en Occident) et d’ « une gestualité fortement codée » (Ibid : 1990), autant de traits d’un système efficace de communication dans le contexte confus du jeu et d’attributs ostentatoires du pouvoir du juge. Si le football offre un terrain particulièrement propice pour penser la justice et l’injustice, c’est que les sanctions de l’arbitre sont à la fois immédiates, indiscutables et irrévocables, alors que les fautes, on l’a dit, sont souvent difficiles à établir (on évalue à environ 20 % les erreurs d’arbitrage au cours d’un match). Les exclusions des joueurs sont définitives, et non temporaires comme au hockey sur glace, au basket... ; les verdicts sont instantanés et donnés sur la seule appréciation des arbitres, contrairement au football américain où les juges peuvent visionner rapidement le film d’une action litigieuse avant de prendre une décision. Aux débuts mêmes du football anglais, dominés par l’esprit de fairplay, la justice sur le terrain n’avait pas le caractère discrétionnaire qu’on lui connaît depuis 1891 (Mason 1980 : 160) mais conservait les principes contradictoires du droit général : chaque équipe désignait, parmi les siens, un umpire (arbitre) ; en cas d’action litigieuse, et à la demande des joueurs, les umpires se concertaient pour établir la responsabilité et la sanction de la faute. C’est seulement s’ils ne parvenaient pas à un accord qu’ils s’en remettaient à un arbitre neutre (referee). Bref, à l’inverse d’autres sports et du temps glorieux des origines, les décisions personnelles de l’arbitre ont un rôle déterminant dans le déroule ment de la rencontre, en raison même des propriétés du jeu – où la tricherie est une solution souvent tentante – et des lois qui le régissent, laissant à l’interprétation du juge un vaste champ d’exercice. Une partie se prête donc à de riches variations et à des commentaires passionnés sur la culpabilité, la préméditation, les motivations obscures de décisions défavorables aux siens, la corruption, la légitimité et l’arbitraire des sanctions, bref à un débat dramatisé et caricatural sur la justice ici-bas.

11Un match enfin est une histoire, répétitive et singulière tout à la fois, à la mesure des grands genres de représentation scénique qui ont fasciné l’Occident. On y respecte fidèlement la trilogie classique : unité de lieu, de temps (deux mi-temps de 45 mn, la durée conventionnelle d’une pièce de théâtre ou d’un film) et d’action, ce dernier trait favorisant le phénomène de « communion » entre les spectateurs et les joueurs, ceux-là suivant ensemble la totalité de la partie contrairement à ce qui se passe dans le cyclisme sur route, par exemple.

12Sa force dramatique, le football la puise dans les caractéristiques agonistiques du jeu, opposant les « bons » (« nous ») et les « méchants » (« les autres ») et dans la puissance émotionnelle d’une histoire incertaine qui se construit devant les spectateurs qui peuvent, ou pensent pouvoir, en infléchir le dénouement.

  • 7 Sur la disjonction comme mécanisme de l’histoire drôle, voir Morin (1966).

13Par les épisodes malheureux ou injustes qu’il met en scène, le match, ou le championnat, participe de la tragédie : les défaites in extremis, les blessures des joueurs, les penaltys « injustifiés », etc., sont sources d’affliction ou de révolte contre le sort. Par la place qu’il réserve à la duperie et à la tricherie, à l’aléatoire et à l’imprévisible, ce sport recèle aussi des virtualités comiques intrinsèques. Ne dit-on pas d’un ailier virtuose, qu’il « s’amuse », qu’il « ridiculise » l’arrière qui lui est opposé en lui donnant le « tournis » ? La complexité structurale du jeu engendre, par ailleurs, des situations imprévues, histoires drôles au sein du drame, véritables disjonctions7 par rapport aux séquences normalement attendues. Ainsi la facétie occasionnelle du jeu tempère, par intermittence, l’intensité tragique de l’affrontement.

  • 8 Sur les correspondances entre types de techniques cynégétiques et types de configurations symboliq (...)

14Voilà donc la grammaire profonde du genre qui modèle les règles du jeu et les propriétés du spectacle. Et limite, ajouterons-nous, les possibilités symboliques et identificatoires qui s’attachent à ce type de confrontation. « L’individu ne va pas “ à la chasse ”, écrivait M. Mauss, il va à la chasse au lièvre » (Mauss 1967, rééd. : 58), rappelant par là que chaque type de pratique cynégétique prédispose, en fonction de la nature du gibier, des techniques employées, etc.8, à un éventail de représentations spécifiques. Il en va de même dans le registre des sports qui nous intéresse ici. Ce que l’on peut faire dire socialement et symboliquement au football est étroitement lié aux caractéristiques singulières du jeu. Mais selon les lieux, les contextes, les catégories de spectateurs, les types de clubs..., ces différentes propriétés sont plus ou moins accentuées, combinées et dosées pour produire une formule spécifique. A partir d’une même partition de base, s’exécute sur chaque terrain une mélodie singulière dont les accents sont perçus différemment aux quatre coins des gradins.

Notes

5 Dans L’Entraîneur français (1982, n° 182). Certes tous les gestes sportifs font l’objet d’un apprentissage et ne consistent pas en de simples prolongements de potentialités naturelles mais le football est un des sports qui exigent le plus de gestes « culturalisés ».

6 « Un joueur est en position de hors-jeu s’il est plus près de la ligne de but adverse que le ballon, sauf (...) s’il y a. au moins, deux adversaires plus rapprochés que lui de leur propre ligne de but. » (Extrait de la loi XI sur le hors-jeu).

7 Sur la disjonction comme mécanisme de l’histoire drôle, voir Morin (1966).

8 Sur les correspondances entre types de techniques cynégétiques et types de configurations symboliques, voir Bromberger et Lenclud (1982 : 20-21).

Table des illustrations

Titre 1. Image corticale de la motricité volontaire chez l’homme
Légende (Leroi-Gourhan 1964 : 120). On remarque la réduction du pied et l’énorme importance de la main et des organes de la phonation.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4089/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 130k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search