Version classiqueVersion mobile

Le match de football

 | 
Christian Bromberger

II Le football comme métaphore

Itinéraires de la passion partisane

Texte intégral

  • 1 En 1993, on comptait 176 fédérations adhérentes à la FIFA, auxquelles s’ajoutaient neuf fédération (...)

1Tel que nous le saisissons aujourd’hui, le football apparaît, avons-nous dit, comme une sorte de référent universel. La fifa (Fédération internationale de football association) peut, presque à bon droit, s’enorgueillir de compter dans ses rangs plus de nations membres que l’onu1. Les compétitions s’organisent selon un principe d’emboîtement, à l’image des découpages de la société à l’échelle planétaire (des championnats régionaux et corporatifs au championnat du monde, en passant par les coupes et championnats continentaux et intercontinentaux), offrant aux spectateurs, à chaque confrontation, un support expressif à la symbolisation d’une des facettes (locale, professionnelle, régionale, nationale...) de leur identité.

  • 2 Sur « les couleurs du stade », voir Pastoureau (1990).

2Les couleurs des équipes sont ainsi devenues des principes de classement des appartenances (les verts, les rouges, les grenat, les blanc et noir...), dessinant de nouvelles cartes régionales, nationales ou internationales dont les bigarrures rehaussent ou remplacent les emblèmes traditionnels. Soit ces blasons chromatiques des temps modernes reproduisent ceux des collectivités (le blanc et azur de Marseille, l’azur et blanc de Naples...), soit ils rappellent d’anciennes couleurs emblématiques (l’orange des maillots de l’équipe hollandaise, qui a disparu du drapeau national, le bleu azur des Italiens évoquant la Maison de Savoie...), soit, fait significatif de la puissance classificatoire de l’ordre footballistique, ils ont été créés à l’initiative des clubs et concurrencent ou supplantent les symboles traditionnels : le vert – de la firme Casino qui patronne le club – est devenu la couleur emblématique de Saint-Étienne, le rouge évoque, dans l’imaginaire contemporain, la ville de Liverpool, le bleu et grenat du Barça, le fc Barcelone, concurrence le rouge et or catalan. Ainsi, en une cinquantaine d’années, s’est forgé un code universel de reconnaissance visuelle, restituant à la couleur la place éminente qu’elle tenait dans l’ancienne héraldique et dans les costumes folkloriques2. L’identification aux couleurs de son club s’étend à la vie domestique et intime : la prolifération des accessoires du supporterisme permet de blasonner son intérieur, ses vêtements, sa voiture. Chez les plus fervents la lingerie féminine et les sous-vêtements masculins n’échappent pas à cette emprise chromatique. Cette inflation d’intérêt pour les couleurs de son club se double d’une profonde aversion pour celles des équipes rivales, que l’on bannit de son univers quotidien. Il nous est arrivé, par une inadvertance ethnologiquement inexcusable, d’entrer dans un Juventus Club avec une écharpe vermillon autour du cou (on se rappelle que la couleur du Toro, l’ennemi local, est le grenat) ; le président du club nous demanda, avec la courtoisie gênée d’un diplomate recevant un Huron, de bien vouloir laisser au vestiaire cet accessoire pouvant prêter à confusion. Ainsi les couleurs jouent tout à la fois le rôle d’un vocabulaire de base et d’une échelle de classement des appartenances.

  • 3 Voir Charroin (1992 : 309-12) qui souligne la fidélité commémorative de ces supporters continuant (...)

3Si les préférences partisanes classent les uns et les autres, elles ne reflètent pas mécaniquement les insertions locales ou professionnelles ; autrement dit on ne soutient pas nécessairement le club de sa ville de naissance ou de résidence, de l’entreprise où l’on travaille. Ces décalages sont moins fréquents en France qu’en Italie où la préférence pour un club est un élément autonome de l’identité sociale, au même titre que la profession, l’appartenance politique ou religieuse « Per chi tifa ? » (« Quelle équipe supportez-vous ? ») est une question conventionnelle que l’on pose à un individu devenu familier, comme l’on s’enquiert du nombre et de la santé de ses enfants ou de ses opinions politiques face à la crise. Ce choix, fixé à l’adolescence, épouse le plus souvent les traditions familiales et les lois du campanilisme mais suit parfois des méandres plus complexes. On s’identifie, par exemple, à l’équipe phare du temps de sa jeunesse et on y reste fidèle jusqu’à ses derniers jours : on compte bon nombre d’interista – supporters de l’Inter de Milan, vainqueur du scudetto en 1953 et 1954 – parmi les supporters âgés d’une cinquantaine d’années et, en France, la fidélité des fanclubs des Verts de Saint-Étienne, bien implantés en ÎledeFrance et dans la région RhôneAlpes, a résisté à l’épreuve du temps3. L’inclination pour un club est un capital symbolique qui se transmet en général de père en fils mais peut, à l’inverse, résulter du jeu complexe des scissions intrafamiliales. Le père de Bombo, l’animateur des Blue Tigers napolitains, était interista ; on a vu comment son fils a pris à contrepied cette passion contre-nature. M. B., d’origine piémontaise, est président de la Fédération des Juventus Clubs en Suisse (on en compte 15 dans le pays). Son père était tifoso du Torino et démocrate-chrétien, sa mère soutenait la Juve et était socialiste, selon un schéma inhabituel de la répartition sexuelle des affinités politiques. « On est toujours du côté de sa mère », commente M. B. et, à l’âge où l’on s’oppose à son père, il a épousé les passions maternelles. Ces préférences partisanes par réaction s’étendent au monde de l’entreprise : les cadres de la Fiat soutiennent volontiers, on l’a dit, le Torino alors que les ouvriers sont, dans l’ensemble, juventini. Des choix idéologiques, une vision du monde, des hommes, de la vie peuvent aussi déterminer des préférences qui s’affranchissent des pesanteurs campanilistes ou sociologiques : l’opposition Inter-Milan a longtemps recouvert, dans l’imaginaire beaucoup plus que dans la réalité, un clivage droite-gauche et le soutien, par des non-Milanais, à l’un des deux clubs rivaux pouvait exprimer des différences d’options politiques. Il arrive que le respect de mêmes principes éthiques – l’amour du travail bien fait, le sens de la discipline – engendre des connivences inattendues : Togliatti, l’ancien secrétaire général du Parti communiste italien, était juventino et assistait parfois aux matchs à côté du président Agnelli. Ce double patronage est aujourd’hui invoqué pour revendiquer la pérennité du Juventus stile (le style Juventus sur lequel nous reviendrons plus loin) dont les orthodoxes déplorent l’effritement au fil des dernières années. Enfin, de nombreux supporters prennent le jeu comme il se montre, une compétition où l’essentiel est de gagner et, laissant leur appartenance au vestiaire, prennent le parti de l’équipe la plus titrée et promise au succès (c’est une raison parmi d’autres, bien triviale mais aussi déterminante, de la prolifération des Juventus Clubs).

4L’image de supporters soutenant automatiquement l’équipe de leur ville ou de leur région dans un bel élan unanime doit donc être nuancée. En fait la « loyauté » envers sa collectivité se module selon les situations et les échelles d’insertion mises en jeu. Elle est forte, généralisée, quasi prescriptive dans des villes déprimées et brocardées (telles Marseille et Naples) ; on peut alors parler d’une expression défensive et réactionnelle de l’identité à travers le supporterisme. Elle est tout aussi forte et impérative dans des communautés revendiquant, contre les autres, leur autonomie ou une suprématie qui leur est déniée ; le soutien apporté aux clubs croates, au Barça, offre de tels exemples d’une conception offensive et promotionnelle de l’identité. Enfin la loyauté citoyenne s’impose de façon quasi obligatoire lors des matchs de l’équipe nationale, même si elle taraude des tifosi napolitains, tel Palummella, partagés entre leur devoir patriotique et leur passion pour Maradona ou des immigrés de fraîche date balançant entre deux pôles d’identification. Championnats d’Europe et du monde rappellent ainsi, à l’instar des grands rituels républicains, la force du paradigme de l’État-Nation qui tolère mal l’adhésion du bout des lèvres ou les doubles allégeances.

  • 4 Voir supra pp. 76-78.

5Le tableau des affinités partisanes apparaît encore plus complexe si l’on tient compte de l’ensemble hiérarchisé des préférences qu’affichent les supporters. En Italie les tifosi paient souvent leur tribut au campanilisme en soutenant l’équipe de leur « pays » de naissance ou de résidence, qui participe au championnat des séries B et C (correspondant à nos deuxième et troisième divisions) puis, selon les cheminements que nous avons évoqués, s’identifient à un grand club qui cristallise leur passion majeure. Même configuration de départ à Marseille où les supporters « suivent » l’équipe de leur quartier (Sainte-Marthe, Endoume, Mazargues, Les Caillols, etc.), de leur entreprise (la spat, Ugine-Kulhmann, etc.), voire de leur communauté d’origine4, mais « tous » se retrouvent, « unis sous les mêmes couleurs », pour soutenir l’om.

6Au-delà du pôle majeur d’identification que constitue l’équipe favorite, les préférences et les aversions partisanes n’épousent pas le simple cheminement de la segmentarité territoriale. Certes on se définit, ici comme ailleurs, par opposition à son voisin : à Marseille la passion pour l’om va de pair avec des sentiments d’hostilité très marqués contre Toulon (« une ville de voyous ! ») ; les tifosi napolitains affichent un mépris condescendant pour Avellino (des terroni, culs-terreux) ; plus le rival est proche et menaçant pour l’exercice de la suprématie régionale, plus l’inimitié est exacerbée, comme à Turin où, on l’a vu, les tensions culminent à l’occasion des derbies. Mais, à rebours des lois de la segmentarité stipulant que A et B coopèrent pour s’opposer à C, il est fréquent qu’on n’éprouve guère de solidarité pour son voisin engagé dans une compétition contre un rival lointain et que, bien au contraire, on se réjouisse ostensiblement de son malheur. « Merci Benfica », pouvait-on lire sur les panneaux de signalisation dans la région toulonnaise au lendemain de la défaite de l’om contre le club de Lisbonne en demi-finale de la Coupe d’Europe des clubs champions en 1990. Et, variante extrême, on se rappelle que des tifosi du Toro célébrèrent sur un mode burlesque le drame du stade du Heysel où périrent, en 1985, 39 supporters juventini. Ces inimitiés s’exportent parfois au-delà des frontières quand une équipe rivale participe à une compétition européenne : des délégués du cucb (Commando Ultra Curva B) de Naples étaient à Marseille, le 20 mars 1991, pour soutenir l’om contre... l’ac Milan lors du quart de finale de la Coupe d’Europe des clubs champions. Une banderole rappelait fièrement aux Milanais et à leurs supporters l’hostilité des Napolitains et le plaisir que leur procurerait la défaite de ce club septentrional et méprisant.

29. Adhésif produit par les Ultras marseillais. La passion pour un club va de pair avec des sentiments d’hostilité très marqués pour la ville voisine dont l’équipe est une rivale pour la suprématie régionale. (Marseille, 1989, coll. C. B.)

7L’hostilité pour d’autres équipes rivales puise tantôt dans des conflits extra-sportifs, tantôt dans des oppositions nées de la compétition. Au premier registre se rattache la haine que l’on éprouve à Marseille pour l’équipe parisienne, représentant une capitale cossue et arrogante, perçue comme un « foyer de racisme antimarseillais » ; à Naples ce sont les villes prospères et dédaigneuses du Nord, qui sont les cibles privilégiées du ressentiment collectif. Au second registre, celui de l’hostilité proprement sportive, se rattachent, on l’a vu, l’opposition entre Marseille et Bordeaux, et, en Italie, l’antagonisme entre deux réseaux d’équipes amies et ennemies qui se sont formés, au fil des compétitions, à la suite d’incidents gravés dans les mémoires ou, au contraire, d’alliances conjoncturelles qui ont résisté au temps. Autrement dit, deux logiques, qui ne se recouvrent pas toujours, dictent les préférences et les aversions partisanes : l’une exa cerbe des conflits ou des affinités à travers des compétitions ; l’autre en crée à partir de ces mêmes compétitions. Ici se révèle l’ambiguïté du supporterisme, tout à la fois affirmation visible des affiliations sociales ou territoriales et ordre autonome classant et découpant le monde selon des critères qui lui sont propres.

8Si la recherche d’émotions (« the quest for excitement » selon les termes de N. Elias) (Elias et Dunning 1986 : 62-90) est un ressort essentiel du spectacle sportif, on comprend que la partisanerie en soit une condition nécessaire, qui fonde l’intérêt dramatique de la confrontation. « Ne faut-il pas penser, commente P. Veyne, qu’un match ou un concours sont un système sémiotique tel que, si l’on prend parti pour un camp, quel qu’il soit (...) on y prend plus de plaisir que si l’on comptait objectivement les coups avec détachement ? » (Veyne 1987 : 59). On souscrit entièrement à cette affirmation : le pur plaisir contemplatif ne peut alimenter une passion pour le football. Quoi, en effet, de plus insipide qu’une rencontre sans « enjeu » ? On nuancera en revanche les propos qui suivent : « Comme le camp auquel s’identifier n’est pas désigné d’avance, chaque spectateur prend la solution la plus simple : il s’identifie à l’équipe de ses compatriotes » (Ibid. : 60). De nombreux exemples puisés en France et surtout en Italie – où les préférences partisanes se sont davantage affranchies des appartenances territoriales – nous ont montré que l’adhésion à un club n’est pas une opération automatique, privée de sens et de réflexion. Et, pour cette même raison, on s’opposera à une conception purement sémiotique de la passion partisane, selon laquelle les identifications seraient arbitraires, contingentes dans leurs significations et auraient pour seul rôle d’assurer au spectacle une densité ludique et dramatique maximale.

9En fait prendre parti pour un ou des clubs, c’est à la fois faire fonctionner à plein l’émotion en devenant soi-même acteur (passer du « ils » au « nous »), affirmer une ou plusieurs appartenances, exclusives ou enchevêtrées, données, rêvées ou revendiquées et adhérer à une nébuleuse singulière de valeurs qu’incarnent, à travers un style qui leur est propre, « son » équipe et « ses » joueurs préférés.

10Si le football est le foyer virtuel d’une gamme extraordinairement variée de possibilités identificatoires, s’il permet aux uns et aux autres de se connaître et de se reconnaître, c’est qu’il offre un large éventail de propriétés dont la combinaison peut se moduler en une multitude de variantes. Autrement dit, c’est en raison de la diversité de ses caractéristiques structurelles, et non au gré de simples fonctions emblématiques dont on l’affublerait, que le football se prête à la fabrication du singulier à partir de l’universel. Quelles sont donc les propriétés du jeu, les lois du genre ? Et selon quels mécanismes, quelles médiations, quel bricolage recoupent-elles les caractéristiques d’histoires collectives et individuelles ?

Notes

1 En 1993, on comptait 176 fédérations adhérentes à la FIFA, auxquelles s’ajoutaient neuf fédérations associées. La même année le nombre de membres de l’ONU était de 184.

2 Sur « les couleurs du stade », voir Pastoureau (1990).

3 Voir Charroin (1992 : 309-12) qui souligne la fidélité commémorative de ces supporters continuant de célébrer l’époque héroïque (1973-1976) où les Verts brillèrent en Coupe d’Europe des clubs champions.

4 Voir supra pp. 76-78.

Table des illustrations

Légende 29. Adhésif produit par les Ultras marseillais. La passion pour un club va de pair avec des sentiments d’hostilité très marqués pour la ville voisine dont l’équipe est une rivale pour la suprématie régionale. (Marseille, 1989, coll. C. B.)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4088/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 407k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search