Version classiqueVersion mobile

Le gisement paléolithique moyen de la grotte des Cèdres (Var)

 | 
Alban Defleur
, 
Évelyne Crégut-Bonnoure

Conclusion

Alban Defleur et Évelyne Crégut-Bonnoure

Texte intégral

1Les apports de cette étude sont multiples et relèvent de plusieurs domaines de la recherche préhistorique.

2La synthèse des données permet de proposer une nouvelle datation du gisement, en attribuant la majeure partie de son remplissage à la fin du Pléistocène moyen.

3D’un point de vue anthropologique, la dent d’enfant découverte au sommet de la couche II complète nos connaissances sur le peuplement anténéandertalien du Midi méditerranéen. La grotte des Cèdres prend place désormais parmi les rares gisements européens de la fin du Pléistocène moyen à avoir livré des restes humains.

4Sur le plan paléontologique, les micromammifères apportent une preuve supplémentaire de la persistance de Pliomys episcopalis au-delà de la période mindélienne et permettent de mettre en évidence la continuité de l’évolution de Microtus agrestis et de Microtus hrecciensis au cours du Pléistocène moyen. L’étude approfondie de ce dernier Rongeur et d’Arvicola sapidus a permis de définir deux nouvelles sous-espèces chronologiques caractéristiques de la fin du Pléistocène moyen : Microtus hrecciensis defleuri et Arvicola sapidus aupsensis.

5Les caractéristiques métriques des restes de Lapin de la grotte des Cèdres permettent de le distinguer de la forme rissienne Oryctolagus cuniculus grenalensis et de l’attribuer à une nouvelle sous-espèce Oryctolagus cuniculus baumensis.

6En l’état actuel des données publiées, la grotte des Cèdres est l’unique gisement rissien d’Europe à avoir livré avec une telle abondance des restes de Tahr (220 restes, 16 individus). Cet ongulé a été attribué à une nouvelle espèce morphométriquement différente d’Hemitragus bonali et d’Hemitragus jemlahicus et nommée Hemitragus cedrensis. Les nombreuses analogies existant entre les deux espèces Hemitragus bonali et Hemitragus cedrensis nous incitent à retenir l’hypothèse de l’évolution d’Hemitragus cedrensis à partir d’une population de Tahr de Bonal. La présence de cette espèce au Pléistocène moyen dans deux gisements proches de basse Provence (la grotte des Cèdres et la grotte de Rigabe), jointe à une nette diminution de taille comparativement à l’espèce souche, traduit une adaptation de l’espèce à l’environnement méditerranéen (loi de Bergmann) mais aussi un phénomène d’isolat géographique. L’existence d’un Tahr proche d’Hemitragus bonali, pour la même période, dans le sud-ouest de la France, à l’abri Vaufrey, nous permet de conclure à l’existence de deux provinces biogéographiques pour la fin du Pléistocène moyen dans le domaine méridional de la France.

7Sur le plan palethnologique l’étude du matériel et de sa répartition verticale a permis de mettre en évidence deux niveaux d’habitat de courte durée correspondant à un simple passage pour le premier et à une halte de chasse temporaire pour le second.

8Si l’on admet que les traditions stylistiques (technologie et typologie) sont le reflet de particularités culturelles, l’industrie lithique de la couche II, définie comme un Moustérien typique de débitage non Levallois riche en racloirs et en outils du groupe IV, se différenciant des faciès contemporains, on peut alors conclure, malgré le faible nombre de pièces mises au jour, qu’elle devait appartenir à une population qui n’avait jusqu’alors jamais été reconnue.

9Cette étude multi-disciplinaire aboutit à une meilleure connaissance du cadre culturel et des paléo-environnements à la fin du Pléistocène moyen dans le sud-est de la France, période pour laquelle les gisements archéologiques et paléontologiques sont particulièrement peu représentés.

10A l’heure où la recherche préhistorique française semble vouloir s’orienter vers la fouille de quelques grands sites privilégiés, l’étude de la grotte des Cèdres, par la contribution qu’elle apporte, montre que l’exploitation méthodique de petits gisements, trop souvent délaissés, permet de compléter utilement les données que livrent les habitats de longue durée, riches et à stratigraphie développée.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1995

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search