Version classiqueVersion mobile

Le match de football

 | 
Christian Bromberger

I Histoires de matchs, histoires de villes, histoires de vies

Le rouge et le noir : un derby turinois (23 février 1986)

Texte intégral

« Su ragazzi, arriva la Signora. »
(« Debout les gars. Madame arrive », ordre lancé solennellement par les chefs supporters quand l’équipe de la Juventus se présente sur le terrain.)

Des villes coupées en deux

  • 10 Le terme fait à l’origine référence aux matchs acharnés de folk football qui opposaient, le Mardi g (...)
  • 11 Sur l’antagonisme Barça-Español, dont les noms mêmes symbolisent les différences d’ancrage et de pr (...)
  • 12 Sur l’opposition binaire à l’italienne, voir Grozio et Flamigni (1990 : 139). Outre les derbies, ch (...)

1Si le ressentiment et l’hostilité contre l’ennemi lointain aiguisent les passions partisanes des supporters, les confrontations avec le rival le plus proche constituent d’autres sommets émotionnels. Dans toutes les grandes nations de football les derbies occupent ainsi une place de choix dans le calendrier du championnat. En France, pays de petite tradition footballistique, on désigne improprement sous ce nom les rencontres entre clubs de villes voisines (Lille-Lens, Metz-Nancy, Marseille-Toulon, voire Marseille-Nice) qui se disputent le leadership régional. Mais le vrai derby, conforme à son acception originelle10, est le match qui oppose deux équipes de la même ville. Souvent cette partition reflète et accuse des divisions majeures dans la population urbaine : tantôt des antagonismes religieux entre catholiques et protestants (le Celtic contre les Rangers à Glasgow, les Bleus d’Everton contre les Rouges à Liverpool, etc.), tantôt des différences d’origines (le Barça – le FC Barcelone – contre l’Español, l’un symbolisant l’autochtonie et la revendication catalanes, le second ralliant les faveurs des fonctionnaires castillans et des ouvriers andalous de la SEAT11). En Italie on retrouve aussi, au principe de ces rivalités locales, de grandes divisions sociales, mais celles-ci sont souvent moins franchement marquées que dans d’autres métropoles européennes. La culture partisane, cette extraordinaire machine à fabriquer des oppositions, une propension à penser le monde sur un mode binaire12viennent consolider les frontières quand les appartenances n’y suffisent pas.

  • 13 La Sampdoria est la coalescence de l’abréviation d’un quartier populaire de la ville (Sampierdarena (...)
  • 14 Cette dernière opposition ne se vérifie plus dans le cas milanais où le Milan AC fait aujourd’hui f (...)
  • 15 Ce contraste apparaît clairement quand on compare l’origine sociale des supporters de l’Inter et de (...)

2Dans la péninsule, les derbies sont avant tout l’affaire des trois grandes capitales septentrionales, Gênes, Milan et Turin. La Samp-doria13 de Gênes s’oppose au Genoa FC, l’Inter (nazionale) de Milan à l’AC Milan, la Juventus au Torino Calcio. Ces trois situations d’antagonisme présentent suffisamment d’analogies pour que l’on puisse opposer globalement, à la suite de R. Grozio et M. Flamigni (Grozio et Flamigni 1990 : 139148), le sainju (SAmpdoria, INter, JUventus) au gemito (GEnoa, Milan, TOrino). D’un côté un univers féminin, souligné par la consonance et le genre du nom des équipes (la Samp, l’Inter, la Juve) ; de l’autre, un monde masculin (il Genoa, il Milan, il Torino). D’un côté des appellations de clubs où s’efface la référence à la ville ; de l’autre des noms qui la proclament. Ce jeu d’affinités et d’oppositions est souligné par les couleurs respectives des maillots des équipes ; le gemito se pare de diverses nuances de rouge, la couleur de la passion, le sainju de teintes plus sobres, le noir, le blanc et le bleu. Ces contrastes ne témoignent pas seulement du souci de se démarquer de l’autre proche ; ils symbolisent deux modes distincts de relation au football, à la ville et à l’histoire. Le gemito, c’est le local, une population de vieille souche qui s’arc-boute sur son identité, une célébration passionnée de l’entre-soi entre les murs de la cité ; il Genoa, il Milan et il Torinese (qui a préexisté au Torino, fondé en 1906) font d’ailleurs, dans cette compétition, figures d’ancêtres légitimes : ils ont été créés avant leurs concurrents du sainju. Ceux-ci incarnent un tout autre univers : à la tradition ils opposent l’innovation, au repliement sur soi l’ouverture qui s’affranchit de l’ancrage local (plus on s’éloigne du cœur des villes, où règne le gemito, plus le sainju recueille de faveurs) ; face à la ferveur nostalgique et souvent malheureuse de leurs adversaires ils affichent une insolente confiance en l’avenir14. Ainsi quand les supporters du Genoa écrivent sur les murs « La leggenda continua, la realtà è finita » (« La légende continue, la réalité est finie »), ceux de la Sampdoria répliquent : « La nostra non è leggenda, è realtà » (« La nôtre [histoire] n’est pas une légende, c’est une réalité »). Enfin le sainju et le gemito symbolisent chacun un monde social distinct : la Samp, l’Inter et la Juve, clubs d’origine et de tradition aristocratiques, sont devenus les porte-étendard des populations immigrées de fraîche date dans ces métropoles industrielles ; à l’inverse, le Genoa, le Milan et le Torino, plus populaires à leurs débuts, rallient des partisans issus, en majorité, des couches moyennes urbaines15 Expressions de ces différences, des styles contrastés de supporterisme : plus discipliné et distancié chez les zélateurs du sainju (des supporters de l’Inter ne dit-on pas qu’ « ils se donnent des airs » ?), plus chaleureux et d’une fidélité à toute épreuve chez les adeptes du gemito.

  • 16 Sur le fonctionnement de ces réseaux d’alliance, voir infra chapitre 15, pp. 272-274.

3Ce système d’oppositions et d’affinités, qui traverse les trois métropoles industrielles du nord de l’Italie, n’est pas une simple reconstruction intellectuelle ; les supporters en ont une claire conscience ; ils revendiquent et affichent leur solidarité au sein de chaque ensemble. Partisans du gemito et du sainju forment ainsi deux réseaux d’alliance, mutuellement antagonistes. Comme dans les relations diplomatiques, ces accords de coopération peuvent être remis en cause et se transformer temporairement en relations d’hostilité mais ils forment le socle référentiel de la bipartition de la vie footballistique à l’italienne. Ailleurs dans la péninsule les clubs de supporters se partagent en alliés du gemito et en alliés du sainju, les amis des uns étant les ennemis des autres16. Au fil des rencontres dominicales les membres d’un même réseau s’épaulent et se prêtent assistance. Ainsi les supporters du Torino viennent soutenir l’équipe du Genoa quand elle affronte, à Turin, la Juventus. Et, inversement, les tifosi de la Juve viennent encourager la Samp quand elle se déplace pour affronter le Torino.

4Torino-Juventus... Quels sont les ressorts et les expressions spécifiques de cet antagonisme qui culmine lors des deux derbies annuels ?

Le taureau et la vieille dame

5Moins d’ambiguïté ici qu’ailleurs, les deux clubs turinois sont de sexe opposé. Les surnoms dont les affublent les supporters soulignent avec emphase et facétie – deux caractéristiques du langage des stades cette irréductible différence. L’ac Torino, c’est le Toro, un symbole de mâle puissance dont peintures, dessins, sculptures mettent en relief la vigueur des attributs. La Juventus, à l’inverse, présente divers visages de la féminité : tantôt la séduction juvénile de la fidanzata d’Italia (la fiancée de l’Italie), tantôt la dignité de la vecchia signora (la vieille dame) comme on l’appelle par antiphrase et avec révérence, tantôt les charmes interdits d’un’ amante (une maîtresse), tantôt enfin les traits exotiques d’una sudista (une sudiste). Ces différences de genre et de qualification, grossies à dessein par la rhétorique partisane pour souligner les oppositions, se conjuguent avec deux visions distinctes du destin.

6Le Toro, c’est la célébration nostalgique de la puissance passée d’une capitale et de la gloire révolue d’un grand club. La passione granata (la passion grenat, la couleur de l’équipe) s’enracine fortement dans le culte d’une histoire valeureuse. Des supporters évoquent fièrement la farouche résistance qu’opposèrent les Turinois aux armées napoléoniennes lors du siège de la ville en 1796, l’ingéniosité des procédés qu’ils employèrent en la circonstance. Ils rappellent aussi les heures graves de la guerre où, dans les gradins du stade, les Granata se montraient antimussoliniens. Mais surtout ils exaltent un passé footballistique glorieux brusquement interrompu par un drame. Des années 1925 à l’immédiat après-guerre, le Toro était un des clubs phares du championnat italien ; en 1948, il remportait pour la sixième fois le scudetto mais un événement tragique devait mettre un terme à cette période de splendeur : le 4 mai 1949 l’avion qui transportait les joueurs s’écrasait près de Turin sur la colline de Superga ; depuis, chaque année, les supporters du Toro effectuent un pèlerinage sur le site du drame. A cette occasion tous les clubs de tifosi déposent une couronne près de la stèle et participent à une messe commémorative ; en 1976, l’ac Torino, après trente ans d’éclipse, termina vainqueur du championnat. Le pèlerinage de Superga fut, cette année-là, « una cosa incredibile » : dix mille personnes se rendirent à pied à la basilique qui domine la colline et qui fut illuminée en la circonstance. D’autres épisodes tragiques sont venus renforcer, au fil des dernières décennies, le sentiment d’infortune qu’éprouvent les supporters du Toro : ainsi la mort accidentelle, à la sortie d’un entraînement, de Gigi Meroni, un des plus brillants espoirs du club et de l’équipe nationale dans les années 1960, qui demeure un symbole toujours vif de cette glorieuse adversité. La souffrance et l’attachement exacerbé au club, jusque dans la déroute, sont la rançon sentimentale de cette histoire malheureuse et singularisent le style de la tifoseria granata. Le pire reproche que peuvent adresser les supporters torinistes à « leurs » joueurs est précisément de ne pas souffrir sur le terrain comme eux souffrent dans les gradins et, subsidiairement, de ne pas haïr les autres, en particulier la Juve, comme eux la haïssent. Signe de l’indéfectible lien qui unit, au-delà des échecs, les tifosi à leur club, cette devise de la Legione Granata (la Légion grenat, un groupe ultra) : « Quando tutti tradiranno, solo noi rimarremo fedeli ! ! ! » (« Quand tous trahiront, nous seuls resterons fidèles ! ! ! »)

9. Les Fedelissimi du Toro fêtent le scudetto de 1976 (Turin, photo anonyme [1976], coll. J.-M Mariottini)

10. Adhésif « Quand tous trahiront, nous seuls resterons fidèles. Amants de la vie... époux de la mort. » Légion grenat.

7Derrière le Toro une population autochtone, faite d’artisans, de commerçants, d’employés, de petits entrepreneurs qui résident dans la cité, mais aussi des immigrés de longue date, venus de Vénétie ou, plus massivement, du Mezzogiorno et aujourd’hui bien insérés dans la société locale. Pour ceux-là l’adhésion, souvent farouche, aux couleurs du Toro a été comme un rite de passage sur le chemin de l’intégration. Ce sont les premiers à traiter les Juventini (supporters de la Juventus) de bastardi (« bâtards ») ou, au mieux, de cugini (« cousins », assurément fort éloignés). Beppe, un des conseillers du chef charismatique des Fedelissimi, fustige ainsi violemment ces immigrés qui grossissent les bataillons des tifosi de la Juve. Lui-même, finit-il par avouer, est natif de Foggia, dans les Pouilles, mais il est désormais bien installé dans sa cité d’adoption à laquelle il s’identifie avec la foi d’un converti. Autre aiguillon de la passione granata, la réaction contre l’hégémonie de la Fiat : les cadres de la firme, soucieux d’afficher leur indépendance d’esprit, soutiennent volontiers le Toro, tout comme le personnel des innombrables entreprises sous-traitantes de l’empire industriel. Fait significatif, le président du club dans les années 1980, S. Rossi, self-made man, originaire des faubourgs ouvriers de la ville, dirige précisément une entreprise qui travaille pour la Fiat.

  • 17 Nom du virage qui est le fief des supporters granata (voir infra p. 59).

3. Gabriele ou la juste souffrance
« Tout a commencé par une prise de bec. J’étais à l’école élémentaire quand on me demanda pour qui j’étais. Je ne connaissais pas les équipes de Turin, je demandais quelle était la moins forte. On me répondit le Torino. Alors je choisis le Torino. Celui qui me posait la question était pour la Juventus. On en est tout de suite venu aux mains. »
Ce choix de Gabriele, déclenché par un incident dans une cour de récréation, s’inscrit dès l’enfance dans une vision du monde : « Je n’ai jamais été du côté des plus forts. Quand j’étais petit et que je regardais des westerns à la télévision j’étais toujours pour les Indiens. Ils perdaient toujours, j’étais très déçu mais j’étais pour eux quand même. Plus tard, avec les nouveaux films, ils se sont mis à gagner, cela me rendait très heureux. » De même, en soutenant le Toro depuis son plus jeune âge, Gabriele a le sentiment de défendre une cause juste mais désespérée, face à la richesse, à la puissance et à la réussite de la Juve. Les rançons de ce choix, ce sont la souffrance et l’attachement passionnel au club jusqu’au bout de l’adversité. « Quand nous perdons nous souffrons deux fois, d’abord à cause de la défaite du Toro, ensuite à cause de la victoire de la Juve. Ça me brûle. Ça me fait mal vraiment : j’en perds l’envie de parler, de manger, de faire quoi que ce soit, surtout si les joueurs se sont bien battus et si le sort s’est acharné sur eux ! » Privée de gros moyens, l’équipe du Toro doit faire preuve de grinta (« pugnacité »), une propriété essentielle de son style de jeu, tout comme la tifoseria granata, compensant l’inégalité des forces par un militantisme exacerbé. « Les autres portent un jugement technique sur le match, chez nous c’est le cœur qui parle ! » Et quand la victoire vient à sourire, « c’est une joie immense, j’ai les yeux humides, la chair de poule et le sentiment d’un juste retour des choses, du courage et du labeur récompensés. D’ailleurs, chez moi, tout le monde a toujours travaillé : père, mère, sœur... Tout ce que l’on a, on l’a acquis à la force du poignet ».
Le choix de Gabriele n’épouse pas seulement une philosophie de la vie, il reflète le destin social d’une famille immigrée revendiquant, face aux nouveaux arrivants, l’antériorité et la solidité de son implantation. Originaires des Pouilles, les parents de Gabriele se sont installés dans la capitale piémontaise, au début des années 1950 alors que leur fils n’était âgé que de quelques années. Juve ou Torino ? Ils balancèrent les premiers temps entre ces deux affiliations avant de devenir, une bonne insertion aidant, d’ardents supporters granata. Quant à Gabriele, aujourd’hui employé dans un magasin de disques du centreville, il s’est intégré dans cette vaste classe moyenne locale qui soutient le Turin (nom piémontais de la ville).
Sa carrière de tifoso, Gabriele l’a débutée classiquement : à la prime adolescence, il fréquente avec des amis la Maratona17, collectionne les photos des joueurs, accumule livres et revues, puis, conséquence logique de son engagement, adhère à un club de supporters, les Fedelissimi. Passé la jeunesse, il prend de la distance avec la vie militante, quitte le virage et assiste aux matchs de la tribune latérale. Cet exil ne dure que quelques années. A 30 ans, Gabriele rejoint la Maratona en qualité de cadre. On l’a présenté à Serafino G., chorégraphe du virage et responsable du groupe ultra des Leoni della Maratona, qui en fait son bras droit : « Il faut dans ce genre d’organisation quelqu’un capable de taper du poing sur la table quand c’est nécessaire. Or j’y parviens, bien que je sois très timide, cela personne ne le sait. » Le voici donc désormais « travaillant comme supporter » et nouant par ailleurs des contacts, voire des relations amicales, avec les joueurs du Toro qui fréquentent son magasin de disques. Il se plaît à évoquer les gratifications symboliques qu’il retire de sa situation (« On me respecte. Les joueurs me reconnaissent, je peux voyager, dîner avec eux ») mais souligne aussi l’intensité accrue de la souffrance qu’il éprouve : « Quand l’équipe joue mal, je ne peux me résoudre à siffler des amis. Je souffre des quolibets que les spectateurs leur adressent autour de moi. Bref maintenant il m’arrive de souffrir trois fois : pour la défaite du Toro, pour l’humiliation de mes amis, pour la victoire de la Juve. Il faut toute l’énergie de la foi pour affronter ce genre de situation. »

8Symptôme de cet ancrage local du Toro, la forte concentration des clubs de supporters dans l’enceinte et les environs de la ville : sur les 222 Torino Clubs (regroupant quelque 25 000 membres), 24 ont leur siège dans la capitale piémontaise et 68 dans la province, quand la prestigieuse Juve, au rayonnement autrement plus ample, n’en compte que cinq dans la ville même et 47 dans la province.

11. La Filadelfia, le virage des supporters de la Juventus avant une rencontre de Coupe d’Europe contre Barcelone. (Turin, févr. 1986, photo J.-M. Mariottini)

12. Des supporters, venus des quatre coins de l’Italie et d’ailleurs assister à la préparation de la Juventus à Macolin (Suisse), s’attroupent autour de l’échoppe ambulante d’un marchand d’emblèmes. (Macolin, août 1986, photo C. B.)

  • 18 D’après le recensement de 1981, 55 % des migrants installés dans la région du Piémont sont nés dans (...)

9C’est que la vecchia signora représente un tout autre univers ; à la nostalgie d’un passé glorieux et à l’incertitude du présent que symbolise le Toro, elle oppose la superbe d’une équipe victorieuse et vouée au succès : elle a remporté tous les titres nationaux et internationaux et jouit d’un palmarès exceptionnel : 22 scudetti, sept victoires en Coupe d’Italie, quatre titres européens (en Coupe des clubs champions, en Coupe des vainqueurs de coupe, en Coupe de l’uefa, en Supercoupe européenne), enfin, consécration suprême, une victoire en Coupe intercontinentale. C’est un club riche qui doit son aisance, sa puissance, la solidité de ses infrastructures à la famille Agnelli, dirigeante de la Fiat, qui le patronne depuis les années 1920. Le rayonnement de la Juve tient sans doute à l’ampleur de ses succès mais aussi à sa force emblématique modelée à la mesure du phénomène industriel qui la sous-tend et qui s’affranchit des barrières locales et du campanilisme. Les principales forces de soutien au club bianconero ne se recrutent pas, on l’a compris, dans la population autochtone mais parmi les immigrés de fraîche date venus d’Italie du Sud18 (d’où précisément le surnom de sudista dont on affuble la Juve), parmi les étudiants dont l’horizon déborde celui de la cité, mais surtout à travers l’Italie et le monde chez d’innombrables tifosi pour qui la vecchia signora représente un modèle de réussite.

10Ce rayonnement universel se reflète dans la dispersion nationale et internationale des 1 166 Juventus Clubs, alors un record mondial sur l’échelle de l’associationnisme supporteriste. En Italie, il n’est pas une région ou une province qui ne soit dotée d’au moins un club de tifosi bianconeri. Celui de Rome regroupe environ 1 000 adhérents. Le Mezzogiorno est plus rétif à cet engouement – l’évocation de la partitissima Napoli-Juve nous a dit pourquoi – mais la Campanie ne compte cependant pas moins de 30 Juventus Clubs, dont deux à Naples même. Fait révélateur d’une passion qui déborde l’horizon local, le Piémont regroupe moins d’associations de supporters juventins (136) que la Lombardie (278 dont trois à Milan et 69 dans sa province). Enfin, témoignage du rayonnement international du club, étendard de ralliement pour de nombreux émigrés italiens à travers le monde, on trouve des Juventus Clubs dans 11 pays étrangers : en Allemagne, en Belgique, en France, en GrandeBretagne, à Malte, en Suisse, à San Marin, mais aussi au Canada, en Afrique du Sud, au Nigeria, en Thaïlande. En France, on en dénombre cinq : deux à Nice et un à Paris, à Anneville (en Lorraine), à Echirolles (près de Grenoble).

4. Le bibliothécaire et la Signora
« Ici on se marie avec la Juve... » Cette formule conventionnelle qui traduit la fidélité de l’engagement militant, Leopoldo l’a appliquée au pied de la lettre. A 52 ans la Signora demeure sa seule compagne.
Rien pourtant dans son enfance ne prédisposait ce Sarde à se passionner pour le football et les couleurs noir et blanc. Son père, commerçant près de Cagliari, et ses proches ne s’intéressaient que modérément aux clubs locaux et aux équipes phares du championnat italien. « On parlait bien entre nous de la Juve mais comme du Milan ou de l’Inter. Je n’avais pas de préférence, je ne militais pas encore. »
Arrivé à Turin, où il est nommé à la Bibliothèque nationale, Leopoldo ne devient pas immédiatement tifoso de la Juve. Sa passion va croître peu à peu puis se révéler pleinement, à l’orée de la trentaine, à la faveur d’un revers de son équipe favorite, provoquant une sorte de déclic sentimental. Le 23 juin 1965 la Juventus reçoit Ferencvaros, un club hongrois, en finale de la Coupe des villes de foire (qui deviendra quelques années plus tard la Coupe de l’uefa). Les blanc et noir dominent mais s’inclinent finalement par un à zéro. C’est un camouflet : la Juve est la première équipe à perdre une finale de Coupe européenne à domicile. « C’est à cette occasionlà que j’ai commencé à me prendre véritablement d’affection pour le club. » Mais Leopoldo ne s’arrête pas à ces circonstances pour rendre compte de sa passion juventine : « Au fond, il y a deux voies pour devenir tifoso bianconero. Il faut d’abord vouloir se distinguer des autochtones ; par ailleurs, la Juve, c’était, au départ, une équipe d’étudiants dont le caractère aristocratique est toujours très marqué. » Provincial arrivé seul dans la métropole, séduit par l’aura qui entoure la Signora, Leopoldo a choisi son camp sans hésitation.
Devenu supporter, il se met à fréquenter le Juventus Club Torino où il va rapidement franchir les différents échelons de la carrière militante. Le président, un riche commerçant en produits laitiers, remarque vite cet avvocato, récemment promu sous-directeur de la Bibliothèque nationale. Il en fait un de ses conseillers privilégiés et lui confie le secteur sensible de l’organisation des déplacements et de la vente des billets. Désormais le siège du Juventus Club est « la seconde maison » de Leopoldo. « Je suis là quasiment tous les soirs. Il y a toujours quelque chose à faire. C’est l’exception quand je ne viens pas. Souvent je dîne même ici. » Réservé, il affronte avec sérénité les supporters en quête de places, leur répondant, si besoin est, en piémontais, signe probant de son intégration. Ses week-ends, il les consacre aussi à sa passion : « Pour les matchs à domicile, je suis occupé du samedi midi au dimanche soir ; d’abord jusqu’au dimanche matin par la préparation du match, puis par la réception des groupes de Juventins venus d’ailleurs ; si nous affrontons une équipe “ amie ”, il nous arrive aussi d’inviter à déjeuner leurs responsables. L’après-midi, le match ; le soir, le repas d’après-match en regardant les émissions sportives à la télévision. » Il effectue tous les déplacements : « Parfois 20 heures de car pendant le week-end, une véritable épreuve physique. »
Leopoldo extériorise peu sa passion : ses seuls emblèmes blanc et noir sont un stylo et un insigne qu’il arbore sur le revers de sa veste. Dans les gradins il ne manifeste guère ses sentiments même si une injustice, le ratage d’une occasion mais surtout le manque de sérieux des joueurs l’exaspèrent : « Je comprends que la Juve puisse perdre, c’est normal mais ce qui m’importe, c’est de ne pas être déçu. Quand je la vois se battre ellemême par laisseraller, pour ne pas avoir respecté ses principes, par légèreté... cela me choque. Je me sens alors comme rompu et cela peut durer quelques jours. »
Ainsi va la vie du sous-directeur de la Bibliothèque nationale de Turin, partagée entre la gestion des livres et la passion pour la Signora. Si, pour beaucoup de supporters, la Juve est « une maîtresse » – dont on parle entre hommes –, pour Leopoldo, c’est comme une femme, objet de sollicitude, de rancœur et d’amour quotidiens.

11Ainsi, pour camper grossièrement les choses, le Toro s’oppose à la Juventus comme l’infortune à la fortune, comme le passé au présent et au futur, comme le local à l’universel.

12Les installations sportives qu’utilise chaque équipe pour s’entraîner, les trajets que suivent les supporters des deux camps pour se rendre au Stadio comunale mais, plus encore, la partition des gradins entre le rouge et le noir soulignent cette dualité.

13Les joueurs du Toro s’entraînent, une ou deux fois par jour, au Filadelfia, un stade vétuste et délabré mais auquel les supporters grenat sont profondément attachés ; c’est, en effet, le haut lieu de la mémoire du club, le stade des origines, là où tout a commencé. Les Juventini, quant à eux, se préparent sur le Campo Combi, du nom d’une vedette des années 1930, membre de la formation qui remporta le championnat cinq fois d’affilée. Ces deux installations sont situées de part et d’autre du Stadio comunale, le Filadelfia au sud, au bord de la rue qui porte le même nom, le Campo Combi, au nord, le long du Corso... Giovanni Agnelli, fondateur de la Fiat et père du premier président de la Juve. A l’intérieur du Stadio comunale, les territoires des deux camps se répartissent selon un schéma diamétralement opposé : le virage sud – appelé Filadelfia – est le fief des blanc et noir, le virage nord – appelé Maratona – celui des grenats, comme si les supporters avaient remis à l’endroit un monde renversé ; la Maratona s’adosse, en effet, à la ville – qu’elle représente ; la Filadelfia à la banlieue et aux lointains – qu’elle symbolise. Autre effet spatial de cette bipartition, les supporters des deux camps n’empruntent, en général, ni les mêmes lignes d’autobus ni les mêmes rues pour gagner le stade et leurs territoires respectifs, formant ainsi deux cortèges distincts à travers la ville.

5. « Mamma Juve »
Institutrice à la retraite, Valeria B. veille sur la Juve et ses enfants comme une grandmère attentive. Elle suit tous les entraînements et offre, au début de chaque séance, un bonbon dur à la menthe à G. Trapattoni, friandise que celui-ci apprécie particulièrement. Toutes les semaines elle prépare un gâteau à l’intention d’un des joueurs. Chacun d’entre eux reçoit ainsi à son tour une torta, accommodée à son goût et accompagnée d’un message personnel, que lui remet la Mamma juste avant le départ de l’équipe en retraite ou en déplacement. Sa sollicitude ne s’arrête pas là. Elle a établi le calendrier des anniversaires et des fêtes des joueurs et des cadres et vient leur présenter ses souhaits le moment venu. Pour le nouvel an, elle leur envoie ses vœux ainsi qu’aux anciens du club, tandis qu’elle dresse chez elle un arbre de Noël juventino paré de petits drapeaux aux rayures blanches et noires. Quand un joueur devient père, elle tricote une layette pour le nouvel enfant de la famille. Gardienne de la mémoire, elle conserve précieusement une dizaine d’albums renfermant photos, poèmes, dédicaces, coupures de presse consacrés au club et aux relations qu’elle entretient, depuis des lustres, avec le monde juventin.
Cette histoire sentimentale débute à l’orée des années 1930. Issue d’un milieu aisé, Valeria, âgée alors d’une dizaine d’années, fréquente le Tennis club Juventus qui jouxte le terrain de football. Elle voit ainsi évoluer les grandes vedettes de l’époque (Caligaris, Combi, Roseta) et noue connaissance avec eux. La voici donc juventine, soutenue dans son élan par une mère débonnaire qui affiche volontiers les mêmes couleurs « pour faire plaisir à sa fille ».
Elle fait un bon mariage avec un commissionnaire de la Fiat qui est, rien n’étant parfait, supporter... du Toro par tradition familiale (tous ses frères sont aussi granata) : « Un tifoso del Torino ma molto signore » (« Un supporter du Torino mais un vrai Monsieur »), s’empressetelle d’ajouter. C’est que Valeria s’identifie fortement aux valeurs aristocratiques que symbolise la Juventus : retenue, discrétion, distinction. Elle vante un style qui interdit d’être « sboccato » (« grossier, sans vergogne »), « maleducato » (« mal élevé ») et impose une impeccable présentation : des cheveux courts et bien coupés, des vêtements corrects, de la courtoisie. Parmi les cadres actuels, elle apprécie particulièrement F. Morini (le directeur sportif) qui « ressemble à un milord ; on dirait un Anglais » ; parmi les joueurs G. Scirea « si fin, si bien élevé, si signore, si bon et modeste ». Ce goût pour la distinction l’empêche d’appartenir à un club de supporters dont « l’ambiance est devenue, disons-le, populaire. Jadis nous étions moins nombreux entre nous ». Bref Valeria révère la vecchia signora plutôt que la sudista.
Son alliance avec un grenat, si signore fûtil, amena la jeune épouse à poser d’emblée ses conditions ; elle avertit « solennellement » son mari que leurs futurs enfants seraient juventins. Leurs deux filles devinrent effectivement, sous l’influence de leur mère, tifose bianconere (« supportrices blanc et noir »), l’une sur un mode majeur (elle composa des poèmes à la gloire du club), la seconde sur un mode plus distancié. Répétition de l’histoire, l’une d’elles épousa un granata mais qui, lui, n’avait rien d’un signore. Pour « celui-là » Valeria n’éprouve que « fort peu de sympathie ». Ainsi s’établit, à travers ce roman familial, une partition, d’une symétrie quasi parfaite, entre les préférences de chaque sexe : les femmes penchent pour la Juve, les hommes pour le Toro. Ces clivages engendrent des tensions mais rien qui nuise fondamentalement aux relations entre les uns et les autres.
Valeria perd précocement son mari au début des années soixante et doit dès lors travailler pour élever ses deux filles. C’est de cette rupture dans le cours de sa vie que datent les manifestations ostentatoires d’affection dont elle couvre la Juve. Comme si elle retissait par son assiduité un lien sentimental et une identité sociale perdus. Elle s’affiche désormais partout, sur le bord des terrains, dans les vestiaires, aux côtés des joueurs et des dirigeants qui la reçoivent et l’honorent : « J’étais invitée chez les Scirea, les Furino (une autre vedette du club). Boniperti, le président, m’a remis une médaille. Les journalistes viennent même de Rome pour me rencontrer. » Dans sa quête de reconnaissance, des incidents qui compromettent sa consécration la piquent au vif : elle enrage encore d’avoir disparu d’une photo où elle figurait avec son manteau de vison près du président Boniperti. Malgré ces péripéties, la célébrité est là avec ses satisfactions mais aussi avec ses servitudes : « Quand la Juve a perdu je ne sors jamais le lundi de peur que l’on se moque de moi. »
Au soir de sa vie la Mamma Juve, comme on l’appelle, continue de couvrir l’équipe de ses attentions, s’astreignant, la veille des matchs décisifs, à se rendre à pied au Santuario della Consolata pour y brûler un cierge. Elle nourrit un ultime projet qui serait la juste contrepartie de tout ce qu’elle a donné : « J’ai fait promettre au président Boniperti qu’ils soient tous là quand je mourrai... Je les veux tous avec les drapeaux, les supporters aussi. Et que l’on ne dise pas alors, comme c’est l’habitude dans ces circonstances : “ C’était une brave femme ”. Non ! Que l’on dise simplement : ” C’était une tifosa de la Juve ! ” Qu’ils soient là tous autour en chantant, si possible, l’hymne de la Juventus. »

Une affaire d’honneur local

14Compétitions singulières au sein du championnat, les deux derbies annuels mobilisent l’ensemble des troupes, quel que soit le classement des deux équipes. Pour cette 190e confrontation de l’histoire entre les clubs turinois, l’enjeu n’est certes plus de savoir quelle équipe devancera l’autre au terme de la saison : en ce 23 février 1986 la Juve caracole insolemment en tête du championnat alors que le Toro accuse un retard insurmontable de dix points. L’enjeu du derby est ailleurs : il s’agit d’une affaire de prestige local, une valeur sur laquelle on ne transige pas.

15Les joueurs, de grandes vedettes qui, pour la plupart, ne font que traverser la vie du club, sont moins affectés par l’intensité de l’événement que les tifosi, ruminant l’espoir d’une revanche ou d’une nouvelle humiliation de leur adversaire. Quand, quatre jours avant le match, on se rend au Filadelfia ou au Campo Combi, on est frappé par cette différence d’attitudes : sur le terrain, des professionnels qui s’entraînent avec calme et méthode ; sur le bord de la pelouse, les « fidèles », déjà tendus, qui ponctuent leurs encouragements d’insultes à l’adresse de leurs rivaux.

  • 19 Voir infra pp. 324-325.

16Deux jours avant la rencontre, l’équipe part achever sa préparation dans un site isolé de la campagne avoisinante ; ces « retraites », dont les femmes des joueurs sont rigoureusement exclues, ont pour cadre une colline inspirée connotant l’éloignement du monde et l’élévation spirituelle. Le choix des lieux est révélateur de l’histoire et de l’ancrage symboliques de chaque club : la Juve s’installe sur les contreforts montagneux de Villar Perosa, fief de la famille Agnelli qui y implanta la première usine Fiat, le Toro près d’Asti, au cœur du Piémont. Les retraites – dont on soulignera plus loin les caractères rituels19– ont pour fonction de renforcer l’esprit de corps, d’assurer tout à la fois concentration et décontraction, loin du vacarme populaire et médiatique qui scande, sur le mode du crescendo, l’approche de l’événement. Au programme, outre l’entraînement et les conférences tactiques, des parties de cartes, des séances de télévision mais aussi, visant à souder la cohésion, une promenade collective quotidienne ; si la dernière rencontre s’est soldée par une victoire, on empruntera, à cette occasion, le même itinéraire que lors de la précédente retraite ; si, au contraire, le destin s’est montré néfaste on choisira un autre parcours. La veille du match enfin, à 19 heures, les joueurs du Toro assistent ensemble à la messe.

  • 20 Sur les leaders de groupes ultras turinois voir aussi Moscati (1988 : 233-240).

17A cette concentration silencieuse s’oppose le tumulte qui s’est progressivement emparé de la cité. Les tifosi se préparent. On pense au match, on évoque les précédents derbies et, ici comme ailleurs, les plus ardents mangent mal et ne dorment guère. Cette tension commune se décline cependant de façon relative selon les individus. Pour beaucoup, y compris parmi les leaders, l’engagement n’exclut pas la distance, la sincérité partisane un certain recul. Fabrizio, le chef du Granata Korps (le corps d’armée grenat), affiche ainsi tout à la fois une fidélité inébranlable aux siens et le détachement d’un enfant du siècle : « Aller au stade encourager l’équipe, faire le spectacle avec les copains est, somme toute, un moyen de passer agréablement l’après-midi d’un dimanche d’hiver... Les routes des stations de ski sont encombrées, les discothèques, c’est toujours la même chose et puis participer au match n’exclut pas qu’on s’y rende après. De plus, la trêve estivale nous laisse le temps de nous rattraper, de partir en vacances comme tout le monde. » Massimo, le leader des Ragazzi della Maratona (les gars de la Maratona) manifeste aussi un soutien sans faille à la cause commune mais recherche plutôt une consécration dans les gradins : « Faire le supporter pour faire gagner l’équipe, j’y crois et j’y crois pas. Pour moi aller au stade c’est créer une chorégraphie avec des banderoles et toutes ces choses-là. On voit alors qui sont les plus forts ; il s’établit un classement. Si tu as fait quelque chose de beau, la télévision le reprend et montre aux autres clubs de quoi tu es capable. » Le superdéfi qu’est le derby est une occasion idéale pour se faire connaître et reconnaître. « Se mesurer » aux autres, a fortiori à l’ennemi proche, voilà le piment spécifique de ces confrontations qui nécessitent « beaucoup de travail, d’esprit de sacrifice et d’argent » 20.

18Car ici, comme à Naples ou ailleurs, le combat ne s’improvise pas. Chaque groupe de supporters apportera au spectacle sa touche singulière mais, marque de l’esprit de relative discipline qui règne dans l’industrieuse métropole, les représentants des principaux clubs de tifosi (« officiels » et « ultras ») se concertent, trois ou quatre jours avant la rencontre, pour mettre au point une stratégie collective. Au cours de cette réunion d’étatmajor, on fixe la répartition des tâches, on définit les textes des slogans et des banderoles, les registres chorégraphiques et les innovations spectaculaires qui souligneront l’acuité particulière de cette confrontation. Ces directives arrêtées, reste à acheter les matières premières et à confectionner les emblèmes. Le coût global de ces préparatifs est impressionnant et suppose une rigoureuse gestion des fonds provenant des cotisations, des quêtes organisées dans le stade, de la vente d’accessoires. Pour ce derby, les Black and White Supporters, un des principaux groupes ultras partisans de la Juve, dépenseront onze millions de lires (55 000 F). Selon les dimensions des objets à réaliser, c’est au club, chez un supporter, dans une arrière-cour ou sur un terrain vague que l’on se réunit et que l’on s’affaire pendant les deux jours qui précèdent la partie. Un des hauts lieux où s’agglutinent les tifosi du Toro est l’atelier de Serafino G., un artiste-peintre spécialisé dans la restauration des fresques des églises et... chorégraphe en chef de la Maratona.

19Le dimanche matin les supporters affluent aux sièges des principaux clubs, situés au cœur de la ville. Le local des Fedelissimi (les « super-fidèles » à la cause granata) se trouve à deux pas du Juventus Club Torino si bien que les tifosi des deux camps se croisent et se toisent, le verbe cinglant à l’appui, avant de rejoindre leur havre respectif. Chacun de ces sièges est doté d’un bar, d’une vaste salle de réunion et de plusieurs annexes ; flanquant les murs, des vitrines, regroupant trophées et fanions, des photos de vedettes et d’épisodes glorieux. Ce ne sont pas seulement les habitués qui se pressent ici, la mine tendue, pour régler les derniers détails mais aussi des supporters, arrivés de loin, qui, après une nuit de voyage, se reposent et se restaurent. Au Juventus Club Torino une longue tablée réunit une quarantaine de Lorrains, pour la plupart immigrés ou fils d’immigrés italiens, venus soutenir la Juve et M. Platini, lui-même lorrain de souche italienne. Entre deux plats on salue l’arrivée de membres de Juventus Clubs de Paris, de Genève et d’ailleurs.

13. Les murs du principal Juventus Club de Turin sont recouverts d’écussons, de coupes, de photos représentant les gloires du club. (Turin, févr. 1986, photo C. B.)

20Pendant ce temps, aux quatre coins de la ville des jeunes gens très ordinaires se métamorphosent en supporters, se grimant et se parant d’une floraison d’emblèmes qu’ils ont eux-mêmes fabriqués ou, le plus souvent, achetés. Le catalogue officiel de la Juve ne propose pas moins de 86 articles (écharpes, maillots, boutons de manchettes, adhésifs, etc.) et un service de vente par correspondance, dont le chiffre d’affaires annuel oscille, en 1985, entre deux et trois milliards de lires, propose des accessoires complémentaires.

21Dès 10 h 30, bien avant que ne se forment de bruyants cortèges à travers la ville, les chefs supporters et leurs adjoints s’affairent à blasonner leur territoire dans l’enceinte du stade. On appose sur les rambardes, les grillages, les pans de mur des bandieroni (banderoles- enseignes) où figure le nom du club de tifosi. Celui-ci indique le plus souvent l’origine (Juventus Club Roma, par exemple), célèbre, dans de nombreux cas, la mémoire d’une vedette (Juventus Club Zoff, Juventus Club Bettega, etc.) ou encore témoigne emphatiquement de l’attachement à la glorieuse équipe (Club Fedelissimi Madama – Club des superfidèles à Madame, Firmamento Bianconero – Empyrée blanc et noir, Cuore Eterno Bianconero – Cœur éternellement blanc et noir, etc.). Cette diversité des appellations souligne l’ampleur géographique et sentimentale du front que l’on n’hésitera pas à élargir par procuration : derrière le bandierone où est inscrit Juventus Club Bangkok ne se trouvent ni Thaïs ni émigrés italiens revenus pour la circonstance soutenir les leurs mais on tient à manifester par là la force d’attraction universelle de la Signora. Progressivement les deux immenses virages deviennent l’un d’un grenat uniforme, l’autre blanc et noir. Çà et là on répète des slogans, tandis que Serafino G. règle avec fébrilité les derniers détails de la chorégraphie qu’il a mise au point. A midi la Maratona et la Filadelfia sont entièrement pleines, formant un étrange contraste avec la tribune officielle qui se remplira brusquement une demi-heure avant le début de la partie. Quant à la tribune opposée (dont l’appellation Distinti indique qu’elle accueille des individus et non des groupes agglutinés), elle est aussi partagée en deux moitiés, l’une grenat, l’autre blanc et noir, et déjà comble une heure et demie avant le début de la partie. Y a pris place une bande de jeunes Marseillais, qui a fondé, deux ans auparavant, le premier groupe de supporters ultras en France et vient régulièrement prendre des leçons au Studio comunale. Leur leader, d’origine sicilienne, partage sa passion entre l’om, le club de sa ville d’adoption, et la Juve qui rallie, on l’a dit, la faveur de beaucoup de familles émigrées de la péninsule. Fait exceptionnel, soulignant l’acuité de l’événement, le président des Juventus Clubs, qui siège habituellement dans la tribune officielle, vient, lors des derbies, s’installer à proximité de ses troupes.

22Rythmée par des battements continus de tambour, la joute sonore et visuelle entre les deux virages va s’amplifier jusqu’au début du match, les offenses et les moqueries adressées au camp adverse devenant au fil du scénario plus blessantes. D’un virage à l’autre fusent les insultes et les lazzi, scandés à tue-tête, inscrits sur des banderoles, composés à l’aide de lettres amovibles ou s’exprimant à travers un code de couleurs. On se traite d’abord, le doigt dressé vers le camp opposé, de « conigli » (« lapins »), de « merda » et l’on multiplie les gestes de provocation. Un supporter grenat vient ainsi déposer sur la pelouse, au-delà de la ligne médiane, véritable frontière entre les deux camps, un lapin blanc et noir. On rivalise d’ingéniosité scénique : aux pompons grenat agités par les tifosi du Toro répondent les ballons blanc et noir brandis par ceux de la Juve. On stigmatise les échecs récents ou passés de l’équipe adverse : « Un miracolo non c’è stato e l’Hadjuk vi ha eliminato ! » (« Il n’y a pas eu de miracle et l’Hadjuk – le club croate de Split – vous a éliminés ! », allusion à l’échec du Toro en Coupe d’Europe), « A noi le coppe, a voi sul culo le toppe ! » (« A nous les coupes, à vous les pièces – ravaudées – sur le cul ! »), disent les messages arrogants des tifosi de la Juve à l’intention de ceux du Torino. A ces provocations les supporters grenat répondent par des tocades stigmatisant le ridicule atavique des joueurs de la Juventus : « Gobbi, il pranzo è servito ! » (« Bossus, le repas est servi ! »), allusion aux casaques que portaient jadis les joueurs de la Juve et qui leur conféraient l’apparence de bossus quand l’air s’y engouffrait ; aujourd’hui démotivée, l’insulte fustige les tares que l’on attribue conventionnellement au bossu : malignité, esprit retors, aptitude à capter une chance imméritée. Tout en orchestrant les mouvements de leurs troupes les chefs ultras se défient d’un virage à l’autre selon un code gestuel convenu ; ils se promettent, par exemple, de « s’attendre à la sortie » pour en découdre.

14. Les préparatifs : les supporters du Toro entreposent, à l’entrée du stade, leurs tambours blasonnés aux couleurs du club. (Turin, févr. 1986, photo C. B.)

23Ces passes d’armes sont momentanément interrompues une heure avant le début de la rencontre quand les joueurs, fraîchement rentrés de leur retraite, pénètrent sur le terrain pour en reconnaître l’état et s’acclimater à l’ambiance qui règne dans les gradins. En costume et en cravate, ils foulent lentement le terrain, en touchant quelques mottes – comme pour se le rendre favorable – et saluent le public, s’attirant des vivats de leur camp et des bordées d’injures des supporters adverses.

24Quand les joueurs regagnent le vestiaire, les insultes deviennent plus cinglantes et le spectacle-défi monte d’un cran. Aux Juventini qui disqualifient Junior, le joueur brésilien du Torino, pour la couleur de sa peau (« Junior, lavati con Lip ! », « Junior, lave-toi avec Lip », une marque de lessive), les tifosi du Toro répondent en fustigeant Serena pour son appât du gain (« Serena, puttana, l’hai fatto per la grana ! », « Serena, putain, tu l’as fait pour le blé ! », l’avant-centre international ayant quitté le Torino pour la Juventus, acte de trahison suprême pour la tifoseria granata). Le défi blessant atteint son paroxysme quand les supporters rappellent les épisodes les plus tragiques de l’histoire du club adverse. Quand les Juventini exhibent une banderole où est inscrit « Grande Toro, ti preghiamo : se prendi l’aero, te lo paghiamo noi » (« Grand Toro, nous t’en prions : si tu prends l’avion, c’est nous qui te le payons », rappel moqueur du drame de Superga), les tifosi du Torino répliquent immédiatement : « Animali con voi Bruxelles è stata troppo onesta ! » (« Animaux, Bruxelles a été trop bonne avec vous ! », évocation sarcastique du drame du stade du Heysel). A cette joute verbale s’adjoint, dans la Maratona, la somptueuse chorégraphie préparée par Serafino G. : les supporters se parent successivement de grenat, puis de violet, de jaune et de bleu, couleurs symbolisant des clubs ennemis (Florence, Vérone) de leur adversaire, lui rappelant ainsi le capital d’hostilité qu’il suscite à travers le pays. Des tribunes latérales le public partisan du Toro applaudit ce spectacle qui, dans la compétition entre les deux virages, donne un avantage à la Maratona sur la Filadelfia et témoigne de la capacité à innover des jeunes troupes grenat.

25Pendant les dix minutes précédant le début du match, la tension atteint son paroxysme : tous les registres et toutes les pratiques du supporterisme se conjuguent et se déclinent sur un rythme saccadé pour encourager les siens et discréditer les adversaires : slogans, cornes de brume, klaxons résonnent tandis que l’on brandit écharpes et étendards. Lors de l’annonce de la composition des équipes, aux vivats des uns répondent les sifflets des autres si bien que la voix du speaker est presque entièrement recouverte par ce tohu-bohu. Puis, soudain, au cœur du vacarme, un signal est lancé solennellement par les chefs supporters de la Juve : « Su ragazzi, arriva la Signora ! » A cette annonce tous les tifosi blanc et noir se lèvent pour saluer l’entrée de leur équipe sur le terrain. Jets de pétards, embrasements des fumigènes, déploiement de l’immense voile transformant chaque virage en un front uni scandent les ultimes instants de ce combat préparatoire.

15. « Su, ragazzi arriva lu Madama. » A ce signal, annonçant l’entrée de l’équipe sur le terrain, les supporters de la Juventus lèvent le bras. (Turin, févr. 1986, photo C. B.)

26Sur le terrain les grandes vedettes de la Juve (Cabrini, Scirea, Manfredonia, Platini, Laudrup...) domineront longtemps leurs adversaires, menant par un but à zéro jusqu’à la 87e minute. Zaccarelli, le libero et capitaine grenat, reprendra alors victorieusement un ballon détourné par Tacconi (le goal de la Juventus) sur un tir de Junior. Au terme de la partie, s’achevant donc par un match nul, Lerda, un jeune joueur du Toro entré au cours du match, refusera d’échanger, comme c’est la coutume, son maillot contre celui d’un de ses adversaires. « En voilà un, commente-t-on avec satisfaction dans les gradins de la Maratona, qui est granata fino alle radici (grenat jusqu’aux racines). »

27Rapidement les vestiaires et les couloirs qui y mènent sont combles ; s’y pressent dirigeants, officiels, journalistes, parents, amis, supporters privilégiés, souvent venus de loin, qui apportent à leurs idoles un cadeau de leur région d’origine. Trappatoni, l’entraîneur de la Juventus, commente doctement la partie : « Une occasion en or ratée par Cabrini, un but pris sur un coup de dés dans les dernières minutes, nous avons payé nos dettes à la fortune. Comme dit un auteur célèbre, il y a des choses qui pouvaient être et qui n’ont pas été. » Manfredonia et Bonini, qui ont été sanctionnés par l’arbitre, critiquent, sans excès toutefois comme il sied à la Juve, les décisions discutables dont ils ont été « victimes ». « M. Casarin, après 30 fautes commises pendant ce derby, a décidé de sévir. Manque de chance, c’est tombé sur moi », déclare le premier. Les justifications du second sont plus élaborées : « Dossena – l’avant-centre du Toro – m’a donné un terrible coup de coude dans le visage. L’arbitre lui a justement donné un avertissement et puis il s’est retourné vers moi et en a fait autant. J’ai perdu patience et je l’ai applaudi. Peut-être était-ce un peu excessif mais, dans ces circonstances, je ne me suis rendu compte de rien. » Pendant que l’on disserte du sort et de la justice dans les vestiaires, quelques ultras achèvent de replier leur matériel sur les gradins en jetant un dernier défi vers le virage opposé : « Vaffanculo Black e Ouité (White) ! » Une fois rangés les bâches, les tambours, les étendards dans un réduit que leur concède le club, les jeunes tifosi se précipitent vers la sortie des vestiaires où ils font une haie d’honneur à leurs idoles, sollicitant un mot, un autographe, une poignée de main.

28Le président du Juventus Club Torino et ses conseillers ont rapidement regagné le siège de leur association où ils reçoivent avec aménité les visiteurs venus les saluer : les membres du Juventus Club Roma qui organisent un déplacement pour tous les matchs, ou des individus venus d’on ne sait où et repartant on ne sait où à vélo, en train, en voiture. Chez les Fedelissimi on savoure une demi-victoire. Rien qui permette cependant d’aller pavoiser sous le balcon des ennemis de toujours. Les tifosi du Toro se rattraperont quelques jours plus tard en fêtant bruyamment, sous les fenêtres du Juventus Club, la défaite de la Signora face au fc Barcelone en Coupe d’Europe des clubs champions. A cette occasion les Fedelissimi tapisseront leur local de caricatures fustigeant les malheurs de « la vieille dame ». Sur l’une d’entre elles ce commentaire lapidaire : « C’est fini les amis ! »

16. J’OM Adhésif vendu par le club central des supporters de l’OM (Marseille, 1986)

17. « OM. J’aime » Adhésif vendu par le Club central des supporters de l’OM (Marseille, 1986) par les Ultras (Marseille, 1994)

18. « Fiers d’être marseillais » Adhésif vendu par les Ultras (Marseille, 1994)

Notes

10 Le terme fait à l’origine référence aux matchs acharnés de folk football qui opposaient, le Mardi gras, deux paroisses de la ville de Derby, Saint Peter et All Saints.

11 Sur l’antagonisme Barça-Español, dont les noms mêmes symbolisent les différences d’ancrage et de projet, voir Colomé (1992 : 59-66).

12 Sur l’opposition binaire à l’italienne, voir Grozio et Flamigni (1990 : 139). Outre les derbies, chaque grand événement sportif donne lieu à des antagonismes passionnés : aux partisans de Coppi s’opposaient naguère ceux de Bartali, à ceux de Mazzola ceux de Rivera (deux milieux de terrain de l’équipe nationale de football dans les années 70), etc.

13 La Sampdoria est la coalescence de l’abréviation d’un quartier populaire de la ville (Sampierdarena) et du nom du riche armateur, Doria, fondateur et mécène du club.

14 Cette dernière opposition ne se vérifie plus dans le cas milanais où le Milan AC fait aujourd’hui figure de club avant-gardiste au rayonnement universel.

15 Ce contraste apparaît clairement quand on compare l’origine sociale des supporters de l’Inter et de l’AC Milan. Voici les chiffres que fournissent A. Dal Lago et R. Moscati (1992 : 46)
Image 100000000000035000000142F1F73FA5.jpg
Contrairement à l’idée reçue, l’Inter a donc une assise plus populaire que l’AC Milan.

16 Sur le fonctionnement de ces réseaux d’alliance, voir infra chapitre 15, pp. 272-274.

17 Nom du virage qui est le fief des supporters granata (voir infra p. 59).

18 D’après le recensement de 1981, 55 % des migrants installés dans la région du Piémont sont nés dans le Mezzogiorno.

19 Voir infra pp. 324-325.

20 Sur les leaders de groupes ultras turinois voir aussi Moscati (1988 : 233-240).

Table des illustrations

Légende 9. Les Fedelissimi du Toro fêtent le scudetto de 1976 (Turin, photo anonyme [1976], coll. J.-M Mariottini)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4085/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 604k
Légende 10. Adhésif « Quand tous trahiront, nous seuls resterons fidèles. Amants de la vie... époux de la mort. » Légion grenat.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4085/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende 11. La Filadelfia, le virage des supporters de la Juventus avant une rencontre de Coupe d’Europe contre Barcelone. (Turin, févr. 1986, photo J.-M. Mariottini)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4085/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Légende 12. Des supporters, venus des quatre coins de l’Italie et d’ailleurs assister à la préparation de la Juventus à Macolin (Suisse), s’attroupent autour de l’échoppe ambulante d’un marchand d’emblèmes. (Macolin, août 1986, photo C. B.)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4085/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4085/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende 13. Les murs du principal Juventus Club de Turin sont recouverts d’écussons, de coupes, de photos représentant les gloires du club. (Turin, févr. 1986, photo C. B.)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4085/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 880k
Légende 14. Les préparatifs : les supporters du Toro entreposent, à l’entrée du stade, leurs tambours blasonnés aux couleurs du club. (Turin, févr. 1986, photo C. B.)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4085/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Légende 15. « Su, ragazzi arriva lu Madama. » A ce signal, annonçant l’entrée de l’équipe sur le terrain, les supporters de la Juventus lèvent le bras. (Turin, févr. 1986, photo C. B.)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4085/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 568k
Légende 16. J’OM Adhésif vendu par le club central des supporters de l’OM (Marseille, 1986)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4085/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende 17. « OM. J’aime » Adhésif vendu par le Club central des supporters de l’OM (Marseille, 1986) par les Ultras (Marseille, 1994)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4085/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende 18. « Fiers d’être marseillais » Adhésif vendu par les Ultras (Marseille, 1994)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/4085/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 276k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search