Version classiqueVersion mobile

Le gisement paléolithique moyen de la grotte des Cèdres (Var)

 | 
Alban Defleur
, 
Évelyne Crégut-Bonnoure

Chapitre 2. Les activités humaines

2 Human activities

Alban Defleur, Yves Giraud et Jean‑François Bez

Résumé

L’industrie lithique peu abondante et de facture médiocre provient essentiellement de la couche II. Taillée à partir de calcaires siliceux et de nodules de silex chailleux de l’Albien local, elle peut se définir comme un Moustérien de débitage non Levallois riche en racloirs et en denticulés. Le trop petit nombre de pièces retouchées n’a pas permis de comparaison véritable avec les ensembles moustériens de la période et de la région concernées.

L’étude des surfaces osseuses a mis en évidence la présence de stries de boucherie sur les restes appartenant à l’Ours du Tibet, au Tahr, au Sanglier, au Chevreuil et au Chamois.

Texte intégral

2. 1 L’industrie lithique

2.1.1 Les données

1Le matériel lithique se compose de 81 pièces mises au jour durant nos travaux, auxquelles s’ajoutent 23 objets provenant des fouilles antérieures. Ce matériel se répartit comme décrit dans le tableau i.

TABL. I – Décompte général de l’industrie lithique mise au jour dans la grotte des Cèdres.

2En préambule, remarquons la similitude des pourcentages obtenus pour les diverses catégories distinguées lors des deux campagnes de fouilles réalisées à plus de trente ans d’intervalle.

3La majeure partie du matériel mis au jour lors de nos fouilles provient du cailloutis de la couche II (fig. 20), où les vestiges étaient uniformément répartis dans la couche archéologique. La couche sous‑jacente a livré seulement 4 silex au décapage et la couche IV ne contenait aucun vestige lithique. L’ensemble est homogène quant à la matière première, au degré de patine, à la technique et la typologie.

FIG. 20a, b Industrie lithique in situ dans le cailloutis de la couche II.

Cl. A.D.

2.1.2 La matière première

4La plus grande partie de la matière première utilisée provient de l’environnement proche de la grotte. Le choix des artisans s’est massivement porté sur les silex chailleux et calcaires siliceux, de qualité médiocre, que l’on rencontre en abondance à proximité de la cavité. Des silex de meilleure qualité, provenant essentiellement de l’Albien local, ont également été utilisés (cf. Giraud infra). La répartition des matériaux par support fait ressortir une forte utilisation des silex pour la confection des outils. Les faibles dimensions du seul nucléus en silex mettent en évidence l’utilisation maximale de cette matière. Cette économie spécifique de la matière première apparaît encore renforcée si l’on considère le poids moyen des enlèvements en fonction des matériaux utilisés (tabl. ii).

Silex

CS et SC

Calcaire

7,8 g

9,25 g

23,25 g

TABL. II – Poids moyen des enlèvements selon les divers matériaux utilisés.

5Les pièces sont peu patinées, laissant apparaître la couleur et la texture des matériaux utilisés. Aucune trace de feu n’a été observée sur le matériel lithique.

2.1.3 Le débitage

2.1.3.1 Les nucléus

6Les nucléus, au nombre de 5, sont bien représentés puisqu’ils forment 6,8 % du total des pièces de taille mesurable. Leur plus grande dimension se situe entre 4 et 8 cm. Un seul, le plus réduit, est en silex. Les 4 autres, en silex chailleux ou calcaire siliceux, ont tous été abandonnés avant leur stade d’exhaustion. Tous présentent encore une plage corticale plus ou moins développée. Aucun nucléus n’a été transformé en outil.

Nucléus discoïdes

7Ils sont au nombre de 3. Parmi ceux‑ci, 2 ont été exploités par enlèvements centripètes bien organisés. Les plans de frappe sont aménagés par enlèvements périphériques semi‑abrupts, inverses (fig. 21, no 1). Le troisième, tiré d’un gros éclat, peut être considéré comme une ébauche ; la préparation périphérique, entamée, n’a pas été poursuivie et la surface de débitage présente encore le bulbe de l’éclat initial (fig. 21, no 2).

FIG. 21 ‒ Industrie lithique de la grotte des Cèdres : 1 nucléus discoïde, 2 ébauche de nucléus discoïde.

A. Raux del.

Nucléus prismatiques

8Deux exemplaires à enlèvements unipolaires laminaires sur plan de frappe naturel ont été trouvés.

2.1.3.2 Étude technique et économie du débitage

9Pour mettre en évidence les principales caractéristiques et les proportions relatives des grandes phases de débitage, nous avons réparti la totalité du matériel recueilli en douze types et cinq groupes principaux suivant un modèle déjà proposé (Defleur 1990), inspiré de celui mis au point par J.‑M. Geneste (Geneste 1985) (tabl. iii).

TABL. III – Liste des groupes et types distingués pour l’étude technologique de l’industrie lithique de la grotte des Cèdres.

10Le tableau iv permet de souligner les faits suivants :
– sous‑représentation des éclats de taille et de retouches, comparativement au nombre d’outils et d’enlèvements ;
– absence des entames (type 1) ;
– faible représentation des produits de la première phase de débitage (types 2 et 3) ;
– bonne représentation des nucléus (types 8 à 11, groupe IV) ;
– répartition inégale des éclats à surfaces corticales où, à l’intérieur d’un groupe I faible, les éclats à dos corticaux (type 5), représentant plus de 44 % de ce groupe, sont sur‑représentés (fig. 26nos 3, 6 ; fig. 27no 7). Notons également l’existence de plusieurs outils sur support à dos cortical (fig. 27nos 6, 9 ; fig. 28, no 3).

TABL. IV – Répartition de l’industrie lithique de la grotte des Cèdres en fonction des groupes et types technologiques distingués.

11Ces divers points montrent que c’est une matière première déjà dégrossie qui a été introduite dans le gisement et que le matériel lithique, dans sa majeure partie, n’a pas été produit sur place, mais amené dans la grotte sous forme de produits finis (outils retouchés et couteaux à dos corticaux) ou semi‑finis (éclats).

12L’étude de la longueur et du module des outils, qui fait ressortir une sélection évidente des pièces support, confirme cette observation.

13Il est probable qu’une activité de taille assez réduite a été réalisée dans le gisement, et que celle‑ci a dû consister essentiellement dans le débitage de quelques éclats. La relative abondance des nucléus, pour certains de grande taille et dont un seul a atteint son stade d’exhaustion, pourrait être le résultat d’un stockage de matière première en vue d’une activité de taille qui n’aurait été qu’incomplètement réalisée.

14Par ailleurs, la très faible représentation à l’intérieur du type 0, de petits éclats de retouches (malgré un tamisage réalisé à l’aide d’une maille très fine), indique que si une activité de façonnage des éclats a eu lieu dans la grotte, celle‑ci n’a pas été effectuée dans les zones fouillées.

Module des enlèvements

15Bien que des nodules de matière première d’assez grandes dimensions existent en abondance aux abords même de la grotte, les enlèvements sont en majorité de petite taille. La courbe de répartition des longueurs des éclats montre un regroupement des pièces de 2 à 5 cm (fig. 22). Aucun élément n’atteint 8 cm. Comme le montre la figure 22, les éclats les plus longs ont été particulièrement sélectionnés comme support d’outils. En outre, les courbes de fréquence des modules (L/l) des pièces brutes et des outils (fig. 23) apparaissent significatives, puisque la quasi‑totalité de l’outillage a été confectionné sur des éclats plus longs que larges (L/l >1) alors que les enlèvements très larges (L/l ˂1) représentent une part importante des enlèvements bruts. Notons la très faible proportion d’éclats de ce type transformés en outils. L’indice laminaire global est élevé mais beaucoup plus marqué pour les outils que pour les éclats bruts (fig. 23). Pour ces derniers, sans la présence des couteaux à dos naturels en cortex, cet indice aurait été nul. Soulignons, parmi les nucléus, la présence de deux exemplaires prismatiques à enlèvements laminaires unipolaires, qui corrobore cet indice laminaire fort.

FIG. 22 – Courbes de répartition des longueurs.

FIG. 23 – Courbes de répartition des modules.

Talons et bulbes

16Malgré la présence de quelques rares éclats à talon soigneusement facetté et dont l’angle d’éclatement se situe autour de 90°, la préparation des plans de frappe apparaît assez médiocre (fig. 24). Les talons lisses dominent nettement l’ensemble.

FIG. 24 – Courbes de répartition des divers types de talons. 1 corticaux ;2 lisses ;3 dièdres ; 4 facettés ; 5 punctiformes/écrasés.

17Les talons ôtés par retouches spécifiques ou par retouches des outils sont absents. Notons la relative abondance des talons punctiformes ou écrasés et le pourcentage important d’éclats à talons en cortex parmi les talons lisses, reflétant l’utilisation de nucléus à plan de frappe cortical, type qui ne figure pas dans les exemplaires recueillis.

18Les indices de facettage sont particulièrement faibles. Soulignons le décalage marqué, tant pour les enlèvements que pour les outils, entre IF et IFs traduisant l’emploi fréquent du talon dièdre.

Angle d’éclatement

19Les talons observés sont généralement de dimensions réduites et déversés sur la face d’éclatement. Les histogrammes de répartition des angles d’éclatement montrent un étalement important de 90 à 130°, avec un maximum de pièces dont l’angle d’éclatement est compris entre 110 et 120° (fig. 25).

FIG. 25 – Histogramme de répartition des angles d’éclatement. 1 90 à 94°, 2 95 à 99°, 3 100 à 104°, 4 105 à 109°, 5 110 à 114°, 6 115 à 119°, 7 120 à 124°, 8 125 à 130°.

Débitage Levallois

20Deux éclats ont été retenus comme pouvant attester de l’existence du débitage Levallois sur le site (Bordes 1961 ; 1980). Le premier, atypique, en silex chailleux et à talon lisse pourrait être un éclat de reprise d’enlèvement Levallois (fig. 26, no 1). Le second, en silex, de bonne facture, présente un talon soigneusement facetté et un angle de débitage voisin de 90° (fig. 126, no 1, in Lumley‑Woodyear 1969 : 198). L’absence de nucléus Levallois typique nous incite à une certaine réserve, de tels éclats pouvant être obtenus fortuitement au cours du débitage de nucléus discoïdes classiques.

FIG. 26 – Industrie lithique de la grotte des Cèdres. 1 éclat Levallols atypique ; 27 racloirs simples droits ; 36 éclats à dos naturels en cortex retouchés ; 4 racloir sur face plane ; 5 raclette ; 8 racloir simple concave cassé.

A. Raux del.

2.1.3.3 Indices et caractéristiques techniques du débitage

21L’industrie lithique de la grotte des Cèdres se caractérise par la faible valeur de l’indice Levallois, la faiblesse des indices de facettage, particulièrement de l’IFs, un fort pourcentage d’éclats laminaires aménagés en outils, et une forte représentation de pièces à dos corticaux.

2.1.4 Le façonnage

2.1.4.1 Décompte

22Le nombre d’outils retouchés s’élève à 32, soit plus de 30 % du matériel mis au jour (tabl. v). Cette proportion déjà forte atteint 43,2 % si l’on ne tient compte que des enlèvements mesurables. Signalons deux outils : un racloir simple convexe et une encoche en bout, obtenus sur éclats naturels. Les éclats retouchés, les pointes pseudo‑Levallois ainsi que les éclats à dos corticaux n’ont pas été pris en compte dans cette étude typologique.

TABL. V – Décompte typologique (liste de F. Bordes).

2.1.4.2 Retouches

23Les formes convexes, rectilignes ou denticulées dominent l’ensemble à peu près à part égale. Bien que l’orientation directe soit largement majoritaire, les retouches inverses se reconnaissent sur près d’un tiers des outils. La plupart des outils ne présentent qu’un bord retouché, la localisation bi‑latérale est peu représentée. L’inclinaison majoritairement abrupte peut être oblique, semi‑abrupte ou surélevée. Dans une très large majorité, la retouche courte irrégulière de morphologie écailleuse domine l’ensemble. La retouche Quina n’est pas représentée.

2.1.4.3 Étude descriptive

Le groupe II

24Le groupe moustérien, élevé (53,1 %), est uniquement constitué par des racloirs, les pointes moustériennes et les limaces sont absentes. Les pourcentages relatifs entre les divers types de racloirs mettent en lumière la forte proportion de racloirs à un seul bord retouché qui représentent plus de 94 % du total, le type simple convexe y figurant pour plus de 40 %. Signalons l’absence de type déjeté, transversal, à dos et base amincis et à retouches bifaces et abruptes. L’absence totale d’outils à bords retouchés convergents est également à souligner.

25Racloirs simples droits : bien représentés (23,5 % des racloirs), ils peuvent être aménagés sur la totalité du bord et de belle venue (fig. 27, no 2) ou de facture plus médiocre (fig. 26, nos 2, 7 et fig. 27, no 1).

FIG. 27 – Industrie lithique de la grotte des Cèdres. 1, 2 racloirs simples droits ; 3589 racloirs simples convexes ; 4 racloir double concave‑convexe ; 6 encoche retouchée ; 7 couteau à dos naturel en cortex ; 10 burin d’angle sur racloir simple droit.

A. Raux del.

26Racloirs simples convexes : c’est le type le mieux représenté (41,1 % des racloirs). Certains sont de belle venue (fig. 27, nos 8, 9), d’autres à retouches irrégulières (fig. 27, no 5) ou courtes et partielles (fig. 27, no 3).

27Racloirs simples concaves : cette classe est uniquement représentée par deux exemplaires peu typiques, obtenus par retouches abruptes courtes (fig. 26, no 8).

28Racloirs doubles convexe‑concave : un seul exemplaire de bonne facture, obtenu sur éclat allongé (fig. 27, no 4).

29Racloirs sur face plane : les racloirs sur face plane, par leur importance statistique (17,6 % des racloirs) représentent une des particularités de cet ensemble ; deux sont convexes (fig. 26, no 4), le troisième concave.

Le groupe III élargi

30Les outils du groupe Paléolithique supérieur sont représentés par un unique burin, les perçoirs et les grattoirs font complètement défaut. Cependant, si l’on élargit ce groupe aux raclettes, les outils du groupe III constituent alors près de 10 % du total.

31Burin un exemplaire d’angle plan aménagé par deux enlèvements très caractéristiques sur racloir simple droit (fig. 27, no 10).

32Raclettes au nombre de deux, typiques, elles ont été aménagées par retouches abruptes très régulières sur éclat fin ; un exemplaire présente une retouche périphérique n’épargnant que le talon (fig. 26, no 5).

Le groupe IV élargi

33Les outils du groupe des denticulés élargi aux encoches et aux encoches en bout sont abondants et forment plus du tiers des outils façonnés (37,5 %). Dans ce groupe aucun déséquilibre notable n’apparaît dans l’emploi de la matière première.

34Encoches elles sont au nombre de trois. Notons une encoche retouchée sur éclat à dos naturel en cortex (fig. 27no 6).

35Denticulés : ils représentent par leur abondance (25 % du total des outils) une autre particularité de cette industrie. Obtenus par diverses techniques, ils constituent une série d’outils différents :
– denticulés par retouches clactoniennes adjacentes, représentés par deux exemplaires dont un sur éclat épais obtenu par encoches clactoniennes directe et inverse (fig. 28no 1) ; 
– denticulés par retouches irrégulières, latérales, bilatérales ou périphériques ; il en existe quatre exemplaires obtenus par retouches directes, un seul par retouches inverses ; la forme du bord peut être rectiligne, concave ou convexe ; signalons un denticulé concave opposé à une encoche clactonienne ;
– denticulés par encoches retouchées adjacentes, inverses ou alternantes, opposés à un dos de débitage dans un cas (fig. 28, no 2) et à un dos naturel en cortex dans l’autre (fig. 28, no 3).

FIG. 28 – Industrie lithique de la grotte des Cèdres. 1 denticulé par encoches clactoniennes adjacentes alternes ; 2 denticulé par encoches retouchées adjacentes inverses ;3 denticulé par encoches retouchées adjacentes alternantes.

A. Raux del.

36Encoche en bout : un exemplaire, il s’agit d’une encoche clactonienne directe en bout d’éclat naturel.

2.1.4.4 Indices et groupes typologiques

37Bien que réalisée avec un nombre trop faible d’outils pour être réellement significative, cette étude typologique permet cependant de saisir les orientations marquantes de la structure de cette industrie et ses principales caractéristiques :
– absence ou très faible représentation du débitage Levallois ;
– absence d’outils à bords retouchés convergents et à dos ou base amincis ;
– forte proportion de racloirs simples droits, simples convexes et sur face plane, généralement de facture assez médiocre ;
– présence d’outils typiques du Paléolithique supérieur et de raclettes ;
– fort pourcentage d’outils du groupe IV élargi.

2.1.5 Diagnose et comparaison

38Une première étude de ce matériel avait déjà été réalisée sur la série très limitée issue des fouilles de M. Escalon de Fonton. Si elle n’avait pas permis de formuler un diagnostic précis, elle avait cependant souligné la faiblesse de l’indice Levallois et l’importance du groupe des denticulés (Lumley‑Woodyear 1969 : 199). Les fouilles récentes, en complétant la série lithique, ont permis une approche technologique et typologique de l’ensemble qui autorise une tentative de comparaison avec les groupes de la fin du Pléistocène moyen et ceux du début du Würmien.

39Soulignons en préalable que sans les éléments de datation fournis par les études paléontologiques, cette série sans biface aurait certainement été placée dans une phase du Würmien ancien. Actuellement, seules les études biométriques et anatomiques de la faune (infra) permettent de la situer dans une phase finale du complexe rissien. Les gisements ayant livré des industries de la fin du léistocène moyen sont assez nombreux en Provence (fig. 29). Ils peuvent se rattacher à trois groupes culturels principaux (Lumley 1976b) :
– l’Acheuléen évolué à rares bifaces, qui peut prendre dans cette régions des aspects variés : Acheuléen de débitage non Levallois riche en racloirs et à bifaces lancéolés (Lazaret) ; Acheuléen de débitage Levallois riche en racloirs et en outils à bords retouchés convergents, à bifaces amygdaloïdes (Sablons) ou micoquiens (sites de la vallée du Largue) ;
– Tayacien de débitage non Levallois, riche en racloirs souvent aménagés par retouches écailleuses scalariformes ou surélevées, livrant une proportion notable de pointes de Quinson et de Tayac, à groupe IV élargi fort (baume Bonne) ;
– Moustérien de débitage Levallois riche en outils à bords retouchés convergents et en racloirs parfois aménagés par retouches écailleuses scalariformes (grotte de Rigabe et baume des Peyrards).

FIG. 29 – Localisation géographique des principaux gisements de la fin du Pléistocène moyen dans le sud‑est de la France. 1 grotte des Cèdres ; 2 grotte de Rigabe ; 3 baume des Peyrards ; 4 Les Sablons ; 5 gisements de la vallée du Largue ; 6 baume Bonne ; 7 Carros‑le‑Neuf ; 8 grotte du Lazaret.

A.D. del.

40La série lithique de la grotte des Cèdres, par l’absence de biface (et d’éclat de biface), de la retouche surélevée ainsi que d’outils à bords retouchés convergents, semble se démarquer des ensembles appartenant à l’Acheuléen et au Tayacien. Elle se différencie également du Moustérien de la couche X de la grotte de Rigabe (Bonifay 1965a et b) et des couches 26 à 23 de la baume des Peyrards par : la faible représentation du débitage Levallois, la faiblesse des indices de facettage, l’absence d’outils à bords retouchés convergents et la facture générale médiocre du façonnage des racloirs.

41Si l’on compare cette industrie aux faciès individualisés dans le Würmien ancien, l’absence de bifaces, de couteaux à dos et d’outils typiques du Paléolithique supérieur ainsi que l’abondance des racloirs interdisent tout rapprochement avec le Moustérien de tradition acheuléenne (par ailleurs inconnu à ce jour en Provence). La facture assez médiocre du façonnage et l’importance du groupe IV élargi pourraient permettre de comparer cette industrie avec un Moustérien à denticulés ; cependant, cette attribution se heurte ici au nombre important de racloirs. Par son fort pourcentage d’outils du groupe moustérien, cette série semblerait pouvoir se rattacher à la famille des Moustériens charentiens. Toutefois, la faiblesse de l’indice Levallois l’écarte immédiatement du type Ferrassie. Par ailleurs, malgré la forte proportion de racloirs et la médiocrité des indices de facettage, cette industrie diffère sensiblement du faciès Quina classique, non seulement par l’absence totale des outils caractéristiques de ce faciès (qui pourrait s’expliquer par le faible nombre d’outils récoltés), mais aussi par l’absence des racloirs transversaux puisque la valeur élevée de l’indice charentien n’est due qu’à l’abondance des racloirs simples convexes. Par ailleurs, la retouche Quina, toujours bien représentée dans les industries de ce faciès, fait ici complètement défaut.

42Du fait de la documentation actuellement disponible, seuls des rapprochements avec certains ensembles du Moustérien typique de Ligurie et de Provence apparaissent possibles. On note principalement des similitudes avec la grotte de Manie en Ligurie italienne, attribuée à la première phase du Würm ancien (Lumley‑Woodyear 1969). Cependant, la faiblesse quantitative de la série recueillie à la grotte des Cèdres interdit toute réelle comparaison.

2. 2 Origine des matières premières lithiques

43La grotte des Cèdres appartient au massif de la Sainte‑Baume (Var). Elle est creusée dans les calcaires urgoniens de son flanc nord. Le faciès urgonien est ici d’âge Barrémien, étage de la série renversée de ce massif. La falaise urgonienne domine des pentes abruptes recoupant l’Aptien et le Crétacé supérieur. L’Aptien est représenté par le Bédoulien et le Gargasien, deux sous‑étages locaux contenant des niveaux à accidents siliceux.

44D’un point de vue plus régional, la matière première nécessaire à la confection de l’outillage ne manque pas ; les étages géologiques présentant des accidents siliceux ne sont pas rares : ils créent parfois, sous les monts de Vaucluse notamment, de véritables aires d’approvisionnement que les hommes préhistoriques ont largement utilisées depuis le Moustérien jusqu’au Chalcolithique.

45En ce qui concerne la grotte des Cèdres, hormis le silex et le calcaire siliceux aptiens locaux, les plus proches affleurements d’accidents siliceux se situent au moins à 25 km : Berriasien de la Sainte‑Victoire (25 km), Hauterivien de la Chaîne de l’Etoile (30 km), Oligocène de la chaîne de la Trévaresse (40 km), pour ne citer que les principaux.

2.2.1 Méthode de travail

46L’étude des différents types de silex commence par une bonne connaissance des accidents siliceux locaux. Ce n’est qu’avec de telles bases que nous avons pu observer et analyser l’outillage lithique de la grotte des Cèdres.

2.2.1.1 L’observation

47Elle a été faite à trois niveaux différents : œil nu, binoculaire et microscope électronique à balayage (MEB). L’emploi de la binoculaire a été systématique même dans le cas de silex ne laissant aucun doute quant à leur origine géologique, ceci pour avoir la description la plus complète de chaque type de matériau.

48Œil nu : la plupart des pièces présentent un aspect tel qu’il est immédiatement possible de les identifier à l’abondante matière première locale ; cependant, même dans ces cas, les observations à la binoculaire ont été réalisées.

49Binoculaire son emploi : systématique a permis les plus nombreuses déterminations et une meilleure connaissance des variations que présentent certaines catégories de silex.

50Microscope électronique à balayage : pour certaines pièces archéologiques ne correspondant à aucun type de silex recensé ou évoquant une provenance incertaine, nous avons utilisé le MEB, sans obtenir systématiquement des résultats définitifs.

51Préalablement, des observations ont été faites sur les principaux types de silex de notre région, nous avons à chaque fois eu recours au matériel de comparaison.

2.2.1.2 Analyses

52Nous avons procédé pour deux pièces de l’outillage lithique à une recherche de microfossiles par la méthode palynologique : attaque à l’acide chlorhydrique, puis à l’acide fluorhydrique et enfin à l’hydroxyde de potassium. Malheureusement, rien n’était visible dans les résidus montés sur lame et seule l’observation à la binoculaire a permis la détermination des matériaux aptiens.

2.2.2 Matières premières utilisées

53Après étude complète du matériel lithique, trois grandes familles de matières premières sont apparues. Une quatrième regroupant les pièces non identifiées a également été distinguée. Nous avons ainsi séparé les silex et calcaires siliceux aptiens, d’origine très locale, le silex exogène et les calcaires d’origine locale.

2.2.2.1 Silex et calcaires siliceux aptiens

54Le versant nord abrupt de la Sainte‑Baume, sous la grotte des Cèdres, laisse apparaître les accidents siliceux des calcaires aptiens (fig. 30). Ils se présentent sous la forme de rognons de tailles diverses mais ne dépassant guère 15 à 20 cm pour les rognons de silex pur. Généralement, la fraction calcaréo‑siliceuse domine et confère à ce matériau une aptitude à la taille médiocre. Les nodules de silex pur sont généralement noyés dans la pâte calcaréo‑siliceuse.

FIG. 30 – Rognons de calcaire siliceux aptien du versant nord de la chaîne de la Sainte‑Baume In situ.

Cl. Y. Giraud

55Le silex aptien est noir, parfois légèrement bleuté et relativement translucide ; il contient parfois des restes d’organismes fossilisés sous forme de taches calcaires millimétriques (nombreux spiculés de Spongiaires et débris d’Echinodermes notamment).

56Le calcaire siliceux est beaucoup moins homogène et plus clair, tirant vers le gris‑bleu. Il contient de nombreux restes d’organismes fossiles, identiques à ceux rencontrés dans le silex ; c’est un matériau très reconnaissable. Au MEB, les fossiles apparaissent bien ainsi que l’hétérogénéité du milieu (fig. 31).

FIG. 31 – Silex aptien au MEB, spiculés de Spongiaire en coupes transversales et longitudinales (X 1 000).

Cl. Y. Giraud

2.2.2.2 Le silex exogène

57Les Moustériens de la grotte des Cèdres ont laissé sur le site quelques pièces d’un silex très caractéristique. Trois d’entre elles appartiennent sans aucun doute au même rognon : le silex est blanc, piqueté de points noirs, le cortex est poreux et une zonation sous‑corticale est visible, ces principales caractéristiques le rapprochent des types oligocènes. Le MEB confirme cette hypothèse : la structure calcédonieuse du silex aptien n’apparaît pas et l’aspect général semble indiquer la présence de silice globulaire comme l’opale. Les accidents siliceux oligocènes possèdent cette structure. Un burin aménagé sur racloir (fig. 27, no 10), entièrement altéré, a également été taillé dans une plaquette de silex oligocène comme on en rencontre au sud et au sud‑est de la chaîne de la Trévaresse (Defleur, Gautier 1984). Enfin, un éclat lui aussi altéré contient des Hydrobies, petits Gastéropodes connus dans les accidents siliceux stampiens de la Trévaresse.

2.2.2.3 Les calcaires

58Cinq pièces en calcaire ont été reconnues. Deux, dont un racloir, sont en calcaire aptien reconnaissable à la présence de fossiles ; les trois autres sont aussi d’origine locale (Urgonien encaissant vraisemblablement).

2.2.2.4 Les indéterminés

59Ils peuvent l’être soit par lacune au niveau des prospections des gîtes siliceux, soit parce qu’ils ont subi des altérations. Peu nombreux, ils représentent moins de 4 % de l’ensemble de l’industrie lithique.

60En incluant les éclats de taille inférieure à 1 cm, nous avons observé 104 pièces dont la répartition est donnée dans le tableau vi.

Local

Oligocène

Indéterminé

Total

Nb

95

5

4

104

%

91,3

4,8

3,8

100

TABL. VI – Répartition de l’industrie lithique de la grotte des Cèdres en fonction de l’origine des matériaux utilisés.

61Sous le terme « local », nous rangeons tous les matériaux d’origine très proche (silex, calcaire siliceux de l’Aptien ainsi que les autres calcaires). La principale remarque que l’on peut faire est l’utilisation de la matière première locale représentant plus de 90 %.

62Du fait de ces résultats, nous n’avons pas jugé nécessaire d’établir une relation entre la typologie et la matière première. Signalons toutefois que nous n’avons remarqué aucune association significative. Notons également que tous les nucléus sont en silex et calcaires siliceux locaux et la présence d’un burin sur racloir de bonne facture, en silex oligocène.

2.2.3 Conclusion

63Concernant l’origine des matériaux Ethiques, l’intérêt de cette grotte réside dans la grande abondance en matière première que livrent ses abords immédiats ; l’utilisation massive de ces matériaux malgré leur médiocre qualité marque un certain degré d’harmonisation entre ces hommes et leur environnement.

64Par ailleurs, la faible représentation des matériaux exogènes provenant exclusivement des formations oligocène du bassin d’Aix‑en‑Provence, à une quarantaine de kilomètres au nord‑ouest, est également à souligner (fig. 32).

FIG. 32 – Aire d’approvisionnement en matières premières siliceuses.

Y. Giraud del.

2.3 L’industrie osseuse

65Au cours de la fouille, nous avons recueilli dans la couche II deux pièces en os qui méritent d’être décrites.

66La première consiste en un fragment de diaphyse d’os long, présentant sur la face externe une série de plusieurs retouches réalisées par percussion, manifestement dans le but d’aménager un racloir simple convexe (fig. 33no 1). Bien que peu nombreux, des objets de ce type ont déjà été signalés en Provence à plusieurs reprises, dans des séries du Paléolithique ancien et moyen (Lumley‑Woodyear 1969 ; Texier 1974 ; Defleur 1985 ; 1988a).

FIG. 33 – Industrie osseuse : 1 racloir simple convexe sur esquille osseuse ; 2 fragment osseux présentant une extrémité aménagée en biseau.

Y. Assié del.

67La deuxième pièce est constituée par un fragment d’os de section ovale (probablement une côte), présentant une surface lustrée régulièrement biseautée en « bec de flûte » à une extrémité ; le reste de la pièce ne porte aucun aménagement particulier (fig. 33, no 2). Les observations réalisées à la binoculaire ne permettent de formuler aucune hypothèse concernant la technique utilisée pour son aménagement. Aussi ne pouvons‑nous affirmer qu’elle résulte d’une action humaine. Toutefois, si certains agents naturels ou les animaux sont susceptibles, dans quelques rares circonstances, de produire des formes imputables à l’homme, il est possible, dans le cas présent, du fait de l’excellent état de conservation de cet objet et de sa situation dans le remplissage, d’écarter plusieurs causes possibles : rongement, ingestion, dissolution chimique, charriage, cassure par compactage.

2.4 Traces de boucherie sur les restes des grands Mammifères

  • 1 Je remercie Mlle P. Valensi pour ses conseils concernant la réalisation des répliques en résine ain (...)

68De part l’originalité de sa grande faune, la grotte des Cèdres présente un intérêt considérable pour la connaissance des paléoenvironnements de la fin du Pléistocène moyen1. Mais la quantité relativement restreinte de vestiges osseux, avec seulement 510 restes déterminés dont une part importante rapportée à différents Carnivores, n’est pas sans soulever un certain nombre de problèmes concernant notamment la part attribuable à l’Homme dans l’accumulation osseuse et son mode d’exploitation des ressources alimentaires d’origine animale. L’étude des surfaces osseuses, la recherche et l’interprétation systématique des traces qu’elles présentent permettent cependant de mieux saisir cet aspect du comportement humain. Le faible nombre de restes ne permettant pas une véritable étude quantitative, nous nous sommes attachés dans ce travail à une description précise des vestiges présentant des traces d’action anthropique, et plus particulièrement des stries de boucherie. Celles‑ci ont d’abord été observées à l’aide d’une loupe binoculaire de grossissement x15 à x55, puis au MEB après la réalisation de répliques en résine suivant la méthode utilisée par P. Valensi (1994).

69Plusieurs études ont déjà été consacrées à cette approche. Citons, sans prétendre à l’exhaustivité, H. Martin (1907), L. Binford (1981), F. Poplin (1983), M. Patou (1984 ; 1987), R. Lyman (1987), P. Valensi (1991 ; 1994). C’est sur la base de ces différents travaux, ainsi que sur nos propres expérimentations (Bez 1993), que nous avons cherché à interpréter les traces observées. Nous avons indiqué, chaque fois que cela a été possible, le code attribué par Binford (1981) aux différents types de stries de boucherie. Leur situation anatomique a été précisée à l’aide des deux premiers tomes de l’Atlas d’anatomie comparée de R. Barone (1976 ; 1989).

70L’examen des surfaces osseuses nous a permis de reconnaître 17 restes déterminables portant des traces de boucherie. Parmi les sept espèces de Carnivores identifiées, une seule, l’Ours du Tibet, présente des traces d’origine anthropique. D’autre part, ce type d’altération existe sur les restes attribués à quatre autres espèces, principalement le Tahr, puis le Chevreuil, le Chamois et le Sanglier. Aucune strie de boucherie n’a été reconnue sur les restes de Cerf, de Lagomorphes et de Marmotte.

2.4.1 Les Carnivores

2.4.1.1 L’Ours

71Inventaire : un métatarse, deux fragments de côtes.

72Parmi les restes déterminés des trois espèces d’Ursidés présents sur le site, un seul métatarse attribué à l’Ours du Tibet et provenant de la couche II présente deux stries de découpe d’origine anthropique (fig. 34). Celles‑ci sont situées sur la face plantaire de la diaphyse distale. Ce type de strie a déjà été décrit, en particulier sur le site de Biachc‑Saint‑Vaast, où il a été attribué à une activité de dépouillage (Auguste 1992). Toutefois, du fait de la relative importance des masses graisseuses et musculaires qui séparent la peau (callosité plantaire) de la surface osseuse des métapodes (Couturier 1954), ces stries pourraient également être dues à une utilisation alimentaire du pied.

FIG. 34 – Métatarsien II d’Ours du Tibet, vue plantaire, a grossissement de la zone présentant les stries.

J.‑F. Bez del. et cl.

FIG. 35 – Fragment de côte d’Ours indéterminé, a grossissement de la zone présentant les stries.

J.‑F. Bez del. et cl.

  • 2 Nous utilisons les termes de coupe et de découpe dans deux sens différents qui sont ceux utilisés e (...)

73Signalons, d’autre part, l’existence de traces de découpe sur deux fragments de côtes d’Ursidé qui n’ont pu être déterminés au niveau spécifique. Le premier (fig. 35) étant trop petit pour qu’en soit déterminée l’orientation, nous ne sommes pas en mesure d’établir l’origine des deux stries qu’il présente –décarnisation ou éviscération– leur situation anatomique sur l’une ou l’autre face ne pouvant être définie. Le second fragment (fig. 36) provient d’une côte gauche et montre sur sa face latérale une profonde strie de décarnisation. Ce fragment ne pouvant être situé précisément sur le corps de la côte, cette strie peut être liée soit à la coupe2 des muscles dorsaux (filets), soit au prélèvement des muscles du thorax (plat de côte).

FIG. 36 – Fragment de côte d’Ours indéterminé, vue latérale, a grossissement de la zone présentant la strie.

J.‑F. Bez del. et cl.

2.4.2 Les Artiodactyles

2.4.2.1 Le Tahr

74Inventaire : deux fragments de scapula, une tête articulaire humérale, un radius, un métatarsien, deux fragments de métapodes, une première phalange.

75Le Tahr est l’espèce la mieux représentée en nombre de restes sur le site. Sur les 58 vestiges osseux qui lui sont attribués, huit seulement présentent des traces de découpe, soit 13,8 %. Ils correspondent à un minimum de deux individus, le premier en couche II, et le second en couche III. Un fragment de scapula gauche porte une strie de décarnisation courte sur le bord crânial de la face médiale de l’insertion du muscle supra‑épineux (code Binford : S4). Un second fragment (fig. 37), situé au niveau de la partie distale de l’épine scapulaire, présente une strie de décarnisation dans la fosse infra‑épineuse, à la base de l’épine scapulaire, sur l’insertion du muscle infra‑épineux (code Binford : S3). Ces traces peuvent être interprétées comme étant consécutives au désossement de l’épaule.

FIG. 37 – Fragment de scapula gauche de Tahr, vue caudale.

J.‑F. Bez del.

76Une tête humérale présente une strie sur la face caudale de l’articulation, en bordure de surface articulaire (code Binford : Hp1). Cette trace est très probablement due à la désarticulation de l’épaule, réalisée par sectionnement de la capsule articulaire.

77Un radius gauche (fig. 38) porte deux stries de décarnisation sur le côté médial de la face caudale de la diaphyse, au niveau du chef radial du muscle fléchisseur profond des doigts. Ces traces correspondent à la coupe des muscles antébrachiaux, vraisemblablement lors du désossement de l’ensemble de l’épaule.

FIG. 38 – Radius gauche de Tahr, vue caudale.

J .‑F. Bez del.

78Un métatarsien gauche (fig. 39) présente un groupe de trois stries sur le côté latéral de la face crâniale de la diaphyse (code Binford : MTd4). Deux fragments de face crâniale de diaphyse de métapode présentent ces mêmes traces. Celles‑ci sont généralement interprétées comme étant dues à une activité de décarnisation (Binford 1981 ; Villa et al. 1985). Cependant, notre propre étude expérimentale (Bez 1992 ; 1993) montre que ce type de trace apparaît aussi lors du prélèvement de la peau sur l’extrémité des membres, du fait de la quasi‑absence de parties charnues à ce niveau isolant nettement la peau et la surface osseuse. Mais là encore, la faible quantité de restes ne permet pas de trancher définitivement.

FIG. 39 – Métatarsien gauche de Tahr, vue crâniale, a grossissement de la zone présentant les stries.

J.‑F. Bez del. et cl.

79Enfin, une première phalange présente une strie anthropique sur la face axiale de sa diaphyse (fig. 40). La situation anatomique de cette trace ne permet de la lier ni à une activité de dépouillage, qui ne peut s’exercer que sur les trois autres faces, ni à la désarticulation du fait de sa position relativement éloignée des surfaces articulaires. De part son caractère unique, nous ne sommes pas en mesure d’attribuer à cette strie une quelconque signification.

FIG. 40 – Première phalange de Tahr, vue axiale, a grossissement de la zone présentant la strie.

J.‑F. Bez del. et cl.

2.4.2.2 Le Chevreuil

80Inventaire : un humérus, deux métacarpiens.

81Le Chevreuil est représenté par 19 restes dont trois portent des traces de boucherie, soit 15,8 %. Ces trois vestiges correspondent à un minimum de deux individus, l’un en couche II et l’autre en couche III. Un humérus gauche porte une strie sur sa face médiale, à proximité de la lèvre de la fosse olécranienne fig. 41. Cette trace peut être due soit au prélèvement des muscles de l’épaule, soit à la désarticulation lors du dégagement de la face caudale de l’articulation par la section du muscle anconé et de la masse adipeuse qui la protège (code Binford : Hd3 ou Hd7).

FIG. 41 – Humérus gauche de Chevreuil, vue médiale.

J.‑F. Bez del.

82Un métacarpien gauche présente une strie sur le côté caudal de la face médiale de la diaphyse. Un second métacarpien droit (fig. 42) porte une strie sur la partie distale de la face latérale de la diaphyse. Pour les raisons que nous avons exposées plus haut, ces traces peuvent être attribuées soit à une activité de décarnisation, soit au dépouillage.

FIG. 42 – Métacarpien droit de Chevreuil, vue latérale.

J.‑F. Bez del.

2.4.2.3 Le Chamois

83Inventaire : deux radius gauches.

84Le Chamois est représenté par six restes dont deux seulement présentent des traces de boucherie. Il s’agit de deux radius gauches sans articulation distale, provenant de la couche II et correspondant à un minimum de deux individus. Le premier présente une trace de décarnisation sur la face caudale de la diaphyse au niveau de l’insertion du chef ulnaire du muscle fléchisseur profond des doigts (code Binford : RCp7). Le second (fig. 43) porte une strie de décarnisation sur le côté latéral de la face crâniale de la diaphyse, au niveau de l’insertion du muscle extérieur oblique du carpe. De même que pour le Tahr, ces traces correspondent toutes au prélèvement des muscles antébrachiaux, vraisemblablement dans le cadre du désossement de l’épaule.

FIG. 43 – Fragment de radius gauche de Chamois, vue crâniale.

J.‑F. Bez del.

2.4.2.4 Le Sanglier

85Inventaire : un fragment de métapode.

86Le seul reste osseux appartenant au Sanglier, un métapode latéral sans articulation proximale provenant de la couche II, présente un groupe de trois stries d’origine anthropique (fig. 44). Celles‑ci sont localisées sur le côté latéral de la face dorsale de la diaphyse. Elles peuvent être dues au prélèvement de la peau.

FIG. 44 – Fragment de métapode latéral de Sanglier, vue dorso‑latérale. a grossissement de la zone présentant les stries, b grossissement de l’extrémité des stries.

J.‑F. Bez del. et cl.

2.4.3 Les esquilles

87L’ensemble des esquilles indéterminées provenant des fouilles Escalon (couche 6) et Defleur (couches II, III et IV) ont elles aussi été examinées à l’aide de la loupe binoculaire de manière à déterminer la proportion portant des stries de découpe. Sur 914 esquilles étudiées, 16 seulement provenant toutes des niveaux archéologiques de la grotte présentent ce type de traces, soit 1,75 %. Signalons aussi l’existence de deux esquilles portant une trace d’impact de fracture comparable à celles déjà décrites dans la littérature comme étant dues à l’Homme.

2.4.4 Conclusion

88Au terme de cette étude, il apparaît que les activités de boucherie sur le site ont concerné au minimum en couche II un Ours du Tibet, un Tahr, un Chevreuil, deux Chamois et un Sanglier, alors qu’en couche III, elles n’ont touché qu’un Tahr et un Chevreuil.

89Le Tahr est la seule espèce pour laquelle le nombre de restes portant des traces d’origine anthropique autorise une conclusion partielle sur le schéma de découpe pratiqué par les Moustériens de la grotte des Cèdres. La présence des différents segments du membre antérieur et la situation anatomique des stries montrent que le désossement de l’épaule a été pratiqué avant que celle‑ci n’ait été désarticulée, sans doute dans le but de fracturer les os longs et d’en récupérer la moelle.

90D’autre part, la présence de traces de découpe sur des restes d’Ours, déjà signalée entre autres au Regourdou (Bonifay 1989), à Biache‑Saint‑Vaast (Auguste 1992) ou encore à Erd en Hongrie (Gabori‑Czank 1976), reste suffisamment rare pour que l’on s’y arrête. En l’occurrence, un Ours du Tibet au moins a été découpé par l’Homme probablement à des fins alimentaires. La rareté des restes témoignant de cette activité ne permet cependant pas de déterminer si les Moustériens ont introduit l’ensemble de la carcasse sur le site, ni même s’ils ont eu accès à l’ensemble de celle‑ci. Cette dernière question se pose d’ailleurs pour toutes les espèces dont les restes témoignent d’une action anthropique. En effet, on ne peut que souligner le faible nombre de vestiges présentant ce type de traces, et noter une légère prédominance de celles situées aux extrémités des membres et pouvant être liées à une utilisation alimentaire de ces parties pauvres en viande. Ce fait, susceptible de témoigner d’un accès relativement tardif à la carcasse (Shipman 1983 ; 1990), pose donc le problème de l’acquisition des animaux par charognage à la grotte des Cèdres. Pour autant, la présence de traces de boucherie sur l’ensemble des éléments osseux de l’épaule du Tahr et, dans une moindre mesure, sur ceux du Chevreuil et du Chamois, indique que les bouchers moustériens ont également eu accès aux parties les plus riches de la carcasse. Alors que plusieurs gisements proches, tels que l’Adaouste (Bez 1993 ; Bez in Defleur et al. à paraître) et le Lazaret (Patou 1984 ; Valensi 1991 ; 1994), ou d’autres plus éloignés comme Biache‑Saint‑Vaast (Auguste 1992) attestent la pratique de la chasse par l’Homme à la même période, la question du charognage concernant la grotte des Cèdres nous semble devoir rester ouverte étant donné la faiblesse quantitative du matériel découvert, le site n’apportant pas d’éléments suffisants en faveur de l’une ou l’autre hypothèse.

Notes

1 Je remercie Mlle P. Valensi pour ses conseils concernant la réalisation des répliques en résine ainsi que Mme E. Crégut‑Bonnoure et M. A. Defleur pour leur aide dans la réalisation de cette étude.

2 Nous utilisons les termes de coupe et de découpe dans deux sens différents qui sont ceux utilisés en boucherie tels que définis par J.‑R. Lemaire (1976) :
– la coupe désigne le prélèvement d’une partie sur un entier ; on coupe, par exemple, une côte sur un quartier de côtes ;
– la découpe désigne la séparation d’un entier en plusieurs parties ; en boucherie actuelle, on découpe la carcasse en plusieurs morceaux de demi‑gros puis de détail ; à la coupe d’une côte correspond la découpe du quartier de côtes.

Table des illustrations

Légende TABL. I – Décompte général de l’industrie lithique mise au jour dans la grotte des Cèdres.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/40803/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende FIG. 20a, b Industrie lithique in situ dans le cailloutis de la couche II.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/40803/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Légende FIG. 21 ‒ Industrie lithique de la grotte des Cèdres : 1 nucléus discoïde, 2 ébauche de nucléus discoïde.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/40803/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Légende TABL. III – Liste des groupes et types distingués pour l’étude technologique de l’industrie lithique de la grotte des Cèdres.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/40803/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende TABL. IV – Répartition de l’industrie lithique de la grotte des Cèdres en fonction des groupes et types technologiques distingués.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/40803/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende FIG. 22 – Courbes de répartition des longueurs.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/40803/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Légende FIG. 23 – Courbes de répartition des modules.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/40803/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Légende FIG. 24 – Courbes de répartition des divers types de talons. 1 corticaux ;2 lisses ;3 dièdres ; 4 facettés ; 5 punctiformes/écrasés.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/40803/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Légende FIG. 25 – Histogramme de répartition des angles d’éclatement. 1 90 à 94°, 2 95 à 99°, 3 100 à 104°, 4 105 à 109°, 5 110 à 114°, 6 115 à 119°, 7 120 à 124°, 8 125 à 130°.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/40803/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende FIG. 26 – Industrie lithique de la grotte des Cèdres. 1 éclat Levallols atypique ; 27 racloirs simples droits ; 36 éclats à dos naturels en cortex retouchés ; 4 racloir sur face plane ; 5 raclette ; 8 racloir simple concave cassé.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/40803/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende TABL. V – Décompte typologique (liste de F. Bordes).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/40803/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende FIG. 27 – Industrie lithique de la grotte des Cèdres. 1, 2 racloirs simples droits ; 3589 racloirs simples convexes ; 4 racloir double concave‑convexe ; 6 encoche retouchée ; 7 couteau à dos naturel en cortex ; 10 burin d’angle sur racloir simple droit.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/40803/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Légende FIG. 28 – Industrie lithique de la grotte des Cèdres. 1 denticulé par encoches clactoniennes adjacentes alternes ; 2 denticulé par encoches retouchées adjacentes inverses ;3 denticulé par encoches retouchées adjacentes alternantes.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/40803/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Légende FIG. 29 – Localisation géographique des principaux gisements de la fin du Pléistocène moyen dans le sud‑est de la France. 1 grotte des Cèdres ; 2 grotte de Rigabe ; 3 baume des Peyrards ; 4 Les Sablons ; 5 gisements de la vallée du Largue ; 6 baume Bonne ; 7 Carros‑le‑Neuf ; 8 grotte du Lazaret.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/40803/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende FIG. 30 – Rognons de calcaire siliceux aptien du versant nord de la chaîne de la Sainte‑Baume In situ.
Crédits Cl. Y. Giraud
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/40803/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende FIG. 31 – Silex aptien au MEB, spiculés de Spongiaire en coupes transversales et longitudinales (X 1 000).
Crédits Cl. Y. Giraud
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/40803/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Légende FIG. 32 – Aire d’approvisionnement en matières premières siliceuses.
Crédits Y. Giraud del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/40803/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende FIG. 33 – Industrie osseuse : 1 racloir simple convexe sur esquille osseuse ; 2 fragment osseux présentant une extrémité aménagée en biseau.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/40803/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende FIG. 34 – Métatarsien II d’Ours du Tibet, vue plantaire, a grossissement de la zone présentant les stries.
Crédits J.‑F. Bez del. et cl.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/40803/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende FIG. 35 – Fragment de côte d’Ours indéterminé, a grossissement de la zone présentant les stries.
Crédits J.‑F. Bez del. et cl.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/40803/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende FIG. 36 – Fragment de côte d’Ours indéterminé, vue latérale, a grossissement de la zone présentant la strie.
Crédits J.‑F. Bez del. et cl.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/40803/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende FIG. 37 – Fragment de scapula gauche de Tahr, vue caudale.
Crédits J.‑F. Bez del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/40803/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 7,8k
Légende FIG. 38 – Radius gauche de Tahr, vue caudale.
Crédits J .‑F. Bez del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/40803/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende FIG. 39 – Métatarsien gauche de Tahr, vue crâniale, a grossissement de la zone présentant les stries.
Crédits J.‑F. Bez del. et cl.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/40803/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende FIG. 40 – Première phalange de Tahr, vue axiale, a grossissement de la zone présentant la strie.
Crédits J.‑F. Bez del. et cl.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/40803/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende FIG. 41 – Humérus gauche de Chevreuil, vue médiale.
Crédits J.‑F. Bez del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/40803/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 6,8k
Légende FIG. 42 – Métacarpien droit de Chevreuil, vue latérale.
Crédits J.‑F. Bez del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/40803/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende FIG. 43 – Fragment de radius gauche de Chamois, vue crâniale.
Crédits J.‑F. Bez del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/40803/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Légende FIG. 44 – Fragment de métapode latéral de Sanglier, vue dorso‑latérale. a grossissement de la zone présentant les stries, b grossissement de l’extrémité des stries.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/40803/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 104k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search