Version classiqueVersion mobile

Navigation et milieu fluvial au XIe s.

 | 
Jean Chapelot
, 
Éric Rieth

Partie 1. Approche archéologique de la batellerie médiévale de la Charente

Chapitre 1. Cadre de la recherche et site de la fouille

Chap. 1 The beginnings of the research

Résumé

De 1971 à 1973, le site portuaire médiéval et moderne Port‑Berteau (commune de Bussac), situé à quelques kilomètres en aval de Saintes, a donné lieu à une fouille subaquatique au cours de laquelle furent étudiés des aménagements en bois du lit de la Charente, un important gisement de céramiques provenant de chutes à l’embarquement, de rejets de pièces défectueuses, et une pirogue monoxyle de près de 13 m de long datée du haut Moyen Âge. Dans le cadre de l’ATP du CNRS ° Archéologie métropolitaine ", fut organisée de 1984 à 1986 une recherche extensive de prospection‑inventaire d’une section de la Charente de près de 40 km de long, entre Port‑d’Envaux et Dompierre‑sur‑Charente. Au terme de ce programme au cours duquel furent étudiés plusieurs pirogues monoxyles, des aménagements du lit et des rives de la Charente, des zones de mouillage, le site d’Orlac apparut comme le plus intéressant à foui lier. De 1987 à 1988 se déroula la fouille subaquatique de ce site localisé en amont de Saintes. Si l’épave du xie s. constitua le centre de cette recherche, celle‑ci prit également en compte les autres composantes archéologiques du gisement, et le fleuve lui‑même dans la perspective de restituer le paysage ancien de la Charente. La fouille du site d’Orlac fit appel aux méthodes classiques de l’archéologie subaquatique et rencontra les difficultés habituelles liées à une très faible visibilité. L’analyse du fond de la Charente, à Orlac, a mis en évidence une anomalie importante constituée d’un talus d’une trentaine de mètres de long et de plus d’un mètre de haut à certains endroits. Dans l’hypothèse vraisemblable d’une hauteur d’eau beaucoup plus réduite qu’elle ne l’est depuis les aménagements intervenus à partir de la seconde moitié du xixe s. et aboutissant de nos jours à une hauteur d’eau de 5 m à Orlac, ce talus aurait formé un haut‑fond émergeant en période d’étiage. C’est dans le chenal formé par ce haut‑fond et la limite supposée de l’ancienne rive droite (à une quinzaine de mètres de la berge droite actuelle) que des vestiges d’un aménagement à base de pieux ont été étudiés. La datation de cette structure (entre 982 et 1029) est très légèrement antérieure à celle du bateau d’Orlac. Par ailleurs, un gisement de 42 pierres de mouillage constituant un alignement de près de 130 m de long s’inscrivait pratiquement dans le même axe que celui formé par l’aménagement de pieux et l’épave. Ces pierres de mouillage, dont les poids étaient compris, dans la majorité des cas, entre 21 et 42 kg, correspondaient probablement à des ancres de bateaux. Leur concentration marquait, sans doute, une zone privilégiée d’arrêt de la navigation, à un moment de l’histoire de la Charente difficilement identifiable en l’absence d’indices précis de datation des pierres de mouillage.

Texte intégral

1.1 Les origines de la recherche

1.1.1 De la fouille subaquatique de Port‑Berteau à celle d’Orlac

1En 1969, deux plongeurs amateurs de La Rochelle, J.‑P. Frouin et D. Magal, découvraient sur le fond de la Charente, au lieu‑dit Port‑Berteau (commune de Bussac), situé sur la rive droite du fleuve à quelques kilomètres en aval de Saintes (Charente‑Maritime), un gisement important de céramiques médiévales et modernes. Cruches, écuelles, plats, bols..,, dont de nombreux exemplaires étaient entiers, recouvraient le fond de la Charente sur plusieurs dizaines de mètres carrés, par cinq à sept mètres de profondeur. Selon le témoignage de ces plongeurs, ces céramiques étaient amoncelées d’une façon relativement régulière. Conscients de l’intérêt scientifique des pièces remontées, J.‑P. Frouin et D. Magal les remirent pour étude à la disposition de la Société de géographie de Rochefort (David, Gabet 1972). Malheureusement, d’autres plongeurs de la région, peu scrupuleux, commencèrent à piller le gisement de Port‑Berteau. D’autres sites, comme celui de Taillebourg, n’échappèrent pas à ces plongeurs dont les salons et les salles à manger s’ornèrent, au fil des mois, de vases ou d’armes médiévales sortis du fond de la Charente.

2Fait positif cependant, la découverte de Port‑Berteau constitua l’un des éléments importants d’un vaste programme de recherches conduit durant trois ans, de 1971 à 1973, par le musée national des Arts et traditions populaires de Paris, sous la direction de l’un de nous (Chapelot 1975). Au sein de ce programme d’étude des productions de céramiques saintongeaises, la fouille subaquatique de Port‑Berteau, dirigée par l’un de nous (Rieth 1979, 1983a) représentait un prolongement logique des recherches entreprises sur terre. Il s’agissait d’étudier les vestiges portuaires, le mobilier archéologique associé au port (principalement des céramiques produites dans les ateliers établis sur la rive droite, à quelques kilomètres du port) et d’éventuelles épaves dont deux, en l’occurrence, ont été découvertes : l’une, celle d’une grande pirogue monoxyle datée du haut Moyen Âge, fut intégralement fouillée, et l’autre, celle d’un bateau à architecture assemblée, également datée du haut Moyen Âge, ne donna lieu qu’à des observations sommaires.

3Au‑delà de ces objectifs scientifiques, la fouille de Port‑Berteau avait également pour ambition de tester des méthodes de travail subaquatique en milieu fluvial et de montrer l’intérêt de ce type de recherches en France. En effet, seules des fouilles subaquatiques lacustres d’habitats étaient réalisées à cette époque. Par ailleurs, aucun organisme spécialisé n’était susceptible d’encadrer en personnel et en matériel un chantier comme celui de Port‑Berteau. Enfin, seules les épaves antiques fouillées en mer étaient alors considérées comme intéressantes à étudier. À la suite de cette fouille de Port‑Berteau, quelques plongeurs amateurs de la région commencèrent à effectuer des prospections plus ou moins systématiques en relation avec le musée archéologique de Saintes et la Société d’archéologie et d’histoire de la Charente‑Maritime. D’autres plongeurs, en revanche, poursuivirent le pillage des sites tant en amont qu’en aval de Saintes.

4En 1980 fut créé, dans le cadre de la sous‑direction de l’Archéologie du ministère de la Culture, le Centre national de recherches archéologiques subaquatiques (CNRAS). Cet organisme, basé à Annecy, a reçu pour mission de gérer, en liaison avec les services régionaux de l’archéologie, le patrimoine archéologique des rivières, des lacs et des zones humides (marais, tourbières...). Les moyens matériels et le personnel spécialisé du CNRAS ont joué un rôle non négligeable dans notre choix de reprendre un programme d’archéologie subaquatique dans la Charente. Autre facteur important de décision : la création de l’Action thématique programmée (ATP) du CNRS « Archéologie métropolitaine ». À la suite de l’appel d’offres lancé en 1983, un programme de recherches intitulé « Marine et batellerie en Saintonge et en Aunis, du Moyen Âge au xixe s. » a pu bénéficier d’un financement du CNRS étalé sur trois ans, de 1984 à 1986. Ce programme, dirigé par l’un de nous (J. Chapelot), présentait deux aspects principaux : l’un concernait l’étude des sites terrestres en relation avec la navigation sur la Charente, l’autre celle des sites subaquatiques en rapport avec les moyens de transport par eau, les infrastructures de communication et d’exploitation propres à un secteur du fleuve.

5Le volet subaquatique du programme, placé sous la direction de l’un de nous (E. Rieth), comportait deux phases. La première (1984‑1986), répondant aux conditions de l’appel d’offres du CNRS, était essentiellement une phase d’inventaire et d’évaluation des sites subaquatiques localisés entre Port‑d’Envaux en aval de Saintes et Dompierre‑sur‑Charente en amont de Saintes (Histoire d’une rivière 1987 ; Grandjean, Marguet, Rieth 1989). La seconde consistait à entreprendre la fouille des sites les plus intéressants. La fouille subaquatique d’Orlac en 1987 et 1988 a été un premier aboutissement de cette seconde phase de notre programme.

1.1.2 La découverte du site d’Orlac

6L’épave d’Orlac a été découverte en juillet 1986 par deux plongeurs amateurs, P. Bidouart et J. ‑P. Gailledreau. Ce dernier participait depuis 1984 à nos recherches et consacrait une partie de ses loisirs à effectuer des prospections subaquatiques en liaison avec la Société d’archéologie et d’histoire de la Charente‑Maritime et le musée archéologique de Saintes. C’est au cours d’une plongée destinée à préparer notre campagne annuelle de terrain que les plongeurs trouvèrent l’épave et effectuèrent un relevé sommaire des vestiges apparents (fig. 1).

FIG. 1 – Relevé sommaire de l’épave d’Orlac par l’un des inventeurs (J.‑P. Gailledreau) peu de temps après sa découverte.

1.2 La fouille

7Deux objectifs principaux ont été définis : étudier l’épave et analyser d’un point de vue extensif son contexte archéologique.

1.2.1 L’épave

8Une épave, celle d’un navire de haute mer comme celle d’un petit bateau de rivière, doit être appréhendée d’un double point de vue : celui de sa structure au sens large du terme, intégrant non seulement sa coque mais aussi ses organes de direction et de propulsion ; celui de son contenu (équipement de bord et cargaison). Il est bien évident que, dans cette double perspective d’étude, les problèmes se posent en des termes très différents selon que la fouille porte sur l’épave d’un bâtiment de mer de 40 m de long ou sur celle d’une petite pirogue monoxyle de quelques mètres. Il n’en est pas moins vrai que, dans le cas de la pirogue, les deux aspects –contenant et contenu– ne doivent pas être dissociés même si, effectivement, les données à prendre en compte sont beaucoup plus réduites lors de la fouille d’une pirogue qu’au cours de celle d’un navire de plusieurs centaines de tonneaux de port.

  • 1 Les deux notions de principe et de procédés de construction s’appliquent aussi bien à l’étude de la (...)

9L’aspect qui, sans nul doute, soulève le plus de questions est celui de la structure des coques. C’est principalement à la lumière de la fouille sous‑marine des épaves antiques en Méditerranée (Pomey 1988) que deux axes majeurs d’étude de leur structure architecturale ont été déterminés. Le premier concerne l’analyse du principe de construction du bâtiment, c’est‑à‑dire de la conception de ses formes et de sa structure. Le second se réfère à l’étude des méthodes ou des procédés de construction, c’est‑à‑dire de la traduction matérielle, sur le chantier, du principe de construction1.

10Considérons brièvement, à titre d’illustration, un exemple très différent de ceux choisis par P. Pomey et qui se rapporte, avant tout, à l’espace de la navigation intérieure : celui des pirogues monoxyles. Celles‑ci représentent, en effet, le type de bateaux le plus fréquemment trouvé dans les fleuves et les rivières (plus de 150 découvertes en France). Le principe de construction monoxyle se caractérise par la conception d’une coque –formes et structure– dont une seule et même pièce de bois évidée (Arnold 1980 : 178) constitue 90 % de la partie immergée. Les méthodes ou procédés de construction peuvent faire appel à un premier façonnage de la partie extérieure de la coque, puis à un creusement de l’intérieur, ce dernier pouvant être amorcé par un brûlage de la surface du bois ou être directement réalisé par sections transversales ou au contraire par plans horizontaux... En d’autres termes, pour un même principe de construction, il peut exister une grande diversité de procédés de construction variant, régionalement, chronologiquement, selon l’essence des bois, en fonction de la nature de l’outillage (outils lithiques ou métalliques)...

  • 2 Seule synthèse actuelle sur le sujet : Beaudouin 1985.

11Se pencher avec autant d’attention sur l’épave d’un bateau de rivière peut paraître, à première vue, quelque peu exagéré. Il n’en est rien. Notre connaissance actuelle des moyens de navigation intérieure reste extrêmement réduite. Seule la construction navale fluviale traditionnelle a été jusqu’à présent étudiée en France2. Et encore doit‑on souligner que de nombreux types de petits bateaux de rivière du xixe s. ne sont pratiquement pas connus. En outre, l’approche archéologique de ces bateaux est fondamentale dans la mesure où les sources écrites, tels les marches de construction, les inventaires ou les comptes de réparation, si précieux pour l’étude des navires de mer, sont en très grande partie muettes sur la construction navale fluviale, jusqu’à l’Époque moderne tout au moins. L’histoire de ces bateaux demeure, pour l’essentiel, sans écriture.

12Etudier un bateau de navigation intérieure du point de vue de sa structure implique, par conséquent, de s’interroger sur la manière dont il a été conçu et construit, sur ses caractéristiques techniques de poids, de stabilité, de charge, sur ses éventuelles réparations, sur son mode de fonctionnement au niveau de sa propulsion, de sa direction..., autant de données dont les sources écrites ne contiennent que de rares et fugaces traces.

1.2.2 Le contexte archéologique

13À cet égard, la comparaison entre le milieu de la navigation maritime et celui de la navigation intérieure est très significative. L’espace maritime, en effet, est un milieu ouvert. C’est la raison pour laquelle il est difficile, par exemple, de déterminer avec précision le lieu de construction d’un navire de commerce ou de guerre antique ou médiéval, indication pourtant importante dans la perspective d’une histoire des techniques de construction navale. Seul le lieu de naufrage est connu avec certitude. L’origine du contenu, quant à elle, ne se superpose pas nécessairement à celle du lieu de construction. En outre, le milieu maritime, hauturier et côtier en Méditerranée, hauturier au Ponant, n’exerce pas une influence déterminante sur les formes des bâtiments. Seule exception majeure : les zones du littoral ponantais où les navires pratiquent l’échouage ce qui, logiquement, a une certaine influence sur les formes des fonds de carène.

  • 3 Il ne faut pas oublier que les fleuves et les rivières ont été exploités pour leurs richesses halie (...)

14L’espace de la navigation intérieure, à l’inverse du précédent, est un milieu clos, tout au moins jusqu’au moment du développement des canaux de jonction, c’est‑à‑dire en France, à partir du xviie s. Cet « enfermement » a une conséquence essentielle. Le bateau de rivière, jusqu’à la mise en communication, tardive, des différents axes de navigation, appartient exclusivement à la voie d’eau sur laquelle il circule. Son origine se situe sur le territoire de la voie d’eau. Sa conception a été également définie en fonction des caractéristiques hydrographiques et des besoins économiques d’une rivière ou d’un fleuve déterminé, voire même d’une section particulière de cette rivière ou de ce fleuve. Par ailleurs, « l’enfermement » se marque aussi au niveau du paysage de la voie d’eau, « enfermement » latéral entre deux rives, et vertical entre la surface et le fond de la rivière. De ce fait, la nature de chaque voie d’eau, son régime, sa pente, son débit agissent d’une manière importante (contrainte du tirant d’eau notamment) sur la morphologie du bateau de navigation intérieure. Rares sont, en outre, les rivières et fleuves dont le lit et les berges n’ont pas été munis d’aménagements particuliers destinés, pour l’essentiel3, à régulariser leur cours afin d’améliorer les conditions de navigation. Ainsi en est‑il des épis, barrages, renforts de rives... Quant aux installations portuaires, aux cales de construction, elles représentent un prolongement terrestre obligé de la voie d’eau comme espace de circulation des biens et des personnes.

15Il existe donc des rapports que l’on pourrait qualifier de dynamiques entre les fleuves et les rivières, les aménagements de leur lit et de leurs rives, et les bateaux qui leur sont associés. Le champ de la recherche s’étend ainsi bien au‑delà du bateau, au milieu dans lequel il s’inscrit. C’est dans cette perspective d’une archéologie de la navigation intérieure (Rieth 1983b) ou plus encore de la voie d’eau que nous avons entrepris l’étude du site d’Orlac.

1.2.3 Le déroulement des opérations

  • 4 Autorisation no 1064, programme H 14. Cette campagne a bénéficié d’un financement exclusif du minis (...)
  • 5 Autorisation no 2473, programme H 14. Cette campagne a bénéficié d’un financement majeur du ministè (...)

16À la suite de la découverte de l’épave, un bref sondage a été entrepris au cours du mois de septembre 1986. Ce sondage, de 5 m de long sur 2,50 m de large, a été réalisé sur l’extrémité aval de l’épave dans le but d’évaluer l’intérêt du site et de déterminer sa datation. Du 8 septembre au 2 octobre 1987, le site a donné lieu à une première campagne de fouille4. Au total, 224 h de travail subaquatique ont permis la fouille intégrale de l’épave. Du 12 au 30 octobre 1988 s’est déroulée la seconde campagne de fouille5. Une partie du travail a été consacrée à effectuer des observations complémentaires sur l’épave. L’essentiel des recherches a consisté à étudier son contexte archéologique sur 200 m environ (lit mineur et rive droite principalement). Au total, 177 h de travail subaquatique ont été assurées au cours de la campagne de fouille. Chaque année, au terme du chantier, les vestiges de l’épave ont été recouverts de sacs de sable, plus de 600 sacs pour un volume de l’ordre de 11 m3.

17La faible profondeur de la Charente au niveau de l’épave, le courant extrêmement réduit, n’ont soulevé aucun problème de plongée. La difficulté majeure rencontrée lors de la fouille a été l’absence quasi totale de visibilité. En 1987, la visibilité était réduite, la plupart du temps, à quelques centimètres. En 1988, les crues hivernales avaient nettoyé le fond de la Charente de la couche de vase fluide qui formait l’année précédente un voile totalement opaque au moindre mouvement. Lors de certaines journées ensoleillées, une visibilité de l’ordre du mètre a été parfois rencontrée. Cependant, l’eau demeurait toujours aussi trouble à cause de la multitude de particules en suspension. Ces mauvaises conditions de visibilité, contrainte constante du travail subaquatique en milieu fluvial, ont multiplié les problèmes de relevés de la structure de l’épave et ont entraîné, à coup sûr, une perte d’informations, en ce qui concerne l’enregistrement des traces d’outils par exemple, dont il est difficile, en vérité, d’évaluer avec précision la quantité. En outre, cette absence de visibilité a représenté un obstacle pratiquement insurmontable pour les prises de vues photographiques.

18La position de l’épave, à proximité de la rive droite de la Charente, a permis de disposer à terre l’ensemble de l’équipement encombrant qu’implique une fouille subaquatique. Le canot a été employé uniquement pour assister les plongeurs lors de certaines manœuvres, au moment du relevage des prélèvements de bois par exemple. Le site de l’épave était balisé par une ligne de bouées mouillées au centre de la rivière dans le but de créer une zone de sécurité (fig. 2).

FIG. 2 – Zone de sécurité au‑dessus de l’épave marquée par une série de bouées.

1.2.4 Les méthodes

19Les méthodes de fouille subaquatique nous semblent aujourd’hui suffisamment connues pour qu’il ne soit pas nécessaire de les décrire une nouvelle fois. En revanche, il nous a paru intéressant de souligner quelques caractéristiques des méthodes particulières utilisées lors des relevés.

1.2.4.1 L’épave

Le cadre de référence

20A partir des points de référence déterminés lors du sondage de 1986, un rectangle de 15 m de long sur 3 m de large couvrant pratiquement l’épave dans toute sa longueur, à l’exception de son extrémité amont, a été défini. Ce rectangle de référence était délimité sur le fond de la Charente par des gabarits d’aluminium (10 cm x 2 cm de section pour les barres longitudinales de 5 m de long chacune, 5 cm x 2 cm de section pour les barres transversales de 3 m de long) fixés sur des piquets en fer galvanisé profondément enfoncés dans le sédiment. Compte tenu des problèmes de visibilité rencontrés sous l’eau, il était essentiel de disposer pour les relevés d’un cadre de référence aussi stable et précis que possible. C’est la raison pour laquelle nous avons opté pour ce système de cadre rigide, placé horizontalement et étalonné de 10 cm en 10 cm. Le secteur de fouille ainsi délimité a été rattaché au cadastre au moyen d’une série de visées, faites à partir de la rive droite, sur des bouées marquant en surface les quatre points extrêmes de la zone.

Les relevés

21Une partie des relevés a été réalisée sur le fond par rapport à un plan horizontal matérialisé par les gabarits longitudinaux et transversaux, notamment le plan d’ensemble in situ, la coupe longitudinale, la coupe transversale du remplissage de l’épave et trois coupes transversales. Du fait de l’inclinaison latérale de l’épave (de l’ordre de 20°), il a été nécessaire de corriger toutes les mesures prises sur le fond selon le plan horizontal du cadre de référence pour restituer les coupes transversales. Pour déterminer la valeur effective de ces points et non leur projection selon un plan horizontal, chaque mesure a été divisée par 0,94, coefficient de correction correspondant à la valeur du cosinus de 20°. La faiblesse de la pente longitudinale de l’épave (3° environ) a rendu négligeable la correction des mesures de la coupe longitudinale.

22Les relevés détaillés de la structure interne de l’épave ont été faits directement à l’échelle 1 sur des calques en plastique précisément localisés et maintenus par des agrafes. Tous les détails visibles (traces d’outils, fissures, déformations...) ont été enregistrés de cette manière. Chaque feuille de calque était, en surface, immédiatement mise au net à échelle réduite (1/20). Toutes les fois qu’une imprécision ou un doute sur une mesure apparaissait lors de la mise au net, une vérification était aussitôt entreprise. Durant la campagne de terrain de 1988, une série de mesures de contrôle des cotes a été effectuée au niveau du fond interne de l’épave. La marge d’erreur observée entre les mesures de 1987 et celles de 1988 a été de l’ordre de 2 %.

Les prélèvements

  • 6 Dans l’attente d’un traitement, certains prélèvements ont été moulés pour être présentés dans des e (...)

23Les prélèvements effectués dans la structure de la coque ont été réalisés pour deux raisons principales. En premier lieu, l’étude de certains assemblages de la structure architecturale du bateau d’Orlac ne pouvait être assurée qu’en entreprenant un démontage méthodique des différents éléments solidement assemblés entre eux. Après le relevé intégral de l’épave, nous avons donc sélectionné trois secteurs, correspondant aux trois types d’assemblage observés. Chaque prélèvement a été réalisé au moyen d’une scie égoïne. Remonté en surface (fig. 3), le prélèvement était démonté, étudié, photographié, relevé puis préservé temporairement dans un sac immergé dans la Charente. En fin de campagne, tous les prélèvements ont été transportés à Annecy où ils sont actuellement conservés dans une chambre froide du CNRAS6

FIG. 3 – Prélèvement 2 (bordé monoxyle de transition droit 2b à droite, et départ de l’élément central de la sole 1b à gauche) remonté en surface avant son démontage.

24En second lieu, l’étude dendrochronologique de l’épave impliquait la prise d’une série d’échantillons. Nous avons tout d’abord essayé de réaliser ces prélèvements au moyen d’une tarière. Deux difficultés majeures ont été alors rencontrées. D’une part, il était pratiquement impossible d’orienter avec précision l’axe du prélèvement. D’autre part, l’échantillon de bois, une fois démonté, présentait un tassement et une dégradation extrêmement importants. C’est la raison pour laquelle nous avons ensuite décidé d’opérer la prise d’échantillons directement sur les éléments de la coque provenant des prélèvements destinés à l’étude des assemblages. Cette façon de procéder a permis d’obtenir des échantillons correctement orientés et non dégradés, utilisables pour une analyse dendrochronologique.

Les moulages

  • 7 Ce type de moulage n’avait jamais été pratiqué en France. Seuls les archéologues canadiens et les c (...)
  • 8 C. Marchand‑Grenier avait une expérience importante de ces techniques acquise dans le cadre de la f (...)
  • 9 C. Marchand‑Grenier 1987. Le rapport est déposé au service régional de l’Archéologie de Poitou‑Char (...)

25Comme nous l’avons déjà souligné, le manque de visibilité a représenté la contrainte la plus forte lors de la fouille de l’épave. À titre expérimental7, des tests de moulages sous l’eau de certains éléments de la coque ont été réalisés par C. Marchand‑Grenier8 dans la perspective d’évaluer l’apport de cette méthode d’enregistrement. Les produits utilisés étaient des silicones RTV fabriquées par la société Rhône‑Poulenc. Les tests ont porté sur plusieurs silicones et sur différentes techniques d’application (fig. 4). Nous empruntons au rapport établi par C. Marchand‑Grenier9 les principales conclusions de ces essais menés avec la collaboration de G. Brocot, du CNRAS : « [...] Parmi les différentes silicones essayées, deux apparaissent comme à peu près satisfaisantes pour le moulage de bois sous l’eau : le RTV 573 et le RTV 584. Pour le RTV 573, l’utilisation du catalyseur R 58 au pourcentage recommandé est conseillé. Ce mélange permet, en effet, d’avoir un temps de travail plus long et, par voie de conséquence, un meilleur résultat qu’avec un catalyseur plus rapide. Le RTV 584, quant à lui, est utilisable à condition d’être disposé sur un support comme une toile par exemple. Ce support remédie à la non‑adhérence du produit sur la surface à mouler, [...]. Ces produits ont été employés sur de petites surfaces planes avec des résultats satisfaisants. En revanche, pour les moulages d’une grande surface plane ou d’une pièce de charpente, la mise en œuvre sous l’eau de ces produits serait difficile, avec des résultats aléatoires du fait de la non‑adhérence des produits à la surface du bois [...] »

FIG. 4 – Position des moulages effectués sur l’épave à titre expérimental.

E.R. del. / CNRS

1.2.4.2 Le contexte

  • 10 L’appareil utilisé, appartenant au CNRAS, était un sondeur de type DK, ESS 700. Ce sondeur permetta (...)

26Pour restituer le relief du fond du fleuve (lit mineur), nous avons réalisé une série de profils transversaux au moyen d’un échosondeur à enregistrement graphique monté à l’arrière d’un canot se déplaçant aussi lentement et régulièrement que possible10. Au total, 22 profils transversaux de la Charente, de la rive gauche vers la rive droite, ont été effectués à partir de repères topographiques implantés tous les 10 m sur les deux berges. Au niveau de chaque profil transversal, un cordage étalonné était tendu entre les repères topographiques établis sur les rives. C’est le long de cet axe que le canot était déhalé manuellement en contrôlant au mieux la vitesse de déplacement. Le premier profil a été réalisé à 50 m en amont de la station topographique ST1 et le dernier en aval au niveau du quai (ST5). Les mesures de profondeur ont été rattachées au NGF par simple soustraction des cotes enregistrées par rapport au niveau du plan d’eau relevé au jour et à l’heure du passage. Le sondeur utilisé n’étant pas couplé avec un enregistreur de la vitesse du bateau porteur, il a été nécessaire, pour restituer correctement les distances, de marquer sur la bande du sondeur un maximum de tops correspondant au droit de points repérés le long de l’axe transversal établi ente les deux berges (fig. 5). Une fois cette série de profils achevée, chaque coupe transversale du lit mineur a été rattachée au profil des berges.

FIG. 5 – Exemple d’enregistrement au sondeur d’un profil transversal (PT 13) de la Charente à Orlac. Les traits verticaux correspondent aux tops des 10 m ; il s’agit d’un enregistrement non traité ; l’échelle des profondeurs (exacte) ne correspond pas à celle des distances ; RG rive gauche ; RD rive droite.

1.2.5 Les moyens

  • 11 Un prêt de matériel a été accordé par l’institut social de la société Hennessy, de Cognac.
  • 12 L’équipe était constituée de : Etienne Champelovier (CNRAS) ; Guy Chambaud ; Catharina Delouca ; Je (...)

27L’intégralité du matériel de fouille –compresseurs, motopompes, groupe électrogène, bouteilles de plongée, détendeurs...– a été mise à la disposition du chantier par le CNRAS. Localement, la fouille a bénéficié du soutien du musée archéologique de Saintes et de la Société d’archéologie et d’histoire de la Charente‑Maritime11. L’équipe de fouille a compris, en moyenne, de six à huit personnes : personnel du CNRAS, étudiants en archéologie, plongeurs locaux12 .

1.3 Le site d’Orlac

1.3.1 Localisation

  • 13 Les lettres PK signifient « point kilométrique ». En France, les distances, sur les voies d’eau nav (...)
  • 14 Le PK 27 est localisé, à Saintes, entre la passerelle et le pont Bernard‑Palissy.

28Orlac est situé sur la commune de Dompierre‑sur‑Charente, en Charente‑Maritime, au lieu‑dit Orlac Les Petits Prés, entre le PK 12 et le PK 1313, à une quinzaine de kilomètres, par le fleuve, en amont de Saintes14 (fig. 6 à 9). Le site s’étend sur environ 200 m de long (fig. 10). Sa limite amont, correspondant à l’emplacement de l’épave, se trouve en face de la parcelle cadastrale 21a (Dompierre‑sur‑Charente/Les Petits Prés, section ZC, 1984). Sa limite aval est marquée par le quai en pierres et la cale situés à l’extrémité de la chaussée, dans l’axe de la parcelle cadastrale 23a (fig. 11) ; ce secteur de la Charente est orienté sensiblement E.‑O.

FIG. 6 – Carte du littoral atlantique, de l’Adour à la Loire.

M.H. del. d’ap. E.R. / dAf

FIG. 7 – Carte de la Charente, de son embouchure à Angoulême (d’après M. Sandrin, Guide de navigation fluviale, navicarte 25).

FIG. 8 – Le site d’Orlac : situation générale. D’après carte IGN au 1/25 000, Pons est‑1532.

M.H. del. / dAf

FIG. 9 – Localisation du site d’Orlac sur une carte actuelle de navigation fluviale (d’après M. Sandrin, Guide de navigation fluviale, p. 31).

FIG. 10 – Localisation cadastrale du site d’Orlac : Dompierre/Charente, Les Petits Prés, section ZC, 1984.

A. Marguet del. / CNRAS

FIG. 11 – Vue générale de la Charente au niveau d’Orlac (cliché pris de l’aval vers l’amont).

1.3.2 Le lit mineur de la Charente

  • 15 L’hypothèse d’un creusement du fond à la suite d’un dragage n’est pas à écarter.

29La topographie du fond de la Charente a été étudiée à partir d’une série de 22 profils transversaux (PT) réalisés à l’aide d’un échosondeur (fig. 12). L’analyse des enregistrements montre que la plus grande partie du secteur compris entre les PT 1 et 15, à l’exception toutefois de la zone située entre les PT 11 et 14, présente un profil relativement régulier, sans accident topographique majeur (fig. 13). Du profil transversal 16 au profil transversal 22, on discerne, en revanche, une évolution sensible du fond. Celui‑ci forme une pente régulière qui progressivement s’accentue dans la moitié droite du fleuve et constitue une sorte de chenal, plus ou moins parallèle à la rive droite actuelle, dont la plus grande profondeur se situe en face du quai en pierres d’Orlac (fig. 14). Dans ces conditions, on peut se demander si une relation fonctionnelle ne pourrait pas exister entre cette partie profonde de la Charente15 et le quai. Il semblerait logique, en effet, que la hauteur d’eau soit à cet endroit beaucoup plus importante pour faciliter l’accostage des bateaux.

FIG. 12 – Implantation des profils transversaux effectués au sondeur ; position des sondages terrestres et localisation des vestiges du site d’Orlac.

A. Marguet del. / CNRAS

FIG. 13 – Enregistrement non traité du profil transversal 7 (PT 7) du lit de la Charente.

FIG. 14 – Enregistrement non traité du profil transversal 22 (PT 22) du lit de la Charente au niveau du quai en pierres ; on distingue très nettement le chenal profond situé en rive droite.

30Autre modification topographique notable du fond du fleuve : celle localisée entre les PT 11 à 14. Les enregistrements montrent une élévation du fond qui, sur une trentaine de mètres de long, forme une sorte de talus sensiblement parallèle à la rive droite. Ce talus était nettement identifiable en plongée du fait de sa hauteur (plus d’un mètre à certains endroits) et de sa composition sableuse. L’intérêt de cet accident topographique est lié d’une part à la présence, entre ce talus et le bas de la pente de la rive droite actuelle, d’un ensemble de 8 pieux (entre les PT 12 et 13) et d’un groupe de pierres de mouillage, et d’autre part à l’existence, sur la rive droite, d’une dépression marquée du terrain qui ne se retrouve nulle part ailleurs (fig. 15). L’interprétation de ce secteur dépend, en partie, de l’origine naturelle ou artificielle (conséquence d’un dragage) de ce talus, origine qui demeure inconnue.

FIG. 15 – Restitution du profil transversal 13 (PT 13) du lit de la Charente à partir de l’enregistrement au sondeur et du relevé du profil de la berge droite ; on discerne le talus immergé dont la hauteur est, à ce niveau, de près de 1,50 m ; sur la rive droite, on distingue clairement l’anomalie topographique (dépression) au niveau de laquelle le sondage terrestre no 1a été effectué (d’ap. A. Marguet).

M.H. del. / dAf

31Dans l’hypothèse d’une formation naturelle, il importe de relier ce talus à une hauteur d’eau beaucoup plus réduite qu’elle ne l’est actuellement. Rappelons que cette hauteur d’eau, comprise entre 5 et 6 m au centre de la Charente, résulte pour l’essentiel de la construction, à la fin du xixe s., du barrage de Saint‑Savinien. Si l’on se place dans l’hypothèse d’une hauteur d’eau de l’ordre de 1,50 m, le sommet du talus émergerait pratiquement de la surface de l’eau ; avec une hauteur d’eau de 2 m environ, le sommet se situerait à une cinquantaine de centimètres sous la surface de l’eau. Dans les deux cas, le talus formerait un haut‑fond divisant en deux le cours de la Charente et pourrait peut‑être révéler la présence d’une ancienne île. Seules des analyses sédimentologiques approfondies permettraient, sans doute, de confirmer ou d’infirmer cette hypothèse.

1.3.3 La rive droite

  • 16 Trois tranchées ont été ouvertes à la pelle mécanique, deux perpendiculairement à l’axe de la rive (...)

32Sur la rive droite (parcelle cadastrale ZC 22 ; niveau du profil transversal PT 13), une dépression orientée grossièrement N.‑S. est visible (fig. 15). Trois brefs sondages terrestres16 ont été réalisés par J.‑P. Cochon (service régional de l’Archéologie Poitou‑Charentes) lors de la dernière campagne de fouille, en 1988, pour essayer de comprendre et de dater cette anomalie topographique. Les observations et conclusions qui vont suivre sont empruntées au rapport établi par J.‑P. Cochon.

33Le sondage no 2 (fig. 12) a montré que la dépression correspondait vraisemblablement à un ancien fossé orienté N.‑S., comblé au moins depuis le début du xixe s. puisqu’il n’est pas mentionné sur les cadastres anciens. Quelques fragments de tuiles et de poteries modernes ont été retrouvés dans le remplissage de ce fossé. Le sondage no 1 a mis en évidence l’existence, le long de la Charente, d’un remblai calcaire de 60 cm d’épaisseur et d’environ 7,80 m de large, destiné probablement à stabiliser la berge et à faciliter le passage. Aucun élément de datation n’a été recueilli. Ce même sondage a mis au jour, à 52,70 m de la rive, une couche de 6,40 m de large composée de pierres calcaires, de silex, de tessons de tegulae et de céramiques qui pourrait correspondre à une voie ancienne comparable à celle observée à Saintes, à proximité du village de Saint‑Sorlin. Le sondage no 3, quant à lui, s’est révélé négatif. Au terme de ces sondages, de surface très limitée, aucun aménagement particulier associé chronologiquement aux pieux et à l’épave n’a été localisé. Par ailleurs, aucune relation n’a pu être établie entre la dépression de la berge et le haut‑fond.

1.3.4 Les pieux

34Au total, huit pieux en chêne dont les cônes d’érosion dépassaient de quelques centimètres du fond de la Charente ont été découverts (fig. 16). Ils sont situés à une quinzaine de mètres de la rive droite et à 75 m environ en aval de l’épave, dans la petite fosse existant entre le talus de sable et le bas de la pente de la rive droite, l’un des pieux (P 08) se trouvant implanté dans la pente même du talus. Ces pieux présentent une implantation qui évoque un triangle dont le sommet serait orienté vers l’amont ; sa hauteur serait de 7,5 m pour une largeur à la base de 5 m. Les deux côtés du « triangle » seraient constitués des pieux P 08, P 07, P 06 et P 04, P 03, P 02, P 01, avec un intervalle important (près de 5 m) entre le sommet (P 05) et le dernier pieu amont des côtés (fig. 17). Les pieux ont une section circulaire comprise entre 12 et 17 cm. Leur extrémité est taillée en pointe (façonnage en six et huit pans). Sept échantillons ont été prélevés pour une datation dendrochronologique (cf annexe 1 infra). Les résultats des analyses montrent que les pieux ont été taillés probablement dans des arbres abattus entre les années 982 et 1029. Ils sont donc légèrement antérieurs à la date présumée d’abattage des chênes ayant servi à la construction du bateau d’Orlac qui se situe dans les années 1021‑1042. Selon les conclusions de G. Lambert et de G. Lavier, les pieux, contemporains les uns des autres, ont été taillés dans des arbres de croissance très voisine (P 02, P 05, P 08 d’un côté, P 01, P 03 de l’autre), les pieux P 01 et P 03 pouvant même provenir du même arbre.

FIG. 16 – Répartition topographique des pieux (●) et des pierres de mouillage (■) d’Orlac (d’ap. A. Marguet).

M.H. del / dAf

FIG. 17 – Répartition topographique des pieux d’Orlac (d’ap. A. Marguet).

M.H. del. / dAf

  • 17 Des pieux dont les cônes d’érosion ne dépassaient pas du fond de la Charente ont pu échapper à la p (...)

35Le nombre de pieux topographiés17 paraît, en vérité, trop peu important pour permettre d’avancer une hypothèse sur la nature de cet aménagement. En outre, nous ignorons de quelle manière cet ensemble de pieux, apparemment organisé, se trouvait disposé vers les années 1000 par rapport aux rives et au lit de la Charente. En particulier, existait‑il une relation privilégiée entre ce groupe de pieux et le chenal formé par le haut‑fond observé dans le lit de la Charente ? A cet égard, remarquons qu’une telle disposition –aménagements portuaires localisés dans un chenal entre une berge et une île– a été retrouvée sur le site de Pommeroeul (Belgique), sur la rivière Haine (Boe, Hubert 1977 : 18 ; Boe 1978 : 22, 56). Ajoutons, par ailleurs, que les épaves de Pommeroeul avaient été abandonnées dans ce chenal latéral. En tout état de cause, un fait demeure : cet aménagement, lié vraisemblablement à une fonction de communication ou d’exploitation de la Charente comme voie d’eau, est l’un des plus anciens à avoir été étudié dans ce fleuve avec celui de Dompierre.

36Ce second site, qui a donné lieu à une recherche en 1985, se trouve à moins de 3 km (PK 10) en amont d’Orlac. Il comprend, notamment, un ensemble important de pieux (Dompierre II) associé à une pirogue monoxyle. La structure de Dompierre II (fig. 18) est formée de 61 pieux localisés dans la moitié droite du fleuve. Elle se décompose en 3 ensembles organisés de part et d’autre d’une sorte de chenal de 5 m de large environ :
– A : 35 pieux formant un ensemble de 12 m de long ; c’est en amont des pieux les plus proches de la rive droite que se trouve la pirogue monoxyle (axe XX’) ;
– B : 15 pieux constituant un ensemble de 13 m de long ;
– C : 11 pieux formant une figure grossièrement angulaire de 6 m d’envergure.

FIG. 18 – Le site de Dompierre II, Dompierre/Charente. Le segment de droite XXe correspondant au gabarit de 5 m de long marque l’axe longitudinal de la pirogue monoxyle. Les pieux a et b (ensemble A), c (ensemble B) et d (ensemble C) ont donné lieu à une mesure d’âge au 14C.

M.H. del. d’ap. E.R. / dAf

37Les sections des pieux varient en moyenne entre 10 et 15 cm (50 % des cas). Une série de pieux (15) de l’ensemble A possède des sections inférieures à 10 cm. Les ensembles de pieux A et B sont implantés, pour l’essentiel, sur une plate‑forme située dans le bas de la pente de la rive droite. À cette plate‑forme fait suite une fosse orientée dans le sens du courant qui correspond à la sorte de chenal existant entre les ensembles A et B d’une part, et C d’autre part.

  • 18 Le site a pu donner lieu à des phases de remaniement ou même de reconstruction partielle.
  • 19 A Chaniers, commune de Courcoury, une pêcherie a été découverte entre les PK 15 et 16, en aval de l (...)

38L’interprétation de ce site est difficile dans la mesure où les pieux topographiés ne représentent, sans doute, qu’une partie de l’aménagement initial18. L’hypothèse la plus vraisemblable est celle tendant à relier ces pieux à une structure disposée en travers de la Charente et munie d’un permis pour le passage des bateaux, ou, dans le cas d’une pêcherie19 (Fig. 19), d’une ouverture destinée à la mise en place d’un piège à poissons. À titre d’échantillon, quatre pieux ont donné lieu à une mesure d’âge au 14C (laboratoire du Radiocarbone de Gif‑sur‑Yvette, centre des faibles radioactivités, CNRS‑CEA) :
– a : (GIF 7389), 860 ± 60 BP, soit après calibration 1040‑1260 ans ap. J.‑C. ;
– b : (GIF 7392), 980 ± 60 BP, soit après calibration 900‑1205 ans ap. J.‑C. ;
– c : (GIF 7391), 950 ± 60 BP, soit après calibration 915‑1225 ans ap. J.‑C. ;
– d : (GIF 7390), 920 ± 60 BP, soit après calibration 930‑1235 ans ap. J.‑C.

FIG. 19 – Plan de la pêcherie de Chaniers, commune de Courcoury : ■ pieux carrés ; ● pieux circulaires.

M.H. del. d’ap. E.R. / dAf

39Trois pieux (b, c, d) s’inscrivent à l’intérieur d’un intervalle chronologique relativement étroit. Le pieu a, dont l’intervalle chronologique est différent, provient de l’ensemble le plus dense, présentant en outre la plus grande diversité de sections. Il se rattache, peut‑être, à une autre phase de la construction de cet aménagement dont les vestiges, avec ceux beaucoup plus modestes d’Orlac, témoignent avec évidence d’un contrôle du paysage de la voie d’eau.

1.3.5 Les pierres de mouillage

40Quarante‑deux pierres de mouillage ont été découvertes à Orlac (Fig. 16). Elles sont localisées à une quinzaine de mètres de la rive droite actuelle (Fig. 15) et constituent un alignement relativement régulier de près de 130 m de long qui s’inscrit pratiquement dans le même axe que ceux des pieux et de l’épave. Cette disposition pourrait, peut‑être, marquer le niveau d’une ancienne rive droite. L’intervalle entre les limites de cette dernière et de la rive droite actuelle pourrait s’expliquer, en partie, par une augmentation notable de la hauteur d’eau de la Charente consécutive aux importants aménagements du fleuve au cours de la seconde moitié du xixe s. Dans cette hypothèse, une partie de ces pierres de mouillage serait située dans le chenal localisé entre cette ancienne rive droite et le haut‑fond, vestige possible d’une île.

41Sur les quarante‑deux pierres de mouillage découvertes et topographiées, 24 ont donné lieu à une étude détaillée (fig. 20). Toutes présentent des traces manifestes d’un aménagement destiné à la mise en place d’un amarrage relié à un engin de pêche (nasse, filet), à un bateau, à une bouée... Sur les 24 pierres de mouillage considérées, une seule (no 79) possède une perforation circulaire comparable fonctionnellement à un organeau d’ancre ; les autres sont dotées d’encoches ou d’une gorge généralement centrale.

FIG. 20 – Relevés des pierres de mouillage d’Orlac ; les chiffres correspondent aux numéros d’inventaire des objets.

E.R. del. / CNRS

42Parmi ces pierres calcaires, certaines d’entre elles, de forme grossièrement rectangulaire, semblent correspondre à des pierres de construction plus ou moins détériorées (pierres de mouillage nos 15, 88, 17, 27 par exemple) ; d’autres possèdent des traces de travail (pierres de mouillage nos 74 et 30 en particulier). Leurs dimensions (valeur la plus grande) varient entre 20,5 cm (pierre de mouillage no 86) et 58 cm (pierre de mouillage no 17). Les poids représentent, sans nul doute, la donnée la plus importante. À cet égard, toutes les pierres de mouillage ont été pesées après avoir été nettoyées de leurs concrétions (tabl. I). Le graphique des poids (fig. 21) montre clairement un regroupement des poids entre 21 et 42 kg (17 cas sur 24), un minimum entre 4 et 7 kg (3 cas) et entre 53 et 85 kg (4 cas).

Nos des pierres des mouillage

Poids en kg

87

4

85

6

76

7

10

21

98

22

15

25

74

25

54

26

88

30

30

31

27

32

12

33

33

34

5

34

59

34

2

35

16

37

1

38

82

40

83

42

79

53

105

54

17

74

9

85

TABL. I – Poids des pierres de mouillage d’Orlac.

FIG. 21 – Histogramme des poids des pierres de mouillage d’Orlac.

M.H. del. d’ap. E.R. / dAf

43Ces pierres de mouillage soulèvent deux interrogations principales : celles de leur fonction et de leur datation. La fonction de ces pierres de mouillage n’est pas évidente. C’est la raison pour laquelle nous avons employé cette expression très générale de pierres de mouillage, et non celle d’ancres en pierre, de corps‑morts ou de lests d’engins de pêche.

  • 20 L’une des meilleures spécialistes en ce domaine est Honor Frost. Cf. parmi une abondante bibliograp (...)

44En milieu maritime, les ancres en pierre, auxquelles de nombreuses études20 ont été consacrées, étaient et demeurent dans diverses régions du monde d’un usage fréquent. En milieu fluvial, le problème de l’ancrage des bateaux se pose en des termes différents. En effet, la hauteur d’eau peu importante, et surtout la proximité des rives, rendent moins courant et pratique l’emploi d’une ou de plusieurs ancres. C’est ainsi que les modes traditionnels d’amarrage les plus fréquemment attestés dans les sources historiques et ethnographiques font appel soit à un amarrage le long d’une rive, aménagée ou non, en frappant les amarres directement à terre ou en les tournant autour de pieux implantés près de la berge, soit à un échouage en pointe, par l’avant ou l’arrière, sur une grève. L’amarrage à la rive, outre sa facilité de mise en œuvre, constitue, de surcroît, un facteur de sécurité lorsque le courant est fort. L’utilisation d’une ancre, quant à elle, est liée le plus souvent à une situation exceptionnelle (en cas d’incident de navigation notamment) ou à des pratiques de pêche nécessitant un mouillage du bateau en pleine eau. Le recours à un amarrage sur corps‑mort (bouée reliée à une pierre de mouillage) ne paraît guère attesté dans le cadre des pratiques traditionnelles de la navigation intérieure. Si l’emploi des pierres de mouillage pour lester des engins de pêche fluviale (nasses, filets) est, en revanche, très classique, le poids de ces lests est, généralement, rarement supérieur à une quinzaine de kilos. Comment, dès lors, interpréter la concentration de pierres de mouillage d’Orlac ? Compte tenu des poids moyens relativement élevés de ces pierres, la fonction de lests d’engins de pêche semble devoir être écartée. Reste alors la fonction d’amarrage de bateaux qui se heurte, cependant, aux pratiques traditionnelles de la batellerie. Cette fonction paraît pourtant la plus cohérente si l’on considère l’alignement général de ces pierres de mouillage à proximité et en parallèle à une ancienne rive droite, dans un secteur de la Charente qui pourrait posséder, par ailleurs, une fonction portuaire impliquant en toute logique un arrêt de la navigation. En dépit des réserves évoquées, c’est l’hypothèse qui s’inscrit le mieux, semble‑t‑il, dans le contexte archéologique général du site d’Orlac. Plusieurs interrogations demeurent encore concernant les raisons de la perte de ces mouillages, les relations entre les poids des pierres et le gabarit des bateaux, et bien sûr, leur datation.

  • 21 Ces pierres de mouillage ont été découvertes en 1982 par J.‑P. Gailledreau et J.‑L. Henriet.
  • 22 Un réemploi de pierres de mouillage est toujours possible.

45Aucun indice morphologique ne permet de distinguer, d’une manière claire, une pierre de mouillage contemporaine d’une pierre de mouillage antique ou médiévale. En 1985, par exemple, quatre pierres de mouillage, découvertes21 à Port‑d’Envaux, le long du quai en pierres aménagé en rive gauche, à proximité d’une épave de la fin du xixe s., ont été étudiées. Ces pierres (fig. 22), d’un poids compris entre 7 et 9,5 kg, étaient morphologiquement comparables à celles d’Orlac. L’une d’entre elles (no 4) possédait encore en place un amarrage en fil de fer dénotant à coup sûr une utilisation contemporaine22. Sur la base d’une comparaison morphologique, il serait hasardeux, pour le moins, de dater de la même époque les pierres de mouillage d’Orlac. L’étude du contexte archéologique a montré, en effet, que l’alignement de ces pierres dans l’axe des pieux et de l’épave devait probablement marquer la limite d’une ancienne rive droite correspondant à un état de la Charente antérieur à la seconde moitié du xixe s. Telle est, en vérité, la seule donnée chronologique, bien imprécise en l’occurrence, dont on dispose actuellement. Aucun indice ne permet d’aller au‑delà de ce terminus ad quem et de relier chronologiquement le gisement de pierres de mouillage à l’épave et aux pieux.

FIG. 22 – Relevés des pierres de mouillage de Port‑d’Envaux et restitution des amarrages.

E.R. del. / CNRS

46Le site d’Orlac n’est pas le seul à présenter un ensemble organisé de pierres de mouillage. À 500 m environ en aval d’Orlac se trouve un autre gisement important de pierres de mouillage localisé au niveau de l’ancien port de Chauveau. Les trente pierres de mouillage découvertes s’étendent sur 110 m de long (fig. 23). A la différence de celles d’Orlac, elles ne forment pas un alignement mais couvrent l’ensemble du lit mineur de la Charente, mais présentent une morphologie tout à fait comparable (fig. 24) ; les poids sont en revanche différents (fig. 25). Sur dix‑neuf pierres de mouillage étudiées à titre d’échantillon, quinze ont un poids supérieur à 50 kg, la fourchette se situant entre 56 et 126 kg. Il faut préciser qu’il s’agit de poids calculés à partir des dimensions des pierres de mouillage (dimensions relevées en plongée) et qui, sans doute, sont surévalués d’au moins 10 %, voire peut‑être de 20 %. Mais même en tenant compte de cette surévaluation, les poids demeurent encore nettement plus élevés que ceux enregistrés, par pesage, à Orlac.

FIG. 23 – Répartition des pierres de mouillage du site portuaire de Chauveau ; les chiffres correspondent aux numéros d’inventaire des objets.

M.H. del. d’ap. E.R. / dAf

FIG. 24 – Relevés des pierres de mouillage de Chauveau ; les chiffres correspondent aux numéros d’inventaire des objets.

E.R.del. / CNRS

FIG. 25 – Histogramme des poids des pierres de mouillage de Chauveau.

M.H. del. d’ap. E.R. / dAf

47L’association de ces pierres de mouillage à des bateaux semble l’hypothèse la plus logique, même si elle se heurte aux contradictions évoquées à propos du gisement d’Orlac. Compte tenu de la répartition des pierres de mouillage de Chauveau sur l’ensemble du lit mineur de la Charente et de leurs poids élevés, on peut supposer que la nature de ce gisement, non daté, pourrait traduire une organisation portuaire, ou tout au moins une occupation du fleuve, différente de celle d’Orlac.

1.3.6 Les vestiges du quai en pierres

  • 23 Il s’agit des niveaux observés ; Il n’est pas impossible qu’un quatrième niveau, pris dans le sédim (...)

48Ces vestiges sont localisés sur la rive droite, à l’extrémité de l’ancienne chaussée reliant la Charente au petit bourg d’Orlac (fig. 26). Ils comprennent essentiellement une plate‑forme rectangulaire orientée perpendiculairement à l’axe du fleuve (fig. 27) et une cale empierrée (fig. 28) aménagée en parallèle le long de sa paroi est. Un fossé, partiellement en eau, longe la paroi ouest de la plate‑forme (fig. 29). Celle‑ci est constituée d’un ensemble de gros blocs en calcaire dont les dimensions moyennes sont de 1 m pour la longueur et 50 cm pour la largeur et la hauteur ; ces blocs sont disposés en parement sur trois niveaux23. La façade du quai (fig. 27), relativement bien préservée, est parallèle à la Charente. Elle mesure 10 m de long, dimension proche de celle d’origine. En revanche, les flancs du quai (fig. 27), notablement dégradés, ne sont conservés que sur quelques mètres.

FIG. 26 – Vue générale du quai en pierre d’Orlac depuis la Charente.

FIG. 27a Plan du quai en pierres d’Orlac ; b relevé de la façade (AC) ; c relevé des parois est (AB) et ouest (CD).

E.R. del. / CNRS

FIG. 28 – Cale aménagée le long du quai (l’empierrement n’est, actuellement, plus visible du fait de l’envasement de la cale et de la végétation qui la recouvre).

FIG. 29 – Fossé longeant la paroi ouest du quai en pierres d’Orlac.

  • 24 La présence d’un bas‑port en glacis permettrait un usage fonctionnellement cohérent de cet aménagem (...)

49Cet aménagement de la rive, quai et cale, en rapport avec une modeste agglomération située sur l’ancien chemin menant, en aval, vers Saintes et, en amont, vers Cognac, répond à la fonction portuaire classique de point de chargement et de déchargement des bateaux. Tel qu’il se présente aujourd’hui, cet aménagement portuaire paraît s’inscrire parfaitement dans le paysage actuel de la Charente, tant au niveau de sa rive droite que de son lit mineur. En outre, il ne peut se comprendre fonctionnellement qu’en relation étroite avec une hauteur d’eau du fleuve proche de son niveau actuel24. De plus, on constate que l’extrémité du quai se situe nettement en retrait de l’alignement forme par l’épave, les pieux et les pierres de mouillage, alignement marquant probablement la limite d’une ancienne rive droite. Or, pour l’essentiel, le paysage de la Charente que nous connaissons aujourd’hui correspond à un état d’aménagement de son cours remontant au xixe s.

50Le premier de ces aménagements importants est celui du bief auquel appartient le port d’Orlac : le moulin et l’écluse de la Baine. L’année 1842 voit s’achever une première série de travaux d’envergure –écluse à sas, dérivation, barrage fixe– destinés à procurer un mouillage (hauteur d’eau) minimum de 1,60 m en amont de la Baine. Au cours de nouveaux travaux entrepris entre 1879 et 1881, le mouillage minimum du bief amont sera relevé à 2 m. Le second aménagement notable est celui du seuil de Saint‑Savinien, en aval. Ces travaux, comportant notamment la construction d’un barrage, d’une écluse à sas et d’une dérivation, se termineront en 1875.

51Dans ces conditions, et en l’absence d’autres indices chronologiques, on est en droit de se demander si les vestiges portuaires d’Orlac ne sont pas chronologiquement contemporains de cette phase tardive de grands travaux de régularisation du cours de la Charente et d’aménagements de petits ports de la rive droite en amont de Saintes comme Chaniers, Chauveau et Dompierre‑sur‑Charente.

1.3.7 Conclusion

  • 25 Cette évolution doit également tenir compte des phénomènes complexes des marées qui, en amont de Sa (...)

52L’étude du site d’Orlac a soulevé une série de questions dont les réponses ont été exprimées, pour une part, sous la forme d’hypothèses. Sans doute aurait‑il été nécessaire de prolonger les recherches en effectuant, par exemple, une bathymétrie fine de ce secteur de la Charente, ou encore en réalisant des analyses sédimentologiques de manière à mieux cerner l’évolution de la rivière25. Dans les limites de cette recherche, trois faits majeurs sont apparus d’une part, un paysage de la Charente très différent de factuel semble se dessiner au niveau de la hauteur d’eau, de la limite de la rive droite et de la topographie du fond ; d’autre part, l’épave et les pieux, chronologiquement très proches, et le gisement de pierres de mouillage paraissent s’inscrire parfaitement dans cet autre paysage du fleuve ; enfin, l’existence de l’épave et des pieux, vestiges d’un aménagement de la Charente, témoigne d’une emprise des hommes sur la voie d’eau que l’on ne soupçonnait guère et que l’on retrouve beaucoup plus tard, avec le quai en pierres, mais adaptée au nouveau paysage du lit et des rives.

Notes

1 Les deux notions de principe et de procédés de construction s’appliquent aussi bien à l’étude de la construction navale antique que médiévale ou moderne (Rieth 1984).

2 Seule synthèse actuelle sur le sujet : Beaudouin 1985.

3 Il ne faut pas oublier que les fleuves et les rivières ont été exploités pour leurs richesses halieutiques et que les pêcheries, disposées en pleine eau au milieu du lit, le long d’une rive ou encore accolées aux arches d’un pont, participent aussi à ce façonnage du paysage des voies d’eau. Autre élément de ce paysage : les moulins qui constituent, au demeurant, une entrave importante à la fonction dominante de communication des voies d’eau.

4 Autorisation no 1064, programme H 14. Cette campagne a bénéficié d’un financement exclusif du ministère de la Culture.

5 Autorisation no 2473, programme H 14. Cette campagne a bénéficié d’un financement majeur du ministère de la Culture et d’une subvention complémentaire du Conseil général de la Charente‑Maritime.

6 Dans l’attente d’un traitement, certains prélèvements ont été moulés pour être présentés dans des expositions.

7 Ce type de moulage n’avait jamais été pratiqué en France. Seuls les archéologues canadiens et les conservateurs du service canadien des Parcs avaient développé ces techniques de moulages sous l’eau, notamment sur le site de l’épave du milieu du xvie s. de Red Bay, au Labrador (Murdock, Daley 1981, 1982).

8 C. Marchand‑Grenier avait une expérience importante de ces techniques acquise dans le cadre de la fouille sous‑marine de l’épave de Red Bay et à Ottawa, dans les laboratoires du service canadien des Parcs.

9 C. Marchand‑Grenier 1987. Le rapport est déposé au service régional de l’Archéologie de Poitou‑Charentes et au CNRAS. Nous remercions l’auteur du rapport de nous avoir autorisés à faire mention de ses conclusions.

10 L’appareil utilisé, appartenant au CNRAS, était un sondeur de type DK, ESS 700. Ce sondeur permettait des lectures fines de profondeur pour les échelles 0/5 m et 0/10 m, avec un rendu graphique de 9 mm/m.

11 Un prêt de matériel a été accordé par l’institut social de la société Hennessy, de Cognac.

12 L’équipe était constituée de : Etienne Champelovier (CNRAS) ; Guy Chambaud ; Catharina Delouca ; Jean‑Pierre Gailledreau ; Eric Giletta ; Patrick Grandjean (CNRAS) ; Raymond Huissoud ; Virginie Serna ; Jean‑Paul Kleist ; André Marguet (CNRAS) ; Patricia Neau ; Philippe Nowacki Breczewski † ; Marcel Pujol i Hamelink ; Eric Rieth (CNRS) ; Jean‑Michel Trochut.
Aux multiples plongées des membres de cette équipe travaillant dans un fleuve qui n’avait, à vrai dire, nullement l’attrait des eaux de la Méditerranée ou de certains fonds de l’Atlantique et de la Manche, se sont ajoutées de nombreuses heures de discussion, au cours de la fouille, au gré des réunions de travail ou lors de notre enseignement à l’université de Paris I (E.R.). Sans ce travail d’une équipe, de surcroît si riche d’amitiés, cette publication n’existerait pas.

13 Les lettres PK signifient « point kilométrique ». En France, les distances, sur les voies d’eau navigables, sont indiquées, par département, sur des panneaux implantés, généralement, sur la rive gauche de kilomètre en kilomètre. Le point d’origine –PK 0– est situé en amont. Le PK 0 de la Charente, pour le secteur correspondant au département de la Charente‑Maritime, se trouve légèrement en amont de Port‑du‑Lys. Le PK 96, dernier PK avant l’embouchure, est localisé au lieu‑dit Pierre Menue, en aval de Soubise.

14 Le PK 27 est localisé, à Saintes, entre la passerelle et le pont Bernard‑Palissy.

15 L’hypothèse d’un creusement du fond à la suite d’un dragage n’est pas à écarter.

16 Trois tranchées ont été ouvertes à la pelle mécanique, deux perpendiculairement à l’axe de la rive (sondages 1 et 3), une parallèlement à la berge (sondage 2).

17 Des pieux dont les cônes d’érosion ne dépassaient pas du fond de la Charente ont pu échapper à la prospection de surface.

18 Le site a pu donner lieu à des phases de remaniement ou même de reconstruction partielle.

19 A Chaniers, commune de Courcoury, une pêcherie a été découverte entre les PK 15 et 16, en aval de l’écluse de la Baine. Cette pêcherie (fig. 19), de taille réduite, se présente sous la forme d’une structure triangulaire formée d’un ensemble de 37 pieux, dont le sommet est orienté vers l’aval. C’est à ce niveau que devait se trouver le piège à poissons. La largeur à la base est de 21,20 m. Les côtés mesurent respectivement 20 m de long (pieux P 1 à P 19) et 14,70 m (pieux P 20 à P 37). La structure est implantée dans la moitié gauche de la Charente, le côté limité par les pieux P 1 à P 19 étant localisé dans le lit mineur, et le côté défini par les pieux P 20 à P 37 étant situé en grande partie dans la pente de la rive gauche. Les pieux ont une section circulaire comprise entre 12 et 19 cm de diamètre à l’exception des pieux P 19, P 20 et P 21, de section quadrangulaire, auxquels devait être probablement associé le dispositif de piégeage des poissons. Une mesure d’âge au 14C a été réalisée sur le pieu P 6 : (GIF 7145) 400 + 50 BP, soit après calibration 1405‑1620 ans ap. J.‑C.

20 L’une des meilleures spécialistes en ce domaine est Honor Frost. Cf. parmi une abondante bibliographie : Frost 1963, 1969, 1973, 1979, 1982.

21 Ces pierres de mouillage ont été découvertes en 1982 par J.‑P. Gailledreau et J.‑L. Henriet.

22 Un réemploi de pierres de mouillage est toujours possible.

23 Il s’agit des niveaux observés ; Il n’est pas impossible qu’un quatrième niveau, pris dans le sédiment, existe.

24 La présence d’un bas‑port en glacis permettrait un usage fonctionnellement cohérent de cet aménagement avec une hauteur d’eau plus réduite. Toutefois, aucun indice archéologique d’une telle structure n’a été relevé.

25 Cette évolution doit également tenir compte des phénomènes complexes des marées qui, en amont de Saintes, sont certes très atténués, mais encore sensibles en vive eau.

Table des illustrations

Légende FIG. 1 – Relevé sommaire de l’épave d’Orlac par l’un des inventeurs (J.‑P. Gailledreau) peu de temps après sa découverte.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/40570/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 189k
Légende FIG. 2 – Zone de sécurité au‑dessus de l’épave marquée par une série de bouées.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/40570/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende FIG. 3 – Prélèvement 2 (bordé monoxyle de transition droit 2b à droite, et départ de l’élément central de la sole 1b à gauche) remonté en surface avant son démontage.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/40570/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende FIG. 4 – Position des moulages effectués sur l’épave à titre expérimental.
Crédits E.R. del. / CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/40570/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende FIG. 5 – Exemple d’enregistrement au sondeur d’un profil transversal (PT 13) de la Charente à Orlac. Les traits verticaux correspondent aux tops des 10 m ; il s’agit d’un enregistrement non traité ; l’échelle des profondeurs (exacte) ne correspond pas à celle des distances ; RG rive gauche ; RD rive droite.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/40570/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende FIG. 6 – Carte du littoral atlantique, de l’Adour à la Loire.
Crédits M.H. del. d’ap. E.R. / dAf
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/40570/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende FIG. 7 – Carte de la Charente, de son embouchure à Angoulême (d’après M. Sandrin, Guide de navigation fluviale, navicarte 25).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/40570/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Légende FIG. 8 – Le site d’Orlac : situation générale. D’après carte IGN au 1/25 000, Pons est‑1532.
Crédits M.H. del. / dAf
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/40570/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende FIG. 9 – Localisation du site d’Orlac sur une carte actuelle de navigation fluviale (d’après M. Sandrin, Guide de navigation fluviale, p. 31).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/40570/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Légende FIG. 10 – Localisation cadastrale du site d’Orlac : Dompierre/Charente, Les Petits Prés, section ZC, 1984.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/40570/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende FIG. 11 – Vue générale de la Charente au niveau d’Orlac (cliché pris de l’aval vers l’amont).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/40570/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende FIG. 12 – Implantation des profils transversaux effectués au sondeur ; position des sondages terrestres et localisation des vestiges du site d’Orlac.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/40570/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende FIG. 13 – Enregistrement non traité du profil transversal 7 (PT 7) du lit de la Charente.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/40570/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende FIG. 14 – Enregistrement non traité du profil transversal 22 (PT 22) du lit de la Charente au niveau du quai en pierres ; on distingue très nettement le chenal profond situé en rive droite.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/40570/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende FIG. 15 – Restitution du profil transversal 13 (PT 13) du lit de la Charente à partir de l’enregistrement au sondeur et du relevé du profil de la berge droite ; on discerne le talus immergé dont la hauteur est, à ce niveau, de près de 1,50 m ; sur la rive droite, on distingue clairement l’anomalie topographique (dépression) au niveau de laquelle le sondage terrestre no 1a été effectué (d’ap. A. Marguet).
Crédits M.H. del. / dAf
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/40570/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende FIG. 16 – Répartition topographique des pieux (●) et des pierres de mouillage (■) d’Orlac (d’ap. A. Marguet).
Crédits M.H. del / dAf
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/40570/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende FIG. 17 – Répartition topographique des pieux d’Orlac (d’ap. A. Marguet).
Crédits M.H. del. / dAf
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/40570/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende FIG. 18 – Le site de Dompierre II, Dompierre/Charente. Le segment de droite XXe correspondant au gabarit de 5 m de long marque l’axe longitudinal de la pirogue monoxyle. Les pieux a et b (ensemble A), c (ensemble B) et d (ensemble C) ont donné lieu à une mesure d’âge au 14C.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/40570/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende FIG. 19 – Plan de la pêcherie de Chaniers, commune de Courcoury : ■ pieux carrés ; ● pieux circulaires.
Crédits M.H. del. d’ap. E.R. / dAf
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/40570/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende FIG. 20 – Relevés des pierres de mouillage d’Orlac ; les chiffres correspondent aux numéros d’inventaire des objets.
Crédits E.R. del. / CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/40570/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Légende FIG. 21 – Histogramme des poids des pierres de mouillage d’Orlac.
Crédits M.H. del. d’ap. E.R. / dAf
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/40570/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 7,3k
Légende FIG. 22 – Relevés des pierres de mouillage de Port‑d’Envaux et restitution des amarrages.
Crédits E.R. del. / CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/40570/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende FIG. 23 – Répartition des pierres de mouillage du site portuaire de Chauveau ; les chiffres correspondent aux numéros d’inventaire des objets.
Crédits M.H. del. d’ap. E.R. / dAf
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/40570/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende FIG. 24 – Relevés des pierres de mouillage de Chauveau ; les chiffres correspondent aux numéros d’inventaire des objets.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/40570/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Légende FIG. 25 – Histogramme des poids des pierres de mouillage de Chauveau.
Crédits M.H. del. d’ap. E.R. / dAf
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/40570/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Légende FIG. 26 – Vue générale du quai en pierre d’Orlac depuis la Charente.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/40570/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende FIG. 27a Plan du quai en pierres d’Orlac ; b relevé de la façade (AC) ; c relevé des parois est (AB) et ouest (CD).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/40570/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende FIG. 28 – Cale aménagée le long du quai (l’empierrement n’est, actuellement, plus visible du fait de l’envasement de la cale et de la végétation qui la recouvre).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/40570/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende FIG. 29 – Fossé longeant la paroi ouest du quai en pierres d’Orlac.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/40570/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 50k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search