Version classiqueVersion mobile

Le Paléolithique moyen dans le nord du Sénonais (Yonne)

 | 
Valérie Deloze
, 
Pascal Depaepe
, 
Jean-Marc Gouédo

Chapitre 6. L’occupation du nord du Sénonais au Paléolithique moyen

6 Besiedlung des nördlichen Senonais während des Mittelpaläolithikums

6 The Middle Palaeolithic occupation of the northern Senonais region

Valérie Deloze, Pascal Depaepe, Jean‑Marc Gouedo, Vincent Krier et Jean‑Luc Locht

Résumé

Aucune industrie antérieure au Saalien n’a été trouvée, ce qui explique l’absence d’Acheuiéen. Le début de l’occupation de la région se placerait au Saalien avec des groupes culturellement non différenciés (industrie de type Paléolithique moyen). Il est mis en évidence, au début du Weichsélien, une présence de groupes micoquiens fréquentant des dolines alors en voie terminale de comblement, en situation de plateau ou sur leurs rebords. Ils sont remplacés à la fin du Weichsélien et aux Pléniglaciaires inférieur et moyen par des groupes moustériens s’installant sur les versants doux des vallons dissymétriques montrant ainsi un paysage probablement assez différent. Il est proposé la définition de la notion de complexe Micoquien permettant une nouvelle classification des industries micoquiennes dans laquelle les industries du Sénonais sont replacées. Présentes sur une longue durée, les industries moustériennes, qui se distinguent par l’association de bifaces MTA et de débitage laminaire non Levallois, se rattachent difficilement à l’un des faciès du complexe Moustérien défini par F. Bordes. Elles sont en effet intermédiaires entre le MTA et le Moustérien typique.

Texte intégral

1La mise en place d’équipes spécialisées à la fois en préhistoire et en géologie du Quaternaire a permis de réaliser un des premiers bilans sur cette région du sud‑est du Bassin parisien au Paléolithique moyen : pour la première fois, probablement, ont pu être appréhendés des sites de plein air à partir de surfaces de décapages continues de plusieurs centaines de mètres carrés permettant des analyses spatiales visant à l’exhaustivité et non fondées sur des superpositions de niveaux. Un des apports à la recherche sur le Paléolithique moyen de l’archéologie préventive, pratiquée dans un contexte de grands travaux, par les moyens techniques et financiers mis à la disposition des chercheurs, est d’avoir permis une approche extensive des gisements, approche qui n’aurait sans doute jamais eu lieu dans le cadre de fouilles programmées.

2La faible densité en matériel lithique s’est trouvée compensée par les larges décapages ; la fouille « à la pelle mécanique » est toujours restée souple afin de pouvoir recourir, immédiatement, à des méthodes plus « classiques » sur des zones riches ou délicates comme les amas de débitage et les zones de forte concentration. La recherche de méthodes de travail (terrain et analyse) a été constante : l’objectif était de s’adapter aux contraintes de fouille, sans jamais perdre de vue la rigueur nécessaire à la fouille d’un site préhistorique.

3L’approche géologique permet de faire un certain nombre de remarques générales selon les trois ensembles géomorphologiques reconnus : le Plateau sénonais proprement dit, les versants des vallées dissymétriques au contact avec la vallée de la Vanne et ceux en bordure avec le plateau d’autre part.

4En surface du Plateau sénonais les formations du Quaternaire présentant une certaine épaisseur s’inscrivent dans des structures karstiques de type doline. Toutes ces structures présentent un remplissage à base de sable tertiaire plus ou moins mélangé à des limons. En profondeur les remplissages sont constitués de sables limoneux jaunes qui présentent en surface un horizon réticulé de couleur orangée à glosses grises. La partie supérieure de ces sables limoneux est souvent érodée par un ou plusieurs cailloutis de silex très altérés. La partie terminale du comblement se fait avec des sédiments nettement plus limoneux, bruns à rouges, de 1 à 2 m d’épaisseur, qui peuvent contenir des niveaux du Paléolithique moyen comme sur le site de Vinneuf. Cette partie terminale peut être attribuée à des dépôts du Saalien, et en partie du Weichsélien. La pédogenèse complexe associe des phases du Saalien, de l’Eémien, du Weichsélien et du Postglaciaire. Les formations sableuses sous‑jacentes avec leur pédogenèse sont très probablement antérieures au Saalien et n’ont jusqu’ici jamais fourni le moindre indice archéologique.

5Le versant du plateau du Sénonais le long de la vallée de la Vanne, sur sa rive nord, est parcouru de nombreuses vallées dont les profils transversaux sont dissymétriques. Au pied du versant du plateau et à proximité de leur confluence avec la Vanne les pentes des versants de ces vallées tendent à diminuer. Il semble qu’en dessous de 6 % les versants doux présentent des formations limoneuses où peuvent être observés systématiquement les mêmes horizons pédologiques et les mêmes séquences stratigraphiques.

6Les crêtes des interfluves entre les vallées présentent toujours‑des structures karstiques importantes comblées de limons sableux brun‑rouge. Ces structures karstiques se poursuivent sur une partie du versant doux. On y trouve alors presque toujours un cailloutis de silex assez épais de matrice sablo‑argileuse et de couleur rouge. Ce cailloutis est systématiquement recouvert de limons très sableux d’épaisseur variable, beiges ou jaunes. Seul le site de Lailly/Tournerie a fourni un biface ovalaire du Paléolithique moyen dans cette formation. Dans sa partie supérieure ces limons sableux présentent un horizon argilique brun‑rouge, réticulé à glosses, érodé par des lits de cailloutis de silex très altérés mêlés à des limons sableux. Sur ces lits et dans ces limons sableux a été retrouvé assez souvent du matériel archéologique du Paléolithique moyen. Cet ensemble stratigraphique correspond très probablement aux différentes phases du Saalien. L’analyse micromorphologique montre que l’horizon argilique est un complexe d’horizons Bt profonds, de sols intcrglaciaires Saalien et en dernier lieu Eémien. Au‑dessus de cet ensemble s’étalent des limons sableux de couleur brun‑rouge que seule l’analyse micromorphologique permet de distinguer des précédents. Ils correspondent au remaniement par colluvion et gélifluxion de l’horizon sous‑jacent. C’est dans ce type de formation que des pièces archéologiques attribuables au Micoquien ont été trouvées en partie en place sur le site de Villeneuve‑l’Archevêquel. Cette situation est en tous points semblable à celle déterminée par l’analyse micromorphologique des niveaux archéologiques N0 et N1 du site micoquien de Vinneuf/Les Hauts Massous. Cet ensemble est attribué à des formations colluviales remaniant le paléosol éémien au début du Weichsélien ancien.

7Cet ensemble est recouvert sur certains sites par une formation nettement plus limoneuse, jaune et décarbonatée. Un niveau, d’une soixantaine de centimètres d’épaisseur, très limoneux mais à nombreux graviers de silex dispersés dans la masse, de couleur grisâtre et à concrétion ferro‑manganique couvre ces limons jaunes ou repose directement sur les colluvions précédentes. Cet horizon gris contient des niveaux d’occupations du Paléolithique moyen : cinq niveaux ont été repérés dont trois sont attribués au Moustéricn. L’analyse micromorphologique montre que cet horizon grisâtre présente des traces nettes de sol de dégradation textural de type boréal et de petits sols gelés. Cet horizon est attribué à la fin du Weichsélien ancien.

8Systématiquement, au‑dessus de cet horizon gris, les versants doux sont recouverts de limons jaunes décarbonatés, de 1 à 1,5 m d’épaisseur, présentant assez souvent des niveaux de cailloutis de silex. Ces limons contiennent de nombreux niveaux d’occupations du Paléolithique moyen : quatre niveaux ont été repérés dont trois attribués au Moustérien. À l’intérieur même de cet ensemble aucun élément ne nous permet de distinguer des limons du Pléniglaciaire inférieur de ceux du Pléniglaciaire moyen. La partie supérieure de ces limons est tronquée. Elle ne présente aucun niveau cryoturbé ou niveau particulier de cailloutis qui permettrait d’identifier un équivalent du sol de Kesselt. Par contre le site de Lailly/Beauregard présentait sur cette surface d’érosion un niveau d’occupation magdalénien recouvert de limons colluviés (Locht et al. 1991c). Nous avons donc attribué indistinctement ces limons jaunes décarbonatés au Pléniglaciaire inférieur et moyen.

9Globalement, aucun recouvrement systématique de limons attribuables au Pléniglaciaire supérieur n’a été trouvé. Seuls quelques placages de limons carbonates à granules de craie recouvrant le pied du creusement des vallées actuelles de la Vanne et de l’Alain peuvent être attribués soit au Pléniglaciaire supérieur soit au Tardiglaciaire. Postérieurement aux dépôts du Pléniglaciaire inférieur et moyen, il semble que le bilan érosion‑sédimentation ait été nettement en faveur de l’érosion. Dans ce contexte géomorphologique ceci peut expliquer en partie l’absence de conservation de niveaux d’occupations du début du Paléolithique supérieur. Seules des structures profondes de géliturbation sur les versants crayeux peuvent avoir préserve ces niveaux comme l’indique le site de Fontvannes/Le Bas du Fort Miroir.

10Les versants doux des vallées dissymétriques situés plus en amont sur le versant du plateau présentent des pentes plus importantes. Plus aucun niveau ou horizon diagnostic n’est alors identifiable. On observe comme précédemment un cailloutis de silex très altéré reposant sur la craie le long des versants, mais celui‑ci est recouvert par des limons bruns de 1 à 3 m d’épaisseur qui présentent des lits de cailloutis de silex. Par endroit des lentilles de limon beige ou jaune peuvent être observées, intercalées entre les deux formations précédentes. Du matériel du Paléolithique moyen a été trouvé dans les limons bruns mais sans présenter de niveau archéologique clairement identifiable. Il semble que la pente des versants un peu plus importante a favorisé l’érosion des sols et homogénéisé les profils par le colluvionnement.

11Dans la vallée de la Vanne, les fouilles ont abouti à l’établissement d’une stratigraphie locale comprenant un horizon‑repère du Weichsélien ancien, qui permet de situer d’un point de vue chronostratigraphique les niveaux paléolithiques moyens. Cette stratigraphie des limons de versant s’inscrit dans la séquence séquanienne décrite par J.‑P. Lautridou (1984), à Sergines au cœur du Plateau sénonais et à Migennes dans le fond de la vallée de l’Yonne. Elle s’en distingue toutefois par une décarbonatation beaucoup plus poussée des limons du Weichsélien, qui devaient être beaucoup moins carbonatés au départ. L’absence de poupées de calcite et de granules de craie dans cette séquence sénonaise est typique : cette différence est particulièrement observable sur les limons du fond de la vallée alluviale de l’Yonne très riches en carbonate (entre 25 et 64 %) ; le taux de matière organique est plus élevé dans les sédiments de cette séquence sénonaise que dans celle de Sergines. Les courbes granulométriques des limons du Weichsélien sont nettement moins étalées que celles de Sergines et Migennes, tout en contenant systématiquement une fraction de sable plus importante qui révèle l’apport de formations de remaniement des dépôts tertiaires locaux.

12Notons l’absence d’industrie dans les formations sédimentaires antérieures au Saalicn, ce qui explique l’absence de matériel acheuléen au sens strict (Tuffreau à paraître), hormis le hachereau et le biface (fig. 171, A, B) provenant de l’échangeur de Bagneaux‑Vulaines, trouvés en position remaniée. Sur ce point notre étude diverge des précédents travaux de synthèse (Hure 1922, puis Girard‑Farizy 1984) qui concluaient à une bonne fréquence de l’Acheuléen. Pour le Saalien du matériel lithique nettement de type Paléolithique moyen a été trouvé sur 4 des 5 gisements fouillés (Vinneuf, Lailly/Tournerie, Lailly/Beauregard et Molinons) : la pauvreté des séries ne permet pas une attribution précise à l’un des faciès culturels. La situation est beaucoup plus claire à partir de la fin de l’Eémien où le Micoquien et surtout le Moustérien sont bien représentés, respectivement par trois et six niveaux archéologiques (fig. 177). Girard‑Farizy a remarqué (1984) la présence d’un type de biface « à base très épaisse, souvent dissymétrique et une extrémité arrondie, communes à de nombreux bifaces [et qui] pourraient correspondre à une caractéristique régionale (bifaces de type Acheuléen supérieur tendant vers le Micoquien) ». Il nous apparaît que cette description peut correspondre à celle que nous avons mise en évidence pour les bifaces micoquiens de Vinneuf. Les industries micoquiennes à bifaces pourraient donc être fréquemment présentes dans la région confirmant en cela l’étude de G. Mazières et d’E. Boëda (1989) sur la partie auboise de la vallée de la Vanne.

13D’après les données de Vinneuf et de Villeneuve‑l’Archevêque, le Micoquien semble apparaître postérieurement à l’Eémien au sens strict. N’étant pas présent dans la vallée de la Vanne dans les premiers limons jaunes sous‑jacents à l’horizon gris, voire au‑delà, nous supposons son calage chronostratigraphique vers le sous‑stade 5d. Ces niveaux micoquiens ont été retrouvés dans la partie sommitale de remplissages karstiques affectant le sommet de la craie (dolines) alors que les niveaux moustériens ont été retrouvés au sein de dépôts limoneux en position de versants de vallons. Un phénomène de conservation peut avoir préservé les niveaux les plus anciens dans les dolines, comme semble le montrer le remaniement lors d’une phase érosive d’une partie du matériel micoquien du niveau C de Villeneuve‑l’Archevêque. Les Micoquiens et des groupes non identifiés culturellement ont pu également s’installer sur les pentes des versants. En revanche il est clair que les niveaux du Moustérien n’apparaissent qu’à partir de l’horizon gris corrélable au sous‑stade 5a de la courbe océanique, et qu’ils ne sont jamais en contexte de doline.

14Les phénomènes karstiques ont duré du Saalien au début du Weichsélien ancien tandis que c’est une dynamique de sédimentation sur les versants qui domine par la suite. L’activité karstique est donc probablement fortement ralentie par les dépôts des premiers limons du Weichsélien ancien. Les Moustériens s’installent alors sur les pentes des versants limoneux ; les dolines occupées antérieurement par les Micoquiens et les autres groupes du Paléolithique moyen (Vinneuf, Gisy‑les‑Nobles, Lailly/Beauregard, Villeneuve‑l’Archevêque) sont alors masquées. Le paysage connu par lesMoustériens à la fin du Weichsélien ancien est donc probablement assez différent de celui des autres groupes culturels qui ont vécu 20 000 à 30 000 ans plus tôt.

15A partir de quelques gisements en doline du Paléolithique ancien ou moyen qui ont été publiés en France, nous pouvons faire les remarques qui suivent. La morphologie et la localisation de ce type de structure naturelle a fortement induit certains types de comportements humains que l’on peut entrevoir. La couverture filtrante des graviers alluvionnaires ou des altérités non recouvertes (ou découvertes) par des limons ou lœss est à l’origine de la formation de ce type de structure. Alluvions ou altérités combinés aux phénomènes karstiques déterminent la nature du modelé topographique. Celui‑ci peut se résumer comme une auréole d’éléments grossiers ceinturant une zone basse, plus argileuse ou argilo‑sableuse, siège des colluvions et solifluxions des éléments les plus fins. La situation de ces gisements, interfluves, hautes et moyennes terrasses, n’est donc pas due au hasard.

FIG. 177 – Répartition des niveaux archéologiques du Paléolithique dans le Sénonais, le long du tracé de l’autoroute A5 selon la chronologie du dernier cycle climatique Interglaciaire/ Glaciaire. Sed sédiment, Ped pédologie, A.C. attribution culturelle

V.K./AFAN ; G. Bellan del. / AFAN

16Ces phénomènes naturels ont des conséquences directes pour les Préhistoriques : un accès direct et immédiat à une matière première de mauvaise qualité (dans le cas des alluvions) ou de bonne qualité en abondance (cas des altérités), utilisée pour les chaînes opératoires « simples », ou au moins pour certains types d’outils (souvent de fortune comme les choppers, chopping‑tools) ; les Préhistoriques devaient donc importer un matériau de meilleure qualité pour les chaînes opératoires plus « complexes » ou spécifiques (Levallois, laminaire, bifaces). Un autre élément déterminant est la présence de l’eau au fond des dolines qui est confirmée par les études sédimentologiques (quand elles existent).

17Les conditions étaient donc favorables à une implantation humaine, les Préhistoriques disposant sur place de matière première lithique en abondance et de l’eau ; en outre, le dénivelé permet de s’abriter (bien que partiellement) contre les vents. Ces structures naturelles d’accueil ont pu être utilisées pour des types d’occupations bien différents : habitat de longue durée (Mazeyrolles ?), habitat de courte durée peut‑être lié à la chasse (Vinneuf, Le Prône, Vincey ?), atelier de taille (Chavelot ?).

18Les bifaces des niveaux micoquiens de Vinneuf N1 et ceux de Villeneuve‑l’Archevêque NA, C présentent des similitudes technotypologiques. Il semble qu’il s’agisse de populations appartenant à la même tradition culturelle ; on les trouve, de plus, dans une position chronostratigraphique identique, c’est‑à‑dire légèrement postérieure à l’Eémien au sens strict. Après une comparaison technotypologique avec les industries d’Europe centrale ce faciès micoquien semble se rapprocher des faciès micoquiens de type Bockstein, Klausennische et Schambach (Bosinski 1967) sans qu’il nous soit possible de pencher pour un faciès plutôt qu’un autre. La comparaison la plus pertinente peut s’établir avec le site de Salzgitter‑Lebenstedt (Tode 1982) où, notamment, le débitage Levallois est très présent. Ces industries se placent en Allemagne dans une fourchette chronologique allant de l’Eémien au Weichsélien ce qui tend à confirmer les hypothèses de calage chronostratigraphique de Vinneuf.

19Nous pensons qu’à l’intérieur de ce que nous qualifierions de « Complexe Micoquien » il faille distinguer deux grands ensembles de faciès d’industries lithiques :
– dans le premier le biface qui est vu comme un support bifacial d’outil prend un rôle à part entière et souvent principal en regard des autres types d’outils ; cela se marque par une chaîne opératoire en position relativement indépendante des autres chaînes opératoires ; dans cet ensemble, outre la distinction des différents types de bifaces, la présence plus ou moins importante du débitage laminaire ou Levallois, par rapport aux méthodes de débitage moins élaborées, comme le discoïde et ses dérivés, est souvent le reflet direct des possibilités en approvisionnement en matières premières ; il peut aussi servir de bases aux distinctions des faciès lithiques ;
– dans le second ensemble on peut voir une transformation du rôle central et du concept de biface par le fait qu’il y a un continuum morphotechnotypologique et probablement fonctionnel du nucléus aux pièces bifaciales, via les bifaces qui sont alors de petites pièces ovalaires, voire subcordiformes, qu’il est difficile de distinguer de pièces comme les racloirs à retouches bifaces, des pièces bifaciales au sens strict ou des nucléus ; le débitage Levallois est alors plus utilisé car il peut permettre par la méthode Levallois récurrente centripète, poussée vers l’exhaustion des nucléus (Gouédo 1986 ; 1988), le passage vers des pièces bifaciales.

20De ce second ensemble nous retiendrons ici pour exemple les industries de Champlost (Farizy, Tuffreau 1986 ; Gouédo 1986 ; 1988) et d’autres industries proches situées dans le couloir Saône‑Rhône (Blanzy ; Desbrosse, Tavoso 1970), de Schambach en Allemagne, de Saint‑Julien‑de‑la‑Liègue en Normandie (Cliquet, Lautridou 1988), avec probablement celles du Clos‑Rouge, du Bois‑du‑Rocher et de Kervouster en Bretagne (Monnier 1980), tandis que nous plaçons les industries de Vinneuf, de Verrières‑le‑Buisson, de Bockstein et de la Klausennische dans le premier ensemble. L’industrie de Villeneuve‑l’Archevêque (niveau C) semble posséder quelque parenté avec ces dernières séries.

  • 1 Sur la base de 11 pièces bifaciales. Le reste de la série (131 pièces) est trop pauvre d’un point d (...)
  • 2 Lailly/Le Fond de la Tournerie niveaux II et III, Lailly/Le Domaine de Beauregard niveaux C et D, M (...)

21La couche du sol brun lessivé de Lailly/Tournerie (couche 6) semble correspondre à la couche 5 de Molinons et à la couche 2 de Vinneuf. Sur les coupes de ces trois gisements, l’analyse micromorphologique définit ces niveaux comme des remaniements de l’horizon Bt profond du sol éémien strict (5e). Cette couche peut être corrélée avec les sous‑stades 5b, c, d. À noter qu’elle sert d’articulation entre le Micoquien trouvé en son sein et le Moustérien trouvé stratigraphiquement au‑dessus, du moins dans la vallée de la Vanne, et sous réserve d’attribution culturelle des niveaux inférieurs trop pauvres en matériel1 2.

22Un point d’ancrage important est l’horizon gris corrélablc avec le sous‑stade 5a. Le limon jaune de Molinons (couche 5 intercalée entre les deux pédogenèses du début Glaciaire) serait alors le témoin du stade 5b. C’est au sein de cet horizon gris qu’apparaît très nettement le faciès moustérien dont il était question plus haut (Lailly/Beaurcgard NB, Molinons NA, Villeneuve‑l’Archevêque NB). Ce Moustérien se caractérise par l’association d’un débitage laminaire semi‑tournant sur nucléus prismatique proche du type de Seclin et d’un débitage Levallois le plus souvent unipolaire, par des bifaces plats cordiformes ou triangulaires de type MTA, par des outils sur lames à retouches plus ou moins marginales ou à dos abattu. L’outillage moustérien habituel (racloirs, pointes moustériennes...) est également présent. Les encoches et les denticulés sont par contre en nombre limité.

23La présence d’un débitage laminaire permet de rapprocher les différentes séries lithiques découvertes dans la vallée de la Vanne des industries moustériennes à lames du nord‑ouest européen (Riencourt‑lès‑Bapaume, Seclin, Saint‑Germain‑des‑Vaux, Rocourt...). Cependant, la présence d’autres chaînes opératoires (débitage Levallois, façonnage de bifaces) et la composante typologique de ces ensembles permettent d’élargir le cadre des comparaisons avec de nombreuses industries attribuées au Moustérien de tradition acheuléenne (de type A) ou au Moustérien typique (cf. chap. 4,6). Ces séries se rattachent difficilement, au sens strict, à l’un des faciès du « complexe moustérien » de F. Bordes. Elles soutiennent des comparaisons avec le MTA et le Moustérien typique mais ne semblent pas devoir être totalement assimilées à l’un ou à l’autre.

24La mise en évidence de manière répétée et exclusive de ce faciès moustérien intermédiaire entre Moustérien typique et Moustérien de tradition acheuléenne remet en question la validité des études menées sur les nombreuses séries de surface de la région, soulignant la forte présence de ces deux faciès. Il apparaît évident que les bifaces sont surreprésentés dans les séries de surface, amenant ainsi les chercheurs régionaux à conclure en la présence fréquente du MTA.

  • 3 Dans l’état actuel de nos connaissances, il est difficile de distinguer ces limons ; nous n’avons p (...)
  • 4 Lailly/Le Fond de la Tournerie, niveau principal ; Lailly/Le Domaine de Beauregard, niveau A, etc.
  • 5 En l’absence de résultats tracéologiques et de restes organiques.

25Si notre connaissance du début Glaciaire commence à se structurer, il n’en est pas de même de la suite de la séquence du cadre chronostratigraphique du Pléniglaciaire inférieur à la fin du Pléniglaciaire moyen. Dans les limons jaunes du Pléniglaciaire inférieur ou moyen3, sus‑jacents à l’horizon gris, réapparaît une industrie moustérienne4 semblable à celle du Weichsélien ancien. Cette similitude à tous points de vue (technologie, typologie, matières premières, occupation dans l’espace) indique manifestement une pérennité sans changement notable5 de ce Moustérien.

26La partie supérieure du cadre chronostratigraphique n’est guère plus claire. Aucune trace de couverture limoneuse pouvant appartenir au Pléniglaciaire supérieur n’a pu être identifiée. Aucune figure pédostratigraphique ne peut correspondre au niveau de Kesselt. Il faut toutefois souligner le présence de Magdalénien à Lailly/Beauregard sur la surface d’érosion des limons du Pléniglaciaire inférieur ou moyen. Le bilan sédimentaire est alors nettement favorable à l’érosion.

Notes

1 Sur la base de 11 pièces bifaciales. Le reste de la série (131 pièces) est trop pauvre d’un point de vue technotypologique pour avancer une attribution culturelle plus précise.

2 Lailly/Le Fond de la Tournerie niveaux II et III, Lailly/Le Domaine de Beauregard niveaux C et D, Molinons niveau B.

3 Dans l’état actuel de nos connaissances, il est difficile de distinguer ces limons ; nous n’avons pas clairement de hiatus d’érosion ou de cailloutis pouvant marquer comme à Corbehem (Tuffreau 1979a) Weichsélien ancien et Pléniglaciaire moyen.

4 Lailly/Le Fond de la Tournerie, niveau principal ; Lailly/Le Domaine de Beauregard, niveau A, etc.

5 En l’absence de résultats tracéologiques et de restes organiques.

Table des illustrations

Légende FIG. 177 – Répartition des niveaux archéologiques du Paléolithique dans le Sénonais, le long du tracé de l’autoroute A5 selon la chronologie du dernier cycle climatique Interglaciaire/ Glaciaire. Sed sédiment, Ped pédologie, A.C. attribution culturelle
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/40458/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 205k

Auteurs

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search