Version classiqueVersion mobile

Le Paléolithique moyen dans le nord du Sénonais (Yonne)

 | 
Valérie Deloze
, 
Pascal Depaepe
, 
Jean-Marc Gouédo

Chapitre 5. Bilans géomorphologique et archéologique : apports de l’opération A5

5 Geomorphologische und archäologische Bestandsaufnahme: Erkenntnisse aus der Aktion A5

5 The geomorphological and archaeological evidence : the results of the A5 operation

Valérie Deloze, Pascal Depaepe, Jean‑Marc Gouedo, Vincent Krier, Jean‑Luc Locht, avec la collaboration de Eric Teheux et Frédéric Séara

Résumé

Les cinq sites étudiés au chap. 4 ont contribué à la caractérisation de deux des unités géomorphologiques définies sur le tracé autoroutier entre Montereau et Troyes. Sont regroupés les résultats obtenus sur la lithostratigraphie et les indices paléolithiques des trois autres unités géomorphologiques, suite à la campagne de sondages géologiques et de diagnostics archéologiques systématiques. Ces unités géomorphologiques sont respectivement :
– le Plateau sénonais nord de Vinneuf à Soucy ;
– le Plateau sénonais sud de Soucy à Lailly ;
– les vallées dissymétriques du Santonien entre Lailly et Estissac ;
– les vallées dissymétriques du Coniacien entre Estissac et St‑Germain ;
– les vallées dissymétriques du Turonien.

Y sont décrits plus spécialement les formations superficielles et les contextes lithostratigraphiques, parfois associés à des indices d’occupation du Paléolithique moyen, mais qui n’ont pas fait l’objet d’une fouille de grande ampleur après la phase de prospection.

Texte intégral

5.1 Le Plateau sénonais nord de Vinneuf à Soucy

1Les cinq sites du Paléolithiques moyen présentés dans ce volume s’inscrivent dans deux unités géomorphologiques qu’ils ont contribué à définir. Sur l’ensemble du tracé autoroutier (80 km), et en dehors de ces cinq sites, des sondages géologiques et des diagnostics archéologiques préalablement réalisés, ont révélé d’autres contextes lithostratigraphiques et d’autre niveaux archéologiques du Paléolithique moyen. Ces données nous ont permis de définir cinq unités géomorphologiques :
– le Plateau sénonais nord ;
– le Plateau sénonais sud ;
– le bassin versant de la vallée de la Vanne sur substrat crayeux du Santonien ;
– les vallées dissymétriques du Coniacien ;
– les vallées dissymétriques du Turonien.

2La définition de ces tronçons s’est faite dans le cadre de la prospection archéologique, dans les limites d’accessibilité aux terrains et des moyens mécaniques mis à notre disposition, et à partir des données géomorphologiques et archéologiques disponibles : cartes géologiques, travaux géotechniques préalables à la construction autoroutière, données archéologiques publiées ou repérées par prospection pédestre. Le but était de détecter, à partir d’une approche géologique, des sites archéologiques qu’une prospection de surface n’aurait pas révélée. Ce travail a été réalisé aussi dans la perspective de donner un cadre de référence géologique aux futures recherches sur le Paléolithique de cette région.

5.1.1 Présentation

3L’unité géomorphologique du Plateau sénonaisnord correspond aux reliefs inscrits dans les craies du Crétacé du Campanien supérieur et inférieur entre les communes de Vinneuf et de Soucy. Le tracé de l’autoroute A5 coupe sur 23 km cette unité géomorphologique où 31 sondages géologiques et 3 transections de 100 à 250 m de long ont été réalisés dans le cadre de l’opération. Deux sites du Paléolithique moyen ont été repérés, Vinneuf/Les Hauts Massous (cf. § 3.1.1) et Gisy‑les‑Nobles.

5.1.1.1 Contexte géologique

4Les données géologiques générales recueillies à partir des cartes géologiques au 1/50 000 du BRGM des feuilles de Montereau‑Fault‑Yonne, Sergines et Sens (Bouiller et al. 1971 ; 1973a ; 1973b) définissent un certain nombre de grands ensembles géologiques.

Le substratum géologique

5Dans la partie la plus à l’ouest de cette unité, la Seine et l’Yonne constituent à leur confluence un éperon rocheux taillé dans les craies du Campanien. Les buttes crayeuses du Plateau sénonais se trouvent souvent coiffées de formations sableuses du Tertiaire assimilées au Cuisien. Le faciès de la craie du Campanien supérieur (C4‑6j‑i) et inférieur (C4‑6h‑g) est relativement monotone. Il est constitué d’une craie blanche dont la fréquence et la taille des bancs de silex sont très variables (Krier à paraître). Ces assises crayeuses plongent régulièrement vers le nord‑ouest, centre du Bassin parisien. Elles sont parcourues par un faisceau de failles d’orientation méridienne et par d’autres d’orientation soit nord‑est à sud‑ouest, soit nord‑ouest à sud‑est. Se superposent à cette fracturation d’origine tectonique, de nombreuses diaclases subverticales et obliques dues à des tassements et à des compressions locales de la craie. L’ensemble a favorisé le développement d’un réseau karstique à la fois profond et de surface. Le réseau profond est à l’origine de la plupart des écoulements des rivières adjacentes de l’Yonne (La Vanne, la Mauvotte, l’Oreuse, La Coué). Les dépôts du Tertiaire sont représentés par des formations sableuses (Sparnacien) ou sablo‑argileuses (Cuisien). Ces dépôts sont systématiquement placés au sommet des collines les plus hautes du Plateau sénonais. Leur plus grande extension se fait sur l’unité géomorphologique suivante du Plateau sénonais sud. De gros blocs de grès, de quartzite et de poudingue sont issus des formations du Cuisien démantelées.

Les formations superficielles

6Les formations quaternaires se répartissent en trois catégories selon les cartes géologiques : les dépôts d’apport éolien, les dépôts de pente, les dépôts alluviaux. Les dépôts d’apport éolien sont constitués de limons plus ou moins argileux. Ces limons sont soit non carbonatés (Lpl) et couvrent les sommets du plateau du Sénonais, soit carbonatés (Lp2) et couvrent les flancs des vallons secs. L’origine des limons de plateau est complexe. Ces limons procèdent d’un remaniement par lessivage des formations à silex du Tertiaire, d’un apport de limons éoliens et d’une évolution pédologique très poussée. Ils sont systématiquement positionnés sur ou en bordure des formations tertiaires. Les limons des versants de vallons semblent plutôt s’accumuler sur les flancs des reliefs exposés du nord‑ouest au nord‑est.

7Les dépôts de pente correspondent à des remaniements de la craie, des formations du Tertiaire ou des nappes alluviales anciennes de l’Yonne. Les dépôts d’origine crayeuse se présentent sous la forme de craie gélive en poudre et granules, de débris soliflués ou de limons crayeux sur le plateau, les versants des collines et les fonds de vallons. Les formations argilo‑sableuses à gros rognons de silex altérés et à fragments de grès se rencontrent exclusivement sur les sommets des collines les plus hautes (Re‑Re‑gH) et sur les replats situés au‑dessus des nappes alluviales les plus anciennes de l’Yonne (Rs). Les versants en contrebas des nappes alluviales anciennes sont couverts de colluvions plus ou moins argileuses alimentées en silex et débris siliceux à patine fauve ou brune.

8Les dépôts alluviaux sont d’une très grande diversité dans ce secteur. Ils correspondent à de nombreuses nappes alluviales anciennes de l’Yonne s’étageant tout le long de la vallée (Ft, Fu, Fv, Fw). Ces nappes, dont certaines peuvent être très anciennes, sont constituées essentiellement de graviers de silex et de quartz très altérés et très pédogénisés. Elles se présentent sous forme de lambeaux entre Misy‑sur‑Yonne et Gisy‑les‑Nobles, puis à partir de Soucy au‑delà de Sens sous forme de véritables terrasses continues étagées dans la vallée de l’Yonne. La nappe Fu la plus ancienne du secteur est installée entre 115 et 120 m NGF sur le site de Vinneuf/Les Hauts Massons. La Seine et l’Yonne constituent à leur confluence un éperon crayeux au niveau de Vinneuf. La nappe Fv est présente à une altitude de 100 m NGF en contrebas du gisement de Vinneuf/Les Hauts Massous. Des lambeaux de la nappe alluviale Fw sont signalés à différentes hauteurs entre 70 et 75 m NGF en bordure de cet éperon rocheux et de la vallée de l’Yonne. La Seine et l’Yonne ont accumulé à leur confluence un cône alluvial constitué de nappes d’âges différents notées Fx‑Fy recouvertes par une formation limoneuse colluviale noté K. Les fonds de vallées actuelles de la Seine (51 m NGF) et de l’Yonne (55 m NGF) sont occupés totalement par les dépôts Fz‑Fy.

5.1.1.2 Contexte morphologique

9De Vinneuf à Courlon, le Plateau sénonais nord présente une morphologie peu accidentée, constituée de buttes et de cuvettes. Il se prolonge vers l’ouest à Misy‑sur‑Yonne, par un éperon rocheux constituant l’épaulement de l’interfluve alluvial de la Seine et de l’Yonne. Vers le nord, le plateau s’abaisse régulièrement pour rejoindre le fond de la vallée de la Seine. Il est alors parcouru de très nombreux vallons secs, tous parallèles, s’écoulant vers le nord. Entre Courlon et Gisy‑les‑Nobles, le Plateau sénonais est entrecoupé par une série de vallons secs, parallèles et d’axes est‑ouest, se raccordant à l’Yonne sur sa rive droite. Les vallons secs présentent presque tous une légère dissymétrie de leurs profils, leurs versants exposés au sud‑est étant plus doux que ceux exposés au nord‑ouest. Ces versants doux présentent en moyenne une pente de 10 %. Parmi ces vallons, seule la vallée de l’Oreuse présente un écoulement permanent.

10Entre la vallée de l’Oreuse et de la Mauvotte, le Plateau sénonais nord s’élève jusqu’à 200 m NGF d’altitude. Au sud, le plateau surplombe la vallée de l’Yonne. L’Yonne s’écoule dans une vallée assez encaissée. Le dénivelé entre le haut du Plateau sénonais et le fond de la vallée de l’Yonne est de plus de 150 m. Sur sa rive droite, le versant de la vallée de l’Yonne est marqué d’une succession de replats dont certains sont coiffés de lambeaux de terrasses alluviales de Cuy à Gisy‑les‑Nobles, puis de Courlon à Vinneuf. Par contre, entre Gisy‑les‑Nobles et Courlon les versants constituent plutôt un glacis à pente douce. Le tracé autoroutier coupe la vallée de la Seine à Montereau‑Fault‑Yonne en aval du goulet de Marolles‑sur‑Seine. Puis il court le long de l’interfluve de la Seine et de l’Yonne, passe sur l’éperon rocheux de Misy‑sur‑Yonne et au sommet de la partie nord du Plateau sénonais. Enfin, il longe la vallée de l’Yonne sur le haut des versants recoupant trois des quatre principales rivières du secteur : la Coué, l’Oreuse et la Mauvotte.

5.1.2 Lithostratigraphie

  • 1 Ces sondages ont permis aussi de dresser une carte de répartition des sols (Krier à paraître).

11Les sondages et les tranchées de prospectiongéologique des sites archéologiques permettent de mieux définir les contextes lithostratigraphiques de cette unité et des sites paléolithiques. Trois ensembles lithostratigraphiques peuvent être définis : les formations limono‑sableuses colmatant les karsts de surface du plateau et des interfluves des vallons secs, les dépôts limoneux des versants des vallons dissymétriques et les dépôts limoneux des fonds plats de vallons secs1.

5.1.2.1 Les formations en surface du plateau crayeux Vinneuf/Le Bois des Rasets et Les Hauts Massous

12Aux abords même du site de Vinneuf, (X = 658,757 ; Y = 1074,75) douze sondages géologiques ont été réalisés dans le cadre de la définition lithostratigraphique de l’unité géomorphologique de ce secteur du Plateau sénonais (Delépine, Krier 1989). Ces sondages nous ont amené à distinguer trois ensembles :
– les formations d’altération de la craie ;
– les formations d’altération de la craie sous couverture sablo‑graveleuse ;
– les formations sablo‑1imoneuses.

Les formations d’altération de surface de la craie Cp/Sc
(Montereau‑Fault‑Yonne 1/50 000
)

13Les profils montrent, au‑dessus de la craie franche, deux à trois mètres de formations ‘superficielles avec, à la base, une formation de limon crayeux jaune souvent géliturbé dans des poches pouvant atteindre 1,5 m d’épaisseur. Erodées, ces poches sont surmontées de limon brun‑rougeâtre à éclats de silex et d’un sol (Ap) de 30 cm constitué de colluvions de sol ancien. Ces dépôts (Sc) occupent les zones non couvertes par des dépôts limoneux (LP) ou sablo‑graveleux (Fu, Ft).

Les formations d’altération de surface de la craie sous couverture sablo‑graveleuse ancienne Fu, Ft (Montereau‑Fault‑Yonne 1/50 000)

14Ces formations présentent à la base, de façon similaire aux précédentes, des limons crayeux et de la craie pulvérulente. Les limons crayeux sont déformés par de grandes figures de cryoturbation constituées d’injections et de poches comblées en général de formations sablo‑argileuses rouges plus ou moins riches en cailloutis de silex. La partie supérieure est tronquée et supporte alors des limons brun‑rougeâtre à éclats de silex avec un sol Ap de 30 cm correspondant à des colluvions de sol ancien. Un niveau d’argile plastique rouge à brun‑chocolat s’intercale systématiquement entre les formations crayeuses et les formations sablo‑caillouteuses. Ces argiles sont probablement issues d’une décalcification de la craie. Les sables rouges et le cailloutis siliceux sont ici d’origine alluviale. On y rencontre des sables et graviers de quartz roulés et des éléments de désagrégation de galets granitiques comme ceux signalés sur les cartes géologiques pour les dépôts Fu‑Ft et P. Ces sables et cailloutis siliceux épais de 2 à 3 m, couvrent la surface entre la colline du Bois des Rasets et celle de Troncy. Ce sont ces formations qui ont été cartographiées sous la dénomination Fu.

Les formations sablo‑limoneuses LP, LP1 et CIII (Montereau‑Fault‑Yonne 1/50 000)

15Plusieurs sondages ont révélé ponctuellement la présence de formations constituées en profondeur par des sables clairs et en surface par des sables limoneux de couleur jaune‑orangé ou rouge avec des passées de cailloutis. Ce type de profil (LP) se trouve, non seulement sur le gisement de Vinneuf, mais aussi au sommet de la colline sous Le Bois des Rasets, ainsi qu’au lieu‑dit Valérien de la commune de Vinneuf.

5.1.2.2 Les dépôts karstiques en interfluve de vallon sec et les dépôts limoneux de versant doux Gisy‑les‑Nobles/Le Grand Verrier

Localisation

16Le site se trouve au nord‑est du village de Gisy‑les‑Nobles (X = 668,475 ; Y = 1066,725), (Sergines 1/50 000 : LP1, RegH, Rs, Cp), (fig. 167, A). Il se place au sommet de l’interfluve d’un petit vallon de profil dissymétrique, perpendiculaire à la vallée de l’Yonne, d’axe nord‑est à sud‑ouest, portant le nom de Le Fond de la Mardelle. Les six sondages géologiques réalisés le long du versant doux du vallon, ainsi que sur l’interfluve, ont révélé une stratigraphie assez complexe associant des formations de surface, de fond de vallon, de versant et de structure karstique. Toutes les pièces paléolithiques ont été trouvées dans les dépôts situés en contexte karstique. Le matériel lithique se rapporterait à un Acheuléen supérieur ou à un Micoquien (Gouédo et al. 1990b).

FIG. 167A : coupe synthétique de la stratigraphie du site de Gisy‑les‑Nobles/Le Grand Verrier. Dépôts de karst et de versant de vallon dissymétrique. 1 limon argileux brun foncé ; 2 cailloutis de silex dans limon argileux brun foncé ; 3 limon à débris crayeux brun clair‑jaune, a brèche crayeuse, b passée de débris de craie et de blocs de silex, c avec cailloutis de silex ; 4 limon fin jaune à horizon décalcifié ; 5 limon sableux brun‑rouge, a passée de débris de craie, b passée de débris de craie et de blocs de silex, c avec cailloutis de silex ; 6 limon sableux rouge ; 7 craie ; ▲ industrie lithique. B : relevé stratigraphique de la coupe PM 003 du site de Serbonnes/Le Revers de Brossard. Dépôts de versant crayeux de vallon dissymétrique. 1 limon à cailloutis de silex, horizon Ap, 2 limon à cailloutis de silex, horizon à pseudomycélium de calcite, 3 poche de géliturbation comblée de limon jaune à blocs de silex, 4a limon crayeux parsemé de blocs de silex et présentant des figures de gel, 4b assise crayeuse à multiples bancs de silex. C : relevé stratigraphique de la coupe PM 001 du site de Michery/Vallée des Tournantes. Dépôt de fond de vallée. 1 limon brun foncé Ap, 2 limon brun lité à pseudomycélium de calcite, 3 limon sableux Iité, 4 limon brun, 5 limon sableux Iité, 6 limon sableux Iité, 7 sable gris, 8 sable limoneux, 9 limon argileux brun foncé mélangé à des rognons de silex, 10 limon sableux jaune à graviers de silex, 11 horizon gris hydromorphe, 12 limon argileux brun foncé mélangé à des rognons de silex, 13 et 14 graviers et cailloutis de silex dans des limons bruns foncés. D : unité géomorphologique du Plateau sénonais sud. Dépôt en surface du plateau. Profil stratigraphique synthétique de Voisines/Les Naisonnes

J.D., V.K., V.D. / AFAN

Les ensembles lithostratigraphiques

17De la crête jusqu’aux deux‑tiers supérieurs du versant doux (12 % de pente) du vallon, se développent des structures de dissolution karstique sous couverture filtrante, telles qu’elles ont déjà été rencontrées à Vinneuf (cf. § 3.1.1). Il s’agit de poches de dissolution ou de petites dolines comblées par des dépôts limono‑sableux rouges, légèrement argileux (fig. 167, A, nos 5 et 6), correspondant à des remaniements quaternaires anciens de formations sableuses tertiaires et d’apports limoneux. Des sols anciens se sont développés sur ces sédiments aboutissant à une décarbonatation complète et un enrichissement en argile. On trouve aussi des niveaux de remaniement de craie et de cailloutis de silex dans ces poches de dissolution (fig. 167, A, nos 5 a, b, c). Les relevés géologiques permettent de localiser au moins trois structures de dissolution : deux sur la crête de la colline et le lambeau d’une autre sur la partie amont du versant du vallon qui a dû être éventrée par l’érosion.

18Le fond du vallon est comblé en partie par un dépôt de limon fin jaune probablement loessique surmonté d’un sol brun décalcifié (fig. 167, A, no 4). Cet ensemble est couvert par des formations de débris crayeux mêlés de limon brun‑ gris qui couvrent aussi l’ensemble de la surface du versant du vallon et le reste de la dépression de la doline éventrée. Ces dépôts sont issus de la désagrégation de la craie et présentent par endroit des niveaux de brèche crayeuse ou de cailloutis crayeux (fig. 167, A, nos 3 a, b). Par ailleurs, là où cette formation est la plus épaisse, au niveau de la doline éventrée, ces dépôts présentent à mi‑épaisseur un horizon calcité gris‑chocolat qui pourrait correspondre à un sol humifère avec un niveau d’accumulation de carbonates à la base. Des niveaux plus ou moins foncés apparaissent au‑dessous de cet horizon. Toutes les formations précédentes sont couvertes par une couche de colluvions limono‑argilcuses de 0,5 à 1 m d’épaisseur (fig. 167, A, no 1) passant à un dépôt de cailloutis de silex dans le fond du vallon (fig. 167, A, no 2). Ces dépôts sont des remaniements des formations d’altération karstique de la craie. Les pièces trouvées lors des décapages sont issues de ces niveaux de colluvions. Seules quelques pièces ont été trouvées dans les dépôts de comblement des poches karstiques.

Chronostratigraphie

19Les attributions chronostratigraphiques de ces differentes formations ne sont pas aisées et ne peuvent être qu’hypothétiques. Il faut noter le caractère de sol ancien que prennent les dépôts limono‑sableux (fig. 167, A, nos 6 et 5) des structures de dissolution. Le sol brun décarbonaté, en surface des limons fins jaunes à la base du remplissage du fond du vallon (fig. 167, A, no 4) peut‑il être le reste d’un paléosol interglaciaire de l’Eémien ? L’horizon gris‑chocolat dans les dépôts crayeux peut‑il correspondre à un sol humifère comparable au pédocomplexe du Weichsélien ancien ?

20Cependant, l’industrie trouvée dans les poches karstiques est incluse dans des sols polyphasés, chronologiquement indéterminables. Les autres pièces sont des éléments remaniés de ces mêmes poches.

Niveau archéologique

21Lors de ces sondages, seuls 11 éclats typologiquement banals ont été retrouvés dans une matrice argileuse rouge, sans que l’on puisse établir de relation avec le matériel de surface.

Conclusion

22Le principal intérêt de cette intervention a été la mise en évidence de deux dolines fossiles en voie de comblement qui, tout comme à Vinneuf, ont joué un rôle essentiel dans la préservation de niveaux en profondeur. Les poches de dissolution de la craie s’étendent donc bien au‑delà de la surface du plateau. Elles se développent aussi au sommet des crêtes des interfluves des vallons secs des bords du plateau. L’intérêt ici réside dans la confirmation des diagnostics géomorphologiques, associant une forte probabilité de trouver des gisements du Paléolithique moyen dans ce type de structure naturelle en creux et l’absence de niveau du Paléolithique en place sur les versants doux de pente de plus de 10 %.

5.1.2.3 Les dépôts limoneux au pied des versants crayeux orientés vers le nord‑ouest : Serbonnes/Le Revers de Brassard

Présentation

23Les versants crayeux sont dénudés dans leur partie sommitale, et recouverts d’un sol limono‑argileux brun‑rouge à blocs de silex dans leur partie médiane. Ils présentent, à leur pied, des poches de géliturbation de plus en plus importantes, comblées de limons. Ces poches peuvent atteindre 2 à 3 m de diamètre et les limons 2 m d’épaisseur. Ces limons de couleur brune et chargés en granules de craie ont une structure feuilletée due au gel. Ce sont des lœss carbonatés correspondant à des placages de limons de remaniement des formations de désagrégation de la craie. Ces limons présentent en surface des sols bruns lessivés de plus de 1 m d’épaisseur (Krier à paraître) (Montereau‑Fault‑Yonne : 1/50 000 : LP2).

Lithostratigraphie : Serbonnes/Le Revers de Brossard PM 003 (fig. 167, B) (X = 664,86; Y = 1070,69 ; Z ‑ 110 m NGF)

24– 0 à 30 cm : horizon brun humifère de labour (Ap) sur limon à cailloutis de silex 
– 30 à 55 cm : horizon brun à pseudomycélium de calcite sur limon à cailloutis de silex ;
– 55 à 200 cm : limon jaune avec blocs de silex compris dans une poche de géliturbation ;
– 200 à 245 cm : limon crayeux parsemé de blocs de silex et présentant des figures de gel ;
– 245 à plus de 380 cm : assise crayeuse à multiples bancs de silex noir.

5.1.2.4 Les dépôts limoneux crayeux du fond des vallons plats Michery/La Vallée des Tournantes

Présentation

25Un certain nombre de vallons, ne présentant pas d’écoulement permanent, sont suffisamment larges pour développer un fond plat à la différence du vallon précédent. En général, l’accumulation est constituée dans sa partie supérieure de limons crayeux lités alternant avec des passées plus ou moins sableuses. Ces dépôts d’inondation correspondent à la décantation de limons arrachés aux versants crayeux. Ces limons reposent sur une colluvion à cailloutis de gros rognons de silex emballés dans des limons argileux brun foncé, (Montereau‑Fault‑Yonne : 1/50 000 : C).

Lithostratigraphie : Michery/La Vallée des Tournantes PM 001 (fig. 167, C) (X = 666,62 ; Y = 1069,25 ; Z = 68 m NGF)

26– 0 à 30 cm : limon brun foncé Ap ;
– 30 à 70 cm : limon lité brun à pseudomycélium de calcite avec traces de pénétration racinaire très importante ;
– 70 à 220 cm : succession de dépôts limoneux et sableux lires présentant régulièrement des horizons brun foncé humifères ;
– 220 à 270 cm : limon argileux brun foncé mélangé à des rognons de silex, sol colluvial enterré ;
– 270 à 360 cm : limon sableux jaune à graviers de silex avec la présence à mi‑hauteur d’un horizon gris hydromorphe ;
– 360 à 410 cm : graviers et cailloutis de silex dans des limons brun foncé.

5.1.3 Formations superficielles et indices paléolithiques du Plateau sénonais nord

27Les seuls indices archéologiques du Paléolithique ont été trouvés dans les séquences supérieures des limons de comblement des structures karstiques. Ce matériel est attribué à du Paléolithique moyen, et là où il est en place à des séquences lithostratigraphiques de remaniement d’horizon argilique de sol interglaciaire Eémien (cf. § 3.4.1). L’absence de matériel du Paléolithique moyen dans les séquences lithostratigraphiques des versants doux des vallons dissymétriques est probablement due à la pente beaucoup trop forte de ces versants. Ces pentes de 8 à 12 % ont probablement empêché le maintien en place des niveaux d’occupation.

28Les séquences limoneuses carbonatées au pied des versants crayeux n’ont pas livré de matériel archéologique, mais ces limons appartiennent vraisemblablement aux phases de déflation éolienne du Pléniglaciaire supérieur du Weichsélien. Des indices archéologiques du Paléolithique supérieur peuvent un jour y être découverts dans des conditions proches de celle du site de Chamvres (Connet et al. 1992). Les limons de comblement des fonds de vallon peuvent être attribués aux phases d’érosion anthropiques de l’Holocène.

5.2 Le Plateau sénonais sud de
Soucy à Lailly

5.2.1 Présentation

29Cette unité géomorphologique correspond à l’éperon crayeux du Plateau sénonais tourné vers le sud. Cette unité est limitée au sud par la vallée de la Vanne, à l’ouest par celle de l’Yonne et au nord par le cours du ru de la Mauvotte. Le tracé de l’autoroute traverse cette unité géomorphologique sur près de 19 km.

5.2.1.1 Contexte géologique

30Le substrat est constitué par les assises crayeuses du Campanien. Il s’agit d’une craie blanche à silex rare, que l’on peut subdiviser en un Campanien inférieur C4‑6g et h à Actinocamax quadratus et un Campanien supérieur C4‑6i et j à Belemnitella mucronata (Bouiller et al. 1971 ; 1973a). La limite est de l’unité est donc définie par le passage des assises crayeuses du Campanien à celles du Santonien qui constitueront l’unité suivante. Ces assises crayeuses montrent un léger pendage vers le nord‑ouest de 7 à 12 pour mille. La fracturation n’est pas absente : on note des accidents de rejets plurimétriques. Les formations superficielles recouvrant cette unité crayeuse sont de trois types :
– formations résiduelles tertiaires ou formations d’épandage résultant du remaniement de matériaux éocènes ;
– couverture limoneuse ou limono‑argileuse dérivée pour l’essentiel des terrains tertiaires ;
– formations de versant argilo‑sableuses à silex (Bouiller et al. 1971 ; 1973a).

31En général, la couverture est représentée par un matériel détritique hétérogène, résultant d’une intense érosion continentale. Cette phase d’érosion anté‑Sparnacienne est caractérisée essentiellement par des phénomènes de remaniement et de karstification des assises crayeuses à intercalations de niveaux à rognons à silex. Les poches karstiques sont comblées par des sables, grès et cailloutis de silex. Suite à ces événements, la région acquiert une morphologie typique avec dolines et thalwegs (Delépine et al. 1991).

32La couverture limoneuse du Plateau sénonais sud renferme donc de nombreuses structures en entonnoir de type doline, de forme et de taille variables, comme celle du gisement de Vinneuf (Plateau sénonais nord). Elles se sont constituées à l’occasion de phénomènes de dissolution de la craie sous couverture filtrante et perméable, autorisant une percolation lente des eaux chargées en CO2. Ces poches de dissolution évoluent par affaissement de la couverture perméable après dissolution des carbonates. Sur les plateaux, ces poches peuvent être conservées, alors que sur les pentes accusées, elles peuvent être érodées. Il s’agit donc d’un paysage largement façonné par l’activité karstique (Delépine et al. 1991).

5.2.1.2 Contexte morphologique

33Morphologiquement, il s’agit d’un plateau culminant aux alentours des 200 m, la côte la plus haute correspondant à une altitude de 228 m NGF dans le Bois des Fontenottes à l’ouest des Clérimois. Ce plateau crayeux n’est réellement entaillé que par le ruisseau de La Gaillarde qui va se jeter à l’ouest dans l’Yonne et au sud par quelques petits écoulements venus du haut du Plateau et se jetant dans la vallée de la Vanne.

34L’unité qui nous intéresse se situe donc en rive droite de la Vanne, rive pratiquement sèche par rapport à la rive gauche qui présente de nombreux affluents d’écoulement nord‑sud. Les eaux de pluie tombant sur ces plateaux de rive droite sont sans doute canalisées souterrainement vers le nord‑ouest. Quant aux vallées, mis à part celles de La Mauvotte et de La Gaillarde, elles sont sèches et ne fonctionnent que rarement (Delépine et. al. 1991).

5.2.2 Lithostratigraphie

35La description de cette unité géomorphologique du Plateau sénonais sud sera illustrée par deux exemples plus précis relevés sur le terrain.

5.2.2.1 Formation argilo‑sableuse en surface du plateau : profil‑type de sol, Malay‑le‑Petit/Le Bois de Mitois

36Il s’agit d’un profil‑type, levé pour une carte pédologique de la région (Voillot 1973 : Rs) situé en rive gauche du ru de La Gaillarde, en contexte de plateau couvert de forêt à environ 160 m NGF (X = 677,5 ; Y = 1056,5) (Sens 1/50 000). L’ensemble du profil est décarbonaté et sans éléments grossiers, avec bonne pénétration racinaire jusqu’à 60 cm. Sur 80 cm, de haut en bas, s’observent : 5 cm d’humus de type mull, 35 cm d’horizon gris‑beige (10 YR 7/4 à sec et 5/4 à l’état humide), limoneux, à structure polyédrique très fine, fragile et peu développée, puis 20 cm d’horizon panaché, blanc‑gris et ocre à taches ferrugineuses noires, limono‑argileux, à zones blanchies de dégradation, structure polyédrique fine à moyenne, friable mais bien développée (horizon B dégradé) et à la base 20 cm d’horizon panaché ocre et brun argilo‑limoneux, à structure polyédrique grossière, très tassé et compact, nombreux revêtements argileux de couleur brun‑chocolat et ferrugineux noirs (horizon d’accumulation B2t).

5.2.2.2 Formations limoneuses profil‑type de versant, Voisines/Les Naisonnes

37Ce profil a été réalisé à partir de sondages autoroutiers (Krier et al. 1991) pour vérification d’indices paléolithiques sur un versant doux exposé au nord‑ouest à une altitude voisine de 200 m NGF (X = 677,01 ; Y = 1060,9), (Sens 1/50 000 : LP, H et Rs) près du Bois de Maurepas (fig. 167, D). Le toit de la craie n’a jamais été atteint par les sondages paléolithiques, mais l’épaisseur de la couverture limoneuse a pu être estimée par les sondages géotechniques à plus de 10 m. La figure (fig. 167, D) présente un schéma synthétique de la séquence stratigraphique du versant des Naisonnes. Le toit de la craie semble compris entre 187,5 et 193 m NGF. Lui est superposé un épais (5 à 8 m) niveau sableux à sablo‑limoneux de teinte jaune à rouge, affecté de fentes brunes verticales, correspondant à des dépôts de remaniement de sables Sparnacien‑Cuisien ayant subi une forte pédogenèse. À l’interface de cet ensemble avec le suivant, la présence de cailloutis et de grès enduits de manganèse marque une phase d’érosion. Apparaissent ensuite 1,25 à 2,1 m de limons argileux beiges à beige‑rouille développant un horizon de sol réticulé à glosses et taches d’oxydation, résultant du lessivage des formations tertiaires par ruissellement. La séquence stratigraphique s’achève par l’horizon brun‑gris prismatique holocène. Aucun niveau paléolithique moyen n’a été rencontré dans cette séquence.

5.2.3 Formations superficielles et indices paléolithiques du Plateau sénonais sud

38Malgré la présence d’une épaisse couverture limoneuse, et l’abondance des indices de surface en matériel archéologique du Paléolithique moyen, nous n’avons pas pu bénéficier d’un nombre suffisant de sondages de diagnostic (1 sur 19 km de parcours) pour réellement faire un bilan archéologique significatif. La présence d’une couverture forestière importante a été une des principales entraves à la mise en route d’une véritable campagne de prospection mécanique. Si le seul sondage de diagnostic réalisé ne semble pas avoir conservé d’éventuels niveaux du Paléolithique moyen en place, il faut toutefois noter qu’à proximité du site métallurgique des Clérimois (fouilles G. Dunikowski, A5) ont été trouvés en prospection de surface et dans les tranchées de reconnaissance du site historique, des bifaces moustériens (entre Les Clérimois et la Chapelle St‑Léonard) et des bifaces acheuléens (à l’est de la Chapelle St‑Léonard). Sur le site métallurgique lui‑même, une poche sableuse karstique avait livré quelques éclats Levallois et un racloir.

5.3 Les vallées dissymétriques du Santonien de Lailly à Estissac

5.3.1 Présentation

  • 2 Mais également, dans un cas, des indices du Paléolithique supérieur, par deux fois du Néolithique, (...)

39Cette unité géomorphologique correspond au bassin versant nord de la Vanne, installé sur les assises crayeuses du Santonien entre Lailly et Vulaines, et dans lequel ont été découverts les quatre sites de Lailly, Molinons et Villeneuve‑!’Archevêque. Le tracé de l’autoroute recoupe cette unité sur 9,5 km (fig. 168). Onze transections regroupant 3 km de tracé ont été réalisées dans le cadre de la prospection géologique des sites archéologiques. Sur ces onze zones sondées, neuf ont présenté des indices archéologiques du Paléolithique moyen2.

FIG. 168 – Carte géomorphologique simplifiée du bassin versant de la vallée de la Vanne.

5.3.1.1 Contexte géologique

Le substratum géologique

40Le substrat est constitué de craie du Santonien (C4‑6 d, c, f) blanche, compacte, parfois noduleuse. Elle contient des silex gris‑brun ou gris‑blond de plus en plus abondants vers la base. Les formations tertiaires remaniées ou non sont constituées de sables fins beiges, de grès quartzitiques et de conglomérats rattachés au Cuisien (e4), (Re4) et (ReH, RegH). Les cartes géologiques de Sergines, Sens, Estissac et Aix‑en‑Othe (Bouiller et al. 1971 ; 1973a ; Monciardini, Pomerol 1981 ; Pomerol 1985) recensent cinq types de formations superficielles.

Les formations de remaniement et de colluvion de la craie

41Les dépôts superficiels CP (Bouiller et al. 1973a) recouvrant la craie correspondent à des formations argileuses remaniées de sols plus ou moins anciens sur craie (P). Des colluvions carbonatées (C) comblent le fond des vallons secs (Bouiller et al. 1973a). Les colluvions de fonds de vallon et de bas de versant, constituées de limon crayeux passent insensiblement aux dépôts alluviaux de fond de vallée Fz. Les formations dérivées de la craie constituées de blocs de craie, de granules crayeuses et de silex fragmentés (Sc) s’interposent entre les autres formations superficielles et la craie.

Les formations de remaniement du Tertiaire

42Une formation résiduelle argilo‑sableuse à silex (Rs) dérivée des formations argilo‑sableuses du Tertiaire est présente juste au‑dessus des sites sur la bordure du plateau du Sénonais.

Les limons de plateau

43Les limons des plateaux (LP1) dont la mise en place peut résulter à la fois du lessivage des formations tertiaires par ruissellement, et de l’action du vent lors des périodes froides et sèches du Quaternaire couvrent les versants doux des vallons secs. Ce sont ces dépôts qui ont fossilisé les gisements du Paléolithique moyen. Les couvertures limoneuses se présentent sous forme de complexes constitués par la superposition et l’imbrication de limons, de limons sableux, de limons argileux, de sables et de cailloutis d’origine multiple.

Les formations de pentes

44Ces formations sont dérivées de l’ensemble des dépôts précédents remaniés en nappe superficielle sur les pentes du glacis d’érosion de la bordure du plateau du Sénonais.

Les formations alluviales

45Les formations alluviales s’organisent en trois nappes Fv‑w, Fx‑y, Fz dans la vallée de la Vanne. Les deux premières sont séparées par un talus autour de 110 m NGF. La nappe Fz constituée de limons argileux, de travertin et de tourbe recouvre en partie la nappe Fy qui occupe toute la largeur de la vallée. La vallée de l’Alain présente aussi des nappes alluviales étagées : Fv‑w, Fx‑y, Fz. D’autres dépôts superficiels sont représentés par les nappes alluviales récentes Fz dans la vallée de l’Alain, et anciennes Fv‑w de la Vanne développées au sud des sites.

5.3.1.2 Contexte morphologique

46Cette unité est composée du bassin versant (fig. 168) de la vallée de la Vanne et de l’Alain. Les vallons secs descendent du Plateau sénonais et des glacis alluviaux le long de la rive nord de la Vanne et de l’Alain. La vallée de l’Alain a environ 15 km de long. Seul les huit derniers kilomètres présentent un écoulement permanent à partir desquels l’Alain infléchit son cours est‑ouest vers le sud. Au débouché sur la vallée de la Vanne, l’Alain présente sur sa rive droite un glacis alluvial se raccordant à celui de la Vanne.

47La vallée de la Vanne forme un coude important à cet endroit de son cours. Son écoulement est de direction est‑ouest jusqu’au débouché de l’Alain où il s’infléchit vers le sud. La vallée actuelle est large d’un peu plus de 1 km. Elle présente un versant sud abrupt et un versant nord en pente douce sur lequel s’étagent plusieurs nappes alluviales (Fv‑w, Fx‑y, Fz) sous forme de glacis. Un escarpement entaille ce glacis bordant la vallée actuelle de 117 m NGF à 112,5 m NGF entre Vulaines et Molinons. Les versants de ces deux rivières sont parcourus de vallons secs dont les bassins amonts entaillent le Plateau sénonais. Ces vallons font 5 km de long en moyenne. Ils peuvent présenter un réseau simple ou complexe. Leurs profils transversaux acquièrent une dissymétrie quand un de leur versant fait face au secteur ouest. Ce versant est alors abrupt face au versant opposé à pente douce. Les versants doux ont une pente comprise entre 4 et 7 %. Le pied du Plateau sénonais, le long de la vallée de la Vanne et en aval de la vallée de l’Alain est constitué d’un glacis. Ce glacis large de 0,5 à 1,5 km présente une pente de 3 %.

5.3.2 Lithostratigraphie

48Les différentes séquences lithostratigraphiques peuvent être illustrées par un certain nombre de relevés stratigraphiques réalisés le long du tracé :
– une séquence lithostratigraphique dans une poche karstique d’un interfluve sur le site de Lailly/Le Domaine de Beauregard, Cp, P, Rs et LP1 ;
– une séquence lithostratigraphique d’un versant doux devallée dissymétrique exposé face à l’est sur le site de Molinons/Le Grand Chanteloup, RS et LP1 ;
– une séquence lithostratigraphique d’un fond de vallon sec sur le site de Lailly/Le Fond de la Tournerie, G ;
– une séquence lithostratigraphique du fond de la vallée alluviale de l’Alain sur le site de Lailly/Le Domaine de Beauregard Fv‑Fw, Fx‑Fy et Fz ;
– une séquence lithostratigraphique du glacis alluvial de la vallée de la Vanne sur le site de l’échangeur Bagneaux/Le Poirier à l’Ours et Vulaines/Etrat, LP1, Fv‑Fw.

5.3.2.1 Séquence lithostratigraphique dans une poche karstique d’un interfluve sur le site de Lailly/Le Domaine de Beauregard

49(Sergines 1/50 000 : CP, P, RS et LP1), (x = 688,6 ; Y = 1061,4)

50La coupe CP 019 qui a fait l’objet d’une fouille (cf. § 3.2.3) a été réalisée lors du diagnostic géologique au sommet de l’interfluve séparant la vallée de l’Alain et le vallon sec du Fond de la Tournerie. Elle présente sur 4 m d’épaisseur la séquence lithostratigraphique suivante (fig. 169) comprise dans une poche karstique de la craie :
– de 0 (120 m NGF) à 30 cm : un limon brun‑gris correspondant à l’horizon cultural Ap ;
– de 30 à 95 cm : un limon argileux brun à structure prismatique correspondant à l’horizon Bt du sol Holocène ;
– de 95 à 100 cm : un limon sableux brun‑orangé à points noirs de manganèse contenant un niveau archéologique du Moustérien semblant passer latéralement sur le versant à l’horizon gris du Weichsélien ancien ;
– de 100 à 145 cm : un limon sableux brun‑orangé à graviers de silex ;
– de 145 à 165 cm : un cailloutis de silex ;
– de 165 à 285 cm : un limon sableux rouge entrecoupé d’un cailloutis de silex à nombreux points de manganèse, de structure tassée à fragipan attribuée à un horizon Bt complexe Eémien et Saalien, contenant du matériel lithique du Paléolithique moyen dans la partie haute et sur le cailloutis ;
– de 285 à 325 cm : un limon argileux brun‑gris ;
– de 325 à 335 cm : un cailloutis grossier de silex ;
– de 335 à 360 cm : un limon sableux brun‑rouge à points noirs de manganèse contenant des poches de cailloutis ;
– de 360 à 370 cm : le sommet d’un cailloutis grossier de silex fragmentés et altérés, épais de 1 m et colmatant les creux karstiques de la craie par l’intermédiaire d’un horizon argileux brun foncé de 10 à 30 cm d’épaisseur.

FIG. 169 – Relevé stratigraphique de la coupe CP019 d’une poche karstique sur le site de Lailly/Le Domaine de Beauregard. 1 limon brun‑gris Ap, 2 limon argileux brun‑rouge à structure prismatique, 3 limon sableux brun‑orangé à points noirs contenant un niveau archéologique du Paléolithique moyen, 4 limon sableux brun‑orangé à graviers de silex, 5 cailloutis de silex, 6 limon sableux rouge entrecoupé d’un cailloutis de silex à revêtement noir, 7 structure tassée à fragipan contenant du matériel lithique du Paléolithique moyen dans la partie haute et sur le cailloutis, 8 limon argileux brun‑gris, 9 cailloutis de silex, 10 limon brun‑rouge à points noirs mélangé à des poches de cailloutis, 11 cailloutis de silex très fragmenté et très altéré épais de 1 m colmatant les creux karstiques de la craie

V.K., V.D. / AFAN

5.3.2.2 Formations limoneuses et sableuses d’un versant doux de vallée dissymétrique exposé face à l’est sur le site de Molinons/Le Grand Chanteloup

51Lors du diagnostic et de la fouille du site de Molinons/Le Grand Chanteloup (Sergines 1/50 000 : RS et LP1), (X = 689,35 ; Y = 1061,2), le versant doux du vallon dissymétrique a fait l’objet d’un relevé stratigraphique à partir d’une cinquantaine de coupes. Les deux coupes CP 021 et CP 050 se complètent parfaitement (fig. 12) pour décrire les 4,5 m de dépôts superficiels accumulés sur la craie. Une partie de cette séquence a été étudiée à partir de lames micromorphologiques (cf. chap. 2.2). Sous la surface du sol les quarante premiers centimètres de limons bruns correspondent à l’horizon humifère actuel (ensembles (1) et (2)) remanié par les labours sur 25 cm d’épaisseur (2). Ensuite, 1,2 m de limons jaunes (3) présentent dans leur partie supérieure un horizon argilique à structure prismatique de 80 cm d’épaisseur correspondant à l’horizon Bt du sol holocène. Sous ces limons jaunes tout le long du versant se présente, sur un limon fin parsemé de graviers, un horizon gris à points noirs de manganèse épais de 50 cm (4). Cet horizon gris est attribuable au Weichsélien ancien et contient un niveau archéologique du Moustérien. Dans la partie médiane du versant doux se développe sous l’horizon gris une lentille de limons jaune‑rouge à taches grises et à points noirs de manganèse, épaisse de 15 cm (5) assimilée à un remaniement de l’horizon argilique Bt du sol Eémien. Par dessous, un ensemble limono‑sableux brun‑rouge et épais de 2 m présente deux à trois niveaux de cailloutis de silex (6) (7). Un ensemble de pièces lithiques du Paléolithique moyen a été trouvé sur le cailloutis le plus élevé. Un cailloutis d’épaisseur variable nappe le toit de la craie qui présente un horizon argileux brun foncé d’altération.

5.3.2.3 Formation limoneuse carbonatée d’un fond de vallon sec sur le site de Lailly /Le Fond de la Tournerie

52En complément de l’étude réalisée dans ce même volume (cf. § 3.1.2.3) est évoquée une série stratigraphique incluant le fond de vallon sec (Sergines 1/50 000 : C), (X = 688,2 ; Y = 1061,2). En effet, il a été possible de tracer un profil synthétique (fig. 170, A) de l’ensemble du versant, du sommet (126‑127 m NGF) jusqu’au fond de vallée (111 m NGF). Sur l’ensemble du versant, le toit de la craie (10) semble constituer un niveau de creusement presque plan. Il est surmonté d’un épais cailloutis de silex altérés mêlé à une matrice limono‑sableuse brun‑rouge (8). Postérieurement, ce cailloutis a subi une phase d’érosion qui a conduit à l’essentiel de la morphologie du versant. L’ensemble de ce versant est recouvert de limon identique à ceux décrits pour les versants doux des vallons dissymétriques.

FIG. 170A : unité géomorphologique des vallées dissymétriques du Santonien. Profil stratigraphique général du versant de Lailly/ Le Fond de la Tournerie. 1 sol brun holocène, la limon à granules de craie, 1b colluvions de fond de vallon, 2 sol humifère de la fin du Tardiglaciaire, 3 limons carbonatés du Tardiglaciaire ou Pléniglaciaire supérieur, 4 limons jaunes du Pléniglaciaire inférieur, 5 sol gris du Weichsélien ancien, 6 horizon Bt profond orangé, Interglaciaire Eémien s.s., 7 horizon brun‑rouge Bt remanié (Interglaciaire Saalien) sur limon beige (Pléniglaciaire du Saallen), 8 cailloutis de silex gélifractés, 9 horizon d’argiles brunes de décalcification, 10 substrat crayeux du Santonien. B : unité géomorphologique des vallées dissymétriques du Santonien. Site paléolithique de Lailly/Le Domaine de Beauregard. Profil stratigraphique du bas du versant et du fond de vallée, la limon vaseux et horizon hydromorphe, 1b sol brun prismatique, 2a limons colluviés, sol brun décarbonaté et limons carbonatés, 2b tourbes, vases tourbeuses, limons, sables et graviers sableux, 3 limons jaunes, 4 nappe alluviale, 5 cailloutis de silex, 6 altération et géliturbation de la craie, 7 substrat crayeux. C : coupe stratigraphique synthétique du site de Bagneaux/Le Poirier à l’Ours et de Vulaines/Etrat.

A V.D., V.K./AFAN ; B V.D., V.K./AFAN.; C V.D./AFAN.

53En bas de versant, ce substratum crayeux (10) affecté par la géliturbation présente des paliers d’érosion juste à la rupture de pente avant le vallon sec. Ces paliers se situent à 111‑112 m NGF et à 109‑110 m NGF (fig. 170, A). Au pied du versant et au fond du vallon apparaissent de petites séquences stratigraphiques plus réduites, néanmoins caractéristiques de ce contexte de vallées dissymétriques du Santonien.

54Au niveau du palier d’érosion de 111‑112 m NGF, il a été observé, tout d’abord, au‑dessus du sol gris Weichsélien ancien (5) une phase de dépôts limoneux carbonatés (3) au sommet desquels s’est développé un sol humifère (2). Cette phase de dépôts résulte de placages éoliens de gélifracts et limons crayeux. Ils sont attribués au Tardiglaciaire ou au Pléniglaciaire supérieur. Quant au sol humifère, il se serait développé à la fin du Tardiglaciaire. Ensuite, au niveau de la phase de creusement à 109‑110 m NGF qui a érodé le pied du versant sont apparus des colluvions de fond de vallon (1b) et des limons à granules de craie (1a) contenant de la céramique gallo‑romaine et moderne. Ce niveau de creusement témoigne d’une reprise de l’érosion dans le fond de vallon au début des périodes historiques, peut‑être au Sub‑atlantique, suivi d’une colluvion de dépôts limono‑sableux bruns. Enfin, l’ensemble du versant est recouvert par le sol brun holocène actuel (1).

5.3.2.4 Séquence lithostratigraphique du fond de vallée alluviale de l’Alain sur le site de Lailly/Le Domaine de Beauregard

55Outre la séquence stratigraphique du versant abordée dans la monographie du site paléolithique de Lailly/Le Domaine de Beauregard (cf. § 3.1.2.2), les sondages du tracé autoroutier A5 ont également permis d’appréhender la séquence stratigraphique du bas du versant et du fond de vallée de l’Alain (fig. 170, B), (Sergines 1/50 000 : Fv‑Fw, Fx‑Fy et Fz) (X = 688,9 ; Y = 1061,35).

56Le substratum crayeux (fig. 170, B, no 7) du Santonien a été atteint par trois fois, à 116 m NGF et à 108,1 m NGF, et dans le fond de vallée à 96,5 m NGF ce qui nous a permis de retracer le profil en long du toit de la craie. Ce dernier fait apparaître trois niveaux de creusement. Le plus élevé se situe sur le bas du versant à une altitude de 112 m NGF, le deuxième se développe à la rupture de pente entre le versant et le fond de vallée à 102 m NGF et le dernier correspond au niveau de creusement situé à 96,5 m NGF sous le cours actuel de l’Alain. Ce substratum crayeux (7) est altéré par des phénomènes de géliturbation et par le développement sur son toit d’argiles de décalcification (6). La phase érosive qui a créé le niveau de creusement à 116 m NGF s’est déroulée juste avant la mise en place d’une nappe de cailloutis de silex (5), à dominante grossière, où se mêlent cailloutis de démantèlement et d’altération de la craie, colluvions de formations tertiaires et remaniements de dépôts alluviaux anciens. Cette nappe présente une forte épaisseur au niveau du palier de creusement, mais disparaît vers le fond de la vallée où elle a probablement été totalement érodée : Fv‑Fw.

57Au niveau du palier de creusement, à 102 m NGF, apparaît localement un lambeau de nappe alluviale (4) où se mêlent sables, graviers et granules de craie. Cette nappe a été érodée par la suite lors de l’élargissement du fond de vallée. Les limons brun‑jaune recouvrant le cailloutis à l’ouest du profil constituent un ensemble (3) présent uniquement sur le versant : Fx‑Fy.

58L’ensemble 2a regroupe au sommet des limons colluviés et à la base un sol brun décarbonaté développé sur des limons carbonatés. Cet ensemble n’apparaît qu’avant la rupture de pente entre le versant et le fond de vallée. Le fond de vallée de l’Alain a révélé un creusement à 96,5 m NGF : Fx‑Fy. Les dépôts comblant ce fond de vallée correspondent à des graviers, sables, limons, tourbes et vases tourbeuses (2b) pouvant atteindre une épaisseur de 8 m. La partie supérieure de ces dépôts est recoupée par des chenaux comblés par des vases tourbeuses, puis des tourbes : Fz.

59Les dépôts limoneux du versant sont recouverts par un sol brun prismatique (1b) ; quant au fond de vallée, il est recouvert par un limon vaseux très humide présentant un horizon à concrétions ferro‑manganiques (1a). Ces dépôts, cet horizon hydromorphe et l’entaille du versant sont à rapprocher de l’altitude maximale de la digue médiévale de l’Abbaye de Vauluisant datant du XIIe s. qui barre la vallée de l’Alain en aval (altitude : 107,9 m NGF). Le lac qui en résultait et qui est attesté par l’iconographie ancienne ne pouvait dépasser cette altitude. Ces dépôts et l’horizon hydromorphe montrent que les eaux ont effectivement monté jusqu’à cette altitude de façon quasi permanente, le lac n’ayant été asséché qu’au xviie s.

5.3.2.5 Séquence lithostratigraphique du glacis alluvial de la vallée de la Vanne : sites de
Bagneaux/Le Poirier à l’Ours, Vulaines/Étrat et Bagneaux/La Ferme de Mauny

Présentation

60L’échangeur Bagneaux‑Vulaines (Deloze, Teheux 1991) recoupe sur près de 1 km les formations superficielles du glacis alluvial Fv‑w et de la nappe alluviale Fy (fig. 170, C) avec un dénivelé de près de 30 m du sommet de l’interfluve (143 m NGF) à la nationale 60. Le sommet de l’interfluve sur la commune de Bagneaux est le lieu privilégié de phénomènes d’altération de la craie avec développement de structure karstique de type doline de près d’une dizaine de mètres de diamètre et au moins 3 m de profondeur (fig. 170, C : PM 001), (Sergines : 1/50 000 ; Sens : 1/50 000 : LP1, Fv‑Fw et Fy), (X = 692,0 ; Y = 1060,7).

Données stratigraphiques

61Tout le long du glacis jusqu’à la côte de 125 m NGF, la craie est nappée à la base d’un cailloutis de silex de 30 à 50 cm d’épaisseur surmonté de limons sableux jaunes à rouges de 1 à 2 m d’épaisseur, eux‑mêmes couverts de limon argileux brun de 1 m d’épaisseur en moyenne. C’est dans cette séquence qu’un biface du Paléolithique moyen a été trouvé. Sur Vulaines, une première entaille apparaît dans la craie à 117 m NGF. Le bed‑rock crayeux est recouvert de 3 m d’une nappe alluviale de graviers et galets roulés à matrice sableuse et à concrétions ferro‑manganiques (fig. 170, C : PM 004 et PM 003). Cette nappe est surmontée d’un ensemble très géliflué de boue carbonatée à galets, friable, de teinte blanche et alluviale de 50 cm d’épaisseur et d’une colluvion de cailloutis de silex. C’est cette boue carbonatée qui a été notée Fv‑w sur la carte géologique d’Estissac (Monciardini, Pomerol 1981).

62On trouve une seconde entaille dans la craie, déterminant un bed‑rock autour de 110 m NGF. Ce bed‑rock supporte une séquence de dépôts de pente carbonatés passant latéralement vers le sud aux dépôts alluviaux Fy de la Vanne (fig. 170, C : PM 001). De la base au sommet, ces dépôts de pente présentent un ensemble tufacé de 1 m d’épaisseur, suivi de 1,1 m de limon sableux brun‑rouge à graviers, puis de près de 2 m de limon sableux brun‑jaune entrecoupé de trois niveaux de cailloutis. Le tout est coiffé d’un limon argileux brun‑rouge et de cailloutis grossiers sur 1,5 m d’épaisseur.

Données archéologiques

63Les données archéologiques de l’échangeur de Bagneaux‑Vulaines sont relativement limitées. L’abondance et la diversité du matériel récolté lors des prospections, nous ont incité à effectuer une série de sondages à la pelle mécanique sur ce versant exposé au sud. La forte couverture limoneuse reposant sur le substrat crayeux nous permettait d’espérer la découverte de vestiges paléolithiques en position primaire. Mais toutes les pièces (22) proviennent d’une colluvion sous‑jacente à la semelle de labour, qui a également livré des artefacts néolithiques à la même profondeur. Ces pièces proviendraient d’installations situées au sommet de la pente, sur la ligne de crête, où se développe un réseau karstique (dolines). Seule cette crête serait susceptible de contenir des lentilles de couches en place.

64Toutes les pièces sont fortement patinées. Plusieurs sont très gélifractées ou portent nettement des cupules de gel. Sur les vingt‑deux sondages réalisés, sept contenaient des artefacts paléolithiques. L’outillage compte un hachereau, un fragment de limande, un biface subtriangulaire (fig. 171, A) et une petite pointe moustérienne. La méthode Levallois est représentée par un nucléus à éclat préférentiel et cinq éclats. Le reste du débitage est constitué d’éclats divers.

FIG. 171A : matériel lithique du site de Bagneaux/Le Poirier à l’Ours et de Vulaines/Étrat. B : matériel lithique du site de Bagneaux/La Ferme de Mauny.

65Les analyses technotypologiques nous renseignent sur les occupations paléolithiques successives de ce secteur. Nous pouvons distinguer les phases suivantes (d’un point de vue tant chronologique que culturel) :
– Acheuléen supérieur (hachereau, limande et biface à talon et dos partiel) : Ante‑Weichsélien ;
– Moustérien au sens large (débitage Levallois, bifaces et outils) : Weichsélien ancien/Pléniglaciaire ancien ou moyen.

66Ces attributions, réalisées à partir d’un échantillonnage restreint (22 pièces), doivent être considérées avec réserve.

67Le site de Bagneaux/La Ferme de Mauny à fait l’objet de sondages de diagnostic géologique. Deux tranchées de sondage, Tranchée A et Tranchée B, séparées d’environ 325 m, ont été réalisées chacune sur le versant exposé au sud‑est de petites dénivellations modulant le relief du glacis alluvial. Les prospections pédestres avaient livré à l’emplacement où fut creusée la tranchée B, du matériel attribuable au Paléolithique moyen. La séquence stratigraphique identifiée sur ce site est équivalente à celle décrite sur les versants doux des vallons dissymétriques, avec installé sur la craie un cailloutis de silex couvert de limons sableux brun‑rouge à orangé attribué à un Bt de sol interglaciaire Eémien. Cette séquence est couverte de limons sableux brun‑jaune dans lesquels se distingue à leur base un horizon gris attribué au Weichsélien ancien. La Tranchée A a livré 12 pièces du Weichsélien ancien, incluses dans l’horizon‑repère gris. Ce matériel se compose de 3 éclats, 2 lames, 2 nucléus dont 1 informe sur éclat et 1 à lames, 2 éclats retouchés, 1 pointe Levallois retouchée et 2 cassons. Le nucléus à lames présente une gestion de volume du débitage, de type non‑Levallois. Un reste de crête frontale est encore discernable, le plan de frappe est lisse, le débitage unipolaire. Le nucléus a été abandonné après le débitage d’une lame qui, en rebroussant, empêcha la poursuite de la taille (fig. 171, B).

68Les 34 pièces découvertes dans la Tranchée B située à l’ouest de la précédente, se répartissent en trois niveaux :
– niveau I (supérieur), composé de 7 pièces ;
– niveau II, composé de 13 pièces ;
– niveau III, composé de 14 pièces.

69La distinction, dans la partie occidentale de la tranchée, entre les niveaux II et III est cependant peu claire, les pièces présentant une assez forte dispersion verticale à travers des couches plongeant vers l’ouest. Ces deux niveaux archéologiques n’en forment donc peut‑être qu’un seul, en position remaniée. Ni des caractéristiques typotechnologiques, ni la qualité ou l’état du matériel ne permettent d’infirmer ou de confirmer cette hypothèse. Le niveau II est inclus dans l’horizon‑repère gris datable du Weichsélien ancien.

70Parmi les 7 pièces du niveau I, seuls 1 lame (fig. 171, B) et 1 racloir simple convexe présentent un intérêt. La lame, cassée en deux parties retrouvées très près l’une de l’autre, mais avec un écart d’altitude de 25 cm, est très élancée et présente un talon facetté.

71Le matériel archéologique du niveau II se compose de 11 éclats, d’1 éclat retouché et d’1 nucléus unipolaire. Ce niveau est chronostrati-graphiquement comparable au niveau de la Tranchée A.

7210 éclats, 1 lame, 1 racloir et 1 nucléus Levallois forment le matériel du niveau III. Le racloir, simple convexe, présente un amincissement du talon. Le nucléus Levallois fut abandonné après l’enlèvement d’un dernier éclat au bulbe épais, ce qui rendit impossible le réaménagement de la surface de débitage par l’abaissement des convexités latérales.

73Ces deux tranchées ont mis en évidence la présence de sites dans des contextes chronostratigraphiques semblables à ceux de Molinons et Lailly/Beauregard et Tournerie. Les niveaux archéologiques de Bagneaux renferment un matériel comparable à celui de ces trois sites. Le débitage laminaire y est également attesté, ce qui étend la répartition géographique de cette méthode à une bonne partie de la vallée de la Vanne. Aucun des trois niveaux archéologiques de Bagneaux ne renferme cependant suffisamment de matériel pour justifier une attribution culturelle ; tout au plus pouvons‑nous parler de Moustérien au sens large.

5.3.3 Formations superficielles et indices archéologiques du Paléolithique

74L’unité géomorphologique comprise entre Lailly et Bagneaux présente une très grande homogénéité lithostratigraphique. Il est possible de définir pour ce tronçon une séquence lithostratigraphique type, équivalente à celle de Molinons, séquence‑type que nous appelons « sénonaise ». Sous le sol de labour actuel, à l’exception des versants raides des vallées ou des vallons dissymétriques où affleure la craie, nous trouvons un sol brun à structure prismatique épais d’environ 1 m. Ce sol appartient à l’interglaciaire actuel Holocène. Il est superposé à un ensemble limoneux jaune épais de 1 à 1,5 m, présentant, sur sa surface d’érosion, une occupation du Paléolithique supérieur (Magdalénien) et en profondeur, des occupations du Paléolithique moyen. Ces limons sont souvent entrecoupés de lits de graviers de silex. Ils semblent appartenir au Pléniglaciaire moyen ou inférieur. Sous ces limons, on observe un horizon grisâtre limoneux à graviers, de 30 à 50 cm d’épaisseur et très chargé en points noirs de concrétions ferro‑manganiques. Cet horizon gris hydromorphe, qui caractérise les versants doux, est attribué au Weichsélien ancien. Il passe à un horizon racheté jaune‑orangé sur les interfluves. Il correspond donc à un faciès particulier de l’horizon pédologique du Weichsélien ancien, caractéristique des versants doux. Des occupations du Moustérien sont installées sur et dans cet horizon. Certaines coupes présentent sous cet horizon grisâtre un ensemble limoneux ou limono‑sableux jaune à orangé à points noirs et taches grises de quelques dizaines de centimètres d’épaisseur. Cet ensemble correspond à unremaniement de l’horizon argilique Bt du sol de l’interglaciaire Eémien. Des pièces Ethiques du Paléolithique moyen de type Micoquien ont été trouvées dans cet ensemble.

75Un sol brun‑rouge, réticulé et glossique, développé sur limon sableux, occupe la partie inférieure des stratigraphies. Il est parfois séparé des ensembles précédents par une surface d’érosion et très souvent entrecoupé de un à trois niveaux de cailloutis. Cet horizon correspond à une pédogenèse polyphasée pouvant contenir la pédogenèse de l’interglaciaire de l’Eémien, mais aussi des phases du Saalien. Les sédiments contiennent du matériel Ethique du Paléolithique moyen ou du Micoquien sous toute réserve. En général, ce sol repose directement sur un cailloutis de graviers de silex très altérés, mélangé à des sables grossiers quartzeux et d’épaisseur très variable.

76Par ailleurs, un certain nombre de particularités apparaît en fonction des situations topographiques. Tout d’abord, sur les crêtes de vallon se développent systématiquement des poches karstiques. Et en second lieu, le glacis alluvial, le long des vallées de la Vanne et de l’Alain présente à mi‑hauteur (entre 125 m et 120 m NGF) un creusement dans la craie (nappé de dépôts de graviers et de sables alluviaux : nappe alluviale Fv‑w). Ces deux situations topographiques ont permis la conservation d’un ensemble limoneux beige. Cet ensemble peut présenter, dans sa partie supérieure, un horizon brun‑rouge situé sous les sables limoneux brun‑rouge précédents (attribué à la pédogenèse de l’interglaciaire Eémien) très chargé en concrétions manganifères pouvant correspondre à un des sols interglaciaires du Saalien ou antérieur. Cet ensemble peut être séparé par un épais cailloutis de silex. Cet ensemble limoneux antérieur à l’Eémien contient du matériel lithique du Paléolithique moyen de type Acheuléen. Sous toutes ces séquences, un horizon d’argile de décalcification s’insère entre la craie et le cailloutis de base.

  • 3 Des canotages ont été réalisés dans ces tourbes, une analyse palynologique est en cours par Ch. Ler (...)

77Dans la partie inférieure du glacis d’érosion à une altitude de 116 à 115 m NGF, un palier d’érosion est recouvert d’une nappe de cailloutis de silex ou de graviers correspondant probablement à la nappe Fv‑Fw. Au pied du glacis, l’escarpement qui longe les vallées de la Vanne et de l’Alain est nappé d’une formation alluviale de graviers dont le bed‑rock se situe entre 111 m et 105 m NGF (nappe alluviale Fx‑y ou Fy). Le long de la Vanne cette nappe alluviale fait place contre le rebord de l’escarpement à des dépôts limono‑sableux carbonatés mêlés de graviers. Le fond de la vallée de la Vanne et de l’Alain est creusé dans les craies du Coniacien entre 100 m et 96 m NGF. Le bed‑rock est couvert d’un dépôt de graviers crayeux de 2 à 3 m d’épaisseur, puis de sable et limon à passées de graviers sur 5 m d’épaisseur et enfin de 1 à 2 m de tourbe sur toute la largeur de la vallée (nappe Fy et Fz)3.

78Les diagnostics et les fouilles réalisés sur cette unité géomorphologique ont révélé seize niveaux archéologiques du Paléolithique moyen répartis sur six sites. L’absence d’occupations attribuables à l’interglaciaire Eémien est due à l’absence d’ensembles stratigraphiques qui lui appartiendraient en propre. En effet, l’horizon supérieur de l’interglaciaire n’a pas été conservé. Seul l’horizon profond Bt du sol brun‑rouge a laissé une trace sur les sédiments appartenants au Saalien. Pour les niveaux archéologiques plus récents, la distinction entre Pléniglaciaire inférieur ou moyen est impossible à faire. Par contre, il semble possible de distinguer des occupations Micoquiennes juste postérieures à l’Eémien (limon sableux jaune à rouge, remaniement de la partie supérieure du Bt Eémien) et des occupations moustériennes appartenant au Weichsélien ancien (horizon gris). Les niveaux archéologiques des limons beiges sous‑jacents sont réduits à quelques indices.

5.4 Les vallées dissymétriques du Coniacien d’Estissac à Saint‑Germain

5.4.1 Présentation

79Cette unité géomorphologique correspond à une auréole du Crétacé supérieur du Bassin parisien où affleurent les craies du Coniacien. Elle s’étend le long des 21 km de tronçon autoroutier qui lui correspond d’ouest en est de la commune de Vulaines à la vallée du Bétrot, sa limite sud n’étant autre que la vallée de la Vanne.

5.4.1.1 Contexte géologique

Le substratum géologique

80Le substrat est constitué par les assises crayeuses du Coniacien à Micraster decipiens (C4). Il s’agit d’une craie blanche à silex noirs, branchus et/ou aplatis, les rognons de silex de grande taille étant surtout abondants à la base. À l’est, légèrement avant la vallée du Bétrot, apparaissent les assises crayeuses du Turonien supérieur à Micraster leskei (C3c). Elles plongent régulièrement vers le nord‑ouest selon un pendage moyen de 12 pour mille (Monciardini, Pomerol 1981).

Les formations superficielles

81Les formations superficielles recouvrant cette unité des vallées dissymétriques du Coniacien sont de types différents :
– formations tertiaires remaniées, argileuses et argilo‑sableuses (R III) et formations tertiaires résiduelles à silex, argiles et sables (Rs) ; elles sont surtout présentes au niveau des interfluves (Bois de Villemaur, La Ronce) ;
– formations dérivées des terrains tertiaires ; elles regroupent des couvertures limoneuses ou limono‑argileuses (LP), des limons argilo‑sableux à silex (LS), des colluvions alimentées par des formations secondaires et tertiaires sur substrat reconnu (C), des complexes limono‑argileux de bas de versant sur craie (L) et des formations de piedmont (P) ;
– formations dérivées de la craie ; il s’agit de grèzes crayeuses de bas de versant (GP) et de colluvions alimentées par des formations crétacées sur substrat reconnu (Cc) ;
– colluvions diverses de fond de vallon représentées par des colluvions polygéniques argilo‑sableuses et crayeuses (CF) ;
– complexes de versants et de vallées correspondant à des alluvions plus ou moins remaniées (K) sur alluvions anciennes ;
– les alluvions sont, soit anciennes (Fx‑y) avec silex, argiles, sables et granules crayeux, soit actuelles ou subactuelles avec tourbes dans la vallée de la Vanne (Fz).

82La couverture limoneuse des versants de cette unité géomorphologique apparaît en général complexe, avec une épaisseur variant de 2‑3 m (Les Essards) à 5‑6 m (Le Lard). Cette couverture est affectée par endroit par des phénomènes karstiques pouvant conduire à l’apparition de dolines.

5.4.1.2 Contexte morphologique

83Morphologiquement, c’est un plateau crayeux découpé par des vallées sèches s’écoulant du nord ou nord‑ouest vers le sud et la vallée de la Vanne. Les points culminants correspondent à des collines ou interfluves atteignant les 200 m (exemple : le Haut du Roy, le Bois de St‑Benoît, le bois de Villemaur et le Pley). Les vallées sèches, quant à elles, sont situées à des altitudes comprises entre 130 et 150 m. Les versants exposés à l’est sont en général plus doux que les versants ouest, mais les pentes sont néanmoins plus élevées que pour l’unité géomorphologique précédente (vallées dissymétriques du Santonien). En effet, le pendage peut atteindre 10 % à Vulaines/Les Essards et à Villemaur‑sur‑Vanne/Le Lard, et de 4 à 6 % à Villemaur‑sur‑Vanne/Les Hauts de Foucherolles et Les Gossements.

5.4.2 Lithostratigraphie

84Les versants de vallées dissymétriques du Coniacien seront illustrés par trois exemples du tracé autoroutier A5, exemples tirés des campagnes de diagnostic paléolithique.

5.4.2.1 Formations limoneuses de comblement de doline sur un versant exposé au nord‑est : Vulaines/Les Essards

85Sur ce versant raide exposé au nord‑est (X = 695,437 ; Y = 1061,552) ont été effectués des sondages de diagnostic pour vérification d’indices paléolithiques. Ces données ont été couplées à celles de la géotechnique, afin d’obtenir un profil stratigraphique général du versant (fig. 172) (Krier et al. 1991). Hors du contexte de la doline, la craie franche du Coniacien à Micraster decipiens à son contact avec les formations superficielles apparaît sous un faciès désagrégé, recouvert d’une pellicule d’argiles brunes de décalcification d’épaisseur variable. Il y a eu altération mécanique de la craie par le gel, et altération sous couverture filtrante lors de faction karstique, ce qui a facilité l’altération de la craie par décalcification. Le rôle de couverture filtrante a été joué par une couche de limons argileux à cailloutis de silex abondants, résultant de colluvionnements divers sur le versant. Au sommet de ceux‑ci se développent des limons brun‑gris formant le sol actuel.

FIG. 172 – Unité géomorphologique des vallées dissymétriques du Coniacien. Exemple de Vulaines/Les Essards. Profil stratigraphique synthétique

J.D., V.K., V.D. ; V.D. del. / AFAN

86D’après les données récoltées lors du diagnostic, la doline semble atteindre une profondeur voisine de 10 m pour un diamètre estimé de 50 m. Son remplissage consiste en trois types de sédiments. En profondeur se développent des limons sableux brun‑rouge à blocs de silex épars, points de Manganèse et taches grises, plus au cœur de la doline dessables limoneux de teinte jaune‑orangé à orangée et enfin diverses nappes de cailloutis de silex colluvionnés à matrice limono‑sableuse brun‑rouge. Ces sédiments de comblement de la doline sont eux‑mêmes recouverts de niveaux limono‑argileux brun‑foncé à rares cailloutis ou sans cailloutis de silex, et enfin de limons brun‑gris. Une coupe stratigraphique de la doline a permis d’observer l’effondrement des dépôts vers le cœur de la doline, c’est‑à‑dire la dynamique réelle de la structure karstique. En effet, un décrochement syn‑sédimentaire a mis au contact les limons sableux brun‑rouge et les sables limoneux orangés. Le plan du décrochement est nettement visible, souligné par un niveau argileux gris quasi vertical. L’effondrement s’effectue par glissement le long de ce plan de faille.

87Ce décrochement, accompagné du plongement des niveaux de cailloutis témoigne d’un enfoncement progressif des dépôts par soutirage vers le cœur de la doline, et en même temps d’une poursuite de son comblement. Les sédiments de comblement sont en majorité affectés par des phénomènes pédologiques : taches verticales grises typiques d’un horizon à glosses dans les limons sableux brun‑rouge et les sables limoneux orangés, et concrétionnements ferro‑manganiques témoins d’hydromorphie dans les limons sableux brun‑rouge.

88L’ensemble de ces dépôts est difficilement datable en l’absence totale d’éléments corrélables avec les autres stratigraphies. De plus, malgré quelques pièces Ethiques retrouvées en prospection de surface, aucune pièce paléolithique n’a été repérée lors de ces sondages.

5.4.2.2 Formations limoneuses en sommet d’interfluve : Villemaur‑sur‑Vanne/Les Hauts de Foucherolles

Présentation

89Il s’agit d’une butte culminant à 190 m NGF, située en rive droite de la Vanne. Sur le bas du flanc est de cette butte a été découvert le site néolithique des minières à silex de Villemaur‑sur‑Vanne/Le Grand Bois Marot (Labriffe, Thébault 1992). Au pied de ce même versant apparaît un vallon sec qui s’étend de Pâlis à la vallée de la Vanne près de Villemaur‑sur‑Vanne. L’ensemble des sondages de diagnostic a permis la réalisation d’un profil stratigraphique général de l’interfluve (fig. 173) (Deloze et al. 1991). La série rencontrée n’a pas révélé la présence d’horizon‑diagnostic clairement exprimé, contrairement aux séries stratigraphiques de Molinons et des sites de Lailly. Le toit du substratum coniacien n’a pas été atteint par ces sondages à 5 m de profondeur, mais il a pu être estimé grâce aux données géotechniques. Quant à la couverture sus‑jacente, elle peut se subdiviser en cinq grands ensembles.

Données stratigraphiques

90L’ensemble I correspond aux limons brun‑gris et limons bruns du sol brun lessivé holocène. Des pièces lithiques du Néolithique et du Paléolithique moyen y ont été découvertes. L’ensemble II regroupe des limons sableux brun clair à brun‑rouge‑orangé où apparaissent des lits de cailloutis de colluvionnement. Au niveau des PM 007 et 004 (fig. 173) est apparu un horizon argilique légèrement grisâtre, trace d’un sol ancien préservé uniquement sur ce versant orienté à l’est. Au sommet de cet ensemble des pièces paléolithiques ont été retrouvées. Il s’agit donc d’un complexe polyphasé de colluvions regroupant le Weichsélien.

FIG. 173 – Unité géomorphologique des vallées dissymétriques du Coniacien. Exemple de Villemaur‑sur‑Vanne/Les Hauts de Foucherolles. Profil stratigraphique synthétique

V.D., V.K. ; V.D. del. / AFAN

91Sous les dépôts précédents se présentent un ensemble III de dépôts limoneux à tendance argileuse, formant une sorte de grande lentille développée au sommet du Haut des Foucherolles. Un horizon de sol hydromorphe a été conservé cette fois vers la partie ouest de l’interfluve. Ces dépôts à tendance lœssique peuvent se rattacher au Saalien et les paléosols à des événements pédologiques éémiens sensu lato.

92L’ensemble IV est constitué de dépôts limono‑sableux brun‑rouge à cailloutis de silex grossier recouvrant les craies du Santonien (ensemble V).

93Des indices de gisement paléolithique avaient été révélés par prospection pédestre. 19 artefacts en silex ont été découverts lors des sondages. Le silex est gris clair à inclusions gris foncé et patiné en blanc. Ce matériau est d’origine locale. 2 pièces sont en silex marron à cortex brun‑beige, d’origine indéterminée.

Données archéologiques

94Le matériel lithique comprend 11 éclats, 4 rognons testés, 2 cassons, 1 nucléus et 1 racloir. 5 des 11 éclats sont corticaux ; 1 est laminaire. Si un éclat débordant est attesté, aucun éclat Levallois ne fut mis au jour, de même qu’aucun nucléus de ce type (un éclat Levallois fut cependant découvert lors des prospections de surface). Le racloir, de forme triangulaire présente une retouche semi‑abrupte sur ses trois côtés. L’absence de toute pièce discriminante empêche une attribution culturelle précise. De plus, seul un éclat débordant attestait un débitage Levallois. Cependant, la présence d’un racloir de belle facture, de même que l’aspect général du débitage, rattachent cet ensemble au Paléolithique moyen au sens large. Le colluvionnement des dépôts interdit cependant la présence de niveaux d’occupations en place.

5.4.2.3 Formations limoneuses de versant doux orienté à l’est et de fond de vallon : Villemaur‑sur‑Vanne/Le Lard et Les Gossements

Présentation

95Ce versant est d’une butte culminant à 196,5 m NGF descend régulièrement de 195 à 127,5 m NGF jusqu’au petit vallon sec du Fond de Puiseaux qui aboutit vers le sud à la vallée tourbeuse de la Vanne. Une douzaine de sondages y a été réalisée, conduisant au profil stratigraphique général du versant (fig. 174) (Deloze et al. 1991).

FIG. 174 – Profil stratigraphique général de Villemaur‑sur‑Vanne/Le Lard et Les Gossements. Dépôts de versant doux de vallée dissymétrique. 1 limon brun‑gris, 2 limon lité et sable, 3 limon à granules de craie, 4 limon orangé à brun foncé, 5 limon beige, 6 limon sableux, 7 cailloutis de silex, 8 craie

V.D., V.K. ; V.D. del. / AFAN

Données stratigraphiqties

96Il se dégage ainsi huit ensembles stratigraphiques :
– ensemble 1 : il s’agit d’un sol brun lessivé Holocène développé sur limons, recouvrant tout le versant sur une épaisseur variant de 30 à 90 cm ;
– ensemble 2 : les couches composant cet ensemble ne nous sont apparues qu’au pied du versant dans le vallon du Fond de Puiseaux ; il s’agit essentiellement de limons parfois lités et de sables à petits granules de craie recouvrant des alluvions résultant de phases actives du cours d’eau occupant autrefois le vallon ;
– ensemble 3 : il est représenté par une grèze crayeuse de bas de pente observée uniquement dans le PM 006, juste avant le vallon ; c’est un limon beige à granules de craie et cailloutis mêlés, piégé au niveau d’une rupture de pente du substrat qui passe rapidement à cet endroit d’une altitude de 132 à 127 m NGF ; les sédiments de ces ensembles 2 et 3 sont d’origine périglaciaire et se seraient mis en place du Weichsélien récent au Tardiglaciaire ;
– ensemble 4 : il s’agit d’un séquence limoneuse, où s’intercalent parfois quelques cailloutis de colluvionnement, présente sur tout le versant à l’exception du fond de vallon ; d’épaisseur variable, ces limons probablement du Weichsélien sont d’origine éolo‑colluviale ;
– ensemble 5 : c’est presque à mi‑pente qu’a été observée la plus forte épaisseur de dépôts superficiels ; on y note la présence d’une rupture de pente du substratum où a pu se piéger une lentille limono‑argileuse entrecoupée de lits de cailloutis colluviés ;
– ensemble 6 : localement, juste avant le sommet du versant apparaît une lentille de sédiment limoneux assez sableux sur une épaisseur de 2 m, lentille que l’on peut rattacher au piégeage de limons éoliens et de sables tertiaires, colluviés et remaniés ;
– ensemble 7 : il regroupe un épais cailloutis de silex grossier, des limons rouges à silex, des sables grossiers brun‑rouge et des argiles brun‑chocolat de décalcification de la craie ; toutes ces formations résultent de phases de démantèlement et d’altération du substrat crayeux ;
– ensemble 8 : il s’agit du substratum crayeux du Coniacien, souvent altéré en surface à son contact avec les formations superficielles sus‑jacentes ; le toit de ce substratum passe de 169 à 127 m NGF en formant un versant irrégulier et marqué par deux paliers, à 150 et 132 m NGF.

Données archéologiques

97L’état très colluvié de ces dépôts interdit la présence de niveaux d’occupation datés du Paléolithique moyen en place. On notera toutefois qu’au bas du versant et dans Le Fond de Puiseaux a été découvert et fouillé un habitat du Bronze final IIIb, avec niveaux de destruction en place (Deffressigne 1991).

98Les sondages ont livré le matériel suivant : 5 éclats, 4 éclats corticaux, 2 éclats débordants, 1 éclat Levallois, 3 nucléus, 2 nucléus Levallois, 1 fragment de biface, 1 rabot. Un des éclats corticaux présente une retouche abrupte aménageant un court front convexe. Le rabot, façonné sur un éclat cortical, présente un front assez large aménagé par retouches semi‑abruptes. Le fragment de biface (une pointe) est de facture moyenne, le silex utilisé étant d’assez mauvaise qualité. Malgré le petit nombre d’artefacts, la présence d’un biface et d’un rabot plaide pour l’attribution de cet ensemble au Paléolithique moyen au sens large.

5.4.3 Formations superficielles et indices archéologiques

99L’ensemble des versants testés sur cette unité des vallées dissymétriques du Coniacien a révélé quelques indices de présence des Paléolithiques. Ainsi, malgré l’absence de niveaux en place, le matériel lithique découvert nous a donné une information intéressante sur l’occupation systématique de ces versants par les populations du Paléolithique moyen. Les résultats obtenus sur cette unité géomorphologique sont à rapprocher de ceux de l’unité précédente située entre Lailly et Vulaines. Ces deux unités semblent être très semblables. En effet, elles sont caractérisées par une succession de vallons dissymétriques creusés dans les formations crayeuses dont les versants doux sont nappés de formations limoneuses et les interfluves marqués par des phénomènes karstiques. Par contre, les résultats obtenus sur cette unité divergent complètement de ceux obtenus précédemment. Ainsi, les formations limoneuses ne présentent pas d’horizon‑diagnostics et corrélativement pas plus de niveau archéologiques du Paléolithique moyen en place malgré la présence d’indices lithiques.

100Cette situation est probablement liée à un problème de taphonomie des niveaux archéologiques et des horizon‑diagnostics conséquence d’une morphologie très légèrement différente d’une unité à l’autre. En effet, les pentes des versants doux des vallons dissymétriques sont plus importantes, de 4 à 10 %, que celles de l’unité précédente de 3 à 7 %. Cette accentuation de la pente a dû favoriser les phénomènes de colluvion et de solifluxion provocant une homogénéisation et un remaniement des profils.

5.5 Les vallées dissymétriques du Turonien

5.5.1 Présentation

101Cette unité géomorphologique, recoupée sur 6 km, s’étend de la vallée du Bétrot à l’ouest jusqu’au début de la plaine de Troyes à l’est. Elle correspond à l’intersection entre l’extrémité est du Plateau sénonais, le nord de la forêt d’Othe et la plaine de Troyes.

5.5.1.1 Contexte géologique

102Le substratum est représenté par les assises crayeuses du Turonien supérieur à Micraster leskei (C3), en contact à l’ouest avec le Coniacicn (C4) et l’est avec le Cénomanien (C1‑2). Le Turonien supérieur correspond à une craie blanche argileuse à silex branchus en bancs et à silex noirs dispersés. L’ensemble de ces assises crayeuses plonge régulièrement vers le nord‑ouest selon un pendage moyen de 12 pour mille (Monciardini, Pomerol 1981). Les formations recouvrant ces versants à substratum turonien sont de deux types : formations tertiaires sur les sommets des point‑hauts ou des plateaux, et formations de couverture diverses sur les pentes et au pied de celles‑ci. Les formations tertiaires se subdivisent en formations argileuses et argilo‑sableuses partiellement remaniées (RIII) et en formations résiduelles à silex, argiles, sables et silex abondants (Rs). Sur les pentes et à leurs pieds se retrouvent des colluvions et grèzes dérivées pour l’essentiel de la craie, des colluvions de fond de vallon, des complexes de versants et de vallées, des alluvions dans les vallées et des formations diverses dérivées pour l’essentiel des terrains tertiaires.

5.5.1.2 Contexte morphologique

103Morphologiquement, cette unité correspond à l’extrémité est des plateaux crayeux avec des point‑hauts culminant parfois à plus de 250 m. Plus à l’est, ce plateau est bordé par une cuesta abrupte où les altitudes descendent régulièrement vers la plaine de Troyes jusqu’à atteindre 117 m NGF environ, dans le fond de vallée de la Seine à l’extrémité du tracé autoroutier A5. Au niveau de la commune de Saint‑Germain se développe ainsi une crête constituant une ligne de partage des eaux. À l’ouest de cette ligne s’écoulent vers l’ouest la Vanne et ses affluents, de l’autre côté les eaux s’écoulent vers le nord‑est pour se jeter dans la Seine.

5.5.2 Lithostratigraphie : formations limoneuses et formations de pente sur un versant raide de la Vanne face au nord‑ouest : Fontvannes/Le Bas du Fort Miroir

5.5.2.1 Présentation

104Cette unité géomorphologique sera illustrée par un seul exemple de séquence stratigraphique, celle du gisement paléolithique de Fontvannes/Le Bas du Fort Miroir (Seara et al. 1992) (X = 714,82 ; Y = 1064,75). Ce dernier apparaît à une altitude voisine de 160 m NGF sur le versant exposé au nord d’un éperon crayeux culminant à 237 m NGF. Cet éperon est bordé au sud‑ouest par un petit affluent de la Vanne et au nord par la Vanne elle‑même. La source de cette dernière se place au pied du versant du Bas du Fort Miroir à une altitude de 148 m NGF. Sur plus de 800 m de long d’ouest en est, ce versant présente une pente assez régulière descendant du sud vers le nord, alors que d’ouest en est apparaît une succession de dépressions et de point‑hauts, le site paléolithique supérieur et moyen étant placé sur l’un de ces point‑hauts.

105Les corrélations stratigraphiques effectuées entre les quatre relevés de coupe de Fontvannes/Le Bas du Fort Miroir ont permis de distinguer dix‑sept niveaux stratigraphiques différents. Ces derniers ne sont pas tous retrouvés systématiquement sur le versant du Bas du Fort Miroir, la stratigraphie originelle ayant été fortement perturbée par des phénomènes de géliturbation, mais aussi de glissement en loupe ou en lentille sur la forte pente de 5,6 %. Ces phénomènes de gel et de glissement ont aussi énormément influencé la conservation des niveaux paléolithiques moyen et supérieur, qui n’ont jamais été retrouvés de manière uniforme sur l’ensemble des décapages.

5.5.2.2 Données stratigraphiques

106Du bas vers le haut de la séquence stratigraphique de la tranchée T. 004 (fig. 175) se distingue tout d’abord le sommet du substrat crayeux (17) du Turonien supérieur. Ce dernier est surmonté d’un mélange de gélifract de craie et de cailloutis de silex (16) résultant d’altération et de géliturbation. De petites poches de géliturbation développées dans ce mélange renferment un limon brun clair (15) ; des poches ou involutions d’origine gélive ou karstique de plus grande ampleur sont comblées par un gros cailloutis de silex à matrice argileuse brun‑rouge (14).

FIG. 175 – Profil stratigraphique de la tranchée T 004 du site de Fontvannes/Le Bas du Fort Miroir. Dépôts dans des poches karstiques et de géliturbation en bordure de versant crayeux. 1 limon brun‑gris Ap, 2 sol brun‑rouge lessivé, 3 cailloutis de glacis d’érosion, 4567 dépôts limoneux du Plén (glaciaire supérieur, 891011 dépôts limoneux du Pléniglaciaire moyen et inférieur, 1213 horizon noir décarbonaté sur limon ou cailloutis, 14 cailloutis de silex, 15 limon brun clair dans poche de géliturbation, 1617 gélifracts de craie et cailloutis de silex altérés et géliturbés

V.D., V.K. ; V.D. del. / AFAN

107Dans la partie est de la tranchée 004, il a été retrouvé un horizon noir décarbonaté développé sur limons (12) ou sur cailloutis (13). Il s’agit de la phase de pédogenèse la plus ancienne rencontrée dans cette séquence stratigraphique. Au‑dessus de cet horizon se place un ensemble de dépôts limoneux présent de façon très irrégulière. La base de cet ensemble limoneux est constituée par des limons carbonatés à granules de craie (11) retrouvés en poches ou lentilles dans la partie ouest de T. 004. Les limons sus‑jacents sont plutôt décarbonatés (10), mais plus épais (exemple de la partie est de T. 004). L’horizon carbonaté taché de rouge et de noir (9) apparaît en lambeaux et légèrement géliturbé. Cet ensemble de dépôts limoneux se termine par un horizon argilique décarbonaté de teinte rouge à brun foncé (8), avec une partie inférieure parfois très compactée (8b). Ce limon (8) contenait les quelques pièces du Paléolithique moyen rencontrées sur le site. Un autre ensemble de dépôts limoneux est superposé au précédent. Il s’agit d’un ensemble totalement carbonaté à nombreux petits granules de craie et parfois cailloutis de silex gélif (5) où se distinguent vers le bas deux horizons brun foncé (7), mais aussi des couches constituées uniquement de petits granules de craie (6). Vers le sommet, on note la présence d’un horizon argilique sur limon carbonaté (4). Dans T. 004, un petit cailloutis d’érosion de glacis (3) recouvre tous ces dépôts excepté vers la partie est. Au‑dessus de ce petit cailloutis se développe un ensemble limoneux de teinte brun‑rouge (2) correspondant à un sol brun‑rouge lessivé, lequel contenait les pièces du Paléolithique supérieur du gisement. Il est à noter que cet horizon brun‑rouge n’était pas présent partout uniformément sur le versant. Avec les limons brun‑gris du sol actuel (1), cet horizon brun‑rouge correspond à la dernière pédogenèse de la séquence de Fontvannes/Le Bas du Fort Miroir.

108L’interprétation chronostratigraphique de cette séquence complète de Fontvannes/Le Bas du Fort Miroir est délicate, et doit être considérée avec toutes les résolves nécessaires au regard de l’absence d’éléments fiables de datation. Il nous semble toutefois possible de rattacher l’horizon noir décarbonaté développé sur limons (12) ou sur cailloutis (13) au Weichsélien ancien (sol humifère ?). De fait, les dépôts de cailloutis sous‑jacents (14) dateraient de l’Eémien et les dépôts limoneux du Saalien (15).

  • 4 Ces attributions chronostratigraphiques sont à confirmer par l’analyse d’une colonne palynologique (...)

109La séquence limoneuse (couches 8 à 11) superposée à l’horizon noir Weichsélien ancien semble correspondre au Pléniglaciaire moyen et inférieur, l’horizon argilique décarbonaté (8) relevant vraisemblablement d’une pédogenèse tempérée. Le Pléniglaciaire supérieur regroupe des dépôts limoneux (4 à 7), avec une pédogenèse peu développée de sol froid à la base (horizon 7). Ces dépôts du Pléniglaciaire supérieur sont séparés de la séquence Holocène (couches 1 et 2) par un petit cailloutis d’érosion de glacis (3)4.

5.5.2.3 Données archéologiques

110Les sondages de diagnostic ont fourni du matériel archéologique du Paléolithique moyen dans les couches (8) et du début du Paléolithique supérieur dans la couche (2). Ces niveaux se concentrent tous dans les creux des poches de géliturbation qui ont permis leur préservation lors des phases d’érosion postérieures. Le Paléolithique moyen se résume à quelques pièces éparses, mais aucun mélange avec des pièces du Paléolithique supérieur n’a été constaté. Compte tenu des importantes variations latérales des dépôts et de l’isolement des pièces, il est impossible de parler de niveau ou de définir une position stratigraphique précise. Certaines pièces proviennent du limon argileux jaune, d’autres du cailloutis siliceux de base. Le Paléolitique moyen est réparti uniformément sur toute la surface du décapage. La série comprend 15 pièces : 2 nucléus Levallois, 5 éclats Levallois, 2 racloirs et 6 bifaces. Les racloirs sont simples sur support Levallois. 1nsistons sur le nombre important de bifaces sans qu’il soit possible d’y apporter une quelconque explication. 4 exemplaires sont cordiformes piano‑convexes, un cordiforme piano‑convexe (la retouche étant plus particulièrement localisée sur la face convexe) et un subtriangulaire biconvexe (fig. 176). Cet ensemble se rapporte à un Moustérien largement présent dans la vallée de la Vanne.

FIG. 176 – Matériel lithique du site de Fontvannes/Le Bas du Fort Miroir

F.S. del. / AFAN

5.5.3 Formations superficielles et indices archéologiques

111Le faible nombre de données recueillies le long de cette unité ne permet pas de définir un contexte stratigraphique global. Il est en revanche important de souligner la possibilité de conservation d’indices ou même de niveau archéologique du Paléolithique moyen dans des structures géologiques de versant raide sur substrat crayeux. Ces structures correspondent à de vastes poches de géliturbation comblées de limon crayeux, remontant au Pléniglaciaire moyen ; à condition d’avoir été épargnées par la phase générale d’érosion à la transition du Pléniglaciaire moyen et supérieur. Ce type de situation géomorphologique n’est pas unique dans la région (Connet et al. 1992) et doit se rencontrer sur toutes les unités précédemment décrites.

Notes

1 Ces sondages ont permis aussi de dresser une carte de répartition des sols (Krier à paraître).

2 Mais également, dans un cas, des indices du Paléolithique supérieur, par deux fois du Néolithique, également deux indices protohistoriques et un indice de la période gallo‑romaine.

3 Des canotages ont été réalisés dans ces tourbes, une analyse palynologique est en cours par Ch. Leroyer (Centre national de Préhistoire) ainsi que des datations 14C.

4 Ces attributions chronostratigraphiques sont à confirmer par l’analyse d’une colonne palynologique dont l’étude est en cours.

Table des illustrations

Légende FIG. 167A : coupe synthétique de la stratigraphie du site de Gisy‑les‑Nobles/Le Grand Verrier. Dépôts de karst et de versant de vallon dissymétrique. 1 limon argileux brun foncé ; 2 cailloutis de silex dans limon argileux brun foncé ; 3 limon à débris crayeux brun clair‑jaune, a brèche crayeuse, b passée de débris de craie et de blocs de silex, c avec cailloutis de silex ; 4 limon fin jaune à horizon décalcifié ; 5 limon sableux brun‑rouge, a passée de débris de craie, b passée de débris de craie et de blocs de silex, c avec cailloutis de silex ; 6 limon sableux rouge ; 7 craie ; ▲ industrie lithique. B : relevé stratigraphique de la coupe PM 003 du site de Serbonnes/Le Revers de Brossard. Dépôts de versant crayeux de vallon dissymétrique. 1 limon à cailloutis de silex, horizon Ap, 2 limon à cailloutis de silex, horizon à pseudomycélium de calcite, 3 poche de géliturbation comblée de limon jaune à blocs de silex, 4a limon crayeux parsemé de blocs de silex et présentant des figures de gel, 4b assise crayeuse à multiples bancs de silex. C : relevé stratigraphique de la coupe PM 001 du site de Michery/Vallée des Tournantes. Dépôt de fond de vallée. 1 limon brun foncé Ap, 2 limon brun lité à pseudomycélium de calcite, 3 limon sableux Iité, 4 limon brun, 5 limon sableux Iité, 6 limon sableux Iité, 7 sable gris, 8 sable limoneux, 9 limon argileux brun foncé mélangé à des rognons de silex, 10 limon sableux jaune à graviers de silex, 11 horizon gris hydromorphe, 12 limon argileux brun foncé mélangé à des rognons de silex, 13 et 14 graviers et cailloutis de silex dans des limons bruns foncés. D : unité géomorphologique du Plateau sénonais sud. Dépôt en surface du plateau. Profil stratigraphique synthétique de Voisines/Les Naisonnes
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/40448/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Légende FIG. 168 – Carte géomorphologique simplifiée du bassin versant de la vallée de la Vanne.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/40448/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende FIG. 169 – Relevé stratigraphique de la coupe CP019 d’une poche karstique sur le site de Lailly/Le Domaine de Beauregard. 1 limon brun‑gris Ap, 2 limon argileux brun‑rouge à structure prismatique, 3 limon sableux brun‑orangé à points noirs contenant un niveau archéologique du Paléolithique moyen, 4 limon sableux brun‑orangé à graviers de silex, 5 cailloutis de silex, 6 limon sableux rouge entrecoupé d’un cailloutis de silex à revêtement noir, 7 structure tassée à fragipan contenant du matériel lithique du Paléolithique moyen dans la partie haute et sur le cailloutis, 8 limon argileux brun‑gris, 9 cailloutis de silex, 10 limon brun‑rouge à points noirs mélangé à des poches de cailloutis, 11 cailloutis de silex très fragmenté et très altéré épais de 1 m colmatant les creux karstiques de la craie
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/40448/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende FIG. 170A : unité géomorphologique des vallées dissymétriques du Santonien. Profil stratigraphique général du versant de Lailly/ Le Fond de la Tournerie. 1 sol brun holocène, la limon à granules de craie, 1b colluvions de fond de vallon, 2 sol humifère de la fin du Tardiglaciaire, 3 limons carbonatés du Tardiglaciaire ou Pléniglaciaire supérieur, 4 limons jaunes du Pléniglaciaire inférieur, 5 sol gris du Weichsélien ancien, 6 horizon Bt profond orangé, Interglaciaire Eémien s.s., 7 horizon brun‑rouge Bt remanié (Interglaciaire Saalien) sur limon beige (Pléniglaciaire du Saallen), 8 cailloutis de silex gélifractés, 9 horizon d’argiles brunes de décalcification, 10 substrat crayeux du Santonien. B : unité géomorphologique des vallées dissymétriques du Santonien. Site paléolithique de Lailly/Le Domaine de Beauregard. Profil stratigraphique du bas du versant et du fond de vallée, la limon vaseux et horizon hydromorphe, 1b sol brun prismatique, 2a limons colluviés, sol brun décarbonaté et limons carbonatés, 2b tourbes, vases tourbeuses, limons, sables et graviers sableux, 3 limons jaunes, 4 nappe alluviale, 5 cailloutis de silex, 6 altération et géliturbation de la craie, 7 substrat crayeux. C : coupe stratigraphique synthétique du site de Bagneaux/Le Poirier à l’Ours et de Vulaines/Etrat.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/40448/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende FIG. 171A : matériel lithique du site de Bagneaux/Le Poirier à l’Ours et de Vulaines/Étrat. B : matériel lithique du site de Bagneaux/La Ferme de Mauny.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/40448/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 238k
Légende FIG. 172 – Unité géomorphologique des vallées dissymétriques du Coniacien. Exemple de Vulaines/Les Essards. Profil stratigraphique synthétique
Crédits J.D., V.K., V.D. ; V.D. del. / AFAN
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/40448/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Légende FIG. 173 – Unité géomorphologique des vallées dissymétriques du Coniacien. Exemple de Villemaur‑sur‑Vanne/Les Hauts de Foucherolles. Profil stratigraphique synthétique
Crédits V.D., V.K. ; V.D. del. / AFAN
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/40448/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende FIG. 174 – Profil stratigraphique général de Villemaur‑sur‑Vanne/Le Lard et Les Gossements. Dépôts de versant doux de vallée dissymétrique. 1 limon brun‑gris, 2 limon lité et sable, 3 limon à granules de craie, 4 limon orangé à brun foncé, 5 limon beige, 6 limon sableux, 7 cailloutis de silex, 8 craie
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/40448/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende FIG. 175 – Profil stratigraphique de la tranchée T 004 du site de Fontvannes/Le Bas du Fort Miroir. Dépôts dans des poches karstiques et de géliturbation en bordure de versant crayeux. 1 limon brun‑gris Ap, 2 sol brun‑rouge lessivé, 3 cailloutis de glacis d’érosion, 4567 dépôts limoneux du Plén (glaciaire supérieur, 891011 dépôts limoneux du Pléniglaciaire moyen et inférieur, 1213 horizon noir décarbonaté sur limon ou cailloutis, 14 cailloutis de silex, 15 limon brun clair dans poche de géliturbation, 1617 gélifracts de craie et cailloutis de silex altérés et géliturbés
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/40448/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende FIG. 176 – Matériel lithique du site de Fontvannes/Le Bas du Fort Miroir
Crédits F.S. del. / AFAN
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/40448/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 129k

Auteurs

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search