Version classiqueVersion mobile

L’environnement des églises et la topographie religieuse des campagnes médiévales

 | 
Michel Fixot
, 
Elisabeth Zadora-Rio

Chapitre 2. Lieux de culte et peuplement rural

2.9. L’église et le regroupement de l’habitat en Anjou aux xie et xiie s

2.9 The church and the settlement reorganization in Anjou from the XIth to the XIIth century

Elisabeth Zadora‑Rio

Résumé

Les sources écrites des xiexiie s. permettent de suivre, en Anjou, le rôle croissant joué par l’Église dans le regroupement de l’habitat. La première phase est représentée par les agglomérations fortifiées construites par les comtes d’Anjou entre la fin du xe s. et 1060. La deuxième phase, la plus importante, est constituée par les fondations de bourgs qui datent principalement de la seconde moitié du xie s. Elles sont liées à la réforme grégorienne et à la multiplication des prieurés ruraux. La troisième phase est représentée par la création, par l’évêque, ou des établissements monastiques, dans la première moitié du xiie s., de villages neufs, désignés par le terme cimiterium, qui s’apparentent aux sauvetés du Midi aquitain.

Texte intégral

Abréviation

1ADML : archives départementales du Maine‑et‑Loire.

2Les sources écrites permettent d’identifier en Anjou trois phases de regroupement de l’habitat, d’importance très inégale, dans lesquelles l’Église joue un rôle croissant.

2.9.1 Le réseau des castra comtaux

  • 1 L’église Saint‑Germain et les églises du castrum de Montfaucon sont mentionnées dans une carte de l (...)
  • 2 Information de M. Célestin Pasquier, historien de Montfaucon.

3La première entreprise de concentration délibérée du peuplement rural dont les sources écrites ont conservé la trace est la mise en place du réseau de places fortes fondées par les comtes d’Anjou entre la fin du xe et le milieu du xie s. Bon nombre d’entre elles paraissent avoir été conçues d’emblée comme des agglomérations fortifiées à caractère semi‑urbain, dotées, dès leur création, d’un marché ou d’une foire et d’une organisation religieuse complexe comprenant deux églises au moins, l’une à l’usage du château, l’autre destinée aux habitants de l’enceinte extérieure. Sur les 14 fortifications dont la fondation est attribuée à Foulque Nerra et Geoffroi Martel dans la première moitié du xie s., 8 au moins entrent dans cette catégorie (Zadora‑Rio 1979a). Leur construction a entraîné dès l’origine la création d’une nouvelle paroisse : à l’occasion d’un procès relatif au château de Durtal, le comte Geoffroi Martel a rappelé qu’en vertu de la Coutume d’Anjou le terrain inclus à l’intérieur de l’enceinte des forteresses comtales devait être soustrait aux paroisses environnantes et attribué à l’église castrale (Cart. St.‑Aubin, no 306). Ces créations nouvelles qui ont généralement été fondées sur le territoire de curtes antérieures, à une distance de 1 à 2 km du centre paroissial primitif, s’accompagnent d’un perchement de l’habitat qui rappelle l’incastellamento des pays méditerranéens. Ces paroisses castrales ont souvent survécu jusqu’à l’Epoque moderne sous la forme de communes minuscules : ainsi, par exemple à Montfaucon, où le castrum a été construit vers 1026 par le comte Foulque Nerra sur un site perché, à une distance de 2 km environ du centre paroissial primitif de Saint‑Germain‑sur‑Moine (fig. 1). Deux églises au moins y ont été construites, l’une sous le vocable de Saint‑Jacques, l’autre sous celui de Notre‑Dame. Cette dernière a disparu mais son emplacement est connu (fig. 1)1. Une motte castrale subsiste au sommet de la colline et le parcellaire a conservé le tracé de plusieurs enceintes. La première est concentrique à la motte ; la seconde, soulignée par la voirie au sud‑est de la motte, englobe l’église Saint‑Jacques, mais laisse à l’extérieur l’église Notre‑Dame. Elle représente vraisemblablement la basse‑cour du château. Une troisième enceinte, qui rejoint à l’est le fossé de la basse‑cour, entoure l’ensemble de l’agglomération et forme encore, sur une bonne partie de son tracé, la limite de la commune de Montfaucon ; son fossé a été comblé il y a quelques dizaines d’années2. L’existence d’une quatrième enceinte est attestée par un fossé, encore profond actuellement, qui part de l’enceinte de la motte et rejoint, presque à angle droit, le fossé de l’agglomération. En raison du caractère abrupt de cette jonction, on serait tenté de voir dans cette quatrième ligne de fossé un élément plus tardif, correspondant à un rétrécissement de la fortification primitive, mais seule une fouille permettrait d’établir avec certitude la chronologie relative de ces deux enceintes. Le dispositif fortifié était complété par deux mottes secondaires qui ont été détruites au xviiie s. (Bodin 1821, I : 16), mais dont l’emplacement est encore indiqué par les toponymes de Motte Rétive et de Place de la Motte. Elles étaient situées toutes les deux sur le pourtour de l’enceinte de l’agglomération, la première à l’extrémité est de la basse‑cour, la seconde au sud‑ouest de l’église Notre‑Dame, au‑dessus du confluent de la Moine et de l’Aiguefou.

FIG. 1 – Montfaucon‑sur‑Moine (Maine‑et‑Loire).

Laboratoire de cartographie de l’université de Tours del.

  • 3 Une notice du Cartulaire Saint‑Aubin d’Angers (no LXXXV) indique que le comte Geoffroi Grisegonelle (...)
  • 4 Le mur nord de l’église Saint‑Hilaire est encore représenté sur la couverture du Bulletin paroissia (...)

4Le château de Vihiers a été construit par Foulque Nerra dans le premier quart du xie s., sur le territoire d’une villa du domaine comtal. Le comte autorisa l’abbé de Saint‑Jouin‑de‑Marnes à construire deux églises dans le castrum, l’une sous le vocable de Notre‑Dame‑et‑Saint‑Jouin, l’autre dédiée à Saint‑Hilaire (Cart. St.‑Jouin : 19)3. Le monopole des sépultures fut attribué à Notre‑Dame‑et‑Saint‑Jouin qui devint l’église paroissiale du castrum, tandis que l’église Saint‑Hilaire était réservée aux habitants du château (Cart. St.‑Jouin : 22). Si les vestiges de l’église Notre‑Dame sont encore visibles actuellement, l’église Saint‑Hilaire a disparu mais son emplacement peut être localisé au confluent de la Lys et du Retruette (fig. 2)4. La motte du château subsiste encore sur une avancée du plateau dont la racine a été coupée par un profond fossé (fig. 2). Le parcellaire du cadastre napoléonien a fossilisé le tracé des fortifications du château ainsi que celui de l’enceinte de l’agglomération, qui a approximativement la forme d’un triangle, dont la base mesurerait 250 m et la hauteur 350 m. Le fait que l’église Notre‑Dame soit située presque à l’extrémité de l’enceinte semble indiquer que ce tracé correspond à l’emprise initiale du casotrum. L’extension sur la rive droite de la rivière date du deuxième quart du xiie s. : en 1125, le comte Foulque le Jeune, désireux d’agrandir le castrum (castrum de Viheris amo plians), créa à l’extérieur un champ de foire et fit construire une nouvelle église dédiée à Saint‑Nicolas, qu’il donna à l’abbaye Saint‑Jouin‑de‑Marnes et qu’il plaça sous la dépendance de l’église paroissiale Notre‑Dame et Saint‑Jouin (Cart. St.‑Jouin : 32). Le parcellaire a conservé là encore le tracé d’une enceinte de plan quadrilatéral qui englobe l’église Saint‑Nicolas et dont le centre est occupé par la place du marché et les halles. Ce nouveau quartier fortifié est séparé du castrum primitif par la vallée.

FIG. 2 – Vihiers (Maine‑et‑Loire).

Laboratoire de cartographie de l’université de Tours del.

  • 5 Autres exemples de démembrements paroissiaux en relation avec la construction de forteresses comtal (...)

5Comme Montfaucon, Vihiers constitue une minuscule paroisse, démembrée de celle de Saint‑Hilaire‑des‑Bois5. La création de paroisses castrales et la construction de lieux de cultes multiples constituent manifestement un dispositif essentiel de la fondation de nouvelles agglomérations fortifiées par les comtes d’Anjou. Cette phase de regroupement de l’habitat apparaît cependant dominée par le pouvoir laïc ; l’église en a été l’instrument, et non le moteur.

2.9.2 Les créations de bourgs

  • 6 Il faut ajouter à ces chiffres 4 bourgs qui sont mentionnés uniquement comme repères topographiques (...)

6La deuxième phase de regroupement de l’habitat, quantitativement beaucoup plus importante, est représentée par les fondations de bourgs, qui commencent un peu avant 1050, pour atteindre leur apogée dans la seconde moitié du xie s. et prendre fin, assez brutalement, au début du xiie s. : une centaine de bourgs ont été créés au cours de cette période (111 en incluant la frange méridionale du diocèse du Mans, qui a été comprise dès le xie s. dans la mouvance du comté d’Anjou). 68 bourgs ont été fondés par des établissements religieux dont 33 sur leurs domaines propres, et 35 sur des terrains donnés dans ce but par des seigneurs laïcs. Dans ce dernier cas, les fondations ont donné lieu à la rédaction d’un acte qui comprend toujours, de la part du seigneur laïc, des concessions de droits de justice, de revenus banaux et de droits d’usage sur les forêts et sur les eaux ; 39 bourgs enfin ont été fondés par des seigneurs laïcs seuls6 (fig. 3).

FIG. 3 – Fondations de bourgs.

Laboratoire de cartographie de l’université de Tours del.

7Les seigneurs laïcs ont donc pris une part active dans les fondations de bourgs, mais ils s’en dessaisirent rapidement au profit des établissements religieux : dans la seconde moitié du xiie s., 88 bourgs sont en possession d’établissements religieux, 13 sont partagés entre un seigneur laïc et un seigneur ecclésiastique, et 5 seulement sont restés aux mains de seigneurs laïcs (fig. 4). Le faible nombre de ces derniers est certainement imputable en partie à la nature ecclésiastique des sources : les bourgs seigneuriaux les mieux documentés sont évidemment ceux qui ont été donnés à des monastères. Ces chiffres n’en permettent pas moins d’apprécier le rôle important joué par l’Eglise dans cette phase de concentration du peuplement puisque les bourgs créés aux xiexiie s. représentent près du quart des chefs‑lieux de commune de l’époque moderne.

FIG. 4 – Les possesseurs de bourgs.

Laboratoire de cartographie de l’université de Tours del.

2.9.3 Bourgs et prieurés

  • 7 Entre 1047 et 1076, l’évêque Eusèbe autorise le don à l’abbaye Saint‑Serge par l’un de ses chevalie (...)

8Parmi les établissements religieux qui fondent ou reçoivent des bourgs, on trouve des monastères de l’Antiquité tardive ou du haut Moyen Âge restaurés au xe ou au début du xie s. : Saint‑Aubin d’Angers, Saint‑Serge d’Angers, l’abbaye tourangelle de Marmoutier, et dans une moindre mesure, Saint‑Florent de Saumur et Saint‑Maur de Glanfeuil. On trouve également trois abbayes fondées par les comtes d’Anjou entre 1020 et 1040 : principalement Saint‑Nicolas d’Angers, mais aussi l’abbaye de Notre‑Dame‑de‑la‑Charité (Le Ronceray) d’Angers et la Trinité de Vendôme (fig. 5). Les établissements créés dans la seconde moitié du xie s. et au début du xiie s., en revanche, ont peu participé au mouvement de fondation de bourgs. Si les établissements monastiques y jouent un rôle dominant, l’église séculière n’en est pas totalement absente : l’évêque et le chapitre de la cathédrale Saint‑Maurice d’Angers possédaient des bourgs auprès des résidences épiscopales de Morannes7, et de Chalonnes (Papsturkunden, no 64), ainsi qu’à Montrevault (Cart. noir, no 63) et à Chemillé (Papsturkunden, no 27). D’autre part, le chapitre de Saint‑Maurille d’Angers possédait un bourg à Saint‑Lambert‑de‑la‑Poterie (Papsturo kunden, no 86) et le chapitre de Saint‑Laud d’Angers en a fondé deux, l’un à Chambiers (aujourd’hui La Chapelle‑Saint‑Laud), l’autre à Bourgneuf (Cart. St.‑Laud, no 87).

FIG. 5 – Établissements monastiques possédant des bourgs.

Laboratoire de cartographie de l’université de Tours del

  • 8 Le terme de prioratus n’apparaît pas avant le début du xiie s. Antérieurement, les prieurés sont dé (...)

9L’essor des créations de bourgs est étroitement lié à celui des prieurés ruraux. En règle générale, les donations ou les fondations de bourgs ont toujours donné lieu à la création d’un prieuré8. Le nombre des moines qui leur étaient affectés, lorsqu’il est précisé, varie le plus souvent entre deux et cinq (Avril s.d. : 285). Le prieuré de Montreuil‑Bellay, dont l’acte de fondation, à la fin du xie s., prévoit l’établissement de douze moines, apparaît comme une exception. Fondations ou donations sont faites, presque toujours, à l’occasion de la restitution de l’église et paraissent étroitement liées à la mise en œuvre de la réforme grégorienne (Zadora‑Rio 1979b).

2.9.4 Le contexte du peuplement

  • 9 ADML, 45H1, no 2, éd. Marchegay, Bibliothèque de l’Ecole des Chartes, XXXVI, 1875, p. 389.

10Dans une vingtaine de cas au moins, les églises autour desquelles ont été créés des bourgs sont d’anciens sanctuaires de vici ou de villae du fisc, données par les rois francs à des établissements religieux, puis usurpées par des laïcs. Plusieurs de ces localités anciennes possédaient des sanctuaires multiples au xie s., et sans doute faut‑il y voir un héritage du haut Moyen Âge. C’est le cas, par exemple, à Chalonnes, qui est qualifiée de vicus et d’oppi dum dans la Vie de saint Maurille écrite au viie s. par saint Maimbeuf (Vita st. Maurilii 72‑73). Saint Maurille y fonda au ve s. une église et un monastère ; quatre lieux de culte y sont mentionnés au xie s. : Saint‑Maurille et Notre‑Dame‑et‑Saint‑Vincent, sièges d’anciennes cellae ruinées, qui furent données vers le milieu du xie s. par les évêques d’Angers, la première à l’abbaye Saint‑Serge (Cart. St.‑Serge I, no 30), la seconde à l’abbaye de Marmoutier9 et devinrent des prieurés ; l’église Saint‑Pierre et la chapelle Saint‑Laurent (Cart. St.‑Serge I, no 30) enfin, qui ont disparu.

11Le cadastre napoléonien indique clairement que l’agglomération s’est formée à partir de deux noyaux distincts, constitués l’un autour de l’église Saint‑Maurille, l’autre autour de l’église Notre‑Dame‑et‑Saint‑Vincent, qui devaient être entourés chacun d’une enceinte. Entre les deux s’étend l’agglomération marchande, constituée autour du port de Chalonnes, avec le marché et le champ de foire. Le château épiscopal, qui est attesté en 1096 (Cart. noir, no 151), est excentré et n’a guère eu d’influence sur la topographie. On ne sait pas où situer précisément le novum burgum juxta Calumpnam dont la possession est confirmée en 1146 à l’évêque Ulger par le pape Eugène iii (Papsturo kunden, no 64) ; sans doute faut‑il l’identifier avec le Bas Bourg qui figure sur le plan cadastral à l’ouest du château épiscopal (fig. 6).

FIG. 6 – Chalonnes (Maine‑et‑Loire).

Laboratoire de cartographie de l’université de Tours del.

  • 10 La vicaria Torciacensium (Cart. noir, no 17), que ce texte situe dans le pagus d’Angers, doit être (...)
  • 11 Cf. Livre blanc de Saint‑Florent de Saumur. ADML, H 3713, f° XVII et XVIII.

12Thouarcé, centre d’une viguerie attestée en 89210, avait 3 églises au milieu du xie s. : Saint‑Pierre, Saint‑Jean et Saint‑Limin, situées à proximité les unes des autres et toutes trois comprises à l’intérieur du castrum. Entre 1055 et 1067, le seigneur châtelain les donna toutes les trois à l’abbaye Saint‑Florent de Saumur, à charge pour les moines de reconstruire l’église Saint‑Jean à l’extérieur du castrum, d’y constituer un prieuré et de construire un bourg11. Au moment de la donation, l’église Saint‑Pierre semble être le siège de la paroisse, puisqu’elle est la seule pour laquelle les droits de sépulture soient mentionnés. L’église Saint‑Limin a été détruite mais ses vestiges subsistent à l’intérieur d’une construction moderne. Elle était située à 40 m de l’église Saint‑Pierre et, semble‑t‑il, à l’intérieur du cimetière. A l’occasion de divers travaux de voirie, des sépultures en grand nombre ont été mises au jour entre les deux sanctuaires et au‑delà de Saint‑Limin (Provost 1988 : 66). On ignore l’emplacement primitif de l’église Saint‑Jean, mais il est intéressant de constater que son déplacement et la fondation du prieuré et du bourg ont entraîné un transfert du centre paroissial : en 1143, en effet, le pape Innocent ii confirma à l’abbaye Saint‑Florent l’église Saint‑Jean de Thouarcé avec les chapelles Saint‑Pierre et Saint‑Limin (Papsturkunden, no 55).

  • 12 Vita sancti Maurilii : 75. Les églises Saint‑Pierre, Saint‑Jean‑Baptiste et Saint‑Romain sont menti (...)
  • 13 Églises Saint‑Pierre et Saint‑Jean (Cart. St.‑ Serge I, no 250).
  • 14 Eglises Saint‑Pierre et Saint‑Jean (Livre blanc de Saint‑Florent de Saumur, ADML, H 3713, f° X, et (...)
  • 15 Eglises Saint‑Hilaire et Saint‑Martin (Cart. St.‑Maur, no 25).

13On retrouve la mention au xie s. de deux ou trois lieux de culte mitoyens dans plusieurs autres localités, en particulier à Savennières, où un vicus est attesté au viie s. (Vita sanct. Maur. 75),12 à Saint‑Pierre‑Montlimart13 à Gonnord14 à Concourson15 et ailleurs. La fonction initiale de ces églises multiples est souvent difficile à déterminer. On note à plusieurs reprises, comme à Thouarcé, l’association d’une église paroissiale dédiée à saint Pierre et d’une église Saint‑Jean, qui représente vraisemblablement un ancien baptistère. C’est le plus souvent cette dernière qui est donnée pour fonder un bourg et un prieuré. D’autres sanctuaires ont peut‑être été, à l’origine, des chapelles funéraires ou des oratoires privés, ou encore, comme dans le cas des églises Saint‑Maurille et Notre‑Dame‑et-Saint‑Vincent, à Chalonnes, d’anciennes cellae abandonnées au moment des invasions normandes. On assiste en tout cas, dans la seconde moitié du xie s., à la reconversion de certains de ces lieux de culte devenus surnuméraires en églises priorales et qui ont constitué autant de points d’ancrage pour la constitution des bourgs.

  • 16 — Trois bourgs seulement sur une centaine sont associés au défrichement de zones forestières : La M (...)
  • 17 — Cf. Livre blanc de Saint‑Florent de Saumur. ADML, H 3713, f° XXVIII‑XXIX.

14Même lorsque la documentation écrite est insuffisante pour établir l’ancienneté de l’église, les actes de fondation indiquent nettement qu’elle est antérieure à la création du bourg. La nature des terrains donnés à cette occasion indique également que les bourgs ont été créés dans des zones déjà habitées et mises en valeur : il s’agit d’un mouvement de concentration du peuplement autour de l’église, souvent même dans le cimetière, et non de la conquête de nouveaux terroirs16. Il n’y a qu’un seul exemple de bourg qui ne soit pas situé dans l’environnement immédiat de l’église : le bourg troglodyte de Saugré, donné à l’occasion de la restitution de l’église Saint‑Jean de Denezé, et cité comme dépendance de celle‑ci17, en est distant de 1 km. L’église et le prieuré de Saint‑Jean de Denezé, entourés par le cimetière qui est délimité par un fossé, sont restés isolés jusqu’à aujourd’hui. On peut penser qu’ils donnent une image assez fidèle de la topographie d’un grand nombre de centres paroissiaux antérieurement à la fondation des bourgs (fig. 7).

FIG. 7 – Dénezé‑sous‑Doué (Maine‑et‑Loire).

Laboratoire de cartographie de l’université de Tours del.

  • 18 — Le bourg de Denée est mentionné vers 1066 (Cart. St.‑Maur, n° 18). L’existence d’une enceinte par (...)

15Le bourg paraît toujours constitué sur une parcelle précisément délimitée, soit par une mesure de superficie (le plus souvent un ou deux arpents) ou par les limites de la parcelle à construire (le cimetière, une ouche, un verger) ou, exceptionnellement, par le nombre de maisons : à La Chapelle‑de‑Miré, l’abbaye Saint‑Nicolas d’Angers reçoit un terrain d’une superficie suffisante pour la construction de cent maisons. Dans certains cas, en particulier lorsque le bourg est fondé à l’intérieur du cimetière, le terrain peut déjà être partiellement occupé par des maisons. Les limites sont souvent matérialisées par un fossé ou une levée de terre. Dans certains cas, comme à Denée18, leurs traces subsistent encore dans le parcellaire cadastral (fig. 8).

FIG. 8 – Denée (Maine‑et‑Loire).

Laboratoire de cartographie de l’université de Tours del.

2.9.5 Les bourgs castraux

16Même dans le cas des bourgs castraux, c’est presque toujours l’église qui constitue le pôle de cristallisation du bourg. On distingue trois cas : le premier est celui où le bourg est formé autour d’une église antérieure au château qui a été laissée à l’extérieur des fortifications (ainsi à Juvardeil, Montreuil‑Bellay, Montsoreau, Beaupreau, Ingrandes) ; dans le deuxième cas, le bourg a été constitué autour d’une église castrale nouvellement construite, comme au Grand Montrevault, au Thoureil, à Champtocé. Dans le troisième, enfin, l’acte de fondation du bourg castral prévoit la construction d’une nouvelle église à l’usage des habitants de celui‑ci, par exemple à Segré, au Petit Montrevault, à Candé, au Géneteil, à Rillé. Le plus souvent, l’église du bourg et l’église castrale appartiennent alors au même établissement monastique, l’une des deux possédant les droits paroissiaux.

  • 19 Ces démembrements semblent pouvoir être interprétés comme une extension aux seigneuries châtelaines (...)
  • 20 Charles le Chauve en confirme la possession à Saint‑Maurice en 844, d’après un précepte de Louis le (...)
  • 21 ADML, 39 H2, no 1. Copie du xixe s., BN n.a.fr. 5022, no 6. Pour la datation, cf. Guillot 1972, 304 (...)
  • 22 Bourg Notre‑Dame : Cart. Chemillé, no 4 ; bourg Saint‑Gilles : ibid., no 35 ; bourg Saint‑Léonard : (...)

17La construction de ces églises castrales a entraîné dans un certain nombre de cas la formation de paroisses minuscules, mais le démembrement paraît toujours antérieur à la fondation du bourg19. Certains châteaux ont donné naissance à des bourgs multiples, réunissant sur un même site ces divers cas de figure. Ainsi à Chemillé, le centre primitif était l’église Saint‑Pierre, siège d’une cella qui appartenait à la cathédrale Saint‑Maurice d’Angers au ixe s.20. Le castrum, attesté avant 1040 (Guillot 1972 : 304), a été construit à 1,5 km de l’église, sur un site d’éperon. L’église Saint‑Pierre, tombée en mains laïques, fut restituée vers 1040 par le possesseur du château à Marmoutier avec le bourg attenant21 ; un prieuré y fut constitué. Quatre autres églises sont mentionnées à Chemillé dans le courant du xie s. : Notre‑Dame, Saint‑Gilles, Saint‑Etienne, Saint‑Léonard‑et-Saint‑Barthélémy. Trois d’entre elles ont donné naissance à des bourgs dont l’existence est attestée, avant 1082 dans le cas de Notre‑Dame et de Saint‑Gilles, en 1103 dans celui de Saint‑Léonard‑et‑Saint‑Barthélémy22. L’église Notre‑Dame avait tous les droits paroissiaux pour le territoire du castrum, à l’exception des sépultures, dont Saint‑Pierre avait gardé le monopole.

  • 23 En dehors du plan présenté fig. 9.

18La structure polynucléaire de l’agglomération de Chemillé apparaît clairement encore sur le cadastre napoléonien (fig. 9) : le castrum avec le bourg Saint‑Gilles, qui était vraisemblablement inclus à l’intérieur des défenses, est séparé du bourg Saint‑Léonard par la vallée du Chéré. Il se distingue également du bourg Notre‑Dame, au nord, qui est situé lui‑même à une distance de 1 km du bourg Saint‑Pierre23.

FIG. 9 – Chemillé (Maine‑et‑Loire).

Laboratoire de cartographie de l’université de Tours del.

19L’influence ecclésiastique sur la formation des bourgs peut donc être envisagée sous deux aspects. Le premier est celui de l’expansion monastique : les fondations de bourgs sont intimement liées à la politique de création de prieurés ruraux et à la prise de contrôle des églises paroissiales par les communautés monastiques à la faveur de la réforme grégorienne. Les seigneurs laïcs ont pris une part active dans ce processus, et les actes de fondation donnent une idée assez précise des bénéfices qu’ils en attendaient. Certains étaient d’ordre spirituel ; en contrepartie de la donation, les moines devaient s’engager généralement à dire un certain nombre de messes, à faire des processions, et, surtout, à faire des prières à la mémoire des morts. D’autres avantages, les plus régulièrement mentionnés, étaient d’ordre économique. Les fondations de bourgs étaient souvent une source de profit immédiat, puisque beaucoup de ces donations ou de ces restitutions étaient en fait des ventes déguisées. Elles étaient également l’occasion de réaliser des investissements, tels que la construction de moulins, dont la charge incombait souvent aux moines, mais dont les revenus étaient généralement partagés. A plus long terme, les seigneurs laïcs en attendaient un gonflement de leurs revenus banaux, grâce à un accroissement et à un meilleur contrôle de la population.

20L’influence ecclésiastique sur les bourgs se manifeste également dans la topographie : les églises ont servi de point d’ancrage pour la constitution des bourgs ; elles ont déterminé leur répartition. Même dans le cas des bourgs castraux, c’est presque toujours l’église, et non le château, qui a constitué le pôle de cristallisation du bourg. Les fondations de bourgs ont eu pour effet de créer des noyaux d’habitat aggloméré autour des lieux de culte, qui paraissent avoir été auparavant plus ou moins isolés au milieu d’un habitat dispersé. Si elles ont entraîné une transformation rapide du paysage bâti, elles n’ont pas modifié le découpage paroissial.

2.9.6 Les fondations de villages neufs

21La troisième phase de création de regroupement de l’habitat est constituée par les fondations de villages neufs qui interviennent dans la première moitié du xiie s. et principalement entre 1125 et 1160, c’est‑à‑dire à un moment où le mouvement de fondation de bourgs touche à sa fin. Elle est quantitativement beaucoup moins importante puisqu’elle concerne à peine une dizaine de sites en Anjou. Ces créations, qui sont dues à l’évêque d’Angers ou à des établissements monastiques, sont dotées d’emblée d’une église paroissiale et d’un cimetière destiné à recevoir à la fois les maisons d’habitation et les sépultures. Contrairement aux bourgs, ces fondations ont toujours donné lieu à la formation d’un nouveau ressort paroissial. La plupart d’entre elles sont situées dans des forêts en cours de défrichement (Belle‑Noue, Saint‑Vincent‑des‑Bois, Brigne, Le Chillon) ; mais ce n’est pas toujours le cas : ainsi à Courchamps, l’église et le cimetière habité ont occupé un quartier de terre arable divisé en lanières (Zadora‑Rio 1989 : 85‑90).

22Le terme de cimiterium, qui est utilisé pour désigner ces villages neufs, entérine la longue tradition de l’habitat des cimetières en Anjou, mais on peut penser aussi qu’il est destiné à souligner le caractère ecclésiastique de ces fondations qui semblent être l’équivalent des sauvetés du Midi aquitain. L’acte de fondation du cimetière de Courchamps, par exemple, mentionne expressément que les habitants de celui‑ci seront soustraits aux violences que les chevaliers ont coutume d’exercer sur les pauperes. Parmi ces paroisses tardives, seul Courchamps constitue encore un chef‑lieu de commune. Les autres ont parfois été supprimées avant la fin du Moyen Age, et les villages eux‑mêmes ont tous plus ou moins périclité. Si cette dernière phase de regroupement de l’habitat n’a pas eu d’effets durables, elle est néanmoins intéressante car elle montre l’achèvement d’un double processus : celui de l’assimilation des zones d’habitat et des zones d’inhumation, qui aboutit à désigner par le terme de cimiterium des villages neufs ; celui, d’autre part, de la prise de contrôle ecclésiastique sur la répartition de l’habitat, renforcée par le progrès des institutions de paix.

2.9.7 Conclusion

23L’influence directe de la construction des châteaux sur le regroupement de l’habitat en Anjou a donc été limitée à la première moitié du xie s. et a été principalement le fait du comte. Cette phase, qui est caractérisée par la création d’agglomérations fortifiées établies sur des sites perchés, évoque l’incastellamento des pays méditerranéens. En revanche, l’influence de l’Eglise semble prépondérante dans les fondations de bourgs, qui commencent peu avant le milieu du xie s. et prennent fin au début du xiie s. Elle apparaît dans le rôle décisif que les établissements religieux ont joué dans ce mouvement ; si les seigneurs châtelains y ont participé activement, ils ont dû avoir recours en effet, le plus souvent, à l’intermédiaire d’un établissement monastique pour créer ou développer un bourg. Elle se manifeste également dans la topographie, les églises ayant servi de pôles de cristallisation pour la constitution des bourgs. Enfin, les fondations de villages neufs de la première moitié du xiie s., qui sont désignées dans les sources écrites par le terme de cimiterium, ont un caractère encore plus nettement ecclésiastique.

Bibliographie

Bibliographie

Avril s.d. : AVRIL (J.). — Le Gouvernement des évêques et la vie religieuse dans le diocèse d’Angers (1148‑1240). Lille : Atelier national de reproduction des thèses, université de Lille III, Cerf, s.d.

Bodin 1821‑23 : BODIN (J.‑F.). — Recherches historiques sur l’Anjou et ses monuments. Saumur : Degouy Aîné, 1821‑1823.

Cart. Chemillé : HEMMER (H.) éd. — Le Cartulaire de Saint‑Pierre de Chemillé : thèse de l’Ecole des Chartes, Paris 1944, microfilm, ADML. Edition précédée d’une étude sur le rôle économique et social des prieurés angevins de Marmoutier.

Cart. noir : URSEAU (C.) éd. — Cartulaire noir de la cathédrale d’Angers. Angers, 1908.

Cart. St.‑Aub. : BERTRAND DE BROUSSILLON (A.) éd. — Cartulaire de Saint‑Aubin d’Angers. Angers, 1896.

Cart. St.‑Jouin : LOIZEAU DE GRANDMAISON (C.) éd. — Cartulaire de Saint‑Jouin‑de‑Marnes. Niort, 1854.

Cart. St.‑Laud. : PLANCHENAULT (A.) éd. — Cartulaire de Saint‑Laud d’Angers. Angers 1903.

Cart. St.‑Maur : MARCHEGAY (P.) éd. — Le Cartulaire de Saint‑Maur‑sur‑Loire, Archives d’Anjou, vol. II. Angers, 1843.

Cart. St.‑Serge : CHAUVIN (Y.) éd. — Cartulaire de l’abbaye Saint‑Serge et Saint‑Bach d’Angers : thèse 3e cycle, université de Caen, 1969, dactylographiée.

Cart. St.‑Nic. : LABANDE‑MAILFERT (Y.) éd. — Cartulaire de Saint‑Nicolas d’Angers (xiexiie s.) : thèse de l’Ecole des Chartes, Paris, 1931, microfilm, ADML.

Charles le Chauve : GIRY (A.), PROU (M.), TESSIER (G.) éd. — Recueil des actes de Charles le Chauve (840‑877). Paris, 1943‑55.

Gall. christ. : HAUREAU (B.) éd. — Gallia Christiana XIV. Paris, 1856.

Guillot 1972 : GUILLOT (0.). — Le Comte d’Anjou et son entourage au xie s. Paris : Picard, 1972.

Papsturkunden : RAMACKERS (J.) éd. — Papsturkunden in Frankreich, Band 5. Göttingen, 1956.

Provost 1988 : PROVOST (M.). — Le Maine‑et‑Loire. Paris : Académie des Inscriptions et Belles‑Lettres, 1988. (Carte archéologique de la Gaule ; 49).

Vita sanct. Maur. : STILTINGO (J.), SUYSKENO (S.), PERIERO (J.) éd. — Vita sancti Maurilii, Acta Sanctorum, sept. IV. Paris‑Rome, 1868.

Zadora‑Rio 1979a : ZADORA‑RIO (E.). — Construction de châteaux et fondations de paroisses en Anjou aux xiexiie s. Archéologie médiévale, IX, 1979, p. 115‑ 123.

Zadora‑Rio 1979b : ZADORA‑RIO (E.). — Bourgs castraux et bourgs ruraux en Anjou aux xiexiie s. In : Châteaux et peuplements : Flaran I. Auch 1979, p. 173‑179.

Zadora‑Rio 1989 : ZADORA‑RIO (E.). — Fondations de cimetières habités. In : FIXOT (M.) dir., ZADORA‑RIO (E.) dir. —  L’Église, le Terroir. Paris : CNRS, 1989 (Monographie du CRA ; 1).

Notes

1 L’église Saint‑Germain et les églises du castrum de Montfaucon sont mentionnées dans une carte de l’évêque de Nantes Quiriac en faveur de l’abbaye de Saint‑Martin‑de‑Vertou vers 1070 : « [...] concessimus tam illis quam illorum successoribus quas postulaverant ecclesias, scilicet Chassiaci, infra quam curtim sita est ecclesia s. Germani necnon castrum Montis Falconis cum ecclesiis in se positis aliasque plures ecclesias, vicus quarum omnium ecclesiarum est ipse Chassiacus, super Medianam fluvium positis » (Gall. christ. : 173). Le nom initial de la curtis, Chassiacus, a disparu de la toponymie.

2 Information de M. Célestin Pasquier, historien de Montfaucon.

3 Une notice du Cartulaire Saint‑Aubin d’Angers (no LXXXV) indique que le comte Geoffroi Grisegonelle donna à un parent, avant 987, la terre de Vihiers avec la chapelle Notre‑Dame‑de‑la‑Charité (terra de Vieriis et capellam Sancte Mariae Caritatis). Celle‑ci n’est plus mentionnée par la suite et il est possible que l’église paroissiale Notre‑Dame‑et‑Saint‑Jouin ait été construite sur son emplacement.

4 Le mur nord de l’église Saint‑Hilaire est encore représenté sur la couverture du Bulletin paroissial de Saint‑Nicolas de Vihiers, n° 4, avril 1936. Il a été abattu au plus tard au début de 1939 (ibid., n° 5, février 1939, p. 16). Je dois ces informations à François Comte, que je remercie.

5 Autres exemples de démembrements paroissiaux en relation avec la construction de forteresses comtales : Zadora‑Rio 1979a.

6 Il faut ajouter à ces chiffres 4 bourgs qui sont mentionnés uniquement comme repères topographiques (par exemple à l’occasion de la donation d’une terre juxta burgum) et dont on ignore qui les a fondés et qui les possède.

7 Entre 1047 et 1076, l’évêque Eusèbe autorise le don à l’abbaye Saint‑Serge par l’un de ses chevaliers d’une maison dans le bourg de Morannes (Cart. Saint‑Serge, no 226).

8 Le terme de prioratus n’apparaît pas avant le début du xiie s. Antérieurement, les prieurés sont désignés par les termes de obedientia, cella, claustrum, coenobium, monasterium ou encore par des expressions telles que monachorum habitationes.

9 ADML, 45H1, no 2, éd. Marchegay, Bibliothèque de l’Ecole des Chartes, XXXVI, 1875, p. 389.

10 La vicaria Torciacensium (Cart. noir, no 17), que ce texte situe dans le pagus d’Angers, doit être identifiée avec Thouarcé et non avec Thouars, au diocèse de Poitiers, comme le propose l’éditeur du cartulaire.

11 Cf. Livre blanc de Saint‑Florent de Saumur. ADML, H 3713, f° XVII et XVIII.

12 Vita sancti Maurilii : 75. Les églises Saint‑Pierre, Saint‑Jean‑Baptiste et Saint‑Romain sont mentionnées entre 1055 et 1083 (Cart. St.‑Serge I, no 110).

13 Églises Saint‑Pierre et Saint‑Jean (Cart. St.‑ Serge I, no 250).

14 Eglises Saint‑Pierre et Saint‑Jean (Livre blanc de Saint‑Florent de Saumur, ADML, H 3713, f° X, et XI).

15 Eglises Saint‑Hilaire et Saint‑Martin (Cart. St.‑Maur, no 25).

16 — Trois bourgs seulement sur une centaine sont associés au défrichement de zones forestières : La Madeleine (commune de Cizay‑la‑Madeleine) (Cart. St.‑Aubin, n° 140 [1097]), Chambiers (aujourd’hui La Chapelle‑Saint‑Laud) et Bourgneuf (Cart. St.‑Laud, n° 87 [1178]). Bien que ces localités soient désignées poar le terme de burgum, leurs caractéristiques les rapprochent davantage des villages neufs de la première moitié du xiie s. (cf. infra) que de l’ensemble des bourgs.

17 — Cf. Livre blanc de Saint‑Florent de Saumur. ADML, H 3713, f° XXVIII‑XXIX.

18 — Le bourg de Denée est mentionné vers 1066 (Cart. St.‑Maur, n° 18). L’existence d’une enceinte paraît attestée vers 1140 par l’expression extra portam ville (ibid., n° 57).

19 Ces démembrements semblent pouvoir être interprétés comme une extension aux seigneuries châtelaines, dans la seconde moitié du xie s., des prérogatives comtales en matière de fondation de paroisses (Zadora‑Rio 1979a). En ce qui concerne le peuplement, il y a cependant une différence importante entre les forteresses comtales et les autres : les premières sont désignées exclusivement par le terme de castrum, jamais par celui de burgum : la donation des églises à des établissements religieux ne s’accompagne d’aucune clause relative au peuplement de l’agglomération castrale. Les seigneurs châtelains, par contre, ont dû passer des contrats avec des établissements religieux pour créer ou développer des bourgs autour de leurs châteaux.

20 Charles le Chauve en confirme la possession à Saint‑Maurice en 844, d’après un précepte de Louis le Pieux (cf. Charle le Chauve, no 32)

21 ADML, 39 H2, no 1. Copie du xixe s., BN n.a.fr. 5022, no 6. Pour la datation, cf. Guillot 1972, 304, n. 128.

22 Bourg Notre‑Dame : Cart. Chemillé, no 4 ; bourg Saint‑Gilles : ibid., no 35 ; bourg Saint‑Léonard : Papsturkunden, no 27.

23 En dehors du plan présenté fig. 9.

Table des illustrations

Légende FIG. 1 – Montfaucon‑sur‑Moine (Maine‑et‑Loire).
Crédits Laboratoire de cartographie de l’université de Tours del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/40233/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Légende FIG. 2 – Vihiers (Maine‑et‑Loire).
Crédits Laboratoire de cartographie de l’université de Tours del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/40233/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Légende FIG. 3 – Fondations de bourgs.
Crédits Laboratoire de cartographie de l’université de Tours del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/40233/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende FIG. 4 – Les possesseurs de bourgs.
Crédits Laboratoire de cartographie de l’université de Tours del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/40233/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende FIG. 5 – Établissements monastiques possédant des bourgs.
Crédits Laboratoire de cartographie de l’université de Tours del
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/40233/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende FIG. 6 – Chalonnes (Maine‑et‑Loire).
Crédits Laboratoire de cartographie de l’université de Tours del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/40233/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 255k
Légende FIG. 7 – Dénezé‑sous‑Doué (Maine‑et‑Loire).
Crédits Laboratoire de cartographie de l’université de Tours del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/40233/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende FIG. 8 – Denée (Maine‑et‑Loire).
Crédits Laboratoire de cartographie de l’université de Tours del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/40233/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Légende FIG. 9 – Chemillé (Maine‑et‑Loire).
Crédits Laboratoire de cartographie de l’université de Tours del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/40233/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 183k

Auteur

Chargée de recherche au CNRS, ERA no 2 du CRA.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search