Version classiqueVersion mobile

L’oppidum de Saint-Blaise du Ve au VIIe s. (Bouches-du-Rhône)

 | 
Gabrielle Démians d’Archimbaud

Partie 3. Autres matériels et alimentation

Chapitre 1. Pierre, verre et autres objets

chap 1 Stone, glassware and other artefacts

Lucy Vallauri, Danièle Foy, Henri Amouric et Gabrielle Démians d’Archimbaud

Résumé

Les vases en pierre ollaire sont toujours associés, en petite quantité, au matériel céramique de l’Antiquité tardive. Les 31 fragments retrouvés portent des traces de fabrication comparables à celles observées sur le matériel transalpin et des graffitis proches des chiffres romains. Les deux exemplaires utilisés pour comparaison ont une contenance de 2 et3 I.

Le répertoire des verres est comparable à celui découvert à Narbonne (La Lombarde) pour le ve s. et à celui de Marseille (Bourse) pour les vie, viie s. Le point le plus intéressant est la présence de plusieurs fonds de coupelles à décor chrétien (fin ve‑début vie s.) avec répétition des mêmes motifs. Ce type de coupelle connu jusqu’ici principalement dans le Namurois et les Ardennes a peut-être été aussi produit dans les régions méridionales. L’existence d’un artisanat est cependant incontestable à Saint‑Blaise au tout début du viie s. : 8 fragments de creusets vitrifiés en témoignent.

Le matériel en roches volcaniques provient des meules mobiles, soit d’époque protohistorique, soit de tradition romaine.

Les objets divers recueillis restent rares : deux intailles en pâte de verre d’époques différentes, des objets en plomb, os, bois de cervidés, bronze et métaux cuivreux, nacre et calcaire gravé.

Texte intégral

1.1 Les vases en pierre ollaire

1l. vallauri

2Cette catégorie de vaisselle culinaire d’origine lithique est toujours associée au matériel céramique de l’Antiquité tardive, même en petite quantité. Tous les sites provençaux et languedociens en livrent : Marseille Bourse (rens. Bonifay), Saint‑Jean‑de‑Garguier (rens. Féraud), Col Sainte‑Anne, Simiane (rens. Muller), Evenos (Brun 1984 : 18‑19), Toulon (rens. Pasqualini), Fréjus, place Formigé (rens. Rivet), Lunel‑Viel (rens. Raynaud)... Cependant ce matériel lithique peu abondant n’a pas encore fait l’objet d’études systématiques dans notre région, à l’exemple des recherches dans le nord de l’Italie et en Suisse. Ces dernières publiées dans des actes de colloques (Pietra ollare 1986 a, b ; 1987) seront nos principales sources utilisées pour l’analyse de ce matériel. Les chercheurs se sont spécialement intéressés aux problèmes d’origine, aux techniques d’extraction, aux modes de fabrication et à l’établissement d’une typochronologie à partir des sites ligures et alpins.

3La pierre ollaire a une longue tradition d’utilisation depuis la protohistoire jusqu’à l’époque moderne et a été employée pour ses caractères spécifiques. Ses qualités thermiques permettent une grande accumulation de chaleur et des réchauffement et refroidissement lents. Cette pierre de bonne résistance, à structure peu poreuse, possède aussi des qualités chimiques : imperméabilité et innocuité pour les aliments. Rien d’étonnant à ce que ce matériau ait été privilégié comme récipient culinaire, d’où l’origine du mot. De plus les lithotypes utilisés, à texture souvent fine, sont faciles à travailler soit manuellement, soit au tour horizontal, soit par une technique mixte (Mannoni 1986 : 150).

4De très nombreux gisements (400) ont été reconnus dans la région centrale et occidentale des Alpes (Tessin, Val d’Aoste, Grisons...) (Pfeifer Serneels 1986 : 147‑235). Les principaux lithotypes employés (chloritoschiste, talcoschiste, serpentinoschiste...) ont fait l’objet d’un premier classement en laboratoire, faisant apparaître de nombreuses variétés dues à la multiplicité des petits gisements dont la formation en lentilles peu épaisses a pour origine un métamorphisme. Nous nous contenterons, en l’absence d’analyses pétrographiques et de recherches sur les gisements alpins français, de décrire l’aspect des vases (couleur et texture). Le lot qui nous concerne semble à première vue très homogène et un seul récipient se distingue des autres par sa structure très micacée et plus feuilletée.

1.1.1 Comptages

531 fragments ont été retrouvés en stratigraphie sur le site auxquels s’ajoute une trentaine dans les niveaux de surface : 5 rebords différents et 4 fonds, soit un chiffre minimum de 5 vases.

1.1.2 Technologie

6Tous ces récipients fragmentés portent des traces de fabrication en tous points comparables à celles observées sur le matériel transalpin (Lusuardi‑Siena, Sannazaro 1986 : 165‑198 ; Cortelazzo 1989 : 136‑137). Les parois intérieures et extérieures sont toujours marquées par des sillons de tournage. Le haut du vase est souvent réservé en bandeau lisse et les incisions peuvent être plus ou moins profondes et régulières, formant aussi des bourrelets. La paroi extérieure d’un des pots a été marquée d’un V inversé. De tels graffiti intentionnellement gravés à la pointe sont souvent proches des chiffres romains. Des barres verticales, X ou V ont été notées sur bon nombre d’exemplaires. Sur le site même de Saint‑Blaise, H. Rolland signalait sur la paroi d’un vase (que nous n’avons pas retrouvé) le chiffre XXV (Rolland 1951 : 173‑174). Un autre pot entier provenant du site voisin de Glanum porte 4 incisions verticales (fig. 149 et 150, no 9). La liste des graffiti relevés serait longue à établir ; citons pour exemple, dans le sud de la France, IIII sur le vase d’Evenos (Brun 1984 : 18, fig. 16, no 2), II sur des pots découverts à Larina (Isère, rens. Frascone et Cécillon ; Porte 1980 : 133, t. 1 et pl. 78, t. 2). Les sites alpins et ligures en fournissent aussi en abondance : XIIX (Donati 1986 : 126, no 98) ; XXXX, XIII, AV, XII (Lusuardi‑Siena, Sannazaro 1986 : 174, 175, 177, 178, fig. 51, 6, 81, 82, 9), XX (Gandolfi 1986 : 279, fig. 7), Ail (Murialdo et al. 1986 : 225, fig. 1). Ces graffiti ont été interprétés le plus souvent comme des marques de fabrication ou de contenance. Les motifs gravés pourraient aussi être des décors lorsqu’ils sont plus complexes ou qu’ils se répètent en bande. Sous les fonds sont visibles les traces des outils percutés (pic ou pointerolle) utilisés pour la finition du bloc après extraction. Sous le vase de la fig. 149, no 5 on observe très nettement des traces obliques et courtes. À l’intérieur, les fonds ne sont marqués que sur la partie marginale, sur 2 à 3 cm, par des raies de tournage. La zone centrale a une surface bosselée plus grossière (fig. 149, nos 5, 8, 9 ; fig. 150, nos 8, 9). Cette irrégularité correspondrait à la trace de l’arrachement du nucléus central (möcc) dont la présence est bien attestée dans les déchets de production (Mannoni 1986 : 155‑164). Cet arrachement est parfois repris soit par percussion (traces sur le fond, fig. 149, no 7), soit lissé au tournage (fig. 149, nos 6, 7).

FIG. 149 – Vases en pierre ollaire. 1‑7 Saint‑Blaise (fouilles 1980‑85) ; 8 Saint‑Blaise (fouille H. Rolland) ; 9 Glanum

L. Vallaurl del / CNRS

1.1.3 Typologie

7L’état fragmentaire du matériel ne permet pas d’établir une typologie précise. Les mesures des diamètres montrent des variations dans les tailles. Deux exemplaires ont un petit diamètre d’ouverture inférieur ou égal à 15 cm (fig. 149, nos 1 et 2). Le pot (fig. 149, no 5) étroit et nettement subcylindrique peut être rapproché de ce groupe par sa faible largeur. Les deux autres rebords ont un diamètre supérieur à 20 cm. Ils sont comparables à deux exemplaires complets provenant des fouilles anciennes de Saint‑Blaise et de Glanum et conservés à l’Hôtel de Sade de Saint‑Rémy‑de‑Provence. Dans ce groupe, les fonds larges parfois bombés ont un diamètre légèrement inférieur à celui de l’ouverture (1 à 1,5 cm de moins). La hauteur de ces vases tronconiques est inférieure au diamètre de base. L’exemplaire fig. 149, no 6 serait encore plus tronconique et plus haut. Les deux exemplaires utilisés pour comparaison permettent de restituer le volume de ces vases tronconiques bas, soit une contenance de 2,2 à 3,2 I. Le calcul du volume restitué du vase cylindrique (fig. 149, no 5) aboutit à 1,7 l soit près de la moitié du vase fig. 149, no 8. Les mêmes variantes de formes tronconiques et cylindriques ont été observées sur les séries de matériel provenant des sites ligures : Luni (Lusuardi‑Siena, Sannazaro 1986 : 165‑198), Albenga (Grosso‑Paglieri, Paoli‑Maineri 1986 : 253‑268), Vintimille (Gandolfi 1986 : 269‑302). Sur ces sites, les vases en pierre ollaire sont attestés surtout dans les niveaux postérieurs au ve s., ce qui semble s’accorder avec les premières observations faites en Provence où ce matériel est caractéristique des niveaux les plus tardifs.

1.1.4 Catalogue

8FIG. 149, 150

91. Rebord de vase à paroi fine. Pierre verte brillante dans les cassures à grains fins et à structure feuilletée (ophiolite ?). Incisions groupées à l’extérieur de part et d’autre d’un bourrelet. Contexte : phase VI.

102. Rebord de vase. Pierre verte brillante dans les cassures, à grains serrés très fins, structure compacte. Surface extérieure de la panse entièrement recouverte de fines stries de tournage millerighe de part et d’autre de 4 bandes plus larges à 1 cm du rebord.
Contexte : phase VIII.

113. Rebord de vase tronconique. Pierre gris‑vert à structure grossière très feuilletée. De grosses paillettes de mica dont le calibre varie de 1 à 4 mm sont visibles à l’œil (micaschiste ?). 7 ondes de tournage larges et mal imprimées (à cause de la structure de la pierre) sont espacées régulièrement sous un bandeau lisse.
Contexte : phase VIII.

124. Rebord de vase à paroi subverticale. Pierre verte à grains moyens. Raies de tournage espacées sous un large bandeau lisse. Noirci à l’usage à l’intérieur et à l’extérieur.
Contexte : phase V.

135. Vase subcylindrique. Pierre verte très compacte à grains fins. Sous le fond épais, traces obliques d’outils. A l’intérieur, traces d’arrachement du nucléus central. Les parois extérieures et intérieures sont couvertes sur les trois‑quarts de la surface de raies de tournage au milieu desquelles a été gravé un A. Près du rebord, raies de tournage plus larges avec un décrochement dans l’épaisseur de la panse annonçant le rebord. Traces d’usage sur le fond, matières brûlées encore collées.
Contexte : phase V.

146. Fond de grand vase tronconique. Pierre à grains moyens brillants. Grosses inclusions feuilletées brillantes et irrégulières dans la structure apparaissant souvent en relief et donnant une surface bosselée. Raies de tournage en creux et en relief mal marquées à mi‑panse. La partie inférieure de la panse est lisse. Sous le fond, traces irrégulières de piquetage de l’outil. Traces d’usage (noirci à l’extérieur).
Contexte : phase VI.

157. Fond de vase tronconique. Pierre à grains fins compacts. Raies de tournage à l’extérieur sur toute la surface de la panse. Sous le fond et au centre à l’intérieur, piquetage irrégulier, trace de tournage sur la partie marginale et sur 2 cm. Présence de matières brûlées et collées sur le fond.
Contexte : phase VI.

168. Vase complet provenant des anciennes fouilles de Saint‑Blaise (dépôt Hôtel de Sade, Saint‑Rémy‑de‑Provence). Pierre verte à grains fins brillants. Paroi extérieure marquée par deux bourrelets et deux incisions largement espacées. Fond irrégulier et bosselé à l’intérieur et à l’extérieur mais tourné sur la partie marginale sur une largeur de 2,5 cm. Résidus organiques collés et brûlés au fond.

179. Vase complet provenant des fouilles de Glanum 1960 (dépôt Hôtel de Sade, Saint‑Rémy‑de‑Provence). Pierre verte à grains moyens très noircie par le feu. Paroi extérieure marquée de grosses raies de tournage sous un bandeau lisse. Partie inférieure criblée de petits traits sur lesquels ont été gravées quatre barres verticales. Fond extérieur bosselé, traces d’outils sur toute la surface. A l’intérieur, tournage sur la zone marginale sur 2 cm de large. Au centre, trace de l’arrachement du nucléus.
Contexte : trouvé en association avec de la sigillée grise dans les fondations d’une maison sur la terrasse nord du sanctuaire indigène (no 5424, 29 août 1960, fouilles Rolland).

FIG. 150 – Vases en pierre ollaire. 8 Saint‑Blaise (fouilles H. Rolland) ; 9 Glanum

cl. CNRS / CCJ / Chéné

1.2 Le verre

18d. foy

19Bien qu’extrêmement fragmentée, la verrerie exhumée sur le site de Saint‑Blaise lors des fouilles anciennes menées par H. Rolland (Rolland 1951 : 172‑173) et au cours des travaux dirigés par G. Démians d’Archimbaud constitue une documentation susceptible de livrer quelques renseignements supplémentaires sur la vaisselle de verre en usage à la fin de l’Antiquité en Provence. Les pièces trouvées lors des fouilles de 1980‑1985 et étudiées en stratigraphie devraient permettre de compléter, de modifier ou de conforter les résultats obtenus par l’examen des verres provenant d’une part des fouilles réalisées à la Bourse à Marseille (Foy, Bonifay 1984) et d’autre part des excavations faites au Clos de la Lombarde à Narbonne (Foy 1991 : 255‑271). Ces deux ensembles de verre, conséquents, sont à la base d’une esquisse de l’évolution de la verrerie du ve au viie s. Nous nous sommes efforcés pour cette étude des verres de Saint‑Blaise de rechercher des éléments de comparaison géographiquement proches. Aux deux séries de matériel précédemment citées nous avons ajouté quelques autres trouvailles provençales et languedociennes issues de contextes bien définis.

1.2.1 Coupes et gobelets

20FIG. 151

21Les coupelles (forme Isings 116‑117) et les gobelets (forme Isings 106‑96) qui ont en commun leur ouverture à arête vive et leur matière de teinte olivâtre sont caractéristiques du début du ve s. Les rares fragments de verrerie découverts sur le site languedocien du Marduel (Raynaud 1984 b : 119, fig. 9, nos 10‑14) et en Provence dans la grotte de la Fourbine (Congés et al. 1983 : fig. 4, no 16) appartiennent exclusivement à des gobelets de forme 106 C Isings ; la céramique trouvée en association confirme la datation proposée.

22La forme complète des gobelets de Saint‑Blaise est difficilement compréhensible. Les rebords réduits ne laissent pas toujours deviner si l’on est en présence d’un gobelet large (Isings 96) ou tronconique et haut (Isings 106 C). Cependant deux fonds étroits, recueillis dans les fouilles de H. Rolland, ne laissent aucun doute sur la forme générale étroite et haute.

23Les coupes, plus nombreuses que les gobelets, sont de dimensions variables puisque leur diamètre supérieur est compris entre 100 et 160 mm. Une pièce plus importante se différencie par son profil non interrompu par la gorge qui sépare habituellement le bord du corps de la pièce (fig. 151, no 14). Cette coupe en forme de calotte devait être extrêmement basse. On peut restituer une hauteur de 25 mm environ. En dehors des stries meulées, le décor est pratiquement inexistant. Les pastilles de verre bleu communément rapportées sur ces gobelets ne se retrouvent que sur un seul fragment anciennement exhumé. Sur les coupelles on ne trouve pas la moindre trace de dépressions qui sont pourtant habituelles sur ces objets. On notera en revanche que certaines coupelles sont de teinte non plus olivâtre mais bleutée ; nous ne connaissons malheureusement pas le contexte de ces pièces trouvées par H. Rolland (fig. 151, nos 9, 10), pour pouvoir suggérer que la teinte non olivâtre soit peut‑être un indice d’antériorité. En effet si, dans l’état actuel des recherches, on situe les pièces à bord coupé net, de teinte olivâtre, à partir de la seconde moitié du ive s., il semble bien que les gobelets à embouchure sans rebord soient connus antérieurement (dans le ive s.) ; dans ce cas ils sont presque incolores, à peine verdâtres ou bleutés.

24Deux fragments de rebord, toujours coupés net et de teinte olivâtre, se distinguent cependant des verreries précédentes par leur décor de stries verticales. L’un (fig. 151, no 15) appartenait sans doute à un gobelet qui possédait ce décor sur deux registres au moins ; l’autre (fig. 151, no 16), plus large, est peut‑être la partie supérieure d’un pot globulaire. Ce tesson découvert par H. Rolland est comparable par son profil à un fragment découvert à Ostie (Carandini et al. 1968 : tav. VIII, no 33).

25Les rebords olivâtres apparaissent à Saint‑Baise dans les contextes du premier quart du ve s., mais ils se retrouvent, sans doute à l’état résiduel, dans des niveaux postérieurs. On notera par exemple que le fragment le plus important par sa taille provient du sondage II Nord 7j attribué au tout début du vie s. Ce rebord (fig. 151, no 2) accompagné de quelques débris provenant sans doute du même vase est la seule verrerie découverte dans ce contexte.

261. Rebord de coupe, olivâtre. III (6), phase II.
2. Rebord de coupe, olivâtre et 4 fragments de panse. II Nord (7j), phases IV‑V.
3. Rebord de coupe, olivâtre. I B S (6a), phases IV‑V.
4. Rebord de coupe, olivâtre, fines stries meulées. II N (7e), phases IV‑V.
5. Rebord de coupe, olivâtre. IV (4), phase VII.
6. Fond de coupe, olivâtre. I B N (17), phase III.
7. Rebord de gobelet, olivâtre. I B N (17), phase III.
8. Rebord de gobelet, olivâtre. Il S (7a1), phases IV‑V.

27D’autres rebords sans lèvre, non dessinés, proviennent des contextes suivants :
– Il N (77) ; I B (7a), phases II et III ;
– Il N (74) ; Il N (7d) ; Il S (7), phases IV‑V ;
– I B (1), hors stratigraphie.
L’étude en stratigraphie de ce matériel peu abondant permet seulement de noter son apparition au début du ve s. (contexte II N, 77, phase II).

FIG. 151 – Verres : gobelets et coupelles à bord coupé

D. Foy del / CNRS

28Les fragments de gobelets et de coupes recueillis par H. Rolland sont plus nombreux et de taille plus conséquente.

299. Coupe bleutée, décor de fines stries meulées. Diam. 140 mm. Fouilles Rolland.
10. Coupe bleutée, décor de trois faisceaux de stries meulées. Diam. 132 mm. Fouilles Rolland.
11. Coupe olivâtre, décor meule. Diam. restitué env. 160 mm. Fouilles Rolland.
12. Coupe olivâtre. Diam. 150 mm. Fouilles Rolland.
13. Coupe olivâtre. Diam. 102 mm. Fouilles Rolland.
14. Coupe en forme de calotte. Diam. 174 mm. Fouilles Rolland.
15. Rebord de gobelet olivâtre, décor godronné sur deux registres ; le bandeau inférieur est à peine perceptible. Diam. 72 mm. Fouilles Rolland.
16. Rebord d’un pot olivâtre, décor godronné incomplet. Diam. 106 mm. Fouilles Rolland.
17. Fond de gobelet tronconique, olivâtre ; l’absence de marque de pontil laisse deviner un rebord sans lèvre. Diam. 40 mm. Fouilles Rolland.
18. Fond comparable. Diam. 44 mm. Fouilles Rolland.

1.2.2 Pots et bouteilles, ve s.

30FIG. 152

31Presque tout le matériel étudié dans cette rubrique provient des fouilles de H. Rolland et ne peut être daté que par comparaison. Nous rattachons à une variante de la forme 131 Isings (pot ovoïde) deux rebords à lèvre arrondie, de teinte olivâtre. Trois pièces comparables issues des fouilles de la Bourse suggèrent une datation dans la première moitié du ve s. (Foy, Bonifay 1984 : fig. 2, nos 39‑41).

3219. Rebord olivâtre, lèvre arrondie. Diam. env. 80 mm. Fouilles Rolland.
20. Rebord olivâtre, lèvre arrondie. Diam. env. 80 mm. Fouilles Rolland.
Les bouteilles olivâtres contemporaines des gobelets et des coupelles précédentes ne sont pratiquement pas représentées dans les trouvailles des fouilles récentes. Un seul rebord portant l’attache d’une anse provient du sondage I B S. Dans la phase VIII, cette pièce doit être considérée comme résiduelle. Les travaux de H. Rolland, en revanche, ont mis au jour plusieurs goulots et anses qui s’apparentent vraisemblablement aux cruches 120 ou aux bouteilles 126 de Isings.
21. Rebord et anse nervurée olivâtres ; l’extrémité de l’anse repliée est appliquée contre un cordon décoratif, parallèle au rebord. Diam. rebord 6 mm. Fouilles Rolland.
22. Fragment de rebord portant des cordons de verre d’épaisseur variable. Diam. 66 mm. Fouilles Rolland.
Deux autres rebords, toujours de même teinte, ne peuvent être associés à une forme précise.
23. Rebord ourlé vers l’intérieur, olivâtre. Diam. 70 mm.
24. Rebord d’un goulot étroit, lèvre arrondie. Un fil de verre de même teinte que le reste de la pièce entoure le col.. Diam. 20 mm. Des pièces comparables ont été découvertes à Carthage (fouilles de l’avenue Bourguiba) dans des contextes du vie et du viie s. (Tatton‑Brown 1984 : fig. 67, no 71).

33Le second type de récipient reste encore incomplet. Les nombreux fragments permettent cependant de dénombrer deux ou trois exemplaires. Nous avons tenté la restitution partielle de deux pièces. Ces flacons, au corps cylindrique et au fond à peine refoulé, sont altérés. La matière opacifiée, de teinte olivâtre, se délite. Ont seulement été recueillis des fragments de fond, de panse et d’épaulement. Aucun ne porte trace d’arrachement d’une anse, ce qui permettrait de rattacher provisoirement ces pièces à la forme 132 de Isings. On ne peut cependant pas exclure une parenté avec les types Isings 126 (bouteille cylindrique à une anse) ou Isings 127 (bouteille cylindrique à deux anses). Seule la partie haute manquante nous assurerait une attribution sans risque. Les trois types Isings 126, 127 et 132 peuvent en effet porter un décor gravé comme celui que nous avons retrouvé. Cette gravure, peu profonde, difficilement perceptible, est de mauvaise qualité. Le décor géométrique est irrégulier dans l’épaisseur et le tracé des rainures. Les motifs semblent plus abrasés que gravés.

3425. La première bouteille restituée est quadrillée par une double épaisseur de lignes perpendiculaires. Le corps est divisé au moins en cinq registres horizontaux. Les lignes doubles scandaient aussi dans le sens de la hauteur la panse du flacon.
26. La seconde pièce, sans doute plus petite, porte un décor de frises d’alvéoles ovales ; chaque registre est délimité par une double rainure horizontale. Le registre inférieur, différent, ne peut être interprété.

35Les nombreux fragments de panse de bouteilles à décor abrasé, comparables aux pièces examinées ici, faisaient partie du mobilier découvert lors des fouilles du Clos de la Lombarde et attribué au début du ve s. Or, la datation traditionnelle de ces bouteilles est du ive s., et souvent même de la première moitié (à titre d’exemple, citons Saldern 1974 : no 259 ; Doppelfeld 1966 : nos 150, 151 ; Goethert‑Polaschek 1985 : 28 ; Harden 1936 : nos 739‑741). Le dernier élément de bouteille, issu du mobilier découvert à Saint‑Blaise par H. Rolland, est un goulot avec rebord (incomplet) et départ de panse (no 27). Le décor visible sur la petite surface conservée de la panse a attiré notre attention. Le motif de globules moulés qui couvrait le corps de cet objet a été identifié comme la chevelure bouclée encadrant deux visages diamétralement opposés. L’embouchure a été pincée pour former un bec verseur. La datation de ces petites fioles, soufflées dans des moules bivalves, nous paraît maintenant assurée. Les pièces découvertes, l’une fragmentée dans le dépotoir du Clos de la Lombarde et l’autre intacte dans un sarcophage de l’abbaye de Saint‑Victor de Marseille, ne peuvent pas être antérieures au ve s. (Cette fiole a été publiée dans le catalogue de l’exposition « Premiers temps chrétiens en Gaule méridionale » [Février, Leyge 1986]. La notice 151 qui fait référence à cette pièce n’indique malheureusement pas son contexte de découverte. Dans le même ouvrage, il est fait état de ce même objet, dans la notice 462 : une coquille malencontreuse [négation ne omise] transforme notre raisonnement : il faut lire « le sarcophage [...] dans lequel elle [la fiole] était déposée ne peut être antérieur au ve siècle ».) D’autres trouvailles confirment cette datation : le fragment provenant des fouilles du port de Classe (Curina 1983 : 170, nos 11‑17) ou de Carthage (Tatton‑Brown 1984 : fig. 67, no 61 ; ce décor a été interprété comme appartenant à un vase moulé en forme de grappe de raisin, mais il peut tout aussi bien faire partie d’une bouteille soufflée dans un moule en forme de visage humain, encadré d’une chevelure). Cette datation est aussi confirmée par les découvertes anciennes faites aussi bien à Karanis (Harden 1936 : pl. XVIII, no 629) qu’en Belgique (Namur 1849). Les catalogues de musée ou d’exposition s’obstinent pourtant à dater le plus souvent ces pièces des iieiiie s. (Verre histoire s.d. : notices 281‑287 ; Saldern 1980 : notice 51 ; ce dernier objet a un bec verseur comparable à la pièce de Saint‑Blaise). L’origine de ces bouteilles, dites traditionnellement syriennes, n’est pas certaine.

3627. Verre olivâtre, fragment de la partie supérieure d’une bouteille bicéphale. L’embouchure avait un bec pincé. Diam. du goulot 14 mm, hauteur conservée 44 mm.
Les fouilles récentes ont exhumé deux goulots et un fond décorés de nervures obtenues vraisemblablement au moule. L’un des cols et le fond sont encore olivâtres alors que le second goulot est bleuté. Ils se trouvent dans des niveaux du début du vie s. ou hors stratigraphie. Les deux seules anses rubanées de teinte verdâtre clair sont l’une dans une couche de la fin du ve, l’autre dans les niveaux les plus récents du viie s.
28. Base d’un goulot bleuté, décor côtelé. II S (7f2b), phases IV‑V.
29. Base d’un goulot verdâtre, décor côtelé. I B (4), hors stratigraphie.
30. Fond verdâtre côtelé, marqué du pontil bien visible. I B S (6a), phases IV‑V.
31. Anse verdâtre faite de deux épaisseurs de verre. I B N (12), phase III.
32. Anse verdâtre. Il (5i), phase VIII.

FIG. 152 – Verres : pots et bouteilles

D. Foy del / CNRS

1.2.3 Coupelles à décor gravé

37FIG. 153

38Les trois fragments de coupe en verre presque incolore et à décor gravé proviennent des fouilles de H. Rolland.

3933. Le fragment le plus conséquent est la partie supérieure d’une coupelle en forme de calotte. Le rebord coupé net, sans lèvre, a été meulé. Au‑dessous, à 12 mm du rebord, une rainure limitait le décor dont il ne reste qu’un infime vestige que nous proposons d’interpréter comme l’extrémité d’une croix pattée. Diam. 130 mm. La hauteur totale de la pièce était probablement comprise entre 30 et 40 mm.
34. Le deuxième élément appartenait probablement aussi à une coupe sur laquelle subsiste un décor de trois épis (Cf. fig. 153, dessin et photo).
35. La pièce la plus modeste ne peut être rattachée à une forme précise. Le décor perceptible est géométrique : faisceaux de rainures et frise de petits ovales.

40Les fragments étudiés sont trop réduits pour que l’on puisse les attribuer à l’un des différents groupes mis en évidence par Fremersdorf (Fremersdorf 1967). Les coupes gravées en forme de calotte sont généralement datées de la seconde moitié du ive s. et du ve s. (A l’aube de la France 1981). Le fragment à décor chrétien trouvé au Clos de la Lombarde est dans un contexte du début du ve s.

1.2.4 Verres à pied

41FIG. 153

42Cette rubrique regroupe des pieds de verre constitués par refoulement de la paraison, mais dans aucun cas ils ne forment une saillie conique à l’intérieur. Cette série n’est pas très homogène : des variantes apparaissent dans les tailles (diamètres compris entre 34 et 50 mm), les profils (sommet du pied aplati ou au contraire conique) et surtout dans les couleurs. Les 18 pièces recueillies lors des dernières fouilles sont légèrement verdâtres (7 exemplaires), bleutées (7 exemplaires) ou franchement olivâtres (4 exemplaires). Deux pièces trouvées par H. Rolland ont complété cette série (nos 47 et 48). Nous associerons ces pieds à l’un des types 109 de Isings, sans que l’on puisse toutefois apprécier le profil des coupes et des rebords (le type 109 peut avoir un bord coupé ou au contraire une lèvre arrondie). La stratigraphie n’apporte pas de grande précision pour la datation de ces verres. Les premiers apparaissent dans les phases IV‑V, mais on les retrouve aussi nombreux dans les contextes postérieurs. Nous n’avons pas pu ainsi vérifier la datation proposée par le mobilier de la Bourse à Marseille. Sur ce dernier site, les pieds coniques, de teinte claire (verdâtre ou bleutée), sont concentrés dans les niveaux de la fin du ve s. et du début du vie s., datation qui rejoint celle avancée par les résultats des fouilles des nécropoles mérovingiennes. L’avancement des recherches et la multiplication des trouvailles dans les tombes mérovingiennes permettent même d’observer une évolution dans la morphologie : les profils trapus, rigides ou galbés sont connus dans les ensembles funéraires dès le début du ve ; par la suite les verres s’allongent et les rebords s’épaississent. La matière claire est souvent verdâtre : ce dernier type est bien représenté dans la seconde moitié du ve s. (Alenus‑Lecerf 1985 : 136 ; id. 1987). La modestie des fragments recueillis tant à Saint‑Blaise qu’à la Bourse ne peut en aucune manière conforter cette évolution. Il est fort possible que les pieds coniques rassemblés dans la présente étude appartiennent à plusieurs types. Les pièces olivâtres, larges (nos 38, 39, 40), s’apparentent sans doute à des bols avec pied (proches de la forme Isings 115) connus à la fin du ive et au début du ve s. Ces pièces ont parfois un rebord ourlé comme celui qui a été retrouvé dans un contexte de la première moitié du vie s. (no 44).

4336. Rebord à lèvre arrondie et pied conique, bleutés. Diam. du pied 50 mm. I B (5), phase VIII.
37. Pied conique, bleuté. Diam. 50 mm. I B S (6), phases IV‑V.
38. Pied conique, bleuté. Diam. 40 mm. II (4), hors stratigraphie.
39. Pied conique, bleuté. Diam. 41 mm. I B S (6g), phases IV‑V.
40. Pied conique verdâtre. Diam. 34 mm. Il S (7f2b), phases IV‑V.
41. Pied conique verdâtre. Diam. 50 mm. Il S (7f2b), phases IV‑V.
42. Pied conique verdâtre. Diam. 50 mm. Il N (7b), phase VI.
43. Pied conique olivâtre. Diam. 48 mm. I S (6’), phases IV‑V.
44. Pied conique olivâtre. Diam. 42 mm. IV (2), hors stratigraphie.
45. Pied conique olivâtre. Diam. 46 mm. I B (3), hors stratigraphie.
46. Pied conique olivâtre. Diam. 42 mm. I B S (6a), hors stratigraphie.
47. Pied conique olivâtre. Diam. 44 mm. Départ galbé de la coupe. Fouilles Rolland.
48. Pied conique olivâtre. Diam. : 45 mm. Fouilles Rolland.

44Autres pieds coniques non dessinés :
– de teinte verdâtre, ils proviennent des niveaux IV, 1 hors stratigraphie ; I B S (6), phases IV‑V ; I B (5e), phase VI ; IV (3), phase VIII.
– de teinte bleutée ou légèrement verdâtre, ils apparaissent dans les niveaux I B S (6), phases IV‑V ; I B (5e), phase VI ; IV (3), phase VIII ; I B (5b), phase VIL

4549. Rebord ourlé olivâtre. Diam. 124 mm. I B S (6a), phases IV‑V.

FIG. 153 – Verres : 33‑35 coupelles à décor gravé ; 36‑48 verres à pied conique ; 49 rebord

D. Foy del / CNRS ; cl. CNRS / CCJ / Foliot

1.2.5 Gobelets et coupes à décor d émail

46FIG. 154‑156

47Plus de 70 fragments portent un décor de filets de verre blanchâtre, appliqués à chaud sur les parois ou le fond des objets. Cette ornementation n’est pas simplement appliquée sur la surface du verre, mais est incrustée dans la masse. Ainsi on peut retrouver la technique de décoration même si l’émail a disparu. Les sillons profonds indélébiles laissent transparaître le tracé en spirales ou en festons de l’émail. Lorsqu’il subsiste encore, ce verre à l’origine blanchâtre est devenu une sorte de poussière brune qui adhère assez mal à son support. La vaisselle décorée selon ce procédé est le plus souvent en verre très fin, de teinte claire, à peine verdâtre. Plus rares sont les fragments bleutés. Les filets blanchâtres, dans presque tous les cas, dessinent des lignes parallèles au rebord. Leur nombre et leur largeur sont variables. Sous plusieurs fonds, nous avons discerné des traînées blanchâtres disposées en guirlandes festonnées et concentriques. L’extrémité de chaque courbure du dessin est parfois marquée par une goutte de verre en relief (no 99). Cette combinaison décorative est tout à fait comparable à celle d’un bol caliciforme daté de la fin du ve s. et provenant de la nécropole de Trivières (Faider‑Feytmans 1970). La comparaison ne vaut que pour le décor. Nous ignorons le profil complet des pièces qui possédaient ces fonds : sans doute de simples coupelles.

48Bien que réduits, les profils des rebords permettent de noter une variété de formes. Les ouvertures les plus larges (80 à 150 mm) sont sans aucun doute les orifices de coupelles dont le fond, et parfois même le corps, pouvaient être garnis de festons d’émail. En revanche on interprète les rebords étroits (46 à 80 mm) comme l’embouchure de gobelets effilés ou peut‑être même de bouteilles. On sait, en effet, que le décor d’émail peut couvrir toutes sortes d’objets : verres à pied, gobelets, cornets à boire, verres campaniformes, bols et bouteilles que l’on trouve dans les nécropoles mérovingiennes de la fin du ve au milieu du vie s., ou encore verre à tige et bols des tombes lombardes du vieviie s. Le mobilier de Saint‑Blaise comprend aussi des lampes à décor d’émail.

49Nous avions observé lors de l’étude des verres de la Bourse que le décor d’émail était particulièrement fréquent dans la première moitié du vie s., bien que de rares fragments apparaissent dès le milieu du ve s. Mais ce décor est totalement absent dans la première partie du ve s., que ce soit à la Bourse ou au Clos de la Lombarde.

50Les quelques remarques que suggère l’étude en stratigraphie des verreries à décor d’émail recueillies à Saint‑Blaise ne sont guère significatives. Les 31 fragments de verre de diamètre étroit (appartenant sans doute à des gobelets) se situent dans des contextes compris entre 500 et 600. La moitié du mobilier (16 pièces) est dans la première partie du vie s., le restant dans la seconde moitié du siècle (12 pièces) ou au début du viie s. (3 pièces). 5 autres fragments, non comptabilisés, ont été anciennement exhumés.

1.2.5.1 Inventaire des rebords de gobelet

51FIG. 154

52Non dessiné : I B S, 7b, phase III.
50. Diam. env. 62 mm. I B N (10), phases IV‑V.
51. Diam. env. 60 mm. I B N (10), phases IV‑V.
52. Diam. env. 56 mm. Il S (7f2b), phases IV‑V.
53. Diam. env. 70 mm. Il S (7f2b), phases IV‑V.
54. Diam. env. 70 mm. Il S (7f2b), phases IV‑V.
55. Diam. env. 70 mm. Il S (7f2b), phases IV‑V.
56. Diam. env. 62 mm. Il S (7f2b), phases IV‑V.
57. Diam. env. 63 mm. Il S (7f2b), phases IV‑V.
58. Diam. env. 73 mm. Il S (7f2b), phases IV‑V.
59. Diam. env. 62 mm. Il S (7f2b), phases IV‑V.
60. Diam. env. 51 mm. I B S/6, phases IV‑V.
Non dessiné. I B S/6, phases IV‑V.
Non dessiné. I B S/6, phases IV‑V.
Non dessiné. I B S/6, phases IV‑V.
61. Diam. env. 70 mm. I B S (5e), phase VI.
62. Diam. env. 72 mm. IV (9), phase VI.
63. Diam. env. 59 mm. IV (7), phase VI.
64. Diam. env. 57 mm. IV (7d), phase VII.
65. Diam. env. 72 mm. IV (8), phase VII.
66. Diam. env. 37 mm. IV (8d), phase VII.
Non dessiné. IV (4), 1 rebord H. S.
Non dessiné. IV (8), 4 rebords phase VII.
Non dessiné. I B 5 c, 1 rebord phase VII.
Non dessiné. I B 5 d, 1 rebord phase VII.
67. Diam. env. 82 mm. I B (5), phase VIII.
68. Diam. env. 46 mm. IV (3), phase VIII.
Non dessiné. I B 5’, phase VIII.
69. Diam. env. 64 mm. Fouilles Rolland.
70. Diam. env. 70 mm. Fouilles Rolland.
71. Diam. env. 70 mm. Fouilles Rolland.
72. Diam. env. 84 mm. Fouilles Rolland.
Les trois filets rapportés sur ce gobelet sont en verre de même teinte que le support.
73. Diam. env. 60 mm. Fouilles Rolland. Les filets rapportés sont en verre blanc.

FIG. 154 – Verres : gobelets décorés de filets d’émail

D. Foy del / CNRS

1.2.5.2 Inventaire des fragments de coupe (rebords, parois, fonds)

53FIG. 155, 156

54Les rebords à large ouverture, identifiés comme appartenant à des coupes ou des bols, sont au nombre de 32 ; 3 fonds portent aussi un décor d’émail disposé en festons, ornementation que l’on trouve sur 6 fragments de panse. Il reste des fouilles de H. Rolland deux rebords et deux fonds ; l’un d’eux est remarquable par sa teinte bleutée et l’aspect de son décor : chaque extrémité des festons faits d’un faisceau de fils d’émail est soulignée par une goutte de verre en relief (no 99). Ces globules sont dans leur répartition tout à fait comparables à ce que l’on peut observer sur les pièces trouvées dans de nombreuses nécropoles mérovingiennes (par exemple Trivières).
Les coupes à décor d’émail découvertes lors des dernières fouilles se rencontrent essentiellement vers la fin du vie s. ; elles apparaissent pourtant dès le début de ce siècle : 15 fragments dans la première moitié, 21 dans la seconde et 3 au viie s. ; deux autres sont hors stratigraphie.

5574. Diam. env. 120 mm. Il S (7f2b), phases IV‑V.
Non dessiné : 6 autres rebords. Il S (7f2b), phases IV‑V.
75. Diam. env. 122 mm. I B S (6g), phases IV‑V.
Non dessiné : I B S (6g), phases IV‑V.
76. Diam. env. 134 mm. I B N (15), phases IV‑V.
77. Diam. env. 132 mm. I B S (6a), phases IV‑V.
Non dessiné : I B S (6a), phases IV‑V.
Non dessiné : I B S (6a), phases IV‑V.
78. Diam. env. 80 mm. Il (5g), phase VIII.
Non dessiné : Il (5g), phase VIII.
Non dessiné : I B N (7), phase VI.
79. Diam. env. 142 mm. IV (7), phase VII.
80. Diam. env. 130 mm. IV (7), phase VII.
81. Diam. env. 110 mm. I B (5c), phase VII.
82. Diam. env. 130 mm. IV (8), phase VIL
83. Diam. env. 132 mm. IV (8), phase VII.
84. Diam. env. 72 mm. IV (8), phase VII.
85. Diam. env. 120 mm. IV (8), phase VII.
Non dessinés : 6 rebords. IV (8), phase VII.
86. Diam. env. 128 mm. IV (5), phase VII.
87. Diam. env. 140 mm. IV (4), hors stratigraphie.
Non dessiné : IV (44), hors stratigraphie.
88. Diam. env. 110 mm. Il (7i), les filets rapportés sont en verre bleu, phases IV‑V.
89. Diam. env. 150 mm. Fouilles Rolland.
90. Diam. env. 132 mm. Fouilles Rolland.
91. Fragment de paroi. Il S (7f2b), phases IV‑V.
92. Fragment de paroi. IV (9), phase VI.
93. Fragment de paroi. IV (8), phase VII.
94. Fragment de paroi. IV (8).
95. Fragment de paroi. I B (5), phase VIII.
96. Fond. I B S (6a), phases IV‑V.
97. Fond. I B (5d), phase VII.
98. Fond. I B (5), phase VIII.
99. Fond. Fouilles Rolland.
100. Fond. Fouilles Rolland.

56Si l’on tient compte de toutes les pièces à décor d’émail (gobelets et coupes), force est de constater que cette ornementation est présente pendant tout le vie s. : 31 pièces sont antérieures à 560 ; 33 se situent dans la seconde partie du vie s., et 6 seulement au viie s.

FIG. 155 – Verres : coupelles décorées de filets d’émail

D. Foy del / CNRS

FIG. 156 – Verres : rebords et fonds de gobelets et de coupelles à décor d’émail

cl. CNRS / CCJ / Foliot

1.2.6 Coupes à décor Chrétien moulé

57FIG. 157, 158

58Le site de Saint‑Blaise n’est pas le premier à avoir fourni des fragments de coupes, dont le fond est orné de symboles chrétiens obtenus par un moule. Le nombre d’exemplaires recueillis sur ce lieu est cependant remarquable. Les fouilles de H. Rolland avaient déjà mis au jour 3 fonds dont un seul a été publié (Rolland 1951 : fig. 51). Au cours des dernières recherches, 4 nouvelles pièces au moins sont apparues (5 autres fragments peuvent faire partie des 4 objets individualisés, ou témoigner de la présence de nouveaux exemplaires). L’intérêt des découvertes de Saint‑Blaise est double : d’une part, la datation est assez bien assurée, d’autre part l’origine de production de ces objets, bien qu’hypothétique, peut tout de même être avancée. Sur les 9 fragments portant un décor moulé chrétien, 7 sont en stratigraphie : 5 se situent dans des contextes de la première moitié du vie s. ; les 2 autres sont dans des niveaux attribuables aux années 580 ; les 2 fragments restants sont dans les couches de surface très remaniées. Le seul symbole moulé sur ces fonds est la croix. Au centre du fond, cette croix parfois pattée peut aussi être cantonnée par 4 globules. Elle est inscrite dans un simple médaillon, ou dans une rosace à 4 lobes, ou encore –mais ici l’interprétation est plus hasardeuse– dans une frise d’oves, concentrique. L’ornementation ne se réduit pas à ce motif principal, généralement les parois de la coupe –du moins la partie inférieure– sont imprimées de signes difficilement identifiables : résille ou nervures. La répétition du motif central retrouvé sur 4 exemplaires laisse supposer un centre de production régionale. Ce décor déjà connu de Henri Rolland est celui de la croix à branches fourchées, cantonnée de 4 croisettes semblables. Deux matrices au moins ont cependant été utilisées car les dimensions des signes sont variables.

59Dans le Midi méditerranéen, dans d’autres chantiers de fouilles, a été exhumé un mobilier au décor chrétien comparable, mais jamais identique. Sur le site de la Bourse à Marseille, 5 fragments de fonds ont été découverts ; ils portent des chrismes ou des croix parfois flanquées de 4 boutons ou de petites croisettes (Foy 1977 : pl. IV, nos 28‑30 ; Foy, Bonifay 1984 : nos 70, 79). 2 émanant des fouilles de 1980 sont en stratigraphie : l’un est dans un contexte fin ve‑début vie s., l’autre plus tardif est dans une période du vie s. immédiatement postérieure à l’unité stratigraphique précédente. A Toulon, dans les fouilles du quartier de Besagne, une coupe au profil presque complet a été mise au jour. Le fond mutilé conserve seulement ce qui peut être identifié comme deux branches d’une petite croix. La fosse A qui contenait ce verre est datable de la fin du vie s., mais les éléments résiduels ne manquent pas (Berato et al. 1986 : no 78).

60Il nous faut, une fois encore, pour compléter l’étude de ces décors chrétiens moulés trouvés à Saint‑Blaise, rappeler que cette ornementation, tout comme le décor d’émail, n’est pas propre aux régions méditerranéennes. Les plus beaux exemples proviennent des nécropoles mérovingiennes du Namurois, des Ardennes et de Picardie. On recense au moins 25 coupes à décor chrétien issues de nécropoles sises entre Seine et Meuse (Alenus‑Lecerf 1987 : 231). La datation de ces pièces est comprise entre la fin du ve s. et 560 (Dasnoy 1956 ; Périn 1980). Dans certains cas la fourchette plus resserrée propose 485‑525 (Legoux 1978). La concentration de ces pièces laisse penser à l’existence d’un ou de plusieurs centres de production installés dans le nord de la Gaule, en Belgique et/ou dans le nord de la France (Périn 1972 : 33‑34). Ces décors chrétiens ont sans doute aussi été imprimés sur des verreries fabriquées dans des régions plus lointaines. Rappelons qu’un moule en calcaire portant gravés un chrisme et une inscription a été anciennement découvert à Autun (Pilloy 1897 ; Graillot 1899). Les modestes fragments recueillis à Saint‑Blaise, Marseille et Toulon peuvent être considérés comme les témoignages d’un commerce avec des pays septentrionaux, mais nous pouvons tout aussi bien y voir les indices d’une production régionale attestée par ailleurs par d’autres trouvailles (cf. infra). Les thèmes et les procédés décoratifs communs à la verrerie des ve et vie s. de toute la Gaule sont de toute façon les signes d’une circulation des goûts et peut‑être des savoir‑faire.

61Depuis l’examen des verres de Saint‑Blaise, la multiplication des trouvailles dans toute la Provence, la répétition des mêmes motifs et les découvertes associées de fragments à décor chrétien et d’indices de fabrication nous permettent de pencher en faveur d’une production régionale (Foy 1993).

62Tous les fragments sont en verre clair à peine verdâtre. Les signes sont en faible relief.

63101. Fond, verre mince. Diam. env. 50 mm. I B N 6, phase VII.
102. Fond, verre épais. Diam. env. 54 mm. IV (4), phase VII.
103. Fond, verre mince. Diam. env. 62 mm. Fouilles Rolland, no d’inventaire : 541.
104. Fond, extrémité d’une branche fourchue. Il 6c, phase VII.
105. Verre fin irisé appartenant à une coupe. II 7f2b, phases IV‑V.
106. Idem. I B S 6, phase VII.
107. Idem. Il 5m, phase VII.
108. Fond, verre épais. Diam. env. 49 mm. Fouilles Rolland.
109. Fond, verre fin. Diam. env. 56 mm. Fouilles Rolland, no d’inventaire : 2654.
110. Fond, le décor à l’extérieur du médaillon central est difficilement perceptible. I B N (15), phases IV‑V.
Non dessiné. Petit fragment de paroi, décor moulé. I B 4, hors stratigraphie.
Non dessiné. Petit fragment de fond, décor moulé. I B 4, hors stratigraphie.

FIG. 157 et 158 – Verres : fonds moulés à décor chrétien

D. Foy del / CNRS ; cl. CNRS / CCJ / Foliot

1.2.7 Coupelles à bord ondulé

64FIG. 159

65Cette forme qui n’est pas répertoriée par Isings n’est pourtant pas rare. Citons à titre d’exemple les trouvailles de Karanis (Harden 1936), Carthage et Marseille (Foy 1977 : pl. 111. no 12). Seule la partie haute très caractéristique par son ouverture lobée qui peut atteindre jusqu’à 250 mm est connue. La couleur du verre est variable : olivâtre à la Bourse, jaunâtre ou bleutée à Saint‑Blaise, verdâtre à Carthage (Tatton‑Brown 1984 : fig. 65, no 10). La pièce la plus importante découverte à Saint‑Blaise provient de fouilles anciennes. Les travaux récents ont quant à eux fourni 3 éléments dont 2 dans la première moitié du vie s., et 1 vers la fin du même siècle. La datation traditionnelle de ces coupes est plus haute : iveve s. ; elles sont peut‑être contemporaines des gobelets et coupelles à bords coupés.

66111. Verre jaunâtre. Diam. env. 155 mm. Fouilles Rolland.
112. Verre bleuté. IV (7f), phase VII.
113. Verre bleuté. II S (7k), phases IV‑V.
114. Verre bleuté. I B S (5c), phase VII.

1.2.8 Coupes et bols à piédouche

67FIG. 159

68Ici sont regroupés les pieds larges, surélevés, appartenant probablement à de grands plats dont le diamètre inférieur est compris entre 110 et 190 mm. Ces pieds ont la particularité d’être façonnés dans un verre de teinte soutenue : verte ou jaune. La présence de pieds comparables dans le mobilier provenant du Clos de la Lombarde suggère une datation dans la première moitié du ve s. Les pièces trouvées à Saint‑Blaise sont de la seconde moitié du ve ou du début du vie s.

69115. Verre vert. Diam. env. 110 mm. Hors stratigraphie.
116. Verre jaune. Le pourtour du pied a été retaillé. I B (7), phase III.
117. Verre vert. Diam. env. 130 mm. Il (7f2b), phases IV‑V.
118. Verre vert‑jaune. Diam. env. 140 mm. Fouilles Rolland.
119. Verre vert‑jaune. Diam. env. 190 mm. Fouilles Rolland.

70Un pied de diamètre plus réduit (no 123) appartient à un bol dont le rebord pourrait être fait soit d’une lèvre simplement arrondie, soit au contraire ourlée à l’extérieur de façon à former un large bandeau. Un rebord de ce type a été trouvé par H. Rolland (no 120) ; il est tout à fait comparable à une pièce issue de Carthage dans un contexte compris entre 439 et 533. Les pieds annulaires provenant du même site appartiennent à la même séquence archéologique que la pièce précédente. A Karanis et Ravenne des bols à piédouche à large rebord replié ou à lèvre simplement arrondie présentent des variantes dans le profil : la coupe est tronconique ou au contraire galbée.

71120. Rebord à large bandeau, verre bleuté. Diam. env. 130 mm. Fouilles Rolland.
121. Piédouche d’un bol, verre verdâtre. Diam. env. 43 mm. Fouilles Rolland.
Deux autres rebords ourlés sont d’aspect bien différent : le repli double produit deux listels étroits et accolés ; leur teinte est bleutée. Un seul en stratigraphie est du début du vie s. Retrouvés en très grand nombre à Tours, ces rebords sont datés entre la seconde moitié du vie et le milieu du viie s. (Motteau 1985 : nos 116‑120).
122. Rebord, verre bleuté. Diam. env. 132 mm. I B (4), hors stratigraphie.
123. Rebord, verre bleuté. Diam. env. 120 mm. Il S (7f2b), phases IV‑V.
Un autre type de pied a la particularité d’être fait de plusieurs anneaux de verre (2 à 4) superposés. Les trois exemplaires retrouvés sont colorés en bleu foncé dans la masse. Ils sont dans des niveaux remaniés. Ces pieds très répandus sont connus à Rome, Ostie, Carthage.
124. Pied fait de 2 anneaux superposés, coloré en bleu dans la masse. II (3).
125. Pied fait de 3 anneaux superposés, coloré en bleu dans la masse. I B (4).
126. Pied fait de 4 anneaux superposés, coloré en bleu dans la masse. Fouilles Rolland. Une deuxième pièce, non dessinée, provient des mêmes fouilles.
Il nous faut enfin signaler un autre fond soufflé dans un verre coloré en bleu dans la masse. Il n’est pas rapporté sous l’objet, mais façonné dans la même paraison.
127. Pied, verre bleu. Diam. env. 90 mm.

FIG.159 – Verres : 111‑114 coupelles à rebord ondulé ; 115‑119, 121, 124‑127 pieds ; 122‑123 rebords ourlés

D. Foy del / CNRS

1.2.9 Les lampes

72FIG. 160

73Divers fragments témoignent de la présence de lampe. Plusieurs types peuvent être distingués. Tout d’abord les luminaires, en verre très fin, légèrement verdâtre, dont l’extrémité est terminée par un petit bouton ovale. Ces pièces sont le plus souvent décorées d’un filet de verre enroulé en spirale sur tout le corps. Cette ornementation rapportée est de même matière que le support (no 128) ou bien en verre blanc, opaque (nos 129, 132). Le bouton terminal peut lui‑même être couvert d’émail (no 129). Les cinq fragments retrouvés en stratigraphie permettent de situer ces objets dans la première moitié du vie s. Une seule pièce, probablement résiduelle, est dans un contexte du début du viie s.

74128. Fond de lampe décoré d’un fil en verre verdâtre. II S’ (7f2b), phases IV‑V.
129. Fond de lampe décoré par un fil d’émail. II S (7f2al), phases IV‑V.
130. Fond de lampe, manque le bouton terminal, IV (7), phases VIL
131. Bouton d’une lampe. II N base de (7e), phases IV‑V.
Non dessiné : fragment de lampe décoré par un fil d’émail. I B (5’), phase VIII.
132. Fond de lampe décoré par un fil d’émail, manque le bouton. Fouilles Rolland.

75Le deuxième type est toujours en verre fin. Quatre culs de lampes ont été retrouvés. Leur extrémité arrondie est instable ; un seul est plat. Un rebord large, très évasé, retrouvé dans une couche qui contenait aussi deux fonds de lampe, constitue peut‑être la partie haute d’une de ces lampes. Ces pièces semblent contemporaines des précédentes.

76133. Rebord, verdâtre. Diam. env. 142 mm. I B N (15), phases IV‑V.
134. Fond de lampe. I B N (15), phases IV‑V.
135. Fond de lampe. I B N (15), phases IV‑V.
136. Fond de lampe. I B S (5e), phase VI.
137. Fond de lampe, marque de pontil. I B N (6), phase VII.

77Les lampes en verre verdâtre épais, au fond renforcé par une sorte de pied large et plat (nos 138‑139), globulaire (no 140) ou encore tubulaire (no 141) sont moins nombreuses. Seuls deux fragments ont été exhumés toujours dans des contextes de la première moitié du vie s. Deux autres pièces proviennent des fouilles de Rolland.

78138. Fond de lampe, épais, plat. I B S (6e), phases IV‑V.
139. Idem. Fouilles Rolland.
140. Fond de lampe, épais, extrémité globulaire. I B S (6), phases IV‑V.
141. Fond de lampe, extrémité tubulaire. I B (5), phase VIII.
142. Fond de lampe, extrémité tubulaire. Fouilles Rolland.

79La dernière catégorie de lampe a été identifiée par de petites anses appartenant vraisemblablement au type 134 de Isings. Cependant les anses retrouvées sont toutes accrochées sur une paroi de verre, jamais sur un rebord comme les lampes décrites par Isings. Aussi est‑il possible qu’elles fassent partie de formes bien différentes caractérisées par un corps globulaire, un rebord haut et largement évasé et très souvent un pied tronconique (voir de nombreux exemples réunis dans Crowfoot, Harden 1931). Ces petites anses peuvent cependant appartenir à une variante du type 134 défini par C. Isings, c’est‑à‑dire des petits vases tronconiques, apodes, possédant trois anses soudées à mi‑hauteur sur leur paroi, comme les verreries exhumées à Salamine de Chypre (Chavane 1975) où à Paphos (Megaw 1971). L’une des 4 pièces découvertes est dans un niveau du début du VIe s., les 3 autres appartiennent à des contextes plus récents (fin vieviie s.). Une anse (non dessinée) avait été découverte par H. Rolland.

80143. Fragment d’anse d’une lampe. II S, phases IV‑V.
144. Anse d’une lampe. I B (5e), phase VI.
145. Anse d’une lampe. I B (4), phase VIII.
146. Anse d’une lampe. I B (5), phase VIII.
147. Anse d’une lampe. Il (51), phase VIII.
148. Anse d’une lampe. I B (5’), phase VIII.

81L’étude des lampes de verre retrouvées a Saint‑Blaise laisse penser que le type avec anse est le plus récent, ou du moins perdure le plus longtemps. Il faut cependant rester prudent car ce matériel restreint ne permet pas de conclusion définitive. De nombreux chantiers de fouilles montrent l’usage simultané de divers types de lampes du ive au viiie s. Il est évident que les lampes à pied tubulaire, arrondi (2e type de notre classification), ont perduré pendant tout le Moyen Âge. Sur le chantier de la Bourse on trouve au viie s. des lampes de divers types.

FIG. 160 Lampes

D. Foy del / CNRS ; cl. CNRS / CCJ / Follot

1.2.10 Verres à tige

82FIG. 161‑162

83Les verres à courte tige reposant sur un pied plat ou légèrement tronconique, en forme de disque, sont les pièces les mieux représentées sur le site de Saint‑Blaise (type 111 Isings). La matière est jaunâtre ou verdâtre ou très rarement bleutée. Aucune pièce n’est archéologiquement complète. Nous avons tenté de dénombrer ces objets en ne tenant compte que des pieds ou des tiges. Les rebords à lèvre arrondie, très fragmentés, n’ont pas été estimés. Le nombre de verres à tige est ainsi grossièrement évalué à 76 pièces dont 10 dans les niveaux remaniés. Les 66 pièces restantes se situent dans leur majorité dans les niveaux de la fin du vie s. et du viie s. (50 pièces) (fig. 162).

84Ces résultats sont similaires aux observations faites sur le mobilier recueilli sur le chantier de la Bourse. Le verre à tige qui apparaît au début du vie s. devient dans la seconde moitié de ce siècle et au viie s. la forme de verrerie la plus usitée. Ceci rejoint aussi les datations du matériel exhumé sur le castrum de S. Antonino di Persi en Ligurie (Falcetti 1988 : 371‑378) et les remarques faites sur le site de Carthage où ce type de verre est cependant déjà présent (modestement) dès la seconde moitié du ve s.

FIG. 161 – Verres à tige type 111 Isings

D. Foy del / CNRS ; cl. CNRS / CCJ / Foliot

FIG. 162 – Représentation en barres des verres à tiges par phase.

1.2.10.1 Répartition des pièces utilisées pour le comptage

Sondage I B

Hors stratigraphie

I B (2a), 1 pièce

I B (4), 6 pièces

Phases IV‑V

I B N (10), 1 pièce

I B N (15), 1 pièce

I B S (6a), 3 pièces

Phase VI

IBS (5e), 5 pièces

Phase VII

IBS (5c), 6 pièces

I B S (5d), 1 pièce

I B S (5d), 7 pièces

I B S (5d), 1 pièce

I B S (5a), 2 pièces

I B N (6), 6 pièces

I B N (6a), 1 pièce

Phase VIII

I B (5), 8 pièces

I B (5’), 2 pièces

I B (5a2), 2 pièces

Sondage IV

Hors stratigraphie

IV (2), 1 pièce

Phase VII I

V (4), 1 pièce

IV (8), 2 pièces

Sondage II

Hors stratigraphie

II (3), 1 pièce

II (4), 1 pièce

Phases IV‑V

II S (7f2b), 1 pièce

Phases IV‑V

II S (7al), 1 pièce

Phase VI

II S (7), 3 pièces

Il N (7a), 1 pièce

Phase VII

II S (5m), 1 pièce

Il N (6b1), 1 pièce

Il N (6c), 1 pièce

Il N (6e), 1 pièce

Il N (6d), 1 pièce

Phase VIII

II N (5), 1 pièce

Il N (5b), 1 pièce

Il N (51), 4 pièces

1.2.10.2 Inventaire du matériel dessiné

85149. Rebord. I B S (6), phases IV‑V.
150. Rebord. Il S (7), phase VI.
151. Rebord. IV (5), phase VII.
152. Rebord. I B N (6a), phase VIL
153. Rebord. I B S (5b1), phase VII.
154. Tige et pied. I B N (15), phases IV‑V.
155. Tige et pied. Il (7f2b), phases IV‑V.
156. Pied. IV D (2), hors stratigraphie.
157. Pied. I B N 6a, phase VII.
158. Pied. I B N (6), phase VII.
159. Pied. Il 4, hors stratigraphie.
160. Tige et pied. Il (5 I), phase VIII.
161. Pied. I B (5), phase VIII.
162. Pied. I B (5’), phase VIII.
163. Pied. I B N (6a), phase VII.
164. Pied. IV 8, phase VII.
165. Tige. I B (5), phase VIII.
166. Tige. I B (5e), phase VI.
167. Tige. I B (5), phase VIII.
168. Fouilles Rolland.
169. Fouilles Rolland.
170. Fouilles Rolland.
171. Pied. Fouilles Rolland.
172. Pied. Fouilles Rolland.

1.2.11 Verroterie

86FIG. 163

87Ces pièces ont été découvertes dans les couches du ve au viie s. L’importance du matériel résiduel dans tous les niveaux du site laisse raisonnablement penser que certains de ces objets de parure, habituellement attribués à l’époque protohistorique, proviennent du remaniement des couches anciennes. Les perles et les bracelets en verre non travaillé ou torsadé existent cependant dans les niveaux de l’Antiquité tardive comme à Carthage.

88173. Perle cylindrique, verre bleu. (7f2a), phases IV‑V.
174. Perle losangique, verre blanc. I B (5e), phase VI.
175. Perle globulaire, verre bleu. IV (3), phase VIII.
176. Perle cotelée, verre vert clair. I B 5, phase VIII.
177. Fragment de bracelet mouluré, verre bleu. I B S (7b), phase III.
178. Fragment de bracelet mouluré, verre bleu. Il N 7g, phases IV‑V.
179. Fragment de bracelet mouluré, verre mauve. I B (4), hors stratigraphie.
180. Fragment de bracelet, verre clair. Il N (71), phase II.

1.2.12 Creusets

89FIG. 163

90Huit fragments de creusets vitrifiés ont été trouvés dans les niveaux de la fin du vie s. et du viie s. Ils sont tous concentrés dans le sondage I B. La pâte rouge est tournée. La vitrification est notable à l’extérieur et à l’intérieur des tessons ; sur les surfaces internes, elle peut atteindre jusqu’à 4 mm d’épaisseur. La pièce la plus importante est un fragment de fond. Ce fond plat et étroit marque un léger décrochement avec le profil de la panse.

91Malgré l’absence de scories et de déchets nous pensons pouvoir situer un petit atelier de verrier sur, ou à proximité du site à l’extrême fin du vie s. Cette nouvelle officine complète ainsi la liste des ateliers de verriers actifs du ve au viie s. dans le Midi méditerranéen (Foy et al. 1990 : 199‑216 ; Foy 1990 : 54‑69). Leur nombre, relativement important (7 ateliers recensés à ce jour), laisse imaginer de petits centres producteurs dont la diffusion était sans doute limitée.

92181. Fond d’un creuset vitrifié à l’intérieur et à l’extérieur. I B (4).
Non dessiné : 2 fragments de panse d’un creuset vitrifié. I B (4).
Non dessiné : 3 fragments de panse. I B (5).
Non dessiné : 1 fragment de panse. I B (5a2).
Non dessiné : 1 fragment de panse. I B N (6a).

1.2.13 Gobelets médiévaux

93FIG. 163

94Deux verres plus récents sont datables par comparaison avec ce que l’on connaît en Provence au xive s.

95182. Gobelet en verre fin, incolore, transparent, forme cylindrique, basse. Haut. 47 mm ; diam. sup. 80 mm.
183. Fragments de gobelet, sans doute de même forme que l’objet précédent. Ce rebord est formé d’un fil de verre bleu rapporté. Diam. sup. 70 mm.

FIG. 163 – Verres : 173‑180 perles et bracelets ; 182, 183 gobelets médiévaux ; 181 céramique : creuset vitrifié.

1.2.14 Conclusion

96Au terme de cette étude énumérative, il convient de faire ressortir quelques observations.

97Le mobilier mis au jour par H. Rolland diffère de celui des fouilles récentes. Les verreries attribuables au ve s. sont en effet insignifiantes dans l’ensemble du mobilier recueilli au cours des campagnes 1980‑1985. En revanche, elles représentent une proportion non négligeable des verres exhumés anciennement. Ces pièces sont souvent les mieux conservées. Les coupes sans rebord sont archéologiquement complètes ; les vases à liquide, nombreux, présentent différentes formes. Les bouteilles à décor abrasé et les coupes à décor gravé sont bien représentées.

98L’étude chronologique des différents types de verres ne permet pas toujours de cerner le temps d’utilisation des objets et d’observer une évolution des formes. Ceci tient d’abord à l’importance des remaniements qui expliquent le matériel résiduel, ensuite au nombre réduit des pièces constituant chacune des séries et enfin à la séquence chronologique relativement brève qui est ici prise en compte : essentiellement le vie s. Aussi les verres à pied conique et les gobelets et coupes à décor d’émail apparaissent bien au début du vie s., mais sont tout aussi nombreux à la fin de ce siècle, sans que l’on puisse noter une présence accentuée à un moment précis. D’autres fouilles montrent pourtant que ces objets se rencontrent surtout dans la première moitié de ce siècle. L’évolution des verres à tige (Isings 111) est en revanche bien définie : les premiers se situent au début du vie s., mais leur concentration dans les couches de la fin du vie s. et du début du viie s. est remarquable.

99L’intérêt de la verrerie de Saint‑Blaise consiste aussi en la présence de nouveaux décors, répétés plusieurs fois. L’existence de fonds de coupelle à décor chrétien moulé, bien connue dans les nécropoles mérovingiennes, est ici bien attestée dans la première moitié du vie s. La répétition du motif de la croix aux extrémités fourchues, cantonnée de croisettes identiques, laisse penser à une production régionale. Il faut insister sur les analogies entre la verrerie méridionale et le mobilier des sites mérovingiens du nord de la Gaule (en particulier pour les verres à pied conique, les verreries à décor d’émail et les coupes à décor chrétien) qui traduisent des sensibilités ou des goûts communs. Une circulation des objets n’est pas exclue.

100Si nous ne sommes pas certains de la fabrication régionale des pièces précédemment citées, nous sommes assurés de l’existence d’un atelier de verrier à Saint‑Blaise dans la phase VII, grâce à la découverte de fragments de creusets vitrifiés. Cette officine, non exceptionnelle, confirme la vitalité de l’artisanat du verre dans le Midi méditerranéen dans le haut Moyen Âge.

1.3 Les meules

101h. amouric

102L’ensemble des trouvailles en roches volcaniques a été classé dans le groupe des meules. Deux raisons ont déterminé ce choix :
– la plupart d’entre elles présentent des traces ou faces d’usure ;
– en pays calcaire, nous ne connaissons quasiment pas d’autre usage, pour ces matériaux, que celui de la mouture domestique.
Les fragments recueillis se répartissent en trois catégories : un ensemble protohistorique bien avéré ; trois fragments appartenant à deux meules qui peuvent dater de la fin de l’Antiquité ; des fragments non interprétables. Tous ces témoins, sauf un en lave porphyrique, sont en laves basaltiques de types divers. L’identification exacte de leurs origines supposerait, toutefois, des analyses pétrographiques (lame‑mince).

1.3.1 Matériel protohistorique (résiduel)

103II 7
Fragment de broyeur d’auge à moudre, de forme oblongue. Basalte avec traces d’usures sur la face inférieure.

104IB6
Fragment de broyeur d’auge à moudre, en basalte. Il est presque lisse sur sa face inférieure. Sa forme, eu égard à la dimension du fragment, est indéterminée, peut‑être ronde. Dans ce cas, son diamètre avoisinerait 0,19 m.

105II empierrement central
Fragment de broyeur d’auge à moudre. Basalte avec traces d’usure.

106I B surface 8
Fragment de broyeur d’auge à moudre. Basalte avec traces d’usure.

107I B éboulis B1C1
Fragment de broyeur d’auge à moudre. Il est en basalte à nombreux cristaux de pyroxène et se distingue par une relative minceur. Il a été utilisé, comme en témoigne l’abrasion de sa face inférieure.

108II zone centrale hors stratigraphie
Fragment de broyeur d’auge à moudre. Basalte portant des traces d’usure.

109II partie nord‑ouest 7 J
Fragment de trémie d’auge à moudre de type « Olynthe ». D’un modèle tout à fait différent des auges à moudre qui précèdent, cette trémie est aussi une forme intermédiaire héritée du monde grec annonçant le moulin manuel rotatif « romain ».
Cet objet est en basalte à rares cristaux de pyroxène. L’aspect du matériau, et en particulier certaines colorations roussâtres, n’interdit pas de penser qu’il a pu être confectionné dans les tailleries de la région d’Ollioules (Var), lesquelles ont produit des objets similaires.
Il est intéressant de noter que tous les fragments identifiables appartiennent à des meules mobiles. Nous n’avons en effet trouvé aucun élément de table de mouture ou d’auge à moudre proprement dite, ce qui laisse entière la question de leur mode d’utilisation (couplage avec des matériaux de nature différente ?).

1101.3.2 Matériel « romain »
Ces trois éléments appartiennent à deux formes complémentaires bien connues mais de chronologie imprécise, perdurant du début de notre ère au Moyen Âge inclus.

111I B (hors stratigraphie)
Un fragment de meta, meule gisante d’un moulin manuel rotatif, est taillé dans un basalte bulleux très « éveillé », c’est‑à‑dire à cavités nombreuses et profondes.
Sa provenance probable est la région d’OIlioules. Comme dans la plupart des cas, le profil du bord de la meule est dit « ouvert » (formant un angle obtus) et la face supérieure ou face de mouture est convexe. Ses dimensions sont très communes : épaisseur au bord 0,032‑ 0,044 m, épaisseur au centre 0,087 m, diamètre environ 0,38 m.

112II 7 K, blocs épars entre drain et fosse, démontage du mur M3 Est
Ces deux fragments de catillus, meule supérieure du moulin manuel rotatif, recollent. Ils sont, comme la meta ci‑dessus, faits dans un basalte moins bulleux mais qui vient probablement de la région d’OIlioules. D’un diamètre d’environ 0,32 m dans sa partie inférieure et 0,29 m dans sa face supérieure, ce catillus a un profil rentrant. Sa face supérieure est bordée par une couronne de 0,02 à 0,025 m qui délimite une trémie d’environ 0,24 m de diamètre.
Le centre de la meule est percé d’un œillard irrégulier d’environ 0,08 m de diamètre. La face de mouture, face inférieure de la meule, est concave. On distingue enfin une trace d’emmanchement latérale en forme de T qui perce la meule sur le côté et sur sa face supérieure. Elle recevait une poignée liée ou scellée servant à la mouvoir.
Il n’y a pas trace d’encastrement d’anille à la face inférieure du catillus. Le problème du maintien du catillus dans l’axe de la meta et en suspension, pendant les opérations de mouture, reste posé.

113Fragments divers, I B couche 5 mur M2
Il n’a pas été possible de les identifier avec certitude. Fragments de basalte appartenant peut‑être à un broyeur d’auge à moudre et présentant une face d’usure.

114I B4
Deux petits fragments de basalte ayant une face usée.

115I B4
Ce morceau de basalte est curieux. Soit il présente une surface d’usure latérale, ce qui ne permet pas de l’attribuer à un objet, soit il s’agit d’un modeste fragment de catillus.

1161 B fosse 5g
Deux fragments de basalte présentant chacun une face usée.

117Zone I B angle M2
Un morceau de lave porphyrique dont la forme est trop altérée pour être lisible.

118I B6
Un fragment de basalte présentant des traces d’usure sur une face.

1.4 Objets divers

119g. demians d’archimbaud

120Comme l’avait déjà signalé H. Rolland (Rolland 1951 : 171), les objets recueillis dans les niveaux des veviie s. restent étonnamment rares, hormis bien entendu les séries de céramiques et de verres ou même d’outillage lithique. Certains d’entre eux purent en outre être antérieurs à l’époque de leur abandon. C’est le cas en particulier des deux intailles examinées ci‑après et conservées sans doute comme des objets précieux. D’autres sont en revanche similaires ou très proches de certains objets découverts dans ou autour des tombes rupestres fouillées en 1950 (Rolland, cahier d’inventaire, dépôt de Saint‑Rémy‑de‑Provence ; Rolland 1951 : 171‑172 et fig. 172, 173), telle la boucle de bronze fig. 165, no 213.

1.4.1 Intailles

121FIG. 164

122219 (I B N 6a)
Pâte de verre violine.
Personnage debout, de face, la tête tournée vers la gauche, main droite levée, main gauche tenant un objet crucifère à longue hampe. L’identification du personnage reste malaisée en raison, en particulier, de la forme de l’attribut. La main levée, assez grosse par rapport au personnage, se retrouve dans certaines figurations du dieu Sol –Apollon au iiie s.– (Dimitrova 1969 : no 278, jaspe vert). Le dieu Sérapis a parfois été représenté debout, vêtu d’une tunique allant jusqu’aux chevilles, tenant un sceptre de la main gauche, la main droite levée (Hornbostel 1973 : no 32 et fig. nos 339‑340, monnaies du iiie s.). D’autres intailles adoptent également cette figuration aux iieiiie s. (Mandrioli‑Bizzari 1987 : no 156, jaspe rouge et calathos – ce dernier absent à Saint‑Blaise). Peut‑être, selon Mme H. Guiraud, pourrait‑on aussi rapprocher cette pièce des peintures apparues dans le décor des catacombes, telle l’image du fossoyeur conservée dans le cimetière de Calliste à Rome (Bourguet 1965 : pl. 1, chapelle des Sacrements A3, iiie s.). La facture assez médiocre de cette intaille pourrait faire penser à une fabrication tardive, peut‑être relativement proche de l’époque de la réoccupation du site, sinon de l’abandon effectué dans une fosse datée de la première moitié du vie s.

123212 (I B fosse 5a) Pâte de verre‑nicolo. Aigle de trois quarts, posé sur un foudre placé sur un globe, tête tournée vers la droite, tenant une couronne. La belle qualité de cette intaille et sa facture encore très classique renvoient vers des exemples de haute époque. L’aigle sur le globe et le foudre, avec la couronne, se retrouve ainsi sur des intailles datées des ier s. av. ier s. ap. J.‑C. (Brandt et al. 1972 : I, 3, no 2437, cornaline) ou des ieriie s. (Henig 1978 : no 69, agate), que l’on peut comparer à l’intaille de Saint‑Marcel (Indre) datée du iie s. (jaspe noir) ou, par sa matière, à celle de Saint‑Sigismond d’Aime (Nicolo ieriie s.) (Guiraud 1988 : nos 732A‑733, 23 fig. 3, 172 et pl. XLIX).
Cette pièce pourrait donc être datée du iie s. ap. J.‑C., voire peut‑être de la fin du ier s.

124Remerciements
Les deux intailles présentées ici ont été soumises à Mme H. Guiraud qui doit être particulièrement remerciée de son aide.

FIG. 164219 a intaille à l’Apollon (I B fosse 6a), phase IV‑V. b intaille à l’Apollon (empreinte). 212 a intaille au phoénix (I B fosse 5’), phase VIII. B intaille au phoénix (empreinte)

cl. CNRS / CCJ / Chéné, Follot

1.4.2 Plombs

125FIG. 165

126206 (Il 7e)
221 (Il 5e)

127Ces deux objets, retrouvés dans la même zone de fouille mais dans des niveaux de deux périodes différentes, sont proches l’un de l’autre malgré les variantes de dimensions et de finition. Décor figurant une croix inscrite dans une couronne perlée. Aucun élément d’attache au revers.

1.4.3 Os et bois de cervidé

128FIG. 165

129207. Peigne en bois de cervidé. (I B 5)
208. Pendeloque à décor gravé de chevrons doubles et oculi pointés ; un trou de suspension au sommet. (I B 5)
262. Pendeloque cylindrique, un trou de suspension au sommet. (II fosse 7f2)
244. Deux fragments de plaque décorative à décor gravé. (IV B 8b)

1.4.4 Nacre

130FIG. 165

131230. Pendeloque. (I B 5)

1.4.5 Bronze et métaux cuivreux

132FIG. 165

133222. Pointe de flèche à ailettes. (IVa 3)
223. Pointe de hameçon.
213. Boucle à décor zoomorphe et ardillon. (I B 5b) (diam. 4,5 cm)

FIG. 165206 chrisme en plomb (II 7e), phases IV‑V. 221 chrisme en plomb (II 5e), phase VIII. 207 peigne en os (IB 5), phases IV‑V. 208 pendeloque en os (IB 5), phase VIII. 262 pendeloque en os (II fosse 7f2), phase IV‑V. 230 pendeloque en nacre (IB 5), phase VIII. 244 plaque en os décorée (IV B 8b), phase VII. 222 pointe de flèche en bronze (IV A3), phase VIII. 223 hameçon en bronze. 213 boucle à décor zoomorphe (IB 5b), phase VII

cl. CNRS / CCJ / Chéné, Foliot

134FIG. 166

135231. Clef. (IV 7f)
141. Chaînette. (I B 5)
258. Sabot d’équidé (fragment de statuette ?). (I B 6a)
218. Applique. (I B 5e)
37. Pendant de ceinture à décor gravé. (II 7a)
217. Applique de ceinture. (I B 5d)
216. Applique carrée avec attaches saillantes au revers. (I B 5a)
266. Applique circulaire avec bouton de fixation central au revers. (I B 11)

FIG. 166 – Objets divers en cuivre et bronze. 231 clef IV (7f), phase VII ; 141 chaînette (IB 5), phase VIII ; 258 sabot d’équidé (fragment de statuette ?) (IB 6a). phases IV‑V ? ; 218 applique (IB 5e), phase VI ; 37 pendant de ceinture (Il 7a), phase VI ; 217 applique de ceinture (IB 5d), phase VII ; 216 applique carrée (IB 5a), phase VII ; 266 applique circulaire (IB 11), phase III

cl. CNRS / CCJ / Chéné, Foliot

136FIG. 167

137185. Epingle pliée, à tête cylindrique. (I B 5d)
60. Epingle à tête carrée. (I B 5)
158. Epingle à tête carrée. (I B 5a)
196. Epingle à tête rhomboïde. (I B 5a2)
255. Epingle à tête rhomboïde. (I B 6a)
197. Boucle d’oreille en cuivre. (I B 5a2)
171. Pince à épiler. (I B 5b)

FIG. 167 – Épingles, boucle d’oreille et pince à épiler : 185 épingle en cuivre (IB 5d), phase VII ; 60 épingle en cuivre (IB 5), phase VIII ; 158 épingle en cuivre (IB 5a), phase  VII ; 196 épingle en cuivre (IB 5a2), phase VII ; 255 épingle en cuivre (IB 6a), phases IV‑V ; 197 boucle d’oreille en cuivre (IB 5a2), phase VII ; 171 pince à épiler en bronze (IB 5b), phase VII

cl. CNRS / CCJ / Chéné, Foliot

1.4.6 Calcaire avec inscription

138FIG. 168

139200. Fragment d’épitaphe (?) dont reste l’extrémité inférieure droite (...IC/ ...MVE). (I B fosse 5’)

FIG. 168 – 200 marbre avec Inscription (I B fosse 5a), phase VII

cl. CNRS / CCJ / Chéné, Foliot

Table des illustrations

Légende FIG. 149 – Vases en pierre ollaire. 1‑7 Saint‑Blaise (fouilles 1980‑85) ; 8 Saint‑Blaise (fouille H. Rolland) ; 9 Glanum
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39985/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Légende FIG. 150 – Vases en pierre ollaire. 8 Saint‑Blaise (fouilles H. Rolland) ; 9 Glanum
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39985/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende FIG. 151 – Verres : gobelets et coupelles à bord coupé
Crédits D. Foy del / CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39985/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende FIG. 152 – Verres : pots et bouteilles
Crédits D. Foy del / CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39985/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Légende FIG. 153 – Verres : 33‑35 coupelles à décor gravé ; 36‑48 verres à pied conique ; 49 rebord
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39985/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Légende FIG. 154 – Verres : gobelets décorés de filets d’émail
Crédits D. Foy del / CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39985/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Légende FIG. 155 – Verres : coupelles décorées de filets d’émail
Crédits D. Foy del / CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39985/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Légende FIG. 156 – Verres : rebords et fonds de gobelets et de coupelles à décor d’émail
Crédits cl. CNRS / CCJ / Foliot
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39985/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Légende FIG. 157 et 158 – Verres : fonds moulés à décor chrétien
Crédits D. Foy del / CNRS ; cl. CNRS / CCJ / Foliot
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39985/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Légende FIG.159 – Verres : 111‑114 coupelles à rebord ondulé ; 115‑119, 121, 124‑127 pieds ; 122‑123 rebords ourlés
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39985/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Légende FIG. 160 – Lampes
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39985/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Légende FIG. 161 – Verres à tige type 111 Isings
Crédits D. Foy del / CNRS ; cl. CNRS / CCJ / Foliot
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39985/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Légende FIG. 162 – Représentation en barres des verres à tiges par phase.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39985/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende FIG. 163 – Verres : 173‑180 perles et bracelets ; 182, 183 gobelets médiévaux ; 181 céramique : creuset vitrifié.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39985/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende FIG. 164219 a intaille à l’Apollon (I B fosse 6a), phase IV‑V. b intaille à l’Apollon (empreinte). 212 a intaille au phoénix (I B fosse 5’), phase VIII. B intaille au phoénix (empreinte)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39985/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Légende FIG. 165206 chrisme en plomb (II 7e), phases IV‑V. 221 chrisme en plomb (II 5e), phase VIII. 207 peigne en os (IB 5), phases IV‑V. 208 pendeloque en os (IB 5), phase VIII. 262 pendeloque en os (II fosse 7f2), phase IV‑V. 230 pendeloque en nacre (IB 5), phase VIII. 244 plaque en os décorée (IV B 8b), phase VII. 222 pointe de flèche en bronze (IV A3), phase VIII. 223 hameçon en bronze. 213 boucle à décor zoomorphe (IB 5b), phase VII
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39985/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende FIG. 166 – Objets divers en cuivre et bronze. 231 clef IV (7f), phase VII ; 141 chaînette (IB 5), phase VIII ; 258 sabot d’équidé (fragment de statuette ?) (IB 6a). phases IV‑V ? ; 218 applique (IB 5e), phase VI ; 37 pendant de ceinture (Il 7a), phase VI ; 217 applique de ceinture (IB 5d), phase VII ; 216 applique carrée (IB 5a), phase VII ; 266 applique circulaire (IB 11), phase III
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39985/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende FIG. 167 – Épingles, boucle d’oreille et pince à épiler : 185 épingle en cuivre (IB 5d), phase VII ; 60 épingle en cuivre (IB 5), phase VIII ; 158 épingle en cuivre (IB 5a), phase  VII ; 196 épingle en cuivre (IB 5a2), phase VII ; 255 épingle en cuivre (IB 6a), phases IV‑V ; 197 boucle d’oreille en cuivre (IB 5a2), phase VII ; 171 pince à épiler en bronze (IB 5b), phase VII
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39985/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende FIG. 168 – 200 marbre avec Inscription (I B fosse 5a), phase VII
Crédits cl. CNRS / CCJ / Chéné, Foliot
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39985/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 65k

Auteurs

Chargé de recherche au CNRS, UMR 9965, laboratoire d’Archéologie médiévale méditerranéenne, Aix‑en‑Provence.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search