Version classiqueVersion mobile

L’oppidum de Saint-Blaise du Ve au VIIe s. (Bouches-du-Rhône)

 | 
Gabrielle Démians d’Archimbaud

Partie 1. Les fouilles de 1980 à 1985 et leur interprétation

Chapitre 3. La zone occidentale : les sondages III et IV

Texte intégral

3.1 Présentation générale

1Inscrite entre le prolongement presque assuré maintenant de la rue traversant la ville basse, les pentes de l’« acropole » et la falaise dominant l’étang de Lavalduc, la terrasse occidentale semblait constituer une entité spécifique. Cette zone plane et assez étendue, aussi bien protégée naturellement que par les défenses élevées du site, formait comme un triangle isocèle d’une cinquantaine de mètres de côté, à l’altitude moyenne de 49 m. Le sondage III devait montrer cependant que sa limite nord était trompeuse et qu’il convenait d’intégrer à cette zone tout le terrain inscrit en contrebas, au nord, entre le rempart médiéval et la petite murette bordant actuellement le site archéologique. Deux sondages furent implantés dans ce secteur. Le premier, le sondage III, reprit l’étude d’une tranchée ouverte antérieurement au pied même de la murette de clôture : poursuivi jusqu’au rocher, il permit d’examiner les premiers niveaux d’occupation de la terrasse. Le second, le sondage IV, était expérimental : il devait constituer en effet l’un des maillons d’une chaîne de sondages étendue à travers les divers replats bordant l’« acropole » –l’occupation du haut Moyen Âge ayant pu se prolonger un peu plus longuement en ces terrains relativement faciles à défendre. Ce projet dut cependant être abandonné pour des raisons indépendantes de notre volonté. Et il apparut vite, d’autre part, que l’enchevêtrement des structures en place impliquait ici encore l’ouverture d’une fouille étendue pour exploiter pleinement les données mises au jour : travail que les moyens actuels ne permettaient pas. Il parut donc préférable d’arrêter la fouille après l’étude des niveaux de la seconde moitié du vie s., en l’attente de nouvelles possibilités de recherche.

2La complémentarité de ces deux sondages restait cependant évidente, aussi bien dans l’espace que dans le temps. Malgré leur étendue limitée, ils fournissent ainsi des repères chronologiques utiles à confronter aux renseignements fournis par les travaux plus amples effectués à l’est. Eléments de contrôle autant que de comparaison, ils révèlent aussi des structures originales et attirent l’attention sur l’intérêt réel de cette zone restée jusqu’à présent à l’écart des recherches mais dont l’occupation paraît avoir été dense et peut‑être même assez continue, au cours des siècles qui nous occupent.

3.2 Le sondage III

3L’examen d’une tranchée superficielle effectuée autrefois (à la pelle mécanique ?) dans la partie nord du site, près de sa murette de clôture, montra l’intérêt d’une étude plus poussée de ce terrain. L’occasion était donnée, et d’établir une coupe au travers des strates en place, et de fouiller les niveaux profonds encore conservés par palier au‑dessus du rocher. Il devenait ainsi possible d’obtenir rapidement une indication sur l’évolution d’ensemble de cette zone plane en surface mais où les ressauts calcaires devenaient vite très perceptibles au sud comme à l’ouest (niveau zéro unifié avec les fouilles précédentes).

4La proximité relative du rocher peut contribuer à expliquer la remontée bien évidente des niveaux archéologiques en ce secteur (fig. 30a). L’on n’oubliera pas, en outre, le fait que celui‑ci dut être soumis au fil des siècles à divers aplanissements et comblements : point que l’étendue très limitée du sondage rendait plus difficile à vérifier, en particulier dans les niveaux supérieurs déjà gravement entaillés. Il était certain cependant, dès l’ouverture des fouilles, que les remaniements modernes étaient ici encore réels mais plus limités sans doute qu’à l’est. Le plus notable comportait la construction de la murette de clôture environnant toute cette terrasse. Nettement liée au niveau de comblement le plus tardif, elle ne dut être bâtie qu’au cours du xixe s. au plus tôt ; elle remplaçait alors un mur de soutènement dont des vestiges se voient encore en quelques endroits sur les replats rocheux inférieurs.

FIG. 30a le sondage III en bordure de la falaise : coupe A‑C et schéma d’implantation ; b sondage IV : plan d’ensemble de la fosse 8 et des structures bâties postérieures (au fond de la fosse, les cornes de bélier abandonnées sur place) ; c sondage IV : coupe AB au travers de la fosse 8

M. Rodot del

5Il n’en fut peut‑être pas de même des niveaux 2 et 3 dont l’affleurement presque à la surface du sol reste surprenant. un phénomène semblable fut cependant observé dans le sondage IV –tout se passant en cette zone comme si la remontée progressive du substrat et des niveaux en place avait limité les épandages tardifs et peut‑être même, en contrepartie, entraîné des arasements plus ou moins prononcés des strates anciennes. Le matériel inclus dans ces couches encore proches de la surface parut correctement stratifié ; il présentait même une évolution régulière, le niveau 2 contenant quelques céramiques attribuables à la première moitié du vie s., la couche 3 ayant un faciès sensiblement plus ancien (fin ve‑début vie s.). Ce dernier niveau, sans doute de comblement, présentait en outre un aspect spécifique : la terre relativement meuble était mêlée à de nombreux débris de mortier de chaux et d’enduits provenant vraisemblablement de la destruction d’une habitation proche. La phase de destruction se précisait en profondeur. La couche 4 n’était ainsi formée que de pierrailles, tuiles brisées, enduits, mortiers et nodules de chaux au‑dessus d’un lambeau de sol encore en place au sud. Cette phase succédait à une période d’utilisation réelle de cet espace après 420, bien visible clans les 50 derniers centimètres de la fouille (niveaux 5 à 8).

6Deux sols 5 et 6 apparurent successivement. Le premier, lisse, blanchâtre et très dur, semblait lié par du mortier de chaux. La couche 6 était en revanche très argileuse, charbonneuse et mêlée de débris alimentaires ; fortement bombée en son centre, elle était tranchée au nord‑est par une petite fosse contenant de l’argile et des charbons. un dépotoir avait été organisé auparavant en cet endroit (niveau 7) : entaillé partiellement par la fosse postérieure, il contenait du matériel protohistorique remanié ainsi que quelques tessons de céramiques claires D, dont deux fragments d’un plat à décor de rouelles et palmettes, et des poteries communes. Enfin le rocher lui‑même était recouvert dans sa partie plane par un dernier niveau 8 de terre et débris divers, où coquillages et céramiques peignées étaient encore associés à des fragments de sigillées claires. Sous ce niveau à faciès de dépotoir, les traces d’un petit trou de poteau (0,25 x 0,10 x 0,15 m) se voyaient encore.

7De telles données montrent, outre l’importante remontée du substrat rocheux en cette zone, l’étendue des dégagements et des nettoyages effectués lors de la réoccupation du ve s. C’est en effet de cette période (après 420) que doivent être datés, semble‑t‑il, les niveaux 5 et 6 d’après leur matériel ; les strates les plus profondes ne paraissant en constituer que de simples annexes, fosses et dépotoirs ayant sans doute remanié alors un niveau protohistorique encore en place. Il est probable qu’une construction relativement importante (avec enduits muraux) fut alors implantée dans cette zone. Sa destruction semble avoir été rapide et quasi totale dès la fin de ce siècle, comme le suggèrent les niveaux 4 et 3. La couche 2 représenterait dans cette optique le premier signe d’une réorganisation de l’habitat au cours du vie s.

8Malgré l’exiguïté de la fouille, les renseignements acquis étaient donc suggestifs et présentaient des analogies certaines avec les observations réalisées plus à l’est. Le sondage IV, plus au sud, vint heureusement compléter dans le temps ces données en fournissant un premier aperçu sur l’évolution de cette zone du vie s. et début du viie s.

3.3 Le sondage IV

9Ce dernier sondage fut établi aussi près que possible du mur écroulé qui délimitait la première terrasse aménagée sur les pentes de l« acropole ». Malgré sa superficie réduite (4 x 4 m), cette fouille révéla une succession de sols et de structures fort bien stratifiés, le terrain ayant conservé un aspect presque feuilleté en l’absence de remaniements tardifs importants (fig. 30b et c, 31). Ici encore, la remontée très sensible des niveaux limita les épandages postérieurs : seules les couches 1 et 2 peuvent correspondre à ces apports d’égalisation du sol, plus protecteurs au total que véritablement destructeurs.

FIG. 31 – Sondage IV : vue d’ensemble à la fin des fouilles après mise au jour de la couche de destruction 9 en contrebas de la fosse centrale

cl. G. Démians d’Archimbaud / CNRS

10La découverte à l’intérieur de la fouille de constructions se poursuivant manifestement au nord et à l’ouest limita d’autre part les possibilités d’approfondissement : les recherches furent donc arrêtées à la base d’une très importante fosse sous‑jacente (niveau 8). Seuls deux microsondages de contrôle furent effectués ensuite dans le fond de la fosse et à l’ouest. Ils montrèrent qu’une couche de destruction s’étendait en contrebas : couche 9 datable au plus tôt, vraisemblablement, du milieu du vie s. Il semble donc que l’essentiel des structures découvertes ici soit attribuable à la seconde moitié de ce siècle : ceci complète bien les indices obtenus dans le sondage III comme dans les fouilles I et II et permet de restituer avec quelque vraisemblance l’histoire de ce secteur.

11Malgré l’absence d’indication précise sur les aménagements qui durent être réalisés dans cette zone au cours du deuxième tiers du vie s., il est probable qu’une construction fut élevée en ce lieu ou dans son environnement proche. Le niveau de destruction 9, décapé largement en surface et fouillé partiellement, paraît correspondre à l’écroulement de murs et de toitures tout autant qu’à un comblement intentionnel du terrain. La présence au sud et à l’est du sondage d’une véritable butte de niveaux très argileux, compacts et durs, pourrait d’ailleurs indiquer la proximité de structures antérieures à cette époque : dégagée en surface mais non fouillée, cette surface 10 avait été surcreusée et entamée profondément par les aménagements postérieurs à la destruction.

12Ceux‑ci consistèrent d’abord en l’établissement d’une fosse 8 creusée largement dans le substrat. Dépassant 10 m2 d’ouverture dans la fouille, l’excavation se prolongeait vers l’ouest sous la coupe. Le creusement semble avoir été effectué du nord vers le sud, à en juger d’après le profil de la fosse, très abrupt et même surcreusé au sud mais en pente beaucoup plus douce vers le nord. Le comblement s’était effectué en plusieurs étapes. La plus ancienne comprit le rejet dans la fosse d’un amas de cornes de bélier : 46 au total, à l’exclusion de tout autre ossement (fig. 30b) ; dispersées sur toute la surface, certaines se trouvaient même plaquées contre la paroi sud, presque à la verticale. Ceci laisse supposer un remplissage ensuite très rapide de la cavité, par apports successifs et alternés de part et d’autre de la fosse (pendages contrastés du N.‑E. vers le S.‑O. et l’inverse, fig. 30c). Des couches meubles de sable et/ou de cendres, fréquentes au nord, alternaient avec des couches de terre visibles surtout au sud ; l’apparition de zones gravillonnages peut laisser supposer que des pluies intervinrent au cours de ce travail fait très certainement à l’air libre. L’abondant matériel (tabl. iv) contenu dans ces dépôts (4 954 tessons) était très homogène : aux céramiques claires D (335), estampées grises (403), communes (1 547), amphores (1 455) et aux déchets alimentaires habituels (nombreux coquillages et restes de faune) s’ajoutaient quatre monnaies des ve et début du vie s. (catalogue, nos 19, 27, 32, 34).

TABL. IV – Sondage IV, fosse 8 : répartition des catégories et types de céramiques, par formes identifiées.

13Couverte en son centre d’un empierrement partiel, la fosse fut aussi fossilisée par la mise en place de la couche 7 : assez hétérogène (sable au nord, terre et charbon au sud, gravillons et petites pierres ailleurs), celle‑ci put correspondre au dernier nivellement réalisé sur l’ensemble du terrain avant une phase de réoccupation plus organisée. Cette dernière se manifesta d’abord par la construction de deux murs régulièrement parementés dont seule l’extrémité apparut ici. Le premier, de direction grossièrement nord‑sud, était bâti contre un puissant bloc de pierre en réemploi (dimensions : 0,93 x 0,52 x 0,50 m) : peut‑être arraché au rempart comme l’élément de même taille et faciès découvert dans la fouille I B (couche 5i), ce bloc semble avoir servi d’extrémité à la bâtisse légère qui l’intégrait. Le second mur, perpendiculaire au précédent, n’était conservé qu’en fondation. Des traces d’arrachement existaient vers l’est : elles montraient que la construction devait se poursuivre jusqu’au mur M1 sans qu’il soit possible de préciser si un passage, certainement alors fort étroit, avait subsisté entre les deux. Reprenant ainsi le tracé général d’urbanisme de la ville basse, ces bâtiments tardifs représentaient le dernier stade de construction maçonnée existant dans ce secteur. Réalisé sans doute clans les dernières décennies du vie s., il correspond bien aux phénomènes de remise en état observés alors un peu partout sur ce site.

14Plusieurs niveaux d’occupation ou de passage étaient en effet associés à ces bâtisses (couches 5, 5a, 5b et 6). Très cendreux et charbonneux, ils contenaient aussi un matériel relativement abondant et se subdivisaient en plusieurs strates au sud, au‑dessus de la butte argileuse et compacte 10. Une destruction dut cependant intervenir assez vite. L’ensemble était en effet fossilisé par une couche homogène (niveau 4), bien datée par l’apparition de céramiques claires D attribuables à l’extrême fin du vie, voire au début du viie s. (forme Hayes 109). Perceptible partout mais surcreusé en son centre, ce niveau compact et tassé ne contenait presque pas de pierres mais de nombreux débris de tuiles et de céramiques. Il précédait, après peut‑être un épisode de réaménagement aujourd’hui disparu, la formation d’une couche d’abandon ou de dépotoir (couche 3) formée sans doute en partie de rejets provenant de la terrasse supérieure. La présence à sa base de très nombreux fragments de tuiles et d’accumulations de pierres montre bien cependant que des destructions notables, et cette fois définitives, durent alors intervenir –les comblements médiévaux et modernes postérieurs ne faisant que les régulariser en surface.

Table des illustrations

Légende FIG. 30a le sondage III en bordure de la falaise : coupe A‑C et schéma d’implantation ; b sondage IV : plan d’ensemble de la fosse 8 et des structures bâties postérieures (au fond de la fosse, les cornes de bélier abandonnées sur place) ; c sondage IV : coupe AB au travers de la fosse 8
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39920/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende FIG. 31 – Sondage IV : vue d’ensemble à la fin des fouilles après mise au jour de la couche de destruction 9 en contrebas de la fosse centrale
Crédits cl. G. Démians d’Archimbaud / CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39920/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende TABL. IV – Sondage IV, fosse 8 : répartition des catégories et types de céramiques, par formes identifiées.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39920/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 75k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search