Version classiqueVersion mobile

L’oppidum de Saint-Blaise du Ve au VIIe s. (Bouches-du-Rhône)

 | 
Gabrielle Démians d’Archimbaud

Partie 1. Les fouilles de 1980 à 1985 et leur interprétation

Chapitre 1. Présentation d’ensemble

Texte intégral

1.1 Le site

1L’enjeu politique et économique représenté par le site de Saint‑Blaise, où des traces d’habitat apparaissent dès le viiie s. av. J.‑C., se perçoit bien dès l’examen de sa situation géographique et de sa structure. A mi‑parcours entre Arles et Marseille, les deux grandes cités antiques, il est implanté au cœur d’un réseau complexe d’étangs à peu de distance du golfe de Fos, son avant‑port naturel, et du delta du Rhône : voies de communication essentielles vers l’extérieur –le grand commerce– comme vers l’intérieur de la Gaule, l’étang de Berre tout proche lui assurant en outre un contact facile avec toute la Provence centrale. une telle microrégion, en contraste complet avec la sèche et pastorale plaine de la Crau, offrait ses ressources spécifiques. Mais, parmi toutes celles que pouvaient fournir la mer ou les étangs, le sel s’inscrit au premier rang. Denrée essentielle alors et convoitée : son exploitation par marais salants fit en tous temps la fortune des centres côtiers favorables, peu nombreux au demeurant (Italie du Sud et Sicile, Espagne du Sud et Baléares, deltas du Pô et du Tibre pour l’Antiquité) (Bouloumié 1986 : 20). Il dut en être de même ici, à en juger d’après une remarque du géographe Strabon décrivant la Crau et insistant sur la présence à proximité de sources salées et de sel. L’on en est plus sûr encore au cours du haut Moyen Âge et des xexie s. Outre le célèbre privilège accordé à l’abbaye de Corbie par le roi Chilpéric II en 716, c’est sur le sel que les seigneurs de Fos bâtirent une grande part de leur fortune (Lagrue 1988 : 52). Sel extrait en priorité des étangs de Lavalduc et d’Engrenier, à l’extrême condensation naturelle et par là‑même très convoités : l’archevêque d’Arles en particulier y avait des salines tout comme, au moins avant 950, l’église cathédrale de Viviers qui reçut alors en don huit salines dans le territoire d’Ugium, c’est‑à‑dire de Saint‑Blaise (Rolland 1951 : 153‑154).

2Oppidum du sel et entrepôt commercial, Saint‑Blaise hit très tôt et resta très longtemps un lieu fortifié, au pouvoir évident sur toute la région environnante. Sa position retranchée sur un éperon rocheux inséré entre les étangs de Citis et de Lavalduc en faisait une place forte malgré sa faible altitude moyenne : + 63 m au point culminant mais plus encore si l’on tient compte du niveau très bas des étangs, inférieur parfois de près de 10 m à celui de la mer. La dénivellation, même dans les points les moins élevés (+ 49 m à la chapelle Saint‑Blaise, au cœur du Castnim médiéval) était largement suffisante pour assurer la protection naturelle du site. Des falaises abruptes (aujourd’hui parfois masquées par les remblais ou atténuées par les éboulements rocheux) entouraient en effet l’éperon sur ses deux faces principales ; la troisième, celle inscrite au‑dessus de l’isthme rocheux séparant les étangs de Citis et de Lavalduc, dominait encore de près de 14 m le replat médian, lui‑même enserré dans de nouveaux escarpements plongeant presque verticalement vers l’eau. Il ne restait donc à protéger véritablement que l’étroit espace ouvrant plus directement sur le plateau. Ce fut chose faite quatre ou cinq siècles après l’établissement de la première agglomération, elle‑même fortifiée, avec dès l’époque hellénistique la construction d’une superbe et puissante enceinte scandée de trois tours quadrangulaires et bordée partiellement d’un fossé sec : enceinte poursuivie jusqu’à la pointe extrême de l’éperon dans un souci de prestige plus encore, peut‑être, que de pure nécessité stratégique. Délimitant l’« acropole » et la « ville basse » densément occupée, son tracé facilement repérable servit en tout cas aux nouveaux habitants du site lorsque, dans l’Antiquité tardive, ceux‑ci eurent la volonté de réoccuper le site de hauteur et d’en refaire un lieu fortifié.

3Les travaux furent ici encore impressionnants, plus cependant par leur étendue et leur complexité que par leur technique, de bien moins belle qualité que celle du rempart précédent. Le contraste apparaît bien dans la reconstruction de l’enceinte, bâtie sur les tracés des fortifications antérieures mais sur une épaisseur moindre (2 m au maximum) et dans un appareil très différent, fait de réemplois ou de petits moellons liés au mortier de chaux. La démultiplication des tours –dix dont six en hémicycle– contribuait à renforcer le système défensif dont la hauteur originelle reste impossible à déterminer : l’on notera qu’un comblement partiel de ces tours fut effectué dès le vie s. comme le montrent les véritables dépotoirs accumulés dans leur espace intérieur, à en juger d’après les découvertes effectuées dans les tours 6 et 8 (fouille A. Dumoulin ; étude du matériel : Grange 1982), Deux poternes subsistaient ; la troisième fut obturée lors de la construction de l’église Saint‑Vincent, mentionnée dans des textes plus tardifs et identifiée par H. Rolland près de la porte principale de l’enceinte hellénistique. Cet important monument bordé d’un portique a conservé de façon rare les traces de ses aménagements liturgiques ; un pavement de mosaïque polychrome, datable des vevie s., subsistait en partie dans son presbyterium (chœur). D’autres églises furent découvertes par H. Rolland à l’avant et sous l’actuelle chapelle Notre‑Dame et Saint‑Blaise. Plusieurs fois reconstruites, elles correspondaient peut‑être, pour l’une d’entre elles au moins, à l’église Saint‑Pierre mentionnée dans un texte de 923. Aucune sépulture de ces périodes anciennes ne fut retrouvée à l’intérieur même du site, dans l’environnement de ces églises, conformément aux interdits antiques. Mais la présence d’une très considérable nécropole rupestre, dont plus de 230 tombes furent fouillées par H. Rolland, témoigne de l’extension progressive des inhumations sur tout le plateau environnant, aux dépens parfois des voies d’accès anciennes qui conduisaient à la ville antique.

4Très exceptionnellement donc, ces découvertes nous conservent l’image d’un site puissamment réoccupé, avec un effort défensif et monumental réel qui dut en faire l’un des points forts de toute cette région –le centre en tout cas de l’habitat plus ou moins dispersé qui se multipliait simultanément aux alentours. Mais, à l’intérieur même de l’oppidum, ce sont les constructions civiles elles‑mêmes qui restent les plus mal connues. Sans doute faut‑il mettre à part quelques zones privilégiées, telles les petites maisons ou ateliers établis près des remparts et de la rue (au tracé curieusement conservé malgré l’obturation de la porte charretière) ou la grande construction à abside mise au jour par H. Rolland et R. Dumoulin. Remaniée à plusieurs reprises, cette dernière nécessita des recherches approfondies qui confirment la difficulté d’approche de ces bâtiments (Grange 1982) : inscrits sur les structures antérieures dont ils reprennent le tracé et, en bien des cas, les matériaux désormais liés au mortier de chaux, ils présentent des traces constantes de transformation parfois difficilement décelables. Aussi minimes fussent‑elles, ces mutations étaient cependant indispensables à relever pour assurer l’interprétation fonctionnelle et chronologique de ces bâtisses, témoin d’un temps de mutation fondamental en Provence. L’abondance du matériel recueilli en place, aujourd’hui mieux interprétable, encourageait également à poursuivre leur étude. Non dans la ville basse cependant, déjà très largement fouillée, ni sur l’acropole aux niveaux par trop remaniés et ténus. Mais en prolongement de la première, dans une zone encore inexplorée qui domine l’étang de Lavalduc, à proximité du rempart médiéval élevé après 1231 pour renforcer les défenses du petit Castrum de Castelveyre (Castnim vêtus) aménagé à l’extrémité nord‑ouest du site, au point le plus facile d’accès.

1.2 Les fouilles de 1980 à 1985

5Entreprises dès 1980 et continuées annuellement depuis, les fouilles présentées ici forment un ensemble essentiellement consacré à l’étude de la réoccupation tardive, du très haut Moyen Âge et même de l’époque médiévale pensait‑on à l’origine, cette dernière se révélant cependant plus ténue encore que ne pouvaient le laisser supposer les quelques textes et le rempart du XIIIe s. encore conservés. C’est donc sur l’Ugium (Rolland 1948 : 171 ; id. 1951 : 151 sqq.) paléochrétien et mérovingien que se concentrèrent en fait les recherches. Si celles‑ci atteignirent le plus souvent le substrat protohistorique, dégagé en surface ou parfois objet de microsondages de vérification toujours très limités, l’on ne s’étonnera pas de ne pas en trouver ici l’analyse détaillée. Cette dernière –comme l’étude du matériel issu de ces sondages ou trouvé, en grande abondance souvent, de façon résiduelle dans les niveaux des ve et vie s. ap. J.‑C.– devrait faire l’objet d’autres recherches effectuées cette fois par des spécialistes de ces périodes. C’est le principe même d’une collaboration que la structure et l’histoire de cet oppidum extraordinairement complexe et bien stratifié imposent, dès maintenant comme dans l’avenir.

6Étonnante stratification en effet que celle conservée en place, même pour les périodes relativement tardives qui nous occupent. Heureusement protégés par les longs temps d’abandon et les épandages de régularisation du terrain qui suivirent, les aménagements effectués dans l’Antiquité tardive ou au très haut Moyen Âge peuvent paraître certes souvent sommaires ou médiocres face aux réalisations antérieures. Fosses et amas de décombres s’enchevêtrent ou se succèdent ; ils se juxtaposent ou alternent avec de minces passées de sols souvent démultipliées à l’extrême et associées à des constructions ou des réfections de murs apparemment sans ordre. En fait, seule la lecture très attentive de tous ces vestiges et du matériel qui y était inclus pouvait permettre un essai de restitution, l’approche d’une évolution aussi contrastée que difficile, au moins dans les zones étudiées. L’on n’oubliera pas en outre les contraintes imposées par l’étendue limitée des sondages, particulièrement mal adaptée à l’examen des amples bâtiments de cette époque. Aucun d’entre eux ne put ainsi être étudié dans sa totalité et cette carence prive ces fouilles d’éléments de compréhension importants. Du moins n’empêche‑t‑elle pas la mise en évidence d’une périodisation apparemment conforme à l’ensemble de ce secteur, malgré les variantes perceptibles dans chacun des sondages en fonction de sa localisation et de son histoire intrinsèque.

1.3 Stratigraphie et périodisation

7Des années 400 aux années 600 ap. J.‑C., sept phases apparaissent ainsi. Inégalement représentées ou atteintes dans chaque zone (tabl. i), elles constituent un cadre général qui, regroupant l’ensemble des données obtenues par la fouille, guide maintenant l’interprétation de chaque sondage. La présentation individuelle de ceux‑ci reste cependant nécessaire dans un premier temps. Il importe en effet de fournir au lecteur –ou aux archéologues qui seraient appelés à travailler à nouveau à Saint‑Blaise– les données de base qui justifient l’histoire retracée ici et qui permettront de continuer les recherches. L’étendue inégale des fouilles –les plus importantes ayant été effectuées à l’est de la rue, entre son prolongement hypothétique et le rempart médiéval– oblige également à cette analyse, au moins par grand secteur. L’on distinguera ainsi, dans la zone est, le sondage I B (et son annexe I A) puis le complexe sondage II, et dans la zone ouest l’apport très complémentaire dans le temps des sondages III et IV, restés beaucoup plus limités en extension (fig. 2 et  3).

TABL. I – Les grandes phases d’évolution du site d’après la stratigraphie et le matériel en place. Monnaies : no d’inventaire (fouille).
Niveau de référence pour les céramiques :
I B sud : 5, 5e, 6a, 7 ; I B nord : 7, 10, 12, 21 ; II sud : 5g, 7’5, 7f 2b, 79 ; III : 2, 5 ; IV : 4, 8.
Niveau de référence pour les monnaies :
IB sud : 5a, 5c, 5e, 7 ;I B nord :8 ; II sud : 7f 2b ; II nord : 7e, 7e1, 7f, 7i, 7j.

Table des illustrations

Légende TABL. I – Les grandes phases d’évolution du site d’après la stratigraphie et le matériel en place. Monnaies : no d’inventaire (fouille). Niveau de référence pour les céramiques : I B sud : 5, 5e, 6a, 7 ; I B nord : 7, 10, 12, 21 ; II sud : 5g, 7’5, 7f 2b, 79 ; III : 2, 5 ; IV : 4, 8. Niveau de référence pour les monnaies : IB sud : 5a, 5c, 5e, 7 ;I B nord :8 ; II sud : 7f 2b ; II nord : 7e, 7e1, 7f, 7i, 7j.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39910/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 86k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search