Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Par écrit

 | 
Daniel Fabre

IV. Liens et ruptures

Les nièces d’Hortense

Des mots et des silences

Valérie Feschet

Texte intégral

  • 1 Il s’agit d’un corpus de 21 lettres écrites entre 1881 et 1901. Un autre corpus viendra étayer l’a (...)

1On a l’habitude de concevoir la correspondance familiale comme émanant nécessairement de deux époux, d’un fils ou d’une fille ou encore de frères et de sœurs. Ce sont là à l’évidence les liens de sang les plus intenses qui peuvent unir des épistoliers mais ce serait une erreur de penser qu’au-delà de ce cercle restreint de parents, d’autres, plus « éloignés », n’aient pas aussi leurs mots à dire. Pour les familles éclatées dans l’espace, marquées par les migrations et les déracinements, la correspondance des nièces, par exemple, est bien plus importante qu’on ne l’imagine. Ce texte donnera un aperçu des formes et des fonctions de cette épistolarité singulière qui unit des générations successives et des branches collatérales. Vingt années de correspondance1 entre Colette, sa jeune tante Hortense et son oncle Alphonse, permettront de se faire une juste idée des relations épistolaires qu’entretenait à la fin du siècle dernier la descendance « hollandaise » des migrants alpins de la vallée de l’Ubaye avec leur « pays » d’origine. Au-delà des informations que ces lettres nous livrent sur la construction de l’identité individuelle des jeunes adolescentes expatriées, cette correspondance permet de s’interroger sur l’épistolarité comme rite de passage.

Liens et ruptures

  • 2 Hortense, née Léautaud, est originaire du vallon de Fours. Elle a une dizaine d’années de plus que (...)

2Colette vit à Breda en Hollande aux côtés de son père, négociant en textile, de son frère Laurent et de sa sœur Marie. Pour avoir habité jusqu’au début de son adolescence dans le vallon de Fours, Colette est très attachée à la vallée de l’Ubaye, à tout ce qui faisait alors sa vie, à quelques amies, à la mère supérieure de l’établissement religieux dans lequel elle était élève, et plus particulièrement à sa tante Hortense et à son oncle Alphonse, le frère et la sœur de sa mère décédée2. Déracinée par la volonté de son père, Colette attend beaucoup de cette correspondance mais son attachement ambigu au pays, fait de distance et de proximité, va aboutir à une rupture. C’est cette évolution du lien épistolaire, avec pour paroxysme le silence obstiné d’Hortense à partir de 1883, qui sera le fil directeur de cette analyse.

Écriture croisée
Extrait d’une lettre de Colette adressée à sa tante Hortense le 19 janvier 1883. (Coll. particulière)

3Transcription de l’extrait de la lettre écrite par Colette à sa tante Hortense le 19 janvier 1883 (coll. particulière)

Ne faites voir mon grifonnage à personne
Breda, le 19 Janvier 1883,
Bien chère tante,
J’espère que vous avez reçu ma lettre qui doit s’être croisée avec la votre de la nouvelle année. Je vous remercie bonne Tante des vœux que vous avez bien voulu me faire parvenir et j’espère qu’ils soient exaucé. Me trouvant se soir toute seule à la maison avec la domestique j’ai pensé tient je vais vite remplir quelques pages pour ma tante car je ne veux plus que vous me donniez le nom de féniande il me semble pourtant que je suis toujours assez exacte mais attendez je vais vous donnez de la besogne à me répondre.
Vraiment vous me rappeliez dans votre lettre le pauvre oncle de [...] et son frère cependant je ne les aient [deuxième page] oublier ni l’un ni l’autre je n’oublie personne cependant il pourrait y en avoir à qui je pense plus qu’à eux...
[écriture croisée sur la première page] Je dois terminer car la domestique apporte un bon plat de pommes de terre ainsi je vais faire mon possible vous savez que je les aiment. Faites mes compliments à Valérie je ne lui demande plus de m’écrire. Répondez moi vite vite et dites moi un petit mot de tout le monde. Je vous embrasse mille fois et suis votre toute affectionnée nièce Colette. Dites à l’oncle Alphonse que j’attends une lettre de lui sa carte ne compte pas pour lettre Adieu Faites lui nos compliments

4Il s’agit de la première feuille d’une lettre de quatre pages. L’écriture croisée commence sur la tranche intérieure de la dernière page et remonte successivement, page après page, jusqu’à ce que cette écriture verticale croise l’en-tête de la lettre. L’orthographe a été conservée en l’état.

Histoires de famille

5Cette correspondance de Colette avec sa tante Hortense n’est pas à deux mais à quatre termes, complexité qui est l’arrière-fond de la rupture dont il est question ici. Colette souhaite échanger des nouvelles, sous le mode de la confidence, avec Hortense, mais celle-ci donne la priorité aux échanges qu’elle entretient avec son propre frère, Laurent, lui-même installé à Breda. Or, Laurent est en désaccord avec la famille de Colette. Jusque dans les années 1886, les relations entre les deux familles semblent à peu près sereines. Puis, le climat dégénère : les disputes éclatent pour un rien, les malentendus se succèdent... Colette s’en fait l’écho dans ses lettres afin de soulager ses peines et, de son côté, son oncle Laurent se laisse aller à quelques dérapages. En 1881, par exemple, il écrit de façon assez méprisante que Colette a encore une fois terminé ses amours et qu’il n’adviendra rien de bon de celle-là. « Marie est charmante, Laurent (le frère de Colette et Marie se prénomme également Laurent) est un bon à rien » et il ne préfère « rien dire du père »... Le rejet est réciproque. Le père et le frère de Colette refusent d’avoir la moindre relation avec Laurent. Ces discordes familiales sont très pénibles à vivre pour Colette qui, avant que la situation ne se dégrade définitivement, se rend chez son oncle en cachette afin d’échanger quelques souvenirs de Fours.

J’ai été hier au soir encore chez l’oncle. Il est toujours bien bon ainsi que sa femme. Je voudrais bien leur rendre tous ces moments de plaisir que je passe chez eux mais que voulez-vous, c’est ainsi, je dois même tenir cachée que je vais chez eux mais j’espère bien pouvoir un jour les en dédommager et peut-être que ce temps n’est pas si loin, et que je leur en serai toujours reconnaissante. Laurent n’y vient jamais. Je dois même tenir caché pour lui que j’y vais en secret. Bonne tante, son caractère laisse beaucoup à désirer et je crains qu’il nous fasse passer encore de mauvais jours mais ce n’est peut-être pas sa faute. Il est gâté et ces personnes ne sont jamais heureuses et font toujours aussi des malheureux. (1883.)

6Colette se doute cependant des messages en sa défaveur envoyés par son oncle Laurent qui demande régulièrement à Hortense de ne plus écrire à ses parents de Breda. Celle-ci finira par lui obéir, et seul son autre frère Alphonse maintiendra le lien avec Colette. Confrontée au silence d’Hortense et pour ne pas perdre la confiance de son oncle Alphonse, qui reste le seul de sa famille élargie à garder contact avec elle, Colette se voit contrainte de lui narrer dans les moindres détails les querelles auxquelles elle participe. L’épisode le plus marquant est sans nul doute décrit dans une lettre datée du 4 février 1887. Ce soir-là, sa sœur Marie était seule à la maison en compagnie d’une amie. Indisposée, elle n’était vêtue que d’un grand châle ; Colette était à la messe et son frère Laurent chez un camarade. Marie n’osa pas se présenter quand son oncle frappa à la porte accompagné d’un monsieur de Bergen op Zoom, une connaissance de son futur mari. Cette hésitation à recevoir son oncle Laurent dégénéra en un véritable drame.

En parlant de l’Oncle et de sa femme, surtout il faut que je vous dise la scène que Marie vient d’avoir avec eux. Peut-être que la Tante Laurence vous l’aura déjà écrit et de cette manière, le sachant des deux côtés, vous saurez faire la part de chacun. Un dimanche soir la petite fille de l’Oncle vient inviter Marie et moi à venir chez eux qu’il y avait un Monsieur de Bergenap Hom qui aimait à connaître Marie mais voilà que le hasard veut que Marie était indisposée ce jour. Elle n’était pas habillée, avait un grand châle et était dans la grande chaise de la petite chambre. Une de ses amies devait venir passer la soirée avec elle. Que faire ? Nous n’aimions pas à dire qu’elle était indisposée aussi nous disions que nous attendions du monde et que nous ne pouvions quitter la maison. Laurent va à Quinchen et moi, comme elle avait invité une amie à causer, je vais à prière. La domestique sort pour aller faire une commission et Marie et cette demoiselle sont seules. On sonne à la porte. Marie qui n’était pas capable d’aller ouvrir dit à cette demoiselle : « Ah mon Dieu voilà peut-être un ami de Laurent ! Ne laisses entrer personne ! Dis qu’il n’y a personne à la maison. » Elle va à la porte et voilà l’Oncle Laurent et ce Monsieur de Bergen op Zoom. Alors elle dit qu’il n’y a personne à la maison. Elle ne savait vraiment pas quoi faire. Marie, de la manière qu’elle était ne pouvait recevoir personne. Elle n’eut la présence d’esprit de les faire entrer dans la grande chambre et dans ce temps Marie serait vite monter pour s’habiller. Enfin, l’Oncle aurait bien pu rentrer seul et voir ce qu’il y avait car enfin on ne laisse pas une personne étrangère seule à la maison. Il pouvait bien croire qu’il y avait quelqu’un de nous à la maison. Enfin, ils sont retournés chez eux mais comme vous pensez en arrivant et disant cela à la tante elle s’est fâchée, a dit tout ce qui lui venait par la tête de Marie, que c’était une fille maladive, une bonne à rien, enfin elle n’a pas craint de calomnier Marie aux yeux de ce Monsieur qui est un ami de son futur. Moi j’arrive de la prière alors elle me raconte ce qui est arrivé et je dis de suite : « Oh l’oncle n’a pas pris cela de mauvaise façon et pensera bien qu’il y a un malentendu mais la Tante... » Enfin le lendemain matin Marie, sans penser que la tante serait fâchée de telle manière, va les voir... Mais je vous assure qu’elle en a entendu. Vous savez qu’elle est sensible et en plus quand on vous tombe là sur le corps sans s’y attendre, elle a donc pleuré et devenue faible alors l’oncle avait naturellement compassion avec elle. Elle lui a fait des excuses et l’Oncle a bien compris que la chose était mal interprétée et qu’il n’y avait de malice de notre part mais la tante n’a pas voulu entendre d’excuse et s’est montrée encore plus fâchée. Marie est arrivée à la maison en pleurant blanche. En la voyant nous avons dit de suite avec Laurent mais qu’as-tu donc ? Enfin elle nous dit que de sa vie elle n’oublierait tout ce que la tante Laurence lui a dit et qu’elle n’irait plus chercher de tels sermons. Son futur en a été aussi très triste. Aussi, depuis cette scène nous ne nous sommes plus vu. [...] Ce Monsieur [...] nous a envoyé une carte pour nous assurer qu’il n’avait pas pris la chose sérieuse et qu’il n’y pensait plus.

7Hortense étant très attachée à son frère, cet incident n’aura pas été sans conséquences dans la rupture définitive de ses relations épistolaires avec Colette. L’histoire de cette correspondance entre tante et nièce et l’analyse que nous pouvons en faire tournerait court sans les lettres écrites par Colette à Alphonse. La structure de cette communication familiale est plus complexe qu’un simple jeu de réciprocité. Hortense n’ignorait pas les lettres de Colette à Alphonse. Il était habituel en effet que les missives envoyées par les parents émigrés soient lues de tous et que les nouvelles passent de maison en maison. Colette le savait. La communication se poursuivit donc au-delà de cette rupture épistolaire. Par la médiation d’Alphonse, c’est à Hortense que Colette continue de s’adresser. En outre, le désengagement d’Hortense n’est pas seulement lié aux injonctions de Laurent. Les lettres mêmes indiquent que bien d’autres aspects sont à prendre en considération.

Les mots de Colette sur le silence d’Hortense

8Les formules introductives pourtant toujours très normalisées, telles un vêtement convenu qu’endosserait la lettre, laissent entrevoir le désarroi de Colette face à l’effacement brutal de sa tante dès 1883.

9Au cours des premières années de l’échange, l’introduction des lettres est ordinaire pour l’époque. Le ton de Colette est léger, aimable, reconnaissant. Dans certaines missives, elle s’excuse poliment de « son retard à répondre » ; dans d’autres, elle s’amuse de son exactitude. Elle partage avec sa tante des vœux conventionnels pour la nouvelle année et des félicitations d’anniversaire, prétextes ritualisés de communication. Les échanges sont alors très réguliers : huit lettres ont été écrites par Colette en 1882 et 1883 (dont une adressée à Alphonse).

Quoique j’ai un peu tardé à répondre à votre aimable lettre, je n’en avais pas moins tous les jours le désir car elle m’a vraiment fait plaisir je vous remercie bonne Tante de vos félicitations à l’occasion de l’anniversaire du jour de ma naissance. La fête fut complète quand je puis y mêler vos vœux. (1882.)

10Mais les nouvelles fonctions d’Hortense dans une exploitation ingrate exigeant beaucoup de ses propriétaires ainsi que la naissance de son premier enfant eurent raison de la régularité de leur correspondance. Hortense n’écrira qu’une lettre par an en 1884 et 1885 pour se taire ensuite définitivement, si ce n’est l’envoi d’une carte de vœux en janvier 1894. Colette laisse alors apparaître clairement son mécontentement.

Je dois venir me rappeler à votre souvenir car je ne sais vraiment quoi penser de ce silence et je crains parfois que vous soyez malade ou quelqu’un des vôtres. Voilà bien à peu près un an je crois que vous m’aviez écrit et depuis, plus rien, mais peut-être auriez-vous renvoyé pour attendre le 15 novembre date à laquelle j’eus l’année passée le plaisir de recevoir une lettre de félicitations de vous et de l’oncle Alphonse. Que faites-vous bonne tante depuis ? Votre mari et votre petit garçon ? J’espère que vous jouissez tous d’une bonne santé, aussi bonne que nous tous. (1883.)

11Les phrases introductives ne sont pas les seules à souligner sa déception. Dans le corps même des lettres, plusieurs appels sont formulés. L’épicentre de la crise se situe sans aucun doute à la mort du père en janvier 1886, épisode tragique n’ayant engendré aucun soutien du côté ubayen. Colette se rend compte avec résignation qu’elle n’est plus vraiment dans le cœur de ceux qui comptent tant pour elle. Cet événement lui donnera sans doute la force de se détourner une fois pour toutes des racines qui l’empêchaient de vivre pleinement sa vie en Hollande, mais cette rupture sera pour elle très douloureuse. Dans le cadre d’une communication amicale, Colette n’aurait pas insisté, vexée par le silence impoli de sa correspondante, mais ses relations avec la famille de sa mère sont pour elle d’une importance vitale. Elle ne peut se résoudre à cette rupture, quitte à écrire dans le vide.

Écriture croisée
Extrait d’une lettre de Colette adressée à son oncle Alphonse le 26 janvier 1886. (Coll. particulière)

12Transcription de l’extrait de la lettre écrite par Colette à son oncle Alphonse le 26 janvier 1886

Breda, le 26 janvier 1886,
Bien cher Oncle,
Plusieurs fois j’ai voulu vous écrire et chaque fois la force me manque Oh cher Oncle le coup est terrible nous voilà seuls. Votre bonne lettre m’a fait du bien et je vois que vous ne nous abandonné pas je vous en suis reconnaissante cher Oncle et j’espère pouvoir vous le rendre un jour si pas à vous à vos chers enfants croyez que se serait pour moi un vrai bonheur de pouvoir leur être utile
[écriture croisée sur la première page] Beaucoup de compliments à la tante Gabrielle et embrassé vos chers enfants pour moi. Gardez le secret avec cette lettre ne laissez rien entrevoir au pays. Vous savez ce sont des affaires de famille dont personne n’a besoin. Nos compliments à Alexandre et dites lui de nous écrire Alexandre l’avait promis. Adieu cher Oncle. Croyez moi votre très affectionnée nièce. La réponse est attendue au plus tôt !

13Il s’agit également de la première feuille d’une lettre de quatre pages. Comme pour toutes les lettres de Colette, l’écriture croisée commence sur la tranche intérieure de la dernière page et remonte successivement, page après page, jusqu’à ce que cette écriture verticale croise l’en-tête de la lettre. L’orthographe a été conservée en l’état.

Je ne sais pourtant plus quoi penser de vous bonne Tante. Voilà deux fois que je vous ai écrit et n’ai reçu aucun mot de réponse pas même après la mort de notre pauvre père. Cela nous aurait pourtant bien fait plaisir. Cela n’ôte la douleur mais pourtant l’adoucit. Un mot de vous nous aurait fait plaisir. (1887.)

14Même si Colette a trouvé chez Alphonse une attention sincère, elle éprouve le besoin de se confier à sa tante maternelle. En 1893, alors qu’elle est mariée depuis plus de cinq ans et qu’Hortense est devenue absente à ses mots depuis plus de dix, elle tentera encore, sous la forme de doléances, d’engager une relation plus soutenue. Elle lui répète une fois de plus qu’elles devraient être « un peu plus rapprochées », que « l’on a parfois tant besoin d’avoir un parent, une amie à qui l’on peut parler, demander conseil, s’encourager, confier ses plaisirs et ses peines ».

Des reproches indirects

15La communication épistolaire obéit à des règles dont la première est la réciprocité. Colette tolère quelques écarts car elle sait ses correspondants fort occupés mais elle ne peut s’empêcher de rappeler quelques préceptes lorsque leurs attitudes la font souffrir. Laisser sans réponse une lettre de faire-part (souligné par elle) annonçant le décès de son père relève de la plus cruelle des indifférences. Malgré sa douleur et la constatation de son rejet, elle restera digne et continuera d’écrire mais l’attitude de ses correspondants va engendrer une modification dans la structure de ses propres lettres. Considérée comme une étrangère par ses parents de sang, blessée, elle change de registre. L’écriture de soi liée, avant le décès de son père, à un discours nostalgique tourné vers les Alpes se transforme petit à petit en une écriture dans laquelle le sujet s’exprime au présent dans son cadre quotidien. Ce changement de structure épistolaire est sans doute la plus éclatante de ses revanches.

16Colette se sert souvent de tierces personnes pour manifester sa colère. Fâchée contre son amie Valérie, par exemple, elle écrira dans une lettre à sa tante que : « Valérie est bien bonne ! Elle veut que pour deux mots qu’elle a mis dans votre lettre j’aille lui écrire une grande lettre ; non, non, ce n’est pas ainsi que nous faisons ici, une fois qu’elle m’aura écrit elle-même une grande lettre avec beaucoup de nouvelles et bien alors, elle en recevra une pareille en retour. Qu’elle se rappelle que c’était à elle de m’écrire ! » (1882.) Cette façon de faire ne semble pas arranger les choses car Valérie ne lui fit plus jamais aucune réponse. Elle agit de même manière avec Hortense et n’eut de meilleurs résultats. Excédée par son silence, soucieuse néanmoins de renouer contact, elle demanda plusieurs fois à Alphonse de lui faire parvenir des petits billets. Les lettres étant systématiquement transmises en même temps que les billets, Hortense se trouvait directement confrontée au mécontentement de sa nièce.

La Tante Hortense demande à l’Oncle de me dire de lui écrire. J’attends pourtant toujours encore une lettre d’elle. Le temps se trouve toujours ne fusse que deux mots. Je joins ici un petit billet pour elle que vous voudrez bien lui faire parvenir quand vous irez à Barcelonnette. (1890.)

Usages intimes, usages familiaux

17Si la réciprocité épistolaire eut du mal à se maintenir, c’est surtout l’impossible équivalence du ton qui eut raison de cet échange. Pour que les émetteurs et les récepteurs puissent communiquer, encore faut-il qu’ils partagent la même définition du public et du privé, de l’intime et de l’ostentatoire de l’écrit et de l’oral. Il est clair que sur ce plan Colette et Hortense n’attendent pas la même chose de la correspondance.

Je voudrais avoir beaucoup de choses à vous dire mais bonne tante il n’y a personne ici que vous connaissiez et nous concernant, c’est toujours la même chose. (...) Vous me dites que si je pensais aux connaissances du pays je vous demanderais plus de nouvelles, mais de qui voulez-vous que je vous parle ? Peut-être même qu’il n’y a plus personne qui ne se rappelle encore de moi. Je ne crois pas avoir laissé des souvenirs, puis le temps et la distance peuvent avoir tout brisé n’est-ce pas ? (1883.)

18Colette pensa que sa tante était mal à l’aise de correspondre par écrit et que là résidait l’explication de son silence. Trouvant les missives de celle-ci beaucoup trop soignées (elles étaient destinées à une lecture collective), Colette lui conseilla de ne plus faire de brouillon, d’écrire ce qui lui passait spontanément par la tête, en prétextant, pour la rassurer, que ses lettres n’étaient lues de personne. « (...) Vos lettres ne sont lues de personne aussi vous n’avez pas besoin de vous appliquer. » (1883.) C’est sans doute là que se situe l’une des causes principales de la rupture : Hortense, écrivant en Hollande, s’adressait à l’importante famille qui s’y trouvait (dix personnes à peu près), et non pas seulement à Colette. Elle destinait à tous les nouvelles relevant de l’ensemble de son propre univers familial.

19A cheval entre deux histoires, entre la ville et la campagne, entre la paysannerie et la bourgeoisie, Colette a-t-elle oublié la jonction de la correspondance lointaine dans son village d’origine ? Les lettres adressées en Ubaye à la fin du xixe siècle par les parents émigrés en pays étrangers pour y faire fortune étaient lues à voix haute et circulaient de maison en maison. On les sortait à l’occasion d’une veillée ou bien, selon la distance à parcourir, on se les réexpédiait. Les lettres étaient des événements fêtés collectivement. Elles étaient attendues avec impatience. Elles étaient conservées précieusement, à l’angle du buffet ou de la cheminée, puis dans une enveloppe de tissu, dans un tiroir, ou même parfois, dans de luxueux classeurs qui constituaient, au fur et à mesure, autant de livres de mémoire attestant de l’histoire de la famille.

20Considérant le statut de la lettre dans le contexte ubayen de l’époque, il n’était pas judicieux de la part de Colette de répéter sans cesse à sa tante que les lettres qu’elle lui adressait n’étaient lues que d’elle, ni de réclamer la confidentialité pour ses propres missives. « Ne faites lire mes lettres à personne », écrit-elle régulièrement, croyant se rapprocher d’Hortense grâce à quelques confidences personnelles et à un style spontané. Colette eut en fait un résultat inverse. Ce n’est guère étonnant car demander la destruction d’une lettre alors qu’elle est pensée par celui qui la reçoit comme un message « ouvert » (adressé à tous) et non pas « fermé » (confidentiel) relève d’un grave malentendu. Écrites sous le sceau du secret et de la confidence, les lettres intimes entraînent leurs lecteurs dans une succession de désagréments : ils se trouvent face à un monde qu’ils ne veulent peut-être pas voir d’aussi près ; de plus, le fond très personnel des missives les oblige à s’impliquer davantage dans leurs réponses ; et enfin, d’un point de vue diplomatique, l’effet ne peut être que désastreux, car les lettres sont lues malgré tout par tous ceux que l’on voulait évincer et qui trouvent là matière à ressentiment.

La nostalgie du « pays »

21C’est sans doute la forme de cette écriture embourgeoisée qui troubla les échanges, car les mots de Colette à l’égard de sa terre d’origine témoignent d’un réel attachement. Caractéristique des lettres d’émigrés, la nostalgie envers le pays perdu occupe au début une part considérable du discours de Colette. Elle parle souvent de la « grande route » qui était en chantier et qui facilite maintenant le déplacement des « Fourniers » (habitants du vallon de Fours). Elle dit être curieuse des moindres détails du pays. Elle se soucie de la mise en place d’un prêtre dans le vallon, ce qui le rendra « moins sauvage ». Elle demande des nouvelles de tous, de ses ami(e)s (Valérie Sicard, les Demoiselles Fabre, Marie Audiffrey de Jausiers, Bellon de la Conchette), des parents qu’elle n’a pas encore le plaisir de connaître (la femme de l’oncle Alphonse, le mari d’Hortense, ses cousines germaines Amélie et Thérèse), de la mère supérieure du pensionnat Saint-Joseph qu’elle apprécie pour sa gentillesse... Elle veut connaître les relations des uns et des autres, les mariages, les déménagements, les morts, les accidents...

On m’avait déjà écrit qu’il y avait deux nouveaux docteurs à Barcelonnette. A-t-il déjà de la famille ? Il n’a pas fait un séjour bien long à Barcelonnette. Allez-vous quelques fois voir la cousine Constantine ? Et la famille Fabre ? Aline est déjà certainement établie. Je crois que je vais trouver beaucoup de changement quand j’irai au pays. Je croyais que Viny était mariée depuis longtemps. (1882.)

  • 3 Les ravioles sont les pâtes fraîches, farcies d’une purée de pommes de terre et d’oignons.

22Colette essaie ainsi de s’immiscer dans les relations sociales qui se poursuivent au pays. Son attachement au lieu qu’elle a quitté se manifeste également par des pratiques concrètes. Elle met dans son livre de prière les fleurs et les feuilles que sa tante lui envoie. Elle dit faire des « ravioles3 ». Elle participe également à distance, par la pensée, à certaines processions religieuses qui sont inscrites dans l’espace local (Notre Dame, le 8 septembre). Les portraits de sa famille et les paysages de Fours sont une requête permanente qui prend de plus en plus d’importance à mesure que le temps passe. Afin de construire un lien durable, elle demande également à son oncle de la faire marraine d’un de ses enfants.

L’oncle va bien ainsi que sa famille. Je vais de temps en temps le voir et quand je fais des ravioles, je lui en fais toujours porter une assiette. Il pense être au Serre, dit-il. Oui, quand seront-nous de nouveau tous réunis à manger des ravioles ? Enfin, avec le temps et de la patience on vient à bout de tout comme dit le proverbe. (1883.)

Les liens du mariage

23De tous les liens, c’est encore celui du mariage qui doit décider de l’attachement réel de Colette à l’Ubaye. Tous le savent pertinemment, aussi cette question occupe une place centrale dans la correspondance. L’idée du mariage de Colette, qui doit alors avoir une bonne vingtaine d’années vers 1882, est abordée sous forme de plaisanterie dès les premières lettres. Les boutades envoyées par son oncle et sa tante sont reprises en écho par cette jeune femme qui répond avec amusement souhaiter un mari aussi gai que celui d’Hortense. Elle demande à ses parents ubayens de chercher un peu pour elle à Barcelonnette. « C’est pour rire », écrit-elle, mais il ne sera question que de ça pendant cinq ans, jusqu’à son mariage.

Je vois avec plaisir que l’oncle s’intéresse toujours à moi puisqu’il tâche encore de me rapprocher du Serre en me donnant espoir de devenir un jour ménagère à la Barre mais quand je serai où proposer je crains bien que l’une ou l’autre me l’ai enlevé ne pensez-vous pas ? (1882.)

24Colette participe à ces élucubrations tout en prenant conscience que le cours de sa destinée a changé depuis son installation en Hollande. Portée par une inspiration romantique, elle se laisse aller dans ses lettres à quelques remarques sur les conséquences néfastes du mariage qui justifient de ne pas précipiter les choses. Oscillant entre deux modèles culturels, la correspondance semble l’aider à faire le point sur les conflits qui l’habitent. Doit-elle se marier en Hollande avec un négociant aisé qui lui offrira une vie urbaine et bourgeoise mais qui l’éloignera de la vie saine de la montagne, ou doit-elle se marier en Ubaye pour être proche de ses racines quitte à être de nouveau isolée des grandes villes et privée d’un confort moderne ? Tout à fait consciente du rôle premier de la femme mariée (la procréation), elle laisse néanmoins entendre qu’elle n’a pas l’intention de se marier comme ses amies et ses proches pour enfanter jusqu’à l’épuisement. « On perd sa gaieté lorsque l’on est établie », écrit-elle en 1882. Elle apprécie de sommeiller tranquillement pendant que les autres se tuent à la tâche. Elle ne veut pas de soucis et semble accablée par l’idée du travail qu’occasionnent les jeunes enfants. Sa tante Laurence en aura sept et son amie Amselle en a déjà cinq en 1882. Une telle perspective l’accable.

Mon amie Amselle dont je vous parlais toujours quand j’étais au pays va bientôt avoir quatre petits enfants. Elle a beaucoup à faire et quand je vais la voir, je retourne contente à la maison car je suis plus tranquille et plus gaie qu’elle. Elle me dit parfois : « Tâche de conserver ton bien être. »
Amselle Claessen va bientôt avoir son cinquième petit ainsi le travail ne lui manque pas. Parfois elle me taquine, toi au moins tu es heureuse, me dit-elle. Tu vis sans soucis. C’est que j’ai été plus avisée qu’elle. J’aurais pu me trouver dans le même embarras tandis que je sommeille au moins encore tranquille. Je ne me crée encore aucune misère. Cependant, je ne dis pas que je ne m’y mettrai jamais dans cet embarras. Qui sait ce que le bon Dieu veut encore de moi. (1882.)

  • 4 Le père de Colette tenait un atelier de confection et un magasin de textile.

25N’est-ce pas là une façon d’accepter l’obligation morale de rester aux côtés de son père ? Vivant pour lui être agréable, selon ses propos, Colette ne se résout pas à se marier. Son père la retient, écrit-elle à son oncle, et elle semble heureuse en compagnie de sa famille. Mais cette explication n’éclaire que partiellement son manque d’entrain à se marier : elle est romantique et il est fort probable qu’elle ait souhaité prendre le temps de trouver l’élu de son cœur. Toutefois, à la mort de son père tout s’accélère. Orpheline en 1886, elle ressent une grande solitude et songe, sérieusement cette fois, à prendre un époux car il lui semble que si elle pouvait « faire le bonheur de quelqu’un, rien ne lui ferait peine ». Sa sœur cadette est déjà fiancée, son frère a hérité de la Compagnie4 et elle a eu à la lecture du testament, qui faisait la part belle au fils héritier selon la tradition ubayenne, la sensation de s’être « sacrifiée » aux autres sans que rien ne lui soit reconnu. Ces constatations faites, elle va consacrer toute son énergie à son propre établissement.

26Son oncle Alphonse la décourage de s’établir à Breda. Elle-même ne sait sur quel pied danser. Elle est très attachée à l’Ubaye, c’est un fait, mais le silence de sa tante la rend méfiante. N’est-ce pas un peu pour elle qu’elle voulait retourner au pays ? Hortense ne lui écrivant plus, ou comme à une étrangère, Colette n’est plus sûre, après le décès de son père, que son retour en vaille la peine. Elle va s’imposer de nombreuses conditions à une éventuelle installation en Ubaye qui seront autant de barrières infranchissables. A travers quelques allusions, on comprend qu’elle ne retournera à Barcelonnette que pour épouser un notaire, un médecin, ou un riche « américain » revenu du Mexique. Ce désaccord dans les objectifs matrimoniaux contribua à la rupture épistolaire. Colette veut bien se marier en Ubaye à condition de maintenir ou d’améliorer son rang. Elle n’entend faire aucune concession. Son oncle et sa tante souhaiteraient quant à eux la faire revenir dans le milieu qu’elle a quitté, lui rétorquant qu’on ne peut tout avoir.

Pour M. M. je crois qu’il lui faudra beaucoup de fortune. Je ne crois pas qu’il prendra une personne pour ses qualités. Peut-être aussi sa fortune et ses appartements ne sont-ils assez grands pour élever un ménage quoi qu’à Barcelonnette, il ne faut pas autant. Pour la personne ce n’est pas ce qui me tirerait peine, on ne peut tout avoir comme vous dites mais s’il en est encore question dites lui de suite que je ne veux pas être prise pour l’argent. Si j’apporte quelque chose, il ne faut qu’il y compte. Lui doit savoir s’il peut entretenir une femme. Ce qui me revient, il l’aura certainement car en venant en France j’apporte ce qui me revient et pense ne plus revenir en Hollande. Mais s’il a encore quelques idées il ne faudrait pas qu’il attende trop longtemps de se déclarer car une fois que j’aurai fait la dépense de faire venir mes coffres et que j’aurai donné ma parole ici je ne me dédirai plus quand même je pourrais faire mieux. (1886.)

Le bonheur à Breda

27Colette optera finalement pour la Hollande. Son mariage aura lieu le 27 décembre 1887, deux ans après la mort de son père. Consciente que cet acte l’attachera définitivement à Breda, elle demande à son oncle de prier pour elle le jour de la cérémonie dans une église du vallon de Fours. Aux pires hésitations succède finalement la conviction d’avoir fait le bon choix, à moins qu’elle ne dissimule ses sentiments, mais Colette a toujours eu un style sincère et personnel. Comme cela se fait très régulièrement à cette époque pour rédiger des lettres privées, elle utilise le papier à en-tête de l’établissement de son époux. Il travaille dans les assurances. Elle est heureuse, dit-elle dans toutes les missives qui suivront. Six ans plus tard, mère de trois enfants, elle répète encore à sa tante qu’elle est mariée tout à fait à son goût et que la bonté de son mari lui fait oublier la France. Sa lettre est un peu froide, distante. Ce sera vraisemblablement la dernière. Elle pourrait être convenue – les émigrants envoyant généralement de bonnes nouvelles pour rassurer la famille – mais, quoi qu’il en soit, son discours n’est plus du tout ambigu. La Hollande devient son pays pour y avoir été adoptée en tant qu’épouse et mère des enfants qu’elle y a fait naître.

28La façon dont Colette se raconte en Hollande n’est pas étrangère non plus à la rupture épistolaire dont elle se plaint sans cesse. Colette, en effet, a très vite mis en avant le bien-être de sa vie à Breda. Avant le décès de son père, elle décrivait leurs promenades et leurs loisirs. Ils possédaient alors un jardin à la campagne agrémenté d’un « joli pavillon » et de quelques arbres fruitiers. Lors des visites, Laurent jouait du piano et tous chantaient des romances.

Je vous remercie bonne tante de votre attention à me faire parvenir vos félicitations le jour de ma naissance. J’ai reçu tas de cartes et lettres ce jour là et avons eu une grande fête. Toutes mes amies sont venues le soir. Nous avons fait de la musique, chanté, dansé, enfin nous étions toutes bien fatiguées à une heure de la nuit quand nous nous sommes séparées. J’ai reçu de jolis cadeaux, entre autre un joli porte monnaie monté en argent puis un magnifique bouquet avec les cartes de mes amies. (1883.)
Pour moi, je ne me fais de mauvais sang. Je jouis d’une bonne santé. Je fais mon petit train dans le ménage et profite des parties de plaisir quand j’en ai l’occasion. Nous allons souvent nous promener avec Marie. Maintenant nous allons voir patiner sur la glace. Je vais aussi quelque fois à Bergen op Zoom voir Jauffrey. Sa femme est très gentille et aime aussi beaucoup rire. Elle a une bonne vie. Son mari est très bon pour elle. Elle vient quelques fois passer quelques jours chez nous. Laurent, mon frère, nous amuse par ses contes, puis nous jouons un peu de musique et nous chantons quelques jolies romances, enfin nous passons très agréablement notre temps. (1885.)

29Le bien-être de sa vie à Breda se lit dans toute sa correspondance, autant dans les lettres écrites lorsqu’elle vivait aux côtés des siens qu’après son mariage. Face au silence de sa tante, n’ayant plus rien à dire de ce pays perdu pour n’en avoir aucun écho, si ce n’est par le Petit Journal de Barcelonnette qui l’informe des naissances dont on ne lui fait même plus part, son bonheur conjugal s’accentue au fil du temps et des mots. On apprend ainsi que sa petite maison est meublée à son goût, qu’elle vit dans un quartier « très agréable », entre ville et campagne, et qu’elle est certaine qu’elle n’aurait pu « mieux réussir sa vie ». Son mari est « très bon », dit-elle, et bénéficie d’une « très bonne position ». Elle dispose d’une bonne pour le ménage et pour ses enfants. Les enfants, dont elle parlait avec tant d’inquiétude et de rejet avant de se marier, la comblent maintenant de joie. Ses grossesses se sont bien passées. Elle les a nourris au sein sans difficulté. Ses petits sont charmants, dit-elle, et se portent à merveille. Elle se promène pendant qu’ils sont à l’école.

Je suis heureuse cher oncle de savoir que M. Léautaud vous a rassuré sur nous car je sais qu’en France l’on pense toujours que ceux qui sont établis ici sont perdus. Pour moi, je suis sûre et certaine que je n’aurais pu mieux réussir. Le climat qui autrefois semblait m’éprouver m’est tout à fait favorable et j’ai une vie très tranquille et heureuse. Notre petit grandit et commence à marcher et à parler. (1890.)
(...) Tout va bien. Nos enfants sont gros et robustes et mon mari est toujours très occupé mais avec cela l’argent rentre à la maison. Je n’ai pas à me plaindre. J’ai un très bon mari. Je n’aurai pu mieux réussir. (1994.)

Entre nièces et tante : l’écriture de soi

30Est-il possible de lire autant de bonheur quand on est soi-même dans une situation critique, que la maladie, la misère, l’inquiétude sont au rendez-vous du quotidien ? Le contexte familial d’Hortense (qui est connu grâce à d’autres correspondances) ne lui permet pas de participer au jeu de Colette qui lui renvoie tel un miroir sa modeste destinée. Hortense a les mains liées aux travaux de la ferme. Elle n’a pas vraiment le temps d’écrire et n’a certainement pas envie de faire écho aux lettres bienheureuses de Colette en alimentant son fantasme du pays perdu. Pendant que sa nièce profite des parties de plaisir en Hollande, Hortense s’inquiète de l’avenir du domaine ; elle se désespère de la santé de sa fille épileptique ; elle perd un enfant en bas âge ; elle se soucie de son beau-frère Léon qui meurt de misère et de maladie au Mexique et qui ne cesse de regretter dans ses lettres d’avoir quitté la ferme qu’elle occupe aujourd’hui ; elle se tourmente pour ses nièces orphelines, Thérèse, Anaïs et Mathilde. Ses propres fils, Joseph et Léon, quitteront la maison respectivement en 1901 et 1902 pour gagner leur vie (Martin-Charpenel 1988). Léon mourra trois ans plus tard à l’âge de vingt et un ans.

31Le style de Colette n’est peut-être pas seul en cause, mais il reste inhabituel en ce sens que les émigrés parlent très rarement du pays d’accueil dans leurs lettres. Les correspondants de même génération, les frères et les sœurs, font tout au plus quelques allusions à l’ingratitude du pays dans lequel ils vivent. Ils ne disent presque rien de leur travail ou de leurs moments de détente. Ils se bornent généralement à échanger quelques banalités sur la santé (que l’on décrit plus souvent médiocre que bonne), sur le temps qu’il fait, sur la naissance et la croissance des enfants et cela suffit à maintenir le lien. L’essentiel semble être de ne pas susciter l’envie et la jalousie de ceux qui entretiennent le domaine parental et qui, sacrifiant leur destinée, sont toujours là, tels un matelas prévu en cas de chute. Les lettres des émigrés contiennent plus de questions sur le pays natal que d’informations sur l’ailleurs découvert. L’écriture de soi est mêlée aux sentiments nostalgiques qui attestent que le rédacteur, en esprit au moins, fait encore partie du groupe qu’il a quitté.

32L’écriture de soi, par contre, est très différente lorsqu’il y a un écart de génération et de lignée, surtout lorsque la communication se fait de la génération la plus jeune vers la génération la plus âgée. Le style personnel présenté ci-dessus ne concerne pas seulement Colette. D’autres nièces (Marie, Thérèse, Anaïs, Mathilde) livrent leurs états d’âme à leur tante Hortense qui répond vraisemblablement par une succession de conseils entre l’amour filial et la complicité.

33Marie Léautaud, par exemple, une des filles de Laurent Léautaud, le frère d’Hortense installé à Breda (donc cousine germaine de Colette), écrira quelques lettres à sa tante entre 1908 et 1912. Cet échange de courte durée débute à la mort du père et correspond à un moment charnière dans la vie de la jeune femme. En 1908, Marie travaille comme gouvernante chez un médecin de La Haye. Elle est bien payée, dit-elle, et son travail ne semble pas trop fatiguant. Elle trouve même son patron charmant et encore jeune. Elle est inquiète à l’idée qu’il se marie un jour. N’en est-elle pas un peu amoureuse ? Cette situation qui paraissait assez stable ne correspondra pas longtemps à ses attentes. Son patron, dit-elle dès sa deuxième lettre, part sans cesse en voyage pour de longs mois. Elle s’ennuie. Elle ne veut plus attendre ni espérer et décide de quitter la Hollande et de rentrer définitivement en France. De 1909 à 1910, elle va correspondre avec Hortense pour que celle-ci l’aide à trouver une place dans une bonne famille. Hortense lui proposera de venir le plus vite possible à Barcelonnette et dès l’automne 1910, Marie deviendra la gouvernante de la Villa Moscou à Nice.

  • 5 Les « Américains » sont des Ubayens qui ont fait fortune au Mexique et qui sont revenus s’installe (...)

Seulement je viens de vous demander encore si vous croyez réellement que j’aurai une bonne place là-bas dans quelques temps car je n’aime pas de rester longtemps sans une bonne position. Marcel Léautaud qui a vu tout à Paris pourrait vous raconter ce que c’était mon travail d’avoir beaucoup de soins pour une maison chic et comme je sais bien faire la cuisine. J’aimerais avoir une place par exemple chez des américains5 dans les environs de Barcelonnette où dans le temps j’ai vu des jolis petits châteaux car à Barcelonnette il me semble les maisons si vieilles enfin j’espère ma chère tante que vous ne me trouverez pas trop délicate de vous demandez tout ça. (1910.)

34Enchantée de son sort, elle écrira une dernière lettre en 1912 dans laquelle elle vantera les mérites de la côte d’Azur en reniant la vallée de ses aïeux. La correspondance des nièces est à double tranchant. Si elle flatte le pays d’origine, elle le dénigre également d’une manière aussi spontanée que cruelle. Ainsi, Marie, une fois installée à Nice, après avoir passé quelques mois en Ubaye, écrira à sa tante qu’elle s’y ennuyait. Hortense ne répondra plus.

Moi qui a été toujours dans les grandes villes, c’est très difficile de m’habituer à Barcelonnette. Quelle différence de partir de la neige et d’arriver en plein soleil. Si vous n’étiez pas à Barcelonnette, je ne voudrais plus y retourner. (1910.)

35Si la correspondance des nièces reste de loin celle où l’écriture de soi est la plus attestée, c’est, de toutes les émettrices, Colette qui s’épanche le plus sur sa vie au loin. La description des plaisirs en Hollande n’est pas le seul motif de cette écriture à la première personne ; d’autres sujets, plus graves, apparaissent aussi et composent de longs passages, tels les questions liées au deuil et à la succession du père où encore les « histoires de famille ».

Efficacité des rites de passage et épistolarité

36Malgré tous ses efforts Colette ne parviendra pas à renouer le lien avec sa tante. A trop vouloir être proche, elle n’obtiendra qu’un statut d’étrangère et perdra finalement ses attaches avec l’Ubaye. La rupture est liée à plusieurs facteurs et les responsabilités sont partagées. Tout d’abord, Colette écrit des lettres intimes alors qu’on attend d’elle des nouvelles semi-publiques ; ensuite, elle se dépeint insouciante à Breda alors qu’on voudrait la voir mariée en Ubaye ; enfin, elle devient une épouse heureuse et riche alors qu’elle s’adresse à de modestes ménagers accablés de soucis. Elle ne réalise pas à quel point sa façon d’écrire sa vie peut heurter ses correspondants. Pourtant, elle a fait tout son possible pour répondre à leurs attentes. Elle leur crie son désespoir de ne pouvoir, faute d’informations, parler du pays comme elle le voudrait ; elle les supplie d’écrire tout ce qui s’y passe afin de ne pas perdre le fil. En vain. C’est leur avarice de nouvelles qui va la contraindre à se tourner vers la Hollande pour alimenter le corps de ses lettres et c’est justement ce qu’on lui reproche.

37Ces mots et ces silences ont pour mérite de montrer à quel point l’écriture, à l’aube du xxe siècle et de la modernité qui le caractérise, fut un outil d’expression autant que de communication. Il est évident que l’épistolarité débordait très largement du cadre qui en structurait la forme première pour accompagner la métamorphose des corps et des âmes. A l’échelle d’une vie, la correspondance se fait l’écho du changement et rythme l’histoire des individus. Tout y est dit : les jours de menstruation, les fiançailles, les mariages, les naissances, les baptêmes, les premières communions, les deuils et les veuvages, à tel point qu’on peut se demander si la lettre entre parents éloignés ne participe pas des rites de passage en validant leur efficacité ? Daniel Fabre a souligné ce pouvoir de l’écriture en prenant l’exemple des menus de noces. « Dans cette avancée de l’écrit, note-t-il, il y a plus qu’une simple substitution d’instrument. En devenant l’étoffe même du rite - du moins à certains moments de son déroulement - l’écriture le métamorphose en profondeur, l’enrichit en lui ouvrant de nouveaux horizons d’existence » (Fabre 1993 : 23).

  • 6 Il est admis aujourd’hui que les rites ne s’inscrivent pas seulement dans la sphère du sacré (Rivi (...)

38Au terme de cette analyse de contenu des lettres de Colette à sa tante, il est intéressant de rappeler des données qui éclairent à leur façon une facette encore peu connue de l’épistolarité familiale. Arnold Van Gennep a montré que les rites de passage comportaient généralement trois phases : une phase de « séparation et de rupture », une phase de « marginalisation et de formation » à un nouveau mode d’être, et enfin une phase de « résurrection symbolique et d’agrégation » à la communauté avec un statut supérieur. En mettant entre parenthèses la dimension sacrée6 qui accompagne la réflexion d’Arnold Van Gennep, on peut retrouver ces phases dans l’histoire de Colette. « Émigration », « immigration », « mariage et intégration » recouvrent en effet des étapes successives qui font d’une enfant presque « perdue » une femme respectable. La mort symbolique marquant la rupture avec le passé correspond à l’arrêt de la correspondance d’Hortense et à la mort de son père. Pendant la période de réclusion, qui fut le stade de l’immigration, Colette reçoit la révélation d’un savoir (langage, coutumes) sur la société qui l’accueille. Elle acquiert alors de nouveaux schèmes de pensée et de comportement à travers les épreuves d’humiliation, de courage et d’adaptation qu’elle a dû surmonter entre son arrivée à Breda et son mariage (Rivière 1995 : 45 ; Van Gennep 1909).

39Il semble évident à la lecture des lettres de Colette que son intégration par paliers successifs au nouveau monde ne prend sens que par rapport à son appartenance originelle. Les passages ritualisés faisant d’elle petit à petit une épouse comblée n’auraient pas toute la validité attendue s’ils n’étaient mis en spectacle à l’attention des parents ubayens. C’est par la lettre que cette validation s’opère, l’écriture étant à cette époque le seul moyen de connaître l’évolution matérielle et psychologique des parents éloignés. Plus encore que des témoins du déroulement de l’existence, les lettres sont des agents de passage.

Bibliographie

Bibliographie

Chartier, R. (éd.). 1991. La correspondance. Les usages de la lettre au xixe siècle, Paris, Fayard.

Fabre, D. (éd.). 1993. Écritures ordinaires, Paris, Éditions pol, Centre Georges Pompidou.

Feschet, V. 1996. La correspondance rurale au xixe siècle. Analyse d’un corpus de lettres adressées à une famille de propriétaires-cultivateurs en Provence alpine, Rapport de recherche, Paris, Mission du Patrimoine ethnologique, 99 p.

Martin-Charpenel, P. 1988. « Léon Martin au Mexique. 1902-1905 », in Les Barcelonnettes au Mexique. Récits et témoignages, Barcelonnette, Sabença de la Valeia.

Musset, D. & J. Maurel. 1986. Les habitants de l’Ubaye. Récit de la transformation d’une vallée. Mane/Salagon, Les Alpes de Lumière.

Rivière, C. 1995. Les rites profanes, Paris, puf.

Van Gennep, A. 1909. Les rites de passage, Paris, Nourry.

Notes

1 Il s’agit d’un corpus de 21 lettres écrites entre 1881 et 1901. Un autre corpus viendra étayer l’analyse. Il s’agit des lettres de Marie, elle aussi installée en Hollande.

2 Hortense, née Léautaud, est originaire du vallon de Fours. Elle a une dizaine d’années de plus que Colette. Elle épouse en 1880 un paysan de Barcelonnette qui travaille un domaine de quelques hectares à l’ubac de la ville, au hameau de Pra Soubeiran, à 1 200 mètres d’altitude. Le couple possède un cheval, trois vaches, des moutons. Leur fortune n’était pas très élevée car ils ne purent payer le voyage de leur fils Léon qui immigra au Mexique en 1902 (Martin-Charpenel 1988 : 109). Alphonse, le frère aîné d’Hortense, poursuivit l’exploitation du domaine parental dans le vallon de Fours. Il était également instituteur. Il devait être âgé d’une quarantaine d’années à peu près en 1880.

3 Les ravioles sont les pâtes fraîches, farcies d’une purée de pommes de terre et d’oignons.

4 Le père de Colette tenait un atelier de confection et un magasin de textile.

5 Les « Américains » sont des Ubayens qui ont fait fortune au Mexique et qui sont revenus s’installer dans leur vallée natale en construisant de somptueuses demeures.

6 Il est admis aujourd’hui que les rites ne s’inscrivent pas seulement dans la sphère du sacré (Rivière 1995).

Table des illustrations

Légende Écriture croiséeExtrait d’une lettre de Colette adressée à sa tante Hortense le 19 janvier 1883. (Coll. particulière)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3982/img-1.jpg
Fichier image/, 725k
Légende Écriture croiséeExtrait d’une lettre de Colette adressée à son oncle Alphonse le 26 janvier 1886. (Coll. particulière)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3982/img-2.jpg
Fichier image/, 633k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540