Version classiqueVersion mobile

Nécropoles protohistoriques du Sénonais

 | 
Luc Baray
, 
Sylvie Deffressigne
, 
Chantal Leroyer
, 
et al.

Chapitre 6. Les nécropoles dans leur contexte régional

6 Die in einem regionalen Kontext erforschten Nekropolen

6 The burial grounds in a regional context

Luc Baray

Résumé

Bien que fortement tributaire des résultats de la recherche, une approche de la répartition des populations du Bronze final et des âges du Fer de la vallée de l’Yonne et de ses environs est désormais possible. Fondée en particulier sur l’étude des nécropoles selon leur distribution et leur composition, ainsi que sur le corpus des habitats et des dépôts, elle permet non seulement d’établir des corrélations entre les phases chronologiques traditionnelles et la répartition des sites, mais aussi de mettre en évidence les niveaux d’intégration socioterritoriale des populations protohistoriques.

Texte intégral

6.1 Mise en forme des données

6.1.1 Cadre chronologique

1Le corpus des sites présentés s’étend du Bronze final au second âge du Fer (jusqu’à La Tène Cl), soit du xiiie au iiie s. av. J.‑C. Cette période peut être subdivisée en cinq phases correspondant chacune aux grandes ruptures qui ont ponctué l’évolution socio‑économique et culturelle des populations d’Europe (Brun 1984 ; 1986 ; Kaenel 1990) :

2Phase 1 : Bronze final I‑IIa (1200‑1050 av. J.‑C.) ;

3Phase 2 : Bronze final IIb‑IIIa (1050‑850 av. J.‑C.) ;

4Phase 3 : Bronze final IIIb‑Hallstatt ancien (850‑650 av. J.‑C.) ;

5Phase 4 : Hallstatt D‑La Tène B1 (650‑325 av. J.‑C.) ;

6Phase 5 : La Tène B2‑La Tène C1 (325‑190 av. J.‑C.).

6.1.2 Typologie des sites

7Toutes les nécropoles de la région ne présentent pas une même durée d’occupation, une même surface, ni une même composition. Aussi, il n’est guère envisageable, à partir du seul dénombrement des structures monumentales et des tombes fouillées ou repérées par nécropole, d’établir une classification hiérarchique des sites ; d’autant que, plus la durée d’occupation du site sera longue, plus la probabilité de découvrir un nombre proportionnellement élevé de monuments funéraires augmentera : c’est le cas à Villeneuve‑la‑Guyard/Les Falaises où ont été fouillés vingt‑quatre enclos circulaires s’étalant sur plus d’un demi‑millénaire (Prampart, Prestreau 1989). On retrouve cette situation à Châtenay‑sur‑Seine/ Gobillons où sept enclos se répartissent sur une période équivalente (Bontillot et al. 1975). A l’inverse, à Soucy/ Mocques Bouteilles, ce sont vingt enclos circulaires qui ont été édifiés en moins d’une centaine d’années. L’approche quantitative directe ne fonctionne donc pas. Il est indispensable de tenir compte de la durée d’occupation de chaque site pris individuellement et de la ventilation éventuelle des structures non datées entre les différentes phases représentées sur le site pour une approche quantitative plus équitable de la composition des nécropoles. Certains monuments n’ont sans doute jamais reçu de tombes et ils sont probablement nombreux à avoir eu une fonction cultuelle indéniable plutôt que strictement funéraire (Piette 1972 ; Lepage 1975 ; Lambot 1989). A l’échelle régionale les travaux récents proposent de distinguer :

8– des nécropoles de petite taille composées de deux ou quatre monuments (Gravon/Le Chemin de l’Ecluse) ;

9– des nécropoles de taille moyenne composées d’une dizaine de monuments contemporains au maximum (Villeneuve‑la‑Guyard/Les Falaises) ;

10– des nécropoles de grande taille composées de plus d’une dizaine de monuments contemporains (vingt enclos‑tumulus à Soucy/Mocques Bouteilles) (Gouge, Mordant 1990).

11Dans les faits, une telle classification est encore prématurée compte tenu des lacunes de la documentation. Le corpus des nécropoles est encore trop limité et l’absence de fouilles extensives comme de publication pour certains sites réduisent considérablement la portée d’un tel essai. En effet, les conditions actuelles, sites inédits, décapages très partiels des nécropoles... ne permettent toujours pas une approche statistique de la densité d’occupation par nécropole. A l’évidence, leur composition est extrêmement variable d’un site à l’autre. Le nombre de tombes pour les nécropoles laténiennes, par exemple, varie de trois ou quatre contre quarante dans certains cas rares (Serbonnes/La Créole). Cette grande disparité des effectifs suggère l’existence de plusieurs niveaux communautaires, depuis la ferme isolée jusqu’au gros hameau, ou le regroupement de plusieurs familles dans un même lieu funéraire. A Châtenay‑sur‑Seine/Gobillons (Seine‑et‑Marne) (Bontillot et al. 1975) sept tombes à inhumation et à incinération de La Tène B2‑La Tène C1 se répartissent sur une surface décapée de 30 000 m2 ; à Michery/La Longue Raie, huit tombes de la même période ont été fouillées sur un espace de 1 200 m2 seulement, tandis qu’à Serbonnes/La Créole, vingt tombes, qui s’échelonnent du ve s. au iiie s. av. J.‑C., proviennent de l’intérieur d’un enclos de 84 m2. Les effectifs des nécropoles ne sont donc en rapport ni avec le nombre de structures monumentales, repérées ou fouillées, ni avec la surface décapée, mais semblent plus exactement liés premièrement au type d’organisation des groupes humains concernés et deuxièmement à la durée d’occupation du site, sans pour autant minimiser les conditions d’observation dans lesquelles nous sommes placés : extension des décapages, érosion sélective...

12Toutes les nécropoles inventoriées, toutes périodes confondues, peuvent être classées en deux grandes catégories morphologiques : nécropoles tumulaires et/ou enclos, nécropoles à tombes plates sans monument. Chaque catégorie peut être également subdivisée en deux types déduits de l’organisation interne des tombes.

Catégorie 1 :

13– 1A : organisation nucléaire de tombes à l’intérieur d’un grand enclos quadrangulaire/tumulus : on compte dans certains cas jusqu’à cent soixante‑quatre tombes dans un même monument (Bressey‑sur‑Tille/Clair Bois, Côte‑d’Or) (Ratel 1977) ; les sépultures s’organisent en anneaux concentriques, le plus souvent autour d’une tombe centrale beaucoup plus ancienne (Hallstatt C) ;

14– 1B : juxtaposition de plusieurs tumulus‑enclos ; chaque monument renferme une unique tombe centrale (Soucy/ Mocques Bouteilles, Yonne) ;

15– 1C : atomisation des tombes en petites unités ; elles s’organisent en groupes de deux à cinq unités, dispersés aléatoirement ; les groupes sont le plus souvent matérialisés par un petit enclos quadrangulaire (Villeperrot/Le Haut des Longues, Yonne) (Prampart 1979).

Catégorie 2 :

16– 2A : tombes en rangées se développant selon un plan linéaire : axe est‑ouest, nord‑sud, ou plus rarement par densification des noyaux existant déjà (Pernant) (type de nécropole non représentée dans la zone d’étude mais largement répandue en Champagne‑Ardenne) ;

17– 2B : tombes isolées dispersées aléatoirement ; aucune organisation interne ne transparaît vraiment ; on observe de temps en temps des couples de tombes mais sans pour autant remettre en cause le caractère, en apparence totalement aléatoire, de leur répartition (Châtenay‑sur‑Seine/ Gobillons, Seine‑et‑Mame) (Bontillot et al. 1975).

18Chaque type de nécropole peut être interprété comme suit, en fonction de la manière dont les tombes s’organisent et se répartissent :

19– 1A : nécropole enclose composée d’une famille étendue ou de plusieurs familles nucléaires (Pont‑sur‑Yonne/Bas des Renardières) ;

20– 1B : nécropole enclose « aristocratique » regroupant la fraction dominante de la société (nécropole hallstattienne de Gurgy/La Picardie) ;

21– 1C : nécropole enclose composée de plusieurs familles nucléaires juxtaposées (Villeperrot/Le Haut des Longues) ;

22– 2A : nécropole ouverte à rangées composée d’une famille étendue ou de plusieurs familles nucléaires (Champlay/ La Colombine) ;

23– 2B : nécropole ouverte à organisation interne lâche (nécropole laténienne de Châtenay‑sur‑Seine/Gobillons).

6.1.3 Types d’occupation

24Les nécropoles de l’Yonne sont fondées au Bronze final la et connaissent une occupation continue jusqu’au Bronze final IIIb (Mordant 1990). A partir de ce cadre général il est toutefois possible de préciser les modalités d’occupation des nécropoles en relation étroite avec les grandes phases de mutation socio‑économique mises en évidences pour le Bronze final (Brun 1988) et pour les âges du Fer. Pour ce faire, les nécropoles ont été classées en cinq types, chacun se subdivisant en sous‑type en fonction des rythmes d’occupation reconnus (présence‑absence des phases chronologiques du Bronze final IIIa à La Tène B‑La Tène C1) (fig. 166).

FIG. 166 – Typologie et modes d’occupation par phase chronologique des nécropoles protohistoriques de Bourgogne

L.B. / AFAN, DAF de/.

25La lecture du tableau xi permet de confronter les données quantitatives et chronologiques disponibles. Bien entendu, les chiffres et pourcentages n’ont de valeur qu’indicative. Ils ne doivent en aucun cas être pris pour valeurs absolues ; néanmoins à partir des données disponibles on peut tenter de faire une approche à caractère statistique.

TABL. XI – Chronologie des nécropoles protohistoriques de Bourgogne : tableau récapitulatif des modes d’occupation du sol.

26Une première constatation s’impose : les nécropoles des âges du Fer (phases 4 et 5) sont plus nombreuses que leurs homologues du Bronze final (phases 1 à 3). Elles représentent 55,2 % du corpus pour une période relativement plus courte. L’importance quantitative des nécropoles des âges du Fer est d’autant plus perceptible qu’elle fait suite à une tendance à la diminution progressive du nombre d’implantation au cours des trois phases du Bronze final. On passe de vingt‑sept à dix‑sept sites de la phase 1 à la phase 3. Au Bronze final IIIb‑Hallstatt C, le nombre de nécropoles a diminué de près de 63 % par rapport à la phase 1. De façon concomitante, on enregistre une nette diminution du nombre de tombes par nécropole. La moyenne des tombes est de 13,4 par site à la phase 1, elle passe à 6,2 à la phase 2, pour finir à 4,7 à la phase 3. On assiste donc à un double phénomène de régression des lieux funéraires et du nombre de tombes par site. Ces deux phénomènes vont de pair avec une désertion très importante des nécropoles qui atteint 70,3 % à la phase 2 et 62,5 % à la phase 3, tandis que le nombre de sites stables reste à peu près constant. On remarquera par ailleurs que le nombre de sites réoccupés après une phase d’abandon plus ou moins importante reste toujours en deçà des autres moyennes (11,7 %). Le nombre de sites créés par phase au cours du Bronze final ne permet pas de redresser la tendance à la diminution des lieux funéraires. Ainsi, à la phase 2, on compte seize nouvelles créations contre dix‑neuf abandons. De même à la phase 3, les six créations ne peuvent contrebalancer les quinze abandons enregistrés. Bien que tous ces chiffres n’atteignent pas un seuil statistique suffisant, ils ont au moins l’avantage de mettre en évidence les grandes tendances évolutives de l’implantation funéraire dans l’Yonne au cours du Bronze final.

27On retiendra donc les points suivants :

28– désertion importante de l’implantation des nécropoles au cours de cette période ;

29– diminution constante du nombre des implantations et du nombre de tombes par site ;

30– création néanmoins importante de nouveaux sites qui demeurent toutefois quantitativement en deçà du nombre de sites abandonnés ;

31– nombre négligeable de sites réoccupés après une ou deux phases d’abandon.

32Le passage à la phase 4 se caractérise avant tout par une augmentation conséquente de sites nouveaux (71,4 %). Ce phénomène, déjà reconnu dans la région Champagne‑Ardenne, est interprété par certains auteurs comme un boom démographique (Demoule 1989 : 161). En ce qui concerne l’Yonne il est difficile de se prononcer. Si l’on constate en effet un boom de nouvelles créations, il n’en demeure pas moins que tous ces sites ne renferment généralement que très peu de tombes (en moyenne deux ou trois). Dans ces conditions on serait plus enclin à parler d’essaimage des implantations en rapport avec une sélection apparemment importante des défunts (cf. la nécropole du Hallstatt D de Gurgy/La Picardie) que de boom démographique pour la région. Cet essaimage pourrait être imputé à une organisation sociale plus hiérarchisée ou à un type d’habitat de petite taille, sans véritable concentration. Parallèlement à ce phénomène de création, on enregistre un accroissement régulier du nombre de sites réoccupés de la phase 3 à. la phase 5. On passe de deux à huit sites ce qui reste finalement négligeable. L’autre phénomène remarquable est la nette augmentation des sites stables au passage de la phase 4 à la phase 5. Toutefois, c’est la phase 4 qui semble connaître la plus grande stabilité avec 47 % de sites stables contre seulement 40,4 % à la phase 5.

33Le passage à la phase 5 est marqué par l’augmentation des sites abandonnés qu’équilibre tout juste le nombre relativement important de sites créés auxquels il faut joindre les huit sites réoccupés. Cette phase se marque donc par un certain équilibre entre fondations et abandons.

34Les nécropoles des phases 4 et 5, bien que quantitativement équivalentes, ne présentent pas une structuration identique. On le verra plus en détail infra mais dès à présent on peut dire que le nombre de tombes par site est largement plus important à La Tène B2‑C1 qu’au Hallstatt D‑La Tène B1. Dans le Sénonais, on compte en moyenne trois tombes par nécropole à la phase 4 contre douze tombes en moyenne à la phase 5. Déséquilibre important qui renvoie à une organisation différente des groupes considérés (cf. § 3.2.1 et 3.2.2).

35En conclusion, on retiendra l’image de populations apparemment extrêmement mouvantes, à l’intérieur de terroirs sans doute attribués mais dont les choix d’implantation varient diversement au cours des siècles. On assiste au cours du Bronze final à une sélection progressive des sites comme à celle des défunts. Aux âges du Fer, le schéma d’évolution est totalement différent. On passerait à la phase 4 d’une situation en partie héritée de la phase précédente avec une sélection importante des défunts mais liée à un essaimage non moins important des nécropoles, à la phase 5 caractérisée avant tout par un regroupement des défunts en plus grand nombre sur un nombre équivalent de sites. On assiste ici à un phénomène à peu près inverse à celui reconnu dans les départements de Champagne‑Ardenne où la phase 4 se caractérise par un nombre important de sites à forte densité d’occupation et la phase 5 par une diminution importante des sites, liée à une diminution tout aussi importante du nombre de défunts.

6.2 Distribution spatiale des nécropoles et échelle d’intégration socioterritoriale

6.2.1 Les groupes du Bronze final (xiiieviie s. av.J.‑C.)

6.2.1.1 Bronze final I‑IIa (1200‑1050 av.J.‑C.)

36FIG. 167

37Dans les vallées de l’Yonne et de la Seine on dénombre à l’heure actuelle vingt‑sept nécropoles du Bronze final I‑IIa. Elles s’égrènent le long des flancs des premières pentes du Sénonais et en fond de vallée (Mordant 1988 : fig. 1). Les nécropoles sont toutes situées à une altitude maximale de 130/140 m. Les points hauts ne sont jamais colonisés. Leur répartition n’est pas homogène mais étroitement liée à celle des prospecteurs et des archéologues locaux. De même les zones vides s’expliquent par l’absence de chercheurs. Dans l’Auxerrois, 75 % des nécropoles détectées par photographies aériennes sont localisés en fond de vallée (Delor 1988). En Bassée, elles sont pour la plupart implantées à proximité du fleuve, sur la moyenne et basse terrasse alluviale, au sommet de micro‑reliefs hors d’eau en cas de crue. La carte de répartition des objets isolés ou en dépôts diffère quelque peu de celle des nécropoles. Le secteur du confluent Yonne‑Seine comprend toujours une forte densité de vestiges tandis qu’au sud, dans l’Auxerrois, la zone de concentration des dépôts s’est déplacée vers la confluence Yonne‑Cure (Mordant 1988).

FIG. 167 – Carte de répartition des nécropoles, des habitats et des dépôts du Bronze final [‑IIa (d’ap. Mordant 1988)

C.B. del. / MSH

Distribution spatiale des nécropoles

38La répartition des nécropoles du Bronze final I‑IIa montre de fortes concentrations dans les zones de confluences : Yonne‑Seine, Seine‑Aube, Yonne‑Armançon‑Serein. C. Mordant a mis en évidence que c’est précisément dans ces zones que se fixent les nécropoles à tombes féminines riches (femmes parées d’un pectoral) (Mordant 1992 : fig. 3). Le long des vallées, la répartition linéaire des nécropoles renfermant, pour certaines, des tombes riches masculines à épée ou féminines, se fait selon une distribution peu régulière, de l’ordre de 6 à 8 km (Mordant 1992). En revanche, à l’échelle microrégionale des confluents Yonne‑Seine et Yonne‑Armançon‑Serein, l’écart entre les sites baisse considérablement par rapport à la période précédente. Il peut atteindre 1 km dans certains cas. La distribution moyenne des nécropoles, que l’on peut estimer à 3,5 km, laisse envisager une occupation extrêmement dense. Chaque communauté d’agriculteurs‑éleveurs, dont on postule que la nécropole marque son implantation dans un terroir, gère ainsi un territoire d’une superficie moyenne de 10 km2. A l’échelle supracommunautaire, assimilée aux nécropoles à tombes riches, chaque pôle d’intégration contrôle un territoire de l’ordre d’une trentaine de kilomètres carrés de rayon. La localisation des tombes féminines riches dans les zones de confluence ne doit pas masquer pour autant la présence, le long des vallées, d’autres ensembles tout aussi important comme par exemple la tombe à épée de Evry (Yonne) (Gaucher 1981 : fig. 74) ou les tombes à poignard de Pont‑sur‑Yonne/Beaujeu (Prampart 1982). Toutefois, le rôle de carrefour économique des zones de confluence, lieu stratégique pour les échanges et le commerce, est souligné par l’implantation des dépôts de bronzier.

Distribution spatiale des habitats

39La documentation sur les habitats est beaucoup moins conséquente que celle sur les nécropoles avec seulement une douzaine de sites. L’implantation des habitats semble se superposer en partie, surtout dans la zone de confluence Yonne‑Seine, avec celle des nécropoles et des dépôts métalliques. Les quelques sites connus se regroupent pour l’essentiel le long de la vallée de l’Yonne, entre Montereau‑Fault‑Yonne et Sens, ainsi que dans la zone de confluence. A l’échelle microrégionale, les habitats et les nécropoles ne sont distants que de 400 à 500 m. En Bassée, sur le terroir de Grisy‑sur‑Seine, à chaque nécropole semble correspondre un habitat restreint, comprenant seulement quelques unités d’habitations (Gouge, Mordant 1990). Une organisation comparable existe en Lorraine sur l’emplacement du futur aéroport de Metz où de grands décapages ont permis de montrer qu’à un site d’habitat peut correspondre plusieurs petites nécropoles : l’habitat se déplaçant à l’intérieur d’un terroir au rythme d’une agriculture rotative (Direction Lorraine 1990). Dans l’Yonne l’habitat consiste en petits hameaux de trois à quatre unités d’habitations, dispersées sur une surface de 1 000 à 3 000 m2, auxquelles sont associées des structures de stockages surélevées ou enfouies (Grisy‑sur-Seine/Les Champs‑Pineux) (Mordant 1989b : fig. 43). En Bassée, il est implanté au sommet de micro‑reliefs non inondables de la moyenne ou basse terrasse alluviale. Ces regroupements modestes d’unités d’habitation ne peuvent être considérés comme de véritables villages. Par ailleurs, aucun site de hauteur fortifié correspondant aux différents pôles d’intégration supra communautaire reconnus n’a été découvert à ce jour.

Interprétations

40Après une première phase d’expansion très rapide, les communautés issues des groupes orientaux de la culture des tumulus du Bronze moyen final prendraient possession des territoires jusqu’alors sous influence des groupes atlantiques (Mordant 1990). Les nécropoles reproduisent, en partie, le schéma d’organisation du Bronze moyen final de leur région d’origine, à savoir :

41– le maintien de la pratique de l’inhumation, des sites de plusieurs dizaines de tombes pouvant atteindre dans certains cas une cinquantaine d’unités ;

42– une différenciation sociale marquée entre les défunts : possession d’armes pour les tombes d’hommes et de riches parures pour les tombes féminines ;

43– peu de changements perceptibles dans la culture matérielle par rapport à celle des zones d’origines. Mais très rapidement, dès le xiiie s., des transformations dans les pratiques funéraires et dans la technologie suggèrent de profonds bouleversements dans l’organisation socio‑économique de ces groupes :

44– modification des pratiques d’inhumation avec l’apparition de tombes en « puits » (Marolles‑sur‑Seine, Barbey) ;

45– adoption progressive de l’incinération ;

46– réduction sensible du nombre de défunts par nécropole ;

47– édification d’enclos funéraires autour de certaines tombes ;

48– production importante et originale de parures, d’armes et d’outils ;

49– production céramique homogène.

50Le trait particulier de cette seconde phase, que l’on pourrait nommer d’exploitation, est la régionalisation des groupes à l’intérieur d’un vaste ensemble culturel homogène à céramique cannelée. Il s’agit en fait d’un double processus d’identification qui se manifeste tout d’abord à l’encontre des groupes atlantiques avec qui le contact fut, somme toute, assez brutal. Elle se traduit par une homogénéisation de la culture matérielle et l’adoption d’un même répertoire céramique et symbolique. Une unité de production se met en place à l’échelle suprarégionale que P. Brun propose de nommer le complexe techno‑économique nord‑alpin (1988). De façon concomitante, du fait même de l’intensification des échanges Est‑Ouest et des luttes pour le contrôle des produits et des matières premières, la nécessité de se distinguer des autres groupes appartenant à sa propre culture se manifeste clairement par l’adoption d’un code vestimentaire spécifique. Le groupe de l’Yonne se caractérise ainsi par les épingles de type Yonne ou La Colombine, les pectoraux pour les femmes de hauts rangs, etc. (Mordant 1990).

51Le moteur de toutes ces transformations, mais également du maintien de certaines traditions du Bronze moyen final, doit être recherché dans le système d’échange qui s’instaure entre les deux complexes techno‑économiques atlantique et nord‑alpin. Les communautés locales ont profité de leur situation en limite de ces complexes techno‑économiques pour renforcer leur pouvoir tout en maintenant, en la renforçant, leur emprise territoriale précédente. Cette compétition est vecteur d’antagonismes entre les représentants des groupes locaux, densément implantés le long des vallées, qui tentent de tirer profit de l’intensification des échanges entre les deux entités. C’est le phénomène de lisière mis en évidence par C. Mordant (Mordant 1984 ; Brun, Mordant 1988). Elle engendre ainsi une lutte exacerbée entre les petits chefs pour le contrôle des axes stratégiques de pénétration que sont les vallées et les nœuds de communication que forment les zones de confluence. Cette compétition provoque donc une déstabilisation croissante du système dont témoignent le double rituel funéraire, et l’édification autour de certaines tombes d’enclos‑tumulus. La présence d’armes ou de riches parures (pectoral en bronze) dans les tombes, attestent, de manière univoque, le maintien dans la tradition du Bronze moyen final, d’une forte hiérarchisation sociale.

52La ligne de partage entre les deux complexes se traduit également par une nette augmentation des dépôts métalliques et des trouvailles de rivières. Leur répartition à l’échelle régionale ou microrégionale (confluence Yonne‑Seine, par exemple) témoigne de l’importance des voies de communication que forment les vallées et les zones de confluence. L’homogénéité technique des productions métalliques au cours de cette phase atteste de la dynamique et du bon fonctionnement des échanges Est‑Ouest des matières premières.

6.2.1.2 Bronze final IIb‑IIIa (1050‑850 avant J.‑C.)

53FIG. 168

54Au Bronze final IIb‑IIIa, la documentation disponible tend à diminuer. Vingt‑quatre nécropoles et dix‑huit habitats sont répartis le long des vallées de l’Yonne et de la Seine (Mordant 1988 : fïg. 1). A l’instar de la phase précédente, l’essentiel des sites se localise dans les zones de confluence Yonne‑Seine et Yonne‑Armançon‑Serein. De nouveaux sites apparaissent ponctuellement au confluent Yonne‑Cure et le long des vallées de l’Armançon et du Serein. Mais il s’agit là de découvertes isolées ne remettant pas en cause la densité d’occupation qui reste comparable à celle de la phase antérieure. Aucune augmentation démographique n’est à noter. Ce sont globalement les mêmes secteurs topographiques qui sont occupés (Mordant 1988). En l’état actuel des recherches, l’hypothèse d’une intensification des défrichements et de l’exploitation de nouvelles terres en liaison avec une démographie galopante ne semble pas envisageable. Si l’on constate bien l’abandon de très nombreux sites (70,3 % des nécropoles de la phase 1 sont abandonnées à la phase 2), leur répartition spatiale reste toutefois remarquablement stable étant donné que les nouvelles créations respectent la trame préexistante. Il en est de même de la répartition des dépôts métalliques qui ne change pas foncièrement ; ils sont toujours dans les zones de confluences : Marolles‑sur‑Seine/Les Prés‑Madame (confluent Yonne‑Seine), Sens/Champbertrand (confluent Yonne‑Vanne).

FIG. 168 – Carte de répartition des nécropoles, des habitats et des dépôts du Bronze final IIb‑IIIa (d’ap. Mordant 1988)

C.B. dell. / MSH

Distribution spatiale des nécropoles

55On n’enregistre pas de modification notable dans la répartition des nécropoles par rapport à la phase précédente. Elles se répartissent toujours selon un maillage assez irrégulier de 1 à 5 km, soit un écart moyen de 3 km. Chaque petite communauté est au centre d’un territoire théorique d’environ 7 km2, soit une superficie sensiblement égale à celle de la phase précédente.

56Toutes les nécropoles à tombes riches (guerrier ou femme avec pectoral) sont abandonnées tandis que l’on observe la création concomitante de nouvelles implantations (type 2). Celles‑ci sont installées toutefois dans les mêmes contextes géologiques avec une prédilection déjà observée pour les basses et moyennes terrasses alluviales et les versants crayeux du Plateau sénonais. L’abandon systématique de toutes les nécropoles renfermant des personnages de haut rang doit sans doute être mis en rapport avec les changements qui affectent l’organisation des échanges à cette phase et, partant, l’organisation spatiale des pôles d’intégration locaux et régionaux (Pétrequin 1988 ; Pion 1990). Le nombre de tombes par nécropole tend de plus en plus à diminuer (de trois à sept tombes), signe d’une accentuation plus marquée des différences sociales (nécropoles réservées à une minorité ?).

Distribution spatiale des habitats

57L’absence de sites fortifiés dans la région ne doit cependant pas minimiser l’ampleur des transformations en cours. Ceux‑ci ne constituent pas en effet une nécessité dans l’organisation d’une hiérarchie supracommunautaire centralisée (ils étaient déjà absents à la phase précédente). Sur la frange occidentale du complexe nord‑alpin, les sites fortifiés apparaissent aux confins de zones faiblement intégrées à l’entité orientale. C’est le cas de Saint‑Pierre‑en‑Chastres dans l’Oise ou du Fort‑Harrouard dans l’Eure‑et‑Loire. Ces deux sites se distinguent par une concentration de mobiliers métalliques de tradition orientale et occidentale. Leur localisation pourrait s’expliquer par l’établissement, en territoire occidental, de communautés spécialisées dans la production d’objets métalliques (épées, pointes de lance, pointes de flèche) et les échanges à longue distance (Pion 1990). Une grande homogénéité de la production a été observée bien que la typologie du mobilier témoigne à la fois de formes atlantiques et de formes continentales (Mohen 1988 : 539). La production céramique, fabriquée sur place, montre également un mélange de formes RSFO et de formes franchement atlantiques (jarres biconiques des îles Britanniques). Il a été démontré, à partir d’analyses de la composition des bronzes, que le site de Fort‑Harrouard se trouvait au centre d’un vaste réseau d’approvisionnement de matières premières provenant d’horizons lointains et variés : cuivre, étain et plomb des îles Britanniques, étain et plomb de Bretagne, cuivre des Alpes et d’Europe centrale (Mohen, Bailloud 1987).

Interprétation

58A cette phase, la vallée de l’Yonne perd son originalité culturelle. La région ne se situe plus en limite du complexe techno‑économique nord‑alpin. La poursuite de l’expansion vers l’Ouest, en englobant celui‑ci au cœur des provinces à céramique peignée, sape les fondements même de son dynamisme économique et de la compétition que se livraient les notables locaux. Elle ne profite plus de la proximité des groupes du complexe atlantique. La création, en Ile‑de‑France, d’une production de bronzier florissante né doit pas être étrangère au « déclin » économique qui affecte les groupes localisés en amont du réseau hydrographique de la Seine que contrôlent les deux pôles de Corbeil et Paris. Le même « phénomène de lisière » sur Paris, reconnu au Bronze moyen‑Bronze final I‑IIa se manifeste à cette phase (Brun, Mordant 1988) et se traduit de façon identique par l’abondance des dépôts métalliques et les trouvailles de rivière dans lesquels dominent les armes. Dans cette hypothèse, il n’est pas inutile de préciser que la région picarde, située en limite des deux complexes techno‑économiques atlantique et nord‑alpin, est assujetie aux mêmes phénomènes (Blanchet 1988). L’émergence de sites fortifiés sur la zone de contact entre les deux entités peut être mise en relation avec l’existence de « marchés saisonniers, cycliques ou permanents » et l’installation durable d’activités artisanales spécialisées (Pion 1990). Dans le Sénonais, la découverte sur le site de Cannes‑Ecluses d’un fragment de cnémide parmi deux dépôts de bronziers, laisse penser que le site était au centre d’un réseau de relations économiques assez étendues et pouvait avoir rempli ce rôle de place d’échanges intercommunautaires.

  • 1 Maintien à la charnière du Bronze final IIa‑IIb des enclos en association avec les deux incinératio (...)
  • 2 Fragment d’épée de la tombe à incinération de Granges (Saône‑et‑Loire) (Bonnamour, Mordant 1988).

59L’homogénéité des pratiques funéraires, liée à l’arrêt des dépôts métalliques dans les tombes, rend difficile la reconnaissance des élites. On peut émettre l’hypothèse que localement les chefs ne servent plus d’intermédiaires aux échanges Est‑Ouest, rendant par là même caduque la compétition qui s’était instaurée entre eux. La présence d’un monument autour de certaines tombes1 (notes en fin de chapitre) ou la possession de nombreux vases ou d’objets de prestige2 attestent le maintien, sous une forme différente, d’une hiérarchie sociale poussée. La disparition des armes dans les tombes, comme l’ont montré entre autres C. Mordant et P. Brun, n’exclue pas nécessairement l’absence de toute forme hiérarchique. L’apparente homogénéité des tombes de cette phase cache donc un système sans doute tout aussi hiérarchisé qu’auparavant.

60Durant cette phase, la compétition, essentiellement tournée vers l’extérieur, implique la mise en place d’un système identitaire d’autant plus contraignant que les communautés sont confrontées à d’autres groupes tout aussi dynamiques. L’homogénéisation des pratiques funéraires participe à la cohésion des groupes du complexe nord‑alpin qui cherchent ainsi à accentuer leurs ressemblances pour mieux protéger leur intégrité culturelle.

61Ici les échanges intercommunautaires se maintiennent tandis qu’ils diminuent fortement avec les groupes de la façade atlantique. Ce phénomène a été constaté à partir de l’analyse des bronzes provenant du complexe atlantique. Ils contiennent en effet un pourcentage d’impuretés nettement supérieur à celui des exemplaires nord‑alpins. Les réseaux traditionnels d’approvisionnement en matières premières, en se détournant du complexe atlantique, l’ont obligé à utiliser un autre cuivre, en l’occurrence de moins bonne qualité. Notons que c’est précisément à cette phase, Bronze final IIIa de J.‑J. Hart, que s’affirme un fort régionalisme dans la production bronzière, à travers l’ensemble du complexe nord‑alpin : les régions tendent de plus en plus à se démarquer les unes des autres par une production bronzière spécifique de parures ou d’armes (Primas 1988 ; Pétrequin 1988 ; Bonnamour, Mordant 1988 ; Brun, Mordant 1988). De nouveaux réseaux d’approvisionnement en matières premières se mettent en place. V. Rychner a montré pour la Suisse occidentale une différence nette de composition chimique entre les bronzes du Bronze moyen‑Bronze final I‑IIa et ceux du Bronze final IIb‑IIIa (Rychner 1988). Pour l’auteur, l’explication doit être recherchée dans l’origine du minerai de cuivre utilisé (des régions est‑alpine, du Tyrol ?).

62Parallèlement, signes de bouleversements profonds, de nouveaux changements importants affectent les pratiques funéraires ou l’habitat :

63– retour, dans certains cas, du dépôt métallique abondant dans les tombes ;

64– retour timide des armes dans les tombes (un fragment d’épée a été découvert dans la tombe à incinération de Granges, en Côte‑d’Or) ;

65– réapparition des enclos funéraires dans les régions qui les connaissaient déjà et apparition pour les autres ;

66– réoccupation des rives des lacs ;

67– occupation progressive des sites de hauteurs.

68Tous ces phénomènes concourent à caractériser la phase finale de cette période comme particulièrement troublée : repli significatif des communautés sur elles‑mêmes, désorganisation des échanges intercommunautaires et supracommunautaires .

69Au sein du complexe techno‑économique nord‑alpin, l’apparition de conflits internes, nés vraisemblablement d’antagonismes locaux pour le contrôle des échanges, se manifeste progressivement par différents signes avant‑coureurs. P. Pétrequin a bien mis en évidence, pour la Franche‑Comté, la multiplication des sites de hauteur liés à la montée de l’insécurité selon une progression du nord vers le sud (Pétrequin 1988 : fig. 11). Marqueur également d’une instabilité croissante, le nombre de dépôts métalliques est en augmentation régulière.

70Par rapport à la phase précédente, la carte de répartition des habitats ne change guère, ils sont toujours distribués selon une maille dense (Mordant 1988 : fig. 2).

6.2.1.3 Bronze final IIIb‑Hallstatt ancien (850‑650 av. J.‑C.)

71FIG. 169

72Au Bronze final IIIb‑Hallstatt ancien (850 à 650 av. J.‑C.), le nombre de sites connus diminue sensiblement dans la partie nord‑est de la Bourgogne : pas plus de dix‑sept sites dans les vallées de l’Yonne et de la Seine. La plupart des nécropoles sont localisées dans la vallée de l’Yonne entre Montereau‑Fault‑Yonne et Sens tandis que les habitats sont plus nombreux en Bassée (Baray 1985). A l’instar de la phase précédente, les nécropoles régionales ne renferment qu’un nombre limité de tombes, jusqu’à une dizaine au maximum.

FIG. 169 – Carte de répartition des nécropoles, des habitats et des dépôts du Bronze final IIIb/ Hallstatt ancien. 1 Chartrettes/L’Enfer, Le Temps Perdu ; 2 Epizy/La Grosse Haie ; 3 Souppes‑sur‑Loing/Bézigny ; 4 Château‑Landon/St‑Séverin ; 5 Cannes‑Ecluse/Les Bagneux ; 6 Montereau‑Fault‑Yonne/Les Sècherons ; 7 Marolles‑sur‑Seine/Les Gours aux Lions, St‑Donain, La Collerette ; 8 Misy‑sur‑Yonne/Les Refuges ; 9 Barbey/Le Fief du Bac ; 10 Villeneuve‑la‑Guyard/Prépoux ; 11 Gravon/ Le Chemin de l’Écluse ; 12 Châtenay/Les Godillons ; 13 Saint‑Sauveur‑les‑Bray/Les Hautes Fosses ; 14. Grisy‑sur‑Seine/Les Roqueux ; 15 Hermé/Les Grèves ; 16 Noyen/Le Haut des Nachères ; 17 Saint‑Loup de Buffigny/Les Vignes ; 18 Barbuise‑Courtavant/Les Grèves de la Villeneuve ; 19 Pont‑sur‑Seine ; 20 Serbonnes/Champ Rabault ; 21 Soucy/Mocques Bouteilles ; 22 Fontaine‑la‑Gaillarde/La Grande Chaume ; 23 Passy/La Sablonnière ; 24 Fontvannes/Griché, La Lampe ; 25 Laisnes‑aux‑Bois/Bréban ; 26 Rosières‑près‑Troyes/Le Tiergé ; 27 Saint‑Julien/Les Villas ; 28 Champlay/Les Carpes ; 29 Beaumont/Crot aux Moines ; 30 Vix/Le Mont‑Lassois ; 31 Prusly‑sur‑Ouche/Bois de Langres ; 32 Châtillon‑sur‑Seine/tumulus accouplés des Essarts ; 33 Chamasson/Bois Bouchot ; 34 Nod‑sur‑Seine/Rey 1 ; 35 Leuglay/Forêt de Lugny ; 36 Semoutiers ; 37 Magny‑Lambert/Montceau Laurent, Montceau Milon, Tremblois, Vie de Bagneux, Les Fourches, Combe/Boiteuse ou Basile, Champs‑Rocheux, Rivaney 1 et 2, Bois de la Chapelle, La Meusse, La Commote ; 38 Mauvilly/Charmes 1 ; 39 Quemigny‑sur‑Seine/Cosne 1, 2 et 4 ; 40 Chaumes‑les‑Baigneux ; 41 Baigneux‑les‑Juifs/La Corvée ; 42 Darcey ; 43 Poiseul‑la‑Ville/Dessus du Pré Greuset ; 44 Salives/Larçon ; 45 Minot/Champ Vivant, Crais de Charmes, Buge ez Clausets, Breuil 3, Crais de Vauchebaux 1, 2 et 3 ; 46 Vitteaux/Camp de Myard ; 47 Etaules/Châtelet ; 48 Longvic‑ies‑Dijon ; 49 Villiers‑le‑Duc ; 50 Villecomte/tumulus Jean‑Jacques ; 51 Busseaut ; 52 Oigny ; 53 Messigny‑et‑Ventoux/Roche Château ; 54 Marmesse ; 55 La Villeneuve‑au‑Châtelot/Les Grèves.

L.B. C.B. del. / MSH

Distribution spatiale des nécropoles

73La distribution des nécropoles est malaisée à calculer faute d’une documentation suffisante. En l’état actuel des découvertes, il semblerait que les sites de la vallée de l’Yonne soient éloignés en moyenne d’une quinzaine de kilomètres les uns des autres (Soucy‑Passy). Chaque communauté semble ainsi contrôler un territoire d’environ 177 km2. En Bassée, l’écart moyen entre les nécropoles est de 3,5 km : une même densité d’occupation se maintient de façon remarquable tout au long du Bronze final. Par comparaison, les nécropoles du Châtillonnais se répartissent selon un maillage assez irrégulier. Les distances varient de 4 à 19 km, soit un écart moyen de 9 km. Une telle distribution se retrouve dans le Beaunois où les sites renfermant des tombes à épées de fer (Méloisey, Ivry‑en‑Montagne, La Rochepot) (Saulcy 1867 ; Henry 1933 ; Puisségur 1955 ; Joly 1972) forment un triangle d’environ 8,5 km de côté. En considérant que chaque site est au centre d’un territoire contrôlé et exploité par une petite communauté d’agriculteurs‑éleveurs sédentaires, la superficie de celui‑ci peut être évaluée à 63 km2. Les différences observées dans la distribution des sites entre ces deux régions peuvent s’expliquer par des problèmes d’échantillonnage, le corpus des nécropoles de l’Yonne étant beaucoup moins étoffé.

74Les nécropoles du Bronze final IIIb‑Hallstatt ancien sont localisées soit sur des sites fondés au Bronze final I‑IIa (nécropole de type 1) ou au Bronze final IIb‑IIIa (nécropoles de type 2), soit sur de nouvelles implantations (nécropole de type 3). Sur les dix‑sept nécropoles inventoriées six appartiennent au type 1 (soit 35,2 % du corpus), trois au type 2 (17,6 %) et seulement huit au type 3 (47 %). On constate également que seuls certains sites, qui n’ont pas connu d’occupation au Bronze final IIb‑IIIa, sont concernés par la réapparition de l’inhumation au Bronze final IIIb (Beaumont/Crot aux Moines, Soucy/Mocques Bouteilles, Passy/La Sablonnière). Notons que parmi les nécropoles qui ont été fondées au Bronze final I‑IIa et dont l’occupation est continue jusqu’au Bronze final IIIb‑Hallstatt ancien, aucune n’a livré de tombe à inhumation appartenant à cette dernière phase. Ce phénomène se retrouve dans le sud de la Lorraine (Olivier 1986) et dans le reste de la Bourgogne, soit sur l’ensemble des régions concernées par le retour de cette pratique funéraire, durant cette phase.

Distribution spatiale des habitats

75La répartition et les caractéristiques morphologiques des habitats des vallées de l’Yonne et de la Seine ne laissent présager aucun changement important pour cette phase. Il s’agit toujours de petits ensembles de quelques unités d’habitations, implantés en bordure des moyennes ou basses terrasses alluviales (Mordant 1989a). On ne connaît pas de site perché ou fortifié, à l’instar de la Côte‑d’Or où l’on enregistre un boom des fortifications (Brun 1988 : fig. 7).

Interprétation

76Le passage au Bronze final IIIb‑Hallstatt ancien constitue ainsi, au‑delà des coupures typologiques traditionnelles, l’aboutissement d’une évolution entamée à la phase précédente. Au ixe s. av. J.‑C., les difficultés croissantes des approvisionnements en matières premières provoquent l’effondrement du système d’échange, fondé sur des relations Est‑Ouest à longue distance, entre les complexes techno‑économiques atlantique et nord‑alpin (Brun 1988). La régionalisation accrue des groupes culturels, entreprise dès le Bronze final IIIa, nuit en effet au bon fonctionnement des relations intercommunautaires. En provenance du complexe atlantique, n’arrivent plus que des produits de moins bonne qualité technique (bronzes avec un fort pourcentage de plomb) (Mohen, Bailloud 1987 : 137). Dans certains cas, il pourrait même s’agir de bronzes refondus à partir d’objets provenant des dépôts à épées pistilliformes (Blanchet 1988 : 269). Au cours de cette phase l’augmentation considérable des dépôts, essentiellement atlantiques, témoigne ainsi de façon univoque des difficultés d’écoulement des productions bronzières. Face à un approvisionnement en cuivre et en étain de plus en plus aléatoire, les communautés adoptent une nouvelle stratégie d’échange fondée sur des relations à longue distance, plus diversifiées, dont témoigne la composition des grands dépôts de bronze du viiie s. av. J.‑C.

77A travers le morcellement des groupes culturels se produit un recentrage en grandes entités géographiques : la Bourgogne se rattache définitivement au groupe Ossingen‑Sin‑gen‑Gündlingen (Brun 1984 ; 1986).

78C’est dans ce contexte que se généralise rapidement la métallurgie du fer. Elle profite de la désorganisation des réseaux d’échanges à longue distance (Brun 1988). L’accès, en revanche aisé, aux gisements de fer, contrairement à ceux de cuivre ou d’étain, favorise de fait le repli des groupes culturels sur eux‑mêmes. Son exploitation provoque l’arrêt des positions antagonistes entre les deux complexes techno‑économiques atlantique et nord‑alpin et, partant, l’effondrement des grands pôles de production bronzière.

79La régionalisation, qui se marque dans la production céramique, apparaît essentiellement dans les pratiques funéraires (Brun 1984 ; 1986) :

80– réapparition de l’inhumation en Bourgogne, Lorraine ;

81– réapparition des tumulus et des enclos funéraires ;

82– réapparition des armes dans les tombes.

83La compétition tend à s’instaurer entre groupes locaux pour le contrôle des échanges à longue distance. L’axe Est‑Ouest est peu à peu délaissé en faveur de l’axe Nord‑Sud (Brun 1988). L’apparition d’antagonismes internes se traduit par la multiplication des tombes à épée de bronze (Saint‑Romain‑de‑Jalionas, Isère ; Chavéria, tumulus IX, Jura) (Verger, Guillaumet 1988 ; Vuaillat 1977) auxquelles succéderont très rapidement les porteurs de la grande épée de fer. Ces derniers se livrent une compétition exacerbée pour le contrôle des échanges Nord‑Sud. Chacun tente de monopoliser les flux des produits qui transitent sur son territoire. Ne reposant apparemment sur aucune base sociale efficace, l’absence d’enfant parmi les tombes riches permet à priori d’exclure la possibilité d’une transmission héréditaire du pouvoir ; il s’ensuit une succession de tentatives avortées dans la mise en place d’un niveau d’intégration supracommunautaire. On en conclut que c’est essentiellement par les capacités propres de chacun que le pouvoir s’acquiert. Cette hypothèse permet d’expliquer le nombre relativement élevé de tombes à grande épée de fer dans certaines régions, qui traduit le caractère essentiellement éphémère des fractions de pouvoir que chacun tente de monopoliser.

84Dans le Châtillonnais la distribution des tombes à grande épée de fer selon leur richesse, permet de reconnaître deux niveaux hiérarchiques. Le premier correspond à la grande majorité des tombes à grande épée de fer. Au niveau supérieur, pôle d’intégration supralocale, se place les quatre tombes de Magny‑Lambert/Montceau‑Laurent et de Poiseul‑la‑Ville, tumulus 1, 2, 3. Chacune renferme en effet un riche mobilier à vaisselles de bronze ou à éléments de harnachement (Nicolardot 1987 ; Chaume, Feugère 1990) qui atteste de l’importance du défunt. L’implantation de ces deux nécropoles permet d’envisager des territoires contrôlés d’environ 8 km de rayon, soit 200 km2. Celui des aristocrates de Poiseul‑la‑Ville englobe les deux petites nécropoles de Darcey et de Baigneux‑les‑Juifs, et celui de Magny‑Lambert, la petite nécropole de Quémigny‑sur‑Seine. La configuration des nécropoles du premier niveau et l’aspect aléatoire de leur répartition correspondent à une compétition exacerbée intercommunautaire. Cette compétition au sein des familles étendues ou des lignages (jusqu’à douze tombes à épée de fer dans la seule nécropole de Magny‑Lambert) et entre communautés empêche l’émergence d’un véritable niveau d’intégration centralisé suprarégional. C’est en Lorraine qu’il faut actuellement rechercher les premières manifestations d’un tel système hiérarchique : à côté des tombes à épée de fer apparaissent des tombes à char fastueuses, dont les possesseurs devaient tenir sans doute le sommet de la pyramide sociale (Olivier 1986 ; 1988). La richesse des mobiliers de ces structures et les comparaisons typologiques qui s’y réfèrent, renvoient aux tombes aristocratiques d’Europe centrale.

85Par rapport à leurs voisins orientaux, les petits chefs du Westhallstattkreis n’ont pas atteint un niveau de développement socio‑économique suffisant (Brun 1991). La possession d’un char à cette phase reste l’apanage de groupes particuliers. Il faudra attendre le déplacement vers l’Europe occidentale de l’axe des échanges Nord‑Sud pour que les communautés de Gaule profitent également des échanges à longues distances et que le phénomène princier du vie s. se développe (Brun 1991).

6.2.2 Les groupes de l’âge du Fer (viieiiie s. av. J.‑C.)

6.2.2.1 Hallstatt D‑La Tène B1 (650‑325 av. J.‑C.)

86FIG. 170

87La phase Hallstatt D‑La Tène B1 se caractérise dans la région par une nette augmentation du nombre de sites qui, toute proportion gardée, peut être comparée à celle qui a pu être observée en Champagne. Elle participe ainsi d’un phénomène beaucoup plus vaste, interprété par certains auteurs comme la conséquence d’une forte croissance démographique (Bretz‑Malher 1971 ; Démoulé 1989).

FIG. 170 – Carte de répartition des nécropoles, des habitats et des dépôts du Hallstatt D/La Tène B1. A Noisy‑Rudignon/Les Têtes : 1. Varennes ; 2 Montigny‑Lencoup ; 3 Courcelles‑en‑Bassée ; 4 Marolles‑sur‑Seine/Les Gours aux Lions; 5 Villeneuve‑Ia‑Guyard/Les Falaises ; 6 Gravon/ Le Chemin de l'Ecluse ; 7 Grisy‑sur‑Seine ; 8 Hermé/Le Château Duduit ; 9 Noyen‑surSeine/Le Haut des Jachères ; 10 Saint‑Nicolas‑la‑Chapelle ; 11 Rigny‑la‑Nonneuse ; 12 Villenauxe‑Ia‑Grande/Église de Dival ; 13 Barbuise‑Courtavant/Crépin, Grèves de la Villeneuve, Grèves de Frécul ; 14 Périgny‑IaRose/Les Usages ; 15 Esclavolles ; 16 Droupt‑Saint‑Basle ; 17 Bouranton ; 18 Bréviandes ; 19 Serbonnes/La Créole ; 20 Sergines/Gringalet ; 21 Michery/La Tête de la Pierre ; 22 Pont‑sur‑Yonne/Bas des Renardières ; 23 Villeperrot/Le Haut des Longues ; 24 SaintMartin‑du‑Tertre/Les Croûtes ; 25 Cuy/Noslon ; 26 Soucy/Mocques Bouteilles ; 27 Fontaine‑IaGaillarde/La Grande Chaume ; 28 La Postolle ; 29 Courgenay ; 30 Lailly/Pièce de la Grève ; 31 Lailly/La Tournerie, Au‑delà de l'Eau ; 32 Molinons/Les Graisses ; 33 Estissac/La Côte d'Ervaux ; 34 Béon ; 35 Joigny ; 36 Brion/La Côte aux Oies ou Coteaux ; 37 St‑Florentin ; 38 Sormery/Les Gravons ou le Vieux Sormery ; 39 Champlay/Le Grang Langueron, Le Tillot ; 40 Charmoy/La Carrière aux Morts ; 41 Cheny/Les Groseillers, Les Mardelles ; 42 Bouilly ; 43 Héry/Tartre ; 44 Appoigny/Les Bries ; 45 Gurgy/La Picardie ; 46 Moneteau/Terres du Canada ; 47 Charbuy/Les Fusiliers ; 48 Saint‑Maurice‑le‑Vieil ; 49 Beines ; 50 Auxerre ; 51 Quenne/Montagne du Bois‑Renaud ; 52 Charnps ; 53 Escolives‑Sainte‑Camille ; 54 Vincelottes ; 55 Vincelles/La Rue ; 56 SaintSauveur‑en‑Puisaye/Le Chêne‑Rond ; 57 Thury ; 58 Etais/La Sauvain ; 59 Mailly‑Ie‑Château/Sur le Beauvais ; 60 Arcy‑sur‑Cure/Lac‑Sauvin ; 61 Saint‑Moré/Camp de Cora ; 62 Andryes ; 63 Merry‑sur‑Yonne/Crain, Misery ; 64 ChâtelCensoir/Rouesses ; 65 Voutenay ; 66 Sermizelles ; 67 Blannay/Rochignard ;
68 Annay‑Ia‑Côte/Fourneaux, Montoison, Bois de Porouin, Chemin de la Truffière ; 69 Etaule ; 70 Asquins ; 71 Givry/ForêtdeChamplive ; 72 Domecy‑sur‑le‑Vault ; 73 Tharoiseau/Le Haut Caillot ; 74 Ménades ; 75 Island ; 76 Billy‑surOisy ; 77 Oisy ; 78 Clamecy ; 79 Rix ; 80 Ouagne ; 81 Courcelles ; 82 Villiers‑surYonne ; 83 Saligny ; 84 Amazy ; 85 Tannay ; 86 Brinon‑sur‑Beuvron ; 87 Anthien ; 88 Villiersla‑Grange/Grimault, Archambault ; 89 Massangis/Coutas Gibaud, Tormancy, Tertre de Grimault ; 90 Coutarnoux ; 91 Sainte-Colombe‑Pré‑L'isie/Cour d'Origny, Montomble ; 92 Châtel‑Gérard/Missery ; 93 Guillon/Plateau de Mont‑Faute ; 94 Chassignelles ; 95 Genay ; 96 Lantilly ; 97 Laignes ; 98 Larrey ; 99 Belansur‑Ource ; 100 Montigny‑sur‑Aube ; 101 Ste Colombe/La Butte, La Garenne ; 102 Châtillonsur‑Seine/Val Thibault ; 103 Buncey ; 104 Villiers‑le‑Duc ; 105 Ampilly‑le‑Sec ; 106 Chamesson ; 107 Nod‑sur‑Seine ; 108 Aisey‑sur‑Seine ; 109 Coulmier‑le‑Sec ; 110 Brémur‑en‑Vaurois ; 111 Magny‑Lambert ; 112 Chambain ; 113 Essarois ; :114 Montmoyen ; 115 Bellenod‑sur‑Seine ; 116 Mauvilly ; 117 Aignay‑le‑Duc ; 118 Meulson ; 119 Quémigny‑sur‑Seine ; 120 Fontaines‑en-Duesmois ; 121 Duesme ; 122 Etormay ; 123 Darcey ; 124 Baigneux‑les‑Juifs ; 125 Orret ; 126 Oigny ; 127 Billy‑lès‑Chanceaux ; 128 Moitron ; 129 Salives ; 130 Minot ; 131 Fraignot ; 132 Larçon ; 133 Vitteaux/Camp de Myard ; 134 Uncey‑le‑Franc ; 135 Martois ; 136 Panges ; 137 Pralon ; 138 Reurey‑sur‑Ouche ; 139 Gomméville ; 140 Vix/Le Mont‑Lassois ; 141 Veuxhaulles‑sur‑Aube ; 142 Passy/La Sablonnière ; 143 Domecy‑sur‑Cure/La Fontaine d'Argent ; 144 Montereau‑Fault‑Yonne/ Les Sécherons ; 145 Vaux‑le‑Pénil ; 146 Chichery/Le Tillot ; 147 Palis/Buisson Gendre.

L.B., C.B. del. / MSH

88On compte actuellement quarante‑deux sites de cette phase dans l’Yonne et la vallée de la Seine, localisés essentiellement dans le Sénonais et dans le sud du département, le long des vallées de l’Yonne et de la Cure. Dans le Nogentais, quatre sites appartiennent à cette phase (Piette 1989 : fig. 1). Ils sont implantés le long de la vallée de la Seine, en fond de vallée alluviale ou sur les rebords de plateau qui dominent la vallée. L’implantation des sites ne change pas. Dans l’Yonne, ils occupent toujours de préférence les basses et moyennes terrasses alluviales ou les versants crayeux du Plateau sénonais. Dans le Châtillonnais, ils se répartissent sur les plateaux et les rebords de plateaux.

Organisation interne des nécropoles

89Dans la région, les nécropoles de type 1A (enclose à famille étendue) sont caractéristiques de cette phase. Elles ont été reconnues dans le Sénonais à Sergines/Gringalet, Villeneuve‑la‑Guyard/Les Falaises, Villeperrot/Le Haut des Longues, Pont‑sur‑Yonne/Bas des Renardières, Gurgy/La Picardie (Parruzot, Delinon 1979 ; Mordant et al. 1979 ; Prampart 1979 ; 1981 ; Pellet, Delor 1980). Dans le Nogentais et le long des vallées de la haute Seine et de l’Aube, de nombreuses nécropoles, parmi lesquelles les sites de Barbuise‑Couitavant/Grèves de Bouligny, Crépin, Neuville‑sur‑Seine, Polisot, etc., appartiennent à ce type (Piette 1979 ; Bienaimé 1989). Il en est de même en Côte‑d’Or, où maints sites de cette phase sont également à classer dans ce type : Bressey‑sur‑Tille, Lantilly, Larrey, Mauvilly, etc. (Ratel 1977 ; Corot 1905 ; Joffroy I960 ; 1964‑1965).

90Ces nécropoles attestent la mise en place d’un nouveau schéma d’association nucléaire et non plus linéaire. A l’intérieur de chaque site, les tombes d’homme, de femme ou d’enfant sont étroitement associées. On y trouve aussi bien des tombes sans mobilier que des tombes de guerrier ou de femme à parure relativement abondante. Chaque tumulus ou enclos funéraire regroupe ainsi toute la communauté en un seul point autour d’une tombe plus ancienne qui remonte bien souvent au Hallstatt C. A Courtesoult (Haute‑Saône), J.‑F. Piningre constate à la phase finale l’utilisation du tumulus (Hallstatt D3‑La Tène A), de groupement de tombes d’homme, de femme et d’enfant, pouvant être interprétés comme des groupes familiaux (Piningre 1991 : 60). Ce phénomène de regroupement concerne une vaste zone englobant la Bourgogne (Henry 1933), l’Aube, la Haute‑Marne (Mouton 1955), la Lorraine méridionale (Leroy 1984 ; Olivier 1988), la Franche‑Comté (Millotte 1963 ; Piningre 1991), la Suisse occidentale (Kaenel 1990) et le sud‑ouest de l’Allemagne. Cette zone peut être assimilée à l’aire d’extension de la culture du Jura de P. Brun (1988 : fig. 2). Les groupes de cette culture se distinguent ainsi de leurs homologues de la culture de Marne‑Moselle qui adoptent en effet, dès le vie s. av. J.‑C., une organisation en grandes nécropoles à tombes plates à bipartition interne sexuelle (Chouilly/Jogasses) (Babes 1974) puis familiale (Démoule 1982). Les nécropoles de type 1A perdurent à la phase La Tène B2‑La Tène C1 à Pont‑sur‑Yonne/Bas des Renardières (Yonne), Barbuise‑Courtavant/Grèves de Bouligny (Aube) ou Bressey‑sur-Tille/Clair Bois (Côte‑d’Or), par exemple. En Suisse occidentale, la réutilisation des tumulus hallstattiens n’est plus effective dès la fin de La Tène A (Kaenel 1990).

91Les nécropoles de type 1B (enclose « aristocratique ») sont essentiellement connues dans la moitié sud de la région : Auxerrois, Avallonnais, Châtillonnais. Le Sénonais, la Bassée et le Nogentais n’ont pour le moment livré aucune nécropole de ce type. Chaque tumulus est édifié pour une unique tombe centrale. Les nécropoles s’organisent en petits groupes de trois à quatre unités. Ces nécropoles sont implantées le plus souvent sur de nouveaux emplacements tout en adoptant les mêmes zones topographiques que les sites des phases antérieures (basse et moyenne terrasse alluviale, rebord de plateau). L’organisation de ces nécropoles perpétue celle des nécropoles aristocratiques des périodes précédentes : seule une minorité de défunt y est ensevelie. A cette phase également le volume des tertres est étroitement lié à la position sociale du défunt et à la richesse du mobilier qui l’accompagne. Aussi est‑il possible de distinguer parmi tous ces tertres, ceux qui sont associés à des tombes fastueuses, éventuellement princières comme celles de Gurgy/La Picardie (Yonne) (Pellet, Delor 1980).

92Les nécropoles de type 1C (enclose à famille étendue ou nucléaire) apparaissent dès La Tène A à Charmoy/Sous les Ormes (Yonne) (Carré 1979). Sur ce site, les tombes s’organisent en petits groupes de deux à trois unités, soit à l’intérieur de petits enclos quadrangulaires de deux à trois mètres de côtés, soit à la périphérie de ces derniers. Une telle organisation suggère des groupement familiaux de type nucléaire. Elle rappelle celles ayant cours en Champagne à la même époque (Demoule 1982 ; 1989). Dans les autres régions de notre zone d’étude, les nécropoles à tombes plates de cette phase sont extrêmement rares (Courtavant/Mont aux Noix, Aube) (Piette 1979), mais elles ne forment jamais de vastes ensembles.

93Les nécropoles de type 2B (ouverte à organisation interne lâche) ne sont connues, en l’état actuel de la recherche, que dans le Sénonais et la Bassée : Montigny‑Lencoup/La Justice, Marolles‑sur‑Seine/ Les Gours aux Lions, Gravon/Le Chemin de l’Écluse, etc. (Guillaumet 1979 ; Mordant, Mordant 1970 ; Scherer et al. 1972). Il s’agit fréquemment de tombes isolées réparties sans ordre apparent. Cependant, la faiblesse quantitative et qualitative du corpus ne permet pas de pousser trop loin l’interprétation.

Distribution spatiale des nécropoles et échelle d’intégration socio‑territoriale (fig. 171 et 172)

  • 3 D’après nos travaux de thèse (Paris 1).

94En Bassée, les nécropoles sont réparties sans régularité de 2,5 à 11 km, soit selon un écart moyen de 6 km. Dans la vallée de l’Yonne entre Montereau et Sens, les nécropoles sont réparties entre 2,5 km et 7,5 km, soit un écart moyen de 5 km. Dans l’Auxerrois et l’Avallonnais, chaque communauté exploite un territoire théorique d’une superficie moyenne de 38 km2, soit une distribution irrégulière comprise entre 1 km et 11 km (écart moyen de 7 km). Tous ces résultats laissent penser que ces trois zones ont connu une densité d’occupation comparable3.

FIG. 171 – Carte de répartition des nécropoles du Hallstatt C et D du confluent Yonne/Armançon/Serein

L. B., P.P., C.B. del. / MSH

FIG. 172 – Carte de répartition des sépultures, habitats et dépôts au Hallstatt D‑La Tène B1 entre Montereau et Sens

L. B., P.P., C.B. del. / MSH

  • 4 Idem.

95Dans le Châtillonnais et le Beaunois, la distribution spatiale change par rapport à la phase précédente, tout du moins en ce qui concerne les nécropoles communes ne renfermant pas de tombes fastueuses. Elles se répartissent selon un maillage assez dense, tous les 6 km en moyenne. Dans certains secteurs particulièrement bien prospectés comme la forêt de Châtillon ou les environs de Minot, la densité des sites est en nette augmentation. Elle varie de 0,5 km à 5 km, soit un écart moyen de 2 km4.

96La découverte, en 1979, de la nécropole tumulaire de Gurgy/La Picardie (Yonne) permet d’envisager l’existence d’une principauté au Hallstatt D dans cette région. Ce site a effectivement livré trois tombes à mobilier caractéristique des complexes princiers nord‑alpins : la sépulture F61 renfermait une situle stamnoïde à anses, une ciste à cordons, ainsi que trois fibules à fausses bouclettes et à timbales à cabochon en or (Pellet, Delor 1980). Cette tombe occupait l’aire interne d’un tertre volumineux de 32,50 m de diamètre. Une seconde tombe bouleversée renfermait également une ciste à cordons, des perles d’ambre, de jais et de verre, une paire de boucle d’oreille en or, une pendeloque en bronze et six fibules en bronze dont une à fausse corde en or. Enfin l’incinération centrale F18 du triple enclos quadrangulaire D était contenue dans une situle « tessinoise » en bronze de type A3 variante 2, datée de la transition Hallstatt D‑La Tène A. Une fibule en bronze, trois perles d’ambre, un cabochon d’ambre et deux disques en fer accompagnaient les restes incinérés du défunt.

97Une découverte ancienne vient préciser le contexte particulier de la nécropole de Gurgy : à un peu plus de 22 km au sud de Gurgy, le long de la vallée de l’Yonne, à Gravant (Yonne) (Corot 1924), a été découvert un chaudron à attaches cruciformes. En l’absence de contexte précis, il ne peut être daté avec certitude. Ce type de récipient est connu au Hallstatt C dans le tumulus 1 de Poiseul‑la‑Ville/Dessus du Pré Greuset (Chaume, Feugère 1990 : fig. 5) en association avec une grande épée de fer de type Mindelheim. Il est également associé à Estissac/La Côte d’Ervaux (Aube) (Deffressigne et al. A paraître) à une tombe à char du Hallstatt D3.

  • 5 Le poignard a malheureusement disparu depuis. Son attribution chronologique repose sur une descript (...)

98L’absence de tombes à char sous tumulus ainsi que celle, à proximité de la nécropole de Gurgy/La Picardie, d’un habitat de hauteur fortifié livrant de la céramique importée empêchent pour l’instant de conclure avec certitude sur l’existence dans ce secteur d’un complexe princier de type Fürtensitz comme à Vix/Le Mont‑Lassois (Côte‑d’Or), Salins/Camp du Chateau (Jura) ou Saxon‑Sion/Côte de Sion (Meurthe‑et‑Moselle) (Härke 1979 ; Brun 1987 ; Olivier 1988). Le contexte archéologique de la nécropole de Gurgy comprend en effet des objets d’importation continentaux (situles) ou méditerranéens (trépied d’Auxerre, chaudron de Gravant, cistes à cordons, situle stamnoïde), ainsi que des parures en matériaux précieux (or, argent, ambre) parfaitement comparables aux mobiliers des tombes princières du Hallstatt D. Remarquons également qu’à l’instar des complexes princiers nord‑alpins (Gerdsen 1986 ; Olivier 1988 : fig. 10), la zone du confluent Yonne‑Armançon‑Serein présente une superposition caractéristique d’une tombe à épée de fer (Champlay/Les Carpes, sépulture 1), d’une tombe à poignard (Cheny/Les Groseillers, sépulture 36)5 et de tombes fastueuses à services à boire d’importation (Gurgy, sépultures F18, F61 et hors contexte) (fig. 171). Cette concentration particulière dans un rayon de 3,5 km nous permet d’une part, de valider l’hypothèse selon laquelle les nécropoles du Hallstatt C à grande épée seraient les précurseurs du phénomène princier du vie s. av. J.‑C. et, d’autre part, d’envisager avec une forte probabilité l’existence d’un pôle princier au Hallstatt récent dans l’Auxerrois. Dans ces conditions, il ne fait aucun doute que les recherches à venir ne manqueront pas de mettre au jour les éléments qui font encore cruellement défaut : tombe à char, enceinte fortifiée (« résidence princière »).

99Au nord de la région considérée, plusieurs tombes aristocratiques à char et/ou à vaisselles de bronze importées ont été fouillées aux débouchés occidental (Cuy/Parc de Noslon) et oriental (Bouranton) de la vallée de la Vanne ainsi que le long de son cours à Molinons/Les Graisses (Sarrazin 1989a) et à Estissac/La Côte d’Ervaux (Deffressigne et al. A paraître). Ces tombes sont réparties selon une distribution très régulière de 20 km à l’exception de celle de Bouranton qui est localisée à 27,5 km de la tombe d’Estissac : sa position en retrait peut s’expliquer par son implantation dans une zone stratégique pour le contrôle des voies commerciales, entre la vallée de la Vanne et la vallée de la Seine ; cette tombe est au centre d’un territoire de 14 km de rayon. En revanche, l’échelle d’intégration des trois autres tombes lui est inférieure, elles ne polarisent qu’un territoire de 10 km de rayon (fig. 173).

FIG. 173 – Carte de répartition des sites à caractères princiers de la première moitié du ve s. av. J.‑C., en Bourgogne. 1 Villenauxe‑la‑Grande/Église de Dival ; 2 Gurgy/La Picardie ; 3 Vix/Le Mont Lassois ; 4 Cuy/Noslon ; 5 Molinons/Les Graisses ; 6 Estissac/La Côte d’Ervaux ; 7 Bouranton. II est remarquable de constater la position médiane, entre les deux pôles princiers ou présumés princiers de Villenauxe‑la‑Grande et de Gurgy, de tombes à char et/ou à mobiliers d’importations. L’implantation le long de la vallée de la Vanne de ces quatre tombes, datées de la phase de transition Hallstatt D3/La Tène A, leur confère un statut particulier

L.B., C.B. del. / MSH

100La découverte à Villenauxe‑la‑Grande/Eglise de Dival (Aube) (Chossenot, Lenoble 1983) d’une coupe cannelée que l’on ne trouve habituellement que sur les sites princiers du complexe nord‑alpin (Vix, La Heunebourg ou Châtillon‑sur‑Glane, par exemple) (Feugère, Guillot 1986) laisse présager l’existence d’un autre pôle d’intégration supracommunautaire relativement important dans le Nogentais. Ce dernier, implanté en bordure de la cuesta d’Ile‑de‑France, est à même de contrôler une part importante des échanges Nord‑Sud en direction de la Champagne ainsi que l’ensemble du trafic fluvial de la haute

101Seine en direction du complexe princier de Vix/Le Mont‑Lassois (Côte‑d’Or). Notons que la découverte d’une fibule à arbalète à Barbuise‑Courtavant/Les Grèves de la Villeneuve (Aube), sépulture 11 (Piette 1989 : fig. 3, no 8), comparable aux exemplaires de Vix, atteste de relations étroites reliant les populations de ces deux pôles, via la vallée de la Seine.

102Toutes ces découvertes confirment l’importance économique des vallées tranversales de la région et le contrôle plus systématique des voies de passage. La tombe de Bouranton et le chaudron de Buchères témoignent du rôle de carrefour économique que joue, à cette phase, la région de Troyes, à mi‑chemin entre le complexe princier de Vix, au sud, et l’hypothétique pôle d’intégration supra communautaire du confluent Seine‑Aube, au nord.

103C’est à cette phase qu’apparaissent, dans l’Auxerrois et l’Avallonnais, les premières manifestations d’une différenciation fonctionnelle des habitats liée à une organisation économique de type centrifuge. Les premiers sites de hauteur fortifiés sont connus à Avrolles/Mont Avrollot (Duval 1972) et à Saint‑Moré/Camp de Cora. L’oppidum du Mont Avrollot est implanté au débouché de la vallée de l’Armançon et du Créanton dont il contrôle les voies commerciales ; le trafic Nord‑Sud, le long de la vallée de l’Yonne vers l’Ile‑de‑France et les régions plus septentrionales, et le trafic Est‑Ouest, le long de la cuesta du Pays‑d’Othe vers la Champagne, via Troyes, sont également sous sa surveillance. Le Camp de Cora contrôle pour sa part les voies de communication en direction du sud, vers l’Avallonnais, et la circulation du sel exploité dès le début du premier âge du Fer aux Fontaines‑Salées (Rolley 1989).

104Ce type d’habitat est pour l’heure inconnu dans le nord du département et le long de la vallée de la Seine. En Bassée, la découverte récente d’une grande habitation de type résidentiel à Grisy‑sur‑Seine/Les Terres du Bois Mortier (Seine‑et‑Marne) (Gouge, Mordant 1990), permet néanmoins d’envisager l’existence d’un pôle d’intégration supralocal à vocation redistributive. Il est alors loisible de distinguer plusieurs niveaux d’intégration socio‑économique en relation avec une différenciation morphologique des habitats. On obtient une hiérarchie à trois niveaux correspondant, dans chaque cas, à un type particulier de site :

105– le premier est l’exploitation isolée de type ferme ou hameau, ne regroupant guère plus de trois ou quatre unités d’habitations, dispersées sur 1 ou 2 ha ; il s’agit d’habitats ouverts implantés le long de la vallée, sur les basses terrasses alluviales ; le site de Montereau‑Fault-Yonne /Les Sécherons est à ranger dans ce premier niveau ainsi que les découvertes isolées du Sénonais‑Bassée ‑, Noisy‑Rudignon, Noyen‑sur-Seine, Sens/Les Chaillots, Villeneuve‑la‑Guyard (Nicolle 1961 ; Baray 1985) ; ou de l’Auxerrois : Champlay/Le Grand Langueron (Perrugot 1986) ;

106‑ à l’échelon intermédiaire, on trouve l’habitat de Grisy‑sur‑Seine/Les Terres du Bois Mortier qui coiffe plusieurs sites du premier niveau ; si l’implantation topographique sur la basse terrasse alluviale n’est pas modifiée, l’architecture et l’organisation spatiale de l’habitat ne sont en rien comparables ; aux unités d’habitation, à une ou deux nefs de 30 m2 des sites du premier niveau, se substitue une grande cellule à trois nefs de 96 m2 à laquelle sont adjoints au moins deux greniers surélevés de 7 et 15 m2 ; cet ensemble est entouré par une grande enceinte quadrangulaire d’environ 1 800 m2 ; un second enclos de 1 000 m2 est adossé au premier ; un semis de trous de poteaux découvert dans l’aire interne de cette seconde structure fossoyée, pourraient correspondre à des annexes (stockage ?) ; l’organisation de cette unité d’habitation nous renvoie aux Herrenhäuser, petits habitats princiers d’Allemagne du sud ; les occupants de ce site devaient jouer le rôle d’intermédiaire dans un système de redistribution entre les fermes ou hameaux isolés et le pôle d’intégration suprarégional localisé vraisemblablement à la confluence Seine‑Aube ;

107– à l’échelon supérieur se trouve l’habitat de hauteur fortifié du Mont Avrollot et du Camp de Cora ; en l’état actuel de la recherche, l’habitat correspondant à la nécropole de Gurgy reste à découvrir ; ces trois sites sont parfaitement bien placés pour contrôler le trafic fluvial et terrestre, au débouché du Morvan, en direction de l’Ile‑de‑France et des régions septentrionales ; ce dernier niveau de la hiérarchie draine vers lui une part importante des produits agricoles et artisanaux issus des échelons inférieurs ; il monopolise les transactions entre « principautés » de même niveau ainsi que les échanges à longue distance (Brun 1987).

108On retiendra l’existence dans les vallées de l’Yonne et de la moyenne Seine, d’une organisation territoriale centralisée à deux échelles, supracommunautaire et suprarégionale. Ce schéma, qui demanderait à être encore affiné permet dès à présent de préciser la base du fonctionnement territorial sur lequel vient se greffer le modèle centralisé des « cultures princières » (Brun 1987) ainsi que la mise en évidence d’échelons intermédiaires jusqu’alors pressentis mais non reconnus, entre la résidence princière et le hameau ou la ferme isolée. Notons qu’il reste à découvrir les tombes des occupants de la résidence de Grisy afin de vérifier leurs statuts véritables. Participaient‑ils ou non aux échanges à longue distance ou étaient‑ils en dehors de la sphère de prestige réservée aux seuls princes » ? Il reste également à étoffer la carte des sites afin de mieux cerner l’importance territoriale de chaque niveau polarisé.

6.2.2.2 La Tène B2‑La Tène C1 (325‑190 av.J.‑C.)

109FIG. 174

110Les nécropoles du Sénonais de la phase La Tène B2‑La Tène C1 fouillées au cours des trois dernières décennies sont relativement nombreuses, comparativement à d’autres régions du Bassin parisien. Si l’on ajoute les gisements fouillés dans la seconde moitié du xixe et au début du xxe s., leur nombre s’élève à quarante‑deux sites. On constate cependant, contrairement à la phase précédente, une baisse notable du nombre de sites dans l’Auxerrois, l’Avallonnais ou la Côte‑d’Or.

FIG. 174 – Carte de répartition des nécropoles et des habitats de La Tène B2/La Tène C‑D. 1 Montereau‑Fault‑Yonne/Les Sécherons ; 2 Mortery/Mourant ; 3 Lizines ; 4 Chalautre‑la‑Petite ; 5 Montramé ; 6 Montigny Lencoup/La Justice ; 7 Courcelles‑en‑Bassée/Montapot ; 8 Cannes‑Ecluse/Les Gravelottes, La Vallée des Moulins ; 9 Barbey/Le Chemin de Misy, Le Fief du‑bac ; 10 Villeneuve‑la‑Guyard/Prépoux ; 11 Chaumont ; 12 Marolles‑sur‑Seine/Les Gours aux Lions, Saint‑Donain le Grand Canton ; 13 La Tombe ; 14 Châtenay‑sur‑Seine/Les Gobillons, Les Pâtures, Le Maran, Le Pré des Sécherons ; 15 Gravon/Le Chemin de l’Ecluse, Souricière, La Queue de Poêle ; 16 Bazoches‑les‑Bray/Tureau des Chèvres ; 17 Grisy‑sur‑Seine/Les Roqueux ; 18 Nogent‑sur‑Seine/ Beaulieu ; 19 Barbuise‑Courtavant/ Frécul, Grèves de Bouligny, Grèves de la Villeneuve ; 20 Plancy‑l’Abbaye ; 21 Vinets ; 22 Méry‑sur‑Seine ; 23 Saint‑Benoît‑sur‑Seine/La Perrière ; 24 Luyères ; 25 Troyes/La Charme ; 26 Vinneuf/Pont aux Gains ; 27 Courlon‑sur‑Yonne/Fond des Alouettes ; 28 Serbonnes/La Créole ; 29 Sergines/Gringalet ; 30 Michery/Les Longues Raies, La Tête de la Pierre ; 31 Pont‑sur‑Yonne/Beaujeu, Derrière les Écoles, Le Bas des Renardières ; 32 Gisy‑les‑Nobles/Les Aouches ; 33 Villeperrot/Le Haut des Longues ; 34 Cuy/Noslon ; 35 Saint‑Denis‑les‑Sens/Carrières Brissot et Talabardon ; 36 Salnt‑Martindu‑Tertre ; 37 Jouancy ; 38 Sens ; 39 Soucy/Mocques Bouteilles ; 40 Saligny/Les Grapignons ; 41 La Postolle ; 42 Courgenay ; 43 Lailly/La Tournerie ; 44 Fontaine‑la‑Gaillarde/La Champagne, La Grande Chaume ; 45 Passy/La Sablonnière ; 46 Saint‑Julien‑du‑Sault ; 47 Villevallier/Les Plâchis ; 48 Cortrat ; 49 Guerchy ; 50 Cheny/Les Groseillers ; 51 Vergigny/ Rebourseaux ; 52 Gurgy/La Picardie ; 53 Héry ; 54 Lantilly ; 55 Vix/Les Tillies, Le Mont‑Lassois ; 56 Châtillon‑sur‑Seine/La Gare ; 57 Minot/Les vendues de Montmorot, Le Creux des Channes ; 58 Gurgy/Les Plantes du Mont.

L.B., C.B. del. / MSH

Organisation interne des nécropoles

  • 6 D’après nos travaux de thèse (Paris 1).

111La distribution des nécropoles le long des vallées de l’Yonne et de la Seine permet de reconnaître une occupation très dense de petites communautés ne comptant que quelques individus. Point de grandes nécropoles dans la région. La situation semble correspondre à des nécropoles familiales de type étendu. La répartition topographique des tombes nous renvoie en effet à une composition éclatée en petits groupes familiaux très bien individualisés (nécropoles de type 3). A Villeperrot/Le Haut des Longues (Yonne), Pont‑sur‑Yonne/Derrière les Ecoles (Yonne), Sergines/Gringalet (Yonne), etc., la plupart des groupes de La Tène B2 se composent d’au moins un homme en arme auquel est souvent accolé une femme parée d’un torque6. A ce couple de base vient ensuite se greffer, suivant les cas, une ou plusieurs tombes d’adulte et plus rarement d’enfant. Ces groupements sont fréquemment matérialisés au sol par un petit enclos de forme quadrangulaire. Les fouilles de Michery/La Longue Raie, de Serbonnes/La Créole ou de Soucy/Mocques Bouteilles confirment ce mode d’organisation. A Serbonnes, les défunts d’une même « famille » ont été ensevelis durant plusieurs générations à l’intérieur d’un espace réservé, enclos. Par phases chronologiques, on compte à peu près un nombre égal d’adultes des deux sexes, à l’exception des phases anciennes fortement déficitaires, auxquelles pourraient en fait correspondre les sépultures sans mobilier et/ou les tombes bouleversées. Le report en plan de toutes les tombes de la nécropole montre bien la composition en groupes distincts (fig. 175). A Michery, l’enclos 108 renferme trois inhumations d’adultes tandis que l’espace compris entre cette structure et l’enclos 300 est occupé par trois autres tombes d’adultes. Ces deux groupes de tombes peuvent être interprétés comme deux familles distinctes. A Soucy, la même partition spatiale en groupes familiaux se répète : au moins quatre ensembles peuvent être distingués.

FIG. 175 – Serbonnes/La Créole : plan de la nécropole. Interprétation en termes de groupes sociaux, familiaux, des associations topographiques observées entre des femmes portant un torque et des hommes en arme

A.C. del. / AFAN

112La distribution au sein de chaque nécropole des tombes classées selon leur « richesse » permet de mettre également en évidence, à l’instar des groupes de la vallée de l’Aisne (Pion 1990), une hiérarchie interne entre groupes familiaux. Chaque nécropole semble ainsi composée de petites communautés dont le sommet de la pyramide sociale serait partagé éventuellement par plusieurs familles. Cette organisation est parfaitement perceptible pour les ensembles de La Tène B2, époque où les guerriers emportent leurs armes dans la tombe et où les femmes arborent une parure abondante (torque, bracelets, fibules, etc.). Dès le passage à La Tène C1, les différences hiérarchiques s’atténuent entre les défunts. Il faut alors rechercher dans les nouvelles implantations (occupation de type B2), à Michery/La Longue Raie par exemple, le maintien partiel de certains marqueurs sociaux comme le port du torque pour les femmes de haut rang (Baray 1991).

Distribution spatiale des nécropoles

113Dans les secteurs les mieux documentés, les nécropoles s’échelonnent tous les 1 à 2 km (secteur Pont‑sur‑Yonne/Serbonnes/Michery/Sergines). Chaque nécropole semble correspondre à une petite communauté locale composée de plusieurs groupes familiaux (de plus de six pour les seules zones décapées de Villeperrot ou de Serbonnes). Chaque communauté exploite un territoire de 3 km2. La densité d’occupation maximale atteindrait 10 habitants au km2, soit plus du double de celle observée dans la vallée de l’Aisne à la même phase (Pion 1990 : 229).

114Dans le Châtillonnais, il n’y a pas de grand bouleversement dans la répartition spatiale des sites. Dans bien des cas, les mêmes emplacements sont de nouveau occupés. On observe néanmoins la fondation des premières nécropoles à tombes plates de la région au cours de cette phase à Nod‑sur‑Seine, Belan‑sur‑Ouche ou Châtillon‑sur‑Seine (Brulard 1906 ; Joffroy 1954). Ici également, les nécropoles sont composées d’une ou deux familles nucléaires.

6.3 Conclusion

115A cette phase, la plupart des nécropoles adoptent une organisation de type 3 (ouverte, composée d’une famille étendue ou de plusieurs familles nucléaires) : le long de la vallée de l’Yonne et de la haute Seine, dans le Nogentais et dans la plaine de Troyes (Saint‑Benoît‑sur‑Seine). Les nécropoles de type 4 (ouverte à organisation interne lâche) sont essentiellement connues en Bassée.

Les habitats

116A l’exception d’une fosse d’habitat datée de La Tène A découverte fortuitement lors de travaux dans une sablière à Gurgy (Yonne) (Kapps 1963), on ne connaît aucun autre habitat pour La Tène A, La Tène B et La Tène C dans la région.

Interprétation

117Par rapport à la phase précédente, les pôles d’intégration supracommunautaires tendent à se désagrégrer. Seule la découverte d’une tombe riche, à la confluence Yonne‑Armançon, à Rebourseaux/L’Epinette (Yonne) (Duval, Mordant à paraître) datée de La Tène B2 témoigne du maintien, dans ce secteur tout au moins, d’un niveau d’intégration supracommunautaire sans cloute lié au contrôle des voies de communication locales. Cette phase se caractérise par un processus d’atomisation des groupes en sous‑groupes familiaux clairement perceptibles dans la composition et la forte densité d’implantation des nécropoles. Leur répartition en petites unités familiales peut être interprétée comme l’éclatement des liens intercommunautaires qui unissaient les groupes (disparition des nécropoles nucléaires dans la culture du Jura et des nécropoles de grande taille dans la culture de Marne‑Moselle). Ce phénomène pourrait être lié à la disparition progressive des niveaux d’intégration supracommunautaires, illustrée par les nécropoles à tombe à char et par l’émergence d’une « forte compétition, passablement anarchique, entre groupes familiaux et entre communautés, mais dont n’émergerait pas de niveau d’intégration centralisé à l’échelle intercommunautaire » (Pion et al. 1990 : 230). Le site de Michery illustre bien ce phénomène de scission des communautés locales de La Tène B2‑La Tène Cl. La déstabilisation des groupes se manifeste dans le double rituel funéraire et la disparition quasi générale de tous les marqueurs sociaux extérieurs (armes principalement).

118Cette étude constitue une première approche de l’évolution de la structuration spatiale des populations protohistoriques du Bronze final et des âges du Fer de la vallée de l’Yonne. Elle se fonde en grande partie sur une documentation déficiente qui ne permet pas, dans tous les cas, une analyse aussi poussée qu’on aurait pu le souhaiter. Elle a malgré tout le mérite de mettre en lumière les points faibles de la documentation : ancienneté des fouilles, manque de fouilles extensives, absence quasi absolue de fouille de certains types de site (habitat pour La Tène A, B, C), etc.

  • 7 Il n’a pas été tenu compte des données environnementales qui font encore cruellement défaut dans la (...)

119C’est dans ce cadre précis que les fouilles de (Autoroute A5, par les moyens mis en œuvre et les résultats obtenus, constituent un apport non négligeable à la recherche régionale : importance des surfaces décapées, analyse anthropologique in situ et post‑fouille, restauration des mobiliers, vision globale, dans le cas de Soucy, de l’organisation topo‑chronologique d’une nécropole. L’exploitation de ce dernier type de site, que d’aucun pourrait considérer comme inutile étant donné l’« ampleur » des « fouilles » de la fin du xixe s. et de la première moitié du xxe s., demeure à ce jour encore indispensable à la connaissance des communautés protohistoriques. Le renouvellement de notre vision des sociétés protohistoriques ne se comprend que par une démarche globalisante intégrant le site dans sa relation avec l’espace (Fiches, Van der Leeuw 1990). C’est ainsi que se conçoit le schéma proposé7. S’essayer à ce type d’exercice c’est avant tout soumettre la documentation à d’autres grilles de lecture et d’interprétation, complémentaires des approches typologiques et chronologiques classiques (qui n’en demeurent pas moins les fondements indispensables à toute recherche).

120Cette approche des processus d’évolution de la distribution spatiale des sites sur le long terme (xiiieiiie s. av. J.‑C.) a permis d’établir des corrélations entre les résultats des analyses typo‑chronologiques (périodisation des sites) et l’organisation socioterritoriale des groupes concernés. Ainsi, à certaines coupures majeures, habituellement reconnues, correspondent de profonds changements dans la distribution des sites et dans les niveaux d’intégration observés. Il existe, certes, des périodes pour lesquelles les corrélations paraissent moins évidentes (Bronze final IIb‑IIIa). Ces résultats « négatifs » n’en sont pas moins stimulants pour la recherche puisqu’ils invitent à tester de nouvelles approches complémentaires.

Notes

1 Maintien à la charnière du Bronze final IIa‑IIb des enclos en association avec les deux incinérations de Sainte‑Pallaye/Champs Guyot (Yonne) (Carré, Mordant 1988). Réapparition des enclos/tumulus au Bronze final IIIa à Gravon/La Souricière (Seine‑et‑Marne) (Mordant 1988) ou en Alsace à Sainte‑Croix‑en‑Plaine (Piningre 1988).

2 Fragment d’épée de la tombe à incinération de Granges (Saône‑et‑Loire) (Bonnamour, Mordant 1988).

3 D’après nos travaux de thèse (Paris 1).

4 Idem.

5 Le poignard a malheureusement disparu depuis. Son attribution chronologique repose sur une description sommaire et un croquis de l’objet contenu dans les carnets de fouilles de P. Parruzot.

6 D’après nos travaux de thèse (Paris 1).

7 Il n’a pas été tenu compte des données environnementales qui font encore cruellement défaut dans la région.

Table des illustrations

Légende FIG. 166 – Typologie et modes d’occupation par phase chronologique des nécropoles protohistoriques de Bourgogne
Crédits L.B. / AFAN, DAF de/.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39803/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Légende TABL. XI – Chronologie des nécropoles protohistoriques de Bourgogne : tableau récapitulatif des modes d’occupation du sol.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39803/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende FIG. 167 – Carte de répartition des nécropoles, des habitats et des dépôts du Bronze final [‑IIa (d’ap. Mordant 1988)
Crédits C.B. del. / MSH
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39803/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Légende FIG. 168 – Carte de répartition des nécropoles, des habitats et des dépôts du Bronze final IIb‑IIIa (d’ap. Mordant 1988)
Crédits C.B. dell. / MSH
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39803/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende FIG. 169 – Carte de répartition des nécropoles, des habitats et des dépôts du Bronze final IIIb/ Hallstatt ancien. 1 Chartrettes/L’Enfer, Le Temps Perdu ; 2 Epizy/La Grosse Haie ; 3 Souppes‑sur‑Loing/Bézigny ; 4 Château‑Landon/St‑Séverin ; 5 Cannes‑Ecluse/Les Bagneux ; 6 Montereau‑Fault‑Yonne/Les Sècherons ; 7 Marolles‑sur‑Seine/Les Gours aux Lions, St‑Donain, La Collerette ; 8 Misy‑sur‑Yonne/Les Refuges ; 9 Barbey/Le Fief du Bac ; 10 Villeneuve‑la‑Guyard/Prépoux ; 11 Gravon/ Le Chemin de l’Écluse ; 12 Châtenay/Les Godillons ; 13 Saint‑Sauveur‑les‑Bray/Les Hautes Fosses ; 14. Grisy‑sur‑Seine/Les Roqueux ; 15 Hermé/Les Grèves ; 16 Noyen/Le Haut des Nachères ; 17 Saint‑Loup de Buffigny/Les Vignes ; 18 Barbuise‑Courtavant/Les Grèves de la Villeneuve ; 19 Pont‑sur‑Seine ; 20 Serbonnes/Champ Rabault ; 21 Soucy/Mocques Bouteilles ; 22 Fontaine‑la‑Gaillarde/La Grande Chaume ; 23 Passy/La Sablonnière ; 24 Fontvannes/Griché, La Lampe ; 25 Laisnes‑aux‑Bois/Bréban ; 26 Rosières‑près‑Troyes/Le Tiergé ; 27 Saint‑Julien/Les Villas ; 28 Champlay/Les Carpes ; 29 Beaumont/Crot aux Moines ; 30 Vix/Le Mont‑Lassois ; 31 Prusly‑sur‑Ouche/Bois de Langres ; 32 Châtillon‑sur‑Seine/tumulus accouplés des Essarts ; 33 Chamasson/Bois Bouchot ; 34 Nod‑sur‑Seine/Rey 1 ; 35 Leuglay/Forêt de Lugny ; 36 Semoutiers ; 37 Magny‑Lambert/Montceau Laurent, Montceau Milon, Tremblois, Vie de Bagneux, Les Fourches, Combe/Boiteuse ou Basile, Champs‑Rocheux, Rivaney 1 et 2, Bois de la Chapelle, La Meusse, La Commote ; 38 Mauvilly/Charmes 1 ; 39 Quemigny‑sur‑Seine/Cosne 1, 2 et 4 ; 40 Chaumes‑les‑Baigneux ; 41 Baigneux‑les‑Juifs/La Corvée ; 42 Darcey ; 43 Poiseul‑la‑Ville/Dessus du Pré Greuset ; 44 Salives/Larçon ; 45 Minot/Champ Vivant, Crais de Charmes, Buge ez Clausets, Breuil 3, Crais de Vauchebaux 1, 2 et 3 ; 46 Vitteaux/Camp de Myard ; 47 Etaules/Châtelet ; 48 Longvic‑ies‑Dijon ; 49 Villiers‑le‑Duc ; 50 Villecomte/tumulus Jean‑Jacques ; 51 Busseaut ; 52 Oigny ; 53 Messigny‑et‑Ventoux/Roche Château ; 54 Marmesse ; 55 La Villeneuve‑au‑Châtelot/Les Grèves.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39803/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Légende FIG. 170 – Carte de répartition des nécropoles, des habitats et des dépôts du Hallstatt D/La Tène B1. A Noisy‑Rudignon/Les Têtes : 1. Varennes ; 2 Montigny‑Lencoup ; 3 Courcelles‑en‑Bassée ; 4 Marolles‑sur‑Seine/Les Gours aux Lions; 5 Villeneuve‑Ia‑Guyard/Les Falaises ; 6 Gravon/ Le Chemin de l'Ecluse ; 7 Grisy‑sur‑Seine ; 8 Hermé/Le Château Duduit ; 9 Noyen‑surSeine/Le Haut des Jachères ; 10 Saint‑Nicolas‑la‑Chapelle ; 11 Rigny‑la‑Nonneuse ; 12 Villenauxe‑Ia‑Grande/Église de Dival ; 13 Barbuise‑Courtavant/Crépin, Grèves de la Villeneuve, Grèves de Frécul ; 14 Périgny‑IaRose/Les Usages ; 15 Esclavolles ; 16 Droupt‑Saint‑Basle ; 17 Bouranton ; 18 Bréviandes ; 19 Serbonnes/La Créole ; 20 Sergines/Gringalet ; 21 Michery/La Tête de la Pierre ; 22 Pont‑sur‑Yonne/Bas des Renardières ; 23 Villeperrot/Le Haut des Longues ; 24 SaintMartin‑du‑Tertre/Les Croûtes ; 25 Cuy/Noslon ; 26 Soucy/Mocques Bouteilles ; 27 Fontaine‑IaGaillarde/La Grande Chaume ; 28 La Postolle ; 29 Courgenay ; 30 Lailly/Pièce de la Grève ; 31 Lailly/La Tournerie, Au‑delà de l'Eau ; 32 Molinons/Les Graisses ; 33 Estissac/La Côte d'Ervaux ; 34 Béon ; 35 Joigny ; 36 Brion/La Côte aux Oies ou Coteaux ; 37 St‑Florentin ; 38 Sormery/Les Gravons ou le Vieux Sormery ; 39 Champlay/Le Grang Langueron, Le Tillot ; 40 Charmoy/La Carrière aux Morts ; 41 Cheny/Les Groseillers, Les Mardelles ; 42 Bouilly ; 43 Héry/Tartre ; 44 Appoigny/Les Bries ; 45 Gurgy/La Picardie ; 46 Moneteau/Terres du Canada ; 47 Charbuy/Les Fusiliers ; 48 Saint‑Maurice‑le‑Vieil ; 49 Beines ; 50 Auxerre ; 51 Quenne/Montagne du Bois‑Renaud ; 52 Charnps ; 53 Escolives‑Sainte‑Camille ; 54 Vincelottes ; 55 Vincelles/La Rue ; 56 SaintSauveur‑en‑Puisaye/Le Chêne‑Rond ; 57 Thury ; 58 Etais/La Sauvain ; 59 Mailly‑Ie‑Château/Sur le Beauvais ; 60 Arcy‑sur‑Cure/Lac‑Sauvin ; 61 Saint‑Moré/Camp de Cora ; 62 Andryes ; 63 Merry‑sur‑Yonne/Crain, Misery ; 64 ChâtelCensoir/Rouesses ; 65 Voutenay ; 66 Sermizelles ; 67 Blannay/Rochignard ;68 Annay‑Ia‑Côte/Fourneaux, Montoison, Bois de Porouin, Chemin de la Truffière ; 69 Etaule ; 70 Asquins ; 71 Givry/ForêtdeChamplive ; 72 Domecy‑sur‑le‑Vault ; 73 Tharoiseau/Le Haut Caillot ; 74 Ménades ; 75 Island ; 76 Billy‑surOisy ; 77 Oisy ; 78 Clamecy ; 79 Rix ; 80 Ouagne ; 81 Courcelles ; 82 Villiers‑surYonne ; 83 Saligny ; 84 Amazy ; 85 Tannay ; 86 Brinon‑sur‑Beuvron ; 87 Anthien ; 88 Villiersla‑Grange/Grimault, Archambault ; 89 Massangis/Coutas Gibaud, Tormancy, Tertre de Grimault ; 90 Coutarnoux ; 91 Sainte-Colombe‑Pré‑L'isie/Cour d'Origny, Montomble ; 92 Châtel‑Gérard/Missery ; 93 Guillon/Plateau de Mont‑Faute ; 94 Chassignelles ; 95 Genay ; 96 Lantilly ; 97 Laignes ; 98 Larrey ; 99 Belansur‑Ource ; 100 Montigny‑sur‑Aube ; 101 Ste Colombe/La Butte, La Garenne ; 102 Châtillonsur‑Seine/Val Thibault ; 103 Buncey ; 104 Villiers‑le‑Duc ; 105 Ampilly‑le‑Sec ; 106 Chamesson ; 107 Nod‑sur‑Seine ; 108 Aisey‑sur‑Seine ; 109 Coulmier‑le‑Sec ; 110 Brémur‑en‑Vaurois ; 111 Magny‑Lambert ; 112 Chambain ; 113 Essarois ; :114 Montmoyen ; 115 Bellenod‑sur‑Seine ; 116 Mauvilly ; 117 Aignay‑le‑Duc ; 118 Meulson ; 119 Quémigny‑sur‑Seine ; 120 Fontaines‑en-Duesmois ; 121 Duesme ; 122 Etormay ; 123 Darcey ; 124 Baigneux‑les‑Juifs ; 125 Orret ; 126 Oigny ; 127 Billy‑lès‑Chanceaux ; 128 Moitron ; 129 Salives ; 130 Minot ; 131 Fraignot ; 132 Larçon ; 133 Vitteaux/Camp de Myard ; 134 Uncey‑le‑Franc ; 135 Martois ; 136 Panges ; 137 Pralon ; 138 Reurey‑sur‑Ouche ; 139 Gomméville ; 140 Vix/Le Mont‑Lassois ; 141 Veuxhaulles‑sur‑Aube ; 142 Passy/La Sablonnière ; 143 Domecy‑sur‑Cure/La Fontaine d'Argent ; 144 Montereau‑Fault‑Yonne/ Les Sécherons ; 145 Vaux‑le‑Pénil ; 146 Chichery/Le Tillot ; 147 Palis/Buisson Gendre.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39803/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 183k
Légende FIG. 171 – Carte de répartition des nécropoles du Hallstatt C et D du confluent Yonne/Armançon/Serein
Crédits L. B., P.P., C.B. del. / MSH
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39803/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 167k
Légende FIG. 172 – Carte de répartition des sépultures, habitats et dépôts au Hallstatt D‑La Tène B1 entre Montereau et Sens
Crédits L. B., P.P., C.B. del. / MSH
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39803/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Légende FIG. 173 – Carte de répartition des sites à caractères princiers de la première moitié du ve s. av. J.‑C., en Bourgogne. 1 Villenauxe‑la‑Grande/Église de Dival ; 2 Gurgy/La Picardie ; 3 Vix/Le Mont Lassois ; 4 Cuy/Noslon ; 5 Molinons/Les Graisses ; 6 Estissac/La Côte d’Ervaux ; 7 Bouranton. II est remarquable de constater la position médiane, entre les deux pôles princiers ou présumés princiers de Villenauxe‑la‑Grande et de Gurgy, de tombes à char et/ou à mobiliers d’importations. L’implantation le long de la vallée de la Vanne de ces quatre tombes, datées de la phase de transition Hallstatt D3/La Tène A, leur confère un statut particulier
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39803/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende FIG. 174 – Carte de répartition des nécropoles et des habitats de La Tène B2/La Tène C‑D. 1 Montereau‑Fault‑Yonne/Les Sécherons ; 2 Mortery/Mourant ; 3 Lizines ; 4 Chalautre‑la‑Petite ; 5 Montramé ; 6 Montigny Lencoup/La Justice ; 7 Courcelles‑en‑Bassée/Montapot ; 8 Cannes‑Ecluse/Les Gravelottes, La Vallée des Moulins ; 9 Barbey/Le Chemin de Misy, Le Fief du‑bac ; 10 Villeneuve‑la‑Guyard/Prépoux ; 11 Chaumont ; 12 Marolles‑sur‑Seine/Les Gours aux Lions, Saint‑Donain le Grand Canton ; 13 La Tombe ; 14 Châtenay‑sur‑Seine/Les Gobillons, Les Pâtures, Le Maran, Le Pré des Sécherons ; 15 Gravon/Le Chemin de l’Ecluse, Souricière, La Queue de Poêle ; 16 Bazoches‑les‑Bray/Tureau des Chèvres ; 17 Grisy‑sur‑Seine/Les Roqueux ; 18 Nogent‑sur‑Seine/ Beaulieu ; 19 Barbuise‑Courtavant/ Frécul, Grèves de Bouligny, Grèves de la Villeneuve ; 20 Plancy‑l’Abbaye ; 21 Vinets ; 22 Méry‑sur‑Seine ; 23 Saint‑Benoît‑sur‑Seine/La Perrière ; 24 Luyères ; 25 Troyes/La Charme ; 26 Vinneuf/Pont aux Gains ; 27 Courlon‑sur‑Yonne/Fond des Alouettes ; 28 Serbonnes/La Créole ; 29 Sergines/Gringalet ; 30 Michery/Les Longues Raies, La Tête de la Pierre ; 31 Pont‑sur‑Yonne/Beaujeu, Derrière les Écoles, Le Bas des Renardières ; 32 Gisy‑les‑Nobles/Les Aouches ; 33 Villeperrot/Le Haut des Longues ; 34 Cuy/Noslon ; 35 Saint‑Denis‑les‑Sens/Carrières Brissot et Talabardon ; 36 Salnt‑Martindu‑Tertre ; 37 Jouancy ; 38 Sens ; 39 Soucy/Mocques Bouteilles ; 40 Saligny/Les Grapignons ; 41 La Postolle ; 42 Courgenay ; 43 Lailly/La Tournerie ; 44 Fontaine‑la‑Gaillarde/La Champagne, La Grande Chaume ; 45 Passy/La Sablonnière ; 46 Saint‑Julien‑du‑Sault ; 47 Villevallier/Les Plâchis ; 48 Cortrat ; 49 Guerchy ; 50 Cheny/Les Groseillers ; 51 Vergigny/ Rebourseaux ; 52 Gurgy/La Picardie ; 53 Héry ; 54 Lantilly ; 55 Vix/Les Tillies, Le Mont‑Lassois ; 56 Châtillon‑sur‑Seine/La Gare ; 57 Minot/Les vendues de Montmorot, Le Creux des Channes ; 58 Gurgy/Les Plantes du Mont.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39803/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 175k
Légende FIG. 175 – Serbonnes/La Créole : plan de la nécropole. Interprétation en termes de groupes sociaux, familiaux, des associations topographiques observées entre des femmes portant un torque et des hommes en arme
Crédits A.C. del. / AFAN
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39803/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 71k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search