Version classiqueVersion mobile

Environnements et habitats magdaléniens dans le centre du Bassin parisien

 | 
Yvette Taborin

Partie 2. L’implantation humaine

Chapitre 2. Les sites de versant

chap. 2 The slops sites

Béatrice Schmider, Jacqueline Degros, Béatrice Schmider et Boris Valentin

Résumé

Deux gisements, les Tarterets I et les Tarterets II, ont été localisés sur le versant gauche de la vallée de la Seine, dans les faubourgs de Corbeil Essonnes. Tous les deux avaient été partiellement détruits avant les fouilles, ce qui rend leur interprétation difficile. L’élément le plus remarquable, aux Tarterets I, est la découverte d’un foyer construit en grandes dalles de meulière. De part et d’autre, s’opposaient une aire de débitage et une aire d’activités domestiques riche en outils. Il y a peu d’éléments de datation, faune et charbon n’étant pas conservés. Le style de l’outillage permet cependant de rattacher ces sites au Magdalénien final tandis que l’analyse malacologique suggère une occupation au Bölling. Des relations entre les Tarterets et l’important site d’Étiolles, implanté en face, sur la rive droite de la Seine, sont envisageables mais difficiles à prouver.

Le gisement du Tilloy à Ville Saint Jacques est situé à 1 km au sud ouest de Pincevent, en bord de plateau. Les ramassages de surface ont livré de très vastes séries lithiques attribuables au Magdalénien final. Des sondages limités ont permis de repérer un horizon riche mais très perturbé d’où semble provenir cette industrie. Les restes osseux y sont très bien conservés ; ils appartiennent à une faune variée ou le Renne domine mais ou le Cheval est abondant. Cet horizon a été daté du Dryas II par le radiocarbone. Il se peut donc que l’occupation magdalénienne du Tilloy soit contemporaine de celle de Pincevent. Plusieurs modèles permettent alors d’envisager la question des relations entre les deux sites.

Texte intégral

2.1 Les Tarterets

2.1.1 Situation géographique et chronologique

1Les Tarterets sont un faubourg au nord ouest de Corbeil Essonnes. On y a localisé deux gisements dénommés Tarterets I (fouilles Champagne, puis fouilles Schmider en 1969 et 1970) et Tarterets II (fouilles Brézillon en 1970). Ces gisements sont situés sur le versant gauche de la vallée de la Seine, en contrebas du rebord escarpé du plateau de Brie :
– Les Tarterets I, à l’altitude de 47 m ;
– Les Tarterets II, à 500 m au sud est du premier site, à l’altitude de 38 m (fig. 4).

2On peut penser que ces sites voisins ont été fréquentés par le même groupe ; quelques ressemblances typologiques (style du débitage et de l’outillage) autorisent à le suggérer.

3L’exploitation industrielle des limons aux Tarterets I avait mis en évidence une belle coupe dans les dépôts qui recouvrent le versant. On y observait une superposition de plus de 5 m de limons loessiques encadrant une coulée de solifluxion (fig. 5). Au sommet, s’est développé un paléosol brun dans lequel se trouvait l’horizon archéologique principal magdalénien. Le cailloutis intermédiaire a fourni également des vestiges archéologiques, d’un Paléolithique supérieur indéterminé à son sommet, d’un Moustérien type Levallois à la base. Les couches présentaient un fort pendage en direction de la vallée.

4Aux Tarterets II, un seul niveau archéologique a été découvert dans un limon sableux, brun rouge, à une profondeur de 0,30 à 0,40 m de la surface du sol. On n’a pas pu établir de relations stratigraphiques entre les deux gisements,

5Les Magdaléniens se sont établis sur un versant qui présentait un pendage assez fort aux Tarterets I, plus modéré aux Tarterets II. Aux Tarterets I, au dessus du niveau en place, on rencontrait des éléments colluviés amenés par un glissement lent et constant. Certains vestiges, de la zone supérieure de l’habitat, avaient été rabattus sur les parties basses. Les Magdaléniens avaient installé leurs foyers sur des replats très localisés.

6Il y a peu d’éléments de datation, les matières organiques (faune et charbon) n’étant pas conservées. Pour A. Roblin Jouve (cf. partie 1, article 1.1), les limons supérieurs auraient été mis en place au début du Tardiglaciaire ; les vestiges magdaléniens, à la partie inférieure de l’horizon d’accumulation d’un sol, peuvent être plus tardifs. L’analyse malacologique, effectuée par P. Rodriguez (cf. partie 1, article 1.3), ne fournit pas d’éléments très précis. L’occupation aurait eu lieu au cours d’un épisode climatique relativement tempéré, favorisant le développement d’une végétation boisée. P. Rodriguez pense qu’il n’est pas impossible qu’il s’agisse du Bölling, ce qui ferait des Tarterets un site plus ou moins contemporain du gisement voisin d’Étiolles.

2.1.2 Les structures d’habitat

7Les deux gisements avaient été partiellement détruits avant qu’on puisse y réaliser des fouilles de sauvetage. Nous n’avons donc qu’une vue très partielle de l’établissement magdalénien sur ce versant, qui pouvait être très étendu si les deux sites étaient en relation.

8L’élément le plus remarquable aux Tarterets I fut la découverte d’un foyer construit en grandes dalles de meulière dont la bordure avait été réaménagée plusieurs fois (Schmider, Karlin 1975). Ce foyer est tout à fait comparable au foyer D1 de Verberie ou L115 de Pincevent. On observe la même organisation spatiale qu’à Pincevent. Sur la bordure ouest du foyer était accolé un amas de taille semi circulaire qui semble résulter d’un débitage en place. Les autres opérations techniques se déroulaient de l’autre côté où ont été retrouvés la plupart des outils. Un deuxième foyer, désorganisé, à proximité d’un autre amas de débitage, a pu appartenir à une deuxième structure.

9Aux Tarterets II, M. Brézillon (1971) décrit une aire de combustion formée d’un groupement de petits blocs de grès et de meulière, un amas de débitage, des nappes de grands éclats et 7 petits cercles de pierre pouvant correspondre à des calages de poteaux. L’organisation de l’ensemble n’est pas évidente, mais M. Brézillon pense avoir rencontré deux structures distinctes, sub circulaires, d’un diamètre d’environ 6 m.

2.1.3 Les activités

10La disparition des restes animaux ne permet pas de se faire une idée sur l’importance de la chasse. Pour M. Mauger (1985) le silex des Tarterets peut être rapproché du silex brun rouge d’Étiolles. C’est un silex tertiaire, de très bonne qualité, extrait (ou soliflué) de la roche en place. On peut penser que les Magdaléniens venaient aux Tarterets (comme à Étiolles) pour exploiter les gîtes, très localisés, qu’ils avaient repérés. S’il n’y a pas été rencontré de rognons aussi volumineux qu’à Étiolles, les dimensions des nucléus des Tarterets I sont nettement supérieures à celles des autres sites de la région parisienne. C. Karlin (Schmider, Karlin 1975) a souligné la fréquence des facettages en éperon permettant l’obtention de lames longues et régulières.

11Les autres activités de fabrication peuvent être déduites de l’abandon d’un outillage que l’on a l’habitude de rencontrer dans tous les gisements magdaléniens. Soulignons toutefois, l’opposition entre l’abondance des perçoirs et microperçoirs aux Tarterets II et leur rareté aux Tarterets I. L’accent nous paraît également devoir être mis sur deux types qui peuvent témoigner d’activités tout à fait particulières : le premier consiste en de grands burins dièdres façonnés sur lames larges, à biseau épais obtenu par enlèvements multiples. Ces burins polyfacettés faisaient l’objet d’une répartition spéciale clans l’un et l’autre gisement. Ils ont été découverts à l’écart de la zone d’activité principale entourant le foyer, et leur regroupement milite en faveur d’une fonction technique spécialisée. D’autre part, aux Tarterets I, une grande lame (270 mm de long), dont la partie médiane porte un esquillement inverse très caractérisé, évoque les « lames à machures » décrites par J. P. Fagnart (1988) à Belloy sur Somme. Des expérimentations indiqueraient que ces « machures » résultent d’une utilisation violente liée peut être au fendage du bois végétal (ce qui va dans le sens du développement de la végétation boisée signalé par P. Rodriguez).

2.1.4 Conclusions : relations possibles avec Étiolles

12Face aux Tarterets, sur la rive droite de la Seine, en bordure du fleuve, est implanté l’important site d’Étiolles. De cette proximité géographique on peut déduire divers modèles d’association entre site de vallée et site de plateau, tels qu’on les a imaginés entre Pincevent et Ville Saint Jacques (cf. David, Orliac, partie 2, article 1.3 et Degros et al., partie 2, article 2.2). Malheureusement, il n’y a guère d’indices sur les rapports possibles entre les deux sites. L’attribution au Bölling des Tarterets est tout à fait problématique. Les industries ne sont pas particulièrement ressemblantes. Les rapprochements que l’on peut faire au niveau des techniques de débitage peuvent être expliqués par un schéma conceptuel commun au Magdalénien et une matière première locale d’identique qualité. Les structures d’habitat aux Tarterets sont trop incomplètes pour qu’on puisse les comparer aux habitations élaborées d’Étiolles. Bref, l’hypothèse d’une fréquentation alternée des deux rives du fleuve, par le même groupe, est séduisante mais ne peut actuellement être soutenue.

Bibliographie

13Brézillon 1971 : BREZILLON (M.). — Les Tarterets II, site paléolithique de plein air à Corbeil Essonnes (Essonne). Gallia Préhistoire, t. 14, 1, 1971, p. 3 40

14Fagnart 1988 : FAGNART (J. P.). — Les Industries lithiques du Paléolithique supérieur dans le nord de la France. Revue archéologique de Picardie, 1988, p. 153 (numéro spécial).

15Leroi Gourhan, Brézillon 1972 : LEROI GOURHAN (A.), BREZILLON (M.). — Fouille de Pincevent : essai d’analyse ethnographique d’un habitat magdalénien. Paris : CNRS, 1972. 327 p., 199 fig. (Suppl. à Gallia Préhistoire ; 7).

16Mauger 1985 : MAUGER (M.). — Les Matériaux siliceux utilisés au Paléolithique supérieur en Île de France : approvisionnement et notion de territoire (Thèse de 3e cycle, université de Paris I, 1985).

17Schmider, Karlin 1975 : SCHMIDER (B.), KARLIN (C.). — Le Gisement paléolithique supérieur des Tarterets I à Corbeil Essonnes (Essonne). Gallia Préhistoire, t. 18, 2, 1975, p. 315 350.

2.2 Ville Saint Jacques : Le Tilloy

18j. legros, b. schmider, b. valentin

19En aval de son confluent avec l’Yonne et avant de recevoir le Loing grossi de l’Orvanne, la Seine s’engage entre Varennes sur Seine et Écuelles dans une vallée dont l’étroitesse contraste avec la large plaine alluviale qu’elle parcourait antérieurement. Les divagations du fleuve quaternaire sont alors contenues, au nord par la falaise crayeuse abrupte qui termine le plateau briard et, au sud, par les coteaux limoneux constituant l’extrémité du Gâtinais. L’espace disponible entre les deux est alors réduit à environ 2 km. Deux sites magdaléniens se placent à mi distance entre les confluences, l’un –Pincevent– dans la vallée même, l’autre Le Tilloy –sur le plateau, à l’aplomb exact du précédent (fig. 2). La signification de telles localisations n’apparaît pas encore clairement dans l’état actuel de nos recherches mais il est difficile d’admettre qu’elles soient le fruit du hasard. A la différence de Pincevent, Le Tilloy est un gisement de hauteur installé sur le plateau à près de 60 m au dessus de la vallée (alt. = 105 m). Cette situation est remarquable car elle permet vers le nord est et le nord ouest un vaste panorama sur le fleuve tandis que l’accès au plateau est possible soit par le nord ou l’ouest depuis les vallées de la Seine ou du Loing, soit par le sud à partir du Gâtinais.

20Les terres cultivées sur le plateau de Ville Saint Jacques n’ont pas manqué d’attirer de nombreux prospecteurs et un abondant matériel, rapportable pour une petite part au Néolithique et, essentiellement, au Paléolithique supérieur, y a été recueilli, en particulier sur les lieux dits Moque Panier, L’Orme des Plantes et Le Tilloy. Certaines séries rassemblées par J. L. Lefèbvre et U. J. Guinard entre autres, confiées à la direction des Antiquités préhistoriques, ont été déposées au musée de Préhistoire de l’Île de France à Nemours, d’autres demeurent chez des particuliers. En octobre 1970, à l’initiative de M. Brézillon, une brève opération d’une semaine fut menée sur le terrain conjointement par l’équipe du Pr Leroi Gourhan, l’université de Paris I et la direction des Antiquités préhistoriques. Elle a permis l’exploration systématique d’une vingtaine de mètres carrés, révélant à 0,30 m sous le sol actuel un niveau archéologique marqué par la présence de silex taillés, de restes de faune et de pierres brûlées, le tout parfaitement homogène et rapportable sans difficulté au Magdalénien (Brézillon 1971). Malgré l’abondance du matériel, aucune organisation nette des vestiges n’a pu être décelée dans le secteur fouillé où les labours avaient depuis longtemps fait leur œuvre.

21Depuis vingt ans, l’intérêt du site du Tilloy a été encore confirmé par diverses autres récoltes de surface au sein desquelles l’industrie paléolithique supérieure est toujours prédominante. En 1988, des chercheurs de l’UA 275 du CNRS conduits par M. Orliac ont entrepris quelques sondages restreints, prélude à une reprise espérée des recherches sur le site.

2.2.1 Éléments pour une chronologie du site

22L’étude du matériel lithique recueilli dans les différents sondages a été complétée par celle de trois collections importantes provenant de ramassages. Les analyses typologiques et technologiques ont permis d’attribuer ces ensembles au Magdalénien final et de souligner leur parenté avec les industries de Pincevent (Schmider 1971 ; Valentin 1988).

23Compte tenu de l’homogénéité stylistique et technique de ces séries, leur taille nous paraît exceptionnelle. Outre les collectes anonymes qui ont dû être extrêmement nombreuses et dont le contenu ne peut être estimé, les séries connues actuellement sont composées de plusieurs milliers d’outils. Comparée aux chiffres que l’on connaît pour les autres sites du Bassin parisien, cette quantité laisse imaginer une occupation intense et sans doute répétée du site. De même, pour F. Poplin qui les a étudiés, les restes de faune découverts dans le sondage de 1970   qui ne représente sans doute qu’une portion infime du gisement   sont trop denses et trop nombreux pour n’être les témoins que d’une halte brève.

24Trois datations 14C ont été réalisées sur des vestiges provenant du sondage de 1970 :
– 1971 : 10 400 ± 180 BP Gif 5838 (os)
– 1983 : 12 300 ± 160 BP Oxa 730 (os)
– 1983 : 12 240 ± 160 BP Oxa 731 (os)

25Les deux dernières dates placent l’occupation du site dans le Dryas II où se situent la plupart des dates obtenues pour les niveaux magdaléniens de Pincevent.

2.2.2 Les structures d’habitat

26Pour l’instant, le site du Tilloy n’a livré aucune structure d’habitat. Seule l’abondance des fragments de grès et de meulière chauffés retrouvés en fouille et ramassés en surface atteste l’existence de structures de combustion sans doute nombreuses. Il se peut que la superficie explorée par les sondages ait été trop restreinte pour livrer des témoins d’organisation comparables à ceux que l’on connaît ailleurs. Dans le sondage de 1970, l’abondance d’os et de pierres chauffées indique peut être –si l’on se réfère au modèle d’occupation connu sur les autres sites de la région– que l’on se trouve clans une zone d’évacuation habituellement peu structurée. Il est possible aussi, compte tenu des conditions de gisement, qu’il y ait eu à cet endroit, des structures et qu’elles aient été bouleversées par le brassage agricole.

2.2.3 Les activités

2.2.3.1 La chasse

27Les vestiges osseux découverts dans les sondages et en surface sont très abondants et se présentent dans un excellent état de conservation car ils ont été fortement minéralisés.

28Le sondage de 1970 a livré l’ensemble le plus complet (plus d’un millier de pièces). F. Poplin a pu déterminer que les restes de six espèces de mammifères y étaient représentés :

29Nombre minimal d’individus
– Putois 1 ;
– Ours brun 1 ;
– Loup 1 ;
– Cheval 4 ;
– Renne 19.

30L’abondance relative du Cheval est sans doute le résultat le plus marquant de cet inventaire. Elle ne caractérise d’ailleurs pas seulement le sondage de 1970 car elle a été confirmée par les ramassages de surface et les sondages plus récents. Le Cheval est beaucoup mieux représenté à Ville Saint Jacques que sur les sites de Pincevent et de Verberie où cette espèce n’apparaît que de façon très occasionnelle, voire résiduelle, dans un contexte ou le Renne constitue un gibier presque exclusif. Ville Saint Jacques diffère aussi de ces sites parce que la chasse y paraît beaucoup plus diversifiée. Cette absence de spécialisation traduit peut être l’adaptation à un écosystème propre au plateau. Il est possible aussi que dans cette région, quel que soit l’emplacement topographique du site, la composition du gibier ait varié selon les saisons pour des raisons qui tenaient à la vie des troupeaux ou aux stratégies de chasse. Rappelons à ce sujet que le site d’Étiolles présente, en contexte de vallée, des restes de faune très rares mais variés au sein desquels, proportionnellement, le Cheval est aussi assez fréquent.

2.2.3.2 Les activités liées au silex

31Par le nombre des témoins qu’ils nous ont légués, le débitage du silex et la fabrication d’outils sont les activités les mieux connues à Ville Saint Jacques. Les Magdaléniens y ont exploité des rognons de silex de la craie d’assez bonne qualité, transportés dans des alluvions et sans doute ramassés à proximité du site. Sur leur cortex qui semble seulement « lavé », le résidu crayeux paraît plus important que sur celui des blocs utilisés à Pincevent, qui présente généralement un aspect roulé. Sans que cet argument seul ne nous permette de l’affirmer, on peut proposer l’hypothèse de sources d’approvisionnement distinctes pour ces deux sites pourtant voisins.

32Parmi les produits extraits de ces blocs, on retrouve tous ceux qui caractérisent les grandes étapes d’une exploitation laminaire : il ne fait aucun doute que toutes les opérations de préparation, de production des lames et d’entretien du débitage ont eu lieu sur le site. En général les nucléus ont été abandonnés alors qu’ils avaient atteint une taille très réduite (en dessous de 60 mm ; ce qui représente le minimum pour les sites du Magdalénien final dans le Bassin parisien). Cette poursuite du débitage jusqu’à l’épuisement témoigne peut être d’une volonté de tirer le meilleur parti d’une matière première d’assez bonne qualité et d’accès peut être plus éloigné voire plus difficile qu’à Pincevent.

33M. Mauger a pu reconnaître parmi les pièces du sondage de 1970 des produits allochtones d’origine géologique tertiaire mais elle n’a pu, pour des raisons de patine, en déterminer l’origine exacte (Mauger 1983). Dans les séries que nous avons étudiées, il n’existe aucune évidence d’un débitage sur place de ce silex.

34Toutes les catégories d’outils sont représentées et elles offrent une très grande variété typologique qui traduit sans doute une adaptation à des tâches diversifiées. Le développement d’une patine importante sur la plupart des pièces a rendu malheureusement impossible toute étude fonctionnelle de ces séries (Plisson 1985).

2.2.4 Hypothèses sur la fonction du site

35Actuellement, alors que nous ignorons la saison pendant laquelle les Magdaléniens séjournaient au Tilloy, les données qui nous permettent d’avancer des hypothèses sur la fonction de ce site sont rares. On sait que sa fréquentation a dû être intense mais on ignore tout de son rythme.

36La proximité dans le temps et dans l’espace du site de Pincevent pose naturellement de nombreuses questions.

37Ce type d’association entre un site de plateau et un site de vallée existe déjà en aval de la vallée de la Seine, entre Étiolles et Les Tarterets. Il existe peu d’éléments qui nous permettent d’apprécier la signification de ces relations. On ne sait s’il faut y voir un fait exceptionnel ou, au contraire, les seuls témoins d’une association fréquente des campements de vallées et des stations de plateaux. Dans l’un ou l’autre cas nous ignorons si cette association géographique prenait la forme d’une coexistence ou d’une succession dans le temps et si elle impliquait une complémentarité des sites.

38On ne peut exclure a priori l’hypothèse selon laquelle les occupations à Pincevent et à Ville Saint Jacques n’ont pas été strictement contemporaines. Compte tenu de la marge d’incertitude inhérente à nos méthodes de datation, il n’est pas impossible d’imaginer un intervalle de quelques dizaines d’années, voire de quelques siècles, entre le premier passage sur un site et la dernière occupation de l’autre.

39Mais rien n’interdit non plus, compte tenu des datations et de la parenté des industries, d’imaginer une stricte contemporanéité entre les deux sites. On peut formuler alors deux hypothèses, Selon la première, les groupes qui occupaient Le Tilloy et Pincevent pourraient être différents. Ce fait expliquerait peut être l’existence de deux sources distinctes d’approvisionnement en matière première. Ces groupes différents ont pu venir en même temps ou à des saisons différentes. A cette hypothèse on opposera la proximité des deux sites. Compte tenu du mode probable d’exploitation de l’espace et si l’on se réfère à ce que l’on connaît des chasseurs cueilleurs actuels, il paraît assez improbable d’imaginer une coexistence aussi rapprochée sans liens.

40Selon la deuxième hypothèse, il se pourrait que les groupes qui fréquentaient Le Tilloy et Pincevent aient été les mêmes. On peut dans ce cas imaginer plusieurs modèles.

411 Les deux sites pourraient être des étapes successives d’un parcours saisonnier. Actuellement, on pense que la plupart des unités du niveau IV20 de Pincevent ont été occupées à des périodes comprises entre la fin de l’été et le début de l’hiver. Il resterait pour Ville Saint Jacques la possibilité d’une occupation pendant le printemps, l’été ou l’hiver. La variété relative du gibier, si l’on admet qu’elle constitue une indication saisonnière, pourrait fournir un argument en faveur de la dernière hypothèse. Il reste que l’on a du mal à imaginer une occupation à la mauvaise saison sur un plateau largement exposé aux vents, où il devait être difficile de s’abriter, étant donné la pauvreté du couvert végétal. En outre, les données ethnographiques recueillies dans des contextes comparables, indiquent que les regroupements à la saison des grandes chasses dans des campements du type de celui de Pincevent sont suivis par des périodes de nomadisme en groupes restreints pendant l’hiver. Ce dernier trait s’accorde mal avec la fréquentation intense attestée au Tilloy. Si l’on retient l’hypothèse d’une succession saisonnière, il vaudrait mieux concevoir une occupation de printemps ou d’été pour le site du Tilloy.

422 Les deux sites peuvent avoir eu une occupation simultanée pendant les mêmes saisons :
– Ville Saint Jacques aurait pu être un site d’occupation semi permanente tandis que Pincevent n’aurait été habité qu’aux saisons de chasse ; on opposera à cette hypothèse les mêmes arguments qui nous gênent pour considérer Ville Saint Jacques comme un campement d’hiver ;
– Ville Saint Jacques aurait été une sorte de « camp de base » et Pincevent un site spécialisé dans la chasse et les activités qui lui sont liées mais distinct cependant du site d’abattage proprement dit.

43Pour l’instant il n’existe aucun argument qui permette de trancher entre ces hypothèses. Seule, peut être, la poursuite des recherches au Tilloy apportera de nouveaux éléments de réponse. L’étude de ce site dans une perspective comparative pourrait fournir des données essentielles à l’élaboration d’un modèle d’occupation du Bassin parisien à la fin du Magdalénien.

Bibliographie

44Brézillon 1971 : BREZILLON (M.). — Informations archéologiques, Circonscription de la région parisienne : Ville Saint Jacques. Gallia Préhistoire, 14, 2. Paris : CNRS, 1971, p. 319.

45Mauger 1983 : MAUGER (M.). — Les Matériaux siliceux utilisés au Paléolithique supérieur en Ile de France : occupation du territoire, déplacements et approche des mouvements saisonniers (Thèse de 3e cycle, université de Paris I, 1983).

46Plisson 1985 : PLISSON (H.). — Etudes fonctionnelles des outillages préhistoriques par l’analyse des microusures ; recherche méthodologique et archéologique. (Thèse de 3e cycle, université de Paris I, 1985).

47Schmider 1971 : SCHMIDER (B.). — Les Industries lithiques du Paléolithique supérieur en Ile de France. Paris : CNRS, 1971. 218 p. (Supplément à Gallia Préhistoire, 6).

48Valentin 1988 : VALENTIN (B.). — Le Paléolithique supérieur en surface au lieu dit Le Tilloy, commune de Ville Saint Jacques (Seine et Marne) : étude technologique et typologique du matériel en silex de la série Boyer (Mémoire de DEA, université de Paris I, 1988).

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search