Version classiqueVersion mobile

Les campagnes de la France méditerranéenne dans l’Antiquité et le haut Moyen Âge

 | 
François Favory
, 
Jean-Luc Fiches

14 Fréjus : de la carte archéologique au modèle de peuplement suburbain

14 Fréjus: from site Map to suburban settlement pattern

Fiona Cameron et Chérine Gebara

Résumé

Depuis la création du Service archéologique municipal de Fréjus en 1982, la carte archéologique utilisée pour la gestion du sous‑sol avait été dressée grâce à des renseignements fournis par des fichiers anciennement constitués. Grâce à une nouvelle série de campagnes de prospection au sol, elle a été remplacée en 1989 par un document plus précis qui va être annexé sous forme simplifiée au POS lors de sa révision prochaine. Une fois mises de côté des zones où ces prospections s’avéreraient improductives en l’état actuel, notre but serait à présent de couvrir entièrement tous les autres secteurs de la commune. A travers ce travail, un modèle de peuplement original commence à prendre forme, avec une occupation du sol groupée sur les pentes de l’Estérel et des Maures et un espace relativement vide autour de l’agglomération elle‑même. Des comparaisons sont tentées avec d’autres programmes de prospection (Luni, Cherchell).

Texte intégral

14.1 Carte archéologique de la commune

1Le Service archéologique municipal de Fréjus a entrepris la mise à jour de la carte archéologique de la commune (Couissin 1932). Depuis la création du service en 1982, cette carte avait été dressée grâce aux renseignements fournis par le fichier des sites de la Direction régionale des antiquités de Provence‑Alpes‑Côte d’Azur, par celui du Centre de documentation archéologique du Var (Draguignan), fondé sur les prospections de P.‑A. Février (Février 1959), ainsi que par des prospections partielles plus récentes du Service archéologique de 1982 à 1987 et d’autres renseignements fournis par des informateurs bénévoles (M. et Mme Grégoire, Mme de Ridder, M. Michel, Mme Imbot, M. Roucole) ou par des travaux d’étudiants (Gianone 1986).

2Ce document très lacunaire et souvent imprécis servait de base à la gestion du sous‑sol archéologique de la commune à travers la consultation des permis de construire. Les incessantes fouilles d’urgence que nous avons effectuées depuis 1982 ne nous avaient jamais laissé le loisir de remanier la carte archéologique. Depuis 1988, grâce au ralentissement des grands chantiers à notre charge, nous avons pu reprendre ce document site par site.

  • 1 Prospections effectuées par Isabelle Béraud, Fiona Cameron, Albert Conte, Chérine Gébara.

3Notre première démarche a consisté en un remaniement total du fichier de base : la bibliographie complète de chaque site a été examinée et confrontée à la réalité de la prospection au sol1. Le nouveau fichier, numéroté parallèlement à celui du Service régional de l’archéologie, couvre à présent la quasi‑totalité des sites gallo‑romains ruraux ou périurbains recensés à ce jour. Pour chaque site, la fiche établie inclut un extrait de matrice et de plan cadastral, ainsi que des détails sur le matériel ramassé, les références bibliographiques, l’état actuel de l’occupation du sol et son devenir à travers le règlement du dernier Plan d’occupation des sols en vigueur. Ce fichier, bien qu’en cours d’élaboration, a déjà prouvé son utilité lors de négociations avec des aménageurs locaux.

  • 2 Depuis la rédaction de cet article en 1989, nous avons presque complété la prospection au sol, et l (...)

4Parallèlement, nous avons entrepris avec la collaboration des services techniques de la ville (Bureau d’étude, M. Claude Orban) la réalisation d’une carte archéologique avec références Cadastrales et coordonnées Lambert, qui devrait être annexée au POS sous une forme simplifiée lors de la révision courant 1989‑19902.

5Parmi les buts que nous nous sommes fixés, on peut mentionner la vérification au sol des sites préhistoriques, protohistoriques et médiévaux et leur insertion dans le fichier, l’intégration des sites urbains sur une carte plus détaillée, la création d’un document de travail faisant apparaître les secteurs prospectés et sondés, où rien n’a pu être repéré, soit pour cause de sédimentation importante ou de végétation trop dense, soit pour cause de non‑occupation à quelque époque que ce soit, ou encore à cause d’une urbanisation totale. Aussi souvent que l’état du terrain le permet, nous essayons de faire apparaître une distinction entre sol vierge et sol cultivé à diverses époques.

6Une fois mises de côté ces zones où une prospection systématique au sol s’avérerait improductive ou impossible en l’état actuel, notre but est de couvrir entièrement tous les autres secteurs de la commune.

14.2 Occupation du sol dans la région de Fréjus

  • 3 Le numéro du site est précédé par un F pour Fréjus, S pour Saint‑Raphaël, P pour Puget‑sur‑Argens e (...)

7Nous avons inclus dans cette étude quelques sites proches qui se trouvent sur les communes voisines de Puget‑sur‑Argens, de Roquebrune et de Saint‑Raphaël. Ces sites ne seront étudiés dans le cadre du programme de prospection actuel que s’ils ont déjà fait l’objet d’une recherche particulière ou d’une fouille ; les autres sont inclus dans les comptages pour des raisons d’unité topographique3.

14.2.1 Définition des périodes chronologiques

8Nous avons divisé la période chronologique étudiée en cinq états :
– état I : depuis la conquête et les débuts de l’occupation romaine (125 av. J.‑C.) jusqu’aux années 50 av. J.‑C. ;
– état II : la romanisation ; de 50 av. à 50 ap. J.‑C. ;
– état III : Haut‑Empire ; milieu du ier s. au début du iiie s. ;
– état IV : iiie s. ap. J.‑C. ;
– état V : Antiquité tardive ; ive au vie s. ap. J.‑C.

9Pour établir cette répartition chronologique, nous nous sommes fondés sur l’identification du matériel issu du ramassage de surface (cf. Cameron 1989 pour le détail de ces identifications).

14.2.1 Hierarchie des sites

10Trois catégories de sites ont été définies selon les critères suivants :
– villa : site rural où l’on peut retrouver les indices d’un aménagement plus luxueux (pars urbana) à travers, par exemple, des fragments de mosaïque, des éléments architecturaux, des enduits peints ;
– ferme : site rural plus pauvre, où l’on peut distinguer une pars rustica (pressoir, cuves, dolia...), mais où le matériel ne comprend pas d’éléments luxueux ; il est toujours possible que ce genre d’établissements corresponde en fait à un hameau, c’est‑à‑dire à un groupement de fermes ou d’habitations de définition similaire ;
– site : tout site n’ayant pu être défini selon les critères décrits plus haut, mais pouvant appartenir‑ soit aux catégories villa ou ferme, soit à un établissement isolé (cabanon, sanctuaire, étape..,),

11Il est difficile de classer de nombreux sites dans les vastes catégories que nous venons de décrire, surtout lorsque les seules informations disponibles reposent sur du matériel ramassé en surface lors des prospections. Rares sont les fouilles qui permettent de vérifier les données de la prospection : à Fréjus, elles sont toujours fonction des urgences liées à la construction immobilière et au développement de nouveaux quartiers d’habitation. Deux fouilles d’urgence récentes, celle du Suveret (site no S6), effectuée par Mlle Véronique Lelièvre en 1988 (Lelièvre 1988), et celle de la Vieille Bergerie II (site no F104), conduite par M. Marcel Prévost en 1989 (Béraud 1988), nous fournissent cependant l’occasion de confronter les données de la prospection à celles de la fouille.

12En ce qui concerne Le Suveret, la prospection avait permis de reconnaître, au sommet d’une butte, des clapiers, des alignements, ainsi que du matériel céramique (tuile, amphore, quart‑de‑rond antiques). La fouille a révélé, sur une superficie approximativement équivalente, les vestiges d’une ferme du ier s. ap. J.‑C., délimitée par un mur d’enclos, possédant un portique et des installations vinicoles. Hormis le type de matériel trouvé lors du ramassage de surface, plusieurs fragments de sigillée (sud‑gauloise et arétine), de céramique culinaire modelée et une lampe ont été retrouvés en fouille.

13Le site de la Vieille Bergerie II était en partie raviné par un chemin : des tuiles y avaient été ramassées, et l’on distinguait un alignement de pierres. La fouille a révélé une ferme de dimensions à peu près équivalentes à l’épandage retrouvé en prospection, datant du ier s. ap. J.‑C., avec un dolium en place. Le matériel trouvé en fouille comprenait de la tuile, de l’amphore, des céramiques commune et sigillée et un fragment de balsamaire en verre.

14Ces deux exemples permettent d’établir une relation entre la catégorie définie comme « site » et celle qui est définie comme ferme : un ramassage de surface ne révélant que de la tuile et/ou de l’amphore n’est pas une preuve de la non‑complexité de la structure sous‑jacente. Tout le matériel (céramique fine notamment) ne remonte pas en surface, surtout dans les zones non cultivées. Les renseignements fournis par une fouille ou des sondages peuvent, dans certains cas, revaloriser la classification d’un site quelle que soit sa catégorie initiale. Mais en l’absence de ces données, nous avons toujours préféré les classer dans une catégorie inférieure.

14.2.3 Liste des sites

15tabl. I

14.2.4 Résultats de la prospection

16Le secteur concerné par cette étude couvre la basse vallée de l’Argens, qui forme ici une vaste plaine, dans la partie la plus orientale de la dépression permienne. Du point de vue de la géologie, le massif des Maures, vers le sud, est composé de gneiss à ce niveau, bien que dans la zone autour de Roquebrune la dépression soit bordée au sud par des roches permiennes. La zone au nord est formée de larges étendues de roches permiennes, avec leur relief caractéristique de collines basses et de petites dépressions, qui se prolonge jusqu’aux sites F108 et P5. Au‑delà, on trouve une série de collines volcaniques en relation avec le massif de l’Estérel au nord‑est de Fréjus. Ce massif entoure Saint‑Raphaël et se compose ici d’un mélange de roches volcaniques et permiennes. La vallée de l’Argens elle‑même est couverte par les alluvions quaternaires, ainsi que les vallées confluentes au nord (l’Endre, le Blavet, le Reyran et la Garonne) et au sud (le Fournel et la Vernède).

17A l’époque romaine, la colonie de Forum Iulii se trouvait sur le même site que l’actuel Fréjus, et la voie Aurélienne se dirigeait vers l’ouest le long de la vallée de l’Argens et vers l’est à travers le massif de l’Estérel.

18Il faut noter ici qu’en 1959 le barrage du Malpasset sur le Reyran, situé à environ 4 km au nord de Fréjus, a cédé, et l’inondation en résultant s’est déversée le long de la vallée jusqu’à la ville elle‑même, emportant avec elle de grandes quantités d’alluvions. Ce phénomène a rendu difficile la découverte de sites antiques dans la vallée du Reyran et à l’ouest de Fréjus : les sites prospectés avant 1959 ne peuvent pas être redécouverts, et les nouveaux sites ne sont visibles que dans des tranchées profondes, des puits, etc.

Numéro

Type

Nom

Etat

Topographie

F16

ferme

Le Reydissart II

Romain

colline

F38

villa

Le Reydissart 1

II, III, IV

plaine

F39

ferme

Le Reydissart III

Romain

colline

F41

villa

Ferme Perroud

II, III

plaine

F42

villa

Augery

Romain

plaine

F43

tombe

La Gaudine

Romain

plaine

F44

site

Plandua

Romain

plaine

F45

tombe

Les Darboussières

Romain

pente

F46

ferme

Colle Douce I

Romain

colline

F47

site

Colle Douce II

Romain

colline

F48

site

Saint‑Lambert IV

Romain

plaine

F49

site

Saint‑Lambert II

Romain

plaine

F53

site

Camp Galliéni

Romain

pente

F54

ferme

Plant Guinet

Romain

colline

F55

villa

Villeneuve

II, III

plaine

F66

site

Le Barban

IV, V

colline

F87

site

La Garonnette

Romain

plaine

F92

site

Le Draguignan

Romain

plaine

F93

site

La Chapelle

Romain

colline

F94

site

Bouteillère

Romain

colline

F95

site

Raton

Romain

plaine

F99

site

Le Bouisset

Romain

plaine

F101

site

Campagne de Bellevue

Romain

colline

F104

ferme

Vieille Bergerie II

II

colline

F105

site

Vieille Bergerie I

Romain

colline

F108

site

Pin de la Lègue

Romain

colline

F109

site

Saint‑Lambert VI

III

plaine

F111

site

Saint‑Lambert III

Romain

plaine

F112

site

Le Reydissart V

Romain

colline

F113

site

Le Reydissart VI

Romain

colline

F114

ferme

Le Reydissart IV

Romain

colline

F115

site

Valescure

Romain

plaine

F116

site

Gorgo‑Vent

Romain

colline

F117

villa

Sainte‑Croix

Romain

plaine

P1

ferme

Escaravatiers

I‑IV

plaine

P2

ferme

Carréou‑Roselière

Romain

plaine

P3

ferme

Cabran

III

colline

P4

site

Les Vernèdes

Romain

plaine

P5

site

La Lieutenante

Romain

pente

R1

ferme

Collet Redon

III

plaine

R2

ferme

Sardou

III

colline

R3

site

Toutaou

Romain

plaine

R4

ferme

La Bouverie

Romain

colline

R5

ferme

Montée de Rambert

III

colline

R7

ferme

Merle

III

plaine

R8

site

Saint‑Pierre

Romain

plaine

R9

site

Les Plaines

Romain

plaine

R10

site

Jas de Moutte

Romain

pente

R11

site

Les Claus

Romain

pente

R12

site

Les Avelans

Romain

colline

R13

site

La Chenardière

Romain

colline

R14

site

Le Fournel

II, III

colline

R15

site

Chieusse

Romain

colline

R16

site

Petits Maures

Romain

colline

R17

site

Constans

Romain

plaine

R18

site

Les Baux

Romain

plaine

R19

Site

Le Perussier

Romain

plaine

R19

ferme

Les Ferrières

Romain

colline

R20

site

Les Tourres

Romain

plaine

R21

site

Saint‑Martin

Romain

plaine

R22

site

La Garonne/Le Gresq

Romain

plaine

R23

site

La Garonne

Romain

plaine

R24

site

Saint‑Barthélémy

Romain

plaine

R25

site

Jas Neuf

Romain

plaine

R26

site

Marchandise

Romain

colline

R27

site

Palayson

Romain

plaine

R28

site

Ronflon

Romain

colline

R29

site

Le Blavet

Romain

plaine

R30

tombe

Col de Bougnon

III

colline

R31

tombe

Saint‑Sauveur

Romain

plaine

R32

tombe

La Colombelle

Romain

plaine

S2

site

Bonnet du Capelan II

Romain

colline

S3

ferme

Le Roussivau

III

colline

S4

ferme

Mas de la Cabre

II, III, IV

colline

S5

ferme

Les Veissières

Romain

colline

S6

ferme

Le Suveret

II, III

colline

S7

site

Vaulongue

Romain

colline

S8

site

Montrouge

Romain

colline

S9

site

Vigne Neuve 1

Romain

colline

S10

site

Vigne Neuve II

Romain

colline

S11

site

Peire Sarrade

Romain

colline

S15

site

Boulouris

III

pente

S19

ferme

Les Ferrières

Romain

colline

S20

site

Centuron

Romain

colline

S21

site

Pra Baucous

Romain

colline

S35

villa

Casino

III

plaine

S36

villa

Le Défends

II, III

colline

S37

ferme

Saint‑Raphaël

Romain

colline

S38

site

Propriété Girand

Romain

plaine

S40

tombe

Bellevue

Romain

colline

TABL. I – Sites portés sur la figure 1

  • 4 Un nouvel examen des documents de photographie aérienne dont les résultats seront comparés à ceux i (...)

19D’après J. Soyer (Soyer 1974 : 185), on trouve des traces de cadastres romains sur toute la basse vallée de l’Argens, et plus particulièrement sur la rive gauche, entre Le Puget‑sur‑Argens et Fréjus. On en observe aussi dans la vallée du Fournel et du Reyran, bien que pour cette dernière la rupture du barrage en 1959 ait détruit beaucoup d’indices. Quelques traces sont également visibles autour du Puget‑sur‑Argens le long du bord nord de la dépression permienne. Notons cependant qu’aucune des centuriations reconnues par J. Soyer, ne possède la même orientation que le kardo et le decumanus de la ville romaine4. L’existence d’un nombre substantiel de sites dans cette zone n’est pas particulièrement étonnant, bien que les regroupements puissent éventuellement l’être. L’effet de l’inondation de 1959 peut être perçu dans un secteur contenant peu de sites, ceux‑ci se retrouvant dans des tranchées profondes ou des puits, ainsi que nous l’avons noté plus haut. A l’est de la ville cependant, le nombre et la densité des sites sont suffisamment élevés pour que nous puissions suggérer que l’occupation du sol à l’époque romaine était importante. D’après la carte que nous avons pu dresser, il semble que le côté sud de la dépression ait été plus fréquenté sur ses franges que le côté nord, phénomène inhabituel puisqu’il est généralement admis que les Romains préféraient choisir des emplacements au sud pour construire leur villae et leurs fermes. Les vallées du Fournel et du Blavet étaient, elles, bien peuplées des deux côtés, ce qui est probablement dû à la nature du terrain (alluvions quaternaires). Si nous devons situer une station routière, ce serait dans le secteur de la vallée du Fournel, puisque la concentration de sites entre elle et la côte est considérable, dans une zone par ailleurs peu hospitalière. Il n’y a aucun autre indice valable expliquant la raison de cette concentration apparente. Les sites à l’est de Fréjus, dans l’Estérel et ses contreforts, semblent, eux, se concentrer autour des passages routiers secondaires, bien qu’il soit possible que ceux‑ci se soient créés par rapport à l’implantation des sites. Dans les deux cas, il faut considérer que ces sites doivent probablement leur existence à l’élevage ovin ou à l’oléiculture. Enfin, il semble n’y avoir que très peu de grandes villae dans le secteur entourant la colonie de Forum Iulii.

20Parmi les 90 sites recensés dans ce secteur, 20 seulement possèdent des éléments de datation, et seuls 2 sites ont été récemment fouillés et ont fourni des séquences stratigraphiques significatives. Cependant, beaucoup de travail a été accompli, essentiellement par des amateurs, dans les zones de collines et de contreforts, où l’accès est assez difficile, et nous avons une vision de l’occupation du sol plus complète que dans beaucoup d’autres régions.

21Le seul site qui possède des indices le rattachant à l’état I est la ferme ou hameau des Escaravatiers (no P1). Notons qu’aucune villa ne semble occupée à cette époque, sauf peut‑être le n° F54, et que la plupart d’entre elles ne semblent perdurer que dans les états II et III, si l’on garde à l’esprit que cela peut être dû aux manques dans la prospection.

22Pour l’état II, on retrouve 4 villae (nos F38, F41, F55 et S36), et parmi les fermes, le no PI est encore occupé, et les nos S4, S6 et F104 apparaissent, ce qui donne un total de 4 sites. Un autre site pourrait être attribué à cet état : il s’agit du no R14.

23L’état III voit toutes les villae encore occupées, auxquelles on peut ajouter le n° S35, qui ne perdure pas à l’état suivant, soit un total de 5 villae, le maximum pour une même période. Parmi les fermes, les sites nos PI, S4 et S6 sont encore occupés, et 7 implantations nouvelles apparaissent à cette époque (nos F109, P3, RI, R2, R5, R7 et S3), soit un total de 10. Parmi les sites, le no R14 pourrait être occupé à cette époque, et les nos S15 et F109 sont occupés pour la première fois, ainsi que le R30 (une sépulture).

24Il y a très peu d’indices pour dater les sites de l’état IV, et tous les nouveaux sites occupés à l’état III semblent abandonnés, ainsi que certains établissements de l’état II. Il n’y a donc aucune villa datable attribuable à cet état ; 2 fermes (nos PI et S4) et un site de hauteur, un ancien oppidum de l’âge du Fer (no F66), semblent être réutilisés à cette époque.

25Pour l’état V, il semble y avoir une réoccupation sur le site no F38, une villa ; la ferme ou hameau no P1 est encore en utilisation, ainsi que le site de hauteur no F66.

26Il est difficile d’évaluer la topochronologie de ce secteur avec si peu d’indices et d’observations détaillées. Mais telle qu’on la perçoit, elle semble se conformer avec celle d’autres zones, tout au moins par le fait que l’état III est celui de la plus grande prospérité et que durant l’état  IV on remarque une chute très nette du nombre de sites occupés.

27Les traces d’activité économique sont, comme pour les indices chronologiques, peu nombreuses. Mais sur 4 fermes, toutes situées en sommet de colline (nos F46, R4, F16 et S4), on retrouve des blocs de pressoir à huile. La seule qui possède des renseignements d’ordre chronologique est le no S4, qui couvre les états II, III et IV. Des meules ont également été trouvées ici et sur la ferme no R4, mais les deux sites sont mal placés pour une agriculture céréalière. Un autre site possédant des meules est le no R3, situé plus avant dans les collines, mais la présence de fusaïoles dans le matériel fait plutôt penser à une production de laine. La villa no F41 possède aussi des meules et se trouve mieux située pour une production céréalière. Cette production, notée sur une série de sites, était probablement à usage domestique.

28En ce qui concerne la relation entre les sites d’époque romaine et ceux d’autres époques, les indices sont, encore une fois, rares. Il y a deux oppida de l’âge du Fer à seulement 1 800 m de distance qui portent des traces d’occupation romaine, mais parmi ceux‑ci le no S2 n’est pas daté, et le no F66 est occupé lors des états IV et V. Le seul autre signe possible de remous politiques dans cette zone est matérialisé par un trésor de 200 pièces trouvé sur la villa no F55, qui date de la République jusqu’à Claude. Même si ces pièces ont été enterrées bien après leur utilisation, leur rapport avec le site n’est pas évident.

29Pour les époques médiévales et tardives, on peut mentionner une villa de l’état III sous la ville moderne de Saint‑Raphaël (no R35), et les sites nos F93 et F49 sont des chapelles bâties sur des fondations romaines, bien qu’aucune des deux ne soit datée:

30Malgré le peu d’indices pour ce secteur, le modèle général de peuplement est inhabituel et intéressant. La raison pour laquelle on y trouve tant de sites de collines et de contreforts n’est pas certaine, et plusieurs explications peuvent être avancées. Tout d’abord, il a pu y avoir une plus grande pression pour obtenir des terrains à proximité de Forum Iulii, mais les preuves de ce genre de théories seront difficiles à trouver. En deuxième lieu, la culture de l’olivier ou l’élevage de moutons ou de chèvres a pu être beaucoup plus profitable dans ce secteur, mais encore une fois, les preuves de ce genre de raisonnement ne sont pas faciles à trouver. Une dernière explication, moins intéressante mais plus simple, est liée au travail de l’archéologue : la plupart des sites de collines au sud des villae nos F38 et F41 ont été signalés par un couple propriétaire d’une partie du terrain environnant. Dans ce cas, il est probable que les zones de collines dans tout le secteur étudié étaient occupées de manière similaire, particulièrement aux époques de plus grande prospérité ou de colonisation du sol, comme peut‑être durant l’état III.

14.3 Comparaison avec d’autres programmes de prospection

31La comparaison avec d’autres projets similaires déjà effectués dans le monde romain nous permet d’obtenir des renseignements et d’interpréter les résultats de cette prospection. On peut définir un certain nombre de critères pour s’assurer d’un certain degré de similarité entre ces autres régions et celle de Fréjus ; par exemple, une zone trop proche de Rome elle‑même, ou régie par des facteurs économiques différents, ne pourrait jamais connaître le même schéma d’occupation du sol. De plus, des similitudes topographiques et climatiques sont absolument nécessaires pour que les parallèles avec la zone de Fréjus soient possibles à établir, notamment avec d’autres parties du bassin Méditerranéen plutôt qu’avec les provinces du nord‑ouest de l’Empire.

32Tous ces éléments ayant été pris en compte, nous pouvons avancer des comparaisons valides avec deux autres projets de prospection : celui de Philippe Leveau autour de Cherchell en Algérie (Leveau 1984) et celui de Nigel Mills dans l’ager Lunensis en Italie du Nord (Ward‑Perkins 1986). Tous deux concernent l’arrière‑pays d’une ville romaine située sur la côte méditerranéenne, dans un terroir qui n’est ni exceptionnellement fertile, ni particulièrement riche en ressources documentaires. On remarque par ailleurs une forte ressemblance entre Luni et Fréjus du point de vue de la topographie.

33Si l’on compare l’occupation du sol à l’époque romaine autour de Luni (Ward‑Perkins 1986 : 102, fig. 9) avec celle qui entoure Fréjus (fig. 1), on remarque un schéma similaire de fermes dans les zones basses de collines et au contact avec des plaines. Mais dans la région de Fréjus, il y a un plus grand nombre de villae importantes, bien que l’implantation des sites nos F41 et F38 soit très similaire à celle de la villa de Bocca di Magra ; les collines au sud de la rivière Magra n’ayant pas été couvertes par la prospection de Mills pourraient avoir contenu un certain nombre de fermes, comme dans le secteur des Petits Maures au sud des sites nos F41 et F38. La différence entre la topographie des deux zones se remarque à l’est de la ville. Dans le cas de Luni, la plaine côtière continue dans cette direction, alors qu’à Fréjus elle n’est plus qu’un étroit ruban. Mais le fait que deux villae soient implantées dans ce secteur très limité est peut‑être une indication sur la richesse relative de la zone autour de Fréjus. La zone autour de Cherchell est plus variée et relativement différente dans son relief, et cependant le nombre de sites est très similaire à celui de Fréjus, si l’on garde à l’esprit que ce genre de comparaisons numériques peuvent être dangereuses lorsqu’on les replace dans le contexte des prospections et de leurs différentes approches.

FIG. 1 – Carte de répartition des sites autour de Fréjus à l’époque romaine.

34Le schéma d’occupation du sol autour de Cherchell semble contenir peu de grandes villae dans la zone en contact avec la plaine côtière et relativement proche de la ville, avec un certain nombre de petites fermes sur les pentes inférieures des collines. Les habitants de ces fermes ont pu, au moins partiellement, travailler pour les grands domaines dans la plaine, et cette relation pourrait bien être commune au monde romain méditerranéen. Elle peut se lire à Fréjus à travers les sites nos F38 et et les nombreuses petites fermes situées dans les Petits Maures. Malheureusement, ce genre de relation socio‑économique ne laisse presque jamais de traces en archéologie et demeure donc du domaine de la spéculation.

35Dans la zone de Cherchell, Philippe Leveau arrive à la conclusion que la villa est une forme économique en relation avec la ville au Haut‑Empire et que l’implantation des villae indique les limites de l’influence économique de la ville. Il pense que les habitats ruraux qui ne sont pas groupés autour des villae, ou qui se trouvent en bordure de la zone d’influence économique de la ville, constituent la preuve de la survivance de la population indigène. Il est difficile de déterminer jusqu’où cette théorie pourrait s’appliquer dans le cas de Fréjus. La population préromaine a certainement dû survivre dans les secteurs plus reculés de la région, comme en témoigne la réoccupation de sites de l’âge du Fer (certains oppida par exemple), mais ici encore l’archéologie conserve peu de traces de ce phénomène. L’absence de villae importantes dans ces zones peut constituer un indice en faveur de cette interprétation, mais la topographie des lieux n’est de toutes façons pas favorables à ce genre d’implantations, ce qui n’est pas vrai pour les secteurs plus isolés du territoire de Cherchell.

36De cette absence de grandes villae dans le voisinage immédiat des deux villes résulte une nouvelle question : dans le cas de Cherchell, ces sites n’ont pu être détruits par des travaux agricoles modernes puisqu’ils sont inexistants dans cette zone. Philippe Leveau a cependant trouvé de nombreuses traces de structures liées au système d’irrigation antique et en a déduit l’existence de jardins maraîchers utilisés pour nourrir la population. A Fréjus, en dehors des zones fortement urbanisées (ouest) ou occupées par l’implantation du port antique ou des nécropoles (sud et nord), on retrouve à l’est de la ville des traces de mise en culture antique (restanques, terrains occupés mais non bâtis : voir Prévost 1988 ; d’autres sondages ouverts dans ce même secteur de Saint‑Lambert/Sainte‑Croix en fin 1988 et courant 1989 comportent ces données) qui sembleraient confirmer cette vision d’une ceinture verte aux portes de la ville.

37Le lien économique et probablement social entre Fréjus et son territoire rural est peu douteux. La prospection par Nigel Mills du territoire de Luni a démontré que l’économie de la ville dépendait de son rôle comme entrepôt pour les carrières de marbre plutôt que de la richesse de son territoire agricole. La topochronologie de la ville n’est donc pas reflétée par celle de sa campagne environnante. Beaucoup de sites autour de Fréjus ne possèdent pas de datation précise, mais ceux qui en possèdent une appartiennent en grande majorité à l’état III. Bien que la mise en place de la ville semble s’être effectuée durant les premières décennies du ier s. av. J.‑C., l’état III a été une époque de prospérité soutenue, qui a permis la construction de l’aqueduc, du théâtre, de l’amphithéâtre, des thermes du port, parmi quelques monuments publics.

14.4 Conclusion

38A partir du travail déjà accompli, nous pouvons donc commencer à avancer quelques hypothèses et questions pour guider nos recherches sur le terrain. Un modèle de peuplement plausible est lisible dans le secteur des Petits Maures, situé sur le bord méridional de la vallée de l’Argens : ici, toute une hiérarchie de sites est discernable (grande villa du Reydissart I en plaine, en relation avec des sites de moyenne ou de petite dimension établis dans les collines avoisinantes). Est‑il possible de transférer ce schéma au nord de Fréjus, vers les pentes de l’Estérel ? La dimension et l’importance de ces domaines ruraux sont‑elles à mettre en relation avec la proximité du centre urbain ? Enfin, peut‑on essayer de compléter la carte archéologique par une prospection fondée sur l’établissement de ce(s) modèle(s) de peuplement ? La poursuite du programme de prospection autour de Fréjus nous apportera peut‑être quelques réponses dans un proche avenir.

Notes

1 Prospections effectuées par Isabelle Béraud, Fiona Cameron, Albert Conte, Chérine Gébara.

2 Depuis la rédaction de cet article en 1989, nous avons presque complété la prospection au sol, et la carte archéologique a été informatisée dans une banque de données propre à la commune de Fréjus. Elle a été annexée au POS, mis à l’enquête publique depuis juillet 1993. 166 sites sont actuellement recensés pour toutes les époques (préhistorique et historique).

3 Le numéro du site est précédé par un F pour Fréjus, S pour Saint‑Raphaël, P pour Puget‑sur‑Argens et R pour Roquebrune.

4 Un nouvel examen des documents de photographie aérienne dont les résultats seront comparés à ceux issus des fouilles et des prospections, est en cours, en collaboration avec G. Chouquer (CNRS Tours).

Table des illustrations

Légende FIG. 1 – Carte de répartition des sites autour de Fréjus à l’époque romaine.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39448/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 232k

Auteurs

Archéologue, Service archéologique municipal, Fréjus (Var).

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search