Version classiqueVersion mobile

Les campagnes de la France méditerranéenne dans l’Antiquité et le haut Moyen Âge

 | 
François Favory
, 
Jean-Luc Fiches

11 Lunel‑Viel et son territoire

11 Lunel‑Viel and its area

François Favory, Anne Parodi, Pierre Poupet et Claude Raynaud

Résumé

La région lunelloise offre un cadre propice à une analyse diachronique de l’occupation du sol au cours du premier millénaire. Fouilles, prospections, études de textes, carto‑ et photo‑interprétation, analyses pédologiques et environnementales sont menées en étroite liaison. Dans cette zone littorale, l’agglomération antique de Lunel‑Viel, qui donnera naissance à un village médiéval, constitue un cas exemplaire pour l’étude d’un habitat groupé, sa genèse, son influence sur la hiérarchie du peuplement et la maîtrise du sol. Cette recherche révèle l’ancienneté et la vigueur d’une communauté rurale, qui relégua au second plan le mode d’exploitation domanial fondé sur la villa. L’accent est mis par ailleurs sur l’appropriation par l’homme de son environnement, exploité par une intense activité de défrichement, de drainage et d’amendement.

Texte intégral

1Dans la plaine littorale montpelliéraine, la région lunelloise est l’objet depuis plusieurs décennies d’intenses recherches archéologiques. L’un des sites majeurs, le village de Lunel‑Viel (Hérault), est fouillé de façon approfondie depuis 1980. Etabli vers le milieu du ier s. de n.è. dans le cadre d’une vaste entreprise de conquête et de mise en valeur des terres, le village sera occupé sans interruption jusqu’à nos jours (fig. 1). Grâce à cette pérennité remarquable, grâce aussi à la richesse de la documentation livrée par le site, Lunel‑Viel peut servir d’exemple pour l’élaboration d’une histoire du village bas‑languedocien. Trois quartiers d’habitat, trois nécropoles, deux voies antiques, deux aires d’ensilage ont pu être fouillés de façon détaillée sur de vastes surfaces. Chacune de ces explorations a été poussée au‑delà des limites du bâti, afin d’observer l’aménagement des aires périphériques et de saisir le mode d’articulation de l’habitat et des zones agraires. Plusieurs réseaux de fossés, des systèmes de drainage et d’amendement des sols ont ainsi été mis au jour. Dans ces différents secteurs de fouille, des prélèvements de matériaux relatifs au milieu naturel ont été analysés (anthracologie, malacologie, sédimentologie), produisant une somme de données inédites. On a pu ainsi proposer, dans une étude récente, la restitution d’un paléo‑environnement oblitéré par la sédimentation paysagère et par les modifications socio‑économiques des temps modernes (Raynaud 1989b : 315‑337).

FIG. 1 – Localisation du Lunellois (encadré) en bas‑Languedoc oriental. 1 Ambrussum : 2 agglomération de Lunel‑Viel.

2Parallèlement à cette fouille, des prospections ont été menées depuis 1976 d’une manière traditionnelle, puis d’une façon plus systématique à partir de 1986, dans le cadre d’un programme de prospection‑inventaire pluridisciplinaire. Les questions méthodologiques posées par ce type de recherche ont fait l’objet de deux mises au point successives exposant en détail notre démarche (Amblard 1985 ; Raynaud 1989a). Associant étroitement le recours aux techniques de l’archéologie, de la carto‑ et photo‑interprétation, de l’étude des données textuelles, de la pédologie et des sciences du milieu naturel, l’entreprise tend vers une véritable archéologie du paysage, dépassant le commentaire traditionnel d’une carte archéologique. Prenant en compte, dans la longue durée, la dynamique et les étapes du peuplement, l’organisation des structures agraires, les modes d’exploitation et de bonification des sols, les effets de l’anthropisation sur l’érosion et la sédimentation, cette enquête s’inscrit dans une approche environnementale de l’espace rural. A partir de l’exemple de Lunel‑Viel, nous proposerons un premier bilan de ces travaux, en étudiant le développement du village dans l’histoire du territoire qui l’entoure, sur plus de 2 500 ha ayant fait l’objet d’une prospection systématique. Se donnant pour cadre le territoire actuel de la commune et ses abords, soit un carré de 5 km de côté, ce travail a pour but de saisir dans le détail l’histoire rurale locale. On ne trouvera donc pas ici de synthèse sur l’habitat et le peuplement en Lunellois, du type de celle qui a récemment été consacrée à la Vaunage (Parodi 1987), mais plutôt une étude de cas dans un espace restreint. Comme telle, elle s’inscrit dans la lignée des travaux déjà consacrés au territoire d’Ambrussuin (Fiches 1989), de Lattes (Favory 1988) et de Lunel (Malvis 1988). Ces études ponctuelles entendent présenter régulièrement l’état des recherches, dans l’attente d’une synthèse ultérieure. Elles sont par ailleurs autant de jalons d’une méthodologie en constante évolution.

11.1 Un site, un territoire, un village

11.1.1 Un site

3Par le choix de son site, au contact de la zone alluviale littorale et des collines tertiaires de l’arrière pays, Lunel‑Viel exprime bien la complémentarité de ces deux unités paysagères que sont la plaine et la garrigue. Trait dominant du géosystème bas‑languedocien, cette dualité a guidé l’implantation de nombreux villages à l’est de Montpellier : Vendargues, Baillargues, Saint‑Brès, Valergues, pour ne citer que les voisins immédiats. Exemplaire à bien des égards, le site de Lunel‑Viel résume clairement la topographie peu contrastée du Lunellois. Au nord, des collines adoucies situées entre 20 et 50 m encadrent des combes alluviales. Dans la moitié sud se développe la plaine, vaste glacis entre 4 et 15 m, peu accidenté mais légèrement incliné vers le sud‑est. Autant dire que le relief joue un rôle très limité, aucun obstacle véritable n’entravant les communications. Le talus rectiligne qui délimite la côte lunelloise » est d’ailleurs un lieu de passage privilégié, emprunté successivement par le camin romieu, voie antique et médiévale, par la route royale puis nationale, puis par le chemin de fer. C’est aussi là que sourdent de nombreuses sources pérennes et que la nappe phréatique est aisément accessible, sous 3 à 6 m d’argile et de sable. C’est enfin dans cette partie haute de la plaine, entre 6 et 15 m, que sont le moins sensibles les crues printanières et surtout automnales des rivières tributaires de l’étang de l’Or. Deux de ces ruisseaux nés dans les garrigues, les Dardaillon (est et ouest), encadrent le site de Lunel‑Viel et ont puissamment contribué à la formation du paysage actuel, érodant le relief en amont du site et déposant en aval du village des terres alluviales. Peut‑on fonder sur cet état des lieux une étude des ressources du site dans l’Antiquité et le Moyen Âge ? L’étude menée par P. Poupet montrera combien ces conditions naturelles ont subi l’impact de l’action humaine, à plusieurs reprises depuis la fin de la préhistoire. On doit donc retenir d’emblée que l’actuel cadre géographique diffère considérablement de ce qu’il fut au cours des temps préhistoriques et historiques.

4Les transformations de la végétation traduisent aussi l’ampleur de l’évolution paysagère. Située dans l’étage écologique méso‑méditerranéen dominé par la chênaie verte, la région ne conserve de la forêt originelle que quelques reliquats, moins de 10 ha. Les quelques vestiges toponymiques de cette végétation, les Roubiaures et les Rouvergues, ne correspondent plus à aucune réalité. D’autres noms de lieux, les Brus et Bruyère, témoignent aussi de cette dégradation du couvert végétal. L’étude réalisée par L. Chabal et A. Durand à partir des charbons de bois recueillis dans les fouilles régionales a mis en évidence l’impact de l’occupation humaine sur le paysage (Raynaud 1989b : 325‑337). On assiste en effet à une déforestation poussée dans la plaine dès le début de notre ère, tant en ce qui concerne la chênaie que pour la ripisylve colonisant les zones alluviales. Ce déboisement précoce semble suivi à la fin de l’Antiquité ou dans le haut Moyen Âge par un timide regain de la chênaie, mais les données sont encore trop limitées pour que l’on cerne précisément le processus. Les défrichements du bas Moyen Âge porteront un dernier coup à cette végétation, dont de rares isolats ont cependant persisté jusqu’à l’aube du xixe s.

11.1.2 Un territoire

5Territoire, terroir, finage, espace, autant de mots souvent employés de façon équivoque et qui pourtant désignent des entités bien distinctes. Quel terme peut‑on employer afin d’éviter le contresens dans l’approche d’une réalité antique ou médiévale ? Les notions de terroir, étendue de terrain individualisée par ses caractères agrologiques, et de finage, ensemble de terroirs sur lesquels une communauté de paysans exerce des droits agraires, sont enracinés dans les concepts de l’histoire agraire médiévale et moderne et chez les géographes (Lebeau 1986 : 9‑10). Cependant ces définitions apparaissent tard dans l’histoire agraire et s’appliquent mal à l’étude du haut Moyen Âge et à celle de (Antiquité. La notion de paroisse soulève la même restriction car elle remplace tard, vraisemblablement au cours des xixiie s., les termes de lemtorium ou de terminium. Eux‑mêmes ont progressivement supplanté, dans le vocabulaire des chartes, le mot villa, d’abord employé avec un sens territorial, puis attaché de façon restrictive à l’habitat au cours du xie s. (Bourin‑Derruau 1987 : 60‑62).

6A tous ces termes équivoques, aux connotations sociales et juridiques historiquement distinctes, on pourrait préférer la notion d’espace, qui ne renvoie pas à l’idée d’un territoire délimité et doté d’un statut précis. Mais là encore, sous ce terme générique se superposent plusieurs espaces : juridique, économique, agricole, géographique, politique..., et l’ambiguïté demeure. De surcroît, les données archéologiques offrent une image très lacunaire de ces entités qui, de toute façon, ne peuvent s’appréhender simultanément.

7En définitive, c’est la notion de territoire qui semble la plus appropriée à notre propos si l’on retient la définition globale proposée par le dictionnaire Robert : « étendue de la surface terrestre sur laquelle vit un groupe humain ». L’imprécision du terme traduit bien (incertitude qui demeure dans la délimitation et la définition de l’aire étudiée autour de Lunel‑Viel. Elle correspond à la fois au territoire possédé, à l’aire d’activité et à l’espace sous influence de la communauté rurale.

8L’analyse ne peut se fonder sur aucun document écrit ou figuré mentionnant ou délimitant un quelconque territoire. Le terminto de Lunello Vetere est cité comme une entité territoriale à la fin du xie s. (C. An. : 222), mais les informations du texte ne permettent pas de le cartographier précisément (cf. annexe 1 : notice de site no 14). Il faut attendre la fin du Moyen Âge pour trouver des mentions plus explicites, mais c’est seulement dans les compoix modernes qu’une véritable cartographie est possible.

9Le territoire communal qui, dans le compoix de 1681, se dessine déjà sous sa forme actuelle, se partage entre la plaine pour un tiers et la garrigue pour les deux autres tiers (fig. 2). On retrouve donc, dans le cadre territorial exploité par les villageois, la complémentarité de la plaine, propice aux cultures annuelles, et des collines, plus favorables aux cultures arbustives et aux activités pastorales. Cette juxtaposition du saltus et de l’ager dans les sociétés méditerranéennes a prédominé ici jusqu’à l’irruption de la monoculture viticole, vers le milieu du xixe s. Le cadastre napoléonien, dressé en 1812, met en évidence une bipartition des cultures, étroitement dépendante des conditions orographiques et pédologiques. La vigne est rare dans la plaine où l’emportent les terres labourables, tandis que les collines portent un vignoble déjà développé, de nombreuses friches et des pâturages.

FIG. 2 – Le site : relief et hydrographie. Localisation des secteurs autour du village. 1 habitat gallo‑romain jusqu’au IIIe s. ; 2 habitat tardo‑romain ; 3 village médiéval. Sites environnants : 4 stations préhistoriques ; 5 habitats gallo‑romains ; 6 nécropoles gallo‑romaines ; 7 habitats médiévaux ; 8 nécropoles médiévales.

10Ainsi Lunel‑Viel et son territoire résument‑ils les conditions naturelles régionales du développement d’une communauté villageoise pré‑industrielle. La commune occupe un peu moins de 2 000 ha, territoire assez moyen dans une région où les communes se situent entre 500 et 4 000 ha, celle de Mauguio faisant figure d’anomalie avec ses 11 000 ha. Dans le contexte d’une économie encore essentiellement vivrière, le finage de Lunel‑Viel paraît en définitive assez ingrat. La part de la plaine est très limitée, moins de 600 ha soit moins du tiers de la commune, et les sols y sont lourds, difficiles à drainer, à l’exception des modestes zones alluviales limitées au lit majeur des deux Dardaillon Une enquête du milieu du xviiie s. montre que la production céréalière était alors régulièrement inférieure aux besoins du village. Les emblavures occupaient pourtant plus de la moitié des terres cultivées, garrigue comprise (A.D. de l’Hérault, série G, no 1114). Jusqu’à la fin de l’Ancien Régime, la commune de Lunel‑Viel est donc l’une des moins favorisées de la région, ne disposant pas comme ses voisines de Lansargues ou Marsillargues de vastes étendues de sols alluviaux légers, riches et bien drainés. Cette médiocrité du finage villageois a plusieurs fois été soulignée par les géographes, en particulier par M. Daumas dans sa remarquable étude consacrée au Lunellois (Daumas 1951‑1952).

11Peut‑on, par récurrence à partir de cet état récent, proposer une restitution du –ou plutôt des– territoires antérieurs ? Ce serait certainement possible pour le bas Moyen Âge, lorsque les villages concurrents de Lunel‑Viel, Parpayols, Saint‑Paul et Montels, sont désertés ou en voie de l’être, quoiqu’une enquête textuelle plus poussée demeure nécessaire pour acquérir quelque certitude dans ce domaine. L’enquête se révèle encore plus délicate avant le xiie s. puisque Lunel‑Viel coexiste, depuis le début de notre ère, avec d’autres habitats et partage l’espace environnant dans des proportions et selon des règles qui nous échappent totalement.

12L’étude territoriale pour l’Antiquité et le haut Moyen Âge en sera donc réduite à une approche formelle, fondée sur un raisonnement théorique. Une première méthode, traditionnellement utilisée, pourrait s’appuyer sur l’analyse de la morphologie parcellaire, de la voirie et des limites naturelles. Fondée uniquement sur des postulats, cette démarche n’aurait, dans le cas présent, aucune chance d’aboutir à un résultat satisfaisant. En effet, l’étude parcellaire montre que l’organisation et la densité des structures agraires autour de Lunel‑Viel ne se distinguent en rien de l’ensemble Montpelliérais (cf. infra, § 11.2.2). Il en va de même pour la répartition des voies, l’espace étant uniformément desservi par un réseau dense qui ne suggère aucune limitation (cf. infra, § 11.2.4). Quant aux limites naturelles, l’étude du site a souligné l’absence d’obstacle pouvant partager le territoire entre les différents habitats.

13Afin de mieux tenir compte de la densité du peuplement et des potentialités agricoles, les archéologues ont parfois tenté de mesurer l’espace disponible pour chaque habitat en divisant la surface de l’échantillon d’analyse, une commune, un canton ou une zone arbitraire, par le nombre d’habitats contemporains (Langouët 1984 : 101). Très empirique, cette méthode a pour principal inconvénient de postuler que la propriété était répartie de façon égale. Cette hypothèse est inconciliable avec la diversité d’ampleur et de niveau de vie des habitats, traduisant une hiérarchie dans la répartition des terres. Une démarche plus fine pourrait se fonder sur les zones d’épandage de mobilier correspondant aux fumures autour d’un établissement, mais l’interprétation demeurerait tout aussi incertaine, les zones amendées correspondant à certaines cultures seulement, les plus soignées et aussi les plus proches de l’habitat (cf. infra, § 11.2.1).

14La méthode la plus communément utilisée est celle des polygones de Thiessen, qui consiste à construire des figures géométriques en traçant les perpendiculaires au milieu des segments de droite reliant les sites (Hodder 1976 : 59‑60). Les « territoires » théoriques ainsi obtenus présentent l’avantage par rapport aux méthodes précédentes de mieux traduire la répartition des habitats. Les polygones sont réduits dans les zones d’habitat dense, tandis que les zones d’habitat clairsemé sont découpées en territoires plus vastes. Mise au point et essentiellement utilisée en géographie humaine pour l’étude des zones d’influence sociale ou économique, la méthode ne peut être transposée aux problèmes historiques sans certaines réserves (Hagget 1973 : 277‑278). Les sources archéologiques étant incomparablement plus pauvres et plus lacunaires que celles de la géographie, certaines exigences de la méthode risquent d’être mal respectées, notamment en ce qui concerne la contemporanéité des sites sans laquelle l’analyse deviendrait caduque. Une autre condition est formellement requise : la certitude que tous les habitats contemporains sont connus, clause bien difficile à remplir dans le cas de prospections rapides ou partielles. Lors de l’interprétation des résultats, il faudra aussi vérifier si les éléments naturels, relief, hydrographie, qualité des sols, n’ont pas influencé la répartition de l’habitat.

15Autre inconvénient (comme toutes les approches formelles fondées sur le postulat que la distance à l’habitat est le critère déterminant dans la délimitation d’un espace), l’étude des polygones ne peut aboutir qu’à la restitution de territoires homogènes et d’un seul tenant. On sait que ce concept a fort peu de chances de correspondre à la réalité d’une histoire agraire extrêmement mouvante, faite d’une succession de mises en valeur puis d’abandons de terres, de partages, d’échanges, de remembrements, de ventes ou d’usurpations.

16Indéniablement pervertie par sa transposition à l’archéologie, la méthode présente malgré tout l’intérêt de mettre en image une certaine division de l’espace, induite par la densité de l’occupation. Une première analyse a été réalisée pour dix‑neuf sites du Haut‑Empire ayant vraisemblablement coexisté au moins durant quelques décennies. L’image obtenue tend à rendre caduque la méthode : Lunel‑Viel (no 14), seule agglomération (dix à vingt fois plus étendue que d’autres sites), se voit échoir un polygone ridiculement exigu, tandis que des habitats aussi modestes que la Grand‑Gorge (no 12) ou Sainte‑Catherine (no 25) obtiennent un territoire considérable (fig. 3). Ne pouvant toujours déterminer le poids relatif de chaque établissement, nous avons en effet délibérément négligé l’une des règles du jeu, selon laquelle ne doivent être étudiés que des sites d’importance analogue. Paradoxalement, c’est dans ce défaut de méthode que réside le principal enseignement, les résultats contradictoires de l’analyse spatiale obligeant à tenir compte de données extérieures : la hiérarchie des habitats et les relations de dépendance. A l’évidence, la bourgade de Lunel‑Viel n’a pu fonctionner sans le territoire attribué à des sites périphériques qui, du même coup, entrent dans l’orbe de l’agglomération. En effet, la prospection donne de ces habitats une impression assez modeste qui s’accorde avec l’idée d’« établissements satellites ». Il s’agit des habitats dispersés du Camp Miaulaire (no 4), du Cros des Anèdes I et V (nos 9 et 10), des Crosasses (no 11) et des Pelets IV (no 21), interprétés même dans certains cas comme de simples bâtiments d’exploitation. Seul l’habitat des Taulis fait exception et pourrait correspondre à une petite uilla dotée d’un chai (no 27). L’apport des polygones se résume donc à confirmer et à formaliser des relations et un classement des habitats que suggérait déjà la typologie des sites (cf. infra, § 11.3.3).

FIG. 3 – Polygones des habitats des Ier et IIe s. 1 agglomération de Lunel‑Viel (superficie : 4 ha) ; 2 habitats de 0,5 ha à 1 ha ; 3 habitats de moins de 0,5 ha.

17A la périphérie du secteur étudié, les polygones restent modestes (0,5 à 0,8 km2) mais ils se rapportent à des établissements manifestant une plus grande indépendance à l’égard de l’agglomération. Plusieurs ont en effet livré des éléments décoratifs qui incitent à les ranger dans la classe des villaé ; l’Aube de Servière (no 2), les Baisses du Berbian (no 3), les Casals (no 5), Pont Trinquat (no 22) et Valergues (no 28). L’analyse n’est pas aussi évidente en ce qui concerne les grands polygones de la zone des garrigues au nord (plus de 1 km2). Seul le site du Mas Blanc (no 15) possède une ampleur conciliable avec son territoire, les petits établissements de la Grand‑Gorge (no 12), de Montels (no 15) et de Sainte‑Catherine (no 25) paraissant en revanche bien modestes pour exploiter de telles étendues. Les conditions agrologiques de cette zone de collines sont très différentes de celles de la plaine, ce qui a pu aussi influencer la taille des exploitations. En l’absence de fouilles sur ces sites, qui permettraient de mieux caractériser leur statut et leur mode de vie, on ne peut déterminer s’ils pratiquaient une mise en valeur agraire plus extensive que celle des habitats de plaine, ou au contraire s’il faut les adjoindre aux dépendances de l’agglomération.

18Appliquée aux habitats de l’Antiquité tardive, la méthode ne propose aucun enseignement nouveau, si ce n’est la confirmation d’un regroupement territorial autour de Lunel‑Viel qui, du fait de l’abandon des sites nos 4, 10, 11, 21 et 27, dispose désormais d’un polygone englobant leur territoire respectif. L’analyse s’avère plus intéressante pour les sites du haut Moyen Âge, qui font apparaître une évolution considérable (fig. 4). Les polygones sont désormais équivalents et l’opposition entre plaine et garrigue s’estompe. L’uniformisation des polygones paraît traduire une situation plus équilibrée, marquée dans l’organisation du peuplement par la disparition de l’habitat dispersé, le village s’imposant désormais dans le paysage. Par ailleurs, l’accroissement de la superficie des polygones, entre 2 et 3 km2, va dans le sens d’une plus grande autonomie de chaque habitat : aucune hiérarchie, aucun regroupement territorial ne s’impose à l’évidence. La microtoponymie conforte cette impression : tous les habitats de cette période ont donné leur nom à plusieurs tènements cadastraux, reliquats de territoires villageois dont l’étude du cas des Parpayols donne un exemple éclairant (cf. infra, § 11.3.4.3). Dans le cas de Saint‑Paul, l’existence d’une entité territoriale est d’ailleurs confirmée par les textes médiévaux (voir notice du site no 24).

FIG. 4 – Polygones des habitats des Xe‑XIe s. 1 Arboras ; 14 Lunel‑Viel ; 17 Montels ; 23 Saint‑Just ; 24 Saint‑Paul ; 28 Valergues ; en pointillé, limites de la commune de Lunel‑Viel.

19Le regroupement territorial se réalisera plus tard, vraisemblablement après le xiie s. La formation du territoire paroissial de Lunel‑Viel demeure mal perçue, mais la confrontation des polygones du haut Moyen Âge avec la limite communale actuelle est très suggestive à cet égard. En effet, ce territoire englobe de façon assez exacte les polygones des habitats de Montels, Saint‑Paul et Parpayols (fig. 4, nos 17, 19 et 24). Seul le territoire théorique de Saint‑Paul a tendance à infirmer cette constatation, mais la position de l’habitat au point de jonction des communes de Lunel et Lunel‑Viel explique l’exception. De toute évidence, après la désertion du village, le territoire a été démembré entre les paroisses de Lunel, Lunel‑Viel et, dans une moindre mesure, de Vérargues.

20Partie d’un territoire communal, notre étude aboutit finalement à la définition de ce même espace, par une forme de raisonnement circulaire nuisant à la portée de l’analyse. Une application sur un échantillon plus étendu serait nécessaire afin de mesurer la pertinence de la méthode. En tout état de cause, c’est l’une des rares pistes permettant d’approcher l’évolution d’un territoire rural, à partir de données archéologiques, si incomplètes soient‑elles. En dépit de toutes les réserves, l’analyse spatiale par les polygones a permis d’émettre quelques hypothèses et de mettre à l’épreuve certaines impressions tirées de l’étude des sites. Les recherches ultérieures en Lunellois tenteront d’aller plus loin sur cette piste.

11.1.3 Un village

21Rien dans le choix du site ni dans le territoire alentour n’explique donc, de prime abord, l’ancienneté du village et sa remarquable longévité. Ce qui subsiste aujourd’hui du bâti de l’époque moderne, dans les vieux quartiers au sud‑est de l’église (fig. 5 et 6), ne reflète pas non plus une prospérité particulière. Petites habitations, façades d’une grande simplicité, en rien comparables aux belles demeures des villages de Lansargues ou Marsillargucs. La modeste église Saint‑Vincent, rebâtie au début du xviie s. après les destructions des guerres de religion, n’évoque pas une paroisse florissante.

FIG. 5 – Le village actuel (le bâti est hachuré) et l’habitat gallo‑romain (délimité par le pointillé ; la limite nord vers le village n’est pas connue). 1 secteur thermal ; 2 quartier d’habitat ouest et zone agraire ; 3 quartier central ; 4 maisons et jardin du quartier sud ; 5 Chemin du Verdier (camin Romieu) ; 6 nécropole du Verdier ; 7 habitat du Verdier nord ; 8 zone agraire et nécropole des Horts ; 9 Chemin des Horts, en direction de l’étang de l’Or ; 10 noyau du village médiéval : quartier de l’église et cimetière médiéval ; 11 au bord du Dardaillon‑est, une photo aérienne révèle les bras fossiles de la rivière (trame pointillés) ; les flèches soulignent les axes de circulation antiques. Plan digitalisé par S.I.T.O.P. (Besançon) à partir du fond cadastral, de clichés IGN et des relevés de fouilles.

FIG. 6 – Analyse morphologique du village et de ses abords. A L’agglomération gallo‑romaine ; B nécropole du Verdier ; C zone agraire et nécropole des Horts. Légende des trames : 1 structures archéologiques identifiées par la fouille ; 2 noyau du village médiéval ; 3 quartier de l’église et cimetière médiéval. Dans le cartouche : structure en îlots du nucléus villageois médiéval ; la parcelle tramée correspond à remplacement du cimetière de 1812. Relevé du parcellaire réalisé à partir du plan cadastral contemporain de Lunel‑Viel, corrigé avec les informations livrées par le plan cadastral napoléonien (1812) ; on a marqué d’un trait plus épais les limites parcellaires isoclines avec la centuriation Sextantio‑Ambrussum et celles qui fossilisent des chemins disparus ; les tracés en tirets correspondent à la structure de la centuriation restituée et à ses subdivisions hypothétiques ; on a indiqué de la même façon le tracé de la voirie en 1812, lorsqu’il diverge de manière significative du tracé actuel.

22Par son plan, Lunel‑Viel ne présente pas d’autre caractère distinctif que la plupart de ses voisins. C’est un village ouvert de plaine, développé autour d’une croisée de chemins, sans trame rigoureuse préconçue. Il a échappé, comme de nombreux villages alentour, à l’enchâtellement médiéval dont les effets sont peu sensibles en Lunellois, exception faite des bourgs castraux de Lunel, Mauguio et Marsillargues.

23On verra en détail, plus loin (cf. infra, § 11.2.2.1 et 2), comment le bourg antique, qui a donné naissance au village médiéval de Lunel‑Viel, s’est installé autour du carrefour entre un decumanus de la centuriation calée sur la voie Domitienne et un limes cardinal de milieu de centurie. D’autres alignements significatifs, parallèles aux limites antiques, structurent l’urbanisme médiéval et moderne, et confirment que le village médiéval s’est installé, à 200 m au nord‑ouest du village antique, dans un parcellaire rural fortement organisé par le quadrillage induit par la centuriation. Cette réalité agraire inscrite dans le cadre de la centuriation, et normée par ses mesures et son inclinaison, a pu être mise en évidence à l’occasion de la fouille du cimetière des Horts, installé au début du haut Moyen Âge sur un réseau orthogonal de fossés de drainage, inclinés comme le réseau antique et comblés durant l’Antiquité tardive.

24Cette influence de la morphologie agraire orthonormée par la limitation antique se vérifie ainsi dans la localisation même de l’îlot central du village actuel, de forme sub‑ovalaire (fig. 6, îlot 1) : délimité au nord par la place de l’Eglise et la place de la Mairie, à l’ouest par le Plan du Four (nom donné par la présence du four communal, détruit au début du xxe s.), au sud par la rue de la Paix et à l’est par la rue Antoine‑Roux, il s’est installé au carrefour de deux limites internes de centurie. Ces deux limites ont marqué la structure interne de cet îlot, le longitudinal trouvant son prolongement dans la limite occidentale de l’îlot bâti plus au nord, entre l’avenue du Parc et la rue Saint‑Vincent, ouverte depuis 1812 en utilisant l’espace du cimetière paroissial, transféré depuis au sud‑ouest du village. Toujours plus au sud, c’est sur ce même alignement que s’appuie le mur occidental du bâtiment basilical du quartier ouest du bourg antique.

25L’extension orientale du noyau médiéval (îlots 2, 3 et 4), de part et d’autre du Chemin Bas menant à Lunel, s’est opérée en respectant globalement l’inclinaison du carroyage parcellaire antique, selon un processus de lotissement des parcelles agraires qui sera également adopté lors de l’expansion ultérieure du bâti villageois. On le vérifie tout particulièrement dans la partie méridionale (îlots 5 à 7), où les mêmes alignements parcellaires structurent indifféremment la morphologie agraire, la voirie rurale, souvent fossilisée en limites parcellaires, et l’urbanisme villageois. Quant à la forme globale du noyau villageois, bien découpé dans le tissu urbain du début du xixe s. par des limites parcellaires qui le retranchent du bâti ultérieur, elle offre un cadre cohérent aux îlots qui s’y regroupent : mais aucun document, ni aucun vestige archéologique, n’indique la présence d’une enceinte fortifiée.

26Dans ce paysage « sous influence », se distingue le quartier de l’église paroissiale, encore flanquée du cimetière à l’orée du xixe s., et donc nettement en marge du noyau villageois qu’on a caractérisé précédemment, comme cela est souvent le cas en Languedoc oriental (Parodi 1987). Au contact de ces deux entités juxtaposées, le Plan du Four se présente plutôt comme une place informe, qui résulte en fait de la conjonction de deux systèmes de voies, actives ou fossiles, dont l’un aboutissait à l’entrée ouest du village précoce, désignée par une patte‑d’oie révélatrice convergeant vers elle, et l’autre à l’église.

27Le rôle des voies dans l’organisation de l’habitat fut déterminant dès le milieu du ier s. de n.è., lorsque l’agglomération vit le jour. La voie est‑ouest, identifiée au camin romieu, suivait un curieux itinéraire fait de deux tronçons disjoints. L’un venant de l’ouest, longeait le quartier central (fig. 5), l’autre à 40 m au nord, partait du cœur de l’habitat (fig. 7, no 8) en direction de l’est, sous l’actuel chemin du Verdier (15). Ces deux tronçons étaient reliés par le chemin creux des Horts, orienté nord‑sud et séparant les quartiers centre et sud (11). Deux possibilités s’offraient donc à la circulation : soit traverser l’agglomération en suivant ce tracé en baïonnette, soit pénétrer au coeur du site au moyen de l’impasse formée par l’extrémité du camin romieu (fig. 5). D’une façon surprenante, ces chemins traversaient l’habitat sans jamais revêtir la forme d’une voirie urbaine. En effet, les nombreuses observations réalisées aussi bien au cœur de l’agglomération que dans la campagne alentour, particulièrement au Verdier et aux Horts, ont révélé des aménagements et une structure de chaussée tout à fait identiques (cf. infra, § 11.2.4.1). De plus, les différents quartiers d’habitat se répartissaient autour du carrefour routier tout en restant en retrait (fig. 7). L’image de rues bordées d’édifices ne peut donc s’appliquer à la restitution de la bourgade, si ce n’est dans le quartier ouest où une véritable rue, au sol bétonné (3), sépare le grand édifice basilical (2) d’un îlot d’habitation (4). Selon toute vraisemblance, cette rue n’était pas connectée au réseau routier et se limitait à une desserte interne. Fouillé sur plus de 1 000 m2, ce quartier possédait d’ailleurs une cohérence particulière et une densité régulière du bâti, depuis les thermes au nord (1) jusqu’au mur monumental qui borde au sud la zone habitée (5). Au‑delà vers l’ouest et le sud, s’ouvrait l’espace voué aux cultures (6, [cf. infra, § 11.2.1.3]).

FIG. 7 – Plan général de l’habitat gallo‑romain : – quartier ouest : 1 bassin thermal ; 2 palestre ou basilique ; rue au sol bétonné ; îlot d’habitations ; 5 mur monumental ; 6 clôture agraire ; – quartier central : 7 réseau d’égout ; 8 voie empierrée ; 9 bâtiment artisanal ; 10 demeure à sol mosaïqué ; 11 chemin creux des Horts ; – quartier est : 12 chapiteau monumental découvert au XIXe s. ; – quartier sud : 13 espace agraire Cardin ?) ; 14 habitation ; 15 chemin du Verdier ou Carriérasse ; 16 route de Saint‑Just. Les zones urbanisées non fouillées sont hachurées ; les pointillés marquent les secteurs non bâtis et/ou à vocation agraire.

28En l’état actuel des fouilles, on est loin de retrouver cette densité et cette rigueur dans les autres parties de l’agglomération. Le quartier central était en grande partie occupé par le camin romieu et par ses dégagements, formant une vaste aire découverte, sorte de place informe (8) traversée par les réseaux d’adduction et d’égoût (7). Les constructions y étaient rares : un édifice artisanal, peut‑être une huilerie (9) et une grande domus (10). De même, les deux maisons du quartier sud (14) apparaissent encadrées par des zones non bâties mais utilisées probablement pour des cultures. Connu seulement par des sondages limités, le quartier est donne la même impression de partage entre un espace urbanisé où furent découverts de beaux éléments architecturaux au xixe s, (12, [Raynaud 1982a]) ainsi qu’un bâtiment de stockage observé dans un sondage en 1981 (22), à côté d’une zone périphérique vouée aux cultures (21, tènement du Verdier).

29L’impression dominante est donc celle d’un agglomérat lâche d’îlots indépendants, qui obéissent toutefois presque systématiquement aux orientations de la centuriation Sextantio‑Ambnissum. Deux édifices seulement échappent à cette norme : deux habitations du quartier central (10) et du quartier sud (14), décalées vers l’est de 2° 30’. Les données archéologiques situant leur datation dans la même fourchette que le reste de l’habitat, on peut se demander si ce décalage ne fut pas causé par des contraintes topographiques, le passage du camin romieudans le cas de la maison 10, une limite de propriété pour la maison 14.

30L’agglomération connaît, sous cette forme, une longue période de stabilité jusqu’au iiie s. Survient ensuite un abandon très lent et progressif, certains bâtiments connaissant une occupation jusqu’à la fin du ive s. L’étalement de cette désaffection incite à exclure toute cause événementielle et à avancer plutôt l’idée de modifications socio‑économiques ayant bouleversé les modes de vie. Etroitement adaptée à la société hiérarchisée du Haut‑Empire, l’organisation de l’agglomération n’a pas survécu aux profondes transformations du monde rural à la fin de l’Antiquité (cf. un exposé détaillé dans Raynaud 1989b : 279‑299).

  • 1 L’étude des 540 sépultures fouillées à Lunel‑Viel (nécropoles du Verdier, des Horts, de l’Eglise) e (...)

31Etabli au Verdier, 200 m au nord‑est du précédent, l’habitat des ivvie s. couvre une surface plus restreinte (moins d’1 ha contre 4 ha), mais on se gardera d’en déduire un affaiblissement de la population (fig. 5, no 7). Encore vierge de fouille, ce secteur peut en effet correspondre à un habitat plus serré et tout aussi peuplé. C’est d’ailleurs en ce sens que nous guide la nécropole du Verdier, reflétant une réelle stabilité démographique1. La même impression se dégage des fouilles entreprises autour de l’église Saint‑Vincent, où l’on observe de nombreux niveaux d’habitat aux vevie s. Il semble donc que, loin de s’étioler, la communauté villageoise connaisse une extension et un dédoublement à cette époque. On relèvera, pour preuve de cette bipolarité, l’existence de deux nécropoles contemporaines jusqu’au viie s., l’une aux Horts, l’autre dans le quartier de l’église. C’est dans ce quartier que se fixera définitivement le village, après l’abandon de l’habitat du Verdier au cours du vie s.

11.2 Approche du paysage

11.2.L’Aménagement et maîtrise des sols

32Depuis le début des fouilles sur le site de Lunel‑Viel, l’une des préoccupations principales fut d’englober dans une même démarche les structures permanentes de l’habitat, architecture, voirie, dépotoirs, et les vestiges plus fugaces d’une exploitation du territoire autour du village. Hormis les fouilles réalisées dans les quartiers médiévaux, d’une ampleur souvent limitée par le bâti actuel, tous les secteurs explorés ont livré des données entrant dans cette thématique de l’aménagement agraire. Fossés, clôtures, excavations, remblais, couches d’amendement sont apparus régulièrement pour témoigner de l’ampleur des travaux réalisés par l’homme afin de s’assurer la maîtrise des sols. Plutôt que de traiter séparément chaque technique d’aménagement, nous les aborderons globalement, secteur par secteur, afin de préserver la cohérence des différentes stratégies, chacune étant adaptée à des conditions locales et à un objectif précis. Deux fossés creusés de la même façon à la même date n’auront pas forcément une fonction analogue, et moins encore un devenir identique.

11.2.1.1 Problèmes de drainage : l’exemple du Verdier

33Entre le village et le Dardaillon‑est, le tènement du Verdier est partiellement occupé par un quartier d’habitat et par la nécropole de l’Antiquité tardive (fig. 5, nos 6 et 7). Dans ce secteur, l’eau a longtemps joué un rôle déterminant du fait des crues de la rivière. Jusqu’à la fin des années 1950, date à laquelle le lit de la rivière fut rectifié et approfondi, ces crues couvraient encore une surface considérable, atteignant et coupant parfois la route départementale de Saint‑Just ainsi que, plus au nord, la route nationale 113. Au cours de ses débordements, le Dardaillon a ainsi pu déposer un cubage conséquent d’alluvions limono‑argileuses, constituant le sol actuel sur une bonne partie du tènement. Il n’est donc pas surprenant de voir le Verdier figurer parmi les condamines recensées avec les meilleures terres dans le premier degré du compoix de 1681 (archives communales).

34Epais de 40 à 80 cm, les apports alluviaux ne sont pas seulement remarquables pour leurs qualités culturales, ils ont aussi fossilisé et conservé d’excellente façon les états successifs du paysage, depuis sa première anthropisation au début de la période gallo‑romaine et même, dans une moindre mesure, depuis la fin du Néolithique.

35Encore peu touché par l’urbanisation récente du village, le Verdier était en outre propice à une exploration extensive. En 1980, puis de 1984 à 1988, l’objet principal de la fouille fut l’étude d’une nécropole de l’Antiquité tardive. La fouille exhaustive de cette aire funéraire permit d’étudier 330 sépultures s’étalant de la fin du iiie à la fin du ve s. (Raynaud 1988b). Dans le même temps, une attention particulière fut portée aux abords du cimetière, afin de comprendre son rapport avec les autres composantes du paysage.

Voirie et drainage

36secteurs 8 à 26

37Le développement topographique du cimetière montre que les premières sépultures se sont établies près du carrefour du camin romieu, actuellement le chemin du Verdier, et d’une voie nord‑sud aujourd’hui disparue (fig. 8). L’installation de ces deux voies, dont on étudiera plus bas le tracé et la structure, peut être datée du milieu ou du 3e quart du ier s. de n.è., grâce au mobilier recueilli dans les couches de remblai et d’empierrement. Au même moment, le secteur fait l’objet d’importants terrassements destinés à assurer un drainage régulier. Des fossés sont creusés parallèlement aux voies. Le camin romieu est bordé de part et d’autre d’un large fossé, dont on abordera le fonctionnement lors de l’analyse du secteur 27. La voie nord‑sud est longée à l’ouest par le fossé 50, de profil évasé à fond creux, large de 1 m à 1,2 m, profond de 0,5 à 0,6 m, courant le long de la bande de circulation ou s’en écartant parfois jusqu’à 1 m (fig. 8). Comblé progressivement par un sédiment limoneux issu à la fois du lessivage des parois par les précipitations et des apports alluviaux, ce fossé atteste, comme les autres, une intense circulation d’eau dans l’Antiquité. Outre l’égout de la voie, il recueillait les eaux du fossé 81 adjacent, venant de l’ouest et drainant une dépression large de 5 m sur 12 m de long (fig. 8, no 82). Cette grande cuvette, creusement anthropique ou réaménagement d’une dépression naturelle, est colmatée dans sa partie inférieure par le même sédiment limoneux que les deux fossés. Ce comblement meuble, probablement souvent gorgé d’eau par l’écoulement des zones voisines au sol moins perméable, a été recouvert par un léger remblai de cailloutis et de fragments de tuile (fait 82), destiné à stabiliser le sol. Le mobilier céramique, amphore africaine et commune à pisolithes, situe cet aménagement sommaire au ive ou au ve s. Cette datation est confortée par la position stratigraphique des tombes 234 et 240, creusées dans les niveaux de comblement des faits 81 et 82. Le fossé et sa cuvette exutoire avaient donc perdu leur fonction à la fin de l’Antiquité, soit par négligence et faute d’entretien, soit parce que le problème du drainage ne se posait plus avec la même acuité qu’au ier s.

FIG. 8 – Le Verdier : la nécropole et les voies. Localisation des fouilles (les secteurs sont numérotés en petits caractères, les pointillés marquent l’emplacement des stratigraphies) ; – voie nord‑sud : 22 sol empierré, bordé par le fossé 50 (secteurs 22 à 26) ; 21 mur de terrasse (secteur 11) ; – voie de la Carriérasse : 15 sol empierré bordé par le fossé 100 (secteurs 14 à 21) ; le secteur 27 est 25 m à l’est du secteur 21 ; le secteur 28 se trouve dans l’angle nord‑est de la parcelle, au bord du lit actuel du Dardaillon.

38A l’est de la voie nord‑sud, le drainage était réalisé d’une façon plus originale, par remodelage du profil du terrain. A huit mètres du chemin empierré, un mur à un seul parement en gros appareil de moellons de calcaire dur, jointés au mortier, borde une vaste excavation entamant les niveaux géologiques sur 40 à 70 cm de profondeur (fig. 8, no 21). Ainsi, un aménagement en terrasse a été réalisé sur plusieurs milliers de mètres carrés, vers le nord probablement, jusqu’au bout du tronçon de voie empierré et vers l’est, jusqu’au rattrapage de la pente naturelle vers le Dardaillon. Le mur 21 (fig. 11) sert de soutènement à la terrasse supérieure, sur laquelle est établie la voie nord‑sud. La terrasse basse résulte du décapage des deux strates naturelles supérieures, le limon argileux de surface et le limon marneux à concrétions calcaires, appelé localement taparas à cause de sa compacité (occitan tapar : boucher) (fig. 9, couches A et B). Le creusement s’est arrêté sur l’épandage alluvial ancien, gravier sableux meuble et perméable (fig. 9, couche C). Cet aménagement avait donc une double efficacité : il créait un relief favorable à l’écoulement de l’ouest vers l’est, et sur la terrasse inférieure l’absorption de l’eau était facilitée par l’éradication des strates imperméables. C’est sur cette surface décapée que s’est établi le camin romieu, dont la mise hors d’eau était assurée de surcroît par deux fossés latéraux (fig. 8, no 100 et fig. 29, no 24).

FIG. 9 – Le Verdier : coupe de la voie nord‑sud et de l’aménagement en terrasse (secteurs 8 à 12 ; la coupe est raccourcie de 5 m entre la voie et le mur 21).

39Malgré l’ampleur de tels aménagements, dont on peut estimer qu’ils ont déplacé plusieurs dizaines de milliers de mètres cubes de terre, l’eau a poursuivi son patient labeur. Au pied du mur de soutènement s’accumulent progressivement des passées de limon et d’argile bruns lessivés par les pluies ou les crues. La couche 25 rend compte de cette reprise de la pédogénèse (fig. 9). Elle englobe quelques dépôts anthropiques sous forme de passées de charbon de bois et de poches de déjections domestiques (éclats de tuile et de calcaire, déchets de faune, poterie), essentiellement localisées aux abords du mur 21. Vers l’est ce sédiment s’amincit mais recouvre le bas côté de la voie empierrée (cf. infra, fig. 30, no 23). La surface de ce sédiment fonctionne ensuite comme un sol de terre battue, aussi bien le long du camin romieu que près du mur 25. En témoignent l’usure des éléments inclus dans la partie superficielle et leur horizontalité : tessons et ossements écrasés, nodules de tuile ou de mortier brisés par le piétinement. Comme l’on devait s’y attendre, le mobilier de la couche 25 ne présente aucune homogénéité mais c’est précisément là son intérêt, car il reflète un alluvionnement très étalé dans le temps. Les fragments caractéristiques se placent entre la fin du ier s. de n.è. et le ive s. (68 fragments, dont 3 de sigillée sud‑gauloise, 27 de commune calcaire, 20 de commune siliceuse, 8 d’amphore gauloise et 10 d’amphore africaine). Une monnaie d’époque constantinienne a été recueillie dans le sol 23, confirmant une fréquentation tardo‑antique, qui s’est probablement prolongée plus tard encore.

La tranchée stratigraphique

40secteur 28

41Les premières observations effectuées en 1984 dont on vient de dresser le bilan laissaient en suspens certaines questions, notamment en ce qui concerne la nature des sédiments accumulés et l’évolution topographique des abords du Dardaillon. Une tranchée de contrôle menée en 1988 avec le concours de P. Poupet a permis de réexaminer l’ensemble de la stratigraphie du camin romieu et de ses abords.

42A l’occasion des travaux de pose d’une station de refoulement des eaux usées vers la station d’épuration de Lunel‑Viel, toute proche, une grande coupe stratigraphique a pu être étudiée en détail. Elle recoupe les formations superficielles et le sous‑sol de la plaine littorale du Languedoc oriental, plus précisément les faciès de la plaine de Lunel‑Mauguio ainsi que les formations alluviales d’un tributaire de la lagune (étang de Mauguio), le Dardaillon‑est. La tranchée effectuée par un engin mécanique montre distinctement trois ensembles très différents, superposés, aux limites nettes et régulières (fig. 10 B).

43– L’ensemble le plus profond, dont la surface se trouve à deux mètres environ sous le niveau du sol actuel, est constitué des limons marneux quaternaires de la plaine de Lunel‑Mauguio ; la couleur dominante va du brun clair à l’ocre jaune ; on y remarque une accumulation carbonatée sous la forme de concrétions isolées très abondantes. Ce niveau correspond à un horizon profond de sol fersiallitique ancien, sol fortement tronqué à une période antérieure au Chalcolithique –sans que l’on puisse préciser la datation de cet épisode de crise morphologique majeure– comme le suggère la découverte d’un lambeau d’habitat rattaché à cette culture lors de la fouille de la nécropole du Verdier (couche 41, près du Chemin du Verdier), habitat installé sur cet horizon d’accumulation appelé localement le taparas.

44– Sur ce paléosol très érodé, témoin résiduel d’une première phase rhexistasique intense, se trouve une accumulation de graviers sableux d’un mètre d’épaisseur environ. Ces graviers appartiennent aux épandages de la plaine littorale, constitués d’alluvions polyphasées, déposées par les ruisseaux qui sont de véritables fleuves méditerranéens côtiers. En effet, si leur débit d’étiage est plutôt celui d’un ruisseau, à l’heure actuelle, leur régime peut être beaucoup plus important lors des précipitations d’automne, provoquant de véritables inondations ; de plus, la puissance des apports alluviaux –dont ces graviers sont un faciès– ainsi que leur granulométrie tendent à démontrer les capacités de mobilisation et de transport de matériaux minéraux des tributaires de la lagune, notamment du Dardaillon‑est, issu des garrigues. Ces alluvions sont soit des limons calcaires compacts, soit, comme dans cette coupe, des graviers siliceux et calcaires provenant de l’altération pédologique de niveaux de conglomérats, datés de l’Eocène inférieur ou Vitrollien, affleurant sur le bassin versant des Dardaillon (Bonnet 1969). Les graviers de couleur jaune ocre à rouge présentent des passées de granulométrie variable, véritables figures de stratification entrecroisée, témoignage de la divagation de chenaux décimétriques à forte capacité de transport, recreusant les matériaux précédemment déposés pour être à leur tour comblés.

45– Le troisième ensemble du profil, le plus proche de la surface, est plus complexe. A la base, sur une cinquantaine de centimètres, on rencontre les alluvions fines du Dardaillon. Ce sont des limons argilo‑sableux à structure massive à grumeleuse, de couleur brun rouge, non calcaires ; leur pierrosité est faible à nulle. Le matériau est compact, sans grande porosité, ce qui explique la faible pénétration des racines.

FIG. 10 – Le Verdier. A la coupe du secteur 27 révèle la structure de la voie antique et l’évolution de ses abords ; très comparable à celles des secteurs 17 et 21 (fig. 8), cette stratigraphie montre cependant une plus forte érosion des fossés (88/91 au sud. 94/95/96 au nord) dont le profil très évasé semble attribuable à une circulation d’eau plus intense qu’aux abords de la nécropole. De même l’épaisseur des dépôts limoneux (86, 88, 89, 94) souligne le rôle de la rivière dans le façonnage du paysage ; B log stratigraphique en bordure du Dardaillon (secteur 28) ; C schémas évolutifs de la voie et de ses abords (secteur 27).

FIG. 11 – Le Verdier. Fait 21 : (fig. 8) le mur de soutènement et l’aménagement en terrasse.

46Les cinquante centimètres supérieurs sont, eux, organisés en horizons structurés. Il s’agit du sol le plus récent, recouvert par l’édification du chemin, empierré et asphalté, parallèle au cours du Dardaillon, qui permet de rejoindre le pont. Ce sol présente un profil différencié en trois horizons (cf détail fig. 10) :
– de 0 à 5 cm : couleur brun‑gris ; texture limoneuse ; structure micro‑feuilletée en lamines. On se trouve là en présence de l’horizon de surface, agricole, soumis à des phénomènes de battance, du moins dans sa partie conservée, car ce sol a vraisemblablement été tronqué lors de la réalisation de la voirie moderne qui le recouvre ;
– de 5 à 40 cm : couleur brun‑gris ; texture limono‑argileuse ; structure prismatique nette, les agrégats réguliers atteignant 5 à 10 cm de hauteur et 5 cm de diamètre ; sous‑structure cubique. Pseudomycélium abondant développé sur les parois des agrégats. Transition progressive avec l’horizon sous‑jacent ;
– de 40 à 50 cm : texture limono‑argileuse ; structure polyédrique peu nette, sub‑anguleuse ; passage rapide, mais non tranché, aux alluvions massives.

47Dans ce sol, vers 15 cm de profondeur, un niveau de charbons de bois s’étale sur une vingtaine de centimètres, témoin de l’anthropisation du milieu. Ce troisième ensemble, occupant le haut de la coupe stratigraphique, correspond donc à des matériaux ayant subi une pédogénèse. Le sol entre dans la catégorie des sols peu évolués, non climatiques, légèrement brunifiés, d’apport alluvial, calcaires. Il est développé sur les alluvions du Dardaillon que les pédologues de la Compagnie nationale d’aménagement de la région du bas Rhône et du Languedoc (CNARBRL) datent de l’Holocène récent, les qualifiant d’« anthropogènes » (Vier 1972). Ce sol recouvre un sol antérieur, lui‑même d’apport alluvial, moins évolué, non calcaire, développé sur les alluvions du Dardaillon datées par les mêmes auteurs de l’Holocène ancien, et représentées par les 50 cm inférieurs de notre troisième ensemble. Cette datation peut être précisée à la faveur des observations précédentes relatives au terminus ante quem de l’érosion du sol fersiallitique antérieure à ces alluvions fines et à leur altération pédologique, puisqu’il apparaît que les apports alluviaux fins recouvrant les graviers sont postérieurs au Chalcolithique.

48Ce log stratigraphique du Verdier, très proche du lit actuel, recalibré, du Dardaillon‑est, apporte une contribution complémentaire aux observations réalisées non seulement au cours de la fouille des abords de la nécropole et des aménagements viaires et ruraux qui y ont été mis au jour, mais encore au cours des prospections de type linéaire effectuées sur les berges des nombreux canaux de drainage, des fleuves côtiers et des tranchées de pose des réseaux de viabilisation. Il permet de comprendre la variété des dépôts alluvionnaires de cette partie amont de la plaine littorale, proche des collines calcaires, et plus particulièrement la succession dans le temps des apports et des phases d’érosion et de pédogénèse. La roche‑mère ou substrat est constituée des limons marneux quaternaires que l’on date communément du Quaternaire moyen (Rutten 1963). Cette formation a subi une altération de type fersiallitique. Au cours de la Préhistoire, mais avant l’installation de l’habitat chalcolithique du Verdier, une période d’incision a vu l’évacuation totale des horizons supérieurs du sol rouge. Il faut donc relier à cette crise rhexistasique une déforestation importante du bassin versant, en amont, pour que les effets de l’écoulement des eaux superficielles conduisent à une telle remobilisation des matériaux fins et meubles des sols de la plaine. Postérieurement à l’abandon du site, le Dardaillon divaguant dépose des alluvions grossières sur une zone qui s’écarte sensiblement de son lit actuel puisque les graviers se rencontrent jusque sous la nécropole à l’ouest. Il serait imprudent de proposer une corrélation étroite entre la pression exercée sur le paysage des collines par les agro‑pasteurs chalcolithiques et cette phase d’érosion, à la vue de cette seule convergence observée au Verdier ; mais il reste néanmoins vrai que la troncature du paléosol fersiallitique est très directement antérieure à l’établissement de l’habitat du Verdier. A l’appui de cette observation, on doit noter l’importance de l’occupation chalcolithique dans la vallée du Dardaillon, particulièrement en aval du Verdier, avec l’établissement du Cros des Anèdes et des Hauteurs de Cadoule. Paradoxalement, les collines en amont demeurent peu occupées durant la Préhistoire récente. Les apports deviennent plus fins au fur et à mesure que le paysage en amont s’approche de l’équilibre grâce à la reconquête végétale protectrice des matériaux produits par l’altération.

49La coupe stratigraphique du lit majeur du Dardaillon‑est permet ainsi de suivre dans le temps la qualité des alluvions déposées par ce ruisseau‑fleuve côtier, qualité témoignant des conditions du milieu et de l’état du couvert végétal. La nappe de graviers est donc recouverte par des sédiments fins, de texture limoneuse à argilo‑limoneuse, affectés par une pédogénèse débutante. L’observation la plus importante, à partir de cet instant et jusqu’à nos jours, réside dans le fait qu’il n’y a plus aucun hiatus dans la sédimentation, seulement des phases d’arrêt où l’altération est prépondérante et des phases d’apports plus ou moins abondants et rapides. Ces alluvions post‑chalcolithiques ont intégré l’histoire du paysage rural, notamment parce qu’elles sont entaillées par des vestiges d’aménagements du terroir datés de l’époque romaine. Et ce sont seulement les quelques premiers décimètres de limons recouvrant les graviers qui portent les traces de la paléo‑topographie romaine, fossés de drainage et chemins ruraux. C’est dire si, durant toute la Protohistoire et l’époque romainé, le sol disponible pour la production agricole était peu épais (10 à 20 cm), recouvrant soit des graviers, soit le taparas ouaccumulation argileuse carbonatée d’origine pédologique. L’élévation du sol se fait ensuite progressivement lors des inondations saisonnières du Dardaillon, empêchant ainsi la maturation du sol qui reste très peu évolué, jusqu’à ce que la qualité des apports change. Dès l’Antiquité tardive, en tout cas au cours de la période médiévale, un alluvionnement conséquent, de limons calcaires cette fois, recouvre le paléosol romain. Ce nouveau matériau est alors progressivement transformé par les agents de la pédogénèse en un sol légèrement brunifié.

La tranchée de reconnaissance

50secteur 27

51Implantée à l’est de la nécropole du Verdier, non loin de la coupe stratigraphique géo‑pédologique, à la limite entre le lit majeur du Dardaillon‑est et les dépôts des interfluves, cette tranchée, réalisée à la pelle mécanique, a été l’objet d’un relevé de la composante verticale de la stratigraphie où se superposent les formations du sous‑sol, des sols et des structures anthropiques. Elle est constituée de deux tronçons, le premier orienté approximativement nord‑sud, le second est‑ouest.

52Le substrat est constitué des graviers sableux contenant quelques galets (5 à 10 cm) mal triés, de couleur ocre à rouge, et présentant des figures de sédimentation. Cette formation correspond à un épandage du Dardaillon lors d’une phase d’érosion intense postérieure au Chalcolithique, comme l’a montré l’étude stratigraphique qui précède.

53Description des unités stratigraphiques : cette description est faite par zone, en allant du sud vers le nord, depuis l’ensemble où se situe le fossé sud et le mur qui lui succède, jusqu’au fossé nord en passant par la zone centrale où se trouve la voie empierrée. Les évènements sont bien sûr décrits depuis le plus ancien jusqu’au plus récent. Sur le diagramme stratigraphique de cette section nord‑sud, seules les unités repères portent la mention de leur numéro d’enregistrement (fig. 10 A).

Au sud, vers le fossé et les champs

54– 91 : graviers siliceux et calcaires, quelques cailloux mêlés à un limon organique peu abondant. Il s’agit du comblement progressif du fossé, alors qu’il remplit son rôle de drain, par soutirage latéral et érosion de ses propres berges, l’ouvrage étant creusé dans les alluvions grossières du Dardaillon.

55– 88 : limons argileux homogènes avec de rares cailloux calcaires ; présence de matière organique évoluée, mais peu abondante. La structure de la couche est massive, sa texture plus argileuse au droit du fossé. Ce dépôt terrigène est interprété comme le comblement lent et progressif alors que le fossé a cessé d’être entretenu. Ce comblement contient des indices de la proximité d’un habitat (tessons et charbons de bois). Les dix centimètres supérieurs de cette couche sont plus chargés en matière organique et présentent une structure grumeleuse due à la présence d’agrégats polyédriques de petite taille (2 à 5 mm). C’est la preuve que ce sédiment a été affecté par une pédogénèse débutante.

56– 4 : le mur est parementé sur ses deux faces ; il est fait de moellons et de blocs de calcaire dur, sublithographique, et de calcaire oolithique, liés au mortier de chaux auquel sont ajoutés du sable fin et vraisemblablement de la terre. Les deux parements se rejoignent dans l’épaisseur du mur, les rares interstices étant comblés de cailloux et de mortier. A partir de cet état, le mur étant construit, la stratification est différente des deux côtés de celui‑ci.

Au sud du mur, vers les zones vouées à l’agriculture

57– 87 : puissant remblai ennoyant la base du mur sur une hauteur de 45 cm environ et comblant la dépression résiduelle largement ouverte du fossé antérieur. Les matériaux apportés par l’homme sont issus de la construction du mur‑mortier, en amas compact de la taille de cailloux, mais aussi pulvérulent, mêlé à de la terre provenant du sol développé sur la couche 88. Ce remblai forme un bourrelet contre le mur 4, pour se pincer à 2 m du mur.

58– 86 : recouvrant totalement les niveaux sous‑jacents (87 et 88), on retrouve un apport alluvial argilo‑limono‑sableux. Le dépôt est lent, régulier et homogène, lié aux inondations du Dardaillon. Ces alluvions sont affectées par les processus pédogénétiques, même si les apports répétés maintiennent le sol ainsi formé à un stade peu évolué. Le sol est jeune, sans structure, ce qui est dû en partie à la texture légère, mais aussi aux brassages lors des travaux agricoles.

59– 0 : ce paléosol est recouvert par des limons alluviaux, support du sol moderne. Les 60 cm de cette couverture sédimentaire sont entièrement remaniés par les labours (horizon Ap du sol actuel). La surface supérieure de 86 est donc plus la semelle des labours modernes qu’une réalité topographique antique. Elle présente des ondulations en vagues irrégulières dues aux socs et déversoirs des charrues.

Au droit du mur 4

60– 2 : démolition du mur ; quelques cailloux, mortier sableux de couleur beige à ocre. Cette couche est peu importante, atteinte et dispersée par les labours profonds des temps modernes.

Au nord du mur 4, vers la voie

61– 3 : cailloux calcaires, mortier, fragments de tegulae ; comblement du fossé résiduel bordant la voie lors de la construction du mur. Ce comblement anthropique ménage cependant une topographie en creux, vraisemblablement destinée à l’évacuation des eaux de ruissellement.

62– 90 : limon argileux, pauvre en matière organique ; comblement progressif du fossé contre le mur.

63– 89 : limons argilo‑sableux contenant des traces de mortier et des cailloux. La mise en place de ce niveau hétérogène s’est faite progressivement ; les inclusions de mortier sont réparties uniformément dans toute l’épaisseur de la couche. Ce limon supporte un sol peu évolué qui est l’équivalent du sol développé sur 86. L’ensemble a été remanié par les labours, en partie responsables de la dispersion du mortier dont l’origine est à l’évidence le niveau 3, lié à la construction du mur. La présence de mortier s’estompe pour disparaître à 4 m du mur vers le nord. Les techniques aratoires ont aussi effacé toute trace éventuelle de modification dans la qualité et le rythme des apports alluviaux. Le limon 89 ne montre pas de structure ; seule une sous‑structure prismatique discrète existe, caractère démontrant la pédogénèse.

Au droit de la voie

64– 92 : sur les graviers du substrat naturel, apport d’un remblai d’assainissement et de préparation de la bande de circulation, constitué de sable ocre rouge très pur, destiné à asseoir les cailloux de l’empierrement de la voie.

65– 8 : voie proprement dite constituée d’une succession de couches de cailloux calcaires et de galets interstratifiés dans les recharges grossières et destinés vraisemblablement à rendre la surface de roulement plus régulière ; la voie atteint une épaisseur totale de 40 cm.

Au nord de la voie

66Un fossé, identique à son pendant sud, est largement ouvert (1,80 à 2 m) ; son fond est plat et les berges peu pentues ; sa profondeur maximale est de 40 cm. Entre la voie et ce fossé nord, comme sur l’autre bas‑côté, un replat de 1,80 m sépare les deux axes.

67– 93 : mur fruste, constitué de blocs superposés, parementé vers le sud et la voie, construit lors de la réalisation du premier état de l’empierrement. Cette construction est l’équivalent du mur 21 mis au jour dans la tranchée est‑ouest du secteur 25.

68– 96 : niveau lié au fonctionnement du fossé, équivalent à 91 bien que plus sableux.

69– 95 : limon sableux organique déposé en une mince couche dans le fond du fossé, correspondant au dépôt lors de la circulation de l’eau.

70– 94 : limon organique, équivalent à 88. La teneur en matière organique évoluée diminue progressivement du bas vers le haut de la formation. Cette observation est à mettre en relation avec un travail du sol par les agriculteurs qui favorise l’oxydation de la matière organique des horizons supérieurs remaniés et son élimination.

71La limite supérieure de 94 est peu nette. Le matériau passe insensiblement à la couverture sédimentaire, en grande partie d’origine alluviale. Il n’a pas été possible, au droit de ce fossé nord, d’isoler un niveau équivalent à 86‑89. Cette absence de différenciation entre les apports successifs des crues du Dardaillon‑est non seulement due à la qualité intrinsèque des matériaux déposés, fonction de l’origine des minéraux et de l’énergie du cours d’eau, mais aussi à un brassage régulier de ces matériaux qui a conduit à une homogénéisation par le passage des outils de labour et de préparation du sol à accueillir la semence.

72– 0 : couverture sédimentaire récente. Le sol qui la transforme est du type des sols peu évolués, légèrement brunifiés, d’apport alluvial, calcaire. La texture est moyenne. Ce sol actuel recouvre donc un paléosol antique, d’apport alluvial lui aussi, mais non calcaire.

73A proximité de la voie, les secteurs 10 à 14 ont mis au jour des aménagements originaux du paysage rural. Au‑delà du mur de séparation entre voirie et champs (fig. 8, no 21), le sol est du type calcimagnésique, entrant dans la catégorie des sols bruns calcaires à texture moyenne, développé sur un sol fersiallitique fortement tronqué anciennement, ou sur les alluvions anciennes grossières du Dardaillon recouvrant ce paléosol.

74Le substrat est constitué de graviers et sables de la nappe alluviale du Dardaillon (fig. 8). La voie repose directement sur cette formation. Le sous‑sol a été atteint par le décapage du sol afin d’asseoir plus solidement le niveau de circulation. De plus, les graviers ont été entaillés selon un profil en terrasse pour construire un mur (21) à simple parement, mortayé, un blocage de cailloux et de moellons étant placé entre le parement et l’entaille verticale du substrat. Cette construction remplit plusieurs fonctions : non seulement elle sépare la voie des zones cultivées, mais elle sert également de soutènement aux champs qui surplombent ainsi le fossé de bordure et la voirie.

75– 97 : entre la voie et le mur, une dépression large et peu profonde faisant office de fossé se comble d’un dépôt organique (charbons de bois abondants) issu d’un sol remanié (présence d’agrégats pédologiques). Il s’agit des produits de l’érosion des horizons superficiels d’un sol très anthropisé, contemporain du premier état de la voie.

76– 25 : limon sablo‑argileux et matière organique incorporée. Dépôt lent et progressif par apports alluvionnaires, équivalent à la couche 89 du secteur 27. Il n’a pu être mis en évidence de transition entre ce sédiment et la couverture sédimentaire sur laquelle se développe le sol moderne, conséquence d’un remaniement par les façons culturales.

77Un second mur, bâti sans mortier après le dépôt de la couche 25, au plus près de la voie, se substitue au mur 21 ; il est à un seul parement et se prolonge sous la forme d’un pavement vers le nord.

La tranchée de reconnaissance

78fig. 8, secteur 17

79Ce sondage mécanique recoupe la bordure de la voie orientée est‑ouest (cumin romieu) et ses abords immédiats au nord.

80Le substrat : les graviers du Dardaillon n’existent pas dans ce secteur ; ce faciès grossier des alluvions du fleuve côtier est remplacé par la nappe d’alluvions limoneuses qui recouvrent directement les limons marneux quaternaires. Ce substrat est brun clair à brun rouge, homogène et sans structure ; sa texture est limono‑argileuse. Il est vraisemblable que l’on est en présence d’un horizon profond d’un paléosol qui affectait la partie supérieure des alluvions.

81– 98 : unité stratigraphique dont l’extension est limitée au bord nord du fossé recoupé par la tranchée. La couleur est noire, due à la présence de matière organique évoluée (pédologique), mais aussi à de nombreux charbons de bois. Les agrégats visibles sont remaniés, émoussés, dispersés dans un limon argileux. La porosité est abondante. Ce matériau, comblant un fossé primitif, légèrement décalé vers le nord par rapport à celui qui lui succèdera, provient du paléosol (horizon de surface organique, fortement anthropisé). C’est le seul témoin résiduel du paléosol antique, l’érosion (ou l’homme ?) ayant totalement décapé celui‑ci avant le dépôt du remblai 99 et le creusement du second fossé.

82– 99 : limon argileux contenant des cailloux et des concrétions calcaires, quelques graviers et des tessons. Ce remblai vient en recharge localisée sur le comblement du premier fossé. Le matériau n’est pas sans rappeler le taparas, horizon profond du paléosol fersiallitique tronqué anciennement.

83– 100 : limon argileux incluant une matière organique d’origine pédologique concentrée vers le fond du comblement. Vers la voie, sur la pente sud du fossé, quelques galets et cailloux calcaires proviennent de l’érosion de la voie (15).

84– 0 alluvions du Dardaillon ; dépôt progressif et continu. Le sol actuel est un sol brun calcaire, à structure prismatique bien développée.

La tranchée vers l’est de la fouille 1988

85Cette coupe joint la tombe 239 et la voie empierrée, d’orientation nord‑sud, qui limite la nécropole vers l’est (fig. 9, no 22). Elle met en évidence un fossé parallèle à la voie, séparant celle‑ci de la nécropole (fig. 9, no 50).

86Le substrat est fait de graviers mêlés de sables argileux ; ce sont les alluvions grossières du Dardaillon recouvrant les limons quaternaires. Vers la nécropole, la couche de graviers se pince pour disparaître et faire place aux limons marneux de la plaine littorale pédogénétisés, chargés de concrétions calcaires isolées, de couleur brun ocre (le taparas).

87– 82 : dans le fond du fossé peu profond (40 cm), largement ouvert (1,40 m), sur la voie et dans une cuvette sur l’emplacement des tombes, présence d’une couche grise, organique, à cailloux et tessons abondants. Ce dépôt est recoupé par deux tombes du ive s., ce qui permet la datation de sa mise en place entre le ier s. et le ive s. Les apports ont été progressifs, hormis le remblai grossier à base de tuiles et de cailloux destiné à assainir la cuvette, résultat des ruissellements qui convergeaient vers ce point bas. Le fond du fossé est plus organique que le reste de l’apport sédimentaire, avec des agrégats remaniés, ce qui permet de relier le dépôt à une source de matériau arraché au paléosol, par une phase érosive lente mais efficace antérieure au ive s.

88L’ensemble est recouvert, comme partout au Verdier, des alluvions fines du Dardaillon supportant le sol actuel.

Histoire du paysage rural du Verdier

89fig. 10 c

90Soit qu’il profite d’un bombement naturel des graviers déposés par le Dardaillon, soit que des terrassements importants aient délibérément produit cette topographie, un chemin rural s’installe sur ce microrelief qui met la circulation à 50 cm au‑dessus des alentours immédiats, à l’abri de l’eau, du moins en dehors des conditions exceptionnelles des crues. Ce bombement est renforcé par le creusement de deux fossés latéraux. Il faut noter que le paléosol et ses horizons organiques ont été totalement décapés pour établir la voie et ses abords (I).

91A ce stade de son évolution, le fossé sud et ses abords immédiats conservent le profil que leur ont donné les aménageurs : le fossé a une largeur de 1,80 m à son ouverture, une faible profondeur –40 cm maximum avant le dépôt de la couche 91. Vers le nord et la voie qui sera renforcée plus tard, un replat, semblable à un bas‑côté s’étale sur une bande large de 1,60 m tout au long du fossé. Ce replat sépare le fossé du bombement des graviers du substrat, lieu de passage primitif, qui se situe à une altitude plus haute que l’ouverture du fossé de 40 à 60 cm. Quand le fossé est en fonction –dépôt de la couche 91–, la voie est aménagée (couches 92 et 8). De l’autre côté de la voie, le second fossé contemporain du premier présente les mêmes caractéristiques, notamment le replat sur sa berge sud vers la voie. Son fond est plus haut que celui du fossé sud de 15 cm.

92Ces fossés se comblent lentement, sans qu’il y ait de hiatus ou de transformation dans la qualité et le rythme des apports (II). Cette sédimentation occulte complètement le fossé sud, déborde sur le replat vers le chemin empierré, et recouvre même celui‑ci vers les stades finaux des apports terrigènes (III). Ce processus est certainement à mettre en relation avec un abandon progressif des terres et le manque d’entretien concommitant du réseau de drainage à ciel ouvert. C’est une épaisseur totale de 60 cm de matériaux fins qui gomme totalement du paysage les aménagements latéraux de la voie.

93Un ralentissement, puis l’absence d’apport minéral, laissent la place à l’altération. Un sol croît sur les sédiments de couverture. Il n’a pu être observé qu’à l’extrémité sud de la section. En effet, la surface de la couche 88 a été profondément remaniée par un creusement destiné à rétablir l’écoulement des eaux sur le côté de la voie. Cet aménagement sera lui‑même doublé par un autre creusement afin d’établir la tranchée de fondation d’un mur de clôture (IV).

94Si la voie empierrée coexiste avec le mur 4 et le paléosol développé sur 88, elle est enfouie –et disparaît du même coup du paysage– par les alluvions 86 et 89, supports de champs (V). Ces parcelles sont pour un temps encore séparées par le mur de clôture 4, puis celui‑ci est détruit et totalement gommé de l’espace rural (VI).

11.2.1.2 Drainage, irrigation et mise en culture du quartier des Horts

95Le tènement des Horts se situe à la sortie sud du village, à l’ouest de la route de Saint‑Just et en bordure de la zone alluviale du Verdier. Il est établi sur des sols bruns calciques, limono‑argileux à accumulation calcaire, qui « conviennent à une très large gamme de culture ; toutefois il peut être nécessaire d’améliorer leur drainage » (Arnal 1984 : 68‑69, unité 31). La qualité de ce terroir n’a pas échappé aux villageois, puisqu’une pièce de terre fait l’objet d’une transaction en 1157 : « [...] ad ortos, et confrontatur ab accidente cum via qua intus versus Sanction Justum, ab oriente cum vinea [...1 » (C. An. : 233). Malgré la mention d’une vigne comme confront, le nom du lieu ne laisse aucune ambiguité : nous sommes là dans l’hortus, zone horticole fréquemment mentionnée dans les textes médiévaux (Bourin‑Derruau 1987 : 164‑165). Dans le compoix du xviie s., les Horts sont portés au deuxième degré d’imposition, après les riches terres des condamines du Verdier, mais le nom du quartier est désormais le seul vestige de l’activité horticole médiévale. Cette évolution du terroir trouve confirmation dans le cadastre napoléonien, qui ne mentionne pas plus de jardins aux Horts que dans les autres tènements.

96Surélevé de près de deux mètres par rapport aux zones basses du Verdier, le quartier échappe au secteur alluvial du Dardaillon. Les problèmes de drainage se posent donc de façon moins cruciale, et le recouvrement sédimentaire paraît de ce fait négligeable. Les fouilles ont montré cependant que, là aussi, le paysage avait considérablement évolué depuis (Antiquité.

97En 1985, un projet de lotissement provoqua dans ce secteur la fouille de sauvetage d’une nécropole des vie et viie s. (Raynaud 1986a). Les deux tiers de la nécropole, soit près de 140 tombes, ont pu être explorés sur une surface de 1 200 m2. Outre l’intérêt d’un tel ensemble funéraire, cette intervention s’est révélée déterminante pour la connaissance des structures agraires antiques. En effet, la fouille a mis au jour un réseau dense de fossés recoupés par les sépultures et s’organisant selon un plan cohérent (fig. 12).

FIG. 12 – Les Horts : plan général des structures antiques (en grisé et en noir ; 12, 19 et 20 trous de plantation) et de la nécropole ; l’emplacement de la coupe stratigraphique est indiqué par un tireté ; 8 trou de plantation moderne ; 17 muret, appartenant peut‑être à un enclos funéraire.

Voirie et drainage

98Un autre acquis fut la confirmation de l’existence d’une voie antique sous l’actuel chemin des Horts. L’analyse cartographique de F. Favory retenait en effet ce chemin comme un vestige de limes secondaire de l’une des centuriations du Haut‑Empire. Sans entrer dans l’étude de cette voie, qui sera présentée plus bas, on peut noter un système de drainage analogue à. celui mis en place au Verdier. Sur le bas côté est, à 3,5 m de la bande de roulement, un fossé recueillait l’égout de la voie et de ses abords. Creusé à partir de la surface altérée du paléosol (fig. 13, couche 25), il est large de 1,15 m au sommet, entre des parois obliques évasées dans la partie supérieure, puis verticales dans le tiers inférieur pour former un étroit conduit de 20 cm de large et 15 cm de profondeur (fig. 13, fait 30). D’une profondeur totale de 95 à 100 cm, il traverse le sol brun vierge et entame sur quelques centimètres le taparas sous‑jacent. Son comblement est constitué par un limon argileux brun, paléosol local, lessivé et mobilisé par l’eau, puis recompacté, ce qui le rend difficile à distinguer du sol en place. Au fond, le sédiment est d’une granulométrie plus grossière, incluant des nodules calcaires.

FIG. 13 – Les Horts : coupe est‑ouest du secteur nord, entre le fossé 1 et le Chemin des Horts. Couche 0 : sol superficiel remanié ; fossés 1, 2 et 5 : colluvionnement d’utilisation (en noir au fond) et remblai dans la partie supérieure ; dépotoir 3‑4 : limon brun‑gris, riche en matières organiques et en déchets domestiques ; fossé 22 : parois obliques, comblement meuble récent, ce fossé fonctionnait encore au milieu du XXe s. ; couche 24 : empierrement de la chaussée antique ; couche 25 : paléosol brun limono‑argileux, altéré en surface (rares inclusions de nodules de tuile, de graviers et d’éclats de calcaire) : tranchée 26 : adduction d’eau actuelle ; fait 28 : alignement de grosses dalles (fragments de sarcophage, éléments de seuil, moellons) bordant le chemin à l’ouest (noter la dénivellation entre la parcelle 28 et la parcelle 94, vestige probable d’un ancien aménagement en terrasse) ; fossé 30 : fossé latéral de la voie antique, comblement par colluvionnement (limon argileux lessivé), incluant au fond des nodules calcaires (en noir) ; sol 31 : niveau actuel du chemin ; T. 125 : tombe du VIe s., creusée dans la couche 25 et le niveau supérieur remanié.

99Hormis de rares nodules de tuile, les apports anthropiques sont absents de ce comblement, dont il faut attribuer la formation à une active pédogénèse dans laquelle l’eau joue le rôle principal. Ce processus peut être situé entre la seconde moitié du ier s., date de création de la voie, et le vie s., moment où la tombe 126 traverse partiellement le colmatage du fossé. Entre ces deux terminus, aucune perturbation n’apparaît dans la formation du sédiment. L’action de l’homme sur le paysage ne doit cependant pas être négligée si l’on veut comprendre comment une telle quantité de limon a pu être mobilisée par l’érosion. Il faut en effet préciser que cette sédimentation ne doit vraisemblablement rien aux crues du Dardaillon, qui n’atteignaient pas ce tènement. Seul un défrichement étendu du terroir, dès le Haut‑Empire, a pu provoquer cette évolution en favorisant le ruissellement des précipitations.

Mise en culture et irrigation

100L’abondance des aménagements agraires recoupés par la nécropole renforce cette première analyse. Neuf fossés constituent deux structures distinctes qui ont vigoureusement organisé le paysage antique (fig. 12). L’urgence de la fouille ne nous a pas laissé le loisir de vider systématiquement tous ces fossés, mais un décapage fin a permis de repérer précisément leur emprise et d’en dresser un plan détaillé. Des sondages, effectuésdans les secteurs les moins remaniés par les sépultures et à la jonction des différents tronçons, ont livré des observations précises sur leur morphologie, leur penclage et leur comblement.

101En chronologie relative, la structure la plus ancienne est formée par les fossés 2, 5, 6, 9, 10 et 16, se distinguant par leur morphologie et leur disposition. Larges de 1 m à 1,2 m à l’exception de 2 et 10 (0,5 à 0,75 m), ils sont peu profonds : 0,25 à 0,45 m. Les parois sont verticales ou un peu évasées, le fond est plat ou légèrement creux, la pente est très réduite, voire nulle (fig. 13). Creusés à partir de la surface du paléosol 25, ils s’intègrent donc dans la première phase d’aménagement du secteur, qui englobe aussi la création de la voie et le creusement de son fossé latéral.

102Ce groupe constitue un réseau de plan orthogonal se calant au sud sur le fossé 9, avec lequel communiquent les fossés 2, 5, 10 et 16. L’orientation du fossé 6 et son profil incitent à le rattacher à cet ensemble, mais la limite de la fouille n’a pas permis d’assurer sa connexion avec les autres. Long de 26,5 m d’ouest en est (mesures prises au milieu des fossés) et large de 11,2 m du nord au sud si l’on retient comme limite nord le fossé 6, l’espace ainsi délimité couvre 286 m2. Une symétrie apparaît à l’intérieur, où les fossés 2 et 10, moins larges que les autres et situés chacun à 7,5 m des côtés est et ouest, divisent l’espace en trois parcelles. L’espace central ainsi délimité est un carré presque parfait de 11,2 par 11,4 m, soit 127,7 m2, tandis que les parcelles latérales couvrent près de 80 m2 chacune.

103Le comblement des fossés a fait l’objet d’un examen attentif permettant de certifier qu’il ne peut s’agir de tranchées d’épierrement de murs, hypothèse que le plan incitait à envisager dans un premier temps. Les observations ont montré que dans tous les cas une mince couche de limon vierge lessivé occupait le fond des fossés (couche hachurée sur les coupes). Ce dépôt s’est constitué grâce au ruissellement de l’eau sur les parois, lorsque les fossés étaient en usage. Dans le fossé 5, une fine épaisseur de cendre et de charbon de bois recouvrait cette alluvion.

104Une vocation de drainage peut donc être envisagée, mais le pendage et la contenance des fossés paraissent bien faibles pour assurer efficacement une telle fonction. En regard des fossés du Verdier ou de celui qui borde la voie des Horts, ces tranchées font plutôt figure de modestes rigoles comme on en creuse pour l’irrigation des cultures. De même, le plan et l’exiguïté des parcelles délimitées, incitent à interpréter les fossés comme un réseau d’irrigation desservant un petit parcellaire de jardins ou de champs. Le tènement des Horts a donc fait l’objet, dès le Haut‑Empire, d’une mise en valeur agricole. Sa proximité de l’habitat invite même à lui attribuer une vocation horticole qui s’accorderait bien avec la taille des parcelles, propices au jardinage.

105On serait tenté d’associer à cette phase d’aménagement le fossé 23, de profil analogue et orienté dans l’axe du fossé 9, mais légèrement décalé vers le sud. La tombe 120 ayant détruit la zone de contact de ces deux fossés, on ne sait malheureusement pas s’ils ont fonctionné en même temps. Le no 23 aurait pu jouer le rôle d’exutoire ou au contraire d’amenée d’eau pour le réseau d’irrigation. Dans ce cas de figure, il faudrait admettre que ce réseau ait été mis en place nettement plus tard que la voie des Horts et son fossé bordier, le comblement de ce dernier étant recoupé par le fossé 23.

106L’aménagement agraire des Horts est complété par une seconde structure : l’alignement des fossés 1 et 14‑15. Le fossé 1 recoupe le 6 (fig. 14), puis il semble s’interrompre à proximité du 9 ; l’homogénéité de son comblement n’a pas permis de s’assurer d’une solution de continuité avec le fossé 14‑15 (fig. 12). Un fossé ininterrompu semblerait cependant plus logique : le profil est étroit (0,7 à 0,9 m) et profond (0,5 à 0,65 m), les parois sont très peu évasées et le fond plat est resserré (fig. 13). Orientés nord‑est/sud‑ouest, les fossés se démarquent nettement par leur direction de l’ensemble précédent. Dégagé sur plus de 31 m, cet alignement assure un faible écoulement vers le sud, de l’ordre de 1 cm pour 2 m. Dans sa partie sud, le fossé 15 est muni d’un diverticule, petite rigole perpendiculaire grossièrement creusée. Le comblement inférieur est identique à celui des autres fossés : limon vierge provenant de l’érosion des parois et du terrain environnant. Malgré une légère différence de profondeur, ce nouveau fossé semble avoir la même vocation que les précédents, qui après une première phase de sédimentation ne suffiront peut être plus aux besoins des cultures. Il est difficile de savoir si les deux réseaux ont fonctionné en même temps ; cependant, l’interruption du fossé 1 semble indiquer que le fossé 9 était encore en usage lors de ce réaménagement. Par son trajet, le fossé 1/14‑15 évoque aussi une extension vers le sud de la zone irriguée.

FIG. 14 – Les Horts. Intersection des fossés 1 et 6, recoupés par la tombe 3 (fig. 12), sarcophage en calcaire ; au premier plan le fossé 1 est comblé de gravats.

107L’activité agraire se prolonge jusqu’au moment où l’ensemble des fossés d’irrigation sont remblayés par des gravats de démolition : terre limoneuse englobant d’abondants fragments de moellon, de tuile et de mortier. Les nombreux tessons de poterie ainsi que trois monnaies mêlés à ce remblai permettent de situer la condamnation du système d’irrigation au début du ve s. (monnaies identifiées par G. Depeyrot : fossé 2, bronze type VICTORIA AVGG, émission de 388‑402 ; fossés 6 et 9, deux bronzes type VICTORIAE DD A VGGQ NN, émissions de 341‑348). Cette modification radicale de la zone agraire concorde avec la transformation du quartier ouest de l’habitat dans lequel les thermes sont soumis à la démolition. Cependant, tout comme dans l’habitat, l’abandon d’un état d’aménagement ne signifie pas une désertion pure et simple. Le fait même que ces fossés soient systématiquement colmatés, et non pas seulement livrés à un colluvionnement naturel, montre qu’une activité se poursuit aux Horts, sans le recours à l’irrigation.

108Dans cette optique, l’abandon de l’irrigation vers le début du ve s. serait donc le signe d’une réorganisation de l’espace agraire. Cette évolution semble avoir concerné aussi bien les techniques culturales que la forme des champs, la suppression des limites matérialisées par les fossés pouvant résulter d’un remembrement parcellaire.

Vestiges d’une plantation

109Trois fosses circulaires ont été repérées en divers points de la fouille (fig. 12, nos 12, 19 et 20). Deux d’entre elles ayant été recoupées par des sépultures, il est possible de les rattacher à la période antique, sans pouvoir préciser davantage, faute de mobilier. Ces trois cavités ont une structure analogue : contour circulaire irrégulier, parois évasées, fond plat ou légèrement creux (fig. 15). Leur diamètre varie entre 0,8 et 1 m, leur profondeur entre 0,25 et 0,37 m ; elles sont comblées de terre limono‑argileuse provenant du remaniement du sol naturel et englobant quelques petits éclats de calcaire.

FIG. 15 – Les Horts. Fait 20 (fig. 12) : trou de plantation (à gauche) recoupé par une sépulture du VIe s. (à droite).

110Ces fosses se distinguent nettement des fosses‑silo, tant par leur structure que par leur comblement, où fait défaut tout déchet domestique. Il ne s’agit pas non plus de trous de poteau : l’absence de pierres de calage et l’importance du diamètre permettent de rejeter cette éventualité. On peut donc penser à des trous de plantation, hypothèse plus en accord avec la vocation agraire du secteur. Par leur taille, les trous pouvaient convenir à des pieds de vigne où à des arbustes. Un trou de plantation très récent, en tous points analogue aux précédents, a pu être observé au‑dessus d’une structure tombale (fig. 12, no 8).

111La dispersion de ces excavations semble révéler une plantation clairsemée, mais de nombreux autres trous ont certainement été détruits lors du creusement des sépultures. On ne peut cependant exclure une exploitation en complant, mêlant quelques pieds de vigne ou quelques arbres à des cultures annuelles.

112C’est donc dans un terroir profondément aménagé par des générations d’agriculteurs que s’établit la nécropole paléochrétienne au début du vie s.

11.2.1.3 Bonification et fumure des sols

Aux Horts

113Dans ce quartier, un important dépotoir se constitue après la disparition du système d’irrigation. Ce dépôt recouvre le comblement du fossé 2 et la couche 25 sur une trentaine de mètres carrés (fig. 13, couche 3‑4). Il est localisé dans une grande dépression oblongue au contour irrégulier, sans paroi nette et dont la profondeur varie de 15 à 50 cm, et s’étale alentour sur une épaisseur moindre. Le sédiment est constitué de terre brun‑gris limoneuse, englobant de gros éclats de calcaire, des fragments de tuile et de poterie, ainsi que des déchets de faune. Malgré la présence de ces matériaux de démolition, les déjections domestiques prédominent largement. L’abondance des matières organiques en décomposition lors du dépôt a provoqué l’oxydation du paléosol sous‑jacent, qui a perdu sa couleur brun‑orangé pour virer au brun‑gris sombre sous et autour du dépotoir. L’installation de cette couche a succédé de peu au comblement des fossés car leur mobilier est très comparable (prédominance des céramiques à pisolithes et de l’amphore africaine, bronze du type GLORIA EXERCITVS à une enseigne, émission de 336‑341).

114La présence de ce gros tas de fumier pourrait évidemment traduire la proximité d’une aire d’habitation. Le secteur est relativement éloigné de l’habitat contemporain, situé dans la partie nord du Verdier, mais rien n’interdit de penser à un modeste établissement aux abords de la voie des Horts. Malheureusement, les sondages réalisés au nord de la fouille ont révélé des niveaux totalement remaniés par des travaux sub‑actuels. Toutefois, il semble que l’existence d’une habitation dans le voisinage aurait laissé des traces d’une fréquentation plus dense.

115Une deuxième hypothèse, nullement incompatible avec la précédente, s’accorderait mieux avec la vocation agricole constatée dans la période antérieure. On peut en effet voir dans cet amas de déchets le reliquat d’un tas de compost destiné à l’amendement de cultures voisines. Cette pratique, conseillée par tous les agronomes de l’Antiquité, est abondamment illustrée en Lunellois par les zones de fumures observées autour des habitats. La prospection préalable à la fouille des Horts a d’ailleurs permis d’observer, dans tout le tènement, un tel épandage de tessons usés, qui se distinguent radicalement du mobilier recueilli sur les sites d’habitat.

Dans le quartier ouest

116Dans le quartier des thermes, 80 m au nord‑ouest du chemin des Horts, d’autres aménagements agraires se développent en périphérie immédiate de l’habitat. Sans refaire l’analyse détaillée de cette fouille (Raynaud 1989b : 113‑114) ; on en retiendra les aspects essentiels.

117Ce secteur suit une évolution analogue à celle des Horts. Dans un premier temps, une étroite tranchée rectiligne est creusée afin d’assurer le drainage et/ou l’irrigation de cultures, et semble aussi faire office de limite parcellaire (fig. 6, no 6, fait 209). Lors de cette première structuration de l’espace agraire, calée sur l’orientation architecturale du quartier voisin, le paléosol ‑ un limon brun fersiallitique ‑ est remanié sur une épaisseur de 0,2 à 0,3 m (couche 210, Raynaud 1989b : fig. 16). Un premier épandage de déchets domestiques a laissé d’abondants fragments de poterie et de matériaux, mêlés au niveau d’altération du paléosol. Ce mobilier situe dans la seconde moitié du ier s. la mise en culture du secteur. Au cours d’une seconde étape, la tranchée est bourrée de terre cendreuse, de cailloux, de fragments de tuile et de poterie. Ce colmatage est préalable à l’édification d’une clôture, matérialisée par des calages de poteau observés au sommet du comblement (Raynaud 1989b : fig. 15, fait 209). De la même façon qu’aux Horts, on a donc intentionnellement modifié l’aménagement, mais ici la tranchée a conservé sa fonction de limite sous la forme d’une haie ou d’une palissade. De part et d’autre de cette clôture, un sol en terre battue s’est ensuite développé sur une cinquantaine de centimètres de largeur (Raynaud 1989b : fig. 15, fait 217). Le mobilier des faits 209 et 217 situe le comblement de la tranchée vers le milieu du iiie, puis une fréquentation jusqu’au ive s (fig. 16).

FIG. 16 – Lunel‑Viel. Quartier ouest : vue de la clôture 209 et du sol 217.

118Au nord de la clôture, à quelques mètres d’une habitation abandonnée au début du iiie s., d’importants dépotoirs se sont constitués entre le milieu du iie et le milieu du iiie s. (Raynaud 1989b : fig. 15‑16, couches 194 et 200 à 208). Etalés superficiellement sur plusieurs dizaines de mètres carrés, d’une texture meuble et aérée, ces dépôts ont été remaniés plusieurs fois in situ, dès l’Antiquité. On pense bien sûr à des labours, d’autant plus que ces couches marquent l’épicentre d’une vaste zone d’épandage de mobilier, repérée sur plus de 10 ha autour de l’habitat. Il semble donc que ces dépotoirs aient été destinés à l’amendement des cultures voisines.

Dans le quartier sud

119Les sondages réalisés lors de l’étude du chemin du Verdier ont révélé l’existence d’une zone non bâtie de 8 m de large entre la voie et les habitations du quartier sud. Cet espace clos au nord et à l’ouest par un fossé et par un muret de pierre sèche pourrait être le jardin d’une maison voisine (Raynaud 1984 : fig. 25, sondages I et V). On y a observé un seul niveau antique, correspondant à l’altération du paléosol sur une épaisseur de 15 à 20 cm. Des poches de calcaire désagrégé provenant d’accumulations naturelles profondes sont mêlées au limon remanié (Raynaud 1984 : fig. 3, zone 9 ; p. 140, couche 3). Cette couche n’a livré d’autre mobilier que quelques fragments roulés de tuile et de poterie gallo‑romaine, trop rares pour que l’on puisse proposer une datation précise. En aucun cas assimilable à un aménagement domestique, ce niveau nous pousse à retenir l’hypothèse d’une bonification à des fins culturales. Si l’extraction du calcaire pulvérulent a pu être réalisée à l’occasion de divers travaux, comme par exemple la construction de maisons voisines, la présence régulière des passées de ce matériau doit cependant être perçue comme le signe d’un épandage concerté. Malgré la difficulté de conclure sur d’aussi minces indices, on retiendra donc l’idée d’un amendement par chaulage dans ce jardin gallo‑romain.

11.2.2 L’organisation de la morphologie agraire à l’époque gallo‑romaine : la centuriation Sextantio‑Ambrussum

120La densité des aménagements agraires observés autour de l’habitat montre à l’évidence que la campagne a été l’objet, dès le Haut‑Empire, d’une intense mise en valeur. Le patient labeur de drainage, d’irrigation, de bonification, ne se démentit pas durant toute l’Antiquité, malgré l’importance des transformations successives constatées par les fouilles. L’homme pèse de tout son poids sur le paysage qui, en retour, modifie ses contraintes par l’érosion et l’alluvionnement. Ce n’est certes pas un hasard si, presque au même moment en divers points du site, les fossés se colmatent, si l’irrigation est abandonnée pour d’autres pratiques.

121Sous l’effet conjugué de l’homme et du milieu, le territoire accumule peu à peu autant de strates que le ferait le sol d’une maison. C’est à travers cette sédimentation paysagère que l’on peut tenter de restituer les étapes de l’aménagement agraire. Du point de vue qui nous intéresse dans cette étude, il s’agira moins de caractériser la trame théorique d’une centuriation que d’évaluer son impact sur le paysage, et sa contribution à la construction de la morphologie agraire telle que nous la révèlent les plans cadastraux du début du xixe s., à l’échelle de 1/2 500, les mappes de la Compagnie nationale d’aménagement du bas Rhône et du Languedoc (CNARBRL), dressées dans les années 60 à l’échelle de 1/5 000, les cartes topographiques de l’IGN (1/25 000) et les photographies aériennes réalisées en 1944 par les forces alliées.

122La structure d’une centuriation est, on le sait, constituée par un réseau rigoureusement orthonormé, formé de lignes parallèles, les limites, menés à intervalles constante de 20 actus, à deux axes primordiaux, le decumanus et le kardo, chacun qualifié de maxirnus, tracés perpendiculairement à partir‑ d’un point origine, le locus gromae : on désigne ainsi l’emplacement initialement choisi par l’arpenteur pour constituer les deux premiers alignements, à l’aide de son appareil de visée perpendiculaire, la groma. Le croisement répété des decumani et des kardines secondaires, appelés aussi limites linearii, contribue à engendrer les unités carrées caractéristiques de ce paysage, les centuries, dont la morne mais implacable régularité ne manque pas de fasciner.

123Nous nous en tiendrons donc à cette présentation sommaire, suffisante pour le cas régional en question, ayant largement développé par ailleurs la question des autres formes de limitation romaine (Favory 1983), dont nous n’avons pas reconnu l’existence dans le Lunellois. Nous avons déjà eu l’occasion, à propos de l’étude de l’environnement des oppida de Lattes et à Ambrussum (Favory 1988 et 1989), de fournir les caractéristiques morphologiques de la centuriation dont nous avons choisi d’analyser de manière plus approfondie la marque dans le Lunellois occidental : il s’agit de la centuriation spécifique de la plaine de Lunel‑Mauguio, celle qui, parmi d’autres également identifiées dans cette partie du Languedoc oriental, a le plus fortement contribué à l’édification de la morphologie agraire, en y installant de puissants alignements qui réussiront à perdurer durant les siècles comme morphogènes paysagers sur lesquels vont s’appuyer, se greffer et s’orienter les chemins et les limites agraires.

11.2.2.1 Les decumani, axes inclinés à 67° 30’ à l’est du nord géographique

124L’épine dorsale du système est constituée par la voie Domitienne dont le parcours, tendu ici sur plus de 22 km entre les deux oppida du piedmont de garrigue, Sextantio et Ambrussum, affecte un tracé rigoureusement rectiligne entre le village du Crès et l’entrée de l’oppidum d’Ambrussum. Nous nous sommes appuyés sur le signe remarquable généré par ce tronçon long de plus de 18,5 km, incliné à 67°30’ à l’est du nord géographique, pour comparer son orientation avec celle du parcellaire régional et mesurer si, à l’instar de ce que nous avons pu observer ailleurs (Chouquer 1983b et 1987), il n’y avait pas de relation structurelle entre la voie et l’organisation régulière de la campagne lunelloise. Avec le concours d’une grille reproduisant, à l’échelle de 1/25000, le modèle d’un réticulé construit sur une périodicité de 20 actus équivalant ici à 706 m, et calée sur la Domitienne conçue comme un decumanus, sans cloute le majeur, nous avons pu mettre en connexion, avec le maximum de coïncidences significatives entre le carroyage théorique et la charpente du paysage actuel, des éléments remarquables qu’on peut considérer comme des vestiges de limites, soit linearii ou subruncivi (bien entretenus) soit intercisivi (qui découpent, qui morcellente), ceux qui les subdivisaient.

125Il faut souligner, à cet égard, que le calage de la grille, qui nous permet de produire la cartographie relative à cette limitation, a été effectué fondamentalement à partir de quelques alignements remarquables situés en Lunellois occidental, aux alentours de Valergues et de Lunel‑Viel (fig. 17 et 18). C’est à partir des coïncidences établies ici qu’on a pu étendre un réseau cohérent jusqu’au Lez, à l’ouest, et au Vidourle, à l’est, voire au‑delà de ces deux fleuves. Comme ces alignements d’origine ancienne sont localisés dans la région retenue comme cadre de cette étude, on prendra soin d’en préciser la nature, l’emplacement et l’impact morphogénétique.

FIG. 17 – Carte synthétique du Lunellois occidental : hydrographie et structure agraire. – En bleu : le réseau hydrographique (cours d’eau, fossés et réseau de drainage). – En noir : l’habitat antique et médiéval disparu (pour l’identification des sites, signalés par un numéro, se reporter à la fig. 39) et la centuriation Sextantio‑Ambrussum (limites restitués et parcellaire actuel isocline) ; DM decumanus maximus (la voie Domitienne) KM kardo maximus. – En rouge : les zones d’épandage agraire daté de l’Antiquité et du Moyen Âge (pour leur identification, se reporter au tabl. I p. 195). (D’après les levés topographiques de la CNARBRL).

FIG. 18 – Carte synthétique du Lunellois occidental : pédologie et morphologie agraire (on n’a cartographié que les unités de sols en rapport avec l’habitat et les zones d’épandage). – En noir : l’habitat antique et médiéval disparu (pour l’identification des sites, signalés par un numéro, se reporter à la fig. 39) ; l’habitat pérenne, localisé par le symbole de l’église, orienté ; le parcellaire et la voirie isoclines avec la centurfation Sertantio‑Ambrussum. – En trame bleue : les unités de sols. 1 sols peu évolués, d’apport alluvial, calcaires, à forts caractères d’hydromorphie, limoneux ou limono‑argileux (12) : 2 sols bruns calcaires peu épais, limono‑sableux ou sableux (19), et sablo‑argileux, caillouteux (20) ; 3 sols bruns calcaires épais, sur accumulation calcaire de sois fersiallitiques tronqués (23). – En trame rouge : les sols fersiallitiques. 4 sols fersiallitiques limoneux, souvent recarbonatés (38) : 5 sols fersiallitiques faiblement lessivés, limono‑argilo‑sabteux (42) : 6 sols fersiallitiques très lessivés, à pseudogley plus ou moins développé, limono‑sableux (47) et sols fersiallitiques très lessivés, très épais, à pseudogley sableux, sur cailloux siliceux rhodaniens des hautes terrasses du Quaternaire moyen (50). (D’après la carte IGN à 1/25 000, 1981 et les données de la carte pédologique de l’INRA. à 1/100 000 [Arnal 1984]).

126Nous disposions donc d’un axe décuman, dont l’orientation entrait en harmonie avec l’une des orientations dominantes du parcellaire du Lunellois, et à partir duquel il fut possible d’identifier des vestiges de decumani secondaires, exclusivement au sud de la voie.

127Le plus imposant est certainement constitué par le tracé du Vieux Chemin de Montpellier à Lunel, appelé « Chemin de La Carriérasse » au sud‑ouest de Valergues (tènement de La Carriérasse : carte IGN à 1/25 000) et au sud‑est de Lunel‑Viel (plan cadastral 1812 : F 1), ou bien encore camin romieu, entre son carrefour avec le Chemin de Lansargues à Sussargues, à l’ouest, et son point d’aboutissement au Dardaillon‑est, à l’est (fig. 20 et 22).

128En effet, son parcours coïncide ici avec le tracé du 3e decumanus, aligné au sud de l’axe majeur constitué par la Domitienne. Le fait est parfaitement établi à la sortie occidentale de Valergues, sur près de 350 m, où le limes accueille et limite sur son flanc sud le quartier occidental de l’agglomération antique, qui a donné naissance au village médiéval ; c’est aussi le cas 1 200 m plus à l’est, dans la section séparant, sur près d’un kilomètre, les tènements du Roussel et des Courrens, et située entre le carrefour où le chemin laisse diverger une branche se dirigeant directement vers la ville de Lunel, en passant par le village disparu des Parpayols (ou des Tasques), et le point de franchissement du Dardaillon‑ouest. A partir de là, le tracé du chemin s’écarte de celui du limes antique, en adoptant toutefois un parcours parallèle, à 50 m au sud. C’est ainsi que le chemin aboutit à Lunel‑Viel, mais à 150 m de la limite sud du village, dans son état au début du xixe s. (plan cadastral 1812 : F 1). A l’approche du village, deux diverticules obliquent de manière sèche pour rejoindre le bourg, tandis que le chemin poursuit son parcours qui s’incline doucement vers le sud‑est en direction de Lunel. Quand il renoue avec le tracé du limes antique, mais selon un parcours parallèle à une vingtaine de mètres au sud, c’est au prix d’un vigoureux décrochement en baïonnette qui le déplace brutalement vers le nord.

129C’est à dessein que l’on détaille cette série d’anomalies affectant le tracé du chemin : elles indiquent que, premièrement, ce dernier n’a pas été construit à l’origine pour desservir le village médiéval de Lunel‑Viel, et que, deuxièmement, il a dû composer avec un obstacle de taille, qui lui interdisait ici, entre les branches du Dardaillon, de respecter le tracé rectiligne et direct du limes initial. On connaît la nature de cet obstacle, depuis que l’investigation archéologique en révèle progressivement la structure : il s’agit du bourg gallo‑romain, qui s’est édifié de part et d’autre du decumanus, comme le prouve la disposition caractéristique de la basilique du quartier ouest, dont le mur méridional est calé sur une sorte de large voie piétonnière, vestige du limes qui a perdu, en s’insérant dans le tissu urbain, son statut de voie vicinale, et sa fonction d’itinéraire est‑ouest (fig. 6 et 7). En effet, les fouilles ont fourni suffisamment d’évidences pour qu’on puisse affirmer que le limes ne traversait pas le bourg de part en part ; autrement dit, l’itinéraire empruntant le decumanus a dû être assuré par un complexe de rues évitant de traverser le cœur du bourg, voire même par des diverticules contournant franchement l’agglomération, comme le suggère le tracé des chemins délimitant la grande parcelle triangulaire contenant les vestiges du noyau urbain antique. C’est seulement après avoir franchi le Dardaillon oriental que le Chemin de La Carriérasse se réconcilie avec le tracé originel du limes, sur quelques dizaines de mètres. Auparavant, son parcours s’est légèrement infléchi vers le nord pour rejoindre le point de franchissement du fleuve, maintenant disparu. Aujourd’hui, le chemin, appelé Chemin du Verdier du nom du tènement situé au sud, affecte un tracé infléchi au contraire vers le sud, ayant renoncé à traverser le Dardaillon, opération qui s’effectue à 80 m plus au nord. Cette variation du tracé est intéressante, car les fouilles de la nécropole de l’Antiquité tardive, appuyée sur la voie antique, en ont démontré la précocité : le tracé du chemin au début du xixe s. coïncide parfaitement avec le tracé antique de la voie dégagée à l’est de la nécropole. De même, à la sortie orientale du bourg antique, le chemin de Verdier pérennise le tracé de la voie antique, repéré sur plus de 20 m. Les sondages réalisés ici révèlent d’ailleurs un petit décrochement dans le tracé de la voie, qui s’accorde avec l’ensemble des observations révélant la manière dont l’itinéraire a subi les contraintes imposées par le franchissement des Dardaillon et la traversée de l’agglomération antique.

130D’autres vestiges de decumani sont identifiables de part et d’autre de cette puissante structure : on préférera les étudier une fois de plus sur le plan cadastral napoléonien, qui fournit un meilleur état du parcellaire, très stable dans cette région, mais malheureusement perturbé, depuis qu’ont été effectués ces relevés topographiques, par le passage de la voie ferrée Nîmes‑Montpellier au nord de Lunel‑Viel et de Valergues, dont l’action dissolvante a été aggravée par le creusement du canal de la CNARBRL, qui conjugue son tracé avec celui de la voie ferrée au nord de Lunel‑Viel.

131On peut reconnaître ainsi, au sud de la Domitienne, les vestiges du 2e decumanus (fig. 19‑20) : tènement des Garrigues de Latoure (pour la Tour de Fargues ou Farges), sur plus de 100 m ; tènement de Costabelle, sur plus de 250 m ; tènement des Terres Primes, sur plus de 170 m ; tènement des Fournels, sur plus de 200 m, avec une interruption ; ceux du 4e decumanus (fig. 21‑22) : tènement de la Juliane (Lansargues), à l’est de la Viredonne, sur 80 m ; tènement de la Régine (Lunel‑Viel), sur 70 m, et surtout au Cros des Anèdes (Lunel), où il perdure sur plus de 700 m, sous la forme d’un alignement parcellaire, plus ou moins sinueux aux deux extrémités. A cet endroit, la prospection au sol a révélé deux sites d’habitat du Haut‑Empire en position remarquable, l’un étant édifié à cheval sur le limes (Cros des Anèdes I), l’autre s’appuyant dessus (Cros des Anèdes V). Plus au sud, aux marges du cadre territorial que nous avons retenu pour cette analyse du parcellaire agraire (fig. 21), on reconnaît les vestiges du 7e decumanus, auprès duquel s’installera, à quelques dizaines de mètres plus au sud, un habitat du Haut‑Empire peu perceptible à la prospection au sol, mais qui connaîtra une occupation plus conséquente durant l’Antiquité tardive pour devenir un village médiéval, sous le nom de Saint‑Pierre d’Obilion, déjà ruiné à l’époque moderne (Mas de Viala, Lansargues et Saint‑Just). C’est ce même limes qui traverse, et qui a donc peut‑être suscité leur implantation, le site tardo‑antique puis le village médiéval de Moulines‑Crémaillères (Lansargues), le site de Brouilhet, daté du Haut‑Empire, et celui du Camp des Arronges, d’occupation plus longue. On le suit dans le tènement des Plantades, sur 15 m ; dans celui du Camp des Arronges sur 530 m ; aux abords nord‑ouest du Mas de Viala, sur 400 m, dont plus de la moitié pérennisée par une section du CD no 24 allant de Montpellier à Lunel.

FIG. 19 – Carte à grande échelle de la morphologie agraire isocline avec la centuriation antique : quart nord‑ouest (d’après le plan napoléonien). 1 limite communale ; 2 itinéraire d’origine antique et médiévale ; 3 limes de centuriation restitué ; 4 limite parcellaire isocline avec la centuriation ; 5 chemin isocline avec la centuriation ; 6 cours d’eau, fossé (en pointillé, les tracés fossiles) ; 7 nombre d’actus entre une limite et un limes ; 8 anomalie parcellaire induite par un site disparu ; 9 agglomération contemporaine (extension du bâti au début du XIXe s. ; 10 parcelle en bois‑taillis au début du XIXe s. ; 11 restitution de l’espace boisé originel, en voie de défrichement.

FIG. 20 – Carte à grande échelle de la morphologie agraire isocline avec la centuriation antique : quart nord‑est (d’après le plan napoléonien).

FIG. 21 – Carte à grande échelle de la morphologie agraire isocline avec la centuriation antique : quart sud‑est (d’après le plan napoléonien).

132A côté des vestiges de limites linearii, on recense d’importants vestiges de limites intercisivi, qui contribuaient à subdiviser les centuries. Nombre d’alignements de chemins et de limites parcellaires pérennisent ainsi les limites qui divisaient les centuries par moitié, par tiers, par quart ou par cinquième. Afin de faciliter la lecture de ces éléments de description, on se référera à un système de coordonnées caractérisant chacune des séries de centuries comprises entre les decumani par sa localisation par rapport à la Domitienne : la 5e série localisée au sud de la voie sera ainsi appelée DS 5, pour D(ecumanus) S(ud) 5.

133A la latitude de Lansargues, dans la série DS 6 (fig. 21‑22), le parcellaire du village et de ses faubourgs, puis la route de Lansargues à Lunel (D 110 E 4, et D 24 E 7), pérennisent un alignement de limites de milieu de centuries, repérables dans quatre centuries contiguës. Cette forme de subdivision semble présider ici au découpage des centuries, comme c’est souvent le cas dans les centuriations du nord de l’Italie, généralement soumises à un mode unique et cohérent d’organisation interne, puisqu’on en retrouve la trace dans les cinquième et sixième centuries à l’est de Lansargues (Le Fesc, Saint‑Just). On notera le rôle singulier joué par ce limes dans la structuration du tissu urbain de Lansargues (fig. 22), puisque c’est sur lui que l’église s’appuie (rue de la Cure), étant ainsi séparée du noyau villageois initial, selon un modèle d’organisation spatiale largement représenté dans le Melgorois et le Lunellois. En dessous, dans la série DS 7, on retrouve ce type de limes, sur 360 m, dans les tènements des Vesses et des Amellierets Gouiran (fig. 21) ; c’est aussi le cas plus haut, dans la série DS 5, dans le tènement de Cascabel, sur 180 m (fig. 22), et plus à l’est, dans le tracé du Chemin du Mas de Cadoule, sur plus de 550 m, de part et d’autre du mas (fig. 21) ; même cas également dans la série DS 4, pour les tènements des Roubiaures et de Roubiaure de Roux, sur 310 m, et dans ceux de Sallèle et de Régine, sur 400 m (fig. 21‑22) ; au niveau de Valergues et de Lunel‑Viel (DS 3) : au nord‑ouest de Valergues, sur 130 m, dans le tracé du chemin qui sépare les tènements de La Carriérasse, au sud, et de Planas, au nord (fig. 22) ; de même au nord du noyau villageois de Lunel‑Viel, où le Grand Chemin de Montpellier à Nîmes (actuelle RN 113) observe un tracé qui se confond, sur presque toute la longueur de la centurie contenant le village, avec l’emplacement du limes de milieu de centurie : la route royale a sans doute récupéré ici le parcours d’un chemin préexistant (fig. 20). On retrouve encore ce mode de division dans les collines du piedmont de garrigue, dans les tènements du Moulin à Vent (DS 2) et de Sainte‑Catherine (DS 1).

FIG.22 – Carte à grande échelle de la morphologie agraire isocline avec la centuriation antique : quart sud‑ouest (d’après le plan napoléonien).

134En ce qui concerne les autres formes de division, dont il nous reste à dresser un inventaire précis, y compris avec le concours de la statistique, appliquée aux relevés systématiques des limites parcellaires et des chemins isoclines avec la limitation antique, on se bornera à en prouver l’existence en signalant un cas particulièrement spectaculaire de division par tiers de centurie. Dans le cas en question, le limes est en effet pérennisé sur toute la longueur d’une centurie ; il s’agit, dans la série DS 5, du chemin qui partage le tènement des Parpayols d’est en ouest, et qui se poursuit plus à l’ouest comme support de limite communale entre Lunel‑Viel et Lansargues, dont le tènement contigu est celui des Baisses du Berbian, riche en vestiges antiques (fig. 21‑22). C’est dire qu’il s’agit là d’un alignement remarquable, dont l’origine est incontestablement antique.

135On signalera également le cas du Chemin Vieux de Montpellier à Nîmes, qui emprunte, à partir du carrefour des Fournels, à l’est de Lunel‑Viel, un long alignement de près de 1700 m, constitué de limites intercisivi qui se suivent sans interruption dans trois centuries, à un intervalle constant de 4 actus du 3e decumanus, et qui indiquent ici une division par quart de ces centuries (fig. 17).

11.2.2.2 Les kardines, axes inclinés à 22° 30’ à l’ouest du nord géographique

136Nous avons pu établir cette hiérarchie des decumani, et de leurs parallèles au sein des centuries, grâce au calage initial de la grille sur le tracé de la Domitienne. Il nous restait à déterminer l’emplacement des kardines qui commandaient le calage longitudinal du réseau.

137Cette opération s’est avérée plus difficile que le calage en latitude, favorisé par l’autorité même du point d’appui constitué par la voie antique. Toutefois, après avoir hésité entre plusieurs possibilités, nous avons retenu comme axe de référence cardinal un imposant alignement, essentiellement matérialisé sous forme de chemins, dont les tronçons, discontinus, s’additionnent pour constituer un axe de près de 3 km de longueur, depuis la Domitienne, au tènement du Chemin des Charettes (Valergues), jusqu’au tènement de Cascabel (Lansargues), à mi‑chemin entre Valergues et Lansargues, vers l’ouest (fig. 17, 19 et 22). Comme on l’a déjà signalé à propos du Vieux Chemin de Montpellier à Lunel, ou Chemin de La Carriérasse, qui pérennise le 3edecumanus, le carrefour de ce dernier avec le kardo qu’on vient de décrire s’effectuait à l’ouest de Valergues, à 50 m à peine dù site antique : il s’agit, sur le plan napoléonien, du carrefour entre le chemin de Lansargues à Sussargues, au nord, poursuivi au sud par le chemin de Candillargues à Valergues, d’une part, et La Carriérasse d’autre part (fig. 22).

138Plus à l’est, ce kardo que nous considérerons pour l’heure comme le majeur, le kardo maximus (KM), étant donné son impact dans le paysage et son degré de pérennité, voit se confirmer son origine antique par un autre alignement, long de 1400 m, légèrement déjeté en son centre vers l’est par rapport à l’axe originel, et localisé à moins d’un kilomètre à l’est de Lunel‑Viel (fig. 20‑21) : il est constitué par le tracé du Grand Chemin de la Traversière, entre son carrefour avec le Chemin Vieux de Lunel‑Viel à Nîmes, qui sert de point d’appui à la limite communale entre Lunel‑Viel et Lunel, et celui qui s’opère, plus au sud, à l’est du mas de Cadoule, avec le Chemin de Valergues à Lunel. Plus au sud, ce Grand Chemin se poursuit, sous l’appellation de Chemin du Fesq, en direction du site portuaire, antique et médiéval, du Mas Desports. Au nord, il desservait l’habitat de Saint‑Paul (Chemin du Mas du Juge, aujourd’hui Mas de Castan). Il s’agit, au total, d’un itinéraire important puisqu’il sert de support à des limites communales : d’une part, au nord, entre Lunel‑Viel et Lunel, de Saint‑Paul aux Fournels, et, d’autre part, au sud, entre Saint‑Just et Lunel.

139Ce kardo secondaire est en outre pérennisé par un alignement de limites parcellaires, localisé plus au sud, à Saint‑Just, dans le tènement du Fesc, et relayé, au sud‑est du village, par une autre limite parcellaire, dans le tènement de Louviel et les Combes.

140Un troisième vestige de kardo assure le calage choisi : il se trouve à Vérargues, à l’extrémité nord‑est du territoire communal de Lunel‑Viel, sous la forme d’un tronçon du Grand Chemin de Sommières à Lunel, qui tend, sur 500 m, à se connecter perpendiculairement à la Domitienne, à 150 m à l’ouest du Mas de Fosse (fig. 17 et 20).

141A partir de ces points de référence, il est possible de vérifier la pertinence du calage effectué, en constatant une série de coïncidences, intéressantes et significatives, entre des chemins ou des alignements de limites parcellaires et les kardines du carroyage théorique.

142On reconnaît ainsi les vestiges du premier kardo à l’est du kardo de référence, qu’on dénommera donc KE 1, pour premier K(ardo) à l’E(st), dans les tènements de la Garrigue et du Mas de Baron, à Valergues, dans celui d’Entre‑deux‑Aigues, à Lansargues, où il a dû contribuer à rectifier le cours de la Viredonne, qui s’appuie dessus sur près de 400 m, ainsi qu’au sud‑est du village de Lansargues (fig. 19, 21 et 22).

143Le deuxième kardo à l’est du majeur (KE 2) se repère dans une limite parcellaire aux Tasques de Valergues, et à l’est de Lansargues, dans un tronçon du chemin reliant l’Arboras, site médiéval, au mas de Saint‑Jean, site antique puis médiéval (fig. 21‑22). Le site antique des Tasques (Valergues) s’est implanté à 50 m de ce limes, et un autre s’y est implanté dessus, sans doute de part et d’autre du chemin antique qui le matérialisait alors, le site tardo‑antique des Conques (Conques IV : Lansargues).

144Le troisième kardo (KE 3) se suit à Lunel‑Viel, sur près de 450 m (tènem ents du Roucanier et du Roussel), et plus au sud, sur près de 150 m, aux Parpayols, et à Lansargues, aux Vesses et au Camp des Arranges (fig. 19, 21 et 22).

145Le quatrième (KE 4) se repère à Lunel‑Viel, aux Taulis, et surtout à Sallèle, où on le suit sur plus de 400 m ; de même qu’à Saint‑Just, dans le tènement de Dardaillon Méjean et Hauteurs (fig. 20‑21).

146Le cinquième kardo à l’est (KE 5) n’a pas laissé de longs vestiges dignes d’intérêt, si ce n’est une portion de chemin dans le tènement du Moulin à Vent, à Lunel‑Viel, et un alignement de limites parcellaires, sur 130 m, aux Aubettes, au nord‑ouest de Saint‑Just (fig. 20‑21). En revanche, c’est à lui qu’appartient le segment de voie dégagé sur une quarantaine de mètres à l’est de la nécropole tardo‑antique du Verdier, dont il délimite l’extension orientale (fig. 6). Cette portion de voie antique se présente en réalité comme un gauchissement vers le sud de l’axe initial du limes, sans aucun doute sous la pression des variations affectant le cours du Dardaillon‑est, qui ont contraint le parcellaire et la voirie rurale contigus à se plier à son orientation dominante, nord‑sud dans ce secteur : c’est ce que révèle bien la dynamique du parcellaire dans le tènement du Verdier, figée et pérennisée par la structure d’un lotissement pavillonaire récent, où se conjuguent l’influence de l’inclinaison de la centuriation, à l’ouest, au contact du bourg antique, et celle du cours d’eau, à l’est. On note d’ailleurs qu’une limite parcellaire de tracé récent, puisqu’elle n’apparaît pas encore en 1812, contribue, en obéissant à la même logique de construction, mais avec un léger décalage vers l’ouest, à mémoriser et poursuivre plus au sud le tracé de la voie antique fouillée en marge de la nécropole. En outre, cette menace du Dardaillon‑est sur la frange occidentale de l’agglomération antique vient d’être confirmée par une mission récente de l’IGN, révélant le passage, à la latitude même de la nécropole du Verdier, au sud du chemin, de deux bras fossiles à l’ouest du cours actuel, dûment canalisé (IGN 1987, 2843/300, no 19).

147La photographie aérienne assure également l’existence du limes antique : en effet, la mission des forces aériennes alliées datée du 22 avril 1944 (23 SF 438, clichés no 4122 et 4123, archivés au CCJ) révèle, dans la grande parcelle comprise entre la RN 113 (ex. : Route Royale de Montpellier à Nîmes) et le Chemin Bas de Lunel‑Viel à Lunel, et aujourd’hui partagée en deux parle chemin d’accès au château, une anomalie linéaire qui coïncide parfaitement avec le tracé théorique du limes ; le fait a été confirmé avec éclat au cours d’une prospection à basse altitude effectuée par G. Chouquer en juin 1986 (fig. 23) : le parcours du limes s’observe nettement dans les céréales arrivées à maturité, tant dans la parcelle contiguë à la RN 113 qu’aux abords de la nécropole (clichés 86.6.26. 13 et 14 : Favory 1986b).

FIG. 23 – Anomalie phytographique révélant le tracé du kardo KE 5 (dessin d’après un cliché de G. Chouquer, 26 juin 1986 : no 86.6.26.7.14). 1 trace du limes ; 2 Chemin du Verdier, ancien camin romieu ; 3 emplacement de la nécropole tardive ; 4 Chemin Bas de Lunel‑Viel à Lunel ; RN 113, ancien Grand Chemin de Montpellier à Nîmes ; 6 habitat du milieu du IVe au VIe s.

148Les limites intercisivi : nombre de centuries restituées ici conservent le souvenir d’une subdivision par moitié (10 actus), tiers (6 actus 2/3), quart (5 actus) ou cinquième (4 actus).

149Dans la série de centuries KE 1, entre le kardo considéré ici comme le maximus (KM) et le premier à l’est (KE 1), on observe un vestige de limes à 7,5 actus du kardo de référence (la Garrigue, Valergues), un autre à 5 actus (Pioch Seilles, Valergues), et un troisième, à 4 actus en deçà du 2ekardo, constitué par la portion du Chemin de Nabrigas, séparant le tènement du Mas de Baron et celui des Jasses, au n ord, et confinant au Peras, au sud, avec un tracé déjeté vers l’ouest en son centre  fig. 19 et 22) ; plus au sud, un limes exerce à nouveau son influence, à 5 actus en deçà du premier kardo à l’est (KE 1), à la fois dans les faubourgs occidentaux de Lansargues et, surtout, dans un long tronçon du chemin dit « de la Prairie », qui coïncide parfaitement avec le limes antique sur plus de 600 m (fig. 22).

150Série KE 2, entre le premier et le second kardo à l’est du KM : le Chemin de Lansargues à Sommières , délimitant à l’est les tènements du Mas de Baron et de Cazals (Valergues), adopte, sur un parcours d’un kilomètre globalement parallèle à celui du kardo KE 2, un tracé sinueux, hésitant entre l’intervalle de 5 et celui de 6 actus avec le limes linearius proche (fig. 22). Plus au sud, le Chemin de Valergues à Lansargues réutilise, sur 600 m environ, le tracé d’un limes distant de 4 actus au‑delà du KF, 1, dont on retrouve l’empreinte dans la limite de confront entre le village et le tènement des Plans (Lansargues) (fig. 22).

151Série KE 3, entre les 2e et le 3ekardines à l’est du KM : une limite parcellaire du tènement des Roussels pérennise, sur 250 m, un limes de milieu de centurie, et l’alignement se poursuit au‑delà, vers le sud, dans le cours rectifié du ruisseau des Courrens, qui fait ici office de limite communale entre Valergues (tènement de Clergues) et Lunel‑Viel (tènement du Roussel) (fig. 19 et 22). Plus au sud, c’est, dans le tènement des Vesses (Lansargues), une section du Chemin de l’Arboras à Saint‑Denis qui s’inscrit, sur 230 m, dans l’inclinaison de la centuriation, à 8 actus en deçà du KE 3 (fig. 21).

152Série KE 4. Ici, c’est le Chemin de Montels à Tasque, qui reliait donc le village déserté de Montels à l’autre localité disparue des Parpayols, ou Tasques, qui emprunte le tracé de limites intercisivi : dans la section qui sépare le tènement du Roussel de celui des Trois Ponts, il coïncide, sur 350 m, avec un limes de quart de centurie, à 5 actus au‑delà du kardo KE 3. Plus au sud, dans la section aboutissant au site des Parpayols, il emprunte, sur près de 450 m, le tracé d’un limes mené à 6 actus du KE 3 (fig. 20‑21). Toujours plus au sud, dans le secteur des Tasques à Saint‑Just, on peut reconnaître une limite parcellaire de 220 m de longueur, qui poursuit ce même alignement à 6 actus du kardo KE 3 ; à côté, une autre limite, de largeur équivalente, pourrait pérenniser un limes tracé à 7 actus 2/3 en deçà du KE 4, dont on repère la marque, 400 m plus bas, dans un diverticule du Chemin de Tasque à Saint‑Nazaire : il s’agit, en réalité, d’un des deux chemins qui reliaient le site médiéval précoce des Parpayols et celui de Saint‑Pierre d’Obilion, localisé à l’actuel emplacement du Mas de Viala (Lansargues et Saint‑Just) (fig. 21).

153Série KE 5. C’est certainement la rangée de centuries la plus riche en alignements longitudinaux hérités des limites de subdivision antiques. En effet, c’est le carrefour entre le 3e decumanus au sud de la Domitienne (DS 3) et le limes du milieu de la centurie DS 3‑KE 5, qui a présidé à l’installation et au développement du bourg antique à l’origine de l’agglomération lunel‑vielloise.

154Le fait est assuré par la localisation même du noyau urbain du Haut‑Empire, groupé autour de ce carrefour qui a légué l’inclinaison de ses deux orthogones à l’urbanisme environnant (fig. 6 et 20). En outre, on identifie les vestiges de ce limes longitudinal dans le tissu urbain médiéval et moderne, au nord de l’agglomération antique. On peut en effet reconstituer, depuis la façade orientale du château, tournée vers Lunel, jusqu’au cœur du bourg antique, qu’on peut localiser dans la parcelle triangulaire contournée par le camin romieu (Chemin de La Carriérasse ou Vieux Chemin de Montpellier à Lunel), un alignement parcellaire dans le bâti, qui, depuis 1812, a trouvé son prolongement, par homotypie de contiguïté, dans la parcelle elle‑même. La nature même de l’alignement, qui traverse avec autorité tous les blocs de maisons, prouve que le développement de (urbanisme s’est appuyé ici sur une limite agraire suffisamment puissante (un chemin creux ?) pour contraindre les îlots de l’habitat en expansion à se distribuer de part et d’autre de l’axe existant, sans jamais le transgresser, en installant par exemple une maison franchement dessus (fig. 6),

155D’autres alignements significatifs, parallèles au limes antique, structurent l’urbanisme médiéval et moderne, et confirment que le village médiéval s’est installé, à 200 m au nord‑ouest du village antique, dans un parcellaire rural fortement organisé par le quadrillage induit par la centuriation. Cette réalité agraire inscrite dans le cadre de la centuriation, et normée par ses mesures et son inclinaison, a pu être mise en évidence à l’occasion de la fouille du cimetière des Horts, installé au début du haut Moyen Âge sur un réseau de fossés de drainage, comblés durant l’Antiquité tardive, dans la seconde moitié du ive‑ siècle (voir plus haut). Le parcellaire gallo‑romain délimité par ces fossés, localisé aux marges méridionales de l’habitat du Haut‑Empire, s’appuie sur une voie antique, menée ici parallèlement à environ 8 actus 2/3 du limes cardinal KE 5 (fig. 12, no 24) : quand au réseau orthogonal des fossés (nos 2, 5, 6, 9, 10, 16 et 23), incliné comme le réseau centurié, il s’articule sur un fossé majeur, le no 9 sans doute prolongé par le no 23, aménagé à 3 actus au sud du decumanus DS 3 (fig. 6).

156On a déjà mesuré, dans le passage consacré plus haut au village de Lunel‑Viel, combien la morphologie agraire orthonormée par la limitation antique avait influencé la localisation même de l’îlot central, le plus ancien, du village actuel et la structuration de l’urbanisme médiéval. On peut ajouter à ces observations que la marque de la campagne centuriée s’exprime nettement dans un alignement, long de près de 350 m, sur lequel s’est sans doute appuyée la limite sud du noyau villageois médiéval : les mesures montrent qu’il correspond à un limes intercisivus mené à 3 actus 2/3 au nord du decumanus DS 3 (fig. 6).

157Dans les centuries méridionales de cette rangée KE 5, on observe une richesse relative d’alignements pérennisant les limites intercisivi initiaux (fig. 20‑21). Au contact même du bourg antique, deux chemins desservaient la campagne exploitée par les paysans habitant le Lunel‑Viel antique (tènement de la Régine) : le fait est établi pour le plus oriental, qui s’est maintenu depuis près de deux millénaires sur cette voie dont on a parlé à propos du parcellaire fossoyé des Horts, tracé à 8 actus 2/3 en deçà du kardo KE 5. Il est doublé à l’ouest par un chemin mené à 6 actus 2/3 au‑delà du kardo KE 4. A un demi‑kilomètre au sud du bourg antique, les deux chemins s’écartent de leur axe initial pour adopter, pour le premier, un axe tracé à 8 actus en deçà du kardo KE 5, sur plus de 400 m, et pour l’autre, un axe tracé à 4 actus à l’est du kardo KE 4, sur près de 300 m.

158Plus au sud, dans la centurie KE 5‑DS 6, on identifie un vestige de limes dans un segment du Chemin de Lansargues à Saint‑Just, séparant les tènements de Cartairade et de Pont Trinquat (Saint‑Just), et mené parallèlement au kardo KE 5, à 5 actus en deçà, sur plus de 350 m. Dans la centurie située en dessous (KE 5‑SD 7), c’est un alignement parcellaire qui contribue à mémoriser, sur 450 m, un limes de quart de centurie, à 5 actus au‑delà du kardo KE 4.

159Série KE 6. On peut y reconnaître un éventuel vestige de limes intercisivus, tracé à 7 actus en deçà du kardo KE 6, dans un alignement parcellaire repérable sur près de 700 m dans la centurie KE 6‑DS 6, dans le tènement du Fesc, à Saint‑Just, et dans celui du Mas de Cadoule et Endrausse, à Lunel‑Viel (fig. 21).

11.2.2.3 Le parcellaire isocline

160Cette analyse morphologique n’aurait pas été complète sans une approche du parcellaire lui‑même, au‑delà des alignements remarquables qui ont retenu jusqu’alors notre attention. Il s’agit d’une analyse beaucoup plus complexe et exigeante plus de temps encore que celui que nous avons pu consacrer à l’étude qui précède. Nous avons cependant l’ambition de conduire à bien cette analyse, qui apportera d’importants compléments d’information sur le mode de division dominant adopté dans la centuriation : s’agit‑il d’une formule classique comme celle du trifinium ou du quadrifinium, c’est‑à‑dire un découpage de la centurie par tiers ou par quart appliqué globalement à l’aire centuriée, à l’image des grands ouvrages centuriés d’Italie septentrionale ? Les arpenteurs ont‑ils opéré différemment, en sectorisant le mode de subdivision, adoptant ici le quadrifinium, là une division par cinquièmes de centurie, ailleurs une division par tiers, etc. ? Le débat est ouvert et il n’a pour seul objet de restituer la structure formelle intime de la limitation : l’approche globale du parcellaire doit permettre d’éclairer l’origine d’une partie importante des mécanismes de structuration des territoires communaux, au niveau de la constitution des quartiers de culture, ou tènements, et de la voirie rurale, dont on a déjà pu mesurer le rapport étroit à la structure paysagère antique.

161Nous avons donc procédé à un relevé systématique de toutes les formes parcellaires et viaires isoclines avec les deux directions orthogonales de la limitation antique, en reportant les résultats dans une même centurie modèle. On obtient de ce fait une vision synoptique de la distribution spatiale des formes de division parcellaires obéissant à l’orientation du réseau antique, et de leur éventuel regroupement, tant en latitude qu’en longitude, pouvant renvoyer à des formes de division dominantes des centuries. Comme les subdivisions peuvent différer, en nature et en nombre, selon qu’elles s’appuient parallèlement sur les decumani ou les kardines, nous avons différencié les relevés effectués dans un sens et dans l’autre.

162Nous avons veillé, en même temps, à ce que la méthode utilisée permette de mesurer l’impact du réseau antique sur la morphologie agraire ultérieure, en liaison avec la topographie. Pour ce faire, nous avons effectué les relevés, et projeté leurs résultats dans une centurie emblématique unique, dans le cadre de bandes parallèles à la Domitienne, constituées par deux rangées de centuries, sur 8 centuries en longitude, depuis le kardo maximus, tangent à Valergues, jusqu’au 8e kardo à l’est (KE 8), qui traverse les faubourgs occidentaux de Lunel. Afin d’inscrire le territoire de Lunel‑Viel dans une dynamique parcellaire significative, nous avons effectué les relevés depuis le rivage de la lagune fossile, à 0 et 1 m NGF, jusqu’au premier decumanus au nord de la Domitienne (DN 1), à la latitude du site du Mas Blanc. Au total, cette enquête nous a amenés à visiter l’espace correspondant à 95 centuries, soit 4 735 ha, restituées sur un assemblage à 1/10 000 des relevés cadastraux de la CNARBRL.

163On a obtenu ainsi 6 centuries modèles, présentant de manière commode la densité respective, et leur répartition dans le cadre centurial, des limites parcellaires isoclines avec la limitation Sextantio‑Ambrussum, selon les différentes latitudes du réseau, qui correspondent à une élévation progressive de la topographie, depuis la zone palustre jusqu’aux coteaux de la garrigue (fig. 24). Il n’est pas question de présenter ici les résultats d’une analyse des regroupements et les éventuelles périodicités qu’elle pourrait révéler, même si, à l’œil nu, on peut discerner, ici ou là, des accumulations significatives correspondant au cinquième, au quart, au tiers ou à la moitié des centuries : cette analyse reste à faire, et certainement avec le concours de l’outil statistique. On envisage en effet de digitaliser ces données et d’en étudier automatiquement la structure, à l’instar de la démarche suivie par R. Compatangelo, chercheur au Centre de Recherches d’Histoire Ancienne de Besançon, qui a pu, grâce à une analyse spectrale développée sur un micro‑ordinateur, révéler les périodicités qui président à l’organisation interne des centuries d’une limitation du territoire de Lupiae (Lecce), dans la péninsule sallentine, en Italie du sud (Compatangelo 1989).

FIG. 24 – Relevés des limites parcellaires isoclines avec la centuriation antique. Relevé no 1: 15 centuries de la zone lagunaire (rangées DS X et XI, de KE I à KE VIII) ; relevé no 2 : 16 centuries de la plaine littorale, entre 2‑3 m et 5‑6 m NGF (rangées DS VIII et IX, de KE I à KE VIII) ; relevé no 3 :16 centuries de la plaine littorale, entre 5‑6 m et 7‑9 m NGF (rangées DS VI et VII, de KE I à KE VIII) ; relevé no 4 : 16 centuries de la « côte lunelloise » , entre 7‑9 m et 10‑16 m NGF (rangées DS V et IV, de KE I à KE VIII) ; relevé no 5 : 16 centuries du contact entre la plaine et le piedmont de la garrigue, de 16 m à 55 m NGF (rangées DS II‑III, de KE I à KE VIII) ; relevé no 6 : 16 centuries du piedmont de la garrigue, de 25 m à 55 m NGF (rangées DS I‑DN I, de KE I à KE VIII).

164L’examen à l’œil nu des 6 relevés synthétiques livre deux informations majeures :
1°) chaque secteur délimité pour chacune des opérations de relevé, dont on a souligné la cohérence au plan topographique, offre une égale densité de traces dans les deux directions, décumane et cardinale, du réseau antique ;
2°) l’impact de la centuriation évolue selon la topographie, avec une très nette différenciation entre : d’une part, les zones qui tendent à la marginalité, sans ignorer pour autant la présence du réseau centurié, et que constituent le secteur de la plaine littorale, au contact des palus (fig. 24, relevé no 1), et le secteur du piedmont de la garrigue, de part et d’autre de la Domitienne (relevé no 6) ; et, d’autre part, le secteur de la plaine compris entre l’altitude de 2 à 3 m et celle de 25 m NGF (relevés 2 à 5).

165Dans ce secteur de la plaine, on peut mesurer la croissance de la densité des vestiges parcellaires au fur et à mesure que l’on passe de la zone médiane, entre 2 à 3 m et 7 à 9 m NGF (relevés 2 et 3), à la zone amont, celle de la Costière lunelloise (Daumas 1951‑1952) qui se poursuit jusqu’au contact avec les premiers coteaux de la garrigue, où l’impact de la centuriation est le plus fort.

166Au terme de ce rapide bilan de l’information spécifiquement parcellaire, on se bornera à noter que l’influence du réseau Sextantio‑Ambrussum est la plus efficace dans la zone même où sont le plus massivement implantés les sites du Haut‑Empire, que ce soit sous la forme de l’habitat dispersé, villlae, fermes plus modestes, annexes agricoles, ou de l’agglomération rurale de Lunel‑Viel.

11.2.3 Les épandages agraires : définition et typologie

167Nous avons effectué une analyse factorielle des correspondances (AFC) spécifique pour tenter de dresser une typologie des zones d’épandage agraire, c’est‑à‑dire des zones, généralement beaucoup plus amples qu’un site d’habitat, où affleurent des tessons marqués par une usure caractéristique, fragmentés et roulés, et qui ont été répandus sur les terres cultivées dans l’Antiquité et au Moyen Âge, en même temps que les amendements organiques provenant de l’habitat qu’ils accompagnaient (Ferdière 1988 : 44‑45). Cette notion d’épandage à des fins de fumure, soigneusement étudiée par les équipes anglaises travaillant sur le monde rural (voir en dernier lieu Hayfield 1987 : 192‑196), est en revanche assez peu prise en compte par l’archéologie française, malgré quelques tentatives récentes (Parodi 1987 : 50 ; Zadora‑Rio 1987 : 14).

168L’identification de telles zones n’est pas sans poser de réelles difficultés d’interprétation, dans la mesure où l’épandage du mobilier peut résulter de divers faits, naturels ou anthropiques, postérieurs à la constitution des données archéologiques. L’action du milieu doit être prise en compte dans certaines situations, par exemple au pied d’un habitat perché dont les niveaux ont subi une érosion entraînant au bas des pentes des éléments mobiliers. La même prudence s’impose dans les zones alluviales, en aval d’un habitat ayant connu des inondations susceptibles de mobiliser des sédiments archéologiques. Enfin, l’homme lui‑même a pu fausser l’image de surface des réalités anciennes, par exemple en rapportant de la terre afin d’exhausser et d’assainir des zones palustres dans le cadre d’une opération de conquête de nouveaux terroirs. S’ils ne peuvent être totalement évités, de tels risques d’interprétation peuvent cependant se réduire considérablement par une approche minutieuse de la topographie, de la morphogénèse du paysage‑actuel et de l’histoire récente des aménagements agraires.

169On a vu que le relief joue un rôle négligeable sur le territoire de Lunel‑Viel, et que par ailleurs les habitats perchés y sont absents, à une exception près. Les cours d’eau ne peuvent en revanche être négligés, dans la mesure où le régime méditerranéen leur donne un réel pouvoir érosif sur les habitats situés en lisière des vallées alluviales. Dans ce cas particulier, le report des épandages sur la carte pédologique au 1/5 000, d’une grande précision, permet de mesurer la part respective du risque d’apport alluvionnaire et de l’épandage qui ne doit rien à l’action de la rivière. Pour le territoire qui nous intéresse, cette vérification montre que, si les vallées alluviales entrent dans la constitution des zones dites d’épandage, elles n’y occupent qu’une place limitée (fig. 17). Dans deux exceptions seulement, la vallée alluviale constitue l’essentiel de la zone d’épandage, et l’on peut effectivement émettre des résolves d’interprétation pour ces deux cas (fig. 17, sites nos 4 et 10 [trame rouge] ; fig. 18, sol 12 [trame bleue]). Enfin, dans le cadre de remaniements agraires, le risque d’épandage par apport de terre peut aussi s’évaluer grâce au concours de la carte pédologique détaillée, sur laquelle de tels remblais ne manquent pas de provoquer une anomalie significative dont nous n’avons aucun exemple en Lunellois.

170Des critères plus strictement archéologiques interviennent dans l’identification de ces zones agraires, notamment l’homogénéité chronologique du mobilier recueilli en prospection, qui traduit une certaine cohérence dans l’épandage. Dans plusieurs épandages, la présence de céramiques de périodes très diverses, pouvant s’étaler entre le Néolithique et les temps modernes, nous a incités à rejeter ou à mettre en réserve l’hypothèse d’un amendement ancien. La densité régulière des vestiges, sur plusieurs dizaines d’hectares, nous paraît aussi un indice à retenir.

171En tenant compte de ces réserves, nous avons retenu quinze zones d’épandage agraire dont on a pu cerner le début et la durée de la fréquentation (tabl. I, A). Munis de ce descripteur chronologique, nous avons sélectionné deux autres descripteurs susceptibles d’apporter éventuellement, par leur croisement avec les caractères chronologiques, des éclairages sur la stratégie d’occupation des sols et son évolution au cours des siècles envisagés dans notre étude.

172Nous avons évité de consacrer un descripteur à la superficie, difficile à cerner dans ce type de fait archéologique, où les critères de la concentration et de la dispersion des tessons posent un réel problème d’appréciation. Dans la mesure où chacune de ces zones d’épandage peut être connectée à un site ou à plusieurs sites d’habitat contemporains, localisés dans leur immédiate proximité, ou inscrits au cœur même de la zone d’épandage, nous n’avons pas retenu ce rapport entre habitat et zone d’épandage agraire comme descripteur pertinent, dans ce cas précis.

TABL. I  A zones d’épandage ; B fichier des données soumises à l’analyse.

173Nous nous sommes donc limités à deux descripteurs décisifs dans le domaine de la maîtrise de la terre et de la production agricole : l’un consacré à la topographie, l’autre consacré aux catégories de sols occupés par ces zones d’activité agraires (tabl. 1, B).

Durée de la fréquentation

174A l’examen des informations élaborées à partir du matériel collecté, nous avons défini trois caractères chronologiques : fréquentation limitée au Haut‑Empire (Frq 1), fréquentation démarrant au Haut‑Empire et se poursuivant durant l’Antiquité tardive (Frq 2), fréquentation s’étendant de l’Empire au Moyen Âge (Frq 3). Nous avons intégré dans cette classe, occupée par un seul site d’épandage agraire, le seul autre site fréquenté uniquement durant le Moyen Âge.

Topographie

175Nous avons distribué les sites dans trois classes, délimitées par les courbes de niveau figurées sur les mappes cadastrales de la Compagnie nationale d’aménagement du Bas‑Rhône et du Languedoc, où elles sont espacées de 1 m : une première classe réunit les sites installés en plaine, dans la zone médiane, entre l’amont et la frange littorale, entre les courbes 3 et 9 m NGF (pente moyenne de 0,33 %) ; la seconde recense les sites installés en amont, sur la « Costière lunelloise » (Daumas 1951 : 200) entre les courbes 9 et 15 m NGF (pente moyenne de 0,35 %), et les dernières regroupent les sites installés au contact de la plaine et des coteaux de la garrigue, voire sur les coteaux eux‑mêmes, à plus de 15 m NGF ; la pente varie entre 1,5 %, au site du Mas Blanc et des Combes, et plus de 4 %, à Saint‑Paul et Sainte‑Catherine.

Catégories de sols

176Les sols exploités ont été organisés en 6 catégories, avec le souci d’équilibrer les différents groupes de sites : une première catégorie (Sol 1) rassemble les sites localisés dans le lit majeur des fleuves lagunaires, sur des sols peu évolués, d’apport alluvial, calcaires, à fort caractère d’hydromorphie, limoneux ou limono‑argileux (Arnal 1984 : unité 12). La seconde catégorie (Sol 2) concerne les sites localisés sur des sols limoneux ou limono‑argileux, au contact de sols d’apport alluvial (unité 12) et de sols bruns calcaires épais, sur accumulation calcaire de sols fersiallitiques tronqués, développés sur les limons marneux de la plaine de Lunel‑Mauguio (unité 23). Une troisième catégorie (Sol 3) rassemble les sites installés à la fois sur des sols alluviaux, limoneux ou limono‑argileux (unité 12), des sols bruns calcaires épais (unité 23) et des sols fersiallitiques faiblement lessivés, limono‑argilo‑sableux, développés sur les limons marneux de la plaine de Lunel‑Mauguio (unité 42). On a consacré le caractère Sol 4 à la combinaison entre des sols fersiallitiques faiblement lessivés, limono‑argilo‑sableux (unité 42) et des sols fersiallitiques très lessivés, à pseudogley plus ou moins développé, limono‑sableux (unité 47). Le caractère Sol 5 a été attribué aux sites localisés sur ces sols fersiallitiques très lessivés (unité 47) ou au contact de ce type de sols et de sols alluviaux, limoneux ou limono‑argileux (unité 12). La dernière catégorie (Sol 6) caractérise les sites installés sur des sols bruns calcaires peu épais, limono‑sableux ou sableux (unité 19) et sablo‑argileux, caillouteux (unité 20), de même qu’au contact de ce type de sols et de sols alluviaux, limoneux ou limono‑argileux (unité 12).

11.2.3.1 Commentaire de l’analyse factorielle des correspondances et de la classification ascendante hiérarchique

  • 2 Logiciel créé par J.‑J. GIRARDOT : Anaconda, Cahiers du Séminaire Universitaire de Recherches Floue (...)

177On rappellera les principes de ce type d’analyse (Benzécri 1980 ; Fénelon 1981 ; Massonie 1988) dont les graphes donnent une représentation des résultats, obtenus ici en sélectionnant trois axes (fig. 25). Chacune des images représente les relations qu’entretiennent entre eux les quinze sites en fonction de leurs rapports avec les caractères qu’ils partagent ou non. Représentation déformée dans la mesure où se trouvent projetés dans un espace bidimensionnel, le plan du graphe, des points‑sites et des points‑caractères répartis dans un espace factoriel tridimensionnel. A l’origine, le tableau autorise la représentation graphique des sites dans un espace à 12 dimensions et celle des caractères dans un espace à 15 dimensions. L’analyse factorielle des correspondances permet d’envisager la répartition des deux ensembles de points au sein d’un nuage représentable dans un espace beaucoup plus réduit, mais perceptible. C’est dire que tous les points sont représentés dans le plan même si, dans la réalité du nuage, ils sont éloignés de ce plan : la multiplicité des graphes et les aides à l’interprétation que le logiciel ANACONDA2 permet d’éditer, offrent le moyen de corriger ces effets de parallaxe. Une fois admises ces limites à l’apparente cohérence spatiale des relations représentées dans chacun de ces graphes, et après examen des divers niveaux de structuration des regroupements et des différenciations d’ensembles de points, il est possible de dégager la signification de chacun des 3 axes, concrétisant les facteurs qui ont organisé la distribution des sites et des caractères. Etant donné le nombre relativement faible de caractères retenus, cette AFC opère des regroupements de manière assez tranchée. Dans le plan 1‑2, l’axe 1 oppose très nettement le groupe des zones d’épandage agraire localisées sur le piedmont de garrigue (Top 3) et le groupe des zones situées en plaine, dans la partie amont (Top 2), à une exception près, le groupe 4 (Top 1). Ce dernier semble offrir plus de cohérence que le premier groupe, au plan chronologique : on y trouve en effet la plupart des sites fréquentés seulement pendant le Haut‑Empire, et un seul d’entre eux (le 6) continue à être occupé sous le Bas‑Empire. En revanche, ce groupe est très hétérogène en ce qui concerne son rapport aux sols : ces zones d’épandage fréquentées pendant le Haut‑Empire manifestent en effet un grand opportunisme, en exploitant des sols alluviaux peu évolués (Sol 1), des sols fersiallitiques (Sols 4 et 5) ou des combinaisons des trois grandes catégories de sols représentées dans la région étudiée : alluviaux, fersiallitiques et bruns calcaires (Sol 3).

FIG. 25 – Graphes d’AFC : zones d’épandage antique et médiéval. a plan 1‑2 ; b plan 2‑3.

178L’axe 2 différencie le groupe des sites de plaine, localisés en aval, dans la zone médiane, au contact de sols alluviaux et de sols bruns calcaires (Sol 2), éventuellement complétés par des sols fersiallitiques (Sol 3), et le groupe des sites installés sur des sols fersiallitiques (Sols 4 et 5) ou des sols bruns calcaires peu épais (Sol 6). Dans cette distribution des sites, le critère chronologique n’intervient pas dans les regroupements observés : chacun des trois caractères relatifs à cette information occupe une position intermédiaire entre les différents groupes.

179Quant à l’axe 3, il opère une différenciation au sein du groupe de la plaine médiane (Top 1), en séparant les sites nos 1, 3 et 11, le groupe des trois Sol 2, écartelés entre les trois caractères chronologiques différents, et le groupe beaucoup plus compact des sites nos 2, 9 et 12, en tous points semblables : Sol 3, Frq 2 et Top 1. En outre, cet axe gère une différenciation au sein du groupe des sites du piedmont de garrigue, entre le site no 13, attiré vers le no 3 par le critère chronologique Frq 3, et les sites nos 8 et 14, tous deux Frq 2 ; ici, c’est le critère chronologique qui justifie la dispersion des points‑sites. De même, le groupe des sites du Haut‑Empire se partage nettement selon le critère pédologique, entre les deux sites au caractère Sol 1 (nos 4 et 10), et le reste des sites, respectivement Sol 3 (no 15), Sol 4 (nos 5 et 6) et Sol 5 (no 7).

  • 3 Elle a été réalisée avec le logiciel ANACONDA (J.‑J. Girardot), grâce à un programme élaboré à part (...)

180Au total, l’AFC a révélé, dans le plan 1‑2, une claire et nette différenciation entre trois ensembles, dont la cohérence respective est assurée par la topographie et, dans une moindre mesure, par la pédologie : la classification ascendante hiérarchique (fig. 26), calculée à partir des résultats de l’AFC3, traduit cette répartition en isolant une seconde classe (II sur les graphes) composée des sites du piedmont de garrigue (nos 8, 13 et 14), d’une première classe, composée des sites de plaine et découpée en deux groupes, celui des sites de plaine d’amont (I, 1) et celui des sites de la plaine médiane (I, 2). L’axe 2 précise l’opposition entre le groupe des sites de la plaine médiane (Top 1 : groupe I, 2), sur sols 2 et 3, c’est‑à‑dire au contact de sols alluviaux et de sols bruns calcaires (Sol 2), auxquels peuvent s’ajouter des sols fersiallitiques (Sol 3), et le reste des sites, installés plus au nord, dans la plaine en amont (groupe I, 1), et sur les coteaux (classe II), où ils occupent des sols alluviaux, des sols bruns calcaires peu épais et des sols fersiallitiques, faiblement ou très lessivés. Ici, c’est le critère pédologique qui joue pleinement, sans que le critère chronologique ait une quelconque influence. L’axe 3 affine la différenciation interne des groupes caractérisés dans le plan 1‑2, en faisant opérer le critère pédologique conjugué avec le critère chronologique, dont on commence à percevoir l’action.

FIG. 26 – Arbre de classification.

181En conclusion, si l’on considère l’échantillon étudié, on doit admettre qu’il n’y a pas de relation exclusive entre une période donnée et un profil topographique et pédologique défini. On notera toutefois que les zones n’ayant livré que des tessons du Haut‑Empire sont essentiellement localisées dans la plaine d’amont (4 sites sur 6), entre 9 et 14 m, dans le cadre du lit majeur d’un fleuve lagunaire, sur des sols alluviaux peu évolués, limoneux ou limono‑argileux, ou à cheval sur un lit majeur et sur un interfluve, à la fois sur des sols alluviaux et sur des sols bruns calcaires épais, limoneux et limono‑argileux, et/ou des sols fersiallitiques faiblement lessivés, limono‑argilo‑sableux, ou très lessivés, et limono‑sableux.

182Les sites à fréquentation plus durable, jusque dans l’Antiquité tardive, préfèrent en majorité la plaine médiane (4 sites sur 7), entre 3 et 9 m NGF, où ils occupent le contact entre une vallée alluviale et un interfluve, en exploitant à la fois des sols alluviaux peu évolués, limoneux et limono‑argileux et des sols bruns calcaires épais, de même texture, auxquels s’ajoutent, dans certains cas, des sols fersiallitiques faiblement lessivés, limono‑argilo‑sableux. Pour autant, ils ne négligent ni l’amont de la plaine et ses sols fersiallitiques (no 6), ni les coteaux et leurs sols bruns calcaires peu épais, au contact de sols alluviaux (nos 8 et 14).

Sites de plaine, majoritairement situés en amont (I, 1)

183– fréquentés durant le Haut‑Empire, sur sols alluviaux :
10 Parpayols
4 le Caniès

184– fréquentés durant le Haut‑Empire, voire au Bas‑Empire, sur sols variés 
5 Camp Miaulaire
7 les Crosasses
15 Valergues
6 Gros des Anèdes

Sites de la plaine médiane (I, 2)

185– à fréquentation durable sous l’Empire, sur sols alluviaux, bruns calcaires épais et fersiallitiques :
2 Baisses du Berbian
9 Mascarades et Hauterre
12 Pont Trinquât

186– à fréquentation de durée variable, mais sur sols alluviaux et bruns calcaires épais :
11 les Pelets
1 Arboras
3 la Belle et le Passage

Sites du piedmont de garrigue (II)

18713 Saint‑Paul
14 Sainte‑Catherine
8 Mas Blanc

11.2.3.2 Commentaire agrologique (d’après Arnal 1984 ; Clément 1981 ; Daumas 1951‑1952)

Sols peu évolués d’apport alluvial

188unité 12

189Ils occupent le fond des vallées des cours d’eau dans la zone des garrigues et toute la superficie de leur lit majeur qui s’élargit dans la plaine littorale. La topographie de ses sols est plane, et la pente est souvent inférieure à 0,5 %. Ce sont les sols qui se développent sur des alluvions relativement récentes, le plus souvent limoneuses ou limono‑argileuses, toujours calcaires. Ils sont en général soumis à une alternance de sécheresse et d’humidité provoquée par les oscillations de la nappe phréatique dont ils dépendent : ce sont des sols fertiles, mais pour la plupart submersibles par les crues de printemps et surtout d’automne. Pour le plus grand nombre des vallées alluviales, le drainage naturel est insuffisant pendant la saison humide, ce qui provoque un engorgement temporaire qui se traduit par une hydromorphie d’importance variable. Ces sols sont toujours des sols profonds à forte capacité de rétention pour l’eau, avec une perméabilité moyenne à forte, qui peut faiblir lorsque la proportion des limons est élevée : on observe dans ce cas une moindre stabilité de la structure avec battance de surface et formation fréquente de semelles de labour.

190Actuellement ces sols sont occupés par des vignes à gros rendements donnant des vins de petit degré et par des vergers de pommiers. Au début du xixe s., ces sols étaient occupés par des prairies, des friches, des vignes et des cultures.

Sols calcimagnésiques, carbonates, bruns calcaires

191unités 19, 20 et 23

192Ce sont des sols dont le profil présente une couleur brune, due aux oxydes de fer. Ils se présentent généralement comme des sols profonds, de grande valeur agricole.

Sols bruns calcaires modaux peu épais (unités 19 et 20)

193Ces sols se rencontrent ici au nord de Lunel‑Viel, sur les coteaux du piedmont des garrigues, dans une zone en pente moyenne à faible. Ils sont caractérisés par une épaisseur faible, voisine de 50 cm sur roche meuble ou peu indurée, souvent un peu plus faible sur roche dure ; on n’y trouve pas de caractères d’hydromorphie, sinon de manière discrète. Les sols limono‑sableux (unité 19), plus ou moins calcaires selon le substrat, installés sur des pentes moyennes à faibles, peu épais à moyennement profonds, sont actuellement presque toujours cultivés en vigne, ce qui est d’ailleurs déjà le cas au début du xixe s., dans le secteur qui nous intéresse, mais avec une part importante, ailleurs, abandonnée aux pâtures et à la friche. Les sols sablo‑argileux (unité 20), irrégulièrement caillouteux, épais de 30 à 60 cm, sont localisés sur des pentes souvent moyennes (5 à 10 %) : ils sont surtout cultivés en vigne, comme au début du xixe s. où la viticulture coexiste avec la céréaliculture.

Sols bruns calcaires modaux épais (unité 23)

194Ce sont des sols caractéristiques de la plaine de Lunel‑Mauguio, où ils constituent la transition entre des sols fersiallitiques tronqués et les sols alluviaux. Ils y occupent toute la largeur des extrémités aval des interfluves de la plaine où la pente est faible, inférieure à 2 %, et l’altitude voisine de 2‑4 m NGF, celle que nous avons désignée comme plaine médiane. Ils sont le plus souvent développés sur les limons marneux de la plaine de Lunel‑Mauguio, dont les matériaux, limoneux et calcaires, avec des passages caillouteux, ont subi une première évolution pédologique ayant abouti à un sol fersiallitique à accumulation calcaire ; après érosion des horizons décarbonatés de ce sol, un nouveau sol, de type brun calcaire, s’est formé à partir de l’accumulation calcaire.

195L’accumulation calcaire (le taparas), qui se présente, dès l’horizon cultivé, sous forme de nodules plus ou moins gros, d’amas friables ou d’encroûtement, peut constituer un obstacle à la pénétration des racines : des labours profonds (défoncement ou sous‑solage) sont nécessaires pour améliorer la porosité de l’horizon profond quand l’accumulation calcaire est fortement concrétionnée ou encroûtée. Ces sols sont souvent cultivés en vigne, mais on y trouve fréquemment des cultures irriguées (pommiers et cultures maraîchères surtout). Au début du xixe s., ces sols, jusqu’alors majoritairement exploités en céréaliculture, commencent à consacrer une part de plus en plus importante de leur superficie à la viticulture.

Sols à sesquioxydes de fer, sols fersiallitiques

196unités 42 et 47

197Les sols fersiallitiques sont surtout caractérisés par leur couleur rougeâtre à rouge, qui leur a valu autrefois l’appellation de « sols rouges méditerranéens ». Il s’agit de vieux sols, localisés sur des surfaces stables, à faible pente et/ou à forte pierrosité, et à ce titre préservées de l’érosion ; ils sont la résultante d’une altération en plusieurs phases. En Languedoc oriental, on les trouve sur des matériaux très variés, généralement riches en calcaire.

Sols fersiallitiques faiblement lessivés (unité 42)

198Ces sols, limono‑argilo‑sableux, formés sur limons marneux de la plaine de Lunel‑Mauguio, se présentent comme des sols profonds, à forte capacité de rétention ; bien qu’assez argileux en profondeur, ils sont très favorables à la culture irriguée intensive. On y rencontre certains problèmes de fertilisation et il faut veiller à ne pas les irriguer trop abondamment, pour éviter les risques d’engorgement.

Sols fersiallitiques très lessivés (unité 47)

199Ces sols, limono‑sableux, à pseudogley plus ou moins développé, sont localisés sur la partie amont de la plaine de Lunel‑Mauguio, et sur des restes de glacis, en pente faible, reposant en plaine sur les limons marneux et dont l’épaisseur peut atteindre 1 m.

200Ce sont des sols dans lesquels le lessivage de l’argile a donné naissance à un horizon d’accumulation argileuse, qui entraîne des phénomènes d’hydromorphie ; dans ce cas, il s’agit d’un engorgement temporaire, produisant un horizon à pseudogley. Du fait de leur topographie sub‑plane et de leur horizon supérieur de texture moyenne à grossière, ces sols sont favorables à de nombreuses cultures, après amélioration éventuelle de leur drainage et correction de leurs carences chimiques. Mais ils ne conviennent pas à des cultures à enracinement profond sensibles à l’asphyxie. Au début du xixe s., ils accueillent, suivant les tènements, indifféremment de la céréaliculture et de la vigne.

201On notera, en ce qui concerne le paléo‑environnement, que ce sont sur ces deux catégories de sols que subsistent hors garrigue, en 1812, les seuls vestiges de couvert forestier du territoire de Lunel‑Viel, sous la forme de lambeaux d’un bois‑taillis de chênes pubescents ou « chênes blancs « : cette essence, dénommée aussi « chêne rouvre » en Languedoc, de l’occitan rove ou roire, préfère d’ordinaire la montagne, mais on la rencontre jusque dans la plaine (Harrant 1967 : II, 176‑177 ; Guittonneau 1983 : 72). Notre identification se fonde sur le nom des deux tènements contigus qui, seuls, abritent au début du xixe s. ces parcelles boisées, disposées en éventail au nord et à l’ouest du site des Parpayols : les Roubiaures et Roubiaure de Roux (fig. 21 et 22 : trames 10 et 11). Ces deux microtoponymes se rattachent à une famille lexicale richement représentée en Languedoc oriental, dérivée de l’occitan rovièra : « bois de chênes blancs », et généralement francisée en Rouvière (Hamlin 1983 : 330). Une autre attestation toponymique de la chênaie se retrouve dans la commune de Valergues, dans le tènement des Rouvergues.

202La modestie de l’échantillon étudié restreint la portée de l’analyse quantitative, à l’issue de laquelle aucun enseignement n’apparaît clairement. Une telle approche serait certainement plus concluante pratiquée dans un territoire plus large. Notre préoccupation était essentiellement d’attirer l’attention sur ce type de démarche, menée parallèlement à l’étude des sites d’habitat dans le but de mesurer le poids des considérations agrologiques dans l’implantation des établissements ruraux et dans le développement des zones de culture.

203Pour autant, les difficultés d’une telle tentative ne doivent pas être négligées, les zones d’épandage de fumures représentant une faible part des superficies agricoles utilisées. Préconisé par tous les agronomes depuis l’Antiquité, l’épandage de fumier domestique était certainement réservé à des cultures privilégiées présentant un important apport nutritif ou un caractère spéculatif. On pense en particulier aux productions horticoles ou fruitières. D’autres terroirs ne bénéficiaient probablement d’aucun amendement ou pouvaient recevoir des fumures animales ne laissant aucune trace archéologique et demeurent insaisissables. Il en va de même pour les pâturages, dont l’emplacement et l’ampleur échappent à l’approche archéologique. L’étude des zones d’épandage propose donc, à défaut d’une restitution fidèle des finages antiques et médiévaux, des indications sur l’organisation des cultures, par grandes masses.

11.2.4 Les voies de communication

204L’étude du site de Lunel‑Viel a montré que le relief n’imposait aucune contrainte à la circulation, y compris dans la zone des garrigues. L’organisation du réseau de communication obéit donc essentiellement, aujourd’hui comme hier, aux impératifs des échanges et de la vie politique. Depuis certainement la fin du Moyen Âge, l’essentiel de la circulation s’effectue d’est en ouest, d’abord par La Carriérasse puis par la route royale, aujourd’hui nationale, de Nîmes à Montpellier. La prépondérance des deux pôles urbains de l’activité régionale a causé certainement très tôt l’affaiblissement de la route littorale Lattes‑Mauguio‑Lunel. Quant aux échanges sud‑nord, de la mer vers les Cévennes, ils ne cessent de s’effacer depuis la fin de l’économie littorale, marquée par l’essoufflement des ports péri‑lagunaires de Mauguio, dès la fin du Moyen Âge, et de Lunel, lente agonie parachevée par la création du chemin de fer. Le réseau actuel, hérité des Temps Modernes, n’offre donc qu’une image très partielle de la voirie antique et médiévale.

205Afin de tenter une restitution des réseaux anciens, nous avons distingué dans une première partie les voies ou chemins datés soit par les textes médiévaux, soit par des fouilles. Les textes ne fournissent qu’une datation ante quem et l’incertitude demeure sur le tracé restitué ; en effet, attestée sur une partie de son parcours, la voie a pu, sur le reste de son itinéraire, disparaître ou emprunter un autre chemin que celui proposé dans la restitution.

206Dans une Deuxième partie, nous envisageons les voies desservant des sites antiques ou médiévaux, mais non datées en chronologie absolue. Celles‑ci sont calquées sur des itinéraires attestés par le cadastre napoléonien. Parfois, la voie a disparu sur une partie de son tracé mais les limites de parcelles permettent de la restituer. La morphologie du tracé (tracé rectiligne) peut aussi constituer un indice d’ancienneté de la voie, qui se trouve confortée dans certains cas par la toponymie, lorsqu’elle mentionne des habitats désertés de longue date.

11.2.4.1 Les voies datées par les textes ou par les fouilles

Via Domitia

207fig. 27, no 1

208Il s’agit de la voie romaine reliant le Rhône à l’Espagne. Attestée par des fouilles, son tracé rectiligne est parfaitement visible sur les photos aériennes. Au Moyen Âge, elle prend le nom de camino monete (C. Magal., 1236, p. 512), dérivé de via munita (Fiches 1980). Cette appellation est conservée sur le cadastre napoléonien : Chemin de la Monnaye. Elle marque fortement le paysage par son tracé rectiligne, servant de limite aux communes de Lunel‑Viel, Vérargues et Saint‑Geniès‑des‑Mourgues, et aux cantons de Lunel et de Castries. Malgré son importance comme axe de communication, elle occupe une place très secondaire dans les échanges régionaux, car elle dessert un seul site dans le périmètre de notre étude.

Chemin de la Bruyère à Saint‑Just

209fig. 27, no 2

210Limite cadastrale entre le tènement des Horts et celui de Régine, le chemin des Horts affecte un tracé rectiligne depuis la sortie sud de Lunel‑Viel jusqu’aux abords du mas de Cadoule.

FIG. 27 – Les voies : itinéraires attestés par les fouilles, les textes, la toponymie ou suggérés par la morphologie. 1 via Domitia ; 2 Chemin de la Bruyère à Saint‑Just ; 3 Chemin de Montels ; 4 Chemin de Cabrières ; 5 Carriérasse/camin Romieu : 6 Chemin de Lansargues à Saint‑Paul ; 7 Chemin de Mauguio à Lunel (camin Salinié ?) ; 8 Chemin Vieux de Montpellier à Nîmes. (Les sites sont marqués d’un triangle ; la ligne pointillée restitue le rivage lagunaire antique supposé).

Structure

211Un premier tronçon du chemin fut étudié en 1985 lors de la fouille de la nécropole des Horts (voir plus haut). Un sol empierré est apparu 50 cm sous le chemin actuel. Observée sur 4,5 m de longueur et 0,2 à 0,4 m de largeur, cette chaussée est constituée par un agglomérat de galets (diam. De 4 à 10 cm), d’éclats de calcaire et de fragments de tuile. L’ensemble est lié par de la recoupe de calcaire tendre et par un sable jaune très adhérent (fig. 12 : couche 24). La surface, horizontale et très érodée, atteste une longue utilisation. Epais de 20 à 26 cm, cet empierrement est établi dans une tranchée entamant le paléosol 25, profondément anthropisé aux abords de la voie. C’est aussi dans cette couche qu’est creusé le fossé bordier du chemin (fig. 12 : fossé 30 ; cf. supra § 11.2.1.2). Aucun mobilier identifiable n’offre d’élément de datation, mais la stratigraphie situe la voie, son fossé et la couche 25 avant le creusement du fossé 23 qui les recoupe. Ce fossé fournit donc un terminus ante quem plaçant l’utilisation de la voie bien avant le comblement du réseau de drainage au début du ve s.

212L’exploration du quartier central en 1987 et 1988 fut l’occasion de vérifier que le chemin des Horts se poursuivait au sein de l’habitat, ainsi que le suggérait un déficit en végétation sur une photographie aérienne de 1944 (CCJ, mission SF 438, 22 avril 1944 ; clichés 4122‑4123). Un sondage de 20 m2 et une tranchée de repérage permirent de caler son orientation sur le plan cadastral et d’étudier sa stratigraphie (fig. 7, no 11 et fig. 34). La voie est large de 4,4 m et encaissée de 1 m à 1,2 m sous la surface du paléosol (couche 1015‑1016). Elle est encadrée à l’est et à l’ouest par deux murs de soutènement (1010 et 1014, fig. 35) s’adossant contre les parois d’une grande tranchée, entamant le sol géologique argileux sur plus de 1 m de profondeur et plus de 5 m de large. Cette excavation possède un profil en escalier, les murs étant établis sur le degré supérieur. Au pied des murs, un bas‑côté étroit occupe un degré plus profond d’une vingtaine de centimètres. La chaussée empierrée est établie dans le fond de la tranchée, 0,5 m sous la base des murs latéraux. La surface de roulement est analogue à celle observée sous le chemin des Horts : épaisse couche de graviers et de galets compactés et liés par un sable jaune, surface polie par une intense circulation (couche 1012). Ce sol affecte une forte concavité dans sa partie médiane afin de faciliter l’évacuation des eaux. Malgré l’usure de cette surface, les ornières apparaissent mal, on note seulement un tassement plus net sur les bords de la chaussée. Cette particularité rappelle l’absence d’ornières sur La Carriérasse, que l’on a expliquée par l’importance des colluvions masquant le sol empierré et le protégeant de l’usure.

FIG. 34 – Quartier central : coupe est‑ouest du chemin creux dans le secteur 1.
Couche 1000 (0 sur le dessin) : niveau de pédogénèse post‑médiéval, remanié au sommet par les labours récents ; au‑dessus du sol 3005, on note une texture plus meuble correspondant à un comblement plus tardif ; le chemin moderne est donc encore creux par rapport à la topographie environnante ;
sol 1005 : niveau argilo‑sableux chargé de gravillons, compacté et bombé au centre ; surface damée et usée par la circulation, mais on n’observe aucune ornière ; datation : période moderne, altéré en surface au début du XXe s. ;
sol 1007‑1009 : radier de cailloux (1009, hors de la coupe) et sol argileux couvrant le paléosol 1015 et nivelant le sommet du mur 1010 ; datation : 2e moitié du Is. ;
remblai 1008 : puissant apport de terre limoneuse mêlée de cailloutis et de gravats (fragments de tuile, de mortier et de poterie) ; surface bosselée mais damée et utilisée comme niveau de chaussée ; datation : 2e moitié IVe s. ou début Ve s. ;
murs 1010 et 1014 : murs à un seul parement de moellons de calcaire sommairement équarris, disposés en assises irrégulières et liés à l’argile (fig. 36) ; complétés par un bourrage d’éclats, ces murs de soutènement s’adossent contre le sol géologique décaissé ; datation : voir 3007 ;
colluvions 1011 et 1013 : fins dépôts de sable (1011) et d’argile (1013) flottés, provenant du ruissellement contre les murs 1010 et 1014, recouvrant partiellement le sol 1012 ; datation : aucun mobilier, mais contemporain du fonctionnement de la voie avant le remblai 1008 ; sol 1012 : galets et graviers liés par un limon Jaune adhérent ; sol très damé et compact, creux au centre mais ne présentant aucune ornière ; l’aspect de cette chaussée, polie en surface et colmatée dans les interstices par du sable fin, révèle une intense circulation d’eau ; un chenal d’écoulement est bien marqué du côté ouest, près de la couche 1011 ; datation : 2e moitié du Ier s. ;
paléosol 1015‑1016 : limon argileux dont la partie superficielle est remaniée lors de la création de la voie ; sol 1027 : limon argileux chargé d’éclats de tuile et de pierre, remaniant la couche 1015, surface bombée mais damée ; sol topographique entre le chemin creux et le bâtiment artisanal voisin ; datation : mobilier hétéroclite révélant une longue utilisation et un lent exhaussement entre le Ier et le IVe s. ;
colluvion 1044 : limon chargé de charbons de bois et de nodules de terre rubéfiée, colmatant le bas‑côté du sol 1045 ; colluvionnement résultant du ruissellement sur la chaussée ;
empierrement 1046 : tranchée de destruction du mur 1014 ; comblement de terre sablo‑limoneuse chargée de gravats ; datation impossible à établir faute de mobilier, mais l’épierrement est préalable à l’installation du sol 1045.

FIG. 35 – Quartier central : vue du mur de soutènement 1014.

FIG. 36 – Quartier central : vue du sondage sur le chemin creux.

213C’est donc un véritable chemin creux qui est aménagé à la sortie sud du village gallo‑romain. Parallèlement à sa vocation d’axe de circulation, la voie assurait une fonction de drainage. Les poches de sable et de limon flotté déposées dans les creux de la chaussée et sur les bas‑côtés (couches 1011 et 1013) témoignent de l’importance de l’écoulement provoqué par cet encaissement. La chaussée est en effet située 1,4 m plus bas que le sol du bâtiment artisanal situé à proximité (fig. 7, no 9) et 1 m sous le niveau de circulation du quartier. Masqué par l’actuelle route de Saint‑Just, le carrefour avec La Carriérasse n’a pu être dégagé. On doit cependant supposer que le sol du chemin creux remontait nettement vers le nord afin de rattraper un décalage de niveau de près de 1 m entre les deux chaussées. Ce profil jouait aussi en faveur d’une bonne circulation de l’eau. Vers le sud, la chaussée perdait progressivement son encaissement du fait de la pente naturelle et rattrape la surface originelle du paléosol. Cette différence de structure s’explique certainement par l’environnement de la voie. Intégrée dans une stratégie de drainage au sein de l’habitat, où cette question se posait avec acuité, la voie perd cette vocation hors de la zone bâtie.

Chronologie

214La fouille de la chaussée n’a livré aucun élément caractéristique, mais la création de la voie peut être fixée dans la seconde moitié du ier siècle de notre ère grâce au mobilier des couches d’empierrement qui nivellent le sol à l’est du chemin en couvrant partiellement le blocage du mur 1010 (couches 1007 et 1009). Ce premier état est régulièrement entretenu, les dépôts de limon et de sable conservant une faible épaisseur et ne couvrant jamais totalement la chaussée. Un remaniement radical intervient vers la fin du ive s. lorsqu’un remblai d’un mètre d’épaisseur recouvre la chaussée (couche 1008). La voie reste en usage, car la partie supérieure des murs latéraux demeure visible et la surface du remblai, damée et horizontale, constitue la chaussée. Sous cette nouvelle forme, le chemin reste légèrement en contrebas de ses alentours, mais il semble que sa vocation de drainage soit reléguée au second plan. Ce changement d’utilisation n’est certes pas fortuit, parce qu’il a nécessité l’apport d’une importante quantité de terre, et parce qu’il intervient au même moment que le colmatage des fossés de drainage/ irrigation de la zone agraire des Horts (cf supra § 11.2.1.2).

215On soulignera une nouvelle fois, sans pouvoir encore l’expliquer, l’importance des modifications survenues au cours du ive s. dans l’attitude des villageois face aux questions de drainage. La voie a désormais perdu son caractère urbain, du fait de l’abandon des quartiers voisins. Toutefois, la négligence et la désertion ne sont pas forcément les seules causes de cette transformation, puisque l’on réalise alors des terrassements considérables afin de combler les fossés et la voie des Horts. La transformation par l’homme du paysage autour de l’agglomération pourrait aussi constituer la réponse à un changement du régime pluviométrique, désormais peut‑être moins humide. La chaussée est une nouvelle fois exhaussée peu de temps après par le remblai 1045, dont la surface bombée facilitait le drainage. Une datation lâche au Moyen Âge peut être avancée pour cet état, suivi par une phase de colluvionnement (couche 1044).

216Les effets de la ruralisation du chemin sont dès lors patents. Faute d’entretien, les sédiments s’accumulent et la dégradation se poursuit avec l’épierrement du mur 1014 (fig. 34). Le chemin conservera cependant sa fonction au moins jusqu’à la période moderne, comme le montre un dernier remblai de sol difficile à dater à cause des remaniements superficiels (couche 1005). Le tronçon desservant le quartier central de l’habitat n’apparaît plus sur le cadastre napoléonien, tandis que la partie rurale est encore en usage aujourd’hui. Au Moyen Âge, une charte du cartulaire d’Aniane la cite en limite d’une pecia laborative, terre située Ad Ortos : ab accidente cum via qua intus versus Sanctum Justum (C. An. : 233. Mars 1157). La confusion serait possible avec la route actuelle de Lunel‑Viel à Saint‑Just (CD 110), mais celle‑ci se situe en chronologie relative postérieurement au parcellaire du cadastre napoléonien.

217Au niveau du tènement Hauteur de Cadoule, le chemin actuel s’interrompt jusqu’au « Pont Trinquat » (toponyme signifiant le pont en ruines) : mais on peut restituer son tracé antique grâce à un alignement remarquable de limites parcellaires. La discontinuité actuellement observable est probablement liée à la création tardive de l’actuelle route de Saint‑Just, mieux protégée des débordements du Dardaillon. Malgré cette modification de tracé, la voie conserve sa cohérence et rejoint le canal de Lunel au sud‑est de Saint‑Just, à hauteur de l’habitat médiéval du Mas de Figuières (SJU 11 et 12).

218Sur le cadastre napoléonien, il porte le nom de Grand Rue dans la traversée du village de Lunel‑Viel, puis se prolonge en direction de la voie Domitienne par le Chemin du Moulin à Vent puis le Chemin de la Bruguière Son tracé rectiligne remarquable est alors parallèle au chemin de Montels.

219Ce chemin dessert cinq sites dans le périmètre étudié et s’insère dans un itinéraire rejoignant, dès l’Antiquité, la zone lagunaire au sud de saint Nazaire où se trouve le site portuaire le plus proche du Lunel‑Viel : Port Dur. Cette voie a certainement joué un rôle majeur dans l’économie locale, tant pour l’approvisionnement en produits lagunaires tels les coquillages, régulièrement consommés à Lunel‑Viel (Raynaud 1989b), que pour l’acheminement des denrées importées de Méditerranée, dont on sait l’abondance sur les habitats jusqu’a la fin de l’Antiquité. Bien que l’on ne puisse en observer de trace archéologique, le commerce du sel tenait certainement aussi une place non négligeable dans cette circulation de l’étang vers l’arrière‑pays.

Chemin de Montels à Saint‑Nazaire

220fig. 27. no 3

221Attesté en 1236, il est utilisé pour délimiter le territoire du monastère de Saint‑Geniès‑des‑Mourgues, situé au nord de Lunel‑Viel : [...] camino versus Montelz et sicut extenditur seu protenditur per viam de Montiliis » (C. Magal. II : 512, no 496 : voir texte infra), Sur le cadastre napoléonien, il porte le nom de Chemin de Montels. Chemin de Montels à Tasques et Saint‑Nazaire et Chemin de Tasques à Saint‑Nazaire

222Il dessert deux sites médiévaux et utilise de manière remarquable l’orographie : son tracé est parallèle au cours du Dardaillon‑ouest et passe entre les collines de Montels et de Bramefer. Comme le précèdent, il s’inscrit dans un itinéraire reliant la zone péri‑lagunaire à la région des garrigues, rejoignant plus au nord le chemin de Montpellier à Sommières. Mieux conservé dans son tracé que le chemin no 2, il a une origine plus tardive et semble l’avoir remplacé.

Chemin de Cabrières

223fig. 27. no 4

224Mentionné dans le curtulaire de Maguelone en 1236, il délimite le territoire du monastère du Satnt‑Geniès des Mourgues ; [...] et sicut exteriditur per caminum monete protenditur vel extenditur directe usque ad viam de Capreriis qua itur versus Lunellum [...] (C. Magal. II : 512, no 496). Ce chemin assure la liaison avec l’arrière‑pays vers Galargues, Saint‑Hilaire de Beauvoir : ubi est trivium quo itur venus Galasanicas (Galargues) et Fallous (Saint‑Hillaire‑de‑Beauvoir, identification Hamlin 1983 ; 161, article les Fouillos). Cet itinéraire rallie ensuite la haute vallée du Vidourle. Vers le sud, il prend la direction du castrum de Lunel dont il dessert le port (Malvis 1988 ; fig. 12, Chemin de Restinclières. Chemin des Maiautières). Il dessert trois sites médiévaux, et son étroite relation au port de Lunel conforte son importance au Moyen Âge. De toute évidence, il apparaît posterieurement au chemin no 2 sur lequel il s’appuie sans le traverser

La Carriérasse‑Camin Romieu

225fig. 27, no 5

226Identifiée avec le camin romien médiéval (Favory 1985). cette voie est datée du ier s. de n.è. et forme un des axes décumans du cadastre. Elle peut correspondre au chemin mentionné en 1157 pour délimiter une pièce de terre située : « [...] in decimaria Sancti Vincencii [...] Ad Pontum [...] et confrontatur ab oriente cum ripa rivi Dardalio‑nis, a circlo cum camino publico » (C. An : 233, no 94) Le lieu Ad Pontum peut être situe aux Trois Ponts, ténement dusservi par cette voie (cependant une autre identification est possible : voir chemin no 2). La dénomination camino publico confère une importance particulière à cette voie, importance qui se trouve confirmée par la toponymie moderne.

227Le chemin du Verdier porte le nom de Garriérasse dans le compoix de 1681, désignant littéralement le Grand Chemin (substantif occitan carriera et augmentatif ‑assa). Ce vocable devient un savoureux pléonasme en français dans le cadastre napoléonien, sous ta forme Chemin de la Grande Carriérasse. Suivant un tracé rectiligne, il porte le même nom jusqu’à l’ouest du village de Valergues. où il a donné son appellation a un quartier cadastral : La Carriérasse, Depuis 1984, plusieurs fouilles ont permis d’observer la stratigraphie de cette voie et de situer sa création vers le milieu du ier s. de n.è. Etudié ponctuellement dans le quartier sud (Raynaud 1984 : 137‑143 et 146). le chemin a fait l’objet d’une plus large exploration dans la partie orientale du Verdier ainsi que dans le quartier central de l’habitat (fig 7, no 8).

Au Verdier

228Dans ce secteur, la voie a été dégagée sur un tronçon de 35 m, au sein duquel plusieurs sondages se sont attachés à une analyse détaillée (fig. 8, secteurs 15, 17, 19, 21 et 27). Le commentaire des deux coupes les plus représentatives en dresse la description (fig. 28 et 29) La séquence stratigraphique rend compte, avec des nuances dans chaque secteur, de cinq étapes dans l’évolution de la voie et de ses abords :

229– Nivellement du terrain lors de l’aménagement en ter rasse évoqué dans le chapitre consacré aux techniques de drainage, puis préparation du terrain par apport d’un remblai de sable (couche 9) et creusement des fossés 24 au sud et 98 au nord ; l’empierrement de la voie est ensuite réalisé (sois 8 et 15). La chaussée à une largeur de 3,5 à 3,7 m. Un mobilier abondant situe ces aménagements dans le 3e quart du ier s.

230– Exhaussement de la voie (sol 5 et recharge 3). colmatage du fossé 98 par colluvionnement (couche 99), nécessitant une réfection du fossé (fig. 29. no 100). Le mobilier de ces couches est trop rare pour que l’on puisse avancer une datation ; ce réaménagement ne saurait cependant être très tardif

231– Entretien et surcreusement du fosse 24, qui entame le bord de la chaussée : aucun élément de datation

232– Construction du mur 4 et comblement du fossé 24. Le mur condamne le système de drainage mais pérennise son orientation et sa fonction de limite entre la voirie et la zone agraire, dans laquelle le paléosol est mis en culture (couche 7). Dans cet état, la largeur de la voie et de ses bas‑côtés en terre battue (sols 6 et 23) est de 5 m. Elle fonctionne ainsi au moins jusqu’au ive s., et probablement jusqu’à l’abandon de la nécropole voisine.

233– Après l’arasement du mur 4 débute une phase de pédogénèse recouvrant la voie. Un mur établi sur l’axe médian de la chaussée scelle cet abandon (fig. 29, no 13 ; fig. 30), mais la voie poursuit son existence au sud du mur, jusqu’à la fin des temps modernes (couche 1). Elle occupe la même position sur le cadastre napoléonien et ne prendra son tracé actuel que dans le courant du xixe s.

FIG. 28 – Le Verdier : plan et coupe de la voie antique dans le secteur 21.
Couche O : humus et terre arable, mobilier archéologique rare et récent ;
sol 1 : sol de galets et d’éclats de calcaire liés par un limon argileux, texture irrégulière remaniée partiellement par les labours ; mobilier : quelques fragments de céramique glaçurée post‑médiévale ;
couche 2 : mortier désagrégé et éclats de calcaire englobés dans un limon brun ; il s’agit du niveau de démolition du mur 4 :
couche 3 : recharge de galets et de gravillons liés par un limon sableux colmatant une cuvette du sol 5/8 : damée et compactée, cette poche s’intègre au sol de circulation ; mobilier : 26 fragments (amphore gauloise, amphore fuselée, commune sableuse) rattachables sans précision au Haut‑Empire ;
mur 4 : mur en pierre sèche large de 0,5 m et conservé sur deux assises d’élévation au‑dessus du sol 6, parements de moellons de calcaire dur grossièrement équarris, blocage interne d’éclats et de limon brun ; la partie supérieure était liée au mortier, il n’en subsiste que quelques négatifs de moellons dans des blocs de liant ; la fondation, parementée de la même façon, repose sur un radier de 10 cm, posé lui‑même au fond du fossé 24 : aucun mobilier ;
radier 5 : couche compacte de blocs de calcaire dur non taillés (de 10 à 30 cm), disposés sans ordre ; l’ensemble est lié par un gravillon sableux très adhérent ; aucun mobilier ;
sol 6 : limon gris compacté par tassement ; colmatant le sommet du fossé 24, cette couche constitue sur le bas côté de la voie le sol contemporain du mur 4, contre lequel elle s’appuie ; aucun mobilier ;
couche 7
 : niveau de pédogénèse couvrant le comblement du fossé 24 au sud du mur 4 ; de texture légère et aérée, il semble remanié par les cultures avant d’être partiellement recouvert par la couche 2 ; aucun mobilier ;
sol 8 : empierrement compact hétérogène englobant des blocs de calcaire dur (20 à 40 cm), des éclats, des passées de gravier ou de sable jaune, des poches de tessons d’amphore recassés par tassement ; surface damée ne présentant aucune ornière ; mobilier : 513 fragments rattachables au 3e quart du Ier s. (sigillée sud‑gauloise, paroi fine, commune calcaire, commune sableuse, amphore fuselée, amphore gauloise, amphore bétique, dolium) ;
couche 9 : limon sableux compacté par tassement ; établi sur le sol vierge, ce niveau constitue le soubassement de la voie ; mobilier rare constitué par quelques fragments d’amphore au contact de la couche 8 :
fossé 24 : large au sommet de 1,4 m et profond de 0,7 m, parois évasées et fond plat ; il recoupe les couches 3 et 9 et appartient de ce fait à un réaménagement postérieur à la création de la voie ; il est comblé d’argile grise compacte, sans aucun mobilier.

FIG. 29 – Le Verdier : plan et coupe médiane du secteur 17.
Mur 13 : tranchée de fondation d’un mur en pierre sèche dont subsiste une assise de base ; établi à travers le sol 15, ce mur scelle l’abandon de la voie antique, tout en s’alignant rigoureusement sur le même axe ; il est en grande partie épierré et n’a livré aucun mobilier ;
sol 14 : recharge de gravier compacté ; aucun mobilier ;
sol 15 : équivalent du sol 5 sur la coupe 1 ;
sol 23 : limon‑argileux d’origine colluviale, tassé et utilisé comme sol de terre sur le bas‑côté de la voie ; recouvre le comblement du fossé 100 et le bord de l’empierrement de la voie ; mobilier : amphore africaine, céramique commune, 1 monnaie constantinienne ;
sol 28 : niveau sous‑jacent constitué par un gravier compacté plus fin que le sol 15 ; surface régulière présentant des traces d’utilisation ;
fossé 98 : premier état du fossé, colmaté par un colluvion limono‑argileux homogène, très voisin du paléosol par sa texture et sa densité ; aucun mobilier mais on peut le rattacher au premier état de la vole (sol 28) :
comblement 99 : limon plus clair, correspondant à une seconde phase de colmatage du fossé, très difficile à distinguer du comblement 98 ; au nord, la couche déborde du fossé et recouvre le paléosol sur un à deux mètres, en s’amincissant progressivement ; aucun mobilier ;
fossé 100 : recreusement du fossé à travers les couches 98, 97 et 99 ; large de 1,2 m, profond de 0,6 m, fond creux et parois obliques irrégulières sur le côté sud ; comblement de colluvion limoneux, aucun mobilier, mais il se rattache au second état de la voie (sol 15).

FIG. 30 – Le Verdier : le sol de la voie recoupé par la fondation du mur 13 (secteur 17).

Dans le quartier central

234Vers l’ouest, la voie antique se prolonge au‑delà du Chemin du Verdier jusqu’au centre de l’agglomération gallo‑romaine. En 1988, lors de l’exploration de ce quartier, deux sondages ont permis de cerner la place de la voie dans la trame de l’agglomération et de préciser sa chronologie. La stratigraphie et le plan restituent quatre états successifs (fig. 31 et 32).

FIG. 31 – La Carriérasse dans le quartier central : plan et schémas évolutifs. Dans la moitié droite du plan, une fenêtre ouverte dans le sol 4 permet d’observer le mur 24. Par commodité graphique, les premiers chiffres désignant le secteur de fouille pour chaque unité stratigraphique (30 ou 300 pour secteur 3) ne sont pas reportés sur les fig. 32 et 33 ; on lira donc 3024 pour secteur 24, etc.
Silos 3032, 3033 et 3038 : fosses circulaires à parois évasées vers le bas, fond plat, diamètre 80 à 100 cm, profondeur conservée 50 à 70 cm ; le silo 3032 recoupe le mur 3037 ; datation difficile à établir à cause de la rareté du mobilier : Ve ou Xe‑XIe s. ;
sol 3034 : sol de terre battue épais de 10 à 15 cm, présentant une surface régulière et damée ; recouvre les murs et le sol 3004 dans l’extrémité occidentale de la voie ; datation : IVe‑Ve s. ;
sol 3035
 : la surface du paléosol 3008 est ponctuellement nivellée et damée aux alentours d’un foyer lenticulaire ; ce sol, taché de cendre et de charbon de bois, n’est associé à aucune structure d’habitat et correspond probablement à une aire d’activité de plein air ; datation : ve s. ;
mur 3037 : lié aux murs 3005 et 3010 par des moellons formant chaîne d’angle, Il appartient au second état de la voie ; datation : voir 3005 (fig. 33) ;
fossé 1040‑1041 : large de 1,2 m au sommet, profil évasé dans la partie supérieure, se resserrant au fond en un canal étroit de 30 à 35 cm à parois verticales ; profondeur totale 75 à 80 cm (profil analogue au  0 des Horts, fig. 13) ; comblement en deux temps : d’abord un colluvionnement d’utilisation (couche 3041) correspondant au premier état de la voie, puis colmatage par remblai pierreux (couche 3040) lors de l’élargissement de la voie et de la construction du sol 3004 ; dans ce second état, le fossé, malgré son comblement, assure encore une fonction de drainage car la surface de 3040 est en léger contrebas du sol de la chaussée ; datation : 2e moitié du Ier s. Pour les autres unités stratigraphiques mentionnées sur les plans, voir fig. 33. Schémas évolutifs : état 1 : seconde moitié du Ier s. ; état 2 : IIe s. (2e moitié ?) ; état 3 : IVe s. ; état 4 : à partir du Ve s.

FIG. 32 – Quartier central : coupe de La Carriérasse dans le secteur 3 et schémas évolutifs. Les datations sont fondées sur l’inventaire des céramiques, en cours d’étude. Certains niveaux n’ont pas livré un mobilier suffisant pour asseoir une datation intrinsèque mais sont datés par la stratigraphie.
Remanié 3000
 : niveau de remaniement général lors de l’abandon du quartier, avant la reprise de la pédogénèse ; datation : IXe‑Xe s ;
couche 3002 : début de la pédogénèse marquant l’abandon de l’entretien de la voie ; datation : postérieure au Ve s. ;
empierrement 3003 : niveau de chaussée comportant un radier de gros éclats de calcaire tendre disposés en hérisson (épaisseur 12 à 15 cm), supportant une chape de mauvais mortier de tuileau, peu adhérent ; surface horizontale damée, sans ornière ; recouvre le mur 3005 ; datation : IVe ou Ve s. ;
empierrement 3004 : niveau de chaussée constitué par une chape de mortier de tuileau, reposant sur un puissant radier de gravier et de sable jaune compactés, avec encore par endroits des passées de mortier ; la surface est horizontale et ne présente aucune ornière ; cette couche, épaisse de 20 cm, masque les assises de fondation du mur 3005 qui s’intègre au même état de la voie ; datation : IIe s. ;
mur 3005 : parements de moellons équarris disposés en assises horizontales et liés par un mortier rose très adhérent ; le blocage interne est formé de gros éclats de taille liés par un mortier analogue ; épaisseur régulière de 53 à 55 cm pour l’élévation, 66 à 68 cm pour la fondation ; code‑ci repose sur un solide radier d’éclats disposés en hérisson et liés au mortier ; datation : contemporain de 3013 ;
silo 3006 : fosse au contour circulaire, parois concaves rétrécies vers le haut, fond plat ; comblement hétérogène de limon et de cailloutis, incluant quelques déchets domestiques, datation : Xe‑XIe s. ;
remblai 3007 : couche de pierres de 20 à 30 cm d’épaisseur comblant une dépression dans le paléosol au sud du mur 3005 ; le remblai s’appuie contre la fondation du mur et s’intègre dans la phase d’élargissement de la voie (cf. sol 3013) ; surface horizontale et damée ayant servi de sol sur le bas‑côté de la voie ; datation : 2e moitié Ier s. ;
paléosol 3008 : sol brun argilo‑limoneux, vierge dans l’épaisseur mais comportant au sommet quelques inclusions anthropiques (petits charbons, éclats de tulle) ; cette couche est conservée sous forme de lambeaux sous l’emprise de la voie et apparaît mieux de part et d’autre des murs 3005 et 3010 ;
empierrement 3009 : tranchée rectiligne aux parois verticales, fond irrégulier ; comblement d’éclats de matériaux rejetés lors de l’épierrement, très comparable à la couche 3000 qui semble appartenir à la même phase de démolition ; datation : Xe‑XIe s ; mur 3010 : matériaux et structure analogues à ceux du mur 3005 ; il est en majeure partie épierré (3009) ;
surface 3011 : pellicule de limon colmatant les irrégularités superficielles des couches sous‑jacentes 3012 et 3013 ; cette surface a été utilisée très brièvement entre l’établissement du mur 3005 et l’installation du sol 3004 ; datation : voir 3023 ;
empierrement 3012 : chape de sable verdâtre de molasse et de recoupe calcaire, surface irrégulière mais damée où affleurent ponctuellement de gros blocs de calcaire constituant un radier épais de 20 à 30 cm ; ce sol s’interrompt contre la tranchée d’épierrement du mur 3024 ; datation : voir 3023 ;
remblai 3013 : radier de blocs de calcaire dur, s’appuyant contre la fondation de 3005 ; surface grossièrement horizontale mais peu aménagée ; niveau préparatoire à l’installation du sol 3004 ; datation : IIe s. ;
remblai 3016 : argile vierge à passées de limon jaune ou gris chargées d’inclusions (tessons, charbons, faune) ; colmatage et nivellement consécutif à la fondation du mur 3005 ; datation : voir 3013 ;
remblal 3017‑3018 : fines couches de sable de molasse jaunâtre (3017) ou de limon argileux (3018) comblant progressivement la tranchée d’élargissement de la voie ; la surface de 3018, damée, horizontale et chargée d’éclats de taille, s’apparente à un sol de travail à mettre en relation avec la construction du mur 3005 ; datation : fin Ier ou début IIe s. ;
remblai 3023 : puissant niveau hétérogène d’empierrement constitué de gravats : blocs et moellons de calcaire, poches de cendre et de charbon de bois, amas de gros tessons recassés sur place ; il s’agit de la préparation du sol initial de la voie 3012 ; datation : 3e quart Ier s. ;
mur 3024 : épierré jusqu’à la base du radier, analogue à celui du mur 3010 ; datation : 3e quart Ier s. ;
sol 3025
 : limon argileux brun, damé et peu épais, correspondant à la partie superficielle du paléosol remaniée lors des travaux préparatoires de la voie ; la surface est tachée par des nodules de terre rubéfiée et de nombreux charbons de bois diffusés autour d’un foyer lenticulaire partiellement recouvert par le mur 30005 ; malgré la présence de ce foyer et l’abondance du mobilier céramique écrasé sur le sol, aucune structure d’habitat n’est observée ; il s’agit donc d’un sol de travail lié à la construction de la voie ; datation : 3e quart Ier s. ;
fossé 3030 : excavation évasée à fond plat, parallèle au mur 3010 ; comblement homogène argilo‑limoneux dû au colluvionnement ; lors de l’élargissement de la voie, le sol 3003 recouvre ce fossé hors d’usage ; datation : voir 3024.

Schémas évolutifs : 1 travaux préparatoires, décaissement sur l’emprise de la voie et creusement du fossé 3030 ; le paléosol 3008 est superficiellement anthropisé (schéma 1), puis construction du premier état : remblais 3007 et 3023, murs 3010 et 3024, sol 3012 (schéma 1’) ; le fossé 3030 est progressivement colmaté par colluvionnement ; 2 élargissement : remblais 3013 à 3018, mur 3005, sol 3004 ; 3 nouvel élargissement vers le sud : le mur 3005 est recouvert par le sol 3003 ; 4 (coupe générale) : dégradation par reprise de la pédogénèse (3002), épierrement du mur 3010 et creusement des silos (3006).

235– Dans un premier temps, le paléosol est décaissé sur une profondeur moyenne de 0,7 m et une largeur de 5,8 à 5,9 m, soit l’emprise totale de la voie. Les murs 3010 et 3024 sont ensuite bâtis de part et d’autre de cette tranchée, afin de soutenir les terres en surplomb. Enfin, un puissant radier de blocs calcaires (3023), recouvert par une chape de sable compacté (3012) est disposé entre ces murs et constitue la bande de circulation, large de 4,3 m dans ce premier état (fig. 31no 1 ; fig. 32, schémas 1 et 1’). Curieusement, la voie ne traverse pas totalement l’habitat mais s’interrompt 20 m à l’ouest de la route de Saint‑Just. Le drainage est assuré par le fossé 3030 sur le côté nord, et à l’extrémité ouest par le fossé 3041, perpendiculaire à l’axe de la voie et constituant sa limite. La datation de ce tronçon est la même qu’au Verdier : milieu ou 3e quart du ier s.

236– La voie est élargie dans un second état : le mur 3024 est abattu jusqu’à son radier de fondation, le paléosol est plus largement décaissé vers le sud. La structure initiale est cependant respectée : un nouveau mur (3005) est établi du côté sud, l’épierrement du mur 3010 est remblayé par une succession de couches argileuses et pierreuses (3013, 3016 à 3018), puis la surface de roulement est rechapée par une épaisse couche de mortier et de gravier (3004). Ainsi remaniée, la chaussée est portée à une largeur de 6 m et fermée à l’ouest par le mur 3037 (fig. 31, no 2 ; fig. 32, no 2). Le drainage passe au second plan, car les fossés 3030 et 3041, colmatés par le colluvionnement de l’état précédent, sont hors d’usage et remplacés par une cuvette (3040) sommairement aménagée le long du mur 3037 ; le mobilier situe ce second état au iie s.

237– La voie connaît un nouvel élargissement lorsque le mur 3005 est arasé puis masqué par un troisième sol empierré (3003) recouvrant l’ensemble de la chaussée et portant sa largeur à plus de 7 m (fig. 31, no 3 ; fig. 32, no 3) Bien encadrée jusqu’alors par les murs latéraux, la voie perd sa limite sud mais conserve son tracé initial grâce à la persistance du mur 3010 ; cet état est à placer au ive ou au ve s.

238– Faute de drainage et d’entretien, la chaussée est progressivement ennoyée sous un sol limoneux damé, riche en déchets domestiques et éclats de tuile (couches 3002 et 3034 ; fig. 31, no 4 ; fig. 32). Tout en gardant son orientation, la voie ne cesse de divaguer et de s’étendre aux abords jusqu’à constituer une vaste aire de terre battue au contour flou. La circulation n’en paraît pas affectée, ainsi qu’en témoigne le tassement du sol. L’utilisation de la voie se prolongera jusque dans le courant du ve s., voire même plus tard. La disparition de la voie n’est effective qu’aux xexie s., alors que plusieurs silos (3006, 3032, 3033) sont creusés au milieu de la chaussée ou dans ses abords immédiats (fig. 31, no 4 ; fig. 32). C’est au même moment que le mur 3010, resté longtemps visible au moins partiellement, est épierré en tranchée (3009). En ce qui concerne le tracé de la voie, le principal enseignement des fouilles est d’expliquer la discordance des tronçons actuels de La Carriérasse, la partie occidentale reliant Valergues à Lunel‑Viel étant décalée vers le sud par rapport au chemin du Verdier (fig. 5). Ce décalage, que l’on aurait pu interpréter comme le résultat d’une transformation, reflète bien une réalité antique. La voie n’a jamais traversé de part en part le village gallo‑romain. La circulation vers l’ouest s’effectuait après un petit décrochement vers le sud, en empruntant la voie des Horts sur près de 70 m. L’absence d’ornière constatée sur tous les niveaux de chaussée pose un problème d’interprétation de la voie. Les ornières de charroi sont en effet systématiquement présentes sur les voies empierrées, on en citera pour seul exemple le cas des voies urbaines de Nîmes (Genty 1982 : 203‑206). L’absence de telles traces sur La Carriérasse exclut‑elle l’utilisation de cette voie pour le charroi ? La largeur de la chaussée, l’ampleur des travaux réalisés pour sa construction s’accordent mal avec l’hypothèse d’une circulation seulement piétonne. Il paraît tout aussi difficile de retenir l’hypothèse d’un trafic local assuré exclusivement par des animaux de bât, ne laissant aucune ornière. La place majeure de cette voie dans le paysage, sa relation avec les principaux habitats antiques incitent aussi à rejeter de telles éventualités. C’est plus vraisemblablement pour une raison technique que les ornières n’existent pas, ou n’existent plus. L’importance des colluvions observées dans les fossés et sur les bas‑côtés pourrait être la cause de cette particularité. Malgré l’entretien, la bande de roulement était protégée de l’usure par les dépôts terreux régulièrement accumulés sur la chaussée. Les couches superficielles meubles étant arasées lors des réfections successives, les ornières auraient ainsi disparu.

FIG. 33 – Quartier central : vue partielle de la voie empierrée à son extrémité ouest, limitée par le mur 3037.

239La confrontation des données du Verdier et du quartier central met donc en lumière les irrégularités du tracé initial de la voie, que l’on aurait tendance à supposer parfaitement rectiligne. De même apparaît l’évolution singulière de chaque tronçon. A trois cents mètres de distance, la même route connaît des destinées opposées. Tombée en désuétude à la fin   l’Antiquité au cœur de l’habitat, parce qu’elle n’y jouait qu’un rôle de diverticule par rapport à l’itinéraire principal, elle constituera au Verdier l’un des axes majeurs du parcellaire jusqu’à la fin de l’Ancien Régime. Si elles enrichissent et nuancent l’histoire locale, ces constatations doivent aussi inciter à la prudence quant à l’interprétation des structures paysagères, souvent limitée à une analyse formelle, faute de données archéologiques.

240A l’ouest du village, le cumin romieu oblique vers le nord et porte le nom de Chemin Vieux de Lunel‑Viel à Nîmes sur le cadastre napoléonien. Il s’appelle, aujourd’hui le Chemin des Boeufs, et son tracé évite le castrum de Lunel, qu’il laisse 1,5 km au sud. Il dessert deux sites gallo‑romains sur le territoire de Lunel‑Viel. Son tracé, parallèle à la voie Domitienne, coïncidant souvent avec un decumanus de la centuriation régionale (cf. supra § 11.2.2.1), se situe à 1 km au sud de la zone de garrigue et dessert les gros habitats implantés en piedmont de celle‑ci. Durant toute l’Antiquité, cette voie paraît constituer l’axe majeur de la circulation dans la plaine, desservant les principaux habitats entre Lez et Vidourle. Au Moyen Âge, son rôle devient secondaire en raison du déplacement du village de Lunel‑Viel, 200 m au nord. L’établissement du castrum de Lunel, qui ignore délibérément cette voie, sera aussi la cause (ou seulement un effet ?) de la désaffection progressive de La Carriérasse. Elle cède alors la première place au Chemin Vieux de Montpellier, aujourd’hui la route nationale 113 (fig. 27, no 8),

Chemin de Lansargues à Saint‑Paul

241fig. 27, no 6

242Fouillé dans le quartier ouest de Lunel‑Viel (Raynaud 1989b : structure 81), ce chemin recoupe en oblique l’architecture et la voirie gallo‑romaines, et chevauche les silos du haut Moyen Âge. Le mobilier livré par l’empierrement de sa chaussée invite à situer sa construction entre le xiie et le xive s. Il ne dessert que des sites médiévaux : Saint‑Paul, Parpayols, Arboras et Lansargues. Sur le cadastre napoléonien, il porte plusieurs noms : Chemin de Lunel‑Viel à Sainte‑Catherine, de Lunel‑Viel à Sommières, de Lunel‑Viel à Lansargues. Son tracé rectiligne relie, vers le sud, Lunel‑Viel à Mauguio (chef‑lieu de comté), et à Maguelone (siège épiscopal). Au nord, après avoir recoupé en oblique la voie Domitienne, il rejoint le Vidourle au Moulin d’Aubais. Il relie donc les sites majeurs du haut Moyen Âge et semble constituer un itinéraire clé pour cette période.

11.2.4.2 Les chemins non datés

Chemin de Mauguio à Lunel la Ville

243fig. 27, no 7

244C’est sous ce toponyme qu’il est mentionné par le cadastre napoléonien. Son tracé rectiligne, parallèle à La Camérasse, sert de limite communale entre Lunel‑Viel et Lansargues. Il ne dessert qu’un seul site, mais semble correspondre à un itinéraire important, du moins à partir du Moyen Âge. Il assure en effet une liaison directe entre les deux centres politiques et économiques pour la période médiévale, aboutissant au port et à l’entrée occidentale du castrum de Lunel.

Chemin de Montpellier à Nîmes

245fig. 27, no 8

246Successivement Route royale puis nationale, elle passe à proximité de plusieurs sites antiques (Cazals, Taulis, Verdier). Par ailleurs, son tracé rectiligne, plusieurs fois dévié (SNCF, Route royale), suggèrent un itinéraire ancien (voir l’étude morphologique du parcellaire, plus haut). Il rejoint le Chemin Vieux de Lunel‑Viel à Nîmes, probablement au même point de franchissement du Dardaillon que La Camérasse avec laquelle il se confond ensuite ; il dessert trois sites.

Grand Chemin de la Traversière

247fig. 27, no 9

248Le Grand Chemin dit « de la Traversière », qui sert de point d’appui à la limite communale entre Lunel‑Viel et Lunel, est remarquable par son tracé rectiligne de Lunel‑Viel à Saint‑Just, qui coïncide avec un limes de la centuriation Sextantio‑Ambrussum. On a déjà signalé plus haut que cet itinéraire reliait l’habitat médiéval de Saint‑Paul et le site portuaire, antique et médiéval, du Mas  Desports. Son importance est soulignée par sa capacité à servir de support à des limites communales : au nord, entre Lunel‑Viel et Lunel et, au sud, entre Saint‑Just et Lunel.

11.2.4.3 Typologie des voies

249Etroitement liées à l’évolution du peuplement et du paysage, les voies peuvent être étudiées en fonction de critères chronologiques et dans leur rapport avec les sites. Afin de mesurer le poids de chaque voie dans le réseau des échanges, nous avons établi un tableau présentant pour chaque voie :
– le nombre de sites desservis, toutes périodes confondues ;
– la somme des relations linéaires comptabilisées pour tous les sites desservis (pour la définition de la relation linéaire, voir le choix des critères pour la typologie des habitats) ;
– la capacité d’échange, obtenue en divisant la somme des relations linéaires par le nombre de sites ; ceci afin de quantifier le poids d’un itinéraire dans les relations entre les sites ;
– la somme de la durée d’occupation de tous les habitats desservis donnant, en siècles, le poids d’une voie dans l’histoire des communications ;
– le rapport chronologique, calculé en divisant la somme de la durée d’occupation par le nombre de sites (tabl. II).

TABL. II – Tableau des relations des voies avec les sites.

250En ce qui concerne la circulation est‑ouest, on constate, tout d’abord, l’insignifiance de la via Domitia (fig. 27, no 1) dans sa capacité à relier les habitats (aucune relation linéaire). Sa situation dans des zones de garrigue très peu occupées montre une vocation plus régionale que locale ; son tracé, indépendant du relief et des sites, contraste avec les itinéraires locaux.

251Elle s’oppose par là à La Carriérasse ou camin romieu (fig, 27, no 5) qui relie des sites occupés du Haut‑Empire au xxe s. (rapport chronologique = 10). Son itinéraire, parallèle à la voie Domitienne, tient compte davantage du relief. Implantée à 1 km au sud de la zone de garrigue, elle dessert les gros habitats situés au contact de la plaine et des coteaux et qui constituent les sites majeurs, toutes périodes confondues. L’essentiel de la circulation est‑ouest est drainé par La Carriérasse (capacité échanges = 7,5). Au Moyen Âge, cet axe perd de l’importance avec le déplacement de l’habitat médiéval de Lunel‑Viel à 200 m au nord.

252Le troisième axe est‑ouest, représenté par le chemin de Mauguio à Lunel (fig. 27, no 7), garde un rang très modeste en raison de sa position excentrée par rapport au cadre de l’étude (capacité échanges = 3). Sa dénomination montre l’importance de cet itinéraire au Moyen Âge, période pendant laquelle il dessert les castra les plus importants de la région : Lunel, siège de la baronnie, et Mauguio, siège du comté. Ne desservant aucun Site gallo‑romain, il semble bien être une création du haut Moyen Âge.

253L’itinéraire no 8, ou Chemin de Montpellier à Nîmes, est parallèle à La Carriérasse (fig. 27, no 5). Situé plus au nord, il dessert l’habitat tardo‑romain de Lunel‑Viel et semble donc plus tardif. A partir du Dardaillon‑est les deux chemins se rejoignent pour former le Chemin Vieux de Lunel‑Viel à Nîmes.

254La circulation est‑ouest, drainée pour l’essentiel par La Carriérasse, est donc au premier plan dès le début de notre ère. Au Moyen Âge, cet axe semble devenir secondaire. Il est relayé par l’itinéraire no 7, d’orientation sud‑ouest nord‑est, qui ne dessert pas Lunel‑Viel. Bien qu’occupé au Moyen Âge, ce village se situe néanmoins à l’écart du principal axe de communication. On peut se demander si ce n’est pas l’indice d’une relative récession de Lunel‑Viel, concurrencé par l’essor du castrum de Lunel.

255La circulation nord‑sud est assurée à l’époque antique par le chemin no 2 qui établit, à partir du Haut‑Empire, la liaison entre la zone lagunaire et l’arrière pays. Le chemin no 3 remplit les mêmes fonctions mais ne dessert que des sites médiévaux. Le chemin no 4 relie le port de Lunel à la région de Castries et Beaulieu. Ces trois chemins ont des capacités d’échange assez limitées. Les chiffres importants concernant le chemin no 3 (capacité échanges = 5 ; rapport chronologique = 6,5) s’expliquent par le faible nombre de sites desservis (2).

256Le chemin no 6 se particularise, en revanche, par une capacité d’échange importante (6) tout en desservant 4 sites. Ce chemin, allant de Mauguio à la vallée du Vidourle, a un tracé rectiligne d’orientation sud‑ouest/ nord‑est. Il relie les sites majeurs du haut Moyen Âge (Arboras, Parpayols, Lunel‑Viel, Saint‑Paul). Son rapport chronologique assez bas s’explique par la faible durée d’occupation des sites desservis qui, excepté Lunel‑Viel, végètent ou sont abandonnés rapidement. Sa forte empreinte sur le paysage actuel, malgré une prééminence relativement courte dans le réseau d’échanges, montre le faible remaniement de l’organisation du paysage depuis le haut Moyen Âge.

257Alors que l’on constate pour l’Antiquité un flux important d’orientation ouest‑est, le Moyen Âge apporte un développement de la circulation nord‑sud. Cette mutation s’explique par l’apparition de gros sites de garrigue au Moyen Âge (Saint‑Paul, Montels) alors que l’essentiel des sites gallo‑romains est implanté en plaine. Elle est aussi liée à l’apparition de nouveaux pôles économiques et politiques comme le castrum de Mauguio.

11.3 Peuplement et habitat

11.3.1 Le choix des critères pour l’étude chronologique et typologique des sites

258Le choix des critères retenus pour la classification des sites de Lunel‑Viel et de son territoire (tabl. III) s’inspire de divers travaux dont, en premier lieu, les typologies proposées lors de programmes de prospection mis sur pied par les Anglais en Italie (Dyson 1978 ; Porter 1979 ; Porter 1986 ; Celuzza 1986). Pour l’ager Cosanus et la vallée de l’Albegna, M‑G. Celuzza et F. Fentress proposent une classification des sites romains fondée sur deux critères : la superficie et la richesse du mobilier ramassé lors de la prospection au sol. Ceux‑ci permettent de différencier des villae d’importance diverse, des fermes et des villages. Pour l’Étrurie méridionale, T.W. Porter détermine 4 types de sites : cabane, ferme, villa, grande villa, en prenant pour critère la richesse du mobilier recueilli.

TABL. III – Tableau des habitats soumis à l’analyse.

259Ces classifications ont été adaptées pour la Gaule méridionale : le Lauragais (Passelac 1983) et le Biterrois (Dodinet 1984). Nous avons, pour notre part, utilisé essentiellement la classification proposée dans l’étude collective sur Ugernum (Bessac 1987 ; Favory 1987‑1988). Les auteurs proposent une classification des habitats, non seulement à partir des données du site lui‑même (mobilier, date d’implantation et durée d’occupation, superficie), mais aussi de données paysagères (sol, terroir, pente, distance à la voirie, orientation du parcellaire), permettant ainsi d’intégrer les liens entre le site et son environnement.

260Tout en s’inspirant de cette classification, celle que nous proposons comporte des différences notables. Il s’agit d’une étude diachronique portant à la fois sur l’Antiquité et le Moyen Âge, et les critères de différenciation applicables pour la période romaine ne le sont pas forcément pour la suite. Ainsi on différencie facilement sur le terrain une grande villa d’un habitat paysan par un mobilier et des matériaux de construction très contrastés qui révèlent des modes de vie très différents. Pour le Moyen Âge, le mobilier ramassé en surface est relativement homogène et si l’on peut faire la différence entre les habitats en pierre et ceux en terre, il est difficile d’établir d’autres distinctions, notamment en ce qui concerne le mode de vie. Cette carence est heureusement compensée par la richesse de la documentation écrite médiévale. Ainsi les cartulaires médiévaux fournissent des données, en particulier sur le statut des habitats envisagés : paroisse, seigneurie, habitat dépendant.

261Nous avons, par ailleurs, tenu à approfondir l’étude des liens entre le site et son environnement par une prise en compte des rapports avec les autres habitats et de l’influence du site sur le paysage, à travers la toponymie et l’organisation parcellaire ou paysagère (tabl. IV).

TABL IV – Tableau des descripteurs des sites.

11.3.1.1 Superficie

262La superficie des sites est évaluée lors de la prospection au sol en fonction de la densité et de l’état de conservation des tessons en surface. Ainsi on distingue :
– le site lui‑même (très forte densité, tessons en bon état) ;
– les abords du site (densité moins importante, tessons en bon état) ;
– les zones d’épandage (densité faible, tessons usés et roulés).

263Les superficies très variables, qui comprennent à la fois le site et ses abords, ont été regroupées en 4 classes de surface d’étalement du matériel au sol afin de permettre une approche statistique. Les classes retenues sont celles proposées dans l’étude des sites du Beaucairois (fig. 37a). Malgré leur faible représentation, nous avons choisi de ne pas confondre les deux sites de plus de 2 ha (7 %) avec la classe inférieure des sites compris entre 1 et 2 ha (près de 11 %). Cette option permet de comparer la répartition des sites dans cette partie du Lunellois, soigneusement prospectée, avec la distribution observée dans le Beaucairois (Bessac 1987 ; Favory 1987‑1988). On note ainsi que la majorité des sites du Lunellois (plus de 60 %) n’excède pas une surface révélée d’un demi‑hectare (S ˂ 05), alors que cette classe est réduite à 37 % dans le Beaucairois : il est vrai que, dans ce cas, la faible proportion des sites de moins d'un demi-hectare peut s'expliquer par le caractère non systématique de la prospection, confirmé par le fait que la plupart des sites de superficie modeste ont été découverts récemment et que d'autres restent probablement à identifier. Malgré ce constat qui tend à contester les résultats de la confrontation des pourcentages, les proportions respectives des sites supérieurs à 2 ha, certainement moins discrets et plus aisés à repérer en prospection rapide, confirment une nette différence dans l’organisation de l’habitat : si, dans les deux microrégions, les proportions des sites d’une superficie comprise entre 0,5 et  1 ha sont assez proches (S ˂ 1 : un peu plus de 21 % en Lunellois contre 30 % en Beaucairois) et si celle des sites compris entre 1 et  2 ha est identique (S1‑2 : 11 %), le pourcentage des sites plus importants (S ≥ 2) atteint 20 % en Beaucairois alors qu’il se réduit à 7 % en Lunellois. On rappellera, pour mémoire, les pourcentages enregistrés dans d’autres régions de l’Empire romain : ainsi, en Navarre, 35 % des sites ont moins de 0,5 ha ; 20 %, de 0,5 à 1 ha ; 15 %, de 1 à 1,5 ha et 5 %, plus de 1,5 ha (Oña Gonzales 1984 : 89). Dans l’ager Cosanus, la répartition est la suivante : plus de 50 sites de moins de 0,25 ha ; 12 entre 0,25 et 0,5 ha ; 16 entre 0,5 et 1 ha ; 15 entre 1 et 2,5 ha ; 13 de plus de 2,5 ha (Celuzza 1986 : 117‑118).

11.3.1.2 Terroir

264Après avoir tenté une différenciation initiale en cinq modalités (plaine, coteau, contact plaine‑coteau, sommet de colline et zone alluviale), on a finalement regroupé les sites dans quatre classes : localisation en plaine (Ter 1), sur coteau de garrigue (Ter 2), sur coteau de garrigue au contact d’une vallée alluviale (Ter 3), et localisation en plaine au contact d’une vallée alluviale (Ter 4) (fig. 37b).

11.3.1.3 Matériaux

265Les classes retenues dans l’étude sur le Beaucairois n’étaient pas applicables telles quelles. Nous avons créé pour les sites médiévaux une modalité supplémentaire : terre crue et tuiles, surtout pour les habitats du proto‑Moyen Âge qui utilisent essentiellement du torchis ou de l’adobe et des végétaux, en particulier des roseaux, comme matériaux de couverture. Pour l’analyse factorielle des correspondances (AFC) (tabl. V), nous n’avons pas retenu la modalité correspondant à l’absence de matériaux de construction, limitée à un seul site (no 23), ce qui aurait constitué une singularité fâcheuse pour l’analyse, en contribuant à marginaliser de manière outrancière ce site avec son caractère spécifique. Plus de la moitié des sites du Lunellois occidental (39 %) n’ont livré, comme matériaux de construction, que des tuiles avec moellons (Mat 2) et trois sans moellons (Mat 1). Plus de 14 % ont fourni en outre des témoins d’un usage du mortier de chaux (Mat 3). Plus d’un tiers des sites ont livré avec les tuiles et les moellons, auxquels s’ajoutent pour quatre d’entre eux l’usage du mortier de chaux et pour trois autres l’usage conjoint du mortier de chaux et de matériaux en terre cuite (tubuli, briques d’hypocauste), des tesselles de mosaïques et/ou des fragments de marbre et d’éléments architectoniques (Mat 4) (fig. 37c).

FIG. 37 – Édition de comptage des caractères ; chaque graphique correspond à un descripteur et indique, pour chacune des modalités ou caractère, sa fréquence relative au nombre de sites,

TABL. V – Fichier des données soumises à l’AFC.

11.3.1.4 Mobilier

266Nous avons préféré ce terme au descripteur « mode de vie » utilisé pour le Beaucairois, bien que les modalités concernées par ce terme soient les mêmes. En effet, le mobilier recueilli sur les sites médiévaux est très homogène et ne peut constituer un critère de différenciation du mode de vie. Pour l’AFC on a distingué ceux qui n’ont livré que de l’amphore, du dolium, des silos, et de la vaisselle (Mob 1), et ceux qui ont fourni en outre des monnaies et du petit mobilier (Mob 2). Cette distinction n’offre pas une grande fiabilité, car elle est dans une large mesure influencée par le type de prospection. La découverte de monnaies ou de mobilier de parure nécessite généralement une prospection très minutieuse, à l’aide d’un détecteur de métaux, qui n’a été réalisée que sur certains sites par les soins d’A. Girard, au début des années 1980.

267Nous avons consacré une modalité à l’absence de tout mobilier (Mob 0), caractéristique des sites de Saint‑Just, dont le cas singulier a été déjà signalé à propos des matériaux de construction, et de la tuilerie de Montels, et nous avons intégré dans la seconde classe, regroupant au total quatre sites, le seul site ayant produit des éléments peu courants, c’est‑à‑dire le bourg de Lunel‑Viel lui‑même : fragments de statues, stèles funéraires, chapiteaux sculptés. A part ces exceptions, la quasi‑totalité des sites (78,5 %) partage un sort d’une grande banalité, caractérisé par un mobilier réduit aux céramiques destinées au stockage accompagnées de vaisselle fine et de céramique commune : dans le Beaucairois, cette situation concerne 67 % des sites, mais parmi ces derniers, on en compte près de 14 % qui n’ont livré que de l’amphore et du dolium, ce qui n’est jamais le cas en Lunellois occidental (fig. 37d).

11.3.1.5 Date d’implantation

268Les éléments de datation utilisés sont fournis presque exclusivement par la céramique. Les textes des cartulaires médiévaux (cf. les notices des sites) sont tardifs et ne donnent qu’une datation indicative. Le texte signale l’occupation d’un site à une période donnée, mais ne nous dit rien sur la date de sa création. De la même manière, l’abandon d’un site n’est pas forcément signalé par les textes. Les datations procurées par la céramique se fondent sur une fouille de référence, celle de Lunel‑Viel. Elle apporte des données stratigraphiques précises du ier au vie s. et du ixe au xiie s. (Raynaud 1989b) : en ce qui concerne les ixexiie s., l’étude du mobilier stratigraphique du quartier de l’église est en cours. Par ailleurs, les prospections ont toutes été  

269Pour le tableau chronologique et la matrice ordonnable nous avons procédé à un découpage en périodes. Il s’inspire directement de celui proposé pour la Vaunage voisine (Parodi 1987). Il recouvre en gros la même période, exceptée la Protohistoire qui n’entre pas dans le cadre chronologique de cette étude. D’autres nuances dans le découpage chronologique sont dictées par l’histoire locale, tant il est vrai que, malgré leur proximité, Lunellois et Vaunage ont des destinées singulières. Ce découpage doit beaucoup au site de Lunel‑Viel, qui donne une large part de son caractère à l’histoire de son territoire.

Période 1 : le Haut‑Empire, de 50 à 200 ap. J.‑C.

270L’habitat gallo‑romain apparaît fort tard, à partir du milieu du ier s. de n.è., soit un siècle plus tard qu’en Vannage. Le terminus ante quem est fixé à 200, car cette période marque le début d’une forte mutation de l’habitat à Lunel‑Viel et la fin d’une vague d’abandon des petits habitats de plaine.

Période 2 : iiie et ive s.

271Ce découpage correspond à d’importantes modifications socio‑économiques à Lunel‑Viel, perceptibles dans l’évolution du commerce des céramiques et dans le niveau de vie tel qu’il est révélé par les structures d’habitat ; cependant, la culture matérielle prolonge sans rupture celle de la période antérieure.

Période 3 : ve et vie s.

272L’évolution des rites funéraires révélée par les nécropoles de Lunel‑Viel marque le début d’une christianisation en profondeur. On peut donc parler de période paléochrétienne pour ces siècles. Malgré cela, elle s’inscrit dans le droit fil des siècles antérieurs pour ce qui concerne la culture matérielle et le cadre de vie.

Période 4 : le proto‑Moyen Âge, du viie au ixe s.

273Baptisée ainsi dans notre étude sur la Vannage, elle recouvre les périodes wisigothique et carolingienne et marque le début de la médiévalisation de la culture matérielle. La céramique se modifie avec la prédominance des poteries grises, la disparition de la vaisselle de tradition gallo‑romaine et la fin des importations méditerranéennes. Hormis la céramique carolingienne à décors peints du ixe s., que l’on commence à trouver en prospection sur certains sites, nos connaissances restent floues. Les fabrications régionales de céramiques kaolinitiques qui succèdent aux productions tardo‑antiques commencent toutefois à être mieux connues, au moins pour le viie s., grâce aux fouilles de Lunel‑Viel (Raynaud 1989b).

274Par ailleurs, il faut constater l’absence de documents écrits, contrairement à la Vaunage où nous avions un nombre notable de textes du ixe s.

Période 5 : le haut Moyen Âge

275Ce terme couvre la période allant du xe au xiie s. Les textes interviennent massivement dans la documentation à partir de la fin du xie s. (premier texte concernant Lunel‑Viel en 1096). Leur apport vient compléter les données fournies par les céramiques, sur lesquelles les travaux récents sur les xexie s. ont élargi nos connaissances (Raynaud 1989b : loc. cit.). Cette période se caractérise donc par une documentation particulièrement riche, ce qui a pour inconvénient de renforcer la rupture avec la période précédente, celle‑ci apparaissant d’autant plus pauvre. Cette impression de rupture est, à notre avis, à nuancer. Plusieurs auteurs ont montré que la phase d’essor économique et démographique, qui caractérise le début de la période, trouve sa source avant le xe s., au ixe, voire au viiie s. A partir du xie s., la mise en place des structures féodales entraîne de fortes transformations dans l’organisation de l’habitat.

276Mis à part quelques sites ayant connu une occupation temporaire au iie s. av. n.è. (Lunel‑Viel, les Taulis, Camp Miaulaire et les Casais), environ deux tiers des sites apparaissent au Haut‑Empire, généralement au milieu du ier s. (HEmp : près de 68 %). Par ailleurs, on a réserve une classe (BEmp) aux trois sites qui s’implantent durant l’Antiquité tardive : le premier au ive s. (no 20 : Pelets III), après avoir en fait connu une occupation dès le milieu du  ., sans avoir laissé de témoins significatifs pour les iie et iiie s., le second au début du ive s. (no 6 : les Conques IV) et le dernier au vie s. (no 13 : Hauteur de Cadoule). On a choisi de ne pas confondre dans une même classe, au risque de constituer des classes à très faibles effectifs, les quatre sites apparaissant au haut Moyen Âge (HMA, xexie s. : on a également regroupé sous ce caractère le seul site du proto‑Moyen Âge) et les deux sites qui ne s’établissent qu’après le xie s. (MA), le village de Saint‑Just, déjà mentionné à deux reprises, et la tuilerie de Montels. On aura l’occasion de mesurer que cet émiettement en petites classes ne porte pas de préjudice à la cohérence de l’analyse, le critère chronologique venant se conjuguer avec de nombreux autres caractères, surtout paysagers, pour rassembler ces sites d’implantation tardive (fig. 37e).

11.3.1.6 Durée d’occupation

277L’étude fine du mobilier nous a permis de distinguer 5 classes de sites, selon la durée de leur occupation : inférieure ou égale à un siècle (Occ 1), longue d’1 à 2 siècles (Occ 2), de 2 à 5 siècles (Occ 3), de 5 à 10 siècles (Occ 4), et supérieure à 10 siècles (Occ 5) (fig. 37f).

11.3.1.7 Distance à la voirie

278Ce descripteur concerne les chemins existant au début du xixe s. d’après le plan cadastral napoléonien. N’ont pas été retenus les limites parcellaires pérennisant un ancien chemin, ni les chemins de service. L’évaluation, sur le plan cadastral, de la distance des sites par rapport à la voirie nous a amené à distinguer quatre classes : site traversé par une voie (Via 1 : 25 %), localisation au bord d’une voie, c’est‑à‑dire à 5 m au plus du chemin (Via 2 : plus de 21 %), à moins de 100 m (Via 3 : plus de 46 %), à plus de 100 m (Via 4 : 7 %) (fig. 42g). La nature même des caractères retenus et les pourcentages des sites qui les partagent prouvent le rapport étroit que les sites entretiennent avec la voirie rurale, la voie Domitienne jouant ici un rôle dérisoire dans la distribution de l’habitat antique et médiéval, sinon comme épine dorsale de la centuriation qui structure de manière écrasante cette voirie rurale. On ne peut comparer cette situation avec celle qui a été observée dans le Beaucairois, dans la mesure où dans l’analyse réalisée alors, on n’a considéré que le rapport aux axes majeurs de la voirie régionale (voie Domitienne, routes de piedmont des Costières) et au Rhône.

11.3.1.8 Nombre de chemins menant au site

279On a distingué 5 classes, en fonction du nombre de chemins conduisant au site : à ce stade de l’analyse, nous avons pris en compte les seuls chemins existants. Un chemin traversant le site de part en part compte pour deux, car il permet d’aller dans deux directions. La première classe, la plus nombreuse (50 %), regroupe les sites qui ne sont desservis par aucun chemin pérennisé dans le paysage (Itr 0) ; la seconde, la plus petite (7 %), rassemble les sites desservis par un seul chemin (Itr 1) ; les trois autres classes, relativement équilibrées, réunissent les sites desservis par plusieurs chemins : 2 (Itr 2 : près de 18 %), 3 à 5 (Itr 3 : plus de 14%) et plus de 5 (Itr 4 : près de 11 %) (fig. 37h).

11.3.1.9 Nombre de relations linéaires avec les sites contemporains

280Ce descripteur recense le nombre de sites que l’on peut rejoindre par un chemin direct : lorsque plusieurs sites se succèdent sur un même itinéraire direct, ils sont tous décomptés. Quelques virages légers ne modifient pas un itinéraire direct. En revanche, un virage à 90° ou un net changement de direction contredisent la notion de relation directe, même s’il s’agit aujourd’hui d’un seul et même chemin. Nous avons réparti les sites dans 4 classes, dont la première, la plus importante puisqu’elle rassemble la majorité des sites, correspond à l’absence de relations de ce type (Rel 0 : 53,5 %). Près de 18 % des sites sont en relation directe avec un site contemporain (Rel 1), et plus de 21 % avec 2 à 5 sites (Rel 2) ; 2 sites réussissent à entretenir une relation directe avec plus de 5 autres sites (Rel 3) (fig. 37i).

11.3.1.10 Influence du site sur le paysage

281Ce descripteur recense les formes de pérennisation du site dans le paysage contemporain : on a dû consacrer une modalité à l’absence de tout signe rappelant l’existence du site disparu, et ce caractère est partagé par l’écrasante majorité des sites (Psg 0 : plus de 71 %). Un site est signalé par un toponyme mentionnant la présence abondante de tuiles (les Taulis) et deux autres sites ont laissé dans le parcellaire l’empreinte de leur existence marquée par un carrefour de chemins : vu leur faible nombre, nous les avons regroupés dans une même classe réunissant les sites signalés par un toponyme et/ou une anomalie viaire ou parcellaire (Psg 1). La localisation de 5 sites est pérennisée par la combinaison d’un toponyme significatif, d’une anomalie paysagère et d’un édifice : ici, une agglomération villageoise dans 3 cas, un calvaire dans les deux autres cas (Psg 2) (fig. 37j).

11.3.1.11 Activité

282Il a fallu à nouveau réserver un caractère à l’absence de tout indice permettant de conclure sur le type d’activité pratiquée par les occupants du site (Act 0 : un tiers des sites). Les activités qui peuvent s’inscrire dans le cadre domestique, ont été subdivisées en trois catégories en fonction du matériel : on a considéré d’une part que la présence d’amphore, de dolium ou de silos marquait une activité de stockage (Act 1). C’est le cas le plus fréquent (près de 43 %). On a pris en compte d’autre part la présence de petit outillage ou de résidus significatifs (coulures et scories de métallurgie) pour caractériser une activité artisanale : la modalité Act 2 concerne les sites ne comportant que ce type d’indices ou combinant les signes d’une activité de stockage et d’une activité artisanale (plus de 21 %) (fig. 37k). Nous avions dans un premier temps déterminé une modalité Act 3 rassemblant les sites ayant livré de l’outillage agraire ou un instrument de transformation, comme un fragment de meule à bras. Ce critère n’a finalement pas été retenu, la meule étant un instrument domestique fréquemment représenté, tant en ville qu’à la campagne, et ne pouvant refléter, sauf quantité exceptionnelle, une quelconque spécialisation.

11.3.1 .12 Statut du site

283Nous avions d’abord différencié les sites d’habitat et les établissements de dimensions modestes, dont le modeste mobilier suggérait une fonction d’annexe agricole. Extrêmement subjective et parfois remise en cause par une prospection plus fine, cette notion n’a pas été retenue. Nous avons en revanche mené notre analyse en distinguant l’habitat accompagné d’une nécropole (Sta 1) de l’habitat dépourvu de tombes (Sta 2) (fig. 37l). Cette différenciation demeure étroitement conditionnée par la finesse de la prospection car une nécropole est très difficile à repérer en surface. On postulera toutefois que l’essentiel des zones funéraires ont pu être repérées, grâce à la densité des prospections et à la profondeur des labours pratiqués en Lunellois.

284Dans l’AFC nous n’avons pas poussé au‑delà la caractérisation de l’habitat, en dissociant par exemple habitat groupé et habitat dispersé. On pourra mesurer la part de jugement arbitraire que cette classification préconçue aurait introduit dans l’analyse. En effet, la prospection ne permet de les distinguer que dans certains cas seulement. La taille d’un site, trop facilement utilisée comme critère de différenciation, n’est pas un argument suffisant. Il apparaît donc que la distinction habitat groupé/habitat dispersé ne peut se faire de façon probante qu’en aval de l’étude globale. D’autres critères suffisent à individualiser le groupe des agglomérations, à l’issue du traitement analytique. Les deux nécropoles isolées (nos 8 et 13) ont été intégrées dans le groupe des sites à nécropole, tant il est vrai qu’on imagine mal un groupe de tombes sans l’habitat qui y enterre ses morts. De la même manière, le statut d’un habitat mentionné par les textes médiévaux comme seigneurie, manse ou chef‑lieu de paroisse, n’a pas été retenu, car il n’est pas connu pour la totalité des sites et aurait de ce fait introduit un biaisage de la documentation.

11.3.1.13 Sol

285La pédologie du site de l’habitat a été retenue comme descripteur, dans la mesure où elle dépend étroitement du choix, de la zone d’exploitation agraire qui l’entoure. A partir des données de la carte pédologique à 1/100 000 (Arnal 1984), on a distingué les sols sur lesquels les sites sont installés en 5 catégories plus ou moins composites. La catégorie Sol 1 réunit les sols peu évolués d’apport alluvial, à forts caractères d’hydromorphie, limoneux ou limono‑argileux (Arnal 1984 : unité 12) : on y recense près de 18 % des sites. Le caractère Sol 2 regroupe les sols bruns calcaires peu épais, limono‑sableux (unité 19) et sablo‑argileux (unité 20) : deux sites y sont installés. Le caractère Sol 3 concerne les sols bruns calcaires épais, limoneux ou limono‑argileux (unité 23 : trois sites, dont deux au contact de sols d’apport alluvial). Le caractère Sol 4 est réservé aux sols fersiallitiques à réserve calcique, les uns recarbonatés, limoneux (unité 38 : un site), les autres faiblement lessivés, limono‑argilo‑sableux (unité 42 : quatre sites) : on y recense plus de 21 % des sites, Saint‑Just étant implanté au contact des deux types de sols. Le caractère Sol 5 rassemble les sols fersiallitiques très lessivés, à pseudogley plus ou moins développé, limono‑sableux (unité 47) et les sols fersiallitiques très lessivés, très épais, à pseudogley, sableux (unité 50) : on y trouve près de 43 % des sites (fig. 37m).

11.3.2 Le peuplement

11.3.2.1 Évolution chronologique de l’habitat

286Le cadre territorial adopté est un peu étroit, livrant moins d’une trentaine de sites (tabl. III). Un échantillon plus fourni aurait, certes, donné aux analyses une portée plus large, effaçant l’effet d’anecdote de certains habitats. Nous avons tenté cependant une analyse quantitative de l’évolution du peuplement dans ce petit territoire, selon une méthode expérimentée dans l’étude de l’habitat en Vaunage (Parodi 1987 : 7‑10).

287Le tableau VI présente successivement :
– le nombre et le pourcentage des sites par période, par rapport au total général ;
– le nombre et le pourcentage de sites créés pour chaque période ;
– le nombre et le pourcentage de sites abandonnés pour chaque période ;
– le nombre et le pourcentage de sites demeurant stables pour chaque période.

TABL. VI – Tableau sur l’évolution chronologique du peuplement. Les pourcentages de la 1re colonne sont calculés sur la base du cumul des totaux des sites occupés pour chaque période, soit 56 sites.

288L’habitat préromain n’étant pas pris en compte, le tableau donne l’impression que l’habitat sur le territoire de Lunel‑Viel prend naissance avec le Haut‑Empire (période 1). C’est une image à nuancer, puisque quatre habitats d’époque impériale ont livré quelques documents préromains : Camp Miaulaire  (no 4), Les Casais (no 5), Lunel‑Viel (no 14) et Les Taulis (no 27). Sur ces sites, quelques fragments de céramiques non tournées à vernis noir révèlent une occupation difficile à situer dans le iie s. av. J.‑C. (cf. Annexe 1). Peu nombreux, perturbés par l’occupation gallo‑romaine, ces indices témoignent néanmoins d’une occupation au moins temporaire. Les fouilles du quartier ouest de Lunel‑Viel ont livré quelques lambeaux de sols en terre et des trous de poteau rattachables à un établissement ponctuel. L’absence de structures en dur donne à penser qu’il s’agit plutôt d’un campement que d’un véritable habitat (Raynaud 1989b). A ces témoins d’un habitat ténu et dispersé, s’ajoutent de rares fragments de céramiques préromaines (vernis noir, amphore italique, amphore massaliète) recueillis isolément dans les zones d’épandage. Ces quelques indices complètent l’image d’une occupation humaine très limitée avant le milieu du ier s. de n.è. Il faut sortir du cadre de notre étude pour trouver, à Ambrussum, un habitat permanent. Ailleurs, dans la plaine littorale, les recherches en cours confirment cette faible présence humaine. Le seul habitat conséquent se trouve au Mas Desport, en bordure de l’étang de l’Or, au sud de Lunel.

289Les deux premiers siècles de notre ère apparaissent donc comme une véritable phase de croissance de l’habitat avec la création de 20 sites sur 28, soit 71,4 % des habitats étudiés. Typologiquement, ces établissements occupant de faibles surfaces (rarement plus d’un demi‑hectare) se rangent majoritairement dans l’habitat dispersé, Cet essor démographique va de pair avec une intensification de la mise en valeur agricole et l’exploitation de terres jusque là incultes. C’est en effet durant cette période qu’apparaissent de vastes zones d’épandage autour des habitats, révélatrices d’une intense mise en valeur du sol. Les fouilles autour de l’agglomération de Lunel‑Viel mettent en lumière l’importance des travaux de drainage et de bonification des terres entrepris alors (cfsupra § 11.2.1), dans le cadre d’un paysage totalement soumis à la norme dominante de la centuriation régionale. La répartition des établissements révèle une nette différence entre la plaine, très attractive, et les collines abritant seulement quatre des 20 habitats apparus alors (fig. 39).

FIG. 391 Traces de fréquentation d’époque républicaine ou augustéenne et répartition de l’habitat du Haut‑Empire, 2 dispersé ou 3 groupé (les numéros des sites renvoient aux notices annexes) ; 4 voies.

290Cependant, plus de la moitié des sites sont abandonnés avant la fin du iie s. Si l’on peut constater une très grande instabilité de l’habitat, il faut éviter d’interpréter ce recul comme un signe de récession démographique. En effet, ce mouvement s’effectue aux dépens de l’habitat dispersé, l’agglomération de Lunel‑Viel s’en trouvant renforcée. Un phénomène identique a été constaté en Vaunage et peut être interprété comme un « recalibrage de l’habitat et de l’exploitation du sol avec peut‑être des regroupements de population et/ou des concentrations foncières » (Parodi 1987 : 8). Il faut donc voir dans cette vague éphémère de création d’habitats, rarement occupés durant plus d’une génération, le reflet d’une stratégie de conquête des terres. Une fois cet objectif atteint, ces habitats ou ces bâtiments agricoles mal desservis par la voirie perdirent leur fonction et leurs occupants.

291La période 2 voit, en revanche, se stabiliser les sites créés en période précédente (70 % d’habitats stables). Parallèlement on relève un très faible nombre de créations au cours de ces deux siècles : un site sur dix. Après l’hémorragie du Haut‑Empire, cette stabilité de l’habitat révèle la réussite d’une nouvelle organisation de l’économie rurale. Huit habitats dispersés se maintiennent dans la périphérie du territoire, mais l’activité et le peuplement semblent cristallisés autour de pôles plus solides, les agglomérations de Lunel‑Viel et Valergues. Ce dernier site, assimilé à un habitat dispersé dans la période antérieure, voit sa surface croître considérablement et semble accéder au statut d’habitat groupé, doté d’une nécropole. Si la répartition des habitats demeure favorable à la plaine, le déséquilibre n’est plus aussi net que dans la période 1 (fig. 40). A une exception près, les sites de l’arrière‑pays manifestent en effet une plus grande stabilité que dans la partie basse. La force d’attraction des agglomérations de Lunel‑Viel et de Valergues, qui voient leur surface croître, suffit‑elle pour expliquer le processus ? Faut‑il voir là aussi le résultat de stratégies agraires différentes, donnant de meilleurs résultats dans la zone des collines que dans la plaine ? Les données archéologiques ne permettent pas, en l’état des recherches, d’apporter une réponse.

FIG. 40 – L’occupation du IIIe au VIe s. 1 habitat groupé ou 2 dispersé ; 3 cimetières ; 4 voies.

292Pendant la période 3 (ve et vie s.), la part des abandons s’amplifie, concernant 67  % des sites. Les créations restent très minoritaires : un site créé, mais il s’agit d’une nécropole. Sa présence indique malgré tout l’existence, à proximité, d’un habitat contemporain qui n’a pas été repéré mais que l’on pourrait situer sous l’actuel Mas de Cadoule (fig. 61). La répartition des habitats confirme la tendance observée en période 2, les trois habitats de la zone de garrigue se maintenant tandis que de nouveaux abandons touchent la plaine.

293On peut être tenté de voir dans ces résultats le signe d’une récession démographique. Les fouilles de Lunel‑Viel permettent désormais de remettre en cause la thèse d’une régression du peuplement au cours des ve et vie s. En effet, cette agglomération conserve une activité certaine comme en témoigne l’importance au ve s. de la nécropole du Verdier. Encore une fois, ces abandons jouent en faveur du regroupement de la population dans un centre unique : Lunel‑Viel. La solidité du village s’accroît encore au vie s. Il dispose désormais de deux cimetières, l’un aux Horts, l’autre dans le quartier de l’église. Cette situation se prolonge durant une bonne partie du viie s. L’étude des aires funéraires (plus de 500 tombes fouillées) n’est pas encore assez avancée pour que l’on puisse proposer une estimation de la population, mais l’idée qui s’impose est celle d’une communauté très stable, sinon en essor. La tendance majeure de cette période est donc, une nouvelle fois, l’affaiblissement de l’habitat dispersé.

294Il est intéressant de constater que ces résultats divergent de ceux enregistrés en Vaunage, où les abandons se produisent plus tôt, au cours des iiie et ive s. (42,8 %). Pendant la période suivante, ceux‑ci sont moins nombreux (30 %). La différence majeure par rapport à la Vaunage réside dans la plus grande résistance d’un certain nombre d’établissements créés pendant le Haut‑Empire, qui ne disparaîtront qu’aux ve et vie s. (Parodi 1987 : 8).

295La période 4, le proto‑Moyen Âge (viieixe s.), se caractérise par le faible nombre de sites repérés, trois seulement. Plusieurs explications sont souvent avancées pour expliquer cette rareté, constatée en maintes régions :
– les sites de cette période sont en général mal repérés, car les habitats sont construits en matériaux périssables et la céramique y est parfois très rare ; cet argument est difficile à retenir pour le Lunellois, où quinze ans de prospections et de surveillance des travaux agricoles ont abouti à une connaissance intime du terrain, y compris sur les stations paléolithiques révélées par quelques silex grossièrement aménagés ;
– la méconnaissance de la céramique proto‑médiévale, hormis la céramique carolingienne à décors peints ; cette limite joue certainement plus que la précédente. Il reste à identifier le mobilier des viie et viiie s., peut‑être encore assimilé aux céramiques plus tardives ;
– les sites du proto‑Moyen Âge se trouvent souvent sous ou à proximité des habitats actuels comme, par exemple à Lunel‑Viel, l’habitat postérieur au vie s. ; ils sont donc très souvent impossibles à repérer par la prospection au sol ;
– la carence des textes du ixe s. concernant le territoire de Lunel‑Viel ne permet pas d’obtenir les résultats de la Vaunage, où l’on enregistre 20 % de créations au ixe s.  (5 sites), grâce à la richesse de la documentation écrite.

296On se gardera donc de conclure sur une documentation aussi imparfaite. Le village de Lunel‑Viel est le seul habitat fournissant des données tangibles grâce à l’ampleur des fouilles qui s’y déroulent. La découverte aux Parpayols et à Arboras de quelques fragments de poterie peinte carolingienne constitue cependant une piste que de nouvelles prospections et des sondages tenteront de préciser. On notera cependant qu’en tout état de cause, cette rareté des points de découverte confirme une nouvelle fois le regroupement de l’habitat.

297La période 5 (le haut Moyen Âge : xexie s.) apparaît comme une phase d’essor. Plus modeste que celle du Haut‑Empire, elle est néanmoins marquée par l’apparition de quatre nouveaux établissements (57 % de création par rapport au total). Amplifiant le mouvement observé aux périodes antérieures, le peuplement réside désormais majoritairement dans des habitats groupés. Ces sites sont tous dotés d’un cimetière ; presque tous possèdent une église, Saint‑Paul, Saint‑Just, Saint‑Sauveur (Montels), Sainte‑Agathe (Valergues), Saint‑Vincent (Lunel‑Viel) et Arboras (dédicace inconnue). Seul Parpayols n’a pas livré de trace d’un lieu de culte, ce qui s’explique par son statut particulier sous la dépendance du monastère puis prieuré d’Arboras (cf. infra § 11.3.4.3). A l’exception d’Arboras, dont le statut religieux (mais attesté seulement au xiiie s.) rend l’interprétation difficile, c’est donc à ce moment‑là que l’habitat villageois prend sa forme médiévale, même si les germes de cette mutation sont visiblesdans les siècles précédents.

298La distribution des sites connaît une évolution sensible, la plaine l’emportant toujours sur les collines (fig. 41). On peut certainement déduire de cette répartition une réorganisation agraire, probablement accompagnée par la remise en état de terroirs délaissés auparavant, ainsi que par de nouveaux défrichements. Ce processus se trouve confirmé par l’étude de l’habitat des Parpayols‑les Tasques et par l’analyse anthracologique d’A. Durand, qui note les signes d’un nouveau recul de la chênaie et de la ripisylve (Raynaud 1989b : 325‑334).

FIG. 41 – L’occupation du haut Moyen Âge. 1 habitat groupé ou 2 dispersé ; 3 cimetières ; 4 voies.

299Ces résultats, conformes à la thèse traditionnelle d’un essor de l’habitat à partir du xe s., doivent être nuancés. La documentation écrite est particulièrement tardive pour le Lunellois. Les premiers textes datent de la fin du xie s. et contribuent à renforcer l’impression d’une expansion démographique tardive. Les résultats obtenus pour la Vannage rendent compte d’une croissance démographique plus ancienne, au ixe voire au viiie s.

300La période 6, sur laquelle nous ne nous étendrons pas, est marquée par la disparition ou l’affaiblissement de trois habitats dès les xiiexiiie s. : Parpayols, totalement déserté, Arboras, demeurant modeste et Saint‑Paul, encore mentionné par les textes au xiiie s., mais qui ne semble plus se manifester dans le paysage que par son église et un habitat très ponctuel, probablement dissimulé aujourd’hui sous le mas qui lui a succédé. Le groupement de l’habitat dans les villages actuels est presque acquis et s’achèvera au xviiie s. avec la lente agonie de Montels (fig. 41, 17).

301La prééminence de l’habitat groupé sera cependant mise en balance par l’éclosion au xvie s. d’un réseau dense de mas, résultant d’un fort courant de concentration foncière qui touche l’ensemble du Bas‑Languedoc (Le Roy Ladurie 1966). La répartition de ces domaines, essentiellement établis dans la zone collinaire, traduit une différence de pression agraire entre la plaine, où sont établies les communautés villageoises, et l’arrière‑pays un peu délaissé jusqu’alors (fig. 42). Après ces nouveaux changements, le paysage rural ne connaîtra plus de modification notable jusqu’à nos jours.

FIG. 42 – L’occupation du bas Moyen Âge et de la période moderne. 1 habitat groupé ou 2 dispersé ; 3 cimetières ; 4 voies.

302Ces comptages simples montrent les grandes tendances de l’évolution de l’habitat, mais ne permettent pas une approche précise et différenciée des sites. Une typologie à partir des données de terrain, mais aussi textuelles et cartographiques, s’avère nécessaire. En effet, la disparition de petits habitats isolés n’a pas la même signification que celle d’un habitat groupé bien structuré, occupé depuis plusieurs siècles.

11.3.2.2 La dynamique du peuplement

303Une première analyse peut être tentée à partir de l’étude d’une matrice ordonnée présentant, sous la forme d’un tableau à double entrée, les différents sites numérotés de 1 à 28, et les périodes d’occupation (fig. 38). L’analyse du tableau permet de différencier 4 groupes :

FIG. 38 – Matrice ordonnable des sites du territoire de Lunel‑Viel.

Groupe A

304Les sites gallo‑romains dont l’occupation n’excède pas la fin de la période 1 (iie s.). Il s’agit d’habitats de plaine de taille modeste, inférieurs à 1 ha, et de deux annexes agricoles, les sites 11 et 21. Leur mode de vie n’est pas homogène : trois sites possèdent des matériaux indiquant un mode de vie luxueux (tesselles de mosaïque, marbre, éléments architectoniques) qui leur confère le statut de villa, six sont plus modestes avec des tuiles, des moellons et parfois du mortier, deux possèdent un bâti rudimentaire, avec des tuiles mais sans moellons. Cette grande variété dans le mode de vie montre que ces habitats ne sont pas uniquement le fait d’une paysannerie ou d’une aristocratie. Cette phase de croissance semble profiter à toutes les classes de la société.

Groupe B

305Il s’agit des sites du Haut‑Empire abandonnés durant les périodes 2 ou 3. Ce sont des habitats de plaine, de taille modeste (moins d’1 ha). On retrouve la même diversité dans les modes de vie, avec cependant une absence notable des sites très modestes, aux matériaux limités à la terre crue et aux tuiles. Comme ceux du groupe A, ils n’ont aucune influence sur le paysage. Deux problèmes restent à résoudre : pourquoi ceux‑ci ont‑ils survécu ? Comment expliquer que certains ne sont abandonnés qu’en période 3 ?

Groupe C

306sites 14 et 28

307Il s’agit d’un groupe réduit, formé des habitats du Haut‑Empire, ou antérieurs, qui ont survécu jusqu’à nos jours ; ce sont, comme aujourd’hui, des habitats groupés accompagnés d’une nécropole. Leur organisation a fortement influencé le paysage environnant. Au Moyen Âge, ils constituent les habitats médiévaux majeurs, sans toutefois présenter de trace d’incastellamento. Les fouilles de Lunel‑Viel ont montré que, derrière cette apparente pérennité, se trouvaient des réorganisations successives. Du Haut‑Empire au Moyen Âge, l’habitat s’est déplacé sur quelques centaines de mètres et a formé plusieurs noyaux qui se succèdent.

308Laissons à part un cas intermédiaire, le site 13, nécropole datée uniquement par un sarcophage. Il montre la rareté des créations d’habitats au cours des périodes 3 et 4.

Groupe D

309Ces sites possèdent déjà le profil d’un site médiéval : habitat groupé, matériaux de construction variés (moellons, tuiles mais aussi terre crue). L’utilisation de la terre crue semble être une caractéristique des habitats du proto‑Moyen Âge sans pour autant, nous l’avons vu, constituer un critère de différenciation sociale. Comme de nombreux habitats créés pendant cette période, il est abandonné au xiie s. et illustre un type d’habitat qui résulte d’un processus de regroupement antérieur à l’incastellamento. Dans leur majorité, ces établissements disparaissent rapidement, concurrencés par l’habitat castral du xie s. Malgré la courte période d’occupation, ces habitats ont fortement marqué le paysage tant dans la toponymie que dans l’organisation parcellaire. Certains sont suffisamment importants pour créer leur église et leur cimetière et pour devenir chef‑lieu de paroisse. On remarque la présence de deux sites de coteau, fait exceptionnel, la majorité des habitats du territoire de Lunel‑Viel étant localisés en plaine. Cette localisation est peut‑être un élément de réponse à leur disparition rapide, alors que Saint‑Just, situé en plaine, se renforce.

310A l’issue de ce commentaire on constate, comme en Vaunage, deux phases de création de l’habitat. La première est concentrée sur la deuxième moitié du ier s. Elle est de loin la plus importante et la plus durable, bien qu’environ la moitié des habitats créés disparaissent en fin de période. Cette constatation est un élément nouveau remettant en cause une partie des certitudes concernant l’origine du village médiéval. Les habitats groupés actuels, héritiers du village médiéval, sont créés à l’époque gallo‑romaine. Le phénomène apparaissait plus fortement en Vaunage, car l’étude portait sur un territoire plus étendu. Cette pérennité dans l’implantation de l’habitat ne signifie pas immobilisme, nous l’avons vu pour la Vannage. Les fouilles de Lunel‑Viel montrent que le village résulte de nombreux déplacements et restructurations.

311La seconde phase de création apparaît plus tôt en Vannage, à partir du ixe s. Ce décalage est peut‑être à attribuer à la différence de documentation. La faiblesse des créations, notamment pendant l’Antiquité tardive et le proto‑Moyen Âge, contraste avec les résultats enregistrés en Vaunage et trouve peut‑être son explication dans le développement de Lunel‑Viel, qui récupère la population autrefois dispersée sur l’ensemble du territoire. Au regard de cette étude, on conciliera que le village médiéval trouve sa source dans une concentration progressive de l’habitat, amorcée au ier s.

11.3.3 Typologie de l’habitat

312Nous avons soumis à l’analyse factorielle des correspondances (AFC) les 28 sites retenus pour notre étude du territoire antique et médiéval de Lunel‑Viel. Comme on l’a développé plus haut, l’information relative à chacun de ces sites a fait l’objet d’un dépouillement selon 13 descripteurs, éclatés en 50 caractères. On rappellera que dans certains cas, nous avons consacré une modalité à l’absence d’information relative au descripteur, en lui réservant un caractère spécifique, marqué par le chiffre 0.

11.3.3. L’analyse avec tous les sites et tous les caractères

Analyse factorielle des correspondances

313– L’axe 1 (fig. 43) : c’est l’axe dont l’inertie est la plus importante et qui se rapproche le plus des points‑sites ou ‑caractères au poids statistique le plus élevé. Il exprime donc l’information la plus décisive pour comprendre la structure de l’organisation traduite par les graphes. Si l’on considère les deux ensembles regroupés aux deux pôles de l’axe, on note d’emblée, à gauche du plan 1‑2, une très nette concentration de la majorité des sites implantés sous l’Empire, opposés aux sites médiévaux regroupés à droite de l’axe (nos 1 Arboras ; 17 Montels II ; 23 Saint‑Just et 24 Saint‑Paul). Pour autant, ce n’est pas le critère chronologique qui constitue le seul facteur à l’origine de cette distribution des sites. D’autres sites s’opposent aux groupes très concentré des sites impériaux, sans nécessairement partager les critères chronologiques HMA ou MA : il s’agit du site du proto‑Moyen Âge regroupé avec ceux du haut Moyen Âge (no 19 : les Parpayols) et de deux sites d’implantation plus précoce : no 14 (Lunel‑Viel) et no 28 (Valergues). On constatera que tous ces sites sont des agglomérations, soit disparues, soit encore existantes, bien que nous n’ayons pas retenu cette qualité comme caractère spécifique ; de fait, leur statut d’habitat groupé s’exprime dans leur capacité à marquer l’environnement paysager d’une empreinte multiforme, recensée par plusieurs caractères partagés de manière exclusive par ces sites. On compte ainsi parmi eux, à l’exception du site singulier de Saint‑Just, les plus gros sites (S1‑2 : nos 1, 17 et 24 ; S > 2 : nos 14 et 28) ; ils sont, pour plus des deux tiers d’entre eux, installés au contact de sols fersiallitiques, limoneux, limono‑sableux ou sableux, et de sols d’apport alluvial, limoneux ou limono‑argileux. Ce sont tous les sites desservis par le plus grand nombre de chemins (Itr 3 : nos 1, 17, 23 et 24 ; Itr 4 : nos 14, 19 et 28), tous les sites traversés par un chemin (Via 1 : nos 1, 14, 17, 19, 23, 24 et 28), tous les sites entretenant le plus de relations linéaires avec d’autres sites contemporains (Rel 2 : nos 1, 17, 23, 24 et 28 ; Rel 3 ; nos 14 et 19), et tous les sites signalés par un toponyme significatif, combiné avec une anomalie remarquable du paysage et avec un ou des édifices résiduels (Psg 2 : nos 1, 14, 17, 19, 23, 24 et 28). C’est bien entendu ce groupe qui rassemble également tous les sites à occupation longue (Occ 4 : nos 17, 23 et 24 ; Occ 5 : nos 14 et 28). C’est donc cet ensemble de critères, dialectiquement liés, qui confère à ce groupe de sites un statut particulier : celui qui caractérise des agglomérations, dont certaines s’estompent dès le Moyen Âge (Arboras, Parpayols, Saint‑Paul), d’autres à l’époque moderne (Montels), et dont le reste a réussi à perdurer jusqu’à nos jours (Lunel‑Viel, Saint‑Just et Valergues). De l’autre côté de l’axe 1, on trouvera donc tout l’habitat dispersé.

FIG. 43 – Graphe d’AFC : sites antiques et médiévaux (plan 1‑2).

314– L’axe 2 : il contribue à nuancer le caractère quelque peu caricatural de cette opposition, même si elle est hautement significative du point de vue de l’articulation opératoire entre l’habitat et l’environnement paysager qui subit la marque de ses contraintes fonctionnelles. C’est en effet l’axe 2 qui gère la différenciation, clairement visible sur tous les graphes, existant au sein du groupe des sites‑agglomérations : on trouve, d’un côté de l’axe, le groupe des plus gros sites, ceux de Lunel‑Viel (no 14) et de Valergues (no 28), partageant exclusivement les caractères qui les placent au sommet de la hiérarchie dans le domaine de la superficie (S > 2), de la durée d’occupation (Occ 5), du nombre de relations avec d’autres sites contemporains (Rel 3 pour Lunel‑Viel, Rel 2 pour Valergues) et du nombre de chemins desservant le site (Itr 4). Ce qui suffit, semble‑t‑il, à les distinguer du reste des agglomérations, généralement disparues à l’exception du cas Saint‑Just, puisque ces dernières partagent exclusivement les caractères immédiatement inférieurs : S 1‑2, Occ 4, Rel 2 et Itr 3. En réalité, d’autres critères se conjuguent avec ces caractères spécifiques à chacun de ces deux sous‑groupes, pour opérer cette différenciation et la justifier par l’indispensable rapprochement qui doit s’effectuer entre ces sites et les sites plus précoces qui partagent avec eux d’autres caractéristiques. Ainsi le premier sous‑groupe, celui des agglomérations encore existantes, se distingue‑t‑il aussi du second groupe par la précocité de son implantation (HEmp), la qualité de ses matériaux de construction (Mat 4) et son installation privilégiée au contact de sols fersiallitiques et de sols alluviaux (Sol 4 et Sol 5). En revanche, le groupe des agglomérations généralement disparues partagent les catégories de sols 1 (sols d’apport alluvial), 2 (sols bruns calcaires peu épais), 4 et 5 (sols fersiallitiques) : de même, si Valergues, bien que démuni du caractère Mob 2 qui signale la présence d’un mobilier original, tend à se rapprocher des sites bénéficiant de ce caractère, comme son compagnon de groupe, Lunel‑Viel, les agglomérations disparues partagent toutes le caractère Mob 1, indiquant la présence d’un mobilier assez banal, Saint‑Just se distinguant par l’absence de tout mobilier.

315– L’axe 3 (fig. 44) : avec cet axe, nous quittons le groupe des agglomérations pour aborder la structuration des sites d’habitat dispersé, regroupés à l’autre extrémité de l’axe 1. D’un côté, on trouve des sites caractérisés par leur localisation privilégiée au bord d’un chemin (Via 2 : nos 5, 9, 13, 16, 21), le nombre identique (2) de chemins menant au site (Itr 2 : nos 5, 13, 16, 18, 21), le faible nombre de relations (1) avec d’autres sites contempo rains (Rel 1 : nos 5, 9, 13, 16, 21). Tous ces sites s’implantent sous l’Empire, à l’exception du no 13, qui correspond à la nécropole de Hauteur de Cadoule, utilisée aux vie et vie s., et du no 18, la tuilerie médiévale de Montels. A l’opposé de l’axe 3, se regroupent des sites partageant tous l’absence de relation directe avec des sites contemporains (Rel 0 : nos 2, 3, 4, 6, 7, 10, 20, 26), le même rapport à la voirie, compris entre 5 et 100 m (Via 3 : nos 2, 3, 4, 6, 7, 10, 20, 26) et partiellement, mais massivement, l’absence de desserte aboutissant au site (Itr 0 : nos 2, 3, 4, 6, 7, 10, 20). Ce sont là tous des sites implantés sous l’Empire –dont le no 20 (Pelets I‑II) qui déploie une activité plus intense aux ivevie s.– d’une superficie inférieure à un demi‑hectare, à l’exception du no 2 (Aube de Servière) qui atteint les trois quarts d’hectare, et qui n’ont laissé aucune autre trace dans le paysage que les vestiges de matériaux et de mobilier visibles au sol (Psg 0).

FIG. 44 – Graphe d’AFC : sites antiques et médiévaux (plan 2‑3).

Les résultats de la classification ascendante hiérarchique

316La classification ascendante hiérarchique (CAH), calculée à partir des résultats de l’AFC, si elle tend à gommer les relations connexes ou antinomiques exposées sur les graphes, a en revanche le mérite de faciliter l’interprétation des résultats graphiques de l’AFC en délimitant clairement les regroupements de sites avec les caractères qu’ils partagent le plus. Elle constitue de ce fait un guide très utile et efficace pour exploiter les graphes de l’AFC.

317On pourra lire simultanément les résultats de cette analyse sur les graphes de l’AFC où l’on a pris soin de délimiter les groupes de sites révélés par la classification. Le logiciel utilisé offre l’intérêt de permettre la construction d’un arbre intégrant à la fois les individus et les caractères (fig. 45), chacun des caractères se trouvant localisé au cœur des groupes de sites qui le partagent le plus.

FIG. 45 – Arbre de classification : sites antiques et médiévaux.

318La classification exprime avec clarté l’opposition, matérialisée par l’axe 1, entre une seconde classe réunissant toutes les agglomérations, disparues ou conservées, et une première classe accueillant le reste des sites.

Deuxième classe

319Au sein de la classe des agglomérations, on perçoit nettement la différenciation, que traduit l’axe 2, entre le groupe des agglomérations d’apparition tardive (haut Moyen Âge et Moyen Âge : II, 1) et aujourd’hui disparues (Arboras, Montels, Saint‑Paul), et le groupe des agglomérations d’implantation précoce (Haut‑Empire) mais toujours en activité (Lunel‑Viel, Valergues : II, 2). Mais la classification détaille une hiérarchisation qu’illustrent les graphes de l’AFC, où les composantes de cette classe s’éparpillent sur la moitié du plan : elle permet en outre, par la répartition qu’elle opère entre les deux groupes de sites, d’identifier les facteurs de cohérence qui régissent le mode d’agrégation des sites illustré par les graphes et d’évaluer leur poids spécifique.

320On s’intéressera tout particulièrement aux cas singuliers comme celui du site des Parpayols, intégré dans le groupe des agglomérations d’implantation précoce et de haut niveau qualitatif tant au plan archéologique qu’environnemental (II, 2), alors qu’il s’agit d’un site de dimension modeste, implanté durant le proto‑Moyen Âge et abandonné quelques siècles plus tard. Les seuls critères qui justifient le rapprochement de ce site avec les deux autres agglomérations encore existantes (Lunel‑Viel, Valergues) sont des caractères paysagers spécifiques à ce groupe réduit, Itr 4 et Rel 3. L’analyse tend à marquer la nuance qui sépare les deux autres membres de ce groupe, le site de Lunel‑Viel (no 14), dont le statut archéologique remarquable s’explique par l’histoire du peuplement dans le Lunellois et l’existence de fouilles continues et massives depuis près d’une décennie, et celui de Valergues (no 28). On a déjà mesuré la proximité entre Valergues et Lunel‑Viel, tous deux sites du Haut‑Empire, partageant la même modalité dans près des deux tiers des descripteurs : mais Valergues s’éloigne de Lunel‑Viel par le nombre inférieur de ses relations linéaires avec d’autres sites (Rel 2 : 5), son mobilier banal (Mob I) et son activité, limitée au stockage (Act 1), trois caractères que ce site partage avec celui d’Arboras, compris dans l’autre groupe, ce qui justifie leur tendance à se rapprocher dans les graphes.

321Autre cas original que celui du site d’Arboras, en marge du premier groupe, celui des agglomérations d’origine médiévale et au statut archéologique moins brillant que celui du second groupe. Bien que partageant massivement le sort des agglomérations disparues, le site d’Arboras s’en distingue du fait de sa moindre influence sur le paysage (Psg 1), de sa moindre durée d’occupation, inférieure à 5 siècles (Occ 3) et de sa localisation sur des sols d’apport alluvial (Sol 1), alors que la quasi‑totalité des sites de la IIe classe sont implantés au contact de sols fersiallitiques et d’alluvions fluviatiles (Sol 4 et Sol 5). Dernier cas singulier, celui de Saint‑Just, maintes fois évoqué plus haut ; intégré dans le groupe des agglomérations médiévales disparues, ce village existe toujours. Ce n’est pourtant pas sa date d’implantation qui justifie son insertion dans ce groupe : attesté comme habitat au début du xiiie s., mais totalement dépourvu de vestiges archéologiques, c’est le seul site médiéval de création tardive de cette classe (HMA). Ce sont donc essentiellement des caractères chronologique (Occ 4) et paysagers (Via 1, Psg 2, Itr 3, Rel 2, Sol 4) qui contribuent à inscrire Saint‑Just dans cette classe et ce groupe.

Première classe

322Elle réunit tous les sites implantés sous l’Empire, à l’exception de Lunel‑Viel et de Valergues, soit plus de 90 % de ces sites, et un des deux sites du Moyen Âge (Montels III). Ces sites sont globalement caractérisés par une superficie inférieure à 1 ha (plus de 76 % n’atteignent pas le demi‑hectare), une implantation en plaine pour plus de 80 % des sites, dont près de 60 % au contact d’une vallée alluviale, une durée d’occupation égale ou inférieure à 5 siècles (Occ 1, 2 et 3), un matériel banal (Mob 1 à 85 %), un rapport moins étroit avec le réseau viaire (62 % entre 5 et 100 m –Via 3–, et près de 10 % à plus de 100 m – Via 4 une relative pauvreté de dessertes (les deux tiers n’en comptent aucune, 9,5 % une seule et 24 % deux), une absence massive de relations linéaires avec un autre site contemporain (plus de 71 % n’en ont aucune, un quart en a une, et un seul site en compte plus de deux), une influence quasiment nulle sur le paysage (un seul site peut revendiquer la production d’un toponyme révélant son existence, le no 26, les Taulis : les tuiles), et une absence pour près de 86 % d’entre eux de tombe : on y trouve en effet tous les sites dépourvus de nécropole. En outre, cette classe réunit plus de 90 % des sites installés sur la catégorie de sols no 5, c’est‑à‑dire des sols fersiallitiques à réserve calcique, soit recarbonatés, limoneux, soit très lessivés, limono‑sableux ou sableux. Pour le reste, la situation est plus contrastée et justifie les regroupements qui traduisent une hiérarchisation de ces petits sites antiques, tôt disparus.

323Dans ce contexte assez médiocre du point de vue de la hiérarchie des caractères, deux groupes de sites, (I, 2 et I, 5), se distinguent par leur localisation au bord d’un chemin (Via 2), le nombre de chemins qui y aboutissent (1 dans un cas, 2 dans tous les autres) et le nombre de relations linéaires entretenues avec d’autres sites (au moins une). Leur différenciation en deux groupes distincts, bien indiquée par leur distribution dans le plan des graphes, s’explique avant tout par les caractères archéologiques, lisibles au plan des matériaux de construction utilisés et de l’activité pratiquée : le groupe I, 2 réunit deux sites à matériaux de type 4, à activité de stockage et dépourvus de nécropole (no 5 les Casals, et no 9 Gros des Anèdes I), alors que le groupe I, 5 rassemble des sites à matériaux moins luxueux, de types 1, 2 et 3 (no 18 Montels III ; no 13 Hauteur de Cadoule ; no 16 Montels IV ; no 21 Pelets IV). Ils n’ont livré aucun indice explicite d’une activité, à une exception près, notable, celle du site no 18, la tuilerie médiévale de Montels (Montels III), qui prend malgré tout sa place ici, bien qu’il soit évidemment pourvu du caractère Act 2 (production artisanale). En outre le groupe I, 2 confirme sa cohérence par une même localisation sur des sols fersiallitiques à réserve calcique (Sol 5), alors que l’autre groupe se partage entre ce type de sols et les sols alluviaux peu évolués, limoneux ou limono‑argileux (Sol 1).

324Les groupes I, 1, I, 3 et I, 4 sont beaucoup moins différenciés et il est difficile, sinon impossible, de dégager pour l’un un caractère que ne partageraient pas les deux autres. Le premier groupe (I, 1 : no 8 les Courrens et no 15 Mas Blanc I) est globalement très proche des caractéristiques du groupe I, 2, mais il s’en distingue par un statut archéologique moins brillant (Mat 1 et 3), l’absence de relations avec d’autres sites contemporains et un rapport plus lâche avec le réseau viaire (Via 3). Le groupe I, 3 (no 2 Aube de Servière ; no 27 les Taulis ; no 3 Baisses du Berbian ; no 4 Camp Miaulaire et no 26 Tasques) fonde sa cohérence avant tout sur une courte durée d’occupation, toujours inférieure à 2 siècles, corrigée par un statut archéologique de haut niveau (4 sites sur 5 Mat 4, dont 2 Mob 2), qui témoigne d’une activité (3 Act 1, 2 Act 2), et sur une implantation privilégiée sur des sols fersiallitiques (3 sites sur Sol 4 et les deux autres sur Sol 5). Le groupe I, 4 (no 20 Pelets I‑II ; no 6 Conques TV ; no 7 Conques VI ; no 10 Gros des Anèdes V ; no 11 Crosasses I ; no 12 Grand‑Gorge ; no 22 Pont Trinquât et no 25 Sainte‑Catherine) révèle un statut archéologique beaucoup plus banal (Mat 2, Mob 1) et une durée d’occupation nettement plus contrastée, inférieure à 1 siècle pour trois des sites, à 2 siècles pour deux autres et à 5 siècles pour les trois derniers. La moitié des sites n’offre aucun témoin d’une activité et le reste se limite à une activité de stockage. Ils sont tous dépourvus de tombes et occupent toutes les catégories de sols, à l’exception des sols fersiallitiques à réserve calcique. Le site des Pelets I‑II se distingue ici par un statut archéologique plus élaboré, matériel de type 4 (pierre taillée) et mobilier de type 2 (monnaies) ; ce sont l’absence d’indice clair sur l’activité pratiquée et le type de sol choisi (sols brans calcaires épais) qui l’empêchent de rejoindre franchement le groupe I, 3, qui tend à l’attirer comme le montrent les graphes de l’AFC.

11.3.3.2 Analyse Factorielle des Correspondances (AFC) limitée aux seuls sites antiques

325Afin de mieux cerner la typologie des sites d’implantation précoce, nous avons réduit le tableau de données en supprimant les six sites médiévaux (1 Arboras, 17 Montels II, 18 Montels III, 19 Parpayols, 23 Saint‑Just et 24 Saint‑Paul), et en veillant à éliminer les caractères qu’ils se partageaient exclusivement : les deux caractères chronologiques spécifiques (HMA et MA), le caractère Occ 4 (durée d’occupation comprise entre 5 et 10 siècles), le caractère S1‑2 (superficie comprise entre 1 et 2 ha), le caractère Itr 3 (nombre de chemins aboutissant au site compris entre 2 et 5) et le caractère Mob 0 (absence de mobilier). On a en outre supprimé les caractères qui ne concernaient dès lors qu’un seul individu : le caractère Ter 3 (implantation sur un coteau, en bordure d’une vallée alluviale), le caractère Rel 2 (2 à 5 relations linéaires avec d’autres sites contemporains), le caractère Psg 1 (toponyme ou anomalie paysagère révélant le site) et le caractère Sol 2 (sols bruns calcaires peu épais). Nous commenterons conjointement les graphes de l’AFC et l’arbre de classification établi à partir du fichier des facteurs.

Deuxième classe

326Ce sont les deux seules agglomérations d’origine antique, Lunel‑Viel (no 14) et Valergues (no 28) qui constituent la deuxième classe, nettement individualisée à l’une des extrémités de l’axe 1 (fig. 46). Ce dernier exprime ainsi l’opposition entre les sites selon le critère de la superficie, de la durée d’occupation, de l’influence sur le paysage, du rapport à la voirie et du nombre de chemins desservant le site. On trouvera, d’un côté de l’axe, les sites de superficie supérieure à 2 ha, de durée d’occupation supérieure à 10 siècles, traversés par un chemin, accessibles par plus de 5 chemins, entretenant plus de 2, voire plus de 5 relations linéaires avec d’autres sites contemporains, installés au contact de sols fersiallitiques et de sols alluviaux et ayant fortement marqué le paysage de leur empreinte. Lunel‑Viel et Valergues, villages occupés sans discontinuité depuis le Haut‑Empire, sont les sites qui expriment le mieux cette combinaison de caractères qualifiants.

FIG. 46 – Graphe d’AFC : habitat réduit aux seuls sites antiques (plan 1‑2).

Première classe

327La première classe rassemble tout l’habitat dispersé d’origine antique, caractérisé par ses petites dimensions (les 3/4 ont une superficie inférieure au demi‑hectare et le reste n’atteint pas l’hectare), son implantation privilégiée en plaine (85 % des sites, dont 59 % au contact d’une vallée alluviale), la banalité de son mobilier archéologique (85 % de sites Mob 1), sa durée d’occupation toujours inférieure à 5 siècles (pour 70 % inférieure à 2 siècles), aux trois quarts éloigné de la voirie et dépourvu de dessertes, et à 85 % démuni de sépultures. L’organisation de cette classe, qui, à une exception près, ne réunit que des sites n’ayant laissé aucune trace tangible dans le paysage en dehors des vestiges affleurant au sol, doit beaucoup aux caractères strictement paysagers, comme le prouve la distribution des groupes de sites le long de l’axe 2 (fig. 47). A une extrémité de cet axe, se regroupent les sites partageant les caractères Via 2 (au bord d’un chemin), Itr 2 (desservis par 2 chemins) et Rel 1 (entretenant au moins une relation linéaire avec un autre site contemporain). Le groupe I, 5 (no 13 Hauteur de Cadoule et no 21 Pelets IV) comporte ces caractères et construit sa cohérence propre sur une superficie inférieure au demi‑hectare, une localisation en plaine au contact d’une vallée fluviale, sur des sols alluviaux, une durée d’occupation inférieure à un siècle, un mobilier banal et l’absence de tout indice sur l’activité des occupants. Ce groupe s’oppose donc résolument à ceux des sites de la première classe qui partagent les caractères Via 3 (localisation à plus de 5 m et jusqu’à 100 m d’un chemin) et Via 4 (à plus de 100 m d’un chemin), Itr 0 (absence de chemins menant au site) et Rel 0 (absence de relation linéaire avec un autre site contemporain). Le troisième groupe de cette classe (I, 3) est le plus représentatif de cette combinaison, et se différencie du groupe 2 qui lui est proche par un statut archéologique relativement plus élevé : 2 Aube de Servière ; 3 Baisses du Berbian ; 4 Camp Miaulaire ; 25 Sainte‑Catherine ; 26 Tasques et 27 les Taulis, On dénombre 2 sites sur 6 de surface comprise entre le demi‑hectare et l’hectare, 4 sites ayant livré des matériaux de construction de niveau 4, dont deux avec du mobilier de type 2 : la durée d’occupation est au moins supérieure, à une exception près, à un siècle. En outre, tous les sites de ce groupe présentent des indices permettant d’identifier leur activité et occupent, à une exception près, des sols fersiallitiques. Dans quasiment tous les cas, à une exception près (Sainte‑Catherine), ce sont des sites de plaine, dont la majorité est localisée au bord d’une vallée alluviale (Ter 1 et 4).

FIG. 47 – Graphe d’AFC : habitat réduit aux seuls sites antiques (plan 2‑3).

FIG. 48 – Arbre de classification : habitat réduit aux seuls sites antiques.

328Le groupe 2 (I, 2) ne réunit aussi que des petits sites de plaine, sans aucun impact sur le paysage, dont les matériaux (Mat 2) et le mobilier (Mob 1) présentent une grande banalité ; ils sont, aux 3/5, dépourvus de témoins d’une activité, le reste ne révélant qu’une activité de stockage. Leur durée d’occupation est, pour les 4/5, inférieure à 2 siècles. Ils s’avèrent assez opportunistes dans le choix des sols qui les accueillent : alluviaux pour l’un, bruns calcaires épais pour deux autres et fersiallitiques pour les deux derniers. C’est le groupe le plus cohérent dans la médiocrité du point de vue du statut archéologique et de l’impact paysager. Le groupe 1 (I, 1) partage globalement les caractères qui confèrent au groupe précédent son statut médiocre, mais sans présenter une aussi grande cohérence dans la qualité de ses matériaux et de son mobilier. Sur les trois sites qui s’assemblent ici, on compte en effet un site Mat 1, un autre Mat 2 et le troisième Mat 4, de même qu’un site Mob 2 pour les deux autres Mob 1. C’est donc sa moindre cohérence archéologique qui tend à distinguer ce groupe du précédent.

329A cet ensemble de sites totalement incapables de marquer et d’organiser le paysage, regroupés à une extrémité de l’axe 2, s’opposent les sites mieux inscrits dans l’environnement, même si leur impact dans le paysage contemporain reste nul. A proximité du groupe 5 dont on a déjà commenté la cohérence, on retrouve le groupe I, 4 dont on a souligné l’autonomie dans la première AFC (groupe I, 2 : les Casals, Cros des Anèdes I) : il tend ici à se rapprocher du groupe I, 5, dont il partage les caractères Via 2 (localisation au bord d’un chemin), Rel 1 (une relation linéaire avec un autre site) et partiellement le caractère Itr 2 (deux chemins aboutissant au site).

330Reste à considérer le cas du groupe intermédiaire entre les deux ensembles de sites qu’on vient de décrire, le groupe I, 6 réunissant les sites du Mas Blanc (no 15) et de Montels IV (no 16). Il s’agit en réalité d’un groupe soumis à une incontestable tension antagonique, qui tend à l’écarteler entre les deux ensembles ; les groupes 4 et 5 (Montels IV) et les groupes 1, 2 et 3 (Mas Blanc). La cohérence spécifique de ce groupe contradictoire se fonde sur une superficie identique, comprise entre le demi‑hectare et l’hectare (S ˂ 1), l’usage de mortier de chaux (Mat 3), un mobilier sans originalité (Mob 1) et une durée d’occupation comprise entre 2 et 3 siècles (Occ 3). Pour le reste, le groupe perd son homogénéité, ce qui justifie le comportement centrifuge de ses membres : Montels IV tend à se rapprocher des groupes 4 et 5 dont il partage les caractères Via 2, Rel 1, Itr 2 et le caractère Act 0 du seul groupe 5. Quant au site du Mas Blanc, il est attiré par les groupes 1, 2 et 3 dont il partage les caractères Via 3 (distance à la voirie supérieure à 5 m et inférieure à 100 m), Itr 0 (absence de desserte) et Rel 0 (absence de relation directe avec d’autres sites).

331Les groupes 4 et 6 rassemblent tous deux des sites installés sur des sols fersiallitiques très lessivés, alors que le groupe 5 ne compte que des sites localisés sur des sols alluviaux.

11.3.3.3 Analyse réduite au seul habitat dispersé antique

332Afin d’aérer les graphes déformés par l’opposition radicale entre l’habitat groupé et l’habitat dispersé antiques et de mieux appréhender la typologie de ce dernier, nous avons procédé à une troisième AFC (fig. 49‑51), en supprimant les deux agglomérations et leurs caractères spécifiques (S > 2, Occ 5, Via 1, Itr 4, Psg 2). On a en outre retiré de l’analyse le caractère Psg 0 commun à tous les sites retenus, à l’exception du site no 27, déjà dépourvu de son caractère Psg 1 dans l’analyse précédente.

333On retrouve, à cette étape de l’analyse, l’opposition traduite par la dispersion des sites le long de l’axe 2 de l’analyse précédente ; elle s’impose maintenant le long de l’axe 1 (fig. 49). On recense à droite de l’axe les caractères paysagers indiquant un rapport positif avec le réseau viaire (Itr 2, Via 2, Rel 1), même si le niveau de ces relations reste modeste : c’est cette combinaison de caractères qui attire les sites nos 13, 21 et 16. À l’autre extrémité se regroupent les caractères antagoniques, signalant l’absence totale de ce type de relations : Rel 0, Itr 0, Via 3 et Via 4. Mais le graphe révèle que c’est également à cette même extrémité que se rassemblent les sites au statut archéologique le plus élevé dans cette catégorie d’habitat : matériaux comportant des éléments de confort (Mat 4 : nos 20, 26, 3, 2, 27, 5, 9), mobilier varié (Mob 2 : nos 20, 3, 2) attestant une activité artisanale (Act 2 : nos 3, 4). Ce sont plutôt des sites dont la durée d’occupation excède le siècle sans dépasser les 5 siècles (Occ 2 et Occ 3) et qui préfèrent massivement les sols fersiallitiques (Sol 4 et Sol 5). L’axe 2 tend à briser la logique de l’opposition exprimée par l’axe 1. Il établit une différenciation au sein du groupe de sites bien desservis par le réseau viaire en séparant nettement le groupe Hauteur de Cadoule‑Pelets IV (nos 13 et 21), qui forme ici la classe II, et le site de Montels IV, qui se distingue des deux autres par l’usage du mortier de chaux (Mat 3 contre Mat 1 et 2), une durée d’occupation beaucoup plus longue (Occ 3 contre Occ 1), une surface supérieure au demi‑hectare (S ˂ 1 contre S ˂ 05) et une localisation sur des sols fersiallitiques très lessivés (Sol 5 contre Sol 1). Tous ces caractères contribuent à l’intégrer dans un ensemble de sites assez contrasté (I, 5), réunissant le groupe Casals‑Cros des Anèdes I (nos 5 et 9), dont les trois analyses ont souligné la forte cohérence, un site de coteau (no 15 : Mas Blanc) et le site des Taulis (no 27), tous sites ayant révélé une activité de stockage : c’est l’absence d’indices sur son activité qui tend à marginaliser le site de Montels IV par rapport à ce groupe.

FIG. 49 – Graphe d’AFC : sites antiques inférieurs à 1 ha (plan 1‑2).

334A l’autre extrémité de l’axe 2, on trouve des sites plus petits, à matériaux modestes (Mat 1 et 2), rapidement abandonnés, dépourvus d’informations sur leur activité et plutôt installés sur des sols alluviaux ou des sols bruns calcaires épais (I, 1 et 2).

335L’axe 3 (fig. 50) rend compte d’une franche opposition entre les sites dont le mode de construction reste banal (Mat 2 : tuiles et moellons) et les sites nettement plus originaux et plus confortables (Mat 4 : mosaïque, marbre, pierre taillée). C’est dans ce dernier groupe que l’on trouve les sites à mobilier varié (nos 2, 3, 20), tous les sites sur sols fersiallitiques faiblement lessivés (nos 26, 2, 3) et les quelques sites entretenant un rapport relativement étroit avec la voirie (nos 5, 9), à l’instar des sites nos 21 et 13 qui sont marginalisés ici par leur statut archéologique médiocre.

FIG. 50 – Graphe d’AFC : sites antiques inférieurs à 1 ha (plan 2‑3).

FIG. 51 – Arbre de classification : sites antiques inférieurs à 1 ha.

11.3.3.4 Propositions de synthèse

336U est possible, en croisant les résultats des trois analyses successives, de proposer une typologie des sites en tenant compte à la fois de leurs spécificités archéologiques et de leur insertion dans le paysage. On ne pourra ignorer la différenciation en deux classes, révélée par la première analyse et confirmée par la seconde, qui tend à opposer avec netteté les sites d’habitat groupé et les sites d’habitat dispersé.

Première classe

337– Groupe I, 1 : on peut déjà isoler un groupe de petits sites, implantés à une exception près sous le Haut‑Empire, ce qui signifie en général à partir du milieu du ier s., presque exclusivement en plaine. Ils sont construits en dur, et peuvent comporter des éléments de confort et livrer un mobilier original ; ils sont occupés pendant une durée excédant généralement le siècle sans dépasser les 5 siècles et sont localisés à plus de 5 m d’un chemin, mais sans en être éloignés de plus de 100 m. Ils sont dépourvus de dessertes et de relations avec d’autres sites ayant réussi à perdurer dans le paysage, et n’ont produit aucun signe tangible et durable de leur existence dans le paysage contemporain ; ils ne sont généralement pas accompagnés d’une nécropole. Leur trait le plus remarquable est leur opportunisme le plus total en matière de sols et d’activité : ils occupent quatre des cinq catégories de sols retenues pour cette analyse et présentent tous, à une exception près, des indices d’une activité. On trouve dans ce groupe tous les habitats dispersés à mobilier varié et la majorité des sites de ce type à matériaux luxueux. On peut intégrer dans ce groupe, relativement cohérent dans les trois étapes de l’analyse, deux sites marginalisés par la présence d’un caractère original qui les empêchent de s’agréger à cet ensemble de sites dont ils partagent l’essentiel des caractéristiques : le site des Pelets I‑II, écarté de ce groupe par l’absence d’indices sur une activité, et le site du Mas Blanc, également repoussé, mais par la qualité de ses matériaux de construction, intégrant le mortier de chaux, mais sans comporter les éléments luxueux de la plupart des autres membres du groupe.

338Au total, ce groupe fonde son homogénéité sur un statut archéologique relativement plus varié et élevé que celui de la moyenne des petits sites, sur l’absence de relations avec la voirie et sur une incapacité à marquer le paysage : 11 les Crosasses ; 26 Tasques ; 2 Aube de Servière ; 3 Baisses du Berbian ; 4 Camp Miaulaire ; 27 les Taulis ; 25 Sainte‑Catherine ; 20 Pelets I‑II ; 15 Mas Blanc.

339– Groupe I, 2 : en revanche le second groupe réunit les sites les plus articulés à la voirie dans cette classe de l’habitat dispersé : localisation au bord d’un chemin, au moins deux dessertes et une relation linéaire avec un site contemporain. Si les matériaux collectés n’offrent pas de cohérence, puisque les quatre modalités du descripteur sont représentées ici, le mobilier est uniformément limité à l’assortiment le plus banal, composé de vaisselle et de récipients de stockage ; dans la majorité des cas, il n’est pas possible de discerner l’activité de l’habitat. Ce groupe affiche une nette prédilection pour deux types de sols : les sols alluviaux et les sols fersiallitiques très lessivés : 5 les Casals ; 9 Cros des Anèdes ; 13 Hauteur de Cadoule ; 21 Pelets IV ; 16 Montels IV.

340– Groupe I, 3 : le dernier groupe rassemble les petits sites les plus ternes tant au plan archéologique qu’environnemental : installés en plaine, uniformément inférieurs au demi‑hectare, d’une durée d’occupation généralement inférieure à un ou deux siècles, ne révélant pas d’autres matériaux que la tuile et le moellon et d’autre mobilier que la vaisselle et des récipients (deux sites sur six seulement ont livré des indices indéniables d’une aire de stockage), ces sites sont toujours implantés à plus de 5 m d’un chemin (Via 3, Itr 0, Rel 0). On les trouve sur les sols alluviaux, les sols bruns calcaires épais et les sols fersiallitiques très lessivés : 12 la Grand‑Gorge ; 8 les Courrens ; 6 les Conques IV ; 7 les Conques VI ; 10 Cros des Anèdes V ; 22 Pont Trinquât.

Deuxième classe

341Elle regroupe donc tous les sites correspondant à une agglomération.

342– Groupe II, 1 : il réunit les deux plus gros sites, à la durée d’occupation la plus longue, puisque, implantés tous deux dès le Haut‑Empire, avec au moins une nécropole identifiée de l’Antiquité tardive, ils ont réussi à perdurer jusqu’à nos jours. Ils sont installés en plaine, sur des sols fersiallitiques, au contact d’une vallée alluviale : dans le cas de Lunel‑Viel, celle du Dardaillon‑est, et dans celui de Valergues, celle de la Viredonne. Ils ont livré des matériaux de construction de qualité, sont traversés par une voie et desservis par plus de 5 chemins.

343On est tenté, à l’examen des résultats mêmes de l’AFC, d’adjoindre à ce groupe de tête un site particulier, celui des Parpayols (no 19), qu’individualisent ici son implantation plus tardive, proto‑médiévale, sa superficie plus modeste, inférieure à l’hectare, des matériaux de construction moins élégants que ceux des deux autres sites, et surtout une histoire spécifique qui met un terme à son existence dans le cours même du Moyen Âge, et qui n’a laissé aucune trace, ni dans les textes, ni dans la toponymie si ce n’est une référence au statut fiscal des paysans regroupés dans ce petit village et soumis à la rente foncière (les Tasques). En revanche, si cet habitat n’est pas parvenu à perdurer, sous la forme d’un mas, comme c’est souvent le cas dans cette région, il a laissé une marque puissante dans le paysage actuel, matérialisée par un imposant carrefour à six branches. A l’instar des deux autres sites de ce groupe, il est localisé de manière dominante sur des sols fersiallitiques au contact d’une vallée alluviale, celle du Dardaillon‑ouest : 14 Lunel‑Viel ; 28 Valergues ; 19 les Parpayols.

344– Groupe II, 2 : à l’opposé, se regroupent les agglomérations médiévales aujourd’hui disparues, auxquelles il faut bien adjoindre le village de Saint‑Just, toujours existant, mais que l’absence de tout statut archéologique tangible soumet au jeu des autres caractères.

345Ce sont tous des sites apparus à partir du haut Moyen Âge, voire même plus tard : leur superficie est contenue dans les deux hectares. Ils se partagent entre la plaine (Arboras, Saint‑Just) et les premiers coteaux de la garrigue (Montels II, Saint‑Paul), et sont installés à la fois sur des sols alluviaux (Arboras), au contact de sols alluviaux et de sols fersiallitiques (Montels II, Saint‑Just) et sur des sols bruns calcaires. Les matériaux de contraction dépassent rarement le niveau de la tuile et du moellon (mortier de chaux dans un seul cas) et restent banals, comme le mobilier. Leur durée d’occupation, supérieure à 2 siècles, n’excède pas les 5 siècles, pour le site d’Arboras, et les 10 siècles pour les autres, à l’exception bien entendu de Saint‑Just. Mais leur statut d’agglomération médiévale leur a permis d’apporter une contribution sérieuse à l’organisation de la voirie rurale, en suscitant des carrefours encore actifs, signalés par les caractères Itr 3 (2 à 5 dessertes aboutissant au site) et Rel 2 (relations linéaires avec 2 à 5 sites), et en balisant l’espace de leur toponyme et de monuments religieux (croix et calvaires) rappelant l’emplacement de l’église : 1 Arboras ; 17 Montels II ; 23 Saint‑Just ; 24 Saint‑Paul.

11.3.4 Études de cas

346Au terme de l’analyse globale et des propositions typologiques qui en découlent, nous tenterons d’aller plus loin dans l’approche de chaque type d’habitat en étudiant quelques cas particulièrement représentatifs. Cette tentative demeurera cependant limitée par les lacunes de la documentation actuelle. Les sites devront faire l’objet, au cours des années à venir, d’investigations plus poussées au moyen de prospections méthodiques en carroyage et surtout de sondages, afin de dépasser le caractère flou des observations de surface.

11.3.4.1 Les Casais : une villa du Haut‑Empire ?

347L’interrogation contenue dans le titre souligne la difficulté de définir ce qu’est la villa gallo‑romaine en Lunellois. Faute de fouille ou de révélation aérienne, aucun plan n’est connu et seules la répartition et la qualité du mobilier permettent d’avancer des hypothèses.

348Le site des Casals offre un bon exemple de ce problème. La prospection fine, réalisée en deux campagnes successives, a permis de délimiter une surface d’habitat de 800 m2 environ (fig. 52). Vers le nord on ignore, à cause d’une friche, si l’habitat antique se prolongeait au delà du chemin ancien de Montpellier (no 4). Dans cet ensemble, trois secteurs se distinguent par le type de mobilier recueilli en surface :

FIG. 52 – L’habitat du Haut‑Empire des Casais. 1 habitat ; 2 partie résidentielle ; 3 zone de stockage ; 4 Chemin Vieux de Montpellier.

349– sur près des deux tiers du site, on observe un mobilier varié mais commun : matériaux de construction (tuile, mortier, moellons) et vaisselle diverse ; cette partie apparaît comme une zone domestique (zone 1) ;
– dans le quart sud‑ouest, sur une centaine de mètres carrés, d’abondants fragments de conduits de chaleur et de plaques de marbre trahissent l’existence d’une partie thermale et résidentielle, qui pourrait correspondre à une pars urbana (zone 2) ;
– le tiers oriental se distingue par une grande densité de fragments de dolium et par quelques fragments de meule, laissant à penser qu’il s’agit d’un secteur voué au stockage et à la transformation de denrées agricoles.

350D’étendue restreinte, le site reflète un niveau de vie assez simple en dépit de la présence d’un aménagement thermal. Rien dans le matériel recueilli ne suggère l’existence d’un certain luxe. En cela, le site est fidèle à l’image offerte par bon nombre d’habitats lunellois qui se distinguent des simples bâtiments agricoles tout en conservant un mode de vie modeste. C’est le cas autour de Lunel‑Viel, de l’Aube de Servière, du Pont Trinquât, des Taulis et de Valergues, et peut‑être aussi du Mas Blanc (voir les notices nos 2, 15, 22, 27 et 28). Leur surface atteint rarement un hectare, la moyenne se situant entre 0,5 et 0,8 ha. Leur mobilier ne comporte jamais d’élément somptuaire, fragment de sculpture, épigraphie ou vaisselle métallique. Faisant écho à cette médiocrité, une autre caractéristique relie ces sites : leur brève durée d’occupation. Aux Casals, elle couvre moins de cent ans, du milieu du ier s. au second quart du siècle suivant. Deux sites seulement font exception à cette règle : le Mas Blanc et Pont Trinquât, sur lesquels une occupation se prolonge jusqu’au ive s. Dernier trait commun, ces habitats paraissent démunis de nécropole, ce qui tend à les situer à un rang secondaire dans la hiérarchie du peuplement.

351L’absence de la grande villa au cadre somptueux est donc un trait marquant de la campagne lunel‑vielloise. Cette particularité est certainement imputable à la présence de l’agglomération, qui occupe le premier rôle dans la société rurale durant toute l’Antiquité, ne favorisant pas la naissance et le développement d’une économie latifondiaire. A l’évidence, le système domanial a dû composer avec l’emprise de l’habitat groupé voisin, plus attractif et plus durable. L’image classique de la villa luxueuse doit donc ici être considérablement nuancée, mais elle trouve plus d’écho au sud de Lunel‑Viel autour de l’étang de l’Or, sur les communes de Lansargues, Candillargues et Mauguio où d’autres cadres socio‑économiques semblent prévaloir. On retiendra donc en conclusion l’adéquation entre la typologie de la villa et sa place dans l’organisation agraire, constatation d’une grande banalité mais qui n’est pas toujours prise en comptedans l’étude de l’habitat antique. Thème historiographique rebattu, l’histoire de la villa antique demeure méconnue en Languedoc. Tout reste à faire en ce domaine.

11.3.4.2 L’habitat polynucléaire de la vallée du Berbian

352Rivière tributaire de l’étang de l’Or, le Berbian traverse la plaine au sud‑est de Lunel‑Viel, déposant d’épaisses alluvionsdans un lit fluctuant (fig. 53). Au nord de l’actuel mas d’Arboras, plusieurs habitats se sont établis pendant la période gallo‑romaine en bordure de cette zone aux riches sols alluviaux.

FIG. 53 – L’habitat polynucléaire des Baisses du Berbian et d’Arboras, de part et d’autre de la vallée alluviale du Berbian (en pointillé lâche). – Les Conques : 1 habitat VI ; 2 habitat IV ; Les Baisses : 3 secteur d’habitat V ; 4 aire de stockage IV ; 5 secteur d’habitat III ; 6 aire de stockage II ; 7 secteur d’habitat I ; 8 sépultures présumées ; – Arboras : 9 nécropole ; 10 mas actuel ; 11 aire de stockage III ; 12 habitat I. Les routes actuelles sont en trait gras ; les tiretés marquent des chemins agricoles desservant les sites et pouvant avoir une origine antique.

353Sous le Haut‑Empire, deux habitats coexistent à moins de 600 m l’un de l’autre : les Conques, secteur VI (fig. 42, no 1) et les Baisses secteur I (no 7). Ce dernier semble accompagné d’une aire de stockage, les Baisses, secteur II, décelée par l’abondance des fragments d’amphore et de dolium (no 6). Cet ensemble pourrait être complété par une aire funéraire ayant livré des traces d’incinération, mais il s’agit d’observations incertaines réalisées lors de labours profonds (no 8). De taille restreinte, 0,1 et 0,3 ha, les deux secteurs d’habitat ont livré cependant de rares fragments de plaques de marbre, suggérant une certaine aisance. Apparus simultanément vers le milieu du ier s., ils coexistent jusque dans le courant du iie s., date d’abandon des Conques VI, les Baisses I se prolongeant jusqu’au milieu du iiie s.

354Le quartier n’est pas abandonné pour autant, les secteurs des Conques IV (no 2) et des Baisses III et V (nos 3 et 5) connaissant une occupation aux iveve s. Malgré l’abandon des secteurs anciens et le déplacement de l’habitat, la même organisation prévaut pendant l’Antiquité tardive. Il semble même qu’une fonction de stockage soit encore assumée par le secteur IV des Baisses (no 4), mais les données de prospection sont encore incertaines sur ce dernier point. Autre similitude avec l’état antérieur, la surface de chaque secteur demeure modeste, entre 0,1 et 0,3 ha.

355Cet ensemble de secteurs voisins, que tout incite à envisager globalement, constitue en Lunellois un cas singulier de ce qu’on pourrait appeler un habitat en nébuleuse. L’organisation et la fonction de cet assemblage restent à déterminer. S’agit‑il d’habitats indépendants, ou d’établissements associés dans la mise en valeur d’un même terroir ? L’absence d’aire de stockage aux Conques, sur la rive droite du Berbian, fait penser à une spécialisation des différents secteurs. De même, seuls deux secteurs (Conques VI, Baisses I) possèdent quelques éléments décoratifs pouvant traduire une fonction résidentielle. En définitive, cet exemple atypique se place entre le véritable habitat dispersé et l’habitat groupé, sans pouvoir se rattacher à l’un ou à l’autre.

11.3.4.3 Parpayols : un exemple d’agglomération dépendante

356Lors de l’analyse de la dynamique du peuplement, nous avons proposé comme explication à l’extrême rareté des habitats de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge, la concurrence de Lunel‑Viel qui fait office de pôle de regroupement de la population. Comment expliquer alors l’émergence apparement paradoxale de l’habitat de Parpayols, situé seulement à 1 km au sud du village de Lunel‑Viel et créé au début du haut Moyen Âge ? Ce fait est d’autant plus frappant que Parpayols n’a rien d’un habitat furtif, bien au contraire ; habitat groupé pourvu d’une nécropole, sa trace est encore visible dans le paysage actuel.

357Le site de Parpayols occupe la plaine au sud de Lunel‑Viel et se trouve à mi‑chemin entre ce village et l’habitat médiéval d’Arboras. Ces trois sites sont desservis par le chemin no 6, de Lansargues à Saint‑Paul, axe du haut Moyen Âge qui relie le castrum de Mauguio à la vallée du Vidourle (fig. 27). Implanté sur des sols limono‑argileux sableux et sur des limons marneux, il commande, entre autres, les terroirs de la zone alluviale du Dardaillon‑ouest qui coule 200 m à l’est.

358L’emplacement du site est marqué dans le paysage actuel par un carrefour de six chemins : les chemins de Valergues à Lunel la ville, de Lansargues à Lunel‑Viel, de Tasques à Saint‑Nazaire, de Régine et de Montels à Saint‑Nazaire et à Tasques. Grâce à sa situation, Parpayols entretient sept relations linéaires avec les autres sites. Il partage ce caractère avec les autres sites à occupation longue (Rel 3). Il en est de même en ce qui concerne son empreinte sur le paysage (Psg 2).

359L’habitat de Parpayols par sa surface, sa nécropole, la densité de ses matériaux et de son mobilier possède les caractères d’un habitat groupé ; et pourtant, à aucun moment les textes médiévaux n’y font référence. Comment expliquer cette lacune ? On peut émettre l’hypothèse suivante : n’étant pas le siège d’une autorité laïque ou ecclésiastique, il n’est donc pas digne d’intérêt et fait partie de ces habitats villageois laissés dans l’oubli par les textes du Moyen Âge. La toponymie vient appuyer cette hypothèse : le site est environné de tènements portant l’appellation « Tasque » ou « Tasques », qui appartiennent aux communes de Lunel‑Viel, Valergues, Saint‑Just et Lansargues (fig. 54). Par ailleurs, un chemin aboutissant au site porte le nom de Chemin de Montels à Saint‑Nazaire et à Tasques : le même après avoir dépassé le site, s’appelle désormais Chemin de Tasque allant à Saint‑Nazaire. Le toponyme « les Tasques » s’avère donc être le véritable nom du site. Ce terme qui vient du latin laxam (Alibert 1966 : 382) désigne une redevance foncière proportionnelle à la récolte, comparable au quartum (Bourin‑Derruau 1987 : 129). Elle était prélevée par le seigneur sur les tenures paysannes. Contrairement à la plupart des taxes seigneuriales prélevées au xie s., la « tasque » est, avec le quartum, la seule à être d’origine domaniale (Bourin‑Derruau 1987 : 203). Elle est donc peut‑être antérieure à l’établissement de la seigneurie banale qui perçoit à son profit les taxes d’origine vicariale. Cependant, les références à cette redevance n’apparaissent pas dans les cartulaires avant le xie s. ; la première mention apparaît dans le Cartulaire de Nîmes, en 1039‑1077 : « [...] exeptus ipsa tasca de ipso vino et de ipso quarto de annona et de vino et de legumina et de milio [...] » (Germer‑Durand 1868). Le terme peut aussi désigner un habitat dépendant d’un seigneur à qui échappe le pouvoir banal, en l’occurrence une seigneurie ecclésiastique non pourvue d’un diplôme d’immunité. Ce diplôme, en interdisant au comte ou à toute autre autorité laïque d’exercer son pouvoir banal sur les terres de ladite seigneurie, donnait en fait la puissance publique à celle‑ci.

FIG. 54 – L’habitat du haut Moyen Âge des Parpayols : analyse territoriale ; grisé : quartiers cadastraux des Parpayols et Tasques (commune de Lunel‑Viel), Tasques (Lansargues, Valergues) et Les Tasques (Saint‑Just) ;  tirets : limites communales ; – trait gras : polygone théorique tiré de la fig. 4. : 1 tènement des Clergues ; 2 tènement des Roubiaures ; 3 tènement des Hauteurs de Cadoule (le triangle marque remplacement de la nécropole proto‑médiévale).

360Cette seigneurie ecclésiastique pourrait être le monastère de moniales situé à Arboras. La répartition significative des tènements dénommés « Tasques » entre Arboras et le carrefour des Parpayols prouve que le démembrement de son territoire a été opéré à l’époque où se sont constitués les territoires communaux des villages qui les contiennent depuis. Quant à la vigueur du carrefour qui a pu perdurer jusqu’à nos jours, elle suffit à souligner la contribution singulière du proto‑Moyen Âge à la structuration des paysages ruraux.

11.3.4.4 Montels et la Tour de Farges

361Parmi les habitats médiévaux, le village de Montels est celui qui apparaît le plus tard. Malgré le voisinage d’un habitat gallo‑romain (fig. 55 no 4), les céramiques recueillies sur le site villageois révèlent une occupation débutant seulement au xie s. avec une réelle densité à partir du XIIe. On doit cependant noter que les conditions de prospection sont des plus difficiles, les parcelles n’étant plus labourées depuis une dizaine d’années. L’occupation ancienne du site a donc pu échapper aux investigations.

FIG. 55 – Montels : emplacements successifs de l’habitat, replacés sur le plan cadastral napoléonien. 1 cimetière ; 2 et 6 village médiéval et moderne ; 3 four de tuilier ; 4 habitat gallo‑romain ; 5 église ; 7 bâtiment du xixe s. marqué par trois tours d’angle et occupant le sommet de la colline ; 8 source de la Font de Montels ; 9 carrières ; 10 bois et taillis.

362Pour le bas Moyen Âge, le village est clairement localisé au pied de la colline qui porte son nom, et en bordure de la vallée du Dardaillon‑ouest (nos 2 et 6). Bien groupé autour de son église et de son cimetière (nos 1 et 5), il conserve le même emplacement jusqu’à son abandon survenu à l’aube du xixe s., à l’issue d’un lent dépérissement. Dans sa plus grande extension, l’habitat occupe 1,4 ha, ce qui évoque une communauté villageoise d’une certaine vigueur. Cette constatation explique peut‑être le fait que le village ait duré si longtemps alors qu’il est situé dans le proche voisinage de Lunel‑Viel, à 1,6 km au nord‑ouest. C’est effectivement le seul habitat du haut Moyen Âge qui ne paraisse pas avoir souffert de la concurrence de Lunel‑Viel.

363D’autres causes entrent peut‑être dans cette surprenante longévité. Par sa localisation, Montels contrôle des terroirs très spécifiques, qui ont pu lui donner un rôle économique complémentaire à celui du chef‑lieu de la paroisse, Notamment la proximité des carrières de calcaire tendre (no 9), matériau de construction prédominant dans le bâti lunel‑viellois, fut peut‑être un facteur dynamisant pour l’économie de Montels. On évoquera aussi le rôle seigneurial dont la mainmise foncière a pu constituer un élément de résistance à la force d’attraction de Lunel‑Viel. En effet, la présence d’un habitat castral est suggérée au sommet de la colline par la toponymie : la Tour de Farges, et par un bâtiment porté sur le cadastre napoléonien, rectangle flanqué de trois tours d’angle (no 7). Cet aménagement, qui reste à dater par des sondages, est en tout cas antérieur à l’état récent du mas moderne et pourrait constituer un cas inédit d’habitat castral en Languedoc oriental.

11.4 Conclusion

364La campagne autour de Lunel‑Viel se place dans l’Antiquité sous le signe de la diversité. A l’agglomération s’associent –ou s’opposent ?– des établissements dispersés, modestes pour certains que l’on peut appeler des fermes, plus riches pour d’autres que l’on peut assimiler à des villae. L’étude typologique de ces sites met en lumière leur hiérarchie, tant au niveau des modes de vie qu’en ce qui concerne leur place dans le paysage et le réseau de communication. Pour autant, les fonctions respectives ne sont pas clairement perçues, faute de fouilles. Le statut juridique et la place de chaque forme d’habitat au sein de la société rurale restent à préciser. On serait tenté, au vu des documents archéologiques et de la tradition historiographique, d’opposer une communauté de paysans libres ou peu dépendants, vivant à Lunel‑Viel et dans les fermes satellites, à un système domanial exploitant une main‑d’œuvre servile dans les villae. Rejetées à la périphérie du territoire étudié, ces unités domaniales sont peu nombreuses, n’acquièrent jamais une réelle opulence et disparaissent tôt, au début du iie s. pour la plupart, au ive s. pour les exceptions.

365Dans une étude récente sur l’habitat gallo‑romain dans la région nîmoise, J.‑L. Fiches notait la permanence d’un habitat groupé de tradition protohistorique (Fiches 1982). Les recherches menées en Vaunage allaient aussi dans ce sens, tout en montrant l’émergence au début de l’ère de nouvelles agglomérations (Parodi 1987). L’étude du cas lunel‑viellois permet de saisir plus en détail la genèse d’un habitat groupé et de le situer dans le peuplement régional. Création ex nihilo, il n’est pas la simple reproduction ou la prolongation d’une réalité préromaine. Sans rejeter l’héritage protohistorique, persistant dans certaines techniques de construction ou dans l’équipement domestique (Raynaud 1989b), l’agglomération est fortement influencée par l’organisation rigoureuse mise en place par l’administration romaine. En témoignent la rigidité de la trame architecturale et son étroite dépendance à l’égard de la centuriation régionale. Loin de présenter une anomalie ou un anachronisme, l’agglomération prend donc pleinement sa place dans le système socio‑économique colonial.

366Mettant à mal l’image traditionnelle d’un monde rural antique uniquement peuplé de villae, le cas lunel‑viellois ne doit pas cependant donner lieu à une nouvelle –et tout aussi simpliste– schématisation des réalités. Sans être rare, le développement d’un habitat groupé gallo‑romain n’en demeure pas moins l’un des cas d’espèce observés dans la plaine montpelliéraine. L’on sait déjà, par les prospections en cours, que le système domanial a connu un plus vif essor dans les zones basses autour de l’étang de Mauguio, où l’habitat groupé se fait plus discret. Les causes d’une telle diversité dans l’organisation du peuplement n’apparaissent pas d’emblée et peuvent être multiples. Pour expliquer la primauté de Lunel‑Viel par rapport à ses proches voisins, on évoquera sa position au carrefour de voies reliant la mer et la lagune à l’arrière‑pays. Cette position a pu lui donner un rôle important dans l’économie régionale. Les conditions agrologiques ont certainement aussi joué. Le territoire lunel‑viellois, si diversifié, n’est pas d’une grande fertilité et paraît peu accueillant pour une agriculture spéculative, telle qu’elle était pratiquée dans le cadre de la villa. Celle‑ci aurait donc cherché de meilleures conditions dans la plaine périlagunaire, aux riches sols alluviaux. Par sa situation, Lunel‑Viel disposait de terroirs complémentaires, plus favorables à une économie agro‑pastorale, dans le cadre de petites exploitations paysannes, qu’à une agriculture de marché.

367C’est peut‑être à cette économie plus équilibrée, plus vivrière, que Lunel‑Viel doit sa croissance tranquille –ou seulement sa stagnation ?– jusqu’à l’apparition du village médiéval. La prédominance de l’habitat groupé est alors plus nette, avec l’éclosion de nouveaux habitats villageois dans le haut Moyen Âge, mais c’est encore une fois le bourg ancien qui résiste à l’érosion du temps et des changements sociaux.

368Héritier d’une vieille sociabilité méditerranéenne, le village médiéval ne s’inscrit pas pour autant dans un cadre immuable. Si au premier abord la continuité de l’occupation ne manque pas de frapper, quelle distance entre l’aspect initial de l’agglomération et sa forme médiévale ! Nous touchons ici à l’ambiguïté des concepts de continuité, rupture et transition. La notion de continuité peut recouvrir une large variété d’aspects, depuis la survivance physique d’éléments d’un cadre de vie (un site ou le tracé d’une route), d’une culture (le nom de certains lieux) ou d’un paysage (des fossés, la forme de parcelles), jusqu’à la permanence d’activités, de coutumes et de statuts sociaux. On se gardera donc de confondre la persistance de données matérielles qui, on l’a noté lors de l’étude des aménagements agraires, peuvent se pérenniser tout en perdant leur fonction initiale, avec la permanence d’une formation sociale. On parlera donc à propos de Lunel‑Viel et de son territoire d’une continuité de peuplement scandée par plusieurs ruptures dans la hiérarchie de l’habitat. Les deux premiers siècles de notre ère sont marqués par une contradiction apparente : un habitat dispersé se développe autour d’une agglomération. Une première rupture intervient au cour du iie s. avec l’abandon de la plupart des sites dispersés. La tendance au regroupement se confirme tout au long de l’Antiquité tardive, phase de transition aboutissant à une nouvelle rupture au vie s. ; seules les agglomérations de Valergues et Lunel‑Viel subsistent désormais. Une autre rupture a lieu autour de l’An Mil lorsque Lunel‑Viel est concurrencé par l’émergence de villages nouveaux. La dernière rupture se place au cours du xiie s. : avec l’échec de ces nouveaux établissements, le peuplement est encore une fois, et pour longtemps, regroupé au village. Il n’y a là rien de très original, si l’on en croit les observations analogues faites dans le Biterrois médiéval (Bourin‑Derruau 1987 : vol. 2, 19).

369Tout autant que son antécédent gallo‑romain, le village médiéval échappe aux poncifs du genre. Village ouvert, il ne donne pas lieu à l’éclosion d’un castrum. Celui‑ci s’établit à distance, le castrum Limellum qui apparaît dans les textes au début du xie s. (Malvis 1988 : 27). Ces textes ne nous renseignent guère –et toujours tardivement– sur l’organisation de la société rurale du haut Moyen Âge. Lunel‑Viel et les sites environnants apparaissent peu dans l’abondante documentation textuelle régionale. Paradoxalement, les grands domaines fonciers laïcs –les Guilhem de Montpellier– et surtout religieux Aniane, Gellone, Psalmodi, chapitres de Maguelone et Nîmes– s’intéressent peu à la région lunelloise qui se situe pourtant à la jonction de leurs aires respectives. Cette discrétion est‑elle seulement due au hasard ou reflète‑t‑elle une certaine indépendance des communautés paysannes à l’égard des puissants ? Cette indépendance s’explique‑t‑elle par l’ancienneté et la solidité du peuplement local, qui ne laissait aucune prise à de nouvelles mises en valeur ? Doit‑on évoquer, comme pour l’Antiquité, la médiocrité des sols, peu attractifs pour des modes d’exploitation domaniaux où le rendement des terres devait être pris en compte ? Dans quelle mesure ce particularisme local a‑t‑il assis le pouvoir des Gaucelm de Lunel, maîtres d’une baronnie au xiiie s. ? Autant de questions qui apparaissent au terme de l’enquête et qui, on s’en doute, ne trouveront des éléments de réponse que dans un cadre plus large.

370Les travaux se poursuivent en Lunellois et tenteront, après l’étude du cas singulier de Lunel‑Viel, de mesurer la validité du modèle sur d’autres territoires. De nouvelles facettes d’une ruralité complexe et méconnue ne manqueront pas de compléter nos premières observations sur l’histoire de ce millénaire, si décisif pour la culture languedocienne.

Annexes

Annexe 1 : notices des sites

Les références typologiques sont abrégées à l’extrême (fr. = fragments). Les typologies sont mentionnées par le nom de l’auteur suivi du numéro du type (exemple : Hayes 181). Les typologies les plus fréquemment employées et les plus connues sont mentionnées par une abréviation (Dr. = Dressel ; Drag. = Dragendorff ; Ritt. = Ritterling ; Paso. = Pascual, etc.). La céramique commune ne possède pas de typologie, mais nous renvoyons à des comparaisons dans les publications : Fiches 1986 (abrégé Amb. pour Ambrussum, suivi du numéro de figure et du numéro de référence dans la figure : Amb. 58‑19 renvoie au vase no 19 de la fig. 58), Amblard 1985 (Amblard suivi du numéro de figure et du numéro du vase) et Raynaud 1989b (sans abréviation, sous la forme 115‑6 : soit vase no 6 de la fig. 115). Lorsque le même type est connu en plusieurs exemplaires, leur nombre est indiqué entre crochets après le code de référence (Dressel 20 [4], ou 116‑7 [3]). Les sources textuelles sont essentiellement les cartulaires d’Aniane (C. An., puis la page), de Gellone (C. Gel.) et de Maguelone (C. Magal.). D’autres textes proviennent des documents rassemblés par T. Millerot : Histoire de la ville de Lunel des origines à 1789, Montpellier, 1880 (Miilerot, suivi du numéro de page).

1 – ARBORAS (Lansargues)

Monastère et habitat médiéval (section B1, parcelle 52, LA 020), accompagnés d’une aire de stockage où ont été observés deux silos lors de travaux de voirie en 1984 (zone III, LA 039), et d’un secteur post‑médiéval (zone II, LA 053). Le cimetière est situé par la découverte ancienne d’un sarcophage au nord du mas, en bordure du chemin de Lansargues. La prospection n’a pu préciser cette localisation.

1 Superficie : 1,5 ha.
2 Type de sol : argilo‑limoneux.
3 Type de terroir: plaine, en bordure de la zone alluviale du Berbian.
4 Matériaux de construction : tuiles, moellons et mortier abondants ; on note aussi quelques fragments de pierre taillée. 5 Mobilier :
– zone I : 124 fragments de céramique, dont1fr.decarolingiennepeinte;
5 fr.de glaçurée moderne ; 27 fr. de kaolinitique (pots 130‑1212) ; 75 fr. de sableuse à décor poli (pots 130‑1204 et 1212) et 8 fr. de céramiques gallo‑romaines résiduelles ;
– zone II : 33 fr., dont 9 fr. de glaçurée moderne ; 6 fr. de calcaire moderne ; 13 fr. de sableuse moderne ; 4 fr. de sableuse et kaolinitique du haut Moyen Âge ;
– zone III : 15 fr. de sableuse à décor poli (2 pots 130‑1203).
6 Occupation : la présence d’un fragment de céramique carolingienne peinte n’est pas un indice suffisant pour assurer une occupation antérieure au xe s. Les données sont ensuite plus convaincantes pour les xexiie s., puis elles s’amenuisent, le bas Moyen Âge restant peu documenté sur le terrain. C’est pourtant au xiiie s. qu’apparaît dans les chartes le monasterio de Arborasio (Millerot 1880 : 440). L’établissement monastique semble alors s’établir à l’emplacement du mas actuel, mais sa date de création n’est pas connue. Les moniales sont‑elles établies dès l’apparition de l’habitat, ou sont‑elles venues après coup ?
7 Distance à la voirie : Arboras est situé au carrefour des chemins de Lansargues à Lunel‑Viel et d’un itinéraire ancien, aujourd’hui discontinu, reliant Valergues et Montels à l’étang de l’Or.
8 Nombre de chemins menant au site : 4.
9 Distance aux autres sites contemporains : Les Parpayols, 1,1 km au nord‑est ; Lansargues, 0,9 km au sud‑ouest ; Saint‑Pierre d’Obilion, 1,7 km au sud‑est ; Valergues, 2 km au nord.
10 Relations linéaires avec les autres sites : 5.
11 Influence sur le paysage : carrefour remarquable.
12 Activité : malgré la présence du monastère, on est tenté d’attribuer au site une vocation essentiellement agricole, avec une fonction de stockage assurée par des silos.
13 Statut social : en 1215, dans son testament, Raymond Gaucelin IV, seigneur de Lunel, donne sa fille Raymonde au monastère d’Arboras : « [...] relinquo Raymunde fille mee jure institutionis millia solidos melgorienses et volo ut sit sancti monialis de loco qui dicitur Arboras [...] ». Le monastère reçoit aussi des biens : « [...] relinquo monasterio de Arborasio quod debet esse hoc quod habeo et habere debeo in tota pertinentia de Alairanicis ultra agiras, scilicet quod est in decimaria de Portu et decimaria Sancti Nazarii [...] » (Miilerot 1880 : 440). Le 13 novembre 1233, Jean de Montlaur, évêque de Maguelone, approuve les règles du monastère de Saint‑Léon. II précise que les moniales devront porter un voile blanc, en lin, sans soie, avec une croix rouge devant, « [...] ad modum illarum de Arboras [...] » (C. Magal. II : 479).

2 – AUBE DE SERVIERE (Lunel‑Viel)

Habitat (section E2, parcelles 185 à 188, site LV AS).

1 Superficie : 0,75 ha.
2 Type de sol : limoneux, sur limon marneux.
3 Type de terroir : plaine.
4 Matériaux de construction : tuiles, moellons et mortier abondants ; quelques fragments de plaque de marbre.
5 Mobilier : 86 fragments de poteries, dont 8 fr. de sigillée sud gauloise (2 Drag. 27, 4 Drag. 37) ; 1 fr. d’africaine de cuisine (Hayes 196) ; 3 fr. de claire B (2 Desbat 8,1 Desbat 1) ; 9 fr. de commune calcaire (2 mortiers 115‑21, 2 ollae 114‑1) ; 10 fr. de commune sableuse oxydante (bol 120‑5, cruche 116‑6, urnes 115‑8, 116‑1, 67‑1483, 115‑1, 64‑1338 ; couvercle à lèvre du type 60‑1239) ; 16 fr. de commune sableuse réductrice (urnes 89‑935, 116‑4 [2], 116‑1) ; 1 fr. de commune à pisolithes oxydante (1 anse de cruche 120‑12) ; 6 fr. d’amphore fuselée ; 4 fr. d’amphore gauloise 4 ; 4 fr. d’amphore gauloise 1 sableuse ; 1 fr. d’amphore bétique ; 1 fr. d’amphore africaine ; 2 fr. d’amphoreindéterminée;20fr.de dolium. Eléments décoratifs : petite poignée en bronze décorée ; 2 anneaux et 1 clou en bronze ; pendeloque en os figurant un serpent lové ; 1 bague en bronze. Divers fr. de plomb dont 2 pièces de réparation de dolium et 1 cube (poids ?).
6 Occupation : du milieu du Ier s. au milieu ou à la fin du iie s. Quatre fragments de poterie (bol 1205, urne 120‑12 et amphore africaine) sont à rattacher aux iveve s., mais il s’agit de tessons roulés et très minoritaires, témoignant d’une fréquentation temporaire, ou plutôt d’un épandage tardif.
7 Distance à la voirie : 50 m au sud du chemin de Régine.
8 Nombre de chemins menant au site : aucun.
9 Distance aux autres sites contemporains : Les Pelets I, 0,3 km à l’est ; Cros des Anèdes I, 0,9 km au nord.
10 Relations linéaires avec les autres sites : aucune.
11 Influence sur le paysage : aucune.
12 Activité : la présence de dolium assure un stockage agricole.
13 Statut social : habitat dispersé que la présence de vaisselle abondante et de mobilier décoratif tend à assimiler à une modeste villa.

3 – BAISSES DU BERBIAN (Lansargues)

Habitat et nécropole (zone I : section B1, parcelles 132 à 134, LA. BB. 662 ; zone III : parcelle 137, LA 043 ; zone V : parcelle 137, LA 044) et aires de stockage (zone II : parcelle 132, LA 042 ; zone IV : parcelles 130 et 137, LA 037). Ces zones spécialisées ont pu être individualisées grâce aux prospections fines réalisées d’abord par A. Girard dans les années 1982‑84, puis par C. Raynaud en 1988.

1 Superficie : 0,5 ha (0,1 ha pour chaque zone).
2 Type de sol : limono‑argileux sur accumulation calcaire (taparas).
3 Type de terroir : plaine, en bordure de la zone alluviale du Berbian.
4 Matériaux de construction : moellons, tuiles et mortier très abondants, torchis fréquent, 2 fr. de plaques de marbre.
5 Mobilier :
– Zone I
 : 387 fragments de poterie, dont 11 fr. de sigillée gauloise (Drag. 27 [3], Drag. 36 et 37, 1 indéterm.) ; 2 fr. de claire A (Hayes 14B) ; 10 fr. de claire C (Hayes 50A et 67) ; 35 fr. d’africaine de cuisine (Hayes 23A [2], 181 [5], 182, 196 [8] et 197 [2]) ; 71 fr. de claire B (Desbat 8,15 [8, dont 1 à décor gravé], 66, 67 [2], 68 [2] et 69) ; 4 fr. d’estampée grise (Rigoir 6 et 11). Céramiques communes : 24 fr. à pâte calcaire (olla 114‑2, cruche imitation Desbat 85, mortiers 116‑18 et 117‑12) ; 9 fr. calcaire engobée (3 couvercles 80‑ 120, bols 118‑2 [2] et 118‑3 ou 5) ; 32 fr. de sableuse oxydante (plat 115‑17, urnes 83‑81, 88‑902, 116‑4, 117‑4, 115‑ 6) ; 115 fr. de sableuse réduc. (urnes 114‑6, 116‑3, 116‑4, 69‑1534 [4], 77‑ 194, 77‑186, 88‑902, 88‑903, 90‑973, 116‑6 [2], 117‑5 et 2 indét. ; plats 64‑ 1339 et 116‑3) ; 19 fr. à pisolithes oxyd. (plat 120‑7 [2, dont 1 à peinture blanche], bols 122‑14, 101‑791, 105‑ 1081, 120‑6a [3], 121‑8, 122‑7 [3], 5 fr. non tournée [1 urne 119‑16]). Amphores : 11 fr. de Gauloise (2 Gauloise 1) ; 1 fr. d’Almagro 51c, 5 fr. d’africaine (2 afric. piccola, 1 Keay XXV E) ; 1 fr. de type indéterminé (pâte micacée sableuse, brun clair) ;
– Zones III et V : mobilier difficile à collecter faute de visibilité : luisante, claire D, commune à pisolithes, amphore africaine (un inventaire détaillé sera dressé après de nouvelles prospections) ;
Zones II et IV : 54 fragments dont 24 fr. d’amphore (3 italique, 3 gauloise, 13 africaine, 4 Almagro 51) et 30 fr. de dolium. Cette écrasante prédominance des amphores et du dolium conduit, malgré la modestie de l’échantillon recueilli, à mettre en avant pour ces zones une fonction de stockage.
6 Occupation : abondant et homogène dans la zone I, le mobilier recueilli fournit une datation assurée, entre les années 50 et 250 de n.è. Passé le milieu du iiie s., les documents sont rares et épars : la luisante et la claire D sont totalement absentes, la commune à pisolithes est présente mais très minoritaire. On peut donc retenir l’hypothèse d’une fréquentation temporaire au ive s., en rapport avec l’occupation des zones voisines III et V, sur lesquelles s’est déplacé l’habitat. Les aires de stockage II et IV reflètent le même déplacement : Haut‑Empire dans la zone II, Bas‑Empire dans la zone IV.
7 Distance à la voirie : 50 m au nord d’un chemin d’exploitation perpendiculaire à la route de Lansargues à Lunel‑Viel.
8 Nombre de chemins menant au site : 0.
9 Distance aux autres sites contemporains : Les Conques IV, 0,3 km à l’ouest ; Les Conques VI, 0,5 km au sud‑ouest ; Les Pelets, 1,1 km à l’est.
10 Relations linéaires avec les autres sites : 0.
11 Influence sur le paysage : aucune.
12 Activité : établissement à vocation agricole, possédant plusieurs aires successives pour le stockage des denrées. La découverte de scories de fer et de coulures de plomb suggère par ailleurs un petit artisanat du métal.
13 Statut social : d’étendue modeste, le gisement semble correspondre à un habitat dispersé sur lequel les fragments d’os humain révèlent l’existence d’une nécropole, d’ampleur vraisemblablement limitée. D’une façon un peu surprenante, cette nécropole est localisée en bordure même du secteur d’habitat. La présence de deux aires de stockage successives peut refléter une certaine autonomie de l’habitat, qui ne semble pas en rapport de dépendance avec un site voisin. Parmi les matériaux, 2 fr. de plaques de marbre, 10 fr. de verre à vitre paraissent trahir une relative aisance, que confirme la découverte d’un chaton de bague en bronze doré serti de pierres et de verre. De diverses façons, ces observations tendent à attribuer à l’établissement des Baisses le statut de villa.

 CAMP MIAULAIRE (Lunel)

Habitat (Zone I, section E3, parcelle 18, site LUN 063).
1 Superficie : 0,2 ha.
2 Type de sol : fersialiitique très lessivé sur colluvions du Quaternaire ancien.
3 Type de terroir : plaine.
4 Matériaux de construction : moellons et tuiles fréquents.
5 Mobilier : 96 fragments de poterie dont 1 fr. de sigillée italique (Drag. 17a) ; 17 fr. de sigillée gauloise (Drag. 2/21, 17a, 27, 35 [2], 36 et 37) ; 1 fr. de paroi fine ; 3 fr. d’africaine de cuisine (Hayes 23B et 182) ; 1 fr. de claire B (Desbat 8). Communes : 15 fr. de commune calcaire (ollae 114‑1, 116‑2,1 type inédit) ; 1 fr. de calcaire à engobe noir (pied annulaire d’imitation de bol à vernis noir) ; 15 fr. de sableuse (urnes 117‑5b, 67‑1463,116‑ 2) ; 4 fr. non tournés (2 cols d’urne du 2e âge du Fer). Amphores : 20 fr. de fuselée (2 Pasc.l) ; 14 fr. de Gauloise 1 ; 1 fr. de Dr. 28 ; 1 fr. indéterm.
6 Occupation : les fragments de céramique de l’âge du Fer, comparables au mobilier de la phase II récent de l’oppidum des Castels à Nages, révèlent une occupation temporaire au iie s. av. J.‑C. (Py 1978 : 192‑196). La présence de sigillée italique ne suffit pas pour attester une fréquentation des lieux à l’époque augustéenne, mais l’occupation connaît une réelle densité seulement vers les années 50 de n.è., jusque vers le milieu du siècle suivant. L’extrême rareté de la claire B interdit d’aller au‑delà des années 150.
7 Distance à la voirie : 30 m au sud de la Carriérasse.
8 Nombre de chemins menant au site : 0.
9 Distance aux autres sites contemporains : Cros des Anèdes V, 0,6 km au sud ; Cros des Anèdes I, 0,7 km au sud‑ouest ; Lunel‑Viel, 0,8 km au nord‑ouest.
10 Relations linéaires avec les autres sites : 0.
11 Influence sur le paysage : aucune.
12 Activité : outre une vocation agricole probable (fr. de meule en basalte), le mobilier de prospection suggère une activité de stockage (dolium abondant) et un modeste artisanat métallurgique (1 scorie de fer).
13 Statut social : habitat dispersé, modeste villa ou établissement dépendant ? La faible ampleur du gisement ainsi que l’absence de tout élément décoratif font pencher pour la seconde hypothèse.

 LES CASALS (Valergues)

Habitat (section B, parcelle 50, site VAL 003).
1 Superficie : 0,8 ha.
2 Type de sol : limono‑argileux.
3 Type de terroir : plaine, au contact des collines de la garrigue.
4 Matériaux de construction : tuile, moellon, brique d’hypocauste et marbre abondants. Les briques de chauffage et les plaques de marbre, ainsi qu’un fragment de tuyau en céramique, sont groupés dans le quart sud‑ouest du site sur une centaine de mètres carrés. On peut donc attribuer à ce secteur une fonction thermale et résidentielle.
5 Mobilier : 147 fr. de poterie, dont 20 fr. de sigillée gauloise (Drag. 15/17, 27, 36, 37 [3], Ritt. 5) ; 4 fr. d’africaine de cuisine ([2] Hayes 196 et 197) ; 9 fr. de commune calcaire (69‑1537, 114‑13, 116‑17) ; 16 fr. de commune sableuse (83‑88, Amb. 58‑19, 115‑6,114‑6) ; 2 fr. de non tournée du 2e âge du Fer ; 1 fr. d’amphore massaliète ; 18 fr. d’amphore gauloise et 11 fr. d’amphore fuselée (Dr. 2/4, 7/11 ; Paso. 1) ; 4 fr. d’amphore bétique ; 3 fr. d’amphore africaine ; 8 fr. d’amphore indéterminée.
6 Occupation : du milieu du ier s. au milieu du iie s. La présence timide de poterie non tournée et d’amphore massaliète suggère une occupation temporaire au iie s. av. J.‑C. Les 3 fr. d’africaine, roulés et épars, sont en revanche attribuables à un épandage postérieur à l’abandon de l’habitat.
7 Distance à la voirie : au bord de l’ancien chemin de Montpellier.
8 Nombre de chemins menant au site : 2.
9 Distance aux autres sites contemporains : Les Tasques, 0,9 km au sud ; Sainte‑Aubine, 1,1 km au sud‑ouest ; Montels, 1,25 km au nord.
10 Relations linéaires avec les autres sites : 1.
11 Influence sur le paysage : aucune.
12 Activité : abondants, les fragments de dolium sont assez bien groupés dans le quart nord‑ouest du site, où se trouvait probablement un bâtiment de stockage. Quelques fragments de meule en basalte ont été recueillis dans le même secteur. On note aussi la présence de 2 scories de fer, témoignant d’une modeste activité métallurgique.
13 Statut social : villa dotée d’une modeste pars urbana.

 LES CONQUES IV (Lansargues)

Habitat (section B1, parcelle 74B, site LA 036).
1 Superficie : 0,3 ha.
2 Type de sol : limono‑argileux, sur accumulation calcaire de sols fersiliatiques tronqués, à passages de cailloutis.
3 Type de terroir : plaine, à proximité de la vallée du Berbian.
4 Matériaux de construction : tuile et moellon peu fréquents.
5 Mobilier : 39 fragments de poterie, dont 2 fr. de luisante (Pernon 40) ; 1 fr. de commune calcaire ; 2 fr. de commune sableuse ; 10 fr. de commune oxydante à pisolithes (120‑7, 120‑6a [4], 120‑10b) ; 1 fr. de commune indéterminée ; 1 fr. d’amphore italique ; 3 fr. d’amphore gauloise ; 1 fr. d’amphore Bétique ; 15 fr. d’amphore africaine (1 Keay XXV U) et 1 fr. d’amphore indéterminée.
6 Occupation : du début du ive s. au début ou à la fin du ve s.
7 Distance à la voirie ; à 20 m du chemin de Sommières.
8 Nombre de chemins menant au site : aucun.
9 Distance aux autres sites contemporains : Baisses, 0,25 km à l’est ; Sainte‑Aubine, 1,7 km au nord ; Les Conques VI, 0,3 km à l’ouest.
10 Relations linéaires avec les autres sites : aucune.
11 Influence sur le paysage : aucune.
12 Activité : aucun indice.
13 Statut social : habitat dispersé.

 LES CONQUES VI (Lansargues)

Habitat (section B1, parcelles 62, 68, 69, site LA‑CB 62).
1 Superficie ; 1 ha.
2 Type de sol : voir Les Conques IV.
3 Type de terroir : plaine.
4 Matériaux de construction : tuile abondante ; moellon peu fréquent. 1 plaque de marbre.
5 Mobilier : 112 fragments de poterie, dont 13 fr. de sigillée gauloise ; 1 fr. roulé de claire D (Hayes 59) ; 6 fr. d’africaine de cuisine (Hayes 181, 196 [2], 23b) ; 2 fr. de claire B (Desbat 8 [2], 12 [2], 20 et 66) ; 26 fr. de commune calcaire (olla 114‑1 [3], 115‑20 [2], 115‑21 [3], 114‑13 [1] , 1 indét.) ; 41 fr. de commune sableuse réductrice (60‑1242 ; olla 114‑1 [3], cruche 116‑9 [1], 117‑5 [1], 116‑7 [2] , 116‑8 [1], 1 bord d’assiette indét.) ; 7 fr. d’amphore gauloise (G. 1 et G. 4) ; 5 fr. d’amphore fuselée (Pasc. 1) ; 1 fr. d’amphore indéterminée. Mobilier divers : 1 fond de verre à décor annulaire ; 1 morceau de plomb muni d’une tige de fer (plomb de filet ?).
6 Occupation : du milieu du Ier s. au milieu ou à la fin du IIe s.
7 Distance à la voirie : 100 m au nord du chemin d’Arboras à Lansargues.
8 Nombre de chemins menant au site : aucun.
9 Distance aux autres sites contemporains : Les Conques IV, 0,3 km à l’est ; Baisses, 0,5 km à l’est.
10 Relations linéaires avec les autres sites : aucune.
11 Influence sur le paysage : aucune.
12 Activité : aucun indice.
13 Statut social : habitat dispersé.

 LES COURRENS (Lunel‑Viel)

Etablissement mal caractérisé : nécropole ? (section F1, parcelle 651, site 027).
1 Superficie : découverte ponctuelle paraissant isolée.
2 Type de sol : limono‑sableux, sur épandage à niveau de cailloutis.
3 Type de terroir : plaine.
4 Matériaux de construction : rares fragments de tegula.
5 Mobilier : une cruche intacte a été découverte en 1977, lors de labours profonds. Ce vase en céramique commune sableuse grise trouve de nombreux parallèles aux ier et iie s. (type 117‑5). Aucun autre vestige de poterie. 6 Occupation : Ier ou IIe s. ?
7 Distance à la voirie ; 80 m à l’ouest du chemin de Montels à Saint‑Nazaire et à Tasques (fig. nos 17 et 28).
8 Nombre de chemins menant au site : aucun.
9 Distance aux autres sites contemporains : Les Taulis, 0,6 km au nord‑est ; Les Crosasses, 0,5 km à l’est ; Les Tasques, 0,9 km à l’ouest.
10 Relations linéaires avec les autres sites : aucune.
11 Influence sur le paysage : aucune.
12 Activité : le vase entier suggère l’existence d’une aire funéraire, mais son isolement ne permet pas de retenir définitivement l’hypothèse.
13 Statut social : sépulture isolée ou petite nécropole ?

 CROS DES ANEDES I (Lunel)

Habitat (section E3, parcelle 87, site LUN 058).
1 Superficie : 0,2 ha.
2 Type de sol : limono‑sableux, fersiallitique très lessivé sur colluvions du quaternaire ancien.
3 Type de terroir : légère éminence en bordure de la zone alluviale du Dardaillon‑est.
4 Matériaux de construction : tuile et moellon abondants ; 1 fr. de plaque de marbre mouluré.
5 Mobilier : 87 fragments de poterie, dont 1fr.roulédecampanienne;4fr.de sigillée gauloise (Drag. 36, 37) ; 6 fr. d’africaine de cuisine (Hayes 196, 197) ; 7 fr. de luisante (Pernon, 37, 40) ; 18 fr. de commune calcaire (urnes 114‑14 et Amb. 63‑6) ; 2 fr. de commune engobée (2 bols 118‑2) ; 17 fr. de commune sableuse (urnes 116‑4, 114‑6, Amb. 65‑ 15 ; cruche 116‑7) ; 4 fr. d’amphore gauloise (G. 1) ; 4 fr. d’amphore fuselée ; 21 fr. d’amphore africaine (2 Keay XXV) et 3 fr. d’amphore Almagro 51c.
6 Occupation : du milieu du Ier s. au début du IVe s.
7 Distance à la voirie : au bord.
8 Nombre de chemins menant au site : 2.
9 Distance aux autres sites contemporains : Gros des Anèdes V, 0,65 km à l’est ; Camp Miaulaire I, 0,6 km au nord ; Lunel‑Viel, 0,7 km au nord‑ouest ; Aube de Servière, 0,9 km au sud.
10 Relations linéaires avec les autres sites : 1.
11 Influence sur le paysage : aucune.
12 Activité : aucun indice, hormis la présence de 15 fr. de dolium suggérant une fonction de stockage.
13 Statut social : habitat dispersé, peut‑être une modeste villa.

10  CROS DES ANEDES V (Lunel)

Habitat (section E3, parcelle 71, site LUN 062).
1 Superficie : 0,1 ha.
2 Type de sol : limono‑sableux, fersiallitique très lessivé sur colluvions du Quaternaire ancien.
3 Type de terroir : plaine.
4 Matériaux de construction : moellon et tuile abondants.
5 Mobilier : 44 fragments de poterie, dont 9 fr. de sigillée gauloise, 8 fr. de commune calcaire (mortier 115‑20 [2], 115‑21 ; urne Amb. 63‑11, plat Amb. 68‑28), 10 fr. de commune sableuse (urne 115‑2, 115‑6, Amb. 66‑2 ; terrine Amb. 68‑17), 12 fr. d’amphore gauloise et 5 fr. d’amphore fuselée.
6 Occupation : du milieu du ier s. au début du iie s.
7 Distance à la voirie : 100 m à l’ouest du chemin d’Endrausse.
8 Nombre de chemins menant au site : aucun.
9 Distance aux autres sites contemporains : Cros des Anèdes I, 0,65 km à l’ouest ; Endrausse III, 0,75 km à l’est ; Camp Miaulaire, 0,6 km au nord ; Lunel‑Viel, 1,2 km au nord‑ouest.
10 Relations linéaires avec les autres sites : aucune.
11 Influence sur le paysage : aucune.
12 Activité : aucun indice explicite, mais la vocation agricole paraît évidente.
13 Statut social : établissement dépendant, petite ferme ou annexe agricole.

11 – LES CROSASSES (Lunel‑Viel)

Habitat (section E1, parcelle 116, site LV 001).
1 Superficie : 0,01 ha.
2 Type de sol : limono‑argileux, sur formation gravillonneuse affleurante.
3 Type de terroir : plaine, en bordure de la vallée alluviale du Dardaillon‑est. Ce dernier a colmaté un lit majeur, plus large que le cours actuel, en déposant 1,30 à 1,50 m de limon argileux très organique.
4 Matériaux de construction : tuile et moellon.
5 Mobilier : 31 fragments de poterie, dont 3fr.decommunecalcaire;2fr.de commune sableuse oxydante ; 4 fr. d’amphore fuselée indéterminée et 2 fr. d’amphoregauloise;20fr.de doiium.
6 Occupation : terminus difficile à fixer faute d’indices suffisants : milieu ier s. et iie s. ?
7 Distance à la voirie : 110 m à l’ouest du chemin de Lunel‑Viel à Lansargues.
8 Nombre de chemins menant au site : aucun.
9 Distance aux autres sites contemporains : Les Taulis, 0,35 km au nord ; Lunel‑Viel, 0,5 km au nord‑est ; Les Pelets IV, 0,3 km au sud.
10 Relations linéaires avec les autres sites : aucune.
11 Influence sur le paysage : aucune.
12 Activité : un dolium a pu être observé in situ lors des terrassements préalables à un chantier de construction, ainsi qu’un tronçon de mur dont le plan n’a pu être relevé. Une activité de stockage agricole est suggérée par ces aménagements, tandis que l’exiguïté du site et la rareté des poteries incitent à exclure une fonction d’habitat.
13 Statut social : modeste installation annexe d’un habitat voisin, les Taulis ou le Village.

12 – LA GRAND‑GORGE (Lunel‑Viel)

Habitat (section B1, parcelles 51‑52, site LV 024).
1 Superficie : 0,05 ha.
2 Type de sol : limono‑sableux, sur marnes sableuses à passées d’argile.
3 Type de terroir : plaine, en bordure de la vallée alluviale du Dardaillon‑ouest.
4 Matériaux de construction : tuiles et moellons.
5 Mobilier : difficile à collecter car la vigne n’est pas labourée. Des ramassages anciens ont livré des fragments de dolium, d’amphore gauloise et de sigillée (Drag. 37). Ce mobilier n’a pu être pris en inventaire (collection privée).
6 Occupation : difficile à dater, Ier s. certain, peut‑être aussi IIe s.
7 Distance à la voirie : 20 m au nord de la via Domitia.
8 Nombre de chemins menant au site : 2.
9 Distance aux autres sites contemporains : Montels, 0,7 km au sud ; Mas Blanc, 1,8 km au nord‑est ; Missargues, 0,7km au nord‑ouest.
10 Relations linéaires avec les autres sites : aucune.
11 Influence sur le paysage : aucune.
12 Activité : stockage agricole (dolium). La proximité de la via Domitia a peut‑être favorisé une activité commerciale, mais la prospection n’a livré aucun indice en ce sens.
13 Statut social : habitat dispersé ; aucun vestige luxueux attribuable à une villa.

13  HAUTEURS DE CADOULE (Lunel‑Viel)

Nécropole située 300 m à l’ouest du mas de Cadoule (section E2, parcelle 162 ; site LV 025).
1 Superficie : Impossible à mesurer précisément faute d’indice de surface ; environ 0,05 ha.
2 Type de sol : limoneux, sur limon marneux.
3 Type de terroir : plaine, en lisière de la zone alluviale du Dardaillon‑est.
4 Matériaux de construction : fragments de dalles et de lauzes.
5 Mobilier : un sarcophage monolithe et des ossements humains découverts lors d’un défonçage dans les années 1950. Les prospections n’ont pu recueillir, malgré de fréquents labours, que 4 fragments de poterie kaolinitique du haut Moyen Âge.
6 Occupation : difficile à fixer dans le haut Moyen Âge, mais le type du sarcophage (cuve rectangulaire à coussinet au fond) fait pencher pour les vieviie s.
7 Distance à la voirie : au bord du tracé restitué du chemin des Horts à Saint‑Nazaire.
8 Nombre de chemins menant au site : 2.
9 Distance aux autres sites contemporains : Lunel‑Viel (nécropole des Horts), 1 km au nord ; Les Pelets I, 0,650 km au sud‑ouest.
10 Relations linéaires avec les autres sites : 1.
11 Influence sur le paysage : aucune.
12 Activité : aucun indice.
13 Statut social : nécropole, mais aucun habitat n’est connu à proximité. Le mas de Cadoule est désigné sur la carte de Cassini sous le nom Cadolle, dit Tasque. Le mas actuel recouvre donc un habitat ancien, que la toponymie incite à rattacher à l’habitat haut médiéval de Parpayols‑Tasques (cf. notice 19).

14 ‑ LUNEL‑VIEL (le Village, le Verdier, les Horts)

Village constitué de trois noyaux successifs entre le Haut‑Empire (abord sud du Village et de la route de Saint‑Just, section F, parcelles 290 à 301, section E, parcelles 28, 29, 493, 1114, site LV Village), l’Antiquité tardive (le Verdier, section E, parcelle 122, site LV 121) et le Moyen Âge (le Village, quartiers au sud de l’église). Quatre nécropoles correspondent à ces établissements successifs (voir une présentation détaillée dans Raynaud 1989b).
1 Superficie : 8 ha au total, dont 4 ha pour le secteur gallo‑romain ; 1 ha pour le secteur tardo‑antique ; 0,2 ha pour la nécropole du Verdier, 0,2 ha pour la nécropole des Horts ; 3 ha pour le Village et le cimetière médiévaux.
2 Type de sol : limono‑sableux, sur épandage à niveau de cailloutis.
3 Type de terroir : contact entre la plaine littorale et les collines de l’arrière pays, zone encadrée par les vallées alluviales des deux Dardaillons.
4 Matériaux de construction : terre crue, tuiles, moellons, mortier, tuileau, terre cuite (brique, tubuli), mosaïque, marbre, schiste, éléments architectoniques.
5 Mobilier : poterie (une centaine de fragments du iie s. av. J.‑C.), et près de 100 000 fr. de toutes productions entre le milieu du ier s. de n.è. et le xxe s. Bronze : abondantes monnaies et petit mobilier de parure. Lapidaire : 7 stèles funéraires, divers fragments de statuaire, chapiteaux sculptés.
6 Occupation : habitat temporaire au IIe s. av. J.‑C., puis occupation continue des années 50 ap. J.‑C. à nos jours.
7 Distance à la voirie : le village est traversé par plusieurs carrefours.
8 Nombre de chemins menant au site : 9.
9 Distance aux autres sites contemporains  gallo‑romains : Les Taulis, 0,5 km à l’ouest ; Camp Miaulaire, 0,8 km à l’est ; Sainte‑Catherine, 1,8 km au nord ; Cros des Anèdes I, 0,8 km au sud‑est ; – médiévaux : Montels, 1,7 km au nord‑ouest ; Saint‑Paul, 1,5 km au nord‑est ; Parpayols, 1,3 km au sud.
10 Relations linéaires avec les autres sites : 10.
11 Influence sur le paysage : point de passage obligatoire pour relier la plupart des autres sites, le village est l’élément majeur du paysage : 17 chemins portent son nom. A l’époque gallo‑romaine, l’habitat occupe une position clé dans le cadre de la centuriation SextantioAmbrussum.
12 Activité : production, stockage et transformation des denrées agricoles (une centaine de silos, dolia, nombreuses meules, moulin à bras du Haut‑Empire), artisanat (four de tuilier du ve s., nombreuses scories de métallurgie).
13 Statut social : agglomération secondaire dans l’Antiquité et chef‑lieu probable d’un vicus ; chef‑lieu de paroisse mentionné en 1096 lors de la donation d’un « mansum cum omnibus pertinenciis suis et cum ominibus et feminis et cum omnibus fevalibus in parrochia et in terminio de Lunello Veteri » (C. An. : 84, p. 222). En 1198, Poncius de Lunello achète, pour la somme de 20 sous melgoriens, des biens dans un manse in decimaria de Lunello Veteri (C. An. ; 93, p. 232). La decimaria Sancti Vincencii est à nouveau citée en 1157. Ce texte fait référence à un personnage portant le nom du village : Bermundus de Lunello Veteri, propriétaire d’une terre. Cette mention fait envisager l’existence d’une seigneurie à Lunel‑Viel (C. An. : 94, p. 233). A partir du milieu du XIIIe s., Lunel‑Viel fait partie des villettes de la baronnie de Lunel : « juridictionem quem habeo in villa de Lunello Veteri » (Millerot : 448‑451). En 1285, lors d’une transaction entre Rosselin II et les habitants des villettes de la baronnie, Bernardo Rebulli de Lunello Veteriest cité (Millerot : 456‑464).

15  MAS BLANC (Vérargues) anciennement Mas de Viala

Habitat (section B1, parcelle 114, site VER 001).
1 Superficie : 0,75 ha.
2 Type de sol : fersiallitique très lessivé, limono‑sableux.
3 Type de terroir : la colline portant l’habitat est à l’interfluve des vallées alluviales du ruisseau des Combes et du Vallat de la Grande‑Combe, affluents du Dardaillon‑est. De ce fait, le site est au centre d’un terroir composite, aux sols légers et bien drainés sur les coteaux, aux sols plus lourds (limono‑argileux) et très humides dans les combes. Une source pérenne se place au contact de ces deux ensembles, cent mètres au sud de l’habitat.
4 Matériaux de construction : tuile et moellon abondants, quelques fragments de torchis et de mortier.
5 Mobilier : 75 fragments dont 3 fr. de sigillée gauloise (1 Ritt. 14a) ; 2 fr. de claire D, 2 fr. de luisante (Pernon 37a) ; 3 fr. d’estampée grise (1 Rigoir 3c, 1 Rigoir 6) ; 8 fr. de commune calcaire ; 1 fr. de commune calcaire engobée ; 8 fr. de commune sableuse (1 urne 114‑ 6, 1 urne 123‑4, 1 urne 120‑7) ; 1 fr. de sableuse micacée (120‑5) ; 6 fr. à pisolithes (123‑4, 120‑7) ; 8 fr. de commune kaolinitique (Amblard 1985, fig. 5‑23) ; 4 fr. d’amphore fuselée ; 3 fr. de Gauloise 1 ; 2 fr. d’amphore Almagro 51c ; 10 fr. d’africaine ; 2 fr. d’italique, 1 fr. de massaliète ; 6 fr. d’amphore indéterminée. On note par ailleurs 3 fr. de céramique néo‑ ou chalcolithique.
6 Occupation : du milieu du ier s. à la fin du ve ou au début du vie s.
7 Distance à la voirie : 20 m au nord du chemin de Sommières.
8 Nombre de chemins menant au site : aucun.
9 Distance aux autres sites contemporains : Sainte‑Catherine, 1,5 km au sud‑est ; Grand‑Gorge, 1,85 km au sud‑ouest ; Montels, 2,3 km au sud‑ouest.
10 Relations linéaires avec les autres sites : 1.
11 Influence sur le paysage : aucune.
12 Activité : des fragments de dolium attestent un stockage agricole ; on note aussi des fragments de meule en basalte.
13 Statut social : d’une certaine ampleur, le site ne livre cependant aucun élément décoratif rattachable à une villa. Peut‑être s’agit‑il d’un modeste habitat groupé.

16 – MONTELS, habitat gallo‑romain (Lunel‑Viel)

Habitat de hauteur (section A2, parcelle 142, site LV 016).
1 Superficie : 0,5 ha, mais le tiers médian du site a été détruit lors du creusement du canal du Sommiérois.
2 Type de sol : sableux sur cailloutis siliceux rhodanien.
3 Type de terroir : sommet d’une colline (44 m) dominant la zone alluviale du Dardaillon‑ouest.
4 Matériaux de construction : tuiles, moellons et mortier.
5 Mobilier : difficile à collecter car la vigne n’est pas labourée et les sarments sont passés au broyeur. 54 tessons de poterie dont : 9 fr. de sigillée sud‑gauloise, 7 fr. de commune sableuse oxydante (1 urne 121‑1), 11 fr. de commune sableuse réductrice, 15 fr. de commune à pisolithes oxydante, 12 fr. d’amphore africaine. S’ajoute à ce lot un as de la période claudienne.
6 Occupation : quoique restreint, le mobilier atteste une occupation entre le milieu du ier s. de n.è. et la fin du ive s ou le milieu du ve s.
7 Distance à la voirie : au bord du chemin de la Tour de Farges.
8 Nombre de chemins menant au site : 2.
9 Distance aux autres sites contemporains : La Grand‑Gorge, 0,7 km au nord ; Les Cazals, 1,2 km au sud‑ouest ; Les Taulis, 1,55 km au sud‑est ; Lunel‑Viel, 1,8 km au sud‑est.
10 Relations linéaires avec les autres sites : 1 (Montels médiéval).
11 Influence sur le paysage : aucune.
12 Activité : aucun indice.
13 Statut social : habitat dispersé de rang modeste : ferme ?

17 – MONTELS, habitat médiéval (Lunel-Viel)

Habitat constitué d’un quartier bas (section A2, parcelle 136, site LV 017, altitude 30 m ; d’un quartier haut (section A2, parcelle 142, site LV 010, altitude 40 m) ; d’un cimetière et d’une église (section A2, parcelle 139, site LV 022). Il se situe à proximité d’un site antique et d’une tuilerie (LV 01 ; LV 002).
1 Superficie : 1,2 ha pour le secteur d’habitat comprenant les quartiers haut et bas ; 0,2 ha pour le secteur de l’église et du cimetière.
2 Type de sol : fersiallitique très lessivé, sableux, sur caiiloutis siliceux rhodanien.
3 Type de terroir : l’habitat s’étend sur le coteau qui domine la vallée alluviale du Dardaillon‑ouest. Terroirs composites : sols bien drainés sur les coteaux, plus humides et lourds dans la vallée au contact des alluvions limoneuses ou limono‑argileuses du Dardaillon‑ouest. Proximité d’une source : la Font de Montels.
4 Matériaux de construction : tuile et moellon abondants sur les deux secteurs d’habitat.
5 Mobilier :
– Quartier haut (LV
 010) : 16 fr. de céramique sablo‑micacée à décors lissés (8 urnes 130‑1202) ; 5 fr. de céramique kaolinitique du haut Moyen Âge (130‑ 1212) ; 75 fr. de céramique sableuse réductrice ou oxydante (grandes marmites des XIVe s.‑XVe s. [Démians d’Archimbaud 1980 : fig. 50]) ; 20 fr. de grandes jarres à anse verticale à pâte calcaire d’époque post‑médiévale (abondants exemplaires analogues dans un puits du début du xviie s. près de l’église de Lunel‑Viel).
– Quartier bas (LV 007) : même type de mobilier. Les céramiques du haut Moyen Âge (5 fr. de céramique kaolinitique) sont très rares. De nombreux ossements humains découverts lors de travaux de culture et un sarcophage monolithe analogue à ceux des nécropoles des Horts et de l’église de Lunel‑Viel signalent l’emplacement du cimetière.
6 Occupation – Quartier haut (LV 010) : occupation ténue du haut Moyen Âge (xexie s.), plus dense au bas Moyen Âge et à l’époque moderne. La prospection réalisée sur un labour ancien ne permet pas une datation plus précise. La proximité du site antique et la présence du sarcophage suggèrent la possibilité d’une occupation antérieure au xe s., que les conditions actuelles de prospection ne permettent pas de préciser.
7 Distance à la voirie : le site est traversé par le chemin de Montels (no 3 sur le plan). Un réseau de chemins anciens desservant le site est attesté par un texte du début du xiie s., qui délimite le territoire du monastère de Saint‑Geniès‑les‑Mourgues situé plus au nord : « usque ad viam qua itur a dicto camino versus Montels : et sicut extenditur seu protenditur per viam de Montitiis qua itur directe a dicto camino Montispessulami et Sumidrii versus Arnetum » (C. Magal II : 512).
8 Nombre de chemins menant au site : 3.
9 Distance aux autres sites contemporains : Saint‑Paul, 2 km à l’est ; Lunel‑Viel, 1,75 km ; Valergues, 1,875 km au sud‑ouest ; Mas de Missargues, 2,125 km.
10 Relations linéaires avec les autres sites : 3.
11 Influence sur le paysage : une croix, à proximité d’un carrefour de trois voies, marque l’emplacement de l’église Saint‑Sauveur de Montels. Sur le cadastre napoléonien, la parcelle est signalée comme herme (no 208). Le cadastre napoléonien garde la trace du plan de l’habitat par une anomalie parcellaire formée d’un amalgame de petites parcelles (fig. 19 et 61, nos 2 et 6). La toponymie actuelle témoigne de l’empreinte du site sur le paysage : la Font de Montels ; le chemin de Montels ; le chemin de Montels à Saint‑Nazaire et à Tasques. Le toponyme proche, la Tour de Farges, rappelle l’existence d’un habitat fortifié de type seigneurial. Son plan est conservé sur le cadastre napoléonien par un bâtiment quadrangulaire (parcelle no 190) muni, sur trois de ses angles, d’une excroissance circulaire ; il s’agit de toute évidence d’une maison forte défendue par des tours (fig. 19 et 61, no 7). Cet ensemble fortifié, distant de 125 m du village de Montels, le domine à 50 m d’altitude. L’hypothèse d’un fonctionnement contemporain des deux habitats est probable, le site seigneurial, fortifié et perché, étendant son emprise sur le village et l’église en contrebas. En amont du site de Montels, un bief, servant peut‑être à alimenter un moulin hydraulique, a été aménagé sur le Dardaillon‑ouest.
12 Activité : présence possible d’une tuilerie (cf. notice suivante : Montels tuilerie). Le toponyme actuel, la Tour de Farges, vient de l’occitan fargar : forger, fabriquer (Alibert 1966 : 393), et suggère une activité artisanale. Hormis cela, la vocation essentielle de l’habitat paraît agricole.
13 Statut social : habitat groupé, associé à un cimetière et à une église (Sancti Salvatoris de Montillis [1529, RDM]). Le site n’apparaît pas comme chef‑lieu de paroisse mais verse une redevance à l’évêque de Maguelone pour les synodes de la Sainte‑Luce et de Pâques (C. Magal I: 55, xiie s. ?). A la fin du xive s., un prieuré est mentionné (Prior de Montillis [1392 Rouillé]). Siège d’une seigneurie au xiie s., son seigneur, Guillermus de Montellis est cité comme fide jussores lors d’une cession en fief faite in foro Lunelli (C. An. : 130, p. 243 ; 244). A partir de la deuxième moitié du xiiie s., l’habitat devient l’une des « villettes » de la baronie de Lunel. Plusieurs actes en témoignent : 1257, hommage de Raymond Josselin V au sénéchal de Beaucaire ; « juridictionem quam habeo in villa de Montillis » (Millerot : 448‑451) ; 1285, transaction entre Rosselin II et les habitants des villettes ; « et tibi Petro Macuel de Montillis » (Millerot : 456‑464) ; 1295, cession de la baronnie à Philippe le Bel de la « villa de Montillis » (Millerot : 474‑ 480) ; 1362, ratification de la cession précédente (ibid.).

18 – MONTELS, tuilerie (Lunel‑Viel)

Zone artisanale située en périphérie du secteur gallo‑romain de Montels (section A2, parcelle 142, site LV 015).
1 Superficie : 0,05.
2 Type de sol : voir la notice Montels, habitat médiéval.
3 Type de terroir : id.
4 Matériaux de construction : briques, tegulae et imbrices, coulures d’argile vitrifiée.
5 Mobilier : aucune vaisselle ; nombreux ratés de cuisson : tuiles déformées.
6 Occupation : l’absence de vaisselle ne favorise pas la datation, mais la ressemblance technique (dimension, argile, cuisson) des tuiles avec celles recueillies sur le secteur médiéval (site LV 010) incite à placer le fonctionnement de la tuilerie au Moyen Âge. La présence de tegulae ne contredit pas cette datation, car ce type de tuile est très fréquent sur tous les sites médiévaux du Lunellois.
7 Distance à la voirie : cf. notice suivante : Montels tuilerie, habitat médiéval.
8 Nombre de chemins menant au site : id.
9 Distance aux autres sites contemporains : id.
10 Relations linéaires avec les autres sites : id.
11 Influence sur le paysage : id.
12 Activité : tuilerie.
13 Statut social : dépendance de l’habitat voisin.

19 ‑ PARPAYOLS (Lunel‑Viel)

Habitat villageois et nécropole (section F1, parcelles 556 à 558, 527, 529, 530, site LV 011) et secteur annexe (section F2, parcelles 229 à 231, site LV 003).
1 Superficie : 0,7 ha.
2 Type de sol : limono‑argileux‑sableux, sur limons marneux.
3 Type de terroir : plaine et zone alluviale du Dardaillon‑ouest.
4 Matériaux de construction : tegula, tuile ronde, moellon, mortier, lauze, torchis.
5 Mobilier :
– Zone / (LV 011) : 105 fragments de poterie dont 3 fr. de céramique à pâte claire carolingienne, 1 bord éversé ; 47 fr. de céramique sableuse micacée à décors lissés (urnes 130‑1204 [3], 130‑1199 [2], 130‑1206 [3], 1 gourde à goulot tréflé [Thiriot, fig. 28‑7]) ; 48 fr de céramique kaolinitique (urnes 130‑1210 [8], 130‑ 1190 [8], 130‑1212 [2], 130‑1191 [2], [Thiriot, fig. 28‑18 à gorge interne]) ; 5 fr. de céramique vernissée tardive (xivexve s.).
– Zone II (LV 003) : 2 fragments de poterie dont : 20 fr. de céramique sableuse micacée à décors lissés (1 urne 130‑1204) (2) ; 3 fr. de céramique kaolinitique (1 bord d’urne 130‑1193) ; 1 fr. d’amphore africaine.
6 Occupation : xexiie s., avec un épandage gallo‑romain.
7 Distance à la voirie : l’habitat s’organise autour d’un carrefour.
8 Nombre de chemins menant au site : 6.
9 Distance aux autres sites contemporains : Lunel‑Viel, 1,1 km au nord ; Valergues, 2 km à l’ouest ; Saint‑Just, 2,1 km au sud‑est.
10 Relations linéaires avec les autres sites : 7.
11 Influence sur le paysage : point de rencontre de six voies desservant les sites majeurs contemporains. Parmi eux, le Chemin de Montels à Saint‑Nazaire et à Tasques (n° 3, fig. 9 et 28) et le Chemin des Tasques à Saint‑Nazaire (no 3, fig. 21 et 28). Ces deux chemins permettent de restituer le nom d’origine du site : Les Tasques. Le même toponyme se retrouve dans quatre tènements des communes de Valergues (Tasques), Lunel‑Viel (Tasque), Saint‑Just (Les Tasque) et Lansargues (Tasque), qui constituaient probablement le finage villageois.
12 Activité : vocation probablement agricole, mais la présence de nombreuses scories de fer révèle par ailleurs une activité métallurgique.
13 Statut social : aucune mention dans les textes ne permet de préciser le statut de cet habitat. Néanmoins, le toponyme les Tasques qui s’avère être le véritable nom du site (voir no 13) apporte, comme on l’a vu plus haut, des éléments de réponse, en suggérant ici l’existence d’une redevance foncière proportionnelle à la récolte, prélevée par le seigneur sur les tenures paysannes. L’habitat des Parpayols est donc un village de paysans tenanciers dépendant d’un seigneur foncier que la documentation ne permet pas d’identifier. Cependant, la carte de Cassini porte la mention : « Cadolle, dit Tasque » à l’emplacement de l’actuel mas de Cadoule, 1,25 km à l’est du site des Parpayols. Peut‑être faut‑il situer à Cadoule une demeure seigneuriale ? Mais nous avons mentionné aussi une autre hypothèse, également argumentée par la toponymie locale, identifiant l’autorité bénéficiaire de cette redevance avec le monastère de moniales situé à Arboras, environné à l’est et au nord de tènements dénommés Tasque(s).

20 – LES PELETS I et II (Lunel‑Viel)

Habitat (zone I : section E2, parcelles 200, 201 et 308, site LVP) et zone annexe (zone II : parcelle 204, site LV 020).
1 Superficie : 0,4 ha.
2 Type de sol : brun calcaire, sur accumulation calcaire de sols fersiallitiques tronqués, limono‑argileux.
3 Type de terroir : légère éminence en bordure de la vallée alluviale du Dardaillon‑est.
4 Matériaux de construction : moellons, mortier et tuiles abondants, quelques fragments d’enduit de mortier, de pierre taillée et de béton de tuileau.
5 Mobilier : 95 fragments de poterie, dont 3 fr. de sigillée gauloise (Drag. 15/17) ; 1 fr. de claire C (décor moulé interne sur forme indéterminée) ; 7 fr. de claire D (Hayes 61 et 67) ; 11 fr. de luisante (Pernon 7, 36 [2] et 40) ; 2 fr. d’estampée grise (Rigoir 6c). Communes : 8 fr. à pâte calcaire ; 8 fr. de sableuse (urne 116‑4) ; 19 fr. à pisolithes oxyd. (types 121‑1, 120‑10a, 122‑13, 122‑15) ; 9 fr. de kaolinitique (Amblard 1985 : pots fig. 5‑15, 5‑16 et 5‑23). Amphores : 9 fr. de gauloise ; 17 fr. d’africaine ; 1 fr. indéterm. A ce lot s’ajoutent deux monnaies, des nummus émis dans les années 347‑348.
6 Occupation : la céramique sigillée et l’amphore gauloise situent le début de l’occupation vers le milieu du ier s. de n.è. Toutefois, les documents des iie et iiie s. demeurent ténus, et il faut attendre le ive s. pour saisir une véritable occupation, qui se prolongera tard dans le ve s., voire même au vie s. (commune kaolinitique). On peut donc retenir, en l’état des prospections, un hiatus sensible entre la fin du ier s. et le début du ive s.
7 Distance à la voirie ; 80 m à l’est du chemin des Tasques à Saint‑Nazaire.
8 Nombre de chemins menant au site : 0.
9 Distance aux autres sites contemporains : Pont Trinquât, 1 km au sud‑est ; Baisses du Berbian, 1,1 km à l’ouest ; Saint‑Pierre d’Obilion, 1,4 km au sud‑est ; Lunel‑Viel, 1,9 km au nord.
10 Relations linéaires avec les autres sites : 0.
11 Influence sur le paysage : aucune.
12 Activité : aucun indice explicite.
13 Statut social : habitat dispersé, peut‑être une modeste villa.

21 – LES PELETS IV (Lunel‑Viel)

Etablissement ponctuel totalement détruit en 1987 lors du creusement de bassins d’épuration (section E1, parcelle 227, site LV 012).
1 Superficie : le site a été révélé par la découverte de fragments de poterie dans les déblais du chantier, mais aucune structure n’a pu être observée in situ. L’habitat semble très exigu (moins de 0,05 ha).
2 Type de sol : argileux sur accumulation calcaire (taparas), recouvert par une épaisse couche superficielle de limons bruns.
3 Type de terroir : plaine, entre le cours principal et un bras secondaire du Dardaillon. Le gisement, recouvert par le limon, a pu être localisé lors d’importants terrassements.
4 Matériaux de construction : quelques fragments de tuile.
5 Mobilier : 19 fr. dont 10 fr. de claire A appartenant à un seul vase (Hayes 14A) ; 4 fr, de commune (mortier 120‑8, urne 114‑7) ; 4 fr. d’amphore gauloise ; 1 fr. d’amphore Dr. 20.
6 Occupation : difficile à établir sur un aussi mince échantillon : fin ier ou iie s. ?
7 Distance à la voirie : au bord de la route de Lansargues à Lunel‑Viel.
8 Nombre de chemins menant au site : 2.
9 Distance aux autres sites contemporains : Lunel‑Viel, 0,7 km au nord ; Les Crosasses, 0,35 km au nord‑ouest ; Aube de Servière, 1 km au sud‑est.
10 Relations linéaires avec les autres sites : 1.
11 Influence sur le paysage : aucune.
12 Activité : aucun indice.
13 Statut social : établissement dépendant, petit bâtiment agricole, lieu de stockage ?

22 ‑ PONT TRINQUAT (Saint‑Just)

Habitat (section A2, parcelles 202 et 341, site SJU 009).
1 Superficie ; 0,2 ha.
2 Type de sol : brun calcaire modal épais, limoneux ou limono‑argileux.
3 Type de terroir : légère éminence au bord du Dardaillon‑ouest.
4 Matériaux de construction : tuile et moellons abondants.
5 Mobilier : 181 fragments de poterie, dont 2 fr. de campanienne ; 1 fr. à glaçure plombifère ; 6 fr. de sigillée gauloise (Drag. 27 et 37) ; 6 fr. de claire D (Hayes 59A, 61 et 70) ; 6 fr. d’africaine de cuisine (Hayes 23, 196 et 197) ; 20 fr. de claire B/Luisante (Desbat 8 et 50, Pernon 37a) ; cf. {5], Communes : 20 fr. à pâte calcaire (mortier 114‑12, urne 114‑2) ; 3 fr. calcaire engobée (bol 118‑1) ; 3 fr. de sableuse fumigée (urne 114‑6) ; 22 fr. de sableuse (urnes 11‑1, 115‑8, 115‑17, 117‑3, 121‑3) ; 38 fr. à pisolithes (dont 30 à post‑cuisson oxydante types 120‑6 [9], 120‑7 [5], 120‑11 et 122‑12 [2]) ; 1 fr. de sableuse micacée ; 2 fr. de non tournée ; 1 fr. de marmite à gros dégraissant (type 124‑10). Amphores : 3 fr. de massaliète ; 5 fr. d’italique ; 6 fr. de Gauloise 1 et 4 ; 1 fr. de Dressel 20 ; 24 fr. d’africaine (prédominance des types cylindriques, 1 spathéion) ; 5 fr. indéterminés.
6 Occupation : du milieu du ier s. au début ou au milieu du ve s. La présence de quelques fragments d’amphore massaliète et Italique ainsi que de vaisselle campanienne ne suffit pas à fixer l’installation de l’habitat au iie s. av. J.‑C., mais témoigne cependant d’une fréquentation du site avant la période impériale. De la même façon que sur les sites des Casals et du Camp Miaulaire, se pose le problème de l’occupation de la plaine à la fin du 2e âge du Fer.
7 Distance à la voirie : 100 m au sud du chemin de Mauguio à Lunel. Cette voie n’est pas mentionnée sur la carte de Cassini, mais le pont franchissant le Dardaillon‑est visible.
8 Nombre de chemins menant au site : 0.
9 Distance aux autres sites contemporains : Les Pelets I, 0,9 km au nord‑ouest ; Cros des Anèdes I, 1 km au nord.
10 Relations linéaires avec les autres sites : 0.
11 Influence sur le paysage : aucune.
12 Activité : aucune évidence hormis le stockage agricole attesté par de nombreux fragments de dolium.
13 Statut social : modeste habitat dispersé.

23 – SAINT‑JUST (Le village)

Village médiéval et moderne (site SJU 019).
1 Superficie : 0,5 ha.
2 Type de sol : limono‑argileux‑sableux, sur limons marneux à passages de cailloutis calcaire.
3 Type de terroir : plaine en bordure de la vallée alluviale du Dardaillon‑est.
4 Matériaux de construction et
5 Mobilier : aucune prospection n’est possible sous l’emprise actuelle du village. Aucune découverte ancienne n’est signalée par les nombreux informateurs locaux. Cette absence de données archéologiques, en dépit des nombreux travaux ayant touché au sous‑sol des rues, tend à accréditer l’hypothèse d’une création tardive. Sous sa forme actuelle, la voirie du village ne recoupe aucune structure antérieure au Moyen Âge central.
6 Occupation : le site apparaît dans les textes en 1157 : [...] versus Sanctum Justum [...] » (C. An. : 233) ; il est toujours occupé depuis lors. L’habitat villageois n’est pas mentionné avant 1202 : « [...] villam de Sancto Justo [...] » (Hamlin 1983 : 348). Jusqu’à cette date, la façon dont le site est mentionné : « [...] ecclesia Sancti Justi prope Lunellum.[...] » au xiie s. (C. Magal. / : 60‑63) ne laisse apparaître aucun habitat conséquent autour de l’église. De ce fait, il est probable que le village soit une création récente, consécutive à l’installation de l’église.
7 Distance à la voirie : au carrefour des chemins de Mauguio à Lunel et de Saint‑Nazaire à Lunel‑Viel.
8 Nombre de chemins menant au site : 3.
9 Distance aux autres sites contemporains : Saint‑Pierre d’Obilion, 1,1 km au sud‑ouest ; Lunel, 2,5 km au nord‑est ; Lunel‑Viel, 2,9 km au nord.
10 Relations linéaires avec les autres sites : 4.
11 Influence sur le paysage : aucune évidence.
12 Activité : l’agriculture est la seule ressource depuis le Moyen Âge.
13 Statut social : chef‑lieu de paroisse mentionné en 1187 : « [...] parrochia Sancte Juste et Sancte Rufine [...] » (C. Guil. : 170). Modeste par sa taille, par sa faible emprise sur le paysage, Saint‑Just abrite cependant un fief, mentionné pour la première fois en 1226 : « [...] feudo Sanctum Justum [...] » (HGL, VIII : c. 852) et confirmé par une mention de 1312 : « [...] Guillelmus de Sancto Justo. [...] » (HGL, X : c. 531). Au xive s., la fonction paroissiale semble s’éclipser au profit d’un prieuré : « [...] prior Sancti Justi [...] » (Pouillé, 1392). De création récente, vraisemblablement après le xie s., Saint‑Just restera tout au long du Moyen Âge dans l’ombre de puissants habitats proches, Lunel bien sûr (dont il reste à étudier précisément l’emprise : cf. Millerot), mais aussi Lunel‑Viel, Saint‑Pierre d’Obilion, et même son discret voisin de Saint‑Nazaire‑de‑Pézan. L’exiguïté du territoire communal, la médiocrité des sols ainsi qu’un relatif éloignement des principales voies terrestres et fluviales témoignent de cette place de second ordre.

24 – SAINT‑PAUL DE CARRIERES (Lunel‑Viel)

Habitat (section D1, parcelle 197, site LV 005) et cimetière (section D2, parcelle 96, site LV SP) du haut Moyen Âge. Fouille de sauvetage dans le cimetière en 1985.
1 Superficie : 0,5 ha pour le secteur d’habitat, 0,7 pour le secteur de l’église et du cimetière.
2 Type de sol : terrasse de galets éocène, à sol limono‑sableux bien drainé.
3 Type de terroir : par sa position, Saint‑Paul dispose d’un terroir composite : des coteaux exposés au sud‑est dominent la vallée alluviale du Dardaillon‑est Une source pérenne jaillit 20 m à l’est de l’habitat.
4 Matériaux de construction : tuiles et moellons peu fréquents, excepté à remplacement présumé de l’église, dans le cimetière ; fragments de torchis dans l’habitat.
5 Mobilier : (LV SP+LV 005) 215 fragments de céramique sablo‑micacée à décor lissé, dont : pots 130‑1201/2 (28 ex.) ; 130‑1199 ; 130‑1211 (5); 130‑1204 (2) ; 130‑1196 (6) ; 130‑1214 et une embouchure de trompe d’appel ; 42 fragments de céramique kaolinitique, dont : pots 130‑1197 ; 130‑1190 (9) ; 130‑1214 ; 130‑1203 (4) ; 130‑1192. Lot homogène, largement dominé par les productions à pâte sablo‑micacée. L’absence totale de céramique glaçurée assure un abandon antérieur à la fin du xiie s., mais la faiblesse numérique des productions kaolinitiques incite à remonter le terminus ante quem à la fin du xie s.
6 Occupation ; xexie s., peut‑être aussi début xiie s. La datation fournie par les céramiques entre en contradiction avec les données textuelles, mentionnant Saint‑Paul au xiiie s. (cf. infra § 13). L’habitat s’est peut‑être déplacé au xiie s. à l’emplacement du mas actuel, mais la prospection n’a pas permis de l’observer.
7 Distance à la voirie : habitat et nécropole se répartissent autour du carrefour des chemins de Sainte‑Catherine à Lunel‑Viel et de Vérargues au Mas du Juge (fig. 17, 20 et 28).
8 Nombre de chemins menant au site : 4.
9 Distance aux autres sites contemporains : Montels, 2,1 km à l’ouest ; Lunel‑Viel, 1,4 km au sud‑ouest ; La Bruyère, 3,7 km au nord‑ouest.
10 Relations linéaires avec les autres sites : 4 (Arboras, Lunel‑Viel, la Bruyère, Parpayols).
11 Influence sur le paysage : les toponymes Saint‑Paul (Saint‑Paou) et Sainte‑Catherine couvrent les sections cadastrales D1 et D2 de Lunel‑Viel et une partie de la section F3 de Lunel. Le chemin menant à Lunel‑Viel porte le nom de Saint‑Paul. L’habitat est au confront des communes de Lunel et Lunel‑Viel. L’emplacement de l’église est aujourd’hui signalé par un calvaire érigé au xixe s., en bordure du chemin de Lunel‑Viel.
12 Activité : aucun indice mobilier. Le toponyme Cabreriis, » cabrière » (lat. capraria ; occit. cabriera : « étable » ou « parc à chèvres ») suggère une activité pastorale.
13 Statut social : habitat groupé associé à une église et un cimetière. Chef‑lieu de paroisse : Sancti Pauli de Cabreriis, 1161 (C. Magal. I : 209) ; decimariam Cabreriis, 1239 (Millerot : 444‑445).

25 – SAINTE‑CATHERINE (Lunel‑Viel)

Habitat (section D1, parcelle 198, site LV 008) et zone attenante d’épandage dense pouvant correspondre à un secteur de culture privilégié ; jardins et/ou champs (parcelle 193, site LV 007).
1 Superficie : 0,4 ha pour l’habitat ; 0,5 ha pour l’épandage.
2 Type de sol : terrasse de galets éocène à sol limono‑sableux bien drainé.
3 Type de terroir : terroir identique à celui de Saint‑Paul.
4 Matériaux de construction : tuiles et moellons abondants.
5 Mobilier : 74 fragments de poterie dont 5 fr. de sigillée sud‑gauloise (Drag. 27 et 37) ; 1 fr. d’africaine de cuisine (Hayes 23A) ; 1 fr. de luisante ; 5 fr. de commune calcaire (cruche 106‑625) ; 4 fr. de commune sableuse oxydante (2 urnes 117‑4, cruche 117‑5a, terrine 114‑10 de grand module) ; 22 fr. de commune sableuse réductrice (urnes 117‑3, 60‑ 1249, 114‑6, 114‑5,116‑5,116‑7, bol 123‑14, 2 cruches 117‑56) ; 7 fr. de commune à pisolithes oxydante (plat 120‑ 7a, bols 120‑6a, 120‑6C, 121‑8) ; 29 fr. d’amphore (fuselée : 3 ; gauloise : 5 ; gauloise sableuse : 3 ; bétique : 1 ; africaine : 13 dont 2 Keay XXV Q ; Almagro 51c : 4). Autre poteries : abondants fragments de dolium : 2 fr. de céramique néolithique ; 5 fr. de céramique médiévale sablo‑micacée (pots 130‑1201 et 1202). Cet ensemble varié trahit une occupation continue depuis le milieu du ier s. de n.è. jusque vers la fin du ive s. ou le début du ve s. Les quelques tessons médiévaux sont très usés et doivent être rattachés à de l’épandage autour du site voisin de Saint‑Paul.
6 Occupation : milieu du ier s.‑début du ve s.
7 Distance à la voirie : l’habitat est à 40 m au nord du chemin de Vérargues au Mas du Juge (fig. 20 et 28, chemin no 6).
8 Nombre de chemins menant au site : une allée d’exploitation agricole.
9 Distance aux autres sites contemporains : Mas Blanc, 1,5 km au nord‑ouest ; Lunel‑Viel, 1,7 km au sud‑ouest ; Montels, 2,25 km à l’ouest ; Grand‑Gorge, 2,3 km à l’ouest.
10 Relations linéaires avec les autres sites : 1 (Mas Blanc).
11 Influence sur le paysage : aucune anomalie parcellaire ou paysagère.
12 Activité : la présence de dolia atteste une activité de stockage agricole.
13 Statut social : habitat dispersé, apparenté à une modeste exploitation plutôt qu’à une villa.

26 – TASQUES (Valergues)

Habitat (section B1, parcelles 143, 144, site VAL 010).

1 Superficie : 0,35 ha.
2 Type de sol : limono‑argileux.
3 Type de terroir : plaine, en légère surélévation par rapport aux zones alluviales voisines.
4 Matériaux de construction : tuile et moellon abondants, marbre et tesselle de mosaïque peu fréquents.
5 Mobilier : 70 fragments de poterie, dont 9 fr. de sigillée gauloise (Drag. 37) ; 3 fr. de claire A (Hayes 9A) ; 1 fr. de claire C ; 2 fr. d’africaine de cuisine (Hayes 23 et 196) ; 2 fr. de claire B ; 10 fr. de commune calcaire (64‑1344 et 120‑8) ; 30 fr. de commune sableuse (2 cruches 116‑6 ; urnes 114‑6 [3], 115‑13, 115‑1 [2], 115‑5, 116‑1 [2], 116‑8, 115‑14, 117‑7 [2], 1 indéterminée) ; 13 fr. d’amphore gauloise (G. 1 ; G. 4 [2]). Mobilier divers : 1 galet affûtoir ; 1 bille en calcaire et 1 miroir en bronze argenté.
6 Occupation : du milieu du ier s. au milieu du iie s. La présence d’un fragment de claire C laisse supposer une occupation ténue jusqu’au début du iiie s.
7 Distance à la voirie : au bord d’un chemin d’exploitation.
8 Nombre de chemins menant au site : 1.
9 Distance aux autres sites contemporains : 0,9 km de VAL 003 ; 1,1 km de VAL 001 ; 1,1 km de LA BB 662 ; 1,4 km de LV T.
10 Relations linéaires avec les autres sites : aucune.
11 Influence sur le paysage : aucune.
12 Activité : stockage agricole, suggéré par l’abondance du dolium.
13 Statut social : habitat dispersé auquel la présence de mosaïque et de marbre tend à conférer le statut de villa.

27 – LES TAULIS (Lunel‑Viel)

Habitat (section F, parcelles 445, 446, 458 à 460, site LV A‑LV T).
1 Superficie : 0,7.
2 Type de sol : limono‑sableux, sur épandages à niveaux de cailloutis.
3 Type de terroir : plaine, aux abords de la vallée alluviale du Dardaillon‑ouest.
4 Matériaux de construction : tuile, moellon, mortier, pierre taillée, béton de tuileau.
5 Mobilier : 235 fragments de poterie ; dont 43 fr. de sigillée sud‑gauloise (Drag. 18/31, 30, 35, 36, 37 [10]) ; 1 fr. de paroi fine ; 3 fr. d’africaine de cuisine (Hayes 23B, 181,196) ; 15 fr. de commune sableuse fumigée (1 urne 115‑ 8) ; 24 fr. de sableuse réductrice (urne 114‑7 ; olla 114‑1) ; 16 fr. de commune sableuse oxydante (urnes 114‑15, 115‑1, 115‑8 à anse à volutes saillantes, plat 115‑17) ; 30 fr. d’amphore Gauloise 1 et 4;100fr.de dolium et 3 fr. de commune non tournée préromaine (urne 59‑1232). Hormis cette dernière catégorie, l’ensemble du mobilier se rattache à la seconde moitié du ier s. et au début du iie s. L’absence de céramique claire B interdit d’aller au‑delà des années 130‑ 150.
6 Occupation : indices ténus d’une occupation au iie s. av. J.‑C. (céramique non tournée), mais l’occupation est concentrée entre le milieu du ier s. de notre ère et le milieu du iie s.
7 Distance à la voirie : 150 m au nord de la Cariérasse.
8 Nombre de chemins menant au site : 2 allées d’exploitation agricole.
9 Distance aux autres sites contemporains : Lunel‑Viel, 0,5 km à l’est ; Les Tasques, 1,4 km au sud‑ouest ; Les Crosasses, 0,35 km au sud.
10 Relations linéaires avec les autres sites : 3.
11 Influence sur le paysage : le nom les Taulis, dérivé de l’occitan las teulis, les tuiles, montre que les vestiges antiques ont suffisamment marqué le paysage pour influencer la toponymie.
12 Activité : à l’occasion de divers sauvetages ponctuels, quatre dolia ont été observés in situ en divers points du site, et de nombreux autres sont attestés par les fragments de surface. L’activité de stockage occupe donc une part importante dans le fonctionnement de l’habitat, peut‑être accompagné d’un chai.
13 Statut social : important habitat dispersé, auquel la présence d’éléments architecturaux de qualité (sols de tuileau, fragment de fût de colonne) tend à attribuer le statut de villa.

28 – VALERGUES (le Village, Sainte‑Aubine)

Village ayant connu trois noyaux successifs entre le Haut‑Empire (tènement Sainte‑Aubine, secteur II, section A2, parcelles 274, 276, 286, 302 et 303, site VAL 001), l’Antiquité tardive (Sainte‑Aubine I, parcelles 266, 267 et 281, site VAL 002) et le Moyen Âge (centre du village actuel). Le cimetière tardo‑antique est localisé dans la parcelle 266, le cimetière médiéval se situe aux abords de l’église romane Sainte‑Agathe.
1 Superficie : 3,65 ha au total, dont 0,9 ha pour le secteur gallo‑romain, 1,25 ha pour le secteur tardo‑antique (nécropole et habitat), 1,5 ha pour le village et le cimetière médiévaux.
2 Type de sol : limono‑argileux, sur limons marneux.
3 Type de terroir : au contact de la plaine littorale et des collines de l’arrière pays, entre les vallées du Berbian et de la Viredonne.
4 Matériaux de construction : tuiles, moellons, mortier, tuileau, terre cuite sur l’ensemble des sites nos 001 et 002. La moitié sud du site no 001 a livré un grand nombre de tesselles de mosaïque.
5 Mobilier : – Sainte‑Aubine 1:36 fr. dont 1 fr. d’africaine de cuisine (Hayes 196) ; 1fr. decarolingiennepeinte;4fr.de céramiquecommunecalcaire;1fr.de sableuse réductrice ; 5 fr. de sableuse à pisolithes (126‑3, 122‑7, 123‑10, Amblard 5‑15) ; 17 fr. de sableuse à décor poli (pots 130‑1204, 130‑1199 à bec étiré) ; 1 fr. d’amphore gauloise, 2 fr. d’amphore africaine, 1 fr. d’amphore Almagro 51 ; – Sainte‑Aubine II : abondants fr. d’amphore gauloise et bétique, quelques fr. d’amphore italique.
6 Occupation : faute de labours récents dans la zone I, l’échantillon de mobilier est très restreint, ce qui rend fragile la datation. On situera l’occupation du milieu du ier s. ap. J.‑C. à nos jours. La continuité n’est pas solidement établie pour le haut Moyen Âge, faute d’observations précises sous l’actuel village.
7 Distance à la voirie : traversé par le chemin de la Carriérasse.
8 Nombre de chemins menant au site : 6.
9 Distance aux autres sites contemporains – gallo‑romains : Les Cazals, 1 km au nord‑est ; Les Tasques, 1,6 km au sud‑est ; – médiévaux : Saint‑Brès, 2,5 km à l’ouest ; Lansargues, 2 km au sud ; Parpayols, 2,1 km à l’est.
10 Relations linéaires avec les autres sites : 5.
11 Influence sur le paysage : le site a donné son nom à quatre chemins et à un tènement de la commune voisine de Saint‑Brès (Chemin de Valergues). La toponymie conserve la trace d’un lieu de culte à travers les noms de La Chapelle et de Sainte‑Aubine, aux abords sud‑ouest du village ; cette chapelle n’a pu être localisée.
12 Activité : la prédominance des fragments d’amphore et de dolium dans la moitié nord du site n° 001 trahit l’existence d’un bâtiment de stockage, tandis que la moitié sud, livrant de la vaisselle fine et des éléments décoratifs (cf. rubrique no 2), correspond plutôt à une zone résidentielle.
13 Statut social : la surface d’occupation du Haut‑Empire est limitée à moins d’un hectare et pourrait correspondre à un habitat dispersé (zone II). Le statut d’agglomération est plus probable à la fin de l’Antiquité, notamment à cause de la présence d’une nécropole, mais l’ampleur du site reste mal cernée. L’habitat médiéval est cité pour la première fois en 1124, lors de la délimitation d’une pièce de terre : « a meridie in via publica qui discurrit de Sancto Briccio ad Varanicas » (C. An. : 102, p. 242).

Addendum

Des labours profonds au printemps 1989 ont entraîné la découverte d’un site passé inaperçu jusqu’alors, aux Hauteurs de Cadoule (Lunel‑Viel), à 150 m à l’ouest du site no 13 (nécropole des Hauteurs de Cadoule). Tout en mettant une nouvelle fois en évidence la relativité des inventaires archéologiques, cette découverte n’infirme pas les lignes générales de l’évolution de l’habitat. Cet habitat se classe sans surprise dans les sites antiques modestes (0,5 ha), abandonnés au début du iie s. Ce nouveau point modifie l’étude des territoires théoriques (fig. 3) et renforce la particularité des habitats satellites de Lunel‑Viel : les polygones des sites voisins deviennent encore plus exigus. Le point le plus remarquable est la validation de l’hypothèse émise lors de l’étude de la voie no 2, tendant à restituer un tronçon disparu sous les alluvions du Dardaillon. Le nouveau site se place en bordure du tracé restitué. II donne plus de poids à cette interprétation et conforte la datation du chemin au Haut‑Empire.

29 – HAUTEURS DE CADOULE habitat gallo‑romain (Lunel‑Viel)

Habitat (section E 2, parcelle 162 A, site LV 029).
1 Superficie : 0,5 ha.
2 Type de sol : limoneux, sur sol marneux.
3 Type de terroir : légère éminence en bordure de la zone alluviale du Dardaillon‑est.
4 Matériaux de construction : tuiles, moellons de calcaire dur, mortier, tubulus.
5 Mobilier : sigillée sud‑gauloise, africaine de cuisine, commune calcaire à engobe gris, commune calcaire, sableuse ; amphore gauloise.
6 Occupation : années 50‑120 de n.è.
7 Distance à la voirie : au carrefour du chemin des Horts (voie no 2) et de la Carrière Vautière (compoix de Lunel‑Viel).
8 Nombre de chemins menant au site : 4.
9 Distance aux autres sites contemporains : Cros des Anèdes II, 0,45 km à l’est ; Aube de Servière, 0,5 au sud‑ouest ; Pont Trinquat, 0,9 au sud ; Lunel‑Viel, 1 au nord.
10 Relations linéaires avec les autres sites : 2.
11 Influence sur le paysage : aucune.
12 Activité : aucun indice.
13 Statut social : habitat dispersé, apparemment dépourvu de décoration.

Annexe 2 : index toponymique de la commune de Lunel‑Viel et de ses abords

Anèdes, Cros des (LUN) – occ. anède : poule d’eau, cane ; occ. cros : creux, silo, dépression, ou déformation de l’occ. crotz : croix. La tradition orale atteste la présence, à cet endroit, d’une zone humide où l’on chassait le gibier d’eau ; on peut donc comprendre le toponyme au sens de dépression.

Arboras (LA) – lat. arborem : arbre (Hamlin : 13).

Aube de Servière (LV) – occ. auba, alba : peuplier blanc (Alibert : 91).

Aubettes, les (SJU) – Id.

Baisses du Berbian (LA) – occ. baissa : dépression, cuvette.

Baraques, les (VER).

Baron, Mas de (VAL).

Bégude, la (LV) – occ. : abreuvoir (Alibert : 152).

Berbian, le (LA), Verbron (Cassini), Gentilice – lat. Barbius : domaine gallo romain ? (Hamlin : 40).

Birobiro (SJU) – déformation de viro‑viro (de l’occ. virar : tourner) : tourniquet. Dans ce parcellaire de conquête, à la morphologie particulière, caractérisée par une juxtaposition serrée de parcelles étroites connectées à la rive du Dardaillon, le toponyme peut rendre compte des multiples aller et retour imposés à l’attelage de labour.

Blanc, Mas (VER) – anciennement Mas de Viala (Cassini).

Bonnet, Pioch (LUN).

Bon Vin, le (LV).

Bouffies, les (LUN) – occ. bofia : creux, grotte ? Improbable ici.

Bouisset (VAL) – occ. boisset, du lat. buxum : lieu couvert de buis (ou de bols ?).

Bouquet (LV) – occ. bosquet, ancien nom du mas des Caves (Cassini : Nourrit). Bourgidou (VAL) ‑ occ. borg + dimin. – eton : petit bourg, faubourg (invraisemblable ici).

Bramefan (LV).

Bramefer (LV) – occ. brama ferre (cadastre 1812) : « fer qui chante », terre rude qui demande beaucoup de travail et use les outils (Alibert : 176).

Broussier, Truc (LV) – occ. bruc, brusc : broussaille, bruyère.

Broute (LUN).

Bruguière, Bruyère, la (VER, SCH) ‑ id.

Bugadière, la (LV) – occ. bugade : lessive, lavoir.

Cadoule, Mas de (LV, SJU) – Cadolle dit Tasque (Cassini) ; nom de famille ? (Hamlin : 67).

Camp Miaulaire (LV, LUN) – Champ des miaulements (Alibert : 493) ; hypothèse douteuse : sans doute champ des mules (miaule, gallicisme en Languedoc oriental).

Caniès, le (LV) – occ. canier : lieu planté de cannes, roseaux cultivés.

Carrière Basse (LV) – chemin bas.

Cartairade, Cartairades (SJU) – occ. cartairade, quart de séterée : unité de mesure agraire.

Castan, Mas de (LUN) – occ. castanh : châtaignier (ou nom de famille ?).

Caves, Mas des (LV) – caves : grottes.

Cazals, les (VAL) – occ. casal : maison, enclos.

Chapelle, la (VAL).

Clergues, les (VAL) – occ. clergue : clerc (possession ecclésiastique?).

Combe, mas de la (VAL).

Conques, les (LA) – vallon, bas‑fond (Hamlin : 115).

Coquillon (LA) – Lieu où les coquilles abondent (calcaire coquillier, fossiles ?).

Costabelle (LV).

Courrens, les (LV) – occ. corent : courant (eaux courantes).

Crosasses, les (LV) – (cf. Anèdes, Cros des).

Dardaillon‑est, ouest (LV, SJU) – occ. dardaioun : petit ruisseau (Mistral, TdF) ; Ard : cours d’eau, peut‑être préromain (Hamlin : 131).

Dardaillon Méjean (SJU) – occ. miega : milieu, Dardaillon du milieu.

Devèze, la (VER) – occ. deves : pâturage ou bois communal, usage réglementé (français défens) ; Jachère, friche (Hamlin : 133).

Endrausse, Endraoussa (LUN, SJU) – occ. draussa : sentier (Alibert : 303) ; en draussa : sur le chemin.

Farges, la Tour de (LV) – farges : forge ? (plan cadastral de 1812 : Fargues).

Fesc, le (SJU) – lat. fiscum, occ. fesc : domaine du roi, de l’église (carolingien), ou plutôt péage sur les grandes routes ou aux approches des lieux les plus importants (Hamlin : 153‑154). Noter ici la proximité de la route Mauguio‑Lunel et du Pont Trinquât.

Fontcendreuse, Font de Montels, Font de Nabrigas (LV), Fonts, les (SJU) ‑ occ. font : source.

Forets, les (SJU).

Fosse, Mas de (VER) – creux, cuvette.

Fournels, les ; les Petits (LV, LUN) – occ. fornel : four à écobuage (Alibert : 407 ; Hamlin : 162).

Gachon, mas de (LV) – occ. agachon : guetter, voir loin.

Garrigous, Garrigue du Mas de Simon, Garrigue de Nabrigas, Garrigue du Gour de la Sau (ou la Sel) (LV) ; Garrigues, las, les (VAL, LV).

Gour de la Sau (LV) – occ. gorg : trou d’eau (lieu de baignade jusqu’à la dernière guerre).

Grand Gorge, la (LV) – grotte, cavité.

Grezet, lou ; Grès, le (LV) – occ. : terrain pierreux.

Hauteurs, Hauterres, Hauteurs du Mas de Cadoule (LV, SJU).

Horts, les (LV) – lat. hortum ; occ. ort : grand jardin potager (Hamlin : 190‑191).

Jasse de Reboul, la (LV), les Jasses (VAL) – occ. : bergerie.

Joncasse, la (LV) – occ. Joncassa : lieu marécageux ou poussent les joncs.

Juliane, la (LA).

Lansargues. Gentilice – lat. Lantius + suffixe : anicis : domaine gallo‑romain ? (Hamlin : 201).

Lunel‑Viel – Lunello : hydronyme prélatin ? (Hamlin : 217).

Mascarades (SJU).

Montels, Font de Mortels (LV).

Moulin à vert (LV).

Méjean (LUN) – occ. miega : milieu.

Miaulaire, Camp (LUN, LV)

Mourgues, Mas des (LUN) – occ. morga : religieuse ; dépendance du monastère de Saint‑Geniès‑des‑Mourgues.

Nabrigas (LV) ; La Brigas (Cassini).

Olivettes, les (VAL).

Paché, Mas de (LUN).

Pagès, Mas de (LV).

Parpayols, les (LV) – occ. : papillons ; surnom des huguenots.

Patience, la (LV).

Pelets, les (LV) – occ. pelât : pelé, dépourvu de végétation ; peut‑être un toponyme de défrichement.

Péras, le (VAL) – occ. peyre, peyras : pierre, pierreux.

Pierrefeu (LV) – présence de silex ?

Port neuf (LV).

Pont Trinquât (SJU) – occ. trencat : coupé, cassé, en ruines (Hamlin, 395).

Port, les Trois (LV).

Pouzet, le (SJU) – occ. potz + dimin. ‑et : petit puits.

Régine (LV) – lat. et occ. regina : reine ?

Rocs, les (LV).

Roubiaures, les ; Roubiaure, de Roux (LV), Rouvergues, les (VAL) – déformations probables de Rouvière : lieu planté de chênes.

Roucagnier, le (LV) – occ. roquat : rocheux.

Roussels, les (LV) – occ. les rouges ; tènement au sol rouge.

Saint‑Just.

Saint‑Paul, Saint‑Paou (LV).

Sainte‑Aubine (VAL) – hagionyme douteux : occ. Alba, Auba : peuplier blanc.

Sainte‑Catherine (LV, LUN).

Sallèle (LV) – lat. salla : maison seigneuriale (Hamlin : 362) ; exclu dans ce cas.

Sau, Gour de la (LV) – occ. sel.

Sommières, chemin de (VAL, SJU).

Tacaudin (LUN) – étym. obscure.

Tasque; Tasques, les (LV, SJU, VAL, LA)  lat. tascum : redevance.

Terres Noires (GEN).

Terres Primes (LV) – terres défrichées ?

Teyssière, la (LV) – occ. tais : blaireau.

Valergues ‑ surnom lat. Varus + suff. ‑ anicis : Varanicas (C. An. : 242) ; domaine gallo‑romain ? (Hamlin : 404).

Viala, Mas de (VER) – ancien nom du Mas Blanc (Cassini).

Viredonne (VAL, LA) ; Veridonna (C. Magal. II : 502) – étym. obscure (Hamlin : 418).

Abréviations

GEN : Saint‑Geniès‑des‑Mourgues
LA : Lansargues
LUN : Lunel
LV : Lunel‑Viel
SCH : Saint‑Christol
SJU : Saint‑Just
VAL : Valergues
VER : Vérargues
étym. : étymologie
occ. : occitan
lat. : latin

Notes

1 L’étude des 540 sépultures fouillées à Lunel‑Viel (nécropoles du Verdier, des Horts, de l’Eglise) est en cours sous la direction d’Eric Crubézy, laboratoire d’Anthropologie de l’université de Bordeaux.

2 Logiciel créé par J.‑J. GIRARDOT : Anaconda, Cahiers du Séminaire Universitaire de Recherches Floues du Laboratoire MIS, 1,1982, université de Franche‑Comté, Besançon. Ce logiciel peut être fourni, à la demande, aux chercheurs utilisant un micro‑ordinateur APPLE ou PC (s’adresser à J.‑J. Girardot, laboratoire MIS, faculté des Lettres et Sciences humaines. 30, Rue Mégevand, 25030 Besançon cedex – France).

3 Elle a été réalisée avec le logiciel ANACONDA (J.‑J. Girardot), grâce à un programme élaboré à partir des algorithmes de M. ROUX, créateur du logiciel DATAVISION : Algorithmes de classification, Masson, Paris, 1985.

Table des illustrations

Légende FIG. 1 – Localisation du Lunellois (encadré) en bas‑Languedoc oriental. 1 Ambrussum : 2 agglomération de Lunel‑Viel.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39398/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende FIG. 2 – Le site : relief et hydrographie. Localisation des secteurs autour du village. 1 habitat gallo‑romain jusqu’au IIIe s. ; 2 habitat tardo‑romain ; 3 village médiéval. Sites environnants : 4 stations préhistoriques ; 5 habitats gallo‑romains ; 6 nécropoles gallo‑romaines ; 7 habitats médiévaux ; 8 nécropoles médiévales.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39398/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende FIG. 3 – Polygones des habitats des Ier et IIe s. 1 agglomération de Lunel‑Viel (superficie : 4 ha) ; 2 habitats de 0,5 ha à 1 ha ; 3 habitats de moins de 0,5 ha.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39398/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Légende FIG. 4 – Polygones des habitats des Xe‑XIe s. 1 Arboras ; 14 Lunel‑Viel ; 17 Montels ; 23 Saint‑Just ; 24 Saint‑Paul ; 28 Valergues ; en pointillé, limites de la commune de Lunel‑Viel.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39398/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende FIG. 5 – Le village actuel (le bâti est hachuré) et l’habitat gallo‑romain (délimité par le pointillé ; la limite nord vers le village n’est pas connue). 1 secteur thermal ; 2 quartier d’habitat ouest et zone agraire ; 3 quartier central ; 4 maisons et jardin du quartier sud ; 5 Chemin du Verdier (camin Romieu) ; 6 nécropole du Verdier ; 7 habitat du Verdier nord ; 8 zone agraire et nécropole des Horts ; 9 Chemin des Horts, en direction de l’étang de l’Or ; 10 noyau du village médiéval : quartier de l’église et cimetière médiéval ; 11 au bord du Dardaillon‑est, une photo aérienne révèle les bras fossiles de la rivière (trame pointillés) ; les flèches soulignent les axes de circulation antiques. Plan digitalisé par S.I.T.O.P. (Besançon) à partir du fond cadastral, de clichés IGN et des relevés de fouilles.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39398/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 130k
Légende FIG. 6 – Analyse morphologique du village et de ses abords. A L’agglomération gallo‑romaine ; B nécropole du Verdier ; C zone agraire et nécropole des Horts. Légende des trames : 1 structures archéologiques identifiées par la fouille ; 2 noyau du village médiéval ; 3 quartier de l’église et cimetière médiéval. Dans le cartouche : structure en îlots du nucléus villageois médiéval ; la parcelle tramée correspond à remplacement du cimetière de 1812. Relevé du parcellaire réalisé à partir du plan cadastral contemporain de Lunel‑Viel, corrigé avec les informations livrées par le plan cadastral napoléonien (1812) ; on a marqué d’un trait plus épais les limites parcellaires isoclines avec la centuriation Sextantio‑Ambrussum et celles qui fossilisent des chemins disparus ; les tracés en tirets correspondent à la structure de la centuriation restituée et à ses subdivisions hypothétiques ; on a indiqué de la même façon le tracé de la voirie en 1812, lorsqu’il diverge de manière significative du tracé actuel.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39398/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Légende FIG. 7 – Plan général de l’habitat gallo‑romain : – quartier ouest : 1 bassin thermal ; 2 palestre ou basilique ; rue au sol bétonné ; îlot d’habitations ; 5 mur monumental ; 6 clôture agraire ; – quartier central : 7 réseau d’égout ; 8 voie empierrée ; 9 bâtiment artisanal ; 10 demeure à sol mosaïqué ; 11 chemin creux des Horts ; – quartier est : 12 chapiteau monumental découvert au XIXe s. ; – quartier sud : 13 espace agraire Cardin ?) ; 14 habitation ; 15 chemin du Verdier ou Carriérasse ; 16 route de Saint‑Just. Les zones urbanisées non fouillées sont hachurées ; les pointillés marquent les secteurs non bâtis et/ou à vocation agraire.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39398/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende FIG. 8 – Le Verdier : la nécropole et les voies. Localisation des fouilles (les secteurs sont numérotés en petits caractères, les pointillés marquent l’emplacement des stratigraphies) ; – voie nord‑sud : 22 sol empierré, bordé par le fossé 50 (secteurs 22 à 26) ; 21 mur de terrasse (secteur 11) ; – voie de la Carriérasse : 15 sol empierré bordé par le fossé 100 (secteurs 14 à 21) ; le secteur 27 est 25 m à l’est du secteur 21 ; le secteur 28 se trouve dans l’angle nord‑est de la parcelle, au bord du lit actuel du Dardaillon.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39398/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende FIG. 9 – Le Verdier : coupe de la voie nord‑sud et de l’aménagement en terrasse (secteurs 8 à 12 ; la coupe est raccourcie de 5 m entre la voie et le mur 21).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39398/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende FIG. 10 – Le Verdier. A la coupe du secteur 27 révèle la structure de la voie antique et l’évolution de ses abords ; très comparable à celles des secteurs 17 et 21 (fig. 8), cette stratigraphie montre cependant une plus forte érosion des fossés (88/91 au sud. 94/95/96 au nord) dont le profil très évasé semble attribuable à une circulation d’eau plus intense qu’aux abords de la nécropole. De même l’épaisseur des dépôts limoneux (86, 88, 89, 94) souligne le rôle de la rivière dans le façonnage du paysage ; B log stratigraphique en bordure du Dardaillon (secteur 28) ; C schémas évolutifs de la voie et de ses abords (secteur 27).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39398/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende FIG. 11 – Le Verdier. Fait 21 : (fig. 8) le mur de soutènement et l’aménagement en terrasse.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39398/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende FIG. 12 – Les Horts : plan général des structures antiques (en grisé et en noir ; 12, 19 et 20 trous de plantation) et de la nécropole ; l’emplacement de la coupe stratigraphique est indiqué par un tireté ; 8 trou de plantation moderne ; 17 muret, appartenant peut‑être à un enclos funéraire.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39398/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Légende FIG. 13 – Les Horts : coupe est‑ouest du secteur nord, entre le fossé 1 et le Chemin des Horts. Couche 0 : sol superficiel remanié ; fossés 1, 2 et 5 : colluvionnement d’utilisation (en noir au fond) et remblai dans la partie supérieure ; dépotoir 3‑4 : limon brun‑gris, riche en matières organiques et en déchets domestiques ; fossé 22 : parois obliques, comblement meuble récent, ce fossé fonctionnait encore au milieu du XXe s. ; couche 24 : empierrement de la chaussée antique ; couche 25 : paléosol brun limono‑argileux, altéré en surface (rares inclusions de nodules de tuile, de graviers et d’éclats de calcaire) : tranchée 26 : adduction d’eau actuelle ; fait 28 : alignement de grosses dalles (fragments de sarcophage, éléments de seuil, moellons) bordant le chemin à l’ouest (noter la dénivellation entre la parcelle 28 et la parcelle 94, vestige probable d’un ancien aménagement en terrasse) ; fossé 30 : fossé latéral de la voie antique, comblement par colluvionnement (limon argileux lessivé), incluant au fond des nodules calcaires (en noir) ; sol 31 : niveau actuel du chemin ; T. 125 : tombe du VIe s., creusée dans la couche 25 et le niveau supérieur remanié.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39398/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende FIG. 14 – Les Horts. Intersection des fossés 1 et 6, recoupés par la tombe 3 (fig. 12), sarcophage en calcaire ; au premier plan le fossé 1 est comblé de gravats.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39398/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende FIG. 15 – Les Horts. Fait 20 (fig. 12) : trou de plantation (à gauche) recoupé par une sépulture du VIe s. (à droite).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39398/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende FIG. 16 – Lunel‑Viel. Quartier ouest : vue de la clôture 209 et du sol 217.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39398/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende FIG. 17 – Carte synthétique du Lunellois occidental : hydrographie et structure agraire. – En bleu : le réseau hydrographique (cours d’eau, fossés et réseau de drainage). – En noir : l’habitat antique et médiéval disparu (pour l’identification des sites, signalés par un numéro, se reporter à la fig. 39) et la centuriation Sextantio‑Ambrussum (limites restitués et parcellaire actuel isocline) ; DM decumanus maximus (la voie Domitienne) KM kardo maximus. – En rouge : les zones d’épandage agraire daté de l’Antiquité et du Moyen Âge (pour leur identification, se reporter au tabl. I p. 195). (D’après les levés topographiques de la CNARBRL).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39398/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 217k
Légende FIG. 18 – Carte synthétique du Lunellois occidental : pédologie et morphologie agraire (on n’a cartographié que les unités de sols en rapport avec l’habitat et les zones d’épandage). – En noir : l’habitat antique et médiéval disparu (pour l’identification des sites, signalés par un numéro, se reporter à la fig. 39) ; l’habitat pérenne, localisé par le symbole de l’église, orienté ; le parcellaire et la voirie isoclines avec la centurfation Sertantio‑Ambrussum. – En trame bleue : les unités de sols. 1 sols peu évolués, d’apport alluvial, calcaires, à forts caractères d’hydromorphie, limoneux ou limono‑argileux (12) : 2 sols bruns calcaires peu épais, limono‑sableux ou sableux (19), et sablo‑argileux, caillouteux (20) ; 3 sols bruns calcaires épais, sur accumulation calcaire de sois fersiallitiques tronqués (23). – En trame rouge : les sols fersiallitiques. 4 sols fersiallitiques limoneux, souvent recarbonatés (38) : 5 sols fersiallitiques faiblement lessivés, limono‑argilo‑sabteux (42) : 6 sols fersiallitiques très lessivés, à pseudogley plus ou moins développé, limono‑sableux (47) et sols fersiallitiques très lessivés, très épais, à pseudogley sableux, sur cailloux siliceux rhodaniens des hautes terrasses du Quaternaire moyen (50). (D’après la carte IGN à 1/25 000, 1981 et les données de la carte pédologique de l’INRA. à 1/100 000 [Arnal 1984]).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39398/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende FIG. 19 – Carte à grande échelle de la morphologie agraire isocline avec la centuriation antique : quart nord‑ouest (d’après le plan napoléonien). 1 limite communale ; 2 itinéraire d’origine antique et médiévale ; 3 limes de centuriation restitué ; 4 limite parcellaire isocline avec la centuriation ; 5 chemin isocline avec la centuriation ; 6 cours d’eau, fossé (en pointillé, les tracés fossiles) ; 7 nombre d’actus entre une limite et un limes ; 8 anomalie parcellaire induite par un site disparu ; 9 agglomération contemporaine (extension du bâti au début du XIXe s. ; 10 parcelle en bois‑taillis au début du XIXe s. ; 11 restitution de l’espace boisé originel, en voie de défrichement.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39398/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Légende FIG. 20 – Carte à grande échelle de la morphologie agraire isocline avec la centuriation antique : quart nord‑est (d’après le plan napoléonien).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39398/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 187k
Légende FIG. 21 – Carte à grande échelle de la morphologie agraire isocline avec la centuriation antique : quart sud‑est (d’après le plan napoléonien).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39398/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 191k
Légende FIG.22 – Carte à grande échelle de la morphologie agraire isocline avec la centuriation antique : quart sud‑ouest (d’après le plan napoléonien).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39398/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende FIG. 23 – Anomalie phytographique révélant le tracé du kardo KE 5 (dessin d’après un cliché de G. Chouquer, 26 juin 1986 : no 86.6.26.7.14). 1 trace du limes ; 2 Chemin du Verdier, ancien camin romieu ; 3 emplacement de la nécropole tardive ; 4 Chemin Bas de Lunel‑Viel à Lunel ; RN 113, ancien Grand Chemin de Montpellier à Nîmes ; 6 habitat du milieu du IVe au VIe s.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39398/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende FIG. 24 – Relevés des limites parcellaires isoclines avec la centuriation antique. Relevé no 1: 15 centuries de la zone lagunaire (rangées DS X et XI, de KE I à KE VIII) ; relevé no 2 : 16 centuries de la plaine littorale, entre 2‑3 m et 5‑6 m NGF (rangées DS VIII et IX, de KE I à KE VIII) ; relevé no 3 :16 centuries de la plaine littorale, entre 5‑6 m et 7‑9 m NGF (rangées DS VI et VII, de KE I à KE VIII) ; relevé no 4 : 16 centuries de la « côte lunelloise » , entre 7‑9 m et 10‑16 m NGF (rangées DS V et IV, de KE I à KE VIII) ; relevé no 5 : 16 centuries du contact entre la plaine et le piedmont de la garrigue, de 16 m à 55 m NGF (rangées DS II‑III, de KE I à KE VIII) ; relevé no 6 : 16 centuries du piedmont de la garrigue, de 25 m à 55 m NGF (rangées DS I‑DN I, de KE I à KE VIII).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39398/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende TABL. I  A zones d’épandage ; B fichier des données soumises à l’analyse.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39398/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Légende FIG. 25 – Graphes d’AFC : zones d’épandage antique et médiéval. a plan 1‑2 ; b plan 2‑3.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39398/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende FIG. 26 – Arbre de classification.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39398/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende FIG. 27 – Les voies : itinéraires attestés par les fouilles, les textes, la toponymie ou suggérés par la morphologie. 1 via Domitia ; 2 Chemin de la Bruyère à Saint‑Just ; 3 Chemin de Montels ; 4 Chemin de Cabrières ; 5 Carriérasse/camin Romieu : 6 Chemin de Lansargues à Saint‑Paul ; 7 Chemin de Mauguio à Lunel (camin Salinié ?) ; 8 Chemin Vieux de Montpellier à Nîmes. (Les sites sont marqués d’un triangle ; la ligne pointillée restitue le rivage lagunaire antique supposé).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39398/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende FIG. 34 – Quartier central : coupe est‑ouest du chemin creux dans le secteur 1. Couche 1000 (0 sur le dessin) : niveau de pédogénèse post‑médiéval, remanié au sommet par les labours récents ; au‑dessus du sol 3005, on note une texture plus meuble correspondant à un comblement plus tardif ; le chemin moderne est donc encore creux par rapport à la topographie environnante ; sol 1005 : niveau argilo‑sableux chargé de gravillons, compacté et bombé au centre ; surface damée et usée par la circulation, mais on n’observe aucune ornière ; datation : période moderne, altéré en surface au début du XXe s. ; sol 1007‑1009 : radier de cailloux (1009, hors de la coupe) et sol argileux couvrant le paléosol 1015 et nivelant le sommet du mur 1010 ; datation : 2e moitié du Is. ; remblai 1008 : puissant apport de terre limoneuse mêlée de cailloutis et de gravats (fragments de tuile, de mortier et de poterie) ; surface bosselée mais damée et utilisée comme niveau de chaussée ; datation : 2e moitié IVe s. ou début Ve s. ; murs 1010 et 1014 : murs à un seul parement de moellons de calcaire sommairement équarris, disposés en assises irrégulières et liés à l’argile (fig. 36) ; complétés par un bourrage d’éclats, ces murs de soutènement s’adossent contre le sol géologique décaissé ; datation : voir 3007 ; colluvions 1011 et 1013 : fins dépôts de sable (1011) et d’argile (1013) flottés, provenant du ruissellement contre les murs 1010 et 1014, recouvrant partiellement le sol 1012 ; datation : aucun mobilier, mais contemporain du fonctionnement de la voie avant le remblai 1008 ; sol 1012 : galets et graviers liés par un limon Jaune adhérent ; sol très damé et compact, creux au centre mais ne présentant aucune ornière ; l’aspect de cette chaussée, polie en surface et colmatée dans les interstices par du sable fin, révèle une intense circulation d’eau ; un chenal d’écoulement est bien marqué du côté ouest, près de la couche 1011 ; datation : 2e moitié du Ier s. ; paléosol 1015‑1016 : limon argileux dont la partie superficielle est remaniée lors de la création de la voie ; sol 1027 : limon argileux chargé d’éclats de tuile et de pierre, remaniant la couche 1015, surface bombée mais damée ; sol topographique entre le chemin creux et le bâtiment artisanal voisin ; datation : mobilier hétéroclite révélant une longue utilisation et un lent exhaussement entre le Ier et le IVe s. ;colluvion 1044 : limon chargé de charbons de bois et de nodules de terre rubéfiée, colmatant le bas‑côté du sol 1045 ; colluvionnement résultant du ruissellement sur la chaussée ; empierrement 1046 : tranchée de destruction du mur 1014 ; comblement de terre sablo‑limoneuse chargée de gravats ; datation impossible à établir faute de mobilier, mais l’épierrement est préalable à l’installation du sol 1045.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39398/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende FIG. 35 – Quartier central : vue du mur de soutènement 1014.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39398/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende FIG. 36 – Quartier central : vue du sondage sur le chemin creux.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39398/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende FIG. 28 – Le Verdier : plan et coupe de la voie antique dans le secteur 21. Couche O : humus et terre arable, mobilier archéologique rare et récent ; sol 1 : sol de galets et d’éclats de calcaire liés par un limon argileux, texture irrégulière remaniée partiellement par les labours ; mobilier : quelques fragments de céramique glaçurée post‑médiévale ; couche 2 : mortier désagrégé et éclats de calcaire englobés dans un limon brun ; il s’agit du niveau de démolition du mur 4 : couche 3 : recharge de galets et de gravillons liés par un limon sableux colmatant une cuvette du sol 5/8 : damée et compactée, cette poche s’intègre au sol de circulation ; mobilier : 26 fragments (amphore gauloise, amphore fuselée, commune sableuse) rattachables sans précision au Haut‑Empire ; mur 4 : mur en pierre sèche large de 0,5 m et conservé sur deux assises d’élévation au‑dessus du sol 6, parements de moellons de calcaire dur grossièrement équarris, blocage interne d’éclats et de limon brun ; la partie supérieure était liée au mortier, il n’en subsiste que quelques négatifs de moellons dans des blocs de liant ; la fondation, parementée de la même façon, repose sur un radier de 10 cm, posé lui‑même au fond du fossé 24 : aucun mobilier ; radier 5 : couche compacte de blocs de calcaire dur non taillés (de 10 à 30 cm), disposés sans ordre ; l’ensemble est lié par un gravillon sableux très adhérent ; aucun mobilier ; sol 6 : limon gris compacté par tassement ; colmatant le sommet du fossé 24, cette couche constitue sur le bas côté de la voie le sol contemporain du mur 4, contre lequel elle s’appuie ; aucun mobilier ; couche 7 : niveau de pédogénèse couvrant le comblement du fossé 24 au sud du mur 4 ; de texture légère et aérée, il semble remanié par les cultures avant d’être partiellement recouvert par la couche 2 ; aucun mobilier ; sol 8 : empierrement compact hétérogène englobant des blocs de calcaire dur (20 à 40 cm), des éclats, des passées de gravier ou de sable jaune, des poches de tessons d’amphore recassés par tassement ; surface damée ne présentant aucune ornière ; mobilier : 513 fragments rattachables au 3e quart du Ier s. (sigillée sud‑gauloise, paroi fine, commune calcaire, commune sableuse, amphore fuselée, amphore gauloise, amphore bétique, dolium) ; couche 9 : limon sableux compacté par tassement ; établi sur le sol vierge, ce niveau constitue le soubassement de la voie ; mobilier rare constitué par quelques fragments d’amphore au contact de la couche 8 : fossé 24 : large au sommet de 1,4 m et profond de 0,7 m, parois évasées et fond plat ; il recoupe les couches 3 et 9 et appartient de ce fait à un réaménagement postérieur à la création de la voie ; il est comblé d’argile grise compacte, sans aucun mobilier.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39398/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Légende FIG. 29 – Le Verdier : plan et coupe médiane du secteur 17. Mur 13 : tranchée de fondation d’un mur en pierre sèche dont subsiste une assise de base ; établi à travers le sol 15, ce mur scelle l’abandon de la voie antique, tout en s’alignant rigoureusement sur le même axe ; il est en grande partie épierré et n’a livré aucun mobilier ; sol 14 : recharge de gravier compacté ; aucun mobilier ; sol 15 : équivalent du sol 5 sur la coupe 1 ; sol 23 : limon‑argileux d’origine colluviale, tassé et utilisé comme sol de terre sur le bas‑côté de la voie ; recouvre le comblement du fossé 100 et le bord de l’empierrement de la voie ; mobilier : amphore africaine, céramique commune, 1 monnaie constantinienne ; sol 28 : niveau sous‑jacent constitué par un gravier compacté plus fin que le sol 15 ; surface régulière présentant des traces d’utilisation ; fossé 98 : premier état du fossé, colmaté par un colluvion limono‑argileux homogène, très voisin du paléosol par sa texture et sa densité ; aucun mobilier mais on peut le rattacher au premier état de la vole (sol 28) : comblement 99 : limon plus clair, correspondant à une seconde phase de colmatage du fossé, très difficile à distinguer du comblement 98 ; au nord, la couche déborde du fossé et recouvre le paléosol sur un à deux mètres, en s’amincissant progressivement ; aucun mobilier ; fossé 100 : recreusement du fossé à travers les couches 98, 97 et 99 ; large de 1,2 m, profond de 0,6 m, fond creux et parois obliques irrégulières sur le côté sud ; comblement de colluvion limoneux, aucun mobilier, mais il se rattache au second état de la voie (sol 15).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39398/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende FIG. 30 – Le Verdier : le sol de la voie recoupé par la fondation du mur 13 (secteur 17).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39398/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende FIG. 31 – La Carriérasse dans le quartier central : plan et schémas évolutifs. Dans la moitié droite du plan, une fenêtre ouverte dans le sol 4 permet d’observer le mur 24. Par commodité graphique, les premiers chiffres désignant le secteur de fouille pour chaque unité stratigraphique (30 ou 300 pour secteur 3) ne sont pas reportés sur les fig. 32 et 33 ; on lira donc 3024 pour secteur 24, etc. Silos 3032, 3033 et 3038 : fosses circulaires à parois évasées vers le bas, fond plat, diamètre 80 à 100 cm, profondeur conservée 50 à 70 cm ; le silo 3032 recoupe le mur 3037 ; datation difficile à établir à cause de la rareté du mobilier : Ve ou Xe‑XIe s. ; sol 3034 : sol de terre battue épais de 10 à 15 cm, présentant une surface régulière et damée ; recouvre les murs et le sol 3004 dans l’extrémité occidentale de la voie ; datation : IVe‑Ve s. ; sol 3035 : la surface du paléosol 3008 est ponctuellement nivellée et damée aux alentours d’un foyer lenticulaire ; ce sol, taché de cendre et de charbon de bois, n’est associé à aucune structure d’habitat et correspond probablement à une aire d’activité de plein air ; datation : ve s. ; mur 3037 : lié aux murs 3005 et 3010 par des moellons formant chaîne d’angle, Il appartient au second état de la voie ; datation : voir 3005 (fig. 33) ; fossé 1040‑1041 : large de 1,2 m au sommet, profil évasé dans la partie supérieure, se resserrant au fond en un canal étroit de 30 à 35 cm à parois verticales ; profondeur totale 75 à 80 cm (profil analogue au  0 des Horts, fig. 13) ; comblement en deux temps : d’abord un colluvionnement d’utilisation (couche 3041) correspondant au premier état de la voie, puis colmatage par remblai pierreux (couche 3040) lors de l’élargissement de la voie et de la construction du sol 3004 ; dans ce second état, le fossé, malgré son comblement, assure encore une fonction de drainage car la surface de 3040 est en léger contrebas du sol de la chaussée ; datation : 2e moitié du Ier s. Pour les autres unités stratigraphiques mentionnées sur les plans, voir fig. 33. Schémas évolutifs : état 1 : seconde moitié du Ier s. ; état 2 : IIe s. (2e moitié ?) ; état 3 : IVe s. ; état 4 : à partir du Ve s.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39398/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Légende FIG. 32 – Quartier central : coupe de La Carriérasse dans le secteur 3 et schémas évolutifs. Les datations sont fondées sur l’inventaire des céramiques, en cours d’étude. Certains niveaux n’ont pas livré un mobilier suffisant pour asseoir une datation intrinsèque mais sont datés par la stratigraphie. Remanié 3000 : niveau de remaniement général lors de l’abandon du quartier, avant la reprise de la pédogénèse ; datation : IXe‑Xe s ; couche 3002 : début de la pédogénèse marquant l’abandon de l’entretien de la voie ; datation : postérieure au Ve s. ; empierrement 3003 : niveau de chaussée comportant un radier de gros éclats de calcaire tendre disposés en hérisson (épaisseur 12 à 15 cm), supportant une chape de mauvais mortier de tuileau, peu adhérent ; surface horizontale damée, sans ornière ; recouvre le mur 3005 ; datation : IVe ou Ve s. ; empierrement 3004 : niveau de chaussée constitué par une chape de mortier de tuileau, reposant sur un puissant radier de gravier et de sable jaune compactés, avec encore par endroits des passées de mortier ; la surface est horizontale et ne présente aucune ornière ; cette couche, épaisse de 20 cm, masque les assises de fondation du mur 3005 qui s’intègre au même état de la voie ; datation : IIe s. ; mur 3005 : parements de moellons équarris disposés en assises horizontales et liés par un mortier rose très adhérent ; le blocage interne est formé de gros éclats de taille liés par un mortier analogue ; épaisseur régulière de 53 à 55 cm pour l’élévation, 66 à 68 cm pour la fondation ; code‑ci repose sur un solide radier d’éclats disposés en hérisson et liés au mortier ; datation : contemporain de 3013 ; silo 3006 : fosse au contour circulaire, parois concaves rétrécies vers le haut, fond plat ; comblement hétérogène de limon et de cailloutis, incluant quelques déchets domestiques, datation : Xe‑XIe s. ; remblai 3007 : couche de pierres de 20 à 30 cm d’épaisseur comblant une dépression dans le paléosol au sud du mur 3005 ; le remblai s’appuie contre la fondation du mur et s’intègre dans la phase d’élargissement de la voie (cf. sol 3013) ; surface horizontale et damée ayant servi de sol sur le bas‑côté de la voie ; datation : 2e moitié Ier s. ; paléosol 3008 : sol brun argilo‑limoneux, vierge dans l’épaisseur mais comportant au sommet quelques inclusions anthropiques (petits charbons, éclats de tulle) ; cette couche est conservée sous forme de lambeaux sous l’emprise de la voie et apparaît mieux de part et d’autre des murs 3005 et 3010 ; empierrement 3009 : tranchée rectiligne aux parois verticales, fond irrégulier ; comblement d’éclats de matériaux rejetés lors de l’épierrement, très comparable à la couche 3000 qui semble appartenir à la même phase de démolition ; datation : Xe‑XIe s ; mur 3010 : matériaux et structure analogues à ceux du mur 3005 ; il est en majeure partie épierré (3009) ; surface 3011 : pellicule de limon colmatant les irrégularités superficielles des couches sous‑jacentes 3012 et 3013 ; cette surface a été utilisée très brièvement entre l’établissement du mur 3005 et l’installation du sol 3004 ; datation : voir 3023 ;empierrement 3012 : chape de sable verdâtre de molasse et de recoupe calcaire, surface irrégulière mais damée où affleurent ponctuellement de gros blocs de calcaire constituant un radier épais de 20 à 30 cm ; ce sol s’interrompt contre la tranchée d’épierrement du mur 3024 ; datation : voir 3023 ; remblai 3013 : radier de blocs de calcaire dur, s’appuyant contre la fondation de 3005 ; surface grossièrement horizontale mais peu aménagée ; niveau préparatoire à l’installation du sol 3004 ; datation : IIe s. ; remblai 3016 : argile vierge à passées de limon jaune ou gris chargées d’inclusions (tessons, charbons, faune) ; colmatage et nivellement consécutif à la fondation du mur 3005 ; datation : voir 3013 ; remblal 3017‑3018 : fines couches de sable de molasse jaunâtre (3017) ou de limon argileux (3018) comblant progressivement la tranchée d’élargissement de la voie ; la surface de 3018, damée, horizontale et chargée d’éclats de taille, s’apparente à un sol de travail à mettre en relation avec la construction du mur 3005 ; datation : fin Ier ou début IIe s. ; remblai 3023 : puissant niveau hétérogène d’empierrement constitué de gravats : blocs et moellons de calcaire, poches de cendre et de charbon de bois, amas de gros tessons recassés sur place ; il s’agit de la préparation du sol initial de la voie 3012 ; datation : 3e quart Ier s. ; mur 3024 : épierré jusqu’à la base du radier, analogue à celui du mur 3010 ; datation : 3e quart Ier s. ; sol 3025 : limon argileux brun, damé et peu épais, correspondant à la partie superficielle du paléosol remaniée lors des travaux préparatoires de la voie ; la surface est tachée par des nodules de terre rubéfiée et de nombreux charbons de bois diffusés autour d’un foyer lenticulaire partiellement recouvert par le mur 30005 ; malgré la présence de ce foyer et l’abondance du mobilier céramique écrasé sur le sol, aucune structure d’habitat n’est observée ; il s’agit donc d’un sol de travail lié à la construction de la voie ; datation : 3e quart Ier s. ; fossé 3030 : excavation évasée à fond plat, parallèle au mur 3010 ; comblement homogène argilo‑limoneux dû au colluvionnement ; lors de l’élargissement de la voie, le sol 3003 recouvre ce fossé hors d’usage ; datation : voir 3024. Schémas évolutifs : 1 travaux préparatoires, décaissement sur l’emprise de la voie et creusement du fossé 3030 ; le paléosol 3008 est superficiellement anthropisé (schéma 1), puis construction du premier état : remblais 3007 et 3023, murs 3010 et 3024, sol 3012 (schéma 1’) ; le fossé 3030 est progressivement colmaté par colluvionnement ; 2 élargissement : remblais 3013 à 3018, mur 3005, sol 3004 ; 3 nouvel élargissement vers le sud : le mur 3005 est recouvert par le sol 3003 ; 4 (coupe générale) : dégradation par reprise de la pédogénèse (3002), épierrement du mur 3010 et creusement des silos (3006).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39398/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende FIG. 33 – Quartier central : vue partielle de la voie empierrée à son extrémité ouest, limitée par le mur 3037.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39398/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende TABL. II – Tableau des relations des voies avec les sites.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39398/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende TABL. III – Tableau des habitats soumis à l’analyse.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39398/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Légende TABL IV – Tableau des descripteurs des sites.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39398/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende FIG. 37 – Édition de comptage des caractères ; chaque graphique correspond à un descripteur et indique, pour chacune des modalités ou caractère, sa fréquence relative au nombre de sites,
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39398/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Légende TABL. V – Fichier des données soumises à l’AFC.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39398/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende TABL. VI – Tableau sur l’évolution chronologique du peuplement. Les pourcentages de la 1re colonne sont calculés sur la base du cumul des totaux des sites occupés pour chaque période, soit 56 sites.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39398/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende FIG. 391 Traces de fréquentation d’époque républicaine ou augustéenne et répartition de l’habitat du Haut‑Empire, 2 dispersé ou 3 groupé (les numéros des sites renvoient aux notices annexes) ; 4 voies.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39398/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende FIG. 40 – L’occupation du IIIe au VIe s. 1 habitat groupé ou 2 dispersé ; 3 cimetières ; 4 voies.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39398/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende FIG. 41 – L’occupation du haut Moyen Âge. 1 habitat groupé ou 2 dispersé ; 3 cimetières ; 4 voies.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39398/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende FIG. 42 – L’occupation du bas Moyen Âge et de la période moderne. 1 habitat groupé ou 2 dispersé ; 3 cimetières ; 4 voies.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39398/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende FIG. 38 – Matrice ordonnable des sites du territoire de Lunel‑Viel.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39398/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende FIG. 43 – Graphe d’AFC : sites antiques et médiévaux (plan 1‑2).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39398/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende FIG. 44 – Graphe d’AFC : sites antiques et médiévaux (plan 2‑3).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39398/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende FIG. 45 – Arbre de classification : sites antiques et médiévaux.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39398/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende FIG. 46 – Graphe d’AFC : habitat réduit aux seuls sites antiques (plan 1‑2).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39398/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende FIG. 47 – Graphe d’AFC : habitat réduit aux seuls sites antiques (plan 2‑3).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39398/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende FIG. 48 – Arbre de classification : habitat réduit aux seuls sites antiques.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39398/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende FIG. 49 – Graphe d’AFC : sites antiques inférieurs à 1 ha (plan 1‑2).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39398/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende FIG. 50 – Graphe d’AFC : sites antiques inférieurs à 1 ha (plan 2‑3).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39398/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende FIG. 51 – Arbre de classification : sites antiques inférieurs à 1 ha.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39398/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende FIG. 52 – L’habitat du Haut‑Empire des Casais. 1 habitat ; 2 partie résidentielle ; 3 zone de stockage ; 4 Chemin Vieux de Montpellier.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39398/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende FIG. 53 – L’habitat polynucléaire des Baisses du Berbian et d’Arboras, de part et d’autre de la vallée alluviale du Berbian (en pointillé lâche). – Les Conques : 1 habitat VI ; 2 habitat IV ; Les Baisses : 3 secteur d’habitat V ; 4 aire de stockage IV ; 5 secteur d’habitat III ; 6 aire de stockage II ; 7 secteur d’habitat I ; 8 sépultures présumées ; – Arboras : 9 nécropole ; 10 mas actuel ; 11 aire de stockage III ; 12 habitat I. Les routes actuelles sont en trait gras ; les tiretés marquent des chemins agricoles desservant les sites et pouvant avoir une origine antique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39398/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende FIG. 54 – L’habitat du haut Moyen Âge des Parpayols : analyse territoriale ; grisé : quartiers cadastraux des Parpayols et Tasques (commune de Lunel‑Viel), Tasques (Lansargues, Valergues) et Les Tasques (Saint‑Just) ;  tirets : limites communales ; – trait gras : polygone théorique tiré de la fig. 4. : 1 tènement des Clergues ; 2 tènement des Roubiaures ; 3 tènement des Hauteurs de Cadoule (le triangle marque remplacement de la nécropole proto‑médiévale).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39398/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende FIG. 55 – Montels : emplacements successifs de l’habitat, replacés sur le plan cadastral napoléonien. 1 cimetière ; 2 et 6 village médiéval et moderne ; 3 four de tuilier ; 4 habitat gallo‑romain ; 5 église ; 7 bâtiment du xixe s. marqué par trois tours d’angle et occupant le sommet de la colline ; 8 source de la Font de Montels ; 9 carrières ; 10 bois et taillis.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39398/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 37k

Auteurs

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1994

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search