Version classiqueVersion mobile

Le Néolithique du nord-est de la France et des régions limitrophes

 | 
Christine Guillaume

5. Le Rubané de Liège

5 Die Bandkeramik in der Gegend von Lüttich

5 The Rubané of Liege

Marcel Otte

Résumé

Les bonnes conditions chimique et basique de préservation du fond de vallée à Liège ont permis de reconstituer divers aspects de l’environnement, l’économie et la chronologie du Rubané local. L’aspect le plus important est toutefois l’association apparente d’une industrie mésolithique évoluée (trapèzes, feuilles de gui) à quelques tessons non rubanés (Céramique du Limbourg ou de La Hoguette).

Texte intégral

1Une fouille de sauvetage, organisée au cœur même de la ville de Liège par le service national des Fouilles et l’Université de Liège, a permis de retrouver une série de fosses creusées dans le limon alluvionnaire chargé en travertins. Les différentes constructions du Moyen Âge et des Temps Modernes ont nivelé le sommet des dépôts de telle sorte que seules les structures profondes ont été conservées et qu’aucun trou de pieu n’y a été découvert. Les conditions physiques et chimiques de la place (humidité, ph. basique) ont favorisé la conservation des matières organiques telles que les bois brûlés et les ossements.

5.1 Structure des fosses

2De formes très variables comme d’habitude, elles étaient disposées sans agencement interprétable, probablement à cause de l’extension limitée de la surface fouillée (fig. 1). L’une d’elles, d’aspect cylindrique, possédait un remplissage de blocs de terre associés à des galets chauffés. Il s’agit apparemment d’une structure effondrée telle la couverture d’un four (fosse 2, fig. 2).

FIG. 1 – Liège, place Saint‑Lambert, zone orientale : répartition générale des fosses danubiennes (en noir) par rapport à la zone détruite (hachures) et à l’emplacement de l’ancien cours de la rivière, affluent de la Meuse (grisé). On remarque l’emplacement de trous de pieux des cabanes mérovingiennes et l’abside greffée sur le transept oriental de la cathédrale ottonienne (en bas).

FIG. 2 – Coupe des fosses 9 (haut) et 2 (bas). Fosse 9 : 1 terre claire, brune ; 2 terre humifère, noirâtre ; 3 terre brun foncé avec des points blancs ; 4 terre noire humifère contenant de nombreux petits silex ; 5 terre brun foncé ; 6 terre humifère noirâtre ; 7 terre brun rouge ; 8 terre grise remaniée ; 9 terre brun rouge, remaniée ; 10 limon très clair, calcaireux. Fosse 2 : 1a limon brun ; 1 terre limoneuse brun clair et tuf ; 2 terre limoneuse brun foncé contenant du matériel ; 3 terre limoneuse grise contenant des charbons de bois et du matériel ; 4 limon stratifié gris clair ; 5 tuf ; 6 terre limoneuse brun clair ; 7 terre limoneuse brun clair, parfois grise ; 8 limon.

3Une autre, allongée en forme de quille, contenait un remplissage régulièrement stratifié où alternaient les dépôts humides à forte concentration de matériel et les couches limoneuses, nettement moins riches (fosse 9, fig. 2). Les remontages lithiques ont pu s’effectuer entre ces différentes strates montrant bien leur valeur chronologique limitée (Cahen 1984).

5.1.1 Néolithique et Céramique du Limbourg

4Certains des dépôts intermédiaires, apparemment liés aux effondrements successifs des parois, contenaient une concentration particulière de documents mésolithiques mêlés aux pièces omaliennes (= Rubané belge). Le mode de débitage (type Montbani), la technique de retouche, les formes d’armatures (trapèzes, feuilles) indiquent une phase finale de cette période (Gob 1984). Plusieurs cas d’association de ces pièces mésolithiques à de menus fragments de poterie incisée dite » du Limbourg » (Cahen et al. 1981, Rousselle 1984a) ou « de la Hoguette » (van Berg 1990) ont été observés (fig. 3, bas).

FIG. 3 – Céramique omalienne (haut) et tessons de céramique non‑rubanée découverts dans les mêmes fosses, peut‑être en relation avec les silex du Mésolithique final (d’après R. Rousseile).

5L’hypothèse à laquelle nous tenons est que l’industrie mésolithique et ces rares documents céramiques, non danubiens, furent produits par la même population, antérieure de peu à l’installation du Rubané en Belgique et à Liège. Quelques documents lithiques retrouvés dans les limons à la périphérie des fosses démontrent l’existence de cette installation mésolithique dont les vestiges se seraient interstratifiés avec ceux des Rubanés par effondrements successifs des bords des fosses.

5.1.2 L’alimentation

6Le tamisage systématique de l’ensemble du comblement a mis en évidence l’importance de la pêche dans la rivière proche, rarement constatée par ailleurs dans un tel contexte : carpes, tanches, barbeaux, goujons, ont été reconnus par les milliers de menus ossements soigneusement récoltés par les étudiants appliqués ! L’état de croissance des vertèbres indique l’intensité de cet apport alimentaire durant les mois d’hiver (fig. 4). La macro‑faune consommée contenait à la fois des vestiges d’espèces sauvages (Cerf, Sanglier, Chevreuil) et d’animaux domestiques (Ovicaprins, Bœuf ; dét. Cordy 1984). Des graines carbonisées attestent la culture du Blé amidonnier (Rousselle 1984).

FIG. 4 – Répartition des saisons par rapport à l’intensité de conservation de poissons de rivière (d’après J. Desse)

dessin H. Ballade

5.1.3 L’environnement

7Reconstitué par la palynologie (Ileim 1984), la micro‑faune (Cordy 1984) et l’anthracologie (Schoch 1984), il était composé de forêts entrecoupées de prairies humides et le paysage présentait un aspect bocager. Listes des essences déterminées : Chêne (dominant) puis groupe du Pommier (pomadeae), Noisetier, Frêne, Orme.

8L’action de l’homme se marquait sur ce paysage à la fois par l’extension des pâtures mais aussi par la présence de pollens de graminées et de plantes rudérales (liées à l’agriculture) telles que l’Ortie et l’Armoise (Heim 1984).

5.1.4 Datations

9Une série de datations14C fut réalisée à la fois sur charbons de bois et sur collagène d’ossements provenant de différentes fosses. Les deux matériaux ont livré des résultats identiques contrairement à l’appréhension que l’on pourrait avoir de la datation systématique des centres des bois conservés après la consumation des parties externes (tabl. I, dates 14C E. Gilot, U.C. L.).

TABL. I – Datations radiométriques.

10La correction par les récentes tables de calibration donne une date moyenne de 5300 ans avant notre ère. Elles sont toutes apparemment très proches entre elles (fig. 5). Comparées aux autres dates de la région, elles accentuent la possibilité d’une colonisation rubanée par la voie mosane où les âges semblent relativement plus anciens que sur les plateaux (Gilot 1984).

FIG. 5 – Datations 14C calibrées du rubané de Liège comparées aux autres dates des sites proches de Belgique et des Pays‑Bas (d’après E. Gilot).

5.2 Économie de la matière première

11Les blocs de silex de bonne qualité pouvaient être récoltés à proximité du site dans le vallon d’une rivière adjacente à la Meuse. Ils étaient en tout cas ramenés complets sur les lieux de débitage comme l’abondance des plages corticales l’atteste. L’absence des nucléus est remarquable tandis que tous les autres éléments de la chaîne opératoire sont présents dans l’une des fosses interprétée comme un atelier (Cahen 1984). Les remontages montrent le soin et l’élaboration de la mise en forme du bloc préalablement à l’extraction de lames de format rigoureusement standardisé. Les parties proximales indiquent l’utilisation d’un percuteur tendre interposé (punch) comme c’est souvent le cas à cette période. La régularité des lames semble correspondre au souci principal des tailleurs à la fois lors de la mise en forme et lors de l’exploitation du bloc. Cette volonté est sans doute liée à l’importance de l’emmanchement au sens large, tel que la fixation des lames de faucilles (Cahen 1984). Cette nécessité l’emportait donc sur le souci de préciser la forme de l’outil par la retouche.

5.2.1 Traces d’usage et d’emmanchement

12Les fonctions principales suivantes ont été observées sur un échantillonnage très large (Caspart, Gijsels 1984). (fig, 6 ; tabl. II).

FIG. 61 taraud pour le travail du bois ; 2 lame esquillée pour le perçage et le forage du bois ; 3 « quartier d’orange » utilisé pour le rabotage du bois ; 4 grattoirs utilisés sur la peau (réavivage du front à droite) ; 5 et 6 fragments proximaux de lames avec traces d’emmanchement (d’après J.‑P. Caspart et J. Gijsels).

TABL. II – Tracéologie : récapitulation des résultats.

5.2.2 La céramique

13Outre les menus fragments de céramique non rubanée apparemment associés au Mésolithique, la céramique contenue dans les fosses n’avait rien que de très banal : récipients de grandes dimensions, non décorés et à pâte grossière, globulaires plus réduits à décor incisé organisé sur les méandres, les ponctuations et les chevrons (Rousselle 1984a ; fig. 3, haut),

5.2.3 L’outillage osseux

14Exceptionnellement bien conservé, il contenait des poinçons sur métapodes d’ovicaprins, une « estèque » (lame osseuse à profil sinueux et perforé, fig. 7), des extrémités d’andouillers raclés et polis, des tubes en os d’oiseaux. Aucun instrument lié aux activités agricoles ni à la chasse ne fut retrouvé. De menus fragments de bois de Cerfs évidés pouvaient correspondre à des manches ou à des récipients très abîmés.

FIG. 7 – Industrie osseuse rubanée de Liège. 1 ciseau ; 2 poinçon ; 3 tube ; 4 fragment de manche (bois de Cerf) ; 5 estèque ; 6 lissoir ; 7 « gradine » ou peigne à décorer les poteries (cette pièce provient des fouilles de 1907 au même emplacement).

Bibliographie

Bibliographie

Cahen et al. 1981 : CAHEN (D.), CONSTANTIN (G.), MODDERMAN (P.J.R.), VAN BERG (P.‑L.). — Eléments non‑rubanés du Néolithique ancien entre les vallées du Rhin inférieur et de la Seine. Helinium, 21, p. 136‑175.

Cahen 1984 : CAHEN (D.). — Technologie du débitage laminaire. In : OTTE (M.) dir. — Les Fouilles de la place Saint‑Lambert à Liège. Tome 1. Liège, 1984., p. 177‑198 (ERAUL ; 18).

Cordy, Stassart 1984 : CORDY (J.‑M.), STASSART (M.). — La Faune omalienne de la place Saint‑Lambert à Liège. In : OTTE (M.) dir. — Les Fouilles de la place Saint‑Lambert à Liège. Tome 1. Liège, 1984, p. 235‑23 (ERAUL ; 18).

Desse 1984 : DESSE (J.). — Les Restes de poissons dans les fosses omaliennes. n : OTTE (M.) dir. — Les Fouilles de la place Saint‑Lambert à Liège. Tome 1. Liège, 1984, p. 239‑240 (ERAUL ; 18).

Gilot 1984 : GILOT (E.). — Datation par carbone 14 de l’occupation préhistorique de la place Saint‑Lambert à Liège. In : OTTE (M.) dir. — Les Fouilles de la place Saint‑Lambert à Liège. Tome 1. Liège, 1984, p. 241‑246 (ERAUL ; 18).

Gob 1984 : GOB (A.). — L’Industrie lithique mésolithique. In : OTTE (M.) dir. — Les Fouilles de la place Saint‑Lambert à Liège. Tome 1. Liège, 1984. p. 147‑152 (ERAUL ; 18).

Heim 1984 : HEIM (J.). — L’Environnement paléobotanique des fosses omaliennes de la place Saint‑Lambert à Liège pour l’étude palynologique. In : OTTE (M.) dir. — Les Fouilles de la place Saint‑Lambert à Liège. Tome 1. Liège, 1984. p. 229‑232 (ERAUL ; 18).

Otte 1984 : OTTE (M.) dir. — Les Fouilles de la place Saint‑Lambert à Liège. Tome 1. Liège, 1984 (ERAUL ; 18).

Rousselle 1984a : ROUSSELLE (R.). — La Céramique danubienne. In : OTTE (M.) dir. — Les Fouilles de la place Saint‑Lambert à Liège. Tome 1. Liège, 1984. p. 153‑170 (ERAUL ; 18).

Rousselle 1984b : ROUSSELLE (R.). — Les Macro‑restes du site omalien. In : OTTE (M.) dir. — Les Fouilles de la place Saint‑Lambert à Liège. Tome 1. Liège, 1984. p. 227‑228 (ERAUL ; 18).

Schoch 1984 : SCHOCH (W.). — Analyse anthracologique. In : OTTE (M.) dir. — Les Fouilles de la place Saint‑Lambert à Liège. Tome 1. Liège, 1984. p. 233‑234 (ERAUL ; 18).

van Berg 1990 : VAN BERG (P.‑L.). — Céramique du Limbourg et néolithisation en Europe du nord‑ouest. In : CAHEN (D.), OTTE (M.) éd. — Rubané et Cardial : colloque de Liège, nov. 1988. Liège, 1990, p. 161‑208 (ERAUL : 39).

Table des illustrations

Légende FIG. 1 – Liège, place Saint‑Lambert, zone orientale : répartition générale des fosses danubiennes (en noir) par rapport à la zone détruite (hachures) et à l’emplacement de l’ancien cours de la rivière, affluent de la Meuse (grisé). On remarque l’emplacement de trous de pieux des cabanes mérovingiennes et l’abside greffée sur le transept oriental de la cathédrale ottonienne (en bas).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39063/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Légende FIG. 2 – Coupe des fosses 9 (haut) et 2 (bas). Fosse 9 : 1 terre claire, brune ; 2 terre humifère, noirâtre ; 3 terre brun foncé avec des points blancs ; 4 terre noire humifère contenant de nombreux petits silex ; 5 terre brun foncé ; 6 terre humifère noirâtre ; 7 terre brun rouge ; 8 terre grise remaniée ; 9 terre brun rouge, remaniée ; 10 limon très clair, calcaireux. Fosse 2 : 1a limon brun ; 1 terre limoneuse brun clair et tuf ; 2 terre limoneuse brun foncé contenant du matériel ; 3 terre limoneuse grise contenant des charbons de bois et du matériel ; 4 limon stratifié gris clair ; 5 tuf ; 6 terre limoneuse brun clair ; 7 terre limoneuse brun clair, parfois grise ; 8 limon.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39063/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 177k
Légende FIG. 3 – Céramique omalienne (haut) et tessons de céramique non‑rubanée découverts dans les mêmes fosses, peut‑être en relation avec les silex du Mésolithique final (d’après R. Rousseile).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39063/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende FIG. 4 – Répartition des saisons par rapport à l’intensité de conservation de poissons de rivière (d’après J. Desse)
Crédits dessin H. Ballade
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39063/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende TABL. I – Datations radiométriques.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39063/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende FIG. 5 – Datations 14C calibrées du rubané de Liège comparées aux autres dates des sites proches de Belgique et des Pays‑Bas (d’après E. Gilot).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39063/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende FIG. 61 taraud pour le travail du bois ; 2 lame esquillée pour le perçage et le forage du bois ; 3 « quartier d’orange » utilisé pour le rabotage du bois ; 4 grattoirs utilisés sur la peau (réavivage du front à droite) ; 5 et 6 fragments proximaux de lames avec traces d’emmanchement (d’après J.‑P. Caspart et J. Gijsels).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39063/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 174k
Légende TABL. II – Tracéologie : récapitulation des résultats.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39063/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende FIG. 7 – Industrie osseuse rubanée de Liège. 1 ciseau ; 2 poinçon ; 3 tube ; 4 fragment de manche (bois de Cerf) ; 5 estèque ; 6 lissoir ; 7 « gradine » ou peigne à décorer les poteries (cette pièce provient des fouilles de 1907 au même emplacement).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/39063/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 193k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search