Version classiqueVersion mobile

Le Néolithique au quotidien

 | 
Blanchet Jean-Claude
, 
Bulard Alain
, 
Constantin Claude
, 
et al.

Chapitre 5. Acquisition et traitement des matières premières

5.2 Etude préliminaire du site minier de Serbonnes/Le Revers de Brassard (Yonne)

5.2 Preliminary study of the mining site of Serbonnes / Le Revers de Brossard (Yonne)

Jacqueline Hascoet, Pierre‑Arnauld de Labriffe, Manuel Mendoza y Almeida et Vincent Krier

Résumé

C’est sur le chantier de l’autoroute A5, que se situe la mine de Serbonnes. Localisée sur le plateau crayeux du Sénonais, à proximité de la vallée de l’Yonne, elle s’étend sur une superficie d’au moins 2 ha, et comprendrait au minimum 400 puits. Trois puits ont été sondés. Ils sont de morphologie variée et présentent des remplissages complexes, il semble qu’un banc de silex ou éventuellement deux aient été exploités. Les rognons proviennent des craies du Campanien Inférieur (C4‑6h) que les néolithiques ont atteint après avoir creusé des dépôts de pente. Le mobilier archéologique est constitué de quelques produits de débitage, de petits tessons et d’outils en bois de cervidés. Les fouilles en cours sur Serbonnes et sur d’autres sites miniers menacés par l’autoroute devraient permettre une étude détaillée de la gestion de la matière première par les populations néolithiques du Sénonais.

Texte intégral

1La liaison autoroutière A5, entre Paris et Troyes (fig. 148), s’intègre dans un réseau structuré du nord‑est de la France. L’A5 permettra des liaisons rapides vers Paris en se raccordant à la rocade des villes nouvelles (Francilienne), au nord de Melun, par deux branches, A5a et A5b, qui forme le « Y de Melun ». A l’autre extrémité, près de Troyes, elle rejoindra l’autoroute A26, grand axe nord‑sud de l’Est de la France. Enfin, au niveau de Sens, elle sera rattachée à l’A6 au niveau de Courtenay par le barreau autoroutier A160.

FIG. 148 – Localisation de la minière de Serbonnes par rapport au tracé de l’autoroute A5.

2L’A5 s’inscrit au départ de Paris sur le plateau de la Brie, dans un secteur où les terres sont particulièrement planes. Les altitudes moyennes se situent entre 80 et 90 m. La monotonie du paysage est rompue par quelques vallées transversales qui entaillent ce plateau : rûs d’Andy, d’Ancœur, de Bouisy, de Javot. Quelques buttes témoins de sables de Fontainebleau, le plus souvent couronnées de petits massifs forestiers, sont isolées au milieu de vastes plaines de cultures. Le tracé quitte le plateau par une profonde tranchée dans la Cuesta de l’Ile‑de‑France, et traverse la Seine deux kilomètres en amont de Montereau‑fault‑Yonne. Les formations alluvionnaires de la confluence Seine‑Yonne sont traversées dans leur grande largeur. Puis le tracé s’installe à mipente des collines crayeuses du plateau sénonais, deux à trois kilomètres à l’est de l’Yonne.

3A partir de la vallée de l’Oreuse, à proximité de Sens, l’autoroute quitte le TGV, s’infléchit vers l’est, se dirige vers la vallée de la Vanne en franchissant les collines du Sénonais. Après le passage de la vallée de l’Alain, le tracé est à peu près parallèle à la Vanne dans un parcours particulièrement vallonné. La Vanne est franchie dans la partie amont de sa vallée, à l’ouest de Fontvannes. Le tracé débouche alors au seuil de partage des eaux entre les bassins de l’Yonne et de la Seine. A partir de là, la topographie s’aplanit et l’autoroute A5 s’engage dans la large plaine alluviale de la Seine en amont de Troyes. L’autoroute A160 descendant les collines crayeuses du Sénonais traverse de part en part la vallée de l’Yonne, en aval de Sens. Après avoir franchi l’Yonne, elle monte sur le plateau du Gâtinais jusqu’à Courtenay.

4La nouveauté de l’opération A5‑A16O réside dans l’unification de l’équipe archéologique d’intervention. Pour le projet A5‑A160, trois circonscriptions archéologiques sont concernées : Ile‑de‑France, Bourgogne et Champagne‑Ardenne. La mise en place d’une coordination globale de l’opération signifie une direction des Antiquités assurant la gestion générale et notamment administrative, un financement global, un coordinateur et une seule équipe transrégionale intervenant sur l’ensemble du tracé. Il s’agissait d’une première nationale qui a rapidement servi d’exemple (sur l’opération TGV Nord par exemple).

5.2.1 Présentation du site

Cadre géographique et topographique

5Le site de Serbonnes est localisé à une vingtaine de kilomètres au nord de Sens (fig. 148), à mi‑chemin entre Montereau et Sens au lieu‑dit Le Revers de Brossard (point kilométrique 59,550 du tracé autoroutier). Le site occupe les premières pentes du Sénonais, plateau crayeux entaillé par la vallée de l’Yonne (fig. 149). Il s’étend de part et d’autre d’un petit vallonnement, dont l’altitude varie entre 110 et 120 m NGF, orienté perpendiculairement à l’Yonne et qui descend jusqu’à la plaine alluviale distante de moins d’un kilomètre de la mine (fig. 150).

FIG. 149 – Localisation du site.

FIG. 150 – Zone d’extension de la minière de Serbonnes.

Condition de la découverte

La prospection

6Lors des prospections au sol effectuées dans le courant de l’hiver 1988‑1989 par l’équipe de reconnaissance archéologique, nous avions pu recueillir des ébauches de pics ou de haches, dont certaines en cours de polissage, des éclats, des nucléi, des percuteurs ainsi que des éclats de débitage, en tout une soixantaine de pièces. Comme dans tout le Sénonais, ces parcelles étaient jonchées de rognons et d’éclats naturels. Le mauvais état des pièces récoltées, la localisation topographique (versant), ainsi que l’absence de concentration remarquable, nous faisait envisager l’existence d’une occupation néolithique mais que nous estimions très érodée.

La photographie aérienne

7Le 20 juin 1989, profitant de conditions météorologiques et culturales favorables, un survol aérien de l’ensemble de la section autoroutière Melun‑Sens était effectué par des membres de la Coordination A5. Sur le secteur 7, planté en blé, une vingtaine de taches plus sombres, pour la plupart circulaires, correspondant à une maturation moins avancée des céréales, étaient repérées et photographiées (fig. 151). Quelques jours plus tard, le 6 juillet, un décapage fut effectué à la pelle mécanique sur une superficie de 700 m2, ce qui correspondait environ à la moitié de la surface sur laquelle avaient été repérées les anomalies (fig. 152).

FIG. 151 – Le premier décapage a permis de recouper 13 des 23 structures d’extraction de silex repérées par photo aérienne.

FIG. 152 – Plan de la zone diagnostic.

5.2.2 Résultats de terrain

Le sondage

8Sous la terre végétale, épaisse d’une trentaine de centimètres, sont apparues 13 structures archéologiques soit à peu près la moitié des anomalies repérées sur la photo. Douze de ces structures étaient de forme circulaire faisant à peu près 2 m de diamètre. La structure no 5, localisée au nord du décapage est de forme ovale et faisait 6 m de long pour 4 m de large. L’implantation des structures les unes par rapport aux autres semblait raisonnée, la distance moyenne entre les puits étant de l’ordre de 3 à 4 m (fig. 152).

9Le seul matériel présent à la surface du décapage consistait en un éclat de silex. Malgré les prospections et les mentions d’A. Hure (1921) et M. Le Clère (1989) (cf. § 5.2.6), il subsistait un doute quant à la nature et à la datation de ces structures.

10Après un petit test manuel effectué sur trois des structures (nos 1, 2, 3) et n’ayant récolté que quelques éclats de silex et aucun vestige céramique osseux ou métallique, l’hypothèse de puits d’extraction de silex semblait la plus séduisante. Il fut décidé de procéder à la fouille de la moitié d’une des structures circulaires à l’aide de la pelle mécanique par passes d’une vingtaine de centimètres. Pour des raisons de praticabilité (proximité des limites du décapage et du chemin d’accès), c’est la structure no 4 qui fut choisie. A environ 2 m de la surface du décapage, la pelleteuse perforait la voûte crayeuse d’une galerie.

Approche méthodologique

11Dans la perspective de sondage diagnostic dans laquelle nous nous trouvions, nos objectifs étaient les suivants : dans un premier temps, il s’agissait, en nous polarisant sur trois structures proches dans l’espace (nos 1, 4, 5), de déterminer si nous étions en présence d’un type d’exploitation minière composé de puits d’extraction individualisés ou d’un réseau de galeries communicantes. Dans un deuxième temps, les sondages effectués sur des structures morphologiquement différentes avaient pour objectif de voir si l’on pouvait dégager des régularités dans le système d’exploitation du silex de Serbonnes. Il nous paraissait intéressant de procéder à la fouille de deux puits rapprochés de même morphologie en surface, ainsi que de la grande structure ovalaire située à proximité immédiate. L’espacement régulier des puits pouvait, dans un système de galeries, s’expliquer par des raisons pratiques d’exploitation : équilibre des terrains, évacuation des stériles, travail à la lumière naturelle.

12Pour information, signalons que nous nous sommes trouvés confrontés à divers aléas d’ordre technique : volume de sédiments importants à traiter pour une très faible quantité de mobilier archéologique, problème d’évacuation des déblais dans des structures profondes et peu larges, problèmes de sécurité qui ont conduit à l’étayage d’un des puits, complexité des structures et difficulté d’y effectuer des relevés.

Description des puits d’extraction fouillés

Le puits no 1

Description de la structure

13Son profil se présente sous forme de cloche avec une ouverture de 1,80 m à la surface du décapage s’évasant très fortement pour atteindre 4,50 m de largeur à sa base. Sa profondeur est de 2,30 m. La chambre d’exploitation présente dans ses parties fouillées (2 quarts), au niveau du banc de silex, des alvéoles de petite taille, 60 cm de large pour 20 cm de long (fig. 153).

FIG. 153 – Coupe de la structure no 1.

Analyse stratigraphique

14Le sommet de la partie centrale de la structure (que l’on pensait être une cheminée d’accès) comporte un remplissage en « U », semblable à celui rencontré dans la cheminée du puits no 4, composé de différentes couches de limons jusqu’à une profondeur de 80 cm, avec un bord périphérique induré. Ce bord induré ne correspond pas en fait au substrat géologique encaissant mais résulte probablement d’une altération provoquée par des ruissellements ce qui signifierait que le puits, ou une partie, serait resté ouvert avant d’avoir été totalement comblé.

15Un dôme de craie est présent au centre du puits surmontant le substrat crayeux. Les blocs de craie constituant le dôme sont grossièrement lités. On peut discerner entre les lits des niveaux de circulation qui ont compacté la poussière de craie, constituant des couches de craie homogène pouvant aller jusqu’à plusieurs centimètres d’épaisseur.

16Au cœur du dôme se trouve un négatif de pieu, effilé à la base, d’une hauteur de 55 cm sur 10 cm de largeur ; son remplissage est constitué de limon brun granuleux meuble, mélangé à quelques petits graviers. Sa base est creusée dans la craie géologique, tandis que le sommet est recouvert d’un épais niveau de craie compactée correspondant au niveau de circulation situé sur la partie supérieure du dôme.

17Au‑dessus du dôme, le remplissage périphérique de la cloche est particulièrement hétérogène. Il se compose d’une série de couches et de blocs de limons provenant du creusement des dépôts de pente, la partie inférieure étant occupée par des volumes importants de craie en nodules et de rognons de silex absents dans la partie supérieure du remplissage. Les couches supérieures épousent la courbure des parois.

18La dynamique de comblement peut se résumer à quatre grands moments. Tout d’abord, constitution du dôme de craie avec une partie des déblais provenant de l’extraction des rognons ; une deuxième phase correspondant au surcreusement des extrémités de la cloche ; une troisième phase de bourrage du sommet de la concavité. La nature intentionnelle de ce bourrage est probable. La dernière phase consiste dans le comblement de la partie centrale du puits dont le profil en « U » des couches résulte d’une dynamique naturelle.

Le mobilier archéologique

19Le puits no 1 a livré le matériel archéologique suivant :
– 3 tessons de céramique sans aucun élément remarquable, trouvés dans le remplissage de la cheminée centrale ;
– 1 hache polie redébitée, ainsi que deux éclats comportant une partie polie ont également été découverts dans le remplissage supérieur ;
– des rognons de silex épannelés et des éclats de débitage ;
– 4 pics ou fragments de pics en bois de cerf, dont un petit fragment en surface, une pioche fabriquée à partir d’un bois ayant conservé son andouiller basilaire. Cette pioche était située dans le remplissage sommital ; 2 extrémités de pics, dont un à base amincie probablement pour permettre son emmanchement ou réemmanchement (fig. 154, nos 1 et 2). Ils reposaient entre le dôme et le substrat crayeux ;
– enfin des éléments osseux de Bovidé (mandibule et vertèbres en connexion anatomique, côtes...) étaient également présents dans le remplissage terminal du puits.

FIG. 1541 pioche en bois de cerf ; 2 andouiller à base aménagée ; 3 traces d’outils imprimées dans la paroi de l’alvéole sud de la structure 4.

Le puits no 4

Description de la structure (fig. 155, 156, 157)

20Au niveau du décapage, ce puits se présentait sous la forme d’une structure circulaire de 2,38 m de diamètre. La cheminée d’accès à la craie présente un profil semi‑tronconique (1,70 m de diamètre à la base) évasé vers la surface (fig. 156) ; elle s’ouvre sur des alvéoles périphériques d’exploitation, rayonnant à sa base (fig. 155). De la surface du décapage, le puits et ses alvéoles atteignent une profondeur de 2,80 m. Les alvéoles de la chambre d’exploitation n’ont été qu’en partie remblayées. Leur profil affecte une forme elliptique, l’extrémité de l’ellipse correspondant à l’altitude du banc de silex extrait (fig. 157). Trois alvéoles ont pu être fouillées ce qui correspond à la moitié du pourtour de la cheminée, la base du puits en comportant sur toute sa périphérie (fig 155). Ceci tient pour partie à des raisons de sécurité : il nous paraissait en effet délicat, au vu de la nature très détritique de la craie encaissante, de sous‑caver entièrement le puits sans système d’étayage approprié.

FIG. 155 – Relevé altimétrique : voûte de la structure 4.

FIG. 156 – Structure 4, relevé stratigraphique du puits d’accès. 1 bouchon du puits, nodules de craie compactée mêlés de limon brun interstitiel ; 2 limon brun comprenant des poches de limon brun rouge associé à quelques nodules de craie ; 3 limon marron ; 3’ limon marron mêlé de petits nodules de craie ; 4 limon brun associé en parties égales avec des nodules de craie ; 5 limon beige compact ; 6 limon brun mêlé de petits carbones ; 7 limon beige associé à quelques nodules de craie ; 8‑17 limon brun homogène ; 9 limon beige et petits nodules de craie ; 10‑14 limon brun ; 11 lentilles sableuses ; 12 limon beige ; 13 limon beige clair granuleux ; 15 limon beige foncé compact ; 16 limon clair granuleux ; 18 limon beige assez homogène ; 19 limon marron poudreux ; 20 craie en petits nodules ; 21 couche meuble de nodules de craie ; 22 couche de limon brun foncé ; 23 stériles non évacués constituant un dôme de craie compacté ; 24 paroi indurée.

FIG. 157 – Structure 4, coupe des alvéoles. 1 limon beige et petits nodules de craie ; 2‑9 limon brun ; 3‑5 limon brun granuleux comprenant des éclats de silex ; 4 lentilles de limon beige clair compact ; 6‑10 limon beige clair ; 7 limon brun foncé hétérogène ; 8 limon brun clair granuleux ; 11 limon beige clair avec petits gravillons de silex ; 12 limon beige mêlé de nodules crayeux ; 13 limon beige compact ; 14 limon brun granuleux ; 15 limon brun homogène très meuble ; 16 craie altérée homogène ; 17 limon brun foncé poudreux ; 18 limon brun très compact associé à des nodules de craie ; 19 argile verte compacte ; 20 dôme de craie compactée ; 21‑23‑26 limon beige clair granuleux ; 22 limon brun foncé ; 24 limon brun mêlé de craie ; 25 limon brun meuble ; 27 nodules de craie ; 28 limon brun foncé meuble.

21Nous ne connaissons que deux alvéoles dans leur intégralité et une autre dans sa moitié. La plus grande (alvéole sud) fait 2 m de long par rapport à l’axe de la cheminée, sur 3,50 m de large. Au fond de cette alvéole il y a une chatière (0,25 m de haut sur 0,45 m de large) qui résulte de la rencontre entre les systèmes d’exploitation des puits no 4 et no 6. L’alvéole est est de dimensions plus modestes : 1,20 m de long, sur 1,50 m de large (fig. 155). Sur les parois et la voûte de la plus grande des alvéoles fouillée, de nombreuses traces d’outils ont été remarquées. Elles sont de section arrondie plutôt aplaties avec des petites stries probablement produites par des outils en bois de cerf (fig. 154, no 3).

Analyse stratigraphique

22Le remplissage de la structure présente un profil général en « X » (fig. 156). Il existe un bouchon de comblement terminal au sommet de la structure : couches 1, 1’, le noyau central est composé de nodules de craie compactés, mêlés à du limon brun interstitiel ; la périphérie de l’unité stratigraphique comporte des nodules de craie en quantité moindre associés à du limon brun‑clair et brun‑rouge. Ce sont ces couches que nous avons pu observer à la surface des structures. Ce bouchon surmonte une série de nombreuses couches de limon qui reposent sur un dôme de craie, comparable à celui observé dans la structure 1. Jusqu’aux trois quarts de la cheminée, ces limons présentent un profil un « U » (couches 1 à 10) ; quelques centimètres au‑dessus du dôme de craie, les pendages s’inversent pour se mouler sur le dôme et « ruisseler » jusqu’au début du remplissage des alvéoles. Les blocs de craie constituant le dôme sont grossièrement lités.

23Les alvéoles que nous avons fouillées n’étaient pas comblées dans leur intégralité. L’alvéole sud était remplie de nodules de craie pure mêlée à des rognons de silex surmontés d’une fine couche de terne sur une trentaine de centimètres d’épaisseur près de la cheminée. Vers le fond de l’alvéole il n’y avait plus que de la craie et des rognons. L’alvéole nord était comblée jusqu’à la voûte par des sédiments beaucoup plus hétérogènes que ceux de l’alvéole sud. D’autre part, il semble qu’au sommet du quart non fouillé on puisse observer un petit effondrement de la voûte crayeuse. Au contact entre la craie du dôme et la craie géologique de l’alvéole sud, nous avons remarqué une microcouche de piétinement, composée d’argile grise fortement indurée.

Le mobilier archéologique

24Il se compose de :
– 12 tessons de céramique provenant du remplissage de la cheminée ;
– nombreux rognons de silex épannelés présents tant dans le remplissage de la cheminée que dans le comblement des alvéoles ;
– quelques éclats de débitage et esquilles de percussion ;
– 2 outils en bois de cerf : le premier en très mauvais état provient de la couche 19, il s’agit du merrain d’un bois de Cervidé comportant deux épois. Le second, découvert dans l’alvéole sud à la limite de la craie géologique et du comblement est un andouiller coupé, dont la base a été retaillée probablement pour permettre son emmanchement ou réemmanchement, comme ceux rencontrés dans la structure 1.

La structure no 5

Description des structures

25La structure no 5 est un grand ovale de 6 m sur 4 m. Comme elle présentait une morphologie unique sur la surface décapée, un sondage à la pelle mécanique à été effectué sur un quart de sa superficie. Le sondage n’ayant eu lieu que lors de la deuxième phase de décapage, traitement, relevés et analyses sont encore en cours. Il ne s’agit ici que des premières observations. Le sondage mécanique a été stoppé à 2,60 m de profondeur lorsqu’une patte de bovidé a été découverte. Cette structure possède des parois verticales s’ouvrant sur de grandes alvéoles d’extraction. Il semble qu’il puisse y exister un deuxième niveau d’extraction sous‑jacent au premier.

5.2.3 Situation géomorphologique et contexte stratigraphique

26Fig. 158

27Les mines de Serbonnes sont implantées sur les deux flancs d’un petit vallon creusé dans les craies de Campanien inférieur C4‑6h (fig. 158). L’importance du creusement de ces puits d’extraction de silex sur le premier sondage (secteur 7) semble dépendre de l’épaisseur des formations superficielles. Celles‑ci sont constituées d’un limon brun en surface (0,30 m d’épaisseur) puis en profondeur de limon crayeux (0,30 m d’épaisseur), d’une formation litée de limon brun calcaire et de petits débris crayeux de 1,5 m d’épaisseur reposant sur un niveau granulé de craie (0,5 m d’épaisseur) avant d’atteindre les plaquettes de craie. Dans ces fonds de vallons ou de vallées, les dépôts s’épaississent systématiquement de 1 à 2 m. Sur le site de Serbonnes, l’épaisseur des formations superficielles aux flancs du vallon est dans la moyenne supérieure : 2,5 m. Le fond de vallon, lui, est envahi par un dépôt de galets de silex colluvionnés provenant d’une nappe alluviale ancienne située un peu plus haut (Fw). Le substratum géologique du Campanien inférieur C4‑6h présente la particularité, selon la description qui en est faite par la notice de la carte géologique de Montereau‑Fault‑Yonne, d’être constitué d’une craie blanche et dure à banc de silex châtain, branchu, de 30 à 40 cm d’épaisseur et espacé de 1 m. Les autres formations sur ce secteur (Santonien, Campanien supérieur et inférieur) sont décrites soit avec des silex épars dans la craie (C4‑6e, C4‑ 6f, C4‑6g, C4‑6i, C4‑6j) ou encore sans silex (C4‑6k). Du point de vue géologique et ergonomique, on peut penser que l’implantation de puits d’extraction là où les dépôts de pente peuvent être importants (2,5 à 3 m d’épaisseur) peut correspondre à un choix d’économie, la craie franche étant plus dure à creuser que ses produits de gélifract.

FIG. 158 – Contexte topographique et géologique des minières de Serbonnes. a limon et dépôts de pente ; b nappes alluviales anciennes ; c craie du Campanien supérieur ; d craie pauvre en silex ; e craie du Campanien inférieur ; f limon brun ; g limon crayeux ; h craie pulvérente ; i bancs de silex dans la craie.

5.2.4 Conclusions

Les structures d’extraction

28Ces conclusions seront très probablement à nuancer en fonction des résultats des fouilles à venir. Sur trois structures d’extraction sondées et localisées les unes à proximité des autres, il y a trois types de puits très différents. Malgré cette diversité apparente, on peut mettre en évidence quelques points communs qui correspondent aux techniques d’extraction employées à Serbonnes sur la parcelle du Revers de Brossard.

29Les dômes de craie que nous avons rencontrés dans les structures 1 et 4 (la structure no 5 est en cours de traitement) ne peuvent être le résultat de l’effondrement des parois du puits. Le substrat encaissant du puits est constitué de débris de pente ne contenant de la craie que sous forme résiduelle, alors que la craie constituant ces dômes est totalement pure. Ces dômes pourraient donc correspondre au vestige d’une phase technique de l’exploitation gérée en vue d’une optimisation des rendements. Une partie des matériaux crayeux ne sont que repoussés du fond de l’excavation vers son centre. La distance séparant le niveau d’extraction de la surface s’en trouve ainsi réduite de 60 cm. Cette hypothèse est appuyée par les observations que nous avons pu effectuer de manière très claire dans le puits no 1. Le sommet du dôme a manifestement été une zone de circulation intense puisque son sommet est constitué d’une couche de craie compactée de près de 10 cm d’épaisseur. Le matériel archéologique, outils en bois de cerf mis à part, se retrouve préférentiellement dans les phases de comblements naturels des cheminées. La découverte de faune associée à des puits d’extraction de silex n’est pas très courante mais pas exceptionnelle. Il a été retrouvé des restes de faune dans les mines de Spiennes (Belgique) et de Rijckholt (Pays‑Bas) (Clason 1971). Sur ces deux sites, les restes de faune ont également été retrouvés dans la partie supérieure des remplissages. En France, ce type de découverte est, à notre connaissance, encore inconnu.

30Sur la surface décapée, nous n’avons observé ni structures complémentaires de celles d’extraction, ni ateliers de débitage. Il existe des éclats dans le comblement sommital des cheminées, mais ce mobilier semble plutôt correspondre à un piégeage ou à des vidanges, qu’à des vestiges d’ateliers de cheminée comme ceux rencontrés à Bretteville‑le‑Rabet (Desloges 1986). Il est possible qu’il y ait eu une activité de taille sur l’emplacement de la mine mais il semble que ces ateliers aient été détruits anciennement ce qui expliquerait la présence d’éclats à la surface des labours.

Extension et importance du site

31Fig. 150

32Nous pensions être en face d’un petit complexe minier ne recélant qu’un peu plus d’une vingtaine de puits tel qu’il avait été entrevu sur les photos aériennes (fig. 151). Nous avons, au début du mois de septembre, effectué des décapages mécaniques en vue de cerner l’étendue exacte du gisement (fig. 159). Ces décapages ont porté la surface sondée à 3 900 m2, sur les 46 000 que comptent les deux flancs du vallon (secteurs 7 et 9 de l’A5). C’est environ 8,5 % de la surface des deux parcelles concernées qui a été sondée.

FIG. 159 – Vue des structures après décapage.

33A la suite de cette phase complémentaire de notre diagnostic, nous pensons être en mesure d’appréhender certaines des limites probables du site. Ainsi sur le secteur 7 (parcelle ouest) il ne semble pas y avoir plus de puits que ceux vus sur la photographie aérienne. Les activités d’extraction se sont limitées aux zones où les dépôts de pente sont présents, c’est à dire au niveau où l’on aperçoit la rupture de pente modelée par le ruisseau qui a dû couler au fond du vallon. Dès que la craie devient affleurante, et bien qu’elle regorge de rognons de silex, il n’y a plus de puits. De plus les puits semblent absents sur la moitié nord de la parcelle. Les sondages complémentaires n’en ont pas livré et aucune anomalie n’était visible sur les photos.

34Lors de la prospection aérienne, la parcelle 9 (cadastralement Le Clos Martin) était cultivée en Escourgeon (céréale plus précoce que le Blé) dont le mûrissement plus avancé ne permettait plus de discerner les structures archéologiques. Lors des prospections de surface de l’automne 1988, du matériel lithique avait été récolté, en mauvais état et sans concentration notable.

35Nous pensions pouvoir rencontrer des structures d’extraction mais pas en aussi grand nombre que ce que nous avons mis au jour. Sur les 2 500 nr qui ont été décapés sur cette parcelle, nous avons pu dénombrer une soixantaine de puits répartis sur à peu près l’ensemble du versant. Si on extrapole ce décompte à l’ensemble de la parcelle (150 m x 150 m) soit 22 500 m2, cela pourrait faire, dans une optique maximaliste, presque 800 puits. A cet endroit, l’autoroute ne détruira que la moitié des terrains acquis, et il semble au vu de nos tranchées que les puits soient localisés entre les courbes 113 et 120 m NGF. Le nombre de structures d’extraction qui seraient menacées par la construction de l’autoroute se monte à près de 400... Nos premières observations laissent penser que les puits situés sur Le Clos Martin ne sont pas du même type que ceux fouillés sur Le Revers de Brossard.

Aspect chronologique

36Nous ne pouvons pas, dans l’état actuel de nos recherches, proposer d’attribution chronologique pour la minière de Serbonnes, que ce soit à partir du mobilier archéologique ou d’après la morphologie des structures. Les quelques tessons que nous avons trouvés sont de taille trop réduite et ne possèdent aucun élément remarquable ; l’industrie lithique est peu abondante et mal caractérisée, l’outillage en bois de cerf n’est pour le moment guère plus parlant pour cet aspect du problème. Il est également prématuré de proposer une chronologie interne de l’exploitation avec deux structures fouillées et une troisième en cours d’analyse.

37Le diagnostic effectué à partir du premier décapage permet d’établir (sur la base de deux puits fouillés) la coexistence d’au moins trois types de structures d’extraction. Le puits en forme de cloche qui produit un fort volume de stériles à exploiter par rapport au silex extrait (puits no 1) ; le puits 4, cheminée sub‑verticale avec des alvéoles d’extraction qui aboutit à une rentabilité d’extraction apparemment supérieure ; la structure no 5, de grande taille en surface, dans laquelle il pourrait y avoir un deuxième niveau d’exploitation.

38Des prélèvements malacologiques, palynologiques et anthracologiques ont été réalisés dans le remplissage de la cheminée de la structure no 4 (en particulier dans la couche de limon brun foncé située au sommet du dôme de craie) afin de faire des tests d’analyse sur ces types de sédiments. Les premiers résultats des tests palynologiques effectués par C. Leroyer sur un prélèvement réalisé dans la structure no 4 laissent entrevoir une conservation assez mauvaise des pollens mais une diversité de taxons qui pourrait permettre une étude d’intérêt.

5.2.5 Axes de recherche

39Au‑delà des constats que nous pouvons déjà dresser, il est encore délicat en l’état actuel de prétendre pouvoir établir une synthèse fiable sur l’extraction du silex telle qu’elle a été pratiquée à Serbonnes. Nous pouvons néanmoins, au vu des premiers résultats, résumer en quelques points les principales questions auxquelles essaieront de répondre les fouilles à venir :
– relations entre la géologie et l’extraction du silex : nature des dépôts dans lesquels ont été creusés les puits, quels types de silex ont été exploités (un ou plusieurs bancs ?) ;
– appréhension de l’extension du site : sur ce point nous possédons déjà quelques éléments de réponses qui demanderont à être complétés (fig. 150) ;
– caractéristiques du mode d’extraction ; nature des puits, schéma d’organisation du travail, gestion de l’extraction par les Néolithiques. La fouille de deux structures a déjà fourni des éléments de compréhension que la fouille d’autres ensembles devrait étoffer ;
– chronologie interne et datation de la mine : possibilité d’évolution du type d’exploitation, déplacements de la zone d’extraction au sein de la mine ; nos données sont encore très insuffisantes sur ce point ; ce problème n’est pas toujours solvable : « on sait en effet que certains ateliers sont réfractaires à toute datation précise en raison de leur durée ou de l’absence de témoins chronologiques sûrs » (CSRA 1984) ; nous sommes assez optimistes sur ce point pour la suite ; nos deux structures test ont quand même livré quelques tessons ; ce type de vestige n’est donc pas totalement absent du site ; si nous ne trouvons pas de mobilier datant, nous nous contenterons de datations radiocarbones, réalisables sur la faune (présente dans les puits), sur les charbons (très rares jusqu’à présent) ou éventuellement sur des fragments d’outils en bois de Cerf ;
– relations entre la mine et les habitats environnants. ; cette question ne sera probablement pas résolue lors de l’opération archéologique liée à la construction de l’autoroute ;
– diffusion de la matière ; nature des relations commerciales.

5.2.6 Le site et son environnement archéologique

Les relations mine/habitat

40Dès les années vingt, dans son ouvrage sur « la Préhistoire du Sénonais », A. Hure (Hure 1921) mentionnait sur la commune de Serbonnes un atelier de taille « Robenhausien » : « au lieu‑dit La Brosse près du Bois du Fay, nous avons pu repérer un petit gisement du Robenhausien II. Les déchets de fabrication, des perçuteurs, des nucléus s’étendent clairsemés sur plusieurs hectares. Les outils, beaucoup plus rares, sont représentés par des haches à tous les degrés de travail, par des petits pics, par la scie à encoches, par des tranchets, des grattoirs divers, des lamelles Plus récemment, M. Le Clère (Le Clère 1989) signalait l’existence d’une occupation néolithique à peu près au même endroit qu’A. Hure : « Ainsi à la lisière du Bois du Fay, à 1 200 m au nord du village actuel, fut mis à jour un atelier de taille de silex qui façonnait dans ce matériau des haches et des grattoirs atteignant jusqu’à 17 cm »

41Les localisations données par ces deux auteurs pour ces stations n’étaient pas suffisamment précises pour que nous puissions les corréler de manière fiable avec ce que nous avions repéré lors de nos prospections. De plus, les descriptions du mobilier ne correspondent pas avec les ramassages que nous avons effectués, soit par l’absence de types d’outils, soit par une abondance toute relative de matériel de surface. Malgré tout, ces indices laissent supposer une occupation de ce plateau au Néolithique qui pourrait s’avérer être différente de celle de la mine. La station du Bois du Fay devrait se situer à quelques centaines de mètres au‑dessus du Revers de Brossard. Nous entendons mener une rapide campagne de prospection pédestre sur les parcelles environnantes pour essayer de relocaliser ce site. D’après les indications fournies par A. Hure sur la nature du mobilier, cette station pourrait correspondre à l’habitat qui nous fait encore actuellement défaut. Il existe dans le Bois du Fay des blocs de grès qui ont pu servir de polissoirs. Récemment, en réinterprétant des clichés aériens d’A. Heurtaux sur des parcelles contiguës à celles de la minière, nous avons repéré ce qui pourrait être un fossé interrompu. Une partie de cet ensemble se poursuivant sur l’emprise de l’autoroute, nous y avons effectué un sondage. Le fossé est très érodé et, sur les deux interruptions fouillées aucun vestige mobilier n’a été trouvé. Rien ne permet à l’heure actuelle de dater cette structure du Néolithique.

42Bien que pour le moment aucun site néolithique n’ait été repéré et fouillé dans la vallée de l’Yonne sur la commune de Serbonnes (Duhamel 1987, 1989 ; Duhamel, Prestreau 1987 ; Thévenot, Carré 1976), la zone alluviale et le cours même de la rivière sont distants de moins de 1 km de la minière. Il est probable que cette zone favorable recèle des habitats non repérés pour le moment.

Serbonnes dans le contexte minier régional

43Fig. 160

44Alors que nous pensions être en face d’un type de site assez exceptionnel, nous nous sommes aperçus que plusieurs minières étaient connues, depuis la fin du xixe s. pour certaines, dans un environnement plutôt proche de celui de Serbonnes. A Chateaubleau, à une trentaine de kilomètres plus au nord, R. Leclerc a signalé les traces de soixante puits disposés en deux lignes parallèles au sens de la pente, dans lesquels ont été retrouvés des bois de cerf, des haches en silex et des monnaies romaines (Soulier 1971 : 17).

FIG. 160 – Serbonnes dans le contexte minier régional.

45Sur la commune de Courlon‑sur‑Yonne, au lieu‑dit Les Pieds Blancs, il a été possible de réinterpréter une concentration oblongue d’anomalies assez semblables à celles de Serbonnes, repérées par A. Heurtaux. Ce centre d’extraction du silex se trouve à moins de deux kilomètres de celui de Serbonnes. Sa situation topographique (et peut‑être géologique, étude en cours) est tout à fait comparable à celle du Revers de Brossard. Par contre, la taille et le nombre des structures semblent, au vu des photos, plus importants.

46Une autre minière est également mentionnée sur la commune de Dixmont à 25 km au sud‑est de Serbonnes dans le massif de la forêt d’Othe, en surplomb d’un petit affluent secondaire de l’Yonne. Il y a été repéré « des dépressions avec du débitage sur le bord d’une falaise de craie sénonienne pouvant indiquer la présence de puits d’extraction » (Soulier 1971 : 18). Enfin, il faut mentionner le complexe minier de Villemaur‑Palis‑Planty qui sera coupé sur au moins deux kilomètres de long par le tracé de l’autoroute A5 entre Sens et Troyes.

47La présence, sur l’ensemble du parcours de l’autoroute A5, de ces minières (Courlon, Serbonnes, Planty, Palis, Villemaur) devrait permettre une étude détaillée de la gestion de la matière première par les populations néolithiques du Sénonais.

Bibliographie

Bibliographie

Bulard et al. 1986 : BULARD (A.), DEGROS (J.), TARRETE (J.). — Premières fouilles sur le site néolithique d’extraction du silex du Haut Château à Jablines (Seine‑et‑Marne). In : Actes du Xe colloque interrégional sur le Néolithique, Caen 1983. Revue archéologique de l’Ouest, 1986, p. 55‑70. (Supplément à la RAO, 1).

Clason 1971 : CLASON (A.‑T.). — The Flint‑mine workers of Spiennes and Rijckholt‑St. Geertruid and their animais. Helinium, 1971, p. 3‑33.

CSRA 1984 : CONSEIL SUPERIEUR DE LA RECHERCHE ARCHEOLOGIQUE. — Programmation de la recherche archéologique de terrain en France (P 31, P 36, P 37). Paris, ministère de la Culture, direction du Patrimoine, sous‑direction de l’Archéologie, 1984, p. 39.

Desloges 1986 : DESLOGES (J.). — Fouilles de mines à silex sur le site néolithique de Bretteville‑le‑Rabet (Calvados). In : Actes du Xe colloque interrégional sur le Néolithique, Caen 1983. Revue archéologique de l’Ouest, 1986, p. 73‑101. (Supplément à la RAO, 1).

Duhamel 1987 : DUHAMEL (P.). — Projet de recherches : implantations, évolution culturelle et structure sociale des premiers Danubiens aux sociétés du Néolithique moyen entre Bourgogne et Bassin parisien, présentation du projet (Programme P27). DAP Bourgogne.

Duhamel 1989 : DUHAMEL (P.). — Projet collectif de recherches : implantations, évolution culturelle et structure sociale des premiers danubiens aux sociétés du Néolithique moyen entre Bourgogne et Bassin parisien (Programme : 27). DAP Bourgogne.

Duhamel, Prestreau 1987 : DUHAMEL (P.), PRESTREAU (M.). — Les Premiers Colons du S.‑E. du Bassin parisien (paru sous : Les populations néolithiques du Bassin parisien). Archéologia, 230, 1987, p. 54‑65.

Guillaume et al. 1987 : GUILLAUME (C.), LIPINSKI (P.), MASSON (A.). — Les Mines de silex néolithiques de la Meuse dans le contexte européen. Editions des musées de la Meuse, 1987, 70 p.

Hure 1921 : HURE (A.). — Le Sénonais préhistorique. Bruxelles, Culture et Civilisation, E. Duchemin, 1921, 550 p.

Le Clère 1989 : LE CLERE (M.). — Un très ancien village de l’Yonne : Serbonnes. Paris, Yser, 1989, 46 p.

Soulier 1971 : SOULIER (P.). — L’Extraction du silex en Europe occidentale (Allemagne, Angleterre, Belgique, France). 161 p. (mémoire de maîtrise de l’université de Paris I, 1971).

Tarrête 1981 : TARRETE (J.). — Premières mines et manufactures. Histoire et Archéologie, Les Dossiers, 52, avril, 1981, p. 65‑67.

Thévenot, Carré 1976 : THEVENOT (J.‑P.), CARRE (H.). — Les Civilisations néolithiques de la Bourgogne. In : La Préhistoire française. Paris, CNRS, 1976, p. 402‑414.

Verheyleweghen 1963 : VERHEYLEWEGHEN (J.). — Evolution chronologique du Camp à Cayaux de Spiennes (Hainaut, Belgique). Helinium, III, 1963, p. 3‑38.

Table des illustrations

Légende FIG. 148 – Localisation de la minière de Serbonnes par rapport au tracé de l’autoroute A5.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/38545/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende FIG. 149 – Localisation du site.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/38545/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende FIG. 150 – Zone d’extension de la minière de Serbonnes.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/38545/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Légende FIG. 151 – Le premier décapage a permis de recouper 13 des 23 structures d’extraction de silex repérées par photo aérienne.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/38545/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende FIG. 152 – Plan de la zone diagnostic.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/38545/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende FIG. 153 – Coupe de la structure no 1.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/38545/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 253k
Légende FIG. 1541 pioche en bois de cerf ; 2 andouiller à base aménagée ; 3 traces d’outils imprimées dans la paroi de l’alvéole sud de la structure 4.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/38545/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Légende FIG. 155 – Relevé altimétrique : voûte de la structure 4.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/38545/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende FIG. 156 – Structure 4, relevé stratigraphique du puits d’accès. 1 bouchon du puits, nodules de craie compactée mêlés de limon brun interstitiel ; 2 limon brun comprenant des poches de limon brun rouge associé à quelques nodules de craie ; 3 limon marron ; 3’ limon marron mêlé de petits nodules de craie ; 4 limon brun associé en parties égales avec des nodules de craie ; 5 limon beige compact ; 6 limon brun mêlé de petits carbones ; 7 limon beige associé à quelques nodules de craie ; 8‑17 limon brun homogène ; 9 limon beige et petits nodules de craie ; 10‑14 limon brun ; 11 lentilles sableuses ; 12 limon beige ; 13 limon beige clair granuleux ; 15 limon beige foncé compact ; 16 limon clair granuleux ; 18 limon beige assez homogène ; 19 limon marron poudreux ; 20 craie en petits nodules ; 21 couche meuble de nodules de craie ; 22 couche de limon brun foncé ; 23 stériles non évacués constituant un dôme de craie compacté ; 24 paroi indurée.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/38545/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Légende FIG. 157 – Structure 4, coupe des alvéoles. 1 limon beige et petits nodules de craie ; 2‑9 limon brun ; 3‑5 limon brun granuleux comprenant des éclats de silex ; 4 lentilles de limon beige clair compact ; 6‑10 limon beige clair ; 7 limon brun foncé hétérogène ; 8 limon brun clair granuleux ; 11 limon beige clair avec petits gravillons de silex ; 12 limon beige mêlé de nodules crayeux ; 13 limon beige compact ; 14 limon brun granuleux ; 15 limon brun homogène très meuble ; 16 craie altérée homogène ; 17 limon brun foncé poudreux ; 18 limon brun très compact associé à des nodules de craie ; 19 argile verte compacte ; 20 dôme de craie compactée ; 21‑23‑26 limon beige clair granuleux ; 22 limon brun foncé ; 24 limon brun mêlé de craie ; 25 limon brun meuble ; 27 nodules de craie ; 28 limon brun foncé meuble.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/38545/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende FIG. 158 – Contexte topographique et géologique des minières de Serbonnes. a limon et dépôts de pente ; b nappes alluviales anciennes ; c craie du Campanien supérieur ; d craie pauvre en silex ; e craie du Campanien inférieur ; f limon brun ; g limon crayeux ; h craie pulvérente ; i bancs de silex dans la craie.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/38545/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende FIG. 159 – Vue des structures après décapage.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/38545/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Légende FIG. 160 – Serbonnes dans le contexte minier régional.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/38545/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 14k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search