Version classiqueVersion mobile

Le Néolithique au quotidien

 | 
Blanchet Jean-Claude
, 
Bulard Alain
, 
Constantin Claude
, 
et al.

Chapitre 4. L’alimentation

4.4. Les poids à pêche du Néolithique de la Loire

4.4 Neolithic fishing weights from the Loire

Myriam Philibert

Résumé

Les poids à pêche (galets à encoches) semblent peu fréquents. Dans le département de la Loire, seuls deux gisements en ont livré : Rives, commune d’Amions et l’habitat chasséen des Marais à Cleppé. Ils ont pu servir à lester des filets fixes pour la pêche en rivière ou en étang. Aux Marais, il y a une douzaine de galets à encoches. Trois proviennent d’une zone d’activité artisanale au sud d’un bâtiment et trois autres ont été trouvés à l’intérieur de celui‑ci, parmi la vaisselle.

Texte intégral

1Les poids à pêche sont assez rarement mentionnés dans la littérature. Ils ne figurent pas dans le dictionnaire de la Préhistoire. Sur le plan typologique, on peut distinguer plusieurs variantes : les galets à encoches, les galets à rainures et les galets perforés.

2Comme leur nom l’indique, les galets à encoches présentent deux encoches placées le plus souvent sur les longs côtés de la pièce. Si le galet possède une dépression naturelle, il peut n’avoir qu’une seule encoche. C’est le cas d’un exemplaire des Marais, à Cleppé. Sur les autres éléments provenant de ce site que l’on a pu observer, l’encoche offre une usure de 5 mm de long environ, qui confirme bien le passage d’une cordelette. C’est surtout dans le Chasséen méridional que ce type de poids à pêche se rencontre. Les Chasséens ne se sont pas seulement livrés à l’agriculture. L.‑R. Nougier est le premier à avoir signalé des galets à encoches, sous le porche de la grotte de Niaux et dans la grotte de Bédeilhac. Pour la plupart, les sites qui en ont donné sont situés dans le sud‑ouest, bien qu’il y en ait aussi dans le sud‑est. Ce sont tous les gisements chasséens de Haute‑Garonne, comme Villeneuve‑Tolosane, Laugerie‑Basse et La Roque‑Saint‑Christophe pour le Périgord, Capdenac‑le‑Haut dans le Lot, la station d’Auriac à Carcassonne. Pour le Midi méditerranéen et le Sud‑Est, il y en a en Ardèche, en particulier à la grotte du Pontiar ; dans la Drôme à Châteauneuf‑du‑Rhône ; en Provence à la grotte Murée de Montpezat, à la grotte de l’Église de Baudinard ; enfin à la station de Charavines. Il en existe aussi en Suisse. Dans le département de la Loire, deux stations en ont livré : Rives, commune d’Amions, dans un contexte néolithique indéterminé et l’habitat chasséen des Marais, commune de Cleppé. Par contre, il n’y en a pas plus au nord et aucune référence n’a pu être trouvée en ce qui concerne le Chasséen septentrional.

3Les galets à rainure ou à gorge sont encore plus rares que les galets à encoches. L’un d’entre eux est signalé dans la station d’Epervans qui appartient au Néolithique final, groupe de la Saône. Le second provient de Charavines, également dans un contexte du Néolithique final. Quant aux poids perforés, un ensemble de 17 poids de filet en calcaire a été trouvé, hors contexte, dans la Marne et ils ne sont indiqués ici que pour mémoire. Une interrogation demeure sur l’usage de ces galets à encoches. Ils sont parfois interprétés comme poids de métier à tisser. Rien dans la morphologie de la pièce n’interdit cet usage. Peut‑être en trouverait‑on davantage si cette fonction primait. Restait celle de poids de senne. Aux Marais, l’absence de vestiges osseux ne permet pas d’infirmer ou de confirmer cette hypothèse.

FIG. 124 – Les Marais (Cleppé, Loire). Plan de la zone 1. 1 galets bruts ; 2 amas de fragments de céramique ; 3 vase à provision en place ; 4 fosse ; 5 fragments de pisé ; 6 fragments de moules ; 7 galets à encoches.

4Il existe de multiples manières de pêcher. L’absence de poids à pêche n’implique pas l’absence de toute pêche. On peut capturer le poisson à la main et cela ne laisse aucune trace si les vertèbres de poisson ne sont pas conservées. On peut également utiliser le harpon ‑ c’est la technique du Paléolithique supérieur ‑ ou des nasses ou même barrer la rivière.

5Le filet, ou senne, comprend un réseau de mailles reliées en leur partie supérieure à des flotteurs en bois et lestées à leur base de poids ou galets. Ceux‑ci peuvent indifféremment servir pour la pêche en rivière et c’est pour cela qu’ils sont présents dans les sites de la vallée de la Garonne ou en étang et l’un d’entre eux est cité à Lattes. En ce qui concerne les galets à encoches du département de la Loire, ceux de Rives ont certainement été utilisés en rivière. Mais, pour Les Marais, cela est moins certain. La station est placée entre la Loire et le Lignon, mais il est possible que la pêche ait eu lieu en étang.

6Le contexte archéologique rattache le site des Marais au Chasséen. Il est vraisemblable, bien qu’aucun élément ne permette une datation absolue, que l’occupation se situe postérieurement à ce que l’on considère comme le Chasséen classique. Enfin, la plaine du Forez est connue pour ses étangs asséchés tardivement. La plupart des occupations néolithiques, sauf Les Marais, se situe sur des points surélevés par rapport au niveau général de la plaine. Le gisement des Marais, commune de Cleppé, est un site de plein air, localisé entre le Lignon et l’Alliot, à 300 m d’altitude, dans la plaine même du Forez et dans une zone inondable. La partie qui a pu être fouillée a livré des structures chasséennes (fig. 124) : cercles de galets, fosses d’extraction du sédiment argilo‑sableux qui a dû servir à la construction d’un bâtiment mais aucun foyer. Un riche mobilier archéologique a été mis au jour. Il comprend des faisselles, des cuillers ou louches (43 éléments), des coupes en calotte, des vases cylindriques ou tulipiformes, de nombreux vases globuleux, quelques vases à épaulement, à col ou carénés, de rares assiettes à marli et peu de plats à pain. Le décor est pauvre car il s’agit d’un Chasséen très final. A côté d’une céramique abondante, l’industrie lithique est mal représentée. Les lames et éclats retouchés, puis les flèches dominent devant les couteaux à dos.

7Il y a une douzaine de galets à encoches. La moitié provient de ramassages dans une zone déjà détruite par les travaux de l’autoroute et qui correspond malheureusement au maximum de l’occupation. Deux autres proviennent d’une aire d’activité domestique extérieure à un bâtiment (?). Cette zone se caractérise par la présence de trois cercles de galets non brûlés, contenant des graines et de plusieurs meules. Quatre ont été trouvés au nord, peut‑être le long d’un mur en pisé (?). Un dernier a été découvert, isolé dans un secteur moins riche en vestiges, proche de la partie détruite. Il est difficile de tirer des conclusions de ces éléments partiels.

8Le département de la Loire donne 13 sites chasséens et 10 autres appartenant au Néolithique final/Chalcolithique. Seuls Les Marais et Rives ont livré des galets à encoches. Il est vrai que beaucoup de sites, comme Le Pic de la Violette, Le Mont d’Uzore ou Le Manteau de Saint‑Martin sont des stations de hauteur où l’on peut pêcher à la ligne, mais pas installer de filets.

Bibliographie

Bibliographie

Cauvin 1971 : CAUVIN (M.‑C.). — Les Industries post‑glaciaires du Périgord. Saint‑André de Cruzières, CREP, 1971, 476 p.

Clottes 1973 : CLOTTES (J.). — Informations archéologiques. Gallia‑Préhistoire, 16, 2, 1973, p. 513‑514.

Clottes 1975 : CLOTTES (J.). — Informations archéologiques. Gallia‑Préhistoire, 18, 2, 1975, p. 635‑637.

Clottes 1977 : CLOTTES (J.). — Informations archéologiques. Gallia‑Préhistoire, 20, 2, 1977, p. 556‑558.

Combler 1982 : COMBIER (J.). — Informations archéologiques. Gallia‑Préhistoire, 25, 2, 1982, p. 489‑490 et 495‑497.

Courtin 1974 : COURTIN (J.). — Le Néolithique de la Provence. Société préhistorique française 1974, 359 p. (Mémoires de la SPF, 11)

Héritier 1980 : HÉRITIER (A.). — Fouilles du Pontiar. Rapport de synthèse 1977‑1980.

Leroi‑Gourhan 1973 : LEROI‑GOURHAN (A.). — Milieu et techniques. Paris, Albin‑Michel, 1973. 2e éd., 475 p.

Mendoza, Prades 1988 : MENDOZA (A.), PRADES (H.). — Le Gisement chasséen de Lattes. In : Le Chasséen en Languedoc oriental. Hommage à Jean Arnal. Préhistoire UPV, 1, 1988, p. 83‑104.

Méroc 1959 : MEROC (L.). — Informations archéologiques. Gallia‑Préhistoire, 2, 1959, p. 134‑137.

Méroc 1961 : MEROC (L.). — Informations archéologiques. Gallia‑Préhistoire, 4, 1961, p. 244‑246.

Méroc 1967 : MEROC (L.). — Informations archéologiques. Gallia‑Préhistoire, 10, 2, 1967, p. 397‑398.

Nougier 1951 : NOUGIER (L.‑R.). — Poids à pêche néolithiques. BSPF, 5‑6, 1951.

Nougier 1952 : NOUGIER (L.‑R.). — Poids à pêche néolithiques. BSPF, 1‑2,1952.

Roudil 1974 : ROUDIL (J.‑L.). — Informations archéologiques. Gallia‑Préhistoire, 17, 2, 1974, p. 641‑645.

Simonnet 1971 : SIMONNET (G.). — Informations archéologiques. Gallia‑Préhistoire, 14, 2, 1971, p. 418.

Thévenot 1978 : THEVENOT (J.‑P.). — Informations archéologiques. Gallia‑Préhistoire, 21, 2, 1978, p. 573‑604.

Table des illustrations

Légende FIG. 124 – Les Marais (Cleppé, Loire). Plan de la zone 1. 1 galets bruts ; 2 amas de fragments de céramique ; 3 vase à provision en place ; 4 fosse ; 5 fragments de pisé ; 6 fragments de moules ; 7 galets à encoches.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/38520/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 23k

Auteur

Archéologue.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search