Version classiqueVersion mobile

Le Néolithique au quotidien

 | 
Blanchet Jean-Claude
, 
Bulard Alain
, 
Constantin Claude
, 
et al.

Chapitre 1. L’environnement

1.1. Gestion et dégradation de la forêt préhistorique méditerranéenne

1.1 Management and degradation of the mediterranean prehistoric forest

Christine Heinz, Stéphanie Thiebault et Jean‑Louis Vernet

Résumé

Les charbons de bois en contexte archéologique représentent un échantillonnage très souvent élaboré du milieu végétal. En ce sens, l’apport de l’anthracologie à la connaissance de la forêt méditerranéenne est essentiel. Quelques modèles actuels sont pris en considération, notamment ceux concernant le bois d’œuvre et ses usages, le bois de feu et enfin la forêt historique comme témoin des pratiques agricoles. Nous insistons tout particulièrement sur les modèles préhistoriques et sur l’apport de l’anthracologie à la connaissance des modes d’exploitation des milieux passés.

Texte intégral

1Les charbons de bois retrouvés dans les couches d’occupation préhistoriques et historiques représentent un échantillonnage très souvent élaboré du milieu végétal duquel il faut soustraire les pertes au feu et les aléas de la sédimentation. Les charbons proviennent, en effet, de la pyrolyse de bois récoltés par l’Homme. Ces prélèvements peuvent être classés en trois catégories :
– le bois de feu, c’est‑à‑dire la principale source d’énergie connue depuis la Préhistoire jusqu’à l’avènement des combustibles fossiles ;
– le bois d’œuvre, qui intervient dans les usages particuliers à l’exclusion du précédent (poteaux et calages, construction de cabanes et de maisons, fabrication d’armes et d’objets divers, etc.). Il existe, dans ce cas, des finalités très précises et les prélèvements de bois ne pouvaient être laissés au hasard, au contraire du bois de feu ;
– le bois provenant de pratiques agricoles, c’est‑à‑dire issu de coupes dirigées, plus ou moins complexes en vue de préparer un terrain pour cultiver des plantes.

2L’anthracologie, discipline qui étudie les charbons de bois, admet ainsi trois composantes principales, pas toujours aisées à dissocier, la première écologique, la deuxième ethnobotanique voire ethnologique, la dernière agroécologique. L’apport de l’anthracologie à la connaissance de la forêt méditerranéenne et de sa gestion par l’Homme est essentiel. La forêt, ainsi que d’autres milieux plus ouverts, a d’abord été un lieu privilégié pour la cueillette. Cette étape initiale s’est poursuivie par la première mise en valeur. Par opposition avec les idées couramment admises, c’est l’agriculture forestière qui a longtemps été pratiquée, comme c’est encore le cas dans certaines régions du monde. Certains des modèles traditionnels seront illustrés ici et mis en perspective avec les modèles préhistoriques.

1.1.1 Les modèles actuels

3Nous distinguerons ainsi : le bois d’œuvre et ses usages, le bois de feu à travers un exemple africain et, enfin, la forêt historique comme témoin des pratiques agricoles.

Le bois d’œuvre

4Les utilisations du bois en tant que bois d’œuvre ont certainement des rapports avec l’économie préhistorique puis historique, rapports que l’on ne peut cependant connaître que dans les cas les plus favorables –structures archéologiques particulièrement fréquentes, maisons incendiées, torchis brûlé, charbonnières, urnes à résine– ou grâce à une conservation exceptionnelle (archéologie subaquatique) ; elles rappellent ce qu’une société hautement spécialisée peut tirer du bois. Par exemple, pour Noël et Bocquet, la plupart des métiers du bois exercés en forêt seraient antérieurs à l’âge du Bronze : « Les métiers exercés en forêt nous renvoient directement aux temps préhistoriques, car la plupart d’entre eux ne font que répéter des gestes simples mais extrêmement efficaces, et le plus souvent dépourvus d’outillage sophistiqué » (Noël, Bocquet 1987).

5Ainsi, en forêt comtoise, dès les xiiexiiie s. s’installaient les ouvriers de la forêt souvent pour plusieurs mois, allant d’un endroit à l’autre selon les nécessités du travail (Demard 1980). On distinguera notamment le bûcheron, l’une des figures principales, le charbonnier qui travaillait au service des forges, grandes consommatrices de charbons de bois. La récolte de la poix est une autre activité. Dans le haut Doubs, au Moyen Age, on l’obtenait par dessication du suc résineux d’Epicéa. On sait que cette activité est très ancienne et remonte à l’époque romaine dans le sud de la France (Loir 1940). D’autres artisanats ou artisans du bois doivent encore être mentionnés : les scieries, les sabotiers, les charrons. En outre, dans la ferme comtoise se pratiquait un petit charronnage permettant de fabriquer les attaches ou colliers pour les bêtes (Chêne), les fourches (Noisetier pourvu d’une fourche naturelle ; dans le Midi, le Micocoulier), les bardeaux d’Epicéa, sortes de planchettes couvrant le toit ou même les murs (on les appelle alors des « tavaillons »). Citons encore le perceur de « bourneaux » ou de conduites d’eau, le tonnelier, la boissellerie ou fabrication des seaux et baquets, la tabletterie ou fabrication des tabatières à partir de branches de Cerisier et de Tremble ou de Tilleul pour le fond, la tournerie qui à partir du Buis permettait aux moines la fabrication d’objets de piété puis, plus récemment, jouets, robinets, pipes, l’ébéniste (avec le bois de Platane, Poirier, Pommier mais surtout Chêne, Noyer et Sapin), le charpentier etc.

6En Pays de Sault et dans les Fenouillèdes (Aude), au xviiie s., on fabriquait les clôtures de parcs à bestiaux ou de jardins en Sapin. Ceci nécessitait chaque année la coupe de 6 000 jeunes arbres, ce qui conduisit évidemment à un vieillissement des sapinières et a contribué largement à leur ruine. Il faut ajouter les nécessités de la navigation et l’on a une idée des prélèvements absolument invraisemblables que l’Homme a pu réaliser aux dépens de la forêt historique ! Frenzel (1979) cite l’utilisation du bois pour étayer les mines dès l’âge du Bronze, technique qui a conduit à une modification radicale de la végétation dans certaines régions voire même à la création de tourbières.

Charbon de bois et bois de feu : un modèle en Afrique

7Dans la société africaine actuelle (à Bangui, en République centrafricaine), le charbon de bois représente une source d’énergie intéressante mais beaucoup moins que le bois de feu, les ménages l’emploient à 80 % pour le repassage ; il sert aussi aux commerçants et aux artisans pour la préparation du thé et de la bouillie, le chauffage de l’huile et les grillades de poisson ainsi qu’aux forgerons (Cassagne 1987). A côté des charbons de bois, à Bangui, le bois de feu est le combustible le plus utilisé de nos jours comme source d’énergie. Cette situation prévaut dans d’autres régions d’Afrique et est donc intéressante comme modèle. Avant la vente, le bois a séché un minimum de 6 à 8 mois. Ce sont les femmes, parfois les enfants et les hommes, qui le ramassent. Près de 10 % du bois consommé à Bangui est ramassé (le reste acheté). Pour cela, les femmes se déplacent en général une fois par semaine ou tous les trois jours. Le ramassage du bois est associé à d’autres opérations au champ, comme aussi à la cueillette en forêt ou à la pêche. Le ramassage à pied se fait dans un rayon de 10 à 20 km autour de Bangui. Le bois transporté est sec, son séchage ayant lieu sur place dans la brousse. Il faut noter que les vols sont rares dans la brousse en contraste avec les mauvaises habitudes des citadins. En outre, le bois sec est moins lourd au transport. On a pu calculer que la consommation moyenne s’élevait à 1,19 kg de bois/personne/jour (entre 1,48 et 1,07 kg) et qu’il n’y avait pas de différence entre la saison des pluies et la saison sèche. Un piéton porte d’habitude 25 kg de bois qu’il va surtout chercher dans la zone forestière au sud de la ville. Globalement, la consommation est de l’ordre de 500 kg par personne et par an (soit 1,37 kg/personne/jour). Les essences de bois de feu appréciées : à part les bois très légers (Parasolier, Fromager) toutes les autres sont utilisées que l’on soit en savane ou en forêt (Cassagne 1987).

8En zone rurale, les consommateurs ont une autre attitude. D’après Roulon (cité par Cassagne), dans l’ouest Centrafrique, dans une région de savane où les forêts galeries sont bien représentées, les critères de choix du bois de feu sont : la fumée, les cendres, l’aptitude à prendre feu et à le maintenir. Les Gbaya‑Kara‑Bodœ font la distinction entre le bois de savane et le bois de la forêt galerie, aux qualités différentes. Ils distinguent le bois pour les feux vifs, pour les feux du dedans et pour les feux du dehors. Dans le Pacifique (Orliac 1980), selon la place que l’on occupe dans la hiérarchie sociale, on n’utilise pas le même bois. Ailleurs dans d’autres villes d’Afrique, la consommation varie beaucoup : de 0,03 kg par personne et par jour à Dakar à 2,7 kg par personne et par jour à N’Djaména. Il n’y a donc pas de règle de consommation ; mais quand l’approvisionnement devient difficile la consommation baisse. Lorsque les ressources en bois se font rares et que les distances de transport augmentent (plus de 100 à 200 km, cas de Dakar, de Nouakchott et de Lomé), les populations utilisent le charbon de bois. Pourtant à Abidjan, le charbon de bois est préféré au bois de feu alors que les ressources en bois sont relativement proches de la capitale, à moins de 100 km. Le charbon de bois présente des avantages certains sur le bois de feu, il brûle plus régulièrement en dégageant plus de chaleur et peu de fumée. En fin de cuisson, on peut l’éteindre et il peut être rallumé ultérieurement. D’autre part, il est peu encombrant et ne se dégrade pas au cours d’une longue conservation. Enfin, les foyers traditionnels utilisés pour le charbon de bois sont simples et ont une très bonne efficacité thermique bien supérieure aux foyers employés pour le bois de feu. Lorsque le bois de feu vient à manquer complètement, c’est la pénurie, le combustible est alors constitué par les déjections animales ou les résidus agricoles. Il faut remarquer que cette situation de pénurie n’est pas rare aujourd’hui dans bon nombre de pays tropicaux d’Afrique, d’Asie ou d’Amérique latine.

9Autre point intéressant, la quête du bois a entraîné une régression des formations boisées autour de Bangui de l’ordre de 20 à 30 km en 36 ans (0,5 à 0,8 km par an dans le sens nord‑sud).

La forêt historique, témoin des pratiques agricoles

10La manière dont nos proches ancêtres concevaient la gestion de la forêt pour l’agriculture est un bon terme de comparaison pour des pratiques qui ont commencé aux temps les plus reculés de la Préhistoire. Il faut rappeler tout d’abord la technique du brûlage à feu courant, encore largement pratiquée et qui sert à rabattre le gibier, nettoyer le terrain sous les arbres, à permettre la repousse d’herbe verte pour le troupeau dès la fin de la sécheresse estivale, etc. Cette technique est d’une simplicité telle que sa pratique ne peut être dissociée de l’évolution de l’Homme. Depuis que l’homme existe, il a pratiqué cette forme de « maîtrise » du milieu, ne faisant que copier les incendies naturels provoqués par la foudre ou les éruptions volcaniques ; d’où les feux périodiques de brousse en Afrique, de steppe en Europe centrale, de landes dans les régions atlantiques et de garrigues dans les régions méditerranéennes.

11Dans la région de Bimbo/Sakpa, en Afrique, le système agricole est fondé sur la culture itinérante : coupe de la forêt et de la végétation en place ‑ mais le gros bois est conservé car il est difficile à abattre et sert au maintien d’une ambiance forestière ‑ brûlis, introduction des plantes vivrières et culture pendant quelques années puis abandon à la jachère (Cassagne 1987).

12L’essartage se caractérise essentiellement par une absence totale de travail du sol. On a pu dire que l’essartage est une forme d’agriculture évitant de cultiver la terre (Sigaut 1975). Le paradoxe n’est qu’apparent. En effet, le travail du sol, impliquant un outillage perfectionné, n’est connu que depuis seulement 2 000 ans alors que l’on cultive des végétaux depuis 8 000 ans ou même plus. On abattait les arbres de préférence pendant les mois d’été et dans la même direction. Le terrain était ainsi abandonné pendant près d’un an. On ébranchait alors puis on mettait le feu. Après le passage de l’incendie, ce qui reste des troncs était soigneusement enlevé. Le terrain ainsi préparé, de couleur noire, était apte à recevoir les semences. Notons que les graines des mauvaises herbes annuelles étaient ainsi détruites. Aucun sarclage ou autre travail du sol n’était donc nécessaire. Par ailleurs, l’essartage ne cause que peu de dommage aux forêts, les racines ne sont pas atteintes, le sol est fertilisé et, en quelques années, la végétation se reconstitue rapidement. Il n’y a plus qu’à recommencer ailleurs. L’essartage s’est perpétué plus longtemps dans le nord de l’Europe que dans le sud où la destruction des forêts a été plus précoce. Les pauvres utilisaient l’essartage au xviiie s. pour pallier le manque de terres labourables et se procurer ainsi leur subsistance. En hiver, on abattait les essences secondaires (les bois blancs) pour en faire du bois de feu. Les Chênes restent sur pied, on arrache leur écorce au printemps avec la montée de la sève, pour les tanneries. Après cela on abandonne sur le parquet de la coupe tous les branchages qui sèchent en été, puis on y met le feu. Quelques jours après on procède aux semailles et, à l’aide d’un crochetage léger on dissimule la semence qui germe rapidement.

13Notons qu’à côté de la forêt, les agriculteurs méditerranéens ont eu à leur disposition des surfaces naturellement non boisées, pelouses plus que gazons, avec du sol nu pendant la saison sèche. La facilité avec laquelle on pouvait détruire ces végétations a permis un ensemencement à la volée et un simple recouvrement par un pseudo‑labour à l’araire. C’est la jachère méditerranéenne. Elle remonte au moins à la Protohistoire.

14L’écobuage est une autre technique de brûlage des terres qui nécessite un protocole en cinq parties : dégazonnement à l’aide d’un outil spécial, sorte de pioche courte ou à l’aide de la charrue à soc d’acier, séchage des gazons, construction des fourneaux, brûlage, épandage des cendres. L’écobuage est nécessairement une technique plus évoluée que l’agriculture forestière, on pense que cette pratique est récente (xvie s.).

15L’étrépage est un écobuage non suivi de brûlage. Les végétaux ainsi récupérés servent de litières dans les étables et produiront les fumiers une fois mêlés à la matière organique. Cette technique qui est appliquée dans toutes les régions avec le Buis, les Bruyères ou les Ajoncs est évidemment intéressante puisqu’elle permet un transfert de fertilité (Sigaut 1975).

16On pratique de nos jours l’agriculture forestière en Afrique (agroforesterie). Dans une agroforêt, on remplace les arbres indigènes par des espèces utiles (Arbre à pain, Caféier, etc.). On aboutit ainsi à une forêt entièrement composée d’arbres intéressants pour l’Homme. L’agroforesterie peut aussi être comprise comme la pratique de cultures stables bénéficiant de l’abri procuré par la forêt (Hallé 1986). Cependant, il est permis de penser que les systèmes économiques agroforestiers sont propres aux régions intertropicales et certainement difficilement généralisables à la forêt méditerranéenne dont la structure –notamment une diversité spécifique relativement faible– ne permet pas ou difficilement ce type d’approche.

17Un des aspects de l’utilisation multiple des végétaux est illustré par le Buis qui fait partie intégrante des sociétés traditionnelles des zones de bordure de la région méditerranéenne. Ainsi, sur le causse de Blandas, dans le Gard, A. Durand‑Tullou (1972) détaille le processus d’usage de ce végétal. Lors des reboisements de 1861 le conseil municipal de la commune de Blandas n’accepta la plantation d’essences « étrangères » qu’à condition de pouvoir couper le Buis tous les cinq ans car il est indispensable pour le chauffage et la litière des animaux. A cette époque de la seconde partie du xixe s., le Buis se raréfiait de plus en plus et les communes du causse durent prendre des mesures conservatoires : interdiction d’arracher ou de couper des sujets de moins de 5 ans, limitation de la coupe annuelle au tiers de la surface totale de la buxaie communale et avec seulement un outil léger ne déracinant pas l’arbuste (« piquette à main »).

18Le Buis donne en effet :
– des haies ;
– des litières pour les Bovins et les chevaux. L’occupation hivernale des hommes était la coupe ou l’arrachage du Buis. A la ferme, il était haché en menus fragments qui constituaient les litières, ce qui permettait de réserver la paille à l’alimentation du gros bétail ;
– de l’engrais vert ;
– les très grosses tiges, ou « cabillous », souvent de belle venue, au contraire des arbres locaux plutôt rabougris, étaient utilisées dans les charpentes des toitures de petites dimensions, les plus fréquentes. Ces charpentes pouvaient supporter le poids des grandes dalles calcaires de couverture ou « lauzes » ;
– après préparation des engrais verts et litières, il restait les tiges ou « calossès » qui étaient rangées en fagots pour le chauffage, le Buis fournissant une braise de longue durée ;
– le Buis servait aussi à faire les barreaux des mangeoires, les clés des colliers à Ovins, des cuillères, des fourchettes, des flûtes, des boules à jouer (avec les plus grosses racines). Aujourd’hui, à part la tradition des rameaux bénis, le Buis ne sert plus à rien et encombre les parcours !

1.1.2 Les modèles préhistoriques

19Cette synthèse proposée repose sur plus de 80 sites méditerranéens et de la périphérie, dont certains des plus caractéristiques sont exposés ici.

Les derniers équilibres

20Une fois passés en revue les modèles actuels, il est nécessaire de savoir en retour ce qu’apporte l’anthracologie à la connaissance des modes d’exploitation des milieux passés ; en particulier quels marqueurs de ces modes d’exploitation l’anthracologie met‑elle en évidence, à partir de quelle période et sous quelles modalités ?

21Située sur un promontoire calcaire dominant la plaine alluviale de l’Aude, la Balma de l’Abeurador (Heinz 1990) révèle une remarquable stratigraphie : les dépôts sédimentaires accumulés constituent la séquence stratigraphique archéologique la plus développée en Languedoc occidental pour l’étude de la diachronie tardi‑ et postglaciaire (Barbaza et al. 1984 ; Vaquer et al. 1986). En ce sens, l’étude paléoécologique a permis de saisir assez finement la dynamique forestière lors de l’amélioration climatique postglaciaire ainsi que les relations entre l’homme et l’environnement à une période charnière d’un point de vue culturel : la transition Mésolithique‑Néolithique (Heinz 1990), Deux phases majeures transparaissent : la première est caractérisée par la prépondérance des Gymnospermes, le Pin sylvestre et le Genévrier, la seconde par le Chêne pubescent et les espèces feuillues associées. Sur la base des fréquences du Pin sylvestre et du Genévrier, la phase 1 est subdivisée en la et 1b :
– la phase la comprend les niveaux paléolithique supérieur et épipaléolithique. Le Pin sylvestre, accompagné du Genévrier et de l’Amandier (fig. 1) est alors très bien représenté. L’Amandier a déjà été mis en évidence à cette période fini‑glaciaire dans des sites méditerranéens (Bazile‑Robert 1979, 1980a). Cet assemblage est corrélé à un milieu ouvert où les influences montagnardes sont sensibles et les conditions climatiques fraîches et sans doute encore sèches. Cependant et dès la base de la séquence, des feuillus, le Chêne pubescent et son cortège floristique, sont notés. Ainsi, cette phase la correspondrait plus vraisemblablement, à une période de transition avec les conditions typiquement montagnardes sèches du Pléniglaciaire (Vernet 1980 ; Bazile‑Robert 1980b) et les périodes plus tempérées qui vont suivre (phase 1b et 2) ;
– la phase 1b comprend les niveaux attribuables d’après leur industrie au Mésolithique moyen. Cette phase se caractérise par une diminution très nette du Pin sylvestre. L’Amandier disparaît. Le Genévrier dont l’essor est alors notable, est le taxon majeur (fig. 2). Parallèlement, s’effectue le développement du Chêne pubescent accompagné de son cortège arbustif. Les taxons méditerranéens, le Chêne vert, l’Alaterne, le Pistachier térébinthe apparaissent. Si les influences montagnardes sont encore présentes, l’apparition des thermophiles donne déjà une note méditerranéenne. Par ailleurs, Quercus pubescens et ses compagnes s’inscrivent nettement dans ce milieu en pleine évolution.

FIG. 1 – Forêt : Pin sylvestre et Genévrier.

FIG. 2 – Forêt de Genévrier.

22Les niveaux d’habitat (Néolithique ancien et Néolithique moyen) sont intégrés dans la phase 2. Le Pin sylvestre a totalement disparu, quant au Chêne pubescent et les espèces associées, ils sont devenus prépondérants (fig. 3). Ainsi, un phénomène de densification et de diversification de la végétation est corrélé à l’optimum postglaciaire. La formation végétale prédominante est une chênaie de type supraméditerranéen, associée à un climat méditerranéen subhumide. L’étude anthracologique de l’abri Jean Cros (alt. 500 m), situé à l’extrémité nord des hautes Corbières, confirme l’existence au Néolithique ancien d’une chênaie caducifoliée diversifiée (Vernet 1979).

FIG. 3 – Forêt mixte de Chêne à feuillage caduc et Chêne vert.

23L’impact de l’Homme sur la végétation au Néolithique ancien et surtout au Néolithique moyen, période où de profonds changements économiques sont attestés par ailleurs, est très faible à l’Abeurador comme le souligne la discrétion des taxons marqueurs de la dégradation, notamment le Buis, le Chêne vert et l’Arbousier. Le dynamisme des végétations qui se dégage ici concourt à une meilleure compréhension des relations entre l’Homme et la végétation. Une diversification des espèces feuillues fait suite à l’optimum climatique (8000 B.P.). La chênaie caducifoliée est mise en place, favorisant la création de sols forestiers riches en humus susceptibles d’être utilisés pour la culture. On ne trouve à aucun moment de cette longue séquence d’importantes interventions régressives sur la forêt, conséquences de l’élevage et surtout d’une agriculture déjà élaborée. La gestion du milieu naturel est ici rationnelle et le déterminisme d’évolution du paysage essentiellement climatique soulignant ainsi de longues phases d’adaptation entre l’Homme et son environnement. On notera, enfin, que rien dans les restes lithiques ou les graines mêmes ne vient infirmer cette idée d’une exploitation équilibrée.

Les premiers déséquilibres

Font‑Juvénal

24Situé au nord de Carcassonne dans l’étage mésoméditerranéen à Chêne vert, il en est une bonne illustration. L’analyse anthracologique préliminaire distingue deux périodes (Vernet 1980) :
– la première du Néolithique moyen Chasséen au Néolithique final est caractérisée par les Chênes à feuillage caduc, Erable, etc ;
– l’autre du Chalcolithique à l’âge du Fer montre l’extension des Chênes verts et du Buis. On notera que le début de la courbe du Buis est dans le Néolithique moyen et a un bon parallélisme avec celle du Chêne vert. On peut se demander si la substitution des Chênes à feuillage caduc par le Chêne vert et le Buis ne peut pas être mise en rapport avec le renouveau agricole du Néolithique moyen et son accélération à l’âge des Métaux. Le Buis est un arbuste précieux dans la mesure où il représente dans nos écosystèmes le marqueur de végétations dégradées dans le paysage de basse Provence, des Causses, etc. L’exploitation régressive de la forêt aurait débuté avec les Chasséens ; l’ouverture progressive du milieu est bien mise en évidence par les oiseaux (Vilette, communication orale). Blé et Orge (Marinval, communication orale) sont cultivés.

L’Abri de Dourgne

25Sur le piémont nord des Pyrénées dans l’étage supraméditerranéen, il montre la succession suivante fournissant un aperçu clair des changements paléo‑écologiques naturels puis anthropiques (Guilaine et al. 1987). L’Epipaléolithique est caractérisé par une végétation à net caractère montagnard (Pin sylvestre et Sapin notamment). Le Sapin perdure jusqu’au Néolithique ancien (6470 B.P.), l’If, le Genévrier et le Pin sylvestre jusque vers 6000 B.P. Sapin et If sont l’indication d’un climat frais et humide de montagne alors que la régression des Genévriers indique la fermeture des milieux, devenant plus forestiers. Chênes à feuillage caduc et Buis qui apparaissent vers 8000 B.P. attestent de la présence de groupements plus thermophiles développés près du site sur le versant à l’adret. Avec le Néolithique disparaissent sucessivement le Sapin et l’If. A la même époque, le Sapin atteint un maximum vers 1 000 m d’altitude, ce qui peut indiquer une migration de cette essence vers des biotopes plus favorables coïncidant avec l’optimum climatique. Le Buis va augmenter considérablement et même si ces hautes fréquences doivent être interprétées avec prudence, on note au même moment des indices de déforestation et de cultures avec présence de pollens de céréales dans une tourbière toute proche (Jalut 1977). Le Buis est considéré ici comme l’indicateur d’une accélération de l’impact humain sur le milieu. Cette extension peut être mise en relation avec la diminution de la chasse au profit de l’élevage. L’élevage de la Chèvre et du Mouton va l’emporter au moment du maximum du Buis. Voici qui justifie la civilisation du Buis, marqueur du nouveau système agro‑sylvo‑pastoral.

Unang

26Il s’agit d’un site au pied du plateau du Vaucluse, où ont été obtenus des résultats très convaincants (Thiébault 1988) :
– dans une première phase (Epipaléolithique et partie du Mésolithique), les Genévriers et Pins sylvestres sont les éléments caractéristiques à côté des Chênes à feuillage caduc. La limite supérieure de cet ensemble correspond à l’extension du Chêne vert (datée de 8390 d’après la palynologie, Triat‑Laval 1979) ;
– puis, les Chênes à feuillage caduc forment l’élément caractéristique. La limite supérieure de cette phase correspond à la décroissance des fréquences de Chênes et Genévriers et à l’extension du Buis ;
– extension du Buis dans la deuxième partie de l’ensemble néolithique ;
– finalement, les couches supérieures traduisent un maximum d’anthropisation avec Buis (fig. 4), Chênes verts et Frênes.

FIG. 4 – Buxaie (Buis), étage supraméditerranéen ; Navacelles (France).

27On remarquera dans ce diagramme (Thiébault 1988 : fig. 18) la progression parallèle du Chêne vert et du Buis en rapport avec l’anthropisation croissante au Néolithique moyen.

28Les séries anthracologiques les plus favorables nous montrent ainsi une progression du Buis et du Chêne vert dès 6000 B.P. environ avec un maximum vers 4000‑4500 B.P. confirmant les premières données obtenues antérieurement (Vernet 1973). Ainsi, il paraît très vraisemblable que l’extension des Chênes semper virens au Néolithique moyen conjointement avec les formations de dégradation illustrées par les buxaies n’a rien de climatique. Ceci se conçoit parfaitement du point de vue écologique car le Chêne vert est une espèce qui s’adapte à des substrats variés, marneux, calcaires, schistes. Il peut croître aussi bien sur sols profonds que sur les escarpements les plus raides. La destruction de la chênaie caducifoliée néolithique méditerranéenne a été progressive et sélective : les nouveaux agriculteurs se sont intéressés aux zones à sols profonds portant le Chêne pubescent, abandonnant les côteaux calcaires au Chêne vert, celui‑ci devenant peu à peu l’élément dominant au fur et à mesure de l’amenuisement de la chênaie caducifoliée. Mais ceci n’a pu aboutir qu’en renouvelant totalement les pratiques : il est probable que du brûlis, on est passé progressivement à l’essartage voire à l’écobuage et ses dérivés élaborés comme l’étrépage.

1.1.3 Conclusions générales

29Avant toute chose, il y avait la forêt : c’est dans l’étude des forêts du passé en relation avec l’activité de l’Homme qu’il faut chercher les origines de l’économie historique traditionnelle agro‑sylvo‑pastorale. Les débuts de l’économie sylvicole ont été bien peu marqués. Bien sûr, au cours des temps allant du dernier glaciaire aux débuts des civilisations sédentaires, les conditions climatiques étaient généralement rigoureuses, l’Homme se contentant de cueillette et de simple ramassage du bois. On peut de cette façon, par les restes qui nous ont été laissés, connaître en détail les étapes du réchauffement du climat. Cette situation de cueillette qui implique une dépendance vis‑à‑vis du milieu perdure avec les civilisations épipaléolithiques, mésolithiques et même avec celles du Néolithique ancien. Il faut attendre le début du Néolithique moyen pour voir la fin de cette économie de dépendance et pour entrer dans un système d’appropriation progressive du milieu. Les Chasséens sont bien les promoteurs du nouvel ordre économique agropastoral même s’ils n’ont pas inventé l’agriculture.

30La première agriculture a été vraisemblablement une agriculture forestière itinérante légère sur brûlis et quoi qu’il en soit, peu destructrice. Puis, à côté du brûlage à feu courant, l’essartage dont on n’oubliera pas qu’il s’agit d’une forme d’agriculture primitive sans culture de la terre va prendre de plus en plus d’importance conduisant à une ouverture de la forêt en même temps qu’il permet l’extension des cultures et des parcours pour un troupeau maintenant riche en Ovins et Caprins. Le modèle de Dourgne montre précisément ces transformations de la forêt.

31L’essartage est très important pour nous, puisque les charbons de bois issus de sites archéologiques en sont certainement une des manifestations. Mais, dans l’état actuel de la recherche, nous ne savons pas toujours bien distinguer le bois de feu du bois produit de l’essartage. Pourtant, si le Buis est considéré comme un marqueur privilégié des essartages, comme nous avons lieu de le penser, il devient alors l’indicateur du système agro‑sylvo‑pastoral, dont la banalisation remonte au Néolithique moyen. La pratique de l’essartage et du feu courant conduisent peu à peu la forêt méditerranéenne vers ses termes de garrigues ou de matorrals dont le recouvrement très faible laisse le sol en proie à l’érosion.

Bibliographie

Bibliographie

Barbaza et al. 1984 : BARBAZA (M.), GUILAINE (J.), VAQUER (J.). — Fondements chrono‑culturels du Mésolithique en Languedoc occidental. L’Anthropologie, 88, 3, 1984, p. 345‑365.

Bazile‑Robert 1979 : BAZILE‑ROBERT (E.). — Flore et végétation du sud de la France pendant la dernière glaciation d’après l’analyse anthracologique. 154 p. (thèse de 3e cycle, USTL, Montpellier, 1979).

Bazile‑Robert 1980a : BAZILE‑ROBERT (E.). — Les Groupements à Amygdalus et Prunus de la fin du Tardiglaciaire et du début du Postglaciaire en Méditerranée occidentale. Géobios, 13, 5, Lyon, 1980, p. 777‑781.

Bazile‑Robert 1980b : BAZILE‑ROBERT (E.). — Premières données sur la végétation tardiglaciaire de la moyenne vallée de l’Hérault. Bulletin de la Société des sciences naturelles de Nîmes, 56, 1980, p. 5‑13.

Bazile‑Robert 1981 : BAZILE‑ROBERT (E.). — Flore et végétation des gorges du Gardon à la moyenne vallée de l’Hérault, de 40000 à 9500 B.P. d’après l’anthracoanalyse. Paléobiologie continentale, 12 (1), Montpellier, 1981, p. 79‑90.

Cassagne 1987 : CASSAGNE (B.). — Le Problème du bois de feu dans les villes d’Afrique tropicale. Le cas de Bangui (RCA). 175 p. (thèse université, USTL, Montpellier, 1987).

Corvol 1987 : CORVOL (A.). — L’Homme aux bois, relations homme‑forêt du xviie au xxe siècle. Paris, Fayard, 1987. 585 p.

Demard 1980 : DEMARD (Y.). — L’Utilisation du bois dans la tradition paysanne et artisanale comtoise. Société et forêts. Revue forestière française, n.s., 1980 ; Ecole nationale du génie rural des eaux et des forêts, 1980, p. 281‑300.

Durand‑Tullou 1972 : DURAND‑TULLOU (A.). — Rôle des végétaux dans la vie de l’Homme au temps de la civilisation traditionnelle. Journal d’agriculture tropicale et de botanique appliquée, 19 (6‑7), 1972, p. 222‑246.

Frenzel 1979 : FRENZEL (B.). — L’Homme comme facteur géologique en Europe. Bulletin de l’Association française pour l’étude du Quaternaire, 4, 1979, p. 191‑ 199.

Guilaine et al. 1987 : GUILAINE (J.), BARBAZA (M.), GASCO (J.), GEDDES (D.), VAQUER (J.), VERNET (J.‑L.). — L’Abri de Dourgne : un exemple pyrénéen de néolithisation. In : Premières communautés paysannes en méditerranée occidentale. Actes du colloque, Montpellier, 1983. Paris, 1987, p. 545‑ 554.

Hallé 1986 : HALLE (F.). — Un Système d’exploitation ancien, mais une interface scientifique nouvelle : l’agroforesterie dans les régions tropicales. In : Milieux et Paysages. Paris, Masson, 1986, p. 37‑54.

Heinz 1990 : HEINZ (C.). — Dynamique des végétations holocènes en Méditerranée nord‑occidentale d’après l’anthracoanalyse de sites préhistoriques : méthodologie et paléoécologie. Paléobiologie continentale, XVI, 2,1990, 208 p.

Jalut 1977 : JALUT (G.). — Végétation et climat des Pyrénées méditerranéennes depuis 15 000 ans. 2 vol., 139 p., 1 vol. de pl. (mémoire de l’École des hautes études en sciences sociales, Toulouse, 1977).

Loir 1940 : LOIR (E.). — L’Industrie de la résine dans les causses à l’époque gallo‑romaine. Nancy, 171 p.

Noël, Bocquet 1987 : NOËL (M.), BOCQUET (A.). — Les Hommes et le Bois. Paris, Hachette, 1987, 347 p. (La Mémoire du Temps).

Orliac 1980 : ORLIAC (C.), ORLIAC (M.). — Les Structures de combustion et leur interprétation archéologique : quelques exemples en Polynésie. Journal de la Société des Océanistes, 36. 1980, p. 61‑76.

Sigaut 1975 : SIGAUT (F.). — L’Agriculture et le Feu. Paris, Mouton et Cie, 1975, 320 p.

Thiébault 1988 : THIEBAULT (S.). — L’Homme et le milieu végétal : analyses anthracologiques de six gisements des Préalpes au Tardi‑ et au Postglaciaire. Paris, MSH, 1988, 111 p. (DAF, 15).

Triat‑Laval 1979 : TRIAT‑LAVAL (H.). — Contribution pollenanalytique à l’histoire tardi‑ et postglaciaire de la végétation de la basse vallée du Rhône. 343 p., 29 diag., 3 tabl. (thèse de doctorat‑èssciences, université d’Aix‑Marseille III, 1979).

Vaquer et al. 1986 : VAQUER (J.), GEDDES (D.), BARBAZA (M.), ERROUX (J.). — Mesolithic plant exploitation at the Balma Abeurador, France. Oxford Journal of Archaeology, 5, 1, 1986, p. 1‑18.

Vernet 1973 : VERNET (J.‑L.). — Etude sur l’histoire de la végétation du sud‑est de la France au Quaternaire d’après les charbons de bois principalement. Paléobiologie continentale, 4,1, Montpellier, 1973, 90 p., 13 pl.

Vernet 1979 : VERNET (J.‑L.). — L’Abri Jean Cros, phytoécologie. In ; L’Abri Jean Cros : essai d’approche d’un groupe humain au Néolithique ancien dans son environnement. Toulouse, centre d’Anthropologie des sociétés rurales, 1979, p. 229‑243.

Vernet 1980 : VERNET (J.‑L.). — La Végétation du bassin de l’Aude, entre Pyrénées et Massif central, au Tardiglaciaire et au Postglaciaire, d’après l’analyse anthracologique. Review of Palaeobotany and Palynology, 30, Amsterdam, 1980, p. 33‑55.

Vernet 1991 : VERNET (J.‑L.). — L’Histoire du milieu méditerranéen humanisé révélée par les charbons de bois. In : GUILAINE (J.) dir. — Pour une archéologie agraire. Paris, Armand Colin, 1991.

Table des illustrations

Légende FIG. 1 – Forêt : Pin sylvestre et Genévrier.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/38305/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende FIG. 2 – Forêt de Genévrier.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/38305/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende FIG. 3 – Forêt mixte de Chêne à feuillage caduc et Chêne vert.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/38305/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende FIG. 4 – Buxaie (Buis), étage supraméditerranéen ; Navacelles (France).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/38305/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 47k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1993

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search