Version classiqueVersion mobile

Les figurines en terre cuite gallo-romaines

 | 
Colette Bémont
, 
Micheline Jeanlin
, 
Christian Lahanier

Chapitre 4. La diffusion des figurines hors de France

4.1 Typologie et chronologie : l’exemple de la Suisse

Victorine von Gonzenbach

Texte intégral

1Les efforts conjugués en vue de cette table ronde tendent à nous donner un tableau complet de la distribution des terres cuites de la Gaule centrale. Mais à mesure que nous nous acheminons vers une vue d’ensemble de ce matériel, il devient évident que, dans cet inventaire, la notion de temps, c’est‑à‑dire la dimension de l’histoire fait défaut. Il devient donc urgent de compléter cette perspective « horizontale » de la distribution des figurines par la perspective « verticale », c’est‑à‑dire par l’étude de l’évolution de ces terres cuites : c’est la connaissance de cette histoire qui permettra l’interprétation correcte des données, jusqu’alors partiellement muettes et, à certains égards, quelque peu stériles, de la seule distribution.

2Il faut bien se rendre compte que la connaissance des fabriques (si importante d’un point de vue socio‑économique) que nous apportent les fouilles récentes et les analyses de laboratoire, même si elle nous restitue un lambeau de la vie de tel ou tel atelier de statuettes, ne nous suffira pas pour révéler l’histoire des terres cuites de l’Allier dans leur ensemble ; cela pour des raisons multiples dont il suffit ici d’en rappeler une seule, assez décisive il est vrai. Il est bien évident qu’en gros le répertoire (thèmes, motifs et types généraux) des produits d’ateliers, différents mais contemporains, constitue un patrimoine plus ou moins commun, dû entre autres à des échanges assez actifs de moules. L’autre élément constitutif de ce langage, le style, est lui aussi assez uniforme à un moment donné de la production, car des produits contemporains, quoique s01tis d’ateliers différents, sont empreints du Zeitstil, qui marque toute création d’une époque. Le caractère individuel d’un atelier ne pourra donc se définir que par rapport au répertoire et au style propres à une période.

3L’étude de l’histoire des terres cuites doit, en conséquence, partir surtout du matériel lui‑même. Durant plus de deux siècles qu’a duré la production des statuettes, il doit normalement y avoir eu un développement, une évolution soit du répertoire, soit du style. L’exemple de la sigillée, pour n’en nommer qu’un, est instructif à cet égard. Mais ce développement a‑t‑il suivi un cours régulier ? y avait‑il des arrêts marqués, des changements brusques ? Comment reconnaître les phases ? Nous voilà confrontés au problème de la périodisation. Pour aborder cette question, il faut d’abord avoir une idée claire de l’ensemble de la production durant un certain laps de temps et, en particulier, de son caractère au début de cette période.

4Nos recherches nous ont amenée à placer, en l’état actuel de nos connaissances, les premiers ateliers à Vichy et dans sa région (H. Lange a d’ailleurs exprimé la même opinion dans son exposé), et le début de leur activité dans le deuxième quart du ier s. Ici se lèvent de nombreuses questions. Pourquoi Vichy ? Pourquoi ce moment ? D’où venait l’impulsion ? Les modèles ? Et pourquoi des statuettes dans une Gaule qui ‑à de rares exceptions près ‑n’en connaissait pas auparavant ?

5Maintenant, si l’étude des ateliers doit évidemment se poursuivre en France même, les régions limitrophes, les récepteurs naturels de l’exportation, pourront pour cette raison même contribuer à éclairer l’histoire des terres cuites et les questions qu’elle soulève. Cela non seulement parce qu’elles disposent déjà d’un réseau important de trouvailles datées. Mais aussi, et surtout, parce que les frontières de l’Empire romain sur le Rhin et le Danube ont été le lieu d’événements historiques variés avec lesquels les données et questions mentionnées plus haut peuvent être mises en relation par qui cherche explications et réponses.

6Revenons maintenant à la question des périodes de production des statuettes. C’est uniquement sous cet angle qu’il est justifié de traiter du territoire de la suisse actuelle (qui autrefois faisait partie de la Germanie et de la Rhétie) séparément de l’Allemagne d’aujourd’hui. Car pour le début de la production, nous disposons en suisse d’une série remarquable de trouvailles datées, s’échelonnant durant le Ier s., mais souvent préflaviennes, et provenant surtout de nécropoles mais aussi d’habitats. Cette série, à laquelle s’ajoute un groupe, également préflavien, de Grande‑Bretagne et d’Allemagne, représente la toute première phase de production, avec des caractéristiques très précises en ce qui concerne la technique, le style et les thèmes principaux.

7La technique est souvent compliquée, demandant au coroplathe plus d’habileté que plus tard. Elle connaît, par exemple, des membres et têtes ajoutés permettant des gestes et mouvements amples, ainsi que des créations au moins partiellement individuelles. Le style est marqué, par exemple, par un canon de proportions spécial et bien défini, une frontalité rigide et une plasticité des surfaces assez limitée. La figurine, une fois sortie du moule, est le plus souvent reprise à la spatule, ce qui assure aux spécimens issus d’un même moule des aspects assez divers. Les thèmes et motifs représentés se rattachent sans exception à la civilisation romaine. Témoins pour le domaine religieux : les dieux dont la conception et l’iconographie sont étrangères aux coutumes indigènes (Minerve guerrière, Victoire, Hercule, Priape) ; mobilier de culte et instruments du rituel (aedicula, autel, uitta des animaux de sacrifice) ; offrandes funéraires (œufs, grenades). Dans le domaine de la vie quotidienne dominent les thèmes de la vie publique et sociale, tels le théâtre‑spectacle, l’arène, le symposium, la cavalerie militaire. C’est dire aussi qu’il s’agit d’un monde où domine l’homme, mais dont la femme et surtout l’enfant sont à peu près absents. Les terres cuites reflètent donc à cette époque, très nettement et en premier lieu, des aspects importants de la civilisation romaine, étrangers à la culture gauloise indigène (fig. 88).

FIG. 88 – Suisse : Période 1 : choix de types de figurines (échelles diverses).

8Ce caractère éminemment romain est confirmé par la distribution des statuettes de cette époque sur le territoire suisse. Elles se trouvent en effet uniquement le long de la grande voie de communication reliant la vallée du Rhône au Rhin et, plus à l’est, à la Rhétie ; et là, dans des installations romaines, surveillant très souvent des croisements de routes, des passages de rivières, ports lacustres et fluviaux qui étaient gardés par un poste militaire. Ainsi, non seulement les thèmes, mais aussi la distribution mènent à la conclusion que les premières terres cuites ont été utilisées non par les indigènes, mais essentiellement par des immigrés, par des Romains, voire des Italiens ou des Gaulois fortement romanisés (fig. 87, a).

FIG. 87 – Suisse : a période 1 (Ier s.) : distribution des ‑figurines gallo‑romaines de l’Allier ; b périodes 2 et 3 (IIe et IIIe s.) : distribution des figurines gallo‑romaines de la Gaule centrale.

9S’il est vrai que la première période des statuettes de l’Allier est caractérisée par le répertoire de types, le style et la distribution qu’elle présente en suisse, la caractérisation d’une deuxième période peut se fonder aussi sur les mêmes critères. Mais tandis que l’évolution du style se fait normalement (c’est‑à‑dire qu’elle est lente et graduelle), on observe dans le répertoire des thèmes et des motifs, dans leur ensemble, une transformation marquée et, à ce qu’il semble, assez rapide. C’est ce phénomène qui suggère le développement d’une deuxième phase de production.

10Nous passons ici sur les détails résultant de l’évolution du style pour discuter plutôt des aspects complémentaires que présente la transformation du répertoire des statuettes. On observe d’une part la disparition d’un groupe de thèmes ou motifs, et de l’autre l’apparition d’une série comportant des thèmes ou motifs nouveaux. Ces phénomènes sont naturellement moins sensibles dans le domaine religieux proprement dit, c’est‑à‑dire la représentation de divinités : dans ce cas les motifs restent les mêmes ; ce sont les types qui changent suivant l’évolution du style. Toutefois, des divinités strictement romaines –par exemple la Victoire– disparaissent tandis que des divinités typiquement gauloises (comme le dieu à la roue ou encore une Vénus protectrice) entrent dans le répertoire. Le mobilier de culte, comme les offrandes funéraires spécifiques mentionnées pour la première période, disparaissent eux aussi. Dans le domaine profane, le changement de répertoire est plutôt surprenant. Les thèmes ou motifs caractéristiques de la période précédente se référant à la vie publique et sociale ne sont plus fabriqués. Ils sont remplacés par des thèmes ou motifs nouveaux. Nous voyons des mères‑nourrices, des femmes portant des offrandes, des bustes de femmes et d’enfants. Donc au lieu du monde des hommes, la production des statuettes s’inspire du domaine plus intime de la vie de famille, de la vie des femmes et des pratiques de la dévotion (fig. 89).

FIG. 89 – Suisse : Période 2 : choix de types de figurines (échelles diverses).

11Cette transformation du répertoire n’est point limitée à la suisse, mais sensible partout. Elle n’est donc pas l’effet d’un changement dans les mécanismes de l’exportation de l’Allier. Selon les apparences, il s’agit pourtant d’un processus plutôt lent qui se développe dans un cettain laps de temps, avant et après le tournant du siècle. Témoin : l’atelier de Saint‑Bonnet/Yzeure fouillé par H. Vertet, où apparaissent des types anciens à côté d’autres, introduits récemment. Il est donc évident que la transformation du répertoire ne peut être expliquée que comme une réponse à des exigences nouvelles du marché. Ainsi, le développement du répertoire des statuettes exprimerait, selon toute probabilité, l’adaptation des ateliers aux besoins d’une clientèle qui n’est plus la même qu’au début de la production des terres cuites. Son identité se révèle d’abord par le contenu même du nouveau répertoire qui touche plutôt aux intérêts et aux aspirations des femmes. D’autre part elle peut être entrevue aussi à travers la distribution des statuettes à partir de cette deuxième période, telle que la présente l’exemple de la suisse. De ce point de vue, le fait le plus frappant (fig. 87, b) est que dans les uici, dont l’ortigine et la prospérité au ier s. sont dus en grande part à la présence de Romains, voire de détachements militaires plus ou moins nombreux et de commerçants arrivés avec eux (exemples : Vindonissa, Lenzburg, Baden, Orberwinterthur), les terres cuites deviennent extrêmement rares après le départ de l’armée et, avec elle, de beaucoup d’autres immigrés en 101 ap. J‑C. Elles sont également rares dans les uillae rusticae. A partir du iie s. presque toutes les statuettes sont concentrées dans les grandes villes et agglomérations importantes comme Augst‑Augusta Raurica, Avenches‑Aventicum et Martigny‑Octodurus et leurs nécropoles et sanctuaires. Il semble donc que cette clientèle ne soit dès lors, pas plus qu’auparavant, la population indigène de souche paysanne. Désormais, elle est probablement constituée d’indigènes surtout, mais selon toutes les apparences, de la partie la plus romanisée d’entre eux.

12Mais l’exemple de la suisse ne concernant, après tout, qu’une partie de l’aire de distribution des terres cuites, reste une question : pourquoi les ateliers abandonnent‑ils les thèmes, ou motifs prépondérants durant le ier s. pour se tourner vers d’autres thèmes surtout de la vie quotidienne ? Une réponse détaillée nous mènerait trop loin. Une indication doit suffire. C’est vers la fin du ier s. que prend son essor, dans la plus importante région d’exportation des produits de l’Allier –le nord‑est de la Gaule, et la vallée rhénane–, la fabrication locale de statuettes en terre cuite, dont les produits remplaceront le mobilier importé de l’Allier. Ce changement dans le programme des ateliers de la Gaule centrale signifie donc, selon toute probabilité, une réaction à la perte d’un marché d’exportation important et, avec lui, d’une clientèle sur les besoins de laquelle la production s’était à l’origine alignée.

13Dorénavant, les thèmes ou motifs restent plus ou moins les mêmes tandis que les types eux‑mêmes changent avec l’évolution du style. Ainsi, la distinction d’une troisième période de production de statuettes de l’Allier s’appuie uniquement sur cette évolution, qui atteint son apogée avec les produits des ateliers de Pistillus à Autun vers le dernier quart du iie s., et se signale surtout par l’abondance du matériel, plus facile à étudier pour l’archéologue. Le style de cette période est caractérisé par l’assimilation complète du classicisme gréco‑romain, de l’art officiel antonino‑sévérien. Ce n’est donc qu’à cette époque que le style –non pas la typologie–des terres cuites de l’Allier se rattache au courant principal de l’art officiel du Haut‑Empire. C’est précisément l’atelier de Pistillus qui, tout en enrichissant le répertoire avec des variantes spécifiques de motifs connus auparavant, représente le mieux cet aboutissement.

14Puisque les terres cuites de cette troisième période et, avec elles, celles de Pistillus, sont assez rares en suisse, nous ne nous y arrêtons pas davantage. Et d’ailleurs, H. Lange a déjà traité de Pistillus (cf. supra, § 2.3). Il semble pourtant que les produits des ateliers de ce coroplathe aient dominé le marché suisse durant le dernier tiers du iie s. Comme nous ne disposons pas encore de statuettes datées du iiie s., il n’est pas possible d’établir avec certitude la fin de l’importation en suisse des statuettes de la Gaule centrale.

Table des illustrations

Légende FIG. 88 – Suisse : Période 1 : choix de types de figurines (échelles diverses).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/38120/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende FIG. 87 – Suisse : a période 1 (Ier s.) : distribution des ‑figurines gallo‑romaines de l’Allier ; b périodes 2 et 3 (IIe et IIIe s.) : distribution des figurines gallo‑romaines de la Gaule centrale.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/38120/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
Légende FIG. 89 – Suisse : Période 2 : choix de types de figurines (échelles diverses).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/38120/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 218k

Auteur

Conservateur honoraire du musée de Vindonissa (Brugg)

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search