Version classiqueVersion mobile

Les figurines en terre cuite gallo-romaines

 | 
Colette Bémont
, 
Micheline Jeanlin
, 
Christian Lahanier

Chapitre 3. La diffusion des figurines en France

3.4 Bretagne

François Fichet de Clairfontaine et Hervé Kerébel

Texte intégral

1Paradoxalement, alors que la plupart des sites antiques armoricains ont livré chacun au moins un fragment de figurine, alors même que certains en ont livré plusieurs centaines, peu d’ouvrages et d’articles ont été consacrés à ce type d’objet. Il est indéniable que l’état le plus souvent fragmentaire des pièces, qui, sur chaque site, forment en moyenne un lot de très faible importance, ne favorise guère la publication de synthèses ou même d’articles de portée plus modeste. Il est vrai aussi que la figurine a été considérée, pendant longtemps, comme un objet digne de peu d’intérêt. En 1871, dans un article consacré aux fouilles de la Tourelle à Quimper, C.‑A. Grenot cache difficilement son mépris en évoquant « cette Vénus classique sortant de l’eau, d’une nudité repoussante... » (Grenot 1871 : 412). Une page plus loin, il reviendra sur « l’ignoble tête de la Vénus sortant de bain ». Quelques petites études ont heureusement fleuri ; ainsi celle d’A. Gaborit sur les Vénus anadyomènes et les déesses‑mères (Gaborit 1976a et 1976b), celle de A. Le Rudulier sur les déesses‑mères dans la France de l’Ouest (Le Rudulier 1980), celle sur le potier Rextugenos, après la découverte de plusieurs Vénus à gaine près d’un laraire à Corseul (Côtes‑du‑Nord) (DAHB 1977) et d’un dépotoir à La Chapelle‑des‑Fougeretz (Ille‑et‑Vilaine) (Sanquer 1981 et 1983). Récemment en 1986, nous avons découvert, rue Saint‑Louis à Rennes (Ille‑et‑Vilaine), un atelier ayant produit des imitations de figurines provenant de l’Allier ainsi que de l’atelier de Rextugenos (Fichet de Clairfontaine 1987). Cette trouvaille, tout à fait inattendue, a permis de proposer, dans le cadre d’une exposition, une première synthèse sur le style du coroplathe armoricain (Joubeaux 1988).

2Malgré cela, il faut bien reconnaître qu’un long travail de recensement demande encore à être réalisé, davantage par l’examen des collections, conservées au sein des dépôts de fouilles, que par le seul dépouillement des bulletins et mémoires des sociétés savantes. Dans l’attente, on ne peut donc traiter ce chapitre sur la diffusion des figurines que par grands traits, en présentant les aspects généraux, et pas toujours originaux, du phénomène 1.

3.4.1 La production

3On ne peut comprendre l’omniprésence de la figurine sur les sites bretons, sans évoquer le fait que, à côté d’un véritable marché d’importation de figurines en provenance de l’Allier, existèrent au moins trois ateliers de coroplathes armoricains.

4Jusqu’à la découverte de l’atelier de la rue Saint‑Louis à Rennes et surtout avant qu’une première analyse des pâtes soit réalisée par le procédé de l’activation neutronique (Joubeaux 1988 : 67‑72), les productions de Rextugenos ont été considérées comme provenant essentiellement de la région du Centre. Si on est maintenant certain qu’il s’agit bien d’une production armoricaine, il est cependant encore difficile de localiser avec précision l’atelier originel, datable de la seconde moitié du ier s. Ainsi, la carte de répartition des découvertes de figurines, signées ou non, de Rextugenos ne permet pas de distinguer l’épicentre de l’aire de diffusion. D’après C. Lahanier, il ne devait cependant pas être éloigné de Rennes, les argiles utilisées par le coroplathe et celles employées rue Saint‑Louis présentant une corrélation positive entre le sodium et le potassium (Joubeaux 1988 : 71).

5L’atelier de La Chapelle‑des‑Fougeretz (Ille‑et‑Vilaine) n’est connu que par une fosse‑dépotoir, éventrée par des travaux et localisée en 1981 par un prospecteur, A. Provost. Proche de l’atelier de Rennes, dont il a, du reste, utilisé et même repris des productions, cet atelier a produit, par surmoulage, des formes classiques et des Vénus à gaine.

6L’atelier de la rue Saint‑Louis, à Rennes, s’est implanté dans une zone à forte activité artisanale et commerciale ; il a pu diffuser sur une grande partie de l’Ille‑et‑Vilaine.

7Il reste que certaines découvertes, réalisées au siècle dernier, ne sont pas sans poser de nombreuses questions. La trouvaille de figurines à pâte rouge, légèrement micacée, pourrait accréditer l’existence d’un quatrième atelier armoricain (Gaborit 1976c). Il a produit des formes relativement grossières, obtenues par surmoulage, et que l’on retrouve à Quimper et Corseul et Rennes. La diffusion de ces productions reste cependant encore mal connue. A Treguennec (Finistère), quelque 80 fragments de figurines auraient été découverts dans un four (Du Chatellier 1907 : 327), aucun moule ne leur était cependant associé. Du Chatellier, qui relate la découverte, évoque, à proximité du four, la présence de monticules avec substructions et celle d’amas considérables de cendres. Que dire des 156 fragments provenant de l’oppidum, de Tronoën à Saint‑jean‑Trolimon (Le Men 1877‑78, Du Chatellier 1877) et surtout des 700 pièces qui ont été recueillies dans un souterrain à la Tourelle à Quimper (Le Men 1868, Grenot 1871, Du Chatellier 1907 : 327‑330) ? s’il est probable que l’abondance des trouvailles est liée, pour Saint‑jean‑Trolimon, à la présence d’un lieu de culte, nous pouvons nous demander, compte‑tenu de la variété des formes représentées et du nombre de fragments, si les figurines de Quimper ne proviendraient pas d’un atelier. Le souterrain de la Tourelle aurait ainsi servi de dépotoir pour les rebuts de cuisson. Reste le site de Treguennec où le lot de figurines est semblable à celui que l’on retrouve sur les ensembles cultuels. Il n’est cependant pas improbable qu’un petit atelier de coroplathes se soit développé à côté...

3.4.2 Aspects généraux de la diffusion

8Une diffusion durant 3 siècles

9En préalable, il est important de noter que les figurines en terre cuite peuvent être présentées dans tous les niveaux archéologiques armoricains compris entre le règne de Néron et le début du ive s. Un fragment de Vénus à gaine de l’atelier de Rextugenos a été découvert dans une couche du milieu du ier s., à Vannes (information A. Provost) et une figurine signée se trouvait, sur le site de Monterfil II à Corseul, sous un sol mis en place, au plus tôt, à la fin du ier s. Sur ce dernier site, des déesses‑mères étaient encore conservées, à la fin du iiie s., dans un entrepôt. Ces pièces, qui pouvaient encore être vendues à cette période, ont été détruites par l’incendie du bâtiment (Fichet de Clairfontaine 1987).

Une diffusion très large

10La grande majorité des sites gallo‑romains de Bretagne, sur lesquels nous disposons de mobilier céramique, d’articles, de bons rapports de fouilles ou, pour les plus anciens, de « relations de fouilles », ont livré des figurines. La nature même du site ne semble du reste pas imposer d’exception. Des figurines ont ainsi été recueillies dans les ensembles urbains (Vannes, Corseul, Rennes, Quimper, Kerilien‑en‑Plouneventer et Carhaix dans le Finistère...), dans les uici, les uillae et des petites fermes, dans les temples et les laraires, dans les sites naturels tels que les grottes, dans les monuments mégalithiques, dans les centres artisanaux (Plomarc’h‑en‑Douarnenez, Finistère) ou commerciaux (Monterfil II à Corseul), et bien entendu dans les ateliers de coroplathes.

11La calte de répartition des sites ayant livré des statuettes ne doit pas nous tromper. Les nébuleuses de points correspondent à la présence soit d’une ville (Rennes, Vannes ou Quimper) ou d’un site archéologique important (Corseul, Kerilien‑en‑Plounéventer, Saint‑Malo), autour desquels s’est principalement développée la recherche archéologique. Ailleurs nous voyons se dessiner des zones isolées, chacune véritable « terra incognita », sur lesquelles la prospection ne se déploie aujourd’hui que très lentement.

Des disparités d’un site à l’autre

12Il faut noter qu’en moyenne, chaque site ne livre que très peu de fragments. A Corseul, le site résidentiel de la salle des fêtes a livré, sur quelque 550 m2, 2 fragments de Vénus anadyomènes, 1 buste d’homme et 2 fragments d’animaux (coq et cheval). Sur celui de Monterfil II, qui affiche un caractère nettement commercial, ce sont à peine 10 fragments de figurines qui ont pu être recueillis sur une aire de 1100 m2. En moyenne, l’habitat urbain ou rural ne livre donc que peu de pièces qui représentent, au sein du mobilier archéologique, un pourcentage infime. Les données changent du tout au tout dès que nous nous plaçons sur un site cultuel et bien entendu sur un atelier. Les statuettes ne composent cependant que 20 % du lot céramique provenant de l’atelier de la rue Saint‑Louis. A l’inverse, elles peuvent composer près de 95 % du mobilier recueilli sur les fana.

3.4.3 Les formes et leur diffusion

Les productions de Rextugenos

13Il est encore difficile de distinguer les figurines sortant de l’atelier même de Rextugenos, et datables du Ier s., de celles produites au iie s. Des découvertes ont été effectuées sur 16 des 46 sites armoricains qui ont fourni des fragments de figurines et qui constituent des milieux divers (fig. 58). Ce sont surtout les sites urbains qui ont fourni des exemplaires de Vénus à gaine et de déesses‑protectrices, à commencer par Rennes. Les figurines s’y rencontrent aussi bien au sein d’un atelier céramique (rue Saint‑Louis) que dans des quartiers résidentiels et commerciaux (ZAC Saint‑Malo‑Ille). A Corseul, des exemplaires ont été recueillis dans un laraire, au sein même d’une importante domus (DAHB 1977), dans un quartier résidentiel relativement modeste (cabinet médical) et au sein du quartier commercial de Monterfil II. Quimper (La Tourelle, Creac’h Maria...), Carhaix, Vannes et Kerilien‑en‑Plounéventer en ont aussi livré mais en plus petite quantité. Paradoxalement, le milieu rural semble avoir été peu ouvert aux productions de Rextugenos, dont l’aspect archaïque est souvent avancé, comme s’il devait être à l’image d’une campagne aux goûts bien conservateurs. Dans les uillae, ce type de figurines n’a été recueilli qu’en très petit nombre (1 à 2 exemplaires au maximum). Ainsi, des sites de Kervennec à Pont‑Croix (Finistère), de Languiva à Plounéor‑Lanvern (Finistère) ou de la Touche à Créhen (Côtes‑du‑Nord), ne provient à chaque fois qu’un seul fragment de Vénus à gaine. Sièges de dévotion et peut‑être même de superstition, les monuments mégalithiques, tels ceux du Toulvern à Baden ou du Petit‑Mont à Arzon (Morbihan) ont livré de nombreuses figurines, parfois signées (Lecornec 1985 et 1987). Par contre, à notre connaissance et pour une raison inconnue, aucune des productions de ce type n’a été retrouvée sur le site d’un temple. Elles sont absentes du mobilier provenant de la fouille des fana de Châtillon‑sur‑seiche, de Carnac, de Carentoir ou de Plouer‑sur‑Rance.

Fig. 58 – Bretagne: a carte de répartition générale des figurines ; b carte de répartition des déesses mères ; c  carte de répartition des Vénus. Sites : 1 Corseul; 2 Créhen ; 3 Le Vieux‑Bourg ; 4 Plouer‑sur‑Rance ; 5 Saint‑Brandan ; 6 Carhaix ; 7 Combrit ; 8 Douarnenez ; 9 La Roche‑Maurice ; 10 Plomelin ; 11 Plomodiern ; 12 Plouhinec ; 13 Plounéventer ; 14 Plonéour‑Lanvern ; 15 Pont‑Croix ; 16 Quimper ; 17 Riec‑sur‑Belon ; 18 Saint‑Frégant ; 19 Saint‑Jean Trolimon ; 20 Sizun ; 21 Tréguennec ; 22 Bréal‑sous‑Montfort ; 23 Châtillon‑sur‑Seiche ; 24 La Chapelle‑des‑Fougeretz ; 25 Langon ; 26 Rennes ; 27 Saint‑Servan ; 28 Allaire; 29 Arradon ; 30 Arzon ; 31 Baden ; 32 Berné ; 33 Caden ; 34 Carnac ; 35 Ile‑aux‑Moines ; 36 Le Hézo ; 37 Locmariaquer ; 38 Mauron ; 39 Nivillac ; 40 Pluherlin ; 41 Plumelec ; 42 Port‑Louis ; 43 Saint‑Gildas‑de Rhuys ; 44 Saint‑Philibert ; 45 Theix ; 46 Vannes.

Les Vénus anadyomènes et les déesses‑mères

14Ce sont avec les productions du type de Rextugenos, les figurines les plus couramment rencontrées, et ce sur les sites les plus divers (fig. 58). Des Vénus ont été recensées sur 34 des 46 sites bretons et les déesses‑mères ne se rencontrent que sur 26 d’entre eux. Il est à noter que ces deux productions, importées de l’Allier ou produites sur place, sont le plus souvent associées. Les seules exceptions concernent les milieux ruraux et les sites naturels du Morbihan, qui semblent davantage ouverts au culte de la mère nourricière.

Les dieux et les déesses

15Peu abondantes, même rares, les figurines de ce groupe ne sont présentes que dans les fana et les ateliers céramiques. De celui de Rennes sont sortis une tête d’Attis, le parèdre de Cybèle et surtout de nombreux exemplaires de Minerve, coiffée ou non d’un casque à haut cimier. De La Tourelle à Quimper, proviennent les rares exemplaires connus, représentant Epona, Sucellus et l’Abondance. Ils sont aussi associés à des Minerve. Les temples et un seul monument mégalithique, celui de Toulvern à Baden, se partagent le reste des découvertes. Le site de Tronoën à Saint‑ Jean‑Trolimon offre une étonnante variété avec des statuettes de Minerve, Mercure, Abondance et Epona ; Mercure que l’on retrouve aussi dans la collection du père Ricordel, constituée aux lendemains de la seconde guerre mondiale à partir des fouilles effectuées par ce dernier à Corseul. On ignore cependant si cette figurine provient bien du site urbain même. Ces productions sont pour l’heure totalement absentes des milieux urbains (quartiers d’habitation, quartiers commerciaux) et des exploitations agricoles. On constate un emploi presque exclusif de ces figurines dans les temples ; les laraires, les ensembles mégalithiques et les grottes étant ici exclus.

Les animaux

16Les figurines représentant des animaux (cheval, coq, colombe, taureau, âne, bélier et chien) sont souvent signalées dans les collections et on les trouve ainsi sur de nombreux sites. subsistant le plus souvent à l’état fragmentaire, elles ne représentent cependant, et à chaque fois, qu’un très petit nombre d’individus. Ainsi, au sein même du mobilier provenant de l’atelier de Rennes, il n’est possible de recenser qu’une colombe, une tête et une jambe de cheval. Le cheval est l’animal le plus souvent rencontré (6 sites), puis viennent la colombe (3 sites) et le chien (3 sites). La fonction de ces pièces ne semble pas devoir obéir à une seule destination, comme le prouve leur présence sur des lieux bien différents. Ils sont signalés dans les quartiers résidentiels et/ou artisanaux urbains (Rennes, Corseul, Quimper), sur les grands domaines (Saint‑Frégant), dans les temples ruraux (Plouer‑sur‑Rance) et même dans les mégalithes (Le Petit‑Mont à Arzon) et les grottes ou abris sous roche (Nivillac, Morbihan). Il n’est pas improbable qu’ils aient souvent servi de jouets ou de bibelots.

3.4.4 Conclusions

17Si on prend quelque hauteur pour conclure ce premier travail sur la diffusion des figurines en terre cuite, il faut bien reconnaître que nos analyses reposent sur un petit nombre de découvertes. Nous sommes en fait fortement tributaires, dans ce domaine plus que pour d’autres, de l’état d’avancement de la recherche archéologique qui peut nous entraîner, d’ici quelques années, vers d’autres conclusions et hypothèses. On doit d’ores et déjà constater que ce type d’objet a connu une grande popularité en Bretagne. Ce succès, nous pensons qu’il ne le doit pas seulement à la mentalité profondément religieuse de la population armoricaine. La figurine, objet à la portée de la bourse la plus modeste, peut être utilisée de multiples et différentes manières : jouet, bibelot, ex‑voto, objet d’une superstition, image ou symbole d’une croyance populaire, à mystère ou non, la figurine est un objet dont l’utilisation apparaît modulable. C’est peut‑être là la raison du succès de sa diffusion.

Bibliographie

Bibliographie

Une bibliographie plus complète pourra être consultée dans le catalogue de l’exposition, Les Mystères de Condate (Joubeaux et al. 1988). De même, les études et ouvrages d’A. Le Rudulier (Le Rudulier 1980) et de A. Blanchet (Blanchet 1891) ont permis de recenser beaucoup de sites.

Blanchet 1981 et 1901.

DAHB 1977 : DIRECTION DES ANTIQUITÉS HISTORIQUES DE BRETAGNE. — A Corseul (Côtes‑du‑Nord), plusieurs statuettes en terre cuite blanche dans le style de Rextugenos entouraient un laraire. Archéologie en Bretagne, 16, p. 27‑29.

Du Chatellier 1877 : DU CHATELLIER (P.). — Oppidum de Tronoën en Saint‑Jean‑Trolinon (Finistère). Bulletin Monumental, 1877,3, p. 329‑341.

Du Chatellier 1907 : DU CHATELLIER (P.). — Les Epoques préhistoriques et gauloises dans le Finistère. Rennes, 1907.

Fichet de Clairfontaine 1987.

Gaborit 1976a.

Gaborit 1976b.

Gaborit 1976c : GABORIT (A.). — Une Intéressante statuette gallo‑romaine en terre cuite rouge au musée de Quimper (Finistère). Archéologie en Bretagne, 1976, 11, p. 17‑21.

Grenot 1871 : GRENOT (C.‑A.). — Relation des fouilles exécutées à la Tourelle (près Quimper). Bulletin de la Société académique de Brest, 1871, VII, p. 391‑420.

Joubeaux et al. 1988.

Lecomec 1985 : LECORNEC (J.). — Le Complexe mégalithique du Petit‑Mont à Arzon (Morbihan). Revue archéologique de l’Ouest, 2, 1985, p. 47‑63.

Lecomec 1987 : LECORNEC (I.). — Le Complexe mégalithique du Petit‑Mont à Arzon (Morbihan). Revue archéologique de l’Ouest, 4, 1985, p. 37‑56.

Le Men 1868 : LE MEN (R.‑F.). — Subterranean Chambers at La Tourelle, near Quimper, Brittany. Archaeologia Cambresis. The Journal of the Cambrian Archaeological Association, XIV third series, 1868, p. 293‑311.

Le Men 1877‑1878 : LE MEN (R.‑F.). — Tronoën et ses antiquités. Bulletin de la Société archéologique du Finistère, 1877 78, p. 133‑166.

Le Rudulier 1980.

Rouvier‑Jeanlin 1972.

Sanquer 1981 : SANQUER (R.).— Informations archéologiques : Bretagne. Gallia, 39, 1981, p. 299‑302.

Sanquer 1983 : SANQUER (R.). — Informations archéologiques : Bretagne. Gallia, 41, 1983, p. 273‑276.

Table des illustrations

Légende Fig. 58 – Bretagne: a carte de répartition générale des figurines ; b carte de répartition des déesses mères ; c  carte de répartition des Vénus. Sites : 1 Corseul; 2 Créhen ; 3 Le Vieux‑Bourg ; 4 Plouer‑sur‑Rance ; 5 Saint‑Brandan ; 6 Carhaix ; 7 Combrit ; 8 Douarnenez ; 9 La Roche‑Maurice ; 10 Plomelin ; 11 Plomodiern ; 12 Plouhinec ; 13 Plounéventer ; 14 Plonéour‑Lanvern ; 15 Pont‑Croix ; 16 Quimper ; 17 Riec‑sur‑Belon ; 18 Saint‑Frégant ; 19 Saint‑Jean Trolimon ; 20 Sizun ; 21 Tréguennec ; 22 Bréal‑sous‑Montfort ; 23 Châtillon‑sur‑Seiche ; 24 La Chapelle‑des‑Fougeretz ; 25 Langon ; 26 Rennes ; 27 Saint‑Servan ; 28 Allaire; 29 Arradon ; 30 Arzon ; 31 Baden ; 32 Berné ; 33 Caden ; 34 Carnac ; 35 Ile‑aux‑Moines ; 36 Le Hézo ; 37 Locmariaquer ; 38 Mauron ; 39 Nivillac ; 40 Pluherlin ; 41 Plumelec ; 42 Port‑Louis ; 43 Saint‑Gildas‑de Rhuys ; 44 Saint‑Philibert ; 45 Theix ; 46 Vannes.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/38030/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 188k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search