Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Patrimoines en folie

 | 
Henri Pierre Jeudy

III. Musées et paysages

Introduction à la troisième partie

Henri Pierre Jeudy

Testo integrale

1Muséographie du monde, muséalisation des paysages... la conservation des patrimoines de l'art se fait prospective. Comment se fabriquent les patrimoines monumentaux qui participent de l'histoire de la connaissance ? Leur utilisation esthétique et politique relève du domaine de la signification, de la production et de la consécration du sens. Le « mémorable » passe par ces hauts lieux de la culture, qui ont, plus que jamais, pour mission de stocker indéfiniment des objets, de les mettre à disposition (ou en exposition) et de créer des flux (transmission, circulation...). Cette gestion des stocks et des flux de mémoire se heurte aussi à « l'immémorable », à ce qui reste impossible de stocker, à ce qui hante la « vie culturelle et sociale ». Ainsi des événements essentiels à l'humanité n'ont pas de « surface d'inscription » et sont toujours menacés de sombrer dans l'oubli. Quelles sont alors les relations complexes entre les traitements des mémoires et la production des effets de sens des patrimoines culturels ?

2Avec la multiplication des grandes expositions, on peut se demander si le destin de l'œuvre d'art est le musée. La création artistique est-elle soumise à la souveraineté de la conservation patrimoniale ? Même si l'idée d'une avant-garde semble perdre aujourd'hui son sens, la création picturale induit nécessairement des phénomènes de disruption dans l'ordre de la transmission culturelle.

3Considérer l'art comme un patrimoine, c'est risquer de neutraliser, a priori, la violence originaire de la création. Les écoles, leurs styles et leurs techniques paraissent assurer une certaine continuité à l'histoire de l'art en manifestant la puissance des influences. L'œuvre d'art se constitue d'abord comme rupture, et participe implicitement d'un bouleversement des représentations et des valeurs. L'éclatement de l'espace pictural au xxe siècle demeure un exemple magistral d'une destruction des modèles de la représentation, mais il n'est pas le seul. Et le classement patrimonial et muséographique risque toujours de faire oublier ces effets de rupture et leurs possibilités d'émergence dans les modes contemporains de la perception.

4Actuellement, la pratique du « gel » des territoires bouleverse la représentation quasi picturale qu'on se fait des paysages. Les traitements des paysages ne se conforment pas seulement à des politiques culturelles, ils répondent à des intentions et des normes qui anticipent toute finalité attribuée au nom d'une restructuration volontaire de l'environnement. Un paysage est déjà forme investie de la mémoire et, même s'il n'est pas comparable à un tableau, il appelle un mode de perception esthétique. Par delà les catégories du beau et du laid, il manifeste la puissance de métamorphose des images mnémoniques, préservant ainsi le secret de sa transmission.

5Ce caractère sacré du paysage ne se légitime pas grâce à l'idée d'une pure conservation patrimoniale qui rendrait intouchables tous les lieux de mémoire. Il se soutient aussi des formes d'autodestruction qui bouleversent les tentatives de pétrification symbolique du temps et de l'espace. L'intervention sur un paysage doit-elle alors être minimale ? Entre la reconstitution « authentique » et la production d'un artifice absolu, les choix stratégiques s'opposent, et l'archéo-nostalgie est appelée à s'en remettre aux jeux multiples des mémoires du futur...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1990

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540