Version classiqueVersion mobile

Les figurines en terre cuite gallo-romaines

 | 
Colette Bémont
, 
Micheline Jeanlin
, 
Christian Lahanier

Chapitre 1. Les ateliers

1.26 Montans (Tarn)

Centre de production

Thierry Martin

Texte intégral

1COLLECTIONS PRINCIPALES ET LIEUX DE CONSERVATION
Dépôt de fouille de Montans.
Musée Toulouse-Lautrec d'Albi (collection Lacroix).

2RESPONSABLE DU SITE
Service régional de l'Archéologie de Midi-Pyrénées.

3Montans est situé à 5 km au sud de la ville de Gaillac, sur la rive gauche du Tarn. Ce fut, aux deux premiers siècles de notre ère, le plus important centre potier du sud de la Gaule, après La Graufesenque (Aveyron).

1.26.1 Circonstances de la découverte

4La découverte des ateliers gallo‑romains de Montans date du milieu du xixe s. L’exploration méthodique du site depuis 1971 a permis de préciser la chronologie et la nature des différentes productions céramiques montanaises (vaisselle sigillée, vases à parois fines, céramiques communes, lampes, amphores, dolia, tuiles, briques diverses, antéfixes).

1.26.2 Activité céramique

5Suggérés par les découvertes anciennes, les résultats des fouilles récentes ont confirmé la fabrication de figurines en terre cuite par les potiers montanais (rebuts de cuisson). Il convient cependant de signaler l’absence de découverte de moules de figurines sur le site. De même, aucun atelier de coroplathe n’a pu être localisé avec précision dans le périmètre de la manufacture antique.

6Le nombre restreint de pièces découvertes –moins d’une trentaine d’exemplaires dont plusieurs fragmentaires– tendrait à prouver le caractère plus que marginal de cette production céramique.

1.26.3 Définition archéologique des figurines

7Les figurines montanaises se caractérisent par la coloration rouge orangé de leur pâte. Certaines présentent encore des traces d’engobe blanc à leur surface. Leur facture est dans l’ensemble peu soignée et de médiocre qualité. Les traits des visages, les détails des chevelures sont souvent à peine esquissés tandis que les mains se réduisent à de simples ébauches.

8Dans la majorité des cas, seule la partie antérieure de la figurine a été moulée, le dos n’ayant fait l’objet, pour sa part, que d’un modelage sommaire.

1.26.4 La fabrication

9Ces figurines sont pour la plupart des reproductions plus ou moins fidèles de modèles élaborés dans les ateliers du centre de la Gaule dont certains détails ont été gommés par suite de surmoulages répétés : Vénus anadyomène, déesse‑mère, couple enlacé, Epona (?), buste féminin. D’autres ont quelque chance d’être des créations originales, telle cette statuette représentant deux Amours enlacés aux ailes déployées datée du milieu du iie s. ap. J.‑C. ou encore cette figurine féminine, à connotation funéraire probable, recueillie dans un contexte du début de la période flavienne.

10La production de ces figurines couvre une très large période. Les plus anciens exemplaires connus à Montans datent du règne de Tibère, tel le fragment de cette petite statuette (déesse‑mère ?) reproduit fig 33. Des éléments de Vénus anadyomènes à couve1te blanche ont été rencontrés dans des niveaux claudiens. Mais, autant que l’on puisse en juger, c’est principalement à pa1tir des années 70‑80 ap. J.‑C. que semble s’intensifier ce genre de production pour se maintenir durant la majeure partie du deuxième siècle.

FIG. 33 – Montans : déesse‑mère

dessin M. Jeanlin

1.26.5 La diffusion

11Une enquête rapide a permis d’établir une première carte de la diffusion des figurines montanaises (fig. 34). Il ne s’agit que d’un travail préliminaire qui mériterait évidemment d’être étendu géographiquement pour se compléter. L’examen de ce document montre que les lieux de découverte sont principalement concentrés à la périphérie immédiate de la fabrique tarnaise. Cette diffusion locale n’a rien de surprenant et était attendue. Au‑delà, les trouvailles se font plus rares, d’autant que l’origine montanaise de certaines demanderait à être confirmée par des analyses de pâte, notamment à Pauilhac (Gers) et Castelferrus (Tarn‑et‑Garonne).

FIG. 34 – Montans : diffusion connue des figurines.

Bibliographie

Bibliographie

Martin 1986 : MARTIN (T.). — Les Ateliers du sud de la France : Montans, Crambade, Saint‑Sauveur, Valéry. ln : BEMONT (C.), JACOB (J.‑P.) dir. — La Terre sigillée gallo‑romaine. Paris, 1986, Ed. MSH (DAF no 6), p. 57‑8 .

Martin 1990 : MARTIN (T.). — Montans, centre potier gallo‑romain. Centre d’études et de recherches archéologiques de Montans, 1990.

CERAM 1988 (collectif). — Les Productions céramiques montanaises. In : Peuplement et vie quotidienne depuis 100 000 ans. 10 ans d’archéologie tarnaise. Hors série no 1, Archéologie Tarnaise, 1988, p. 135‑143.

Giesbert 1985.

Table des illustrations

Légende FIG. 33 – Montans : déesse‑mère
Crédits dessin M. Jeanlin
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/37905/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende FIG. 34 – Montans : diffusion connue des figurines.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/37905/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 36k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search