Version classiqueVersion mobile

Les figurines en terre cuite gallo-romaines

 | 
Colette Bémont
, 
Micheline Jeanlin
, 
Christian Lahanier

Chapitre 1. Les ateliers

1.25 Brive (Corrèze)

Atelier (?)

François Moser et Claire Moser‑Gautrand

Texte intégral

1RESPONSABLES DU SITE
F. Moser, conservateur au musée municipal de Brive, chargé de l'animation et C. Moser-Gautrand, conservateur du musée municipal de Brive.
Service régional de l'Archéologie du Limousin.

2Département : Corrèze ; arrondissement : Brive ; canton : Brive‑centre ; commune : Brive ; lieu‑dit : Puy Saint‑Pierre.

1.25.1 Circonstances de la découverte

3Une tranchée de voirie a été visitée par hasard avec succès en mars 1979. Depuis, tous les travaux d’urbanisme ont été surveillés, et des fouilles de sauvetage effectuées sur toutes les parcelles susceptibles de recevoir quelques vestiges avant le début des travaux (il faut souligner la bonne volonté de la municipalité qui n’a jamais hésité à prêter son concours, mettant à notre disposition du personnel et des engins de chantier, ainsi que les entreprises qui ont bien souvent apporté leur concours).

4Les preuves de l’existence de l’atelier de la fin du ier s. ne sont pas évidentes : il s’agit d’un sol brûlé sur lequel gisaient de très nombreux fragments de figurines lustrées, parfois avec des traces de coups de feu, mêlés à des débris de sigillée du groupe de Brive 1. En revanche, le second atelier, bien daté du troisième quart du iie s. par la céramique sigillée et des monnaies, est signalé par une fosse‑réserve d’argile contenant des figurines très mal cuites. Des coffres en tuiles contenaient des mottes d’argile emballant des débris de figurines présentant des défauts. Ces aménagements étaient associés à plus de 30 moules et débris de moules. Les vestiges encore en place de cet atelier occupent des surfaces extrêmement réduites, actuellement dallées ou pavées, qui ont été cartographiées (fig. 29). La probabilité de trouver d’autres vestiges reste faible compte tenu des travaux des dernières années et de la répartition des caves.

FIG. 29 – Brive : plan de la fouille de l’atelier du IIe s.

5La surface présumée de l’atelier ne peut être définie et celle de l’agglomération antique (dont on ignore encore la nature) est nettement inférieure à 4 ha.

1.25.2 Contexte historico‑géographique

6Le site archéologique de Brive est limité à une dorsale topographique, parcoume par un itinéraire de long parcours, joignant Toulouse à Limoges, traversant la Corrèze à gué à proximité. Cet itinéraire croisait une voie secondaire joignant Bordeaux à Lyon par Périgueux, Brive et Clermont‑Ferrand. D’autre part, Brive est proche du confluent de la Corrèze et de la Vézère, affluent de la Dordogne, qui aurait pu constituer une voie navigable dans l’Antiquité.

7D’après des analyses chimiques succintes, la terre pourrait provenir d’un banc d’argile würmienne constituant une partie de Puy Saint‑Pierre : une fosse caractéristique de l’exploitation de ce matériau a d’ailleurs été retrouvée, partiellement comblée de rebuts de cuisson, de fragments de voûte de four et de charbon de bois, mais son creusement semble plutôt lié à l’occupation de la fin du ier s. L’eau nécessaire à la fabrication provenait certainement de puits, de ruisseaux et même de la Corrèze toute proche. Il n’était pas difficile d’acheminer le bois par flottage depuis les forêts des gorges de la Corrèze en amont. Des forêts existent encore sur les versants du bassin de Brive et sur le causse tout proche.

8Les figurines lustrées sont datées par trois monnaies : deux de Domitien et une de sabine, morte en 137. L’atelier de figurines mates ou engobées est nettement postérieur à la monnaie de sabine ; lui sont associées de la céramique sigillée de Lezoux et une fibule du troisième quart du iie s. Il faut noter que dans l’état actuel des recherches, aucune production de cet atelier n’a encore été identifiée sur un autre site.

1.25.3 Activité céramique

9Associé aux figurines mates, a été mis au jour un poinçon‑matrice qui a servi à décorer 3 des 9 moules de l’atelier de céramiques sigillées du groupe de Brive II. A la même époque, fonctionnait un atelier de tuilier. L’atelier de figurines mates a produit plus de 2 000 rebuts, tandis qu’il ne semble pas que l’atelier de sigillée du groupe de Brive II ait eu une activité intense, car seuls deux tessons de positifs ont été reconnus à ce jour, ainsi que quelques coupelles. L’intensité de l’activité de l’atelier de céramique commune ne peut, dans l’état actuel des recherches, être évaluée, l’étude des vases à cuisson réductrice n’ayant pas encore été entamée.

10L’étude des relations entre les productions de l’atelier de figurines mates et celles d’autres ateliers est loin d’être achevée ; dans l’état actuel des choses, moins de 20 % des figurines peuvent être rattachées à des types connus (identiques ou variantes).

1.25.4 Définition archéologique des figurines

11Seule la production de figurines mates étant prouvée à Brive, ne tenons compte que de ces dernières. Il n’est pas possible de donner une seule définition de la production de l’atelier de figurines mates. La technique de fabrication semble la même que partout ailleurs, quelques figurines de la première moitié du iie s. sont pleines, en terre commune, à dos lisse, elles semblent précéder des modèles creux, dont les moules ont été retrouvés au voisinage de la fosse réserve d’argile (personnage assis, Mercure [? ]). Plusieurs figurines ont des piédestaux moulés en même temps que le reste du sujet.

12La pâte est généralement micacée, la couleur varie du brun clair au blanc le plus pur. Lorsque la pâte est foncée, la figurine est enduite d’une couverte blanche.

13Tous les sujets du répertoire classique sont représentés (fig. 30) : Vénus, Mercure, Minerve, bustes d’hommes ou de femmes, déesses‑mères, déesses de l’Abondance, personnages debout ou assis, cavaliers, Epona (?), chevaux nus ou harnachés, chiens assis, bovidés ceints ou non du ruban sacrificiel, pommes, noix. Des flacons moulés en deux valves figurent également dans la production.

FIG. 30 – Brive : 1 fragments de Vénus anadyomène : a face ; b revers (a provient du coffre II) ; 2 Vénus pudique imitant par sa coiffure et son attitude la Vénus du Capitole (coffre II) ; 3 enfant au cucullus issu du coffre II (la valve antérieure du moule, signée CELlLLVS a été trouvée au voisinage immédiat) ; 4 fragments de bustes ; issu du coffre II, a contient dans sa pâte de gros fragments de figurines utilisés comme dégraissant (preuve que les coffres étaient des réserves d’argile et de matériaux destinés à la fabrication).

14Aucune des figurines n’est signée, mais sur les 30 moules recueillis (fig. 31), 8 portent la signature manuscrite gravée avant cuisson celillvs ou ceiviivvs. La plupart des autres moules peuvent être attribués au même mouleur d’après l’aspect de la pâte et de l’engobe ; un fragment de moule de déesse‑mère porte au revers la mention manuscrite cel[] et sous les pieds de la déesse, en lettres capitales ]livs.

FIG. 31 – Brive : 1 valve droite d’un moule de pigeon‑paon signé CELLlLVS, en pâte blanche engobée de jaune : a face externe ; b face interne ; 2 valve postérieure, signée... ILLVS, du moule d’un archétype de Mercure drapé : a face externe ; b face interne portant en haut à droite le négatif de l’incision marquant sur l’original la limite des deux valves à estamper.

15Nous n’avons aucune preuve pour affirmer que les figurines pleines sont des archétypes, mais un moule au moins est de première génération : la trace du trait, repère gravé sur l’archétype, est visible sur la valve dorsale du moule (fig. 31, no 2b).

1.25.5 La fabrication

16Le témoin le plus frappant de l’existence de l’atelier est une fosse en forme d’entonnoir sensiblement cané, d’l m de côté environ, centré sur un trou de 70 cm de profondeur rempli de cailloux calcaires (fig. 32, 1). Ce puisard était entouré d’un cané de morceaux de tuiles, destiné à retenir de l’argile brune assez impure. Après utilisation de la plus grande partie de cette argile, avaient été jetées des mottes d’argile blanche et des fragments de figurines à peine cuites (fig. 32, 1). Apparemment, aucun outil de potier n’a été mis au jour, mais l’étude du matériel archéologique est loin d’être terminée.

FIG. 32 – Brive : 1 fragments jointifs, à peine cuits, de la face antérieure d’une déesse de l’Abondance ; 2 valve postérieure d’un moule de buste masculin (face interne) ; 3 La fosse réserve d’argile et son puisard protégés par des fragments de tuiles placées sur chant.

1.25.6 Les potiers

17Il semble qu’outre Celillus ou Ceninus, d’autres potiers aient participé à l’essor de cet atelier, car des moules appartiennent à des styles différents et sont en terres différentes. Il existe des surmoulages évidents (tête de Vénus, enfant au cucullus, buste).

1.25.7 La diffusion

18Pour connaître la diffusion de cet atelier, il faudra envisager un long travail de recherche dans les collections publiques ou privées et de nombreuses analyses chimiques.

Table des illustrations

Légende FIG. 29 – Brive : plan de la fouille de l’atelier du IIe s.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/37895/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 187k
Légende FIG. 30 – Brive : 1 fragments de Vénus anadyomène : a face ; b revers (a provient du coffre II) ; 2 Vénus pudique imitant par sa coiffure et son attitude la Vénus du Capitole (coffre II) ; 3 enfant au cucullus issu du coffre II (la valve antérieure du moule, signée CELlLLVS a été trouvée au voisinage immédiat) ; 4 fragments de bustes ; issu du coffre II, a contient dans sa pâte de gros fragments de figurines utilisés comme dégraissant (preuve que les coffres étaient des réserves d’argile et de matériaux destinés à la fabrication).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/37895/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Légende FIG. 31 – Brive : 1 valve droite d’un moule de pigeon‑paon signé CELLlLVS, en pâte blanche engobée de jaune : a face externe ; b face interne ; 2 valve postérieure, signée... ILLVS, du moule d’un archétype de Mercure drapé : a face externe ; b face interne portant en haut à droite le négatif de l’incision marquant sur l’original la limite des deux valves à estamper.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/37895/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Légende FIG. 32 – Brive : 1 fragments jointifs, à peine cuits, de la face antérieure d’une déesse de l’Abondance ; 2 valve postérieure d’un moule de buste masculin (face interne) ; 3 La fosse réserve d’argile et son puisard protégés par des fragments de tuiles placées sur chant.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/37895/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 116k

Auteurs

Conservateur au musée municipal de Brive

Conservateur du musée municipal de Brive

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search