Version classiqueVersion mobile

Les figurines en terre cuite gallo-romaines

 | 
Colette Bémont
, 
Micheline Jeanlin
, 
Christian Lahanier

Chapitre 1. Les ateliers

1.22 Rennes / rue Saint‑Louis (Ille‑et‑Vilaine)

Atelier

François Fichet de Clairfontaine et Hervé Joubeaux

Texte intégral

1LIEUX DE CONSERVATION
Dépôt de fouilles archéologiques d'Ille-etVilaine.
Musée de Bretagne à Rennes.

2RESPONSABLES DU SITE
F. Fichet de Clairfontaine, conservateur du Patrimoine.
Service régional de l'Archéologie de Bretagne.

3L’atelier est situé dans la ville de Rennes (Ille‑et‑Vilaine), à l’angle des rues de Dinan et de Saint‑Louis, au bas de la place des Lices.

1.22.1 Circonstances de la découverte

4En juin 1988, un projet immobilier a nécessité une fouille de sauvetage urgent qui a été réalisée par la circonscription des Antiquités de Bretagne (responsable : F. Fichet de Clairfontaine). L’atelier céramique est apparru à 1,80 m de profondeur, sous des niveaux médiévaux des xiiexve s. De faible superficie, couvrant environ 250 m2, le site artisanal restait relativement bien conservé malgré des fossés du IIIe s. qui le traversent et l’implantation d’une petite nécropole de la fin du Bas‑Empire.

1.22.2 Contexte historico‑géographique

5Il s’agit du troisième atelier mis au jour dans la partie ouest de Condate, capitale de la ciuitas des Riedones, établie au confluent de la Vilaine et de l’Ille, dès la fin du ier s. av. J‑C. Celui de la rue de Dinan, d’époque tibérienne et celui du Castel Saint‑Martin, daté des années 50‑60 ap. J.‑C., ont surtout produit de la céramique fumigée.

6L’atelier de la me Saint‑Louis s’est développé sur deux petites terrasses naturelles, constituées de sables fluviatiles, longeant l’un des bras de l’Ille. L’explication la plus immédiate du choix du site paraît être la proximité d’une source d’eau abondante. On ne saurait cependant ignorer l’attraction du milieu urbain capable d’assurer l’écoulement de tout ou partie de la production. Le site artisanal s’est installé sur un terrain inoccupé jusqu’alors, mais à la limite des quartiers habités. Cet éloignement tout relatif évitait ainsi les risques d’incendie qu’auraient fait courir les fours à un habitat essentiellement en bois. Bien qu’absents du site, les gisements d’argile modelable, riche en kaolinite, n’étaient guère éloignés et les potiers devaient connaître ceux, importants, de Villejean et du Champ de Mars, distants d’à peine 1,5 km. La période de fonctionnement de l’atelier se situe au iie s. ; cette datation a d’abord été fondée sur la chronologie des céramiques sigillées et des monnaies, puis confirmée par l’étude archéomagnétique des tuiles et briques provenant du four 2. Deux possibilités ont été données pour sa construction : 115 ap. J.‑C. ± 15 ans ou 175 ap. J.‑C. ± 15 ans. La date d’arrêt et d’abandon du four est située en 180 ap. J.‑C. ± 20 ans. C’est aussi celle de la fin de l’activité céramique sur le site.

1.22.3 Activité céramique

7L’atelier a peut‑être produit des éléments architecturaux (tuiles et briques). Le suggère non pas la découverte de rebuts de cuisson, de « moutons », mais la forme du four 2, à chambre rectangulaire, proche des fours de Guignen et de Tressé. Il a aussi produit de la céramique commune (cruches). Enfin, le four 2 a assuré la cuisson de moules et figurines en terre blanche. L’importance de cette dernière production au sein de l’atelier demeure inconnue. Les pièces, toutes fragmentées (44 moules et 135 statuettes ou fragments de statuettes) proviennent de niveaux d’occupation situés à proximité du four et surtout de dépotoirs « secondaires » liés à l’unité de façonnage à laquelle ils s’intégraient. Il n’est pas improbable que la rivière, par sa proximité, ·ait été le dépotoir principal des artisans, leur permettant de travailler sur une surface propre, constamment nettoyée. De ce fait, l’abondance du mobilier recueilli demeure trop faible pour une étude quantitative. L’atelier de la rue Saint‑Louis est un atelier d’ « imitation », ayant fabriqué ses moules par surmoulage de figurines importées du centre de la Gaule et de figurines provenant de l’atelier (non localisé) de Rextugenos. Les coroplathes ont cependant rajouté leur marque, en reprenant ou modifiant certains détails ; ainsi les cordons perlés encadrant le visage des Minerve.

8La caractérisation des productions de l’atelier, de celles qui proviennent de la Chapelle‑des‑Fougeretz et enfin de toutes les pièces portant la signature de Rextugenos a été effectuée par activation neutronique à l’université Louis‑Pasteur à Strasbourg et sous l’égide du Laboratoire de recherche des musées de France (C. Lahanier, J.‑M. Malfoy). Elle a permis de révéler l’existence en Armorique, de trois ateliers de figurines en terre cuite blanche ; l’un implanté me Saint‑Louis, les deux autres non localisés mais à l’origine, d’une part, du matériel trouvé à la Chapelle‑des‑Fougeretz et, d’autre part, des Vénus à gaine signées rextvgeivors. Pour l’heure, seul Rennes a fourni des moules.

1.22.4 Définition archéologique des figurines

9La pâte blanche à beige rosé pour de rares exemplaires se distingue mal à l’œil nu de celle des figurines recueillies sur divers sites d’Armorique et provenant du centre de la Gaule. Quelques fragments de moules sont surcuits et leur pâte, de couleur grise à gris foncé, est extrêmement friable.

10Les potiers de la me Saint‑Louis ont produit des moules et figurines (fig. 27) qui se divisent en deux catégories : les figurines classiques : divinités, personnages et animaux (28 moules et 103 statuettes) et les figurines dites du type Rextugenos (16 moules et 32 statuettes).

FIG. 27 – Rennes : moules et figurines provenant de l’atelier de la rue Saint‑Louis. Productions de type rextvgenos : 1 valve antérieure de moule ; 2 valve postérieure de moule signé rextvgenosulllawot ; 3 valve antérieure de moule ; 4 deux fragments de valve antérieure d’un moule de déesse protectrice. Productions de type classique : 5 tête d’Attis (?) ; 6 tête de matrone ; 7 Minerve dépourvue de cimier ; 8 valve antérieure complète d’un moule de bras de figurine tenant un objet (fouilles F. Fichet de Clairfontaine).

dessins de L. Méchin et G. Léon

11Les divinités sont majoritaires au sein des formes classiques. On note la présence de Vénus anadyomènes, de Vénus sous édicule, de déesses‑mères et de Minerve (fig. 27, 7). Un unique fragment d’applique représente Attis, le parèdre de Cybèle. Proche d’une pièce recueillie dans l’atelier des Mares Jumelles près d’Evreux (Eure) et d’une tête d’Attis en bronze provenant de Fos (Bouches‑du‑Rhône), cette production (fig. 27, 5) pourrait être liée à la présence du culte oriental de Cybèle à Rennes même. Le groupe des personnages comprend un fragment du célèbre tireur d’épine et surtout des bustes. Ils démontrent s’il est encore besoin la technique répétée du surmoulage. Une tête de femme ne se différencie d’une autre que par une taille réduite de 10 %. Cette série s’accompagne d’un Risus (enfant souriant) et d’une tête de personnage masculin. Les animaux, enfin, sont représentés par une tête et une jambe de cheval.

12Les productions du type Rextugenos ne représentent que 40 % des pièces recueillies me Saint‑Louis. Elles s’ordonnent en deux séries : celle des Vénus à gaine (fig. 28) et celle des déesses protectrices (la déesse debout, le bras gauche s’appuyant sur la tête ou l’épaule d’un enfant placé devant elle). Aucune typologie n’a encore été présentée pour la production de Rextugenos. Pour son élaboration des éléments pertinents pourront être retenus : ainsi la coiffure (en chignon sur la nuque, en chevrons, ornée de lignes croisées ou parallèles et d’étoiles...), les bases, dont l’ornementation diffère de celle du reste de la gaine. La divinité est soit nue, soit ornée d’étoiles, soit habillée d’une tunique entièrement étoilée ou à décor quadrillé.

13FIG. 28 – Caudebec‑lès‑Elbeuf : Vénus à gaine signée rextvgenos sullias avvot (moulage conservé au MAN inv. 78‑722).

14Une seule pièce, un moule postérieur obtenu par surmoulage, est signée. La signature en creux, gravée à l’aide d’une pointe fine, est placée le long de la jambe gauche de la déesse (fig. 27, 2). La lecture rextvgenors svlli avvot est désormais interprétée et signifie « Rextugenos, [fils de] sulla, fabricant ».

1.22.5 La fabrication

15Au cours des fouilles, 44 fragments de moules ont été recueillis. Le seul complet n’est au demeurant rattachable à aucune des productions recensées dans les ateliers de Gaule. Tous ces moules proviennent des abords immédiats du four 2 (2 fragments recueillis dans le cendrier) et des fosses‑dépotoirs intégrées à l’unité de façonnage. Aucun accessoire de cuisson n’a été reconnu. Il n’est pas improbable que les potiers aient disposé les tuiles à cuire de telle façon qu’ils créaient des logettes dans lesquelles les moules et statuettes étaient placés (?). Deux fours ont pu être fouillés. On ne connaît pas la production du four 1 à chambre de chauffe circulaire. Le four 2 s’ouvrait sur un alandier long de 1,92 m et large intérieurement de 0,84 m. Il aboutissait à une chambre de chauffe grossièrement rectangulaire, longue de 2 met large en moyenne de 1,72 m. La sole reposait sur des piliers d’argile, disposés perpendiculairement aux parois parementées de tuiles. Outre des fosses d’extraction de sable, une unité de façonnage a été reconnue à l’ouest du four 2. Des fosses contenant des boulettes d’argile, des statuettes et de la terre cuite s’inscrivaient dans un espace limité par des trous de poteaux. La construction légère, en bois, dont le plan reste imparfait, était large de 3 m et longue au minimum de 5 m.

1.22.6 Les potiers

16Les potiers qui habitaient dans les quartiers urbains tout proches (on note l’absence d’habitat sur le site même) sont inconnus. Tout au plus peut‑on signaler un fond de poterie commune portant le timbre en creux du potier Aitus (aitio). Il n’est pas impossible que quelques‑uns des artisans de Rennes aient travaillé dans l’atelier qui a fourni le matériel de La Chapelle‑des‑Fougeretz. Sur ce second site, des figurines provenant de la rue Saint‑Louis ont été identifiées.

1.22.7 La diffusion

17La diffusion des productions de la rue Saint‑Louis demeure inconnue. Intégré à un vaste marché urbain, l’atelier dut y diffuser abondamment ses produits. Mis à part un moule postérieur de déesse‑mère (une analyse demeure nécessaire pour confirmer sa provenance), recueilli à la ZAC Saint‑Malo‑Ille, aucune de ses productions n’y a pour l’heure été recueillie. Seul le matériel de La Chapelle‑des‑Fougeretz, située à 11 km au nord de Rennes, a fourni des pièces provenant de la rue Saint‑Louis.

Bibliographie

Bibliographie

Fichet 1987.

Joubeaux et al. 1.988.

Menez 1985 : MENEZ (V.). — Les Céramiques fumigées dans l’ouest de la Gaule. Cahiers de Quimper, 2, 1985.

Table des illustrations

Légende FIG. 27 – Rennes : moules et figurines provenant de l’atelier de la rue Saint‑Louis. Productions de type rextvgenos : 1 valve antérieure de moule ; 2 valve postérieure de moule signé rextvgenosulllawot ; 3 valve antérieure de moule ; 4 deux fragments de valve antérieure d’un moule de déesse protectrice. Productions de type classique : 5 tête d’Attis (?) ; 6 tête de matrone ; 7 Minerve dépourvue de cimier ; 8 valve antérieure complète d’un moule de bras de figurine tenant un objet (fouilles F. Fichet de Clairfontaine).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/37865/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 326k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/37865/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 61k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search