Version classiqueVersion mobile

Les enceintes fortifiées du Limousin

 | 
Ian B. M. Ralston

Chapitre 6. Les habitats en Gaule à la fin de l’âge du Fer : les données archéologiques

Texte intégral

6.1 Introduction

1Il nous semble nécessaire de discuter, dans ce chapitre, certains aspects des données sur les habitats. C’est un préliminaire obligatoire à une tentative d’utilisation du matériel du Limousin dans une étude plus large de la nature de vestiges de l’âge du Fer dans la France non méditerranéenne. En particulier, les types d’habitats autres que les fortifications de hauteur méritent une étude détaillée. Dans la mesure du possible, une synthèse des données archéologiques et de celles obtenues par d’autres moyens est renvoyée au chapitre suivant.

2Bien que cet ensemble de données soulève lui‑même des problèmes, j’ai choisi l’architecture des remparts des enceintes de hauteur comme la meilleure base (dans le sens de « la plus accessible ») pour traiter des questions de chronologie (et, à un moindre degré, de fonction) des sites les plus protégés. On peut espérer qu’une telle approche sera dépassée d’ici quelques années mais, actuellement, je soutiens que la construction des remparts présente de grandes possibilités pour une intégration dans des modèles plus larges, et fournit des données précises pour un ensemble de sites où sont absents d’autres types de données.

6.2 Origine et typologie des remparts de la fin de l’âge du Fer

6.2.1 Généralités

3Comme on a traité de ce sujet plusieurs fois ces dernières années (fig. 51) (Collis 1975a : annexe 2 ; Collis 1976b, 1984 ; Buchsenschutz 1975c, 1981c, 1981d, 1984 ; Ralston 1975, 1981), j’aimerais limiter les remarques suivantes à une mise à jour de mes opinions précédentes. La révision la plus importante, du moins numériquement, concerne la répartition des remparts massifs, soit du type Fécamp (Wheeler 1957) avec un fossé large à fond plat, soit du type Wheathampstead avec un fossé en V, soit un fossé de type inconnu.

4En 1972 (Ralston, inédit), j’ai pu localiser 26 fortifications du type Fécamp (Collis 1976b : fig. 4), Je peux désormais en proposer plus de 50, en dehors de l’ensemble belge (Cahen‑Delhaye 1984). Cette série offre, en particulier, l’avantage d’être reconnaissable, peut‑être de façon trop manifeste, au cours des prospections de surface. Cependant, on signale également des fossés larges à fond plat (15 m de large dans le cas d’un nouveau site à Rouveroy, Belgique [Cahen‑Delhaye 1982]) avec des muri gallici. Je suggère donc, maintenant, que non seulement la spécificité de la forme du fossé du type Fécamp n’a presque rien à voir avec les Belgae (Ralston 1975) mais que son existence dépend en partie de critères géologiques. Dater ces sites est encore hasardeux : certains au moins dateraient du iie s. av. J.‑C. (La Cité des Limes à Bracquemont, Seine‑Maritime, par exemple) tandis que d’autres seraient plus récents de plusieurs décennies. Aux exemples connus depuis les années 70, comme Levroux dans l’Indre (Buchsenschutz 1975c), où on voit la séquence munis gallicus puis rempart massif, on peut ajouter des sites tels que Boviolles à Naix‑les‑Forges.

5Certains sites portent à croire que l’idée d’une refortification par la mise en place d’une recharge sur un mur éboulé aurait pu durer plus longtemps que les décennies circumcésariennes. Amboise, dans l’Indre‑et‑Loire, et Aubusson, dans la Creuse, semblent indiquer une continuité de cette pratique pendant plusieurs siècles. Actuellement, aucune publication ne fait état d’une fortification du type Fécamp datant d’avant La Tène III mais les résultats des fouilles restent, pour l’instant, rares.

FIG. 51 – France : les trois grandes régions où sont connues un grand nombre d’enceintes, d’après Mortillet 1906 et la Commission d’étude des enceintes préhistoriques et fortifications anhistoriques de la Société préhistorique française. Les points d’interrogation indiquent l’absence de données pour l’Alsace et la Lorraine. Est signalée la limite septentrionale de la zone considérée comme méditerranéenne, exclue de cette étude. (D’après Buchsenschutz 1971).

6.2.2 Murs à poutrages internes ou « noch einmal zum Murus Gallicus »

6L’utilisation du bois pour clôturer, si ce n’est pas pour fortifier, les habitats ou d’autres sites est connue dans la France non méditerranéenne, au moins sporadiquement, à partir du Néolithique. Entre autres sites du Néolithique, on a signalé des palissades à Noyen‑sur‑Seine (Mordant 1972 : 554‑569), à Gravon en Seine‑et‑Marne (Gallia Préh., 22, 1979 : 454‑455), à Compiègne dans l’Oise où une palissade extérieure borde un fossé interrompu (Gallia Préh., 22, 1979 : 415‑417) et à St‑Michel‑du‑Touch dans la Haute‑Garonne (Phillips 1975 : 95, fig. 13). L’addition la plus spectaculaire à cette série pendant les dernières années a été le mur du type Kastenhau à Moulins‑sur‑Céphons dans l’Indre (Duval 1979 ; cf. annexe 2 no 61).

7L’architecture défensive du deuxième millénaire av. J.‑C. dans l’ouest de la France semble mal documentée (Coles 1979 : 237, 468‑475) même si des sites de hauteur et potentiellement défendables sont connus. Plus à l’est, Millotte (1963a, 1965) a indiqué l’occupation pendant l’âge du Bronze de sites qui furent fortifiés ultérieurement, au moins. De telles fortifications montrent souvent des indications de calcination ou de vitrification mais il n’y a aucune raison pour limiter ce phénomène à une période restreinte. Parmi ces défenses, il y a environ dix sites où on peut attribuer provisoirement la construction de défenses aux premiers siècles du premier millénaire av. J.‑C. et il est probable qu’il en existe d’autres (Ralston 1981, 1987). Une telle liste risque d’être modifiée rapidement avec l’utilisation de plus en plus répandue de datations radio‑isotopiques et des fouilles de grandes surfaces.

8Il y a plusieurs raisons pour mener une étude des défenses incorporant des poutres, mais il sera intéressant de les revoir à la lumière d’une discussion récente au sujet de la variante la plus connue, les muri gallici (Furger‑Gunti 1980). Il est évident que beaucoup des indices étudiés ici sont peu fiables car ils proviennent d’anciennes fouilles d’importance très limitée et souvent conduites par des personnes qui, comme le dit Furger‑Gunti, cherchaient des preuves pour confirmer l’affirmation bien connue de De Bello Gallico VII, 23, ou, du moins, une certaine version. Il est également évident que beaucoup de ces fortifications, fouillées comme des constructions uniques, pourraient appartenir à plusieurs époques et receler des indications de réfection et de remplacement que les premiers fouilleurs n’ont pas reconnues. Ensuite, nous présentons les indices concernant la séquence de talus massif sur mur à armature de bois qui devient de plus en plus fréquente dans les fouilles. Après les fouilles de Bâle‑Münsterhügel, on a signalé sur d’autres sites, à Mâcon par exemple, des remparts à caissons en bois multiphases. Plus à l’est, des fouilles comme celles du mont Vully en Suisse et du Finsterlohr fournissent encore des exemples d’une complexité structurale (Kaenel 1981, 1983 ; Zürn 1977).

9Néanmoins, malgré leurs imperfections, je ne peux pas rejeter ces indices, faute de mieux. Malgré la multiplication des fouilles à l’intérieur des enceintes de hauteur et des habitats ouverts, la quantité d’indices utilisables et le nombre de gisements fouillés sur de grandes surfaces restent limités dans de nombreuses régions et manquent presque complètement en Limousin. Donc, les indices actuellement disponibles sont sûrement loin d’être complets mais il est évident qu’il faut essayer de les employer et même de les augmenter (Collis 1981 : 71).

10La discussion suivante se concentrera sur les défenses incluant le bois mais il faut signaler qu’à cette époque on construisait également en pierre sèche, par exemple pour la variante dite munus duplex (Soutou 1962). J’ai laissé de côté ce type pour diverses raisons dont la moindre n’est pas l’absence d’une chronologie précise, même si on en construisait ou en modifiait encore pendant la période gallo‑romaine, comme le démontre l’étude de Kruta du Camp d’Affrique à Flavignerot en Côte‑d’Or (Kruta 1980 ; annexe 2 no 29).

11Les variations manifestes dans l’architecture défensive à la fin de La Tène sont la conséquence de la richesse de la tradition de l’Europe tempérée. Même s’il est certain qu’il y eut des influences méditerranéennes –peut‑être via Marseille, dont le rôle, après la grande époque des premières exportations vers le nord, est beaucoup plus vague– leur impact est généralement peu important. Il faut noter aussi que les types de défenses décrites ci‑dessous semblent également comprendre la gamme de dimensions des fortifications connues. Nous croyons que tous les facteurs que nous avons identifiés (Ralston 1981) auraient pu agir sur les décideurs concernés par la sélection du type de défense pour un site donné, ce qui contribuerait aux variations constatées. On peut donc penser que l’ébranlement de certains macro‑modèles actuels n’est qu’une simple question de temps. Néanmoins, ces défenses représentent les indices les plus facilement accessibles des réalisations du génie militaire et des entreprises communautaires des sociétés de la fin de l’âge du Fer.

12Depuis la première identification d’une défense conforme à la reconstitution d’un munis gallicus proposée par Napoléon III, basée sur une traduction de De Bello Gallico VII, 23, ce terme est devenue la norme pour beaucoup de défenses étudiées ultérieurement. Il est possible, bien sûr, que certaines variations aient été cachées par l’existence de cette désignation (Furger‑Gunti 1980).

13Depuis longtemps, on a reconnu que César décrit un type plutôt qu’un exemple particulier (Harding 1974 ; 64 ; Furger‑Gunti 1980). Ce dernier auteur a, de plus, démontré que le De Belle Gallico n’est pas sans ambiguïtés (Furger‑Gunti 1980 : 175‑178) et met en avant les raisons pour lesquelles il conviendrait d’abandonner l’expression (Furger‑Gunti 1980 : 175).

14Une complication supplémentaire réside dans l’adoption par certains auteurs de la fiche en fer longue –que César ne mentionne pas– comme fossile‑type pour attribuer un site au groupe des muri gallici. D’autres auteurs ont fait remarquer que ces pointes ne sont pas nécessaires pour qualifier une défense de munis gallicus (par exemple, Harding 1974) mais je pense que les répercussions économiques de cette utilisation extraordinairement discrète du fer (une fois l’ouvrage terminé) méritent l’inclusion de ces défenses enclouées dans une catégorie particulière. Je propose donc, provisoirement, les catégories de compromis suivantes.

A – Type Avaricum (fig. 52)

15Il est évidemment étrange de désigner un type de défense par le nom d’un site quasiment inconnu ; sa définition et son utilisation par Cotton sont les raisons principales de son emploi ici (Cotton in Wheeler 1957). Ce terme est, donc, un synonyme pour le « murus gallicus » de Collis et Ralston et n’élimine pas le problème, identifié par Furger‑Gunti, du « munus gallicus qu’on recherche » (Collis 1976b : type 1 ; Furger‑Gunti 1980). Bien que ces remparts doivent être encloués –le mot « bolled » (boulonné) dans la définition de Cotton est mal choisi (Cotton in Wheeler 1957 : 175)– la découverte de ces clous ne suffit pas en elle‑même pour une attribution à ce groupe. Les défenses du type Avaricum devraient également exclure les poutres verticales. Les ouvrages flanquant l’entrée, où les superstructures pourraient exiger de nombreux éléments verticaux, mériteraient un traitement séparé (Buchsenschutz 1981d : 27, no 4).

FIG. 52 – France : répartition des enceintes comportant différents types de rempart à poutrage interne. ■ : muri gallici du type Avaricum ;  : fortifications du type Kelheim / mixte, y compris aux alentours des portes ; ■ : grandes fiches de fer signalées.

B – Type Ehrang

16Ce type correspond essentiellement à la définition de Collis et Ralston (Collis 1976b). Furger‑Gunti objecte à cette description qu’on ne retrouve pas le revêtement arrière sur tous les sites européens que Collis attribue à cette série (Collis 1975a : 15‑17). Comme pour le type Avaricum, il est possible que ce critère soit facultatif (Buchsenschutz 1981d : 27, no 3).

C– Type Preist‑Altkönig

17Il est défini par Collis et Ralston d’après Cotton et illustré par Buchsenschutz et Ralston (Collis 1976b ; Cotton in Wheeler 1957 ; Buchsenschutz 1981d : 27, no 26). Au Finsterlohr, il semble être le plus ancien de trois remparts à caissons bâtis séquentiellement sur le même site.

D – Type Kelheim

18Il est défini par Collis et Ralston et par Buchsenschutz et Ralston (Collis 1976b ; Cotton in Wheeler 1957 ; Buchsenschutz 1981d : 27, no 8). Quoique les clous ne semblent pas être caractéristiques de cette série dans les sites orientaux, ils ont été associés à au moins deux sites à l’ouest : Castillon dans le Calvados et Vix en Côte‑d’Or (fig. 53). Au Finsterlohr, où une défense de ce type forme l’enclos de la période III, il semble que ce genre de fortification appartienne à la fin de la séquence pour ce site (Zürn 1977). Le mont Vully, près du site de La Tène, suggère également une utilisation multiple de ce type de défense (en allemand : Pfostenschlitzmauer mit Hinterscbüttung und Queranker) (Kaenel 1981). Au mont Lassois, publié de façon sommaire, la rampe interne en terre n’est pas mentionnée explicitement mais il est possible qu’elle ait été érodée par des travaux agricoles, Au Finsterlohr, la défense de la période III fournissait des indices de poutres transversales qui n’avaient pas été signalées auparavant (Zürn 1977), mais Furger‑Gunti a raison quand il dit qu’elles n’étaient pas signalées à Kelheim même (Furger‑Gunti 1980 : 174, note 100). Leur présence était inférée comme étant structuralement nécessaire (Collis 1975a, 1976b).

FIG. 53 – France : répartition des enceintes comportant différents types de rempart à poutrage interne. ▲ : type Ehrang ;  : poutrage interne (brûlé) ; ● : poutrage interne sans détail exact ; ◼ : rempart à caissons de type Kastenbau ;  : palissade.

19L’étude de Bâle‑Münsterhügel a souligné le problème des variations sur ces thèmes. Dans la mesure où on peut assigner ces traditions à des zones géographiques, la présence de poutres verticales semble être centrale plutôt qu’occidentale en Europe, et méridionale plutôt que septentrionale en Grande‑Bretagne. Ceci est assurément une simplification grossière mais il faut quand même noter qu’elle correspond à ces zones où une étude sur une plus grande échelle de l’architecture défensive constitue la norme. On trouve ces poutres verticales jusqu’à Castle Point, Troup, Grampian Region, Ecosse (Greig 1972 ; Megaw 1979 : 54, fig. 7) et les remparts ne comprenant que des poutres horizontales, construits d’après les techniques du Rostbau et du Kastenbau, ne se trouvent qu’en Europe centrale et orientale. Avant l’étude du site chalcolithique de Moulins‑sur‑Céphons, le type du Kastenbau n’était pas connu à l’ouest du Wittnauer Horn en Suisse (Duval 1979 : fig. 6).

20La tendance principale, au fur et à mesure des fouilles, est l’accumulation d’indices de diversification architecturale, non seulement entre les sites mais également à l’intérieur d’un site donné. Sur ce point, la découverte de défenses du type Avaricum sur la périphérie de certaines fortifications de la Loire, mais non dans la défense principale, est peut‑être importante. Wheeler aussi notait quelques différences de style dans les ouvrages secondaires à Huelgoat, Finistère (Wheeler 1957 : 23‑38).

21Accepter l’existence de telles variantes pose tout de suite deux types de problèmes. Le premier concerne l’utilité générale d’une typologie comme approche efficace de la construction des remparts ; il faut aborder le problème étroitement lié des remparts de types mixtes. Le second problème, directement lié au précédent, concerne la chronologie.

E – Types mixtes

22Pour l’instant, nous partageons la réticence de Furger‑Gunti à surclassifier ce type de façon trop rigide. Parmi les sites connus ou potentiels, les mieux documentés sont soit suisses soit allemands. Le rempart de Bâle, à un certain moment, combine des éléments des types Avaricum (poutres longitudinales et transversales clouées ensemble), Kastenbau (la disposition des couches de poutres superposées) et Kelheim‑Pfosten‑schlitzmauer avec d’importantes poutres verticales visibles dans le parement extérieur du rempart. Une disposition semblable, mais sans trace de clous, se trouve dans les défenses de la période II au Finsterlohr (Zürn 1977). Une variante antérieure est suggérée par les défenses de la zone autour du portail nord de la Heuneburg, qui sont, effectivement, du type Altkönig‑Preist avec l’adjonction de poutres longitudinales internes (Bittel 1981 : Abb. 269) et que l’on peut dater vers la fin de l’époque hallstattienne. D’autres variantes tardives ont été proposées, mais il est possible qu’elles concernent des ouvrages datant de plusieurs époques comme, par exemple, à Berne‑Engehalbinsel (Furger‑Gunti 1980 : no 108).

23Dans ces circonstances, il est possible qu’un classement trop poussé des sites français avec poteaux verticaux (par exemple Castillon, Calvados ; Fou‑de‑Verdun, Lavault‑de‑Frétoy, Nièvre ; Mâcon, Saône‑et‑Loire ; mont Lassois, Vix, Côte‑d’Or) ainsi que des muri gallici étudiés par l’équipe de Wheeler (avec des poutres verticales près des portes) soit prématuré. Les classer comme « Kelheim‑mixte » s’accorde bien avec les maigres indices actuellement disponibles, sauf dans le cas du Fou‑de‑Verdun où le matériel publié est difficilement conciliable avec cette classification.

6.2.3 Remparts à poutrage interne : chronologie et influences externes

24Dans le fond, il y a deux groupes de problèmes posés par la construction des remparts. Le premier concerne l’évaluation de ces fortifications par rapport aux influences externes : les plus nettement exprimées en termes d’agression externe sont celles des Cimbres et des Teutons, celle d’Arioviste, celle de Jules César et ses lieutenants. Le deuxième est axé sur des questions de continuité et de changements dans l’utilisation des fortifications de hauteur (qui sont, malheureusement, les défenses les plus facilement reconnaissables actuellement) ; il a des répercussions sur l’interprétation de ces sites dans le contexte socio‑politique plus large de la naissance éventuelle de sociétés étatiques. Il est évident qu’on peut s’attendre à trouver des preuves solides d’un changement perceptible dans les « patterns « inter‑sites et intra‑site après une telle réorganisation radicale.

25Il est manifeste que, historiquement, on a eu tendance à interpréter les données archéologiques à la lumière de la chronologie apparemment fiable fournie par la documentation historique. Ceci a eu comme résultat de regrouper les sites archéologiques dans une chronologie proche de celle des événements historiques. Ce facteur, aggravé par une sélection de sites à étudier en rapport avec la Guerre des Gaules, a introduit une distorsion, pas systématique mais néanmoins importante, dans les données du problème. Cette approche, axée sur des changements signalés dans les textes, peut conditionner partiellement l’interprétation des sites archéologiques, amenant ainsi les auteurs à envisager quelquefois une complexité dépassant les indices structuraux et artéfactuels.

26Quant à la question des relations entre les défenses des enceintes de hauteur et la Guerre des Gaules, il existe actuellement beaucoup moins d’indices, apparemment sûrs, démontrant qu’un type de défense donné puisse y être rattaché in toto comme l’avait imaginé Wheeler par exemple (Wheeler 1957). Les défenses du type Fécamp sont parfaitement adaptées pour neutraliser les menaces créées par l’armée romaine et il est probable que certains remparts furent construits à une période pas très éloignée de la guerre césarienne. Le rempart intérieur du vieux Laon dans l’Aisne (Lobjois 1965) est peut‑être un meilleur exemple que ceux cités par Wheeler, qui se trouve pris dans une argumentation contradictoire : fonction de refuge donc peu utilisé ; peu utilisé (comme l’entrée à Duclair) donc près de la Conquête (Hawkes 1958). Mais le fait que des remparts massifs furent ajoutés à des remparts à poutrage beaucoup plus anciens, comme à Amboise ou à Aubusson, signifie que la construction de ces talus aurait pu commencer beaucoup plus tôt qu’on ne le pensait ; toutefois on ne peut à l’heure actuelle apporter de précisions.

27Un autre indice chronologique est fourni par des sites où on trouve des talus superposés à des défenses de La Tène III, dites du type Avaricum. Levroux, dans l’Indre, où la construction du talus susjacent a nécessité l’importation de quantités importantes de pierres calcaires provenant de la plaine, est potentiellement la modification la plus importante de ce type actuellement connue même s’il faut admettre que la coupe étudiée puisse être une reprise partielle après la destruction par incendie du mur précédent. Une possibilité parmi toutes celles qu’on peut proposer serait que les talus massifs sont des témoignages de la Guerre des Gaules, ce qui nous permettrait de faire remonter dans le temps le type Avaricum. Et, s’il faut associer ce dernier à la Guerre, les modifications datent obligatoirement d’après la Conquête.

28Je crois qu’on peut mettre ces deux situations en évidence dans diverses fortifications, tout en reconnaissant que dans beaucoup de cas, vu l’absence de bois bien conservé et provenant d’un contexte sûr permettant une analyse dendrochronologique, il sera difficile de les reconnaître sans des chronologies locales très précises et fondées sur le matériel. Même la dendrochronologie présente des difficultés, car il peut y avoir des bois de remploi dans le poutrage. Cependant l’éventualité d’un remplacement avant, pendant et après la Conquête, des murs à poutrage interne par des remparts massifs s’accorde bien avec l’hypothèse qu’il vaut mieux supposer que l’impact de la romanisation fut géopolitiquement inégal pendant la deuxième moitié du ier s. av. J.‑C. plutôt que le contraire.

29Il est donc possible que des fortifications datant d’après la Conquête, essentiellement de style laténien, soient plus répandues qu’on ne le pense. En particulier, les remparts massifs, dont la maintenance aurait posé moins de problèmes que la série employant le bois, auraient pu rester utilisables très longtemps après la Conquête. Il n’est donc peut‑être pas surprenant que quelques‑unes au moins aient abrité une occupation dense mais brève, comme à Villeneuve‑St‑Germain (Aisne), pendant les décennies suivant la Conquête. Evidemment, la Gaule romaine ne s’est pas bâtie en un jour et je doute que, sans l’aide du livre de César et en se basant seulement sur le matériel archéologique et numismatique, les archéologues aient envisagé une Conquête aussi rapide et un changement aussi profond que ceux qu’on a quelquefois envisagés pour le milieu du ier s. av. J.‑C.

30Il faut peut‑être noter que, sans le vouloir, le récit de César pourrait exagérer l’ampleur de sa conquête. Manifestement, dans le court terme son impact dépendait, au moins partiellement, du degré de contrôle politique exercé par les chefs qui acceptaient la défaite, ce qui, à son tour, était une mesure de la force des institutions du gouvernement. Dans le chapitre suivant, nous étudierons les indices d’une hétérogénéité considérable dans la nature et la force des institutions politiques de la Gaule centrale au milieu du ier s. av. J.‑C., par opposition à l’idée de sociétés étatiques naissantes qui a été en vogue ces dernières années. Si on accepte cette position, il s’ensuit qu’il peut exister une variété importante, visible au niveau des habitats, dans les réponses aux circonstances nouvelles des années postérieures à 50 av. J.‑C. environ. Il est possible que le rôle de l’armée romaine comme catalyseur de changements pendant les décennies suivant la Conquête ait été limité, notamment par ses autres activités.

31Pour conclure, il semble plus prudent de dire qu’on a démontré l’existence d’une époque intensive et innovatrice de constructions défensives pendant les décennies circumcésariennes. Le point essentiel est, donc, de savoir si on peut faire remonter dans le temps ce « pattern » de construction et d’utilisation des enceintes de hauteur.

32Dire que les défenses du type Avaricum entourant les oppida représentent un retour de fortifications après une période d’abandon a été essentiellement un argument ex silentio en ce qui concerne l’ouest de la France. Il repose sur plusieurs facteurs. Il faut prendre en considération, entre autres, le fait que la datation tardive des fortifications à poutrage interne dépend d’indices recueillis en Provence, l’incapacité des archéologues à reconnaître un ensemble de matériel domestique de La Tène II (la quantification et une attention plus soutenue au contexte et à la stratigraphie sont en train de résoudre ce problème) et le manque de datations isotopiques indépendantes. Bien qu’actuellement on ne puisse pas démontrer une continuité dans la construction sur une grande échelle de fortifications de hauteur pendant les siècles antérieurs à La Tène III (Ralston 1981 : 88‑89), il devient de plus en plus probable que le paysage de l’ouest de la France n’était pas complètement dépourvu d’habitats fermés entre le ive et le iie s. av. J.‑C.

33Par exemple, on peut attribuer à La Tène II certains éléments du matériel de Châteaumeillant dans le Cher (Buchsenschutz : comm. pers.). A Bourges, on a trouvé un matériel de La Tène II, et même antérieur, provenant surtout des sépultures au sud de la colline de la cathédrale qui est, semblerait‑il, entourée d’une défense de type Avaricum du milieu du ier s. av. J.‑C. (Ralston 1972 : LXXX‑LXXXIII, no 6). On a également proposé une datation pendant La Tène II pour certains éléments du matériel trouvé à Essalois, Loire (cf. annexe 2 no 70) et pour un des états des défenses à Etival‑Clairefontaine dans les Vosges (annexe 2 no 130). Les sites fortifiés qu’on peut attribuer de façon certaine à La Tène I semblent encore rares. Dans l’est de la France, le Camp d’Affrique, à Messein dans la Meurthe‑et‑Moselle, semble avoir été occupé à cette époque, et un site clé, le Kemmelberg, en Belgique, à proximité immédiate de la frontière française, était protégé par une palissade importante à cette époque (Van Doorselaer 1981, 1984). A l’est du Limousin, à Lijay (Débats‑Rivière‑d’Orpra) dans la Loire, un éperon barré, clos par un mur en pierre, présente une occupation qui, si l’on se fonde sur quelques sondages restreints, semble être limitée dans l’ensemble à La Tène I (Béfort 1970 ; Gallia, 31, 2, 1973 : 520‑521 ; Gallia, 35, 2, 1975 : 543). Des datations au radiocarbone permettent de proposer une date entre le ive et le iie s. av. J.‑C. pour la troisième période du Châtelet d’Etaules en Côte‑d’Or (cf. annexe 2 no 28), Erquy dans les Côtes‑du‑Nord (annexe 2 no 38) et Amboise dans l’Indre‑et‑Loire (annexe 2 no 62). Il faut, cependant, d’autres datations.

34Comme nous l’avons indiqué dans des travaux antérieurs (Collis 1976b ; Ralston 1981), les défenses vitrifiées ou calcinées forment un composant numériquement important dans le contexte indigène des grandes fortifications des dernières décennies de la Gaule indépendante. Dans certains cas, elles clôturent de grandes surfaces et mériteraient une étude plus approfondie dans le cadre d’une recherche du fond indigène, socio‑politique et architectural des fortifications tardives majeures. Le rempart de Séneret à Quinçay dans la Vienne, qui isole une surface de 125 ha, entourée par le méandre d’une rivière, en est un exemple.

35La plupart des principaux arguments les concernant sont cités par Ralston et nous sommes ici concernés surtout par une mise à jour et une révision des répartitions actuellement disponibles (Ralston 1981). L’importance des identifications douteuses de pierres calcinées et vitrifiées a été renforcée surtout par les nouvelles études de Nicolardot (à partir de 1973) de certains sites de Côte‑d’Or (annexe 2 nos 28, 29, 33 et 36) et on peut maintenant considérer d’autres exemples comme suspects. Néanmoins, nous restons convaincu que dans l’ensemble, les cartes de répartition témoignent de la destruction par le feu d’une série d’enceintes à poutrage interne, dans des formations géologiques et des conditions de mise à feu particulières, qui n’est nullement limitée à une fourchette temporelle restreinte comme l’ont prétendu Brothwell et ses collaborateurs pour l’Ecosse (Brothwell 1974). En fait, il existe des sites bien documentés en France et en Grande‑Bretagne et datant du Ier millénaire ap. J.‑C. Les commentaires peu concluants qui terminent la contribution de Youngblood et al. s’attachent plutôt à montrer ce qu’on peut déduire des données scientifiques actuellement disponibles (Youngblood 1978).

36De plus, nous avons pu provoquer une vitrification limitée dans un mur à poutrage interne de type Ehrang, au moyen d’une mise à feu externe et ceci malgré des circonstances défavorables –un rempart nouvellement construit et mouillé par la pluie, le vent venant d’une mauvaise direction, et un temps limité (Buchsenschutz 1981d : 34‑35 ; Ralston 1986). Le rempart brûlait encore au moment de son démantèlement, plus de 24 heures après la mise à feu.

37A la lumière des faits tels qu’ils se présentent actuellement, nous avançons que l’ensemble des forts français vitrifiés et calcinés comprend non seulement des types laténiens tardifs avec des poutrages transversaux, mais aussi leurs précurseurs, aussi bien que quelques ouvrages potentiellement plus récents (fig. 54). Nous pensons que la destruction par le feu de telles défenses, soit délibérée de la part des agresseurs, soit accidentelle de la part des défenseurs, aurait été spectaculaire et aurait pu être faite, en tant que telle, pour une raison symbolique (dans le cas d’une attaque réussie) ou pour toute autre raison.

FIG. 54 – France : répartition des enceintes pour lesquelles sont signalées la vitrification ou la calcination des défenses. Les mottes sont exclues.

38Malgré tous ces faits, malgré les précurseurs hallstattiens mieux connus et malgré le fait que des différences architecturales fondées sur des comparaisons provençales (et la date terminale de 120 av. J.‑C. qu’elles semblent proposer) sont dans l’ensemble inappropriées, il est néanmoins assez clair, vu les données actuellement disponibles, que les remparts de type Avaricum et Kelheim‑mixte ne sont pas plus anciens que La Tène III en France, même s’il faut reconnaître que très peu sont bien datés. Il est également évident que certains murs, comme l’ont proposé, il y a des années, Cotton et Frère dans leur étude du Camp du Charlat, Ussel (Corrèze), étaient toujours en construction pendant les décennies après la Conquête (Cotton 1961b).

6.2.4 Remparts massifs

39Le compte rendu du livre Hill‑Forts of Northern France de Wheeler et Richardson (1957) par P.‑M. Duval a poussé les auteurs français à appeler « type belge » ce groupe de fortifications, qui avait été défini comme « type de Fécamp » par les auteurs anglais, et à considérer qu’il était une caractéristique des peuples belges qui vivaient au nord‑est du cours moyen de la Seine. Les caractéristiques principales de cette série sont bien connues : elles consistent en un rempart massif, sans structure de pierre ou de bois à l’intérieur, précédé par un fossé large à fond plat dont la forme rappelle un canal.

40Cette catégorie de fortification est donc essentiellement basée sur l’analyse des caractéristiques de surface. Plusieurs travaux récents ont suggéré que l’absence apparente de structure interne dans la masse du rempart était en partie le résultat d’un échantillonnage de fouille trop restreint. Aucune des coupes de Wheeler n’a été poussée assez loin pour écarter la possibilité d’une fortification plus ancienne sur le même tracé (Buchsenschutz 1984) et les remparts massifs construits ex nihilo sont rares : St‑Marcel dans l’Indre (Argentomagus) est une exception. Des dispositifs internes ont été relevés ailleurs dans plusieurs cas, comme à Gournay‑sur‑Aronde (Oise) (Brunaux 1984, 1985), Amboise (Indre‑et‑Loire) et dans la vallée de la Somme.

41Dans l’esprit de Wheeler, il fallait considérer ce type dans le contexte historique de la Guerre des Gaules, et la référence à César qui décrit une défense de ce genre pour la Noviodunum des Suessions (BG, II, 12) va dans ce sens, si l’on accepte l’identification de ce site avec Pommiers dans l’Aisne. Bien qu’une ou deux enceintes de la Gallia Belgica montrent les traces d’une occupation plus ancienne –on a parlé de La Tène II à la Cité des Limes (Bracquemont, Seine‑Maritime ; cf. Mangard 1969)– pour l’essentiel la série reste attribuable à La Tène finale, même si dans le cas de Pommiers nous ne savons pas si le nom de Noviodunum, « Château‑Neuf », lui a été donné un certain nombre d’années ou seulement de mois auparavant (Desbordes 1975b : 47‑48 : dans le dessin de Pommiers, fig. 3 bis, le fossé et le rempart ont été inversés). Hawkes (1958 : 158‑159) a souligné à juste titre le manque d’éléments pour une datation étroitement liée à l’époque de la Conquête.

42Bien que Castagné ait déjà relevé les caractéristiques essentielles du type Fécamp, aucun article jusque dans les années 1970 n’a suggéré qu’il était connu au‑delà du Nord‑Est, et il était par conséquent utilisé par Hachman el al. (1962 : 46‑47) dans la définition du Belgium. En 1975, au vu de l’absence de données, l’hypothèse était abandonnée, comme Hachman le reconnaissait (1976 : 134‑135).

43La première publication claire d’un rempart massif conforme à la définition du sud du Belgium est due à A.H.A. Hogg (1969 : 262) et, en 1972, nous pouvions citer 10 exemples au sud de la Seine, pour la plupart en Berry, où des prospections en avaient livré plusieurs (Ralston 1975 ; Collis 1975a : 232‑233). Les fouilles à Levroux, Indre (Buchsenschutz 1975c) confirmaient un schéma où des remparts massifs, parfois définis exactement comme ceux du type Fécamp, c’est‑à‑dire précédés d’un fossé de forme et de taille adéquates, pouvaient succéder à un rempart à poutrage interne. Les 4 exemples clés sont les suivants :

44– Aisne, St‑Thomas, Vieux‑Laon (Ralston 1981 : no 2, avec la bibliographie) : les fouilles de Lobjois (1965) ont montré que le rempart interne de type Fécamp était postérieur à un mur de type Avaricum ;

45– Cher, Châteaumeillant, Les Fossés Sarrasins (Ralston 1981 : no 15, avec la bibliographie) : rempart de type Fécamp postérieur à un mur de type Ehrang, lui‑même recouvrant des traces d’occupation ;

46– Finistère, Huelgoat, Camp d’Artus (Collis 1975a : 197, 232 ; Ralston 1981 : no 51) : rempart massif, avec un revêtement interne, recouvrant un munis gallicus du type Avaricum ; un rempart postérieur semble lui aussi être massif ;

47– Indre, Levroux, Les Tours (Ralston 1981 : no 54) : rempart massif fait de calcaire rapporté, recouvrant un munis gallicus du type Avaricum.

48Les données montrant que les remparts massifs du type Fécamp sont beaucoup plus répandus qu’on l’imaginait continuent à s’accumuler, et on peut aujourd’hui dépasser les cartes présentées par les articles français récents (Kruta in Duby 1980 : 213, fig. 135, suivant essentiellement Collis et Ralston, appendice 2 in Collis 1975a : 232‑ 233).

49Si l’on admet que les remparts massifs constituent une manière acceptable et efficace de relever des fortifications détruites (Avery 1967 ; Ralston 1975 ; Buchsenschutz 1981d : 28 ; Ralston 1981 : 83‑84 ; Cunliffe 1978 : 255, 282‑283 pour les données britanniques, mais voir Green 1979) et également qu’ils fournissent une défense efficace contre la technologie militaire romaine, cette large distribution pourrait facilement s’accorder avec un modèle de cause à effet vis‑à‑vis de l’avance romaine ; mais, compte tenu de nos incertitudes sur la chronologie, il resterait simpliste. Il y a enfin une dernière possibilité, à la lumière des datations tardives de certains remparts de la série britannique de type Fécamp, notamment la date postérieure à la Conquête de Silchester/Calleva ; certaines fortifications de la série française pourraient être postérieures à la Conquête (Buchsenschutz 1975c ; Duval 1976b : 800), comme quelques données stratigraphiques, par exemple pour certains des sites mentionnés ci‑dessus, semblent le suggérer. A l’opposé, si l’on écarte le besoin de lier ces fortifications à la chronologie des attaques extérieures, il est évidemment possible que certains remparts massifs soient beaucoup plus vieux, et qu’ils précèdent même les remparts à poutrage interne, comme dans le cas de Gournay‑sur‑Aronde (cf. annexe 2 no 106).

50Même s’il est exact que la forme particulière de fossé associée à la forme classique de rempart du type Fécamp peut être efficace en terme de construction (en minimisant les déplacements verticaux [Ralston 1975 : 15‑16]) et en termes militaires –en tenant à distance les machines de siège romaines–, il est aussi possible de suggérer que la géologie apporte une contribution au contrôle de l’efficacité d’un fossé, comme à High Rocks, Kent (Green 1979). La forme classique du fossé de type Fécamp est limitée essentiellement aux couches sédimentaires –Miocène, Eocène, Crétacé au nord de la Seine, Jurassique dans le Berry– probablement plus faciles à creuser de cette manière. Ailleurs les fossés à profil en V sont quelquefois observés –Villejoubert en Haute‑Vienne a un fossé en pointe– et il s’agit là peut‑être d’une contrainte géologique, bien que La Cheppe dans la Marne, également avec un fossé en V, puisse être l’exception qui confirme la règle.

51Actuellement, il est probablement téméraire de tirer d’autres conclusions de la distribution des remparts massifs (fig. 55) et le coipus qui suit peut être pris seulement comme une indication de son extension possible. En consultant la bibliographie on constate que le travail imposé par un vocabulaire qualitatif extrêmement imprécis n’est pas le problème le plus facile. Deux points particuliers peuvent être mentionnés. D’abord la configuration « Fécamp » classique se trouve aussi bien dans des enceintes de petite taille comme Luant (Indre) que dans des oppida principaux. Deuxièmement, il y a certainement beaucoup plus d’exemples, faciles à reconnaître en prospection de surface, même dans la zone étudiée par l’équipe de Wheeler.

FIG. 55 – France : répartition des fortifications avec des remparts massifs en glacis, surtout de type Fécamp : une carte spéculative.

52Jorrand (1978 : 68‑69) relève les exemples possibles exclus par Wheeler : Vermand, Mareuil‑Caubert et Villeneuve‑St‑Germain, aussi bien que Bailleul‑sur‑Thérain, et remarque que certains sites retenus par Wheeler, notamment Vic‑sur‑Aisne et Pommiers, semblent avoir à l’intérieur des murs de pierres. La liste présentée en annexe 2 doit donc être considérée comme un essai et elle est loin d’être complète.

6.2.5 Conclusions

53L’analyse de certains types de fortifications présentés ci‑dessus nous amène à proposer que la vision traditionnelle (Waddington 1977 : 16, fig. 1a, 1) des fortifications, résumée par les six points suivants, est entièrement à revoir.

541 – Il n’existe pas de traces de construction ou d’utilisation des enceintes de hauteur dans la France de l’ouest et du centre entre la fin du Hallstatt et La Tène III.

552 – Les fortifications des enceintes de hauteur n’ont été ni entretenues ni construites après 50 av. J.‑C.

563 – Les enceintes de hauteur ont été abandonnées en 50 av. J.‑C.

574 – La typologie de l’architecture des fortifications peut être mise en corrélation avec les peuples mentionnés par les auteurs classiques.

585 – Le munis gallicus est la défense classique contre les Romains en Gaule non méditerranéenne.

596 – Il y a une corrélation directe (par exemple murus gallicus = urbanisé) entre le type de défense et la nature de l’occupation à l’intérieur de l’enceinte.

60Toutefois, dans quelques cas au moins, il est difficile de proposer une voie de rechange simple. Il existe une variété considérable suivant les régions.

6.3 Les enceintes quadrangulaires et le problème des Viereckschanzen

61« Ihre Deutung schwankt zwischen Wehrbauten rein militärischer Art, befestigten Meierhöfen, bewehrter Viehkralen, und Bauten für ein unbekanntes kultiscbes Brauchtum. » (Schwarz 1958 : 203)

62« L’interprétation [de ces structures] varie entre des ouvrages défensifs relevant de l’architecture militaire, des fermes fortifiés, des enclos à bétail défendus ou des bâtiments à usage cultuel indéterminé. »

6.3.1. Introduction

63En 1908, Dragendorff relevait la ressemblance entre l’enceinte rectangulaire de Bouillancourt‑en‑Séry (Somme) et celles des zones celtisées de l’Allemagne. Il remarquait que ces dernières étaient caractérisées par des trouvailles d’objets de la fin de La Tène. Depuis cette époque, différents travaux en Allemagne et particulièrement en Bavière (Schwarz 1959, 1962, 1975 ; Planck 1985) ont tendu à orienter l’interprétation de ces gisements vers des lieux de culte, et il existe une tendance très forte (Buchsenschutz 1981c) à transférer cette vision à la série française des enceintes quadrangulaires de l’âge du Fer ou présumées telles, avec certaines exceptions. Une nouvelle carte de répartition a été réalisée par Planck (1985 : fig. 512). A l’opposé, les chercheurs plus familiarisés avec une série de sites anglais globalement comparables ont plutôt envisagé un rôle plus banal, en les voyant comme essentiellement agricoles (Cotton 1961a, 1962), bien qu’ils aient tendu à développer l’interprétation religieuse également pour quelques enceintes de la série britannique (Piggott 1968a ; Ross 1967).

64Guébhard, rapportant la remarque de Dragendorff à la Commission des enceintes (BSPF. 5, 1908 : 481), a souligné avec pertinence que la chronologie et l’interprétation de ces enceintes quadrangulaires en France était loin d’être simple. Les données réunies concernant la localisation et l’architecture, aussi bien que les résultats des fouilles, suggèrent que ce commentaire n’était pas inadéquat.

65Parmi les sites étudiés initialement par Schwarz, de nombreuses variétés de formes ont été déjà relevées (1959 : pl. 152‑153), des plans quadrangulaires, rectangulaires, des parallélogrammes, des trapèzes et des formes plus complexes ayant été admis dans cette classe. La variation de surface est également considérable, avec des surfaces internes qui vont de 1 500 m2 à 14 000 m2 (et exceptionnellement 25 000 m2), bien qu’elles soient situées en général dans la fourchette 4 000‑12 000 m2 (Blatt 1959 : 154).

66Bien que de nombreux sites de la série française atteignent la surface d’1 ha, ceci ne peut pas en soi être considéré comme un critère valable pour une identification définitive, et dans certaines régions où un grand nombre d’enceintes rectangulaires sont connues, seule une petite proportion pourrait être acceptée comme Viereckschanzen. Ainsi, de l’abondante série d’enceintes rectangulaires inventoriées par André (1959) dans le Morbihan, Buchsenschutz (1978a : 290) ne retient que 4 enceintes comparables à des Viereckschanzen.

67Nous n’avons pas la place de rappeler ici en détail les arguments systématisés par Schwarz (1959, 1962), en faveur à la fois de l’identification de ces monuments à des lieux de culte et de leur attribution à La Tène finale, mais il faut attirer l’attention sur les facteurs qui peuvent être significatifs pour choisir les sites du Limousin qui peuvent être inclus dans cette série.

68Premièrement, des enclos rectilignes de tailles variées semblent avoir joué un rôle dans les domaines funéraire et rituel à la fin de la Protohistoire dans l’ouest de l’Europe. Les données, telles qu’elles se présentaient il y a quelques années, ont été réunies par De Laet, Van Doorselaer et Desittere (1966), et Piggott (1968a). Parmi les différentes catégories de sites examinées ici, les Viereckschanzen semblent être courantes à cette période, si l’on considère une aire géographique assez vaste. Dans le nord de la France, les petits enclos rectangulaires ont été depuis longtemps identifiés comme des éléments caractéristiques du rituel funéraire protohistorique. Ces dernières années, plusieurs gisements ont été particulièrement étudiés dans les Ardennes, par exemple à Ville‑sur‑Retoume et à Ménil‑Annelles (Flouest 1977 : fig. 8, 10), bien que des structures de même forme mais d’une date et d’une conception différentes soient connues maintenant plus loin vers l’ouest (Lassarade 1984 : fig. 3). D’autres structures de toute petite taille d’une conception radicalement différente peuvent aider à compléter ce tableau, comme au mont Lassois, où une enceinte délimitée par un fossé (large de 2,2 m et profond de 1,2 m) entoure une stèle de pierre (Gallia, 26, 1968 : 489‑490 ; Joffroy 1979 : 203). Le mobilier associé date la construction de La Tène II. D’autres enceintes rectangulaires sont connues à proximité. Les Gräbgärten du Palatinat, étudiés par Decker et Scollar (1962), peuvent être considérés comme un prolongement de la série.

69En ce qui concerne les Viereckschanzen elles‑mêmes, les fouilles de Schumacher à Hardheim Gerichstetten, Baden‑Wurtemberg, comparées par Deglatigny (1925 : pl. V) avec les plans de sites du Bassin parisien, ont amorcé en France un mouvement qui n’a été redressé que récemment par de plus larges prospections de surface (Zuber 1978) et par des fouilles (Lambert 1977). L’analyse de Hardheim Gerichstetten a montré finalement que, malgré la proximité du limes romain (cartographié dans les Pundberichte aus Baden‑Wurtemberg, 6, 1981 : 313, fig. 2), le site est à l’évidence antérieur à l’invasion romaine, bien qu’à la lumière des objets épars à l’intérieur une utilisation militaire (Bittel 1981 : 346) ne soit sans doute pas à éliminer totalement.

6.3.2. Caractéristiques des Viereckschanzen et de leur environnement

70Pour l’essentiel, à la suite de Schumacher et de Reinecke, Bersu (1926 ; Buchsenschutz 1978a : 288) a déjà identifié un grand nombre de caractéristiques‑clés de ces sites dans ses fouilles à Esslingen (canton d’Esslingen, Baden‑Wurtemberg ; Bittel 1981 : 330‑331). Elles comprennent : la situation sur une pente faible ; des dimensions de 86 x 123 m (autour de 100 x 100 m) ; un talus plus élevé aux angles ; une seule construction à l’intérieur ; une entrée en bois très soignée ; pas de mobilier ; une surface interne surélevée de 40 cm environ par rapport à l’extérieur. La quantité de vestiges découverts par la fouille à l’intérieur est trop faible pour suggérer une occupation permanente, et la campagne alentour est considérée comme trop pauvre pour être cultivée (elle est aujourd’hui boisée : altitude environ 440 m). On a défini aussi l’inadéquation à un usage agricole d’après la régularité de la forme, cette uniformité étant vue par certains auteurs comme tout à fait étrangère à la mentalité des paysans (Buchsenschutz 1978a). Bersu, influencé par la taille du talus, suggère que les considérations militaires ont été prédominantes pour la nature et l’occupation de ce site. Cet argument mérite d’être souligné car un facteur identique particulièrement à Luant (Indre) nous a conduit à retirer deux sites du Berry de la catégorie des Viereckschanzen (Buchsenschutz 1981c : 57).

71Comme celle de Luant (Indre), certaines enceintes allemandes semblent caractérisées par des entrées légèrement rentrantes, par exemple Mössingen, canton de Tübingen (Rieth 1980 : 103, fig. 57), de telle façon que dans certains cas la fonction des sites restera incertaine sans des fouilles.

72Drda (Drda 1971 : 290), dans une discussion fondée largement sur les enceintes les plus orientales du corpus, a suggéré qu’il y aurait des variantes dans la taille des remparts des Viereckschanzen, celles qui sont les plus proches des oppida étant caractérisées par la faible hauteur de leur talus par rapport à l’intérieur.

73L’interprétation de ces sites dans l’optique militaire ou agricole a dominé l’entre deux guerres et elle ne fut pas dépassée jusqu’aux travaux de Schwarz, Spécialement en Bavière, issus de ses fouilles de Holzhausen, canton de Wolfratshausen. Même après l’étude très poussée de Schwarz, il est sans doute déraisonnable d’insister sur l’interprétation cultuelle pour l’ensemble de la série (Lewis 1966 : 6), encore moins d’y voir l’équivalent du temenos, mentionné par exemple par Diodore de Sicile (V, 27).

74Les critères pertinents selon Schwarz (excluant la présence de puits et de constructions internes invisibles en prospection de surface) sont les suivants :
1 – Indifférence aux potentialités défensives naturelles dans le choix du site.
2 – Talus généralement bas.
3 – Absence d’une entrée d’origine au nord, l’entrée se trouve dans les mêmes secteurs de la rose des vents que pour les temples gallo‑romains rectangulaires.
4 – Rareté des traces d’occupation.
5 – Régularité de la forme.
6 – Proximité de sanctuaires gallo‑romains.
7 – Proximité de grandes enceintes de La Tène finale.

75On peut citer des exemples français qui suggèrent que tous ces critères jouent aussi dans la partie occidentale de la distribution de ces sites (Planck 1985 : fig. 512). L’absence de constructions à l’intérieur est peut‑être bien démontrée par l’enclos triple qui a été fouillé à Azé, Mayenne (Lambert 1977), où, malgré des fouilles importantes, il est vrai sur un site labouré, aucune construction interne, exception faite d’une aire d’argile brûlée, n’a été mise au jour. Ici aussi la présence de mobilier de La Tène finale, essentiellement dans le sommet du remplissage du fossé, suggère que le talus était déjà très détérioré dès la fin de La Tène.

76Même le site du Terrail, Amplepuis, Rhône (Périchon 1966) qui est actuellement isolé au sud‑est de la répartition générale et dont le fossé a livré un abondant mobilier comprenant des tessons d’amphores Dressel 1, semble être dépourvu de toute construction à l’intérieur. Des traces de bois brûlé ont été relevées dans le fossé, mais elles sont attribuées à une palissade qui est supposée avoir couronné le talus de terre, lui‑même érigé avec le matériau extrait du fossé. Les premiers fouilleurs ont vidé un puits ou une fontaine à l’intérieur, dans laquelle ils ont trouvé de la céramique brûlée. Un premier corpus qui illustre la régularité de la forme et la faible hauteur de l’enceinte a été établi par Deglatigny (1925) et le talus boisé de Parçay, St‑Maur, Indre (Buchsenschutz 1981c : fig. 5) donne les caractéristiques classiques d’un site.

77Toutefois, l’adéquation de la forme rectangulaire avec la fonction cultuelle n’est pas absolue. Mordant et Mordant (1977), par exemple, attirent l’attention sur une série d’enceintes quadrangulaires de la région Yonne‑Seine qu’ils considèrent comme des habitats, bien que les données sur les structures découvertes à l’intérieur ne soient pas étudiées. Plus récemment (Gallia, 38, 1980 : 321) on a suggéré l’existence d’un habitat sur un des deux sites de la commune de Montreuil, Eure‑et‑Loir, lieu‑dit Les Longues Pièces. Ici, deux constructions rectangulaires sur poteaux ont été identifiées dans une enceinte quadrangulaire, mais il faudrait réunir plus de données pour parvenir à une conclusion définitive.

78L’exemple classique pour illustrer la proximité d’une Viereckschanze avec un temple gallo‑romain en France est probablement La Londe, Seine‑Maritime (Schwarz 1962 : 42, fig. 17), mais un autre est cité à Offemont, Territoire de Belfort, où une enceinte rectangulaire de cette série se trouve à 20 m à l’ouest d’un petit temple gallo‑romain. L’enceinte a livré des tessons de La Tène III et le temple voisin semble avoir été en usage à la fin du ier s. av. J.‑C. (Rilliot 1969 : 264‑270).

79En ce qui concerne la proximité avec les grandes enceintes de la fin de l’âge du Fer, la France peut donner de nombreux exemples, malgré la rareté des travaux réalisés en vue de leur datation. Parmi les enceintes, la plus célèbre, bien qu’elle soit douteuse, est probablement le « Camp de Marc‑Antoine » sur La Terrasse, Mont‑Beuvray, Saône‑et‑Loire. Cette enceinte, à l’ouest de la Chaume du Beuvray, avec son temple et son « forum » (Bulliot 1899 : Album, frontispice) n’est pas fouillée mais elle présente un intérêt tout particulier, d’abord pour le Mont‑Beuvray lui‑même, puisqu’elle en occupe le second sommet vers le sud (Drda 1971 : 288). Par contraste, l’enceinte rectangulaire du Camp de César à Taverny (Val‑d’Oise) (Gallia, 33, 1975 : 331 ; 35, 1977 : 332, fig. 20) semble, selon les rapports préliminaires, avoir subi une longue séquence d’utilisation qui remonte jusqu’à l’âge du Bronze final.

80La plus remarquable de toutes est peut‑être l’enceinte de Gournay‑sur‑Aronde (Oise) à l’intérieur d’un camp de 12 ha. Son fossé a livré une riche série d’armes de La Tène II et, dans l’enclos délimité par ce fossé, sur un axe toutefois légèrement différent, se dresse un fanum gallo‑romain (Brunaux 1978, 1980, 1985).

81Dans le voisinage des grands oppida, c’est une structure qui se répète, avec des exemples près de Manching, de Kelheim, du Finsterlohr et aussi loin à l’est que Staré Hradisko en Moravie. En France, des exemples potentiels sont connus près des grandes fortifications du département de la Meuse à l’est, au Maine‑et‑Loire à l’ouest. Dans cette dernière région, 2 sont connus dans une commune voisine (Naix‑aux‑Forges) de l’oppidum de Boviolles (Millotte 1965 : 104, no 181 ; Lepage 1980 : 173) ; une autre fortification défendue par un murus gallicus, La Ségourie au Fief‑Sauvin (Maine‑et‑Loire) est sur la même commune qu’une enceinte qui peut être une Vierek‑schanze –l’une des 5 identifiées en prospection aérienne et qui sont étroitement groupées à l’est de ce département. C’est le seul groupement de sites identifié au sud de la Loire jusqu’à aujourd’hui (Buchsenschutz 1981c : carte 6).

82A l’opposé, quoique certaines Viereckschanzen se trouvent à quelques kilomètres de sites fortifiés, cette proximité ne doit pas être considérée comme une règle absolue. Comme indication de relations éventuelles avec d’autres catégories de sites, la Viereckschanze à l’est de Neuchâtel (Suisse) se trouve à 10 km de la grande fortification du mont Vully (Kaenel 1981), mais seulement à 1 km du site de La Tène (G.‑N. Lambert, comm. pers.).

83Comme Drda (Drda 1971) l’a noté avec pertinence, certains exemples peuvent être mis en relation avec des zones d’habitats ouverts, tandis que d’autres peuvent se situer dans des zones moins favorables à l’habitat. Celles de la forêt de Rambouillet, à la frontière des territoires des Carnutes et des Parisi, dont le plan est souvent trapézoïdal, peuvent être rangées dans cette dernière catégorie.

6.3.3. Conclusions

84Pour le moment, l’interprétation de ces petites enceintes quadrangulaires, étudiées pour la première fois en France par Ledain (1884) semble dans la majorité des cas pouvoir être acceptée comme « enclos cultuel ». Mais il existe clairement une part de chevauchement avec les sites pour lesquels une fonction agricole peut être envisagée et ceux où la taille du talus (et éventuellement une porte rentrante) suggèrent une intention défensive. En ce qui concerne la taille de ces enceintes, les surfaces des plus petites entrent dans la gamme des surfaces des enceintes médiévales. En l’absence de fouilles, la surface de l’enceinte, la proximité d’autres constructions, la situation dans le paysage et la taille du talus constituent les critères d’approche les meilleurs, même s’ils ne sont pas infaillibles, pour classer ces sites.

85A la lumière de ces considérations, nous pouvons inclure dans cette catégorie les enceintes du Limousin énumérées dans le tableau IV (voir également fig. 56).

TABL. IV – Enceintes quadrangulaires du Limousin. Le commentaire indique si le site peut représenter ou non une Viereckschanze.

FIG. 56 – Limousin : carte des enceintes quadrangulaires ■ : Viereckschanzen probables ou possibles ; □ : Viereckschanzen peu vraisemblables ; ○ : sites très douteux ou non localisés (cf. tableau IV).

86Il faut remarquer, en guise éventuellement de conclusion, que nous avons ici des éléments pour avancer que ces Viereckscbanzen, qui ne sont pas situées près des grandes fortifications, ont plutôt tendance à se situer à proximité des frontières de la civitas.

6.4 Sites ouverts ou non fortifiés et enceintes de plaine

6.4.1. Introduction

87Depuis les années 1970, l’augmentation rapide des données archéologiques sur les habitats protohistoriques français doit être mise en relation avec la découverte et l’exploration partielle d’habitats de plaine généralement non fortifiés. Ce phénomène peut être expliqué par plusieurs facteurs, essentiellement le développement de différents types de prospections de surface, associé au concept d’archéologie de sauvetage, doublé par une excellente réceptivité de certaines régions –les plus célèbres sont sans doute les relevés des principaux bassins fluviaux du Nord‑Est (Agache 1978)– à la prospection aérienne. L’analyse des chroniques de Gallia suggère, pour la Gaule non méditerranéenne, une croissance quasi exponentielle de cette catégorie de sites.

88Dans tous les cas, l’époque où les petits habitats de plaine n’étaient pas connus (Crumley 1974 : 79, cat. Cb) est bien révolue, ce qui n’était pas le cas au moment où Crumley écrivait : Hatt a fait des travaux de pionnier dans les années 1940 à Aulnat. Comme les données de base changent fondamentalement, les modèles généraux fondés sur une étroite sélection des sites (Crumley 1974 : appendice III) devront être rapidement adaptés pour incorporer les nouvelles informations.

89Même si l’attention est concentrée sur les sites de La Tène finale, il est clair que ces habitats ouverts ou entourés d’une légère clôture sont une nouvelle composante de la typologie des habitats de la plupart des régions de la France non méditerranéenne (par exemple Buchsenschutz 1977a ; Mordant 1977 ; Villes 1981 ; Chossenot 1981). Maintenant que ce genre de site est rapidement identifié, les premières questions concernent le mode de relations spatiales et chronologiques avec les données qui sont déjà prises en compte dans la typologie des habitats. Il est certain que les données recueillies en Limousin sont nettement plus modestes que celles de certaines autres régions –par exemple l’Indre ou l’Aisne–, mais il semble cependant utile, en gardant à l’esprit la pauvreté des données de la Corrèze, de la Creuse et de la Haute‑Vienne, de tenter de les intégrer dans l’image qui commence à se dessiner ailleurs.

6.4.2. Sites ouverts et enclos en Limousin

90Nous avons exclu de cette liste, présentée dans le tableau V (voir également fig. 57), les vestiges d’habitats remaniés et inclus dans des tertres ou des fortifications plus récents. Les découvertes de sources ont également été laissées de côté, à cause du caractère douteux de ces dépôts.

TABL. V – Sites non fortifiés du Limousin.

FIG. 57 – Limousin : carte des sites ouverts non funéraires de l’âge du Fer (cf. tableau V). Les habitats éventuellement antérieurs aux fortifications sont compris, mais les structures non datées en pierre sèche sont exclues.

91Dans l’état actuel de nos connaissances pour le Limousin, l’existence d’habitats non fortifiés semble être une caractéristique permanente du paysage du premier millénaire av. J.‑C. Les premières indications sont tout à fait provisoires : par exemple, les traces d’occupation incorporées dans le tertre d’Augères, Creuse (Léger 1975, 1977), doivent provenir du voisinage du site qui est un paysage légèrement ondulé. Le site le mieux documenté de cette première période est certainement Chalucet, à St‑Jean‑Ligoure, Haute‑Vienne, qui peut finalement être qualifié de Hohensiedlung, encore qu’on puisse penser que la suite des prospections et des fouilles apportera les traces d’une fortification. Les données actuelles montrent que ce gisement (dont la création remonte à la fin de la période des Champs d’Urnes) continue à être utilisé au moins jusqu’au début de La Tène. En termes généraux, cette fourchette correspond à l’occupation aussi bien de sites fortifiés (Aubusson, Crozant et peut‑être le Puy de Gaudy, Creuse) que de grottes et de sépultures. Cependant, la somme des données reste encore faible et une généralisation sur cette base serait hasardeuse.

92Pour le moment, il semble impossible d’aller au‑delà de la question suivante : ce premier groupe est‑il chronologiquement séparé de celui de La Tène finale et tardive et, si oui, par quel laps de temps ? En somme, l’absence d’horizon correspondant aux phases finales de La Tène I et à La Tène II caractérise aussi bien les habitats que les sépultures. Nous pouvons simplement relever que le type de lot de céramique recueilli à St‑Geniez‑ô‑Merle, Corrèze, qui ne comprend pas d’éléments de La Tène III, n’est pas attesté actuellement sur des sites ouverts. C’est seulement au cours des dernières décennies de la Gaule indépendante qu’un ensemble de données plus cohérent commence à émerger.

6.4.3. Habitats ouverts et fortifiés à La Tène moyenne, finale et tardive (La Tène II et III)

93Il est sans doute raisonnable de commencer ce paragraphe en reconnaissant qu’il est tout à fait possible que les variations du corpus de données aient introduit des distorsions dans cette discussion, pour les raisons avancées au début de ce chapitre. L’augmentation des surfaces fouillées dans la dernière décennie tient au développement des sauvetages, liés à des projets qui ont porté, en particulier, sur des sites de plaine. Les fouilles de l’université de Paris 1 dans la vallée de l’Aisne peuvent servir d’exemple (rapports depuis 1973 ; Ilelt 1981 ; Demoule 1985). Aussi l’éventail des données, plus particulièrement ce qui concerne les séquences fines des habitats et le relevé de plans cohérents, est devenu rapidement bien meilleur pour les habitats ouverts de plaine (par exemple Aulnat, Puy‑de‑Dôme ; Levroux, Indre ; Tournus, Saône‑et‑Loire) et les fortifications de plaine (Villeneuve‑St‑Germain et le Vieux‑Reims, Condé‑sur‑Suippe, Aisne) que pour les fortifications et les oppida traditionnels juchés sur des hauteurs. Toutefois, les caractéristiques qui se dégagent peuvent être mises en parallèle avec les sites du Rhin, notamment Bâle, Usine à Gaz et colline de la cathédrale (canton de Bâle, Suisse) (Berger 1981, avec la bibliographie antérieure) et Breisach, colline de la cathédrale et Hochstetten (canton de Freiburg, Allemagne) (Bender 1976 ; Stork 1981) bien que ces parallèles soulèvent quelques difficultés.

94Le site français le plus accessible actuellement à travers les publications reste Aulnat‑Gandaillat, Puy‑de‑Dôme, dont l’exploration a commencé au milieu des années 1960 (Périchon 1969) et où deux séries de recherches ont été menées parallèlement. La zone dite « anglaise » (Collis 1980) semble avoir une séquence de dépôt plus longue, mais le résultat des deux fouilles est particulièrement intéressant parce qu’il met bien en évidence les variations à la fois chronologiques et spatiales des activités pratiquées sur le site. Les raisonnements sont fondés essentiellement sur les objets récoltés dans une série de fosses, mais les données présentées par Collis semblent mettre en évidence un mobilier spécifique dans un nombre limité de ces structures. C’est apparemment particulièrement le cas pour les vestiges de production de monnaie, et Collis (1980 : 46) a relevé la même concentration dans la répartition du travail des boutons en os. Les données sur les structures semblent plus intéressantes sur le secteur fouillé par les Français. Les traces d’occupation semblent s’étendre tout au long du premier millénaire av. J.‑C., mais elles sont beaucoup moins marquées pour le Hallstatt et La Tène ancienne, bien que ces deux périodes aient laissé des traces de travail du métal.

95Toutefois, les efforts ont été concentrés sur les niveaux de La Tène II et III et au fur et à mesure de l’avancement de la fouille, une occupation de plus en plus longue était reconnue. Par exemple, Périchon (1975) envisage un abandon d’Aulnat en 58 av. J.‑C. sur la base des importations méridionales : les seules amphores découvertes sont le type Dressel 1A et le modèle préféré à cette époque (Périchon 1975 : 10) situant l’abandon des sites de plaine et leur remplacement par des habitats de hauteur dans un contexte où l’on recherche une plus grande sécurité.

96Sans vouloir critiquer cette hypothèse de Périchon, il faut noter qu’elle a été reprise depuis et qu’elle peut servir de caution pour attribuer des sites moins bien connus à un contexte historique particulier. A Aulnat, l’occupation semble continuer pendant deux ou trois décennies après la Conquête : les notices de Gallia mentionnent de la céramique gallo‑romaine précoce (35, 1977 : 425‑426) et Collis (1980) présente une série d’innovations dans la poterie et d’autres vestiges attribuables au plus ancien horizon romain. La date d’abandon pour Aulnat peut être maintenant fixée entre 40 et 20 av. J.‑C., c’est‑à‑dire approximativement la période où commence, d’après les connaissances actuelles, l’occupation de Gergovie (Collis 1984 : 81‑84, avec la bibliographie antérieure).

97La séquence de la région de Clermont‑Ferrand est toutefois compliquée par l’existence d’autres fortifications que Gergovie‑Merdogne sur les marges de la Grande Limagne (Collis 1975b : fig. 2), parmi lesquelles le site peut‑être le plus discuté dans le centre de la France, les Côtes de Clermont (Audollent 1933 ; Eychart 1961, 1962, 1966 ; Busset 1933 ; Collis 1975a, b), pour lequel on a parlé d’une occupation à La Tène III étendue sur 15 ha. Aussi, bien qu’il soit sans doute raisonnable de comparer la période d’occupation d’Aulnat à celle de Gergovie‑Merdogne (Collis 1975a, b avec la bibliographie antérieure), il n’est pas certain que les autres fortifications de la région aient eu une occupation aussi tardive. Le caractère tardif du mobilier de Gergovie est difficile à concilier avec le récit de César, mais à côté d’un ou deux ensembles de La Tène III (Hatt 1943b : 101‑103) la plus grande partie du mobilier est nettement postérieur à la Conquête. On peut supposer que la localisation des fouilles les plus intensives à la périphérie du plateau (Grenier 1943 : 71 pour le plan) ou dans faire centrale sur une vaste structure romaine (parcelle 731, fouillée en 1934 ; parcelle 700, fouillée en 1935) a une importance et suggérer que l’échantillon fouillé est nettement insuffisant pour abandonner définitivement l’idée que le site a pu être occupé à La Tène III.

98Cependant, en conservant cette mise en garde à l’esprit, nous pouvons admettre que la substitution progressive de Gergovie au site d’Aulnat, et aux autres stations de même type qui constituent tous les éléments d’un même habitat dispersé, est l’idée majeure qui ressort des données recueillies pour ces gisements. Bien que ce phénomène puisse refléter partiellement les changements politiques et économiques qui ont résulté de la Conquête, il ne s’est pas produit immédiatement après. D’autres facteurs, comme des inondations consécutives à une dégradation du climat conjuguée avec l’arrêt de l’entretien du système de drainage [de la Limagne], ont été évoqués (Collis 1980 : 47‑48). Dans la mesure où cette dernière hypothèse suppose, d’une part, un refus de coopérer dans les activités agricoles et, d’autre part, une coopération et un contrôle implicite pour la fondation de la Gergovie d’après la Conquête, nous pouvons considérer ces hypothèses comme inquiétantes ou du moins improbables, sans pour autant être capable de choisir entre les deux dans l’état actuel de nos connaissances.

99Peu de structures d’Aulnat ont été publiées, même si quelques ensembles de constructions sur poteaux sont signalés dans le « secteur français ». Un aperçu des variations spatiales, de l’artisanat et de la fabrication de monnaies a été donné à plusieurs reprises. Le mobilier montre bien à la fois les contacts à longue distance et les réseaux commerciaux géographiquement plus restreints.

100La première occupation du « secteur français », attribuée à La Tène II, semble privée de débris d’amphores et de tessons de céramique campanienne (Gallia, 29, 1971 : 323‑326) ; toutes deux sont bien représentées plus tard dans la séquence, les amphores se trouvant en quantité importante. Collis (1980 : 44) remarque que les amphores Dressel 1a commencent à atteindre le site à La Tène III : des tessons d’amphores la et 1b associés à des céramiques campaniennes ont été trouvés dans les fosses les plus tardives du « secteur anglais ». Parmi les autres importations figurent la Graphittonkeramik du sud de l’Allemagne (Périchon 1981) et au moins un vase en céramique grise ampuritaine (Périchon 1978), qui n’est pas attesté par ailleurs au nord de la Gaule du sud. Il est clair qu’Aulnat participe à un réseau avec plusieurs liaisons externes. Parmi les produits fabriqués sur place et exportés dans les environs, la jatte d’Aulnat peut servir d’exemple puisqu’elle est connue sur des sites éloignés d’Aulnat de 20 km (Collis 1980 : 47), mais apparemment pas beaucoup plus loin (Vichy 1967 : 35 ; Périchon 1977 : pl. 1).

101Compter ou non Aulnat parmi les sites urbanisés dépend du seuil que l’on choisit et du niveau où on le place. Sur la base des données publiées à l’heure actuelle, le mobilier (à propos duquel on a encore peu d’informations quantitatives) pousserait à répondre par l’affirmatif, mais les données sur les structures sont beaucoup moins significatives.

102Levroux, dans l’Indre, est un autre exemple où les découvertes suggèrent le remplacement d’un site ouvert par un habitat fortifié. Il faut comparer ici les découvertes du village « des Arènes », au sud de la ville actuelle, et la « colline des Tours », à sa frange nord. Dans l’état actuel des connaissances, le schéma proposé (Buchsenschutz 1981c : fig. 9) semble apporter un témoignage identique à celui d’Aulnat‑Gergovie, avec un mouvement vers la hauteur qui se situerait dans les décennies de l’époque césarienne, bien que le point de départ soit ici plus concentré.

103Nous pouvons même préciser, à la lumière des fouilles sur la ligne de fortification qui court au sud du site, que la construction de cette enceinte a pu précéder l’occupation réelle du sommet de la colline. Il est clair qu’il y a un grand pas entre ces données (qui, il faut l’admettre, sont en grande partie des arguments ex silentio, puisqu’il y a eu peu de fouilles dans la zone entourée par l’enceinte) (Buchsenschutz 1975a : 128, pl. 1) et le vevie s. ap. J.‑C. en Irlande, mais Olmsted (1979) donne avec des exemples une idée de ce qui a pu se passer dans nos fortifications de hauteur théoriquement sans occupation permanente à l’intérieur. Des courses de chevaux, des résidences royales, la consommation de boissons fortes, à différentes périodes de l’année, sont parmi les possibilités. La description d’une assemblée provinciale comporte des jeux, des courses de chevaux, de la musique, des ventes de biens et de bétail, le récit d’épopées et des procès : « pour tenir [le festival de Lug], les hommes de Leinster se voyaient promettre du blé et du lait... de tendres femmes, de la bonne chère dans chaque maison, tous les fruits... et des filets pleins de poissons. » (Olmsted 1979)

104Même si la transposition de ceci au milieu du ier s. av. n.è. en Gaule est tout à fait fantaisiste, nous espérons que ce témoignage aidera à comprendre le problème du transfert des habitats sur les hauteurs durant les décennies qui correspondent à l’arrivée de l’armée romaine en Gaule, spécialement depuis que la corrélation entre le changement de localisation de l’habitat et l’arrivée de cette dernière n’est plus considérée comme absolue.

105Une alternative plus prosaïque consisterait à considérer le village des Arènes comme un faubourg éphémère, bien qu’il présente des traces d’artisanat (par exemple, des productions de fibules et plus généralement le travail du métal), d’importations (de nombreuses amphores Dressel 1a, des tessons de céramique campanienne), de fabrication de monnaies (de fragments de moules à flans monétaires) (Buchsenschutz 1978b, 1981b). Même si l’on accepte qu’une occupation plus ancienne sera découverte dans l’enceinte de la colline des Tours contemporaine des ensembles du village des Arènes, l’existence de ce dernier à une telle proximité de la fortification posera probablement des problèmes dans la définition d’une future stratégie de fouille consacrée à la question de l’urbanisation précoce. Une solution simple –que l’enceinte de la colline des Tours était complètement occupée– n’est pas soutenable puisqu’au lieu‑dit Le Cheval Blanc, sur le flanc nord du site, des fouilles montrent que l’habitat interne n’atteint pas la ligne des fortifications (Gallia, 38, 1980 : 322‑323).

106Ailleurs dans le centre‑ouest de la France, comme nous l’avons souligné (Buchsenschutz 1981c), il y a au moins des indices d’habitats ouverts avec au minimum une partie du mobilier découvert au village des Arènes à Levroux. Les vestiges examinés par Marquet (1974) et Maugard (1977) à Vernou‑sur‑Brenne (Indre‑et‑Loire) en sont un exemple. Ils ne sont pas, toutefois, suffisamment proches de la fortification de Rochecorbon, dans le même département, pour être reliés étroitement à cette enceinte. Dans l’Indre même, un mobilier analogue a été découvert à Mehun (Coulon 1974) dans la même commune que l’enceinte de Villedieu‑sur‑Indre (voir ci‑dessous, chapitre 7).

107En Limousin, les traces découvertes à l’extérieur de St‑Gence et de St‑Denis‑des‑Murs (tous deux en Haute‑Vienne) et peut‑être le Grand‑Bourg (Creuse) peuvent être cités comme des exemples qui entrent dans cette catégorie. Cependant, il serait bien sûr excessif de s’appuyer sur les données actuellement disponibles pour parler d’un changement général des habitats en faveur des fortifications de hauteur au cours de cette période.

108Plusieurs arguments peuvent être avancés pour appuyer cette assertion. D’abord, même dans le sud de la France, où on discute moins de la longévité des enceintes dans les analyses d’habitat, on connaît des habitats ouverts. Citons les exemples des lieux‑dits Les Cascals, Azille, Aude, sur la rive gauche de cette rivière (Gallia, 33, 1975 : 494) et La Muscadelle à Pinsaguel (Haute‑Garonne) (Gallia, 36, 1978 : 403). Deuxièmement, nous pouvons supposer qu’au moins quelques‑uns de ces sites de plaine étaient clôturés : la découverte d’une imposante palissade à Roanne, Loire (Institution St‑Paul), pourrait être une indication dans cette direction (Gallia, 29, 1971 : 411‑414). Un troisième argument peut sans doute être avancé pour suggérer que les habitats de rive au long du Rhin, mentionnés plus haut, peuvent eux‑mêmes refléter des circonstances particulières parmi lesquelles, dans le cas de Bâle, la débâcle de la migration des Helvètes a pu jouer un rôle important. Ils peuvent ainsi représenter un modèle régional particulier, pas nécessairement lié aux zones situées à l’ouest de la Loire. Nous avons relevé plus haut que les données numismatiques de l’Usine à Gaz de Bâle peuvent être prises en compte pour suggérer qu’une utilisation relativement intensive du site semble continuer au‑delà de l’horizon suggéré par les événements de 58 av. J.‑C.

109En ce qui concerne la planification, l’exemple le plus clair en France non méditerranéenne semble être celui de l’organisation des structures à l’intérieur de Villeneuve‑St‑Germain, Aisne, 6 km à l’est de Soissons (Centre de recherches protohistoriques, à partir de 1973, Demoule 1985). Ce site de plaine, protégé par un rempart aujourd’hui très dégradé (Jorrand 1978) qui coupe un méandre de la rivière comprend une vaste étendue de constructions sur poteaux, de palissades, de fosses et de caves (Ilett 1981). Les importations sont nombreuses et le mobilier indigène relève à la fois un artisanat propre au site (comportant par exemple des fosses rectangulaires qui trouvent exactement leur parallèle dans le village des Arènes à Levroux et qui sont utilisés pour le travail du bronze sur ce dernier site) et une période d’occupation réduite aux décennies postérieures à la Conquête. Même ici, les nombreuses traces d’habitat relevées par l’équipe de l’université de Paris I ne peuvent pas être extrapolées à l’ensemble du site, puisqu’une seconde équipe qui travaille dans une zone voisine a trouvé des traces d’occupation beaucoup plus diffuses. Si, pour citer Wheeler, nous admettons toujours que « the oppidum on the way to the urbs » (1957 : 14) est une catégorie identifiable, les données archéologiques relevées à Villeneuve‑St‑Germain (et sur le site apparemment de la même époque, mais dont l’exploration est moins avancée, du Vieux‑Reims ; Démoulé 1985) vont peser lourd.

110Ainsi nous pouvons conclure en suggérant que les sites ouvert du Limousin comme d’ailleurs peuvent comprendre un éventail d’habitats du plus humble village éventuellement dispersé, à des ensembles qui remplissent des activités du secteur tertiaire. Nous pouvons suggérer aussi que la présence ou l’absence de fortifications (ou bien sûr leur adjonction à des sites qui existaient déjà) n’est pas un critère primordial.

111En développant cet argument, certains habitats ouverts peuvent correspondre à des établissements purement ruraux. Parmi eux, des différences de statuts sont possibles. Un type serait représenté par le grand bâtiment au lieu‑dit Le Buisson Campin, Verberie, Oise (Agache 1976, Audouze 1981, Blanchet 1983). D’autres se voient parmi les « fermes indigènes » (Duby 1975, Agache 1981). Malheureusement, pour la France centrale, les traces visibles sur les photographies aériennes s’avèrent inadéquates pour fixer la chronologie de leurs occupations, comme les fouilles du gisement de Montbaron (Levroux, Indre) l’ont montré (Buchsenschutz 1980).

112Pour conclure, il est clair qu’il est trop tôt pour essayer de classer les habitats ouverts du Limousin en termes de hiérarchie d’habitat. Trois exemples peuvent être choisis comme des cas possibles d’une utilisation peut‑être aussi complexe que celles de Levroux ou d’Aulnat : Malemort (Corrèze), Petit Cloux ou La Ribbe (Creuse) et Lésignas (Haute‑Vienne). Ce choix n’est basé que sur quelques critères de leur situation topographique (surtout à proximité des grandes rivières) et la nécessité de fouiller certains de ces sites est évidente.

Annexe 2. Fortifications protohistoriques avec poutrage interne en France

113La liste suivante fait suite à celle de Ralston 1981, à laquelle se rapportent les numéros entre parenthèses ; nous avons ajouté des informations nouvelles, nouvelles au moins pour l’auteur, provenant de fouilles. Seules les sources nouvelles par rapport à celles de la liste précédente sont mentionnées.

1141 – AISNE, Montigny‑Lengrain (1)
Le Châtelet
(Jorrand 1978 : 70)
L’identification sur ce site d’un murus gallicus d’après le rapport de Vauville doit être maintenue malgré les doutes de Cotton. Type Avaricum.

1152 – AISNE, Saint‑Thomas (2)
Vieux‑Laon / Camp des Romains / Camp de César
(Jorrand 1978 : 68)
L’entrée associée à un murus gallicus du type Avaricum est une Zangentor, ce qui renforce l’attribution à La Tène finale.

1163 – ALLIER, Bègues (3)
Pas de lieu‑dit
Le mobilier de ce gisement semble être en partie antérieur à la Conquête romaine. Toutefois, J.‑P. Daugas n’est pas convaincu que le rempart vitrifié corresponde à une fortification (comm. pers. 1981).

1174 – AVEYRON, Millau (4)
La Crête de la Granède
Les poutres semblent avoir été entaillées pour mieux tenir ensemble.

1185 – CALVADOS, Banville (5)
La Burette

1196 – CALVADOS, Castillon (6)
Oppidum de Castillon
La présence de fiches en fer dans un rempart à poutres verticales trouve un parallèle au Mont Lassois, Vix.

1207 – CALVADOS,
Saint‑Désir / La Motte (7)
Camp du Castellier
(Lemaître 1978)
Des estimations plus récentes de la surface de cette grande station lui attribuent 200 ha. Type Avaricum.

1218 – CALVADOS,
Soumont‑Saint‑Quentin (8)
La Brèche au Diable / Le Mont‑Joly

1229 – CANTAL, Coren
Puy de la Fage
(BSPF, X, 1913 : 286 ; Déchelette 1913 : 706)

12310 – CANTAL, Escorailles (9)
Pas de lieu‑dit
(Déchelette 1913 : 706)

12411 – CANTAL, Mauriac (10)
Vieux‑Château au hameau d’Escoalier
Bien que, comme nous l’avons déjà signalé (Ralston 1981 : nos 9 et 10), il puisse s’agir du même site que le no 10 ci‑dessus, certains indices laissent à penser que les deux communes voisines peuvent avoir chacune une enceinte vitrifiée. Le Vieux‑Château occupe une surface inférieure à 0,5 ha.

12512 – CHARENTE,
Mouthiers‑sur‑Boëme (11)
Pas de lieu‑dit

12613 – CHARENTE, Soyaux (12)
Camp de Recoux

12714 – CHARENTE, Vœuil‑et‑Giget (13)
Fort des Anglais / Camp de la Pierre‑Dure
Les traces de calcination sont visibles sur toute la longueur du talus, dont les dimensions estimées sont 210 m de long, 5‑6 m de haut et 25 m de large. La surface de cet éperon barré couvre 3 ha environ.

12815 – CHARENTE‑MARITIME,
Saint‑Séverin‑sur‑Boutonne
Le Châtelier
(Gabet 1965 : 148)
Cette enceinte qui est entourée par un murus gallicus a livré des amphores italiques ; probablement type Avaricum.

12916 – CHER, Bourges (14)
« Avaricum » (?)
(26‑70 ha)

13017 – CHER, Châteaumeillant (15)
Les Fossés Sarrasins
(c. 18 ha)

13118 – CHER, La Groutte
Camp des Murettes / de César (c. 4 ha)

13219 – CORRÈZE, Lamazière‑Basse (17)
Le Châtelet
Voir chap. 3.

13320 – CORRÈZE,
Monceaux‑sur‑Dordogne (18)
Puy du Tour
Voir chap. 3.

13421 – CORRÈZE,
Monceaux‑sur‑Dordogne (19)
Le Chastel, Puy Grasset
Voir chap. 3.

13522 – CORRÈZE,
Saint‑Geniez‑ô‑Merle (20)
Puy de Sermus
Voir chap. 3.

13623 – CORRÈZE,
Saint‑Pardoux‑le‑Vieux (21)
Château de Confolent

13724 – CORRÈZE, Ussel (22)
Camp du Charlat
Voir chap. 3.

13825 – CÔTE‑D’OR, Alise‑Sainte‑Reine (23) Mont Auxois / Alésia
(Mangin 1976 ; 1984)
Les données accumulées pendant différentes campagnes au cours de ce siècle pour la plus ancienne fortification de ce site important ont été réunies par Mangin. L’interprétation en est difficile par le fait que au moins quelques tronçons de la fortification sont séparés, complétant les défenses naturelles de ce plateau bordé de falaises. Par endroits, le mur montre des éléments verticaux très espacés dans le parement externe (Mangin 1976 : fig. 4), suggérant une comparaison avec le relevé de Bâle‑Münsterhügel (Furger‑Gunti 1980 : 179). Un tronçon de mur contenant du mortier, peut‑être sans vocation défensive, mais par ailleurs conforme aux spécifications du murus gallicus de type Avaricum, mérite une attention spéciale à la lumière des indications qui montrent clairement qu’il s’agit d’une construction postérieure à la Conquête (Mangin 1984).

13926 – CÔTE‑D’OR, Bouilland (24)
Le Châtelet

14027 – CÔTE‑D’OR, Crécey‑sur‑Tille (25)
Camp de Fontaine‑Brunehaut

14128 – CÔTE‑D’OR, Etaules (26)
Le Châtelet
(Nicolardot 1982 ; 1984)
Actuellement soumis à de nouvelles fouilles, ce site a déjà été enclos au Néolithique moyen. Une réoccupation semble avoir eu lieu à la fin de l’âge du Bronze (Bronze final IIIb). La défense principale est un rempart de 80 m de long, isolant un promontoire bordé de falaises dont la surface est de 8 ha. Le plus ancien rempart examiné à ce jour a livré aussi bien des restes carbonisés de poutres horizontales et les trous des poteaux verticaux d’une palissade placée à son sommet. Associée à ce rempart, a été découverte une armature de flèche en bronze dérivée du type « Le Bourget ». La céramique de ce rempart présente différents types de décor, notamment du graphite et de la peinture. La fortification suivante, de l’âge du Fer, semble avoir aligné son parement externe en pierre sèche sur le sommet du rempart antérieur. Bien qu’une petite quantité de poutres ait été trouvée associée à la « chaux calcinée » de Guyot dans la partie supérieure de ce rempart, on a pu démontrer que ce matériau était naturel. Nous disposons de deux datations par le 14C pour le bois carbonisé de ce second rempart :
Ly‑1811 : 2650 + 130 BP
Ly‑1812 : 2570 ± 130 BP
Une troisième période de construction utilisant des poutres horizontales dans un rempart peu élevé, large de 2,30 m environ, lui succède.
Ly‑1813 : 2360 ± 60 BP
Ly‑2090 : 2310 ± 160 BP
? : 2090 ± 140 BP
Le mobilier associé est caractéristique du premier âge du Fer.

14229 – CÔTE‑D’OR, Flavignerot (28)
Mont Affrique
(Kruta in Duby 1980 : 227‑229)
Les fouilles de Kruta n’ont pas révélé de traces de poutrage interne dans un imposant mur de pierre sèche, modifié et reconstruit à l’époque gallo‑romaine, qui coupe un promontoire de 8,6 ha. La calcination relevée auparavant peut avoir été très localisée.

14330 – CÔTE‑D’OR,
Gevrey‑Chambertin (27)
Château‑Renard

14431 – CÔTE‑D’OR, Lavilleneuve (30)
Le Bois Vert
Non cartographié.

14532 – CÔTE‑D’OR,
Plombières‑lès‑Dijon (31)
Bois‑Brûlé

14633 – CÔTE‑D’OR, Val‑Suzon (31)
Le Châtelet‑de‑la‑Fontaine‑au‑Chat
(Nicolardot 1978)
Ce site semble avoir deux principales périodes d’utilisation. Le Bonze final III / Hallstatt ancien et l’époque gallo‑romaine. C’est à cette dernière période qu’une couche brûlée recouvrant le rempart primitif peut être attribuée.

14734 – CÔTE‑D’OR, Vertault (32)
« Vicus Vertillum »
Reconnu au siècle dernier (Caumont 1868), l’essentiel de l’argumentation pour attribuer une date tardive à ce murus gallicus soigné est exprimé dans Gallia (16, 1958 : 309) où il est décrit comme « alliant la technique gauloise à la perfection romaine ». Type Avaricum.

14835 ‑ CÔTE‑D’OR, Villeberny (33)
L’Haut‑Mont

14936 – CÔTE‑D’OR, Vitteaux (34)
Camp de Myard
Ce site doit être éliminé à la lumière du travail de Nicolardot. Non cartographié.

15037 ‑ CÔTE‑D’OR, Vix (35)
Mont Lassois
(Gallia, 11,1953 : 312‑313 ; Joffroy 1979)
Il apparaît qu’il existe deux périodes distinctes pendant lesquelles des poutrages ont été utilisés dans les défenses du Mont Lassois.
1 – La « levée de terre » méridionale, l’une des célèbres antennes qui descendent jusqu’à la Seine (Joffroy 1960 : pl. 1), semble avoir été construite sur un niveau brûlé sur lequel reposent des pierres parfois rubéfiées ou calcinées. Il est possible que ceci représente une grille de poutres pour la fondation d’un talus, actuellement réduit à une largeur maximum de 20 m et une hauteur de 2 m.
2 – Joffroy (1979 : 38, 204) publie de nouveaux éléments sur la fortification du site à La Tène finale. En un point (gisement IV), la base du rempart s’étalait sur une largeur d’environ 9 m, ce qui donne une épaisseur d’environ 8 m à la fortification. Les pierres utilisées dans la construction semblent être du calcaire d’Etrochey. Bien que les fiches de fer aient été localisées au sommet de cette partie du rempart (sur le côté ouest du plateau supérieur), aucune indication sur un poutrage interne n’a été relevée. La face externe du mur était ponctuée à des intervalles variant de 0,8 à 1,2 m par des traces de poteaux verticaux de 0,2 m de diamètre.
Bien que Joffroy les ait décrits comme le résultat de la destruction d’un murus gallicus (et il est possible de citer un parallèle pour l’absence de poutrage interne à la base du rempart du Puy du Tour), ces vestiges semblent suggérer plutôt un type Kelheim. Ailleurs (Joffroy 1979 : 204), le fouilleur dit que les fiches en fer (de 0,16 à 0,23 m de long) ont été trouvées essentiellement devant la série des poteaux verticaux : cette disposition rappelle celle qui a été découverte à Castillon dans le Calvados. Le niveau recouvrant ces défenses a livré entre autres une fibule de Nauheim et un potin (variante de BN 9078) attribué aux Leuques.

15138 – CÔTES‑DU‑NORD, Erquy (36)
Cap d’Erquy
Les deux remparts de cet éperon barré côtier ont été coupés. Bien qu’ils contiennent des charbons provenant de l’intérieur d’un rempart pourvu d’un parement en pierre sèche, la défense interne, le fossé Catuélan, ne semble pas avoir de poutrage interne. Le charbon est associé à des restes de nourriture et sa présence peut s’expliquer par le remaniement d’un habitat antérieur : ce charbon a donné une date 14C de 2500 ± 110 BP (Gif‑715) (Giot 1968). Les fouilleurs ont suggéré plus tard que ce charbon recueilli au sommet du rempart représente « les restes d’un lacis de boisage médiocrement préservé » (Giot 1969 : 30). La seconde ligne de défense, le fossé de Pleine Garenne, renfermant 35 ha, soit 20 de plus que les 15 ha de la défense précédente, a livré des traces plus étendues de poutrage, sous la forme à la fois de poutres longitudinales et transversales espacées de 2 m. Le parement interne présentant une poutre longitudinale incorporée dans la masse pierreuse (Giot 1969 : fig. 3) ; à l’opposé, les poutres longitudinales, associées au parement externe semblaient être placées sur le front de celui‑ci. Une poutre a donné une datation par le14C de 2270 ± 110 BP (Gif‑1302). On a observé, à une courte distance, la présence d’un tronçon de mur de pierre précédé d’un fossé en avant de cette fortification. Superbement écartée par Giot et Briard (Giot 1969 : 35) comme « une sorte de ligne Maginot au sens péjoratif du terme », cette dernière défense, non datée, pourrait être attribuée à la Guerre des Gaules. En dépit de la taille limitée des fouilles, on peut commencer à évaluer la signification de ce site en terme d’intégration des remparts à poutrage interne avec d’autres formes de défense (le fossé Catuélan montre deux phases de reconstruction).

15239 – CÔTES‑DU‑NORD, Plédran (33)
Camp de Péran
(Archéologie médiévale, 15, 1985 : 281 ; je remercie le Pr P.‑R. Giot pour cette référence)
Des fouilles récentes menées par J.‑P. Nicolardot ont démontré que le rempart vitrifié de ce site date du xe s. de notre ère et comprend des poutres verticales et horizontales. Des traces d’une occupation contemporaine de l’enceinte et plus récente ont été mises au jour. Cette datation à la fin du premier millénaire de notre ère correspond bien avec les collines fortifiées et les éperons barrés par des remparts à poutrage interne d’Ecosse (Alcock 1987 : fig. 4 ; Ralston 1987).

15340 – CREUSE, Aubusson (38)
Les Chastres
Voir chap. 4.

15441 – CREUSE, Budellère
Saint‑Marien ou Sainte‑Radegonde
Voir chap. 4.

15542 – CREUSE, Linard (39)
Château‑Gaillard

15643 – CREUSE, Pionnat (40)
Châteauvieux
Voir chap. 4.

15744 – CREUSE, La Souterraine Bridiers
Eléments très douteux pour un rempart à poutrage interne. Voir chap. 4.

15845 – CREUSE, Saint‑Dizier‑la‑Tour (41)
Butte de la Tour Saint‑Austrille

15946 – CREUSE, Sainte‑Feyre (42)
Puy de Gaudy
Voir chap. 4.

16047 – CREUSE, Thauron (43)
Site du bourg
Voir chap. 4.

16147a – CREUSE, Vidaillat
Motte du Château

16248 ‑ DORDOGNE,
Coulounieix‑Chamiers (44)
Il y a des problèmes évidents pour la définition des données concernant ce site : la première référence à un murus gallicus se trouve dans la compilation de La Noë, 1887. Il recense simplement la commune de Coulounieix comme une localisation dans une série de muri gallici. Cotton (in Wheeler 1957 : 207) rapporte d’autres témoignages sur ce site, notamment celui d’Imbert (1894b : 145‑ 148, no 6) qui l’appelle « plateau de la Boissière ». Ce toponyme suggère qu’il s’agit de l’oppidum de La Curade (Chevillot 1981b : 121‑123), plutôt qu’une autre vaste fortification, Ecornebceuf, sur la même commune. Ces deux gisements ont été étudiés au xixe s. et tous les deux ont fourni des traces d’occupation de La Tène III. La Curade a été réétudiée récemment (Gallia, 35, 1977 : 456‑457 ; Chevillot 1981b) au cours de la destruction partielle de son rempart, qui contient du mobilier remanié provenant d’une occupation de La Tène (analysé ci‑dessous en liaison avec les remparts de type Fécamp), mais il n’y a aucune mention d’éléments correspondant à un murus gallicus. Ce site doit donc rester un exemple douteux de la catégorie « type Avaricum ».

16349 ‑ DORDOGNE,
Saint‑Médard‑d’Excideuil (45)
Castel Sarrazi
(Bareau 1882 ; Imbert 1894b : 146‑148) Cet éperon barré, décrit pour la première fois par Bareau, semble occuper une surface d’environ 3‑4 ha (Hardy 1882). Au moins deux ouvrages distincts et profondément vitrifiés sont conservés, notamment une « motte » de 30 m de long qui barre l’accès le plus facile. Les traces de la position originelle du poutrage ont été reconnues dans la masse vitrifiée (Hardy 1882). Alors que cet auteur était prêt à considérer ce site comme « celtique », les fouilles de 1883 semblent n’avoir fourni aucun élément de datation et, du point de vue de Imbert, il semble trop complexe pour être protohistorique.

16450 ‑ DOUBS, Myon (46)
Châtelet de Montbergeret

16551 ‑ DRÔME, Le Pègue (47)
La colline Saint‑Marcel

16652 – EURE, Fréneuse‑sur‑Risle / Livet‑sur‑Anthou (48)
La Berquerie
Non cartographié.

16753 – EURE‑ET‑LOIR, Sorel‑Moussel (49)
Fort‑Harrouard
Il apparaît que le rempart à poutrage calciné est plus récent que Philippe ne le suggérait et qu’une datation au Bronze final ou à la fin de La Tène, périodes toutes deux représentées par un grand nombre de vestiges, peut être envisagée. Le site couvre 8 ha (Collis 1975a).

16854 – FINISTÈRE, Ergué‑Armel (50)
Beg‑ar‑Castel

16955 – FINISTÈRE, Huelgoat (51)
Le Camp d’Artus

17056 – ILLE‑ET‑VILAINE, Landéan
Le Poulailler
(Wheeler 1957 : 113‑114 et fig. 32) Ce site est considéré comme l’oppidum central des Redons ; il couvre quelque 50 ha et il reste inachevé à l’époque de la Conquête. L’unique trace visible sur le terrain –un petit tronçon de maçonnerie grossière– pourrait être un murus gallicus (Wheeler 1957 : pl. XLVIIb). Ce site peut pour le moment être écarté. Non cartographié.

17157 – ILLE‑ET‑VILAINE,
Saint‑Coulomb (52)
Pointe du Meinga

17258 – ILLE‑ET‑VILAINE,
Vieux‑Vy‑sur‑Couësnon (53)
Oppidum d’Orange

17359 – INDRE, Levroux (54)
Les Tours
Contrairement à ce que dit Nash (1978a : 191‑192), le rempart massif de Levroux recouvre le murus gallicus. L’hypothétique défense interne n’est pas datée (Buchsenschutz 1975c : fig. 2‑3). Type Avaricum.

17460 – INDRE, Meunet‑Planches (55)
Le Camp de Corny
La source qui nous conduit à inclure ce site dans les fortifications éventuellement défendues par un murus gallicus est généralement fiable (Buhot de Kersers, suivi par Buchsenschutz 1975c : 13). Le Dr Allain et D. Jalmain ont déjà photographié ce site d’avion et repéré une trace dans la végétation. Il semble qu’il s’étende sur 1 ha. Actuellement, il y a peu d’éléments en faveur d’un déplacement de ce site à Brives, contrairement à l’avis de Nash (1978a : 195). Cartographié comme lieu où des fiches ont été découvertes.

17561 – INDRE, Moulins‑sur‑Céphons
Les Châtellers
(Duval 1979 ; Buchsenschutz 1981c, 1981d)
Bien qu’elle ait été souvent attribuée à la fin de l’âge de Fer (Ralston 1975 ; Nash 1978a), en partie à cause de la découverte d’un trésor de monnaies sur la même commune, en partie à cause de la céramique augustéenne récoltée à l’intérieur, cette enceinte de 10 ha s’est révélée beaucoup plus ancienne. Bien qu’il s’agisse d’une construction du type Kastenbau, elle a été datée par le14C de 3720 ± 70 BP (Gif‑5113) et 3700 ± 70 BP (Gif‑5112) à partir d’une poutre du rempart. Un sondage à l’intérieur a donné essentiellement du mobilier chalcolithique.

17662 ‑ INDRE‑ET‑LOIRE, Amboise
Les Châtelliers
(Gallia, 30,1972 : 381 ; 36,1978 : 278 ; 38, 1980 : 328‑329 ; Buchsenschutz 1981c, 1981d ; Peyrard 1981)
Cet éperon barré de 52 ha se trouve entre la Loire et l’un de ses affluents de la rive gauche, l’Amasse, et il est subdivisé par un rempart secondaire qui isole une surface de 10 ha, près de la cime du promontoire où se dresse le célèbre château Renaissance. Ce site est célèbre depuis longtemps pour son riche mobilier de La Tène finale et de l’époque gallo‑romaine précoce. Une coupe à travers la défense externe (Buchsenschutz 1981c : fig. 4) montre que la première étape de cette fortification est un rempart à poutrage interne recouvrant une sépulture du Hallstatt moyen/final : les poutres sont datées par le 14C de 2440 ± 60 BP. Les caractéristiques de cette construction en poutres ne sont pas actuellement connues. Amboise présente un grand intérêt si l’on considère le fait que cette ligne de défense et le rempart interne sont de type Fécamp d’après leur allure extérieure.

17763 – INDRE‑ET‑LOIRE, Rochecorbon
Butte de la Folie
(Maugard 1973 ; Buchsenschutz 1981c) Une fouille de sauvetage sur ce site, nécessitée par la construction d’une maison, a mis au jour des traces suffisantes pour suggérer la présence d’un murus gallicus délimité par deux parements de pierre sèche distants d’environ 7 m. Une fiche en fer retrouvée dans cette fouille est illustrée par Maugard (1973 : 207, no 5). Type Avaricum.

17864 – JURA, Cernans (56)
Le Grandchamp

17965 – JURA, Champagnole (57)
Eperon de Boyise

18066 – JURA, Mesnay (59)
Roche‑Maldru

18167 – JURA, Montmirey‑la‑Ville (60)
Le Mont‑Guérin

18268 – JURA, Rahon (61)
Le Mont‑Ceint

18369 – JURA, Salins (62)
Camp du Château‑sur‑Salins
(Härke 1979 : 100 ; Piroutet 1930) La découverte par Piroutet d’un matériau calciné semble être limitée à une trace de 4 m de long sur le côté ouest du rempart protohistorique, ou du moins à une partie du système qui est attribuée par lui‑même à l’époque mérovingienne ou burgonde. Bien que ce site soit surtout connu par son mobilier hallstattien, il conserve aussi les traces d’une occupation à l’époque des Champs d’Urnes. Perché à 628 m sur une falaise rocheuse, d’une superficie inférieure à 1 ha, ce site semble topographiquement très différent des Fürstensitze comme le Mont Lassois.

18470 – LOIRE, Chambles (63)
La Ruthe / Le Palais à Essalois
Il n’y a pas encore d’éléments pour dire que cette enceinte est défendue par un murus gallicus. On a parlé de fiches, mais leur association avec une architecture défensive reste incertaine.

18571 – LOIRE, Machézal
Crêt‑Châtelard
(Bouttet 1912 : 432‑449) Matériau vitrifié, mais il n’est pas certain qu’il soit en rapport avec la fortification. Non cartographié.

18672 – LOIRE, Périgneux
Pic‑de‑la‑Violette
(Bouttet 1912)
Un plateau à 650 m d’altitude est décrit comme partiellement enclos par « de faibles murailles et des blocs vitrifiés ».

18773 – LOIRE, Saint‑Alban‑les‑Eaux (64)
Châteaulux
(Bouttet 1912 : 441)
Cette minuscule fortification, adossée à un escarpement rocheux, a été partiellement fouillée en 1907 sur les instructions de Déchelette. Elle mesure approximativement 50 x 17 m. Des matériaux vitrifiés ont été retrouvés, tout comme du charbon de bois de chêne selon les identifications, mais le petit mobilier, à part quelques tessons médiévaux qui n’étaient pas considérés comme significatifs, manque totalement. La mention de fiches de fer, au milieu d’autres objets, notamment des lames de fer et des objets de bronze, vient d’une source qui n’est pas considérée par Bouttet (1910) comme digne de confiance.

18874 – LOIRE,
Saint‑Georges‑de‑Baroille (65)
Le Châtelard de Chazi

18975 – LOIRE, Saint‑Marcel‑de‑Félines (66)
Crêt‑Châtelard
(Gallia, 33, 1975 : 544 ; 35, 1977 : 481 ; 38, 1980 : 518)
Des travaux récents se sont concentrés sur des fosses à l’intérieur de ce site et le mobilier recueilli suggère une occupation de deux siècles à compter du milieu du Ier s. av. J.‑C.

19076 – LOIRE, Saint‑Maurlce‑sur‑Loire (67)
Jœuvre(s)
Avec 75 ha, ce site est 10 fois plus grand que les autres célèbres oppida du département de la Loire. La seule référence à un murus gallicus vient de la découverte de fiches en fer dans des « terrassements » par un ancien fouilleur (Cotton in Wheeler 1957 : 6‑7). Collis (1975a : 181) n’était pas convaincu que la présence d’un murus gallicus était démontrée. Cependant, dans la mesure où la défense semble consister essentiellement en terre (Besset 1964, suivant Jeannet), il est peu probable que de plus amples informations aient été enregistrées dans des fouilles de cette époque. Il est intéressant de relever que c’est le seul site du Massif central auquel Daugas et Malacher (Daugas 1976c : 48) attribuent sans équivoque un murus gallicus. Cartographié comme mur « avec clous ».

19177 – LOIRE, Villerest (68)
Le Château‑Brûlé de Lourdon
(Bouttet 1912 : 444‑445)
Eperon barré de 2 ha, dont la principale défense a un noyau vitrifié. Comparé par Bouttet au site de Châteaulux (no 73 ci‑dessus), ce site a produit seulement des traces d’atelier de taille du silex néolithique.

19278 – LOIRE‑ATLANTIQUE, Vue (69)
Vue

19379 – LOT, Cras (70)
Murcens
(140‑150 ha)

19480 – LOT, Luzech (71)
L’Impernal

19581 – LOT‑ET‑GARONNE, Agen (72)
Plateau de l’Ermitage

19682 – LOZÈRE,
La Fage‑Montivernoux (73)
Puy de la Fage
Confusion possible avec le no 9.

19783 – MAINE‑ET‑LOIRE,
Le Fief‑Sauvin (74)
Camp de la Ségourie

19884 – MAINE‑ET‑LOIRE,
Saint‑Hilaire‑du‑Bois (75)
La Grosse Motte de la Madeleine

19985 – MANCHE, Le Petit‑Celland (76)
Le Châtelller

20086 – MANCHE,
Saint‑Jean‑de‑Savigny (77)
Le Grand Câtel

201Il n’y a pas encore de confirmation qu’il s’agit bien d’un murus gallicus. Cartographié comme vitrifié, bien que cela non plus ne soit pas apparemment confirmé.

20287 – MARNE, Chémlnon
La Cité
(Lepage 1980 : 172‑173)
La source originale pour l’existence d’un murus gallicus sur cet éperon barré semble être Maxe‑Werly qui relève la présence de fiches, comparables à celles de Boviolles, sur le rempart nord. Ce rempart, long de 80 m, coupe un promontoire qui domine la vallée marécageuse de la Buxenelle. Cartographié comme mur « avec clous ».

20388 – MARNE, Suippes
Camp militaire
(Comm. orale Villes 1982)
Une palissade entoure cet habitat de 4 ha qui a été occupé du Hallstatt final à La Tène lc.

20489 – MAYENNE, Loigné‑sur‑Mayenne (78)
Les Caduries
(Lambert 1977)
Vitrifié.

20590 – MAYENNE,
Saint‑Jean‑sur‑Mayenne (79)

206Château‑Meignan

20791 – MAYENNE, Sainte‑Suzanne (80)
Site du Château
(Comm. pers. Hogg 1981) Le matériau vitrifié provenant de cette commune vient du pied du château de Ste‑Suzanne même et non du Camp des Anglais (contrairement à Ralston 1981).

20892 – MEURTHE‑ET‑MOSELLE,
Champigneulles (81)
La Fourasse

20993 – MEURTHE‑ET‑MOSELLE,
Essey‑lès‑Nancy (82)
La Butte Sainte‑Geneviève
(Deyber 1981: 94, fig. 5)
Oppidum largement occupé, datable de La Tène II‑III selon Deyber. Des traces d’incendie du rempart sont encore observables sur le côté ouest du site (observation personnelle 1981).

21094 – MEURTHE‑ET‑MOSELLE,
Messein (83)
La Cité / Le Camp d’Affrique et
Le Vieux Marché
(Deyber 1981 : 95, fig. 6 ; 1984a : fig. 4, annexe 1)
Alors que ce gisement était provisoirement daté de La Tène I à III (Deyber 1981) ou du Hallstatt final / La Tène I (Millotte 1976 : 60‑61, fig. 22), des fouilles récentes ont permis d’étendre sa durée d’occupation. L’habitat remonte aussi haut que le Hallstatt ancien ; la première fortification, en cours de fouille, contient un poutrage horizontal en chêne qui a donné un seul échantillon pour une datation par le14C, 700 ± 130 BC (Ly‑2710), associé à du calcaire qui a été chauffé à au moins 600 °C. Deux fortifications recouvrent cette structure, un talus massif en pierres et un mur de pierres qui couronne ce dernier.

21195 – MEURTHE‑ET‑MOSELLE, Sion
Couvent
(Deyber 1984a)
Deyber a relevé des traces de calcination sur ce site.

21296 ‑ MEUSE, Boviolles (84)
Le Mont‑Châtel
(Deyber 1984a : annexe 1)
Un réexamen de la structure du rempart à La Bosse depuis 1978 suggère qu’il y a là une construction complexe. De nouvelles indications sur le murus gallicus déjà connu ont été relevées, notamment les orifices de passage de poutres, dont trois contenaient des fiches en fer. Un examen en surface relié au commentaire de Deyber sur la coupe de La Noë (1887) donne bien l’impression que le dernier aménagement de la partie est des défenses correspond à une fortification de type Fécamp classique. Le promontoire de 50‑60 ha est toujours en usage à l’époque gallo‑romaine. (Ce site était auparavant attribué à la commune de Naix‑aux‑Forges.)

21397 – MEUSE, Lion‑devant‑Dun
Camp d’Hadrien
(Deyber 1984a)
Deyber a trouvé des traces d’un poutrage interne constitué de « traces d’arbres et branchages » pendant les fouilles de 1968.

21498 – MEUSE, Sorcy‑Saint‑Martin
Côte‑Saint‑Jean
(Barthélemy 1889 ; Gallia, 30,1972 : 360)
Cette colline d’environ 11 ha, dans un méandre de la Meuse au sud‑est de Sorcy, a été examinée par Barthélemy qui a recueilli des pointes de fer provenant du rempart. De la poterie de La Tène III a été découverte au sommet près d’un complexe cultuel gallo‑romain (Millotte 1965 : no 246).

21599 – MORBIHAN, Arzon (85)
Bilgroix
(Gallia, 33, 1975 : 344)
Une hallebarde mérovingienne du VIe s. a été découverte sur cette fortification quadrangulaire détruite récemment.

216100 ‑ MORBIHAN, Landevant
Kervarhet
(Gallia, 35, 1977 : 346)
Une enceinte de contour irrégulière, dont le diamètre est d’environ 200 m, a révélé des traces de vitrification.

217101 ‑ MOSELLE, Lessy (86)
Pas de lieu‑dit

218102 ‑ NIÈVRE, Lavault‑de‑Frétoy (87)
Le Fou de Verdun
L’interprétation de cette enceinte complexe ne semble pas sûre.

219103 – NIÈVRE, La Machine (88)
Le Vieux Château de Barbarie

220104 – NORD, Avesnelles /
Flaumont‑Waudrechies (89)
Le Câtelet
(Leman‑Delerive 1978 : 88, 97 ; Leman‑Delerive 1980 : no 4)
Cette fortification de 13,6 ha très altérée par des carrières était certainement défendue par un murus gallicus puisqu’un grand nombre de fiches en fer ont été découvertes au xixe s., notamment 150 exemplaires dans l’angle sud‑ouest en 1825. Des couches superposées de bois carbonisé ont également été relevées. Quelques‑unes de ces fiches sont conservées au musée d’Avesnes. Type Avaricum.

221105 – OISE, Choisy‑au‑Bac
Le Confluent et la Bouche d’Oise
(Blanchet 1980 ; Audouze 1981: 73‑75 et fig. 8)
Le talus de terre qui délimite à l’est l’habitat de 10‑15 ha à la confluence de l’Aisne et de l’Oise a conservé les traces d’une superstructure en bois. La principale période d’occupation semble être la transition du Bronze final au premier âge du Fer. Non cartographié.

222106 ‑ OISE, Gournay‑sur‑Aronde
(Brunaux 1984 ; Brunaux 1985 : 26‑37)
L’analyse d’une coupe du rempart près du sanctuaire en 1981‑82 a révélé les traces de trois remparts superposés, dont le plus ancien est une accumulation sur 15 m de large de matériaux issus du fossé. Le poutrage est représenté par une ligne de trous de poteau qui est perpendiculaire à la direction du rempart. Du mobilier de La Tène ancienne découvert dans la construction ne constitue qu’un vague terminus post quem pour l’érection du talus. La dernière et la plus étroite construction (6 m) est un murus gallicus dont une partie du parement externe en pierre est tombée dans le fossé. Le parement interne en pierre était mieux conservé : son appareil en pierre sèche ressemble à celui d’une structure augustéenne qui a été fouillée dans le sanctuaire à quelque 70 m de là ; cet indice pour une datation postérieure à la Conquête a été confirmé par la découverte dans l’appareil du parement interne de deux fragments de tegulae. Des traces du poutrage interne ont été retrouvées dans la fouille ainsi que des fiches, dont deux étaient encore en place. Le stade intermédiaire de cette construction se manifestait par un niveau horizontal de poutres brûlées, comprenant notamment des poutres placées en diagonale, qui pourrait représenter une phase initiale du murus gallicus ; le rapport ne mentionne pas de découverte de clous en connexion avec ce niveau de poutres, aussi cette étape de l’ouvrage semblerait plutôt être du type Ehrang. La céramique associée suggère une date un peu plus ancienne pour le rempart à poutrage interne que pour la construction finale. Un fossé à profil en V longeait le rempart ; il conserve les traces de plusieurs phases de recreusement ; la première étape semble remonter au Chalcolithique et pouvoir être contemporaine d’une imposante palissade repérée près de l’entrée nord‑est du site, mais la plus grande partie du remplissage appartient exclusivement à l’époque gallo‑romaine. Une petite contrescarpe conserve la trace de nombreux piquets qui pénètrent dans le sous‑sol.

223Le remplacement d’un talus en terre avec un poutrage interne par un murus gallicus renverse la séquence observée par exemple à Levroux, mais cela n’est pas particulièrement surprenant.

224107 ‑ OISE, Gouvieux (90)
Camp de César
(Jorrand 1978 : 70 ; Audouze 1981: 67‑ 69 et fig. 5)
Avec une surface de 47 ha, cet éperon barré à la confluence de l’Oise et de la Nonette est le plus vaste du département de l’Oise. D’anciens rapports sur le rempart nord‑ouest, qui est long de 980 m et encore haut de plus de 8 m, relèvent la présence d’un poutrage interne sous la forme de troncs carbonisés et de pierres calcinées. Malgré tout ce qu’on a pu prétendre, ce site n’a livré ni fiches ni parement en pierre, et l’idée qu’il s’agit d’un murus gallicus ne peut pas être soutenue actuellement. Une seconde phase de défense consiste en l’accumulation d’une énorme recharge de calcaire sur le rempart plus ancien, qui reste non daté.

225108 – ORNE, La Courbe (91)
Le Haut du Château
(Lioult 1978 ; Mlle C. Peuchet : comm. pers.)
Situé dans un méandre de l’Orne, le rempart de cette fortification barre l’étroit isthme à son extrémité sud. Des fouilles récentes ont révélé les traces étendues d’une combustion intense, notamment des blocs vitrifiés et des pierres de revêtement altérées par la chaleur dans le rempart situé le plus au sud. Les associations de mobilier suggèrent la fourchette Ier s. av. J.‑C. / Ier s. ap. J.‑C. pour la construction de cette fortification.

226109 ‑ PUY‑DE‑DÔME, Bourg‑Lastic (92)
Pas de lieu‑dit

227110 – PUY‑DE‑DÔME,
Châteauneuf‑les‑Bains (93)
Montagne de Villars
(Pommeral 1884a et b)
Ce site semble avoir été considérablement altéré au profit de l’agriculture environnante. Le matériau vitrifié vient d’un rempart long de 14 m, qui forme l’un des côtés d’un rectangle (7 x 15 m) couronnant une butte de pierres. Vu la petite taille de cette structure, elle peut sans doute être exclue de la série des fortifications protohistoriques.

228111 ‑ PUY‑DE‑DÔME, Fayet‑Ronaye
Tumulus Dissard
Je suis reconnaissant à J.‑P. Daugas d’avoir attiré mon attention sur ce site. Sépulture prétendue d’un roi‑pape des Druides, ce qui amusait Déchelette (L’Anthropologie, 16, 1905 : 418), ce site, publié par Canon Dissard (Revue du Collège héraldique, Rome, mars 1904) consiste, semble‑t‑il, en niveaux alternés de charbon de bois, de pierres brûlées et de vestiges considérés comme des restes humains. Il ne s’agit certainement pas d’une fortification. Non cartographié.

229112 – HAUT‑RHIN, Hartmannswiller (94)
Fitzetharine
Ce site, sur un éperon des Vosges dominant la vallée du Rhin, ne semble pas avoir survécu à l’une des plus sanglantes batailles de la Grande Guerre. Rien ne subsiste au milieu d’un enchevêtrement de tranchées, de bunkers, de fils de fer barbelés au voisinage du cimetière militaire français du Vieil‑Armand.

230113 – HAUT‑RHIN, IIIfurth (95)
Britzgyberg
(Härke 1979 ; Deyber 1984a)
L’utilisation de ce site semble s’étendre de la période du Hailstatt C au début de La Tène. Il couvre 3 ha. Le rempart semble être du type Ehrang.

231114 – SAÔNE‑ET‑LOIRE, Mâcon (96)
« Matisco »
Les poteaux verticaux doivent plutôt être interprétés comme le reste d’une fortification antérieure : ils se trouvent directement derrière le parement externe en pierre (Furger‑Gunti 1980 : note 124).

232115 – SAÔNE‑ET‑LOIRE,
Saint‑Léger‑sous‑Beuvray (97)
Mont‑Beuvray / Bibracte
Je remercie J.‑P. Guillaumet qui m’a signalé les objections que Déchelette donne dans son carnet de notes à la présence de poutres en diagonale dans le murus gallicus du Mont‑Beuvray : pour l’essentiel, il considère que c’est le fruit de l’imagination du dessinateur qui a fait la reconstitution, et il est en effet difficile de concevoir les avantages structuraux qu’elles peuvent apporter, telles qu’elles sont représentées, dans la construction. Contre cette opinion toutefois nous avons les données présentées par Cotton (in Wheeler 1957 : 192). Type Avaricum. Les fouilles actuelles que nous menons avec J.‑P. Guillaumet et 0. Buchsenschutz dans le voisinage de la porte du Rebout permettent de réviser l’histoire de la défense du site. Une première phase est représentée par une forte palissade sur laquelle s’appuie un talus. Quelques indices d’éléments placés en diagonale ont pu être recueillis dang le murus gallicus de type Avaricum qui recouvre la première fortification. Des traces d’une troisième étape de fortification se manifestent sous la forme d’une chape de pierres, apparentées au rechargement que Wheeler a relevé à Huelgoat, Finistère. Des prospections en surface de Schubert et Ralston suggèrent la présence d’une défense externe supplémentaire au Beuvray, qui tendrait à augmenter considérablement la surface actuelle qui compte déjà 135 ha (1987).

233116 – HAUTE‑SAÔNE,
Bourguignon‑lès‑Morey (98)
Pas de lieu‑dit
(Härke 1979 : 104 ; Bouillerot 1905 : 122‑123 ; Joffroy 1979)
Ce site de 3 ha a été classé par Härke comme un ordinary hill‑fort par opposition aux Fürstensitze : aussi bien le Dictionnaire archéologique de la Gaule (t. I,1867 : 188) et Bouillerot (1905) lui attribuent une surface de 17 ha. Les fouilles de 1862, exécutées à l’instigation de Napoléon III, ont livré essentiellement du mobilier hallstattien, avec quelques traces d’une réoccupation gallo‑romaine. Les défenses comprennent des antennes qui descendent du sommet pour embrasser des sources comme au Mont Lassois. Au sud‑ouest, Bouillerot a trouvé des traces de calcination dans un talus de pierres épais d’environ 3 m. Les antennes sont localisées au sud‑ouest et au nord‑est de l’enceinte principale.

234117 – HAUTE‑SAÔNE,
Noroy‑lès‑Jussey (99)
Pas de lieu‑dit
(Bouillerot 1905 : 126)
Cette enceinte de 2,5 ha aurait des talus partant de l’enceinte principale à la manière du Mont Lassois. Il y a des traces de calcination des fortifications.

235118 – DEUX‑SÈVRES, Coulon‑Sausais
Côteau de Montigné
(Pautreau 1978a ; 1981: 107‑111)
Une série de tranchées de palissade, formant apparemment un tracé rectangulaire (d’après la photographie aérienne) semble diviser l’habitat qui comprend des trous de poteau, des foyers et des fosses. Des sondages sur l’habitat et la palissade ont permis de recueillir un lot abondant de céramiques du Bronze final et du premier âge du Fer. Les palissades ne semblent pas avoir une vocation défensive. Le site occupe un monticule d’environ 12 ha qui surplombe de 25 m le Marais poitevin. Il s’agit sans doute d’une réoccupation, autour du Hallstatt ancien, d’un site déjà clôturé à la fin du Néolithique.

236119 – VAR, Le Luc (100)
La Fouirette
(Arcelin 1976 : 671 ; plan in Gallia, 27, 1969 : 453‑454)
Bien qu’elle soit décrite par Arcelin comme un murus gallicus, la tour occidentale externe de cette petite fortification en rebord du plateau n’a pas livré de fiches ; on a toutefois découvert des poutres longitudinales et transversales. Les trouvailles provenant de l’intérieur sont peu nombreuses et le site reste indatable.

237120 – VAR, Le Muy (101)
Colle du Rouet

238121 – VIENNE, Aslonnes (102)
Camp Allaric
(Pautreau 1981 : 105‑106, 111)
Pautreau semble admettre que cette fortification a été calcinée.

239122 – VIENNE,
Lussac‑les‑Châteaux (103)
Camp de Cornouin

240123 – VIENNE, Quinçay (104)
Séneret
(Imbert 1895 : no 17 ; Tauvel 1973 ; Pautreau 1976b)
Ce site majeur, d’environ 40 ha, occupe un méandre de la rivière Auzance, dont le rempart coupe l’étranglement. Cette fortification montre des traces de calcination. La tombe à char immédiatement à l’extérieur du camp contenait peut‑être de la céramique semblable à celle de l’enceinte, mais cet ensemble est aujourd’hui mélangé (Tauvel 1973 : 237). La fortification semble avoir déjà été occupée au Hallstatt ancien (Pautreau 1976b : 774), mais le rempart lui‑même n’est pas daté et les fouilles de 1884 semblent s’être limitées à des sondages.

241124 – HAUTE‑VIENNE, Dournazac (105)
Montbrun

242125 – HAUTE‑VIENNE,
Jabreilles‑les‑Bordes
Le Châtelard
Voir chap. 5.

243126 – HAUTE‑VIENNE, Oradour‑sur‑Vayres
Les Chalards
Voir chap. 5.

244127 – HAUTE‑VIENNE,
Salnt‑Denis‑des‑Murs (106)
Villejoubert
Voir chap. 5.

245128 – HAUTE‑VIENNE,
Saint‑Julien‑le‑Petit (107)
Rochein

246129 – HAUTE‑VIENNE, Séreilhac
La Baisse
Pierres vitrifiées qui ne semblent pas associées à une fortification. Non cartographié.

247130 – VOSGES,
Etival‑Clairefontaine (108)
La Pierre d’Appel
(Deyber 1981, 1984 et al 1984)
Le plus récent rapport sur cette petite enceinte de 2 ha révèle la présence à La Tène II (C2) d’un rempart à poutrage interne surmonté d’une palissade et précédé d’un fossé discontinu à fond plat de 8 m de large. Le poutrage de cette première défense a fourni deux dates 14C : 350 ± 100 BC et 270 ± 100 BC (Ly‑2704, Ly‑2705). L’équivalent de ces dates en chronologie absolue (Stuiver 1986) suggère l’utilisation d’un bois ancien ou la réutilisation d’une poutre. Au début de La Tène III (D1), cette défense a été remplacée par un rempart en pierre et terre couronné par une palissade crénelée selon le fouilleur ; une datation isotopique place la destruction de cette phase en 70 ± 50 av. J.‑C. D’autres modifications se produisent à la transition La Tène III/gallo‑romain précoce ainsi qu’à la fin du IIe/début du IIIe s. ap. J.‑C. Ces remarques se rapportent à la défense occidentale. Une fortification beaucoup moins imposante délimite le reste de l’enceinte. Au point de rencontre (coupe B2) des deux systèmes, des fiches ont été retrouvées dans l’assemblage de deux planches carbonisées. Cette partie de la construction, comprise entre deux parements, pourrait être considérée comme un type Avaricum.

248131 – VOSGES, Housseras
Les Remparts
La présence d’un rempart du type Preist est signalée (Deyber 1984a).

249132 – VOSGES, Moncel‑sur‑Vair
Le Châtel
Le site décrit par Millotte (1965 :101, no 168) est une grosse fortification située à l’est du château et du village de Moncel qui est lui‑même sur la rive orientale du Vair. Cette fortification majeure entoure une surface de 20 ha et la principale défense à l’extrémité sud‑est du plateau consiste en un talus d’environ 200 m de long et 6 à 10 m de haut. Le site a livré des monnaies celtiques et romaines et ces fiches typiques d’un murus gallicus.

250133 ‑ VOSGES, Saint‑Dié (109)
La Bure‑Tête du Villé
(Gallia, 36, 1978 : 344‑346 ; 38,1980 : 432‑434)
Un croquis de ce murus gallicus est donné dans Gallia (36,1978 : 345, fig. 19). Le rempart, précédé d’un fossé, semble avoir été large d’environ 6,75 m et ses poutres transversales dont la longueur atteint approximativement la moitié de la largeur du rempart, sont jointes à une poutre longitudinale qui est placée dans l’axe. Une fibule de Nauheim, des potins attribués aux Leuques et aux Lingons, un lot de céramiques comprenant au moins un tesson de céramique campanienne sont plus ou moins associés à ce rempart : ils ont été trouvés au pied du parement interne mais la relation stratigraphique ne peut pas être mieux précisée. Type Avaricum.

251134 – YONNE, Saint‑Florentin (110)
Mont Avrollo(t)

252135 – YONNE, Saint‑Moré (111)
Camp de Cora

Annexe 3. Remparts massifs principalement de type Fécamp

2531 – AISNE, Condé‑sur‑Suippe /
Guignicourt / Variscourt
Vieux‑Reims, le Mur de Rome
(Wheeler 1957 : no 88 ; DAG, I, 1876 : 304‑305 ; Gallia, 35, 1977 : 296‑297, photographie aérienne fig. 2 ; 37, 1979 : 303‑305)
Le principal vestige conservé des défenses de ce site de 70 ha, à la confluence de l’Aisne et de la Suippe, est le rempart massif en terre, « le mur de Rome », au nord‑ouest de Variscourt. Des ramassages de surface en 1957 et 1967 ont donné du mobilier de La Tène III, et à la fin des années 1970, des fouilles limitées à l’intérieur ont révélé de nombreuses traces d’habitat avec une activité industrielle, montrant un plan organisé semblable à celui de Villeneuve‑St‑Germain. La date d’occupation proposée est 50 à 25 av. J.‑C. (Gallia, 37, 1979 : 305). Le fossé à l’extérieur du talus n’a pas survécu comme structure de surface, mais le Dictionnaire suggère qu’il est conçu pour pouvoir être mis en eau aisément.

2542 – AISNE, Mondrepuis
Le Castelet
(Dausse 1975)
Un éperon barré de 35 ha, isolé par un rempart précédé d’un large fossé, peut appartenir à cette série.

2553 – AISNE, Muret‑et‑Crouttes
Camp de César
(Wheeler’1957 : no 87 ; Cotton 1961a : 113)
Type Fécamp, environ 16 ha, apparemment avec porte rentrante.

2564 – AISNE, Pommiers
Noviodunum de BG, II, 12
(Wheeler 1957 : no 86 ; Cotton 1961a : 113 ; Jorrand 1978)
Type Fécamp, environ 40 ha, avec les traces d’un revêtement en pierre sur le rempart d’après les fouilles de Vauville. Les traces d’occupation, également au pied du site, au lieu‑dit La Robinette (Gallia, 37,1979 : 300‑301), sont postérieures à la Conquête.

2575 – AISNE, Saint‑Thomas
Vieux‑Laon
(Wheeler 1957 : no 89 ; Lobjois 1965) Rempart interne de type Fécamp, peutêtre complété après la Conquête.

2586 – AISNE, Vic‑sur‑Aisne
Le Chatel, Ambleny
(Wheeler 1957 : no 85 ; Jorrand 1978) Type Fécamp, avec peut‑être un parement de pierres, environ 8 ha.

2597 – AISNE, Vermand
Vermand
(Wheeler 1957 : no 91 ; Collis et Ralston in Collis 1975a : appendice 2 ; Jorrand 1978)
Rempart massif, entourant environ 15 ha, précédé par un large fossé, type Fécamp douteux.

2608 – AISNE, Villeneuve‑Saint‑Germain
Les Grèves
(Jorrand 1978 ; Ilett 1981: 201‑206 et fig. 1, plan sommaire)
Le rempart en terre qui coupe le méandre de l’Aisne dans lequel se trouve le site des Grèves, actuellement en cours de fouilles, a été présenté comme un éventuel type Fécamp. Le rempart, aujourd’hui très diminué, n’a pas été examiné pendant les fouilles actuelles (observation personnelle 1981).

2619 – ALLIER, Hérisson
Camp de Chateloy
(Ralston 1975 : 9‑10)
Type Fécamp, environ 20 ha.

26210 – CALVADOS, Cambremer
Camp des Anglais
(Wheeler 1957 : no 55)
Bien qu’il n’ait pas été attribué à cette série par Wheeler et Richardson, les dimensions poussent à suggérer que cet éperon barré de 2 ha environ est un exemple fort probable. Selon la description, le rempart domine le fond du fossé de 10 m et le fossé fait 20 m de large.

26311 – CHARENTE, Challignac
Site sans nom
(DAG, I, 2e partie, 1876 : 256 ; Imbert 1894a : Charente, liste no 24)
Cet exemple a été retenu d’abord parce que Imbert relève le caractère massif du rempart. Il présente une hauteur de 10 m et une largeur de 20 m à la base, entourant une surface de 446 m de diamètre, couvrant environ 15 ha.

26412 – CHER, Châteaumeillant
Les Fossés‑Sarrasins
(Ralston 1975 : 11)
Type Fécamp, 18 ha, recouvrant un type de Ehrang.

26513 – CHER, Moulins‑sur‑Yèvre
Camp de Vercingétorix / des Monts
(Ralston 1975 : 12)
Talus et fossé de type Fécamp, coupant un promontoire peu élevé, probablement inachevé ou complété par des défenses archéologiquement invisibles (par exemple des haies de buissons d’épines).

26614 – CHER, Sidiailles
Camp de César
(Ralston 1975 : 12)
Talus et fossé de type Fécamp, avec une porte rentrante, environ 16 ha.

26715 – CREUSE, Aubusson
Bois des Chastres
Masse en glaise au‑dessus d’un poutrage interne brûlé. Voir chap. 4.

26816 – DORDOGNE, Coulounieix‑Chamiers
La Curade
(Gallia, 35, 1977 : 456‑457 ; Chevillot 1981b)
Le principal rempart de ce site, probablement un murus gallicus, contient des traces indubitables de mobilier de La Tène finale qui a été amassé à son sommet. La surface enclose est de l’ordre de 35 ha.

26917 – EURE, Saint‑Pierre‑d’Autils
Le Goulet / Le Trou Anglais
(Wheeler 1957 : no 62)
Type Fécamp, environ 10 ha.

27018 – EURE, Saint‑Samson‑de‑la‑Roque
Camp des Anglais
(Wheeler 1957 : no 61)
Probablement de type Fécamp, environ 100 ha.

27119 – EURE, Vernonnet
Le Vernon
(Wheeler 1957 : no 63)
Caractéristiques du type Fécamp.

27220 – FINISTÈRE, Gouesnach
Saint Cadou
(Wheeler 1957 : no 21)
La seule raison pour inclure ce petit promontoire barré est la présence d’un rempart de 30 m de large. La surface enclose est inférieure à 2 ha.

27321 – FINISTÈRE, Huelgoat
Camp d’Artus
(Ralston 1981)
Rempart massif secondaire, non daté, recouvrant un murus gallicus de type Avaricum. Maintenant mis en parallèle avec le Mont‑Beuvray.

27422 – INDRE, Levroux
Les Tours
(Buchsenschutz 1975c)
Rempart massif secondaire au‑dessus d’un murus gallicus de type Avaricum.

27523 – INDRE, Luant

276Les Pornins

277(Ralston 1975 : 13)

278Rempart de type Fécamp avec une porte rentrante clôturant une fortification rectangulaire dont la surface interne équivaut à la taille moyenne des Viereckschanzen.

27924 – INDRE, Murs

280(Ralston 1975 : 13)

281Le rempart décrit plus haut est précédé d’un large fossé à fond plat qui donne à l’ensemble de cette fortification de 15 ha une configuration de type Fécamp.

28225 ‑ INDRE, Saint‑Marcel

283Les Mersans / « Argentomagus »

284(Ralston 1975 : 14 ; Collis et Ralston in Collis 1975 : appendice 2)

285Un rempart massif a été coupé sur la bordure du plateau qui couvre 27 ha, mais il n’y a pas d’indication d’un fossé.

28626 – INDRE‑ET‑LOIRE, Amboise

287Les Châtelliers

288(Gallia, 36, 1978 : 278 ; Buchsenschutz 1981c ; Peyrard 1981)

289Cet éperon barré est particulièrement intéressant car les défenses externes et internes (qui délimitent des surfaces respectivement de 52 et de 10 ha) sont toutes deux conformes aux spécifications du type Fécamp, avec des fossés larges et plats. Le premier stade du rempart externe comporte un poutrage interne, au‑dessus duquel ont été accumulées deux séries de couches, avant que la surface soit finalement recouverte d’une chape d’argile, horizon dans lequel a été trouvée une fibule de La Tène III.

29027 – LOIR‑ET‑CHER, Millançay

291Le Camp Romain

292(Ralston 1975 : 14)

293Toutes les caractéristiques du type Fécamp pour une fortification de plaine de 5 ha.

29428 – LOIR‑ET‑CHER, Neung‑sur‑Beuvron

295Les Monts / « Noviodunum »?

296(Ralston 1975 : 14, 17 ; Nash 1978a : 198)

297Toutes les caractéristiques du type Fécamp pour une fortification de plaine d’environ 10 ha.

29829 – LOIRE, Saint‑Marcel‑de‑Félines

299Crêt‑Châtelard

300(Collis 1975a : 181)

301La topographie de la défense principale de ce site correspond exactement au type Fécamp (observation personnelle 1980).

30230 – MARNE, La Cheppe

303Le Camp d’Attila / Vieux‑Châlons

304(Espérandieu 1914 ; Wheeler 1957 : 13‑ 14 ; Cotton 1961a : 113 ; Anon. in

305Millotte 1976 : 14‑15)

306Les défenses de ce site de plaine sont plus puissantes à l’opposé de l’endroit où le rempart se dresse devant le ruisseau de la Noblette. Le talus principal a 4,75 m de haut et il est flanqué sur tout le côté nord (Anon. in Millotte 1976 : fig. 2 : plan) par un second rempart. Le fossé intermédiaire, profond de 6 m, présente un profil en V. L’aire enclose couvre environ 21 ha. Des fouilles ponctuelles au XIXe s. comme les trouvailles récentes (Gallia, 29, 1971 : 275) suggèrent une datation à La Tène finale. Cotton décrivait ces défenses comme celles du type Wheathampstead à cause du profil du fossé, et ces séries forment une variante secondaire des remparts massifs de La Tène finale.

30731 – MAYENNE, Moulay

308Site du Bourg

309(Gallia, 38, 1980 : 385‑386)

310Ce plateau quadrangulaire d’environ 12 ha, dominant la vallée de la Mayenne au nord‑ouest et celle de l’Aron au sud, est défendu sur son flanc nord‑est par un rempart de terre et de pierre en arc de cercle, large de 20 m à la base, haut de 6 m, et construit sur un niveau d’argile brûlée. Ce rempart garde les traces d’un parapet externe de pierre. Du mobilier de La Tène a été découvert à la base du rempart. Le fossé n’a pas été exploré. Les traces d’une occupation interne ne sont pas abondantes : on propose d’identifier ce gisement à la capitale des Aulerques Diablintes.

31132 – MEURTHE‑ET‑MOSELLE, Foug

312La Motte du Château

313(Beaupré 1902 ; Millotte 1965 : 78, no 95)

314Bien qu’il ait été largement détruit par des carrières et par la construction d’un château, il subsiste une partie du rempart principal assez grande pour suggérer qu’il puisse être attribué au type Fécamp. Le talus, qui coupe le promontoire à peu près à 250 m de sa pointe, est haut de 7 à 8 m, avec un maximum de 10 m, et sa largeur à la base est de 20 m. Le fossé qui le longe atteint une largeur maximale de 20 m (Beaupré 1902 : plan fig. 5), mais l’ensemble du dispositif, talus et fossé, est moins impressionnant à ses deux extrémités est et ouest.

31533 – MEUSE, Boviolles

316Le Châtel

317(La Noë 1887 : fig. 20 et 21)

318Le murus gallicus du type Avaricum de ce site est bien identifié, isolant les 50 ha du Châtel. De plus, ce rempart est inclus dans une combinaison plus substantielle de talus et fossé de type Fécamp. La Noë (1887 : fig. 21) a bien représenté ceci dans une coupe (certainement la plus ancienne représentation d’un schéma de type Fécamp), montrant le talus avec sa base large de 35 m dominant le fond plat du fossé large de 8 à 15 m. Une prospection de surface en 1981 a confirmé l’essentiel du rapport de La Noë. Ici aussi, le talus de type Fécamp, qui inclut beaucoup de pierres, peut représenter une fortification secondaire.

31934 – MEUSE, Sorcy‑Saint‑Martin

320Le Château de la Côte‑Saint‑Jean

321(Beaupré 1909 ; Millotte 1965 : 121, no 246)

322Suivant le rapport de Beaupré, il y a ici les éléments suffisants pour suggérer un talus de type Fécamp au‑dessus du murus gallicus de ce site. Beaupré attribue au talus une largeur à la base de 30‑40 m, pour une hauteur maximum de 6 à 7 m ; ce talus est précédé par un fossé large de 20 m et profond de 3 m (dimensions reprises par Millotte) devant l’accès le plus facile. Il reprend une séquence connue ailleurs.

32335 – NORD, Etrun‑sur‑Escaut

324Camp de César

325(Leman‑Delerive 1980 : 42‑46, no 29) Toutes les caractéristiques du type Fécamp pour une enceinte d’environ 12 ha. Le rempart semble être fait de blocs de calcaire.

32636 ‑ OISE, Bailleul‑sur‑Thérain

327Le Mont César

328(Wheeler 1957 : no 81 ; Blanchet 1978 : 33, plan ; Jorrand 1978 ; Audouze 1981 : 71)

329Enceinte de contour de 35 ha, délimitée par un rempart massif très mutilé par des carrières qui, d’après Jorrand, pourrait appartenir à la série de type Fécamp. On connaît des trouvailles à partir du Néolithique, mais le mobilier de La Tène n’est pas abondant.

33037 – OISE, Béthisy‑Saint‑Martin

331Le Barillet

332(Gallia, 31, 1973 : 332 ; Audouze 1981 : 69 et fig. 2.2)

333Promontoire coupé par un fossé large de 30 m et profond de 5 m (la proportion de la série de Fécamp), mais qui n’est pas accompagné d’un rempart. Un sondage a repéré des structures à l’intérieur, dont le mobilier suggère une occupation postérieure à la Conquête.

33438 – OISE, Gouvieux

335Camp de César

336(Pour la bibliographie, voir no 107 supra)

337Un rempart massif secondaire a été élevé au‑dessus d’un rempart à poutrage interne brûlé : ce dernier n’est pas daté. Le fossé qui longe ce talus a été comblé.

33839 – OISE, Vieux‑Moulin

339Saint‑Pierre‑en‑Chastres

340(Blanchet 1978 ; Wheeler 1957 : no 83)

341Cette fortification, remise en état par Viollet‑le‑Duc, comprend au moins un rempart massif qui semble d’origine, élevé avec des terres prises à l’intérieur du site. Il délimite une surface d’un peu plus de 26 ha ; il est fait de terre et de pierre, principalement du calcaire du plateau (plan dans Blanchet 1978 : 33). Un sondage récent (Gallia, 31, 1973 : 340‑341 ; Blanchet 1978) suggère que la première phase de ce rempart est attribuable au Bronze final IIIa. L’apport de mobilier de La Tène III et du gallo‑romain précoce est beaucoup plus faible, mais la découverte de tessons anciens dans le rempart suggère qu’il a pu être modifié à La Tène III, bien que cela n’ait pas été démontré de façon satisfaisante.

34240 – PAS‑DE‑CALAIS, Etrun

343Camp de César

344(Wheeler 1957 : no 93 ; Collis 1975a : 209 ; Leman‑Delerive 1980 : 39‑40, no 28)

345Fortification de 42 ha défendue par un rempart massif très abîmé. Le fossé a été comblé.

34641 – PAS‑DE‑CALAIS, Noyelle‑Vion

347(Leman‑Delerive 1980 : 52‑54, no 44)

348Fortification de 8 ha dominant le village. Le profil suggère que cette défense pourrait appartenir à la série du type Fécamp.

34942 – SEINE‑MARITIME, Bracquemont

350Cité des Limes

351(Wheeler 1957 : no 73 ; Mangard 1969)

352Le rempart de type Fécamp a pu enclore à l’origine 55 ha environ. Le fossé a été largement érodé par les labours. Il y a là les restes de ce qui était probablement un rempart plus ancien à l’intérieur de la fortification.

35343 – SEINE‑MARITIME, Caudebec

354Camp à l’est de la commune

355(Wheeler 1957 : no 67 ; Cotton 1961a : 112)

356Vestiges d’une enceinte d’environ 6 ha, avec un rempart de type Fécamp.

35744 – SEINE‑MARITIME, Caudebec

358Camp de Calidu

359(Wheeler 1957 : no 68)

360Les parties subsistantes de cette enceinte d’environ 30 ha semblent modestes par rapport à la série de type Fécamp, mais la configuration générale suggère une variante à double rempart du schéma.

36145 – SEINE‑MARITIME,

362Hugleville‑en‑Caux

363(Wheeler 1957 : no 74)

364Eperon barré de 3 ha, beaucoup plus légèrement défendu qu’à l’habitude pour les enceintes de ce type.

36546 – SEINE‑MARITIME, Incheville

366Camp de Mortagne

367(Wheeler 1957 : no 75)

36847 – SEINE‑MARITIME,

369Saint‑Pierre‑de‑Varengeville

370Les Portes de la Ville / Le Câtelier

371(Wheeler 1957 : 75‑83 et no 70 = « Duclair » ; Cotton 1961 : 112) Eperon barré de 10 ha au‑dessus de la Seine. Des sondages sous la route par l’équipe de Wheeler à la fin de la guerre indiquent une défense de type Fécamp, dont le rempart conserve quelques légères traces d’un revêtement en pierre. Les traces d’occupation sont minces.

37248 – SEINE‑MARITIME, Sandouville

373Camp de César

374(Wheeler 1957 : no 65)

375Enceinte de type Fécamp, environ 85 ha.

37649 – SEINE‑MARITIME, Toussaint

377Camp du Canada (= « Fécamp »)

378(Wheeler 1957 : 62‑75 et no 71 ; Hawkes 1958 : 158 ; Ralston 1972 : xliv, no 17)

379Cette enceinte, dont la surface dépasse de peu 20 ha, était le principal exemple de la série de Fécamp qui ait été examiné par l’expédition de Wheeler. Comme Hawkes l’a montré, il y a un certain nombre d’ambiguïtés dans la voie que suivent Wheeler et Richardson pour démontrer que cette enceinte peut être étroitement liée à la marche de César.

38050 – SEINE‑MARITIME, Veulettes‑sur‑Mer

381Le Tombeau de Gargantua

382(Wheeler 1957 : no 72)

383Défense de type Fécamp sur une enceinte côtière érodée.

38451 – SOMME, La Chaussée‑Tirancourt

385Le Grand Fort / Camp de César

386(Wheeler 1957 : no 79 ; Pernoud 1979 : 20 pour la photographie aérienne de Agache)

387Barrage constitué d’un talus et d’un fossé de type Fécamp coupant cet éperon d’environ 25 ha.

38852 ‑ SOMME, L’Etoile

389Le Castelet

390(Wheeler 1957 : no 78 ; Pernoud 1979 : 23 pour la photographie aérienne)

391Enceinte de contour de 10 ha défendue par un talus, mais accompagnée d’un fossé qui rappelle plus la série de Weathampstead.

39253 – SOMME, Liercourt‑en‑Erondelle

393(Wheeler 1957 : no 77 ; Gallia, 21,

3941963 : 342‑344 ; 23, 1965 : 297‑300) Importante enceinte de 32 ha défendue par une fortification du type Fécamp. Un autre camp, délimité par des fossés rectilignes repérés d’avion, se trouve à l’ouest du second fossé plus petit, relevé par Wheeler. Ce dernier a donné des céramiques de « l’extrême fin de l’indépendance » et une monnaie des Ambiens, qui ne peut pas être antérieure à 57 av. J.‑C.

39554 – SOMME, Mareuil‑Caubert

396Camp de César

397(Wheeler 1957 : no 76 ; Jorrand 1978)

398Un site endommagé mais conséquent, qui peut être attribué à la série Fécamp.

39955 – VIENNE, Chatillon‑en‑Couhé

400(Hogg 1969 : 262)

401Défense de type Fécamp sur un éperon barré.

40256 – HAUTE‑VIENNE,

403Saint‑Denis‑des‑Murs

404Villejoubert

405Voir chap. 5.

406Pouvant appartenir à la série Wheathampstead, en position secondaire par rapport au murus gallicus.

40757 ‑ HAUTE‑VIENNE, Saint‑Gence

408Camp de César

409Voir chap. 5.

410Type Fécamp ?

41158 – VAL‑D’OISE, Taverny

412Le Haut Tertre / Le Camp de César

413(Ducœur 1973 : 72 ; Gallia, 33, 1975 : 331 ; 35, 1977 : 332‑333, plan ; 37, 1979 : 346‑347)

414Enceinte de plateau d’environ 9 ha, avec sa défense principale à l’est. Il s’agit d’un grand rempart conservé sur plus de 6 m de haut, précédé d’un fossé de 20 m de large et 3 m de profondeur, avec par devant un talus plus bas et un autre fossé. Contre la face interne du rempart se trouve une enceinte carrée analogue à une Viereckschanze dont l’utilisation commence au Bronze final. On a suggéré que le talus principal est plus ancien, mais son aspect est celui de la série de type Fécamp. Une occupation à La Tène II et III est attestée à l’intérieur.

Table des illustrations

Légende FIG. 51 – France : les trois grandes régions où sont connues un grand nombre d’enceintes, d’après Mortillet 1906 et la Commission d’étude des enceintes préhistoriques et fortifications anhistoriques de la Société préhistorique française. Les points d’interrogation indiquent l’absence de données pour l’Alsace et la Lorraine. Est signalée la limite septentrionale de la zone considérée comme méditerranéenne, exclue de cette étude. (D’après Buchsenschutz 1971).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/37453/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Légende FIG. 52 – France : répartition des enceintes comportant différents types de rempart à poutrage interne. ■ : muri gallici du type Avaricum ;  : fortifications du type Kelheim / mixte, y compris aux alentours des portes ; ■ : grandes fiches de fer signalées.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/37453/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Légende FIG. 53 – France : répartition des enceintes comportant différents types de rempart à poutrage interne. ▲ : type Ehrang ;  : poutrage interne (brûlé) ; ● : poutrage interne sans détail exact ; ◼ : rempart à caissons de type Kastenbau ;  : palissade.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/37453/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende FIG. 54 – France : répartition des enceintes pour lesquelles sont signalées la vitrification ou la calcination des défenses. Les mottes sont exclues.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/37453/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Légende FIG. 55 – France : répartition des fortifications avec des remparts massifs en glacis, surtout de type Fécamp : une carte spéculative.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/37453/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Légende TABL. IV – Enceintes quadrangulaires du Limousin. Le commentaire indique si le site peut représenter ou non une Viereckschanze.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/37453/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Légende FIG. 56 – Limousin : carte des enceintes quadrangulaires ■ : Viereckschanzen probables ou possibles ; □ : Viereckschanzen peu vraisemblables ; ○ : sites très douteux ou non localisés (cf. tableau IV).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/37453/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende TABL. V – Sites non fortifiés du Limousin.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/37453/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Légende FIG. 57 – Limousin : carte des sites ouverts non funéraires de l’âge du Fer (cf. tableau V). Les habitats éventuellement antérieurs aux fortifications sont compris, mais les structures non datées en pierre sèche sont exclues.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/37453/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 82k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search