Version classiqueVersion mobile

Jablines Le Haut Château (Seine-et-Marne)

 | 
Françoise Bostyn
, 
Yves Lanchon

Annexe 1. La sépulture à mobilier campaniforme de Jablines Le Haut Château

Luc Laporte, Hervé Guy et Frédérique Blaizot

Texte intégral

  • 1 Le vase déposé dans la sépulture a été remonté par G. Jacobiewski et le dessin en a été réalisé par (...)

1La sépulture1 (str. 1060) a été mise en évidence au cours du décapage mécanique, dans la partie sud du tracé (carré C18). Un unique squelette reposait dans une fosse oblongue et très peu profonde (moins de 20 cm en dessous de la surface décapée), de 1,80 m de long et 0,90 m de large. Elle recoupait clairement le bord d’une structure d’extraction (str. 948). Son remplissage était constitué d’un limon brun foncé contenant quelques pierres et de nombreux éclats de silex. Ces derniers pourraient provenir de niveaux remaniés, issus notamment de la structure 948. Trois pierres décimétriques recouvraient le squelette au niveau du bassin. Aucun vestige d’un quelconque tertre tumulaire, même partiellement arasé, n’a été repéré. L’extension du décapage permet égaiement d’affirmer qu’aucun fossé ne ceinturait la sépulture. Nous sommes donc en présence d’une sépulture individuelle en fosse, comme la grande majorité des sépultures individuelles campaniformes connues dans le Bassin parisien.

2Le squelette dans son ensemble montre un mauvais état de conservation (fig. 1). Toutes les épiphyses ont disparu. Les diaphyses présentent un os cortical sérieusement altéré. Les corps vertébraux, les côtes, ainsi que toutes les parties spongieuses (ailes iliaques, sternum, etc.) sont absents. Les mains ne sont représentées que par les métacarpiens et huit phalanges tous rangs confondus. Aucun des constituants des deux pieds n’est conservé. La conservation dentaire est très bonne : seules deux dents (12 inf. droite et M3 inf. gauche) manquent.

FIG. 1 – La sépulture à mobilier campaniforme de Jablines

Photo F. Bostyn

3La détermination du sexe et de l’âge sont à prendre avec réserve, compte tenu de l’état de conservation des éléments qui autorisent une diagnose. Néanmoins, les quelques parties disponibles du bassin, du crâne et de la mandibule suggèrent que l’individu était une femme, décédée entre 40 et 60 ans (méthode Masset). Quant à la stature, elle est impossible à estimer.

4Hormis les deux dents manquantes, le coefficient de mastication est très satisfaisant, puisqu’il est au pire de 30 sur 32. Aucune lésion carieuse n’est observée. Enfin, l’usure dentaire est modérée (stade 2 chez Broca) et se limite à la découverte de quelques îlots dentinaires. On note une absence d’hypoplasie linéaire de l’émail dentaire et de cribra orbitalia. Rappelons que ces indications sont, en l’état des connaissances, imputables à des stress biologiques (maladies infectieuses, carences nutritionnelles) au cours de la jeune enfance du sujet. Ici encore l’état de conservation des os ne permet pas l’étude radiographique des lignes de Harris, indicatrices de stress de même nature que les précédents. Pour finir, ce squelette présente une pathologie traumatique puisqu’il s’agit d’une fracture non réduite du radius et de l’ulna droits, avec pseudarthrose et cal de réparation fracturaire vieux, semble‑t‑il, d’au moins trois mois. Ce traumatisme a pu, après convalescence, engendrer une gêne ou des troubles fonctionnels de la main.

5Il s’agit d’une sépulture en pleine terre. Plusieurs éléments plaident en ce sens. Tout d’abord, aucune pièce osseuse ne sort de l’espace initial où fut déposé le cadavre ; ensuite, plusieurs connexions réputées labiles ont été préservées, comme celles des épaules ou des mains. Ici le sujet a été inhumé en décubitus dorsal, comme l’atteste la position à plat des ceintures scapulaires et pelviennes. Toutefois, les membres inférieurs ont été placés en position contractée. A l’origine les genoux devaient être en élévation, légèrement déportés sur la gauche, ce qui a vraisemblablement eu pour conséquence, lors de l’inhumation, de ménager un petit espace vide primaire qui, additionné à l’espace vide secondaire engendré par la disparition des parties molles lors de la décomposition du cadavre, a permis une déconnexion des articulations des genoux qui n’est pas incompatible avec une inhumation en pleine terre.

6Le mobilier funéraire comprend un vase décoré à la cordelette (fig. 2, no 1) disposé aux pieds du squelette, et un poignard en silex blond reposant au niveau du radius gauche (fig. 2, no 2).

7Le gobelet présente une forme très élancée. Le diamètre à l’ouverture est plus étroit que le diamètre maximum de la panse, ce dernier étant situé un peu au‑dessus du tiers de la hauteur totale du vase. De telles proportions sont rarement aussi accusées sur les vases campaniformes retrouvés dans la moitié Nord de la France. Le pied, bien individualisé, est lui‑même très étroit. Il est constitué d’un disque aplati sur lequel les parois du vase ont été raccordées. Il nous paraît difficile d’affirmer que ce vase ait été monté au colombin, les cassures préférentielles dans un plan horizontal résultant plus probablement de la fragilité induite par le décor à la cordelette.

FIG.2 – Le mobilier de la tombe découverte à Jablines Le Haut Château

dessin du poignard S. Vacher et du vase Y. Lanchon

8Ce dernier, totalement couvrant, correspond exactement à la définition du style Ali Over Corded (type 211b d’après Lanting et Van der Waals 1976). De fines cordelettes tressées ont été enroulées en spirale autour du corps du vase. Plusieurs brins successifs ont été utilisés dont on peut encore voir quelques raccords. Des remarques semblables ont été réalisées sur des gobelets campaniformes hollandais (Van der Leeuw 1976 : fig. 2). Un accident dans la confection du vase est intéressant à signaler : sur la partie inférieure de la panse, la cordelette, appliquée sur une pâte fraîche, a été resserrée pendant quelques tours, produisant une nette variation du diamètre du vase sur quelques centimètres de hauteur. Or l’hypothèse a été avancée selon laquelle les cordelettes enroulées autour du vase auraient joué un rôle technique autant que décoratif (Van der Leeuw 1976 : 88). Elles assureraient le maintien de la pâte humide au cours du montage, permettant de réaliser des vases aux proportions élancées et à paroi fine. Les observations précédentes vont dans ce sens. Des incisions transversales ornent la partie supérieure de la lèvre. La partie interne du col est décorée à la cordelette sur une hauteur de 2 cm.

9La pâte est de couleur rougeâtre sur ses deux faces comme à l’intérieur. Son aspect vacuolaire et friable est probablement lié à son mauvais état de conservation. Elle est de texture très homogène. Les dégraissants sont moyennement nombreux et de petite taille (inférieure au millimètre). Autant que l’on puisse en juger à la loupe, ils semblent composés essentiellement de minéraux blancs (quartz et feldspaths). Le décor couvrant sur la face externe et l’état général de conservation rendent délicate toute considération sur les traitements de surface. Sur la partie basse du vase, de fines rayures parallèles ont été observées.

10Le poignard retrouvé dans la sépulture de Jablines a été réalisé sur une lame dont la face supérieure a été largement polie au préalable. De courtes retouches directes semi‑abruptes lui confèrent une section en « barre de chocolat ». Elles affectent toute la périphérie de l’outil et lui donnent sa forme losangique. Il en résulte que les parties proximales et distales de la lame, dont le talon, sont tronquées. Un rétrécissement de la largeur de la pièce dans sa partie médiane individualise une soie peu dégagée. Selon N. Mallet, cette morphologie est la résultante d’une longue utilisation et de maints réaffutages (Mallet 1990 : 228). La matière première est un silex jaune peu translucide et assez hétérogène, présentant quelques impuretés et des paillettes brillantes. G. Richard puis N. Mallet ont confirmé l’origine pressignienne de ce silex.

11Les sites campaniformes ne sont pas très nombreux dans le Bassin parisien et leur absence a été particulièrement remarquée entre Seine et Loire (fig. 3). Sur la commune de Jablines, un tesson campaniforme avait déjà été recueilli avec quelques ossements d’animaux, dans une fosse apparaissant en coupe dans une carrière (Drouhot 1979).

FIG. 3 – La céramique campaniforme dans le Bassin parisien – a vases décorés exclusivement à l’aide d’une cordelette ; b autres styles décoratifs ; c présence d’un « poignard pressignien » associé au mobilier campaniforme. 1 Jablines, le Haut Château (77) ; 2 Rinxent, La Vallée Heureuse (62) ; 3 Wimereux, La Pointe aux Oies (62) ; 4 Equihen, La Tombe Fourdaine (62) ; 5 Longfossé ; 6 Hardelot (62) ; 7 Etaples, Bel Air (62) ; 8 Wallers, Aremberg (59) ; 9 Aubigny‑au‑Bac, Au‑dessus du Moulin  (59) ; 10 Boismont, Pinchefalaise (80) ; 11 Longpré‑les‑Corps‑Saints (80) ; 12 Remilly‑Aillicourt, La bonne fâche (09) ; 13 Soissons (02) ; 14 Les Mureaux (78) ; 15 Epiais‑Rhus, Le bois des menues terres (95) ; 16 Follainville, Dennemont (78) ; 17 Montreuil‑sur‑Epte, Coppières (95) ; 18 Vernon, dragage de la Seine ; 19 Portejoie, Beau soleil (72) ; 20 Yport (76) ; 21 Tourville‑la‑rivière, Le clos bâtard (76) ; 22 Léry, Les petits prés (27) ; 23 Val de Reuil, Les Florentins (27) ; 24 Jablines, la Pente de Croupeton (77) ; 25 Juvincourt et Damary (02) ; 26 Aufferville (77) ; 27 Villeneuve‑sur‑Yonne, Les Egriselles (89) ; 28 Augy, La Ferme de Champagne (89) ; 29 Champs‑sur‑Yonne, Champs Galottes (89) ; 30 Mairy, Les Hautes Chanvières (08) ; 31 Dormans, Les Varennes (51) ; 32 Andelot (52). (D’après Blanchet 1984 ; Fosse 1989 ; Drouhot 1979 ; Bayard et al. 1989 ; Roy, Simonin 1980 ; Bailloud 1974 ; Kapps, Bailloud 1960 ; Poplin et al. 1976 ; Marolle 1989 ; Tappret, Villes 1989 ; Lepage 1981).

12Comme toutes les sépultures individuelles ou doubles ayant livré du mobilier campaniforme dans le centre du Bassin parisien, la tombe de Jablines est une sépulture en fosse. Les inhumations sous tumulus semblent plutôt réparties sur le pourtour du Bassin (fig 4) ; Equihen dans le Nord (Blanchet 1984), Vertempierre en Bourgogne (Thevenot 1961), et peut‑être Wallers dans le Pas‑de‑Calais (Felix, Hantute 1969) ou Laverré en Poitou (Patte 1971). Il convient toutefois de relativiser cette remarque dans la mesure où certaines fosses peu profondes auraient pu à l’origine être recouvertes par un tumulus aujourd’hui totalement arasé. Parmi les inhumations en fosse, les sépultures en pleine terre sans autre aménagement, comme à Jablines ou à Juvincourt‑et‑Damary (Bayard et al. 1989), sont les plus courantes. Parfois de grosses dalles de grés ferment la fosse, comme à Aubigny‑au‑Bac (Demolon et al. 1975). Nous ne disposons que de très peu de données anthropologiques sur ces sépultures suite aux conditions de découverte, à l’ancienneté des fouilles ou à la mauvaise conservation des ossements. Remarquons simplement que sur sept squelettes dont la position est connue avec précision, six présentent une position latérale : Achenheim (Ulrich 1940), Champs‑sur‑Yonne (Poplin et al. 1976), Juvincourt‑et Damary, Léry (Fosse 1989), Equihen. Seul le cadavre de Jablines a été déposé sur le dos. Cependant, dans tous les cas, les jambes sont en position fortement contractées. Par ailleurs, les sépultures doubles reconnues associent toujours un adulte et un enfant.

FIG. 4 – Les sépultures individuelles ou doubles ayant livré du mobilier campaniforme dans la moitié nord de la France – a sépulture campaniforme possible ; b probable sépulture individuelle ou double, en fosse ; c sépulture individuelle ou double, en fosse ; d probable sépulture individuelle ou double sous tumulus ; e sépulture individuelle ou double sous tumulus ; f sépultures cordées d’alsace. 1 Aremberg, Wallers, Nord (Felix Hantute 1969) ; 2 Aubigy‑au‑Bac, Nord (Demolon et al. 1975) ; 3 La Vallée heureuse, Rinxent, Pas‑de‑Calais (Blanchet 1984) ; 4 La Tombe Fourdaine, Equihen, Pas‑de‑Calais (Blanchet 1984) ; 5 Les Hautes Chanvières, Mairy, Ardennes (Marolle 1989) ; 6 Juvincourt‑et‑Damary, Aisne (Bayard et al. 1989) ; 7 Soissons, Aisne (Blanchet 1984) ; 8 Les Petits Prés, Léry, Eure (Fosse 1989) ; sur les trois inhumations chalcolithiques de Léry, la sépulture no 5 de Léry n’est rattachée au campaniforme que par une datation 14C ; 9 Bernières, Calvados (Verron 1976) ; 10 Achenheim, Haut‑Rhin (Ulrich 1940) ; 11 Marly‑sur‑Seille, Moselle (Bellard 1960) ; 12 Les Grandes Corvées, Vandières, Meurthe‑et‑Moselle (Bourra 1989) ; 13 Rue des Vieilles Roches, Certilleux, Vosges (Massy 1985) ; 14 Le Haut Château, Jablines, Seine‑et‑Marne ; 15 Les Egriselles, Villeneuve‑sur‑Yonne, Yonne (Bailloud 1974), considérée comme sépulture probable par J. L’Helgouach (L’Helgouach 1984 : fig. 3) ; 16 Ferme de Champagne, Augy, Yonne (Kapps Bailloud 1960) ; 17 Champs‑sur‑Yonne, Yonne (Poplin et al. 1976) ; 18 Vertempierre, Chagny, Saône‑et‑Loire (Thévenot 1961) ; 19 Laverré, Aslonnes, Vienne (Patte 1971) ; 20 Paradis‑aux‑Anes, Jard‑sur‑Mer, Vendée (Joussaume 1981) ; 21 Saint‑Just, Ille‑et‑Vilaine (Leroux et al. 1989).

13Certaines sépultures collectives ont livré de la céramique campaniforme, dont des vases décorés à la cordelette, ainsi que de très beaux poignards en silex, provenant souvent de la région du Grand Pressigny, parmi d’autres mobiliers attribuables au Néolithique final, par exemple : allées couvertes de Coppières à Montreuil‑sur‑Epte et des Mureaux (Val‑d’Oise) dans le Bassin parisien (Bailloud 1974), monument mégalithique de Brehuidic à Sarzeau‑Brillac (Morbihan) en Bretagne (Lecornec 1988), etc. Mais la valeur de telles associations est plus qu’incertaine. En revanche, des habitats campaniformes de la côte normande ou des Flandres ont livré des poignards, ou des fragments de poignards, provenant probablement de la région du Grand Pressigny, comme Digulleville dans la Manche, Etaples dans le Pas‑de‑Calais et Longpré‑les‑Corps‑Saints dans la Somme (Letterlé, Verron 1986). A Etaples comme à Longpré‑les‑Corps‑Saints, où le poignard présente une soie bien dégagée, des tessons décorés à la cordelette ont également été recueillis. Toutefois, sur ce dernier site, des éléments du Néolithique final sont mélangés à l’ensemble (Blanchet 1984).

14Nous ne reviendrons pas sur la très large diffusion des poignards pressigniens au Néolithique final (Mallet 1990). Il n’est pas rare d’en rencontrer en milieu sépulcral dans le Bassin parisien (Bailloud 1974 : 189). Des poignards à dos poli ont été trouvés dans les sépultures collectives d’Argenteuil 2 (Val‑d’Oise) ou des Vignes Basses (Marne), mais aussi dans l’une des deux sépultures individuelles du château de Méry en Val‑d’Oise (Bailloud 1974 : 325) ; à Méry, chaque inhumation était plaçée sous une dalle de grès, à plusieurs mètres de distance l’une de l’autre. Le mobilier sépulcral se composait de trois haches polies, dont un fragment et une hache en roche verte, d’une gaine de hache et d’une « hache de combat » en bois de cerf, ainsi que d’une « pointe de lance », partiellement polie, en silex d’aspect pressignien. L’existence, à la fin du Néolithique, de quelques sépultures individuelles présentant un mobilier qui n’est pas attribuable au complexe campaniforme, pose le problème du statut de l’inhumé face aux objets qui lui sont associés au cours du rituel funéraire, et peut être également un problème chronologique.

15Au sein du mobilier céramique recueilli dans la partie centrale du Bassin parisien, les décors à la cordelette ne sont pas très fréquents (fig. 4). Ils se présentent le plus souvent sous forme de bandeaux contractés, à Augy (Kapps, Bailloud 1960) et Terville (Bellard 1960). Quelques tessons trouvés à Yport en Seine‑Maritime (Blanchet 1984) ou à Aufferville en Seine‑et‑Marne (Roy, Simonin 1983) présentent un décor couvrant à la cordelette qui suggère leur appartenance au style AOC, mais ils ne représentent à chaque fois qu’une partie restreinte du profil du vase. Le vase de Jablines est l’un des rares exemplaires complets de style AOC, voire le seul, aujourd’hui publié dans le Bassin parisien. Nous avons insisté sur ses proportions élancées qui tranchent, bien entendu, avec les vases d’affinités bretonnes des sépultures normandes de Bernières (Verron 1976) et Léry (Fosse 1989). Il se distingue également de gobelets élancés comme celui des Egriselles dans l’Yonne (Bailloud 1974) par un diamètre maximum situé plus haut sur le profil et une base plus individualisée. Les lèvres incisées (Augy) ainsi que la présence de décors sur la face interne du gobelet (Champs‑sur‑Yonne) sont rarement représentées dans la moitié Nord de la France, alors qu’ils sont assez fréquents sur les vases de style AOC et AOO, voire même sur quelques exemplaire du style PFB (Pro truding Foot Beaker) hollandais (Lanting, Van der Waals 1976 : fig. 3).

16Les affinités rhénanes de nombreux vases recueillis dans le Bassin parisien ont depuis longtemps été remarquées (Bailloud 1974 : 346). Or les meilleures comparaisons que nous ayons trouvées pour le gobelet de Jablines proviennent du bassin inférieur du Rhin. Les vases de style AOC y sont nombreux comme en Grande‑Bretagne et dans la moyenne vallée du Rhin. Le gobelet AOO de la sépulture Helden‑Kèiningslust (fig. 5) présente une forme remarquablement semblable à celle du vase de Jablines. La forme du gobelet AOC de la sépulture de Greven n’en est pas très éloignée non plus. Par leur forme, ces vases semblent directement issus du style PFB dont ils ne se distinguent que par le caractère couvrant du décor et l’aspect moins marqué de la rupture de pente sur le profil. Stylistiquement, ces vases sont donc dans la lignée directe des vases PFB selon la filiation proposée par J.N. Lanting et J. D. Van der Waals (Lanting, Wan der Waals 1976). Ces auteurs ont attribué une valeur chronologique à cette évolution stylistique qui est généralement acceptée. Le vase de Jablines se situerait donc dans l’un des horizons les plus anciens du complexe campaniforme, au même titre qu’un gobelet récupéré dans les dragages de la Loire à Ancenis (fig. 5) et qu’un vase, probablement d’affinité PFB (Joussaume 1981 : 47), retrouvé dans le bassin de Penhouët en Loire‑Atlantique.

17En ce qui concerne les poignards à dos poli, N. Mallet, dans son étude sur le silex pressignien en contexte « C.S.R. », remarque : « la grande majorité des pièces pressigniennes polies proviennent de la phase ancienne Auvernier‑Cordé » (Mallet 1990 : 239). On en trouve égaIement dans des ensembles cordés de suisse orientale (Mallet 1990).

FIG. 5 – Comparaison du mobilier de la tombe de Jablines à celui rencontré dans quelques sépultures néerlandaises – 1 str. 1060 de Jablines Le Haut Château : gobelet de style AOC et poignard en silex du Grand Pressigny ; 2 vase dragué dans le lit de la loire à Ancenis en Loire‑Atlantique (L’Helgouach 1976) ; 3 vase dragué dans le bassin de Penhouët en Loire‑Atlantique (reconstitution d’après Joussaume 1981) ; 4 sépulture de Greven : gobelet de style AOC, haches en roches verte et en silex, poignard en silex du Grand Pressigny à dos poli (Lanting, Van Der Waals 1976), information orale N. Mallet ; 5 sépulture de Helden‑Koningslust : gobelet de style AOO, pointe de flèche en silex et poignard en silex du Grand Pressigny (Lanting, Van Der Waals 1976), information orale G. Richard ; 6 sépulture de Baexem : gobelet de style AOO, fragment de lame et hache en silex (Lanting, Van Der Waals 1976) ; 7 sépulture de Eext : gobelet PFB, hache de combat de type H et poignard en silex à dos poli d’aspect pressignien (Lanting, Van Der Waals 1976).

18L’absence de tout mobilier d’accompagnement attribuable au complexe campaniforme, observé dans le mobilier sépulcral de la tombe de Jablines, semble commun à tous les ensembles clos appartenant à la phase la plus ancienne de la diffusion des gobelets campaniformes (Harrison 1986 : 19). Or, c’est justement à ce moment‑là, et à ce moment‑là seulement, qu’apparaissent dans les tombes du Rhin inférieur des poignards attribués à la région du Grand Pressigny en association avec des gobelets soit de style PFB, soit de style AOO (Lanting, Van der Waals 1976 : 14). Dans ce dernier cas, il s’agit en grande majorité de vases AOC. Le mobilier sépulcral y est généralement complété par une hache en silex –pour certaines d’origine exogène–, d’une pointe de flèche et/ou d’une hache de combat. Les tombes de Helden et de Greven, par exemple, dont le mobilier a servi de comparaison au vase de Jablines, ont livré de tels poignards (fig. 5). Dans ce contexte, le mobilier de la sépulture de Jablines constitue un jalon important entre le Centre‑Ouest et le bassin inférieur du Rhin. Or dans le Centre‑Ouest, J.‑P. Pautreau avait remarqué le caractère continental de la répartition de la céramique campaniforme à décor cordé (Pautreau 1979 ; Roussot‑Larroque 1983). La découverte de Jablines est un indice supplémentaire qui tendrait à accréditer l’hypothèse d’un développement privilégié des courants d’échanges (ou de circulation) empruntant des voies continentales dans une phase ancienne de la diffusion des gobelets campaniformes.

19Nous tenons à remercier N. Mallet et G. Richard pour les renseignements qu’ils ont eu la gentillesse de nous fournir.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Bailloud 1974 : BAILLOUD (G.). — Le Néolithique dans le Bassin parisien. Paris, CNRS, 1974, 433 p. (IIe suppl. à Gallia Préhistoire).

Bayard et alii 1989 : BAYARD (D.), GUILLOT (H.), GUY (H.), JOULIAN (E). — La Sépulture campaniforme de Juvincourt‑et‑Damary. ln : Archéologie et Grands Travaux en Picardie : Autoroute A26. Bilan des recherches archéologiques de sauvetage dans le département de l’Aisne (1982‑1987), SANEF et Revue archéologique de Picardie, 1989, p. 47‑48.

Bellard 1960 : BELLARD (A.). — Le Chalcolithique du bassin de Moselle : les Mosellans d’avant l’histoire. Ve contribution à la préhistoire de Lorraine, Metz, Le Lorrain éd., 1960.42 p.

Blanchet 1984 : BLANCHET (J.‑C.) — Les Premiers métallurgistes en Picardie et dans le nord de la France. Paris, SPF, 1984. 607 p. (Mémoires de la SPF, t. 17)

Boura 1989 : BOURA (F.) — Informations archéologiques. Gallia Préhistoire, t. 31, Paris, CNRS, 1989, p. 94.

Demolon et alii 1975 : DEMOLON (P.), FÉLIX (R.), HURTRELLE (J.). — Une Sépulture campaniforme à Aubigny‑au‑Bac (Nord). BSPF, t. 72, no 8, 1975, p. 245‑247.

Drouhot 1979 : DROUHOT (C.). — Un Tesson de céramique campaniforme à Jablines. Bulletin du Groupement archéologique de Seine‑et‑Marne, no 20, 1979, p. 26.

Felix, Hantute 1969 : FELIX (R.), HANTUTE (G.). — La Sépulture campaniforme d’Aremberg (Commune de Wallers, Nord). BSPF, t. 66, n° 9, 1969, p. 276‑281.

Fosse 1989 : FOSSE (G.). — Informations archéologiques. Gallia Préhistoire, t 31, Paris, CNRS, 1989, p. 178‑192.

Harrisson 1986 : HARRISON (R.‑J.). — L’Age du cuivre : la civilisation du vase campaniforme. Paris, Errance, 1986. (coll. des Hespérides).

Joussaume 1981 : JOUSSAUME (R.) — Le Néolithique de l’Aunis et du Poitou occidental dans son cadre atlantique. Rennes, 1981, 620 p. (Travaux du Laboratoire d’anthropologie, préhistoire et Quaternaire armoricains)

Kapps, Bailloud 1960 : KAPPS (R.), BAILLOUD (G.). — Découverte fortuite d’une sépulture chalcolithique à la ferme de Champagne, commune d’Augy (Yonne). BSPF, t. LVII, fasc. 7.8, 1960, p. 476‑479.

L’Helgouach 1984 : L’HELGOUACH (J.) — Le Groupe campaniforme dans le Nord, le Centre et l’Ouest de la France. In : GUILAINE (J.) dir. — L’Age du Cuivre Européen. Paris, CNRS, 1984, p. 59‑80.

Lanting, Van der Waals 1976 : LANTING (J.‑N.), VAN DER WAALS (J.‑D.). — Beaker Culture Relations in the Lower Rhine Basin. Glockenbecher Symposium, 1974, p. 1‑81.

Lecornec 1988 : LECORNEC (J.). — Fouille du monument de Brehuidic à Sarzeau‑Brillac (Morbihan). Revue Archéologique de l’Ouest, t. 5, 1988, p. 45‑54.

Lepage 1981 : LEPAGE (L.). — L’Age du Bronze dans le département de la Haute‑Marne. Préhistoire et Protohistoire en Champagne‑Ardennes, 1981, n° 5, p. 57‑78.

Le Roux et alii 1989 : LE ROUX (C.‑L.), LECERF (Y.), GAUTIER (M.). — Les Mégalithes de Saint‑Just (Ille‑et‑Vilaine) et la fouille des alignements du Moulin de Cojou. Revue archéologique de l’Ouest, t. 6, 1989, p. 5‑29.

Letterlé, Verron 1986 : LETTERLE (F.), VERRON (G.). — Un Site d’habitat campaniforme à Digulleville (Manche). Actes du Xe colloque interrégional sur le Néolithique, Caen, 1983. Rennes, 1984, suppl. n° 1 à la Revue archéologique de l’Ouest, p. 237‑252.

Mallet 1990 : MALLET (N.). — Le Grand Pressigny : Ses relations avec la civilisation Saône‑Rhône, t. 1,263 p., t. II, ill., dactylographié. (Diplôme de recherche appliquée. 1990, université de Franche‑Comté)

Marolle 1989 : MAROLLE (C.). — Le Village Michelsberg des Hautes Chanvières à Mairy (Ardennes) : l’étude préliminaire des principales structures. Gallia Préhistoire, t. 31, 1989, p. 93‑158.

Massy 1985 : MASSY (J.‑L.). — Informations archéologiques. Gallia Préhistoire, t. 28, 2, Paris, CNRS, 1985, p. 325.

Patte 1971 : PATTE (E.). — Quelques sépultures du Poitou : du Mésolithique au Bronze ancien. Gallia Préhistoire, t. 14, 1, 1971, p. 139‑244.

Pautreau 1979 : PAUTREAU (J.‑P.) — Les Rapports entre Artenaciens et Campaniformes et les débuts de la métallurgie du cuivre dans le Centre‑Ouest de la France. BSPF, t. 72, no 1, 1979, p. 110‑118.

Poplin et alii 1976 : POPLIN (F.), GIRARD (C.), GUFFROY (J.), GIRARD (M.). — Une Sépulture à vase campaniforme à Champs‑sur‑Yonne. Revue Archéologique de l’Est et du Centre‑Est, 1976, p. 81‑107.

Roussot‑Larroque 1983 : ROUSSOT‑LAROQUE (J.). — Le Réseau du Néolithique final : mutations économiques et interrelations Ouest‑Est en France et dans quelques régions voisines. Table ronde sur la désintégration du Néolithique, Sarajevo, 1981. Godisnjak, Knija 21, 1983, p. 185‑220.

Roy, Simonin 1983 : ROY (J.), SIMONIN (D.). — Un Vase campaniforme dans la région d’Aufferville (Seine‑et‑Marne). BSPF, t. 80, n° 2, p. 45‑46.

Tappret, Villes 1989 : TAPPRET (E.), VILLES (A.). — L’Age du Bronze dans le département de l’Aube. Pré‑et Protohistoire de l’Aube, Association régionale pour la protection et l’étude du patrimoine préhistorique, Vertus, 1989, p. 149‑216

Thevenot 1961 : THEVENOT (J.‑P.) — Le Tumulus no 1 de Vertempierre à Chagny (Saône‑et‑Loire). Revue Archéologique de l’Est et du Centre‑Est, no 12, 1961, p. 164‑169.

Ulrich 1940 : ULRICH (H.). — Une Tombe néolithique à vase caliciforme à « zones J) près d’Achenheim. Cahiers d’archéologie et d’histoire d’Alsace, no 121‑127, 1940‑1946, p. 145‑149.

Van der Leeuw 1976 : VAN DER LEEUW (S.‑E.). — Neolithic beakers from Netherlands : the potter’s point of view. Glockenbecher Symposium, 1974, p. 1‑81.

Verron 1976 : VERRON (G.). — Les Civilisations néolithiques en Normandie. In : GUILAINE (J.) dir. ‑La Préhistoire francaise, 2. Paris, CNRS, 1976, p. 387‑401.

Notes

1 Le vase déposé dans la sépulture a été remonté par G. Jacobiewski et le dessin en a été réalisé par Y. Lanchon. Le dessin du poignard est de S. Vacher. L’étude anthropologique a été effectuée par F. Blaizot et H. Guy. L’étude archéologique a été réalisée par L. Laporte.

Table des illustrations

Légende FIG. 1 – La sépulture à mobilier campaniforme de Jablines
Crédits Photo F. Bostyn
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/37308/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Légende FIG.2 – Le mobilier de la tombe découverte à Jablines Le Haut Château
Crédits dessin du poignard S. Vacher et du vase Y. Lanchon
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/37308/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Légende FIG. 3 – La céramique campaniforme dans le Bassin parisien – a vases décorés exclusivement à l’aide d’une cordelette ; b autres styles décoratifs ; c présence d’un « poignard pressignien » associé au mobilier campaniforme. 1 Jablines, le Haut Château (77) ; 2 Rinxent, La Vallée Heureuse (62) ; 3 Wimereux, La Pointe aux Oies (62) ; 4 Equihen, La Tombe Fourdaine (62) ; 5 Longfossé ; 6 Hardelot (62) ; 7 Etaples, Bel Air (62) ; 8 Wallers, Aremberg (59) ; 9 Aubigny‑au‑Bac, Au‑dessus du Moulin  (59) ; 10 Boismont, Pinchefalaise (80) ; 11 Longpré‑les‑Corps‑Saints (80) ; 12 Remilly‑Aillicourt, La bonne fâche (09) ; 13 Soissons (02) ; 14 Les Mureaux (78) ; 15 Epiais‑Rhus, Le bois des menues terres (95) ; 16 Follainville, Dennemont (78) ; 17 Montreuil‑sur‑Epte, Coppières (95) ; 18 Vernon, dragage de la Seine ; 19 Portejoie, Beau soleil (72) ; 20 Yport (76) ; 21 Tourville‑la‑rivière, Le clos bâtard (76) ; 22 Léry, Les petits prés (27) ; 23 Val de Reuil, Les Florentins (27) ; 24 Jablines, la Pente de Croupeton (77) ; 25 Juvincourt et Damary (02) ; 26 Aufferville (77) ; 27 Villeneuve‑sur‑Yonne, Les Egriselles (89) ; 28 Augy, La Ferme de Champagne (89) ; 29 Champs‑sur‑Yonne, Champs Galottes (89) ; 30 Mairy, Les Hautes Chanvières (08) ; 31 Dormans, Les Varennes (51) ; 32 Andelot (52). (D’après Blanchet 1984 ; Fosse 1989 ; Drouhot 1979 ; Bayard et al. 1989 ; Roy, Simonin 1980 ; Bailloud 1974 ; Kapps, Bailloud 1960 ; Poplin et al. 1976 ; Marolle 1989 ; Tappret, Villes 1989 ; Lepage 1981).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/37308/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende FIG. 4 – Les sépultures individuelles ou doubles ayant livré du mobilier campaniforme dans la moitié nord de la France – a sépulture campaniforme possible ; b probable sépulture individuelle ou double, en fosse ; c sépulture individuelle ou double, en fosse ; d probable sépulture individuelle ou double sous tumulus ; e sépulture individuelle ou double sous tumulus ; f sépultures cordées d’alsace. 1 Aremberg, Wallers, Nord (Felix Hantute 1969) ; 2 Aubigy‑au‑Bac, Nord (Demolon et al. 1975) ; 3 La Vallée heureuse, Rinxent, Pas‑de‑Calais (Blanchet 1984) ; 4 La Tombe Fourdaine, Equihen, Pas‑de‑Calais (Blanchet 1984) ; 5 Les Hautes Chanvières, Mairy, Ardennes (Marolle 1989) ; 6 Juvincourt‑et‑Damary, Aisne (Bayard et al. 1989) ; 7 Soissons, Aisne (Blanchet 1984) ; 8 Les Petits Prés, Léry, Eure (Fosse 1989) ; sur les trois inhumations chalcolithiques de Léry, la sépulture no 5 de Léry n’est rattachée au campaniforme que par une datation 14C ; 9 Bernières, Calvados (Verron 1976) ; 10 Achenheim, Haut‑Rhin (Ulrich 1940) ; 11 Marly‑sur‑Seille, Moselle (Bellard 1960) ; 12 Les Grandes Corvées, Vandières, Meurthe‑et‑Moselle (Bourra 1989) ; 13 Rue des Vieilles Roches, Certilleux, Vosges (Massy 1985) ; 14 Le Haut Château, Jablines, Seine‑et‑Marne ; 15 Les Egriselles, Villeneuve‑sur‑Yonne, Yonne (Bailloud 1974), considérée comme sépulture probable par J. L’Helgouach (L’Helgouach 1984 : fig. 3) ; 16 Ferme de Champagne, Augy, Yonne (Kapps Bailloud 1960) ; 17 Champs‑sur‑Yonne, Yonne (Poplin et al. 1976) ; 18 Vertempierre, Chagny, Saône‑et‑Loire (Thévenot 1961) ; 19 Laverré, Aslonnes, Vienne (Patte 1971) ; 20 Paradis‑aux‑Anes, Jard‑sur‑Mer, Vendée (Joussaume 1981) ; 21 Saint‑Just, Ille‑et‑Vilaine (Leroux et al. 1989).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/37308/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Légende FIG. 5 – Comparaison du mobilier de la tombe de Jablines à celui rencontré dans quelques sépultures néerlandaises – 1 str. 1060 de Jablines Le Haut Château : gobelet de style AOC et poignard en silex du Grand Pressigny ; 2 vase dragué dans le lit de la loire à Ancenis en Loire‑Atlantique (L’Helgouach 1976) ; 3 vase dragué dans le bassin de Penhouët en Loire‑Atlantique (reconstitution d’après Joussaume 1981) ; 4 sépulture de Greven : gobelet de style AOC, haches en roches verte et en silex, poignard en silex du Grand Pressigny à dos poli (Lanting, Van Der Waals 1976), information orale N. Mallet ; 5 sépulture de Helden‑Koningslust : gobelet de style AOO, pointe de flèche en silex et poignard en silex du Grand Pressigny (Lanting, Van Der Waals 1976), information orale G. Richard ; 6 sépulture de Baexem : gobelet de style AOO, fragment de lame et hache en silex (Lanting, Van Der Waals 1976) ; 7 sépulture de Eext : gobelet PFB, hache de combat de type H et poignard en silex à dos poli d’aspect pressignien (Lanting, Van Der Waals 1976).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/37308/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 94k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search