Version classiqueVersion mobile

Jablines Le Haut Château (Seine-et-Marne)

 | 
Françoise Bostyn
, 
Yves Lanchon

Chapitre 5. La faune et la céramique

Texte intégral

5.1 La faune

1Le comblement des structures d’extraction du silex a livré un mobilier archéologique composé, outre des outils en bois de cervidé précédemment étudiés, de céramique, de faune et de vestiges lithiques. Comme on pouvait s’y attendre sur un site minier, les quantités respectives de ces trois catégories de vestiges ne sont absolument pas comparables : les deux premières, très indigentes, feront l’objet des deux courts paragraphes qui vont suivre ; quant à l’industrie lithique, prélevée dans les 58 structures échantillonnées sur le décapage, c’est en tonnes qu’il faut mesurer son volume. On comprendra aisément qu’un chapitre entier doive être consacré à son étude préliminaire (chapitre 6).

2En dehors des outils en bois de cerf et de la « pelle » en omoplate d’aurochs, la fouille des structures d’extraction a livré quelques rares vestiges osseux (fig. 115) où l’on doit distinguer trois ensembles : les objets de parure, les déchets probablement culinaires, enfin les restes d’animaux qui ont été piégés par les structures d’extraction non comblées.

FIG. 115 – Provenance des restes osseux par structures cl ’extraction.

5.1.1 La parure

3Deux canines perforées d’un petit carnivore ont été retrouvées dans le remplissage de la galerie 3 de la structure 930 (fig. 116). Ces canines appartenaient probablement à la parure (collier ?) d’un mineur, et ont du être perdues au cours du travail d’extraction. D’autre part, une extrémité d’andouiller de bois de chevreuil (Capreolus capreolus) a été trouvée dans le comblement terminal (couche V) de la structure 564. La surface de sciage est lisse et plane. On peut obtenir ce type de découpe en utilisant comme scie une ficelle très fine. Cette méthode est connue durant le Paléolithique (Semenov 1964). Malgré un mauvais état de conservation, on peut observer une surface très lisse, qui a peut‑être été polie. Près de la pointe de l’andouiller, il existe une petite rainure (fig. 117). Des objets semblables, nommés « quille avec une seule cannelure » sont connus dans quelques sites du Jura et de Suisse (fig. 118). Ils sont datés de la phase finale de la culture de Cortaillod, à la fin du Néolithique moyen, et appelés « quille à bouton » ou « pendeloques sur époi ». (Billamboz 1977). D’autres objets similaires, les « pendentifs en forme de quille », sont connus sur des sites de la culture Seine‑Oise‑Marne (Néolithique final) dans le Bassin parisien (Bailloud 1974).

FIG. 116 – Dents percées de carnivore ‑Structure 930, galerie est.

FIG. 117 – Objet en bois de chevreuil ‑Structure 564, couche V.

FIG. 118 – Pendentifs en bois de cerf. 1 Habitat des Roches, Videlles (Essonne), culture S.O.M. ; 2 Allée de la Croix des Cosaques, Châlons‑sur‑Marne, « penditif en forme de quille » (S.a. M.) ; 3 Congy (Marne), « penditif en forme de quille » (S.a. M.) ; 4 Chassey (Bourgogne), « petite quille à bouton » (Cortaillod) ; 5 Corseaux (Suisse occ.), « pendeloques sur époi », culture de Cortaillod ; 6 Lattringen (Suisse occ.), « petite quille à bouton », culture de Cortaillod ; 7 Lac Chalain (39), « petite quille à bouton », culture de Cortaillod (1 à 3 d’après Bailloud 1974 ; 4 à 7 d’après Billamboz 1977).

5.1.2 Les rejets culinaires probables

4Ils sont très peu abondants. La structure 564 a livré dans la couche XIX (couche de sédimentation naturelle résultant de l’érosion des parois) plusieurs fragments crâniens et diaphyses d’os longs d’un jeune suidé de 4 mois. A la base de la structure 377, un fémur et un tibia de jeune bovidé (diaphyse) et les restes d’un troisième os long ont été collectés après coupe à la pelle mécanique dans un sondage géologique. Un métapode de bovidé a été recueilli dans le comblement terminal (couche II) de la structure 564. Enfin, une molaire supérieure de bovidé provient de la galerie 1 de la structure 944.

5.1.3 Ossements de petits mammifères sauvages

5Des restes de lièvre ont été recueillis dans la structure 564 (trois phalanges), et dans la galerie 5 (un squelette, incomplet, mais bien conservé, d’un lièvre adulte) et la galerie 3bis (une mandibule) de la structure 1061. Cette dernière galerie a aussi livré un squelette complet de putois mâle, sub‑adulte. D’autres structures ont livré des restes osseux qui n’ont pu être déterminés (fig. 115), La présence de restes de petits carnivores, de lièvres, de batraciens et de rongeurs au fond des structures d’extraction témoignent du piégeage de ces animaux dans des structures déjà exploitées et restées ouvertes. Les os de bovidés et de suidés pourraient, eux, provenir de déchets culinaires, jetés dans des puits abandonnés.

6L’état de conservation des ossements est extrêmement variable, et leur densité est très faible sur le site. Les fragments osseux ont été collectés seulement dans les zones centrale et sud du décapage (fig. 115). Une grande partie de ces fragments provient de la structure 564 dont on a souligné précédemment la spécificité. La rareté des restes osseux dans les structures d’extraction de Jablines doit être soulignée ; compte tenu de la conservation de très petits os, cette rareté ne peut être imputée à l’action physico‑chimique du sol ; elle doit être interprétée comme la preuve d’une séparation nette entre lieu d’habitation et lieu de travail, contrairement à des hypothèses précédemment émises en particulier pour le site de Spiennes (Clason 1971).

5.2 La céramique

730 des 58 puits fouillés ont livré des tessons de céramique néolithique. D’autres tessons de la même période ont été recueillis en surface ou en coupe dans les tranchées de reconnaissance géologique d’une vingtaine d’autres structures d’extraction. Le poids total des tessons n’atteint pas 2 kg ; la structure la plus riche (str. 737) n’a livré que 400 g de céramique. C’est dire le caractère secondaire de ce type de rejets sur la minière de Jablines, comme sur les minières de silex en général. Si ces tessons se répartissent régulièrement sur l’ensemble de la zone décapée, les puits de la zone centrale (str. 564, 735, 737, 929, 930, 962 dans les secteurs 16 à 18) se sont révélés les plus riches tant en poids qu’en nombre d’individus. Deux groupes de tessons doivent être distingués.

5.2.1 Premier groupe

8Les pâtes des tessons de ce groupe sont en général assez bien cuites, de couleur externe à dominante brune ou brun orangé. Dans de nombreux cas, un abondant dégraissant à l’os pilé est visible à l’œil nu. L’état de fragmentation et le nombre limité des fragments n’ont pas permis de remontages poussés. On a pu, seulement dans un cas, attribuer trois tessons significatifs à un seul individu (fig. 119, no 1). Les formes sont trop incomplètes pour être caractérisées ; néanmoins, les bords orientables indiquent des formes assez ouvertes (fig. 120, nos 1, 3), avec des bords parfois amincis (fig. 119, no 8).

FIG. 119 – Tessons décorés de la culture de Cerny. 1 str. 737 Il, III, VI ; 2 str. 623, surf. ; 3 str. 420, surf. ; 48 str. 549 ; 5 str. 623 VI ; 6 str. 953 1 ; 7 str. 574 1 ; 9 str. 620, surf. ; 10 str. 929 Il ; 11 str. 929 X. Les tessons 23, 478 et 9 sont dégraissés à l’os.

931 tessons portent un décor. La technique la mieux représentée est celle du poinçonnage, réalisé à l’aide d’instruments variés : poinçon à extrémité triangulaire (fig 120, no 2), quadrangulaire (fig. 120, no 5), circulaire (fig. 119, nos 4, 6), poinçon pseudo‑bifide (fig. 120, no 4) ou bifide (fig. 121, no 5), Si l’on peut constater que ces impressions sont souvent disposées en lignes horizontales superposées, l’organisation des décors ne peut pas être étudiée. On peut tout au plus saisir un décor de panneaux d’impressions ongulées de part et d’autre d’une préhension à perforation funiculaire horizontale (fig. 119, no 1), et d’autre part un décor d’impressions poinçonnées « accrochées » à un moyen de préhension (fig. 119, no 4). On signalera enfin un unique tesson à pâte fine, brun‑noir, décoré par impressions pivotantes d’un peigne à huit dents à front très curviligne (fig. 121, no 3). Tous ces critères tant technologiques que décoratifs sont tout à fait caractéristiques de la culture de Cerny (Bailloud 1974 ; Constantin 1985 Lanchon 1984), en particulier du groupe dit de « Cerny‑éponyme ».

FIG.120 – Tessons attribuables à la culture de Cerny. 1 str. 952 III ; 234 et 9 str. 735 III ; 5 str. 1081 IV ; 6 et 7 str. 929 X ; 8 str. 929 II. Les tessons 25 à 8 sont dégraissés à l’os.

FIG. 121 – Tessons attribuables à la culture de Cerny. 1 str. 930 X ; 2 str. 930 III ; 34 str. 930 1 ; 5, 6, 8 str. 564 1 ; 7 str. 737 III ; 9 str. 952 III ; 1011 str. 573 1 ; 12 str. 580 XIX ; 13 str. 737 VI. Les tessons 5, 10 et 11 sont dégraissés à l’os.

5.2.2 Second groupe

10Un lot réduit de tessons, ne différant ni par leur taille, ni par leur état de conservation, doit être isolé. On y distinguera :
– des tessons à pâte très fine, très bien cuite, caractérisés par une surface lustrée de couleur brun‑rouge à brun « cuir » ; ces fragments de panse ne permettent pas de reconstituer des formes, mais dans trois cas (fig. 122, nos 6 à 8), il s’agit de vases à col évasé très marqué ; dans un cas (fig. 122, no 6), on peut observer que le col a été façonné séparément, puis soudé sur la panse ;
– deux tessons à pâte plus grossièrement dégraissée au silex proviennent de la surface du puits 990 et du fond du puits 250 ; dans ce dernier cas, on a pu reconstituer partiellement un vase à col éversé bien marqué (fig. 122, no 1) ;
– un fragment de vase à rebord très faiblement marqué est souligné d’une ligne sillonnée‑poinçonnée réalisée à l’aide d’un outil fin à extrémité quadrangulaire (fig. 122, no 4) ; deux fragments non décorés appartiennent à des formes similaires mais à rebord plus prononcé.

11Cette seconde catégorie est plus délicate à dater. Les rares éléments dont on dispose évoquent le Néolithique moyen II ; les fragments de rebord marqué (fig. 122, no 5) existent sur les « marmites » du groupe de Noyen, à Noyen même (Seine‑et‑Marne) (Mordant 1972 ; Benocq, Mordant 1984), Bazoches et Maisy (Aisne) (Dubouloz et al. 1984) ; les cols très ouverts existent également dans cet horizon chronologique et dans le Michelsberg, mais aussi dans le groupe de Menneville (Post‑Rössen), plus ancien (Dubouloz et al. 1982). Enfin, sauf en ce qui concerne le puits 250, où le tesson no 1 de la figure 122 a été trouvé isolé au fond de la structure, tous ces tessons étaient « associés » aux tessons Cerny dans le remplissage terminal des autres structures (735, 737, 929, 930, 1081, 947).

FIG. 122 – Tessons attribuables au Néolithique moyen II. 1 str. 250 ; 2, 4 str 1110 IV ; 3 str. 737 VI ; 5 str. 947 VII ; 6 str. 737 III ; 7 str. 737 IV ; 8 str. 1081 IV.

5.2.3 Le cadre régional

12Il ne permet guère de replacer ces éléments dans un contexte archéologique. En effet, la culture de Cerny est très mal connue localement ; hormis quelques tessons recueillis sur le même site et dans les mêmes conditions au cours du sauvetage de 1981 (Bulard et al. 1986), deux tessons isolés sont connus dans l’environnement immédiat à Fresnes‑sur‑Marne et Isles‑les‑Villenoy, mais aucun site structuré n’a été reconnu jusqu’à aujourd’hui. Aucun site du Néolithique moyen II n’est identifié non plus à proximité immédiate de la minière ; sur le plan régional, deux enceintes à fossé interrompu ont été repérées par photographie aérienne, à Isles‑les‑Meldeus es et à Méry‑sur‑Marne (prospection de la Société historique et archéologique de Lagny, sous la responsabilité de P. Brunet) ; cette dernière enceinte, distante de près de 50 km, a été fouillée à la fin de 1990 par la direction des Antiquités d’Ile‑de‑France. Il est cependant plus que probable que des habitats du Néolithique moyen II existent, ou ont existé, à proximité immédiate de la minière ; les très grandes terrasses alluviales de la boucle de Jablines constituent en effet un lieu privilégié pour ce type d’implantation.

5.2.4 Signification chronologique

13On doit s’interroger sur la signification chronologique de ces tessons. Autrement dit, sont‑ils en position de rejet primaire, et datent‑ils les structures où ils ont été trouvés ? Il faut insister sur l’état de fragmentation et d’usure dans de nombreux cas de la céramique, et surtout sur sa position stratigraphique ; les tessons proviennent la plupart du temps des coulées humifères piégées dans le remplissage terminal des puits, mises en place à la suite d’une érosion naturelle ou d’éboulements des parois ; quelques rares exceptions proviennent du comblement des galeries ou du comblement initial des puits. Dans un seul cas (puits 930), les tessons pouvant appartenir à un même individu sont dispersés entre le bas et le sommet du remplissage. On pourrait donc supposer l’existence d’un habitat plus ancien, dont certains rejets domestiques auraient été ultérieurement piégés dans le remplissage des puits. La présence de tessons attribuables au Cerny et au Néolithique moyen II dans les mêmes structures (737, 947, 1081) conforterait une telle hypothèse ; ce sont les éléments les plus récents qui datent la structure.

14D’un autre côté, il est surprenant que sur une telle surface 3 ha décapés, alors que les tessons Cerny sont répartis sur une aire de 300 m de long, fig. 123), aucune structure en creux de type fosse, silo, vestiges d’habitation, ne soit apparue. Il est vrai que les structures d’habitat de la culture de Cerny, hormis les enceintes à fossé interrompu du groupe de Cerny‑Barbuise, restent pratiquement inconnues : quelques fosses sont connues en vallée alluviale, mais nombreux sont les sites de hauteur où aucune structure n’a pu être mise en évidence. D’autre part, on doit également s’étonner que dans l’hypothèse « sol d’habitat Cerny », remanié ultérieurement, seuls des éléments céramiques aient été piégés.

FIG. 123 – Répartition spatiale de la céramique. ● néolithique indéterminé ; ▲ culture de Cerny ; * Néolithique moyen II.

15Reste l’hypothèse d’une fréquentation du site dès la culture de Cerny, les structures d’extraction attribuables à cette culture se localisant hors décapage ; on pourrait les imaginer au sud‑ouest, près de la rupture de pente où les niveaux de silex devaient apparaître, donc dans l’une des zones probables de découverte du gîte. Cette hypothèse a l’avantage d’expliquer la plus forte densité de tessons Cerny dans les puits 735, 737, 929, 930, 1081. Elle n’explique pas, par contre, l’importance de la dispersion spatiale de ces tessons.

Table des illustrations

Légende FIG. 115 – Provenance des restes osseux par structures cl ’extraction.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/37293/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende FIG. 116 – Dents percées de carnivore ‑Structure 930, galerie est.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/37293/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 7,2k
Légende FIG. 117 – Objet en bois de chevreuil ‑Structure 564, couche V.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/37293/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 7,9k
Légende FIG. 118 – Pendentifs en bois de cerf. 1 Habitat des Roches, Videlles (Essonne), culture S.O.M. ; 2 Allée de la Croix des Cosaques, Châlons‑sur‑Marne, « penditif en forme de quille » (S.a. M.) ; 3 Congy (Marne), « penditif en forme de quille » (S.a. M.) ; 4 Chassey (Bourgogne), « petite quille à bouton » (Cortaillod) ; 5 Corseaux (Suisse occ.), « pendeloques sur époi », culture de Cortaillod ; 6 Lattringen (Suisse occ.), « petite quille à bouton », culture de Cortaillod ; 7 Lac Chalain (39), « petite quille à bouton », culture de Cortaillod (1 à 3 d’après Bailloud 1974 ; 4 à 7 d’après Billamboz 1977).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/37293/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende FIG. 119 – Tessons décorés de la culture de Cerny. 1 str. 737 Il, III, VI ; 2 str. 623, surf. ; 3 str. 420, surf. ; 48 str. 549 ; 5 str. 623 VI ; 6 str. 953 1 ; 7 str. 574 1 ; 9 str. 620, surf. ; 10 str. 929 Il ; 11 str. 929 X. Les tessons 23, 478 et 9 sont dégraissés à l’os.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/37293/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende FIG.120 – Tessons attribuables à la culture de Cerny. 1 str. 952 III ; 234 et 9 str. 735 III ; 5 str. 1081 IV ; 6 et 7 str. 929 X ; 8 str. 929 II. Les tessons 25 à 8 sont dégraissés à l’os.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/37293/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende FIG. 121 – Tessons attribuables à la culture de Cerny. 1 str. 930 X ; 2 str. 930 III ; 34 str. 930 1 ; 5, 6, 8 str. 564 1 ; 7 str. 737 III ; 9 str. 952 III ; 1011 str. 573 1 ; 12 str. 580 XIX ; 13 str. 737 VI. Les tessons 5, 10 et 11 sont dégraissés à l’os.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/37293/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende FIG. 122 – Tessons attribuables au Néolithique moyen II. 1 str. 250 ; 2, 4 str 1110 IV ; 3 str. 737 VI ; 5 str. 947 VII ; 6 str. 737 III ; 7 str. 737 IV ; 8 str. 1081 IV.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/37293/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende FIG. 123 – Répartition spatiale de la céramique. ● néolithique indéterminé ; ▲ culture de Cerny ; * Néolithique moyen II.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/37293/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 88k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search