Version classiqueVersion mobile

Châteaux et maisons fortes en Lorraine centrale

 | 
Gérard Giuliato

Partie 1. Introduction générale

Chapitre 1. Le cadre

Texte intégral

1.1 Les données naturelles

1La région étudiée se situe dans la partie orientale du Bassin parisien. Les couches sédimentaires les plus anciennes y affleurent en auréoles concentriques. On distingue trois zones bien différenciées (fig. 2).

FIG. 2 – La région lorraine : carte géologique.

1.1.1 La zone du Trias

2Les couches les plus anciennes constituées par les calcaires coquilliers du Muschelkalk affleurent autour de Gerbéviller et de Moyen, de part et d’autre de la Mortagne.

3Les marnes et dolomies du Keuper occupent toute la partie sud‑est et est. Elles donnent des terres difficiles à travailler qui se transforment en boue collante par temps de pluie et se fendillent en se desséchant. Les cours d’eau ont mis en valeur des formes douces et ondulées qui s’accentuent autour de Bayon où elles dépassent 300 m d’altitude. Ces couches recèlent un important gisement de sel gemme autour de Saint‑Nicolas. La culture des céréales dominait. Les étangs se comptaient en grand nombre.

4Des alluvions siliceuses, déposées par la Meurthe et ses affluents durant les périodes glaciaires, recouvrent sur de grandes étendues les marnes irisées. Leurs sols stériles restent occupés par de grandes forêts autour de Lunéville.

5Des limons fertiles tapissent le lit du Sanon, de la Vezouze, de la Meurthe et de la Mortagne. Les villages s’établissent sur les terrasses alluviales, à l’abri des crues. La Meurthe et le Sanon entaillent profondément les placages d’alluvions et les couches de marnes. A Rosières et à Einville, elles atteignent les niveaux salifères, ce qui rendit possible une exploitation par puits au Moyen Age. Les vallées constituent les principaux axes de circulation selon une orientation nord‑sud pour la Meurthe et la Moselle et est‑ouest pour le Sanon et la Vezouze.

1.1.2 La zone du Lias

6Elle occupe la partie nord de notre région. Les couches qui la composent vont du Rhétien au Toarcien et se composent d’une alternance de marnes et de calcaires peu résistants. L’érosion y a dégagé une série de terrasses successives.

7La première va de Tonnoy à Saint‑Nicolas, puis d’Art‑sur‑Meurthe jusqu’à Serres pour se terminer vers Moncel‑sur‑Seille. Elle est due à un effleurement de grès infraliasique (Rhétien inférieur). La seconde est provoquée par le grès médioliasique (Charmouthien supérieur) et par la zone à nodules des marnes du Toarcien. On la rencontre à mi‑pente des collines du Grand‑Couronné.

8Entre ces deux terrasses s’étendent des surfaces monotones couvertes de limons fertiles dont l’altitude est voisine de 240 m. Les cours d’eau, nombreux, ont dégagé des croupes sans vigueur. Ils se jettent dans la Seille ou dans la Meurthe dont les vallées sont tapissées d’alluvions récentes. C’est là que se trouvent les plus riches terres céréalières de Lorraine : le Saintois, le Vermois et le Saulnois. Les forêts ne subsistent que sur les placages d’argile trop compacte (Azelot, Champenoux) ou d’alluvions anciennes (Saulxures, Hoéville). Les fonds de vallées se prêtent aux prairies et aux chenevières. La vigne prospère sur les coteaux riches en calcaire.

1.1.3 La zone du Jurassique

9Les collines du Grand‑Couronné sont des buttes témoins autrefois rattachées au plateau de Haye. Leur altitude est voisine ou supérieure à 350 m. Elles dominent de 150 à 200 m les vallées de la Moselle et de la Meurthe. Elles se composent d’une mince couche de calcaire ferrugineux (Aalénien) surmontée par des calcaires très durs (Bajocien). Leur surface est tapissée par une mince couche d’argile de décalcification. La forêt ou les friches y règnent. Ces plateaux sont limités par des corniches abruptes où l’homme exploite la pierre (carrières de Montenoy, de Vandières). L’érosion attaque ces corniches. De nombreux éboulis s’en détachent et viennent recouvrir les pentes marneuses de ces collines. De nombreuses sources jaillissent au contact des calcaires et des marnes et évitent à ces zones les sécheresses estivales. La vigne y trouve son terrain de prédilection.

1.1.4 Le climat

10Les précipitations se répartissent sur 150 à 180 jours et atteignent un total de 700 à 800 mm par an. La température moyenne annuelle est de 9,6°C, celle de juillet 18°C, celle de janvier 1,2°C. Dans ce climat frais et humide, océanique à influences continentales (77 jours de gel), on note des différences sensibles dues aux changements d’altitude. Les plateaux et les collines bajociennes sont balayés par le vent ; la neige y tombe jusqu’à Pâques. Les vallées connaissent des inondations fréquentes en hiver et au printemps. Les sols marneux et les précipitations rendent les chemins impraticables plus de six mois par an. Le réseau hydrographique oriente les communications dans le sens nord‑sud.

1.1.5 Conclusion

11Cette région vallonnée offre à l’homme de nombreux sites faciles à fortifier comme les buttes témoins, les extrémités d’éperons, les collines isolées, les terrasses et les dépressions marécageuses. D’autres lieux se prêtent moins bien à la défense. C’est le cas des rebords de plateaux, des fonds de vallées inondables et des sites de plaine sans relief.

12Les matériaux nécessaires à l’activité du bâtiment se trouvent en abondance sur place. Les calcaires marneux fournissent une pierre bleutée de qualité médiocre ; les calcaires coquilliers produisent de la chaux et une pierre blanche, très dure, de qualité supérieure. Les carrières et les fours étaient nombreux sur ces affleurements. Les vallées sont généreuses en sable venu des Vosges toutes proches. Le bois d’œuvre ne manque nulle part grâce aux forêts de hêtres et de chênes qui couvrent les sols stériles. L’étendue des surfaces marneuses permet la production d’argile utilisée pour fabriquer la tuile. L’eau est partout présente en toute saison sauf sur les affleurements calcaires des côtes de Moselle. Le climat n’est rigoureux que sur ces sommets balayés par les vents toute l’année.

13La variété morphologique et géologique vient s’ajouter à la diversité des sols pour faciliter la construction de petites unités autonomes, des « petits pays », comme le Val Sainte‑Marie, le Val des Faulx, la vallée de la Seille ou le Vermois. Le morcellement l’emporte souvent sur l’uniformité. L’unité n’est possible que grâce aux vallées orientées nord‑sud. Les facteurs favorables au développement de petites entités féodales et à la construction de fortifications se trouvent réunis dans cette région (fig. 3).

FIG. 3 – La région lorraine : les grands axes du relief.

1.2 Vestiges de fortifications antérieures à l’an mil

14Les prospections archéologiques menées depuis le xixe s. ont permis d’identifier un certain nombre de sites fortifiés dont la liste n’est peut‑être pas définitive.

15Les traces d’occupation antérieures à la conquête romaine se concentrent surtout dans les vallées. L’habitat fortifié à usage collectif affectionnait les éperons et les collines des lignes de côtes (Millotte 1965 ; Marchal, Barbey 1982) (tabl. I). Il est vraisemblable que des sites comme Amance, Mousson, Toulon, furent occupés dès ces lointaines périodes.

TABL. I – Vestiges de fortifications protohistoriques.

16On peut déplorer l’absence d’un répertoire exhaustif actualisé des vestiges gallo‑romains. L’essentiel se concentre à proximité des cours d’eau et de la voie Lyon‑Trèves (Toussaint 1947 ; Demarolle 1976 ; Burnand 1977). La colonisation gallo‑romaine s’est concentrée sur les terres fertiles du Lias et le long des voies de circulation fluviale et routière. Les sites fortifiés se réduisent à des postes de surveillance comme à Mousson et Moivrons. Au iiie s., la ville de Scarpone reçut une enceinte d’environ 120 m sur 90 pour se mettre à l’abri des incursions barbares. La partie orientale de la région était protégée par la ville fortifiée de Tarquimpol (Decempagi).

17Scarpone conserva ses murailles du Bas Empire. Au ve s., la ville portait le titre de castrum (Anonyme 1876). Elle ne disparut qu’au début du xe s. à la suite des incursions hongroises. Amance devint un site refuge comme l’atteste son titre d’oppidum au début du xie s. (Lesort 1909 : no 39, 74, 83). Gondreville possédait une résidence impériale connue dès 804 (Calmet 1973a : 1, col. 718, 735, 766, 787). Entre 864 et 880, elle joua un certain rôle dans l’histoire politique de la région. Elle disparut après 900 sans avoir été fortifiée. A Lay, les comtes du Chaumontois possédaient au début du xe s. un domaine sur lequel ils élevèrent une résidence. En 939, les moines de Gorze y furent reçus par le voué de la comtesse Eve. En 939, cette demeure était qualifiée de castrum. La comtesse céda alors le domaine à l’abbaye de Saint‑Arnoul de Metz. C’est le premier exemple d’une résidence princière évoluant vers une forme d’habitat fortifié. Les religieux ne la conservèrent pas longtemps puisqu’il n’en fut plus jamais question après 1014 (cf. 2e partie : Lay‑Saint‑Christophe).

1.3 Les structures vers l’an mil

1.3.1 La situation politique durant la première moitié du xe s.

18En 880, la Lotharingie dépendait d’Arnoul, roi de Germanie, qui en nomma roi son fils Zwentibold. Ce dernier tenta de rétablir son autorité sur l’aristocratie laissée à elle‑même depuis trop longtemps et qui en profitait pour accaparer les biens ecclésiastiques et royaux. Les comtes Etienne, Gérard et Matfrid prirent la tête d’une révolte et tuèrent le roi. Ils voulurent jouer de la rivalité entre les royaumes de France et de Germanie pour conserver leur autonomie. La Lotharingie finit par tomber définitivement aux mains d’Henri Ier, roi de Germanie, en 925.

19Les invasions hongroises touchèrent la région entre 910 et 937 et aggravèrent les ruines provoquées par les querelles politiques qui continuèrent jusqu’en 953. En 965, la Lotharingie fut divisée en deux duchés. L’aristocratie restait toute puissante. Une nouvelle période commençait.

1.3.2 Les circonscriptions administratives vers 900

20La région étudiée se trouve être répartie entre plusieurs pagi ou comtés. Les deux tiers de sa superficie appartenaient à la partie septentrionale du Chaumontois dont le chef‑lieu, Chaumont, n’est plus qu’un modeste écart du village d’Einvaux (Daville 1906). Nous conservons quelques noms de comtes du Chaumontois à partir de 891. Tous appartenaient à de grandes familles aristocratiques : les Matfrid, les descendants de Wigeric dont le comte Hugues et sa famille. Ce pagus était trop étendu pour conserver son unité. Il fut divisé en circonscriptions. L’une d’elles –le comitatus Mortisna– avait pour centre l’actuel hameau de Mortagne et englobait le nord du pagus. Vers 960, on trouvait à sa tête le comte Raimbauld (Vanderkindere 1902 : 2).

21Le Scarponais englobait la partie située au nord de la forêt et du plateau de Faulx. Les travaux de M. Maxe‑Werly nous permettent de connaître avec précision les limites de ce pagus qui s’étendait entre les côtes de Moselle et celles de Meuse (Daville 1906). Au cours de la première moitié du xe s., le Scarponais passa sous le contrôle des comtes de Verdun (Parisse 1976 : 110‑113).

22Le Saulnois possédait la vallée de la Seille. Son chef‑lieu était le village actuel de Destry près de Morhange. Les comtes de Metz, les Folmar, étendirent leur autorité sur cette région au xe s.

1.3.3 Les limites religieuses au xe s.

23Le diocèse de Toul englobait les deux tiers de la région. Le doyenné de Saint‑Nicolas‑de‑Port regroupait la plus grande partie des paroisses. Venaient ensuite le doyenné de Deneuvre pour la partie sud‑est et le doyenné d’Epinal pour la partie sud‑ouest.

24Le diocèse de Metz englobait la partie nord de la région. On y trouvait la totalité du doyenné de Mousson, une partie de l’archidiaconé de Nomeny et de celui de Vic‑sur‑Seille.

25Les textes permettent d’identifier une vingtaine de paroisses primitives organisées autour d’églises‑mères (tabl. II). Vers 950 seuls les plateaux calcaires au nord et les alluvions stériles au sud restent inoccupés. Aucune agglomération n’a remplacé Scarpone détruite vers 930. L’abbaye de Bouxières reste le seul établissement religieux important. Résidences comtales et chefs‑lieux de pagi ne présentent aucun caractère militaire. Au total, une présence humaine relativement diffuse que le renouveau postérieur à l’an mil allait bouleverser profondément.

TABL. II – Les églises‑mères au Xe s.

Table des illustrations

Légende FIG. 2 – La région lorraine : carte géologique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/36958/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Légende FIG. 3 – La région lorraine : les grands axes du relief.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/36958/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Légende TABL. I – Vestiges de fortifications protohistoriques.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/36958/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende TABL. II – Les églises‑mères au Xe s.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/36958/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 42k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search