Version classiqueVersion mobile

Le château médiéval, forteresse habitée

 | 
Jean-Michel Poisson

Chapitre 3. Comparaisons : domaines voisins et plus lointains

Daniel de Raemy, Claire Beyssac, Bernhard Metz, GAMA, Pierre Guichard et Tadeusz Poklewski

Résumé

Certaines sources documentaires sérielles médiévales comme les comptes de châtellenie offrent pour l’étude de la fonction résidentielle du château des informations précises. On a choisi ici l’exemple du mobilier « meublant » dont on a pu présenter les formes, les matériaux, les fonctions et l’emplacement dans les différentes pièces d’habitation.

Il est abordé ici une étude minutieuse d’un des plus importants châteaux foréziens au Moyen Age. L’analyse architecturale et archéologique a permis de préciser les phases de construction ainsi que l’organisation de différents aménagements qui témoignent de la difficulté à concilier les nécessités de la défense et de la résidence.

Choisie comme terrain de comparaisons l’Alsace offre un bon exemple par la densité de vestiges encore présents et l’ampleur des recherches effectuées. C’est l’ensemble des éléments matériels qui appartiennent à la notion de confort, illustrée de très nombreux exemples, qui est ici passée en revue.

Plusieurs documents aragonais concernant des concessions de châteaux royaux à des alcaides, ou des visites de châteaux par des officiers royaux montrent que des forteresses rurales de taille importante ne sont souvent occupées, quelques dizaines d’années après la Reconquête du Royaume de Valence, que par une garnison de quelques hommes.

Les châteaux construits en Grande Pologne au xive s., qu’ils soient nés de l’initiative royale ou des grandes familles de la noblesse, sont conçus pour répondre rationnellement aux nécessités de la défense, de l’administration du pouvoir, de la résidence aristocratique et de la gestion d’un domaine foncier.

Texte intégral

3.1 Le mobilier en bois des châteaux savoyards de l’ancien Pays de Vaud et du Chablais entre 1360 et 1450

  • 1 Archivio di Stato di Torino (ASTOR), Inv. 69 (Chablais) et 70 (Vaud).

1Dans le cadre d’une thèse de 3e cycle en préparation sur l’architecture militaire savoyarde des xiiie et xive s. dans l’ancien Pays de Vaud et dans le Chablais, nous procédons en ce moment au dépouillement complet des comptes de châtellenies de ces deux anciens bailliages savoyards, déposés aux archives d’Etat de Turin1. Les comptes les plus anciens, ceux de Chilien, datent des années 1250, les plus récents des années 1530, lorsque la Savoie abandonne définitivement le Pays de Vaud, occupé par Berne. Pour ces régions, la période la mieux recouverte par la comptabilité subsistante commence en 1359, lorsque le Pays de Vaud,.alors érigé en apanage indépendant depuis 1285, passe à nouveau sous le contrôle direct du comte de Savoie ; elle se termine dans les années 1450, lorsque les comptes se font plus rares et sont moins bien tenus. C’est à cette période aussi, vers 1453, que disparaît Aymonet Corviaux, le maître d’œuvre d’Amédée VIII, qui, depuis 1418 environ, a porté une attention extrême à l’entretien des châteaux comtaux du Pays de Vaud et du Chablais, attention qui se reflète dans la comptabilité, avec des « opéra castri » souvent abondants et détaillés. Durant cette période de 1360 à 1450, les châteaux qui vont intéresser notre propos et en constituer le cadre spatial ne subissent que très peu de transformations ou d’agrandissements majeurs. Les corps de logis sont le plus souvent issus du xiie et du début du xiiie s. dans les forteresses préexistant à l’expansion de la maison de Savoie clans nos régions (dès 1240). Ces châteaux sont fortement remaniés dans la seconde moitié du xiiie s, et au début du xive s. ; ils sont complétés par de nouvelles créations, comme les « carrés savoyards » d’Yverdon ou Morges notamment, A la période qui nous intéresse, les adjonctions importantes en maçonnerie sont surtout de nature militaire et défensive.

2Nos châteaux, comparés à ceux des domaines royaux français ou anglais, sont de dimensions moyennes voire modestes ; Chilien, avec son plan approchant l’ellipse, d’environ 100 m pour le grand axe et de 50 m pour le petit, vient en tête, suivi de Grandson, présentant un plan rectangulaire de 60 x 25 m ; les carrés savoyards d’Yverdon et de Morges comptent respectivement 50 et 35 m de côté environ. A la lecture des comptes de châtellenie, ce qui apparaît d’emblée, c’est l’extrême pauvreté du mobilier permanent des châteaux touchés par notre enquête. Dans ce travail d’évaluation, on souhaiterait quantifier ce mobilier, en évaluer la simplicité ou au contraire la richesse sur des données chiffrées précises (nombre, coûts), comparer les sommes ainsi consenties à l’exercice global de l’entretien des châteaux. Mais ce travail reste à faire, et sur la base des quelque 3 000 comptes couvrant nos régions, on a des chances raisonnables d’arriver à des résultats intéressants. Sans représenter évidemment la totalité de la documentation comptable établie par la Savoie, ces comptes constituent toutefois un échantillon très représentatif que l’on pourra même subdiviser en tranches chronologiques plus restreintes. Nous ne livrons donc ici qu’un aspect qualitatif de la question.

  • 2 ASTOR, Inv. 70, fol. 41.
  • 3 ASTOR, Inv. 70, fol. 153.
  • 4 Archives cantonales vaudoises (ACV), AMH, D 17/1‑3.

3Modestie de ce mobilier permanent donc : pour le château de Corbières, non loin de Gruyères, nous n’avons relevé aucune mention d’achat ou d’entretien de mobilier entre 1375 et 1454, période couverte seulement par 26 comptes certes, mais dont les « opera castri » sont pourtant abondants2. Les 60 comptes conservés de la châtellenie de Romont ne font état de dépenses de mobilier pour les deux châteaux de Romont qu’à deux reprises : la facture de deux châlits en 1407‑08, de bancs et de trois tables en 1431‑323. Pour l’imposante forteresse de ChilIon, les dépenses consenties pour l’ameublement représentent moins d’une page des transcriptions réalisées par Albert Naef des « opéra castri », qui en compte plus de 200 pour la période 1260‑14504. Cette rareté des mentions touchant le mobilier se vérifie dans toutes les châtellenies qui sont l’objet de notre dépouillement, hormis le cas particulier du château de Morges que l’on évoquera plus loin.

  • 5 ASTOR, Inv. 70, fol. 49, mazzo 2 (70/49/2), compte de 1410‑12.

4Les dépenses de mobilier sont souvent provoquées par l’annonce de la venue de la cour comtale. Ainsi, lorsque en 1412, Amédée VIII passe au château maintenant disparu de Cossonay, commande‑t‑il une table, des lits, et une armoire pour la comtesse ; certains cadres de lits sont réparés avec des éparres de fer et on remplace des carreaux de verre aux fenêtres de la camera domini. En 1428, la visite du duc cette fois exige la confection d’un buffet dans l’aula et la chambre du parement. En 1432‑33, on achète 100 gerbes de paille pour la literie du château, dont le confort devait être proche de celui des casernes militaires suisses au début de notre siècle5.

  • 6 ACV, AMH, D 17/1, p. 159 : Libravit pro carpentoribus qui vacavernut 3 diebus in reparations mensar (...)
  • 7 ASTOR, 70/109/8, 1415‑16.
  • 8 Cf. notamment la longue énumération de mobilier rapportée dans le compte de 1412‑13 (ASTOR, 70/97/1 (...)

5En 1416, il s’agit de faire bon accueil à l’empereur d’Allemagne Sigismond et sa cour qui se déplacent en Pays de Vaud pour élever Amédée VIII au titre de duc. Sigismond est reçu au château de Chillon ; pour la circonstance, des charpentiers réparent du mobilier tel que tables, portes, bancs, lits et autres6. Il s’arrête aussi à Moudon, le siège du bailli de Vaud, et on doit construire des tables, des lits, des bancs, des chaises et des buffets7. Il est intéressant de relever que Sigismond ne loge pas au château comtal, mais dans la maison de Henri de Glâne, un damoiseau bien en vue dans la région ; peut‑être le château a‑t‑il été jugé trop inconfortable. A Morges enfin, son hébergement exige l’acquisition de 40 lits que l’on va quérir dans la châtellenie voisine de Cossonay, mais il n’y a pas de dépense particulière pour le mobilier du château qui, contrairement aux autres forteresses vaudoises, était un lieu de séjour fréquent et privilégié pour Amédée VIII : le mobilier devait y être abondant et en bon état8.

  • 9 ACV, AMH, D 17/1, p. 167.
  • 10 L’inventaire du château de Cossonay, établi en 1413, fait état de 65 vantaux de portes et de fenêtr (...)

6Sans que l’on poursuive une énumération qui deviendrait vite fastidieuse et répétitive, la lecture des comptes de châtellenies nous permet d’arriver aux conclusions provisoires suivantes : le fait que les dépenses consacrées au mobilier n’apparaissent essentiellement qu’à la venue du comte tend à montrer que le reste du temps le château est pratiquement vide ou équipé de meubles en mauvais état. Cette impression est confirmée par les inventaires souvent très sommaires qui apparaissent dans les comptes lors du changement de châtelain ; l’exemple extrême étant cet inventaire du château de Chillon de 1427 qui ne répertorie, meubles et ustensiles confondus, que onze objets répartis dans quatre pièces9 ! Le relatif mauvais état de ce mobilier se confirme aussi par l’occurrence fréquente des qualificatifs « peu de valeur » ou « de valeur médiocre ». Les corps de logis eux‑mêmes sont laissés dans un état de demi abandon : à côté des réfections de meubles, il s’agit souvent de réparer les conduits de cheminée, de refaire les verrières ou les volets des fenêtres, de nettoyer les locaux et les cours, de replacer des vantaux de portes, qui souvent font défaut. Il est d’ailleurs significatif de relever que les inventaires considèrent les vantaux de porte et de fenêtre comme du mobilier10.

  • 11 ACV, AMH, D 17/1, p. 29, compte de 1298.
  • 12 ASTOR, 70/47/5, 1428‑29.
  • 13 ASTOR, Inv. 16, Trésorerie générale de Savoie (TGS), vol. 92, fol. 308‑309.
  • 14 ASTOR, 70/97/12, 1445‑46.
  • 15 ASTOR, 70/29/6, 1412‑13 et 1417‑19.

7Le mobilier est peu varié et ne semble refléter que le strict nécessaire ; il se compose d’armoires, de coffres (l’un deux, ferré à Chillon, déposé dans la chapelle, renferme l’argent des entrées encaissé par le châtelain11), de buffets, dressoirs, étagères, tables, chaises, bancs, et de châlits ou formes de lits. Le matériau le plus fréquemment utilisé, que les comptes mentionnent explicitement, est la simple planche (Tonus, postis) ; parfois les textes donnent le nombre de planches utilisées par meuble. Ainsi à Cossonay en 1428‑29 : In aula tinelli pro faciendo buffetum elusdem aule implicate fuerunt quinque lonos ; item in uno buffeto noviter constructo et posito in coquina, duos lonos […]12. La main‑d’œuvre qui réalise ce mobilier est essentiellement locale ; il s’agit des charpentiers qui sont aussi appelés à l’entretien des charpentes et des couvertures. Ainsi Jean Pictet au château de Morges qui participe à une réfection générale des meubles en juillet 144513 est‑il chargé de réparer la charpente de l’aula magna durant l’année comptable 1445‑4614 ; ainsi Jaquet Berthod en 1428‑29 à Cossonay est‑il chargé simultanément de la confection du mobilier et de l’entretien des toitures ; ainsi Jaquet Bau, au château des Clées, qui réalise en 1412 pour la camera domini une porte, une table, deux trépieds, deux bancs, un buffet et un lit de bois, et qui est chargé de refaire le pont‑levis en 1417‑1815.

  • 16 ASTOR, Inv. 16, TGS, vol. 92, 1444‑45, fol. 242 sq., 16 sept. 1444 : « a Jenin Thuechieure, lequel (...)
  • 17 ASTOR, 70/109/4, 1383‑85.

8Ce mobilier présentait donc certainement une finition assez fruste, s’apparentant plus à celui des cantines ou des maisons paysannes d’alpage, qu’à celui des salons du xviiie s. Les documents sont peu explicites sur la nature du bois, car il est certain qu’avec du chêne ou du noyer, il est possible d’obtenir un produit de qualité si l’on soigne le travail ; toutefois, il semble que les délais donnés aux charpentiers soient toujours très courts : on leur passe commande pratiquement à la veille de l’arrivée de la cour comtale et d’après les paiements, le temps de travail est généralement de l’ordre de quelques jours16. D’après les documents consultés jusqu’ici, une seule fois on semble exiger un soin particulier à la réalisation de mobilier en bois –mais ce n’est pas celui d’un château– lorsqu’on paie sur la châtellenie de Moudon les bancs et les sièges du plaict du vicaire impérial à Lausanne : Pro construendo pluribus banchiis et sedibus honorificiis, de bonis lonis seu postibus bene planatis et ordinatis, ad tenendum ibidem placita17 On imagine ici plus volontiers un travail de menuisier que celui d’un charpentier.

  • 18 ASTOR, 70/109/8,1415‑16 : Item in aula regis, in mensa ipsius regis, 3 lonos. Item circa dictam men (...)
  • 19 ASTOR, Inv. 16, TGS, vol. 92, 1444‑45, fol. 308‑309.
  • 20 Voir note 6.
  • 21 ACV, AMH, D 17/1, p. 193.
  • 22 ASTOR, 70/29/7, 1421‑23.

9A qui était donc destiné ce mobilier, a priori assez grossier ? Il peut s’agir en effet d’un ameublement d’appoint destiné au personnel non noble accompagnant la cour, comme les domestiques, les valets ou les écuyers ; ce matériel d’appoint devait être bien nécessaire dans les châteaux occupés la plupart du temps seulement par le châtelain et quelques « clientes » : les 40 lits amenés à Morges suggèrent bien cette carence du mobilier permanent. Mais avec certitude, on peut affirmer que ce mobilier était réalisé non seulement pour la domesticité, mais aussi à l’usage des hommes de rang. Dans la plupart des châteaux, les meubles, en particulier les châlits, de la camera domini, pièce exclusivement réservée au comte, sont de la même facture simple que le mobilier des autres pièces. L’ameublement des pièces destinées à Sigismond lorsqu’il séjourne à Moudon est lui‑aussi réalisé avec de banales planches, par un charpentier du lieu certainement, qui n’est pas nommé18. D’après un paiement effectué par la trésorerie générale de Savoie pour le mobilier du château de Morges, pannes et planches sont utilisées pour les meubles des chambres royales et princières de la cour du duc Louis de Savoie : « En la chambre de la royne, ung banc et deux trecteaulx ; item en la chambre de madame la princesse, deux chexlis, l’ung en sa chambre l’autre en sa garde‑robe, et une table, 4 trecteaulx, ung marchipie et repareillier le buffet, item en la chambre de Loys monseigneur, ung chexlis, ung buffet, ung banc, ung trecteaulx […] »19 On l’a déjà signalé, le charpentier de Morges Jean Pictet a participé à sa réalisation. De plus, ce mobilier est éphémère, il n’est pas destiné à durer. Les 3 tables et l’unique lit de l’inventaire de 1427 pour le château de Chilien ne sont manifestement que le résidu du mobilier qui doit être réparé en 1414 pour l’hébergement de l’empereur Sigismond20, et en 1443, on paie encore 42 journées de charpentier pour la confection de nombreux meubles pour recevoir Félix V et sa cour21. Après le départ de la cour, le mobilier de bois pouvait être démonté et les matériaux réutilisés à l’entretien courant du château ; en tout cas, c’est bien contre l’éphémère, qui était le lot habituel de ce mobilier, que le châtelain des Clées essaie de lutter en exigeant, en 1421 : Unam mensam fortissime constructam cum grossis et decentibus fustibus ne aliquis in futurum a dicta coquina extrahere possit.22

  • 23 Avec celui de 1413 du château de Cossonay.
  • 24 ASTOR, 70/97/6,1412‑13 : Item pro duabus caissis ad interponendum duas imagines. Item pro faciendo (...)

10Seule exception échappant à la pauvreté habituelle de ce mobilier permanent, le château de Morges. Cet édifice, situé à la frontière occidentale des terres de l’évêque de Lausanne, construit à la fin des années 1280 par Louis de Savoie, devait être déjà dès cette période jusqu’en 1359, le siège privilégié des barons de Vaud, à la tête de leur apanage indépendant, dont Turin n’a de ce fait hérité d’aucun document comptable précis pour que l’on soit plus affirmatif sur ce point. Au début du xve s., Amédée VIII et sa famille y font de fréquents et longs séjours. L’inventaire du compte de 1422‑23 est de loin le plus riche que j’ai pu retrouver sur les châteaux savoyards vaudois23. Outre le mobilier habituel, plus abondant et plus varié qu’ailleurs, il mentionne aussi de nombreux ustensiles de cuisine. En plus d’importantes dépenses pour le mobilier usuel, le compte de 1412‑13 relate la façon de deux caisses pour entreposer deux statues, la confection de candélabres dont l’un est installé dans l’aula magna pour placer une torche devant le comte, une corbeille pour les chiens de la comtesse, et l’installation de supports pour tendre des rideaux ou des tentures24. Même s’il est plus abondant et diversifié, ce mobilier est réalisé par un charpentier de Morges, Jaquenet Claudet, et comme ailleurs il devait présenter un aspect des plus rustique.

  • 25 BRUCHET (M.). — Un Inventaire du château d’Annecy en 1393. Bulletin archéologique, 1898.
  • 26 ASTOR, Inv. 16, TGS, vol. 92, fol. 242 sq., 6 sept. 1445.
  • 27 ASTOR, Inv. 16, TGS, vol. 92, fol. 242 sq., 8 nov. 1445.
  • 28 ASTOR, Inv. 16, TGS, vol. 91, fol. 429‑ 435 : Libravit ultimum Augusti Francisco Ranaysii, magistro (...)
  • 29 ASTOR, Inv. 16, TGS, vol. 70, fol. 318 sq., 14 nov. 1424 : Libravit Bertholeto leFort tapicerio dom (...)
  • 30 ASTOR, Inv. 16, TGS, vol. 21, fol. 139 sq., 20 oct. 1444.

11On le constate donc, le confort, le luxe, voire l’apparat des résidences et des lieux de séjour de la cour comtale ne transparaissent pas dans le mobilier en bois, de facture rapide et fruste, de durée éphémère et bon marché ; en effet, il n’était pas destiné à être vu, car il servait de support, d’armature plus ou moins cachée, à ce qui devait matérialiser le véritable signe de richesse des intérieurs, les textiles. Tapisseries, rideaux, tentures, couvertures, duvets, coussins, nappes suivent la cour dans ses déplacements et métamorphosent les résidences comtales où elle s’arrête. Un inventaire de 1393 du château d’Annecy, alors lieu de séjour habituel des comtes de Genevois, désigne sous le terme de « camera », de façon très suggestive, l’ensemble des tentures et des tapisseries ornant une pièce donnée : Unam cameram albam de satina albo […] Item unam aliam magnarn cameram de veluto rubeo […].25 Pour les châteaux du domaine savoyard, les dépenses touchant les textiles n’apparaissent pas dans les comptes de châtellenie mais dans la comptabilité centrale, la Trésorerie générale de Savoie, où sont d’ailleurs consignées toutes les dépenses liées au fonctionnement et au train de vie de la cour. Ici aussi, le terme de chambre désigne les textiles qui l’ornent : « Item pour 400 crouches de fer aux chambres de mesdits seigneur et dame pour tendre leur chambre 2 fl. 8 gr. »26 Comme la chambre désigne les tapisseries, il n’est pas étonnant de la voir se déplacer avec les bagages de la cour ; ainsi en 1445 la chambre de Anne de Chypre, qui venait de donner naissance à Philippe de Savoie, se déplace‑t‑elle de Thonon à Genève : « Item livré le 8e jour du moys de novembre aux navatiers, lesquels avaient apporté la chambre de la gissine de madame, depuis Thonon usqu’à Genève, 3 gr. Item livré ledit jour pour 4 aulnes de toile blanche du pris de 5 gr. l’aune employé à reparelier ladite chambre 1 fl. 8 gr. » (cette dernière dépense s’explique par la nécessité de conformer les tissus à la morphologie de la pièce où l’on a installé la chambre d’Anne de Chypre)27. Le 31 août 1444, cette chambre se trouve certainement au château de Morges lorsqu’on fait venir deux nourrices depuis Thonon pour allaiter le petit Philippe28. L’aménagement et l’entretien de la tapisserie requéraient d’ailleurs les services permanents d’un tapissier, attaché à la cour qui était salarié comme les autres valets29. Les inventaires des comptes de châtellenie sont aussi très laconiques quant à la vaisselle et aux ustensiles de cuisine ; eux aussi prennent place dans les « impedimenta » de la cour, à la charge de la Trésorerie générale : « Livré à Hugonet de Montolivet, navatier de Genève, pour amener le bagage de mondit seigneur, c’est assavoir de panaterie, botellerie et cusine, et ont esté 2 jours tant en aller que retorner à 5 personnes incluse la nef 5 gr. »30

  • 31 ASTOR, gioie e mobili, mazzo 1 d’addizione, no 3.

12Au Moyen Age, l’exercice du pouvoir exigeait la présence physique de celui qui le détenait. Si son domaine était vaste, le seigneur devait donc constamment se déplacer, et avec apparat ; il était un nomade sur ses terres et son mode de vie peut être comparé aux peuples des déserts, aux Arabes notamment, dont le caractère nomade perdure encore aujourd’hui et dont le signe de richesse de l’habitat se manifeste surtout par les textiles. Dans la mesure où le château n’était pas choisi comme lieu de résidence fréquent ou privilégié, il apparaît comme à peu près vide et propice aux courants d’air, à l’inconnue près du mobilier des appartements réservés au châtelain et à la modeste garde, pour autant que ces gens résidaient bien au château, ce qui n’est pas toujours le cas. Le château médiéval apparaît d’autant plus constamment et radicalement vide que le domaine seigneurial dans lequel il s’insère est plus vaste, car pour des raisons matérielles évidentes, la cour seigneuriale ne peut être partout et sa vitesse de déplacement reste limitée. Pour preuve, le très riche inventaire de 141331 du château de la petite seigneurie de Cossonay, qui venait de passer en mains savoyardes, contraste singulièrement avec les listes très succintes des châteaux savoyards qui sont avant tout des édifices administratifs et militaires.

13Les quelques considérations que nous venons d’exposer ici sont encore trop le produit d’une première « lecture » intuitive et qualitative des sources ; il s’agirait de les nuancer par une approche plus statistique et quantitative. S’il nous semble avoir relativement bien cerné le problème pour la première moitié du xve s., il resterait à voir s’il pouvait se présenter de la même manière à la fin du xiiie s. et au xive s. Il serait intéressant aussi d’examiner si l’apparition, ou en tout cas l’utilisation de plus en plus répandue du meuble de luxe en menuiserie et en ébénisterie à la fin du xve et au xvie s. est liée à la sédentarisation progressive des cours royales, princières ou ducales. Le dépouillement systématique de la Trésorerie générale de Savoie permettrait aussi d’évaluer la véritable richesse et le train de vie de la cour qui engloutit des sommes énormes, lorsqu’on se place à l’échelle de la simple châtellenie.

14Pour en revenir au château, à sa morphologie architecturale et à son utilisation, il ne serait pas inutile aussi d’examiner comment se répartit le mobilier, en bois ou en tissu, d’une pièce à l’autre, afin de nuancer et préciser encore leur importance et leurs fonctions relatives, surtout celles que l’on rencontre constamment dans presque tous les châteaux avec la même appellation comme l’aula magna, la camera domini, la camera paramenti ou la chapelle. Cette enquête devrait permettre aussi de mieux cerner la dynamique des divers aménagements au cours du temps, des transformations que subit l’édifice, en dégageant avec plus de clarté ce qui perdure de ce qui est appelé à changer sans cesse ; cela permettrait notamment d’aider l’architecte restaurateur d’aujourd’hui à s’inscrire dans une continuité historique dégagée de toute nostalgie passéiste qui ne peut conduire qu’au kitsch et au faux‑vieux.

3.2 Le château de Rochebaron : étude particulière de la tour ronde et de la chapelle

15Bien qu’ayant été intégré dans le département de la Haute‑Loire en 1789, il s’agit d’un château forézien mais qui n’a malheureusement pas été illustré par Guillaume Revel dans son armorial. Il est localisé dans le canton de Bas, à une vingtaine de kilomètres au sud‑ouest de Firminy et une soixantaine de kilomètres au nord‑est du Puy, et constitue la fierté des habitants de Bas‑en‑Basset, la petite ville que ses ruines imposantes dominent (fig. 93). Bien que les seigneurs de Rochebaron soient connus dans diverses chartes dès la fin du xe s., et que l’on sache qu’ils font partie de l’entourage du comte de Forez au xie s., le château ne semble pas avoir été construit et hommage avant 1150‑1200. La plupart des bâtiments visibles actuellement ont été édifiés ultérieurement par les différents possesseurs du château, selon les objectifs militaires et résidentiels du moment. L’ensemble de ces éléments n’a pu être étudié dans le cadre de cette recherche. Ont donc été choisis les deux bâtiments répondant aux fonctions principales du château, à savoir d’une part la grosse tour ronde, à l’angle sud‑ouest, symbole de son rôle défensif, et d’autre part la chapelle, plus orientée vers le domaine résidentiel bien que regroupant aussi, nous le verrons par la suite, des aspects défensifs.

FIG. 93 – Château de Rochebaron : vue générale.

3.2.1 Présentation du château

16Le château est situé sur un suc cristallin de 653 m d’altitude, entouré au nord, à l’ouest et au sud de montagnes plus élevées, dont il est séparé par des ravins escarpés, sauf sur le front ouest, plus facilement accessible, où se sont donc concentrées les défenses (cf. la tour ronde). En revanche, à l’est, il domine largement tout le cours de la Loire et la plaine environnante, ce qui lui confère un intérêt stratégique certain. Le plan du château se compose de trois enceintes concentriques dont les deux premières renferment quelques maisons aujourd’hui ruinées. (fig. 94). La première enceinte est très vaste et non flanquée ; son accès principal consiste en une porte fortifiée dont il ne subsiste que les deux tours circulaires à demi‑ruinées. Au sud‑est, une autre petite porte au passage en chicane, conduit au village de Saint‑Julien, situé en‑dessous du château. La seconde enceinte est de taille beaucoup plus réduite, mais elle demeure mieux conservée. Elle est flanquée de trois tours : une grosse tour ronde, au sud‑ouest, reliée par une épaisse courtine garnie de mâchicoulis à la tour triangulaire au nord‑ouest, et une troisième tour circulaire, plus petite que les deux autres, au nord, légèrement en contrebas. Enfin une troisième enceinte, comprenant à l’ouest une partie commune avec la seconde, et qui regroupe les principaux bâtiments castraux. Elle s’ouvre sur la cour centrale du château par une porte à herse fortifiée de deux tourelles en U. Des bâtiments principaux du château, seule subsiste à l’est la chapelle (murs sud et ouest uniquement). Les autres bâtiments, salles réservées à l’habitation seigneuriale ou à un usage domestique, ne restent apparents que par des traces au sol ou par des murs conservés sur une faible élévation, contre lesquels on peut encore observer quelques jambages de cheminée sculptés.

FIG. 94 – Plan du château de Rochebaron. 1 châtelet d’entrée ; 2 fermes ; 3 porte fortifiée ; 4 poterne ; 5 entrée du château ; 6 puits ; 7 chapelle ; 8 cuisine ; 9 grand logis ; 10 tour triangulaire ; 11 tour circulaire.

3.2.2 Etude architecturale de la tour ronde

17Rappelons qu’elle est située à l’angle de la deuxième enceinte, où elle saille fortement vers l’exterieur ; elle se trouve de ce fait isolée des principaux bâtiments castraux, sans qu’il n’y ait apparemment de communications possibles entre eux. Elle est accostée d’une tourelle d’escalier circulaire, en demi hors‑d’œuvre, ouvrant sur la deuxième basse‑cour (fig. 95). L’édifice est construit en appareil rustique et de petite dimension : il compte 23,8 m de hauteur pour un diamètre de 6,5 m ; il est légèrement taluté à la base et sa terrasse sommitale conserve encore les consoles à trois corbeaux des mâchicoulis qui la couronnaient. Les ouvertures sont hierarchisées : à la base, on remarque de petits orifices carrés appareillés servant de bouche d’aération, puis, jusqu’à mi‑hauteur, trois jours en forme d’archère. Ce n’est que dans sa partie supérieure que la tour comporte de véritables fenêtres, à raison de deux séries de fenêtres par étage, orientées et pour une meilleure captation de la lumière et sans doute aussi pour des raisons climatiques.

FIG. 95 – Château de Rochebaron : la tour ronde vue depuis la seconde basse‑cour.

18Chaque fenêtre est munie de forts barreaudages. Ajoutons enfin, avant d’étudier la façade intérieure, qu’au nord de la tour, contre la courtine, on peut observer quatre étroits orifices rectangulaires biseautés superposés : il s’agit de conduits d’émanation de latrines. Ceci tend à prouver d’emblée qu’il y avait quatre pièces destinées à l’habitation dans la tour. Ce système, assez rare dans la région, est accompagné de petits orifices quadrangulaires faisant aussi office de bouche d’aération.

19Vue depuis la deuxième basse‑cour, donc sur sa façade intérieure, la tour prend un aspect « gigantesque », illusion donnée par les proportions relativement réduites de chacune de ses ouvertures. L’élément principal de cette façade est la tourelle d’escalier qui comprend l’entrée de la tour. Elle a été construite en même temps que celle‑ci et forme avec elle un ensemble homogène, manifestement édifié d’un seul jet. Son emplacement a été soigneusement calculé : en effet, l’épaisseur de ses murs étant plus faible que ceux de la tour (0,6 m pour 1,5 m), la tourelle était donc relativement fragile et se trouve protégée par l’épaisse courtine (1,6 m à la base) à l’ouest et par l’enceinte au sud‑est. Elle n’est pas conservée sur toute son élévation (elle est aujourd’hui arasée au niveau de la terrasse sommitale de la tour), mais on sait, d’après d’anciennes photographies, qu’elle était plus haute et faisait vraisemblablement office de guette dans sa partie supérieure, pour surveiller le front ouest d’où pouvait venir le danger. Elle comporte 2 portes de petites dimensions (1,55 h par 0,51), la seconde chargée de desservir la coursière de la courtine, et 4 fenêtres étroites et barreaudées, éclairant chacune une révolution de l’escalier.

20Le plan circulaire de la tour (fig. 96) détermine une salle unique par étage, de 8 m2 de surface, sur six étages superposés. Les salles sont couvertes en calotte (la hauteur sous voûte est de 3 m). Seules les trois salles supérieures sont desservies par l’escalier à vis, l’accès aux autres salles étant permis par de petits escaliers ménagés dans l’épaisseur du mur de la tour. Nous ne nous attarderons pas sur les deux salles du sous‑sol, réservées à un usage domestique, qui sont obscures et qui communiquent entre elles par un puits central. Le mode d’accès par contre en est très ingénieux : il se fait par un petit escalier qui prend sur le palier d’entrée de la tourelle et dont le départ est ménagé dans un espace libéré sous la première révolution de l’escalier à vis principal. Pour ce faire, les constructeurs ont dû diminuer de moitié les premières marches de ce dernier et augmenter celles‑ci en hauteur. Le palier comporte aussi un intéressant système de défense peu connu : il s’agit d’une fosse (couverte par une trappe) de 4 m de profondeur, interdisant lorsqu’elle était ouverte l’accès de la tour à d’éventuels envahisseurs, l’escalier étant lui même fermé par deux portes consécutives. Les constructeurs ont donc su habilement combiner les aspects pratiques (nécessité de deux escaliers se développant en contre‑courbe), et les impératifs de la défense. Les pièces d’habitation bénéficient chacune des mêmes aménagements, sauf toutefois la première de ces quatre salles, plus sobrement équipée, et dont l’accès se faisait par un petit escalier prenant dans la salle située au‑dessus d’elle. Les pièces, encore partiellement couvertes d’un enduit blanc‑rosé, sont assez bien éclairées de deux fenêtres à niches dans l’ébrasement desquelles se trouve un coussiège latéral. Entre les deux fenêtres se trouvait une large cheminée dont les jambages ont disparu ; de même, chaque salle est pourvue de latrines isolées dans une petite pièce à part, fermée d’une porte. Ajoutons que toutes les portes étaient équipées d’une feuillure, et que les systèmes de fermeture (verroux, barres, grilles…) étaient particulièrement soignés. On peut donc remarquer le grand soin apporté à toute la construction, et une certaine notion de confort. Toutefois, on n’observe aucune recherche décorative, ni de salle d’apparat. Ceci laisse à penser que la tour avait plutôt un rôle militaire (logement de la garnison, et même accessoirement prison), que résidentiel.

FIG. 96 – Château de Rochebaron : coupe de la tour ronde.

21D’après les différents critères – aspect élancé, plan circulaire avec tourelle d’escalier en demi hors‑d’œuvre, défense uniquement sommitale, et l’organisation intérieure des six salles superposées, on est porté à croire que la tour a été édifiée au xve s.

  • 32 A.D. Loire série B 1980, mai 1402.
  • 33 Archives nationales, série P 492, no 696.

22Quant aux documents qui la concernent, on peut en retenir deux, appartenant au domaine juridique : il s’agit d’actes de mise à la main du château par la duchesse‑comtesse de Forez, opérés sous les ordres du prévôt de Montbrison qui est chargé de planter les pannonceaux de la comtesse en divers points du château, et qui décrit ainsi l’itinéraire. Le premier texte date de 140232 et le prévôt ne mentionne qu’une tour, alors que le second texte, daté de 141933, en distingue deux : une haute tour carrée (altam quadratam turim), et une tour ronde nouvellement construite (alteram turim rotundam de novo constructam). Il apparaît logique de penser que la tour a été construite dans le laps de temps défini par ces deux textes, donc normalement au tout début du xve s. Enfin, d’autres manuscrits font état de ces deux tours aux xviie et xviiie s. ; elles font, à cette époque où le château n’est plus habité de façon permanente, office de prison. Cette tour apparaît donc comme un bâtiment assez récent, soigneusement construit, comportant des éléments défensifs originaux et montrant un certain sens du confort malgré sa rusticité apparente.

3.2.3 La chapelle et ses annexes

23L’étude en est très intéressante, car le bâtiment regroupe en fait trois fonctions : d’une part celle de lieu de culte, d’autre part, dans un étage supérieur, celle de résidence, et enfin une fonction militaire, étant donné que la chapelle jouxte la porte à herse et participe étroitement à la défense de celle‑ci, par l’adjonction dans son plan d’une des deux tourelles en U qui flanquent cette dernière.

3.2.3.1 Elévation extérieure

24Les murs sud et ouest, encore debout, permettent d’apprécier la position dominante de la chapelle (fig. 97). L’ensemble est construit en petit appareil grossièrement équarri. On distingue plusieurs périodes de construction : d’une part, jusqu’à la base des fenêtres environ, le mur est édifié en moellons vaguement quadrangulaires, et le liant est peu apparent ; puis, jusqu’au niveau de la traverse de la fenêtre à meneau, l’appareil se fait plus irrégulier, et le liant plus visible ; enfin, la dernière partie du mur est réalisée en moellons nettement plus rectangulaires. Il est important de remarquer que la tourelle est est plaquée contre le mur de la chapelle, sans pénétration, sauf dans la dernière phase de construction ; notons aussi l’utilisation de la brique dans la zone située au dessus du contrefort, lorsque le mur s’infléchit vers l’est, dans la direction de l’abside. Cette façade comprend quatre ouvertures dont l’appareil déborde largement sur le mur : trois fenêtres étroites, dont la forme rappelle celle des archères, et dont l’embrasure cônique vers le sommet leur donne l’aspect de fenêtre lancéolée et une large fenêtre à meneau, ornée de fines moulures. A l’est, le mur est étayé jusqu’aux deux tiers de sa hauteur par un contrefort réalisé en un appareil beaucoup plus large que le reste du mur, et disposé en besace. Enfin, l’ensemble était couronné de mâchicoulis, sans doute plus décoratifs qu’opérationnels, vu la faible épaisseur du mur à son sommet (0,8 m), et dont il ne subsiste que les corbeaux inférieurs des consoles. On retrouve ces mêmes consoles couronnant le mur situé au‑dessus de la porte à herse. La porte à herse, comme on l’a déjà signalé, est cantonnée de deux tourelles en U, talutées ultérieurement à la base et percées d’archères à ébrasement simple. La porte, dont le passage compte 1,25 m de longueur, est constituée en fait de deux portes successives, séparées par un faible intervalle permettant à la herse de coulisser. Cette dernière, une fois relevée, se logeait derrière un mur de brique dont la paroi trop mince (0,3 m) est aujourd’hui trouée d’une large brèche.

FIG. 97 – Château de Rochebaron : façade extérieure de la chapelle et du châtelet d’entrée.

3.2.3.2 Elévation intérieure

25On peut tout d’abord observer le palier de la herse, situé au‑dessus de l’arcature surbaissée de la porte intérieure, d’une longueur de 0,75 m, et sur lequel étaient disposés le treuil et les autres éléments nécessaires à la manutention de la herse. Remarquons aussi les profondes loges creusées dans les piédroits de la porte où l’on pouvait faire coulisser les barres destinées à maintenir en place des vanteaux de bois. Quant à la chapelle, sa façade ouest marque un souci de décor : en effet, la porte d’entrée est ornée d’une arcature en accolade surmontée d’un gable portant sur le fleuron et les rampants des écussons et des médaillons sculptés aujourd’hui effacés. De même, la tour d’escalier qui jouxte la chapelle au nord comporte une porte semblablement ornée, mais avec plus de discrétion toutefois. Il est important de remarquer que cette même tour empiète sur la sculpture du gable de la porte de la chapelle, ce qui permet de déduire facilement qu’elle a été édifiée après celle‑ci, (dans le but de desservir l’étage supérieur d’habitation situé au‑dessus de la chapelle, et plus récemment créé, nous y reviendrons). La façade de la chapelle comporte en outre deux ouvertures : la plus importante est une petite porte située à mi‑hauteur, aux piédroits finement sculptés, dont le niveau correspond au palier de la herse, (fig. 98). Y avait‑il une communication possible entre cette porte et la herse ? On trouve la réponse en observant l’arcature de la porte à herse : on peut remarquer en effet sur ses claveaux deux sortes de niches quadrangulaires peu profondes, appelées communément écharpes de soutien, permettant d’établir une passerelle de bois qui ménageait ainsi une communication directe avec un étage intermédiaire de la chapelle tout en élargissant par là même le palier de la herse.

FIG. 98 – Façade de la chapelle vue depuis la cour principale du château.

26Le plan de la chapelle est très simple (fig. 94). Il est composé d’une nef unique de 8,15 m de longueur, prolongée à l’est par une abside de 0,85 m de profondeur, très remaniée, et dont on ne peut savoir si le contour était circulaire ou polygonal ; la largeur de la chapelle est de 5,4 m. Au sud‑ouest, on rencontre l’ouverture à la gorge de l’une des tourelles en U qui flanque la porte à herse, et au nord‑ouest la tour d’escalier empiète assez profondément dans le plan de la chapelle. Les murs sont encore partiellement couverts d’un enduit blanc‑jaunâtre, et on peut remarquer l’utilisation locale de la brique, en particulier dans certaines arcatures.

27On y distingue deux niveaux principaux (fig. 99) : un rez‑de‑chaussée dévolu au culte, jusqu’à la limite de l’enduit et un étage d’habitation seigneuriale. Mais on peut observer que la première zone est en réalité subdivisée en deux niveaux par des corbeaux qui délimitent un plancher dont on distingue encore bien la trace sur l’enduit. Il faut noter que ce « plancher » coupe curieusement la fenêtre la plus élevée dans son tiers supérieur, ainsi que la baie de la tourelle en U. L’accès à cet « étage » n’était possible que par la petite porte intermédiaire dont on a parlé plus haut, car la tourelle d’escalier ne comporte pas d’ouverture à ce niveau. Une petite fenêtre étroite, légèrement décalée par rapport à celle située en‑dessous d’elle, éclairait cet étage intermédiaire. Enfin, l’étage d’habitation, qui prenait le jour notamment par la grande fenêtre à meneaux munie de deux coussièges, était subdivisé en deux parties par un mur prolongeant le mur diaphragme de l’arc triomphal ; on ne peut distinguer aujourd’hui que le piédroit de la porte qui permettait la communication entre les deux salles. L’abside de la chapelle était donc surmontée d’une pièce, sans doute largement ouverte sur la vue, si l’on en juge par les traces d’arcaturcs et d’embrasures que porte le mur lorsqu’il s’infléchit vers l’est. La tour d’escalier donnait accès à cet étage, et il semble d’ailleurs qu’elle n’ait été construite que pour cet usage.

FIG. 99 – Elévation de la chapelle.

28L’étude approfondie des différences d’appareil (y compris l’usage de la brique) et les diverses observations qui ont pu être faites ont permis d’établir une chronologie relative et de distinguer les étapes de construction probables. Tout d’abord, il existait vraisemblablement, au vu des différences d’appareil et d’épaisseur de mur, une première enceinte percée d’une porte au nu du mur, qui, pour une cause inconnue, a été arasée à faible hauteur (peut‑être était‑ce dû à un manque de solidité ?). La première étape de construction (fig. 99) consiste en l’élévation du mur sud sur toute sa longueur, en le prolongeant au‑delà de la porte de l’enceinte, sur une hauteur un peu inférieure à la hauteur actuelle. Dans un temps plus ou moins long, la chapelle est alors aménagée, par la construction des murs de l’abside et de l’arc triomphal ; mais les murs de l’édifice sont moins élevés que le mur, ce qui permet d’établir au‑dessus de la chapelle un étage « libre » dont l’utilité sera démontrée plus loin. Des ouvertures sont percées dans le mur, mais elles restent étroites par mesure de sécurité. Dans une période récente, on a fortifié la porte de l’enceinte par l’adjonction de la herse d’une part, et des deux tourelles en U, qui sont plaquées contre le mur d’enceinte d’autre part. Les constructeurs sont obligés d’en prévoir une clans la chapelle (bien que ceci soit peu pratique). Les différentes ouvertures à la gorge des tourelles sont aménagées. L’utilité de l’étage « libre » apparaît alors : il permet la communication entre le front, la tourelle, la herse et la tourelle. Il s’agit donc d’une sorte de chemin de ronde (on retrouve ce même genre de système à Pierrefonds). On distingue ensuite une deuxième grande étape de construction : il s’agit de la construction d’un étage d’habitation seigneuriale au‑dessus de la chapelle. Pour ce faire, on procède à la surélévation générale de l’ensemble du mur sud et des tourelles, qui apparaissent cette fois liées au mur de la chapelle. On surélève ensuite le mur, l’abside (en briques pour cette dernière) ; la tourelle d’escalier servant à l’accès de ce niveau est construite ; l’étage est subdivisé par un mur qui prolonge l’arc triomphal, ce qui oblige à étayer la chapelle à l’extérieur par un contrefort réalisé en un appareil large et disposé en besace. Enfin les différentes ouvertures sont aménagées.

29Ces nouvelles dispositions posent un problème : comment desservir le front, puisque le chemin de ronde a disparu ? Qu’importe, les constructeurs adoptent une solution de rechange peu pratique : ils restreignent l’espace dévolu à la chapelle par la construction d’un étage ou d’une tribune intermédiaire, très exiguë, qui coupe malencontreusement la plus haute des fenêtres étroites et l’ouverture à la gorge de la tourelle. La petite porte, qui correspond au niveau du palier de la porte à herse est percée, et une passerelle de communication est établie entre elle et le palier de la herse. Sans doute, tout ce système devait être très bruyant pendant les offices, et assez incongru. Cela montre une interprétation plutôt originale de l’aspect défensif vis‑à‑vis de la fonction résidentielle et culturelle.

3.2.4 Interprétation archéologique

  • 34 JACOTIN (A). — Preuves de la maison de Polignac. Paris, Leroux, 1898, IV, p. 377.

30Nous ne nous arrêterons pas sur les détails de l’étude archéologique qui a permis de conclure, d’après différents éléments de construction, de décoration, etc., que la première grande période de construction a été effectuée au début du xve s. et la seconde fin xve ou bien début xvie s. Parmi les documents qui ont pu être réunis, outre les différents éléments concernant le vocable de la chapelle (Saint‑Antoine‑en‑Viennois), ses prérogatives paroissiales au cours des xve et xvie s. et différents objets de culte (se référer pour cela à l’acte de prise de possession de la chapelle par un clerc présenté par Antoinette de Polignac, qui cite cloche, clefs, ciboire d’argent et autres objets précieux34). Concernant la deuxième période de construction, une époque particulièrement favorable a pu être dégagée dans la vie des seigneurs du château : il s’agit du mariage de la dernière descendante des Rochebaron avec l’héritier d’une riche famille rivale, en 1434, dont l’oncle Louis de Chalencon, alors évêque de Rodez, était connu pour avoir rénové et construit de nombreux châteaux dans la région, et avoir été très généreux avec ses neveux, ceci à la fin du xve s. Pour en revenir à l’ensemble du château, l’hypothèse la plus logique consiste à penser que l’ensemble chapelle/ porte fortifiée a été construit pratiquement en même temps que la tour ronde : il paraît en effet normal de fortifier simultanément le front du château et la porte de l’enceinte qui protège l’ensemble des bâtiments castraux. Ceci répond en outre aux nécessités qu’entraînait le danger permanent régnant alors dans la région par le fait de la guerre de Cent Ans et qui poussait les seigneurs à fortifier leur château. Puis une fois la paix revenue, c’est‑à‑dire vers le milieu du xve s. dans la région, les seigneurs purent envisager une campagne d’aménagement et d’embellissement de leur château, en se conciliant aux mœurs plus raffinées de l’époque, exploitant par exemple la lumière, la vue etc.

31En conclusion, le château de Rochebaron, s’il reste rustique, offre des fortifications sérieuses (malgré la trop grande longueur de ses enceintes) et en le comparant avec d’autres châteaux régionaux tels qu’on peut les voir dans l’Armorial de Guillaume Revel, on se rend compte qu’il n’offre pas de retard vis‑à‑vis de la polyorcétique du début du xve s. Mais il faut surtout souligner le soin porté à sa construction, l’originalité de son système défensif (rappelons la trappe de la tour et la solution de remplacement concernant le chemin de ronde) et la notion de confort, qui apparaît relativement importante.

3.3 A propos de quelques éléments du confort dans les châteaux forts alsaciens

  • 35 En simplifiant : Bas‑Rhin sans l’Alsace Bossue (cantons de Sarre‑Union, Drulingen et en partie de L (...)
  • 36 SALCH (C.‑L.). — Dictionnaire des châteaux de l’Alsace médiévale, 1976. Il en recense 455 dans les (...)
  • 37 Sur les fouilles de châteaux forts, voir en dernier lieu : Archéologie médiévale en Alsace, nouvell (...)

32L’Alsace, dans ses limites historiques35, a compté plus de 450 châteaux médiévaux36, dont une bonne moitié en plaine. Mais sur un total d’environ 70 édifices encore susceptibles d’une analyse monumentale, 2 ou 3 seulement sont en plaine ; de même, sur 25 ou 30 sites ayant fait l’objet d’une intervention archéologique plus ou moins étendue, il n’y en a que 2 ou 3 en plaine37. Par la force des choses, il sera donc ici surtout question de châteaux de montagne. Or ceux‑ci, du point de vue du confort, constituent un véritable défi : leur éloignement des habitats et leur altitude induisent des difficultés d’approvisionnement et de communication, leurs sites de sommet sont dépourvus d’eau sur place, particulièrement exposés au vent, aux précipitations et au froid ; enfin un habitat implanté sur, contre et parfois même dans le roc est particulièrement inconfortable, car la roche est froide, humide, inégale et fortement dénivelée.

  • 38 Cf. METZ (n° 4), 13‑14, et WILDORF (C.). — L’Apparition des châteaux en Haute‑Alsace d’après les te (...)
  • 39 Le thème de la fin des châteaux (cf. Châteaux‑Gaillard) reste à traiter pour l’Alsace ; quelques re (...)

33Si les contraintes défensives et le choix des sites s’avèrent très défavorables à l’épanouissement du confort, les constructeurs de châteaux sont à même de relever ce défi : ils en ont les moyens aussi bien matériels que culturels (l’ouverture aux innovations). Et ils ont le temps devant eux, puisque les premiers châteaux de montagne apparaissent en Alsace au début du xie s.38, et que les derniers (Lichtenberg et Lützelstein/La‑Petite‑Pierre) sont restés occupés jusqu’en 1870, la majorité ayant été abandonnés entre le xive et le xviie s.39. Dans cette longue durée, nombreux sont les éléments du confort dont il serait intéressant de suivre l’évolution. Contraints de nous limiter, nous avons retenu l’approvisionnement en eau, les latrines, les dépotoirs, le chauffage et l’éclairage qui nous semblent former un échantillonnage assez large pour autoriser des conclusions différenciées.

3.3.1 L’approvisionnement en eau40

  • 40 Recherche : René KILL ; références complémentaires : B. METZ.
  • 41 Mais buvait‑on vraiment de l’eau ? Les paix castrales, sortes de « règlements de copropriété » très (...)
  • 42 HERTZOG (B.). — Edelsasser Chronik, 1592, V 2 (Lichtenberg) ; GALL (J.‑M.). — L’Approvisionnement e (...)
  • 43 Mitteilungen aus dem Vosgesen‑Club 28. 1895, 38‑39 (Herrenstein) ; Le château de Haut‑Barr (PA nos  (...)
  • 44 ABR C 78/46 ; éd. partielle, PA nos 66‑67, 1969, 22.
  • 45 ABR G 591.
  • 46 SCHERLEN (A.). — Perles d’Alsace I, 1926, p. 306.
  • 47 Basler Zeitschrift für Geschichte 49, 1950, 127 ; cf. Annuaire de la soc. d’hist. sundgauvienne (16 (...)
  • 48 WIEGAND 61 et 63 nos 50 et 52 (Hohkoenigsburg, 1560) ; AMS VI 175/2 (Wangenburg, 1676).

34L’eau est plus qu’un confort : une nécessité. Mais parmi les diverses formes d’approvisionnement possibles, le choix peut se faire sur des critères de sécurité –accès à l’eau intra muros– ou de qualité –la fraîcheur de l’eau fait le confort du consommateur41. Celui de la domesticité dépend de la proximité du point d’eau et de la nécessité ou non de la puiser, mais il est douteux qu’on en ait tenu compte. Il faut donc commencer par une typologie des points d’eau, fondée sur une double alternative : eau fraîche ou stockée, accès à l’eau à l’intérieur ou à l’extérieur du château. La solution idéale –une source intra muros– n’est pas attestée en Alsace. Des sources jaillissent dans les fossés de Lichtenberg et de Bernstein42 et à proximité de divers autres châteaux. Dans certains cas, leur utilisation est attestée par des inscriptions (Herrenstein 1527, Hohbarr 1539)43 ou par des textes : à La‑Petite‑Pierre (fig. 100) ; en 1477 encore, « le bailli doit entretenir un valet et un cheval, qui ne font rien que de porter au château de l’eau » prise « à plus de deux portées d’arbalètes »44 –alors qu’une citerne est attestée en 140445. A Kaysersberg, en 1519, c’est en ville que deux valets vont chercher l’eau dont le château a besoin46. A Ferrette on dispose d’un puits, ce qui montre que le recours au portage ne s’explique pas toujours par l’absence d’eau fraîche sur place. Il arrive par exemple que le puits du château ne suffise pas à la consommation, soit que son débit soit faible47, soit que les besoins soient exceptionnellement élevés –ainsi à Hohbarr en 1590, lors d’une importante campagne de construction48–, soit enfin que l’on veuille constituer des réserves d’eau.

FIG. 100 – La‑Petite‑pierre : puits

cliché pris du bas vers le haut, A. Rebert

  • 49 ADAM (A.). — Das Bischöfliche Schloss Hohbarr. Bull, de la soc. pour la conservation des mon. hist. (...)
  • 50 Le second puits de Hohkoenigsburg est creusé par des mineurs de Sainte‑Marie‑aux‑Mines, à 12 km de (...)
  • 51 Basler Zeitschrift für Geschichte 49, 1950, 116 (daté par erreur de 1567).
  • 52 La correspondance conservée au sujet du creusement du second puits de Hohkoenigsburg (1560‑69) mont (...)
  • 53 In : CZARNOWSKY (C.). — Les Vosges 33. 1953, no 3, p. 9.
  • 54 WIEGAND 95 no 80 (das Rad bei dem Ziehbrunnen).

35Très fréquents en plaine, les puits le sont beaucoup moins en montagne, où il n’y a guère que des mineurs qui soient capables de les creuser49. C’est un travail extrêmement coûteux, en raison de la profondeur nécessaire : 62,5 m à Hohkoenigsburg (pour un diamètre de 1,6 m), 84 m à Bitche (après approfondissement à l’époque moderne), prétendument 115 toises à Ferrette50. Dans beaucoup de châteaux, on a dû reculer devant la lourdeur d’un investissement dont le résultat n’était nullement assuré51. Puiser de l’eau à une telle profondeur est un travail pénible, d’où le recours à des treuils. Celui de Fleckenstein, installé dans une chambre creusée dans le roc, a été reconstitué52 ; celui de Hohkoenigsburg est à réparer en 159453 ; celui de Ferrette peut se déduire de l’usage de seaux de cuivre contenant près de 75 litres (1592)17. Les puits des châteaux de montagne restent mal connus, en raison de la difficulté de les fouiller, ce qui devrait conduire à privilégier l’observation par les méthodes spéléologiques54.

  • 55 A cet égard, il y a beaucoup à attendre de la collaboration des archéologues miniers.
  • 56 FISCHER (D.). — Die Burg Greifenstein und der St. Veitsberg, 1876, 6.
  • 57 ABR E 271.
  • 58 AM Obernai DD 12a.

36On peut aussi disposer d’eau fraîche au château sans avoir à la puiser, grâce à une conduite –en bois le plus souvent, parfois en céramique. Celle de Greifenstein, attestée par une chambre de captage située sur la même crête que le château, aurait eu des tuyaux de bois55. Une autre est projetée à La‑Petite‑Pierre en 1477, et à nouveau en 157056. Une troisième est en chantier à Kagenfels en 1561, avec des tuyaux de bois Qdeicbel)57. Celle de Kientzheim (château de plaine) est posée en 1570, et celle de Wasselonne existe depuis longtemps en 163858.

  • 59 PAPIERER (E.). — Kientzheim en Haute‑Alsace, 1982, 135‑136 ; PA 58‑59 (1969/2‑3), 35 cite AMS VI 16 (...)

37Parmi les citernes, il convient de distinguer les citernes‑réservoirs (simples volumes creux susceptibles d’être remplis d’eau) et les citernes à filtration. Les premières se présentent sous deux formes : les unes sont entièrement creusées dans le roc ; ce sont en général des excavations de forme circulaire, dont le diamètre augmente à mesure qu’on descend en profondeur. Presque toutes sont comblées ; seul est visible leur orifice, que rien ne distingue a priori de celui d’un puits. Mais à Dahn, en Palatinat59, une telle citerne était creusée dans un rocher en surplomb ; la partie surplombante s’étant écroulée, la citerne apparaît aujourd’hui en coupe (fig. 101). En Alsace, les citernes, réservoirs maçonnés, sont beaucoup plus rares ; on ne les trouve apparemment que là où le rocher est trop dur pour être creusé (Landsberg et Pflixburg : granit) ou trop fissuré pour retenir l’eau. Ces citernes consistent en une salle rectangulaire voûtée, aux parois intérieures étanchéifiées par un mortier de tuileau ; à Salm, ce mortier recouvre également les parties de parois creusées dans le roc.

FIG. 101 – Alt Dahn (Palatinat) : vestiges d’une citerne‑réservoir, creusée dans le roc

cliché A. Rebert

  • 60 STEIN (G.). — Burgen und Schlösser in der Pfalz, 2 1986,156.
  • 61 MEYER (W.). — Zisternen auf Höhenburgen der Schweiz, in Burgen und Schlösser 20.1979, p. 84‑90.
  • 62 CZARNOWSKY (C.). — Die Wasserversorgung der Vosgesenburgen, in Elsassland 18.1938, p. 139‑142 ; GAL (...)
  • 63 TROMBETTA (P.‑J.). — Sous la pyramide du Louvre : 20 siècles retrouvés. 1987, 38 et photo p. 39 ; P (...)

38Pour se conserver dans une citerne‑réservoir, l’eau doit être propre : apportée d’une source voisine, ou recueillie sur un toit de tuiles ou de lauzes. En revanche, « le bouillon qui s’écoule d’un toit de chaume ou de bardeaux doit absolument être purifié avant usage »60. C’est le but des citernes à filtration, que l’on rencontre dans presque tous les châteaux des Vosges61, mais aussi dans des localités de hauteur comme Breisach (Brisgau, RFA), et en plaine, là où la nappe phréatique est polluée62. Leur principe de fonctionnement est le suivant : les parois et le fond d’une fosse de plan carré (ou plus rarement circulaire : Ochsenstein, Bilstein d’Urbeis), généralement creusée dans le roc, sont étanchéifiées par une couche d’argile (fig 102). Au centre de la fosse est aménagé un puisard de section circulaire, formé d’éléments incurvés assemblés sans mortier ; la partie supérieure de ce puisard peut également être enrobée d’argile. L’espace compris entre les parois de la fosse et le puisard est rempli d’un mélange de pierres et de sable constituant le remplissage filtrant, sur lequel est dirigée l’eau, qui provient en général des toits. La présence d’argile autour de la partie supérieure du puisard empêche l’eau d’y pénétrer prématurément et l’oblige à descendre jusqu’au fond de la fosse, ce qui rend la filtration plus efficace. On peut aussi rallonger le trajet de filtration en disposant en épis les pierres du remplissage. Dans l’état actuel des connaissances, la citerne la plus profonde est celle de la cour S de Hohbarr, dont le puisard atteint 7 m. Comme l’eau est dirigée vers la citerne par des rigoles, on peut la placer à l’intérieur d’un bâtiment (Klein‑Wasigenstein [fig. 103], La‑Petite‑Pierre), ce qui vaut mieux pour sa protection et pour la qualité de l’eau, ainsi à l’abri de la lumière et des sources de pollution. Dans le même but, la fosse était recouverte d’un dallage à Ochsenstein et Helfenstein, et d’une chape d’argile à Rougemont ; l’eau pénétrait dans le remplissage au moyen d’une sorte de grand entonnoir en pierre63.

FIG. 102 – Nouveau Wasigenstein : citerne à filtration

cliché R. Kill

FIG. 103 – Vieux Wasigenstein : citerne‑réservoir (?)

cliché A. Rebert

  • 64 Ochsenstein : KILL (no 29) ; Helfenstein : Bull, de la Soc. d’hist. de Haguenau, 10. 1929, 37 ; Rou (...)

39Les avantages d’un tel aménagement sont évidents : en sélectionnant les eaux pénétrant dans la citerne, on réduit les risques de contamination. Car le pouvoir filtrant du remplissage n’est pas illimité : il faut donc éviter l’introduction d’eaux trop fortement souillées, par‑exemple par des déjections animales64.

  • 65 KILL (no 29).
  • 66 En 1676, Wangenburg n’a pas (ou plus ?) de citerne : AMS VI 175/2.

40La citerne est de loin le type de point d’eau le plus répandu dans les châteaux des Vosges, car c’est le moyen d’avoir partout sans trop de frais un accès à l’eau intra muros. Infiniment plus fréquente que la citerne‑réservoir, la citerne à filtration a dû exister pratiquement dans chaque château de montagne65 ; en particulier, même si d’autres points d’eau existent dans le château bas, la basse‑cour ou le fossé, on trouve généralement une citerne filtrante dans le château supérieur, qui est le dernier réduit défensif. Signalons cependant que la citerne n’est pas la seule façon de stocker de l’eau au château ; en particulier, on trouve parfois dans le fossé une sorte de bassin ou de mare (Wasigenstein, Wasenburg, Herrenstein, Ortenberg, etc.) qui sert d’abreuvoir et de réserve d’eau en cas d’incendie (Brandteich). Après avoir fait l’inventaire des points d’eau dans les châteaux, il importe d’en préciser la chronologie. La citerne‑réservoir est de tradition antique. Elle est attestée dans le Jura suisse au xiie s.27 et en Alsace au début du xiiie s. (Pflixburg, Salm)66. La citerne filtrante, en revanche, semble autochtone. Si c’est dans le Jura suisse qu’elle apparaît d’abord (Frohburg, xie s.)27, c’est peut‑être simplement que l’archéologie castrale y est plus active qu’ailleurs. En Alsace, elle est attestée à partir du milieu du xiie s. (Daubenschlagfelsen)28 (fig. 104).

FIG. 104 – Daubenschlagfelsen : citerne, coupe.

  • 67 Une citerne‑réservoir se trouve dans le château primitif de Landsberg (en chantier ou juste achevé (...)
  • 68 Sur ce concept cf. WIRTH (J.), CGAM 347‑ 363 : une minorité de châteaux de montagne retrouve une no (...)

41Les puits, en revanche, ne sont guère mentionnés avant le xve, voire le xvie s., et il faut probablement les mettre en rapport avec la « renaissance des châteaux de montagne »67. Il y a cependant au moins une exception : le puits d’Alt‑Winstein se trouve dans la partie sud du château, très probablement abandonnée après sa destruction en 133268. Quant aux conduites d’eau, on n’en trouve aucune trace sûre avant le xve s. avancé. L’histoire de l’approvisionnement en eau des châteaux de montagne alsaciens commence donc par une longue période où domine la citerne, qui n’est l’idéal ni du point de vue du confort (son eau n’est pas fraîche), ni de celui de la sécurité (elle risque de s’épuiser). Ce n’est qu’à partir du xve s. que suit une phase de diversification, où se multiplient puits et conduites. Or, si les premiers, en fournissant de l’eau fraîche sur place, font progresser aussi bien le confort que la sécurité, les secondes sont un pur élément de confort, car en cas de siège l’ennemi s’empressera de les couper.

3.3.2 Latrines69

  • 69 BILLER, Winstein, 74‑85. La date de la tour du puits de Hohbarr est incertaine (en partie xive s. ? (...)
  • 70 Recherche : PERAIS (G.), METZ (B.).
  • 71 BINDING (G.). — Article « Abtritt ». Lexikon des Mittelalters 165‑66 (Müllheim/Ruhr, 883).
  • 72 Le donjon de Birkenfels étant resté inachevé, on ne sait pas si une seconde latrine était prévue à (...)

42On trouve essentiellement deux types de latrines dans les châteaux forts alsaciens. Le premier consiste en un siège percé au fond d’une niche ménagée dans l’épaisseur d’un mur. Les matières sont évacuées vers l’extérieur par un conduit oblique également ménagé dans l’épaisseur du mur (fig. 105). Leur écoulement n’est pas parfait : elles doivent facilement adhérer à la paroi du conduit (voire l’obstruer), répandant des odeurs. Ce type existerait dès le ixe s.70 ; en Alsace, il apparaît au milieu du xiie s. aux donjons de Greifenstein et de Lützelburg/Zom (tour carrée) ; on le retrouve à la fin du xiie s. aux donjons de Gross‑Ceroldseck et de Landsberg (où la niche est éclairée et aérée par un petit oculus) et au milieu du xiiie s. aux donjons de Kintzheim et de Birkenfels ; dans ce dernier cas, il se trouve paradoxalement à l’étage inférieur, dénué d’accès direct et d’éclairage, et normalement inoccupé. Aurait‑on songé au confort d’éventuels prisonniers ? Ce serait bien la seule fois71. Fréquent dans les donjons, ce modèle est plus rare dans les logis (Ochsenstein et Neu‑Girbaden : début du xiiie s.). A Hohlandsberg, une latrine d’un type voisin a été aménagée postérieurement (sans doute au xvie s.) aux trois niveaux du logis de 1279 : ici, le conduit, toujours dans l’épaisseur du mur, est vertical, et l’évacuation se fait –certainement très mal– non vers l’extérieur, mais vers la cour du château, par une rigole creusée dans le sol de la cave et couverte de briques72. Seul avantage pensable de ce dispositif : les latrines étant invisibles de l’extérieur, l’assaillant ne sait pas où elles affaiblissent le rempart.

FIG. 105 – Greifenstein : latrine du deuxième niveau

dessin B. Parent d’après K. Staatsman

  • 73 Vue et coupe incomplètes : FRICK (D.). CGAM 192. Rigole découverte par G. MEYER qui dirige les trav (...)
  • 74 Par exemple aux logis de Wangenburg et de Hohenfels (2e moitié xiiie s.), et aussi d’Ulrichsburg (1 (...)

43Dans le second type, le siège percé se trouve clans une bretèche, c’est‑à‑dire un édicule en surplomb vers l’extérieur, porté par des poutres ou par des corbeaux de pierre. Pour ne pas les surcharger, les parois de la bretèche –en dalles de pierre, en briques, voire en bois– sont forcément minces, donc facile à démolir. Or l’accès à la latrine se fait par un couloir de près de 2 x 1 m traversant toute l’épaisseur du mur, qu’il affaiblit donc sensiblement. Une latrine de ce type constitue donc un point faible de la défense. On l’a si bien senti que souvent la porte de la latrine barricadée au moyen d’une poutre coulissant dans un conduit horizontal ménagé dans l’épaisseur du mur. Il s’agit de portes s’ouvrant vers l’extérieur de la latrine, soit vers l’intérieur du château : la poutre sert donc à empêcher de pénétrer dans le château depuis l’extérieur à travers la latrine73. Le risque d’échelage n’a pas dissuadé les constructeurs de multiplier les latrines‑bretèches : non certes dans les donjons où elles restent l’exception74, mais bien dans les logis, où l’on trouve en général au moins une par étage habité, voire par « appartement » (on reviendra sur cette notion en conclusion).

  • 75 Une au donjon nord de Hoheglsheim, datée par dendrochronologle de 1147 + 10, grâce Justement à une (...)

44L’exemple le plus significatif en est le logis est de Neu‑Winstein (2e quart du xiiie s.), qui comprend à l’étage deux appartements jointifs, auxquels correspondent deux latrines percées dans le mur sud : l’une, à l’étage, fait partie de l’appartement sud ; l’autre au rez‑de‑chaussée, ici comme ailleurs inhabité : elle n’a pu servir qu’aux occupants de l’appartement nord, qui ont ainsi la leur, éloignée certes, mais indépendante de l’autre appartement. Or son siège étant à un mètre à peine au‑dessus du sol extérieur, elle constituait un défi aux normes élémentaires de sécurité ; elle a d’ailleurs été murée par la suite75.

  • 76 BILLER, Winstein, 129, 139 et fig. 25 et 54.

45L’accès aux latrines, on l’a vu, se fait dans l’épaisseur du mur par un couloir, soit droit, soit coudé. Dans le cas de latrines‑bretèches, on peut penser que l’avantage du couloir coudé est de moins affaiblir le mur, puisque ce dernier n’est pas percé de part en part. On peut douter de cette explication en voyant, dans tel logis à deux étages, une latrine à couloir coudé au‑dessus d’une autre à couloir droit (Oedenburg, milieu xiiie s.), ou encore une latrine à couloir coudé et à conduit oblique (logis d’Ochsenstein, 1ère moitié du xiiie s ; donjon carré de Lützelburg/Zorn, xiie s.) : ici, le mur n’est de toute façon pas percé de part en part, et un couloir coudé l’affaiblit plus qu’un couloir droit. En fait, le but du couloir coudé semble plutôt de freiner la propagation des odeurs de la latrine à la pièce voisine. A cet égard, le summum du raffinement est atteint au donjon est (roter Turm) du palais impérial de Wimpfen/Neckau, où le couloir présente deux coudes comprenant chacun une porte76.

  • 77 ARENS (F.). — Die Königspfalz Wimpfen, 1967,117 et fig.
  • 78 STEIN. Pfalz (n° 27), index sous Abortschächte et plans h. t.

46En conclusion : les deux principaux types de latrines –à conduit oblique et à bretèche– sont connus en Alsace depuis le milieu du xiie s. Dans le premier, l’évacuation n’est pas parfaite, mais la sécurité est assurée : le conduit, d’environ 20 x 20 cm de section, n’affaiblit guère le mur et ne risque pas de livrer passage à un assaillant. Rien d’étonnant à ce que ce type soit préféré dans les donjons, où plus qu’ailleurs la sécurité prime le confort, et où les latrines servent peu. Dans les logis, en revanche, non seulement on a donné la préférence au modèle à bretèche, plus efficace, mais moins sûr, mais on n’a pas hésité à améliorer le confort en multipliant les latrines –et par là les risques. Il existe pourtant un système à la fois confortable et sûr : les latrines surplombant un conduit vertical très large, qui a la forme d’une tourelle partant de fond, flanquant extérieurement le logis, et percée à la base d’une petite ouverture d’écoulement. Tout près de l’Alsace, ce système est fréquent en Palatinat du xie au xvie s.77 Mais il a un défaut rédhibitoire : il est coûteux78.

  • 79 Peut‑être avait‑il un second défaut : si l’ouverture à la base du conduit est petite, la vidange es (...)

47Il reste à se demander comment les latrines sont situées dans le plan d’ensemble du château, sachant qu’il est désagréable qu’elles donnent sur un endroit fréquenté, que pour le confort olfactif il vaut mieux qu’elles soient sous le vent (en Alsace à l’est) qu’au vent (à l’ouest), et que la sécurité commande de ne pas mettre de latrines‑bretèches du côté de l’attaque. Cette dernière condition a été respectée dans l’ensemble (exceptions : Wangenburg, Hohandlau, Landsberg‑NW). On a en général aussi évité de faire donner les latrines sur un endroit passant, encore que celles du logis de Neu‑Winstein soient à côté d’une poterne, et que celles d’Oedenburg ne soient pas loin de l’entrée principale. Dans le cas déjà cité de Neu‑Winstein, on a préféré installer la latrine de l’appartement nord très loin de celui‑ci plutôt que de la percer à l’est clans la façade principale sur laquelle donnent toutes les fenêtres du logis. En revanche, les latrines se trouvent plus souvent à l’ouest que de tout autre côté (Birkenfels, Frankenburg, Girsbeig, Hohandlau, Ochsenstein, Ortenberg, Spesburg, Wasenburg, etc.). En fait, la majorité des châteaux de montagne alsaciens occupent un site allongé, du type éperon barré, où l’un des petits côtés est celui de l’attaque ; un des grands côtés donne sur la basse‑cour (et c’est là que sont percées la plupart des fenêtres), et les latrines sont de l’autre (Bernstein, Birkenfels, Dreistein, Girsberg, Hohenfels, Ortenberg, Spesburg, Wasenburg, etc.) – donc d’un côté généralement peu fréquenté et point trop exposé (encore que les latrines de Birkenfels Wasenburg ou Ortenberg ne soient pas inaccessibles)79. Cette disposition avait apparemment trop d’avantage pour qu’en s’en écarte pour de simples raisons d’orientation.

3.3.3 Le chauffage

  • 80 Tous les châteaux cités dans ce dernier § sont du xiiie s., sauf Frandenburg (xiie s.), dont la lat (...)
  • 81 Recherche B. Metz, qui a bénéficié des travaux de nombreux membres du GAMA sur la céramique de poêl (...)
  • 82 MEYER (W.). — Burgstelle Rickenbach. Jahrbuch für Solothurnische Geschichte, p. 316‑409 (ici 331, 3 (...)
  • 83 MEYER (G.), BRUNEL (P.). — Archéologie et architecture du Moyen Age (catalogue d’exposition, Colmar (...)
  • 84 Daubenschlagfels. La poterie... (n° 50). Les seuls châteaux du XIe s. fouillés (ou plutôt en cours (...)
  • 85 Sur ce point cf. TAUBER, et pour l’Alsace les travaux cités no 50 ainsi que MINNE (J .‑P.). — La Cé (...)

48En Alsace, comme dans tous les pays germaniques (et slaves), le mode de chauffage dominant80 est le poêle, un appareil à feu fermé : le foyer est à l’intérieur d’un édicule voûté, généralement en terre à poêle (mélange d’argile, de paille hachée, etc.), qui emmagasine la chaleur ; dans cette terre sont fichés des pots en céramique dont la fonction est de diffuser la chaleur (fig. 106). Dans le canton de Soleure, un poêle en dalles de tuf, donc sans pot, est attesté vers l’an Mil au château de Rickcnbach, et les premiers poêles à pots apparaissent dans la deuxième moitié du xie s. à Frohburg81. En Alsace, les pots de poêle les plus anciens (ixxe s. ?) auraient été trouvés en ville82. Dans les fouilles de châteaux, ils sont attestés pour l’instant depuis le milieu du xiie s.83. Il n’est pas question de résumer ici l’évolution –d’ailleurs nullement linéaire– de la céramique de poêle84. Notons simplement que, dans la seconde moitié du xiiie s., se répandent des formes plus courtes et plus évasées (carreau‑bol ou Naptkachel), et qu’à la fin du xiiie s. le potier commence à leur donner une ouverture carrée en pinçant le bord entre le pouce et l’index en quatre points équidistants (carreau‑bol pincé), ce qui permet de construire le poêle en carreaux certes toujours fichés clans la terre à poêle, mais extérieurement jointifs –alors que les pots de poêle ronds sont toujours plus ou moins espacés85. Ainsi s’amorce l’évolution qui, à partir du xive s. fait du poêle, jusqu’alors simple objet utilitaire, un meuble décoratif, un élément prestigieux de l’architecture d’intérieur.

FIG. 106 – Fonctionnement du poêle (coupe)

dessin B. Parent

  • 86 Représentations contemporaines de poêles à pots ronds non jointifs. In : TAUBER p. 360‑362 (Zürich (...)
  • 87 Sur ces aspects cf. surtout MINNE (no 52) et TAUBER (qui s’arrête au xive s.) ; cf. aussi FRANZ (R. (...)

49Au xive s. apparaissent en effet les carreaux de poêle stricto sensu, c’est‑à‑dire à façade quadrangulaire moulée ; les uns restent ouverts vers l’extérieur et prennent la forme d’une niche, dont le fond porte un décor en relief et/ou dont la façade est formée d’une arcature gothique ajourée ; les autres sont retournés, présentant vers l’extérieur leur fond moulé, auquel on soude un colombinage (manchon ouvert) engagé dans la terre à poêle. Les façades sont très souvent vernissées, généralement en vert. La variété des formes (carreaux d’angle, de socle, de couronnement...) et des décors (architectural, végétal, héraldique, historié...) devient luxuriante86. Dans les châteaux forts alsaciens, ce n’est (pour l’instant) qu’au début du xvie s. qu’apparaissent les poêles de fonte, beaucoup plus coûteux87. Si la glaçure noire (graphitée) se répand pour la céramique de poêle à partir du xvie s., c’est sans doute parce qu’elle imite la fonte, plus prestigieuse.

  • 88 MINNE (J.‑P.). In : EA 10, 6069 ‑ 73. A Ochsenstein en 1527, la salle basse ( under Stube) à côté d (...)
  • 89 Le terme de « cheminée à la française », attesté en Alsace au xviiie s., témoigne qu’à l’époque mod (...)

50Le poêle est un mode de chauffage infiniment plus performant que la cheminée « à la française »88, ne serait‑ce que par son rendement calorique bien supérieur, qui pour une moindre consommation de bois assure à la pièce une température plus élevée, plus uniforme (alors qu’avec une cheminée on rôtit par devant et on gèle par derrière) et plus constante (car même si le feu s’éteint dans le poêle, il continue longtemps à diffuser la chaleur qu’il a accumulée). De plus, le poêle est plus propre que la cheminée : avec lui, ni fumée ni suie dans la pièce89 et même pas de cendres s’il s’agit d’un Hinterlader, poêle adossé à un mur de refend et se chargeant par l’arrière depuis la pièce voisine ‑ en général la cuisine ou un couloir ‑ par laquelle se fait aussi l’évacuation de la fumée.

  • 90 Sauf dans le cas des Rauchöfen mentionnés par TAUBER 361, 363, 376, 378, dont la fumée s’échappe da (...)
  • 91 BILLER (T.). — Die Ottrotter Schlösser, 2 : Burg Rathsamhausen. B et S 16.1975, p. 68‑87 (sur le ch (...)
  • 92 Peut‑être faut‑il citer ici le curieux « oriel » du logis de Wasenburg (2e moitié du xiiie s.), qui (...)
  • 93 Ce mur aujourd’hui disparu est figuré par J. ROTHMULLER (J.). — Vues pittoresques..., 1839, pl. 124 (...)
  • 94 Etat actuel mutilé : photo CGAM 185, relevé In : SALCH (C.‑L.). — Le Château de Spesburg, 1977, p.  (...)
  • 95 EA 8, 4624 : dans ce cas, le poêle se chargeait depuis la pièce qu’il chauffait, car le conduit est (...)

51On voit au donjon d’habitation de Rathsamhausen (fin xiie s.)90 combien cette propreté était appréciée : au 1er étage, au nord, et au 2e, au sud, il est équipé d’un système de chauffage difficile à reconstituer. Il n’en reste qu’une ouverture traversant toute l’épaisseur du mur, voûtée vers l’intérieur en briques (abîmées par le feu), et vers l’extérieur en pierres (intactes). A l’extérieur, sous l’ouverture nord, des trous de poutre attestent une sorte de balcon, probablement accessible par un escalier de bois. A l’ouverture sud menait une longue galerie en saillie sur la façade sud, à laquelle on accédait du 2e étage du donjon. De quelque façon qu’ait fonctionné ce chauffage, il est en tout cas sûr qu’on a eu recours à des moyens forts complexes pour le faire alimenter de l’extérieur, donc sans gêne pour les occupants de la pièce chauffée91. Curieusement, les poêles n’ont guère laissé de traces dans les châteaux en élévation. A Lützel‑burbg/Ottrott, le mur entre les ailes sud et est était percé de deux trous quadrangulaires superposés92 – celui du bas pour le chargement, celui du haut pour l’évacuation de la fumée d’un poêle chauffant la pièce sud. A Spesburg, c’est le cœur d’une cheminée qui était semblablement percé de deux trous superposés93 pour le poêle de la grande salle. A Landsberg, une sorte de niche, dont la partie supérieure s’enfonce obliquement dans le mur nord du logis de 1200, est interprétée par G. Bronner94 comme le conduit de fumée d’un poêle. Au total bien peu de choses : en particulier, on ne voit pas par où s’échappait la fumée95 de la plupart des poêles attestés par les fouilles.

  • 96 Sur ce problème cf. TAUBER (en particulier 358‑381).
  • 97 HAEGEL (B.), KILL (R.).— Daubenschlagfelsen. EM 3. 1985,15‑16, 28‑31, 37 ; (P. WALTER et coll.). 7  (...)

52Car c’est l’archéologie qui a révélé l’importance du poêle : d’abord en dégageant des poêles écrasés sur place (Daubenschlagfels, Rougemont, Hohenfels)96, et plus généralement en mettant au jour, dans toutes les couches, de la céramique de poêle en quantités impressionnantes –autant et plus que de poterie culinaire– ce qui en fait le fossile directeur de la céramologie alsacienne97. Autant le poêle s’impose à l’attention des fouilleurs, autant l’étude monumentale valorise la cheminée (fig. 107). Tout château bien conservé en a plusieurs –en plus des poêles dont l’existence est démontrée ou présumable, selon que le site a été fouillé ou non– ce qui oblige à s’interroger sur leur fonction. Celle‑ci devrait pouvoir se déduire de la nature de la pièce qu’équipe la cheminée : salle d’apparat, pièce à vivre, cuisine, etc. Malheureusement, les cloisons de bois dont il faut supposer l’existence dans les châteaux alsaciens ayant rarement laissé des traces univoques, il est très difficile de reconstituer la division de ces châteaux en pièces.

FIG. 107 – Wasenburg : chauffage alimenté par l’extérieur

dessin B. Parent

  • 98 MINNE, MEYER et BRUNEL, et La poterie..., cités nos 50 et 52.
  • 99 BILLER (T.), METZ (B.). — Ortenberg. B et S 29. 1988, 1‑21, ici 6‑9.
  • 100 Le mot français de poêle désigne à la fois l’appareil de chauffage ‑ en allemand (Kachel Oferi) –et (...)

53T. Biller, qui a tenté cette reconstitution avec beaucoup. de sagacité pour Ortenberg (1261‑64)98, arrive à la conclusion que la grande cheminée de l’étage, large de 4 m, faisait partie de la salle d’apparat, mais servait en même temps à cuisiner (à côté se trouve un évier), alors qu’une (deuxième) cuisine (cheminée et évier) se trouvait au rez‑de‑chaussée ; ce dernier comprenait aussi une salle des gardes (avec cheminée tardive). L’étage avait deux Stuben (poêles)99, probablement celui du châtelain, à l’écart, et celui du landgrave et futur roi Rudolf von Habsburg, constructeur du château ; attenante à ce dernier poêle, une chambre (à coucher ?) dont le chauffage n’est pas reconstituable. A Birdenfels (vers 1262)100, le logis comprend un rez‑de‑chaussée (sans cheminée ni fenêtre) et deux étages dont l’équipement est le même, comprenant notamment une (seule) cheminée ; par ailleurs, le seul évier du château est posé de chant dans la niche d’une fenêtre à coussièges, et l’on ne voit vraiment pas où il a pu se trouver à l’origine ; on ne peut donc guère préciser la ou les fonctions des cheminées de Birkenfels.

  • 101 METZ (B.). — EA 2, 662‑665.
  • 102 Par exemple BILLER, Winstein, 166‑177.
  • 103 BRONNER (G.). — EA 8, 4622‑27.
  • 104 Sur Ortenberg cf. no 66 ; sur Hohengeroldseck (mauvaise description et bibl. in Die Ortenau 64. 198 (...)

54Ces exemples, qu’on pourrait multiplier101, montrent avec quelles précautions il convient d’employer les notions de cheminée de cuisine et de cheminée d’apparat. Il n’en reste pas moins que nous tenons là les deux fonctions essentielles de la cheminée dans le château alsacien : celles que le poêle ne peut remplir. Et les cas ne manquent pas où la distinction est parfaitement nette, comme à Landsberg102 : dans le château haut (1200), une cheminée sans décor voisine avec un évier dans la partie nord du logis – les grandes fenêtres (et le conduit de poêle présumé) étant plus au sud ; dans la partie nord‑ouest, (milieu xiiie s.), une cheminée dont la hotte était portée par des colonnettes à chapiteaux à crochets est flanquée de grandes fenêtres. Notons ici que le décor sculpté est rare dans les châteaux alsaciens : sa présence valorise donc fortement les éléments qui le portent, à savoir la chapelle, les fenêtres du logis et justement la cheminée (Hohegisheim‑N, Rathsamhausen, Landsbeig‑NW, Spesburg). Celle‑ci est donc porteuse d’un prestige particulier, et c’est ce qui explique sa présence dans des bâtiments –voire des pièces– déjà plus confortablement chauffés par un poêle. Dans certains cas –Ortenberg (fig. 108), Hohengeroldseck103–, on arrive à distinguer une grande salle à cheminée et un poêle (Stube) non moins luxueux, mais plus petit, dans lequel il faut voir la pièce à vivre de la famille seigneuriale. Dans d’autres cas, sous réserve de l’absence de cloisons de bois, la même grande salle avait une cheminée et un poêle (Spesburg, milieu xiiie s.), voire deux cheminées et un dispositif analogue à un poêle (Rathsamhausen)104.

FIG. 108 – Ortenberg : répartition des pièces et focalisation des cheminées

dessin B. Parent d’après T. Billet

  • 105 Cf no 61 (Spesburg) et 58 (Rathsamhausen).

55La cheminée et le poêle ne sont pas les seuls modes de chauffage connus dans les châteaux alsaciens, on y trouve aussi des braseros ou Glutbecken105, mais ce sont de très loin les plus répandus. Du point de vue de la défense, ils sont indifférents. L’opposition est ici entre le confort, infiniment mieux assuré par le poêle, et le prestige. En fait, ce dernier mot ne rend que très imparfaitement compte de ce qui fait l’attrait de la cheminée, attrait que nous comprenons sans peine, puisque nous aussi équipons de cheminées nos maisons déjà plus confortablement chauffées par d’autres moyens. Et il va sans dire que cet attrait a survécu à l’avènement du « poêle‑œuvre d’art » (Kunstofen) au xive s., puisque les cheminées des xve et xvie s. ne manquent pas dans les châteaux alsaciens (Hohkoenigsburg, Hohlandsberg, Wangenburg, etc.).

3.3.4 L’éclairage106

  • 106 WIEGAND,— Hohkönigsburg, 35 no 36 (1530). Le chauffage à hypocauste n’est pas attesté dans les chât (...)
  • 107 Recherche B. METZ, utilisant très largement les études en partie inédites de T. Biller sur les fenê (...)
  • 108 Relevé avant les dégradations récentes : WILL (R.) CGAM 186 ; cf. B. METZ Frankenburg. EA 5, 3172‑7 (...)
  • 109 Le petit logis roman d’Ulrichsburg est adossé au rocher sur deux niveaux ; le niveau inférieur, à m (...)
  • 110 Logis mal conservé ; des encadrements et tympans trouvés en « fouille » (KOEBERLE [E.]. — Les Ruine (...)
  • 111 Relevé : H. ZUMSTEIN. B et S 15. 1974, 119.
  • 112 Relevé : Inventaire général... canton de Saverne, 19, et PA no 107/108, 1979, 15.
  • 113 Photos BILLER (T.). — Rathsamhausen ; relevé du château par J.‑P. FREY. In : SALCH (C.‑L.). — Le Ch (...)
  • 114 WIRTH (J.). — Les Châteaux forts alsaciens du xiie au xive s. 1975, 51‑59 (et 34‑36) ; le même text (...)
  • 115 BILLER, Windstein, 309‑316 ; avec vue de la fenêtre de Wildenberg, plan de celle de Gelnhausen et b (...)

56Dans les châteaux alsaciens, les plus anciens logis conservés en élévation (Frankenburg107, Ulrichs‑burg‑Nord108, Lützelburg/Zorn109 : première moitié ou milieu du xiie s.) sont au rez‑de‑chaussée, ce qui est déjà un facteur de moindre ensoleillement. Bien plus, leurs fenêtres sont petites : à Ulrichsburg environ 60 x 50 cm ; à Hohkoenigsburg110 60 x 60 cm, dont il faut déduire un pilier central large de 20 cm ; à Frankenburg 109 x 83 cm, avec une colonnette médiane (disparue) large d’au moins 20 cm, qui arrêtait d’autant plus de lumière qu’elle était à l’entrée d’une embrasure profonde de 1,74 m et nullement ébrasée. Des fenêtres semblables se retrouvent –désormais à l’étage ou aux étages supérieurs– aux logis de Hohbarr (peu après 1168)111, de Rathsamhausen (fin du xiie s.)112, etc. Toutes sont percées à cru dans des murs épais : l’embrasure est à peine plus grande que la fenêtre elle‑même (fig. 109) (par exemple 72 x 112 cm à Hohkoenigsburg, 130 x 95 à Frankenburg, mesuré sur le parement intérieur) ; en particulier, elle n’est pas ébrasée et n’a pas d’allège. Elle ne forme donc pas une niche dans laquelle il soit possible de se tenir ou par laquelle on puisse se pencher au dehors. Il fallait même toute une gymnastique pour poser ou retirer le volet sur lequel on reviendra plus loin. Or toutes ces fenêtres sont situées dans la plus distinguée des parties habitables de leur château respectif. La plupart sont mises en valeur par un encadrement de colonnettes (Hohbarr, Hohkoenigsburg) ou un décor sculpté (Frankenburg, Ulrichsburg) ; elles sont manifestement le nec plus ultra dans les châteaux alsaciens du xiie s. Toutefois, à la fin du siècle, elles ne satisfont plus un besoin accru de lumière, dont témoignent les innovations expérimentées à Landsberg (1200) : les fenêtres géminées, encore assez petites, sont ici dans une large niche descendant jusqu’au plancher, et ces niches elles‑mêmes sont géminées (ouvertes l’une sur l’autre deux à deux). Cette solution originale n’a eu de postérité qu’à Bernstein (premier quart du xiiie s.), où d’ailleurs les niches sont moins larges et ne descendent pas jusqu’au sol113. La cause de cet insuccès, c’est qu’au moment où s’édifiait Landsberg, apparaissait dans les châteaux alsaciens une solution déjà éprouvée ailleurs, et qui allait, ici aussi, devenir classique : la fenêtre à remplage dans une niche à bancs (coussièges). La fenêtre à coussièges apparaît au plus tard dans le dernier quart du xiie s., de façon encore isolée, au palais impérial (Pfalz) de Gelnhausen, et au rez‑de‑chaussée du château de Wildenberg dans l’Odenwald114. En Alsace, son plus ancien exemple est à l’étage de la maison romane (Heidehüs) de Rosheim (3e quart du xiie s.)115. Comme l’a bien vu Biller, la fenêtre à coussièges a donc été créée soit pour les palais de la haute aristocratie, soit pour les maisons des plus riches citadains.

  • 116 POLACZEK (E.). — Das Romanische Haus in Rosheim. Revue alsacienne illustrée, 7, 1905 (avec plan et (...)
  • 117 Datation dendrochronologique : MEYER, 96 ; relevés in : EBHARDT (D.). — Deutsche Burgen, (1902‑05). (...)
  • 118 Datation par un sondage de P. BRUNEL et G. MEYER : Annuaire de Colmar, 23. 1973,144.
  • 119 Datation stylistique et sources : T. BILLER.

57Dans les châteaux alsaciens, elle semble n’avoir été adoptée qu’avec une génération de retard. Le plus ancien exemple daté est la grande salle d’Ulrichsburg (1201)116 (fig. 110) ; Hageneck est sans cloute contemporain117. Le logis de Hohegisheim‑nord, du troisième quart du xiie s., avait une fenêtre à coussièges118, mais il n’en reste que de faibles vestiges mal restaurés. Si elle ne résulte pas d’un remaniement (ici assez improbable), elle est de loin la plus ancienne dans un château alsacien. Mais en tout état de cause ce n’est qu’au xiiie s. que ce type se multiplie significativement. La fenêtre à coussièges et à deux formes séparées par un meneau devient alors le modèle prédominant dans les pièces affectées à l’habitat noble. Elle le reste jusqu’au xve s., n’évoluant que dans le détail : agrandissement des baies et simplification de leur forme (disparition des oculi, linteaux droits). Par ailleurs, des fenêtres plus petites (une seule forme, un coussiège au plus) subsistent pour des pièces à usage moins relevé : fenêtre du concierge à proximité de la porte et autres fenêtres du rez‑de‑chaussée, cuisine, galetas, etc. A partir du milieu du xiiie s. au plus tard, la majorité des logis –voire des « appartements »– s’ornent de surcroît d’une très grande fenêtre (4 à 9 formes). Parmi les plus grandes, citons cellles de Birkenfels (5 et 7 formes, vers 1260 [fig. 111]), Neu‑Winstein (7 formes, vers 1230), Wasenburg (9 formes, avant 1272), Lützelstein (2 x 5 formes), Lands‑berg‑NW (3 grandes fenêtres murées) et Dreistein (remplage disparu, sans doute la plus grande de toutes). Sans être vraiment indispensable –de brillantes réalisations du milieu du xiiie s. comme Ortenberg, Spesburg, Andlau s’en passent– la grande fenêtre a assez de prestige pour qu’on prenne la peine de la rajouter à un logis roman comme celui de Rathsomhausen119. Ici aussi, il y a tout lieu de supposer que c’est la maison urbaine qui a fourni le modèle.

FIG. 109 – Hohkoenigsburg : fenêtre romaine vue de l’extérieur et de l’intérieur

dessin B. Parent

  • 120 BILLER (T.). — Rathsamhausen, no 70.
  • 121 Cf. T. BILLER, Windstein, 306‑308. Bon nombre de châteaux des Vosges ont vue à la fois sur la monta (...)
  • 122 Ce n’est donc pas elle qui détermine la petitesse des fenêtres du XIIe s. : BILLER, Windstein, 306.

58Les fenêtres à niche du xiiie s. laissent entrer beaucoup plus de lumière que celles sans niche du xiie s., sans compter qu’elles sont plus grandes et en général plus nombreuses. Leur niche à bancs est un espace privilégié pour toute activité nécessitant d’y voir clair, et permet aussi de jouir du paysage120. A ces avantages, on a délibérément sacrifié les impératifs de la défense. En effet, J. Wirth a montré que la « grande » poliorcétique, celle qui recourt à la sape, à la mine et aux engins, n’est attestée en Alsace qu’à partir de l’extrême fin du xiie s.121. Et c’est justement à partir de cette date que se répandent les fenêtres à niche, qui affaiblissent les maçonneries ! Ce serait sans importance si on les avait réservées aux murs sur cour ou aux courtines assises sur un rocher à pic. Mais tel n’est pas le cas. En Alsace, il est fréquent au xiiie s. que le château haut n’ait plus de cour intérieure122. S’il en possède une, on s’y contente rarement des fenêtres sur cour, même si celles‑ci sont vastes ; ce cas se rencontre à Geroldseck peut‑être, mais ni à Hogegisheim, ni à Wangenburg, ni à plus forte raison à Lützelburg/Ottrott ou à Hageneck, où la cour est étroite et sombre.

  • 123 BILLER (T.). — Architektur der Défensive : die Entwicklung der Adelsburg Im Elsass 1150‑1250. In :  (...)
  • 124 BILLER (T.), METZ (B.). — Interdiszipllnäre Zusammenarbeit von Historiker und Architekt zur Erforsc (...)
  • 125 BILLER, Lützelburg, 4‑6.

59Quant à la répartition des fenêtres percées dans les courtines, elle dépend de considérations aussi bien climatiques que militaires. Parfois les deux coïncident, comme à Lützelstein, dont les grandes fenêtres s’ouvrent au sud sur l’à‑pic, ou à Oedenburg ou aux tours d’habitation de Neu‑Winstein et Rathsamhausen, dont le côté de l’attaque, abrité par un mur‑bouclier aveugle, est respectivement au nord et à l’ouest (côté des intempéries). Plus intéressants sont les cas où les impératifs de confort et de sécurité divergent : à Wasenburg, le sud, côté de la lumière, est aussi celui de l’attaque ; un mur‑bouclier aveugle le couvre, et les fenêtres se concentrent à l’est, protégées par la basse‑cour et donnant sur la plaine123, c’est également sur la plaine, ici au sud‑est, que s’ouvrent les fenêtres du logis d’Ulrichsburg (1201) et de Neu‑Winstein (deuxième quart du xiiie s.) ; mais ici aucune enceinte extérieure ne les abrite ; or si celles d’Ulrichsburg, percées très au‑dessus d’une forte pente, n’ont rien à craindre, celles de Neu‑Winstein sont franchement exposées. A Lützelburg/Ottrott (milieu du xiiie s.) l’angle sud‑est du château haut est occupé par une pièce que son poêle et ses deux très grandes fenêtres, l’une à l’est, l’autre au sud, désignent comme la plus distinguée du château. Or la fenêtre est se trouve presque au‑dessus de la porte, et la face sud n’est guère protégée non plus124. A Landsberg‑NW (milieu du xiiie s.), de nombreuses fenêtres s’ouvrent au nord‑est et au sud‑est (au‑dessus d’une pente moyenne), mais aussi au nord‑ouest, côté de l’attaque ; au sud‑ouest, l’implantation d’une très grande fenêtre à l’étage a condamné, en cours de construction, une meurtrière du rez‑de‑chaussée. Enfin à Birdenfels (vers 1260), de nombreuses fenêtres sont percées de tous les côtés : 5 (dont deux très grandes) à l’est, sur une basse‑cour à peine fortifiée, mais aussi 2 au sud, côté de l’attaque (on n’a pas voulu renoncer au soleil de midi !), 2 au nord et 3 à l’ouest, au‑dessus d’une pente moyenne125.

FIG. 110 – Ulrichsburg : fenêtres de 1201

dessin B. Parent

FIG. 111 – Birkenfels : grande fenêtre ; élévation et plan (dessin B. Parent).

  • 126 METZ (B.). — Blrdenfels, EA ; BILLER‑METZ, p. 172‑179.
  • 127 BRONNER (G.), METZ (B.), SCHNITZLER (B.). — Un Château double au xiiie s. : le Landsberg à la lumiè (...)
  • 128 T. BILLER, Windstein, 138‑141 et 217‑ 223.
  • 129 PIPER 463‑465 ; G. JARITZ et alii. Adelige Sachkulur), 54 ‑55.
  • 130 Informations de R. Schellmanns (Hohenfels), G. Perals (Geroldseck), et P. Brunel (Hageneck). SALCH  (...)
  • 131 BILLER, Windstein, 139 et 172.
  • 132 K. HAMMEL in Die Ortenau 21, 1934, 522, et in Badische Fundberichte 19. 1951, 97.
  • 133 A cette date, il est encore rare en Autriche (JARITZ, cité n. 96). Dans le NW de la Suisse, Il appa (...)
  • 134 SALCH, Ortenberg), 1196 ; pour Hohenfels : information de R. Schellmanns.

60Au total, dans la moitié au moins des châteaux du xiiie s., on a donné à la lumière et à la vue la priorité sur la sécurité – quitte à revenir sur ce choix par la suite : toutes les fenêtres de Landsberg‑NW ont été murées, sans doute au début du xve s.126, toutes celles du logis sud de Lützelburg/Ottrott rétrécies (à la même époque ? ) et la transformation en couleuvrinière, au début du xvie s. de la fenêtre à sept formes de Neu‑Winstein127 a valeur de symbole. Le goût de la lumière semble avoir atteint au xiiie s. un sommet, laissant place par la suite à une attitude plus différenciée : l’architecture religieuse en fournil des exemples non moins parlants qui démontrent d’ailleurs que cet amour de la lumière ne se réduit pas à celui du confort. Les deux sont‑ils même compatibles ? Pour répondre à cette question, il faudrait savoir comment s’obturaient toutes ces fenêtres. Dès l’époque romane, la plupart ont une feuillure intérieure, et leur meneau présente souvent, sur sa face interne, un renflement percé d’un trou, auquel correspondent des encoches sur les tableaux intérieurs de la baie. Une barre horizontale (presque toujours en bois, d’après le format du trou), coulissant dans le trou et bloquée dans les encoches, maintenait en place des fermetures engagées clans la feuillure. Ce dispositif se trouvait à Frankenburg, au plus tard au milieu du xiie s., et dans bien d’autres châteaux des xiie et xiiie s.74 De quelle nature étaient les fermetures ainsi attestées ? On parle souvent de volets de bois, mais on peut aussi songer à des cadres tendus de parchemin huilé ou de toile cirée, attestés ailleurs qu’en Alsace128. Rien n’indique que ces cadres ou volets aient eu des gonds. Quant au verre à vitre, il apparaît dans les fouilles vers la fin du xiiie s., sous forme de fragments très mal conservés, qui s’effritent dès qu’on les touche129. Ceci donne à penser que les châteaux alsaciens ont pu avoir, quelque temps déjà avant la fin du xiiie s., des vitrages dont on ne retrouverait rien en raison de leur trop faible résistance à l’acidité du sol. Aussi bien T. Biller estime‑t‑il que les feuillures intérieures de certaines fenêtres de Neu‑Winstein, trop minces pour un volet, ne pouvaient être destinées qu’à un vitrage130. On a trouvé des vitres serties de plomb à Lützelhard, château badois définitivement détruit avant le milieu du xiiie s.131 Cependant le verre à vitre ne commence à se répandre qu’au xive s. –les cives venant s’ajouter aux verres rectangulaires ou losangiques132, Il devient très abondant au xve s.133 Quant au vitrail, on en a retrouvé seulement quelques fragments à Ortenberg (deuxième moitié du xve ou xvie s.) et Hohenfels134 : deux châteaux où l’existence d’une chapelle n’est pas assurée.

  • 135 Les trous de grillage sont fréquents sur les encadrements de fenêtres, mais non datables.

61En résumé, les fenêtres de châteaux ont connu une transformation radicale à la fin du XIIe et surtout dans la première moitié du xiiie s. Dans l’état actuel, fort lacunaire, des connaissances, il semblerait que cette transformation ne coïncide pas avec l’apparition du verre à vitre (sauf peut‑être quelques exceptions comme Neu‑Winstein ?), mais la précède. C’est dire que les progrès de l’éclairage et de la vue sur le monde extérieur qui en ont résulté ont sans doute, dans un premier temps, été limités à la belle saison ; en tout cas, ils ont été payés d’une détérioration de l’ambiance thermique. Malgré cela, il n’est pas douteux que l’adoption de ces grandes fenêtres revenait à donner au confort la priorité sur la sécurité. Elles augmentent en effet le risque d’échelage –on y pare soit par des volets verrouillables, soit par des grilles135– et surtout affaiblissent les murailles, à une époque où la sape et le bombardement sont devenus un risque réel. Qu’on ait passé outre montre le prix qu’on attachait à la lumière. Il est vrai que ce prix ne s’explique pas uniquement en termes de confort : dans les châteaux comme en ville, le nombre et la taille des fenêtres sont un facteur de prestige.

3.3.5 Conclusion

62Il faut d’abord souligner que le confort des châteaux forts alsaciens –même limité aux quelques points évoqués dans cet exposé– n’est connu que très imparfaitement. Les différentes sources qui renseignent à son sujet se recoupent mal ; il reste entre elles de larges pans d’ombre. Par exemple, l’iconograghie et les inventaires de mobilier nous font connaître des braseros (Glutbeckeri), des chaises percées (Cloagkstuhl), des lustres, etc. Mais les intérieurs que montre l’iconographie appartiennent rarement à un château, et en Alsace on ne connaît d’inventaire de châteaux qu’à partir du xvie s. Auparavant, ces éléments du confort nous échappent. En second lieu, les éléments de confort que nous avons retenus ont chacun leur chronologie spécifique et leur logique propre, fondée par exemple sur l’opposition du confort et de la sécurité dans le cas des latrines et des fenêtres, du confort et du prestige dans le cas du chauffage. Mais ils ont aussi une certaine solidarité, qui se manifeste dans la notion d’appartement. C’est en effet leur étude qui m’a conduit à l’hypothèse qu’à partir du xiiie s., dans une partie au moins des châteaux alsaciens, tous les habitants ne vivent plus au même feu et au même pot, mais se répartissent en deux ou plusieurs « ménages », vivant chacun dans son « appartement », c’est‑à‑dire dans une unité spatiale d’habitation dotée de tous les équipements indispensables à une vie quotidienne autonome (une cuisine et une Stube ou pièce à vivre chauffée par un poêle, une latrine) ou jugés nécessaires au standing des habitants (une cheminée, souvent une très grande fenêtre).

63En ce sens, on ne connaît pas encore d’appartement complet au xiie s. : les deux étages d’habitation du donjon de Rathsamhausen ont chacun au moins une cheminée et une sorte de poêle, mais tout le donjon n’a qu’une seule latrine. C’est à partir du xiiie s. qu’on croit pouvoir isoler des appartements, qui correspondent souvent à un étage (tour d’habitation de Neu‑Winstein, 1ère moitié du xiiie s. ; Birdenfels, vers 1260, sans cuisines identifiables) ; d’autres appartements sont juxtaposés : Gräfenstein en Palatinat (1ère moitié du xiiie s.) où ce sont sans doute les logements des milites castri qui s’adossent côte‑à‑côte au rempart ; le logis de Neu‑Winstein, où manque une cuisine et où l’appartement nord a sa latrine un étage plus bas ; enfin, à Landsberg‑NW (milieu du xiiie s.), on croit identifier quatre appartements sur trois niveaux ; comme trois murs sur six ont disparu, il est normal que leur équipement soit incomplet (3‑4 latrines, 3 très grandes fenêtres, 1‑2 cheminées) ; au nord‑est, dans l’appartement du 1er étage, on croit reconnaître un conduit de poêle muré ; au sud‑ouest, l’appartement supérieur a deux latrines dont une doit servir à l’appartement inférieur, qui n’en a pas ; en revanche, aucun évier n’est conservé. Peut‑être les logis du xiie s. étaient‑ils destinés à des mesnies –les différentes générations de la famille seigneuriale, la domesticité, éventuellement les milites castri– vivant ensemble dans ce qui nous paraît une large promiscuité.

64Les « appartements » du xiiie s. semblent plutôt taillés pour les besoins de familles nucléaires. Leur apparition marque en tout cas une étape du passage d’un mode de vie fortement communautaire à un autre plus individualiste, rendant possible ce que nous appellerions une vie privée ou une relative intimité. La clé de cette évolution est évidemment le chauffage, en particulier le poêle, qui institue la division fonctionnelle entre cuisine et Stube, permettant ainsi une première ségrégation entre séjour des hommes et séjour des femmes –ou séjour des maîtres et des domestiques. Par la suite, il est plus facile de multiplier les poêles que les cheminées, à la fois parce que leur conduit est plus facile à rajouter dans un édifice existant, et parce qu’ils consomment moins de bois. Passage de la promiscuité à l’intimité, donc, mais aussi de l’habitat de plain‑pied à l’habitat à l’étage (2e moitié du xiie s.), de la pénombre à une certaine clarté (xiiie s.), des hautes pièces des xiie et xiiie s. aux pièces basses et lambrissées, donc plus faciles à chauffer, des xve et xvie s. : le progrès du confort semble évident. Mais est‑il possible de parler de progrès pour une notion aussi subjective que le confort ? Lire son évolution en termes de progrès, n’est‑ce pas ériger en référence universelle nos propres habitudes et préférences ? Ici une distinction s’impose : un changement qui aboutit à substituer un mode de vie à un autre (les pièces spécialisées à la salle commune, le poêle à la cheminée, etc.) est à qualifier d’évolution plutôt que de progrès, car chaque mode de vie a ses avantages et ses inconvénients. En revanche, d’autres changements ouvrent de nouvelles possibilités : ils permettent l’adoption d’un autre mode de vie sans obliger à renoncer aux pratiques antérieures ; ils augmentent donc la liberté de choix, et ceci me paraît un réel progrès. Par exemple, l’aménagement d’un dépotoir n’empêche pas de continuer à jeter des ordures dans la cheminée, la latrine ou n’importe où ; la conduite d’eau n’empêche pas d’utiliser la citerne en cas de besoin ; la grande fenêtre peut être ouverte, ou fermée, ou masquée par un volet –on peut donc avoir de l’air et/ ou de la lumière, ou s’en passer ; la même pièce peut disposer d’une cheminée et d’un poêle ; la présence d’une étuve (Badstube) au château n’empêche pas de fréquenter les bains en ville, le bain étant affaire de divertissement et de sociabilité autant que d’hygiène et de confort. En ce sens, il y a bien eu progrès du confort dans les châteaux forts alsaciens, progrès auquel chaque siècle a contribué, et qui en particulier se poursuit aux xive et xve s. (vitrages, poêles plus performants, lambrissages, escaliers et dégagements plus commodes, étuves, conduites d’eau, etc.) –c’est‑à‑dire à une époque où l’importance politique et sociale, la qualité architecturale et même le nombre des châteaux de montagne sont en net déclin. On peut même dire que les châteaux forts alsaciens n’ont jamais été aussi confortables qu’au moment de leur abandon. C’est ce paradoxe que, pour terminer, il faut tenter d’expliquer –en quelques mots, donc en simplifiant beaucoup.

65En premier lieu, la tension entre les exigences de confort et de sécurité, que nous avons souvent rencontrée, est en perpétuelle évolution. Si l’on admet que la défense est prioritaire –ce qui n’est pas prouvé–, le degré de confort admissible sans compromettre la sécurité dépend de la réponse aux questions suivantes : qui est susceptible d’assiéger le château, et de quels moyens est‑il susceptible de disposer ? A quels assaillants et à quels moyens le château n’a‑t‑il de toute façon (même en sacrifiant radicalement son confort) aucune chance de résister ? La réponse varie avec l’évolution de la poliorcétique, de la société et de l’Etat ; le cadre du confort raisonnablement possible dans un château varie avec elle. D’autre part, les fonctions du château ne se limitent pas à la défense et à l’habitat : elles incluent la représentation. La noblesse ne demande pas seulement à ses châteaux sécurité et confort, mais aussi prestige. Et le prestige du château, comme le montrent les sources littéraires, dépend (entre autres) en partie de son caractère imprenable, donc de la sécurité, mais en partie aussi de son confort. Or, sur ce dernier plan, le château est notamment en concurrence avec les hôtels urbains que possèdent des nobles, des patriciens, des chanoines, et où l’absence de contraintes défensives permet au confort de se déployer plus librement. On entrevoit une interaction entre confort urbain et confort castrai : le poêle semble attesté d’abord dans les châteaux, les très grandes fenêtres, et celles à coussièges, d’abord en ville.

66Notons qu’au xiiie s. la ministérialité urbaine –celle de Strasbourg, de Bâle, de Haguenau–essaime dans le plat pays et se bâtit des châteaux de montagne. Cette nouvelle génération de constructeurs est habituée au confort urbain et n’entend pas y renoncer dans ses nouvelles résidences fortifiées. Birdenfels, qui étale ses fenêtres avec un mépris ostensible des exigences défensives, a été bâti vers 1260 par un ancien bourgmestre de Strasbourg. A la même époque, la noblesse rurale, qui a fourni la première couche des constructeurs de châteaux, a de plus en plus de contacts avec la société urbaine, se met en partie à habiter en ville, et s’habitue au confort urbain. A partir du xiiie s., la ville est à la pointe de l’évolution de la culture matérielle et de l’art de vivre ; c’est là que s’élabore un standard de confort au‑dessous duquel les châtelains s’efforcent de ne pas rester, ne serait‑ce que pour des raisons de prestige. Cependant, le développement du confort dans les châteaux se heurte à de nombreuses résistances. Les unes ont des causes économiques : c’est ainsi que le prix du verre a sûrement retardé la généralisation des vitrages. D’autres proviennent des exigences de sécurité, qui par exemple limitent (malgré tout) la taille et le nombre des fenêtres. D’autres enfin sont liées aux contraintes spécifiques des sites de montagne : le climat, l’isolement, etc. Tout cela fait que, malgré ses progrès, le confort du château prend du retard sur celui de la maison urbaine –d’où une perte de prestige dont témoigne la description amère qu’un chevalier franconien fait de la vie de château à un citadin au début du xvie s. Parallèlement, le développement de l’artillerie et des Etats rend de plus en plus illusoire la sécurité que garantissaient aux nobles leurs forteresse –d’où une nouvelle baisse de leur prestige. Au total, vers la fin du Moyen Age, le château fort –de montagne surtout– n’assure plus à ses possesseurs ni sécurité réelle, ni prestige marqué, ni confort à la mesure de leurs exigences accrues. Ayant perdu ses trois raisons d’être essentielles, il est condamné.

3.4 La garnison des châteaux ruraux Valenciens au début du xive s.

67Dans le cadre de ce colloque consacré essentiellement aux châteaux de la France du Sud‑Est, je ne veux que présenter quelques aspects ponctuels de la documentation Valencienne concernant les châteaux de la seconde moitié du xiiie s. et du début du xive., à titre tout au plus comparatif. Le cadre géographico‑historique est celui du royaume de Valence, l’une des composantes de la Couronne d’Aragon. La documentation écrite relative aux châteaux royaux est abondante depuis la reconquête de la région dans les années 1233‑1245, compte tenu de l’importance des archives catalano‑aragonaises aussi bien que du caractère prédominant des préoccupations militaires dans une région récemment occupée, où subsiste une importante population musulmane dont le loyalisme n’est guère assuré, et qui reste jusqu’à la fin du xiiie s. exposée à la menace d’incursions grenadines ou marocaines. Le réseau dense de fortifications rurales héritées de l’époque musulmane fournit de nombreux points d’appui au pouvoir royal aussi bien qu’aux nombreux pouvoirs seigneuriaux qui se partagent les localités distribuées dans le cadre du repartiment des terres nouvellement conquises sur l’Islam. Dans de nombreux cas, les vastes enceintes de la période antérieure, auxquelles il semble que l’on puisse assigner un rôle de refuge ou d’habitat « communautaire », ont fait l’objet à l’époque chrétienne de réaménagements importants destinés à les adapter à leurs nouvelles fonctions de contrôle seigneurial (Bazzana, Guichard 1979).

68Juridiquement, ces châteaux sont donc pour une part des châteaux royaux, et en plus grand nombre des possessions seigneuriales. Certains de ces derniers, surtout ceux qui ont été distribués à des seigneurs aragonais, sont détenus en pleine propriété, sans obligation de nature féodale à l’égard du roi. Lorsqu’ils ont été donnés à un noble catalan, ils relèvent au contraire normalement de la « coutume de Barcelone », qui entraîne hommage au seigneur éminent qu’est le roi, et obligation de lui rendre éventuellement la forteresse à réquisition. Les châteaux non seigneurialisés, cependant, relèvent d’une coutume de type différent, particulière à l’Espagne, et appelée pour cela consuetudo Ispanie ou costum d’Espanya. Celle‑ci ne s’applique d’ailleurs pas seulement aux châteaux royaux. S’insèrent également dans le même cadre juridique les rapports entre les grands seigneurs aragonais ou catalans et les alcaides auxquels ils confient la garde de leurs châteaux. Mais c’est sur les alcaidias royales que la documentation, rare en ce qui concerne les châteaux seigneuriaux, nous renseigne le mieux. On possède en effet peu d’archives seigneuriales, alors que les archives royales aragonaises sont parmi les plus riches d’Europe. Les problèmes relatifs à la détention des châteaux par les alcaides royaux selon la « coutume d’Espagne » y occupent une place importante. Plusieurs registres de chancellerie des Archives de la Couronne d’Aragon de Barcelone sont consacrés en grande partie aux nominations d’alcaides dans ces châteaux royaux, et les documents relatifs à ces tenencias castrales se trouvent en nombre relativement important dans les registres des différentes séries qui composent le même fonds de chancellerie. On trouve par ailleurs un certain nombre de parchemins et de lettres concernant les châteaux royaux dans les fonds des pergeminos et des cartas reales sur papier (Guichard 1983 ; Burns 1985).

  • 136 Archives de la Couronne d’Aragon (ACA), Reg. 11, fol. 176 r., du 4 des ides de juillet 1260.
  • 137 ACA., Reg. 10, fol. 65, du 2 des ides de Juillet 1258.

69La plupart des documents nous apportent des informations assez précises sur le nombre des hommes qui constituaient la garnison de ces châteaux royaux. Le système de l’alcaidia consistait en effet en une concession selon un document écrit qui stipulait parfois de façon précise l’importance de la garnison, en raison du salaire que le roi devait allouer à l’alcaide, le chiffre habituel étant de 150 sous par homme. On peut donner comme exemple la concession à Pierre de Berbegal du château de Pego le 12 juillet 1260 : le concessionnaire devra tenir dans la forteresse quatre hommes et une bestia (bête de somme, probablement), le roi s’engageant à lui payer annuellement 150 sous par homme et 100 pour l’animal136. La faible importance de cette garnison étonne : le château de Pego correspond en effet à une sorte d’éperon barré par une longue muraille d’assez faible hauteur, se développant sur quelque 150 m, et protégeant un vaste espace intérieur s’étendant sans doute sur au moins 2 000 à 3 000 m2. On voit mal comment quatre hommes pouvaient « tenir » une telle fortification. Même durant la période antérieure, pendant le soulèvement des Musulmans du nord de la province d’Alicante qui dure de 1248 à 1258, le nombre d’hommes établis à Pego était resté modeste. Ainsi à la fin de cette révolte, le 14 mai 1258, le roi avait‑il confié l’alcaidia du même château à un chevalier, Arnaud de Romani, l’obligeant à y tenir dix hommes et une bête de somme aussi longtemps que durerait la période de troubles, contre le paiement du même salaire annuel de 150 sous par homme et 100 sous pour la acemila137. Dans le même document est d’ailleurs évoqué le retour éventuel à une situation plus tranquille, et la réduction de la garnison à quatre hommes.

  • 138 ACA., Reg. 42, fol. 216 (du 8 des calendes de janvier 1279). Ce document est publié dans J. Mestre  (...)

70Le système de l’alcaidia mériterait une étude approfondie. Il serait intéressant d’en déterminer les origines, probablement musulmanes, la nature exacte, et en particulier les influences féodalisantes (prestation d’hommage de la part de l’alcaide) qu’il a pu subir. Ses modalités précises se trouvent en principe exposées dans un texte juridique célèbre de la seconde moitié du xiiie s., les Partidas du roi de Castille Alphonse X le Savant, mais connaissaient sans doute des variations dans les applications concrètes qui en furent faites dans les différentes régions de la péninsule à l’époque de la Reconquête et postérieurement à celle‑ci. On constate par exemple que les précisions relatives au nombre des hommes à entretenir dans le château et à la somme que le roi donne à l’alcaide pour chacun d’eux semblent plus fréquemment fournies dans les documents les plus anciens, de peu postérieurs à la prise de possession du royaume de Valence par les Chrétiens. Par la suite, le roi se contente souvent de stipuler une somme globale à verser à l’alcaide sur les revenus de la Couronne, et l’alcaidia semble se convertir en une sorte de prébende, qui ne dispense sans doute pas le concessionnaire du château de le garnir d’hommes et de vivres, mais paraît moins directement liée à un nombre précis d’individus à recruter pour remplir le contrat. Dans une concession du château de Pop de décembre 1279 par exemple, le roi Pierre III remet en alcaidia la forteresse à son alcaide Arnaud de Roas, pour la durée qu’il lui plaira, à charge pour ce dernier « de tenir, conserver et garder le château (pour le roi), et d’y entretenir les hommes, la familia et les armes et instruments nécessaires à sa garde », ce pourquoi le roi lui assigne annuellement 1 000 sous de Valence qui lui seront versés par le baile royal, sur les revenus fiscaux provenant du territoire du même château138.

71Dans une étude sur les Tenentiae castrorum du royaume de Valence publiée dans les actes du premier congrès d’histoire du Pays valencien, Antonio Arago avait, voici quelques années, analysé les nombreuses notices relatives aux concessions royales d’alcaidias contenues dans un registre Officialium et Castrorum des Archives de la Couronne d’Aragon pour les deux premières décennies du xive s. Les documents concernent une bonne quarantaine de châteaux, pour lesquels les salaires versés à l’alcaide s’échelonnent de 300 à 7 500 sous, la majorité se situant entre 1 000 et 3 000 sous. Le nombre d’hommes est parfois indiqué, par exemple 40 pour Alicante, pour la solidata, companagio et victualibus desquels sont prévus 5 000 sous, ce qui indique que l’on en reste par homme à un chiffre voisin de celui qui semblait la norme vers 1260, et même en réalité un peu plus bas (125 sous). A l’exception de quelques grandes forteresses comme précisément Alicante, le nombre d’hommes en garde du château reste faible. A Ayora, par exemple, on trouve, outre l’alcaide, un portier et quatre hommes. La somme prévue est alors de 2 000 sous, ce qui représente sensiblement plus que le salaire théorique de la garnison. Il semble que ce décalage puisse s’expliquer de plusieurs façons. L’alcaidia devait en effet couvrir aussi les frais d’entretien matériel du château (réparations) ; par ailleurs, le salaire versé à l’alcaide devait, comme on l’a suggéré précédemment, tenir compte non seulement de l’importance du château et de sa garnison, mais du rang social et de la considération que l’on avait pour l’alcaide lui‑même, auquel pouvait être versée ainsi une sorte de pension ou de prébende. Il s’agissait en général de nobles de seconde catégorie, parfois des cadets de grandes familles, qui devaient finir par constituer une sorte de corps d’officiers spécialisés, qu’il n’était pas anormal de déplacer d’un château royal à l’autre en fonction des nécessités du service ou des personnages à « caser », le roi pouvant en effet à tout moment, du moins en principe, révoquer un alcaide (Arago 1980).

72Si l’étude des documents de chancellerie permet de se faire une idée de l’importance des garnisons castrales, de la personnalité des alcaides et des sommes qui leur étaient allouées, elle ne nous apporte pratiquement rien en ce qui concerne le personnel subalterne qui vivait dans les châteaux. Les hommes qui constituaient ces petites garnisons castrales disséminées à travers les campagnes du pays valencien, ou dans les forteresses plus importantes des villes grandes et moyennes, ne sont pour nous que des abstractions. D’où l’intérêt d’un autre type de document, que je n’ai, au cours de mes recherches sur la région Valencienne, trouvé qu’en un seul exemplaire (mais dont je ne puis affirmer qu’il n’existe pas plus fréquemment) : les documents notariés relatifs aux châteaux.

  • 139 Archives du Royaume de Valence, Protocoles, n° 2830, fol. 2 avant la fin, v°.

73Ceux auxquels je fais allusion dans cette communication se trouvent dans un registre de notaire (protocole) de l’année 1318 conservé aux Archives du Royaume de Valence. Dans les trois derniers folios de ce volume non paginé, datés de quatre jours différents qui vont des ides de janvier au 19 des calendes de février de l’année suivante (12‑19 janvier 1319), se trouvent quatre actes notariés correspondant à des visites des châteaux royaux de Bayrén, Gallinera, Penaguila et Castalla, effectuées par le procurateur du baile général du royaume de Valence (fig. 112). Le baile (ou bailli), à ce moment‑là Ferrer de Corteyl, était le fonctionnaire chargé de la gestion des revenus de la Couronne dans le royaume de Valence. Son procurateur, chargé d’une mission d’inspection des châteaux dépendant du roi dans le royaume de Valence, a requis un notaire royal de dresser un acte écrit de chacune de ses visites, vraisemblablement pour se garantir d’incidents comme celui qui marque sa visite au château de Gallinera. Dans ce château du nord de l’actuelle province d’Alicante, en effet, l’alcaide titulaire de la concession royale était un certain Raymond de Riu ; mais le personnage qui se montre à la vue du procurateur du bailli et lui répond depuis les murailles (in mentis) est en fait un autre individu, du nom de Bernard Gombaud, qui ne se dit lui‑même que le représentant d’un Olivier Cantarel, commis pour sa part à la garde du château par l’alcaide en titre. Ce Bernard Gombaud refuse d’ouvrir la porte de la forteresse, en dépit de la lettre royale dont le procurateur du bailli est porteur, arguant du fait qu’il n’a pas reçu mandat pour cela d’Olivier Cantarel. On se trouve donc en présence du cas intéressant d’une cascade de tenencias, l’alcaide en titre ayant confié le château à un représentant, qui s’est fait lui-même représenter sur place par un troisième personnage. Le refus de laisser entrer le fonctionnaire de l’administration royale dissimule peut‑être simplement l’insuffisance ou l’inexistence d’une garnison139. On sait par ailleurs qu’à cette époque l’alcaidia de Gallinera correspond à un salaire annuel de 1 500 sous (Arago 1980, Bofarull 1856).

FIG. 112 – Château de Castalla (Alicante) : vue d’ensemble des structures d’époque chrétienne.

74Je laisserai de côté le document concernant la visite de Bayrén, qui n’est pas véritablement un château rural puisqu’il s’agit de la fortification dominant la ville actuelle de Gandia, importante bourgade de colonisation déjà fortement peuplée de Chrétiens à l’époque, au milieu d’une plaine parsemée de petites localités musulmanes. Mais les informations que l’on peut en tirer ne sont pas de nature différente de celles que fournit le dernier document, qui dresse le constat de l’état de la garnison du château de Penaguila. Ce dernier correspond à une impressionnante table rocheuse de près de 3 000 m2 de superficie, protégée pratiquement de toutes parts par des abrupts infranchissables, à l’exception de quelques parties plus accessibles au nord‑ouest et à l’est, côtés où la défense naturelle insuffisante avait été complétée par des murailles, le périmètre total étant de 264 m (Segura, Torro 1985). Les autres documents de la même époque relatifs au salaire de l’alcaide montrent, que celui‑ci se montait à une somme de 1 000 à 1 500 sous (Arago 1980). La visite de Penaguila n’a pas posé les mêmes problèmes que celle de Gallinera : Jean de Saint‑Pierre, qui garde le château pour le compte de l’alcaide Raymond de Libia, a présenté au procurateur du bailli les hommes de la garnison (custodes seu scubias), qui sont les suivants :
– Antoine Bérenger, qui a été engagé pour quatre mois, à partir du dimanche précédent ;
– Gombaud Gomez, engagé pour quatre mois le lundi précédent ;
– Bernard Garcia, engagé depuis le mercredi précédent, pour une durée qui n’est pas précisée ;
– Gilles Martinez, en poste depuis deux mois, dont l’engagement se termine le samedi suivant.

75Il semble très probable, d’après cette liste (et celle donnée pour Bayrén ne contredirait pas cette impression), que la garnison d’un château royal valencien au début du XIVe s. se compose d’un nombre très limité de custodes, dirigés par un personnage qui n’est qu’un représentant de l’alcaide, et engagés pour de courtes périodes qui ne dépassent pas quelques mois. Dans le cas de Penaguila, il semble même que l’on ait recruté en catastrophe, en prévision de la visite d’inspection, deux gardes supplémentaires, en plus de celui qui s’y trouvait déjà, pour atteindre le chiffre plus décent de quatre hommes en plus du lieutenant d’alcaide. Il s’agit vraisemblablement de pauvres hères, se contentant d’un maigre salaire inférieur à la somme théoriquement prévue pour un homme, ou plus vraisemblablement surtout nourris sur les réserves du château qui comprennent deux cafices de farine. On pourrait tirer de ces documents quelques autres informations relatives à l’armement. Mais il m’a paru surtout intéressant, pour d’éventuelles comparaisons avec les réalités connues pour d’autres régions, de mettre en lumière la condition apparemment très modeste et instable des individus qui composent les garnisons, en principe permanentes, de ces châteaux ruraux valenciens des environs de 1300.

3.5 Premiers châteaux résidentiels de la Grande Pologne, xivexve s

76Un proverbe polonais dit que le roi Casimir le Grand (1333‑1370) a hérité d’un pays « en bois », mais qu’il l’a laissé « en briques ». Et c’est à juste titre puisque le tissu d’établissements défensifs royaux, châteaux forts et remparts urbains, a suffi pendant presque 150 ans, sans avoir besoin d’être complété ni même renouvelé. Par là, je ne dis pas qu’avant 1333 il n’y avait pas de fortifications en Pologne. La période du xie au xiiie s. a été marquée dans ce pays, aussi bien que dans d’autres pays slaves, par la présence des grods –enceintes fortifiées en bois et en terre. L’exemple du roi Casimir le Grand qui au cours de son règne a dû construire facilement une quarantaine de châteaux forts, a été suivi par la noblesse polonaise mais seulement après la mort du roi, donc à partir de 1370. On peut croire que ce mouvement de construction de châteaux‑forts par les particuliers est dû à l’affaiblissement du pouvoir royal au temps du règne de Louis d’Anjou et de Hongrie (1370‑1382). En ce temps là, les plus riches familles nobles de la Grande Pologne se sont mises à transformer leurs demeures en bois, accompagnées de tours en bois fortifiées élevées sur des mottes et de bâtiments de gestion formant une basse cour, en un établissement d’un nouveau style : un château construit en maçonnerie qui groupe dans la même cour tout un programme seigneurial : résidence, économie et défenses. Je suis persuadé qu’en suivant l’exemple des châteaux de forme régulière de Casimir le Grand, les familles nobles les plus riches de la Grande Pologne en sont arrivées à la possibilité de changer petit à petit leur manière de vivre ; et elles ont savamment profité de cette occasion.

77Parmi les premiers châteaux forts du roi dans la Grande Pologne nous trouvons trois types principaux qui dépendent directement du programme de leur utilisation. On trouve donc les châteaux dont le type dépend de la fonction primordiale qui est la défense. L’autre type est visiblement conçu pour assurer l’exécution des fonctions administratives. Il y a enfin un château dont la forme est particulièrement appropriée à sa fonction résidentielle. Les châteaux forts du premier type, notamment ceux de Kolo sur la Warta et de Boleslawiec sur la Prosna, développent surtout leur aspect militaire (fig. 113). Leur localisation dans un terrain marécageux rend difficile leur accès, et de tous les éléments qui les composent, les plus développés sont les remparts. Dans les deux exemples cités, seuls les remparts ont été construits en maçonnerie, tous les bâtiments situés dans la cour du château primitif restant en bois. Le second type diffère par la présence marquée de grands bâtiments administratifs et de justice qui comprennent toujours une ou deux grandes salles consacrées à l’exercice des pouvoirs et des obligations du seigneur. Ces salles sont mieux connues dans le château de Leczyca qui était le siège d’une voïvodie. Mais ce château peut être placé aussi, et à juste titre, parmi les châteaux du premier type, ses fonctions défensives étant aussi bien développées.

FIG. 113 – Carte de répartition des châteaux mentionnés. 1 Kozmin (1375) ; 2 Wenecja (1375) ; 3 Pakosc (1375) ; 4 Boleslawiec (1390) ; 5 Goslawice (1420) ; 6 Boryslawice (1425) ; 7 Lutomiersk (1410) ; 8 Oporow (1425) ; 9 Gostynin (1425).

78Le type résidentiel est le mieux représenté dans le château royal de Kalisz. Bien qu’il ne se présente que sous la forme d’une ruine pratiquement réduite aux murs de fondations, son aspect primitif peut être reconnu non seulement à partir de ses structures en pierres qui y sont encore visibles, mais aussi d’après la description en 1564 d’une bâtisse incendiée en 1537. Cette description nous renseigne sur l’ampleur du bâtiment carré à quatre étages, disposé en quatre corps de bâtiment. L’aile principale abritait une série de salles parmi lesquelles le descripteur distinguait plusieurs grandes salles de danse.

79D’après cette description, le nombre de pièces de divers genres se monte à 45, Notons que, d’après la même description, le château royal à caractère administratif de Leczyca, cité plus haut, n’en comptait que 27. En dehors de cette description qui ne mentionne aucune construction défensive dans le château de Kalisz, la connaissance de ses fondations, d’après une fouille archéologique récente, nous invite à réduire ou même à exclure toute possibilité d’une défense active. Si l’on prend donc en compte son seul équipement défensif, le château de Kalisz n’était qu’un abri, efficace cependant, grâce à ses murs hauts et épais.

80Les châteaux forts appartenant aux familles de la noblesse n’apparaissent en Grande Pologne qu’au cours de la seconde moitié du xive s. Ce sont de petites constructions carrées dont les dimensions sont d’environ 35 m x 35 m. Elles sont presque toujours composées des mêmes éléments : une cour entourée par l’enceinte maçonnée en pierres et briques, une porte d’entrée surmontée parfois d’une tour, et une maison en maçonnerie appuyée contre un des murs de courtine, le plus souvent à côté de la grande porte d’entrée. Contrairement aux châteaux forts royaux, leur particularité est d’assurer l’exécution d’un programme complexe qui est en même temps celui de la défense, de la gestion et de la résidence du noble. Et pour un chercheur contemporain, il est difficile de faire le choix de la fonction la plus importante parmi ces éléments.

81Abordons le problème par les questions économiques. Certes, nos châteaux ne s’élevaient que dans des domaines qui économiquement étaient comptés parmi les plus importants du pays. Mais les dimensions de ces constructions n’entrent pas en parallèle avec les besoins en greniers, granges, écuries et étables correspondant à un domaine qui gère plusieurs villages producteurs. Au contraire, nous savons bien que la structure économique des grands domaines polonais à la fin du Moyen Age n’avait pas besoin de grandes installations au centre du domaine, toute la vie économique se développant dans le village producteur. C’est toujours là que l’on stockait les revenus. Donc le château domanial ne conservait que les fonctions de gestion pure. Les restes matériels de nos châteaux prouvent que tous pouvaient être utilisés comme résidences, leur aspect résidential étant visiblement soigné. L’une de leurs composantes principales est donc un bâtiment maçonné, équipé de façon à pouvoir assurer tous les besoins du séjour d’un seignyur moyen ou même grand et de sa famille. La partie habitée de ces bâtiments est notamment attestée par la présence de cheminées dans les diverses pièces et de latrines. On pouvait donc supposer que tous ces châteaux avaient servi à leurs possesseurs comme résidences.

82Cependant, il existe quelques indices contradictoires au sujet de certains d’entre eux. Il y a d’abord celui de Boleslawiec qui a été aménagé comme résidence par le duc d’Opole mais où il n’a peut‑être jamais mis les pieds. Mais cette résidence là aurait sûrement été prête si le château n’avait été récupéré par le roi avant la fin du chantier. On sait aussi très bien que le fondateur du château de Kozmin, le chevalier Bartholomé, a choisi le château d’Odolanow comme siège. Et cela alors qu’il ne était que capitaine, alors que Kozmin était son fief. Le château de Wenecja a été construit par une famille noble de Nalecz. Mais il a été aussitôt racheté par l’archevêché de Gnizeno et à partir de ce moment n’a plus servi que pour l’administration des domaines. Les châteaux suivants, ceux de Goslawice, de Boryslawice et d’Oporow, ont été fondés –respectivement pour les deux premiers– par les archevêques de Gniezno dans leurs domaines familiaux, et le troisième par l’évêque de Wloclawek, aussi dans son domaine propre. Il est évidentque ces princes de l’Eglise ne siégaient que dans les résidences de leurs diocèses et ne se servaient de leurs châteauix particuliers qu’à titre de résidences temporaires. Quant aux châteaux de Pakosc et de Lutomiersk aucun document ou récit de chroniques ne nous renseigne sur leurs fondations et fonctions primitives. Nous pouvons tout de même les attribuer à des familles de la grande noblesse locale. Et rien ne contredit le fait qu’ils aient été utilisés comme résidences principales. Ultérieurement, ils ont servi tous les deux à fonder les monastères. Il reste encore le château de Gostynin qui a été fondé par le prince de Masovie dans le but de devenir sa résidence. On sait d’ailleurs bien qu’il a été utilisé aussi pendant plus de deux siècles.

83Ce rapide passage en revue nous a amené à conclure que, même quand certains de nos châteaux ne servaient pas de résidence quotidienne, ils étaient néanmoins aménagés pour cela. Ce facteur « résidentiel » joue donc un rôle important dans la typologie des châteaux de la noblesse dans la Grande Pologne pendant la deuxième moitié du xive s. et pendant la première moitié du xve s. Il est donc nécessaire de dire qu’à notre avis chaque essai de supplanter l’une ou l’autre de ces deux fonctions –résidence et défense– serait la preuve d’une grande imprudence de la part du chercheur. Nous nous attacherons donc à une définition du type suivant : en Grande Pologne pendant les xive et xve s. se développe un type de château fort des nobles, qui en tant que résidence fortifiée, restait prêt à remplir aussi les fonctions de gestion du domaine.

84De cette étude rapide on peut aussi tirer quelques autres conclusions.

85Le côté résidentiel dans ces châteaux de la noblesse de Grande Pologne nous invite à dresser un modèle optimum de résidence. Elle contenait 6 à 8 pièces disposées sur deux étages d’abord dans une seule maison, et parfois dans des châteaux d’époque plus tardive, dans deux maisons parallèles. Il s’agissait donc d’un certain nombre de pièces, et non d’une certaine surface. Ce modèle aurait été valable pour la période entre 1350 et 1450, mais on le retrouve encore en 1564 dan sla « maison neuve » au château royal de Leczyca, construire en 1563‑1564 par le châtelain Jean Lutomirski qui appartenait à la noblesse locale.

86Ce modèle apparaît le plus tôt dans des châteaux de la voïvodie de Poznan, entre les 17e et 18e méridiens. Les nobles, dans des voïvodies plus à l’est, vers le 20e méridien, l’adoptent avec un décalage d’au moins 20 ans.

87Comme nous l’avons dit précédemment, ces châteaux, même aménagés en résidences, ne servaient à cela qu’à titre temporaire. Ne serait‑il donc pas juste de les considérer comme des édifices qui, en dehors de leur côté pratique, apportaient à leurs fondateurs un certain prestige ?

Bibliographie

Bibliographie chap. 3.4

Arago 1980 : ARAGO CABANAS (A.). — Las « Tenentiae castrorum » del reino de Valencia. In : Primer Congreso de Historia del Pais Valenciano (Valence, 14‑18 abril 1971), université de Valence, 1980, vol. II, p. 567‑577.

Bazzana, Guichard 1979 : BAZZANA (A.), GUICHARD (P.). — Châteaux et peuplements en Espagne médiévale : l’exemple de la région Valencienne. In : Châteaux et peuplements en Europe occidentale du xe au xviiie s. Premières journées internationales du Centre culturel de l’abbaye de Flaran (Gers, 20‑22 sept. 1979), Auch, 1979, p. 191‑202.

Bofarull 1856 : BOFARULL (P. de). — Coleccion de documentas inédites del Archive de la Corona de Aragon, XII, 1856, p. 277.

Burns 1985 : BURNS (I.). — Society and Documentation in Crusader Valencia, Princeton Universlty Press, Princeton, N.J., 1985.

Guichard 1983 : GUICHARD (P.). — Alcaidia et « Coutume d’Espagne » dans le royaume de Valence et les Etats de la Couronne d’Aragon au Moyen Age. Mélanges Gautier Dalché, Nice, 1983, p. 247‑256.

Segura Marti, Torro Abad 1985 : SEGURA MARTI (J.‑M.), TORRO ABAD (J.). — Torres i castells de l’Alcola‑Comtat. Alcoy‑AHcante, 1985.

Bibliographie chap. 3.5

Boleslawiec II :

Guerquin, 1984 : GUERQUIN (B.). — Zamki w Polsce [Les châteaux en Pologne] 2e éd., Warszawa. 1984, p. 110‑111 ; Zamki srodkowopolskie [Les châteaux de la Pologne centrale], rééd. T. Poklewski, vol. 2, Boleslawiec nad Prosna, Wroclaw. Warzawa, Krokow, Gdansk, Lódz 1982, p. 89, photos, dessins.

Boryslawlec :

Guerquin 1984 : p. 114‑115.

Goslawice :

Guerquin 1984 : p. 158‑159. Etude du terrain par l’architecte Heyda (Z.) de Lôdz.

Lojko 1978 : LOJKO (J.). — Idea fundacjl kosciola w Goslawicach a dyplomacja polska na poezatku XV wieku [L’idée de fondation de l’église de Goslawice et la diplomatie polonaise au début du xve s.]. In : Rocznik koninski, t. 6, Poznan, 1978, p. 9‑24.

Gostynin :

Guerquin 1984 : p. 159. Etude du terrain par l’archéologue Oledzki (M.) de Lôdz.

Kozmi :

Guerquin 1984 : p. 174‑175. Etude du terrain par l’archéologue Poklewski (T.) et son groupe et par l’architecte Nekanda‑Trepka (J.) de Szczecin et son groupe.

Lutomiersk :

Zamki srodkoxopolskie [Les châteaux de la Pologne centrale], rééd. T. Poklewski, vol. 1 Lódz 1977, p. 55‑78.

Oporow :

Guerquin 1984 : p. 242‑245.

Majewska, 1973 : MAJEWSKA (G.). — Wyniki badan nad zamkiem gotycklm w Oporowie [Les résultats de recherches sur le château gothique à Oporow]. In : Rocznid museow i ochrony zabytkow ziem Polski srodkowej, t. 1. Wielun 1973, p. 66‑87.

Pakosc :

Etude du terrain par l’archéologue Sikorski (C.) d’Inowroclaw.

Wenecja :

Guerquin 1984 : p. 324‑325.

Sikorski, 1986 : SIKORSKI (C.). — Zamek w paluckiej Wenecji [Le château à Wenecja dans la terre de Paluki]. Bydgoszcz, 1986, p. 136 photos, dessins.

Notes

1 Archivio di Stato di Torino (ASTOR), Inv. 69 (Chablais) et 70 (Vaud).

2 ASTOR, Inv. 70, fol. 41.

3 ASTOR, Inv. 70, fol. 153.

4 Archives cantonales vaudoises (ACV), AMH, D 17/1‑3.

5 ASTOR, Inv. 70, fol. 49, mazzo 2 (70/49/2), compte de 1410‑12.

6 ACV, AMH, D 17/1, p. 159 : Libravit pro carpentoribus qui vacavernut 3 diebus in reparations mensarum, tripedum, portarum, scannorum, lectorum et aliorum.

7 ASTOR, 70/109/8, 1415‑16.

8 Cf. notamment la longue énumération de mobilier rapportée dans le compte de 1412‑13 (ASTOR, 70/97/16).

9 ACV, AMH, D 17/1, p. 167.

10 L’inventaire du château de Cossonay, établi en 1413, fait état de 65 vantaux de portes et de fenêtres, avec la description de leur serrurerie (ASTOR, gioie e mobili, mazzo 1 d’addizione, n° 3).

11 ACV, AMH, D 17/1, p. 29, compte de 1298.

12 ASTOR, 70/47/5, 1428‑29.

13 ASTOR, Inv. 16, Trésorerie générale de Savoie (TGS), vol. 92, fol. 308‑309.

14 ASTOR, 70/97/12, 1445‑46.

15 ASTOR, 70/29/6, 1412‑13 et 1417‑19.

16 ASTOR, Inv. 16, TGS, vol. 92, 1444‑45, fol. 242 sq., 16 sept. 1444 : « a Jenin Thuechieure, lequel fit un grand challyt et ung petit chariot dessous ledit grant, une selle percée pour monseigneur et ung torchier que l’on tenoit en la chambre de monseigneur, de quoi ledit Jenin a mys et employé de sa fuste une charrée de pos du prix de 11 gros, 2 chevrons de 1 gr. et demi la piesse, et 2 gr. et demi de taches et a vaqué ledit Jenin à faire lesdits ouvrages 6 jours, compte 2 gr. pour chacune journée 2 fl. 4 gr. ». Voir aussi note 6.

17 ASTOR, 70/109/4, 1383‑85.

18 ASTOR, 70/109/8,1415‑16 : Item in aula regis, in mensa ipsius regis, 3 lonos. Item circa dictam mensam, in scagnis, 2 lonos. Item in buffeto dicte aule, 2 lonos. Item in dicta aula in uno challiet, 10 lonos

19 ASTOR, Inv. 16, TGS, vol. 92, 1444‑45, fol. 308‑309.

20 Voir note 6.

21 ACV, AMH, D 17/1, p. 193.

22 ASTOR, 70/29/7, 1421‑23.

23 Avec celui de 1413 du château de Cossonay.

24 ASTOR, 70/97/6,1412‑13 : Item pro duabus caissis ad interponendum duas imagines. Item pro faciendo unum candelabrum positum in aula ad ponendum coram domino unam torchiam seu facem.

25 BRUCHET (M.). — Un Inventaire du château d’Annecy en 1393. Bulletin archéologique, 1898.

26 ASTOR, Inv. 16, TGS, vol. 92, fol. 242 sq., 6 sept. 1445.

27 ASTOR, Inv. 16, TGS, vol. 92, fol. 242 sq., 8 nov. 1445.

28 ASTOR, Inv. 16, TGS, vol. 91, fol. 429‑ 435 : Libravit ultimum Augusti Francisco Ranaysii, magistro hospiciiproduabus mutribus quas venire fecerat de Thonono Morgiam pro lactando Philippum dominum nostrum quas iterum rediri fecit propter paucitatem lactarum. 2 fl. pp.

29 ASTOR, Inv. 16, TGS, vol. 70, fol. 318 sq., 14 nov. 1424 : Libravit Bertholeto leFort tapicerio domini in exonerationem sui salarii. 4 fl. pp.

30 ASTOR, Inv. 16, TGS, vol. 21, fol. 139 sq., 20 oct. 1444.

31 ASTOR, gioie e mobili, mazzo 1 d’addizione, no 3.

32 A.D. Loire série B 1980, mai 1402.

33 Archives nationales, série P 492, no 696.

34 JACOTIN (A). — Preuves de la maison de Polignac. Paris, Leroux, 1898, IV, p. 377.

35 En simplifiant : Bas‑Rhin sans l’Alsace Bossue (cantons de Sarre‑Union, Drulingen et en partie de La‑Petite‑Pierre), mais en y ajoutant le comté de Dabo et les hautes vallées de la Zinsel du nord et de ses affluents, Haut‑Rhin et Territoire‑de‑Belfort, soit environ 940 communes actuelles.

36 SALCH (C.‑L.). — Dictionnaire des châteaux de l’Alsace médiévale, 1976. Il en recense 455 dans les limites des trois départements cités n. 2. Quelques‑uns sont fictifs, d’autres abusivement comptés pour deux ; en revanche d’autres sont oubliés (voir mon compte rendu In : Revue d’Alsace 105.1979, p. 209‑211), et les progrès de la recherche ne cessent d’en faire découvrir de nouveaux, dans les sources écrites ou sur le terrain.

37 Sur les fouilles de châteaux forts, voir en dernier lieu : Archéologie médiévale en Alsace, nouvelles recherches. Bull, de la Soc. industrielle de Mulhouse, n° 806, 1987, 41‑67 ; bibl. In : METZ (B.). — L’Etat de nos connaissances sur l’architecture des châteaux forts alsaciens. Saisons d’Alsace nos 80‑81 (27, 1983), 19‑26 (cf. ibld. 14 sur la sous‑représentation des châteaux de plaine).

38 Cf. METZ (n° 4), 13‑14, et WILDORF (C.). — L’Apparition des châteaux en Haute‑Alsace d’après les textes (1000‑1200). In : 101e congrès national des sociétés savantes, Archéologie, 1976, 61‑76.

39 Le thème de la fin des châteaux (cf. Châteaux‑Gaillard) reste à traiter pour l’Alsace ; quelques remarques. In: METZ (no 4), 17‑18.

40 Recherche : René KILL ; références complémentaires : B. METZ.

41 Mais buvait‑on vraiment de l’eau ? Les paix castrales, sortes de « règlements de copropriété » très fréquents aux xive et xve s. font souvent obligation aux copossesseurs de stocker au château une quantité donnée de quatre produits indispensables en cas de siège, toujours les mêmes : armes, munitions, farine, vin (par exemple à Nideck en 1422 : Revue d’Alsace, 94, 1955, 108). Le vin serait‑il de première nécessité si l’on considérait l’eau comme potable ?

42 HERTZOG (B.). — Edelsasser Chronik, 1592, V 2 (Lichtenberg) ; GALL (J.‑M.). — L’Approvisionnement en eau de la forteresse de Bernstein. Annuaire de la soc. d’hist. et d’archéol. de Dambach‑la‑ville. Barr, Obernai 1,1967, p. 49‑55.

43 Mitteilungen aus dem Vosgesen‑Club 28. 1895, 38‑39 (Herrenstein) ; Le château de Haut‑Barr (PA nos 107‑108), 1979, p. 83 fig. 58.

44 ABR C 78/46 ; éd. partielle, PA nos 66‑67, 1969, 22.

45 ABR G 591.

46 SCHERLEN (A.). — Perles d’Alsace I, 1926, p. 306.

47 Basler Zeitschrift für Geschichte 49, 1950, 127 ; cf. Annuaire de la soc. d’hist. sundgauvienne (1667) 1958, p. 141.

48 WIEGAND 61 et 63 nos 50 et 52 (Hohkoenigsburg, 1560) ; AMS VI 175/2 (Wangenburg, 1676).

49 ADAM (A.). — Das Bischöfliche Schloss Hohbarr. Bull, de la soc. pour la conservation des mon. hist. d’Alsace, 23, 1911, p. 36.

50 Le second puits de Hohkoenigsburg est creusé par des mineurs de Sainte‑Marie‑aux‑Mines, à 12 km de là (1562‑69) : WIEGAND 84 et 92 nos 64 et 76. De façon générale, les puits se font plus fréquents dans les châteaux de montagne proches d’un district minier.

51 Basler Zeitschrift für Geschichte 49, 1950, 116 (daté par erreur de 1567).

52 La correspondance conservée au sujet du creusement du second puits de Hohkoenigsburg (1560‑69) montre bien les hésitations des responsables, incertains du résultat et effrayés du coût : WIEGAND nos 49, 50, 52, 63, 64, 68, 70, 71, 76.

53 In : CZARNOWSKY (C.). — Les Vosges 33. 1953, no 3, p. 9.

54 WIEGAND 95 no 80 (das Rad bei dem Ziehbrunnen).

55 A cet égard, il y a beaucoup à attendre de la collaboration des archéologues miniers.

56 FISCHER (D.). — Die Burg Greifenstein und der St. Veitsberg, 1876, 6.

57 ABR E 271.

58 AM Obernai DD 12a.

59 PAPIERER (E.). — Kientzheim en Haute‑Alsace, 1982, 135‑136 ; PA 58‑59 (1969/2‑3), 35 cite AMS VI 166/2.

60 STEIN (G.). — Burgen und Schlösser in der Pfalz, 2 1986,156.

61 MEYER (W.). — Zisternen auf Höhenburgen der Schweiz, in Burgen und Schlösser 20.1979, p. 84‑90.

62 CZARNOWSKY (C.). — Die Wasserversorgung der Vosgesenburgen, in Elsassland 18.1938, p. 139‑142 ; GALL (J.‑M.). — Bilstein d’Urbeis, rapport 1965. Opération Taupe 2,1966, 27‑30 ; KILL (R.). — La Citerne à filtration du château de Grand‑Ochsenstein. Etudes Médiévales (suppl. archéol. à PA) 3, 1985, p. 125‑143 ; HAEGEL (B.), KILL (R.). — Le château fort sur le Daubenschlagfelsen, bilan de trois années de fouille, ibld. 1.1983, 41‑46, fig. 6‑7 et photos 19‑21 ; REXER (F.). — Travaux de rénovation au château de La‑Petite‑Pierre. PA n° 124,1983, p. 39‑4. (GAM 202 : citerne Brisach).

63 TROMBETTA (P.‑J.). — Sous la pyramide du Louvre : 20 siècles retrouvés. 1987, 38 et photo p. 39 ; PEROCCO (G.), SALVADORI (A.). — Civilità di Venezia I, 1973, p. 270‑273.

64 Ochsenstein : KILL (no 29) ; Helfenstein : Bull, de la Soc. d’hist. de Haguenau, 10. 1929, 37 ; Rougemont : communication de Pierre WALTER, responsable du chantier.

65 KILL (no 29).

66 En 1676, Wangenburg n’a pas (ou plus ?) de citerne : AMS VI 175/2.

67 Une citerne‑réservoir se trouve dans le château primitif de Landsberg (en chantier ou juste achevé en 1200) ; mais comme sa voûte obstrue une fente d’éclairage, elle n’est sans doute pas d’origine.

68 Sur ce concept cf. WIRTH (J.), CGAM 347‑ 363 : une minorité de châteaux de montagne retrouve une nouvelle valeur à l’âge de l’artillerie et est modernisée à grands frais.

69 BILLER, Winstein, 74‑85. La date de la tour du puits de Hohbarr est incertaine (en partie xive s. ?) : ZUMSTEIN (H.). — Haut‑Barr (no 10) 27‑28.

70 Recherche : PERAIS (G.), METZ (B.).

71 BINDING (G.). — Article « Abtritt ». Lexikon des Mittelalters 165‑66 (Müllheim/Ruhr, 883).

72 Le donjon de Birkenfels étant resté inachevé, on ne sait pas si une seconde latrine était prévue à l’étage d’entrée.

73 Vue et coupe incomplètes : FRICK (D.). CGAM 192. Rigole découverte par G. MEYER qui dirige les travaux actuels et m’en a aimablement informé, en ajoutant que le niveau ancien de la cour est plus haut que le sol de la cave ! Hohlandsberg n’est pas une résidence noble, mais un fort de garnison.

74 Par exemple aux logis de Wangenburg et de Hohenfels (2e moitié xiiie s.), et aussi d’Ulrichsburg (1201, cf. G. MEYER in CAF 136. 1982, 96).

75 Une au donjon nord de Hoheglsheim, datée par dendrochronologle de 1147 + 10, grâce Justement à une des poutres qui portaient la latrine (datation G. MEYER, cf. CAF 136. 1982, 165‑166) ; deux au donjon W de Dreistein (2e moitié du XIIIe s.), qui à vrai dire n’est guère plus qu’une tour d’escalier desservant le logis attenant.

76 BILLER, Winstein, 129, 139 et fig. 25 et 54.

77 ARENS (F.). — Die Königspfalz Wimpfen, 1967,117 et fig.

78 STEIN. Pfalz (n° 27), index sous Abortschächte et plans h. t.

79 Peut‑être avait‑il un second défaut : si l’ouverture à la base du conduit est petite, la vidange est pénible ; si elle est grande, il devient possible à un assaillant de s’y glisser. Je n’ai pas réussi à savoir de quel type étaient les latrines par lesquelles Château‑Gaillard a été pris en 1204.

80 Tous les châteaux cités dans ce dernier § sont du xiiie s., sauf Frandenburg (xiie s.), dont la latrine n’est pas d’origine.

81 Recherche B. Metz, qui a bénéficié des travaux de nombreux membres du GAMA sur la céramique de poêle.

82 MEYER (W.). — Burgstelle Rickenbach. Jahrbuch für Solothurnische Geschichte, p. 316‑409 (ici 331, 333), et Die Holzbauten auf der Frohburg. Château‑Gaillard 8, 1977, p. 253 sq. ; TAUBER, p. 234‑235 (révision en hausse de la datation de Rickenbach), p. 235‑268 (Frohburg) et p. 292‑294 (synthèse).

83 MEYER (G.), BRUNEL (P.). — Archéologie et architecture du Moyen Age (catalogue d’exposition, Colmar 1975), 83, sans référence précise ; La poterie de poêle de la France de l’Est (Cahier du Groupe d’Archéol. médiévale d’Alsace, 3), 1985, sous « Strasbourg » (fouilles anciennes, datations invérifiables).

84 Daubenschlagfels. La poterie... (n° 50). Les seuls châteaux du XIe s. fouillés (ou plutôt en cours de fouille) en Alsace sont Ottrott et Butenheim, pour lesquels les rapports sont publiés, J. BURNOUF éd., Butenheim (Annuaire de la soc. d’hlst. sundgauvienne) ; FEVRE (D.). — Ottrott, château de bois, château de pierre (Chantiers d’études médiévales) 1988 ne mentionnet pas (encore ?) de poêle. TAUBER, p. 341‑342, observe que les pots de poêle du XIe s. se cantonnent sur le versant sud du Jura suisse et qu’ils n’apparaissent guère sur le versant nord avant le XIIe s. avancé.

85 Sur ce point cf. TAUBER, et pour l’Alsace les travaux cités no 50 ainsi que MINNE (J .‑P.). — La Céramique de poêle de l’Alsace médiévale. 1977, résumé. EA 10, 6054‑6063.

86 Représentations contemporaines de poêles à pots ronds non jointifs. In : TAUBER p. 360‑362 (Zürich et Constance, 1èremoitié du xive s.) et In : Zeitschrift für Archäologie des Mittelalters 7.1979, 50, fig. 40 (Wûrzburg, vers 1250).

87 Sur ces aspects cf. surtout MINNE (no 52) et TAUBER (qui s’arrête au xive s.) ; cf. aussi FRANZ (R.). — Der Kachelofen, 1969 ; SCHNYDER (R.). — Keramik des Mittelalters (Aus dem Schweizerischen Landesmuseum in Zürich, 30).

88 MINNE (J.‑P.). In : EA 10, 6069 ‑ 73. A Ochsenstein en 1527, la salle basse ( under Stube) à côté de la cuisine reçoit un poêle mixte : le bas, en fonte, coûte 22 florins ; le haut, « vert » (en carreaux vernissés), 4 fl. 6 schilling seulement ; la même année, deux poêles « blancs » (en carreaux non vernissés ?) ne coûtent ensemble que 2 fl. : ABR E 1141.

89 Le terme de « cheminée à la française », attesté en Alsace au xviiie s., témoigne qu’à l’époque moderne l’alternative poêle/cheminée est rapportée à la différence entre les civilisations française et germanique ; concrètement, les mêmes architectes au service de l’intendance d’Alsace, selon qu’ils construisent pour des utilisateurs autochtones (par exemple un presbytère) ou d’origine française (par exemple une caserne) : cf. SCHWIEN (J.‑J.), — Archéologie médiévale en Alsace. Bull, de la Soc. industrielle de Mulhouse prévoient des poêles ou des cheminées. L’opposition n’a pas toujours été aussi simple, comme le montrent les pots de poêle trouvés en fouille à Montfélix (Champagne) et Pampailly (Lyonnais) et publiés. La poterie... (no 50).

90 Sauf dans le cas des Rauchöfen mentionnés par TAUBER 361, 363, 376, 378, dont la fumée s’échappe dans la pièce qu’ils chauffent.

91 BILLER (T.). — Die Ottrotter Schlösser, 2 : Burg Rathsamhausen. B et S 16.1975, p. 68‑87 (sur le chauffage p. 72‑74).

92 Peut‑être faut‑il citer ici le curieux « oriel » du logis de Wasenburg (2e moitié du xiiie s.), qui a une ouverture vers l’extérieur et un conduit de fumée, mais ne porte aucune trace de feu ! (relevés in CGAM 191). A Rougemont, le poêle trouvé en fouille dans une pièce du RC se chargeait depuis la cour (communication de P. WALTER).

93 Ce mur aujourd’hui disparu est figuré par J. ROTHMULLER (J.). — Vues pittoresques..., 1839, pl. 124 ; cf. BILLER (T.). — Die Ottrotter Schloösser, 1 : die Lützelburg. B et S 14. 1973, 6 (et 16. 1975, 74).

94 Etat actuel mutilé : photo CGAM 185, relevé In : SALCH (C.‑L.). — Le Château de Spesburg, 1977, p. 75 77 ; croquis de l’état vers 1900 : PIPER (O.). — Burgenkunde, 3, 1912 (rééd. 1967), p. 484.

95 EA 8, 4624 : dans ce cas, le poêle se chargeait depuis la pièce qu’il chauffait, car le conduit est ménagé dans un mur gouttereau, sans accès par l’extérieur.

96 Sur ce problème cf. TAUBER (en particulier 358‑381).

97 HAEGEL (B.), KILL (R.).— Daubenschlagfelsen. EM 3. 1985,15‑16, 28‑31, 37 ; (P. WALTER et coll.). 7 années de travaux au Vieux‑Château de Rougemont, 1983, 22.

98 MINNE, MEYER et BRUNEL, et La poterie..., cités nos 50 et 52.

99 BILLER (T.), METZ (B.). — Ortenberg. B et S 29. 1988, 1‑21, ici 6‑9.

100 Le mot français de poêle désigne à la fois l’appareil de chauffage ‑ en allemand (Kachel Oferi) –et la pièce qu’il équipe –en allemand Stube. Cf. Regesten der Markgraf en von Baden I no 1152 : séance de justice tenue au poille du chastel de Florimont (Territoire‑de‑Belfort) en 1360. Les carreaux de poêle, en allemand médiéval et moderne Kachel, sont appelés chachel dans une source francophone lorraine : reparacion… ou palle dudit chastel (de Lièpvre, Haut‑Rhin) ... pour refaire le fournel il y at pour 3 s. strasbourgeois de chachel (A.D. Meurthe‑et‑Moselle, B 9539, compte de 1485/86) ; ailleurs on les nomme catelles.

101 METZ (B.). — EA 2, 662‑665.

102 Par exemple BILLER, Winstein, 166‑177.

103 BRONNER (G.). — EA 8, 4622‑27.

104 Sur Ortenberg cf. no 66 ; sur Hohengeroldseck (mauvaise description et bibl. in Die Ortenau 64. 1984, 323‑335) Je me fonde sur les observations de T. Biller lors d’une visite commune du site.

105 Cf no 61 (Spesburg) et 58 (Rathsamhausen).

106 WIEGAND,— Hohkönigsburg, 35 no 36 (1530). Le chauffage à hypocauste n’est pas attesté dans les châteaux alsaciens ; pour un exemple thuringien (xiiiexive s.) cf. TIMPEL (W.). — Adelige Sachkultur des Spätmittelalters (Veröffentlichungen des Instituts für Mittelalterliche Realienkunde Oesterreichs, 5), 1982, p. 300‑302, qui mentionne aussi un fourneau de pierre.

107 Recherche B. METZ, utilisant très largement les études en partie inédites de T. Biller sur les fenêtres des châteaux alsaciens.

108 Relevé avant les dégradations récentes : WILL (R.) CGAM 186 ; cf. B. METZ Frankenburg. EA 5, 3172‑75.

109 Le petit logis roman d’Ulrichsburg est adossé au rocher sur deux niveaux ; le niveau inférieur, à même le rocher, a une cheminée et des fenêtres à décor sculpté ; le niveau supérieur est à même le rocher, partie au‑dessus du précédent.

110 Logis mal conservé ; des encadrements et tympans trouvés en « fouille » (KOEBERLE [E.]. — Les Ruines du château de Lutzelbourg, 1909) prouvent qu’il était luxueux.

111 Relevé : H. ZUMSTEIN. B et S 15. 1974, 119.

112 Relevé : Inventaire général... canton de Saverne, 19, et PA no 107/108, 1979, 15.

113 Photos BILLER (T.). — Rathsamhausen ; relevé du château par J.‑P. FREY. In : SALCH (C.‑L.). — Le Château de Rathsamhausen‑Ottrott, 1974.

114 WIRTH (J.). — Les Châteaux forts alsaciens du xiie au xive s. 1975, 51‑59 (et 34‑36) ; le même texte in CGAM ; BILLER, Windstein, 302.

115 BILLER, Windstein, 309‑316 ; avec vue de la fenêtre de Wildenberg, plan de celle de Gelnhausen et bibl. de ces édifices à la datation controversée.

116 POLACZEK (E.). — Das Romanische Haus in Rosheim. Revue alsacienne illustrée, 7, 1905 (avec plan et relevés). A cette époque, Rosheim est un bourg en voie d’urbanisation, et le Heidehüs (avec un seul étage au‑dessus du RC légèrement surélevé et percé d’une porte d’origine) pourrait être le logis d’un ministériel. Il est abusif d’y voir une tour sur motte, voire un château, comme le fait SALCH (C.‑L.). — Rosheim, châteaux, palais [sic !], maisons nobles et remparts. 1988, 6‑7, qui pour les besoins de sa thèse contredit les données monumentales les plus évidentes.

117 Datation dendrochronologique : MEYER, 96 ; relevés in : EBHARDT (D.). — Deutsche Burgen, (1902‑05). Il 293, 296, reproduits in BILLER, Windstein, 297 et 313.

118 Datation par un sondage de P. BRUNEL et G. MEYER : Annuaire de Colmar, 23. 1973,144.

119 Datation stylistique et sources : T. BILLER.

120 BILLER (T.). — Rathsamhausen, no 70.

121 Cf. T. BILLER, Windstein, 306‑308. Bon nombre de châteaux des Vosges ont vue à la fois sur la montagne boisée et sur la plaine cultivée ; les fenêtres généralement situées à l’étage supérieur du château haut bénéficient pleinement de cette vue.

122 Ce n’est donc pas elle qui détermine la petitesse des fenêtres du XIIe s. : BILLER, Windstein, 306.

123 BILLER (T.). — Architektur der Défensive : die Entwicklung der Adelsburg Im Elsass 1150‑1250. In : K. CLASBERG et alii, ed. : Bauwerk und Bildwerk im Hochmittelalter, 1981, 66‑70.

124 BILLER (T.), METZ (B.). — Interdiszipllnäre Zusammenarbeit von Historiker und Architekt zur Erforschung der Mittelalterlichen Adelsburg, dargestellt an Elsässischen Beispielen. Alemannisches Jahrbuch 1984/86 (paru en 1988), p. 147‑181, ici p. 167‑172 ; R. SCHELLMANNS, Wasenburg, EA 12, 7682‑ 87.

125 BILLER, Lützelburg, 4‑6.

126 METZ (B.). — Blrdenfels, EA ; BILLER‑METZ, p. 172‑179.

127 BRONNER (G.), METZ (B.), SCHNITZLER (B.). — Un Château double au xiiie s. : le Landsberg à la lumière des travaux récents. Cahiers alsaciens d’archéologie, d’art et d’histoire, 24, 1981, p. 71‑94.

128 T. BILLER, Windstein, 138‑141 et 217‑ 223.

129 PIPER 463‑465 ; G. JARITZ et alii. Adelige Sachkulur), 54 ‑55.

130 Informations de R. Schellmanns (Hohenfels), G. Perals (Geroldseck), et P. Brunel (Hageneck). SALCH (C.‑L). — Guerre et vie quotidienne à l’Ortenberg. (Thèse de 3e cycle dactyl., université Paris X, 1978), I p. 69 et 195, II p. 565‑ 567, III pl. 68‑69, a trouvé à Ortenberg du verre plat de mauvaise qualité et des résilles de plomb dans la couche de destruction de 1293 ; il en conclut que les fenêtres étaient vitrées dès la construction du château (vers 1260‑65).

131 BILLER, Windstein, 139 et 172.

132 K. HAMMEL in Die Ortenau 21, 1934, 522, et in Badische Fundberichte 19. 1951, 97.

133 A cette date, il est encore rare en Autriche (JARITZ, cité n. 96). Dans le NW de la Suisse, Il apparaît également plus tard qu’en Alsace : MEYER (W.). — Die Löwenburg im Schwelzer Jura. 1968,194 ; ID., Die Burgruine Alt ‑ Wartburg, 1974, 125,

134 SALCH, Ortenberg), 1196 ; pour Hohenfels : information de R. Schellmanns.

135 Les trous de grillage sont fréquents sur les encadrements de fenêtres, mais non datables.

136 Archives de la Couronne d’Aragon (ACA), Reg. 11, fol. 176 r., du 4 des ides de juillet 1260.

137 ACA., Reg. 10, fol. 65, du 2 des ides de Juillet 1258.

138 ACA., Reg. 42, fol. 216 (du 8 des calendes de janvier 1279). Ce document est publié dans J. Mestre Palacio, Alcalali, Valence, 1970, p. 663.

139 Archives du Royaume de Valence, Protocoles, n° 2830, fol. 2 avant la fin, v°.

Table des illustrations

Légende FIG. 93 – Château de Rochebaron : vue générale.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/36833/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende FIG. 94 – Plan du château de Rochebaron. 1 châtelet d’entrée ; 2 fermes ; 3 porte fortifiée ; 4 poterne ; 5 entrée du château ; 6 puits ; 7 chapelle ; 8 cuisine ; 9 grand logis ; 10 tour triangulaire ; 11 tour circulaire.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/36833/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende FIG. 95 – Château de Rochebaron : la tour ronde vue depuis la seconde basse‑cour.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/36833/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Légende FIG. 96 – Château de Rochebaron : coupe de la tour ronde.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/36833/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende FIG. 97 – Château de Rochebaron : façade extérieure de la chapelle et du châtelet d’entrée.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/36833/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende FIG. 98 – Façade de la chapelle vue depuis la cour principale du château.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/36833/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende FIG. 99 – Elévation de la chapelle.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/36833/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende FIG. 100 – La‑Petite‑pierre : puits
Crédits cliché pris du bas vers le haut, A. Rebert
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/36833/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Légende FIG. 101 – Alt Dahn (Palatinat) : vestiges d’une citerne‑réservoir, creusée dans le roc
Crédits cliché A. Rebert
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/36833/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Légende FIG. 102 – Nouveau Wasigenstein : citerne à filtration
Crédits cliché R. Kill
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/36833/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Légende FIG. 103 – Vieux Wasigenstein : citerne‑réservoir (?)
Crédits cliché A. Rebert
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/36833/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende FIG. 104 – Daubenschlagfelsen : citerne, coupe.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/36833/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende FIG. 105 – Greifenstein : latrine du deuxième niveau
Crédits dessin B. Parent d’après K. Staatsman
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/36833/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende FIG. 106 – Fonctionnement du poêle (coupe)
Crédits dessin B. Parent
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/36833/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende FIG. 107 – Wasenburg : chauffage alimenté par l’extérieur
Crédits dessin B. Parent
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/36833/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende FIG. 108 – Ortenberg : répartition des pièces et focalisation des cheminées
Crédits dessin B. Parent d’après T. Billet
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/36833/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende FIG. 109 – Hohkoenigsburg : fenêtre romaine vue de l’extérieur et de l’intérieur
Crédits dessin B. Parent
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/36833/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende FIG. 110 – Ulrichsburg : fenêtres de 1201
Crédits dessin B. Parent
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/36833/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende FIG. 111 – Birkenfels : grande fenêtre ; élévation et plan (dessin B. Parent).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/36833/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende FIG. 112 – Château de Castalla (Alicante) : vue d’ensemble des structures d’époque chrétienne.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/36833/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende FIG. 113 – Carte de répartition des châteaux mentionnés. 1 Kozmin (1375) ; 2 Wenecja (1375) ; 3 Pakosc (1375) ; 4 Boleslawiec (1390) ; 5 Goslawice (1420) ; 6 Boryslawice (1425) ; 7 Lutomiersk (1410) ; 8 Oporow (1425) ; 9 Gostynin (1425).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/36833/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 43k

Auteurs

Chercheur au Fonds national de la recherche de Suisse.

Maître en archéologie médiévale.

Le GAMA (Groupe d’archéologie médiévale d’Alsace) est un groupe de travail informel qui réunit depuis 1982, sous l’égide de la direction des Antiquités Historiques d’Alsace, presque toutes les personnes actives en Alsace dans le domaine de l’archéologie médiévale. Son but est d’échanger des informations et d’impulser des recherches collectives. Comme la plupart des membres du groupe travaillent ou ont travaillé sur un ou plusieurs châteaux forts, le présent colloque nous est apparu comme l’occasion d’une telle recherche. Adoptant une suggestion de Joëlle Burnouf, nous l’avons centrée sur la notion de confort. Sur chaque élément de confort retenu, l’information a été recueillie par un membre du GAMA, qui sera cité en son lieu. En outre, pour leur participation aux réunions préparatoires, l’envoi de dossiers, le prêt de diapositives, nous remercions G. Bronner, M. Frey, B. Haegel, R. Schellmanns, J.‑J. Schwien et P. Walter.

Docent à l’inst

itut d’histoire de la culture matérielle de Lodz (Pologne).

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search