Version classiqueVersion mobile

L’art de tatouer

 | 
Valérie Rolle

Illustrations

Texte intégral

1. Le tatoueur tend la peau du client pour y colorer de vert les écailles d’un dragon qui remonte jusqu’au torse. Le résultat de l’encrage renvoie toujours à un processus au cours duquel prestataire et destinataire du service entrent dans un corps à corps. Séance de retouches d’un mollet dans le style japonais, 2013 (photo V. Rolle).

A1. L’aménagement matériel du studio contribue à des stratégies de présentation de soi qui évoluent au fil du temps. Les tatoueurs accueillant une clientèle majoritairement profane privilégient la préservation d’espaces nets et rangés, offrant ainsi tous les signes d’un respect des règles sanitaires auxquelles s’ajoute le cloisonnement de l’espace à tatouer. Studio de tatouage, 2007 (photo V. Rolle).

A2. Les tatoueurs exposent en priorité des dessins donnant libre cours à leur créativité. Certains peuvent être signés et encadrés, comme ici la série d’études pour des bodysuits (tatouage intégraux ou semi-intégraux). Studio de tatouage, 2007 (photo V. Rolle).

A3 et A4. La valorisation de leurs aptitudes peut emprunter deux voies chez les tatoueurs. La première fait la part belle à la polyvalence à travers l’exposition d’un panel de photographies illustrant la diversité des demandes prises en charge au studio. La seconde promeut la créativité du tatoueur grâce à la présentation des calques (dessins préparatoires) les plus grands et les plus fins. L’évolution de leur composition peut signaler une spécialisation du tatoueur dans un ou des style(s) de tatouage. Studios de tatouage, 2013 et 2007 (photo V. Rolle).

A5. Dans un monde où aucune certification officielle n’atteste les savoir-faire des tatoueurs, leur expertise s’exprime à travers des signes matériels, comme l’accumulation de prix gagnés lors de concours de tatouage. Studio de tatouage, 2013 (photo V. Rolle).

A6. Les albums de photos réunissant les meilleures et les plus récentes réalisations du tatoueur peuvent remplacer la présentation de prix, jugés moins convaincants que le résultat concret du travail. Studio de tatouage, 2007 (photo V. Rolle).

A7. La préparation de la tablette de travail en vue d’une séance de tatouage révèle des différences dans les logiques de présentation de soi des tatoueurs. Lorsque le tube, les aiguilles et les capsules vouées à contenir l’encre sont emballés sous pochette stérile à côté de la machine à tatouer, le client (souvent néophyte) est placé en position de témoin du dispositif sanitaire mis en place par le tatoueur. Studios de tatouage, 2013 (photo V. Rolle).

A8. Les démarches hygiéniques entreprises vont de soi pour les tatoueurs confrontés à une clientèle habituée ou informée de la réputation du studio. Les machines à tatouer sont, dans ce cas, montées et prêtes à l’emploi, de même que le matériel nécessaire à l’encrage. Studios de tatouage, 2013 et 2007 (photo V. Rolle).

1Cette série de photographies présente le projet de tatouage de Pascal (pseudonyme), dont j’ai suivi le processus d’encrage entre juin 2008 et juillet 2010.

2Pour trouver son motif, Pascal ne veut passer ni par Internet, ni par un magazine. Il souhaite que son motif « vienne à lui ». Mais l’idée de dessin tribal qu’il a en tête pour recouvrir son dos est trop abstraite. Pour la communiquer, il a besoin d’un référent visuel. Il se résout donc à chercher des images sur Internet avec les mots clés « blue » et « tribal ». Il précise avoir choisi un dessin de tribal et non la photo d’un dos tatoué dans ce style. Il ne veut en effet pas se servir d’une image déjà réalisée sur un autre pour son propre projet. Il est conscient que ce dessin a sans doute été repris mais estime qu’en pareil cas, il a forcément fait l’objet d’une modification. Cette démarche lui permet de ré-enchanter sa trouvaille : le dessin s’est bien imposé à lui et correspond à l’idée qu’il s’en faisait (image B1).

3Pour retravailler le canevas, le tatoueur, alors apprenti, dessine à main levée sur le dos de Pascal avec des crayons de couleur trempés dans de l’eau (photo B2). Sans jamais dénigrer la demande de son client, il justifie les transformations opérées par des arguments graphiques et morphologiques. L’étoile qui orne l’omoplate droite de Pascal, inspirée du logo du groupe de metal Metallica, implique de revoir la trame initiale du dessin. Le tatoueur opère ainsi sur la moitié droite du dos de son client et reproduira par symétrie la partie gauche. Il estime également préférable d’étendre et d’affiner les courbes du motif afin d’éviter les lourdeurs et de ne pas faire ressortir les parties plus charnues de son client. Pascal observe le processus à l’aide d’un miroir ; il précise ce qu’il souhaite, propose des modifications et complimente le tatoueur. Cette première ébauche achevée, le dessin est reporté sur une feuille pour être peaufiné et soumis à Pascal qui, une fois satisfait, peut passer sous les aiguilles.

4La première séance de tatouage (en février 2009) consiste à reproduire à l’identique l’étoile sise à droite sur l’omoplate gauche (photo B3). L’apprenti-tatoueur prend désormais des photos à l’issue de chaque séance afin de garder trace de l’évolution de son travail, qu’il expose sur son site Internet. Début mars, les contours du motif sont tatoués au cours d’une longue séance (photo B4). Ils sont épaissis lors des deux rendez-vous suivants (photos B5 et B6). Le remplissage s’étend ensuite sur six séances, dont la première consiste à négocier le choix des couleurs. N’ayant pas assisté à cet échange, j’interroge séparément Pascal et son tatoueur plus tard. Le jeune tatoueur confesse alors ce qu’il ne peut dire à son client : à son stade d’apprentissage, il n’est pas en mesure de transposer au tatouage le dégradé de bleus de l’image initiale. Autour de notre habituel café post-encrage, Pascal me raconte cependant que son tatoueur a d’abord écarté la possibilité de reproduire à l’identique les couleurs du dessin pour ne pas alourdir le motif en donnant trop de poids au bas du tatouage avant de lui proposer de jouer sur un contraste fort entre du bleu et du rouge. Comme il se montre peu convaincu, le tatoueur suggère de mélanger le rouge et le bleu pour obtenir du violet à marier avec du noir et du bleu. Conquis par l’idée, Pascal laisse à son tatoueur une marge de manœuvre complète dans la pose de ces couleurs (photos B7 à B12).

5Si au départ le tatoueur marque au stylo les espaces à encrer pour se garder de remplir un interstice voué à rester vierge, il abandonne ensuite ce procédé. Il ne grave plus non plus des lignes dénuées d’encre pour structurer les surfaces à colorer, comme le laisse entrevoir la photo B8 sur les pointes ornant le cou de Pascal. L’apprenti-tatoueur cesse également de survoler les espaces à tatouer de sa main pour se préparer mentalement à ses prochaines interventions. En juin 2009, le remplissage se clôt par l’ajout de deux pointes sur les épaules de Pascal (photo B12), dont le tracé avait été esquissé sur l’épaule droite à la suite de l’épaississement des lignes (photo B6). Deux séances de retouches achèvent le tatouage en septembre 2009 puis en juillet 2010, après une longue pause suscitée par la répugnance de Pascal à se soumettre aux aiguilles, à l’instar des tatoués qui ont trop longuement supporté les irritations qu’elles provoquent.

B1 – (extrait d’un des nombreux sites internet qui reproduisent cette image).
B2 – (photo V. Rolle).
B3 à B12 – de 2008 à 2010 (photos M. Buchi).

6La tension électrique diffusée dans la machine à tatouer par un cordon d’alimentation relié à un transformateur (non présents sur la photo C1) fait passer le courant dans les électro-aimants de la machine à tatouer : des bobines de cuivre isolées (ici par une gaine noire). Le courant qui passe dans les bobines fait descendre la masselotte en l’aimantant. Ce mouvement vient déconnecter la lamelle (appelée « ressort avant ») de la vis de contact, coupant par là même le flux électrique. Par force mécanique, le ressort arrière repousse la masselotte vers le haut, permettant à un nouveau cycle électrique d’assurer le mouvement de va-et-vient des aiguilles. Celles-ci sont fixées au bout d’une longue tige reliée à la masselotte par un crochet. Le passage de cette tige dans un tube vissé au cadre de la machine permet sa prise en main. Il s’agit ici d’une machine réservée aux lignes. Juste derrière, on peut voir un embout de machine dédiée au remplissage avec un assemblage d’aiguilles plus élevé (photo C1). C’est essentiellement à travers leur cadre ou la gaine des bobines que les machines sont individualisées, comme le montrent les deux machines non montées au cadre en acier (photo C.2) et en laiton (photo C3). Depuis quelques années, les machines rotatives sont également utilisées (surtout pour le lignage). Un principe de biellette transforme le mouvement rotatif en mouvement linéaire, assurant ainsi le va-et-vient des aiguilles (photo C4).

D1 Musique

D1. 1 Page tirée d’une interview d’Alex de Tattoo syndicat, un tatoueur spécialisé dans le portrait. Son goût pour « l’hyperréalisme gore » est ici illustré par la reproduction littérale d’une image de Gene Simmons, chanteur de Kiss (en haut à gauche), et de Marilyn Manson (à droite) se référant à leurs performances scéniques, et une libre interprétation de la figure du King (en bas à gauche) (extrait de Tatouage Magazine, n° 44, mai/juin 2005 : 31).

D1.2 En parallèle à l’interview d’un tatoueur canadien, la reproduction de ses réalisations, dont une réplique de diverses jaquettes des disques du groupe Iron Maiden mettant en scène Eddie, la mascotte morte-vivante de cette formation de heavy metal née au milieu des années 1970 (extrait de Skin & Ink, janvier 2005 : 55, DR).

D1.3 Reportage sur Jack Ribeiro, un tatoueur ayant réalisé le portrait de Kurt Cobain, figure de proue de la scène grunge avec son groupe Nirvana (début des années 1990), accompagné de l’illustration du disque In Utero (1993), dernier album produit par cette formation avant le suicide de son leader. On notera également la présence de Frankenstein sous les traits de Boris Karloff (extrait de Tatouage Magazine, n° 59, novembre/décembre 2007 : 31).

D1.4 Un dos en hommage au punk avec, en son centre, les membres du groupe Ramones, en dessous à gauche le logo des Misfits et à droite une référence probable à Sid Vicious, le bassiste des Sex Pistols. Tatouages de Olivier de Tattoo Lounge (extrait de Tatouage Magazine, n° 48, janvier/février 2006 : 26).

D1.5 Dans un hors-série dédié aux styles de tatouage, cette page exemplifie « le portrait » avec la reproduction d’une photographie de Tupac Amaru Shakur alias 2Pac, rappeur américain assassiné en 1996 à l’âge de 25 ans après une carrière ayant connu des records de vente de disques, mais aussi une photo des Rolling Stones avec Keith Richards, le guitariste du groupe, en avant-plan. On peut aussi repérer, en bas à droite, les portraits de Johnny Cash et de Bob Marley (extrait de Tatouage Magazine, hors-série n° 4, juin 2008 : 48).

D2 Personnalités célèbres

D2.1 Portfolio consistant à présenter un tatoueur uniquement à travers les images de son travail avec, ici, entre réalité et fiction, Al Capone, célèbre figure du crime organisé sous la prohibition entouré des emblèmes de quelques-unes des activités qui lui valurent fortune et postérité. Tatouages de Stéphane Chaudesaigues de Graphicaderme (extrait de Tatouage Magazine, n° 53, novembre/décembre 2006 : 68).

D2.2 La rubrique « album » dédie toujours quelques pages aux photographies envoyées par les tatoués eux-mêmes. On retrouve, en haut à gauche, une réplique de Muhammad Ali, né Cassius Clay, boxeur américain de renommée mondiale et personnalité contemporaine. À noter le portrait de Jimmy Hendrix tiré de la pochette du disque Electric Ladyland sorti en 1968 (extrait de Tatouage Magazine, n° 57, juillet/août 2007 : 88).

D2.3 Dans la rubrique des tatouages des lecteurs, une reproduction à l’effigie de Marilyn Monroe, encore régulièrement tatouée sur les peaux aujourd’hui. On retrouve, à ses côtés, des figures célèbres du cinéma comme Clint Eastwood, Anthony Hopkins et Malcolm McDowell dans quelques-uns de leurs rôles phares (extrait de International Tattoo Art, décembre 1994 : 75, DR).

D3 Cinéma

D3.1 Reportage sur un tatoueur avec diverses reproductions de personnages de films : en haut à gauche Sylvester Stallone dans Cobra (George Cosmatos, 1986), et en bas Frankenstein ou encore Charlot (extrait de International Tattoo Art, août 1994 : 30, DR).

D3.2 Compte-rendu en image d’une convention nationale avec un dos reproduisant la scène d’Easy Riders (Dennis Hopper, 1969) où Peter Fonda, qui incarne Wyatt, est remplacé par le portrait du porteur de ce dos. À noter, en bas à droite, un portrait du musicien Frank Zappa (extrait de International Tattoo Art, septembre 1996 : 80, DR).

D3.3 Reportage sur un tatoueur avec, en illustration, son travail de reproduction de la scène où Alex DeLarge subit un traitement censé le guérir de sa violence par le choc des images. Les références ou les clins d’œil à Orange mécanique (Stanley Kubrick, 1971) sont très fréquents (extrait de Outlaw Biker Tattoo Revue, mars 1993, n° 25, DR).

D3.4 Reportage sur Alex de Tattoo syndicat, un tatoueur spécialisé dans la copie de personnages de films d’horreur. On reconnaît Pinhead incarné par Doug Bradley dans Hellraiser (Clive Barker, 1987) et Gollum du Seigneur des anneaux (Peter Jackson, 2001). (Extrait de Tatouage magazine, n° 44, mai/juin 2005 : 23).

D3.5 Les tatouages des lecteurs avec des répliques réalistes de Johnny Depp dans Cry Baby (John Waters, 1990) et du faune du film Le Labyrinthe de Pan (Guillermo del Toro, 2006). Ils sont accompagnés d’une réinterprétation du personnage de Yoda (La Guerre des étoiles, George Lucas, 1977) en pirate fumeur de marijuana (extrait de Tatouage magazine, n° 64, septembre/ octobre 2008 : 90).

D3.6 Pour illustrer le travail d’un « tatoueur-né », deux mollets qui reproduisent l’univers de L’Étrange Noël de Mr Jack (Tim Burton, 1993). Les clins d’œil à ce long métrage d’animation sont récurrents et les références à d’autres œuvres du même réalisateur régulières (extrait de Tatouage magazine, n° 45, juillet/août 2005 : 26).

D3.7 L’adaptation cinématographique des comic books américains a suscité un intérêt pour les superhéros, auparavant absents des peaux. Elle a aussi provoqué un retour aux représentations originelles de ces personnages, comme le montre cette copie de Wolwerine, alias Serval dans la traduction française. Tatouage de Jack Ribeiro (extrait de Tatouage magazine, n° 59, novembre/décembre 2007 : 27).

D4 Cartoons, dessins animés, films d’animation

D4.1 Page dans le style cartoons d’un numéro hors série dédié aux styles de tatouage avec entre autres : Betty Boop, Calimero, Titi et Spiderman (inclus dans une « manche » consacrée à des personnages de fiction). On peut aussi observer des personnes « réelles » comme Édith Piaf et un portrait avec prénom (sur le haut du bras), vraisemblablement le fils du porteur de ce tatouage (extrait de Tatouage magazine, hors-série n° 4, juin 2008 : 69).

D4.2 Dans l’encart d’une page de reportage sur une « tatoueuse à suivre » (ici Isabelle de Graphicaderme) on découvre Winnie l’Ourson et Polochon, le meilleur ami d’Ariel dans La Petite Sirène (Walt Disney, 1989). On peut aussi repérer, en bas à droite, la bête Alien (extrait de Tatouage magazine, n° 45, juillet/août 2005 : 94).

D4.3 Page de reportage en convention avec, en bas à gauche, une « manche » dédiée à Albator, pirate de l’espace aux commandes de son vaisseau le Death Shadow en dessous duquel se décline le visage de Toshiro, son fidèle ami, puis l’univers de Goldorak, autre série japonaise adaptée d’un manga et diffusée sur les chaînes françaises au cours des années 1980 (extrait de Tatouage magazine, n° 44, mai/juin 2005 : 84).

D4.4 Dans l’album des tatoués, un dos entièrement dédié à Blanche-Neige et les Sept Nains (Walt Disney, 1937) ; une pièce probablement teintée d’ironie et en attente d’un décor. À son côté, un dos dédié à Dark Vador et à l’étoile noire (La Guerre des étoiles, George Lucas, 1977). En dessous, le masque de Spiderman (extrait de Tatouage magazine, n° 56, mai/juin 2007 : 93).

D5 Particularités françaises

D5.1 Pour un reportage en convention, un tatoué se laisse photographier le dos et le torse, entièrement dédiés au cinéma français et à ses acteurs les plus légendaires comme Bourvil, Louis de Funès, Fernandel, Coluche, Jean Gabin, Simone Signoret ou encore Richard Bohringer. La 2CV Citroën du film Le Corniaud (Oury, 1965) y tient également une place de star (extrait de Tatouage magazine, n° 57, juillet/août 2007 : 67).

D5.2 Des tatouages, probablement de bikers, qui font la part belle à la moto, avec un exemple de libre interprétation de Astérix le Gaulois de Uderzo et Goscinny par un tatoueur hollandais. Cette image témoigne de la circulation internationale de la bande dessinée française, traduite dans plus de cent langues (extrait de International Tattoo Art, décembre 1994 : 90, DR).

D5.3 Avec le portrait de Fred de Neo Tattoo, ses réalisations dont le « fourreux », animal de compagnie de Pélisse, héroïne de la bande dessinée La Quête de l’Oiseau du Temps de Régis Loisel (extrait de Tatouage magazine, n° 60, janvier/février 2008 : 27).

D5.4 Travaux d’un tatoueur à suivre (ici Stéphane de Original Kustom Tattoo), auteur d’une appropriation au second degré de Casimir, héros de l’émission télévisée L’île aux enfants, et ici pris pour cible au centre d’une toile (extrait de Tatouage magazine, n° 50, mai/juin 2006 : 90).

D6 Art

D6.1 Divers tatouages dans le style biomécanique (en haut et en bas à gauche). Hans Ruedi Giger, des œuvres duquel ils sont inspirés, pose avec amusement aux côtés d’un fan de ses œuvres lors d’une convention de tatouage. Il a dédié à ceux qui ont reproduit des éléments de son univers sur leur corps un espace libre d’accès à l’entrée de son musée (en Gruyères, Fribourg). (Extrait de International Tattoo Art, juillet 1996 : 87, DR).

D6.2 Au milieu de tatouages dans le style old school, un dos exclusivement dédié à Dalí, avec le portrait de l’artiste surréaliste et la fusion de trois de ses œuvres phares : Les Éléphants (1948), La Gare de Perpignan (1965) et La Désintégration de la persistance de la mémoire (1952-1954) (extrait de Tatouage magazine, n° 44, mai/juin 2005 : 83).

D6.3 Reportage en convention avec la reproduction personnalisée de la célèbre affiche Dance d’Alfons Mucha (1898), qui inspire souvent les tatoués (extrait de Tatouage magazine, n° 58, septembre/octobre 2007 : 89).

D6.4 Portrait d’une tatouée dont la cuisse reproduit La Naissance de Vénus du peintre de la Renaissance Sandro Botticelli (1485). (Extrait de Skin & Ink, janvier 2005 : 20).

D6.5 Lors d’un concours aux États-Unis, un tatoué présente son dos orné de la réplique de La Joconde (Léonard de Vinci, 1503- 1506). Un peu plus haut, on peut repérer les portraits de Buddy Holly et d’Elvis Presley sur une cuisse (extrait de International Tattoo Art, août 1994: 64, DR).

D6.6 Reportage sur un graphiste devenu tatoueur avec, en bas à droite, une adaptation du tableau « surréaliste pop » Clear Hearts, Grey Flowers de Mark Ryden (2000), figure centrale de ce mouvement artistique (extrait de Tatouage magazine, n° 62, mai/juin 2008 : 26).

D6.7 Dans la galerie des tatouages de lecteurs, nouvelle reproduction littérale d’une toile de Mark Ryden, artiste surréaliste pop le plus prisé par les tatoués, avec Jajo, Patron Saint of Clowns (1994). En bas à droite, également encadrée, la reproduction de l’affiche du film Las Vegas Parano (Terry Gilliam, 1998). (Extrait de Skin & Ink, janvier 2004 : 84).

D7 Objets de consommation

D7.1 Page complète sur un bras entièrement consacré à de célèbres jeux vidéo comme Bubble Bobble, Donkey Kong, Zelda ou encore Super Mario Bros (extrait de Tattoo, n° 216, août 2007 : 48, DR).

D7.2 Pucca, personnage coréen apparu en 2000 destiné à vendre des biens de consommation courante et nouveau concurrent de Hello Kitty, existant depuis 1976, dont Diddl et Diddlina, créations allemandes (1990), représentent un équivalent européen que l’on retrouve également parfois sur les peaux (extrait de Tatouage magazine, n° 65, novembre/décembre 2008 : 26).

Table des illustrations

Légende 1. Le tatoueur tend la peau du client pour y colorer de vert les écailles d’un dragon qui remonte jusqu’au torse. Le résultat de l’encrage renvoie toujours à un processus au cours duquel prestataire et destinataire du service entrent dans un corps à corps. Séance de retouches d’un mollet dans le style japonais, 2013 (photo V. Rolle).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3640/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Légende A1. L’aménagement matériel du studio contribue à des stratégies de présentation de soi qui évoluent au fil du temps. Les tatoueurs accueillant une clientèle majoritairement profane privilégient la préservation d’espaces nets et rangés, offrant ainsi tous les signes d’un respect des règles sanitaires auxquelles s’ajoute le cloisonnement de l’espace à tatouer. Studio de tatouage, 2007 (photo V. Rolle).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3640/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,7M
Légende A2. Les tatoueurs exposent en priorité des dessins donnant libre cours à leur créativité. Certains peuvent être signés et encadrés, comme ici la série d’études pour des bodysuits (tatouage intégraux ou semi-intégraux). Studio de tatouage, 2007 (photo V. Rolle).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3640/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 4,1M
Légende A3 et A4. La valorisation de leurs aptitudes peut emprunter deux voies chez les tatoueurs. La première fait la part belle à la polyvalence à travers l’exposition d’un panel de photographies illustrant la diversité des demandes prises en charge au studio. La seconde promeut la créativité du tatoueur grâce à la présentation des calques (dessins préparatoires) les plus grands et les plus fins. L’évolution de leur composition peut signaler une spécialisation du tatoueur dans un ou des style(s) de tatouage. Studios de tatouage, 2013 et 2007 (photo V. Rolle).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3640/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Légende A5. Dans un monde où aucune certification officielle n’atteste les savoir-faire des tatoueurs, leur expertise s’exprime à travers des signes matériels, comme l’accumulation de prix gagnés lors de concours de tatouage. Studio de tatouage, 2013 (photo V. Rolle).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3640/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Légende A6. Les albums de photos réunissant les meilleures et les plus récentes réalisations du tatoueur peuvent remplacer la présentation de prix, jugés moins convaincants que le résultat concret du travail. Studio de tatouage, 2007 (photo V. Rolle).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3640/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 3,6M
Légende A7. La préparation de la tablette de travail en vue d’une séance de tatouage révèle des différences dans les logiques de présentation de soi des tatoueurs. Lorsque le tube, les aiguilles et les capsules vouées à contenir l’encre sont emballés sous pochette stérile à côté de la machine à tatouer, le client (souvent néophyte) est placé en position de témoin du dispositif sanitaire mis en place par le tatoueur. Studios de tatouage, 2013 (photo V. Rolle).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3640/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Légende A8. Les démarches hygiéniques entreprises vont de soi pour les tatoueurs confrontés à une clientèle habituée ou informée de la réputation du studio. Les machines à tatouer sont, dans ce cas, montées et prêtes à l’emploi, de même que le matériel nécessaire à l’encrage. Studios de tatouage, 2013 et 2007 (photo V. Rolle).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3640/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3640/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3640/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende B1 – (extrait d’un des nombreux sites internet qui reproduisent cette image).B2 – (photo V. Rolle).B3 à B12 – de 2008 à 2010 (photos M. Buchi).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3640/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3640/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1013k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3640/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende D1. 1 Page tirée d’une interview d’Alex de Tattoo syndicat, un tatoueur spécialisé dans le portrait. Son goût pour « l’hyperréalisme gore » est ici illustré par la reproduction littérale d’une image de Gene Simmons, chanteur de Kiss (en haut à gauche), et de Marilyn Manson (à droite) se référant à leurs performances scéniques, et une libre interprétation de la figure du King (en bas à gauche) (extrait de Tatouage Magazine, n° 44, mai/juin 2005 : 31).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3640/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Légende D1.2 En parallèle à l’interview d’un tatoueur canadien, la reproduction de ses réalisations, dont une réplique de diverses jaquettes des disques du groupe Iron Maiden mettant en scène Eddie, la mascotte morte-vivante de cette formation de heavy metal née au milieu des années 1970 (extrait de Skin & Ink, janvier 2005 : 55, DR).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3640/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Légende D1.3 Reportage sur Jack Ribeiro, un tatoueur ayant réalisé le portrait de Kurt Cobain, figure de proue de la scène grunge avec son groupe Nirvana (début des années 1990), accompagné de l’illustration du disque In Utero (1993), dernier album produit par cette formation avant le suicide de son leader. On notera également la présence de Frankenstein sous les traits de Boris Karloff (extrait de Tatouage Magazine, n° 59, novembre/décembre 2007 : 31).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3640/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 4,0M
Légende D1.4 Un dos en hommage au punk avec, en son centre, les membres du groupe Ramones, en dessous à gauche le logo des Misfits et à droite une référence probable à Sid Vicious, le bassiste des Sex Pistols. Tatouages de Olivier de Tattoo Lounge (extrait de Tatouage Magazine, n° 48, janvier/février 2006 : 26).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3640/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Légende D1.5 Dans un hors-série dédié aux styles de tatouage, cette page exemplifie « le portrait » avec la reproduction d’une photographie de Tupac Amaru Shakur alias 2Pac, rappeur américain assassiné en 1996 à l’âge de 25 ans après une carrière ayant connu des records de vente de disques, mais aussi une photo des Rolling Stones avec Keith Richards, le guitariste du groupe, en avant-plan. On peut aussi repérer, en bas à droite, les portraits de Johnny Cash et de Bob Marley (extrait de Tatouage Magazine, hors-série n° 4, juin 2008 : 48).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3640/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende D2.1 Portfolio consistant à présenter un tatoueur uniquement à travers les images de son travail avec, ici, entre réalité et fiction, Al Capone, célèbre figure du crime organisé sous la prohibition entouré des emblèmes de quelques-unes des activités qui lui valurent fortune et postérité. Tatouages de Stéphane Chaudesaigues de Graphicaderme (extrait de Tatouage Magazine, n° 53, novembre/décembre 2006 : 68).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3640/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende D2.2 La rubrique « album » dédie toujours quelques pages aux photographies envoyées par les tatoués eux-mêmes. On retrouve, en haut à gauche, une réplique de Muhammad Ali, né Cassius Clay, boxeur américain de renommée mondiale et personnalité contemporaine. À noter le portrait de Jimmy Hendrix tiré de la pochette du disque Electric Ladyland sorti en 1968 (extrait de Tatouage Magazine, n° 57, juillet/août 2007 : 88).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3640/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende D2.3 Dans la rubrique des tatouages des lecteurs, une reproduction à l’effigie de Marilyn Monroe, encore régulièrement tatouée sur les peaux aujourd’hui. On retrouve, à ses côtés, des figures célèbres du cinéma comme Clint Eastwood, Anthony Hopkins et Malcolm McDowell dans quelques-uns de leurs rôles phares (extrait de International Tattoo Art, décembre 1994 : 75, DR).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3640/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende D3.1 Reportage sur un tatoueur avec diverses reproductions de personnages de films : en haut à gauche Sylvester Stallone dans Cobra (George Cosmatos, 1986), et en bas Frankenstein ou encore Charlot (extrait de International Tattoo Art, août 1994 : 30, DR).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3640/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende D3.2 Compte-rendu en image d’une convention nationale avec un dos reproduisant la scène d’Easy Riders (Dennis Hopper, 1969) où Peter Fonda, qui incarne Wyatt, est remplacé par le portrait du porteur de ce dos. À noter, en bas à droite, un portrait du musicien Frank Zappa (extrait de International Tattoo Art, septembre 1996 : 80, DR).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3640/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende D3.3 Reportage sur un tatoueur avec, en illustration, son travail de reproduction de la scène où Alex DeLarge subit un traitement censé le guérir de sa violence par le choc des images. Les références ou les clins d’œil à Orange mécanique (Stanley Kubrick, 1971) sont très fréquents (extrait de Outlaw Biker Tattoo Revue, mars 1993, n° 25, DR).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3640/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Légende D3.4 Reportage sur Alex de Tattoo syndicat, un tatoueur spécialisé dans la copie de personnages de films d’horreur. On reconnaît Pinhead incarné par Doug Bradley dans Hellraiser (Clive Barker, 1987) et Gollum du Seigneur des anneaux (Peter Jackson, 2001). (Extrait de Tatouage magazine, n° 44, mai/juin 2005 : 23).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3640/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Légende D3.5 Les tatouages des lecteurs avec des répliques réalistes de Johnny Depp dans Cry Baby (John Waters, 1990) et du faune du film Le Labyrinthe de Pan (Guillermo del Toro, 2006). Ils sont accompagnés d’une réinterprétation du personnage de Yoda (La Guerre des étoiles, George Lucas, 1977) en pirate fumeur de marijuana (extrait de Tatouage magazine, n° 64, septembre/ octobre 2008 : 90).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3640/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende D3.6 Pour illustrer le travail d’un « tatoueur-né », deux mollets qui reproduisent l’univers de L’Étrange Noël de Mr Jack (Tim Burton, 1993). Les clins d’œil à ce long métrage d’animation sont récurrents et les références à d’autres œuvres du même réalisateur régulières (extrait de Tatouage magazine, n° 45, juillet/août 2005 : 26).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3640/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Légende D3.7 L’adaptation cinématographique des comic books américains a suscité un intérêt pour les superhéros, auparavant absents des peaux. Elle a aussi provoqué un retour aux représentations originelles de ces personnages, comme le montre cette copie de Wolwerine, alias Serval dans la traduction française. Tatouage de Jack Ribeiro (extrait de Tatouage magazine, n° 59, novembre/décembre 2007 : 27).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3640/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Légende D4.1 Page dans le style cartoons d’un numéro hors série dédié aux styles de tatouage avec entre autres : Betty Boop, Calimero, Titi et Spiderman (inclus dans une « manche » consacrée à des personnages de fiction). On peut aussi observer des personnes « réelles » comme Édith Piaf et un portrait avec prénom (sur le haut du bras), vraisemblablement le fils du porteur de ce tatouage (extrait de Tatouage magazine, hors-série n° 4, juin 2008 : 69).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3640/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Légende D4.2 Dans l’encart d’une page de reportage sur une « tatoueuse à suivre » (ici Isabelle de Graphicaderme) on découvre Winnie l’Ourson et Polochon, le meilleur ami d’Ariel dans La Petite Sirène (Walt Disney, 1989). On peut aussi repérer, en bas à droite, la bête Alien (extrait de Tatouage magazine, n° 45, juillet/août 2005 : 94).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3640/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Légende D4.3 Page de reportage en convention avec, en bas à gauche, une « manche » dédiée à Albator, pirate de l’espace aux commandes de son vaisseau le Death Shadow en dessous duquel se décline le visage de Toshiro, son fidèle ami, puis l’univers de Goldorak, autre série japonaise adaptée d’un manga et diffusée sur les chaînes françaises au cours des années 1980 (extrait de Tatouage magazine, n° 44, mai/juin 2005 : 84).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3640/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 944k
Légende D4.4 Dans l’album des tatoués, un dos entièrement dédié à Blanche-Neige et les Sept Nains (Walt Disney, 1937) ; une pièce probablement teintée d’ironie et en attente d’un décor. À son côté, un dos dédié à Dark Vador et à l’étoile noire (La Guerre des étoiles, George Lucas, 1977). En dessous, le masque de Spiderman (extrait de Tatouage magazine, n° 56, mai/juin 2007 : 93).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3640/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Légende D5.1 Pour un reportage en convention, un tatoué se laisse photographier le dos et le torse, entièrement dédiés au cinéma français et à ses acteurs les plus légendaires comme Bourvil, Louis de Funès, Fernandel, Coluche, Jean Gabin, Simone Signoret ou encore Richard Bohringer. La 2CV Citroën du film Le Corniaud (Oury, 1965) y tient également une place de star (extrait de Tatouage magazine, n° 57, juillet/août 2007 : 67).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3640/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Légende D5.2 Des tatouages, probablement de bikers, qui font la part belle à la moto, avec un exemple de libre interprétation de Astérix le Gaulois de Uderzo et Goscinny par un tatoueur hollandais. Cette image témoigne de la circulation internationale de la bande dessinée française, traduite dans plus de cent langues (extrait de International Tattoo Art, décembre 1994 : 90, DR).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3640/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende D5.3 Avec le portrait de Fred de Neo Tattoo, ses réalisations dont le « fourreux », animal de compagnie de Pélisse, héroïne de la bande dessinée La Quête de l’Oiseau du Temps de Régis Loisel (extrait de Tatouage magazine, n° 60, janvier/février 2008 : 27).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3640/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Légende D5.4 Travaux d’un tatoueur à suivre (ici Stéphane de Original Kustom Tattoo), auteur d’une appropriation au second degré de Casimir, héros de l’émission télévisée L’île aux enfants, et ici pris pour cible au centre d’une toile (extrait de Tatouage magazine, n° 50, mai/juin 2006 : 90).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3640/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende D6.1 Divers tatouages dans le style biomécanique (en haut et en bas à gauche). Hans Ruedi Giger, des œuvres duquel ils sont inspirés, pose avec amusement aux côtés d’un fan de ses œuvres lors d’une convention de tatouage. Il a dédié à ceux qui ont reproduit des éléments de son univers sur leur corps un espace libre d’accès à l’entrée de son musée (en Gruyères, Fribourg). (Extrait de International Tattoo Art, juillet 1996 : 87, DR).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3640/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende D6.2 Au milieu de tatouages dans le style old school, un dos exclusivement dédié à Dalí, avec le portrait de l’artiste surréaliste et la fusion de trois de ses œuvres phares : Les Éléphants (1948), La Gare de Perpignan (1965) et La Désintégration de la persistance de la mémoire (1952-1954) (extrait de Tatouage magazine, n° 44, mai/juin 2005 : 83).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3640/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Légende D6.3 Reportage en convention avec la reproduction personnalisée de la célèbre affiche Dance d’Alfons Mucha (1898), qui inspire souvent les tatoués (extrait de Tatouage magazine, n° 58, septembre/octobre 2007 : 89).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3640/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende D6.4 Portrait d’une tatouée dont la cuisse reproduit La Naissance de Vénus du peintre de la Renaissance Sandro Botticelli (1485). (Extrait de Skin & Ink, janvier 2005 : 20).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3640/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende D6.5 Lors d’un concours aux États-Unis, un tatoué présente son dos orné de la réplique de La Joconde (Léonard de Vinci, 1503- 1506). Un peu plus haut, on peut repérer les portraits de Buddy Holly et d’Elvis Presley sur une cuisse (extrait de International Tattoo Art, août 1994: 64, DR).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3640/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Légende D6.6 Reportage sur un graphiste devenu tatoueur avec, en bas à droite, une adaptation du tableau « surréaliste pop » Clear Hearts, Grey Flowers de Mark Ryden (2000), figure centrale de ce mouvement artistique (extrait de Tatouage magazine, n° 62, mai/juin 2008 : 26).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3640/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Légende D6.7 Dans la galerie des tatouages de lecteurs, nouvelle reproduction littérale d’une toile de Mark Ryden, artiste surréaliste pop le plus prisé par les tatoués, avec Jajo, Patron Saint of Clowns (1994). En bas à droite, également encadrée, la reproduction de l’affiche du film Las Vegas Parano (Terry Gilliam, 1998). (Extrait de Skin & Ink, janvier 2004 : 84).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3640/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 3,0M
Légende D7.1 Page complète sur un bras entièrement consacré à de célèbres jeux vidéo comme Bubble Bobble, Donkey Kong, Zelda ou encore Super Mario Bros (extrait de Tattoo, n° 216, août 2007 : 48, DR).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3640/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende D7.2 Pucca, personnage coréen apparu en 2000 destiné à vendre des biens de consommation courante et nouveau concurrent de Hello Kitty, existant depuis 1976, dont Diddl et Diddlina, créations allemandes (1990), représentent un équivalent européen que l’on retrouve également parfois sur les peaux (extrait de Tatouage magazine, n° 65, novembre/décembre 2008 : 26).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3640/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search