Version classiqueVersion mobile

Les amphores de Bibracte

 | 
Fanette Laubenheimer

Chapitre 2. La constitution des collections

Résumé

Alors qu’il saisissait mal l’intérêt économique de cette céramique assez grossière, Bulliot a pris le soin de l’examiner, de la décrire, il en a même découvert et déchiffré les inscriptions et s’est résolu à en conserver une partie, les objets marqués mais aussi des panses complètes, des lèvres, des anses ou des fonds. Les collections représentent donc un choix d’objets qui ont été répartis au fur et à mesure de l’avancement des fouilles. La plus grosse partie est restée à Autun, mais un lot important a été acheminé au château de Saint‑Germain‑en‑Laye que l’Empereur Napoléon III venait justement de promouvoir en Musée des Antiquités nationales. Un inventaire précis permet d’identifier la plus grande partie des objets qui y sont toujours conservés. L’identification de la collection du Musée d’Autun a été plus délicate, faute d’inventaire. D’autres amphores appartiennent au Musée de Saint‑Léger‑sous‑Beuvray et à quelques collections privées. La totalité du matériel conservé appartient pour 94 % aux amphores vinaires D1 dont la prédominance éclate quels que soient les choix qui ont présidé à la composition de cet échantillonnage.

Texte intégral

2.1 Introduction

1Etablies au fur et à mesure que se développaient les fouilles au Mont‑Beuvray, pendant la seconde moitié du xixe s. pour l’essentiel, et les toutes premières années du xxe s. pour une petite partie, les collections d’amphores réunies à cette occasion ont quelque chose d’exceptionnel en France.

2Les fouilles menées dans la cité des Eduens par Bulliot ont livré un matériel très important, alors qu’à Alésia, à la même époque, les recherches, commandées par Napoléon III également, concernaient les vestiges des travaux du siège de l’armée de César, et ce n’est qu’en 1906 que l’exploration de la ville même commença (Le Gall 1983 : 213). Or, le virage du siècle marque une prise de conscience de l’intérêt économique que représente le matériel amphorique avec la publication des travaux des savants allemands, ceux de Dressel en particulier, et l’élaboration des Corpus d’inscriptions Latines. Auparavant et, hélas ! pendant encore une bonne partie du xxe s., les amphores, matériel inconnu, étaient traitées avec le plus grand mépris et, le plus souvent, jetées. Le cas remarquable du Beuvray mérite que l’on rende un hommage particulier à Bulliot. Alors qu’il saisissait mal l’intérêt économique de cette céramique assez grossière, brisée, et qui lui paraissait d’origine locale, il a pourtant pris soin de l’examiner, de la décrire, il en a même découvert et déchiffré les inscriptions et s’est résolu à en conserver une partie. Pour les amphores, comme pour les autres objets, il a fait un tri sur place, au moment de la fouille (Bertin, Guillaumet 1982 : 23), laissant systématiquement les fragments aux formes indéfinissables et sans doute plusieurs autres. Il a conservé les objets marqués, mais aussi des panses complètes et encore tout un lot de fragments de lèvres, cols, anses et fonds.

3Une fois les objets triés, il fallait les transporter. Les difficultés d’accès au Beuvray et la rigueur de son climat sont bien connues. Bulliot circulait en carriole, et ces amphores, sans doute la partie la plus volumineuse et la plus lourde du matériel qu’il descendait, ont quitté le Beuvray comme elles étaient venues... en charrette.

4Pour des raisons à la fois scientifiques et contingentes, les collections ne représentent donc qu’un choix d’objets qui ont été répartis au fur et à mesure de l’avancement des fouilles. La plus grosse part est restée à Autun, mais un lot important a été acheminé au château de Saint‑Germain‑en‑Laye que l’empereur Napoléon III venait justement de promouvoir en musée des Antiquités nationales (MAN). Que reste‑t‑il aujourd’hui de ces collections ?

2.2 Les collections anciennes : état des lieux

2.2.1 Au musée des Antiquités nationales

5L’inventaire extrêmement précis que l’on peut consulter aujourd’hui au MAN dresse une liste numérotée et datée des objets issus des fouilles du Mont‑Beuvray. Pour les amphores, ce sont des dons plus ou moins importants, parfois qualifiés de « chargement d’amphores », de Bulliot ou de la commission topographique des Gaules, reçus et inventoriés entre 1869 et 1883. En voici la liste avec l’indication de ceux que nous avons retrouvés :
– nos 10 742 à 10 776 : « Envois de M. Bulliot, fouilles du Mont‑Beuvray, Saône‑et‑Loire, chargement d’amphores, 1869 » ; il s’agit de 32 lèvres, pour la plupart timbrées, qui ont été retrouvées ; chaque objet porte un numéro d’inventaire, suivi de la lecture du timbre et de sa localisation ;
– no 17 565 : « Don de la Commission Topographique des Gaules, fouilles du Mont‑Beuvray par M. Bulliot, divers vases mélangés et complétés à l’Atelier, rendus le 17 janvier 1872 » ; un fragment d’attache d’anse a été retrouvé ;
– no 17 928 : « Don de l’Empereur Napoléon III, fouilles du Mont‑Beuvray, Saône‑et‑Loire, par M. Bulliot. Graffiti MX sur fragment d’amphore, 1872 » ; le fragment a été retrouvé, c’est une épaule D.1 ;
– no 22 323 : « Une dizaine d’amphores au goulot cassé, du Mont‑Beuvray, Saône‑et‑Loire, fouilles de M. Bulliot, 1875 » ; une seule panse d’amphore D.1 portant un numéro en partie illisible et commençant par 22... peut être assimilée à ce lot ;
– no 24 132 : « Don de Napoléon III, fouilles du Mont‑Beuvray, Saône‑et‑Loire, par M. Bulliot, février 1877. Fragment d’épée sur cou d’amphore » ; l’objet a été retrouvé : une lèvre D.1 ;
– no 24 281 : « Don de Napoléon III, fouilles du Mont‑Beuvray, Saône‑et‑Loire, par M. Bulliot, février 1878. 45 anses [... illisibles ...] de l’amphore au petit vase » ; six anses d’amphores appartiennent effectivement à ce lot : 3 D.1, 2 D.2/4, 1 D.20 ;
– no 24 282 : « Don de Napoléon III, fouilles du Mont‑Beuvray, Saône‑et‑Loire, par M. Bulliot, février 1878. Deux pointes et deux fragments de goulots d’amphores » ; ils ont été retrouvés : 2 fonds non identifiables, 1 lèvre D.1, 1 lèvre P. 1 ;
– no 24 298 : « Don de Napoléon III, fouilles du Mont‑Beuvray, Saône‑et‑Loire, par M. Bulliot, février 1878. Dix amphores presque complètes » ; huit panses d’amphores portant le no 24 298 ont été retrouvées, 7 D.1 et 1 D.7/11 (?) ;
– no 24 299 : « Don de Napoléon III, fouilles du Mont‑Beuvray, Saône‑et‑Loire, par M. Bulliot, février 1878. Onze fragments d’amphores presque complètes » ; ils ont été retrouvés, mais ce sont des fragments : 5 fonds D.1, 3 cols et lèvres D.1, 2 cols D.1, 1 fond indéterminé ;
– no 24 299 bis : « Don de Napoléon III, fouilles du Mont‑Beuvray, Saône‑et‑Loire, par M. Bulliot, février 1878. Partie supérieure d’une amphore cinéraire avec [... illisible ...] du col » ; l’objet a été retrouvé, c’est une épaule D.1 ;
– no 24 307 : « Don de Napoléon III, fouilles du Mont‑Beuvray, Saône‑et‑Loire, par M. Bulliot, 1878. Rognure de fer dans un fragment d’amphore » ; l’objet a été retrouvé ;
– no 24 281 : « Don de Napoléon III, fouilles du Mont‑Beuvray, Saône‑et‑Loire, par M. Bulliot, 1878. Amphore à goulot cassé (24X) trouvée couchée sur une meule avec deux [... illisible ...] brisées » ; l’objet a été retrouvé, c’est une panse D.1 ;
– no 31 372 : « Don de M. Bulliot, en avril 1883. Partie inférieure d’une amphore du Mont‑Beuvray » ; l’objet n’a pas été retrouvé.

6Bien que les indications ne soient pas toujours claires, nous pouvons évaluer que plus de 71 amphores ou fragments sont entrés au musée. Nous en avons retrouvé 68, plus deux, étiquetés comme originaires du Beuvray, mais sans numéro d’inventaire (1 panse D.1 et 1 panse H.70 ?), soit un total de 70. Sur ce lot, près de la moitié, 34, sont des fragments timbrés, l’un porte un graffite ; les 35 objets restant sont composés de fragments et de 9 panses quasiment complètes.

2.2.2 Au musée Rolin à Autun

7C’est au Musée Rolin à Autun que se trouve la plus grande partie des amphores conservées par Bulliot. Nous y avons recensé 145 fragments d’amphores après une véritable enquête en l’absence d’inventaire. Elles ont été pour une part présentées dans la salle du musée consacrée au site. Jusqu’à une période récente, l’on y voyait notamment trois amphores reconstituées de divers morceaux, mais aucune n’est intacte ; le reste se trouve dans les réserves. Dans les réserves, deux ensembles de matériel amphorique ont été séparés. Pour l’un, regroupé dans des caisses étiquetées comme matériel du Beuvray, il n’y a pas de difficulté, d’autant que beaucoup d’objets portent de surcroît une étiquette individuelle indiquant l’origine précise de la trouvaille sur le site, l’année de la découverte, et, s’il y a un lieu, une lecture du timbre. Pour l’autre, il s’agit d’un lot important d’amphores d’origine incertaine : Autun ou sa région... La plupart sont estampillées. A l’examen, nous avons constaté que quelques‑unes étaient étiquetées comme venant du Beuvray : il y avait donc un mélange de matériel. Nous avons opéré un tri en identifiant, à l’aide des marques publiées par Bulliot, tout un groupe dont la provenance du Beuvray ne faisait pas de doute (voir infra).

8Les 145 objets de la collection comportent une majorité de fragments timbrés : 85. Pour le reste du matériel, hormis les trois amphores reconstituées et une panse complète, il est très fragmenté.

2.2.3 Au musée de Saint‑Léger‑sous‑Beuvray

9Le petit musée communal de Saint‑Léger‑sous‑Beuvray (en fait un dépôt du musée Rolin) renferme deux amphores D.1 : l’une recollée, mais presque complète (le fond manque), l’autre n’a conservé intacte que sa panse.

2.2.4 Au musée Déchelette à Roanne

10Quatre fragments d’amphores timbrées, des fouilles de J. Déchelette au Beuvray en 1908, sont conservées au musée de Roanne. On ignore, faute d’inventaire, si d’autres amphores non timbrées du musée proviennent de la même source.

2.2.5 Dans les collections privées

11Nous avons pu examiner le matériel de cinq collections privées. Il vient pour deux d’entre elles de dons faits par Bulliot lui‑même, ou plutôt des fouilles pratiquées à son époque ; deux autres collections ont été constituées par la récupération d’objets lors des travaux d’aménagement de la route d’accès au site en 1958 (fig. 15 et 16) ; la dernière est le fruit de fouilles menées en 1970. L’ensemble représente 86 objets, dont deux amphores intactes, 15 panses complètes et 69 fragments.

FIG. 15 – Fouilles lors des travaux d’aménagement de la route d’accès au site en 1958

photo collection privée

FIG. 16 – Détail de la vue précédente : amphores D.1 couchées et alignées

photo collection privée

2.3 Remarques sur l’échantillonnage conservé

12La totalité du matériel conservé dans les fouilles anciennes du Beuvray représente 307 objets, qui correspondent évidemment non pas à la totalité des fragments découverts, mais à un choix : n’ont été gardés que les morceaux aux formes caractéristiques (lèvre, cols, anse, fond) et/ou timbrés (fig. 17). Déchelette lui‑même a observé (1904 : 79) que le « timbre du fabricant ne se rencontre d’ailleurs que par exception... ». Le matériel réuni dans les collections privées correspond à un ramassage beaucoup plus large et sans doute plus proche de la réalité avec 9 % seulement d’objets timbrés, alors que le tri des fouilles officielles est plus serré : 57 % des échantillons conservés sont timbrés.

FIG. 17 – Notes sur les amphores timbrées dans les cahiers de fouilles de Bulliot de 1870 à 1873 (1 à 3) et de 1894 (4).

13Pour tenter une évaluation de la distribution des amphores par forme, nous avons choisi, et il était difficile de faire autrement, de comptabiliser tous les objets (tabl. I). Les amphores vinaires italiques D.1 apparaissent dans une écrasante majorité : 94 % de la totalité des objets. Les 6 % restants se répartissent sporadiquement, entre des amphores plus récentes venues des Espagnes : quelques amphores vinaires de Tarraconaise (Léétanienne 1 ?, Pascual 1, et peut‑être D.2/4), ou de Bétique (Haltern 70 ?), des salaisons (D.7/11) et de l’huile de Bétique (D.20).

TABL. I – Le matériel des collections d’amphores du Mont‑Beuvray comptabilisé par fragments conservés.

14Au total, quels que soient les choix qui ont présidé à l’élaboration de l’échantillonnage et que nous ne maîtrisons pas, quelles que soient aussi les imperfections de ce type de comptage, éclate la domination des importations de vins italiens sur toutes les autres denrées transportées en amphore.

Table des illustrations

Légende FIG. 15 – Fouilles lors des travaux d’aménagement de la route d’accès au site en 1958
Crédits photo collection privée
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/36355/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Légende FIG. 16 – Détail de la vue précédente : amphores D.1 couchées et alignées
Crédits photo collection privée
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/36355/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende FIG. 17 – Notes sur les amphores timbrées dans les cahiers de fouilles de Bulliot de 1870 à 1873 (1 à 3) et de 1894 (4).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/36355/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 263k
Légende TABL. I – Le matériel des collections d’amphores du Mont‑Beuvray comptabilisé par fragments conservés.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/36355/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 32k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search