Version classiqueVersion mobile

L’art de tatouer

 | 
Valérie Rolle

Introduction

Texte intégral

  • 1 Quelques-uns se risquent à émettre des estimations. Sans pouvoir s’appuyer sur un recensement offic (...)

1Depuis le milieu des années 1990, le tatouage suscite un véritable engouement dans les sociétés occidentales. Divers indices en témoignent, même si aucun chiffre sûr n’est, pour l’heure, disponible1. L’été venu, les tatouages s’exposent sans honte sur les peaux, en particulier celles des jeunes générations. La presse dédie périodiquement ses colonnes à ce phénomène. Si les tatouages de célébrités sportives et de stars du cinéma ou de la musique défraient souvent la chronique, d’autres articles reviennent photos à l’appui sur le nombre de plus en plus important d’hommes et, fait notable, de femmes à embrasser la pratique. Des reportages font parfois le portrait d’un tatoueur et, à l’occasion, restituent le déroulement d’une convention de tatouage, ces rendez-vous annuels ou bisannuels réunissant les enthousiastes (pratiquants, tatoueurs, fournisseurs de matériel) le temps d’un weekend. Les chercheurs sont régulièrement sollicités pour expliquer l’étonnante ampleur d’un phénomène de plus en plus étudié. La parution de leurs ouvrages ne manque pas d’être signalée, tout comme les expositions de musées, généralement consacrées aux pratiques ancestrales du tatouage. Dès le début des années 2000, ces épisodes médiatiques incluent le problème sanitaire soulevé par la volonté des autorités de réglementer une pratique échappant à tout contrôle. Des émissions radiophoniques ou télévisées s’intéressent dès lors aux prescriptions édictées par les autorités, aux réactions qu’elles suscitent auprès des premiers concernés – les tatoueurs –, mais aussi au problème urgent de la toxicité des encres, ou encore à la thématique du « détatouage », c’est-à-dire aux méthodes d’effacement d’un encrage tombé en disgrâce.

  • 2 Au sens de « monde social » (Becker 1988), qui désigne les configurations sociales produites par le (...)

2Sans fournir une image globale et nuancée d’un « monde2 » encore largement méconnu, ces occurrences médiatiques et urbaines soulignent la visibilité récemment acquise par une pratique fortement stigmatisée il y a encore quelques décennies. Pour prendre pleinement la mesure de cette transformation, il convient de revenir brièvement sur les processus de réhabilitation sociale du tatouage. De marqueur de déviance jusque dans les années 1980, la pratique s’est rapidement muée en une forme d’expression individuelle de soi.

3La création d’espaces inédits et internationaux de rencontre – les conventions de tatouage, les magazines spécialisés et l’espace virtuel – a favorisé la circulation de nouveaux discours et la diffusion de dispositions sanitaires, techniques et graphiques inédites. En même temps que la stérilisation du matériel et l’amélioration des potentialités de la machine à tatouer rendaient l’encrage plus sûr, les référents visuels tatoués se sont diversifiés et personnalisés, les significations et la valeur attribuées aux tatouages ont changé – autant de phénomènes qui ont contribué à l’élargissement social de la pratique. Sans quitter les milieux masculins, populaires et déviants où son usage occidental s’est institué au cours du xxe siècle, celle-ci se féminise dès les années 1990 et s’annexe des populations plus mainstream (Caplan 2000 ; DeMello 2000).

4Les enquêtes se concentrent dès lors sur la population pratiquante. Sans jamais en dresser une morphologie sociale complète, elles analysent des pans de cet ensemble démographique décidément flou. La littérature francophone inventorie les significations symboliques octroyées à cette pratique de modification corporelle permanente par ceux, indépendamment de leur appartenance socio-sexuelle, qui l’ont récemment rejointe. Recourir au tatouage y est ordinairement compris comme ornemental et doté du pouvoir d’auto-signifier un passage ou une transition de vie là où les institutions sociales idoines failliraient dans cette tâche (Borel 1992 ; Lamer 1995, 1997 ; Hahn 1996 ; Heuze 2000 ; Goguel d’Allondans 2001 ; Saunier 2001 ; Le Breton 2002 ; Cipriani-Crauste 2008). Les corps sont ainsi vus comme l’unique exutoire offert aux individus pour tracer leurs propres limites.

5Quelques auteurs récusent la valeur purement esthétique de la pratique et associent certains de ses usages à des formes de révoltes ou de résistances sociales (Liotard 2003), voire de mal-être (Sirost 2005). Le corps représente alors le seul moyen de se soustraire, de préférence secrètement, à des normes sociales trop écrasantes.

6Les productions scientifiques américaines ou anglo-saxonnes éclairent une plus grande hétérogénéité de pratiques et intègrent l’une des évolutions les plus saillantes du tatouage contemporain : sa féminisation. Elles s’accordent à dire que la grande majorité des femmes qui se font tatouer se conforment aux attentes sociales liées au façonnement des apparences. Elles choisissent des modalités d’encrage jugées adéquates pour une femme : un tatouage de taille réduite, un emplacement discret, un contenu ajusté aux attributs alloués à ce sexe. Une minorité d’entre elles mobilise la pratique à des fins de réappropriation subjective, souvent clandestine, ou politique, subséquemment ostensible, de leur corps au moyen de tatouages extensifs ou transgressifs (Sanders 1991 ; Forbis 1994 ; Mifflin 1997 ; Pitts 1998, 2003 ; Braunberger 2000 ; Atkinson 2002). Comme le montre Mac- Cormack (2006), quelles que soient ses modalités, un tatouage visible est toujours susceptible de discréditer son porteur, car sa simple présence peut entrer en conflit avec les attentes propres à un contexte culturel et à une situation d’interaction. Les tatouées comme les tatoués tentent, par conséquent, d’anticiper toute réprobation sociale, en particulier dans un cadre professionnel et familial (Irwin 2001 ; Gill, Henwood & McLean 2005). Les « collectionneurs de tatouages » le savent très bien et apprennent à gérer collectivement l’identité de déviant qu’une pratique assidue leur fait encourir hors de leur monde. La légitimation artistique de leurs encrages contribue à prévenir de trop lourdes sanctions (Vail 2000).

  • 3 Les bikers sont des motards réunis dans des clubs, présents dans presque tous les pays occidentaux, (...)
  • 4 Les ouvrages font plus rarement mention des mouvements sadomasochistes, notamment les modern primit (...)

Le tatouage aujourd’hui : quelles significations ?
Dans les sociétés sans écriture, le tatouage, ciment des liens d’appartenance, est renvoyé au corps social. Dans les sociétés contemporaines occidentales, la littérature anthropologique le renvoie au corps propre. Il s’apparente à une complainte narcissique permettant aux individus de réduire les incertitudes qui pèsent sur leur identité dans un contexte de désorientation du sens et de désarticulation des liens communautaires. L’obligation de fixer par soi-même des limites que le corps social ne parviendrait plus à tracer fournit alors une explication à l’avènement du corps comme lieu d’un investissement individuel privilégié – lorsqu’il n’apparaît pas comme le dernier espace sur lequel les individus pourraient encore exercer leur emprise. L’ouvrage de David Le Breton (2002) incarne de manière paradigmatique cette perspective selon laquelle les individus se « mettent au monde » par eux-mêmes en modifiant leur apparence. L’acquisition d’un tatouage s’assimile, du coup, à un « rite intime de passage » par lequel un individu marque une étape importante de son existence et prend souverainement possession de lui-même grâce à l’esthétisation de son corps. Le tatouage n’apparaît, en ce sens, plus comme une dissidence mais comme un « phénomène culturel » qui aurait transformé l’ambiance sociale de nos sociétés en y instillant de nouvelles formes de séduction.
Cette compréhension de la pratique, sous-tendue par des présupposés postmodernistes, tend à identifier la peau à une feuille quasiment vierge sur laquelle les individus écriraient relativement librement leur propre texte. Elle réifie les discours de justification subjectifs d’individus isolés des contextes relationnels qui les pétrissent. Or les corps ressemblent plutôt à des sortes de palimpsestes. Les acteurs sociaux tentent d’outrepasser les relations de pouvoir qui s’y inscrivent sans jamais parvenir à véritablement effacer leur trace. Les corps demeurent, en ce sens, des espaces d’inscription où se jouent et se rejouent en permanence des rapports sociaux. Cette conception souligne l’aspect performatif de la construction sociale des corps, bien souvent au service d’une reproduction de l’ordre social. Elle n’exclut pas pour autant tout potentiel de « subversion » ou de transformation des normes, comme la littérature féministe le souligne (Hughes & Witz 1997 ; West & Zimmerman 2002 ; Butler 2005). Cette approche du corps conçu comme un lieu non naturel mais façonné par de multiples pratiques appelle un travail de contextualisation socio-historique.
Marque d’infamie dont on flétrissait la peau des esclaves, le tatouage a longtemps été frappé d’un interdit religieux qui n’est jamais véritablement parvenu à effacer sa présence sur les corps. Il a aussi servi à construire la figure de l’Autre, ce « sauvage » mis en scène dans des expositions d’attractions humaines dans un contexte colonial, avant d’être réapproprié par des groupes marginalisés (les phénomènes de foire puis les truands, les gangs, les prisonniers et les bikers3) qui ont conforté son statut de stigmate. Cette mauvaise réputation, divers groupes sociaux en ont fait usage en recourant à la pratique à des fins de contestation de l’ordre social (les hippies puis les punks4). À travers un processus de réhabilitation sociale, le tatouage a ensuite progressivement gagné une aura rebelle à la signification plus positive, en particulier lorsqu’il s’apparente à une forme d’expression individuelle et esthétique de soi. Son efflorescence sur les peaux ne peut, dès lors, se comprendre en dehors d’une évolution plus générale des sensibilités culturelles envers le corps.
Le lent processus de domestication et de privatisation des pulsions, entamé à la Renaissance (Elias 1973 ; Muchembled 1988), a favorisé une plus grande écoute de soi et de ses sensations. Il a abouti à cette ère du « soin de soi à soi » (Vigarello 1985) où l’empreinte sociale sur les corps tend à être effacée au profit d’une prévalence accordée au « soi intime » (Bromberger et al. 2005). Nous sommes aujourd’hui, en tant qu’acteurs sociaux, vivement encouragés à nous affirmer comme des individus singuliers, uniques, différents, mais également comme des sujets indépendants et auto-construits. Face à ces incitations à l’individualisation et à l’autodétermination, le recours à des formes de modifications corporelles, même non conventionnelles, est devenu plus acceptable. Il n’en reste pas moins soumis aux normes en vigueur dans les espaces d’insertion sociale de leurs porteurs, comme le montrent les recherches anglo-saxonnes à l’égard de l’encrage. Le tatouage, comme toute autre pratique de modification corporelle, est ainsi pris dans un jeu perpétuel de redéfinition des frontières du social tout en se redéfinissant lui-même.

7Le recours au tatouage, à l’instar de ses conditions d’acceptabilité, dépend de l’entourage social des tatoués et des espaces sociaux au sein desquels ils circulent (Atkinson 2003). Ce constat général prolonge et nuance l’une des premières ethnographies sur le tatouage contemporain, qui insiste sur les nombreuses suspicions encore attachées à la pratique (Sanders 1989). Comparant la rencontre entre le tatoué et le tatoueur à une relation de service discréditée (comme celle de la prostitution), l’auteur s’est intéressé à la manière dont ces interactants anticipent les risques sociaux liés au tatouage, tout en promouvant une image positive d’eux-mêmes dans le cadre du studio. L’ouvrage se conclut sur une question prospective : le monde du tatouage se segmente-t-il sous les efforts d’une fraction des membres du métier, soucieux de le faire reconnaître comme un « art mineur » (Becker 1988) et de le détacher de son ancrage commercial ? Les recherches ultérieures n’y répondent pas. Pire, elles reprennent sans autre forme de procès des modes de perception, de compréhension et de désignation propres aux membres du monde du tatouage, lesquels désignent la pratique comme un art et les professionnels de l’encrage comme des « artistes-tatoueurs ». L’intégration de valeurs artistiques par l’usage de visuels issus de la culture légitime aurait permis au tatouage d’accéder aux hautes sphères de la culture, en plus de l’autoriser à figurer une forme positive de déviance sociale (Irwin 2003). Or le choix de l’image destinée à être tatouée, sa négociation et son traitement au cours de la relation avec le tatoueur et, par là même, l’assimilation de modes de faire dits « artistiques » ne sont pas démontrés par Irwin, qui s’est posé la question, ni par d’autres qui ne se la sont pas posée. L’enquête présentée ci-après consiste précisément à découvrir où réside la dimension créative de cette activité, quelles significations elle recouvre et quel éventuel cautionnement elle trouve dans l’espace social – des interrogations cruciales dans le contexte actuel de réglementation de la pratique.

8À l’orée du xxie siècle, l’Union européenne s’inquiète en effet des risques sanitaires engendrés par un engouement désormais incontestable, même si numériquement nébuleux. En 2003, elle incite l’ensemble de ses États membres et associés à intervenir pour protéger la population pratiquante en instaurant un cadre légal à l’activité des studios de tatouage. La fraîche mise en œuvre de règles, prescriptives ou contraignantes selon les contextes nationaux, reste néanmoins sans réel impact sur le fonctionnement de ce monde car elle ne touche, comme aux États-Unis, que les aspects sanitaires du métier. Les normes d’hygiène et de salubrité imposées par les autorités n’ont pas remplacé les modalités informelles de sélection et de maintien des prétendants. À trop accorder d’importance aux modes de fermeture institutionnels de la « profession » (Maroto 2011), la recherche se prive de questionner les modes concrets, encore méconnus, d’exercice et d’organisation de cette activité. Elle souscrit, comme les études précédentes, aux appellations artistiques du métier et de ses exécutants sans se soucier des contradictions et des enjeux portés par de telles désignations.

  • 5 Parfois au point de mériter le qualificatif, lui aussi indigène, d’« industrie » (clients tatoués à (...)

9Cet ouvrage vise à combler ces lacunes au moyen d’une étude de cas dédiée aux tatoueurs, plus spécifiquement aux modalités pratiques de résolution, en leur sein, d’une tension fondamentale entre leurs aspirations créatives – réaliser les plus « beaux » tatouages – et leurs conditions d’emploi – dépendre des désirs de leurs commanditaires. Il s’agit de prêter attention au pendant professionnel de cet enthousiasme occidental qui se traduit par une formidable croissance de la clientèle des studios de tatouage et de la concurrence sur un marché devenu commercialement attrayant5. Autrefois itinérants, les tatoueurs se sont sédentarisés (Govenar 2003). Ils ont pignon sur rue dans la plupart des agglomérations et partagent bien souvent le voisinage des commerces du centre-ville. Leur survie doit à un afflux régulier de clientèle, dont la satisfaction s’avère cruciale. Il faut, à ce titre, savoir se comporter, savoir tatouer, mais aussi savoir cohabiter durablement avec ses pairs dans un monde où les professionnels, bien qu’indépendants, n’en sont pas moins liés par un « système d’obligations croisées » (Zarca 1987 : 31) en tant que pourvoyeurs d’informations et de reconnaissance.

  • 6 Contrairement aux personnes formellement interrogées, ces enquêtés ne figurent pas dans le tableau (...)
  • 7 Les particularités de l’une ou l’autre de ces méthodes de recherche font l’objet d’une discussion p (...)

10Pour éclairer ce « savoir-être », ce « savoir-faire » et ce « savoir-vivre », une vingtaine de tatoueurs et de tatoueuses suisses romands – leur profil est présenté en annexe – ont longuement été interviewés entre 2007 et 2008. Une phase exploratoire de plus de trois ans a précédé et préparé ces entretiens à l’aide d’observations en conventions et en studios de tatouage, par la lecture de revues spécialisées et l’accumulation d’informations virtuelles et médiatiques. Le contact avec les enquêtés, presque systématiquement engagé par le biais d’une visite in situ, a lui-même occasionné des observations préliminaires dans les studios. Le face à face, mode d’interaction privilégié pour jauger son interlocuteur et si indispensable, comme nous le verrons, au travail des tatoueurs, a démontré ses avantages dans un monde régi par l’informalité. Enfin, des données récoltées entre 2008 et 2010 ont complété ces entretiens : deux entretiens spécifiques, l’un avec une sortante et l’autre avec un aspirant au métier ; des observations ciblées, comme le suivi au long cours d’un projet extensif de tatouage ; des discussions informelles, au gré de visites supplémentaires dans des studios et de rencontres en conventions6 ; l’analyse visuelle d’un corpus de magazines de tatouage s’étendant sur une quinzaine d’années7.

11L’analyse de ces données a consisté à éclairer le travail concret et quotidien des tatoueurs en exercice sur un marché local. S’il existe quelques tatoueurs dont la renommée dépasse les frontières régionales pour atteindre un niveau mondial, la grande majorité des professionnels de l’encrage connaît en revanche des conditions d’activité plus situées et modestes. Malgré leurs différences de réputation, les tatoueurs partagent un ordinaire : celui de satisfaire les demandes de leur clientèle et, pour ce faire, de mobiliser un ensemble de savoirs pratiques acquis à travers l’exercice même du travail. Ces routines de travail et leurs particularités dans le cadre d’une activité commerciale indépendante sujette à de récentes transformations sont au centre de la présente enquête, dont le propos rejoint, en ce sens, des questions classiques de la sociologie des « groupes professionnels » (Dubar & Tripier 1998 ; Demazière & Gadéa 2009), avec un intérêt pour le développement des « carrières », ces positions successivement occupées et déterminantes dans la manière de concevoir et d’exercer le métier (Becker 1985 : 139). Mais cette recherche soulève également de nouvelles questions, sources de connaissances inédites sur une pratique jusqu’à présent presque exclusivement étudiée à travers ses pratiquants.

  • 8 Cela explique la rareté des refus de participer à une enquête dont les tatoueurs ont, dès le départ (...)

12Ainsi, comment le parcours des tatoueurs se développe-t-il ? Qu’est-ce qui préside à la reconnaissance internationale de l’un, là où ses pairs prospèrent sur une aire géographique plus restreinte et à un niveau de renommée plus ou moins élevé ? Comment différencie-t-on celui qui entre dans la catégorie du « mauvais », du « bon », voire de « l’artiste-tatoueur » ? Quelles significations les acteurs du monde du tatouage accordent-ils à ces désignations et comment en font-ils usage ? Il ne s’agit évidemment pas de trancher sur la valeur artistique de la pratique et de ses exécutants. Ces derniers ne s’apparentent pas à des producteurs d’œuvres picturales ou d’installations contemporaines exposées dans des musées. Ils n’en revendiquent pas moins la professionnalité et, en particulier, la créativité d’une activité qui consiste à réaliser des dessins au moyen d’une machine à tatouer. Or cet enjeu de maîtrise d’un instrument technique et des conventions esthétiques qui guident le travail a, pour l’heure, échappé à l’enquête8. Comment, dans un monde où il n’existe pas de formation agréée, les aspirants au métier apprennent-ils à tatouer ? Observe-t-on des modalités spécifiques d’acquisition et de transmission des savoir-faire techniques et graphiques liés à l’encrage ? Comment sont-ils concrètement mis en œuvre et avec quelle incidence sur les manières de concevoir et d’exercer cette activité ?

13Une telle perspective invite à fournir un contenu aux « conventions » de production d’un tatouage, ces savoirs situés partagés par les membres d’un groupe professionnel (Becker 1988 : 65). Tout en guidant les tatoueurs dans leur travail, ces règles peuvent entraîner des contradictions, par exemple entre l’envie de réaliser les plus « beaux » tatouages pour être reconnu par ses pairs et la volonté de satisfaire au mieux les demandes, souvent ingrates, de la clientèle. La résolution pratique d’un tel dilemme interroge les compromis trouvés par les tatoueurs pour gagner et préserver au maximum leur autonomie sans menacer la survie de leur commerce. Comment aménager un projet jugé socialement inadéquat ou professionnellement risqué pour sa réputation sans transiger sur le principe de liberté de choix du futur porteur de la marque indélébile ? Quelles ressources les tatoueurs ont-ils à leur disposition pour faire valoir leur expertise dans un cadre dénué de toute certification formelle ? Le fait d’officier dans un studio ayant pignon sur rue plutôt qu’en appartement ou d’être soi-même tatoué ont-ils une importance ? Les caractéristiques sociales du client modifient-elles les termes de la négociation ? L’engouement récent pour le tatouage a, en effet, amené à la pratique une population majoritairement profane sans pour autant éliminer ses usages antérieurs (DeMello 1995). La gestion in situ des écarts de statut et de conception envers la pratique entre le prestataire et le destinataire du service révèle alors quelques-unes des ambiguïtés traversant l’exercice actuel de cette activité.

  • 9 Et cela, même lorsque cette expression n’est pas conçue comme totalement autonome, comme dans les e (...)

14La réalisation d’un tatouage dépend donc d’un travail de « coproduction » (Gadrey 1994 : 383), c’est-à-dire d’une action réciproque entre son commanditaire et son exécutant. Les modalités du tatouage, sa taille, son emplacement et son contenu font l’objet d’une négociation au cours de laquelle les tatoueurs formalisent visuellement la demande de leur client. Comment s’y prennent-ils ? Quelles ressources mobilisent-ils pour modifier le projet apporté par un client ou pour préciser et tracer les contours d’un tatouage à partir d’une idée ? Quels critères esthétiques orientent ce travail de figuration ? Une telle approche ouvre un champ de recherche resté inexploré mais pourtant capital : celui de l’iconographie du tatouage. Quelles images se met-on aujourd’hui sous la peau ? S’inspirent-elles de traditions du tatouage établies ? En quels termes empruntent-elles à un univers visuel plus large ? Autant de questions auxquelles les enquêtes précédentes n’ont jamais répondu tant elles considèrent les motifs de tatouage comme l’émanation du choix irréductible d’individus en quête de singularité (Rolle 2011b). Focalisées sur les tatoués, elles souscrivent à la définition désormais dominante du tatouage comme expression personnelle de soi9. Or cette signification, historiquement située, a eu pour but de réhabiliter une pratique qui suffisait pour s’assurer une réputation sulfureuse. L’un des enjeux majeurs de ce processus a précisément consisté à trouver dans des traditions iconographiques alternatives de quoi se distancer des traditions occidentales marines, militaires, mafieuses ou encore religieuses du tatouage.

  • 10 Les noms des styles de tatouage sont signalés à la première occurrence par des guillemets. Dans la (...)

15En ce sens, les styles de tatouage, qui fournissent des gammes de motifs et imposent des conventions de production, renvoient à des usages sociaux ou à des référents culturels spécifiques. S’il est difficile de fournir une liste exhaustive de ces genres iconographiques, dont les frontières ne font souvent pas l’unanimité, il s’avère par contre possible de resituer quelques-uns des principaux styles actuellement en usage. Le « traditionnel10 » occidental, également dénommé « old school » (ancres marines, voiliers, dagues, serpents, cœurs enflammés, hirondelles, pin-up, etc.), n’a pas été complètement répudié. Auparavant travaillé sans effet de profondeur, ses motifs ont été remis au goût du jour grâce à de nouvelles techniques de représentation (gammes de couleurs élargies, jeux de relief, travail des décors). Leur réalisation, sous une forme dite « new school », ne peut toutefois plus se contenter de reproduire un canevas préétabli : un « flash », comme cela fut automatiquement le cas jusque dans les années 1980. La réhabilitation du tatouage a imposé leur « customisation », c’est-à-dire la personnalisation de chaque motif et cela, d’autant plus s’il provient d’une « planche de flashs », ces feuillets de motifs préformatés toujours mis à disposition de la clientèle dans les studios.

16Ces nouveaux modes de faire doivent notamment à l’emprunt de référents iconographiques extra-occidentaux, en particulier à la tradition japonaise du tatouage, elle-même fortement inspirée des estampes japonaises de la période Edo (xixe siècle). Cette référence a introduit une nouvelle manière de penser la taille et le placement du tatouage avec les bodysuits, des tatouages intégraux originellement exécutés dans les milieux de la mafia japonaise et ne laissant pour seuls espaces vierges que les zones de peau usuellement découvertes. Les « manches » ou « manchettes » d’aujourd’hui se réfèrent, dans le même sens, à la partie du corps couverte par une manche de chemise : le bras, de l’épaule au poignet (ou au coude). Le contenu tend alors moins à se constituer, comme auparavant, de « pièces » successivement accumulées et désolidarisées les unes des autres que d’un « projet » pensé comme un tout. Par extension, un « dos », une « jambe » ou un « mollet » renvoient à un projet destiné à remplir la surface ainsi désignée. Le « japonais » occidental respecte cependant rarement les arrangements symboliques originels de la tradition japonaise du tatouage. Il se contente d’y puiser des motifs (dragons, carpes, vagues, masques, fleurs de cerisier ou chrysanthèmes par exemple) renouvelant l’univers visuel occidental du tatouage.

  • 11 Je m’en remets ici aux dires des tatoueurs, puisque aucun travail ne s’est, pour l’heure, intéressé (...)

17Il en va de même avec l’emprunt aux traditions dites « primitives » du tatouage à l’origine du style « tribal ». Les lignes noires symétriques de ces motifs stylisés sont généralement élargies et remplies par des aplats noirs, voire des dégradés de gris. Souvent non-figuratif, le « tribal » reste ouvert à toutes les appropriations et constitue, avec les « idéogrammes » asiatiques, un style facilement élu lors d’un premier tatouage11. Avec le « japonais », le « tribal » a détrôné le « celtique » et ses entrelacs parfois anthropomorphiques, encore communs jusque dans les années 1990. Cette période marque d’ailleurs la réhabilitation du « lettrage », ces inscriptions scripturales typiques des gangs latino-américains. Mais rien ne vient destituer les figurations réalistes imitant un modèle photographique (humain, animal ou végétal). Le « réaliste » se décline dans d’autres styles que le « portrait ». La révélation de Hans Ruedi Giger grâce au design d’Alien (du film éponyme de Ridley Scott, 1979) a initié une appropriation plus générale des œuvres fusionnant hommes et machines de ce plasticien suisse, donnant naissance au « biomécanique », dont le style « morbide » est cousin. Parfois qualifié de « dark » ou « gore », ce dernier transpose au tatouage une imagerie noire ou d’horreur qui aime invoquer les tabous de la culture occidentale (la violence, le sang, la mort, le malin). Dans une veine moins ténébreuse, l’« heroic fantasy » emprunte ses visuels aux illustrations de la littérature fantastique et, par extension, féerique.

18Tout oppose ces styles réalistes aux motifs qualifiés de « naïfs » qui commencent à fleurir sur les peaux au début des années 2000. Jouant avec la simplicité des contenus, des tracés et des formes du motif, leur réalisation formelle fait penser à des dessins d’enfant. Leur apparition, concomitante de l’arrivée de graphistes dans le métier, signe la venue d’une nouvelle clientèle dans le tatouage. La compréhension des contenus iconographiques de la pratique paraît dès lors indissociable des contextes socio-historiques et culturels au sein desquels le tatouage s’inscrit. Au-delà de la découverte d’un univers visuel spécifique se posent ainsi des questions plus générales autour de la circulation des biens symboliques dans un espace social. Ces processus de diffusion, comme l’ensemble des dimensions du métier de tatoueur, gagnent à être éclairés au travers de pratiques concrètes et situées. Cette enquête fait, à ce titre, la part belle au travail en action et propose de découvrir, en suivant le trajet de réalisation d’un tatouage, quelques-uns des aspects encore inconnus d’une pratique qui, bien qu’abondamment commentée depuis quelques décennies, reste encore largement, si ce n’est totalement, méconnue dans ses particularités professionnelles.

Notes

1 Quelques-uns se risquent à émettre des estimations. Sans pouvoir s’appuyer sur un recensement officiel, Maroto (2011) évalue à 15 % le nombre de tatoués dans la population américaine, 24 % dans la catégorie des 18-50 ans. Les chercheurs francophones tendent à articuler des chiffres similaires dans un contexte où, en raison de la marginalité historique et numérique de la pratique, des données quantitatives manquent cruellement.

2 Au sens de « monde social » (Becker 1988), qui désigne les configurations sociales produites par les efforts conjoints de l’ensemble des personnes et des instances liées à leur existence.

3 Les bikers sont des motards réunis dans des clubs, présents dans presque tous les pays occidentaux, qui sont de véritables fraternités exclusivement masculines caractérisées par une forte fermeture du groupe sur lui-même et une forte cohésion interne. Faire partie du club exige une soumission totale à ses règles, la loyauté de chaque membre envers ses pairs et la participation à des activités structurées autour de la moto et, parfois, d’occupations criminelles qui ont valu aux bikers une réputation sulfureuse (Willis 1978 ; Wolf 1995).

4 Les ouvrages font plus rarement mention des mouvements sadomasochistes, notamment les modern primitives, contemporains du body art, qui ont aussi puisé dans les rites initiatiques tribaux des pratiques de modification corporelle plus invasives (suspensions, scarifications par exemple). Ces dernières sont aujourd’hui reprises par un petit contingent d’adeptes de la modification corporelle, lesquels restent fortement stigmatisés, y compris auprès des enthousiastes du piercing et du tatouage.

5 Parfois au point de mériter le qualificatif, lui aussi indigène, d’« industrie » (clients tatoués à la chaîne, voir Maroto 2011).

6 Contrairement aux personnes formellement interrogées, ces enquêtés ne figurent pas dans le tableau en annexe. Leur statut se signale, dans le corps du texte, par un pseudonyme composé (exemple : Anne- Lou, Pierre-Alain).

7 Les particularités de l’une ou l’autre de ces méthodes de recherche font l’objet d’une discussion parallèle à la présentation de leurs résultats.

8 Cela explique la rareté des refus de participer à une enquête dont les tatoueurs ont, dès le départ, perçu l’intérêt qu’elle présentait pour promouvoir leur activité comme un véritable métier, doté d’une gamme de savoir-faire ne se réduisant pas à des aspects purement exécutifs et sanitaires. Certes, la quête de légitimité a pu conduire les tatoueurs à prendre garde à l’image qu’ils projetaient d’eux et de leur métier – un impératif d’ailleurs commun à tout enquêté, soucieux de fournir une représentation valorisante de lui-même et de ses pratiques (Beaud 1996) –, mais ces précautions confèrent surtout aux résultats de la recherche le pouvoir d’objectiver cette reconnaissance.

9 Et cela, même lorsque cette expression n’est pas conçue comme totalement autonome, comme dans les enquêtes américaines ou anglo-saxonnes qui, lorsqu’elles introduisent l’entourage ou les tatoueurs dans l’équation, font systématiquement abstraction des pratiques concrètes de production d’une image encrée.

10 Les noms des styles de tatouage sont signalés à la première occurrence par des guillemets. Dans la suite, ils ne seront plus distingués.

11 Je m’en remets ici aux dires des tatoueurs, puisque aucun travail ne s’est, pour l’heure, intéressé au contenu des images et n’est susceptible d’évaluer la représentativité statistique de chaque style de tatouage. Tout au plus, peut-on souligner qu’un engagement plus marqué dans la pratique va de pair avec une meilleure connaissance des conventions graphiques de production d’un tatouage et tend à orienter les tatoués vers des motifs techniquement plus élaborés.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search