Version classiqueVersion mobile

L’art de tatouer

 | 
Valérie Rolle

Remerciements

Texte intégral

1Cet ouvrage sur le métier de tatoueur est issu et adapté de ma thèse de doctorat, soutenue à l’université de Lausanne en juin 2011. Si l’écriture est un exercice solitaire, elle se nourrit du soutien de nombreux collectifs. Je souhaite leur adresser toute ma reconnaissance, à commencer par les diverses personnes qui ont encadré ce long, passionnant et parfois douloureux périple. À Paul Beaud qui a débuté la supervision de ce travail en 2004 et m’a légué d’inestimables outils de réflexion. À Françoise Messant-Laurent qui, après la disparition de Paul Beaud, a pris le relais par la direction ad interim de ma thèse à un moment crucial de sa poursuite : sans son soutien intellectuel et moral, ce travail n’aurait probablement pas vu le jour. À André Ducret et Gianni Haver qui en ont, enfin, assuré la codirection avec un intérêt et un soutien scientifiques indéfectibles. À Nicky Le Feuvre et Dominique Pasquier, pour la finesse de leur expertise lors de l’évaluation de la qualité de ce travail.

2Ma gratitude va en particulier à Dominique Pasquier, pour les commentaires très constructifs qu’elle a apportés à diverses étapes de ce travail et pour son attentive révision de la version préliminaire de ce livre. Je remercie également les Éditions de la Maison des sciences de l’homme, Christine Langlois en particulier, d’avoir accepté de publier ce livre qui a bénéficié d’une évaluation critique sérieuse et d’un travail éditorial soigné. Tous mes remerciements s’adressent d’ailleurs à Évelyne Séguy et à Dorine Bertrand pour le précieux travail qu’elles ont apporté respectivement au manuscrit et aux illustrations de cet ouvrage.

3Cette enquête n’aurait pu être menée à bout sans le parrainage financier du Fonds national suisse (FNS) de la recherche scientifique et de la Société académique vaudoise (SAV) qui m’ont permis de la poursuivre dans des conditions idéales à l’issue de mes six années d’assistanat à l’université de Lausanne. Grâce à la bourse annuelle de jeune chercheuse du FNS, j’ai successivement effectué un séjour scientifique auprès de Bernard Lahire puis de Pierre-Michel Menger et de leurs équipes du Groupe de recherche sur la socialisation à l’ENS et du Centre de sociologie du travail et des arts à l’EHESS. J’ai pu y parfaire mes connaissances et bénéficier de lumières avisées. Le subside de recherche de la SAV a soutenu les mois supplémentaires nécessaires à la finalisation du manuscrit. Un subside de publication de ce même organisme a, enfin, couvert une partie des frais de reproduction des images de ce livre.

4Cette recherche doit bien sûr à l’ensemble des collectifs de travail au sein desquels je me suis inscrite et aux échanges enrichissants issus de mes rencontres tant formelles qu’informelles avec de nombreux chercheurs, collègues et doctorants. Puisqu’il serait trop long de tous les nommer, je me contenterai de citer quelques-unes de leurs institutions de rattachement : le Programme doctoral romand en sociologie, l’ancien Institut de sociologie des communications de masse de l’université de Lausanne, le séminaire de sociologie du travail du Laboratoire de sociologie de l’université de Lausanne, le séminaire doctoral du Groupe de recherche sur la socialisation lyonnais, le comité de recherche Sociologie des arts et de la culture de la Société suisse de sociologie.

5Au-delà de son ancrage institutionnel, cette recherche n’aurait pu prendre corps sans la participation de l’ensemble de mes enquêtés. Je remercie très chaleureusement les tatoueurs et les tatoueuses qui m’ont accueillie dans leur studio ou dans leur appartement pour répondre avec engagement et générosité à mes innombrables questions, mais aussi les tatoués et les tatouées qui ont partagé avec moi leur expérience des aiguilles.

6Enfin, je dois en particulier à Carole Wyser, Morgane Kuehni, Thérèse et Hubert Rolle, Fabio Bertozzi, Olivier Tâche, Edy Ceppi, Steph Mathieson et, surtout, Pascal Ospelt cette énergie affective ou ce soutien logistique si indispensables à la réalisation d’un tel projet.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search