Version classiqueVersion mobile

Émotions patrimoniales

 | 
Daniel Fabre

VI. Patrimoine, émotions et politique : la double traduction

Émotions patrimoniales et passions politiques (Sicile orientale)

Berardino Palumbo

Texte intégral

« La plaie ouverte a guéri. Le diocèse de Noto a encore une fois sa cathédrale. Le Val di Noto son symbole. Aujourd’hui, le monde nous regarde et nous accueille. Notre renaissance est possible. »
(Mediterraneo News, 18 juin 2007.)

Trajectoires divergentes

1En 2000, Denise Bell Hyland et son mari, un couple d’agriculteurs américains, quittent les États-Unis pour l’Italie après qu’un conflit les a opposés à une multinationale du pétrole et amenés à vendre leur exploitation. Ils s’installent à la campagne, dans les environs de Noto, ville du Sud-Est sicilien, inscrite en 2002, avec sept autres villes de la région, sur la Liste du patrimoine mondial de l’Unesco. Là, ils acquièrent une nouvelle exploitation. Tous deux prennent part à un film documentaire intitulé « 13 variations sur un thème baroque. Ballade pour les pétroliers du Val de Noto », réalisé en 2006 par trois jeunes cinéastes siciliens. Le film donne la parole à ceux qui se sont opposés entre 2005 et 2008 à l’autorisation d’effectuer des forages d’exploration pétrolière dans le « Val de Noto » accordée par la Région sicilienne à la Panther Oil, une multinationale américaine. Dans le film, Denise, rappelant les circonstances de leur départ des États-Unis, parle de son amour pour sa nouvelle terre et des oliviers centenaires dont on peut obtenir, dit-elle, une huile unique, tandis que son mari explique au public la difficulté d’un combat naissant, qui ne peut être que collectif pour maintenir au fil du temps l’état d’effervescence émotionnelle des citoyens et des élus. La caméra nous les montre enfin enlacés face au coucher de soleil sur le paysage des Iblei.

2Au cours des dix dernières années à Noto (et de manière comparable à Modica, Caltagirone, Ragusa Ibla, puis à Ortigia, inscrite en 2005), la classification de l’Unesco a lancé un processus socio-économique et politique complexe : augmentation importante des flux touristiques, gentrification naissante d’une partie du centre-ville et des campagnes, production de (nouveaux) sentiments d’appartenance au territoire et de (nouvelles) émotions liées au patrimoine, redéfinition des politiques de développement économique. À Militello (comme à Palazzolo Acreide, Scicli et en partie à Catane) cette classification semble avoir été un simple étiquetage, incapable de produire des conséquences sociales, politiques et émotionnelles importantes. Depuis, par exemple, aucun étranger au pays n’est venu s’y installer, exception faite de Jennifer Lynne Gareis, actrice hollywoodienne aux lointaines ascendances locales, connue pour avoir interprété le rôle de Donna Logan dans la série Beautiful, à qui on a attribué la citoyenneté d’honneur en décembre 2009. Le nombre de résidents diminue inexorablement, les flux touristiques restent marginaux au point que la Ville, aujourd’hui encore, ne dispose d’aucune structure d’accueil ; les débats et confrontations qui ont secoué la « société politique » et la « vie civique » (Chatterjee 2006 ; Herzfeld 2009) du Sud-Est sicilien (ou Val de Noto) nouvellement imaginé n’ont que marginalement affecté la vie politique locale ; le patrimoine (du moins tel qu’il est défini par le système taxonomique de l’Unesco) ne génère aucune émotion positive, et la référence au processus d’inscription provoque même, au contraire, chez beaucoup de Militellesi, des réactions indifférentes ou ironiques. Non sans bonnes raisons : en effet, la présence de l’Unesco, au-delà du logo sur le site internet officiel de la Ville, ne semble attestée que par une plaque de marbre que le maire a fait poser sur l’Hôtel de Ville en janvier 2004 – mais gravée dans un style très xixe siècle –, et par une autre, apposée sur un palais élégant mais totalement décati, qui est devenu le siège du Club Unesco, une association à laquelle, en juillet 2007 – à l’époque des manifestations à Noto contre la compagnie pétrolière américaine – la mairie de Militello, dans une décision involontairement symbolique, a confié l’ouverture et la fermeture du cimetière.

3Je réfléchirai ici d’une part aux voies divergentes suivies par Noto et Militello après leur inclusion simultanée dans la Liste, d’autre part aux réactions émotionnelles tout aussi divergentes que leurs habitants semblent avoir eues face au processus de patrimonialisation. J’essaierai, en conclusion, de proposer à partir de cette comparaison quelques remarques générales sur les pratiques patrimoniales et sur les économies morales et politiques dont elles sont l’expression.

La renaissance du « Val de Noto »

4Le 18 juin 2007, en présence des plus hautes autorités nationales (y compris le Premier ministre Romano Prodi) et régionales, la cathédrale de Noto est rouverte au public. Si son effondrement le 13 mars 1996 avait déclenché le processus qui a conduit à l’inscription de ces huit villes du sud-est de la Sicile sur la Liste de l’Unesco (Palumbo 2003), la réouverture officielle de la cathédrale semble confirmer la fin du processus de construction/institutionnalisation patrimoniale d’un nouveau paysage politique et culturel. L’événement de 2007, en effet, se déroule dans un espace public désormais très différent de celui de 1996, qui ne tient pas seulement aux effets produits par la reconnaissance de l’Unesco. Pour comprendre le sens et la portée de cet évènement nous pouvons (re)partir du mouvement de protestation contre le forage pétrolier apparu dans le « Val de Noto » entre 2005 et 2008, auquel la réouverture de la cathédrale de Noto offre la possibilité de porter sa voix sur la scène médiatique nationale. Le 18 juin, un groupe important de manifestants se voit accorder une position centrale sur la pittoresque place de la Cathédrale : immédiatement à droite de la porte de l’hôtel de Ville, face à l’escalier menant à la cathédrale. Les autorités qui, de l’hôtel de Ville, montent à la cathédrale ne peuvent qu’entendre leurs protestations.

5Les opposants au forage bénéficient en effet dès le début (2005) de l’appui des municipalités impliquées dans la patrimonialisation de l’Unesco. Ce soutien souligne la centralité de la dimension plus spécifiquement politique du mouvement « populaire » de défense du baroque, du territoire, du « Val de Noto » et du « Sud-Est ». J’ai montré ailleurs qu’il est impossible de comprendre l’émergence de sentiments d’appartenance et d’émotions patrimoniales, sans avoir à l’esprit les articulations et les divisions de la scène politique régionale et nationale qui ont accompagné le difficile processus politique d’inscription des huits municipalités du « Val de Noto » (Palumbo 2006). Ce processus avait été suspendu en 2000 par l’Unesco au motif que manquait au dossier de candidature un plan de gestion capable d’assurer un développement de plusieurs des municipalités compatible avec la logique de la classification patrimoniale.

6À partir de 2001, un scénario politique complexe prend forme autour de l’élaboration d’un tel plan. En son centre, au niveau régional, Fabio Granata, conseiller pour la culture de la Région Sicile ; au niveau national, certaines personnalités politiques de centre-droit (alors à la tête de la nation) très liées au sud-est de la Sicile ; et, au sein de l’Unesco, certains fonctionnaires chargés de l’affaire et restés très bienveillants à l’égard de la proposition sicilienne. Lors de cette étape, dirigée par Fabio Granata, émerge l’idée de construire le « district culturel du Sud-Est » : le district est une institution territoriale inspirée de la notion de « district industriel » développée par certains économistes au cours des années 1980, censée être en mesure de coordonner les politiques publiques locales directement ou indirectement impliquées dans le processus de patrimonialisation, en vue d’un aménagement du territoire compatible avec l’inscription sur la Liste. Fin 2001, malgré les nombreux conflits, est mis en place un document préparatoire au plan de gestion jugé suffisant par l’Unesco. Une campagne de promotion efficace est lancée par Granata (création de sites internets, invention d’un logo, promotion d’un festival, achat de pages dans les grands journaux nationaux). Elle produit, au moins dans une partie de la population, un certain consensus autour de l’idée du « Sud-Est ». Des problèmes se posent, toutefois, pour traduire la planification envisagée par le district en actes administratifs concrets de la part des municipalités concernées, qui n’ont pas toutes approuvé le plan de gestion. C’est alors la logique politique qui prévaut. Prend forme un combat, au sein même du centre-droit sicilien et national, qui voit, d’un côté, Fabio Granata et avec lui une partie de l’Alleanza nazionale (an), et de l’autre un ensemble complexe, composé de personnalités de la scène politique nationale, membres de Forza Italia ou de cercles proches d’an, tous pris dans des liens solides avec la zone industrielle de Syracuse, y compris par des intérêts personnels. Le conflit est évident en 2004 lorsque Granata perd la direction du département du patrimoine culturel de la Région sicilienne, attribuée à un membre de Forza Italia (Pagano), et se voit reléguer au département du tourisme. Pagano reproche immédiatement à son prédécesseur d’avoir échoué à faire approuver le plan de gestion qui devait être remis à l’Unesco ; il prévoit un nouveau plan, qui permettrait de concilier protection du territoire et développement économique. Une ligne de faille se forme alors, destinée à durer au sein du centre-droit sicilien et national (Granata, une fois élu au parlement national, sera l’un des conseillers les plus écoutés de Gianfranco Fini). Elle oppose, plus précisément, la vision protectionniste de Fabio Granata aux projets de développement « industriel » de Pagano et ses puissants partisans. C’est dans ce scénario qu’éclate l’affaire des concessions pétrolières que la Région sicilienne, après un processus complexe, avait fini par accorder (en 2004) aux Américains grâce à l’intervention expresse d’un commissaire étroitement lié à l’industrie pétrolière de Syracuse. Granata et ceux qui, avec lui, investissaient dans les politiques du patrimoine (et notamment dans la classification par l’Unesco de Syracuse-Pantalica en 2005) se lancent dans une lutte acharnée contre les forages, soutenus en cela par une nouvelle génération d’administrateurs locaux. Face à eux, se trouve une part importante de la droite régionale et nationale (liée à la figure de la ministre de l’Environnement, ancienne ministre de l’Égalité des chances, Stefania Prestigiacomo, née à Syracuse), favorable, pour des raisons idéologiques ou des motifs personnels, à l’exploration pétrolière.

7Les protestations de ceux qui, dans la société civile, s’opposent à l’extraction du pétrole dans la région et à toutes les hypothèses de développement qui menacent l’environnement et le « Val de Noto », sont donc soutenues par les gouvernements locaux dont les dirigeants sont politiquement proches de Fabio Granata, mais aussi par les gouvernements de gauche qui voient dans la défense du territoire une bataille légitime. Grâce à ce soutien politique et à son entrée sur une scène politico-culturelle qui repense l’identité du territoire, le mouvement d’opposition aux forages acquiert une certaine visibilité dans les espaces publics de la région et trouve un écho dans les pages des journaux locaux, dans la presse écrite et à la télévision. Cependant, les principaux journaux siciliens relèguent les informations concernant ce conflit dans les pages de l’actualité locale, et s’abstiennent d’évoquer les questions politiques qu’il soulève. Le mouvement est de fait absent du débat politique national. La situation change toutefois à la veille de la réouverture de la cathédrale de Noto.

8Le 7 juin 2007, l’un des journaux nationaux les plus importants, La Repubblica, publie un appel pour la défense du « Val de Noto », signé par Andrea Camilleri, immédiatement repris par la presse nationale et étrangère. Il reçoit 80 000 adhésions en quelques jours. La nation est alors au seuil de nouvelles élections (le gouvernement instable de Romano Prodi tombera huit mois plus tard) et ce n’est peut-être pas un hasard si Camilleri et La Repubblica, liés à la gauche, lancent en Sicile, dont tous les protagonistes politiques sont affiliés à la droite, la question du « Val de Noto ». D’autre part, Fabio Granata, sur son site internet, accueille avec enthousiasme l’initiative de Camilleri. Au même moment, du côté adverse, le président de la Région, Totò Cuffaro, annonce que la Panther Oil a renoncé à entreprendre des fouilles dans la ville de Noto, probablement pour s’affranchir des initiatives de Camilleri et Granata, tout en cachant l’intention de la multinationale de poursuivre les fouilles dans d’autres sites du Sud-Est. La renaissance du « Val de Noto » est comme on le voit un processus politique complexe où les conflits et tensions se consument en profondeur, et dont les passions patrimoniales et environnementales des protestataires ne sont qu’une expression. Pourtant, ces gens descendent dans la rue à plusieurs reprises, produisent un film, souscrivent à des pétitions, animés du désir de défendre le « Val de Noto », son magnifique style baroque et ses paysages naturels. S’il serait naïf de croire que ces émotions sont étrangères à la scène politique, on se tromperait toutefois à considérer qu’elles en sont mécaniquement issues. Nous devons, en d’autres termes, prendre au sérieux ces nouvelles émotions qui animent les élus et poussent des centaines de personnes ordinaires à agir en public. Ces passions semblent révéler la stratification des sentiments d’adhésion avec les choses, les lieux et les environnements soumis au processus de classification de l’Unesco.

La Sicile de Montalbano

9En conclusion de ma monographie L’Unesco et le campanile (Palumbo 2003 : 358), je suggérais qu’en raison précisément du processus déclenché par l’Unesco, l’expression « Val de Noto » – qui jusqu’en 1996 n’avait aucun sens pour la plupart des habitants des villes de la Sicile sud-orientale (à l’exclusion des historiens locaux ou des spécialistes de la planification urbaine) – et les sentiments d’admiration pour le baroque auraient pu devenir familiers aux acteurs sociaux de la région. À la lumière de ce qui s’est passé au cours des dix dernières années, cette hypothèse semble juste. Je n’aurais jamais imaginé pour autant que les gens descendraient dans les rues quelques années plus tard pour défendre le « Val de Noto ». En 1996, la ville de Noto était dans un état de semi-abandon, et la plupart des bâtiments historiques prisonniers d’échafaudages branlants. En 1998 encore, Corrado Stajano, écrivain milanais d’adoption né à Noto, la décrivait par ces mots  :

Noto l’« ingénieuse » (ou la Belle endormie), semble avoir été un bastion fermé et modeste, aux styles immuables, les monastères eux-mêmes semblent des forteresses, mais aussi des prisons […]. Le bâtiment est celui de l’Hôtel de Ville couvert de clôtures et de bâches en plastique. Quand je passe à proximité, je jette toujours un coup d’œil sur la cour du palais Rau della Ferla, béante, au charme pourrissant, avec de larges buissons de jasmin grimpant aux fenêtres du premier étage, formant comme une ombrelle de parfum qui étreint le cœur. (Stajano 2001 : 36-75.)

10En dépit de manifestations contre des formes de spéculation dissimulées sous un projet de « récupération » de l’héritage baroque de Noto (ibid. : 92-94), aucun indice au cours des années où j’ai vécu en permanence dans la région (1994-1998), ne m’avait permis de prévoir l’émergence (ou la réémergence) de passions civiques et patrimoniales. Comment celles-ci ont-elles pu apparaître en un laps de temps aussi court ?

11Après avoir quitté ma maison à Catalfaro/Militello, j’ai continué à suivre les événements politico-culturels, et en particulier les transformations qui ont touché, entre 2004 et 2005, la « Semaine du Baroque », un événement public que j’avais étudié à Militello entre 1996 et 1998. Celui-ci avait perdu de son intensité et de son intérêt en raison de l’affaiblissement politique de son promoteur, Musumeci, président de la Province de Catane et militellese. Quand ce dernier, en 2005, quitte an pour le parti de la Droite, la Semaine baroque devient le « Festival international du Val de Noto – Magique baroque », qui se déroule dans les huit municipalités classées par l’Unesco. L’événement public – demi-miroir et demi-modèle, pour citer Don Handelman (1990 ; Palumbo 2003 : 297-300) – a désormais quitté la scène locale de Militello, pour devenir un pur événement-miroir qui d’une part donne une forme cérémonielle à un nouvel espace public (les villes du Val de Noto), et exprime d’autre part les stratégies de l’un des groupes politiques de la Sicile du Sud-Est (le festival est une création de Nicola Bono, alors sous-ministre du Patrimoine culturel national, aujourd’hui président de la Province de Syracuse). Je m’intéressais en outre à la capacité du festival à propager la rhétorique de l’identité et du patrimoine – jusque-là limitée aux discours politiques officiels et à ceux, étroitement liés, de la presse locale – dans les franges de la société civile non encore directement impliquées dans le processus de patrimonialisation. La rhétorique du Sud-Est s’est affaiblie entre 2005 et 2008 (Palumbo 2006), de même que le poids politique de Fabio Granata au profit de l’émergence, dans cette partie de la Sicile, du Mouvement pour l’autonomie de Raffaele Lombardo, qui reprend à son compte la logique autonomiste de Granata et construit une machine administrative et électorale bien plus efficace qui le conduira rapidement à gouverner la Région Sicile.

12Grâce à deux étudiants de l’université, j’ai cependant pris conscience de la diffusion dans le « peuple » de cette passion culturelle pour le Val de Noto, et de la force identitaire de ce nouveau discours patrimonial. Depuis 2001, l’université de Messine où j’enseigne a ouvert un cours de licence de sciences de l’éducation (puis de sciences de la communication) à Noto, dans une conjoncture liée à la candidature Unesco. Au cours de l’hiver 2006, lors d’une leçon consacrée aux affaires politiques et patrimoniales du sud-est de la Sicile, deux étudiants me demandent ce que je pense du mouvement contre le forage. À ma réponse, qui tendait à remettre ce mouvement dans son juste contexte, ils opposent un point de vue de militant convaincu de l’importance de la lutte pour la protection des monuments et des paysages « universellement » définis comme sites d’exception, désormais patrimoine collectif de la communauté. L’un d’eux était revenu en Sicile après avoir longtemps vécu et étudié dans le Nord, l’autre était l’un des dirigeants du petit groupe de jeunes « alternatifs » de la ville. À l’issue du cours, ils m’invitent à une réunion du groupe (anti-forage) de Noto, qui se tient à l’Hôtel de Ville avec l’accord du maire. Sont aussi présents à cette réunion une autre étudiante, un agriculteur qui a investi dans le tourisme à la ferme, un fonctionnaire municipal et deux étrangères (l’une suisse, l’autre autrichienne), qui ont acheté des terrains dans la commune. Ils veulent s’informer des perspectives politiques. Pour ma part, je veux comprendre les raisons de leur engagement et de leur passion. Ils ne sont pas dépourvus d’esprit critique à l’égard du contexte politique, même s’ils semblent peu idéologisés (à l’exception d’une ou deux personnes, se méfiant de l’origine fasciste de certains promoteurs politiques du mouvement) et bien que conscients de l’importance d’un soutien politique à leur combat, ils ne paraissent pas disposés à se faire manipuler par tel ou tel groupe. Leurs propos me frappent cependant pour d’autres raisons. D’abord, par le fait qu’ils considèrent ces entités « Val de Noto » et « Sud-Est » comme des données évidentes. Ensuite par leur conviction intime, quelle qu’en soit l’instrumentalisation, de la particulière beauté naturelle et architecturale de « leurs » lieux : un sentiment jusque-là absent dans cette couche de la population, ou très différent du moins, dans son expression, de l’esprit de clocher des historiens et intellectuels du coin, et qui incitait des gens de différents pays à choisir de vivre dans le « Val de Noto ».

13Le film documentaire évoqué en introduction exprime de manière exemplaire l’ensemble de ces traits. Si, pour l’un de mes deux étudiants interrogés dans le film, « le Val de Noto devient conscient de sa valeur » dans la lutte contre les compagnies pétrolières, à son tour, un jeune néo-rural, dont l’accent indique clairement l’origine romaine et urbaine, à pied, torse nu, au milieu des champs de blé et des murets de pierre, déclare vivre avec sa femme et son fils dans une maison délabrée, sans électricité ni eau courante pour trouver dans ce nouveau monde, en accord peut-être avec le sociologue italien Franco Cassano, « les rythmes lents de la Terre Mère ». Un agriculteur de la région, qui a investi dans les produits biologiques, se dit lui aussi fier de cultiver « le vrai vieux grain de Sicile », tandis qu’une entrepreneuse du Piémont, qui a quitté son emploi et sa ville d’origine pour acheter des terres dans le Sud-Est, parle de sa nouvelle terre comme d’une « terre vierge, pas encore contaminée par les erreurs et les horreurs de la modernité ». Ces attitudes, communes aux initiateurs de la lutte anti-forage, je les ai trouvées pour la première fois dans la rhétorique des politiciens qui avaient investi depuis 1996 dans le processus de patrimonialisation. En outre, dans le film, ainsi que dans les télévisions régionales qui ont suivi la cérémonie de réouverture de la cathédrale de Noto et dans la presse écrite, apparaît constamment Roy Bondin, fonctionnaire maltais de l’Unesco qui a suivi jusqu’au bout, avec une invariable bienveillance, la candidature du « Val de Noto ». L’Unesco, dit-il, s’attache à la « culture » et aux politiques qui la favorisent. C’est maintenant aux Siciliens de défendre leur propre culture. Cette présence d’un fonctionnaire de l’Unesco dans les débats publics montre que la défense de la culture du « Val de Noto » a pu devenir une passion partagée par une partie, aujourd’hui encore marginale, de la population locale, parce que cette culture, une fois objectivée (Handler 1988) et stéréotypée par le système de classification de l’Unesco, devient une sorte de marchandise à sa disposition, donnant naissance à des stratégies politiques, à des plans économiques, à des choix de vie esthétiques et éthiques, à des sentiments et des émotions nouveaux. L’intervention publique d’Andrea Camilleri, en prouvant – et ce n’est certainement pas par hasard – son efficacité, a été en ce sens emblématique. Camilleri, écrivain sicilien, a construit son succès à l’aide d’une langue hybride (un italien cultivé, avec des ajouts lexicaux siciliens et des structures narratives qui intègrent plusieurs styles de récit populaire) et d’une multitude de personnages siciliens stéréotypés. Tout en s’engageant politiquement contre la violence en Sicile, il offre une autre image, littéraire et figée, de la Sicile élégante et amusante, encore accentuée dans une série télévisée à succès, Le Commissaire Montalbano, tirée de ses récits. L’ensemble de la série, filmée dans le Sud-Est (Ibla, Modica, les plages de Samperi), a contribué à façonner dans le sens commun de la nation l’« image d’une île de lumière » (pour reprendre la phrase d’une campagne publicitaire réussie voulue par Fabio Granata), loin de la violence mafieuse répandue dans les médias et les nombreuses autres séries télévisées. Bien que la ville de Vigata et le récit de Camilleri se situent dans l’ouest de la Sicile, pour le public de la télévision les lieux de leur héros, le commissaire Montalbano, sont ceux de la Sicile ensoleillée et « propre » du Sud-Est. D’ailleurs, sur son site internet, Granata est photographié à côté de Luca Zingaretti (l’acteur qui joue le rôle de Montalbano), et de son côté, Camilleri, depuis toujours lié à la gauche, reconnaît dans son appel lancé en temps opportun, le bien-fondé de la politique de Granata, conseiller dans un gouvernement de droite.

Le côté obscur de la patrimonialisation

14Roberto Rossellini, Michelangelo Antonioni, Vittorio De Sica, Gianni Amelio, Giuseppe Tornatore, Franco Zeffirelli – pour ne nommer que les plus célèbres réalisateurs qui ont fait de Noto un lieu de l’imaginaire visuel national – ont tourné leurs films dans la scénographie baroque de Noto. Les architectures maniéristes et tout aussi baroques de Militello n’ont jamais attiré l’attention des cinéastes et des intellectuels. Bien qu’on y ait testé l’idée du « Festival international du Val de Noto », cette petite ville semble être restée en marge du processus qui s’est activé à Noto, comme à Modica, Scicli et Caltagirone à la suite du classement par l’Unesco. Si Modica a pu s’insérer dans le circuit grâce à la construction d’une typicité alimentaire à partir de la production de confiseries au chococlat – que l’on croit découler directement du monde aztèque –, ce processus a manqué à Militello, où le « Festival de la confiture de figue de barbarie », fondé en 1987, demeure un événement de village sans qu’aucune action coordonnée n’ait sérieusement tenté, grâce à l’action patrimonialisante de l’Unesco, de l’associer à des réseaux agro-alimentaires, tel Slow Food. Dans la sphère politique, enfin, Militello a raté le coche de la dynamique régionale. L’inclusion de la ville dans le groupe des candidats à l’inscription avait pourtant été menée avec habileté par l’adjoint à la culture du cabinet de centre-gauche qui a gouverné la ville de 1994 à 2002, grâce à ses contacts, dès 1996, avec les adjoints d’autres municipalités, les représentants de l’Unesco, le ministère des Biens culturels, l’adjoint au patrimoine de la Région Sicile et les directeurs départementaux du patrimoine de la Sicile orientale (Palumbo 2003). En 2003, peu après la nomination à l’Unesco, est élue une nouvelle municipalité de centre-droit qui se retrouve chargée de gérer cet étiquetage qu’elle n’avait pas soutenu, sans intérêt politique clair ni stratégie globale. Au contraire, entre 2003 et 2008, soit pour des raisons liées à la cohabitation politique du cabinet, plus proche de Forza Italia et des milieux « traditionnels » de l’an, que des idées identitaires-patrimoniales de Granata, soit pour des raisons personnelles, l’adjoint au patrimoine épouse une rhétorique, au moins de façade, qui conteste le caractère « baroque » de Militello, en faveur d’un prétendu caractère classique (la ville serait la « Florence des Iblei »). Un tel choix renvoie à la décision d’adhérer au Consortium Ducezio (« consortium pour le tourisme et les activités de production »), sorte de « district culturel » alternatif, qui comprend, outre Militello, cinq municipalités non inscrites à l’Unesco (Licodia Eubea, Mineo, Vizzini, Castel di Iudica Grammichele), toutes liées à la zone intérieure des Iblei, dans l’ancien Val de Noto, mais indubitablement loin du chatoyant et (re) émergent « Val de Noto ». De cette façon, l’administration militellese rompt pendant cette période avec les municipalités qui jouaient un rôle dans la restructuration patrimoniale et politique de la région du Sud-Est et transforme la nomination Unesco en une étiquette formelle gênante. Comme à Noto, Modica ou Caltagirone, nombre de monuments, bâtiments et églises de Militello sont restaurés, rehaussant de fait le paysage urbain, mais hors de toute référence à la classification par l’Unesco comme source de planification économique ou ressort identitaire.

15L’indifférence, sinon l’ostracisme de la classe politique dont on aurait pu attendre qu’elle réagisse par des mesures institutionnelles à ces nouvelles rhétoriques patrimoniales, rejoint l’indifférence voire le malaise de la communauté locale à l’égard de l’Unesco. Dans les journaux locaux et les débats publics, dans le sens commun, l’Unesco reste une réalité lointaine que l’on observe froidement. Les raisons de la nomination obtenue (également) par Militello ne font pas partie du vécu des acteurs sociaux qui, voyant d’un œil critique qu’elle ne produit pas d’effets (pas d’augmentation du flux touristique, aggravation des conditions économiques mondiales, manque d’initiatives entrepreneuriales en matière de tourisme…) ironisent amèrement sur l’écart entre les déclarations officielles et la réalité quotidienne. La nomination Unesco est donc considérée comme le résultat de l’action intelligente, honnête mais utopique et inutile de l’ancien adjoint, ou comme l’expression de la rhétorique officielle. Pour Militello, le nouveau territoire du « Val de Noto » (ou du « Sud-Est ») n’existe tout simplement pas, et n’a donc suscité ni émotions patrimoniales ni passions politiques. Personne n’est descendu dans la rue pour manifester contre les pétroliers. Le monde social vécu et pratiqué par ses habitants, aussi profondément lié soit-il à l’histoire de la région des Iblei et, comme nous le verrons, à la renaissance baroque de ce territoire après 1693 (raison précise de l’inclusion dans la Liste), est loin du Sud-Est stéréotypé, médiatique, patrimonial et idéal de Granata, Camilleri, Montalbano et de l’Unesco elle-même.

16Les passions politiques et publiques qui animent les actions des individus (hommes adultes) ne manquent pas à Militello. Mais elles sont l’expression, en même temps que la source, de poétiques sociales (Herzfeld 1997) qui diffèrent de celles qui animent les actions des néo-ruraux du « Val de Noto », des néo-localistes du « Sud-Est » et des néo-patrimonialistes de Noto. Elles semblent exiger des subjectivités inscrites dans des économies morales (Asad 2003) autres que celles qui régissent les acteurs, plus ou moins conscients, des scénarios post-modernes instaurés par les classifications iconiques d’organismes transnationaux (Palumbo 2009a, 2010).

  • 1 Il s’agit des paroissiens de l’église Saint-Nicolas, faction opposée à ceux de l’église Santa-Mari (...)

17Le cas du palais Jatrini, siège du fantomatique Club Unesco, et de la plaque apposée à l’Hôtel de Ville pour commémorer l’inscription de Militello sur la Liste, peuvent nous aider à mieux comprendre cette différence. Le palais Jatrini a été l’objet de litiges et la source de divisions profondes. En 1996, la dernière héritière de la famille Jatrini mourut sans descendance après une longue maladie. Durant celle-ci, elle avait été prise en charge par deux hommes âgés, profondément liés à sa famille et dévoués à la paroisse de Santa-Maria dont son frère avait été curé pendant plus de quarante ans. Ces deux hommes connaissaient son intention de faire don à la paroisse du patrimoine de la famille Jatrini, formé à l’intérieur de l’église Santa-Maria. Face à l’imminence de son décès, ils avaient demandé à plusieurs reprises au prêtre de planifier l’utilisation de l’héritage. Le curé, qui avait probablement reçu des directives claires de la part de l’évêque, n’exprima jamais son opinion et se limita à prendre note de la volonté de la malade. Les deux hommes, et avec eux une partie importante de la communauté marianese, continuèrent à faire pression sur le prêtre et sur l’évêque afin que les biens (le palais de la ville, deux belles maisons rurales avec un terrain attenant, d’autres maisons et des terres) puissent être gérés par les fidèles – évidemment sous contrôle ecclésiastique – et non, comme le prévoyait le testament, par un curé pro-tempore et un évêque étranger à la communauté. De son côté, la curie réaffirma le droit de l’Église à disposer des biens hérités, sans contrainte d’aucune sorte. La question n’était pas seulement d’ordre économique, elle était également juridique : qui de l’Église, désormais propriétaire légal, ou des marianesi, voyant dans ces biens un héritage de leurs ancêtres, était en droit d’en posséder l’usufruit ? Entre 1996 et 1998, les marianesi firent plusieurs propositions au prêtre et à une curie soucieux d’une gestion « minimale » de l’héritage : les uns souhaitaient transformer une des maisons de campagne dans le cadre d’un agritourisme géré par une coopérative marianese, d’autres demandaient à faire du palais le siège d’un musée paroissial, d’autres encore à en faire un centre culturel. Ces propositions ranimèrent des divisions anciennes, ou en créèrent de nouvelles, au sein de la communauté marianese, entre elle et la partie adverse nicolese1, entre tous et l’administration municipale.

18L’héritage Jatrini et ses bâtiments sont ainsi devenus des concreta (Faubion 1993) par lesquels les individus, les groupes, les factions, les partiti et les contrapartiti, donnent vie à l’espace public local. Pris dans des tensions similaires, le palais Jatrini, victime à deux reprises de vols et dépouillé de son contenu, est finalement donné en concession à un particulier, lié à la paroisse de Santa-Maria, qui en tire avantage sur la scène politique locale. Le palais, qui provenait d’un univers social fondé sur la lutte et le combat, est laissé vide, sans quiconque pour lui redonner vie. En faire le siège du club Unesco est, là encore, plutôt que l’indice d’une politique de (re)développement du centre historique liée aux processus en cours dans la région, le dernier acte d’une compétition séculaire, poursuivie par les Militellesi à travers le contrôle et la gestion de ce qu’aujourd’hui, à l’extérieur, nous appelons le « patrimoine culturel ». Le siège du Club Unesco entre, pour ainsi dire, dans le ressort de son directeur, qui est également directeur de la chorale de Sainte-Marie, homme de confiance du curé et proche du maire de gauche. Pris dans ce réseau de relations schismogénétiques et régressives, le palais et sa plaque aux couleurs de l’Unesco sont aujourd’hui à l’abandon.

19Le 31 janvier 2004, le maire de droite et son cabinet, récemment élus et indifférents aux possibilités offertes par la nomination à l’Unesco, apposaient dans le hall de l’Hôtel de Ville l’inscription (balata, en dialecte) suivante  :

Les huit villes du sud-est de la Sicile – Caltagirone, Catania, Militello dans le Val de Catania, Modica, Noto, Palazzolo Acreide, Raguse et Scicli – ont été réédifiées après le tremblement de terre de 1693 à l’endroit même ou à proximité des sites détruits. Elles représentent une importante entreprise collective qui a obtenu des résultats remarquables dans l’art et l’architecture. En conformité avec le style de l’époque, ces villes ont réalisé des innovations intéressantes sur le plan urbanistique et architectural. 31.01.2004. musumeci vittorio – Maire.

20Je n’insisterai pas sur la rhétorique du texte, seulement sur certains aspects de sa réception locale. La balata ne fait rien d’autre que célébrer un événement certainement digne de mention. Cependant, dès son apposition, les commentaires des Militellesi vont bon train : pourquoi une nouvelle plaque quand il y en a déjà une avec le logo officiel de l’Unesco ? Pourquoi ajouter de nouvelles raisons à celles déjà dictées par l’Unesco ? Pourquoi cette signature du maire, à qui l’inscription ne doit rien ? Et pourtant, pourquoi ne jamais utiliser le mot « baroque » (auquel fait allusion le syntagme « style de l’époque »), au fondement de la reconnaissance par l’Unesco ? Et puis, dit ironiquement un observateur local, pourquoi dire anachroniquement que Militello est « dans le Val de Catania », quand on a supprimé le « Val de Noto » ? Autant d’observations conflictuelles qui produisent, une fois de plus, partiti et contrapartiti. Dans la conscience de certains des acteurs sociaux, la balata de 2004, est devenue un des objets-signes à travers lesquels se perpétue la lutte juridictionnelle. D’ailleurs, si on lit entre les lignes comme le font les Militellesi, la balata a été gravée et fixée pour des raisons clairement controversées. L’élimination du « Val de Noto », identifié au baroque, annonce ainsi une « politique culturelle » qui vise à mettre en valeur l’autosuffisance d’autres époques et styles artistiques (la Renaissance, la « Florence des Iblei »). Au lieu du « Val de Noto », surgit un « Val de Catania » imprévu, une invention trop audacieuse et dépourvue de tout soutien bureaucratique pour fonder une nouvelle identité. La balata 2004, donc, en relançant une poétique fondée sur le polemos et la manipulation, neutralise l’événement qu’est l’« inscription sur la Liste » et symbolise le déni de l’impact profond qu’il aurait pu avoir – et qu’il aura de fait dans d’autres villes – sur la réalité locale. Les passions et les troubles politiques engendrés par la balata viennent contrer de façon précise et apparemment insurmontable l’émergence de nouvelles formes d’expérimentation du monde social.

Classifications transnationales, passions patrimoniales et troubles politiques

21Nous pouvons maintenant tirer quelques conclusions à partir de l’observation d’un paradoxe. L’inscription des huit municipalités de la Sicile du Sud-Est sur la Liste de l’Unesco est fondée sur la reconnaissance de la reconstruction – exceptionnelle et constante dans toute la région –, après le séisme de 1693, dans le style du baroque tardif. Mais la classification Unesco ignore les dynamiques socio-politiques qui ont été au fondement de la reconstruction et qui ont continué d’agiter les contextes locaux jusqu’à la candidature à l’Unesco, et au-delà. À Militello, par exemple, les logiques factionnelles et juridictionnelles provoquent toujours les passions des acteurs sociaux, enveloppant les bâtiments et les sites définis comme patrimoniaux par l’Unesco dans un réseau de pratiques sociales et d’émotions agressives qui relèvent de l’« agitation politique ». La patrimonialisation même, interprétée en termes métonymiques (avec le palais du Club Unesco) et analogiques (à travers la balata) ne devient qu’un simple élément, un concretum, leur permettant de continuer à jouer leur propre jeu polémologique. Cette « poétique sociale » provoque des effets très négatifs lorsqu’elle opère dans un scénario – celui du « Val de Noto » entre 2005 et aujourd’hui – entièrement nouveau.

22L’histoire de la naissance du Sud-Est et de la renaissance du « Val de Noto » est celle de ce nouveau scénario socio-politique, dominé par l’imagination et construit à partir des logiques iconiques et essentialistes de la classification transnationale de l’Unesco. Il y a quelques années, après avoir notamment étudié la patrimonialisation initiale de cette aire, j’ai essayé d’indiquer quelques traits constitutifs de ce processus. Premièrement, il était clair que l’action bureaucratique et politique de l’Unesco n’avait pas pour effet d’annuler les tensions localistes ni l’esprit de clocher. Bien au contraire, l’Unesco les excitait et en quelque sorte les réactivait, même après des décennies, voire des siècles d’apaisement, tout en les gommant des discours officiels. Le « patrimoine universel » dont la reconnaissance ravivait d’anciennes rancunes devait être épuré de toute référence à ces conflits qui agitaient des contextes sociaux redéfinis par la classification officielle. Cela tenait, pensais-je, à un système taxonomique qui doit produire des « choses culturelles », des objets essentiels du patrimoine, des images iconiques, stéréotypiques et immuables des « réalités » sociales : des identités, en somme, à vendre sur le marché des patrimoines-marchandises. Je remarquais enfin, que, dans tous les cas, le processus de patrimonialisation conduit à la construction d’entités socio-politiques nouvelles qui, même alors (2002-2003), semblaient offrir des espaces sociaux et politiques « réels » aux émotions et aux pratiques des hommes et femmes de la région. Plus tard, en continuant à travailler sur la Sicile du Sud-Est (Palumbo 2006), j’ai pu voir que la construction progressive de ces nouvelles formes imaginaires de l’appartenance (le Sud-Est précisément, et le « Val de Noto », mais aussi le néo-autonomisme sicilien) mettait toujours en jeu des affrontements, des conflits, des tensions et des intérêts de nature différente, et que ce processus enclenché par l’intervention de l’Unesco était donc encore bien vivant et rayonnant. Ce n’est que quelques années plus tard (Palumbo 2010) que j’ai commencé à comprendre que ces processus renvoient à des systèmes taxonomiques plus larges (le patrimoine, l’alimentation, le sport, la mode, le tourisme), capables d’organiser la production mondiale de nouvelles formes d’imaginaire social et de les intégrer dans un système hiérarchique de gouvernance mondiale. Le fait d’iconiciser, d’essentialiser, voire de commercialiser et d’institutionnaliser la culture, que j’avais relevé en observant les interactions entre l’Unesco et les querelles de clocher siciliennes, était l’expression d’un phénomène plus ample qui, selon Arjun Appadurai (1996), déplaçe le centre de la gouvernance politique de l’imaginaire national, fondé en forme raréfiée (Herzfeld 2001) sur celui des « communautés naturelles », vers l’imaginaire de nouveaux et dynamiques scénarios mondiaux, plus abstrait et raréfié, mais non moins restrictif et lourd. À l’instar des stéréotypes sur les styles de football nationaux ou sur les plats typiques, les formes essentialisées du patrimoine, lorsqu’elles figent et simplifient des contextes, des objets, des pratiques en les soustrayant, au moins idéalement, à des espaces spécifiques d’interaction (les « neighborhood » d’Appadurai), produisent néanmoins de nouveaux scénarios, de nouveaux espaces de/pour l’imagination de l’appartenance (les « localities » d’Appadurai). Espaces nouveaux qui semblent s’organiser dans un jeu différent de ceux que modulaient les scénarios précédents et capables eux aussi de produire des émotions et des passions susceptibles de conduire à l’action.

23La possibilité de revenir à la Sicile du Sud-Est de ces dernières années avec un regard théorique différent m’a donné l’opportunité d’observer de près la structure de ces nouveaux scénarios et l’apparition de nouvelles formes de représentation/construction du sentiment d’appartenance. Bien sûr, le « Val de Noto » et le « Sud-Est » sont des constructions imaginaires très récentes, produites par l’interaction entre la gouvernance bureaucratique de l’Unesco, les dynamiques politiques locales, régionales et nationales, les rhétoriques identitaires mises en place par des groupes d’intérêt spécifiques et, à nouveau, par des stéréotypes cinématographiques, télévisuels et narratifs (Rossellini, Antonioni, Amelio, Tornatore, Camilleri/Montalbano, mais aussi les dizaines de télévisions locales qui, pendant dix ans, ont adapté leur programmation aux nouveaux contextes), par des campagnes publicitaires, nationales et internationales, par les premiers effets de la patricapitalisation de l’Unesco sur les flux touristiques, par les intérêts de tours-opérateurs et d’agents immobiliers (qui ont effectivement vendu une partie substantielle des campagnes aux riches du nord de l’Italie et de l’Europe). En même temps cependant, ces nouvelles entités iconico-patrimoniales ont commencé à restructurer l’imagination de groupes de population de plus en plus importants : des guides, souvent regroupés en coopératives de services, des jeunes qui suivent des cours consacrés au patrimoine et au tourisme à l’université ou à la Région, des enseignants « engagés » d’écoles primaires et secondaires, certains universitaires, des néo-ruraux qui, venant de diverses parties du monde, sont parmi les plus ardents partisans de ces (leurs) nouvelles localités. Et bien sûr des hommes politiques – ceux qui s’engagent avec conviction à repenser leur monde et son développement, ou ceux qui mettent une rhétorique identitaire à la mode au service d’intérêts particuliers – et les gens ordinaires – entrepreneurs, agriculteurs, hôteliers – qui investissent, financièrement et existentiellement, dans le processus de patrimonialisation. En un mot, tous ceux que nous avons vus se rassembler autour du mouvement et développer des sentiments patrimoniaux pour une localité (imaginée, stéréotypée, essentielle) qui serait la leur. Ils forment actuellement une partie limitée de la population, mais économiquement et politiquement importante, dont nous pouvons supposer qu’elle aura une part croissante dans la reconfiguration institutionnelle et culturelle de ce territoire. C’est à leurs passions et à leurs actions que je réserverais l’expression « émotions patrimoniales », ces premières graines que le processus de reconfiguration de l’imagination politique et culturelle engendré par l’Unesco semble avoir laissées dans leur économie morale (Asad 2003) et dans la (re) configuration du « soi » public et privé. Les autres, ceux de mes amis militellesi, qui persistent à vouloir jouer leur jeu basé sur le polemos et le défi, sont des passions politiques. Passions de ceux qui ne peuvent accéder à de nouvelles façons de penser le monde social et ne voient pas même l’intérêt de fondre leur « agitation politique » dans de nouveaux projets, patrimoniaux, de sens et donc de vie, fût-elle post-moderne.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Appadurai Arjun, 1996
Modernity at large. Cultural dimensions of globalization, Minneapolis, University of Minnesota Press, coll. « Public worlds ».

Asad Talal, 2003
Formations of the secular. Christianity, islam, modernity, Stanford, Stanford University Press.

Chatterjee Partha, 2006
Oltre la cittadinanza, Rome, Meltemi.

Faubion James, 1993
Modern Greek Lessons. A primer in historical constructivism, Princeton, Princeton University Press.

Handelman Don, 1990
Models and Mirrors. Towards an anthropology of public events, Cambridge, Cambridge University Press.

Handler Richard, 1988
Nationalism and the politics of culture in Quebec, Madison, University of Wisconsin Press.

Herzfeld Michaël, 1997
Cultural Intimacy. Social poetics in the nation-state, New York, Routledge.

Herzfeld Michaël, 2001
Anthropology. Theoretical practice in culture and society, Malden, Blackwell publishers.

Herzfeld Michaël, 2004
The Body impolitic. Artisan and artifice in the global hierarchy of value, Chicago, The University of Chicago Press.

Herzfeld Michaël, 2006
Antropologia, Florence, seid.

Herzfeld Michaël, 2009
Evicted from eternity. The restructuring of modern Rome, Chicago, The University of Chicago Press.

Palumbo Berardino, 2001
« Campo intellettuale, potere e identità tra contesti locali, « pensiero meridiano » e ‘identità meridionale », La Ricerca folklorica, n° 43, pp. 117-134.

Palumbo Berardino, 2003
L’Unesco e il campanile. Antropologia, politica e beni culturali in Sicilia orientale, Rome, Meltemi.

Palumbo Berardino, 2006
« Il vento del Sud-Est. Regionalismo, neo-sicilianismo e politiche del patrimonio nella Sicilia di inizio millennio », Antropologia, nos 6-7, pp. 43-91.

Palumbo Berardino, 2009a
Politiche dell’inquietudine. Passioni, feste e poteri in Sicilia, Florence, Le Lettere.

Palumbo Berardino, 2009b
« Patrimonializzare », AM, n° 8, vol. 22, pp. xxxviii-xl.

Palumbo Berardino, 2009c
« L’Unesco et le campanile », in Daniel Fabre & Anna Iuso (dir.), Les monuments sont habités, Paris, ministère de la Culture et de la Communication/Éditions de la Maison des sciences de l’homme, coll. « Ethnologie de la France », série « Cahiers », pp. 147-169.

Palumbo Berardino, 2010
« Sistemi tassonomici dell’immaginario globale. Prime ipotesi di ricerca a partire dal caso Unesco », Meridiana, n° 68, pp. 37-72.

Palumbo Berardino, 2011
« La somiglianza è una istituzione. Classificare, agire, disciplinare », in Luisa Faldini & Eliana Pili (dir.), Saperi antropologici, media e società civile nell'Italia contemporanea, Roma, CISU, pp. 207-245.

Stajano Corrado, 2001
Patrie smarrite, Milan, Garzanti.

Notes

1 Il s’agit des paroissiens de l’église Saint-Nicolas, faction opposée à ceux de l’église Santa-Maria, les marianesi.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search