Version classiqueVersion mobile

Émotions patrimoniales

 | 
Daniel Fabre

VI. Patrimoine, émotions et politique : la double traduction

Avant-propos

Texte intégral

1Au fond, le passage de l’instance nationale à l’instance patrimoniale dans la mise en forme collective du rapport au passé est sans doute une mutation politique dans le sens le plus fondamental du terme. D’autant que cette « grande transformation » récente, dont l’Europe occidentale fut le premier théâtre, a été presque aussitôt traduite dans le langage universel des valeurs culturelles dont l’Unesco est l’émetteur et le régulateur depuis la fin de la guerre mondiale. Mais il n’en demeure pas moins intéressant et révélateur de considérer ce phénomène à partir de points de vue enracinés dans la politique en tant qu’exercice du gouvernement et espace concret où s’expriment et s’imposent des rapports de pouvoir. On se rend alors bien compte que les idéologies et les façons de faire claniques, nationalistes et néocoloniales, au sens que la science politique donne communément à ces termes, trouvent aisément dans le patrimoine un langage émotionnel conventionnel à travers lequel ces formes de domination se perpétuent et s’étendent. Avec une nuance capitale cependant : la conception patrimoniale des identifications temporelles devient le visage paradoxal d’une modernité autochtone, localisée et appropriée, fondement d’autres régimes possibles du pouvoir.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search