Version classiqueVersion mobile

Émotions patrimoniales

 | 
Daniel Fabre

V. Révoltes et résistances

Le non-alignement de Menhirs Libres

L’avenir d’un site mégalithique

Bérénice Waty

Texte intégral

Le champ de Carnac est un large espace dans la campagne où l’on voit onze files de pierres noires, […] ces pierres prétendues branlantes sont constamment restées inébranlables à tous les coups de pieds furieux que j’ai eu la candeur de leur donner.
(Flaubert 1886 : 105.)

  • 1 Situé dans le Morbihan, en Bretagne, ce site qui s’étend sur quatre kilomètres est constitué de p (...)
  • 2 Traduction du terme breton « menhirs ».

1Ce mouvement d’humeur de Flaubert, anodin, qu’il rapporte dans le récit de son voyage en Bretagne, en 1847, résonne étrangement plus d’un siècle plus tard. Dès les années 1960, on observe de nombreuses dégradations sur le site des alignements de Carnac1, laissé à l’abandon : des monticules s’effondrent, des pierres s’effritent, la végétation disparaît par endroits. La mairie déclare le site menacé et les pouvoirs publics décident alors de sauvegarder ces « pierres longues2 ». Mais plus encore, ce sont les habitants qui se mobilisent pour défendre ce qu’ils considèrent comme leur patrimoine et le sentiment identitaire qu’il leur inspire, mais aussi pour faire valoir leurs prérogatives de riverains et leurs droits d’usage de ce « lieu de mémoire ». Que l’État assure la pérennité du site et les associe aux décisions sur son sort, telles sont les attentes formulées par les Carnacois.

2Mais comment poser les termes de l’opposition qui naît entre la population, la municipalité et les sphères décisionnelles impliquées, tant les objets de litige s’accumulent ? Qui des touristes et des agriculteurs détériore le plus le site, les bus le disputant aux tracteurs ? Mais sait-on d’abord ce qu’on entend faire de ces vestiges archéologiques ? Si la restauration des champs de pierres, que l’afflux touristique comme le temps endommagent, s’impose de fait, quel projet retenir ? Comment parvenir à satisfaire à la fois les visiteurs du monde entier et les riverains, les archéologues et les exploitants agricoles, les élus locaux et le pouvoir central ?

  • 3 Les légendes sont nombreuses, qu’il s’agisse des soldats romains transformés en pierre par saint (...)
  • 4 Pour une présentation de cette notion et de nombreux exemples, se reporter au n° 17 des Livraison (...)
  • 5 Voir le texte de présentation du programme « Émotions patrimoniales », de Daniel Fabre, accessibl (...)

3Ingénierie culturelle et touristique, coûts de restauration, question identitaire, référence aux traditions et légendes3, démocratie participative sont autant de thèmes qui s’agrègent dans le cas concret d’« émotion patrimoniale4 » déclenchée autour du site de Carnac. Ces vieilles pierres ne sont pas le « simple témoin immobile de l’histoire mais la source d’événements, d’émotions collectives, de controverses, voire de révoltes5 » : au nom du sauvetage et de la préservation du site, ainsi que du respect des traditions bretonnes, des citoyens s’impliquent pour faire entendre leurs points de vue et tour à tour, paradoxalement, critiquer l’inaction des élus ou l’activisme commercial de leurs projets d’aménagement.

4Depuis les années 1980, Carnac est donc au cœur d’une vive polémique patrimoniale et de luttes militantes qui vont déborder son espace et son objet et rythmer son histoire : plusieurs associations se créent, des citoyens manifestent dans les rues – y compris parisiennes –, pétitionnent, et les réunions dites de concertation ou d’information se multiplient depuis presque vingt ans, sur place ou à la préfecture de Rennes.

  • 6 Dans la suite de l’article, on désignera cette association par l’acronyme « ml ».
  • 7 Pour une analyse de la mise en ligne de certains mouvements associatifs, voir Waty (2013).

5Menhirs Libres6, l’une des principales associations mobilisées, investit Internet dès 1995 pour relater ses actions et afficher son opposition aux projets proposés par les pouvoirs publics. L’apparition d’Internet constitue une étape nouvelle dans ce conflit qui reprenait jusque-là les traits traditionnels d’une controverse patrimoniale (Waty 2009). Le ministère de la Culture, de son côté, crée lui aussi un site pour présenter les richesses de Carnac et faire état des recherches archéologiques qu’il finance. C’est la singularité de ce mode opératoire, exemplifiant ici la modernité de la nouvelle militance patrimoniale, qui a retenu notre intérêt7. Le Net parachève l’avènement de l’« édifice-événement » et aboutit à la dramaturgie mise en forme autour du site à la fois archéologique et mémoriel, local et universel, de Carnac  :

Avec l’édifice-événement, il s’agit d’étudier le basculement qui s’opère de l’objet architectural vers sa forme médiatisée en montrant comment la narration, la célébration d’un édifice […] peut supplanter sa forme construite. Confronté à des situations exceptionnelles, un bâtiment acquiert parfois un statut exceptionnel. La mise en œuvre d’un chantier hors norme, l’inauguration d’un édifice public, sa mise en péril, sa destruction inopinée ou intentionnelle constituent des moments clefs qui attirent soudain l’attention […] les faits sont amplifiés, déformés, recomposés au gré des acteurs engagés dans cette opération médiatique. (Monnier 2005.)

6Dans la présente contribution nous relaterons la chronologie des épisodes de la polémique carnacoise. Face à l’urgence de la restauration, mais aussi à l’âpreté des questions soulevées par le développement touristique du site et son maintien dans la vie des Carnacois, le « statut exceptionnel » des menhirs en fait un objet de conflit à part entière. La mobilisation des élus (locaux, régionaux et nationaux), mais également celle de la population et des citoyens du monde, leurs confrontations nombreuses sur les solutions à adopter, concourent à faire de ce cas une polémique où les vestiges du passé sont érigés en valeur refuge qui ne cesse de questionner la relation au passé. Celle-ci agrège différents éléments symptomatiques de la politique patrimoniale française, et témoigne de la complexité à appréhender la notion désormais « fourre-tout » de patrimoine (voir notamment les travaux de Henri-Pierre Jeudy).

  • 8 Notre parti pris méthodologique a consisté à suivre la polémique sur la longue durée, en nous app (...)

7Mais plus encore, on voudrait étudier le recours à Internet par le mouvement ml, en tant que dispositif symptomatique de l’ère de l’« édifice-événement ». Poste d’observation d’une lutte en temps réel, forme médiatisée du combat, le site web met en scène le conflit et l’orchestre à sa manière8. On s’attachera à comprendre ce qui se joue dans l’utilisation d’Internet dans ce type de polémique. S’agit-il uniquement d’une vitrine, sur un espace numérique illimité ? Ou bien ce dispositif instaure-t-il, à son tour, un tempo autre à la controverse, tout en permettant à ml d’organiser elle-même le périmètre de l’opposition ?

Sauver les menhirs : acteurs et mots d’ordre

8En 1981, le maire de Carnac lance le débat : s’inspirant de l’exemple de Lascaux II, il propose de (re)produire, à proximité de l’original, un second site d’alignements en copie conforme, (re)constitués en béton ou en polystyrène expansé. L’accès à cet « Archéodrome » serait payant, la municipalité estimant que « les menhirs, il est temps que ça rapporte ». Ni l’archéologie ni l’environnement ne sont évoqués, et moins encore les revendications identitaires des habitants. Le projet, raillé par le Canard enchaîné, est sans suite, mais il a le mérite d’ouvrir le débat sur l’avenir du site.

9Face aux détériorations grandissantes, l’architecte en chef des Monuments historiques pour la Bretagne s’attaque au dossier en 1988 et le ministère de la Culture annonce en novembre 1990 la réalisation d’un projet intitulé « Grand Carnac » : l’État veut acquérir cent cinquante hectares autour du site et prévoit d’exproprier deux cents cinquante familles. Cette annonce apparaît maladroite et le procédé violent, d’autant que ni la mairie ni la population n’ont été consultées. Un grillage de dix kilomètres, installé rapidement, interdit de fait à tous l’accès aux menhirs en les privatisant. Des vigiles patrouillent vignt-quatre heures sur vignt-quatre. Pour les Carnacois, c’est leur patrimoine qui est confisqué.

10Un « Archéoscope » est alors érigé en musée du lieu et de ses légendes, des visites guidées se font en petit train. Un belvédère construit à la va-vite propose une vue imprenable et inédite du site, le tout payant. Là encore, l’aspect scientifique est peu développé et l’on mise avant tout sur le développement touristique. La population locale pour sa part perçoit surtout le dénigrement de l’aspect mémoriel et affectif qui les unit aux menhirs. Les riverains expropriés rejettent les estimations financières de leurs biens et refusent de les abandonner. Plusieurs d’entre eux engagent une bataille devant les tribunaux.

11Mais très vite c’est tout Carnac qui se mobilise : une action juridique collective est lancée à l’encontre de l’édification de l’Archéoscope, s’appuyant sur les lois du littoral et d’urbanisme relatives aux monuments historiques, arguant d’une trop grande proximité avec le site protégé. Le maire annule le permis de construire, dénonçant le belvédère qui « bouche complètement la perspective ». Plusieurs mouvements associatifs – les Amis du musée de Carnac, puis les nouveaux mouvements sos-Carnac et Menhirs Libres – tentent de parer à la mise en place du « Grand Carnac ». Des habitants se relaient pour dénoncer l’attribution de la gestion de l’Archéoscope à une entreprise privée qui ne reverse qu’une partie de ses bénéfices à la commune, ou pour conspuer l’« engrillagement » du site. Les Carnacois refusent de payer pour avoir accès à leurs menhirs et les agriculteurs d’acquitter un droit de passage sur les terres cultivées. On fustige le coût du projet, estimé à 1,6 million de francs pour le seul belvédère, principalement financé par la communauté de communes.

12En dépit du mécontentement grandissant à l’échelle locale, l’État semble se satisfaire de lier protection et préservation dans un projet vanté comme réaliste et moderne, axé sur une appropriation et une gestion exclusives du site par ses soins. Il n’est qu’à indiquer le chiffre d’affaires du belvédère qui s’élève, en 1993, à 2 millions de francs, le plaçant en troisième position des comptoirs de vente de la Caisse nationale des monuments historiques. Si le projet « Grand Carnac » s’apparente à une réussite commerciale et touristique, il est entaché par la multiplication des oppositions locales. Les procès intentés à l’État par les citoyens, la municipalité et des associations commencent à élargir l’aire du conflit. Il est temps pour l’État et ses services déconcentrés d’organiser une conciliation.

Concertation ou impossible dialogue ?

  • 9 La métaphore médicale est fréquemment employée par ml, comme par la presse : la « verrue » pose p (...)

13En 1993, ml devient une association loi de 1901. Plus de cinq cent adhérents militent pour retrouver le site dans sa version « authentique », c’est-à-dire celle d’avant les installations du « Grand Carnac » : la « verrue9 » du belvédère et l’Archéoscope doivent disparaître, de même que grillage et vigiles, l’accès aux pierres redevenir gratuit. Selon ses statuts, « l’association réunit les individus et les réseaux associatifs qui s’opposent à ce que les alignements de Carnac soient le prétexte d’une exploitation commerciale et touristique du site ». Elle entend lutter contre la « marchandisation de la culture et de l’histoire », contre l’« Eurodisney du néolithique » ou le « Menhirland ». La référence au parc touristique américain est fréquemment employée par ce genre de mouvements dans le domaine patrimonial. À l’image de la « malbouffe », il y aurait un « mal-entertainment patrimonial », trop globalisant à l’échelle mondiale. L’affiliation au tourisme de masse et à l’ingénierie culturelle ferait la promotion d’un patrimoine artificiellement construit, dont témoignerait l’aspect kitsch des bâtiments du parc d’attraction, faits d’agrégats architecturaux et d’un décorum empruntant à différentes époques.

  • 10 Pour un coût de 420 000 francs, en 1995 – somme à rajouter au montant total du projet « Grand Car (...)
  • 11 Ils sont condamnés chacun à six mois de prison et à 5 000 francs d’amende avec sursis.

14Après les déclarations, les actes : sur le terrain, une pétition circule pour l’arrêt de l’exploitation du belvédère et son démontage. Trois mois après son lancement, l’association obtient un premier résultat tangible avec l’adoption par le conseil municipal, le 27 septembre 1994, d’un décret prévoyant la suppression de la « verrue10 ». La polémique s’invite également au palais de justice : à la tête de ml, les époux Mary sont poursuivis pour « enlèvement symbolique de quelques mètres de grillage », « recel et vol de boulons et colliers de serrage » et « entrave aux travaux de clôture d’un droit de passage »11. En 1995, on bâtit un nouveau belvédère en algeco, et le grillage est maintenu. ml dépose deux plaintes pour non-respect de la limite des cinq cents mètres à proximité d’un site historique, et pour utilisation abusive du droit de passage d’un particulier. Elle se dote également d’un site internet. Un attentat non revendiqué à l’Archéoscope amène sur place des policiers antiterroristes qui s’interrogent sur l’origine des engins explosifs utilisés. Il marque la radicalisation du conflit.

15Dans un souci d’apaisement, l’État lance en 1996 une enquête d’utilité publique afin de définir un nouveau projet d’aménagement concerté, au moyen de réunions avec la population, les élus et ses services en région. Mais elles sont programmées à la préfecture de Rennes, soit à plus de cent cinquante kilomètres de Carnac (en raison des critiques suscitées, elles se tiendront finalement sur place). Le maire démissionne pour manifester son mécontentement et, par un vote de consultation organisé par la commune, 87  % de la population s’exprime contre les propositions de l’État qui diffèrent peu du projet « Grand Carnac ». Néanmoins, les commissaires enquêteurs rendent un avis favorable, ce qui a pour conséquence d’attiser l’opposition. ml dénonce « le simulacre » de concertation, refuse de participer aux réunions publiques et les militants continuent de manifester pacifiquement devant les grillages. D’autres associations les soutiennent mais ml les éclipse toutes sur le plan médiatique. En 1997, la déclaration d’utilité publique du projet des alignements de Carnac est signée par le préfet de Bretagne.

16Nouveau tournant de l’affaire avec sa délocalisation dans la capitale : le 21 novembre 1998, une manifestation organisée par ml médiatise la polémique au niveau national. La « Marche des menhirs sur Paris » rassemble plusieurs milliers de contestataires, le ministère reçoit une délégation, et les images du cortège dans les médias attestent du succès de la manifestation. Dans une ambiance détendue, en musique et costumes traditionnels, la Bretagne marque son désaccord et son esprit rebelle. Nouvelle tentative d’apaisement du ministère qui place à la tête d’une commission un archéologue de renom, Jean-Pierre Mohen, et tente ainsi de rendre les discussions moins techniques et administratives. Un an après, la commission remet sa copie, mais sans réels éléments novateurs selon les détracteurs du projet.

  • 12 Le Bulletin de l’association Menhirs Libres en date de janvier 2003 en annonce 28 000.

17À la fin des années 1990, une pétition lancée par ml réitère ses exigences. Elle est diffusée sur les sites internet de l’association et de mouvements proches. En 2000, 17 300 signatures sont déposées au Parlement européen12. ml en profite pour gagner à sa cause d’autres associations ou organisations non gouvernementales. En 2001, un procès relatif au prix du mètre carré versé aux expropriés fournit une nouvelle tribune aux opposants.

La radicalisation des antagonismes : Menhirs Libres prend la tête de la fronde

  • 13 Selon cette association, Ecospirituality Foundation, le cas breton est évoqué à quatre reprises d (...)

18La tension monte avec l’occupation du belvédère pendant plus de quarante jours en 2002. ml est rejointe par d’autres mouvements régionaux, réunis sous le nom breton « Holl-a-gevred », signifiant « tous ensemble ». Les militants font le siège du bâtiment et les forces de l’ordre viennent les en déloger, sur ordre du préfet de région. L’élargissement de la mobilisation et la violence des échauffourées leur valent de trouver un écho jusque dans les médias nationaux. ml étend son audience auprès d’autres mouvements de défense de sites naturels, patrimoniaux ou archéologiques, comme à Stonehenge, ou encore en voyant son cas présenté à l’onu par une association qui milite pour la reconnaissance des droits des peuples et des cultures « indigènes »13. ml compare la situation à Carnac avec celles que suscite la restauration du château de Falaise ou du pont du Gard pour expliciter son point de vue : à savoir que les États appliquent systématiquement le même mode opératoire dans la gestion du patrimoine, c’est-à-dire le déni de la parole des habitants et l’adoption d’une visée purement commerciale.

19Dans les années 2000, le site internet de l’association fait peau neuve et les pages « actualité » sont fréquemment ajustées afin de faire état de l’avancement du dossier. Une grande partie de cette interface est traduite en anglais, et de nombreux liens renvoient sur des sites ou forums relatant leur combat. Des extraits du bulletin publié par l’association sont également mis en ligne, où sont multipliées les attaques contre le projet. Ils y proposent également des solutions alternatives.

20En novembre 2005, une nouvelle étape est franchie avec l’annonce du président du Conseil régional qui souhaite le classement au Patrimoine mondial de l’Unesco. ml réagit en s’interrogeant sur ce « dossier invisible », attestant ainsi de ses capacités techniques et administratives dans un tel processus : cette procédure demande des années et, en l’état du site, les pouvoirs publics n’en seraient au mieux qu’aux balbutiements. En effet, un tel classement interdirait, de fait, de procéder à des modifications du site, quelles qu’elles soient. Non sans fondement, l’association explique que tant que l’État n’a pas fini les travaux, aucun dossier de candidature ne peut être lancé. Pour ml, le recours à l’argument Unesco qui, tel un serpent de mer, ressurgit depuis plusieurs années, est une nouvelle preuve de l’incompétence des pouvoirs publics et de son recours à la désinformation. En septembre 2007, le Journal officiel publie une offre d’emploi pour le recrutement d’un chargé de mission pour ce dossier, et ml s’empresse de se moquer  :

  • 14 Direction régionale des Affaires culturelles.

Les menhirs de Carnac, du Golfe du Morbihan et de la Ria d’Étel seront candidats au Patrimoine mondial de l’humanité de l’Unesco ! En voilà une bonne nouvelle, quoique bien tardive : depuis le temps que les associations sont promenées par la Drac14 en charge de ce lourd dossier. Maintenant les voilà pétrifiés par l’ampleur du travail qu’ils doivent accomplir, car leurs cartons sont bien vides !

  • 15 Pour ml, « cela risquait fort de reporter le classement au plus tôt vers 2340, voire 2380… », Bul (...)
  • 16 « Menhirs “libres”, oui, mais quand ? », Ouest-France, 20 février 2008.

21Depuis les années 2000, les choses piétinent. En décembre 2002, le tribunal administratif de Nantes annule l’arrêté du préfet de région portant sur le décret d’utilité publique du projet. Deux ans plus tard, suivront l’annulation de l’avis d’expropriation, ainsi que l’acte de création du Groupement d’intérêt public et culturel (gipc) chargé d’établir un nouveau projet d’aménagement. Le gipc voit ses dirigeants se succéder, mais la concertation échoue et c’est le statu quo. ml est toujours sur la brèche et tient à jour son site internet. L’État a repris possession de l’Archéoscope, la société privée ayant été remerciée. On attend toujours le nouveau projet d’aménagement pour Carnac. L’État se désengage de la procédure de candidature à l’Unesco, les collectivités locales prenant le relais15. En 2009, le gipc est dissous. « Rien ne bouge ! », conclut l’assemblée générale de ml en 2008. Les militants s’impatientent16.

22Au fil des années, ml s’est transformée : les Carnacois se sont vu rejoindre par d’autres Bretons, avant que de nouveaux membres ou sympathisants n’affluent de toute part, se reconnaissant dans ces « identités fusionnelles » (Fabre 1998 : 295). Elles donnent lieu à des modalités d’action multiples, sur le plan juridique ou numérique, signalant un militantisme patrimonial contemporain.

Questionnements autour des actions publicisées par ML

Des actions traditionnelles « à la mode bretonne » : une implication physique et un esprit de lutte

  • 17 Dans un long texte revenant sur le site et son histoire, ml crie sa colère contre ce rejet de l’a (...)
  • 18 Bulletin de l’association Menhirs Libres, n° 23, novembre 2001.
  • 19 Bulletin de l’association Menhirs Libres, n° 28, janvier 2003.
  • 20 Ibid.

23Les actions de ml, notamment celles qui sont circonscrites au débat sur l’avenir du site mégalithique, peuvent être interprétées comme le mélange d’une mobilisation traditionnelle et d’un activisme plus contemporain. Manifestation sur les lieux, pétition ou appel aux élus sont des formes classiques de lutte pour le retrait d’un projet jugé néfaste. Elles s’appuient sur un registre de valeurs – que relaie son site internet – que Nathalie Heinich a étudiées dans ses travaux sur la réception de l’art contemporain (Heinich 2001, 2009). Elle insiste sur la fonction du « sens commun » et de la perception « ordinaire » des faits, notamment ceux en relation avec les œuvres d’art contemporain. Ainsi, l’association recourt au registre de l’authenticité : les projets de l’État ne respecteraient pas le site, tant dans son inscription locale (qui crée sa légitimité) que dans son histoire (l’accès aux menhirs a toujours été libre17). Les principes environnementaux sont également convoqués à l’appui d’un accueil touristique respectueux de la nature du site. Le registre identitaire, quant à lui, faisant lien avec les générations passées ou les légendes attachées au site, est au fondement de la militance. Ainsi, sur le site internet, musique et drapeau bretons, croix celtique, sont incontournables. S’en prendre au site mégalithique revient à (re)mettre en question la nature des relations entre les Carnacois et leurs pierres, ce patrimoine qui est le « mobilier » de leur vie « quotidienne » (Choay 1999 : 214) dans lequel chacun puise ses racines. Dans les propositions alternatives avancées par l’association, résonnent également la donnée régionale et l’inscription locale : la gestion du site devrait être confiée au Pays d’Auray, et non à une société privée ou à l’État, et plutôt que de « chasser les gens du pays », il faut les associer au processus décisionnel. Proche de la « morale ordinaire », le registre économique enfin. ml n’a de cesse de demander communication du « montant des frais engagés pour le projet des menhirs depuis l’origine18 » ou d’en appeler à la Cour des comptes : « Elle serait bien avisée de venir calculer le prix des belvédères hideux montés et démontés […], des salaires des vigiles durant plusieurs années19. » L’État n’est pas épargné par l’accusation de gabegie : « Les caisses du ministère de la Culture étant vidées par les budgets de fonctionnement des folies parisiennes », la « technocratie parisienne » ou « les fonctionnaires en charge de la chose, tous plus brillants les uns que les autres »20 ont le don de susciter la colère des militants. L’accusation d’imposture à l’égard des pouvoirs publics discrédite, au-delà de leurs auteurs, l’ensemble de leurs propositions. Il semble pour les militants qu’on ne puisse rien attendre de bon des « turpitudes administratives ».

  • 21 Images parues à l’époque dans la presse et toujours en ligne sur le site de ml.

24L’occupation du belvédère en 2002 s’inscrit aussi dans un activisme hérité des années 1970. À l’échelle locale, les quarante jours de sit-in font découvrir aux Carnacois la pugnacité de ml et permet à ses militants de diffuser leurs mots d’ordre auprès des touristes visitant l’Archéoscope. La couverture médiatique de ce bras de fer, parachevé par l’intervention des forces de l’ordre, sert le discours de la victimisation des menhirs, symboliquement séquestrés et malmenés par l’État. Mais la violence est bien réelle dans les photographies21 qui rendent compte de la charge des crs, matraques levées, pour déloger les militants du belvédère. Ces derniers apparaissent comme des pacifistes contraints à une épreuve de force par un État qui impose sa loi sans recourir au dialogue.

25L’occupation de 2002 est érigée en « événement-monstre » (Nora 1972) qui met en avant le rôle des médias, devenus essentiels à toute polémique. On peut même parler du basculement du site mégalithique en un « site-événement » : d’un patrimoine hérité à un patrimoine revendiqué, le site mégalithique assume une fonction de rassemblement pour les militants, localement et au-delà. Il devient surtout l’objet d’une cristallisation d’oppositions entre l’État et une association, ainsi que la figure fantasmée de qui subit oppression et agression. Bien que délogée, ml sort victorieuse de cet épisode qui lui assure la reconnaissance médiatique et une aura d’activisme patrimonial. Les images de l’occupation mettent en exergue le combat  : « Les mass media ont désormais le monopole de l’histoire. Dans nos sociétés contemporaines, c’est par eux, et par eux seuls, que l’événement nous frappe et ne peut pas nous éviter » (Nora 1972  : 162).

  • 22 Cette figure n’est pas anodine : emblème de l’esprit de lutte, Astérix est traduit en 107 langues (...)

26La « Marche des menhirs sur Paris » assume des fonctions similaires. Son intérêt réside dans la scénographie adoptée lors de la manifestation. Partir de Bretagne pour rallier la capitale est un geste symbolique dans l’imaginaire national où les luttes entre Paris et province sont historiquement constituées (Corbin 1992). S’ajoute ici la dimension bretonne dont l’histoire au sein de l’unité française a toujours été émaillée de revendications identitaires. Elle est retravaillée par ml qui met à l’honneur le « folklore » breton : répliques de menhirs en carton, portés sur le dos des manifestants, drapeaux régionaux en nombre, joueurs de binious ou bigoudènes. Des caricatures inspirées d’Astérix le Gaulois22 concourent à la dramaturgie concoctée par l’association : sa force de revendication collective au sein du « petit village », son âpreté à rudoyer le pouvoir ou encore la petite taille de cet homme qui triomphe du grand César sont présents à l’esprit de qui voit ces militants costumés incarnant les personnages créés par Albert Uderzo. On insiste également sur le côté bon enfant d’un défilé que l’on fait en famille. Double impact pour ml, qui se fait entendre à la fois des pouvoirs publics et au-delà des frontières de la Bretagne.

27L’esprit carnavalesque des manifestations, ou tout du moins l’emploi de références au « folklore » breton jusque dans ses caricatures, fait de ml un mouvement qui n’hésite pas à casser certains codes, dont celui de son image : loin des sociétés savantes ou autres « amis » d’un bien patrimonial, ses membres eux-mêmes proposent une vision distanciée de leur combat. Le décalage entre leurs différents registres d’argumentation et leurs compétences techniques, d’une part, et le recours à la bouffonnerie, d’autre part, sert l’opposition au projet.

28La dimension artisanale de ml dans cette lutte du pot de terre breton contre le pot de fer parisien est revendiquée, comme dans les fêtes organisées l’été pour récolter des fonds, dans les remerciements adressés aux sympathisants qui envoient des timbres postaux pour que ml puisse faire face aux dépenses. Leurs actions, bricolées dans l’urgence, inventives plus qu’onéreuses, veulent signifier qu’ils pèsent d’un poids inégal face aux démonstrations de l’État, avec ses conférences de presse ou l’appel à des personnalités médiatiques comme Jean-Pierre Mohen.

Retour sur deux traits spécifiques de la mise en scène, ou comment ML instrumentalise l’émotion patrimoniale

29Le site internet de ml permet d’observer la fragmentation graduelle de son discours et de ses combats, ou plutôt son multi-investissement dans le champ des polémiques. Mais en quoi ses usages d’Internet en auraient-ils fait un acteur militant novateur et l’auraient-ils placé dans une posture inédite dans ce type d’affaires patrimoniales ? Ne faudrait-il pas y voir de plus près et mettre certaines de ses actions en regard de leur inscription sur le site ? À travers ses pages internet, ml recourt à différentes modalités pour défendre ses positions, en présentant les manifestations sur le terrain, les recours administratifs, un projet alternatif, ainsi que ses entretiens dans la presse. On voudrait maintenant considérer ces éléments en privilégiant deux clés de lecture qui permettent d’observer différemment ce mouvement associatif : à savoir, la mise en scène esthétique de l’émotion et l’élargissement de l’objet de la militance.

  • 23 L’État contre l’association, Paris contre la Bretagne, « eux » contre « nous », ou inversement se (...)

30Par les photographies, les dessins et les divers supports graphiques présents sur le site internet de ml, ainsi que par les images trouvées dans la revue de presse, on constate que l’une des manières de procéder pour manifester le rejet du projet est de montrer les effets directs et immédiats de ce que les pouvoirs publics ont déjà entrepris. Elle constitue une mise en scène esthétique de l’émotion qui se confronte à la figuration du corps pathétique du patrimoine. Il s’agit, tout d’abord, de montrer le site des alignements dans un registre émotionnel, tantôt laissé à l’abandon, tantôt exploité commercialement à travers les nouvelles infrastructures aux couleurs criardes. Dans les images des « menhirs engrillagés », sur le site internet, ressort le message de leur anthropomorphisation : les menhirs sont prisonniers et entravés comme des êtres humains. « Enfermés », ils sont donc coupés des riverains ou des touristes, à moins que ces derniers ne payent pour s’en approcher. Des panneaux rouges, couverts de proscriptions, sont également très présents dans ces photographies. On revient aussi sur l’histoire magique des traditions et légendes de ce lieu de mémoire, notamment sur celle où les couples doivent venir, plutôt de nuit, se promener dans les allées de pierres, pour réaliser leur vœu d’enfantement. Or, la fermeture forcée du lieu fait fi de ces mythes qui participent pleinement de l’identité bretonne. Ces images montrent l’écart entre les riverains et les touristes dans une dualité qui répond aux accents binaires du combat de ml23 : d’un côté, ceux qui payent un titre d’entrée pour se promener dans le site, de l’autre, ceux qui se battent pour en maintenir l’accès libre. Mais la barrière du grillage les rapproche également car la liberté des autochtones comme celle des visiteurs serait niée par les responsables du « Menhirland », dans leur vision faussée de l’ancien site mégalithique, dont elle pervertit la nature et l’essence. La force des images joue pleinement aussi dans les dessins ou caricatures montrant les aménagements commerciaux opérés au sein de l’Archéoscope – le petit train ou les gadgets touristiques et les objets souvenirs pseudo-bretons – et stigmatisent une vision mercantile de l’exploitation du site.

31ml fonde son action sur l’acception stricte de la notion de sympathie. Le site invite à souffrir avec les menhirs, à terre ou réduits à l’état de porte-clés en plastique, à souffrir avec la population spoliée de son site. Ce registre compassionnel est également présent dans les pages dédiées au portrait de l’ancien président de ml, Guy Mary, décédé  :

Pour que ton combat demeure,
en ton nom, continuons l’action,
où que tu sois, tu seras toujours avec nous dans la lutte.

  • 24 La musique qui accompagne ces pages sur le site de ml se fait alors triste, avec des emprunts à la (...)

32Le site menhirslibres.org permet de replonger dans une double émotion, celle de la perte, sensible, et celle d’un corps collectif saisi par l’enthousiasme des avancées du combat : il relie deux temps de l’histoire du monument, dans une graduation prophétique qui irait de l’horreur de la disparition à la joie à venir de triompher face à l’État. L’objectif du site est de mettre en scène ces différentes périodes, ces mémoires et sentiments variés et de veiller à créer du sens autour de l’histoire du site mégalithique. Il cherche à faire réagir24 le plus grand nombre et à véhiculer une passion commune pour la survie et la renaissance d’un bien patrimonial pensé tant comme local que mondial, comme emblème tant de l’identité bretonne que de l’humanité des hommes.

33Car si ml revendique une militance à taille humaine, elle en appelle, dans une sorte de paradoxe, en étant sur le Web, à une internationale universaliste, entendue comme un groupement planétaire d’individus, unis pour défendre une revendication commune, invitant les internautes du monde entier à rejoindre leur lutte. ml, créée pour une situation spécifique (s’opposer au « Grand Carnac ») et une controverse localisée (Carnac), a pu agréger des compétences en matière de législation, de procédure administrative ou de médiatisation qui lui permettent de relayer d’autres groupes de citoyens impliqués dans des faits bien éloignés des menhirs ; elle s’est émancipée de sa mission initiale pour les aider et faire fructifier son expérience. Internet est la nouvelle arme d’une militance élargie, favorisant la mutualisation des pièces juridiques et administratives à rassembler pour entamer des actions, les échanges entre des mouvements qui ont les mêmes objectifs ou se trouvent dans des situations similaires.

  • 25 L’exemple de haka le plus connu est celui des joueurs de l’équipe de rugby de Nouvelle-Zélande.

34À travers son site internet, l’archivage des différents temps de l’action permet de suivre la progression de cette militance qui, graduellement, s’étend au-delà du cas unique du site mégalithique pour s’intéresser aux mouvements identitaires bretons, aux bras de fer internationaux entre associations et États et pour défendre un mode de vie concerté entre les pouvoirs publics, les citoyens et la nature même. ml s’investit par exemple auprès du mouvement Ingalan, qui promeut le commerce équitable dans l’ensemble des départements bretons et sert de vitrine à sa cause, d’Ecospirituality pour le respect des particularismes autochtones, ou de Sacred Sites International Foundation militant pour la préservation de sites patrimoniaux sacrés. Ainsi, les pages du site traduites en anglais, celles dédiées au marché équitable, ou encore traitant d’un éventuel classement par l’Unesco au Patrimoine mondial, reflètent l’élargissement du discours de ml. D’ailleurs n’est-ce pas aux Apaches d’Arizona, aux aborigènes d’Australie, à la confrérie Mbog du Cameroun et au peuple Taino des Caraïbes, en lutte pour la reconnaissance de leurs droits, que ml s’est trouvée associée en 2006 dans une assemblée réunie à l’onu même ? Notons que c’est un haka, ce chant traditionnel associé à la guerre25, qui accompagne parfois la navigation dans le site et symbolise l’universalité de leur combat identitaire. Ainsi les promoteurs de ml s’affirment comme acteurs légitimes du champ patrimonial. Dès lors, peut-on encore parler d’amateurisme dans leurs démarches ?

35L’image du « petit village breton » résistant à un ennemi puissant vaut-elle toujours ? L’association tente de mener le jeu, en argumentant sur les sujets qu’elle veut voir traités, et en passe d’autres sous silence, comme la référence aux autres associations carnacoises, par exemple. Le virtuel joue un rôle actif dans ces stratégies de communication qui génèrent de nouvelles configurations de pouvoir et de légitimité. C’est un « nouveau régime de l’amateurisme » qui fait ici son apparition, passant…

[…] par des formes originales de coordination entre productions amateurs et industries culturelles, des circuits de diffusion plus ouverts et horizontaux, des formes de reconnaissance plurielles […]. Ils y investissent un même sens de l’obligation, une même anxiété, une même exigence de résultat que dans l’univers professionnel. Ils réfutent l’étiquette jugée péjorative de l’amateurisme et souhaitent que leur engagement bénévole soit évalué selon des standards professionnels. (Callon 2001 : 53.)

Conclusion

  • 26 Se reporter au dossier de presse de la ville de Rennes à l’époque de l’inauguration.

36L’histoire des menhirs de Carnac offre un curieux illogisme : à l’heure où les menaces continuent de peser sur le site, toujours au cœur d’un âpre débat, d’autres nouvelles pierres de granit sont érigées en son honneur. Depuis 2006, L’Alignement du xxie siècle, œuvre d’art contemporain réalisée par Aurélie de Nemours, trône dans la capitale bretonne, soit soixante-douze colonnes de granit gris qui se veulent un hommage au site historique et archéologique26. L’artiste parle de « forêt granitique », alors même qu’à Carnac, la végétation du site mégalithique est malmenée et que certains menhirs sont en très mauvais état. Le patrimoine et l’art bretons se télescopent entre Carnac et Rennes, entre le site ancien, confronté aux vicissitudes de l’intervention patrimoniale et une création, conçue comme une dédicace au premier.

37Notons le bégaiement de l’histoire en ce qui concerne Carnac : au xixe siècle, déjà, la population locale s’était montrée belliqueuse face à l’État qui avait racheté des terres et des maisons en vue d’établir un site national. Dans le texte du « Décret pour l’expropriation », en 1887, les Carnacois étaient appelés à respecter la procédure, preuve qu’elle n’allait pas sans conflit : « La sagesse adresse donc aux intéressés un dernier appel pacifique, espérons qu’il sera compris et que la justice, invincible dans ses jugements, n’aura pas à intervenir » (Salmon 1887). À un siècle d’écart, l’intervention de l’État est à nouveau vilipendée. Ces menhirs sont toujours sources de polémique et la population locale semble, de manière immuable, prête à l’émotion patrimoniale.

Recourir aux émotions comme stratégie argumentative au sein d’un discours est toujours suspecté de masquer d’autres intentions peu louables. L’antinomie rationnel/émotionnel est tellement profondément ancrée en nous, que le simple fait de valoriser un argument émotionnel au sein d’un discours conduit pratiquement à le faire taxer d’irrationnel. (Monnoyer-Smith 2006 : 96.)

38Cet « irrationnel », au cœur d’une passion identitaire, ranimée depuis vingt ans, parfois jusqu’au-boutiste, indique la nature des liens qui se nouent, se fixent et évoluent entre l’individu et son patrimoine. Objets de l’environnement proche, cadre de la vie quotidienne, ou bien souvenirs inépuisables d’une rencontre unique, les menhirs de Carnac représentent un support de mémoire pour beaucoup, Bretons, mais aussi Français fiers des vestiges de leur nation, ou étrangers, émus par cet héritage de la communauté des hommes. Si les scientifiques débattent encore de la signification des mégalithes, la population locale, et les militants de ml en premier lieu, les ont, eux, élus au rang de traces tangibles de leur identité bretonne. On le voit, il n’est pas aisé de définir la relation entre ces pierres et les individus. À la fois énigme et évidence, les menhirs pourraient faire dire à Astérix de ces derniers qu’« ils sont tombés sur la tête ! », à moins qu’ils ne soient simplement passionnés par leur patrimoine.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Callon Michel et al., 2001
Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique, Paris, Éditions du Seuil, coll.« La couleur des idées ».

Choay Françoise, 1999
L’Allégorie du patrimoine, Paris, Éditions du Seuil, coll. « La couleur des idées ».

Corbin Alain, 1992
« Paris-Province », in Pierre Nora (dir.), Les Lieux de mémoire, Paris, Gallimard, t. 3, Les France, vol. 1, Conflits et Partages, pp. 777-823.

Fabre Daniel, 1998
« Conclusion de la journée du 7 avril », in Jacques Le Goff (dir.), Patrimoine et passions identitaires, actes des « Entretiens du patrimoine » (Paris, 6-8 janvier 1997), Paris, Fayard/Éditions du Patrimoine, coll. « Actes des Entretiens du patrimoine », pp. 285-296.

Flaubert Gustave, 1886
Par les champs et par les grèves (voyages en Bretagne). Accompagné de mélanges et de fragments inédits, Paris, G. Charpentier et Cie. Disponible en ligne, http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k102053k/f3.image [valide en juillet 2013].

Heinich Nathalie, 2001
« Art contemporain, dérision et sociologie », Hermès, n° 29, pp. 121-130.

Heinich Nathalie, 2009 [1998]
L’Art contemporain exposé aux rejets. Étude de cas, Paris, Hachette littératures, coll. « Pluriel », série « Lettres et arts ».

Hottin Christian (dir.), 2009
Livraisons d’histoire de l’architecture, n° 17, « Émotions patrimoniales ».

Monnier Gérard, 2005
« Que faire de l’édifice-événement ? », actes de la Conférence internationale de l’Institut national d’histoire de l’art et de la Society of Architectural Historians (Paris, 31 août - 4 septembre 2005) [en ligne], http://www.inha.fr/colloques/document.php?id=833 [valide en mai 2013].

Monnoyer-Smith Laurence, 2006
« Être créatif sous la contrainte. Une analyse des formes nouvelles de la délibération publique. Le cas DUCSAI », Politix, n° 75, vol. 19, pp. 75-101.

Nora Pierre, 1972
« L’événement monstre », Communications, n° 18, « Renaissance de l’événement », pp. 162-172.

Salmon Philippe, 1887
Le Décret pour l’expropriation des monuments mégalithiques de la commune de Carnac (Morbihan), Paris, Imprimerie Wattier et Cie. Document disponible en ligne http://pays.carnac.free.fr/expropriation.php [valide en mai 2013].

Waty Bérénice, 2009
« Saint-Sernin de Toulouse : la basilique de la discorde », Livraisons d’histoire de l’architecture, « Émotions patrimoniales », n° 17, pp. 73-91.

Waty Bérénice, 2013
« L’avènement du patrimoine vintage ? Les projets de reconstruction du palais des Tuileries à Paris et du Berliner Stadtschloss à Berlin », in Habib Saidi et Sylvie Sagnes (dir.), Capitales et patrimoines à l’heure de la globalisation, Québec, Presses de l’université Laval, coll. « Patrimoine en mouvement », pp. 96-122.

Notes

1 Situé dans le Morbihan, en Bretagne, ce site qui s’étend sur quatre kilomètres est constitué de près de 4 000 pierres levées en granit datant du Néolithique. Il est géré par le service des Monuments historiques.

2 Traduction du terme breton « menhirs ».

3 Les légendes sont nombreuses, qu’il s’agisse des soldats romains transformés en pierre par saint Cornely, des cultes religieux celtiques, des maisons de druides ou des palais de géants ; ces pierres n’ont eu de cesse d’interroger les archéologues depuis le xviiie siècle. Cimetière, lieu de vénération païenne, dolmens et menhirs seraient aussi magiques : on invite les couples infertiles à venir y frotter certain membre stérile afin d’espérer enfanter. « On a poussé la bonne volonté jusqu’à trouver qu’ils ressemblaient à des phallus ! D’où l’on a induit le règne d’un culte ithyphallique » (Flaubert 1886 : 103).

4 Pour une présentation de cette notion et de nombreux exemples, se reporter au n° 17 des Livraisons d’histoire de l’architecture, paru en 2009, coordonné par Christian Hottin et intitulé « Émotions patrimoniales ».

5 Voir le texte de présentation du programme « Émotions patrimoniales », de Daniel Fabre, accessible en ligne sur le site internet du Lahic : http://www.iiac.cnrs.fr/lahic/lahic/article330.html [valide en juillet 2013].

6 Dans la suite de l’article, on désignera cette association par l’acronyme « ml ».

7 Pour une analyse de la mise en ligne de certains mouvements associatifs, voir Waty (2013).

8 Notre parti pris méthodologique a consisté à suivre la polémique sur la longue durée, en nous appuyant sur une revue de presse constamment actualisée et sur une veille d’Internet. Notre observation principale a porté sur le site de ml, qui archive les faits en lien direct avec l’affaire à mesure qu’ils se produisent. Le texte, l’image et le son sont au cœur d’un dispositif inédit qui informe sur les modalités réelles des enjeux et sur les options adoptées par ml, comme par ses opposants institutionnels. Le lecteur est invité à se reporter à la page d'accueil du site Internet de ml à l'adresse suivante : www.menhirslibres.org.

9 La métaphore médicale est fréquemment employée par ml, comme par la presse : la « verrue » pose problème, il faut donc l’enlever pour retrouver la situation originale.

10 Pour un coût de 420 000 francs, en 1995 – somme à rajouter au montant total du projet « Grand Carnac ».

11 Ils sont condamnés chacun à six mois de prison et à 5 000 francs d’amende avec sursis.

12 Le Bulletin de l’association Menhirs Libres en date de janvier 2003 en annonce 28 000.

13 Selon cette association, Ecospirituality Foundation, le cas breton est évoqué à quatre reprises devant la Commission pour les droits de l’homme et le groupe de travail sur les populations indigènes. ml y est présentée comme « une communauté traditionnelle » qui adresse « un appel pour une demande d’aide concernant le soutien de l’identité spirituelle des peuples autochtones européens ». Se reporter aux pages du site internet : http://www.eco-spirituality.org/fcarnonu.htm [valide en juillet 2013].

14 Direction régionale des Affaires culturelles.

15 Pour ml, « cela risquait fort de reporter le classement au plus tôt vers 2340, voire 2380… », Bulletin de l’association Menhirs Libres, n° 51, juin 2010.

16 « Menhirs “libres”, oui, mais quand ? », Ouest-France, 20 février 2008.

17 Dans un long texte revenant sur le site et son histoire, ml crie sa colère contre ce rejet de l’authenticité du site : « “réserve à mégalithes”, bref un menhirland, ce serait créer un site coupé de la réalité, coupé des traditions et de la mémoire du site. Ce serait faire injure à l’histoire » (voir les pages « Des hommes et des pierres » sur leur site internet).

18 Bulletin de l’association Menhirs Libres, n° 23, novembre 2001.

19 Bulletin de l’association Menhirs Libres, n° 28, janvier 2003.

20 Ibid.

21 Images parues à l’époque dans la presse et toujours en ligne sur le site de ml.

22 Cette figure n’est pas anodine : emblème de l’esprit de lutte, Astérix est traduit en 107 langues. Émailler le discours de l’association de références directes à ce personnage permet aux internautes internationaux de saisir l’esprit du mouvement.

23 L’État contre l’association, Paris contre la Bretagne, « eux » contre « nous », ou inversement selon le locuteur.

24 La musique qui accompagne ces pages sur le site de ml se fait alors triste, avec des emprunts à la musique classique, comme la 5e Symphonie de Gustave Malher.

25 L’exemple de haka le plus connu est celui des joueurs de l’équipe de rugby de Nouvelle-Zélande.

26 Se reporter au dossier de presse de la ville de Rennes à l’époque de l’inauguration.

Auteur

Anthropologue, chargée de la valorisation de la recherche à l’UFR Lettres, sciences de l’homme et des sociétés, université Paris-XIII et membre du Laboratoire d’anthropologie et d’histoire de l’institution de la culture.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search