Version classiqueVersion mobile

Émotions patrimoniales

 | 
Daniel Fabre

IV. Catastrophe, déploration, action

Avant-propos

Texte intégral

1L’idée actuelle de patrimoine, si l’on est scrupuleusement fidèle aux usages historiques de ce terme, est née et s’est pleinement épanouie dans l’utopie d’un monde où la guerre, limitée et contrôlée, s’engagerait à épargner tous les biens de culture. Ceux-ci n’appartiennent en propre à personne puisque l’humanité tout entière en serait le seul possédant légitime. Or, les destructions, provoquées conjointement par la nature, l’infortune et l’incurie des hommes, continuent néanmoins à frapper des œuvres majeures. Tout d’un coup, un attachement collectif qui n’avait pas besoin de se dire se trouve confronté au drame de la perte, déclenchant le lamento du deuil et le désir de restauration voire de résurrection – puisque celle-ci est quelquefois possible. Le référent officiel et national subit en pareil cas un double ajustement : d’abord se révèlent des valeurs et des liens méconnus et méprisés, locaux et intimes, puis la mobilisation peut s’étendre bien au-delà de la nation et de l’État, déployant autour du bien perdu un engagement aux dimensions du monde.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search