Version classiqueVersion mobile

Émotions patrimoniales

 | 
Daniel Fabre

III. L’institution au défi de l’émotion critique

Avant-propos

Texte intégral

1Il est frappant de voir aujourd’hui que les grandes décisions culturelles qui s’attirent, en France, des louanges unanimes consistent à installer dans des territoires déprimés des œuvres que se réservait auparavant le centre parisien, identifié au cœur du pouvoir d’État. On peut lire dans ces transferts symboliques une des multiples traductions de l’orientation patrimoniale qui consiste moins en un « partage démocratique » de la culture qu’en une réappropriation en vue de la restauration d’une dignité collective perdue. On peut y voir aussi une réponse à l’extrême virulence des polémiques qui ont accompagné les décisions culturelles des dernières décennies du xxe siècle lorsqu’elles renforçaient simplement la domination centrale. Mais ces débats et combats, foyers d’émotions très vives, ne sont-ils pas surtout des laboratoires où une conception patrimoniale – porteuse d’une idée d’identification concrète à des biens communs – s’est élaborée, allant parfois jusqu’à ébranler et transformer les pratiques institutionnelles ?

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search