Version classiqueVersion mobile

Émotions patrimoniales

 | 
Daniel Fabre

II. Transports patrimoniaux

Esquisse d’une typologie des émotions patrimoniales1

Nathalie Heinich

Texte intégral

  • 1 Ce texte reprend une intervention donnée en 2007 lors d’une journée d’études du Lahic sur « les ém (...)

1Le texte fondateur du Lahic, dans lequel Daniel Fabre proposait une réflexion sur l’« institution de la culture », s’adossait à un cas d’indignation collective, au début des années 1990, face à une menace pesant sur un site patrimonial : le parvis de l’église Saint-André à Carcassonne. Ainsi est née sous sa plume le terme d’« émotion patrimoniale » et, avec lui, un riche programme de recherches menées au sein du laboratoire.

  • 2 Cette propriété a déjà été notée par des historiens (Rioux 1985 ; Poulot 2001).

2Si le cas était exemplaire, il n’était nullement exceptionnel. Car l’indignation – émotion négative – est un phénomène fréquent en matière de patrimoine, et significatif : on pourrait même suggérer que c’est l’indignation face aux risques d’altération ou de destruction d’un bien qui atteste son caractère patrimonial. La même remarque peut être faite à propos de l’admiration – émotion positive – éprouvée ou observée face à un bien doté de qualités patrimoniales. L’émotion apparaît ainsi, pourrait-on dire, comme la preuve du patrimoine : si la preuve du pudding, selon un célèbre adage, est qu’on le mange, la preuve du patrimoine serait qu’on en est ému2. Cela est vrai du moins pour le regard profane : l’émotion y semble quasi indissociable de l’expérience patrimoniale.

3Il existe toutefois des expériences patrimoniales non émotionnelles. On les mentionnera avant de s’intéresser aux émotions patrimoniales proprement dites, d’abord du point de vue de leur signe (positif ou négatif), puis de leur contexte pragmatique (plus ou moins individuel ou collectif, privé ou public) et, enfin, de leur « contenu », c’est-à-dire du type de valeurs auxquelles elles sont associées.

4Précisons cependant qu’on n’abordera pas, ou marginalement, la question des porteurs d’émotion et de leur position sociale : notre réflexion s’inscrit non pas dans le cadre explicatif d’une sociologie positionnelle, qui rapporterait l’expérience patrimoniale à la position de classe, mais dans le cadre compréhensif d’une sociologie pragmatique articulée à une sociologie des valeurs, qui tente de décrire les modalités et de comprendre la cohérence entre les différentes dimensions du rapport au patrimoine.

Le patrimoine sans l’émotion

5S’il peut y avoir rapport au patrimoine sans qu’il y ait pour autant émotion, c’est dans un contexte bien particulier : celui de l’approche professionnelle de l’expert. Le cas est particulièrement remarquable chez les chercheurs de l’Inventaire, dont la mission est explicitement et exclusivement scientifique, et donc au plus loin d’une approche subjective – à la différence des experts des Monuments historiques, tournés vers la protection administrative et, du même coup, une évaluation assumée de la qualité des œuvres, quels que soient les critères utilisés (Heinich 2009a). Écoutons par exemple ce jeune chercheur face à une maison située dans un faubourg d’un village breton :

Celle-là, c’est deuxième quart xxe [écrivant]. Donc c’est une maison de plan rectangulaire, à deux pièces au rez-de-chaussée, ou à deux pièces par étage… Élévation à travée… Je pense que les lucarnes latérales ont été rapportées, quoique… Mais ce qui est intéressant, c’est que la travée centrale est soulignée par une lucarne en surplomb… Voilà. J’ai quelques éléments de décor : les baies sont cintrées, ça c’est intéressant… J’ai un balcon… J’ai des étages en zinc, modestes hein, mais… Et puis voilà… Donc j’ai un sous-sol semi-enterré, un rez-de-chaussée surélevé, et un étage de combles… Les balcons ont dû être transformés… J’ai un élément de ferronnerie : les garde-corps ont été remplacés. Ce qui est intéressant, c’est que j’ai un escalier à double volée… Elle est belle celle-là ! Je veux dire, elle est plaisante…

6Le « Je veux dire, elle est plaisante », qui vient rectifier immédiatement le « Elle est belle celle-là », s’explique aisément par le double interdit et du jugement de valeur, et du critère esthétique, qui caractérise le travail de l’Inventaire, en tout cas dans les directives officielles. Mais ce qui nous intéresse ici est plutôt la froideur avec laquelle s’exprime ce jugement esthétique : il y a bien un sentiment de beauté – si l’on se fie du moins au vocabulaire spontanément utilisé –, mais aucune émotion perceptible : seulement la décomposition analytique, froide, étayée par les procédures d’inscription standardisées (notons que pour l’observateur – le sociologue – il n’y a pas non plus d’émotion esthétique face à ce pavillon résidentiel de l’entre-deux-guerres, d’apparence plutôt banale). C’est que la beauté ici n’est pas le sentiment sensible d’harmonie, d’équilibre, d’ornement, de monumentalité etc., qui caractérise le rapport esthète à un objet : la « beauté » à laquelle fait référence l’enquêteur de l’Inventaire, c’est plutôt la « typicité », émergeant à la suite d’un listage raisonné des propriétés de l’objet, comparées avec les propriétés génériques de la catégorie à laquelle il correspond (Heinich 2006c). Cette approche scientifique s’inscrit dans un registre de valeurs qui est moins de type « esthétique » que de type « herméneutique », privilégiant la valeur du sens, de la signification : un élément « fait sens » par rapport à la catégorie à laquelle on le réfère, autorise des mises en relation, des interprétations, des supputations, en tout cas des discours. Mais ce registre de valeurs ne s’accompagne guère de manifestations émotionnelles : on est, au mieux, dans l’ordre de l’excitation intellectuelle. C’est dire qu’une différence majeure entre « beauté esthète » et « beauté scientifique » tient à l’absence d’émotion associée à cette dernière.

7Mentionnons également une forme particulière de détachement émotionnel : l’ironie, utilisée pour se démarquer de l’indignation ou de l’admiration spontanées des profanes. L’axe notionnel pertinent ici est l’opposition implication/détachement, ou engagement/distanciation, pour reprendre la problématique de Norbert Elias (1993) : plutôt qu’une absence d’émotion, l’ironie apparaît plutôt comme une stratégie de dissimulation ou de mise à distance de l’émotion. N’en donnons que quelques exemples empruntés aux graffitis de l’« affaire Buren », dont il sera question plus loin : on trouvait de l’ironie dans les graffitis qui se moquaient des protestataires, manifestant une distance à l’égard du sens commun ; mais aussi dans les graffitis hostiles à l’œuvre, manifestant une forme de complicité par l’humour : « J’ai tout compris : c’est assorti aux stores ! » ; « Rendez-nous les bagnoles » ; « Tout ça n’est pas très harmonieux : il faudrait détruire le Palais-Royal » ; « Le beau est ce qui plaît universellement sans concept, Kant ».

Le signe de l’émotion

8Lorsque l’émotion patrimoniale se manifeste, ce peut être, nous l’avons dit, de façon aussi bien négative que positive. Commençons par cette dernière modalité. Nous pourrions pour cela faire appel à notre propre expérience « indigène », en nous souvenant de ce que nous avons pu éprouver face à une cathédrale, un château en ruines, un vieux puits. Mais nous allons plutôt recourir à des exemples tirés d’une enquête sur le service de l’Inventaire, justement parce que, dans ce contexte, l’émotion, a priori, a peu de place, recouverte ou mise à distance par le regard professionnel, les procédures administratives, la nécessité d’aller vite, etc. De ce point de vue, l’Inventaire est un cas limite de l’émotion patrimoniale, ce qui rend les témoignages d’émotions d’autant plus intéressants à observer. Si l’on y retrouve la gamme des émotions de sens commun face au patrimoine, c’est sous une forme atténuée ou décalée.

9Écoutons par exemple ce chercheur expérimenté explorant une maison ancienne ouverte à la visite, et livrant son commentaire à sa jeune assistante et à la sociologue. Loin d’un déchiffrement de type formel, qui serait probablement celui d’un spécialiste des Monuments historiques, il exerce un regard orienté vers les usages, qu’il semble « voir » à travers les objets. L’émotion n’est pas directement exprimée, mais elle est contenue, sensible dans certaines exclamations (« C’est excellent, hein, quand même ! », « C’est génial ! ») et, surtout, dans son excitation, perceptible à sa façon d’arpenter l’espace, parcourant chaque recoin du regard, sans rien perdre, tout en décrivant à haute voix :

Il y a une bonne cheminée, hein ! Plutôt xve… Ça, ce sera sélectionné, parce qu’en plus on est dans une typologie complètement rurale, avec la piétonne et la charretière à côté… C’est excellent, hein, quand même ! Donc un plafond à poutres et solives, qu’on ne rencontre ici que dans les très vieilles maisons. C’est plutôt xve, hein ! Donc le cendrier, pour récupérer les cendres du foyer, pour la lessive… Et ici on mettait je ne sais pas quoi… Et ce qui est intéressant aussi, c’est l’attaque, comme on dit dans la région, qui n’est pas en fonte mais en fer battu… Là, on la voit en place ! Et le coffre, c’est ça… Qu’est-ce qu’ils pouvaient y mettre ? Le bois ? Et puis là c’est génial, parce qu’en réalité on dort sous l’escalier !… Et là il y a une chose aussi – ça sort un peu de votre sujet, mais bon… – vous voyez le voligeage en bois fendu : les bois sont retenus entre eux par un noisetier qui est torsadé ; c’est caractéristique des vieilles charpentes… Et puis les poteaux, qui montent du sol, et hop, ils arrivent là, alors que plus tard on les fait reposer sur des murs de refends… Tout ça c’est des détails, mais quand on les recoupe… Là, on met la pièce de bois, ici, et on pousse, à califourchon, et on travaille, pour faire des sabots, ou n’importe quoi : ça c’est dans toute l’Europe !…. Ça, c’est la pierre à eau… En tout cas, les plus vieilles sont toujours basses ! La maîtresse de maison devait avoir les reins cassés… Moi, je n’avais jamais vu une maison rurale aussi ancienne ! Mais la charretière, elle ne me plaît pas trop : si ça se trouve, elle est postérieure.

10Passons à présent aux manifestations émotionnelles non plus positives mais négatives. Elles relèvent essentiellement des émotions défensives : celles qui visent au maintien à l’identique, même après l’entrée dans la chaîne patrimoniale ; car la labellisation « monument historique » ne garantit pas toujours la pérennité d’une œuvre, que continuent à menacer la dégradation, la modification de l’environnement, voire la destruction, accidentelle ou volontaire. C’est de cette catégorie des émotions défensives que relèvent les cas les plus spectaculaires et, probablement, les plus populaires. En effet, pour qu’une mobilisation soit portée par un grand nombre d’acteurs et devienne une « affaire », il faut qu’elle touche ceux qui sont sensibilisés au patrimoine existant, déjà répertorié et largement perçu comme tel – un patrimoine qui est donc moins celui des spécialistes que celui d’un grand public cultivé, sensibilisé aux « classiques », aux œuvres depuis longtemps reconnues, plutôt qu’aux futurs ou nouveaux entrants dans la chaîne patrimoniale.

11Ces réactions émotionnelles poussent à agir ou à se situer contre plutôt qu’en faveur de quelque chose. Face à une atteinte sans coupable identifiable autre que le hasard ou les intempéries, c’est la désolation qui prime ; mais dès lors qu’un coupable peut être désigné, la désolation se mue en indignation, le plus souvent contre les pouvoirs publics, suspectés de passivité. Ce mixte de déploration et d’accusation est au principe de bien des mobilisations, qu’il s’agisse de réagir à un incendie (le château de Lunéville, l’incendie du Parlement de Bretagne à Rennes), à une tempête (les arbres du parc de Versailles), à un projet d’aménagement touristique ou urbain (une maison du xviie siècle dans le 11e arrondissement de Paris, promise à la démolition pour construire des logements sociaux), de restauration voire de dérestauration (la basilique Saint-Sernin à Toulouse). Dans tous ces cas d’émotions patrimoniales, on retrouve l’ensemble des « actants » présents dans n’importe quelle « affaire » : la victime (un élément du patrimoine), l’accusateur (associations, journalistes, politiciens, citoyens), l’accusé (les pouvoirs publics, un propriétaire privé), et le juge (l’opinion publique, les magistrats).

Pragmatique de l’expression émotionnelle

12Poursuivons ce rapide tour d’horizon du répertoire émotionnel avec la façon dont se manifestent concrètement ces émotions face au patrimoine, dans leur dimension contextuelle, située, inscrite dans des gestes, des mots, des objets. Nous allons voir varier ces émotions sur l’axe de l’individuel au collectif, et du privé au public.

13Commençons par une expression émotionnelle individuelle, dans une interaction professionnelle. Assis dans son bureau devant son ordinateur, ce chercheur de l’Inventaire raconte au sociologue venu l’interviewer l’échec de ses tentatives pour faire protéger une ferme du xvie siècle, très bien conservée, très accessible, à vendre, abandonnée, donc menaçant de tomber en ruines, et qu’il a tenté de faire protéger par les services concernés, mais en vain ; face à l’image en plein écran, il fulmine :

Moi, j’ai été très naïf ! Il fut un temps où je me disais, connaître, c’est déjà protéger. C’était très naïf. Le but que se donne l’Inventaire, c’est d’abord de connaître : de faire émerger, d’aller chercher sur le terrain, des choses qui ont de l’intérêt, en se disant « Ça va aider les communes dans la gestion du patrimoine. » Tintin !

14Voilà qui ne l’empêche pas de la décrire avec tous les outils intellectuels du spécialiste : l’émotion indignée laisse place, le moment venu, à l’expertise raisonnée – et inversement. Émotion et description analytique sont deux moments très différents du rapport à l’œuvre, mais le même individu peut les mobiliser dans le même contexte, face à la même personne : seule change la direction temporelle de l’objet du discours, selon que celui-ci décrit l’état actuel dans son rapport avec son état d’origine (continuité, donc authenticité, qu’atteste la description technique), ou bien son probable état futur (dénaturation ou destruction, que vise la déploration indignée).

15Observons à présent une expression non plus individuelle mais collective, toujours émanant de spécialistes en situation d’expertise. Dans le cadre d’une Commission régionale de protection du patrimoine et des sites (crps), le rapporteur expose à l’assemblée, avec toute la froideur de l’expert, le cas de vestiges d’un bâtiment datant du xiie au xive siècle, avec son donjon, ayant appartenu à la famille de Rohan ; il montre des cartes postales anciennes, puis une photographie de 1995 émanant du service de l’Inventaire, où l’on voit des ruines envahies par la végétation, mais aussi un parking au pied du donjon. Aussitôt fusent les exclamations indignées des autres experts présents dans la salle : « Oh la la ! » Ici encore, l’émotion face à la dégradation de l’environnement patrimonial surgit brusquement à travers le silence attentif et policé des spécialistes au travail ; mais personne ne semble s’en étonner ni s’en offusquer : chacun éprouve le même sentiment au même instant, et l’exprime sans réserve, dans la certitude qu’il s’agit là d’un sentiment partagé et – probablement aussi – dans la satisfaction de voir ainsi réaffirmé le consensus du collectif face à des valeurs fondamentales dans ce monde professionnel.

16Rappelons enfin un cas – parmi bien d’autres disponibles – d’expression collective mais, cette fois, publique et à grande échelle, ayant mobilisé toutes sortes d’acteurs, des plus savants (associations spécialisées) aux plus profanes (passants) : il s’agit de ce qu’on a appelé l’« affaire Buren », où la mobilisation contre le projet de réaménagement de la cour du Palais-Royal à Paris, confié à l’artiste Daniel Buren par le ministre de la Culture Jack Lang, provoqua durant plusieurs mois une mobilisation à la fois médiatique (dans les journaux), politique (au Parlement), juridique (par le recours à la loi), associative (par les multiples actions organisées par les associations : pétitions, campagnes de lettres, tracts, etc.) et même urbaine, avec les graffitis apposés par des centaines de passants sur les palissades entourant le chantier (Heinich 1995).

Émotions et valeurs : authenticité, présence, beauté

17L’existence et la conservation de ces graffitis nous permettent de passer de l’analyse pragmatique des modalités émotionnelles à une analyse de contenu des valeurs défendues dans ces différentes inscriptions. Ainsi, sur les 226 graffitis relevés sur les palissades du chantier du Palais-Royal et suffisamment argumentés pour pouvoir être analysés, les plus nombreux faisaient référence au respect de la pureté patrimoniale (88) ; venaient ensuite ceux relatifs à l’absence de beauté (51), le non-respect de l’intérêt général et des procédures démocratiques (47), ainsi que, plus marginalement, l’honneur national, l’économie, la morale, le droit ou la fonctionnalité. Voilà qui nous permet de considérer ces émotions collectives face au patrimoine comme des révélateurs des valeurs, ainsi que l’a fait, sur le plan théorique, le philosophe Pierre Livet (2002).

18Les diverses émotions observées face à un objet patrimonial se répartissent pour l’essentiel entre, premièrement, l’émotion face à l’authenticité, qui s’attache à la continuité du lien entre l’état actuel et l’origine de l’objet ; deuxièmement, l’émotion face à la présence, qui s’attache à la proximité avec une personne, au sentiment d’une rencontre, d’un contact avec les êtres liés à cet objet ; troisièmement, l’émotion face à la beauté, qui s’attache à la qualité esthétique de l’objet en question. Toutes ces émotions sont amplifiées par l’émotion face à l’ancienneté et à la rareté, qui s’attache aux lieux de mémoire, à la présence du passé, au rapport aux ancêtres, à l’exceptionnalité.

  • 3 Cette proposition a été développée et argumentée dans Heinich (2009a). Pour une tentative de défin (...)

19La valeur d’authenticité est primordiale en matière patrimoniale3. Elle implique l’existence d’une continuité entre l’état actuel et l’état d’origine, associée à la notion de pureté – ou de « non-dénaturation », dans le langage officiel de l’Inventaire, alors que l’expression courante, sur le terrain, est plutôt « dans son jus » (le mot même d’« authenticité » est implicitement proscrit par les chercheurs, qui le jugent sans doute trop profane).

20Par exemple, écoutons à nouveau le chercheur qui fulminait de n’avoir pu faire protéger une ferme du xvie siècle ; son excitation est clairement perceptible tandis qu’il la décrit au sociologue à partir d’une photographie sur écran, cherchant à lui faire partager son admiration :

Quand on voit une maison comme ça, est-ce qu’on peut hésiter beaucoup sur son intérêt, sur le plan du coup d’œil, simplement ? C’est du schiste, hein, mais c’est de la pierre de taille, quasiment, ce n’est pas du moellon ! Regardez la polychromie… Il n’y a pas une pierre, là, qui n’est pas à sa place ! Tout était exactement à sa place… C’est impeccable ! Regardez les petits décors, là ! Venez voir, là ! De quand ça date ? Quatrième quart xvie. Un volume impeccable, la charpente est en place, tout est en place !

21« À sa place » signifie ici deux choses : d’une part, l’objet est conforme aux propriétés de sa catégorie (authenticité ontologique ou catégorielle) ; et d’autre part, il est demeuré semblable à ce qu’il était à l’origine car « non dénaturé », « non remanié » (authenticité historique). On est bien là dans une émotion liée à la valeur d’« authenticité ».

22Une deuxième catégorie d’émotions patrimoniales, moins centrale, est liée à la valeur de présence des personnes, au sentiment d’une rencontre, d’un contact avec les personnes liées à cet objet. Écoutons par exemple un chercheur de l’Inventaire spécialisé en objets mobiliers, qui nous montre des dossiers d’ex-voto :

Parfois il y a un message, alors c’est très émouvant : on transcrit les messages… C’est l’une des joies du chercheur ! Ces objets ne sont pas faits pour nous, d’abord, mais on prend un grand plaisir à sentir les gens qui sont derrière les objets… Voilà, là c’est encore plus émouvant : c’est moins travaillé d’un point de vue technique, mais ce sont les ex-voto qui renvoient à une partie du corps, donc souvent une guérison…

23« Joie », « plaisir », « émouvant » : ici, l’émotion provient du sentiment d’insubstituabilité de l’objet en tant qu’il nous relie à une personne : propriété commune à tous les « objets-personnes ». Et ce sentiment s’ancre non pas dans sa nature d’œuvre d’art (même si, dans d’autres circonstances, un ex-voto peut être traité comme telle), mais dans sa nature de relique, c’est-à-dire d’objet contenant la trace d’une personne, ou avec laquelle il a entretenu un contact, et qui, ici, a été constituée comme telle à partir d’un objet utilisé à l’origine comme un fétiche (objet agissant comme une personne) (Heinich 1993). « Sentir les gens qui sont derrière les objets » : on voit là comment la présence est constituée en valeur de même niveau que l’authenticité ou, comme on va le voir à présent, la beauté.

24Car dans le répertoire des émotions patrimoniales figure aussi, troisièmement, l’émotion face à la valeur de beauté d’un objet de patrimoine. Ainsi, nul ne s’étonnera que face à une cathédrale, un château, un manoir ancien, fusent spontanément des « Qu’est-ce que c’est beau ! », « C’est magnifique ! », « Quelle splendide architecture ! », etc. Mais si la beauté est bien, elle aussi, une valeur, susceptible de porter des émotions, c’est de façon fort inégale selon le point où l’on se trouve dans la chaîne patrimoniale : si elle est explicitement invoquée du côté des profanes, ainsi que chez les spécialistes attachés à la sauvegarde des Monuments historiques (même s’ils déploient aussi, selon les circonstances, des argumentations beaucoup plus techniques ou scientifiques), la beauté est une valeur qui n’a pas officiellement cours chez les spécialistes de l’Inventaire, en raison de la mission exclusivement scientifique qui leur est impartie. Cela ne les empêche pas d’ailleurs de lâcher à l’occasion un « C’est beau ça ! », ou (plus souvent) un « Qu’est-ce que c’est moche ! », mais à mi-voix, et sans jamais utiliser ce vocabulaire dans l’exercice professionnel du travail d’expertise.

25Souvenons-nous de ce jeune chercheur qui décrivait une maison à la périphérie d’un village breton et qui, à l’issue de sa description, lâchait pensivement, pour lui-même, un « Elle est belle celle-là ! », aussitôt rectifié à l’attention du sociologue en un : « Je veux dire, elle est plaisante… » (Heinich 2006c). Dans ce cadre professionnel, la « beauté » relève moins d’une évaluation esthète que d’une appréciation scientifique, d’ordre typologique, visant la cohérence des propriétés de l’objet par rapport à celles de sa catégorie – mais on sort là, précisément, du domaine des émotions.

Des valeurs aux registres de valeurs

  • 4 Sur la notion d’« affordance », voir Gibson (1979). Pour sa transposition à la notion de « prise » (...)

26L’analytique axiologique des spécialistes du patrimoine exigeait de remonter des prises (« affordances », dans le vocabulaire de James Gibson4) aux critères de jugement, et des critères de jugement aux valeurs, tandis que l’analytique axiologique de sens commun nous fait remonter des émotions aux valeurs. Il y a là un travail de généralisation, qui va des propriétés spécifiques d’un objet, et/ou des capacités perceptives et émotives d’un sujet en situation, au répertoire commun des valeurs associées par certaines catégories de sujets à certaines catégories d’objets.

  • 5 L’expression est empruntée à Luc Boltanski et Laurent Thévenot (1991), qui font de la « montée en (...)

27Il est possible cependant d’avancer d’un cran supplémentaire dans cette « montée en généralité5 ». Il s’agit alors de mettre en évidence les ressemblances entre certaines valeurs, qui permettent de les rassembler en un plus petit nombre de catégories, à l’intérieur desquelles ces valeurs partagent un certain « air de famille », que le sociologue est en mesure de percevoir grâce à son appartenance à la même culture que les acteurs qu’il étudie. C’est ainsi qu’on passe d’un nombre indéterminé de valeurs à un petit nombre de registres de valeurs. Nous en avons identifié douze à ce jour (sans préjuger d’une éventuelle extension du corpus pour peu que d’autres terrains de recherche fassent émerger un ou plusieurs autres registres) : les registres civique, domestique, économique, épistémique, esthétique, esthésique, éthique, fonctionnel, herméneutique, juridique, pur, réputationnel.

  • 6 Ce registre de valeurs correspond au monde dit « domestique » dans le modèle des « mondes de justi (...)

28Le registre de valeurs qui commande la valeur d’authenticité est celui que nous avons nommé « pur » (ou « purificatoire »), afin de marquer la similitude entre l’exigence de pureté associée à des domaines aussi différents que l’attribution d’un tableau (cas de l’expertise artistique), la sincérité d’un acte ou d’une parole (cas de l’évaluation psychologique comme de l’attestation juridique), la préservation de la nature (cas de l’écologie), l’hygiène, ou encore l’appartenance d’un bien à la catégorie à laquelle on prétend le rattacher (cas de l’art contemporain). Malgré la diversité de ces différents cas, ils ont tous en commun une sensibilité à la question de l’intégrité du lien avec l’origine. La valeur de présence relève, elle, du registre « domestique », privilégiant les liens inter-individuels, l’appartenance à une même communauté, la prééminence naturelle des aînés6. La valeur de beauté relève du registre « esthétique » : registre relativement attendu dans le domaine des œuvres d’art, y compris les œuvres architecturales lorsqu’il s’agit d’architecture monumentale.

29Registres « pur », « domestique » et « esthétique » se partagent donc l’essentiel des émotions patrimoniales, qui sollicitent les valeurs d’authenticité, de présence et de beauté. Mais si l’on prend en compte non plus seulement l’entrée par l’émotion, mais aussi l’entrée par l’expertise, alors on voit que l’axiologie patrimoniale comporte aussi le registre « herméneutique », qui commande les valeurs de significativité, de symbolisation, de sens, d’interprétabilité (présentes notamment dans le critère de « typicité » ou de « représentativité ») ; ainsi que le registre « civique » de l’intérêt général, puisque le propre du patrimoine est d’être considéré comme appartenant à une communauté, nationale voire internationale – même si c’est sur le plan des règlements administratifs et non pas sur celui, juridique, du droit de propriété.

30Reste à se demander ce qu’il convient de faire des émotions – abondamment attestées en matière patrimoniale – liées aux valeurs d’ancienneté et de rareté. Nous allons voir que celles-ci sont des valeurs un peu particulières, car elles peuvent être ambivalentes : ce sont plutôt des amplificateurs de valeurs – du moins à certaines conditions.

Amplificateurs de valeurs : ancienneté, rareté

31En matière patrimoniale, l’ancienneté est une valeur éminente : le critère de l’âge reste très présent, au point que la date de construction ou de rénovation est le premier renseignement donné par les spécialistes. L’ancienneté, attestée par la présence d’objets demeurés identiques à ce qu’ils étaient à l’origine, s’ajoute à la valeur d’authenticité en rallongeant le temps dans lequel s’inscrit le lien, aussi court que possible, avec l’origine de l’objet. Elle s’ajoute aussi à la valeur de présence, en rendant particulièrement rare le lien avec les premiers utilisateurs. L’émotion apparaît alors comme l’expression de ce lien quasi palpable avec de lointains ancêtres : un lien court contrastant avec un temps long, c’est là ce qui engendre cette émotion spécifiquement patrimoniale qui naît de l’authenticité amplifiée par l’ancienneté et, corrélativement, la rareté. En effet, ancienneté et rareté sont corrélées entre elles du fait que plus un objet est ancien, moins les autres exemplaires de la série à laquelle il est associé sont nombreux, compte tenu du risque de destruction croissant avec le temps : « ancien » finit par devenir un synonyme de « rare », cet autre amplificateur d’émotions.

32Toutefois l’ancienneté est une valeur très vulnérable à l’acculturation du regard : une ferme « ancienne » aux yeux d’un expert a toutes chances d’apparaître comme une « vieille » bicoque aux yeux de l’habitant. C’est ce travail du regard qui permet à la durée, ou à l’âge, de faire basculer un objet dans le registre valorisant de l’ancien – faute de quoi il ne serait que vieux, c’est-à-dire dégradé. Ainsi le temps est une propriété ambivalente, susceptible de revêtir deux sens opposés : soit positif, avec l’accumulation d’un capital d’ancienneté ; soit négatif, avec la dégradation des capacités.

33Cette nature ambivalente, ou « contextuelle », de la valeur est commune à l’ancienneté et à la rareté. Celle-ci en effet est une valeur positive dans certains cas, mais négative dans d’autres : c’est l’effet « Palais du facteur Cheval », ambigu entre dévalorisation par l’excentricité et valorisation par l’exceptionnalité et la personnalisation. Ainsi, un décor « de mauvais goût », un bâtiment au style atypique dans un ensemble homogène, seront disqualifiés comme excentriques, alors même qu’ils sont rares ; inversement, la multiplicité des exemples d’un même type sera un facteur positif pour les chercheurs de l’Inventaire, dès lors que la sérialité devient un élément significatif dans une démarche scientifique s’intéressant aux usages, aux modalités de fabrication, aux ensembles plutôt qu’aux individus.

34De façon générale, le propre des valeurs d’ancienneté (ou son contraire : la nouveauté) et de rareté (ou son contraire : la multiplicité) est d’être, contrairement aux autres valeurs, ambivalentes, puisque susceptibles de basculer du positif au négatif – de la valeur à l’anti-valeur – selon les contextes. L’importance du contexte se mesure en l’occurrence au fait qu’en matière patrimoniale, la manifestation émotionnelle associée à une exclamation telle que « C’est exceptionnel ! » est toujours positive. En effet, les origines de la notion de patrimoine, très liées à la monumentalité, tendent à l’inscrire d’emblée dans le « régime de singularité », qui privilégie ce qui est hors du commun. Il faut qu’un objet ait été préalablement singularisé, et valorisé en raison de sa singularité même, pour que sa rareté apparaisse comme une valeur, ajoutée à d’autres. En régime de singularité, la rareté est un facteur démultiplicateur d’émotions, qui intensifie ce qu’on peut ressentir face à l’authenticité, à la beauté, à la présence humaine dans un objet.

35S’il faut avoir investi la logique du patrimoine pour considérer l’ancienneté comme une valeur allant de soi, il faut aussi avoir investi la logique de la collection pour en faire de même avec la rareté. Autant dire qu’ancienneté et rareté ne produisent pas à elles seules de la valeur : elles ne sont qu’un facteur, si l’on peut dire, orthogonal d’amplification d’une valeur (valeur de beauté, valeur de présence, valeur d’authenticité) : autrement dit un amplificateur de valeur.

36Ces deux amplificateurs de valeur permettent d’ajouter un élément supplémentaire à notre « grammaire axiologique » : l’extensibilité des valeurs. Celle-ci se déploie sur un double axe : l’axe temporel, avec la pérennité (extension dans le temps), et l’axe spatial, avec l’universalité (extension dans l’espace). La pérennité est une valeur fondamentale dans la conception occidentale de l’art, pour laquelle une œuvre se doit d’être doublement durable : et par rapport au passé (c’est la valeur d’ancienneté), et par rapport au futur (c’est la valeur de postérité). Quant à l’universalité, elle est ce qui permet à une valeur de se déployer spatialement sur le plus large spectre, allant de la plus grande généralité (le monde entier) à l’absolue singularité (l’individu en tant qu’il est insubstituable, à nul autre pareil).

Régimes de qualification : singularité, communauté

37Ces deux amplificateurs de valeur que sont l’ancienneté et la rareté prennent, nous l’avons vu, un sens différent selon les contextes : l’ancien peut signifier une dégradation, et le rare une anomalie. C’est pourquoi notre grammaire axiologique ne serait pas complète sans une dernière catégorie de concepts : non plus les valeurs, registres de valeurs et amplificateurs de valeurs, mais ce que nous avons proposé d’appeler les « régimes de qualification » utilisés dans tel ou tel contexte. Ces régimes ne sont plus qu’au nombre de deux : le « régime de communauté », qui valorise ce qui est largement partagé, présent en grand nombre, standard ; et le « régime de singularité », qui valorise ce qui est rare, exceptionnel, hors du commun.

38C’est l’inscription dans l’un ou l’autre de ces deux régimes qui permet de faire basculer le sens attribué aux amplificateurs de valeurs : en régime de communauté, l’ancien est valorisé, alors qu’en régime de singularité, c’est le nouveau qui l’est (extensibilité dans le temps, soit vers le passé soit vers le futur) ; et en régime de communauté, la multiplicité est valorisée, alors qu’en régime de singularité, c’est la rareté qui l’est (extensibilité dans l’espace, soit vers l’infiniment grand de l’universalité, soit vers l’infiniment petit de l’insubstituabilité). En d’autres termes, la nouveauté (dans le temps) et la rareté (dans l’espace) sont les valeurs spécifiques du régime de singularité, tandis que l’ancienneté (dans le temps) et la multiplicité (dans l’espace) sont les valeurs spécifiques du régime de communauté.

Conclusion

39Cette catégorisation à multiples niveaux – prises, critères, valeurs, registres de valeurs, amplificateurs de valeurs, régimes de qualification – permet de décrire précisément l’opération de mise en patrimoine. Car à la lumière de ces différents concepts, celle-ci apparaît pour finir comme ne pouvant avoir lieu qu’à deux conditions : d’une part, que l’objet en question soit considéré à la fois comme doté d’ancienneté et comme susceptible de durer dans un avenir indéterminé (c’est l’extensibilité temporelle au passé, que valorise le régime de communauté, et l’extensibilité temporelle au futur, que valorise le régime de singularité) ; et d’autre part, qu’il soit considéré à la fois comme appartenant à une communauté (c’est l’extensibilité spatiale vers l’universalité, que valorise le régime de communauté), et comme doté de rareté (c’est l’extensibilité spatiale vers l’insubstituabilité, que valorise le régime de singularité).

40On constate ainsi la grande richesse axiologique de l’objet « patrimoine », qui sollicite en même temps les deux régimes de qualification opposés (communauté et singularité), les deux axes d’extensibilité (espace et temps), plusieurs registres de valeurs (pur, domestique, esthétique, herméneutique, civique) et les différentes valeurs qui en dépendent (authenticité, présence, beauté, significativité, intérêt général…). Comment s’étonner dans ces conditions qu’il fasse l’objet d’épreuves épistémiques et juridiques hautement sophistiquées, mais aussi d’épreuves émotionnelles particulièrement intenses ?

41On aura compris, au final, qu’il convient de parler d’émotions patrimoniales, au pluriel : car le patrimoine mobilise une pluralité d’épreuves émotionnelles, elles-mêmes associées à la pluralité des valeurs, des registres de valeurs, des amplificateurs de valeurs et des régimes de qualification dont elles sont l’indice en même temps que l’opérateur.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Bessy Christian & Francis Chateauraynaud, 1995
Experts et faussaires. Pour une sociologie de la perception, Paris, Métailié.

Boltanski Luc & Laurent Thévenot, 1991
De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard.

Elias Norbert, 1993 [1983]
Engagement et distanciation. Contributions à la sociologie de la connaissance, Paris, Fayard.

Gibson James J., 1979
The Ecological Approach to visual perception, Boston, Houghton Mifflin C°.

Heinich Nathalie, 1993
« Les objets-personnes : fétiches, reliques et œuvres d’art », Sociologie de l’art, n° 6.

Heinich Nathalie, 1995
« Les colonnes de Buren au Palais-Royal : ethnographie d’une affaire », Ethnologie française, n° 4.

Heinich Nathalie, 2000
Être écrivain. Création et identité, Paris, La Découverte.

Heinich Nathalie, 2006
« Is there a scientific beauty? From factual description to aesthetic judgements », Bezalel. Proceedings of history and theory, n° 3.

Heinich Nathalie, 2009a
La Fabrique du patrimoine. « De la cathédrale à la petite cuillère », Paris, ministère de la Culture et de la Communication/Éditions de la Maison des sciences de l’homme, coll. « Ethnologie de la France ».

Heinich Nathalie, 2009b
« Le faux comme révélateur de l’authenticité », in collectif, De main de maître. L’artiste et le faux, actes du colloque organisé par l’Auditorium du musée du Louvre et France Culture (Paris, 29-30 avril 2004), Paris, Hazan/musée du Louvre, coll. « Conférences et colloques ».

Livet Pierre, 2002
Émotions et Rationalité morale, Paris, puf.

Poulot Dominique, 2001
« Défendre le patrimoine, cultiver l’émotion », Culture et Musées, n° 8.

Rioux Jean-Pierre, 1985
« L’émoi patrimonial », Le Temps de la réflexion, n° 7.Article paru sous le titre « Les émotions patrimoniales : de l’affect à l’axiologie », Social Anthropology / Antropologie sociale, vol. 20, n° 1, 2012, pp. 19-33.

Notes

1 Ce texte reprend une intervention donnée en 2007 lors d’une journée d’études du Lahic sur « les émotions patrimoniales ». Je remercie les participants pour leurs remarques, notamment Daniel Fabre, Frédéric Maguet, Michel Melot, Jean-Louis Tornatore et Hélène Verdier. J’adopte pour ce texte une convention typographique consistant à composer en italiques les citations qui font l’objet de la réflexion, c’est-à-dire les propos des acteurs étudiés, et à composer en romain les citations des chercheurs dont j’utilise les travaux. Outre un gain de lisibilité pour le lecteur, cette convention permet de tracer une ligne de partage claire entre les énoncés éventuellement soumis à la discussion scientifique (en romain), et ceux à l’égard desquels l’auteur ne s’autorise aucune critique ou approbation (en italiques).

2 Cette propriété a déjà été notée par des historiens (Rioux 1985 ; Poulot 2001).

3 Cette proposition a été développée et argumentée dans Heinich (2009a). Pour une tentative de définition de la notion d’authenticité dans ses différentes dimensions, voir Heinich (2009b).

4 Sur la notion d’« affordance », voir Gibson (1979). Pour sa transposition à la notion de « prise », voir Christian Bessy et Francis Chateauraynaud (1995).

5 L’expression est empruntée à Luc Boltanski et Laurent Thévenot (1991), qui font de la « montée en généralité » le mode de construction de la « grandeur ». Pour une relativisation de cette affirmation, qui ignore la singularité comme autre mode de grandissement, voir Heinich (2000).

6 Ce registre de valeurs correspond au monde dit « domestique » dans le modèle des « mondes de justification » mis au point par Boltanski et Thévenot, à qui nous empruntons ce terme (Boltanski & Thévenot 1991).

Auteur

Sociologue, directrice de recherche au CNRS, membre du Centre de recherches sur les arts et le langage, Paris, chercheure associée au Laboratoire d’anthropologie et d’histoire de l’institution de la culture.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search