Version classiqueVersion mobile

Émotions patrimoniales

 | 
Daniel Fabre

II. Transports patrimoniaux

Le « patrimoine de proximité » : du « coup de cœur » au label

Irina Chunikhina

Texte intégral

1« À bien des égards, la notion de patrimoine s’est construite sur la distance prise vis-à-vis de l’émotion », note Dominique Poulot dans son introduction au numéro de Culture et Musées intitulé « Défendre le patrimoine, cultiver l’émotion » (Poulot 2006 : 13). Cette capacité de recul critique est largement associée à l’engagement professionnel dans le domaine du patrimoine. L’action des conservateurs, des chercheurs, des spécialistes de la protection et de la restauration est ainsi censée être menée dans un cadre strict soumis à la législation, à l’idéal scientifique de l’objectivité (Heinich 2009) et à la vision civique du patrimoine national dont les fondements ont été posés au moment de la Révolution (Poulot 1997). En revanche, cette distance par rapport à l’émotion semble moins évidente dans l’engagement des associations ou d’autres acteurs, perçus comme « amateurs » du patrimoine culturel. Les recherches menées auprès des acteurs locaux montrent avant tout une forte pluralité des formes, des objets et des objectifs de leurs « investissements » dans le domaine du patrimoine (Glevarec & Saez 2002). D’autre part, ces engagements sont parfois associés à ce qui est vu comme un excès d’émotion. Le combat militant des associations peut être ainsi « prisonnier » de polémiques de la dénonciation du vandalisme (Poulot 2006) ou même porteur de « passions identitaires » (Le Goff 1998). Comment expliquer la présence de l’émotion dans l’action des « amateurs » pour la sauvegarde du patrimoine culturel ? N’est-elle pas liée au fait que leur engagement porte souvent sur des objets qui sont perçus par eux à la fois comme des objets communs puisqu’ils ressortissent du bien commun du patrimoine et comme des objets familiers faisant partie du cadre de proximité ? Enfin, l’émotion est-elle « une régression, altérant un certain modèle de démarche savante et d’analyse » (Poulot 2006 : 21) ? Ou bien, prise dans une dynamique de situation, peut-elle évoluer vers d’autres formes, notamment de connaissance et d’action en commun ?

  • 1 Les premiers résultats de cette enquête ont été explorés dans « Le “patrimoine de proximité” à tra (...)
  • 2 Entretien avec M. réalisé le 18 février 2004. Ici et par la suite, le texte en italique correspond (...)
  • 3 Selon M. (directeur de la publication à l’époque), le titre de la revue devait faire référence à P (...)

2Une enquête de terrain effectuée en 2003-2004 nous a amenée à suivre une série de visites, promenades, rencontres consacrées à la découverte du « patrimoine de proximité » des arrondissements parisiens1. Ces activités, gratuites et ouvertes à tout public, étaient organisées à l’initiative de quelques bénévoles de la délégation départementale de la Fondation du patrimoine. La principale mission de cet organisme privé reconnu d’intérêt public est l’action en faveur du patrimoine non protégé par l’État, le « patrimoine ni classé ni inscrit », autrement nommé « petit patrimoine » ou « patrimoine de proximité ». Selon l’un des organisateurs des activités que nous appellerons ici M., le principal objectif des premières « promenades » dans les arrondissements parisiens2 était d’« expliquer » aux habitants de Paris la tâche de la Fondation du patrimoine et de « donner des exemples du patrimoine de proximité ». Il apparaît vers le début de notre enquête (décembre 2003), que cet objectif déborde le cadre de la fondation. Car M., désireux d’élargir le public de ces promenades, a décidé de publier « un petit guide ». Mais forte de son succès, la publication intitulée Paris Villages a finalement pris la forme d’une revue trimestrielle3. Les participants des activités, majoritairement abonnés à cette revue, y trouvaient des annonces de nouvelles promenades et pouvaient également participer à l’édition d’une sorte d’inventaire du « patrimoine de proximité ».

3D’une manière générale, nous avons distingué trois aspects dans l’action observée sur le terrain de notre enquête : la découverte au cours des visites et des promenades d’objets considérés par les acteurs comme étant du « patrimoine de proximité » ; la publication de « coups de cœur » dans la revue Paris Villages ; enfin la sollicitation de la Fondation du patrimoine pour la reconnaissance et la restauration des objets retenus. Ces trois volets de l’action constituent une démarche de patrimonialisation en apparence différente et indépendante de la « chaîne patrimoniale » gérée par des organismes publics (Heinich 2009).

4Précisons, en premier lieu, que nous abordons les concepts d’émotion et d’action dans une perspective qui n’assimile pas l’idée du social au seul collectif. L’émotion serait sociale sans être nécessairement collective parce qu’elle fait partie du processus de « coordination » entre les êtres humains (Dumouchel 1995). S’agissant de l’action, nous recourons à un modèle original d’analyse de l’« action au pluriel » élaboré par Laurent Thévenot (2006). Il explore l’architecture de trois régimes d’engagement (celui de la familiarité, celui du plan et celui de la justification) en mettant l’accent sur leur inégale préparation à la mise en commun et sur la nécessité de leur « coordination » dans la construction du rapport au monde. Notre approche est attentive à la dynamique de la situation. Autrement dit, elle ne s’intéressera pas à l’émotion et à l’action comme à des entités à part, mais plutôt à leur « intrication », « à la dynamique de (leurs) coordinations et à l’articulation des différents niveaux » (Thévenot 1995). De la même manière, nous n’envisageons de traiter les usages sociaux du concept de patrimoine ni comme des procédés purement nominalistes, langagiers, ni comme une sorte de réaction, voire d’opposition, aux représentations « dominantes » du patrimoine culturel, en l’occurrence « politico-administratives » et « politico-scientifiques » (Glevarec & Saez 2002). En revanche, nous étudierons ces usages comme des justifications faisant appel à la « grandeur » (Boltanski & Thévenot 1991) du patrimoine tout en tenant compte de l’impact du recours à cette « grandeur » sur la dynamique de l’épreuve. Nous proposons donc une approche pragmatique du rapport entre l’émotion, l’action et le patrimoine, attentive à la pluralité et à la dynamique de la situation à partir du cas concret de cette recherche du « patrimoine de proximité ».

Découvrir un patrimoine dont on se sent proche

5Le terme « patrimoine de proximité » est apparu dans les années 1990 au sein du débat autour de nouvelles formes de financement et de protection du patrimoine culturel. En juin 1993, le sénateur de Maine-et-Loire Jean-Paul Hugot est chargé par le ministère de la Culture d’étudier les conditions de la création d’une Fondation du patrimoine en France. Dans le rapport qu’il dépose un an plus tard, il constate « un attachement croissant » des Français à « leur patrimoine », et appelle à l’instauration de procédures et d’instances spécifiques pour la préservation de toutes les formes de patrimoine, y compris « d’intérêt local » constituant « le patrimoine de proximité » (1994). C’est par cette dernière notion que l’on a désigné les objets de l’action de la Fondation du patrimoine, créée en 1996. Mais la définition du terme reste relativement vague. Les documents édités par la Fondation du patrimoine évoquent le plus souvent le fait que ce patrimoine n’est pas protégé par l’État au titre des Monuments historiques (il n’est « ni classé ni inscrit »), ou bien proposent une liste d’objets susceptibles d’être reconnus « patrimoine de proximité » : fermes, logis, pigeonniers, granges, lavoirs, moulins… Les points de suspension par lesquels se terminent toujours ces listes laissent supposer que l’énumération des objets reste incomplète et qu’elle peut être prolongée. Mais comment et par qui un objet est-il qualifié de « patrimoine de proximité » ? L’analyse des résultats de notre enquête apporte quelques observations sur les acteurs engagés dans cette démarche et sur leurs façons, non privées d’un aspect affectif voire émotionnel, de montrer et de découvrir le « patrimoine de proximité ».

6Voici, par exemple, un extrait de l’enregistrement effectué au cours de la visite d’une chapelle. Celle-ci faisait partie des églises parisiennes « peu ou mal connues » dont la découverte était organisée par des bénévoles de la Fondation du patrimoine en décembre 2003. La visite est guidée par une paroissienne qui raconte l’histoire de la construction du bâtiment dans la première moitié du xixe siècle. Elle présente le mobilier de l’époque, quelques statues et tableaux, des verrières exécutées à partir des dessins d’un peintre connu du xixe siècle. Mais elle juge utile d’ajouter quelques mots sur sa paroisse et sur son propre lien avec ce lieu :

  • 4 Entretien enregistré le 17 décembre 2003.

C’est une petite paroisse-village, ce qui moi, moi personnellement, m’a énormément attirée parce qu’on est peu nombreux. […]. Donc viennent quelques habitants du quartier mais surtout ceux qui sont attirés par une collectivité chaleureuse, sympathique. Et comme à un moment, moi personnellement, j’avais beaucoup de tristesse, on m’a reprise comme une pauvre chose. J’ai commencé à mettre quelques fleurs par ici, quelques fleurs par là […]. Et maintenant vous voyez j’ai l’honneur de vous présenter cette chapelle. Ce qui m’a plongée dans une époque historique qui n’est pas forcément la mienne, et dans une époque artistique qui n’est pas forcément la mienne non plus. Mais en étudiant les choses on devient passionné. Et j’espère que j’ai le pouvoir de vous transmettre ma passion. Alors que vous venez de voir Saint-Pierre-de-Chaillot, Notre-Dame, probablement, des choses beaucoup plus… énormes. Mais je vais vous montrer quand même que cette chapelle a du charme4.

7Notre guide a une double connaissance de la chapelle. Celle-ci lui vient en partie du proche, des attaches qui la relient à son environnement. En paroissienne qu’elle est, la guide fréquente cette chapelle régulièrement, elle côtoie au quotidien les objets qu’elle contient. En mettant « quelques fleurs par ici, quelques fleurs par là », elle a tissé des liens d’appartenance avec ce lieu au point d’en devenir un jour son guide. L’aspect émotionnel est au cœur de cette appartenance. Son lien à la paroisse s’est créé au moment de chagrins personnels, et il a été favorisé par le ressenti d’« une collectivité chaleureuse, sympathique ». D’autre part, le discours de la guide montre que sa connaissance de l’objet de la visite a également une autre dimension. « L’honneur » de présenter la chapelle aux visiteurs l’a poussée à l’étudier, à se plonger dans des époques historiques et artistiques qu’elle connaît mal, autrement dit, à prendre une certaine distance par rapport à l’aspect familier du lieu. Ce nouveau registre est introduit par la catégorie de « passion ». D’après la guide, « en étudiant les choses on devient passionné ». Et c’est justement sa « passion » qu’elle souhaite transmettre aux visiteurs. Le terme « passion » dans le sens que la guide lui attribue ne se situe pas dans le cadre de l’émotion proprement dite. Il correspond plutôt à ce que Christian Bromberger (1998 : 25) définit comme des « passions ordinaires » ou des « orientations affectives stables vers des objets singuliers ». Dotée de stabilité, cette « passion » ne perd néanmoins pas entièrement le lien avec l’émotion qui aurait plutôt un caractère dynamique. L’intérêt intellectuel pour la chapelle peut être qualifié de « passion » parce qu’il est accompagné d’un élément proche du cadre émotionnel, celui de l’affection. Ainsi le discours adressé aux visiteurs évoque ces deux registres en rapport avec l’aspect émotionnel/affectif : la chapelle que la guide connaît lui est proche émotionnellement, la chapelle qu’elle étudie et présente aux visiteurs comme un objet commun ayant des qualités historiques et artistiques est un objet de sa « passion ». Nous pouvons supposer que la présence de cet aspect affectif construit une forme particulière de communication où le caractère patrimonial, et par définition commun, de l’objet de la visite, ne remet pas en question, du moins totalement, les liens de proximité entre le sujet et cet objet.

8Ces attaches affectives, voire émotionnelles, aux objets qualifiés de patrimoniaux ne sont pas propres aux guides du « patrimoine de proximité ». Une partie significative des participants choisissaient les promenades en fonction du lien qu’ils avaient avec le lieu de la visite, dans le passé ou le présent. Nous citerons l’exemple des visites des mairies des arrondissements parisiens organisées par les bénévoles de la Fondation du patrimoine en février 2004. Présentés par des membres des sociétés locales d’histoire et d’archéologie ou par des employés municipaux, ces bâtiments construits en partie à l’époque haussmannienne n’étaient pas vraiment inconnus des visiteurs. Leurs questions et remarques traduisent une relative familiarité avec cet espace en tant que résidents ou anciens habitants des arrondissements parisiens.

9Ainsi, à l’annonce d’un guide que sa mairie occupe une des premières places en nombre d’actes civils enregistrés en France en raison de la présence sur son territoire de grands hôpitaux, de maternités et de maisons de retraite, une participante déclare aussitôt qu’elle est mentionnée dans deux actes d’état civil parce qu’elle est née dans une maternité de l’arrondissement, et parce qu’elle s’est mariée dans cette mairie.

  • 5 Des souvenirs affectifs liés notamment aux cérémonies de mariage peuvent constituer un élément imp (...)

10L’information sur une procédure administrative, neutre et dépersonnalisée, est reliée à une histoire personnelle mettant en avant le lien avec le lieu visité. Ce lien se manifeste encore plus fortement à travers un autre sujet souvent mentionné au cours des visites, celui des mariages civils. La particularité de cette procédure, qui a traditionnellement lieu dans le bâtiment municipal, est la rencontre entre le côté administratif, formel, de l’événement et sa portée personnelle et émotionnelle. Ceci explique probablement la présence dans le discours des guides de détails dont la valeur est beaucoup plus affective qu’historique5 :

  • 6 Discours du guide noté au cours de la visite, le 14 février 2004.

Malheureusement, le tapis de la salle de mariage a été récemment changé. Je disais toujours de faire attention aux usures. Il était évidemment plus usé à la place des mariés. Mais ce qui est intéressant : il l’était aussi sous les pieds des beaux-parents. Ils devaient beaucoup s’inquiéter6.

11Cette prospection du « patrimoine de proximité » n’est pas pour autant privée de références artistiques ou architecturales. Les descriptions de détails de façades, les présentations de statues situées dans le hall, de fresques dans la salle des mariages ou dans la salle des fêtes sont des éléments récurrents des visites de mairies. Mais c’est plutôt la présence de ce lien personnel et souvent marqué émotionnellement entre le visiteur et l’objet de la visite qui distingue ces activités des parcours touristiques classiques. D’ailleurs, les organisateurs en tiennent compte dans les visites qu’ils proposent, ce que nous explique M. :

  • 7 Entretien avec M. du 18 février 2004.

Parce que j’écoute. Je pense que… c’est pas moi qui ai l’idée, c’est en fait parce que j’entends autour de moi que beaucoup de gens, alors ils ne l’expriment pas forcément comme ça, mais ils aiment bien, ils regrettent la vie… Tous les Parisiens étaient en campagne autrefois, il y a deux générations. Et beaucoup cherchent à retourner à la campagne, au moins pendant les vacances. On a besoin de parler à son voisin. Et donc c’est ce qu’on appelle le village. Ça peut être… Paris était fabriqué avec des villages qui étaient accrochés, agglomérés à Paris. Ou bien…, eh, il y a des nouveaux quartiers où on se connaît à cause du marché, parce que c’est l’endroit où on peut se rencontrer, ou du café parce que c’est l’endroit où on peut se rencontrer (vite), ou l’église parce que c’est l’endroit où on peut se rencontrer. Et [ce sont] ces endroits-là qui ont donné en fait l’existence à un village7.

12La notion de « village » est au centre de ce discours et accompagnée de plusieurs références. M. l’associe avant tout à l’histoire de la construction de Paris, qui s’est élargi par l’annexion des communes rurales limitrophes : Montmartre, Belleville, les Batignolles, Ménilmontant, etc. Il évoque ensuite ce que Michel Rautenberg, André Micoud, Laurence Bérard et Philippe Marchenay (2000) désignent par la « charge quasi biographique » de la notion de « campagne » en France : « Tous les Parisiens étaient en campagne autrefois, il y a deux générations. Et beaucoup cherchent à retourner à la campagne, au moins pendant les vacances. » Enfin, M. attribue un aspect « villageois » à certains endroits des « nouveaux quartiers ». En évoquant le « besoin de parler à son voisin » comme un trait caractéristique du « village », il explique son intérêt pour les marchés, cafés, églises, par le fait que ce sont des lieux « où on peut se rencontrer ». D’ailleurs, il insiste sur le fait que l’idée de vient pas de lui. Pour identifier ces lieux de rencontre et de partage, il écoute les gens autour de lui. Même si les Parisiens « ne l’expriment pas forcément comme ça », ils pensent avec nostalgie à « la vie de village » qu’ils « aiment bien… ». Au-delà de l’architecture, il s’agit d’une quête des objets capables de raviver chez les participants leur sentiment d’appartenance à une communauté au sens large de la vie « en commun » (Thévenot 2006).

13La découverte du « patrimoine de proximité » n’était pas perçue par ses organisateurs comme une activité « passive ». Les « exemples donnés » pendant les promenades étaient censés encourager les participants à « avoir un regard nouveau » sur la ville et à rechercher des éléments patrimoniaux dans leur propre environnement urbain. Autrement dit, tout participant pouvait devenir le guide d’une nouvelle promenade et présenter ainsi aux autres ses propres « coups de cœur ». C’est le cas de Mme B., une postière. Munie d’« une clé PTT », elle nous emmène visiter les arrondissements du nord-est de Paris par des parcours insolites passant par des petites rues, des cours intérieures et des halls d’immeubles cachés derrière les portes à digicode.

  • 8 Termes recueillis au cours de différentes promenades guidées par B.

14Comment cherchait-t-elle les pistes pour ses promenades ? En distribuant le courrier, en promenant son chien, elle regardait autour d’elle et notait l’emplacement des objets qui lui paraissaient « beaux », « curieux », « bizarres ». Aucun élément n’échappait à son attention, une fresque urbaine, une enseigne, un détail de façade, devant lesquels « les autres passent sans lever la tête ». Cette attention lui venait, disait-elle, de sa jeunesse, de l’époque où elle était guide de personnes malvoyantes auxquelles elle devait « décrire le monde qu’elles ne connaissaient que par sensations ». Mais pour montrer ses découvertes aux visiteurs, B. ne se contentait pas de noter leur emplacement, elle cherchait également des informations dans des « bouquins » empruntés à la bibliothèque municipale ou achetés à la librairie de son quartier. Une autre source de références provenait probablement de différentes manifestations culturelles auxquelles elle assistait plus ou moins régulièrement : visites gratuites organisées par différentes associations, Journées du patrimoine, Journées des jardins, expositions et festivals organisés par des mairies8, etc.

15B. découvre ses « coups de cœur » dans son environnement urbain proche, dans le paysage familier des activités quotidiennes, mais leur repérage passe par une transformation dans la manière de les percevoir ; on les distingue parce qu’ils sont « beaux », « curieux », « bizarres ». Certes, les critères sur lesquels s’appuie le choix de B. seraient probablement jugés ambivalents, voire proscrits par les professionnels du patrimoine (Heinich 2009), néanmoins ils constituent une forme de l’expérience esthétique « ordinaire » (Fabiani 2005), qui suppose de relier sa propre réaction face à un objet situé en dehors du monde de l’art (ou du patrimoine reconnu dans notre cas) à une catégorie de valeur esthétique afin de la partager avec les autres. Au premier regard, l’aspect affectif est faible dans cette démarche soumise à une double exigence de repérage et de présentation du « patrimoine de proximité ». Pourtant, les émotions ne sont pas totalement absentes des promenades de B. Elles sont le plus souvent exprimées par ceux pour qui l’objet des promenades (cours ou halls d’entrée) est un lieu familier, à savoir ses habitants. L’arrivée des visiteurs dont nous faisons partie provoque en effet parfois les réactions des résidents. Certains s’approchent pour demander la raison de notre présence. En apprenant qu’« on visitait le patrimoine de proximité parisien », ils expriment de la curiosité, voire de la fierté à habiter un lieu « patrimonial ». Ils jugent même parfois utile de partager avec les participants quelques détails sur l’histoire du lieu (par exemple le fait qu’une personne célèbre a habité cet immeuble dans le passé) ou de montrer des éléments qu’eux-mêmes trouvent « beaux », « curieux », « intéressants ». Mais ils réagissent parfois, bien que cela soit très rare, avec méfiance, ou même mécontentement. L’entrée du groupe de visiteurs (dont le nombre variait en général de dix à trente personnes) est alors perçue par eux comme une intrusion dans leur espace privé, pouvant porter atteinte à leur tranquillité. Ces réactions émotionnelles, en apparence opposées, ne sont pas sans rapport avec la transformation, le « changement du monde » (Livet 2002), qu’entraîne la reconnaissance de la valeur patrimoniale : un objet familier approprié devient ainsi au cours de la promenade un « exemple du patrimoine de proximité » montré au public.

16De ce point de vue, la particularité du « patrimoine de proximité » consiste en ce lien revendiqué entre le proche et le commun, la proximité et le patrimoine, qu’indique son appellation même. Mais ce lien est-il vraiment stable ? Dans tous les exemples cités, nous avons certes observé la présence d’un aspect affectif, voire émotionnel, mais aussi la distance que les acteurs avaient dû adopter face à l’aspect familier de l’objet. Pour qu’un objet soit reconnu comme patrimonial et partagé comme tel, il devait être associé à des références, historiques, artistiques, esthétiques. Qualifier un objet de bien patrimonial semble contribuer au passage des attaches affectives, émotionnelles, à des catégories de valeurs communes nécessaires à cette qualification. Ceci nous amène à analyser la deuxième étape de la reconnaissance du « patrimoine de proximité », la publication de l’inventaire des « coups de cœur » par la revue Paris Villages.

Partager ses « coups de cœur » sur les pages de Paris Villages

  • 9 Paris Villages, n° 4, p. 12.

17La création de la revue Paris Villages visait, comme on l’a dit, à partager les découvertes des visites et des promenades avec un large public. De fait, une partie significative des abonnés participaient à ces activités. D’autre part, la présentation des nouveaux numéros et la distribution de bons d’abonnement était une étape incontournable des « cafés-patrimoine », rencontres autour d’une tasse de café faisant suite aux visites. Mais ce lien entre la revue et les activités se révélait aussi par l’esprit de Paris Villages. M., directeur de la publication, voulait qu’elle soit celle des « amoureux » du patrimoine parisien. Les lecteurs devaient y trouver toutes sortes d’informations concernant différents événements patrimoniaux (expositions, éditions, manifestations, etc.). En même temps, la revue était censée donner ce que les organisateurs appelaient « un exemple positif » de l’engagement dans le domaine du patrimoine culturel. Plusieurs rubriques étaient ainsi consacrées à l’action associative de sauvegarde et de valorisation des objets patrimoniaux : « L’association du mois », « Les acteurs du patrimoine », « Vie associative », « Travaux en cours ». La revue publiait même « des fiches pratiques du protecteur du patrimoine » expliquant aux lecteurs, par exemple, les nouveaux dispositifs législatifs concernant la réhabilitation d’immeubles vétustes9. La « passion » pour le patrimoine telle qu’elle se présente à travers les publications de Paris Villages semble être moins associée à l’émotion, qu’à un engagement dans le « régime du plan » (Thévenot 2006) ou, dans le langage de M., à « une action positive » :

  • 10 Entretien avec M., 18 février 2004.

Moi, ce qui va m’intéresser, c’est tout ce que sur quoi je peux avoir moi une action. Moi, j’ai pas d’action sur le château de Versailles. J’ai pas d’action sur les grandes choses. Je peux avoir une action sur la verrière de la maison là. Je peux avoir l’action sur… une statue du square N. Donc, je sais que c’est à ma portée. Et donc, c’est ça qui va être pour moi le petit patrimoine. C’est ce sur lequel je peux avoir une action positive10.

18Que les lecteurs publient, à l’invitation de la revue, des exemples du « patrimoine de proximité » dans la rubrique « coups de cœur » était sans doute une forme de cette « action positive » :

  • 11 Paris Villages, n° 3, p. 11.

Patrimoine de proximité parfois familier, menacé ou sauvegardé, souvent ignoré et sans protection, c’est tout environnement bâti, vivant et attachant qui a été choisi ici par les habitants que nous avons sollicités.
Ce recensement, mené à l’initiative de la délégation de Paris de la Fondation du patrimoine dans les vingt arrondissements, révèle un paysage souvent méconnu des Parisiens qui redécouvrent le besoin de vivre dans un quartier.
Ces quelques coups de cœur donnent un aperçu de l’étendue de l’héritage culturel que l’initiative privée peut contribuer à sauvegarder lorsque le patrimoine devient l’affaire de tous11.

19La définition donnée du « patrimoine de proximité » – » tout environnement bâti, vivant et attachant » – est pour le moins originale. Ce patrimoine n’est donc ni exceptionnel d’un point de vue historique ou esthétique, ni même « typique » dans le sens qu’attribuent à ce critère les chercheurs de l’Inventaire général (Heinich 2009 : 199-205). En revanche, il semble être rapproché de l’acteur : ce patrimoine, « vivant » et « attachant », vit avec lui, est ressenti par lui, est désigné par lui dans un « coup de cœur ».

20Ces « coups de cœur » sont le plus souvent composés d’une photo de l’objet et d’un petit texte de commentaire, et réunis, comme les visites, par arrondissement. Le second élément de classement consiste en abréviations placées au-dessus des textes de la plupart des « coups de cœur ». L’explication de ces abréviations proposée au début de la rubrique nous fait découvrir le caractère plutôt hétérogène de cette catégorisation : des dénominations générales (« Hist » : patrimoine historique, « Art » : patrimoine artistique), la mention de l’état de sauvegarde des objets patrimoniaux (« Péril » : patrimoine en péril, « Ex » : conservation exemplaire) ou du statut de protection (« MH » : classé Monument historique). Mais d’autres catégories font appel à un registre du jugement esthétique comme celles de « Charm » (charmant), « Secret » (secret), « Inso » (insolite), « Curio » (curiosité). À travers la publication, les expériences esthétiques « ordinaires » (Fabiani 2005) sont ainsi transformées en valeurs, catégories ouvertes au partage et visant l’universalité. Voici un exemple de « coup de cœur » situé dans le 14e arrondissement, estampillé « Art » :

  • 12 « Crèche », Paris Villages, n° 3, p. 25.

Une petite crèche comme on aimerait en voir plus souvent. Modeste par sa taille mais d’une présence imposante, structurant l’espace. Construite en brique, elle est décorée de céramique dont une frise bleue représentant des fleurs. Sur le fronton, un médaillon représente une nourrice donnant le biberon12.

21Mais y avait-il un lien entre les « coups de cœur » des promenades et ceux publiés dans la revue ? Effectivement, plusieurs découvertes faites par les amoureux du patrimoine parisien sont parues par la suite dans les pages de Paris Villages. À l’inverse, une fois les « coups de cœur » publiés, il n’était pas rare de les retrouver mentionnés lors d’une nouvelle promenade. Mais le passage à la publication n’était pas immédiat pour autant :

  • 13 Entretien avec M., 18 février 2004.

Pour moi les visites, ce n’est même pas actif. Je regrette un peu. Par exemple, j’aimerais bien arriver à ce que quand on est au café chacun écrive quatre lignes en signalant son coup de cœur. Fasse un petit peu du journalisme, ça serait quelque chose d’actif. Parce que sinon beaucoup, ils suivent et… bon13.

22La déception exprimée ici par M. révèle avant tout les attentes des organisateurs. La recherche du « patrimoine de proximité » se présente comme une action participative dont les différents volets (activités de découverte, publication de la revue) sont coordonnés et interdépendants, et dont l’habitant est censé être le principal acteur. Suivre différentes activités doit lui apprendre à regarder la ville différemment. Cette transformation opérée, il serait capable d’être « actif », autrement dit de jouer, par exemple, le rôle de guide ou de journaliste du « patrimoine de proximité ». Or, cette conversion n’est probablement pas une procédure facile. Pour partager un « coup de cœur », un « amoureux » du patrimoine doit non seulement retrouver un élément intéressant et se munir éventuellement de références artistiques et historiques, mais également faire « un petit peu du journalisme », à savoir prendre une photo et rédiger un texte de commentaire. L’écart entre cette attente des organisateurs et l’investissement réel des participants a été progressivement pallié par une professionnalisation de l’équipe de rédaction de la revue. Réunissant au moment de notre enquête un architecte professionnel, une diplômée de l’École du Louvre et un historien, elle est devenue en quelque sorte un intermédiaire permettant le passage d’un « coup de cœur » ressenti devant un patrimoine dont on se sent proche au « coup de cœur » partagé par la publication dans Paris Villages. Pris en photo et assorti d’un commentaire de la rédaction, le « coup de cœur » pouvait avoir une dimension différente, à savoir atteindre des centaines de lecteurs.

23Cette double transformation ne laisse pas beaucoup de place à la dimension affective observée à l’étape de la découverte du « patrimoine de proximité » : au niveau formel, la rubrique est donc soumise à des exigences spécifiques de visibilité (une photo) et de lisibilité des qualités patrimoniales (les textes de commentaire mettent en avant des catégories et des valeurs communes plutôt que des attaches affectives personnelles) ; au niveau actionnel, le rôle principal est joué maintenant par une équipe professionnelle et non pas par des habitants, porteurs des liens de proximité.

24Il reste à explorer la dernière dimension de la recherche du « patrimoine de proximité » : la transformation du « coup de cœur » en « projet » susceptible d’être aidé par l’organisme qui est à la fois à l’origine et au fond de cette action, la Fondation du patrimoine.

« Mettre en avant ses “coups de cœur” pour les éléments du patrimoine de proximité »

25La Fondation du patrimoine est un organisme plutôt atypique dans le système de protection du patrimoine culturel en France. Sa création, en 1996, intervient dans un contexte où le nombre d’objets « classés » au titre des monuments historiques ou « inscrits » à l’Inventaire général a considérablement augmenté, et où les frontières de la notion de « patrimoine » n’ont cessé de s’élargir. Les publications alors consacrées aux « politiques patrimoniales » usent de métaphores pour qualifier ce phénomène de « tout patrimoine », d’« inflation », voire de « boulimie patrimoniale ». Le rapport parlementaire, déjà cité, constate « l’impossibilité pour l’État, et sur le fond et sur le plan financier, de prétendre assumer seul la gestion et la valorisation du patrimoine » (Hugot 1994 : 4). Il propose de s’inspirer de l’expérience britannique de gestion d’une partie considérable des objets patrimoniaux par un organisme privé indépendant, The National Trust. La Fondation du patrimoine, vue comme son équivalent français, était ainsi censée devenir « une structure nouvelle assurant les intérêts généraux du patrimoine français, prenant en compte l’ensemble du patrimoine de proximité, étant fédérateur des passionnés du patrimoine et destinée à développer le mécénat en faveur du patrimoine historique » (ibid. : 60). Comment ce programme ambitieux se réalise-t-il en pratique ? Notre enquête nous a permis de faire quelques observations sur l’articulation entre le repérage du « patrimoine de proximité » et les dispositifs proposés par la Fondation du patrimoine.

  • 14 Lettre de Paris Villages datée d’avril 2004.

26Les activités observées étaient toutes plus ou moins reliées à cet organisme privé reconnu d’utilité publique, dont la mission et les moyens d’action étaient régulièrement exposés lors des « cafés-patrimoine ». Au cours de ces rencontres, les participants étaient appelés à « signaler » des exemples de « patrimoine de proximité », surtout ceux nécessitant des travaux de restauration. Les organisateurs en notaient soigneusement l’adresse ou indiquaient leur emplacement sur un plan de la ville. De la même manière, la Fondation du patrimoine était très présente sur les pages de Paris Villages. La revue publiait ses annonces publicitaires et les informations sur les travaux de restauration menés avec sa participation. La possibilité d’intervention de la Fondation était également mentionnée dans les commentaires de la rédaction sur les cas de « patrimoine de proximité en danger » signalés dans le courrier des lecteurs. Enfin, en avril 2004, Paris Villages annonçait une série de rencontres avec « des associations parisiennes qui s’intéressent au “petit patrimoine” » pour leur permettre de « mettre en avant leurs “coups de cœur” susceptibles d’être aidés par la Fondation du patrimoine »14. Nous pouvions désormais observer le traitement des « coups de cœur » en projets dans le cadre des dispositifs de la Fondation du patrimoine.

27L’articulation entre les initiatives associatives évoquées au cours de ces réunions et les outils d’intervention proposés par la Fondation du patrimoine n’était pas toujours simple. Tout d’abord, en raison du très large spectre des sujets abordés pendant les réunions : les trottoirs construits « à l’envers » dans un arrondissement du centre de Paris provoquant la concentration d’eau de pluie près des murs des immeubles, la présence de crottes de chiens reprochée à la mairie en tant que « manque de respect envers les touristes », les tagueurs qui « montent aux toits » pour imposer à tous leurs « œuvres » souvent « peu esthétiques », les sans domicile fixe qui « se piquent », inspirant ainsi de l’inquiétude aux touristes et aux résidents… De telles préoccupations peuvent paraître très éloignées de la problématique patrimoniale. Mais nos observations rejoignent ici une intéressante étude de Joan Stavo-Debauge (2003) consacrée à la perception des « marginaux » au sein du Vieux-Lyon. Il note que la « grammaire du patrimoine » permet le « grandissement » de certains désagréments de la vie urbaine ressentis par des résidents. L’appropriation des objets patrimoniaux par des groupes particuliers et leur impact sur l’aspect esthétique du lieu peuvent ainsi être dénoncés comme des atteintes à « la qualité d’espace public ». Il était évident cependant que les problèmes soulevés dans ces réunions ne relevaient pas de la Fondation du patrimoine et le plus souvent les organisateurs suggéraient aux associations de contacter les services publics appropriés.

  • 15 Cette intervention est soumise à plusieurs conditions parmi lesquelles la propriété à titre privé, (...)

28De fait, l’idée même de « patrimoine de proximité » était constamment questionnée, lors de ces réunions, par les objets évoqués : « Peut-on considérer une devanture comme patrimoine de proximité ? » ; « Les écrits de Brassens sont-ils du patrimoine ? » ; « Nous avons un ébéniste dans notre quartier, mais l’artisanat fait-il partie du petit patrimoine ? ». La Fondation du patrimoine dispose de deux principales formes d’intervention en faveur du « patrimoine de proximité » : l’attribution d’un « label » fiscal ou l’organisation d’une souscription. La première mesure concerne certains immeubles privés pour la restauration desquels les travaux peuvent être en partie remboursés grâce à des déductions fiscales attribuées à leurs propriétaires après un avis favorable de l’architecte des Bâtiments de France15. Quant à la souscription, elle peut être lancée par l’intermédiaire de la Fondation du patrimoine pour soutenir un projet concernant le patrimoine public. La maîtrise d’ouvrage d’un tel projet doit dans ce cas-là être portée par une commune ou une association.

29Comment les initiatives associatives pouvaient-elles être traitées dans le cadre de ces dispositifs relativement restreints ? En voici un exemple qui, sans correspondre parfaitement au cadre d’action de la Fondation du patrimoine, nous permet d’observer comment une initiative portant sur un objet insolite du patrimoine parisien peut éventuellement se transformer en projet patrimonial. T. (membre d’une association locale) propose de réinstaller dans un jardin public parisien les chaises qui s’y trouvaient « historiquement » mais qui ont disparu « probablement à cause des vols ». L’idée amène les participants de la réunion à se plonger dans les souvenirs de leur jeunesse. Ils se rappellent les chaises d’un autre jardin public très fréquenté par les Parisiens. Elles étaient alors entretenues et nettoyées par des gardiens qui percevaient également les frais de location. M. se souvient de l’« astuce » de l’époque : les étudiants demandaient souvent le ticket à la personne qui partait afin de le présenter à la « gardienne » avec un « air indifférent ».

30Le recours à la mémoire personnelle des participants permet le début d’une « mise en commun » de la portée patrimoniale que T. tente d’attribuer à son idée. Mais il fallait surtout envisager celle-ci en tant que « projet » potentiel et l’évaluer par rapport aux dispositifs d’intervention de la Fondation du patrimoine. L’initiative visant à installer des chaises dans un jardin public ne correspondait pas aux conditions d’attribution d’un label fiscal : il ne s’agissait pas d’un bien privé. D’autre part, l’idée d’organiser une souscription n’apparaît pas non plus au cours de la conversation. En revanche, les participants s’emploient à proposer à T. plusieurs « solutions » : trouver une entreprise privée susceptible de l’aider au titre du mécénat, ou « au moins » publier un article historique, ou encore, faute de sources, attirer l’attention du public dans le courrier des lecteurs de la revue Paris Villages. Ces suggestions, si nous les prenons en sens inverse de leur apparition dans la conversation, montrent le possible « grandissement » de l’initiative dans le cadre de cette logique de « projet » : l’idée d’installer des chaises dans ce jardin public doit avant tout être partagée avec l’opinion publique, puis justifiée par le recours à des références historiques, pour pouvoir enfin être soutenue par une entreprise privée. Autant d’étapes pour la transformation d’un « coup de cœur » en projet patrimonial.

31Cette nouvelle opération ne laisse pas non plus de place aux attaches affectives observées lors de la découverte du « patrimoine de proximité ». Les principaux acteurs à cette étape ne sont pas de simples habitants proches de « leur » patrimoine, mais des membres d’associations « qui s’intéressent au petit patrimoine » et qui ont déjà certaines compétences dans la reconnaissance et la valorisation du patrimoine local. Leur manière d’aborder les problèmes et surtout de les qualifier en terme de patrimoine montre la facilité avec laquelle ils prennent de la distance par rapport à l’aspect familier des objets.

32Certes, le processus de repérage et de qualification d’éléments du « patrimoine de proximité » tel que nous l’avons observé au cours de notre enquête est une démarche particulière dans le domaine du patrimoine culturel en France. Elle se distingue sans doute d’autres initiatives associatives par l’importance attribuée à l’action participative et par son lien étroit avec la Fondation du patrimoine. Néanmoins, elle révèle quelques éléments pertinents permettant de comprendre comment le rapport entre l’émotion et l’action évolue dans le « grandissement » de l’action patrimoniale. La proximité avec le patrimoine est une composante importante de la première étape de l’engagement des acteurs locaux. La découverte qu’ils en font bénéficie des attaches affectives, voire émotionnelles, qui les lient à « leur » patrimoine. Toutes ces chapelles, églises, mairies d’arrondissement étaient présentées et visitées non seulement pour leurs qualités historiques ou esthétiques mais aussi, et parfois davantage, parce que les acteurs s’en sentaient proches et parce qu’ils en gardaient les souvenirs de leur enfance ou de leur jeunesse. Cependant, la présence de l’émotion diminuait au fur et à mesure de la « montée en généralité » de l’action (Boltanski & Thévenot 1991). Le partage des « coups de cœur » sur les pages de Paris Villages passait par un effort de rédaction et de classement opéré par la revue en fonction, non plus de l’émotion qu’ils avaient suscitée, mais de catégories de valeurs communes (historiques, esthétiques) associées à la grandeur du patrimoine. Enfin, la troisième étape de la reconnaissance du « patrimoine de proximité », les réunions avec les associations locales, visait à transformer leurs « coups de cœur » en projets susceptibles d’être aidés par la Fondation du patrimoine ce qui supposait de les évaluer en termes propres à « la grandeur industrielle » (Boltanski & Thevenot 1991) tels la « faisabilité », l’« efficacité », la recherche des « solutions », et non propres à la dimension émotionnelle. La qualification d’un bien proche, familier, en bien commun désigné comme « patrimoine de proximité » par ses « amateurs » passe donc, là aussi, par la mise à distance de l’émotion.

Bibliographie

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Boltanski Luc & Laurent Thévenot, 1991
De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard.

Bromberger Christian (dir.), 1998
Passions ordinaires. Du match de football au concours de dictée, Paris, Bayard.

Dumouchel Paul, 1995
Émotions. Essai sur le corps et le social, Le Plessis-Robinson, Synthélabo, coll. « Les empêcheurs de penser en rond ».

Fabiani Jean-Louis, 2005
Beautés du Sud. La Provence à l’épreuve des jugements de goût, Paris, L’Harmattan, coll. Anthropologie du monde occidental ».

Glevarec Herve & Guy Saez, 2002
Le patrimoine saisi par les associations, Paris, La Documentation française.

Heinich Nathalie, 2009
La Fabrique du patrimoine : « De la cathédrale à la petite cuillère », Paris, ministère de la Culture et de la Communication/Éditions de la Maison des sciences de l’homme, coll. « Ethnologie de la France ».

Hugot Jean-Paul, 1994 »
Condition de création d’une Fondation du patrimoine français », rapport remis au ministère de la Culture et de la Francophonie.

Le Goff Jacques (dir.), 1998
Patrimoine et Passions identitaires, actes des « Entretiens du patrimoine » (Paris, 6-8 janvier 1997), Paris, Fayard/Éditions du Patrimoine, coll. « Actes des Entretiens du patrimoine ».

Livet Pierre, 2002
Émotions et Rationalité morale, Paris, puf.

Pecqueux Anthony, 2006
« Catalogue d’émotions patrimoniales. Le cas du château de Lunéville, de l’incendie à sa reconstruction » in Noël Barbe & Jean-Louis Tornatore (dir.), « Les formats d’une cause patrimoniale : émotions et actions autour du château de Lunéville », rapport final à la Mission à l’ethnologie, ministère de la Culture et de la Communication, pp. 65-102.

Poulot Dominique, 1997
Musée, nation, patrimoine. 1789-1815, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des histoires ».

Poulot Dominique (dir.), 2006 »
Défendre le patrimoine, cultiver l’émotion », Culture et Musées, n° 8, « Défendre le patrimoine, cultiver l’émotion », pp. 13-25.

Rautenberg Michel, Micoud Andre, Berard Laurence & Philippe Marchenay, 2000 »
Patrimoine rural et campagne : acteurs et questions d’échelles », in (dir.), Campagne de tous nos désirs. Patrimoines et nouveaux usages sociaux, Paris, ministère de la Culture et de la Communication/Éditions de la Maison des sciences de l’homme, coll. « Ethnologie de la France », série « Cahiers », pp. 1-10.

Stavo-Debauge Joan, 2003 »
L’indifférence du passant qui se meut, les ancrages du résident qui s’émeut », in Daniel Céfaï & Dominique Pasquier (dir.), Les Sens du public. Publics politiques, publics médiatiques, Paris, puf, pp. 347-371.

Thévenot Laurent, 1995 »
Émotions et évaluations dans les coordinations publiques » in Patricia Paperman & Ruwen Ogien (dir.), La Couleur des pensées. Sentiments, émotions, intentions, Paris, Éditions de l’ehess, coll. « Raisons pratiques », pp. 145-174.

Thévenot Laurent, 2006
L’Action au pluriel. Sociologie des régimes d’engagement, Paris, La Découverte, coll. « Textes à l’appui », série « Politique et sociétés ».

Notes

1 Les premiers résultats de cette enquête ont été explorés dans « Le “patrimoine de proximité” à travers les représentations et usages sociaux », sous la direction de Jean-Louis Fabiani, mémoire présenté en vue de l’obtention d’un diplôme d’études appro­fondies (dea) de l’ehess, Paris, 2004. Nous avons également réfléchi sur la notion de « proximité » dans les activités de Paris Villages dans le rapport « À la recherche du patrimoine de proximité », rédigé à l’attention de la Mission à l’ethnologie du ministère de la Culture et de la Communication (Paris, 2007).

2 Entretien avec M. réalisé le 18 février 2004. Ici et par la suite, le texte en italique correspond aux citations des entretiens et aux remarques des acteurs notées au cours de l’enquête de terrain.

3 Selon M. (directeur de la publication à l’époque), le titre de la revue devait faire référence à Paris aux cent villages, une revue publiée dans les années 1970-1980 qu’il avait lue et qu’il voulait « remettre en route ». Paris Villages a cessé de paraître en 2008.

4 Entretien enregistré le 17 décembre 2003.

5 Des souvenirs affectifs liés notamment aux cérémonies de mariage peuvent constituer un élément important de la réaction émotionnelle face à la destruction d’un objet patrimonial. Voir par exemple, la contribution d’Anthony Pecqueux à une analyse pluri-disciplinaire de l’« émotion patrimoniale » provoquée par l’incendie du château de Lunéville en 2003 (2006) et à son texte (avec Jean-Louis Tornatore) dans ce volume.

6 Discours du guide noté au cours de la visite, le 14 février 2004.

7 Entretien avec M. du 18 février 2004.

8 Termes recueillis au cours de différentes promenades guidées par B.

9 Paris Villages, n° 4, p. 12.

10 Entretien avec M., 18 février 2004.

11 Paris Villages, n° 3, p. 11.

12 « Crèche », Paris Villages, n° 3, p. 25.

13 Entretien avec M., 18 février 2004.

14 Lettre de Paris Villages datée d’avril 2004.

15 Cette intervention est soumise à plusieurs conditions parmi lesquelles la propriété à titre privé, la visibilité de l’immeuble de la voie publique, le fait que le propriétaire doit être assujetti à l’impôt sur le revenu, etc.

Auteur

Ancienne doctorante en sociologie à l’École des hautes études en sciences sociales.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search