Version classiqueVersion mobile

Émotions patrimoniales

 | 
Daniel Fabre

I. Entre nation et patrimoine : les jeux de l’émotion

Le tombeau de Champlain

Émotion nationale et savoirs patrimoniaux

Sylvie Sagnes

Texte intégral

Au pensionnat, on nous avait raconté la fondation de Québec par Samuel de Champlain, en précisant qu’on n’avait jamais trouvé son tombeau. J’avais proposé à mon ami Le Prince que nous partions à la recherche de cette sépulture avec des cuillères à soupe pour fouiller les fonds de la cour de la rue Buade dans l’espoir bien sûr d’en tirer une gloire toute juvénile. « T’es marteau, Labrecque ! », m’avait-il répondu. « Quel intérêt pour nous de traquer les restes d’un marchand du xviie ? » J’ai trouvé qu’il le prenait de haut. J’étais déjà documentariste, mais lui ne le savait pas. Et je reste intrigué encore aujourd’hui par le fait que personne n’ait réussi depuis à déterrer ce fameux tombeau, comme si Champlain restait un personnage mythique que notre imagination seule aurait inventé.

1Ces commentaires, saisis au détour d’une image d’Infiniment Québec (Labrecque 2008), film réalisé à l’occasion du 400e anniversaire de la fondation de Québec, donnent le ton de l’émotion dont il est ici question : une émotion entre exaltation et frustration, fierté et incompréhension, mythe et mystère. Cette émotion qui hante encore et toujours le cœur d’un Jean-Claude Labrecque étreint tout Québec et traverse, au-delà des jeunes années du cinéaste aujourd’hui septuagénaire, tout le xxe siècle et une bonne partie du xxie siècle.

La valse des hypothèses

2Chronique, ou plutôt récurrente, l’émotion ressurgit au fil des décennies. L’affaire du tombeau de Champlain commence en 1866 avec la publication de Découverte du tombeau de Champlain. Les auteurs de cet opuscule, les abbés Charles-Honoré Laverdière et Henri-Raymond Casgrain, tirent parti de la découverte, lors de travaux d’excavation au pied de l’escalier Casse-Cou, d’une voûte contenant des ossements. Leur démonstration accuse un certain retard sur la mise au jour, en 1854, de ces éléments, en tout cas suffisamment pour que les deux abbés ne puissent remettre la main sur les restes humains retrouvés. L’exploitation et l’interprétation de trouvailles en leur temps passées inaperçues témoignent d’un intérêt soudain pour la localisation et l’identification des restes de Champlain que l’on s’explique aisément ramené à son contexte. Plus d’un siècle après la Conquête, à quelques mois de la Confédération (1867), les travaux des deux curés prennent place dans le temps ouvert par l’Union Act qui, en 1840, consacre la fusion du Bas et du Haut-Canada, c’est-à-dire du Québec et de l’Ontario. Dans ce Canada-Uni, la domination anglaise est d’autant plus mal ressentie que les Canadiens français voient leur supériorité numérique décliner. Aiguisé, le sentiment « national » des Canadiens français favorise le développement d’une histoire « nationale » et la fabrique de héros « nationaux ». Michel Bidaud, Jean-Baptiste-Antoine Ferland, Benjamin Sulte, Charles-Honoré Laverdière et Narcisse-Eutrope Dionne participent de cette émulation historienne, que surplombent François-Xavier Garneau et les volumes de son Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu’à nos jours, parus de 1845 à 1852.

3La prétendue découverte ouvre sur la querelle dite « des antiquaires ». Épousant le tournant du siècle, la controverse porte tantôt sur la paternité des découvertes, tantôt sur la validité des conclusions avancées. Scandée par les publications de plaquettes (Drapeau 1867, 1880 ; Dionne 1880 ; Casgrain 1909), relayée par la presse (Le Journal de Québec, Le Canadien, L’Opinion publique, L’Abeille…), parfois récupérée par les partis politiques, la polémique est régénérée à chaque mise au jour de nouveaux indices archéologiques, à chaque découverte de nouveaux documents. De la ville basse à la ville haute, cette énergie se déploie dans un climat politique toujours plus porté à la commémoration du passé et à la célébration de l’identité canadienne-française. Samuel de Champlain, considéré comme le « fondateur de l’état civil », occupe alors une place de choix dans le panthéon québécois, à côté de Monseigneur Laval, perçu quant à lui comme le « fondateur de l’état religieux » au Québec. Comparativement, l’entretien de la mémoire du premier évêque de la Nouvelle-France va davantage de soi. Les restes de Laval, retrouvés en 1877, fournissent le prétexte à toute une série de célébrations et d’initiatives (exposition des ossements, organisation de nouvelles funérailles, lancement d’une campagne en faveur de sa canonisation) (Rudin 2002). Les restes de Champlain restant introuvables, son culte doit emprunter d’autres voies. La statuaire en est une : à Québec, un monument lui est consacré, inauguré en grande pompe en 1898. Dix ans plus tard, le tricentenaire de la fondation de la ville en 1608, qui coïncide avec le bicentenaire de la mort de Laval, est l’occasion d’une nouvelle surenchère commémorative (Nelles 2003 ; Rudin 2005).

  • 1 Cette société, créée en 1949, est tout spécialement vouée à l’exaltation et à la glorification du (...)

4C’est dans l’élan du 350e anniversaire de Québec, autour des années 1950, que l’affaire du tombeau de Champlain rebondit. Signalons, au tout début des années 1940, l’initiative isolée de Claude-Vernon Johnson, qui use de radiesthésie, ou « télévision métaphysique », pour mettre la main sur Champlain. Plus sérieusement mais tout aussi inefficacement, Honorius Provost (1951) se lance dans une quête qui tend à être de moins en moins personnelle. Tandis que Paul Bouchard d’Orval (1951) publie sous l’égide de la Société nationale Samuel de Champlain1, Silvio Dumas fouille et publie avec l’appui de la Société historique de Québec (1958). L’heure n’est plus vraiment à la « chicane », mais aux résultats. Étant bien entendu qu’on ne trouve que ce que l’on cherche, les fouilles entreprises aboutissent à la découverte de ce qu’on pense être Notre-Dame-de-Recouvrance et la chapelle Champlain. Deux plaques, apposées sur les murs de la rue Buade, se chargent d’en faire une certitude :

En 1952, la Société historique de Québec a retrouvé les fondations de Notre-Dame-de-Recouvrance, première église paroissiale du Canada. Ici s’élevait la chapelle construite en 1636 pour recevoir les restes de Champlain. En 1953, la Société historique de Québec en a retrouvé les fondations.

5Ces conclusions doivent néanmoins composer avec l’absence criante de toute trace d’inhumation. Dumas avance alors l’hypothèse, déjà émise à la fin du xixe siècle, d’une possible translation de la dépouille dont la mention aurait été perdue. Il situe Champlain de l’autre côté de la rue Buade, dans la crypte de la cathédrale-basilique Notre-Dame, qui renferme par ailleurs quelque neuf cents sépultures. Et comme pour se convaincre tout à fait qu’ils n’ont pas vraiment perdu Champlain, à défaut de l’avoir retrouvé, les Québécois apposent une nouvelle plaque dans la partie de la crypte ouverte à la visite, inaugurée aux lendemains du 350e anniversaire, en 1959 :

Ci-gît Samuel de Champlain né à Brouage en Saintonge en 1567. Décédé à Québec le 25 décembre 1635. Fondateur de Québec (1608). Commandant en la Nouvelle-France de 1612 à 1635. Père et fondateur du Canada. […] Dès 1636 Montmagny fit construire sur le tombeau de Champlain au chevet de l’église Notre-Dame-de-Recouvrance, un édicule que l’on nomma la chapelle Champlain et dans lequel furent également inhumés François Derré de Gand (1641) et le père Charles Raymault s. j. (1642). Quand cette chapelle fut démolie, entre 1670 et 1682, il y a tout lieu de croire que ces restes mortels furent placés dans la crypte de la cathédrale et ils doivent reposer aujourd’hui dans cet ossuaire.

Plaque commémorative apposée rue Buade, à Québec, par la Commission des monuments et sites (photo S. Sagnes).

6L’affaire n’est pas close pour autant. Une nouvelle génération d’archéologues entre en scène dans les années 1970 et relance le débat, suite à la découverte, dans les archives de la Société historique de Montréal, d’une copie, par l’arpenteur Morin au xixe siècle, d’une carte de Jean Bourdon. En 1977, Michel Gaumond et Jacques Langlois proposent une nouvelle hypothèse (Gaumond & Langlois 1981) dont la teneur importe moins que le nom de Michel Gaumond qui lui est associé. Celui-ci est souvent présenté comme le « père de l’archéologie au Québec ». Et pour cause. Formé à l’université Laval, cofondateur de la Société d’archéologie de Québec en 1959, Michel Gaumond est aussi et surtout nommé en 1961 directeur technique du service d’Archéologie tout nouvellement créé au sein du ministère des Affaires culturelles du Québec (MAC), créé quant à lui trois mois auparavant. À ce titre, il est incontestablement l’un des principaux acteurs de l’institutionnalisation et de la professionnalisation de l’archéologie au Québec. On lui doit, entre autres, la législation réglementant la pratique archéologique, la conservation des vestiges et la protection des sites au Québec. « Père », Michel Gaumond n’en est pas moins « fils », et les pages qu’il consacre au tombeau de Champlain s’inscrivent dans quelque chose d’une tradition archéologique québécoise, toute tendue d’obsessions. La quête du tombeau de Champlain, suivie de près par la localisation du fort Cartier-Roberval, figure en tête de ces marottes de l’archéologie québécoise.

  • 2 L’équivalent canadien du français edf.

7René Lévesque (1925-2007), plus habité encore par ces obsessions, fait paraître une treizième hypothèse en 1978 dans Forces, une revue publiée à grands frais par Hydro-Québec2. Parfait homonyme du fondateur du Parti québécois, ce Lévesque est lui aussi reconnu « père », non de la Révolution tranquille, mais, comme Gaumond, de l’archéologie québécoise. Il se passionne très tôt pour l’archéologie et pour Champlain, deux termes chez lui indissociables. C’est à l’âge de douze ans qu’il dit être « tombé en amour » de l’une et de l’autre :

  • 3 Extrait des pages ronéotypées d’une autobiographie inédite communiquées par Michel Gaumond.

Lors d’un rassemblement de plusieurs centaines d’étudiants devant le monument Champlain, j’assiste à une conférence enflammée d’un brillant orateur faisant l’éloge et l’histoire de notre fondateur. À la fin de sa prestation, mentionnant que notre fondateur était décédé la nuit de Noël 1635, il étend les bras vers le carré de maisons limité par les rues Buade, du Trésor, Sainte-Anne et du Fort, où il laisse entendre qu’il pourrait être enterré. Fort impressionné par son excellent exposé, dès le lendemain, je m’introduis sous la terrasse, où, sous son monument, je suis saisi par les ruines des forts et châteaux qui s’y sont succédés [sic]. Le jour suivant, j’entre visiter la citadelle où je tremble d’émotion devant ces couloirs et imagine les personnages historiques sortant du passé. C’est à ce moment que je commence à lire divers volumes traitant d’archéologie classique3.

8En 1978, Lévesque est donc un archéologue patriote de longue date, mais dont la formation s’ancre dans d’autres disciplines que l’archéologie, à savoir la géographie, la philosophie et la théologie. Sa cure puis, à son retour à la vie civile, le poste qu’il occupe au ministère des Loisirs, de la Chasse et de la Pêche lui donnent la possibilité de fouiller sur tout le territoire du Québec et d’éveiller ici et là des vocations d’archéologues.

Cacophonies

9La quête du tombeau de Champlain prend un autre tour en 1988. Au-delà de la simple controverse savante, prend forme cette année-là une « émotion patrimoniale », en tout cas un phénomène suffisamment inattendu et étrange aux yeux des archéologues pour que ces derniers le désignent à la curiosité de l’ethnologue. Secondé par son émule Charles Beaudry, René Lévesque revient à la charge, tenant d’une nouvelle hypothèse inspirée d’un certain Thomas O’Leary qui, en 1884 dans le Quebec Daily Telegraph, s’efforçait de démontrer que Champlain ne pouvait reposer ailleurs qu’au-dessous de la cathédrale-basilique, au niveau de la chapelle Saint-Joseph. Lévesque et Beaudry entreprennent des fouilles secrètes, et, le 24 juin, trouvent effectivement un cercueil. Associé aux fouilles depuis le 21 mai, Louis-Guy Lemieux, journaliste au Soleil, fait paraître ses premiers articles sur le sujet le 2 juillet. Le moment est bien choisi. Comme tous les ans à pareille époque, les médias doivent tant bien que mal pallier une actualité creuse et tout mettre en œuvre pour limiter la baisse des ventes. C’est donc bien volontiers que les journaux en quête de sensationnel accueillent et répercutent l’information. En cette veille du 3 juillet, et donc des célébrations du 380e anniversaire de Québec, la nouvelle ne peut mieux tomber. Michel Gaumond ne tarde pas à réagir en soulignant le caractère illégal de la fouille. La presse rend compte de ses doutes, non seulement quant à la pertinence de l’hypothèse défendue par Lévesque, mais aussi quant à sa légitimité de chercheur. Le bras de fer s’engage donc d’emblée entre les archéologues patentés et René Lévesque soutenu par la presse.

  • 4 Le Soleil, 7 juillet 1988. Pour la présente étude, nous avons dépouillé les parutions de juillet (...)
  • 5 Extrait du communiqué de presse.

10Le MAC, bien embarrassé par la médiatisation de l’affaire, ne laisse cependant pas traîner les choses. Voulant éviter le « cirque », la « foire », et « devant l’intérêt que suscite dans l’opinion la découverte de l’archéologue de Québec4 », la ministre Lise Bacon accorde à Lévesque un permis de fouilles, dès le 6 juillet, dans un délai exceptionnellement court, passant outre l’avis défavorable de la Commission des biens culturels. Néanmoins, afin de superviser Lévesque et Beaudry, un comité d’experts est nommé, composé d’une archéologue appelée de Montréal, d’un représentant du Centre de conservation de Québec et d’un anthropologue-ostéologue. L’analyse du cercueil (non de son contenu) est prévue le 13 juillet dans le sous-sol de la basilique. Déjà, Radio-Canada se tient prête au cas où le ministère en autoriserait l’ouverture. Mais les médias doivent remballer micros et caméras. Au vu des éléments archéologiques à sa disposition (mobilier, inscription), le comité d’experts conclut qu’« il ne s’agit pas du tombeau de Samuel de Champlain5 » mais celui d’un père jésuite mort en 1879, et s’oppose fermement à l’ouverture de la sépulture :

  • 6 Les citations sans référence renvoient à des extraits d’entretiens réalisés dans le cadre d’une e (...)

Moi la dernière chose que je voulais faire, se souvient l’archéologue appelée de Montréal, c’était d’ouvrir ce tombeau, parce que j’étais convaincue que ce n’était pas Champlain. Moi je n’aimerais pas que le hasard ait voulu que ce soit ma tombe qui soit là et puis que là, tout d’un coup, il y ait un quidam qui dit : « On va ouvrir Mme Barriault, là ! » Tu sais, il y a une espèce de dimension de respect là, que, avec lequel moi je n’étais pas capable, je ne pouvais pas composer avec l’irrespect qu’on pourrait avoir par rapport à cette personne, là6.

11L’émotion est à son comble : des télex affluent du Québec, du Canada, de France aussi, au ministère où l’on se résout à organiser une conférence de presse. D’une durée exceptionnellement longue (deux heures et demie), « dans un climat d’hystérie à peu près totale » ce rendez-vous avec la presse, au lendemain de l’expertise, tient de l’épreuve pour les représentants du ministère, acculés à jouer les « méchants » face à une centaine de journalistes rangés derrière Lévesque et convaincus de la nécessité de l’ouverture. Quoi qu’il en soit, pour le ministère l’affaire est close. Il en va presque de même pour les journaux provinciaux tels La Presse ou Le Devoir dans les pages desquels l’affaire Champlain fait rapidement place à d’autres actualités. Nonobstant, Le Soleil entretient l’émotion et en poursuit la chronique, jusqu’à la mi-octobre, relayé par les émissions radiophoniques d’André Arthur, le morning man du moment, aussi controversé que démagogue. En cette mi-juillet, l’émotion se fait déception et frustration, comme en témoigne le courrier des lecteurs du Soleil :

Je suis complètement ahuri de la décision du ministère des Affaires culturelles de ne pas procéder à l’ouverture du tombeau découvert sous la chapelle Saint-Joseph de la basilique de Québec. En tant que docteur ès sciences, je trouve nullement objective l’approche de Monique Barriault : qu’il n’y aurait pas plus de certitude sur l’identité de la personne que ce que révèle déjà l’examen de l’intérieur du cercueil. Je tiens à vous [l’auteur de la lettre s’adresse au directeur du Patrimoine] signaler que dans l’histoire des sciences, si les chercheurs s’étaient contentés du contenant plutôt que du contenu, Léonard de Vinci n’aurait jamais présenté des planches de l’anatomie humaine, Pasteur n’aurait jamais découvert le vaccin, Rutherford, l’intérieur de l’atome, Bohr, la mécanique quantique, etc. […] Alors, soyons objectifs et intéressons-nous au contenu plutôt qu’au contenant : cela a toujours été profitable pour la collectivité. (Le Soleil, 20 juillet 1988.)

12De leur côté, les fouilleurs partagent cette déception, mais manifestent d’autant moins d’amertume qu’ils finissent par ouvrir secrètement la tombe. Sans se laisser décourager, avec le soutien de la Société historique de Québec, ils demandent l’autorisation de poursuivre la fouille dans les zones encore inexplorées du sous-sol de la chapelle Saint-Joseph. Le permis de fouilles est accordé à Charles Beaudry le 2 août, sous conditions. Le chantier ne reprend cependant que le 12 septembre, et avec lui le dialogue engagé avec l’opinion publique. Il se clôt un mois plus tard sur un échec, non sans quelques ultimes passes d’armes. Radio-Canada n’ayant pas attendu la conférence de presse du 12 octobre pour annoncer cette déconfiture, le camp Lévesque impute la fuite à Michel Gaumond ; il est aussi question de poursuivre en diffamation Jocelyne Séguin et l’Association des archéologues du Québec (AAQ).

  • 7 LeSoleil, 26 juillet 1988.
  • 8 LeSoleil, 2 août 1988.

13Arrêtons-nous sur ces trois mois et demi d’une émotion avortée, en fin de compte sans objet. L’épisode n’est pas simplement réductible à un « carnaval », à une « monumentale farce7 » que l’on ferait mieux d’oublier. On ne saurait davantage ramener la mobilisation de la population à une perverse instrumentalisation aux fins de servir un « désir de gloire personnelle » ou d’infantiles rêves de « chasse au trésor8 ». De même, on se méprendrait à inscrire la polémique qui enfle au fil des semaines dans la lignée des « querelles » qui émaillent l’histoire de la quête du tombeau de Champlain. Le débat, auquel l’opinion est appelée à prendre part, est d’une autre nature.

  • 9 LeSoleil, 7 juillet 1988.
  • 10 LeSoleil, 20 juillet 1988.
  • 11 LeSoleil, 7 juillet 1988.
  • 12 LeSoleil, 1er août 1988.
  • 13 LeSoleil, 20 juillet 1988.

14Dans le camp de René Lévesque, la rhétorique déployée est clairement celle de la lutte du pot de terre contre le pot de fer. De manière assez manichéenne, on oppose les amateurs « sagaces » et « passionnés9 » ainsi que leur « audace » et leur « large contribution au savoir humain10 » aux « spécialistes », « diplômés d’universités obsédés par la rigueur scientifique11 », « archéologues antichampliniens », seulement capables de « nous méduser avec [leurs] savoirs professionnels et [leurs] connaissances diplômées12 ». En position de victimes, les premiers subissent le « mépris », l’« ostracisme » et le « boycott13 » des seconds, accusés de rétention :

  • 14 Courrier d’un lecteur « prochamplinien », LeSoleil, 1er août 1988.

Nous commencions à peine à comprendre vos activités, et voilà que nous comprenons par vos remarques actuelles au sujet du tombeau de Champlain que l’archéologie n’est exercée que pour vous-mêmes14.

  • 15 LeSoleil, 16 juillet 1988.
  • 16 LeDevoir, 16 juillet 1988.
  • 17 Le Soleil, 16 juillet 1988.
  • 18 Le Soleil, 26 juillet 1988.
  • 19 Le Soleil, 21 juillet 1988.
  • 20 Le Soleil, 27 juillet 1988.

15Face à ces funestes « chercheurs isolés dans leur laboratoire15 », à ces « blasés enfermés dans leur tour d’ivoire » qui oublient qu’« hypothèses, thèses et théories […] se font sur le terrain, pas dans les officines ministérielles où les experts accrochent leurs diplômes16 », les amateurs se distinguent encore par leur souci d’« intéresser le public17 ». Se gargarisant de « transparence18 » et de « démocratisation19 », le camp Lévesque ne manque pas d’arguments pour flatter l’opinion, notamment celui de la création d’une Fondation québécoise d’archéologie pour « réaliser au Québec cet engouement populaire pour l’archéologie20 ».

  • 21 « Depuis quarante ans, le “père de l’archéologie québécoise”, qui n’a guère de père que l’âge, ne (...)
  • 22 Le Soleil, 5 août 1988.

16Du côté des professionnels et des institutions de l’archéologie, on enregistre une critique en bonne et due forme de l’amateurisme et de ses travers : pillage, voyeurisme, sensationnalisme, nécrophagie. Plus directement, la légitimité de Lévesque est mise en cause, et avec elle sa manie de fouiller sans autorisation, son manque de méthode21 et l’inexistence de ses rapports de fouilles. Mais les archéologues de métier ne font pas que dire ce que l’archéologie n’est pas. L’été 1988 leur donne aussi l’occasion d’une manière de coming out, et d’affirmer ce que leur discipline est devenue, non seulement en ce qui concerne ses protocoles, ses règles et ses exigences, mais aussi du point de vue de ses questionnements et de ses objets. Pour cette archéologie moderne, au diapason de l’archéologie occidentale, « l’histoire des héros, des guerres et des PÈRES fondateurs, comme l’a écrite en 1744 le jésuite Charlevoix (et tant d’autres après lui) n’est […] pas la seule. […] La vie quotidienne, les mentalités, la vie affective, les autochtones font aussi partie intégrante de l’histoire22 ».

  • 23 Le Soleil, 13 juillet 1988.

17Dans cette perspective, le bien-fondé de la quête du tombeau de Champlain perd en évidence : « La véritable question qu’il [Lévesque] aurait dû se poser c’est celle de la valeur archéologique de cette fouille. Que saurons-nous de plus sur Champlain et les débuts de la colonie ? », s’interroge l’archéologue Pierre Nadon23, tandis que les trois experts du MAC concluent :

Quant au tombeau de Champlain, sa découverte, malgré l’importance du personnage, n’a d’intérêt que dans la mesure où cette recherche s’inscrit dans une problématique beaucoup plus large et qui découle de l’archéologie urbaine telle que pratiquée à Québec par le ministère des Affaires culturelles et la Ville. (Barriault, Bergeron & Gagné 1988  : 20.)

18L’analyse de cette émotion ne saurait donc s’épuiser dans l’idée d’un banal antagonisme entre catégories d’acteurs, pris dans un conflit d’intérêt. On a plus fondamentalement affaire à une crise d’identité de l’archéologie québécoise, à la collusion de deux âges de la discipline. Le Québec n’est certes pas le premier théâtre de cette concomitance problématique. Sa traduction en termes et à l’échelle d’une émotion patrimoniale est peut-être plus exceptionnelle. Le rapport de forces qui s’engage s’avère en fait plus égal que ne le laissent entendre les amateurs brimés. Car la nouvelle archéologie n’est pas si bien assise qu’on pourrait le croire. En 1988, elle est encore peu représentée numériquement, et son institutionnalisation et sa professionnalisation sont le fait d’une histoire toute récente, encore balbutiante : les cursus universitaires se mettent tout juste en place, et la loi sur les biens culturels n’a que seize ans d’âge. Les archéologues sont non seulement confrontés aux résistances inhérentes à l’application de nouvelles dispositions, mais également à la difficulté que représente une loi qui « n’a pas de dents ». Ne définissant pas précisément le rôle des uns et des autres, elle laisse en effet les interventions s’organiser au cas par cas.

  • 24 Dans la foulée de l’affaire de 1988, Lévesque crée un mouvement dont l’ambition principale est le (...)

19S’ajoute à ces facteurs de fragilité le fait que la communication avec le grand public n’est pas des plus évidentes, pas plus que ne va de soi, pour celui-ci, le patrimoine mis au jour. Les traces ressuscitées du passé sont de « petites » traces, dépourvues de monumentalité et dénuées de l’éclat de la grande Histoire. Les artefacts amérindiens, aussi bien que les vestiges de la période historique, ne témoignent jamais que d’un passé laborieux, domestique, religieux, de vies nombreuses et anonymes. Cette « archéologie de poussière », comme le dit joliment Charles Beaudry va de pair, en archéologie historique, avec une carence avérée en termes d’ancienneté. La restitution au public nécessite ici un travail de patrimonialisation et de spectacularisation de la découverte archéologique, une somme d’efforts moins à l’ordre du jour en 1988 que d’autres nécessités, comme la conduite des chantiers de fouilles ou la sauvegarde des sites. Depuis, le souci de vulgarisation, indexé sur le besoin de justification sociale, est passé au centre des préoccupations, comme l’indiquent, entre autres indices, l’attention portée à l’archéomuséologie (Desrosiers 2005) et l’organisation annuelle, en août, du Mois de l’archéologie. L’affaire Champlain-Lévesque n’est sans doute pas étrangère à cette évolution de l’ordre des priorités. Pour achever de brosser le tableau circonstancié de cette nouvelle archéologie, notons encore qu’elle jouit d’une indépendance très relative. En amont de l’intervention archéologique, la décision de fouiller relève, au Québec comme en France, d’instances diverses (privées, municipales, régionales, gouvernementales, paragouvernementales), mais se complique au Québec de la juxtaposition des niveaux provincial et fédéral. Pris dans des stratégies parallèles et concurrentes d’affirmation nationale, le patrimoine ressuscité par Québec et Ottawa n’est appelé à témoigner ni du même passé, ni de la même identité. Le phénomène est loin d’être nouveau. Perdurant depuis le xixe siècle, il prend dans la ville de Québec un tour quasi caricatural. Ici, la présence de l’Agence Parcs Canada (APC) est d’autant plus forte qu’est affirmé le québécocentrisme des interventions archéologiques. Dans pareil contexte de surenchère, la conduite d’une archéologie froide et objective détonne. À l’inverse, l’aventure archéologique de René Lévesque s’inscrit pleinement dans la veine de cette archéologie impliquée, asservie au propos souverainiste, lui-même revisité à la lumière de la « francité24 ». De ce point de vue, l’émotion fomentée avait toutes les chances de prendre.

Écho et sourdine

20Si la crise d’identité de l’archéologie québécoise éclate en émotion, elle s’y résout aussi, du moins en partie. Deux caricatures, réalisées à trois mois d’intervalle, témoignent en effet du basculement de l’opinion prise à partie. Le ridicule a changé de camp. Cependant, la légitimité de Lévesque et de sa quête obstinée est encore suffisamment établie pour acculer le MAC à une troisième reculade. Il renonce à poursuivre, comme le lui a recommandé par deux fois la Commission des biens culturels, les deux archéologues coupables, du fait de leurs fouilles secrètes, d’une flagrante infraction à la loi sur les biens culturels. De son côté, la justice, et plus exactement le Conseil de presse, ne donne pas de réelle suite à la plainte déposée par l’AAQ dès la fin juillet contre Le Soleil pour avoir donné « une information biaisée et subjective », sans chercher à corriger son « manque de connaissances sur la réglementation en matière d’archéologie », et manifesté une « attitude méprisante à l’endroit des scientifiques25 ». Comme arbitré par l’opinion, le rapport de forces s’équilibre, mais l’émotion, pour un temps émoussée, continue à affleurer.

21Ainsi, Lévesque récidive-t-il, héraut d’une énième hypothèse, celle de Georges Gauthier-Larouche. Jusque-là discrète, la mairie de Québec intervient, afin d’anticiper et de prévenir tout nouveau dérapage. Au printemps 1989, elle annonce son intention d’engager des archéologues pour une « étude de potentiel ». Persuadés de tenir là un nouvel allié et la promesse de prochaines fouilles, les champliniens se réjouissent avant de déchanter. Dans leur rapport, les archéologues missionnés passent en revue, une à une, toutes les hypothèses émises depuis 1866 pour en montrer les faiblesses, les insuffisances et les failles. La conclusion est sans appel : la quête est non seulement impossible, mais elle est aussi inutile (Niellon, Nadon & Faubert 1990). Au nom du comité Champlain, mais aussi de la Société Saint-Jean-Baptiste, René Robitaille monte à son tour au créneau, en janvier 1991, et se heurte à une nouvelle fin de non-recevoir, appuyée par un nouveau rapport, celui de l’archéologue municipal. William Moss (1991) défend l’idée selon laquelle Champlain aurait déjà été trouvé, en 1843, à l’occasion de la démolition du premier mur d’enceinte.

Caricature de Gaboury, parue dans Le Soleil, 15 juillet 1988.

22C’est ainsi qu’il pense devoir interpréter les lignes concernant la découverte d’un sépulcre enfermant quelques sépultures, parues dans le Quebec Mercury de 1843. Sur la base d’une argumentation différente, l’archéologue de la Ville accorde ses violons, quant à l’inanité de tout projet archéologique, avec ceux du rapport rédigé par Françoise Niellon, Pierre Nadon et Denis Faubert.

23La Ville n’en décide pas moins d’entreprendre des fouilles préventives, confiées à Daniel Simoneau, avant la construction de la chapelle commémorative de Laval, rue Buade, là où, précisément, Robitaille situe les restes de Champlain. L’intention sous-jacente est de mettre un point final à l’affaire Champlain. Mais ces fouilles, comme le rapport Moss un an plus tôt, loin d’éteindre l’ardeur des « champliniens » du moment, l’alimentent de nouvelles données et inspirent de nouvelles hypothèses. Quoi qu’il en soit des effets involontairement pervers des initiatives municipales, reste que la municipalité, à l’instar du ministère en 1988, ne se situe pas toujours clairement. En 1998, Lévesque n’obtient-il pas une subvention de 5 000 $ pour vérifier une autre de ses hypothèses ? Sous l’œil des caméras convoquées, la fouille se terminera de manière burlesque dans la chambre froide d’un restaurateur chinois. De même peut-on souligner l’ambiguïté du ministère qui autorise ces fouilles, comme il permettra, en 2006, à Jean Morin d’effectuer des sondages au géoradar et des forages.

Caricature de Gaboury, parue dans Le Soleil, 12 octobre 1988.

24Malgré les appels réitérés à la raison de la « bonne » archéologie, les fiascos successifs, le discrédit inhérent à ces déconfitures en série, les mises à l’index de l’« archéologie folklorique », les carrières fragilisées ou avortées, force est d’admettre que le désir partagé de retrouver Champlain est toujours présent au cœur des « champliniens » et jusqu’au sein des ministères. Il est là, discret, souterrain. Il se sait illégitime dans l’échec, mais légitime dans le succès et capable d’atteindre à nouveau l’émotion. Ainsi continue-t-on de chercher Champlain, mais loin de tout tapage médiatique. René Robitaille, Georges Gauthier-Larouche, Carl Lavoie, Yves Chrétien qui œuvraient jusqu’en 2007 dans le sillage de Lévesque y travaillent encore, parallèlement ou en association avec d’autres : Jean Morin, Pierre Dubeau, Louis-Marie Côté, Réal Landry, Claude Breton. Un Comité Champlain a même vu le jour, en 2007, stimulé par la perspective des fêtes du 400e anniversaire de la fondation de Québec, mais aussi par la conduite de la présente enquête – l’intérêt manifesté par une chercheuse française du CNRS ayant valeur d’une sorte de consécration. Du côté du commun des Québécois, moins sensible au partage entre la « bonne » et la « mauvaise » archéologie, on n’a pas davantage tiré un trait sur cette obsession, si peu d’ailleurs que les représentations communes ramènent la recherche archéologique à la seule et unique quête du tombeau de Champlain :

  • 26 Témoignage d’une archéologue du Centre de conservation.

Partout où l’on fouille à Québec, que ce soit près de la Place-Royale ou ailleurs, on nous demande toujours si on cherche le tombeau. Même sur la rive sud de Québec. Les gens ont comme ça dans le jugement26.

25Cette constance en clair-obscur ne laisse d’interroger. Qu’est-ce donc qui contrarie le complet triomphe de la raison archéologique ? En retournant la perspective, on peut tout aussi bien s’étonner de ce commencement de triomphe et, avec lui, de cette manière de refoulement de l’émotion. L’archéologue Marcel Moussette répond à ces questions en termes de réparation :

On se demande si le but premier de cette démarche, qui se poursuit maintenant de génération en génération, ne serait pas de réparer la négligence des ancêtres. (Moussette 2000  : 15.)

26Son analyse s’inspire des considérations de Morris Bishop, qui dans les années 1950, écrivait :

On a du mal à penser que ses os, oubliés, inconnus, restent sous quelque rue de sa belle ville, parmi les égouts et les conduites d’eau. Les camions roulent dessus, les touristes jettent des bouteilles vides sur sa tombe. Il a vécu dans des transes perpétuelles, et dans la mort il ne trouve pas de repos (ibid.)

27Le souci d’en finir avec ce sentiment collectif de culpabilité n’exclut pas d’autres explications, en particulier l’attrait du mystère. Tandis qu’à certains les échecs successifs n’inspirent qu’ironie et moqueries, ils alimentent aux yeux de nombreux autres un mystère toujours plus épais, une énigme toujours plus complexe, un défi toujours plus difficile à relever :

Moi qui suis historien, avoue un fonctionnaire du mcccfq [ministère de la Culture, de la Communication et de la Condition féminine du Québec], ça me fascine, le phénomène du tombeau. Champlain était de toute façon une des personnalités les plus importantes de la Nouvelle-France. On a construit une chapelle en son honneur lorsqu’il a été enterré. Et tout d’un coup, la chapelle disparaît sans qu’on en parle ! Le journal des jésuites tout d’un coup devient muet là-dessus. Alors, même moi, j’ai mes hypothèses pour le trouver […]. C’est pour vous dire que je me suis pris au jeu, comme aussi mon collègue Gaumond, comme plusieurs de mes collègues et c’est encore un dossier qui me fascine. […] Même si on ne l’a pas trouvé, je reste persuadé qu’on ne l’a pas détruit.

  • 27 Les biographes se perdent en conjectures à propos de sa date de naissance, de ses éventuelles ori (...)

28De même, Joseph, étudiant en histoire et stagiaire aux Archives nationales au moment de l’enquête, ne résiste pas au « côté romantique de chercher un personnage historique ». Il en va du tombeau de Champlain comme du tombeau d’Alexandre le Grand ou du tombeau de Mozart. Cette affaire mobilise tous les ressorts à l’œuvre dans nos imaginaires archéologiques (Voisenat 2008), et ce d’autant plus que la question de la sépulture n’est jamais qu’un point obscur parmi d’autres de la destinée de Champlain. La biographie du « père de la Nouvelle-France » est effet tout du long auréolée d’inconnues27 qui ajoutent aux mystères des unes et des autres. Entre silences et invraisemblances, le champ des possibles indéfiniment élargi livre la figure de Champlain à des relectures à tout le moins surprenantes telle celle de Jean de La Horbe (1959), qui en fait un repris de justice usurpateur d’identité, ou celle de Michel A. Bradley et Deanna Theilmann-Bean (1988), plus ésotérisante, selon laquelle Champlain serait un agent du Graal. D’un roman l’autre, d’un héros l’autre, chacun des postulants à la découverte se rêve en Indiana Jones. René Lévesque l’illustre bien dans le Journal qu’il fait paraître en 1992 [ill. n° 4]. Du reste, l’enquête ethnographique n’a pas échappé à quelque chose d’un effet de contagion. En dépit de toutes les explications données quant à la nature de son intérêt pour l’affaire, les informateurs n’ont pas manqué de « faire entrer » l’ethnologue « dans le portrait » et de la faire actrice, bon gré mal gré, de cette épopée. La plus efficace (du point de vue indigène) de ces tentatives a sans doute été son admission, le 3 juillet 2008, 400 ans jour pour jour après la fondation de Québec, dans un café de la rue Buade, au sein du Comité Champlain. Mais l’implication s’est aussi jouée rendez-vous après rendez-vous, hypothèse après hypothèse, confidence après confidence, révélation après révélation. Et de fait, l’enquête a pris le tour d’un roman avec ses protagonistes, ses accidents, ses rebondissements, l’ethnologue s’imaginant bien dans la peau de la romancière… D’une manière ou d’une autre, le moins que l’on puisse dire est que la séduction du mystère opère.

29De même jouent dans cette affaire les représentations spécifiques associées aux restes humains. En témoignent, a contrario, les faibles réactions que suscitent, en 1988, les artefacts trouvés Place-Royale sur le site de l’habitation Champlain. Les quatre campagnes conduites depuis 1976 ont permis de mettre au jour quelque 14 000 vestiges pour une bonne part contemporains de Champlain. Et pourtant, comme le regrette Francine Bordeleau :

On n’a guère parlé […] des fouilles près de l’habitation Champlain à place Royale, qui viennent de se terminer. Le site était pourtant d’une grande complexité et, qui plus est, ouvert au public qui a pu bénéficier, tout le temps des fouilles, de l’assistance d’un guide. (Le Soleil, 2 septembre 1988.)

30À l’inverse, une autre archéologue constate vingt ans après :

Il n’y a rien qui passionne plus Québec que les translations d’ossements. Alors là, ça, c’est une merveille ! Les reliques ! Il y a vraiment une fixation sur les objets mortuaires. […] C’est-à-dire que Champlain ou pas Champlain, les tombeaux ici fascinent.

31Rien n’altère cet engouement, pas même la fréquence des découvertes, conséquence d’une histoire singulière des cimetières de la capitale. Jusqu’à l’entrée en vigueur, en 1855, de la loi interdisant les inhumations dans la ville, les nécropoles sont en effet morcelées en divers endroits de Québec, par manque d’espace. L’exiguïté n’explique pas seule cet éparpillement, qui tient aussi au fait que sous le régime français, c’est-à-dire avant 1760, catholiques et protestants ne pouvant reposer ensemble, plusieurs lieux de sépulture anonymes et temporaires ont existé parallèlement aux cimetières consacrés (Guay 1991a, 1991b). La presse, en bon baromètre de l’émotion, se fait l’écho de ces trouvailles fortuites. En 1986, les « squelettes du rempart », ceux de cinquante-deux prisonniers anglais enfouis dans le remblai d’argile du mur de fortification, ont ainsi fait grand bruit. On pourrait multiplier les exemples et d’ores et déjà conclure à un irrépressible besoin d’« enracinement » de la communauté francophone qu’exacerbe sa séculaire position de dominée. Mais l’explication ne coule pas si bien de source lorsqu’on sait que ces morts que l’on se plaît à retrouver ont d’abord été perdus. Si l’oubli semble dans l’ordre des choses concernant le commun des mortels, il l’est moins s’agissant des grands hommes tels Champlain et Laval. On peut certes invoquer de malheureux concours de circonstances (incendies, reconstructions, disparitions d’archives…). D’aucuns, tel l’abbé Gosselin à la fin du xixe siècle, expliquent cet oubli en arguant que « les gens du Québec étaient trop occupés à tenter de survivre dans un environnement hostile […] et à apprendre à vivre sous une domination étrangère » (Rudin 2005  : 21). L’argument est loin d’être satisfaisant dès lors qu’on envisage le sort fait aux ossements retrouvés et mobilisés dans l’affaire du tombeau de Champlain (découvertes de 1843 et de 1854). Aussitôt retrouvés, aussitôt reperdus. Comment comprendre pareille ambiguïté, sinon en la rapportant aux oscillations qui marquent par ailleurs le mythe Champlain ?

Au diapason du mythe

  • 28 Le Soleil, 6 avril 2000.

32Sans doute le mythe attaché à la figure de Champlain est-il à son tour susceptible de rendre compte des résistances opposées à la raison archéologique. On ne sera pas étonné du fait que René Lévesque (1992) pousse le culte de Champlain à l’excès, l’érigeant en « modèle de la francité », et ce, à différents titres : « grand navigateur », « fondateur et colonisateur », « père des sciences humaines en Amérique », « expert en agriculture », « fin diplomate », « homme de guerre », « humaniste », « grand visionnaire ». Champlain est reconnu tout à la fois comme un père, un fils et un frère. « Vous êtes père, écrit René Lévesque en s’adressant à Champlain, car nous vous devons notre vie de Françaises et de Français d’Amérique » (ibid. : 3). Il est « fils » puisque « ressusciter une telle personnalité pour nos contemporains qui vivent un vide culturel », c’est « lui redonner une certaine forme de vie ». C’est aussi « une certaine façon de devenir son père » (ibid. : 35). « Frère », Champlain l’est en substance, dans l’adversité. À travers cet hommage en forme de trinité, Lévesque érige son héros en alter ego. L’identification à Champlain, du reste, est telle qu’il en arrive à déclarer à la presse : « Champlain me cherche28. »

33Tous les Québécois ne se prennent cependant pas pour Champlain. Il en est même qui, dans le courant du xxe siècle, avec plus ou moins de virulence, se sont employés à déconstruire le mythe, à commencer par les historiens. Paul Desrosiers, Victor Tremblay mais surtout Marcel Trudel ont en effet proposé une autre lecture des commencements de la Nouvelle-France, déplaçant l’accent vers les oubliés de l’histoire, et mettant en perspective le discours historique et sa relativité. Du reste, leurs « révisions » respectives de l’histoire empruntent grosso modo les mêmes avenues. Ils mettent en exergue le rôle jusque-là sous-estimé des Indiens, de Dugua de Mons et des protestants, et s’évertuent à montrer que la fondation est un lent processus qui ne s’arrête pas avec Champlain. Ce dernier n’est bien évidemment pas l’unique héros québécois, ni même occidental, à souffrir alors de ce désamour manifeste qui peut être entendu comme un symptôme avant-coureur, parmi bien d’autres, du malaise qui s’est emparé de toutes les histoires nationales depuis un demi-siècle, et en amont de la crise des identités nationales que ces histoires étayaient. Au Québec, le déclin des mythes fondateurs prend néanmoins un tour singulier. Si l’histoire de la Belle Province s’avère plus désenchantée qu’une autre – c’est du moins ce qu’il est permis de supposer à la suite de Gérard Bouchard (2003) –, sans doute est-ce en raison des difficultés que celle-ci rencontre à devoir composer avec la notion de pluralisme, de plus en plus prégnante.

34D’une génération à l’autre, on aurait tort de préjuger d’une évolution linéaire à la faveur de laquelle le mythe de Champlain, déjà considérablement bousculé, finirait par se voir totalement renversé. Certes, la relève est assurée dans le camp des démystificateurs, notamment par Mathieu d’Avignon. Sa thèse consacrée à la fabrique du héros Champlain montre comment Champlain lui-même, dans ses écrits, a balisé le chemin de ses futurs biographes en se donnant systématiquement le beau rôle (Avignon 2008). Mais Champlain a aussi ses inconditionnels parmi les historiens, tel l’ex-ministre et ex-éditeur Denys Vaugeois (Litalien & Vaugeois 2004 ; Litalien, Palomino & Vaugeois 2007). La confrontation de ces divergences, si elle ne tourne pas à l’émotion, fait néanmoins l’affaire des documentaristes (Nadeau 2008 ; Pouliot 2008) et de la commémoration publique qui en joue et la met en scène. Le « Tribunal de l’Histoire » constitue l’une des occurrences les plus significatives de ce débordement du débat historiographique. Organisée sous l’égide de la Commission de la Capitale nationale à l’occasion du 400e anniversaire de Québec, alliant les compétences d’un historien, de comédiens et de musiciens, chacune des conférences publiques données dans ce cadre offre la possibilité aux spectateurs de trancher. Pendant la mi-temps théâtralisée, Madame Justice, attendant le verdict du public, se fait l’interprète des historiens post-révisionnistes pour instruire le procès de Champlain, accusé d’avoir éclipsé Dugua de Mons dans l’histoire du Québec. Jugé tantôt coupable, tantôt non coupable, Champlain résiste tant bien que mal. Dans ce mouvement de vacillement, il a perdu de cette hauteur qui le mettait au-dessus de tous les autres héros de l’histoire. Il n’est plus en effet « le » héros d’entre les héros. Avec les historiens « post-révisionnistes », les Québécois s’accordent pour réveiller à ses côtés la petite foule des « premiers » (colons, filles du roi, religieuses, truchements…). L’espace de la commémoration publique donne à voir cette inflation dans toute son amplitude. Lors des manifestations du 400e anniversaire (conférences « Les grands d’hier racontés par les grands d’aujourd’hui », élection du « héros obscur de l’histoire de la capitale », spectacle « Rencontres », etc.), non seulement les contemporains de Champlain et tous ceux, petits et grands, qui ont fait l’histoire du Québec, ont été convoqués, mais aussi Gilles Vigneault, Robert Charlebois, Ariane Moffatt… sans oublier Céline Dion. Les brèches occasionnées par le défaut d’unanimité autour de la figure de Champlain expliquent la possibilité de cette diversification des héros québécois. Cette mutation tient plus encore au désir d’identification de tout un chacun. La quête d’un héros à soi, projection possible de soi, enclenche tout aussi sûrement ce processus de prolifération au sein du panthéon québécois. Champlain lui-même doit à cette quête le phénomène de multiplication dont son personnage fait l’objet et dont rend plus spectaculairement compte le roman historique contemporain (Sagnes, 2013).

35Or, ce réflexe d’identification n’accorde plus qu’une place accessoire au sentiment national que le culte du héros servait à cultiver. Au diapason des « nouvelles » mythologies fondatrices forgées dans la foulée de la Révolution tranquille, de tout autres valeurs sous-tendent aujourd’hui l’héroïsme contemporain : l’égalité des cultures, des hommes, des sexes, la liberté et le droit d’être soi… Détaché de la question territoriale, linguistique, religieuse, ce nouvel héroïsme diffère et, à la limite, s’oppose, à celui, nationaliste, qu’incarnait et qu’incarne encore, mais moindrement, Champlain. Cependant, on s’attardera moins sur cet antagonisme que sur le fait que ces nouveaux idéaux ne nécessitent plus ni ces restes, ni ce tombeau, ni cette quête obstinée que requérait la célébration, à travers la figure de Champlain, d’un Québec catholique et francophone. Ainsi, la plasticité du mythe, les variations des investissements dont il fait l’objet, et, en amont, les mutations du sentiment de « québécité » se combinent-ils pour fonder le paradoxe d’une inlassable recherche de l’introuvable et de son passage à la clandestinité.

Bibliographie

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Avignon mathieu (d’), 2008
Champlain et les fondateurs oubliés. Les figures du père et le mythe de la fondation, Québec, Presses de l’université Laval.

Barriault monique, Bergeron andré & gérard Gagne, 1988
« Le tombeau de Champlain », rapport d’expertise, Québec, ministère des Affaires culturelles.

Bishop morris, 1948
Champlain, the life of fortitude, New York, Alfred A. Knopf.

Bouchard gérard, 2003
« Une crise de conscience historique. Anciens et nouveaux mythes fondateurs dans l’imaginaire québécois », in Stéphane Kelly (dir.), Les Idées mènent le Québec. Essais sur une sensibilité historique, Québec, Les Presses de l’université Laval, coll. « Prisme », pp. 29-51.

Bouchard d’Orval paul, 1951
Le Mystère du tombeau de Champlain, Québec, Société nationale Samuel de Champlain.

Bradley michael anderson & deanna Theilmann-Bean, 1988
Holy Grail across the Atlantic. The secret history of Canadian discovery and exploration, Willowdale, Hounslow Press.

Casgrain philippe-baby, 1909
La Réserve de Monsieur Daillebout dans l’enclos de Québec. La chapelle et le tombeau de Champlain, Montréal, imprimerie La Patrie.

Chrétien yves & jean Morin, 2006
« Levés géoradar et forages pour la détection de la voûte de la chapelle Champlain », rapport, Québec, Société historique de Québec.

Desrosiers pierre, 2005
« L’archéomuséologie. Un modèle conceptuel interdisciplinaire », thèse d’archéologie soutenue à l’université Laval [en ligne], http://theses.ulaval.ca/archimede/fichiers/23274/23274.html [valide en mars 2013].

Dionne narcisse-eutrope, 1880
Le Tombeau de Champlain, et autres réponses aux questions d’histoire du Canada proposées lors du concours ouvert en juin 1879 par Son Excellence M. le Comte de Premio-Real, Québec, Léger-Brousseau.

Drapeau stanislas, 1867
Le Journal de Québec et le tombeau de Champlain. Observations sur la brochure de M.M. les abbés Laverdière et Casgrain relativement à la découverte du tombeau de Champlain, Québec, Bureau du Canadien.

Drapeau stanislas, 1880
La Question du tombeau de Champlain. Notes et éclaircissements, Ottawa, Imprimerie du Canada.

Dumas silvio, 1958
La Chapelle Champlain et Notre-Dame-de-Recouvrance, Québec, Société historique de Québec, coll. « Cahiers d’histoire ».

Garneau françois-xavier, 1859 [1845-1852]
Histoire du Canada depuis sa découverte jusqu’à nos jours, Québec, Imprimerie P. Lamoureux.

Gaumond michel & jacques Langlois, 1981 [1977]
« Le Tombeau de Champlain. Une nouvelle hypothèse de localisation », in Georges Barré & Corneliu Kirjan (dir.), Activités archéologiques 1977-1978, Québec, ministère des Affaires culturelles (direction générale du Patrimoine), coll. « Dossier », pp. 480-517.

Gauthier-Larouche georges, 1988
« Nouvelles précisions relatives au site de la chapelle Champlain », document ronéotypé, Québec, publié à compte d’auteur.

Gauthier-Larouche georges, 1991
« Dernières remarques relatives à la chapelle Champlain », Quebecensia, vol. 12, n°  2-3, pp. 5-6.

Gauthier-Larouche georges & carl Lavoie, 2000
« La chapelle Champlain : en deçà du mystère », document ronéotypé, Québec, publié à compte d’auteur.

Guay lorraine, 1991a
« Géographie évolutive des nécropoles québécoises », Frontières, vol. 4, n°  1, « Les rites funéraires », pp. 48-50.

Kelly e a., 1985
« Bones of contention : Gustave Lanctot’s poursuit of Jacques Cartier remains », Archivaria, vol. 20, pp. 105-115. Disponible en ligne, http://journals.sfu.ca/archivar/index.php/archivaria/article/view/11180/12118 [valide en mars 2013].

La Horbe florian (de), 1959
L’Incroyable Secret de Champlain, Paris, Éditions du Mont Pagnotte.

Laverdière charles-honoré & henri-raymond Casgrain, 1866
Découverte du tombeau de Champlain, Québec, C. Darveau imprimeur-éditeur.

Lavoie carl, 1997
« La sépulture de Champlain à Québec. Investigation archéométrique au Siemensmètre (présentation de la liste des données de terrain). Données relevées le 1er novembre 1997 sur les rues Buade et du Fort », rapport, Québec, Comité scientifique et historique pour la découverte et la mise en valeur du tombeau de Champlain.

Lavoie carl (dir.), 1999
Recherche multidisciplinaire sur la localisation du site de la chapelle Champlain à Québec, Québec, Mouvement Francité [en ligne], http://www.calameo.com/books/000616276684fd0bc5c8a [valide en mars 2013].

Lavoie carl, 2000
Évaluation archéologique d’une hypothèse à propos de l’emplacement de la sépulture de Samuel de Champlain, Québec, Mouvement Francité/mccq.

Levesque rené, 1978
« À la recherche du tombeau de Champlain à Québec. Monsieur le gouverneur, où êtes-vous ? », Forces, n°  43, pp. 70-77.

Levesque rené, 1992
Le Tombeau de Champlain. Journal d’un archéologue, Québec, Les Entreprises V.W.L.

Levesque rené & charles Beaudry, 1989
Nouvelles Hypothèses relatives au tombeau de Champlain, Québec, Ville de Québec.

Litalien raymonde & denis Vaugeois (dir.), 2004
Champlain. La naissance de l’Amérique française, Sillery/Paris, Éditions du Septentrion/Nouveau Monde édition.

Litalien raymonde, Palomino jean-françois & denis Vaugeois (dir.), 2007
La Mesure d’un continent. Atlas historique de l’Amérique du Nord, 1492-1814, Paris/Sillery, Presses de l’université Paris-Sorbonne/Éditions du Septentrion.

Moss william, 1991
« Mémoire concernant les recherches archéologiques en vue de localiser la chapelle Champlain », Quebecensia, vol. 12, n° 2-3, pp. 7-11.

Moussette marcel, 2000
« Un héros sans visage : Champlain et l’archéologie », Les Cahiers des dix, n° 54, pp. 13-44. Disponible en ligne, http://www.erudit.org/revue/cdd/2000/v/n54/1012968ar.html [valide en mars 2013].

Nelles henri vivian, 2003
L’Histoire spectacle. Le cas du tricentenaire de Québec, Québec, Boréal.

Niellon françoise, Nadon pierre & denis Faubert, 1990
La Recherche sur la sépulture de Samuel de Champlain : un examen critique, Québec, Ville de Québec (service de l’Urbanisme, division du Vieux-Québec et du Patrimoine).

Picard françois, 1979
Les Traces du passé, Sillery, Québec science, coll. « Les dossiers de Québec science ».

Provost honorius, 1951
« Le mystère du tombeau de Champlain », rul, vol. 6, n° 4, pp. 291-295.

Robitaille rené, 1990
« Mémoire au sujet de l’énigme du tombeau de Champlain », rapport remis à la Société Saint-Jean-Baptiste de Québec (Comité Champlain), Québec.

Robitaille rené, 1991
« L’énigme du tombeau de Champlain », Quebecensia, vol. 12, n°  2-3, pp. 1-4.

Rudin ronald, 2002
« The Discovery of the body of Mgr François de Laval and the construction of identity in Québec », in Jean-Pierre Wallot (dir.), Constructions identitaires et pratiques sociales, actes du colloque en hommage à Pierre Savard (Ottawa, 4-6 octobre 2000), Ottawa, Presses de l’université d’Ottawa, coll. « Actexpress », pp. 229-241.

Rudin ronald, 2005
L’Histoire dans les rues de Québec. La célébration de Champlain et de Mgr de Laval, 1878-1908, Québec, Les Presses de l’université Laval.

Sagnes sylvie, 2013
« Champlain dans le roman historique », in Sophie Linon-Chipon, Raymonde Litalien & Hélène Richard (dir.), Les Représentations de la Nouvelle-France et de l’Amérique du Nord, actes du colloque éponyme organisé dans le cadre du 133e congrès du cths « Migrations, transferts et échanges de part et d’autre de l’Atlantique » (Québec, 2008), Paris, Éditions du cths, coll. « cths Histoire », pp. 97-111.

Seguin maurice k., 2008
Samuel de Champlain. L’entrepreneur et le rêveur, Sillery, Éditions du Septentrion.

Simoneau daniel, 1995
« La chapelle de Monseigneur de Laval à la basilique de Québec », rapport de fouille archéologique rendu au service de l’Urbanisme de la Ville de Québec (division du Design urbain et du Patrimoine).

Voisenat claudie (dir.), 2008
Imaginaires archéologiques, Paris, ministère de la Culture et de la Communication/Éditions de la Maison des sciences de l’homme, coll. « Ethnologie de la France », série « Cahiers ».

REFERENCES FILMOGRAPHIQUES

Dubeau pierre, 2007
La Chapelle et le tombeau de Champlain. État de la question [en ligne], http://www.webhome.look.ca/-pdubeau1/maison.html [valide en mars 2013].

Labrecque jean-claude, 2008
Infiniment Québec, productions Thalie/Office national du film du Canada, 52 mn.

Nadeau marie, 2008
Enquête Champlain. Christopher Hall, série documentaire, Montréal, Hyperzoom, 2 x 47 mn.

Pouliot jean-françois, 2008.
Champlain retracé (Facing Champlain), Office national du film du Canada, 22 mn 41 s.

Notes

1 Cette société, créée en 1949, est tout spécialement vouée à l’exaltation et à la glorification du Saintongeais.

2 L’équivalent canadien du français edf.

3 Extrait des pages ronéotypées d’une autobiographie inédite communiquées par Michel Gaumond.

4 Le Soleil, 7 juillet 1988. Pour la présente étude, nous avons dépouillé les parutions de juillet à octobre 1988 des quotidiens Le Soleil, Le Journal deQuébec, La Presse et Le Devoir.

5 Extrait du communiqué de presse.

6 Les citations sans référence renvoient à des extraits d’entretiens réalisés dans le cadre d’une enquête conduite à Québec durant les étés 2007 et 2008, avec le soutien de la Mission à l’ethnologie du ministère de la Culture.

7 LeSoleil, 26 juillet 1988.

8 LeSoleil, 2 août 1988.

9 LeSoleil, 7 juillet 1988.

10 LeSoleil, 20 juillet 1988.

11 LeSoleil, 7 juillet 1988.

12 LeSoleil, 1er août 1988.

13 LeSoleil, 20 juillet 1988.

14 Courrier d’un lecteur « prochamplinien », LeSoleil, 1er août 1988.

15 LeSoleil, 16 juillet 1988.

16 LeDevoir, 16 juillet 1988.

17 Le Soleil, 16 juillet 1988.

18 Le Soleil, 26 juillet 1988.

19 Le Soleil, 21 juillet 1988.

20 Le Soleil, 27 juillet 1988.

21 « Depuis quarante ans, le “père de l’archéologie québécoise”, qui n’a guère de père que l’âge, ne fait pas des fouilles archéologiques mais bien des trous » (Le Soleil, 26 juillet 1988).

22 Le Soleil, 5 août 1988.

23 Le Soleil, 13 juillet 1988.

24 Dans la foulée de l’affaire de 1988, Lévesque crée un mouvement dont l’ambition principale est le sauvetage de la Nouvelle-France, menacée de « dégénérescence accélérée » et de « dissolution accélérée » (Lévesque 1992 : 230) par « l’influence sans cesse grandissante de la communauté anglo-saxonne » (ibid. : 233) et « l’arrivée massive de réfugiés et d’immigrants dont une bonne partie rejoint le bloc anglo-saxon » (ibid. : 231). En dépit d’un organigramme élaboré (compagnons du Mérite, chevalerie, frairies, Arquebusiers du Québec, Ordre du Bon Temps), et d’un programme d’actions tout aussi fourni (veillées du souvenir et de l’avenir, corvées traditionnelles, fêtes populaires…), le mouvement ne connaît de développement que dans l’entourage très immédiat de son fondateur.

25 Décision D1988-07-027 du Conseil de presse, consultable en ligne : http://conseildepresse.qc.ca/decisions/d1988-07-027/ [valide en avril 2013].

26 Témoignage d’une archéologue du Centre de conservation.

27 Les biographes se perdent en conjectures à propos de sa date de naissance, de ses éventuelles origines protestantes, des raisons de son mariage avec la très jeune Hélène Boullé, de la validité de son testament, de son allure physique…

28 Le Soleil, 6 avril 2000.

Table des illustrations

Légende Plaque commémorative apposée rue Buade, à Québec, par la Commission des monuments et sites (photo S. Sagnes).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3591/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Caricature de Gaboury, parue dans Le Soleil, 15 juillet 1988.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3591/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 770k
Légende Caricature de Gaboury, parue dans Le Soleil, 12 octobre 1988.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/3591/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 695k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search